Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile."

Transcription

1 I. REGLES PREALABLES A L'EXPERTISE.- Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. 1. Le secret professionnel, institué dans l'intérêt des malades, s'impose à tout médecin dans les conditions établies par la loi. Le secret couvre tout ce qui est venu à la connaissance du médecin dans l'exercice de sa profession, c'est-à-dire non seulement ce qui lui a été confié, mais également ce qu'il a vu, entendu ou compris. 2. Le médecin ne doit jamais se départir d'une attitude correcte et attentive envers le malade : il doit respecter la dignité de celui-ci. 3. Le technicien commis doit accomplir sa mission avec "conscience, objectivité et impartialité". 4. L'expert doit toujours manifester "son entière indépendance" : le technicien doit accomplir personnellement sa mission. 5. Le médecin expert doit, avant d'entreprendre toute opération d'expertise, informer de sa mission la personne qu'il doit examiner. 6. Nul ne peut être à la fois médecin expert et médecin traitant pour un même malade. 7. Incompatibilité entre l'activité d'expert judiciaire et médecin-conseil, quant à l'acceptation d'une mission judiciaire d'un blessé déjà examiné à la demande d'une société d'assurance pour le même accident. 8. Le médecin expert ne doit pas s'immiscer dans le traitement : article 82 du Code de déontologie. 9. Lorsque l'expertise a un caractère contradictoire, le médecin doit faciliter la tâche de ses confrères, en particulier par la convocation directe, les indications sur les documents médicaux, les avis spécialisés et les éléments du rapport. Nous envisagerons deux cas : 1. Expertise Sécurité Sociale du 07/01/ En matière d'expertise judiciaire civile II.EXPERTISE SECURITE SOCIALE DU 07/01/ Rappelons que la procédure prévoit : 1. Le médecin-conseil établit un protocole d'accord qui comprend : La lettre de réclamation de l'assuré L'avis du médecin-conseil L'avis du médecin traitant La mission dont les termes doivent être clairs, uniquement en rapport avec le litige : ce protocole est signé par le médecin qui peut discuter les termes de la mission, s'il ne lui semble pas un tel objet du litige. 2. Le déroulement de l'expertise est précis dans le temps : Convocation dans les 15 jours, en avisant le médecin traitant et le médecin -conseil L'examen n'est pas obligatoirement contradictoire 1 sur 5 1/06/06 16:17

2 Délai de 48 heures pour adresser les conclusions motivées au contrôle médical et à la victime en accident du travail, et au médecin traitant en assurance maladie. Délai d'un mois pour adresser le rapport au contrôle médical, 15 jours de délai pour la caisse pour notifier la décision à l'assuré. L'assuré peut contester la décision de l'expertise devant la commission de recours dans les 2 mois de la notification, et ensuite en cas de rejet devant le TASS. Le rapport du médecin doit comporter : Le rappel du protocole. L'exposé des constatations au cours de son examen. La discussion des points qui lui ont été soumis. Les conclusions motivées aux questions posées. 3. Les inobservations des règles de l'expertise : cas de vices d'expertises : Le non-respect de la procédure : - Dans la désignation de l'expert. - Dans le délai de convocation, les remises de conclusions au dépôt du rapport. Ailleurs, la technique médicale est défaillante : l'absence d'examen clinique est motif sérieux de vice d'expertise. Contradiction interne dans le rapport ou entre le rapport et la conclusion. L'expert peut ne pas répondre en tout, ou en partie, à la mission. Les conclusions motivées peuvent divulguer un diagnostic médical, ce qui constitue une violation du secret professionnel. L'expert a dépassé la limite de la mission dans les conclusions motivées ou n'a pas donné de motivation à ces informations. III. EN MATIERE D'EXPERTISE JUDICIAIRE CIVILE.- L'expertise en matière civile est régie par un certain droit dont l'inobservation peut entraîner la nullité de l'expertise. Cette nullité : est absolue si ce n'est qu'une règle de fond qui a été violée, ou relative, s'il s'agit d'une règle en rapport avec la forme. Et nous envisagerons : Les cas de nullités absolues. Les cas de nullités relatives. Les irrégularités réelles de l'apparence qui n'entraînent pas de nullité. Les effets de nullités. A - CAS DE NULLITÉS ABSOLUES.- Règles : Elles concernent essentiellement l'inobservation des règles de fond de l'expertise. Peu importe que l'irrégularité commise ait entraîné ou non un préjudice. La nullité absolue peut être soulevée par toutes parties en cause. 2 sur 5 1/06/06 16:17

