SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB"

Transcription

1 SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB 13K242] Références du document 13K242 Date du document 10/08/98 2. Les procédures purement fiscales (imposition, taxation, redressement) s'appliquent indépendamment de la loi du 17 juillet Tout d'abord, elle n'impose à l'administration aucune communication spontanée de documents administratifs à l'occasion de procédures fiscales telles que la procédure d'imposition. Si cette loi oblige les administrations à faire droit aux demandes de communication de documents administratifs, sous réserve d'exceptions prévues en son article 6 - lequel vise d'ailleurs les documents dont la divulgation porterait notamment atteinte à la recherche des infractions fiscales et douanières - de telles demandes ne peuvent avoir pour effet d'empêcher de courir un délai prévu par la loi fiscale à l'expiration duquel s'attachent des effets de droit. La violation de la loi du 17 juillet 1978 sur la communication des documents administratifs est donc sans incidence sur la régularité de la procédure d'imposition (CE, 16 juin 1986, n , 7ème et 8ème soussections, SCP Riché, Blondel, Av). Toutefois, la circonstance qu'un document ne soit pas communicable au regard de la loi du 17 juillet 1978 ne préjuge pas la suite à donner à une demande de communication présentée par le contribuable dans le cadre de la procédure de redressements lorsque le document en cause sert de fondement aux redressements notifiés. L'administration est effectivement tenue de communiquer les pièces en cause au contribuable dans la mesure où il les demande et avant que la procédure de redressements soit définitivement close. B. MODALITÉS DE L'ACCÈS 20La personne désireuse d'obtenir la communication d'un document doit, dans un premier temps, en faire la demande à l'autorité qui le détient. Cette exigence logique résulte aussi bien de l'article 2 de la loi du 17 juillet 1978 qui prévoit que «les documents administratifs sont de plein droit communicables aux personnes qui en font la demande», que de l'article 2 du décret du 28 avril 1988 relatif à la procédure d'accès aux documents administratifs en vertu duquel «le silence gardé pendant plus d'un mois par l'autorité compétente saisie d'une demande de communication de documents (...) vaut décision de refus». 1. La demande n'est soumise à aucun formalisme particulier. 21Toutefois, pour répondre aux exigences du législateur : - elle doit, en principe, être faite par écrit : pour faire reconnaître son droit à la communication, le demandeur du document doit, à tout moment de la procédure, pouvoir établir l'existence d'une demande préalable ; - elle doit être suffisamment précise pour permettre d'identifier le document dont la communication est souhaitée (cf. ci-avant n s 7 et 8 ). 2. La demande doit être recevable. 22Pour être recevable, la demande doit effectivement porter sur la communication d'un document. Les dispositions de l'article 4 de la loi du 17 juillet 1978 n'ont pas pour objet ou pour effet de charger le service compétent de procéder à des recherches en vue de fournir au demandeur des renseignements ou une documentation sur un sujet donné. C'est ainsi que la CADA a déclaré irrecevable la requête d'un contribuable qui demandait les références cadastrales d'un immeuble, l'année de construction et les caractéristiques de cet immeuble ainsi que le nom de son propriétaire. Elle a estimé qu'il s'agissait d'une demande de renseignements et non d'une demande de communication de documents. 3. La demande doit, en principe, être adressée à l'administration compétente. SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB 13K242] 1

2 23L'usager adresse sa demande au service détenteur du document auquel il souhaite accéder. Toutefois, l'autorité destinataire d'une demande mal dirigée est tenue de transmettre cette dernière au service qui détient le document en cause, même si celui-ci ne relève pas de la même administration, voire n'appartient pas aux services de l'état. Il résulte de cette obligation que les services fiscaux, saisis à tort d'une demande de communication, doivent rechercher le service, l'établissement public, l'organisme ou la collectivité concerné et lui transmettre dans le meilleur délai. La transmission est alors réputée faite au jour du dépôt de la demande et les délais sont «conservés» au bénéfice du demandeur (article 7 du décret n du 23 novembre 1983 concernant les relations entre l'administration et les usagers). 4. La demande doit faire l'objet d'une réponse dans un délai d'un mois. 24L'autorité compétente - en règle générale le directeur dont relève le service saisi (2 de l'article 1er du décret n du 24 décembre 1997) - a l'obligation de répondre à la demande dans le délai d'un mois. Il importe que ce délai soit strictement respecté. C. LA COMMUNICATION ET SES MODALITÉS 25Aux termes de l'article 4 de la loi du 17 juillet 1978, l'accès aux documents administratifs s'exerce : - par consultation gratuite sur place, sauf si la préservation du document ne le permet pas ou n'en permet pas la reproduction ; - sous réserve que la reproduction ne nuise pas à la conservation du document, par délivrance de copies en un seul exemplaire, aux frais de la personne qui les sollicite et sans que ces frais puissent excéder le coût réel des charges de fonctionnement créées par l'application du présent titre. Le service doit délivrer la copie sollicitée. 26Un arrêté du 29 mai 1980 du Ministre du Budget a fixé à 1 franc la page le montant des frais de copie à la charge des demandeurs. Les frais de copie sont acquittés dans les recettes des impôts étant précisé, d'une part, que le demandeur peut s'acquitter de ces frais dans la recette de son choix (comptabilisation des frais : R 15, L 300) et d'autre part, que l'administration est en droit d'exiger le règlement préalable de ces frais. Le choix du mode d'accès est laissé au demandeur. À défaut de toute indication quant au mode de consultation souhaité par l'usager, le service lui précisera obligatoirement dans sa réponse les modalités de mise à disposition des documents. 27Compte tenu du droit de communication et des modalités d'accès sus-énoncées, il est précisé qu'une demande de communication de documents peut être satisfaite intégralement, partiellement ou rejetée dans sa totalité. 1. Communication intégrale du document. 28Dès lors que la demande porte sur un document, en possession de l'administration fiscale - non nominatif ou nominatif mais sollicitée par la personne concernée ou un tiers dûment mandaté par ce dernier, ou par la personne concernée et nommément désignée dans ledit document -, ce document est communicable à l'intéressé dans le délai d'un mois dans les conditions précitées. 2. Communication partielle. 29La communication est partielle si la demande porte sur un document comportant un ou plusieurs passages dont la divulgation porterait atteinte à un secret protégé en application de la loi du 17 juillet 1978 (article 6). Les modalités de communication demeurent les mêmes avec l'obligation de notifier au demandeur le refus partiel, sous forme de décision écrite motivée (article 7), avec accusé de réception postal, et toujours dans le délai d'un mois. 3. Refus de communication. SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB 13K242] 2

