RISQUES DE BLANCHIMENT DANS LE SECTEUR DE L IMMOBILIER: TYPOLOGIES Dakar, le 20 JUILLET 009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RISQUES DE BLANCHIMENT DANS LE SECTEUR DE L IMMOBILIER: TYPOLOGIES Dakar, le 20 JUILLET 009"

Transcription

1 Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières FORUM CENTIF-SECTEUR IMMOBILIER RISQUES DE BLANCHIMENT DANS LE SECTEUR DE L IMMOBILIER: TYPOLOGIES Dakar, le 20 JUILLET 009 Par Mountaga Tall DIOUME Chef du Bureau d Analyse ESCAT URBAM LOT E82 DAKAR. BP: Dakar Fann.Téléphone : / Fax : Site- web:

2 TYPOLOGIES L analyse des dossiers traités suite aux déclarations de soupçon a permis de réaliser un exercice de typologie. Les caractéristiques du blanchiment ainsi dégagées sont enregistrées entre autres dans le secteur immobilier: agences immobilières, notaires, coopératives d habitat, promoteurs immobiliers, etc Les cas choisis ont pour but d illustrer les techniques de blanchiment utilisées, de décrire les processus, les modes opératoires usités. dans un but didactique, pédagogique. Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 2

3 TYPOLOGIES Le cycle du blanchiment de capitaux se présente en trois (3) phases. La phase initiale correspond au placement avec l introduction des produits issus d activités illicites dans le système financier. La deuxième étape dite d empilage se traduit par des conversions ou des déplacements de fonds d origines illégales pour les éloigner de leurs sources. La troisième phase consiste pour le blanchisseur à l intégration des fonds dans des activités économiques légales. Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 3

4 Phases de blanchiment L investissement de capitaux d origine illicite dans le secteur immobilier est une technique de blanchiment privilégiée par les blanchisseurs au stade de l intégration. Comme l a récemment confirmé le GAFI, ces investissements constituent une méthode classique et éprouvée pour blanchir de l argent sale1. L analyse typologique des dossiers transmis par les Cellules confirme que plusieurs techniques sont utilisées pour blanchir des fonds d origine illicite en recourant au secteur immobilier. Les techniques utilisées vont des plus simples aux plus complexes et les montants impliqués dans les transactions sont souvent élevés. Un aperçu de ces techniques est présenté ci-dessous. Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 4

5 Introduction auprès d institutions financières Dans le but de minimiser les soupçons entourant leurs activités criminelles, les blanchisseurs se servent du statut des professions non financières pour être introduits auprès d institutions financières. Une personne exerçant une profession non financière ouvrant les portes d une institution financière à son client confère, en effet, à ce dernier une certaine crédibilité aux yeux de l interlocuteur en raison des normes éthiques censées être associées à l exercice de sa profession. 5

6 La pierre comme moyen de blanchiment TYPOLOGIES CENTIF Un homme d affaires sénégalais fait un versement en espèces très important dans son compte ouvert dans une banque de la place. Il initie immédiatement un virement en faveur d une coopérative d habitat constituée par des adhérents d un autre corps de métier que le sien, aux fins de bénéficier à lui seul d un lot très important de logements. Cette opération est apparemment destinée à dissimuler dans l immobilier des fonds d origine douteuse notamment avec la complicité d employés de la banque qui ont pu bénéficier de virements en leur faveur effectués par le blanchisseur. Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 6

7

8 Le mouvement atypique sans justification

9 il Le mouvement atypique sans justification économique (documents douteux)

10 Versements espèces suivis de chèque à l ordre de Notaire (1) (2) Source: CTIF 4/2006 X était titulaire d un compte régulièrement alimenté par des versements en espèces (1). Quelques temps après l ouverture de ce compte, l intervenant avait émis un chèque (2) à l ordre d un notaire pour l achat d un bien immobilier de grande valeur. Ces opérations n étaient pas en relation avec les faibles revenus dont disposait l intervenant, celui-ci bénéficiant d allocations sociales. ---Pas de justification économique à l origine de ces fonds versés en espèces. -Actif sans rapport avec situation fortune apparente (allocations) 10