3 Ce sont : 1) L'incapacité absolue d'être expert : Cas de personnes frappées de dégradation civique ou privées des droits civiques. 2) Exécution par un autre expert que celui qui était désigné : Le technicien, investi de ses pouvoirs par le juge en raison de sa qualification, doit remplir personnellement la mission qui lui est confiée. S'il se trouve dans l'incapacité de s'en acquitter (surcharge de travail, maladie, autres causes), il a toujours la possibilité de se récuser. Contrairement à la réquisition, l'expertise ne doit pas obligatoirement être acceptée, mais le refus doit être motivé. 3) Exécution par un seul expert lorsque légalement il en fallait plusieurs. 4) Absence de mention dans le rapport d'un dire détaillé du conseil de l'une des parties. 5) Défaut de signature du rapport : La signature authentifie le rapport. Sans signature, il ne signifie plus d'un acte authentique. Habituellement, en pratique, si le rapport n'est pas signé, le magistrat ou le greffier le retourne à l'expert pour signature. 6) Omission de la date ou indication d'une fausse date. B - CAS DE NULLITÉS RELATIVES.- La nullité : Ne peut être évoquée que par la partie à qui l' irrégularité fait grief. Le tribunal ne la relève pas d'office. Elle ne peut être prononcée que si la partie qui l'invoque prouve le préjudice qu'elle a subi. 1) Expertise pratiquée par une personne dans l'incapacité relative d'être expert : Rappelons qu'il existe une disposition légale interdisant la désignation comme expert judiciaire d'une personne qui pratique des expertises privées, comme par exemple les compagnies d'assurance, soit des avocats, soit des victimes. Mais un médecin ne peut examiner comme expert judiciaire un blessé qu'il a déjà examiné à la demande d'une compagnie d'assurance. Il est tenu de se récuser. Le même cas s'applique lorsqu'il a examiné la victime à la demande de son avocat, ou à sa demande. Un médecin ne doit pas, de préférence, accepter de mission dans une affaire où sont en jeu les intérêts d'une compagnie dont il est habituellement le conseil. Les médecins traitants ne peuvent procéder à l'expertise de leurs malades : il ne s'agit que d'une nullité relative qui reste possible si les parties avisées de la situation donnent leur accord en toute connaissance de cause. 2) Non-respect du caractère contradictoire : L'expertise civile doit être contradictoire : les parties en cause doivent être en mesure de contredire les constatations de l'expert. Ceci implique : Que les convocations sont régulièrement faites. Que les parties aient la possibilité de faire leurs observations, même quand l'expert a procédé à 3 sur 5 1/06/06 16:17