3 30Le refus de communication sera notifié au demandeur sous forme de décision écrite motivée (article 7), avec accusé de réception postal, dans le délai d'un mois. D. LES VOIES DE RECOURS 31Le demandeur peut saisir la commission d'accès aux documents administratifs (CADA), créée par l'article 5 de la loi du 17 juillet 1978, du refus exprès ou tacite (silence de plus d'un mois) qui lui a été opposé, par simple lettre adressée à son secrétariat, 64, rue de Varenne, Paris. I. Le stade pré-contentieux : la procédure devant la CADA 1. Un préalable obligatoire. 32Le décret du 28 avril 1988 (article 2, alinéas 2 et 3) codifie la règle fondamentale introduite par la jurisprudence du Conseil d'état (section, Mme X..., 19 février 1982, Lebon p. 78) selon laquelle la saisine de la CADA est un préalable obligatoire à tout recours contentieux. 2. Le délai de saisine. 33La CADA doit, en principe, être saisie dans le délai de recours pour excès de pouvoir (deux mois) à compter soit de la décision expresse de refus de communication (total ou partiel) notifiée par l'administration, soit de l'expiration du délai de réponse d'un mois imparti à l'autorité compétente. Le juge administratif déclare «tardive et par suite irrecevable... la réclamation formée postérieurement à l'expiration du délai de recours pour excès de pouvoir qui a couru contre la décision» (CE, section, X..., 25 juillet 1986, Lebon p. 215). Le défaut de saisine de la CADA dans le délai entache les conclusions du requérant d'une «irrecevabilité manifeste insusceptible d'être couverte en cours d'instance» (CE, X..., 24 février 1984 ; X..., 27 juillet 1984). 3. La composition de la CADA. 34D'après l'article 1er du décret n du 6 décembre 1978, la CADA est composée des personnes suivantes : a) Un membre du Conseil d'état en activité ou honoraire d'un grade au moins égal à celui de conseiller d'état, président, un magistrat de la Cour de cassation en activité ou honoraire et un magistrat de la Cour des comptes en activité ou honoraire nommés par décret sur la proposition, respectivement, du vice-président du Conseil d'état, du premier président de la Cour de cassation et du premier président de la Cour des comptes ; b) Un député et un sénateur désignés respectivement par le président de l'assemblée nationale et par le président de Sénat ; c) Un représentant du Premier ministre ; d) Un membre d'un conseil général ou d'un conseil municipal désigné par décision conjointe du président du Sénat et du président de l'assemblée nationale ; e) Un professeur de l'enseignement supérieur en activité ou honoraire nommé par décret ; f) Le directeur général des archives de France ou, en cas d'empêchement, son représentant ; g) Le directeur de la documentation française ou, en cas d'empêchement, son représentant. 35Un suppléant est désigné dans les mêmes conditions que chacun des membres mentionnés du a au e cidessus. Le mandat de ces membres et de leurs suppléants est de trois ans. Il est renouvelable. En cas de partage égal des voix, celle du président est prépondérante. Le président appelle en outre à participer aux travaux de la commission, à titre consultatif, un représentant de l'administration, de la collectivité publique, de l'établissement public ou de l'organisme chargé de la gestion d'un service public, intéressé par la délibération. 4. La procédure devant la CADA. 36La commission dispose, à compter du jour de l'enregistrement de la requête, d'un délai d'un mois pour notifier son avis à l'autorité compétente. Pendant ce laps de temps, son secrétariat accuse réception de la SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB 13K242] 3

4 requête et prend immédiatement contact avec l'administration désignée par le requérant comme l'auteur d'un refus de communication, ceci afin que lui soient transmis les documents litigieux et les motifs du refus. Au sein de la Direction Générale des Impôts, la CADA a pour interlocuteur unique le Service du contentieux (Bureau IV A 1, 11 rue Tronchet, Paris 8e) qui centralise les informations demandées par elle et assure les contacts et échanges préalables à sa délibération. Lorsque par suite d'une erreur, les services locaux reçoivent directement une correspondance du secrétariat de la CADA, il y a lieu d'en informer immédiatement par téléphone et télécopie le bureau IV A 1. L'avis rendu par la commission sur le refus de communication est notifié au requérant ainsi qu'à l'administration concernée : pour la Direction Générale des Impôts, le Service du contentieux qui le transmet à la direction compétente. Cet avis peut être favorable à la communication ou défavorable. La demande peut être aussi déclarée sans objet par la CADA, notamment lorsque le document concerné a été communiqué entre le dépôt de la demande et l'adoption de l'avis. 5. La portée des avis de la CADA. 37En droit, les avis de la CADA ne lient pas l'administration qui n'est pas tenue de les suivre. Ainsi le conseil d'état l'a affirmé dans sa jurisprudence : - l'avis de la Commission n'a pas le caractère d'une décision faisant grief (CE, X..., 27 avril 1983 ; CE, Mme X..., 21 novembre 1986 ; CE, X..., 24 juin 1987) ; - il ne constitue donc pas une décision administrative susceptible de faire l'objet d'un recours pour excès de pouvoir (CE, Époux Y..., 27 avril 1983 ; CE, Mme X..., 21 octobre 1983 et 6 décembre 1985) ; - le fait pour la Commission de n'avoir pas rendu son avis dans le délai d'un mois qui lui est imparti, est sans incidence sur la régularité de la décision attaquée (CE, Association SOS Défense, 9 mars 1983 et 23 octobre 1987) ; - enfin, la lettre adressée au requérant par le secrétariat de la Commission l'invitant à fournir certaines pièces à l'appui de sa saisine (demande préalable à l'administration et, le cas échéant, refus de celle-ci) ne constitue pas une décision faisant grief et dès lors n'est pas susceptible de recours pour excès de pouvoir (CE, 25 mai 1983, X... ). Il est donc impossible de contester directement devant le juge les avis de la CADA. Cette impossibilité résulte de la volonté du législateur d'abord, du juge administratif ensuite, de ne pas créer un espace décisionnel supplémentaire qui aurait inévitablement suscité un surcroît de contentieux. II. Le stade contentieux : recours pour excès de pouvoir 38Le demandeur pourra, à l'expiration d'un délai de deux mois courant à compter du jour où la Commission a enregistré sa demande d'avis, et quel que soit le sens de ce dernier, contester devant le juge administratif par la voie d'un recours pour excès de pouvoir la décision de refus de communication qui lui est opposée. Telle est la portée du dernier alinéa de l'article 2 du décret du 28 avril 1988, qui prévoit que «le silence gardé par l'autorité compétente pendant plus de deux mois à compter de la saisine de la Commission par l'intéressé vaut décision de refus». Le délai de recours contentieux est prorogé jusqu'à la notification à l'intéressé de la réponse de l'administration : il courra donc indéfiniment si cette dernière choisit de conserver le silence. 39En vertu des dispositions du décret n du 12 octobre 1993 (JO du 19 octobre 1993, page 14549), les directeurs régionaux et les directeurs des services fiscaux sont compétents pour représenter l'état devant le tribunal administratif dans les instances ressortissant au contentieux de l'excès de pouvoir introduites depuis le 1er janvier 1994 et dirigées contre leurs propres décisions ou contre les décisions prises par les agents placés sous leur autorité. En appel, l'affaire est suivie par le bureau IV A 1. SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB 13K242] 4