11 Vente ou achat d un bien immobilier pour un prix de loin inférieur ou supérieur à sa valeur vénale Une autre technique de blanchiment rencontrée par les Cellules dans le cadre d investissements immobiliers consiste à vendre ou acheter un bien immobilier pour un prix de loin inférieur ou supérieur à sa valeur vénale. Le recours à ce procédé est de nature à éveiller les soupçons, de même que la vente, à plusieurs reprises, de biens immobiliers avec des marges bénéficiaires inhabituelles, opérations pour lesquelles aucune explication claire n est fournie. 11

12 Vente ou achat d un bien immobilier pour un prix inférieur ou supérieur à sa valeur vénale Source: CTIF 4/2006 Ce compte avait fait l objet de Transferts (1) provenant de l étranger, notamment d ordre «d un de nos clients». Les fonds avaient ensuite été utilisés pour l émission d un chèque (2) à l ordre d un notaire pour l achat d un bien immobilier.peu de temps après l acquisition, la société avait été liquidée (3) et l intervenant avait racheté le bien (4) à sa société pour un montant largement supérieur au prix initial (5). (3) (1) (2) (4) (5) -Caractère anti économique des opérations (+ value injustifiée) -Caractère atypique des opérations ( société crée et compte ouvert pour enregistrer une seule opération immobilière) 12

13 Utilisation société off-shore et transaction immobilière hors prix de marché Source: CTIF 4/2006 une personne avait acheté une propriété, au prix du marché. (1) Il avait ensuite vendu, pour une somme symbolique, la propriété à une société écran qu il contrôlait. (2) La société avait alors vendu la propriété à un acquéreur de bonne foi pour le prix d achat initial.(3) De cette façon, le vendeur, connu pour trafic de drogue, avait injecté le produit de son activité criminelle dans une société écran afin de dissimuler l origine des fonds utilisés pour l achat initial ( 1 )(2) (3) CFA CFA CFA -caractère anti économique des opérations (2) (cession hors marché) 13

14 SUREVALUATION 31Fin 1998, Tom, citoyen d un pays d Europe de l'est, pense avoir trouvé l occasion de réaliser une plus-value sur une opération immobilière. En effet, Mariah, qui siège au conseil d'administration de la société Lotos Ltd, l informe que sa société met en vente l un de ses immeubles à un prix relativement bas acheter l immeuble au plus vite. Quelques jours plus tard, Tom se rend chez son notaire pour signer l acte de vente. Mariah lui avait signalé qu un autre administrateur, nommé Pete, serait partie prenante au contrat en tant que vendeur de l immeuble. En raison du poste haut placé qu occupe Pete dans la Lotos Ltd et de la bonne réputation de la société, Tom ne se méfie pas et signe l acte comme convenu. Ce que Tom ignore, c'est que la veille de la vente, Mariah a déjà vendu l'immeuble à Pete, qui est son compagnon en plus de siéger au conseil d'administration de Lotos. La vente s est faite au prix de $ : lors de la deuxième vente, Mariah et Pete ont donc empoché plus de $. Tom pense que tout est en ordre, mais son notaire découvre la première vente, indiquée sur le cadastre. Il ne peut pas concevoir qu'une société accepte de vendre un tel immeuble pour un prix aussi dérisoire que $, sans compter qu une revente du bien le lendemain même est tout à fait inhabituelle. Le notaire décide donc de transmettre une déclaration de soupçon à la CRF 14 nationale.

15 Utilisation d un compte de «passage» Source: CTIF 4/2006 X, était titulaire d un compte d épargne.(1) L attention de la banque avait été éveillée par l émission d un chèque bancaire à l ordre d un notaire (2) à la demande de X pour l acquisition de divers biens immobiliers. L analyse des mouvements sur le compte de X indiquait qu il avait été alimenté par plusieurs transferts (3) d ordre de ressortissants à l étranger. (1) (3) (2) -Caractère atypique de l activité du compte (versements de tiers dont Certains étrangers sur un compte d épargne) 15