4 certaines opérations en leur absence. 3) Dépassement par l'expert de sa mission : Toute constatation effectuée par l'expert en dehors du cadre de sa mission est dépourvue de sa valeur. Elle ne fait aucunement foi : tout avis qu'il donne sans qu'il soit demandé par le juge est réputé nul. L'expert : Ne doit pas rétrécir le cadre de sa mission. Il doit répondre aux questions qui sont posées, en exposant au besoin son embarras ou en développant ses doutes. Il doit donner son avis sur les points pour l'examen des cas pour lesquels il a été commis. Ne doit pas élargir la mission de sa propre initiative. Ce n'est pas au technicien de juger de l'opportunité de donner son avis sur des questions qui ne lui ont pas été explicitement posées. Si l'expert dépasse sa mission, il s'expose à voir son rapport frappé de nullité, mais à vrai dire le chapitre discussion médico-légale permet d'apporter les éléments de solution à des questions qui ne sont pas posées mais qui peuvent avoir un intérêt pour le règlement du litige. C - LES IRRÉGULARITÉS RÉELLES OU APPARENTES N'ENTRAÎNANT PAS DE NULLITÉS.- 1) Pendant l'expertise : L'expertise doit être contradictoire mais elle peut être effectuée "à l'improviste" pour déjouer une fraude à condition qu'il n'y ait pas atteinte aux droits de la défense. Consultation d'une précédente expertise frappée d'une nullité : Les nouveaux experts peuvent parfaitement faire état de certains renseignements puisés dans une première expertise, même si celle -ci a été écartée en raison de son caractère non contradictoire. 2) Après l'expertise: Dépôt du rapport après le délai prescrit : Le technicien doit respecter les délais impartis mais s'il n'est pas en mesure de déposer le rapport dans les délais, il doit demander au juge de proroger le délai en exposant le motif du report. Toutefois, le dépôt du rapport après délai n'entraîne pas la nullité. Absence de mention de certaines pièces dans le rapport : L'expert n'est pas tenu de mentionner dans son rapport toutes les pièces qui lui ont été communiquées. Absence d'attestation du caractère personnel de l'exécution des opérations d'expertise : L'expert doit toujours remplir personnellement la mission qui lui est confiée. Il est désigné intuitu personae et, dès lors que le rapport est revêtu de sa signature, il est présumé avoir accompli les opérations. Absence ou inexactitude d'une mention concernant une opération réellement effectuée : La mission ou l'inexactitude d'une mission ne peut entraîner la nullité de l'expertise que si elle a été établie par l'une des parties. D - LES EFFETS DE LA NULLITÉ.- 1) Réparation de la cause de nullité : La nullité ne frappe que l'opération affectée par l'irrégularité. Pour le reste de l'expertise, il reste valable mais les opérations qui sont nulles peuvent être rendues valables s'il y a un moyen de faire disparaître le vice dont elles sont entachées. Si ce n'est pas possible, il y a toujours la ressource de les recommencer : si un expert s'aperçoit d'une 4 sur 5 1/06/06 16:17

5 erreur commise, il peut prendre l'initiative de son propre chef de ré intervenir dans les conclusions. 2) Rejet du rapport annulé : Si les irrégularités d'expertise n'ont pas pu être réparées, que la nullité du rapport est constatée, le juge peut statuer et ordonner une nouvelle expertise sans faire référence à l'expertise annulée. a) Jugement ne tenant pas compte de l'expertise : Le juge peut parfaitement statuer sans faire référence à l'expertise annulée. L'expertise n'est jamais obligatoire pour lui et le rapport n'est qu'un simple avis que ne le lie aucunement. b) Nouvelle expertise : Si un rapport est rejeté, il y a habituellement une nouvelle expertise : il s'agit de recommencer l'expertise déjà ordonnée ; celle-ci peut être confiée à un même expert, à un autre expert, et même à un collège de trois experts. 3) Utilisation du rapport à titre de simple renseignement : Rien n'oblige un magistrat à ordonner une nouvelle expertise. Si un rapport est annulé parce qu'il est irrégulier, il peut être irréprochable sur le fond et les constatations et les conclusions peuvent être sérieuses, et servir de simples enseignements dont le magistrat peut se servir pour établir ses décisions. Le juge peut ainsi puiser des informations dans les notes des parties reproduites par l'expert, même si son rapport est annulé, dès lors qu'elles ont été contradictoirement débattues devant elles. 5 sur 5 1/06/06 16:17

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

DYSFONCTIONNEMENTS JURIDIQUES & MEDICAUX

DYSFONCTIONNEMENTS JURIDIQUES & MEDICAUX DESCRIPTIF DES DYSFONCTIONNEMENTS DES SERVICES JURIDIQUES ET MEDICAUX DE LA SECURITE SOCIALE Vous êtes victime de dysfonctionnements des services juridiques et médicaux de la Caisse Primaire d Assurance

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 Le décret du 13 août 2013 précise les conditions d'inscription sur un tableau d'experts près une cour administrative

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME DEUXIEME CHAMBRE. Requête N 21710/93. François MERCURY. contre. France RAPPORT DE LA COMMISSION

COMMISSION EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME DEUXIEME CHAMBRE. Requête N 21710/93. François MERCURY. contre. France RAPPORT DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME DEUXIEME CHAMBRE Requête N 21710/93 François MERCURY contre France RAPPORT DE LA COMMISSION (adopté le 28 juin 1995) TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION (par.