5 40Enfin, lorsqu'il est saisi d'un recours contentieux contre un refus de communication d'un document administratif, le juge administratif doit, en vertu des dispositions de la loi du 17 juillet 1978, statuer dans le délai de six mois à compter de l'enregistrement de la requête. SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB 13K242] 5

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement)

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) 1 L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) L agrément d association de protection de l environnement permet d être appelé

Plus en détail

Chapitre premier : Des dispositions générales

Chapitre premier : Des dispositions générales REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ORDONNANCE N 2011-22 du 23 février 2011 Portant Charte d accès à l information publique et aux documents administratifs LE PRESIDENT DU CONSEIL SUPREME POUR

Plus en détail

REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE-ATLANTIQUE REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE-ATLANTIQUE REGLEMENT GENERAL REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE-ATLANTIQUE REGLEMENT GENERAL Préambule La réutilisation des informations publiques La réutilisation des informations

Plus en détail

Elle apporte également bon nombre d'éléments d'analyse très intéressants quant à cette taxe. Lecture commentée. I. Contexte

Elle apporte également bon nombre d'éléments d'analyse très intéressants quant à cette taxe. Lecture commentée. I. Contexte L'arrêt de principe du Conseil d'etat sur la taxe sur la distribution gratuite à domicile d'imprimés non adressés : il ne s'agit pas d'un octroi, et, de plus Sylvie Bollen - Juillet 2004 Ce 24 juin 2004,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N /5-2 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Pottier Magistrat désigné

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N /5-2 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Pottier Magistrat désigné TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1507065/5-2 M. J A Mme Pottier Magistrat désigné M. Lebdiri Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Paris (5ème Section

Plus en détail

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 Les droits et obligations liés aux activités numériques Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 La loi du 6 janvier 1978 dite «loi Informatique et Libertés» a été profondément remanié suite à la

Plus en détail

Annexe : Les archives du Conseil constitutionnel

Annexe : Les archives du Conseil constitutionnel Annexe : Les archives du Conseil constitutionnel Source : Services du Conseil constitutionnel Édition du 12 octobre 2011 Annexe : Les archives du Conseil constitutionnel... 1 - Code du patrimoine - Partie

Plus en détail

Blaise Vuille (président du collège), Ruth Beutler, Andreas Trommer, juges, Marie-Claire Sauterel, greffière. contre

Blaise Vuille (président du collège), Ruth Beutler, Andreas Trommer, juges, Marie-Claire Sauterel, greffière. contre B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i f f é d é r a l T r i b u n a l e a m m i n i s t r a t i v o f e d e r a l e T r i b u n a l a d m i n i s t r a

Plus en détail

DÉCRET-LOI Nº 27/78 Création de l office des cafés

DÉCRET-LOI Nº 27/78 Création de l office des cafés DÉCRET-LOI Nº 27/78 Création de l office des cafés Chapitre 1. DE LA DENOMINATION, DU SIEGE, DE L'OBJET Article: 1 Il est créé un Office des Cafés, sous le sigle *OCIR-Café*, ci-après dénommé l'office.

Plus en détail

LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE. Généralités Règles communes à toutes les délégations

LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE. Généralités Règles communes à toutes les délégations LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE Fiche 2 Base réglementaire : (voir annexe fiche 2) Délégations aux adjoints et conseillers municipaux : o CGCT : article L. 2122-18 Délégations

Plus en détail

COMMUNICATION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS COMMUNAUX

COMMUNICATION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS COMMUNAUX COMMUNICATION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS COMMUNAUX PROBLEME La transparence des activités administratives communales participe à la démocratie locale. Toutefois, la multiplication des tâches des collectivités

Plus en détail

Supprimer la dernière phrase

Supprimer la dernière phrase DECRET N 85-397 DU 3 AVRIL 1985 RELATIF A L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Modifié par : - Décret n 85-1230 du 23 novembre 1985 (J.O. du 24 novembre 1985) ; - Décret

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR 16 mai 2000 *

ARRÊT DE LA COUR 16 mai 2000 * ARRÊT DE LA COUR 16 mai 2000 * Dans l'affaire C-87/99, ayant pour objet une demande adressée à la Cour, en application de l'article 177 du traité CE (devenu article 234 CE), par le Tribunal administratif