16 Prêt hypothécaire avec remboursement espèces Source: CTIF 4/2006 les intervenants avaient contracté un crédit immobilier (1) dont ils effectuaient le remboursement mensuel uniquement au moyen de versements en espèces (2) systématiquement effectués sur leur compte peu de temps avant le paiement de chaque mensualité D autre part, plusieurs opérations de change manuel (3) avaient été effectuées par l un des intervenants auprès de la même agence bancaire. Ces opérations n avaient pas eu lieu sur les comptes bancaires dont il était titulaire auprès de cette banque mais étaient réalisées en dehors de ces comptes, conformément à la demande de l intervenant. (2) (1) (3) -Rapidité des mouvements après remises espèces (remboursement prêt) -Transactions importantes en espèces (2)(3) -comportement inhabituel (3) 16

17 Remboursement anticipé de prêt hypothécaire Source: CTIF 4/2006 un couple de retraités avait introduit une demande de prêt hypothécaire (1) Ce prêt, destiné à financer la construction d une villa, portait sur une période de10 ans. Peu de temps après la contraction de ce prêt, le (1) couple avait demandé le remboursement prématuré (2) du prêt par l entremise de leur notaire (3) (3) (2) - Pas de justification économique aux fonds permettant au couple de rembourser prématurément leur prêt. 17

18 «Agent Immobilier» Monsieur X qui se déclare agent immobilier a essayé de recycler des fonds d origines douteuses en tentant de les dissimuler comme apport personnel dans le cadre d une opération immobilière de grande envergure portant sur des centaines de millions francs CFA. Pour ce faire, il effectue des versements espèces fractionnés dans un compte ouvert dans une banque Alpha pour ensuite faire des remises de chèques tirés sur la banque Alpha en sa faveur dans une banque Beta. La banque Beta ayant découvert la manœuvre a annulé le crédit immobilier sollicité par Monsieur X et adressé une déclaration à la CRF. Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 18

19 LFT: Une banque a adressé une déclaration de soupçon à la Cellule concernant un trust sis dans un centre offshore. Ce trust s était adressé à un agent immobilier afin d acheter un bien immobilier en Belgique d une valeur de plusieurs millions d EUR. L agent immobilier s était adressé à la banque déclarante pour demander si un crédit pouvait être octroyé. La banque a refusé la proposition. Les éléments suivants ont été révélés par l analyse de la Cellule : Le trust avait pour objet social des activités de banque islamique. L un des membres du Conseil de Direction du trust était une banque islamique dont le nom était mentionné dans la circulaire «Commission de Surveillance du Secteur Financier» 01/35 du Luxembourg relative à l embargo contre les Taliban. Cette banque était en outre suspectée d être liée à une organisation terroriste. L utilisation d un trust et le recours au titulaire d une profession non financière poursuivaient de toute évidence un objectif de dissimulation de l identité de l ayant droit économique final. Au vu de l ensemble de ces éléments, la Cellule a transmis ce dossier en19 lien avec le financement du terrorisme.

20 Typologies Tracfin 2006 Une tentative de blanchiment concernant un projet immobilier de grande envergure Le gérant d une société de gestion de programmes immobiliers a présenté un ambitieux projet immobilier à un ensemble de communes situées sur une côte française touristique. L intéressé a évalué le coût total de cette opération à soixante quinze millions d euros. Des capitaux en provenance de l étranger devaient financer ce projet. Les investigations diligentées par TRACFIN ont révélé que : Cet investisseur potentiel et ses deux fils, avaient déjà été cités dans deux précédentes transmissions effectuées par TRACFIN aux services judiciaires ; Cette personne y était mentionnée pour des opérations financières de grande ampleur avec des personnes physiques originaires de pays de l Est. TRACFIN a transmis ce dossier aux autorités judiciaires sur la présomption de blanchiment du produit d activités criminelles 20 organisées.