Plus en détail

L EXPERTISE MEDICALE EN MATIERE DE SECURITE SOCIALE. Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006

L EXPERTISE MEDICALE EN MATIERE DE SECURITE SOCIALE. Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006 Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006 Préambule Décision prise par le praticien conseil ou Différend d ordre médical en cours d instance d un contentieux administratif Voie de recours légale EXPERTISE

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Première Chambre), siégeant en chambre du conseil le 12 janvier 1994 en

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies Nations Unies AT T/DEC/635 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 6 juillet 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 635 Affaire No 701 : DAVIDSON Contre : Le Comité mixte de

Plus en détail

DRM/Département des REglementations d'assurance Maladie Division des Prestations et de l'accès aux Soins

DRM/Département des REglementations d'assurance Maladie Division des Prestations et de l'accès aux Soins CIRCULAIRE : 111/2004 Date : 21/09/2004 Objet : Mise en œuvre de l'article 42 de la LFSS 2004 sur le contrôle des indemnités journalières - Articles L.315-1 et L.315-2 du Code de la Sécurité Sociale Affaire

Plus en détail

FORMATION DES CHAMBRES DE COMMERCE

FORMATION DES CHAMBRES DE COMMERCE A - Collège électoral FORMATION DES CHAMBRES DE COMMERCE Art. 3. - Le Collège électoral appelé à élire les membres des Chambres de Commerce comprend les personnes de l'un ou l'autre sexe, chefs ou représentants

Plus en détail

LES COMITES MEDICAUX LA COMMISSION DE REFORME

LES COMITES MEDICAUX LA COMMISSION DE REFORME Circulaire d'informations n 2009/03 du 15 février 2009 LES COMITES MEDICAUX LA COMMISSION DE REFORME Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires ; -

Plus en détail

Règlement relatif aux accidents du travail du personnel des services de Police

Règlement relatif aux accidents du travail du personnel des services de Police Règlement relatif aux accidents du travail du personnel des services de Police Ce règlement est rédigé par l Administration de l expertise médicale (Medex) en exécution de l article X.III.10. 3 de l AR

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Guide pratique MDPH Partie 3 Fiche n IV-3 CNSA - DGAS Version 1 Décembre 2008 CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Plan : 1. Quelles

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Dans le présent règlement, à moins que le contexte ne l'indique autrement, on entend par : a) «AQAN» Association

Plus en détail

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TCI, CNITAAT ET COUR DE CASSATION

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TCI, CNITAAT ET COUR DE CASSATION Guide pratique MDPH Partie 3 Fiche n IV-2 CNSA - DGAS Version 1 Décembre 2008 CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TCI, CNITAAT ET COUR DE CASSATION Plan : 1. Quelles sont les décisions concernées?...

Plus en détail

PLAN DE SAUVEGARDE DE L EMPLOI

PLAN DE SAUVEGARDE DE L EMPLOI PLAN DE SAUVEGARDE DE L EMPLOI L article L 1233-61 du Code du travail dispose qu un plan de sauvegarde de l emploi doit être élaboré dans les entreprises d au moins 50 salariés qui envisagent de supprimer

Plus en détail

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les exigences formelles formulées par le Code de la consommation en matière d'offre de prêt immobilier n'ont que que pour souci la

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 jeudi 5 septembre 2013 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 Mme X. / Vacances Carrefour DISCUSSION Sur le moyen unique Attendu, selon l arrêt attaqué (Versailles, 8 septembre 2011),

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL DE CENTRALE, DE PROXIMITE ET SPECIAUX DES MINISTERES ECONOMIQUE ET FINANCIER Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9326) sur la commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients (K 3 03) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Titre I Dispositions

Plus en détail

Traitement des contentieux. Jacqueline CARDONA

Traitement des contentieux. Jacqueline CARDONA Traitement des contentieux Jacqueline CARDONA Maladie Blessure PHASE EVOLUTIVE Stabilisation INVALIDITE Indemnités Journalières Pension Contestation Incapacité de travail Expertise L 141-1 Tribunal Contentieux

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE Les procédures de rectification de l'impôt Introduction L'administration fiscale procède régulièrement à des contrôles des sommes