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique PARTIE PERMANENTE Administration Centrale DÉCRET N 75-205 pris pour l'application de l'article 43 de la loi n o 71-575 du 16 juillet 1971 portant organisation

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 COMMENT CONTESTER MES IMPÔTS? RECOURS GRACIEUX ET RECOURS CONTENTIEUX

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 COMMENT CONTESTER MES IMPÔTS? RECOURS GRACIEUX ET RECOURS CONTENTIEUX COMMENT CONTESTER MES IMPÔTS? RECOURS GRACIEUX ET RECOURS CONTENTIEUX Les recours ouverts aux contribuables pour contester l'impôt Introduction Le contribuable se trouvant en désaccord avec l'administration

Plus en détail

LOI N 2004-006 du 26 juillet 2004. portant réorganisation et fonctionnement du. Conseil de Discipline Budgétaire et Financière CHAPITRE PREMIER

LOI N 2004-006 du 26 juillet 2004. portant réorganisation et fonctionnement du. Conseil de Discipline Budgétaire et Financière CHAPITRE PREMIER LOI N 2004-006 du 26 juillet 2004 portant réorganisation et fonctionnement du Conseil de Discipline Budgétaire et Financière (JO n 2921 du 09.08.04, p.2702) DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE PREMIER Article

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat le versement de la somme de 5 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat le versement de la somme de 5 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux chh N 304301 SOCIETE PRO DECOR M. Gilles Pellissier Rapporteur Mme Julie Burguburu Rapporteur public REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Conseil d'etat

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 36378/97 par Remi BERTUZZI contre

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation,

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation, Numéro du rôle : 1060 Arrêt n 12/98 du 11 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation, La Cour d arbitrage,

Plus en détail

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana. Loi n 99-024. sur l'hypothèque judiciaire provisoire EXPOSE DES MOTIFS

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana. Loi n 99-024. sur l'hypothèque judiciaire provisoire EXPOSE DES MOTIFS REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana Loi n 99-024 sur l'hypothèque judiciaire provisoire EXPOSE DES MOTIFS L'hypothèque est l'affectation d'un bien immeuble à la garantie d'une

Plus en détail

Numéros du rôle : 1718 et 1719. Arrêt n 115/2000 du 16 novembre 2000 A R R E T

Numéros du rôle : 1718 et 1719. Arrêt n 115/2000 du 16 novembre 2000 A R R E T Numéros du rôle : 1718 et 1719 Arrêt n 115/2000 du 16 novembre 2000 A R R E T En cause : les recours en annulation partielle de l'article 12 du décret-programme de la Région wallonne du 16 décembre 1998

Plus en détail

Numéro du rôle : 4910. Arrêt n 45/2011 du 30 mars 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4910. Arrêt n 45/2011 du 30 mars 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4910 Arrêt n 45/2011 du 30 mars 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 12bis, 4, alinéa 3, du Code de la nationalité belge, tel qu il a été complété par

Plus en détail

Affaire Date Parties Domaine

Affaire Date Parties Domaine AVIS JURIDIQUE IMPORTANT: Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de "non-responsabilité" et sont protégées par un copyright. Affaire Date Parties Domaine C-239/98 Arrêt 1999-12-16

Plus en détail

La Commission Statut et Juridique

La Commission Statut et Juridique La Commission Statut et Juridique a pris connaissance d une note de service datée du 8 avril 2008, émanant de Monsieur SIMON, Directeur des Ressources Humaines de l Hôpital Paul Brousse. La note de service

Plus en détail

Association Clichoise d Aide aux Handicapés et aux Familles (ACAHF) Le Tribunal Interrégional de la Tarification Sanitaire et Sociale de Paris,

Association Clichoise d Aide aux Handicapés et aux Familles (ACAHF) Le Tribunal Interrégional de la Tarification Sanitaire et Sociale de Paris, TRIBUNAL INTERREGIONAL DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE DE PARIS REPUBLIQUE FRANÇAISE CONTENTIEUX N 08.005 PRESIDENT/RAPPORTEUR : Monsieur LEVY COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT : Monsieur GUILLOU SEANCE

Plus en détail

1 sur 5 14/05/2012 13:59

1 sur 5 14/05/2012 13:59 1 sur 5 14/05/2012 13:59 Références Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mercredi 16 mars 2011 N de pourvoi: 10-14005 10-14591 Publié au bulletin Irrecevabilité et cassation partielle

Plus en détail

Congé et allocation de présence parentale

Congé et allocation de présence parentale ANNEXE Congé et allocation de présence parentale L allocation de présence parentale est une nouvelle prestation familiale, créée par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2001 (1). Elle est

Plus en détail

RÈGLEMENT 840.11.1 d'application de la loi sur le logement du 9 septembre 1975 (RLL)

RÈGLEMENT 840.11.1 d'application de la loi sur le logement du 9 septembre 1975 (RLL) Adopté le 17.01.2007, entrée en vigueur le 01.03.2007 - Etat au 01.09.2015 (en vigueur) RÈGLEMENT 840.11.1 d'application de la loi sur le logement du 9 septembre 1975 (RLL) du 17 janvier 2007 LE CONSEIL

Plus en détail

Tout sinistre doit faire l objet d une déclaration à l aide d un imprimé type dont un exemplaire est en ligne sur le site de la CFE-CGC

Tout sinistre doit faire l objet d une déclaration à l aide d un imprimé type dont un exemplaire est en ligne sur le site de la CFE-CGC Notice d information La solidarité est une force Le contrat Responsabilité Civile Défenseur Juridique est proposé par la MACIF société d assurance mutuelle à cotisations variables Entreprise régie par

Plus en détail

Salarié protégé : contester l autorisation de licenciement

Salarié protégé : contester l autorisation de licenciement Fiche Express Salarié protégé : contester l autorisation de licenciement L'info pratique en droit du travail. AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 DÉCEMBRE 2014 C.13.0475.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0475.F HANKAR INVEST, société anonyme dont le siège social est établi à Anderlecht, avenue Docteur Zamenhof, 35, demanderesse en

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à l'information et à la protection des consommateurs dans le domaine de certaines opérations de crédit.