21 Le rachat anticipé d un contrat d assurance-vie associé à l utilisation des comptes d une SCI Les comptes bancaires d une société civile immobilière (SCI) et de ses deux cogérants et coassociés, ont révélé des mouvements financiers atypiques, caractérisés à titre principal par des versements substantiels d espèces en devise étrangère. Un des cogérants et coassociés, résidant en d entreprise de travaux immobiliers en Suisse. Suisse, est un chef Les investigations diligentées par TRACFIN ont révélé que: le compte de la SCI ainsi que les comptes courants du cogérant résidant en Suisse avaient été approvisionnés par des versements d espèces s élevant à plus de sept cent mille euros Le fonctionnement d un des comptes du cogérant alimenté par des remises d espèces avait également enregistré des opérations créditrices atypiques ; Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 21

22 le co-gérant suisse avait souscrit un contrat d assurance-vie et en avait demandé quatre mois plus tard un rachat anticipé. Cette opération s est traduite par une perte de plus de deux mille euros. Les fonds, ainsi blanchis, ont été transférés concomitamment dans le pays de résidence du co-gérant ; trois acquisitions immobilières pour un montant de plus de sept cent cinquante mille euros ont été réalisées en France. TRACFIN a transmis le dossier aux autorités judiciaires sur la présomption de blanchiment du produit d activités délictueuses. Pour ce cas, la typologie propre au secteur immobilier (intégration par le biais d achats de biens immobiliers) est conjointe à une typologie spécifique au domaine des assurances : la souscription désormais classique d un contrat d assurance- vie, avec rachat anticipé sans justification économique. Cellule Nationale de Traitement 22 des Informations Financières

23 INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT La liste d indicateurs d opérations de blanchiment auxquels les organismes et personnes déclarants devraient être particulièrement attentifs. Il s agit d indicateurs généraux permettant aux professionnels d identifier les opérations de blanchiment, la présence de ces indicateurs étant de nature à justifier un surcroît de vigilance. 1/le client désire acquérir un bien immobilier au moyen d une somme importante en liquide ; 2/ le client réalise l acquisition d un bien immobilier sans l avoir vu ; 3/le client réalise l acquisition d un bien immobilier au nom d un tiers sans lien apparent avec le client 4/le client utilise des noms différents lors du compromis de vente, de la vente et du paiement ; 5/ Le client souhaite payer en espèces un acompte dont le montant est supérieur à 10 % du prix de la vente d un bien immobilier ; Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 23

24 Agents immobiliers 6/Le client souhaite payer en espèces un acompte dont le montant est supérieur à un seuil défini ; 7/ Le client refuse ou fait des difficultés pour donner au notaire le numéro du compte financier par lequel le montant du solde a été ou sera débité ; 8/ Le client refuse ou fait des difficultés pour payer le montant du prix de vente d un bien immobilier à l aide d un virement ou d un chèque alors que le montant à payer excède un seuil défini ;- 9/ le client semble vivre au-dessus de ses moyens compte tenu de sa situation professionnelle : les revenus supposés ou apparents du client ne sont pas en rapport avec la valeur du bien acheté. 10/ Les ressources issues de l activité professionnelle du client sont démesurées par rapport au secteur d activité ; 11/Le client a systématiquement recours à des titulaires de professions comptables différents ; Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 24

25 12/ La société ne dispose pas d employés, ce qui est anormal compte tenu du secteur d activité ; 13/ La société paye divers frais de consultance à des sociétés offshore ; 14/ Les appointements des actionnaires sont disproportionnés par rapport au secteur d activité ; 15/L examen des documents comptables révèle des malversations ; 16/ La société réalise diverses acquisitions (bateaux, véhicules de luxe, etc.) sans rapport avec l activité de la société ; 17/ Le client fait ou souhaite faire usage d une ou plusieurs sociétés écrans alors qu il n y a ou ne semble y avoir aucune raison fiscale, juridique ou commerciale légitime. 18/ Le client n habite pas dans la région et fait usage d un intermédiaire inconnu dans la région. 19/ Le client souhaite payer en espèces une partie du prix. 20/Des biens immobiliers sont vendus à plusieurs reprises avec des marges bénéficiaires inhabituelles, opérations pour lesquelles aucune explication claire n est fournie. Cellule Nationale de Traitement 25 des Informations Financières

26 21/ Le client fait usage de documents d identité falsifiés. 22/ La transaction est sur ou sous-évaluée, n aurait pas fait l objet de négociations préalables ou aurait été traitée à distance. 23/ L'achat est réalisé pour le compte d autrui ou par un intermédiaire 27/ Le client utilise des noms différents lors du compromis de vente, de la vente et du paiement. 28/Le client souhaite payer en espèces un acompte dont le montant est supérieur à 10 % du prix de vente par exemple." Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 26