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

Guide de l expert devant les tribunaux administratifs et les cours administratives d appel

Guide de l expert devant les tribunaux administratifs et les cours administratives d appel Guide de l expert devant les tribunaux administratifs et les cours administratives d appel Novembre 2006 2 L expert est un collaborateur du service public de la justice, appelé à éclairer la juridiction

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

COUR D'APPEL DE DOUAI

COUR D'APPEL DE DOUAI COUR D'AEL DE DOUAI CHAMBRE 1 SECTION 2 ARRÊT DU 11/04/2007 * * * N RG : 05/03877 JUGEMENT (N 2000/1641) rendu le 12 Mai 2005 par le Tribunal de Grande Instance de VALENCIENNES ARRÊT AVANT DIRE DROIT rendu

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause

Claude Sicard Demandeur-intimé c. Dr Maria Subak, entreprise Appelante et Commission d'accès à l'information du Québec & Michel Laporte Mis en cause REJB 2000-18782 Texte intégral Cour du Québec (Chambre civile) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT de Montréal 500-02-077338-999 DATE : 29 mai 2000 EN PRÉSENCE DE : Armando Aznar, J.C.Q. Claude Sicard Demandeur-intimé

Plus en détail

Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1

Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1 STATUTS DE LA CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES DE LA RATP Conformément aux dispositions du Décret 2004-174 du 23 février 2004 Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1 CHAPITRE

Plus en détail

Règles et pratiques de l'expertise médicale pour les juridictions civiles et administratives

Règles et pratiques de l'expertise médicale pour les juridictions civiles et administratives Règles et pratiques de l'expertise médicale pour les juridictions civiles et administratives Dr M.Segondy Introduction L'expertise médicale : Les différents acteurs La déontologie Epertise en matière civile

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 12 janvier 2016 N de pourvoi: 13-26318 Publié au bulletin Cassation partielle M. Frouin (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP

Plus en détail

Le rôle des Commissions de Conciliation et d Indemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins

Le rôle des Commissions de Conciliation et d Indemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins Le rôle des Commissions de Conciliation et d ndemnisation en cas de dommage consécutif à un acte de prévention, de diagnostic et de soins La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 a mis en place un dispositif amiable,

Plus en détail

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance)

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) Livre VI - Des difficultés des entreprises Titre Ier - De la prévention des difficultés des entreprises Chapitre Ier - De la prévention des difficultés

Plus en détail

LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE

LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE Le projet de réforme, étudié strictement sous l aspect des délais de procédure, reprend

Plus en détail

Le suivi socio-judiciaire

Le suivi socio-judiciaire Le suivi socio-judiciaire Instauré en 1998 pour assurer un contrôle des personnes condamnées pour des infractions sexuelles et une assistance après leur peine, le SSJ (suivi socio-judiciaire) subit une

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental Pascale Mathieu Secrétaire générale Jean-François Dumas Délégué du président aux affaires juridiques Mathilde Guest Conseillère juridique Ns. Ref. : DJA/PM/MG/ n 1/ 2012.09.06 L examen des contrats - L

Plus en détail

L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL. Maitre Candide POTTIER. Avocat spécialisé. Membre de l'anadavi. 24 rue de la Paix 74000 ANNECY

L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL. Maitre Candide POTTIER. Avocat spécialisé. Membre de l'anadavi. 24 rue de la Paix 74000 ANNECY L'ASSISTANCE DES VICTIMES DE DOMMAGE CORPOREL Maitre Candide POTTIER Avocat spécialisé Membre de l'anadavi 24 rue de la Paix 74000 ANNECY Dr Christophe TARDY Médecin conseil de blessés Spécialiste en médecine

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

Composition Présidente: Gabrielle Multone Marianne Jungo, Johannes Frölicher

Composition Présidente: Gabrielle Multone Marianne Jungo, Johannes Frölicher Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 603 2014 241 Arrêt du 24 mars 2015 III e Cour administrative Composition Présidente:

Plus en détail

Numéro du rôle : 4339. Arrêt n 161/2008 du 20 novembre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4339. Arrêt n 161/2008 du 20 novembre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4339 Arrêt n 161/2008 du 20 novembre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux dispositions régissant la liquidation des associations sans but lucratif, posées