SENAT PROJET DE LOI. relatif à l'information et à la protection des consommateurs dans le domaine de certaines opérations de crédit. PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 90 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à l'information et à la protection des consommateurs dans le domaine de certaines opérations

Plus en détail

Registre national des crédits aux particuliers. Article 20

Registre national des crédits aux particuliers. Article 20 Section 3 Registre national des crédits aux particuliers Article 20 Le code de la consommation est ainsi modifié : 1. - La section 1 du chapitre III du titre III du livre III est intitulée : «dispositions

Plus en détail

QUATRE-VINGT-ONZIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-ONZIÈME SESSION QUATRE-VINGT-ONZIÈME SESSION Affaire Borrelly Jugement n o 2063 Le Tribunal administratif, Vu la requête dirigée contre l'organisation européenne des brevets (OEB), formée par M. Félix Borrelly le 31 mai

Plus en détail

Vu la procédure suivante :

Vu la procédure suivante : CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 402571 MINISTRE DE L INTÉRIEUR c/ M. A... Ordonnance du 23 août 2016 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante

Plus en détail

Arrêt du 10 juillet 2015 Cour des plaintes

Arrêt du 10 juillet 2015 Cour des plaintes B u n d e s s t r a f g e r i c h t T r i b u n a l p é n a l f é d é r a l T r i b u n a l e p e n a l e f e d e r a l e T r i b u n a l p e n a l f e d e r a l Numéro de dossier: RR.2015.42 Arrêt du

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/03/2016 Conseil d État N 387507 ECLI:FR:CESSR:2016:387507.20160210 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 10ème / 9ème SSR Mme Isabelle Lemesle, rapporteur Mme Aurélie Bretonneau, rapporteur

Plus en détail

CODE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVE

CODE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVE REPUBLIQUE TUNISIENNE CODE DE DROIT INTERNATIONAL PRIVE Publications de l'imprimerie Officielle de la République Tunisienne 2010 Loi n 98-97 du 27 novembre 1998, portant promulgation du code de droit

Plus en détail

Vu les informations complémentaires reçues en date du 11 décembre 2015

Vu les informations complémentaires reçues en date du 11 décembre 2015 1/12 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 07/2016 du 10 février 2016 Objet: Demande de l ASBL Identifin d accéder aux données du Registre national en vue de permettre aux entreprises

Plus en détail

Protocole (n 2) sur l'application des principes de subsidiarité et de proportionnalité (Lisbonne, 13 décembre 2007)

Protocole (n 2) sur l'application des principes de subsidiarité et de proportionnalité (Lisbonne, 13 décembre 2007) Protocole (n 2) sur l'application des principes de subsidiarité et de proportionnalité (Lisbonne, 13 décembre 2007) Légende: Protocole (n 2) sur l'application des principes de subsidiarité et de proportionnalité,

Plus en détail

Personne physique M/Mme... (nom, prénom) demeurant à. (adresse postale)

Personne physique M/Mme... (nom, prénom) demeurant à. (adresse postale) LICENCE DE RÉUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA CORREZE LICENCE DE RÉUTILISATION COMMERCIALE D'INFORMATIONS PUBLIQUES AVEC DIFFUSION D'IMAGES AU PUBLIC

Plus en détail

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE C E N T R E D E P A R T E M E N T A L D E G E S T I O N D E L A F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E D E L O I R E T C H E R LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE Je vous invite à prendre connaissance

Plus en détail

http://www.gouv.mc/dataweb/jourmon.nsf/100ab120e52ceb84c12568ce002f2909/e0...

http://www.gouv.mc/dataweb/jourmon.nsf/100ab120e52ceb84c12568ce002f2909/e0... Page 1 sur 6 N 7661 VENDREDI 23 JUILLET 2004 Lois ( Réglementation ) Loi n 1.287 du 15 juillet 2004 modifiant et complé tant la loi n 490 du 24 novembre 1948 sur les loyers commerciaux. RAINIER III PAR

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NÎMES N 1103391 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Brousse. Le maglstrat désigné

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NÎMES N 1103391 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Brousse. Le maglstrat désigné TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NÎMES N 1103391 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Brousse Magistrat désigné M. Saboureau Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nîmes

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1202678 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Truy AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Juge des référés 49-04-01-04.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1202678 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Truy AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Juge des référés 49-04-01-04. N 1202678 TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Truy AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Juge des référés Ordonnance du 18 octobre 2012 Le juge des référés statuant en urgence 49-04-01-04.03 54-035-02

Plus en détail

Collège de France ------ Direction des Bibliothèques et des Archives ------ Service des Archives ------ GUIDE D ARCHIVAGE

Collège de France ------ Direction des Bibliothèques et des Archives ------ Service des Archives ------ GUIDE D ARCHIVAGE Collège de France ------ Direction des Bibliothèques et des Archives ------ Service des Archives ------ GUIDE D ARCHIVAGE 11, place Marcelin Berthelot 75005 Paris tél : 01 44 27 10 36/13 63 e-mail : evelyne.maury@college-de-france.fr

Plus en détail

JORF n 0214 du 15 septembre 2010 page 16665 texte n 26

JORF n 0214 du 15 septembre 2010 page 16665 texte n 26 JORF n 0214 du 15 septembre 2010 page 16665 texte n 26 Convention-cadre nationale relative au contrôle, à titre expérimental, des arrêts maladie des fonctionnaires territoriaux par les caisses primaires

Plus en détail

COMMENT SE DÉROULERONT LES ÉLECTIONS POUR MESURER L AUDIENCE DES ORGANISATIONS SYNDICALES DANS LES TPE DE MOINS DE 11 SALARIÉS?