27 FIN MERCI DE VOTRE ATTENTION! Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières 27

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1175e Avril 2007 INDICATEURS D OPÉRATIONS

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1237b Avril 2006 LES NOTAIRES ET LA

Plus en détail

ANALYSE TYPOLOGIQUE THÉMATIQUE RELATIVE AUX INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS

ANALYSE TYPOLOGIQUE THÉMATIQUE RELATIVE AUX INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be ANALYSE TYPOLOGIQUE THÉMATIQUE

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1175f Janvier 2012 INDICATEURS

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLcorruption version5 Janvier

Plus en détail

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal

ECOBANK. Trade Financement de l immobilier au Sénégal ECOBANK Trade SOMMAIRE Le marché de l immobilier Modes de financement : financement bancaire, fonds propre L offre de crédit immobilier Financement et blanchiment d argent L offre LE MARCHE DE L IMMOBILIER

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION CTIF-CFI DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NLcorruption version3 03/05/2007 DOSSIERS

Plus en détail

NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT PAR LE PERSONNEL DES BANQUES

NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT PAR LE PERSONNEL DES BANQUES CEL VOOR FINANCIELE INFORMATIEVERWERKING Gulden Vlieslaan 55 bus 1-1060 BRUSSEL Tel.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

Exemples de typologies présentées par TRACFIN

Exemples de typologies présentées par TRACFIN Exemples de typologies présentées par TRACFIN Exemples de typologies concernant l assurance vie 1. Abus de faiblesse Madame A, retraitée de 80 ans, dispose de revenus annuels inférieurs à 50 000 et d un

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

Le secteur immobilier et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au Sénégal

Le secteur immobilier et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au Sénégal REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple-un But Une foi ******************** Ministère de l Economie et des Finances ********************** Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières «CENTIF»

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme JUIN 2014 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce mini-guide

Plus en détail

TYPOLOGIES DE BLANCHIMENT (EXTRAIT DU RAPPORT 2007) Typologie n 1 : Falsification de chèque et utilisation de compte de transit

TYPOLOGIES DE BLANCHIMENT (EXTRAIT DU RAPPORT 2007) Typologie n 1 : Falsification de chèque et utilisation de compte de transit TYPOLOGIES DE BLANCHIMENT (EXTRAIT DU RAPPORT 2007) Typologie n 1 : Falsification de chèque et utilisation de compte de transit Un comptable public ouvre auprès des banques de la place trois (3) comptes

Plus en détail

Documents de sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au profit des Agents immobiliers

Documents de sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au profit des Agents immobiliers Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Documents de sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au profit des Agents immobiliers

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Lutte contre le blanchiment de capitaux dans les établissements financiers Document de sensibilisation CENTIF, 2006 (numéro BSDA: 12702210806)

Plus en détail

Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Le secteur immobilier et la lutte contre le

Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Le secteur immobilier et la lutte contre le Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Le secteur immobilier et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme L EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA CENTIF Dakar,

Plus en détail

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012).

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT CIR. # 99 CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT En conformité aux articles 2.2.2 à 2.2.6 de la loi du 21 février 2001, relative au blanchiment des avoirs provenant

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

Prêt hypothécaire. Programme de financement intégré Caméléon. Financez vos projets à la valeur de votre propriété

Prêt hypothécaire. Programme de financement intégré Caméléon. Financez vos projets à la valeur de votre propriété Prêt hypothécaire Programme de financement intégré Caméléon Financez vos projets à la valeur de votre propriété 2 Programme de financement intégré Caméléon Profiter de la valeur nette accumulée de votre

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques

Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses. Secteur des banques Rétroaction sur la déclaration d opérations douteuses Secteur des banques RÉTROACTION SUR LA DÉCLARATION D OPÉRATIONS DOUTEUSES : SECTEUR DES BANQUES 1. Introduction Ce rapport a été rédigé pour le secteur

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juin 2011 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juin 2011 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juin 2011 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT Introduction A l instar du secteur financier classique, le secteur de la Microfinance doit faire face au problème crucial du blanchiment des capitaux.