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 10BX00529 Inédit au recueil Lebon 6ème chambre (formation à 3) M. JACQ, président M. Jean-Emmanuel RICHARD, rapporteur M. GOSSELIN, rapporteur public BOULLOCHE,

Plus en détail

Le rôle du juge dans l'exécution des sentences arbitrales

Le rôle du juge dans l'exécution des sentences arbitrales Programme EuroMed Justice Séminaire : Justice et affaires commerciales Programme Athènes, du 12 au 15 Novembre 2007 Le rôle du juge dans l'exécution des sentences arbitrales Présenté par : IDRISSI AMRAOUI

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle

Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle Avis juridique important 31975R0337 Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle Journal officiel

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du CEJOE

REGLEMENT INTERIEUR du CEJOE REGLEMENT INTERIEUR du CEJOE 1. ARTICLE 1 : PREAMBULE Le présent règlement intérieur du Collège des Experts Judiciaires Ostéopathes Exclusifs, CEJOE, a pour objet de compléter les statuts et d en déterminer

Plus en détail

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse:

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: confie au mandataire 1 nom/adresse: le mandat décrit dans le présent contrat:

Plus en détail

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011)

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) Le décret n 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l arbitrage est entré en vigueur au 1 er mai 2011 sous réserves de dispositions

Plus en détail

COUR D'APPEL DE ROUEN DEUXIÈME CHAMBRE ARRÊT DU 25 OCTOBRE 2007

COUR D'APPEL DE ROUEN DEUXIÈME CHAMBRE ARRÊT DU 25 OCTOBRE 2007 R.G : 06/02835 COUR D'APPEL DE ROUEN DEUXIÈME CHAMBRE ARRÊT DU 25 OCTOBRE 2007 DÉCISION DÉFÉRÉE : TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE BERNAY du 08 Juin 2006 APPELANTE : SOCIÉTÉ I C 27290 MONTFORT SUR RISLE

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité L INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS LIES AUX ACTES MEDICAUX EN ALLEMAGNE Textes de référence :! 611 et suivants du Code civil allemand (BGB)! 823 et suivants du Code civil (BGB)! 223 al. 2 du Code

Plus en détail

Organisation & conduite des réunions d expertise

Organisation & conduite des réunions d expertise DOCUMENT DE TRAVAIL INTERNE A LA CNEJITA Groupe de Travail Expertise Civile (GTEC) Organisation & conduite des réunions d expertise Bonnes pratiques de l expertise judiciaire civile dans le domaine des

Plus en détail

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1982 N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif aux chambres régionales des comptes et modifiant

Plus en détail

«Les règlements non juridictionnels en médecine»

«Les règlements non juridictionnels en médecine» «Les règlements non juridictionnels en médecine» C.E.T.A.N.T. 6/11/2010 jl mairesse Définition. Les Modes Alternatifs représentent une forme de justice certainement plus ancienne que la Justice d État.

Plus en détail

REFERE ADMINISTRATIF

REFERE ADMINISTRATIF REFERE ADMINISTRATIF Les procédures de référé permettent d obtenir du juge - plus précisément du «juge des référés» - et dans un délai plus ou moins rapide des mesures provisoires ou conservatoires c est-à-dire

Plus en détail

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité),

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité), Entre les soussignés, Personne morale :...(dénomination sociale),...(forme),...(capital),...(rcs),...(numéro SIREN) dont le siège social est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom),

Plus en détail

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE Sommaire Présentation de la L avis de la : Recours Références Juridiques ANNEXES pour un accident de service / de trajet pour une maladie professionnelle pour un

Plus en détail

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON?

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? Certaines expertises conduites durant les procédures judiciaires peuvent donner lieu à la question prioritaire de

Plus en détail

DISPONIBILITE SERVICE «GESTION DES CARRIERES»

DISPONIBILITE SERVICE «GESTION DES CARRIERES» REFERENCES JURIDIQUES Articles 72 et 73 de la loi 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale ; Décret 86-68 du 13 janvier 1986 relatif aux positions

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

Quels sont les différents types de contrôle auxquels vous pouvez faire l objet?