COMMENT SE DÉROULERONT LES ÉLECTIONS POUR MESURER L AUDIENCE DES ORGANISATIONS SYNDICALES DANS LES TPE DE MOINS DE 11 SALARIÉS? N 82 - SOCIAL n 40 En ligne sur le site www.fntp.fr le 23 juin 2016 ISSN 1769-4000 COMMENT SE DÉROULERONT LES ÉLECTIONS POUR MESURER L AUDIENCE DES ORGANISATIONS SYNDICALES DANS LES TPE DE MOINS DE 11

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMM. CM COUR DE CASSATION Audience publique du 4 février 2014 Cassation partielle M. PETIT, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n o F 11-12.607 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec (L.R.Q., c. R-5, a. 14 et a. 15 ; 2007, c. 21, a. 9 et a. 11) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

Formulaires mis à la disposition par la Division des Représentations des Salariés de l'inspection du Travail et des Mines

Formulaires mis à la disposition par la Division des Représentations des Salariés de l'inspection du Travail et des Mines Formulaires mis à la disposition par la Division des Représentations des Salariés de l'inspection du Travail et des Mines Ce document contient un regroupement de tous les modèles et formulaires nécessaires

Plus en détail

DÉFINITIF 12/09/2007

DÉFINITIF 12/09/2007 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION AFFAIRE FALZARANO ET BALLETTA c. ITALIE (Requête n o 6683/03) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

Les droits et garanties des contribuables vérifiés au Maroc. DGI - Maroc

Les droits et garanties des contribuables vérifiés au Maroc. DGI - Maroc ROYAUME DU MAROC Les droits et garanties des contribuables vérifiés au Maroc DGI - Maroc 14/03/2016 1 Introduction: PLAN I- Les différentes modalités d exercice du contrôle fiscal - Contrôle sur pièces

Plus en détail

Par une requête et un mémoire complémentaire, enregistrés 1 er 18 novembre 2015, M. A demande au tribunal :

Par une requête et un mémoire complémentaire, enregistrés 1 er 18 novembre 2015, M. A demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1508951/5-2 M. A Mme X Rapporteur M. Y Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Paris (5 ème section 2 ème chambre)

Plus en détail

Numéro du rôle : 228. Arrêt n 36/91 du 21 novembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 228. Arrêt n 36/91 du 21 novembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 228 Arrêt n 36/91 du 21 novembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par la sixième chambre de la cour d'appel de Liège par arrêt du 28 juin 1990 en cause du ministère

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 20/07/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-18471 Publié au bulletin Rejet M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

CONGÉ LONGUE MALADIE DES FONCTIONNAIRES

CONGÉ LONGUE MALADIE DES FONCTIONNAIRES CONGÉ LONGUE MALADIE DES FONCTIONNAIRES Définition de la longue maladie Une liste des maladies ouvrant droit à ce congé est fixée dans l arrêté du 14/03/1986 Si un agent demande à bénéficier du C.L.M pour

Plus en détail

N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 403026 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTRE DE L INTÉRIEUR c/ Mme B...et M. A... AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Ordonnance du 5 septembre 2016 LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure

Plus en détail

INSTRUCTION. N 10-024-V33 du 21 octobre 2010 NOR : BCR Z 10 00076 J

INSTRUCTION. N 10-024-V33 du 21 octobre 2010 NOR : BCR Z 10 00076 J INSTRUCTION N 10-024-V33 du 21 octobre 2010 NOR : BCR Z 10 00076 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique du mois d octobre 2010 GESTION DES DOSSIERS INDIVIDUELS DES AGENTS A, B

Plus en détail

A.Gt M.B

A.Gt M.B Docu 31158 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant exécution du décret du 10 avril 2003 relatif au fonctionnement des instances d'avis oeuvrant dans le secteur culturel A.Gt 30-06-2006

Plus en détail

VILLE DE FROUARD FOURNITURE DE RADIATEURS ELECTRIQUES POUR LES BESOINS DU CENTRE TECHNIQUE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD FOURNITURE DE RADIATEURS ELECTRIQUES POUR LES BESOINS DU CENTRE TECHNIQUE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD FOURNITURE DE RADIATEURS ELECTRIQUES POUR LES BESOINS DU CENTRE TECHNIQUE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) (le présent cahier des clauses administratives contient

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION POUR LES SOCIETES D ASSURANCES

CHARTE DE LA MEDIATION POUR LES SOCIETES D ASSURANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS CHARTE DE LA MEDIATION

Plus en détail

REGLEMENT. des. Equipes. Pluridisciplinaires (EP) - Juin 2009 -

REGLEMENT. des. Equipes. Pluridisciplinaires (EP) - Juin 2009 - REGLEMENT des Equipes Pluridisciplinaires (EP) - Juin 2009-1 Préambule La loi n 2008-1249 du 1er décembre 2008 généralisant le revenu de solidarité active (RSA) et réformant les politiques d insertion,

Plus en détail

Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002)

Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002) 1/11 Avis n 07/2010 du 17 mars 2010 Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002) La Commission de la

Plus en détail

Conseil d Etat, 24 septembre 2012, n (Fonction publique hospitalière Personnel Fonctionnaire hospitalier Maladie professionnelle )

Conseil d Etat, 24 septembre 2012, n (Fonction publique hospitalière Personnel Fonctionnaire hospitalier Maladie professionnelle ) Conseil d Etat, 24 septembre 2012, n 331081 (Fonction publique hospitalière Personnel Fonctionnaire hospitalier Maladie professionnelle ) Date : Type : Rubrique : Thème(s) : 24/09/2012 Jurisprudences 03.