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

L optimalisation d un achat immobilier et de son financement

L optimalisation d un achat immobilier et de son financement L optimalisation d un achat immobilier et de son financement 1 1.Préparer l achat immobilier grâce à ses assurances pension *via un crédit hypothécaire par reconstitution *via une avance sur police 2 Financer

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT

INFORMATIONS SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT INFORMATIONS SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT Origine de l'expression L'expression «blanchiment d'argent» (money laundering en anglais) vient du fait que l'argent acquis illégalement est appelé de l'argent

Plus en détail

Le secteur de l Immobilier et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Le secteur de l Immobilier et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Le secteur de l Immobilier et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Thèmes traités : I/ Organisation du secteur de la Promotion immobilière et perspectives II/ Financement

Plus en détail

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT ET AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE DEFINITION Le contrat d assurance-vie est une «enveloppe fiscale» sur laquelle on verse des fonds, destinés à un bénéficiaire uniquement en cas de décès du souscripteur. LES

Plus en détail

l'installation de la PME au Maroc et dans la région Provence Alpes Côte d'azur

l'installation de la PME au Maroc et dans la région Provence Alpes Côte d'azur LES OPERATIONS FINANCIERES & l'installation de la PME au Maroc et dans la région Provence Alpes Côte d'azur Enregistrement d'un investissement / compte courant étranger Un investisseur étranger s implante

Plus en détail

Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment

Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment LES RENCONTRES DE L ARGUS de l ASSURANCE «BLANCHIMENT- FRAUDE FISCALE» Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment Maître Sylvie VAQUIERI Avocat Associé FIDAL

Plus en détail

Le manuel de sensibilisation au blanchiment de capitaux à l'intention des vérificateurs fiscaux

Le manuel de sensibilisation au blanchiment de capitaux à l'intention des vérificateurs fiscaux Le manuel de sensibilisation au blanchiment de capitaux à l'intention des vérificateurs fiscaux CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES 2009 ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES LES PERSONNES CONCERNÉES Personnes physiques ou morales résidentes : disposant d une résidence, d un

Plus en détail

Besoin d aide? contact@monfinancier.com

Besoin d aide? contact@monfinancier.com Pour effectuer un versement libre sur votre contrat MonFinancier Vie. 1. A privilégier : A partir de votre accès sécurisé* (www.monfinancier.com, accès client) 2. Si vous optez pour un versement libre

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

au 1 er décembre 2012

au 1 er décembre 2012 1 / 6 au 1 er décembre 2012 I - CONDITIONS D OUVERTURE DE COMPTES A Comptes de virement Sociétés et autres à caractère commercial Etablissements Associations, coopératives et autres groupements Particuliers

Plus en détail

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement»

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» (Prêts à tempéraments - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941)

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

Aborder la question de l international

Aborder la question de l international La lettre d information N 10 Septembre 2014 lettre d actualité aux professionnels de la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme L ÉDITO M. DELEPIèRE, président de la CTIF (Belgique)

Plus en détail

Notre association vous accompagne dans toutes les étapes de votre vie professionnelle: le passage en SEL de la simulation à la réalisation,

Notre association vous accompagne dans toutes les étapes de votre vie professionnelle: le passage en SEL de la simulation à la réalisation, Aide, assistance et accompagnement à la décision et à la gestion d installations de professionnels (SEL), de leurs évolutions (regroupement, holding, cession de parts,..) et des extinctions d activités

Plus en détail

REPRISE DU RAPPORT 2009 DE TRACFIN. BILAN 2009 DE TRACFIN SUR Des fraudes massives et complexes à caractère fiscal

REPRISE DU RAPPORT 2009 DE TRACFIN. BILAN 2009 DE TRACFIN SUR Des fraudes massives et complexes à caractère fiscal REPRISE DU RAPPORT 2009 DE TRACFIN BILAN 2009 DE TRACFIN SUR Des fraudes massives et complexes à caractère fiscal L élargissement du champ d investigation de Tracfin à la fraude fiscale prévue dans des