Quels sont les différents types de contrôle auxquels vous pouvez faire l objet? Quels sont les différents types de contrôle auxquels vous pouvez faire l objet? 1 Le contrôle sur pièces L examen de votre déclaration permet à l agent de l administration fiscale d examiner de son bureau

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-21269 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Defrenois

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

Numéro du rôle : 4534. Arrêt n 147/2009 du 30 septembre 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4534. Arrêt n 147/2009 du 30 septembre 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4534 Arrêt n 147/2009 du 30 septembre 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 488bis, h), 2, du Code civil, tel qu il a été remplacé par l article 8 de

Plus en détail

Le Président a mis l' affaire en délibéré et a indiqué aux parties la date à laquelle le jugement serait rendu.

Le Président a mis l' affaire en délibéré et a indiqué aux parties la date à laquelle le jugement serait rendu. Extrait des Minutes du Greffe du Tribunal d'instance de Nancy DU 23 OCTOBRE 2007 RÉPERTOIRE N 865/2007 Code n 56 c TRIBUNAL D'INSTANCE DE NANCY JUGEMENT DU VINGT TROIS OCTOBRE DE L'AN DEUX MILLE SEPT EN

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre) N 1020470 M. Raymond AVRILLIER RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre) M. Roussel, Rapporteur M. Le Broussois, Rapporteur public Audience

Plus en détail

TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES

TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES R.G. n 2009/11673/A Divorce Au fond Contradictoire TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE DE BRUXELLES EN CAUSE DE: Monsieur X, domicilié à Bruxelles, rue de..., demandeur originaire, défendeur sur reconvention,

Plus en détail

Tribunal de Grande Instance de Paris, Jugement du 4 février 2003

Tribunal de Grande Instance de Paris, Jugement du 4 février 2003 Tribunal de Grande Instance de Paris, Jugement du 4 février 2003 Association Familles de France / Sa Père-Noël.fr, Sa Voyage Père-Noël.fr contrat - commerce électronique - vente en ligne - clause abusive

Plus en détail

Conditions générales de vente de notre prestataire voyage au CHILI.

Conditions générales de vente de notre prestataire voyage au CHILI. Conditions générales de vente de notre prestataire voyage au CHILI. Conformément à l'article R.211-14 du Code du tourisme, les brochures et les contrats de voyages proposés par les agents de voyages à

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

N 08/243 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 08/243 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 08/243 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. DAROLLE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Christiane BEAUTES Chambre sociale Arrêt du 22 Juin 2009 PARTIES DEVANT

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES AUDIENCE DU 11 mars 2014 En cause de : Monsieur A, et son épouse, Madame B, domiciliés XXX, demandeurs comparaissant personnellement

Plus en détail

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée :

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1313375/9 M. X Mme Doumergue Juge des référés Ordonnance du 15 octobre 2013 54-035-02-03 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés, Vu la requête,

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr DISCIPLINE 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note du 16 juin 2011 Cette note porte sur la procédure disciplinaire applicable

Plus en détail

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4 Livret de l indemnisation Infractions Conditions d indemnisation 1 Délai de saisine 2 Faits générateurs 3 des dommages Lieu de l infraction 4 Faute de la victime 5 Nature et gravité 6 du préjudice Procédure

Plus en détail

I EXISTENCE D'UN OU PLUSIEURS SYNDICATS SECONDAIRES

I EXISTENCE D'UN OU PLUSIEURS SYNDICATS SECONDAIRES C.N.E.C. - Brève... janvier 2011 Commission relative à la copropriété - Recommandation n 13 bis modifiant la recommandation n 13 relative au conseil syndical (cas particuliers) - Janvier 2011 La présente

Plus en détail

LES DIFFICULTES INTRINSEQUES DU PV DE DIFFICULTES.

LES DIFFICULTES INTRINSEQUES DU PV DE DIFFICULTES. LES DIFFICULTES INTRINSEQUES DU PV DE DIFFICULTES. Article juridique publié le 11/06/2013, vu 6168 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Le PV de difficultés, est essentiel dans le cadre de liquidation de

Plus en détail

Tribunal des conflits. N 3895 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Paris. M. Imbert. Séance du 18 mars 2013. Rapporteur : M.