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - AIDE SOCIALE - - REGLE GENERALE - Base juridique

NOTE JURIDIQUE - AIDE SOCIALE - - REGLE GENERALE - Base juridique Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - AIDE SOCIALE - - REGLE GENERALE - OBJET : L admission à l aide sociale Base juridique L.131-1 et suivants

Plus en détail

Exercice : 2010 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. La chambre régionale des comptes de Champagne-Ardenne, Lorraine,

Exercice : 2010 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. La chambre régionale des comptes de Champagne-Ardenne, Lorraine, Audience publique du 18 novembre 2014 Jugement n 2014-030 Lecture publique du 9 décembre 2014 EPLEFPA «Philippe de Vilmorin» de Bar-le-Duc N du compte : 055134990 Poste comptable : Agence comptable de

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN Avis du 3 juillet 2013 N 15 Chambre COMMUNE DE POMMIERS (Indre) SAISINE DE L AGENT COMPTABLE DE L AGENCE DE L EAU Article L. 1612-15 du code général des

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Marine nationale

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Marine nationale BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique PARTIE PERMANENTE Marine nationale INSTRUCTION N 379/DEF/DPMM/1/PRA - N 1851/DEF/DPMM/2/A relative à l'application des articles 432-12 et 432-13 du code

Plus en détail

Cour du travail de Bruxelles

Cour du travail de Bruxelles Numéro du répertoire Expédition Délivrée à 2015 / Date du prononcé 29 avril 2015 le JGR Numéro du rôle 2013/AB/694 Cour du travail de Bruxelles huitième chambre Arrêt Cour du travail de Bruxelles 2013/AB/694

Plus en détail

FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour

FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour DÉCRET TAXE DE SÉJOUR : TAXATION D OFFICE OBLIGATIONS DES COLLECTIVITÉS, HÉBERGEURS ET PLATEFORMES DE RÉSERVATION EN LIGNE Décret n 2015-970

Plus en détail

Numéro du rôle : 4797. Arrêt n 100/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4797. Arrêt n 100/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4797 Arrêt n 100/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1274 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l article 28 de la

Plus en détail

"Services": les services définis sur le site Internet ou dans les présentes Conditions;

Services: les services définis sur le site Internet ou dans les présentes Conditions; Conditions générales services en ligne OBPI A. GENERALITES 1. Définitions Au sens des présentes conditions générales, on entend par : " Compte Mon OBPI": l environnement accessible pour les titulaires

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE. Table des matières. Préface. PARTIE I. Règles de base. Chapitre I. Primes et avantages. Chapitre II. Manifestations scientifiques

CODE DE DEONTOLOGIE. Table des matières. Préface. PARTIE I. Règles de base. Chapitre I. Primes et avantages. Chapitre II. Manifestations scientifiques CODE DE DEONTOLOGIE Table des matières Préface PARTIE I. Règles de base Chapitre I. Primes et avantages Chapitre II. Manifestations scientifiques Chapitre III. Prestations de nature scientifique PARTIE

Plus en détail

Numéro du rôle : 410. Arrêt n 38/93. du 19 mai 1993 A R R E T

Numéro du rôle : 410. Arrêt n 38/93. du 19 mai 1993 A R R E T Numéro du rôle : 410 Arrêt n 38/93 du 19 mai 1993 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par la deuxième chambre du tribunal de première instance d'anvers, par jugement du 8 avril 1992 en

Plus en détail

Dossier : 02 15 13 Date : 20031023. Commissaire : M e Christiane Constant M. X. Demandeur. Ville de Deux-Montagnes. Organisme public DÉCISION

Dossier : 02 15 13 Date : 20031023. Commissaire : M e Christiane Constant M. X. Demandeur. Ville de Deux-Montagnes. Organisme public DÉCISION Dossier : 02 15 13 Date : 20031023 Commissaire : M e Christiane Constant M. X Demandeur c. Ville de Deux-Montagnes Organisme public DÉCISION L'OBJET DU LITIGE DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS [1]

Plus en détail

Conférence «Open Data et e-participation»

Conférence «Open Data et e-participation» Cadre juridique de l ouverture des données publiques en Tunisie Conférence «Open Data et e-participation» Organisée par l Unité de l administration électronique de la Présidence du gouvernement avec le

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION POUVOIR ADJUDICATEUR COMMUNE DE ROUSSILLON MARCHE PUBLIC PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE Articles 26 et 28 du Code des Marchés Publics REGLEMENT DE LA CONSULTATION OBJET DU MARCHE FOURNITURE DE GAZ ET

Plus en détail

L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle

L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle Pole juridique CGT Groupe Casino Par Antoine FERREIRA Le salarié victime d un accident du travail (autre qu un accident de trajet)

Plus en détail

CODE DE PROCÉDURE CIVILE

CODE DE PROCÉDURE CIVILE CODE DE PROCÉDURE CIVILE Chapitre IX : L'autorité parentale (Décret n 81-500 du 12 mai 1981) Section II : L'assistance éducative. Article 1181 Modifié par Décret n 2002-361 du 15 mars 2002 - art. 2 JORF

Plus en détail

RÉGLEMENT DE CONSULTATION. N 2016/00001 du 10 Juin 2016

RÉGLEMENT DE CONSULTATION. N 2016/00001 du 10 Juin 2016 PRÉFÈTE DE L'ESSONNE RÉGLEMENT DE CONSULTATION N 2016/00001 du 10 Juin 2016 Relatif au remplacement et à l extension du système de contrôle des accès de la préfecture de l Essonne et de la Cité Administrative

Plus en détail

Statut Praticien Contractuel

Statut Praticien Contractuel Statut Praticien Contractuel Extrait du Code de la Santé Publique Modifié par le décret n 2010 1141 du 29 septembre 2010 relatif aux personnels médicaux, pharmaceutiques et odontologiques hospitaliers

Plus en détail

MARCHE DE MAITRISE D'OEUVRE Mise aux normes du Local CSU A la mairie annexe d Eze bord de mer Villa les Platanes 22, avenue de la Liberté EZE

MARCHE DE MAITRISE D'OEUVRE Mise aux normes du Local CSU A la mairie annexe d Eze bord de mer Villa les Platanes 22, avenue de la Liberté EZE SIVOM de Villefranche sur Mer 4, rue de l Esquiaou BP128-06231 VILLEFRANCHE SUR MER MARCHE DE MAITRISE D'OEUVRE Mise aux normes du Local CSU A la mairie annexe d Eze bord de mer Villa les Platanes 22,

Plus en détail

PERMIS TACITES : LÉGISLATION ET CONTENTIEUX

PERMIS TACITES : LÉGISLATION ET CONTENTIEUX PERMIS TACITES : LÉGISLATION ET CONTENTIEUX PLAN Dispositif légal du permis tacite Principe : acquisition d une décision implicite au terme des délais d instruction Principe : naissance d une décision

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE 1000 Bruxelles, le Adresse postale : Ministère de la Justice

ROYAUME DE BELGIQUE 1000 Bruxelles, le Adresse postale : Ministère de la Justice ROYAUME DE BELGIQUE 1000 Bruxelles, le Adresse postale : Ministère de la Justice Bd. de Waterloo, 115 Bureaux : Rue de la Régence, 61 Tél. : 02 / 542.72.00 Fax : 02 / 542.72.12 COMMISSION DE LA PROTECTION

Plus en détail

Conclusions du Commissaire du Gouvernement.