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 18, rue Salvador Allende - 86 POITIERS Siret 399 78 97 16 - APE 651 D Note d information

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

CONVENTION DE DILIGENCE POUR LA PREVENTION DU BLANCHIMENT DES FONDS PROVENANT DU TRAFIC DES STUPEFIANTS

CONVENTION DE DILIGENCE POUR LA PREVENTION DU BLANCHIMENT DES FONDS PROVENANT DU TRAFIC DES STUPEFIANTS CONVENTION DE DILIGENCE POUR LA PREVENTION DU BLANCHIMENT DES FONDS PROVENANT DU TRAFIC DES STUPEFIANTS CONVENTION DE DILIGENCE pour la prévention du blanchiment des fonds provenant du trafic des stupéfiants

Plus en détail

Formulaire d inscription dépôt commun

Formulaire d inscription dépôt commun Formulaire d inscription dépôt commun Données générales titulaire du dépôt 1 (veuillez compléter tous les champs) Tél. professionnel Activité professionnelle Tél. privé Employeur Données générales titulaire

Plus en détail

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Compte à Terme Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE A TERME (CAT) Le Compte à Terme Solidarité du est un compte

Plus en détail

HOLDING ENTREPRISES ET PATRIMOINE

HOLDING ENTREPRISES ET PATRIMOINE HOLDING ENTREPRISES ET PATRIMOINE DOSSIER DE SOUSCRIPTION MODE D EMPLOI Vous avez entre les mains un dossier d investissement dans la société HOLDING ENTREPRISES ET PATRIMOINE. Ce dossier comprend : -

Plus en détail

Privilège Gestion Active Guide de Souscription

Privilège Gestion Active Guide de Souscription Privilège Gestion Active Guide de Souscription IMPORTANT : Changement d adresse à compter du 30 juin 2014 Les dossiers de souscription sont à adresser à : Ageas France Village 5-50 place de l Ellipse -

Plus en détail

INSTRUCTIONS A DESTINATION DES APPORTEURS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX.

INSTRUCTIONS A DESTINATION DES APPORTEURS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX. INSTRUCTIONS A DESTINATION DES APPORTEURS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX. Selon le code pénal (Art.324-1), le blanchiment est le fait de faciliter par tout moyen, la justification

Plus en détail

Algérie. Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Règlement de la Banque d n 05-05 du 15 décembre 2005 Le gouverneur de la Banque d', Vu l ordonnance n 75-59 du 26 septembre

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER. Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier

MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER. Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier Quels sont mes interlocuteurs? L agent immobilier La profession est réglementée. Elle nécessite

Plus en détail

Pacte d actionnaires

Pacte d actionnaires Pacte d actionnaires Contrôler, organiser son actionnariat, intéresser ses collaborateurs au capital, comment faire ou ne pas faire? Ateliers Investsud Cedric Guyot - 20 mars 2015 - Introduction Objectif

Plus en détail

Paris en ligne et risques de blanchiment et de financement du terrorisme. Jean-Claude DELEPIERE Président de la CTIF

Paris en ligne et risques de blanchiment et de financement du terrorisme. Jean-Claude DELEPIERE Président de la CTIF Paris en ligne et risques de blanchiment et de financement du terrorisme Jean-Claude DELEPIERE Président de la CTIF Particularités des paris et jeux en ligne et risques de BC et de FT o Secteur sensible

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

CAPCIEL CONDITIONS GENERALES. (en vigueur au 01.12.2013)

CAPCIEL CONDITIONS GENERALES. (en vigueur au 01.12.2013) BRETAGNE PAYS DE LOIRE CAPCIEL CONDITIONS GENERALES (en vigueur au 01.12.2013) 12/2013 Page 1 sur 5 Article 1 DEFINITION Le contrat CAPCIEL est un compte à terme sur lequel les sommes déposées par le titulaire

Plus en détail

Achat immobilier Mode d emploi

Achat immobilier Mode d emploi Achat immobilier Mode d emploi Acheter un bien immobilier relève souvent du parcours du combattant. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre projet et surtout, ne signez

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Déclaration d opérations douteuses

Déclaration d opérations douteuses Centre d analyse des opérations Financial Transactions and et déclarations financières du Canada Reports Analysis Centre of Canada Déclaration d opérations douteuses Si vous avez les moyens techniques

Plus en détail

Table de matières. Préambule 11 Introduction 13

Table de matières. Préambule 11 Introduction 13 Préambule 11 Introduction 13 1. LA Description juridique 17 Chapitre 1. La législation préventive 18 1.1. La législation nationale 18 1.1.1. Les dispositions légales 18 1.1.2. Les déclarants 20 1.1.3.