Tribunal des conflits. N 3895 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Paris. M. Imbert. Séance du 18 mars 2013. Rapporteur : M. 1 Tribunal des conflits N 3895 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Paris M. Imbert Séance du 18 mars 2013 Rapporteur : M. Edmond Honorat Commissaire du gouvernement : Mme Anne-Marie Batut CONCLUSIONS

Plus en détail

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012)

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) S5 Les membres du CIAS sont désignés pour une période renouvelable de quatre ans. Les nominations doivent avoir

Plus en détail

Déroulement de l expertise médico-légale en droit commun

Déroulement de l expertise médico-légale en droit commun Déroulement de l expertise médico-légale en droit commun Philippe Azouvi Médecine Physique et de Réadaptation AP-HP, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint Quentin Et ER6, UPMC

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl N 1303891 M. X. Mme Ozenne Rapporteur Mme Syndique Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Versailles (3 ème

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

L organisation du conseil de prud hommes

L organisation du conseil de prud hommes L organisation du conseil de prud hommes Fiche 1 Objectif Comprendre la structure du conseil de prud hommes. Connaître la section compétente. Prérequis Lecture des articles R. 1423-34, R. 1432-4, R. 1423-5

Plus en détail

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 12 SEPTEMBRE 2011. Appelante, comparaissant par son conseil Maître Dereau, avocat à La Louvière ;

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 12 SEPTEMBRE 2011. Appelante, comparaissant par son conseil Maître Dereau, avocat à La Louvière ; R.G. 2010/AM/333 2 ème Chambre ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 12 SEPTEMBRE 2011 Contrat de travail Employé Licenciement pour motif grave. Article 578 du Code judiciaire Arrêt contradictoire, définitif. EN

Plus en détail

L avocat et l assurance de protection juridique

L avocat et l assurance de protection juridique Chapitre 20 L avocat et l assurance de protection juridique Section 1 - Comment aborder un client assuré en protection juridique?... 1 Section 2 - À partir de quand l intervention de l avocat est-elle

Plus en détail

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Objet Origine Direction des Affaires Juridiques INSG0111 RESUME : La présente instruction a pour objet de concentrer sur un même document l'ensemble

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT (C.G.A.) DU CIRAD

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT (C.G.A.) DU CIRAD CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT (C.G.A.) DU CIRAD Mise à jour du 11 février 2015 Chapitre I : Dispositions communes Article 1 Champ d application des présentes conditions Les présentes Conditions Générales

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 12 MAI 2014 S.13.0092.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.13.0092.F VILLE DU RŒULX, représentée par son collège communal, dont les bureaux sont établis au Rœulx, Grand Place, 1, demanderesse en

Plus en détail

Sur rapport du Ministre auprès du Premier Ministre, chargé du Budget,

Sur rapport du Ministre auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union - Discipline -Travail DECRET N 2013-858 DU 19 DECEMBRE 2013 PORTANT GUIDE DE PROCEDURE DU CONTROLE APRES DEDOUANEMENT LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

Plus en détail

L arbitrage maritime en France

L arbitrage maritime en France Politique maritime L arbitrage maritime en France François Arradon Président de la Chambre arbitrale maritime de Paris Chacun sait que l arbitrage est un mode de règlement des litiges, mais certains ignorent

Plus en détail

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844 ORGANISATION OF AFRICAN UNITY ORGANISATION DE L UNITE AFRICAINE Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844 PROTOCOLE RELATIF A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

Plus en détail

Départ et mise à la retraite : les règles en 2010

Départ et mise à la retraite : les règles en 2010 Départ et mise à la retraite : les règles en 2010 L'âge légal Les changements n'ont pas impacté l'âge légal de départ à la retraite, qui reste toujours fixé à 60 ans. Toutefois, une remise en cause de

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 JUIN 2009 C.08.0362.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.08.0362.N O.W. R., Me Willy van Eeckhoutte, avocat à la Cour de cassation, contre AXA BELGIUM, société anonyme. I. La procédure devant

Plus en détail

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Selon le code civil (art. 1984), le mandat est l acte par lequel une personne, le mandant, donne à une autre, le mandataire, le pouvoir de faire quelque chose en son nom.

Plus en détail