Conclusions du Commissaire du Gouvernement. N 3981 - Prévention du risque de Conflit négatif Madame Elsa D. / l ETAT, Séance du 8 décembre 2014. Conclusions du Commissaire du Gouvernement. A la suite de plaintes et doléances de riverains de la résidence

Plus en détail

AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS

AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS République du Sénégal Un Peupjf:' - Un 6Vl - Un", foi AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS DECISION N 330/15/ARMP/CRD DU 11 NOVEMBRE 2015 DU COMIT~ DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION

Plus en détail

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) http://www2.assemblee-nationale.fr/questions/detail/14/qe/81439 14ème legislature Question N : 81439 De Mme Marie-Christine Dalloz ( Les Républicains - Jura ) Question

Plus en détail

Résolution des différends en matière d instruments documentaires

Résolution des différends en matière d instruments documentaires RÈGLEMENT DOCDEX Règlement d expertise de la Chambre de commerce internationale pour la Résolution des différends en matière d instruments documentaires Première revision En vigueur à compter du 15 mars

Plus en détail

DIRECTION TERRITORIALE DU BASSIN DE LA SEINE. Enlèvement et déchirage du bateau ROLLON stationné à Bougival (78)

DIRECTION TERRITORIALE DU BASSIN DE LA SEINE. Enlèvement et déchirage du bateau ROLLON stationné à Bougival (78) DIRECTION TERRITORIALE DU BASSIN DE LA SEINE 18, QUAI D'AUSTERLITZ 75013 PARIS TEL : 01 83 94 44 00 FAX : 01 83 94 44 01 www.vnf.fr Service Domaine Bureau des bateaux stationnaires Enlèvement et déchirage

Plus en détail

Circulaire DGP/SIAF.AACR/2010/010 du 29 juillet Dérogations aux règles de communicabilité des archives publiques règles générales et procédure

Circulaire DGP/SIAF.AACR/2010/010 du 29 juillet Dérogations aux règles de communicabilité des archives publiques règles générales et procédure RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la culture et de la communication NOR :MCCC1020225C Circulaire DGP/SIAF.AACR/2010/010 du 29 juillet 2010 Dérogations aux règles de communicabilité des archives publiques

Plus en détail

Vu les informations complémentaires reçues le 07/08/2014 et le 08/08/2014 ;

Vu les informations complémentaires reçues le 07/08/2014 et le 08/08/2014 ; 1/8 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 72/2014 du 10 septembre 2014 Objet: demande formulée par l'asbl RENTA en sa faveur et en celle de ses membres afin de pouvoir utiliser le numéro

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 171 du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour d appel d Anvers.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 171 du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour d appel d Anvers. Numéro du rôle : 5549 Arrêt n 168/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 171 du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour d appel d Anvers.

Plus en détail

Proposition de DIRECTIVE DU CONSEIL

Proposition de DIRECTIVE DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 1832015 COM(2015) 135 final 2015/0068 (CNS) Proposition de DIRECTIVE DU CONSEIL modifiant la directive 2011/16/UE en ce qui concerne l'échange automatique et obligatoire

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEDC/N2012-2138 SG/SRH/SDMEC/N2012-1188 Date: 13 décembre 2012

NOTE DE SERVICE DGER/SDEDC/N2012-2138 SG/SRH/SDMEC/N2012-1188 Date: 13 décembre 2012 MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET Direction générale de l'enseignement et de la recherche Service de l'enseignement technique Sous-direction des établissements, des dotations

Plus en détail

Imprimerie Officielle de la République Tunisienne

Imprimerie Officielle de la République Tunisienne REPUBLIQUE TUNISIENNE Code de la Nationalité Tunisienne 2016 Publications de l Edition revue et corrigée le 16 juin 2015 Adresse: avenue Farhat Hached 2098, Radès ville - Tunisie Tél.: 216 71 43 42 11

Plus en détail

Loi concernant la perception de droits de mutation sur les transferts immobiliers (LDMI) 1)

Loi concernant la perception de droits de mutation sur les transferts immobiliers (LDMI) 1) 20 novembre 1991 Loi concernant la perception de droits de mutation sur les transferts immobiliers (LDMI) 1) Etat au 1 er février 2013 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, sur la proposition

Plus en détail

LA SEPARATION DES ORDONNATEURS ET DES COMPTABLES

LA SEPARATION DES ORDONNATEURS ET DES COMPTABLES LA SEPARATION DES ORDONNATEURS ET DES COMPTABLES Grand principe du droit de la comptabilité publique, la séparation des ordonnateurs et des comptables remonte, comme les principes de droit budgétaire,

Plus en détail

Pas d assignation sans médiation préalable?

Pas d assignation sans médiation préalable? 1 Pas d assignation sans médiation préalable? A la suite du DÉCRET n 2015-282 du 11 mars 2015, toute assignation devra désormais être précédée de tentatives de règlement amiables des différends. Si la

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Fiscalité indirecte et administration fiscale Taxe sur la valeur ajoutée

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Fiscalité indirecte et administration fiscale Taxe sur la valeur ajoutée COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Fiscalité indirecte et administration fiscale Taxe sur la valeur ajoutée MISE À JOUR MARS 2015 VAT IN THE EUROPEAN COMMUNITY VADE-MECUM

Plus en détail