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts?

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? P.S. Des solutions sortant des sentiers battus! 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE De vraies optimisations fiscales facilement applicables!

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Représentée par Monsieur Frédéric BABIN, Gérant, dûment habilité aux présentes en vertu des pouvoirs conférés par les statuts,

Représentée par Monsieur Frédéric BABIN, Gérant, dûment habilité aux présentes en vertu des pouvoirs conférés par les statuts, Entre les soussignés : La RESIDENCE DU RELAIS BRENNER Société à responsabilité limitée au capital de 1 000, ayant son siège à RENNES, inscrite au RCS RENNES sous le numéro 501 608 343 Représentée par Monsieur

Plus en détail

Atelier Stellium Mes rendez-vous clients Vue d ensemble pour un CIF-CGP Le formalisme CIF présenté est la garantie d une prestation de conseil réalisée avec qualité; c est pourquoi, la CNCIF recommande

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SON BIEN IMMOBILIER. Troisième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SON BIEN IMMOBILIER. Troisième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SAVOIR VENDRE SON BIEN IMMOBILIER Troisième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2003, 2007 De Particulier à Particulier,

Plus en détail

TAXeNEWS. Corporate Tax. Acquisition d actions propres restrictions, délais, conséquences

TAXeNEWS. Corporate Tax. Acquisition d actions propres restrictions, délais, conséquences TAXeNEWS Corporate Tax Acquisition d actions propres restrictions, délais, conséquences fiscales En pratique, nous avons maintes fois remarqué qu en matière d acquisition d actions propres des incertitudes

Plus en détail

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL Conférence «Traduction financière» Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg Catherine BOURIN - ABBL 8 juillet 2010 Qu est-ce que le blanchiment

Plus en détail

TITRE. La mise en place d un dispositif de LAB / LFT

TITRE. La mise en place d un dispositif de LAB / LFT La mise en place d un dispositif de LAB / LFT TITRE Présentation du 12 février 2009 Dominique Dupont Directeur du Contrôle Interne et Conformité Groupe UFG 1 3ème Directive des obligations renforcées La

Plus en détail

LES CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ Création/reprise d entreprise et installation d une activité non salariée (CE)

LES CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ Création/reprise d entreprise et installation d une activité non salariée (CE) LES CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ Création/reprise d entreprise et installation d une activité non salariée (CE) Pour en savoir plus, consultez la fiche «généralités» (sommes déblocables, fiscalité...). LES

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Prospectus n 8 Valable à partir du 01 février 2008 Les taux mentionnés dans ce prospectus sont repris à titre d exemple. Pour connaître les conditions

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Tendances et typologies en matière de blanchiment d argent dans le secteur canadien des valeurs mobilières

Tendances et typologies en matière de blanchiment d argent dans le secteur canadien des valeurs mobilières Tendances et typologies en matière de blanchiment d argent dans le secteur canadien des valeurs mobilières Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2013 No de cat. : FD5-1/6-2013F-PDF ISBN: 978-0-662-79036-5

Plus en détail

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi n 05-01 du 6 février 2005 Source : www.droit-algerie.com [NB - Loi n 05-01 du 6 février 2005 relative à la prévention

Plus en détail

Guinée. Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de Guinée et l étranger

Guinée. Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de Guinée et l étranger Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de et l étranger Instruction de la Banque de n 112/DGAEM/RCH/00 Chapitre 1 - Objet Art.1.- La présente Instruction a pour

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales :

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales : Fiche Info Financière assurance-vie pour des assurances liées à des fonds d investissement Optilife 2 Luxembourg Type d assurance-vie Garanties Garanties principales : Optilife 2 Luxembourg est un contrat

Plus en détail