OULIE Lucile ( ) 1) Le témoin :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OULIE Lucile (1898 1988) 1) Le témoin :"

Transcription

1 1 OULIE Lucile ( ) 1) Le témoin : Lucile MALIGNON naît à Nîmes le 14 septembre 1898 d'une famille modeste. Fille de Timoléon Philogone Marius Malignon, employé des chemins de fer et de Marie Louise Roux, sans profession, Lucile a 5 frères et sœurs. Elle se marie le 27 septembre 1921 à Nîmes avec Julien Antoine OULIE, tout comme elle, membre du parti communiste français. Ensemble, ils ont une fille, Huguette née en La famille habitait, durant la Seconde Guerre mondiale, au 5 rue Vauban à Nîmes. Lucile avait eu une scolarité qui lui permettait juste de savoir lire et d'écrire des textes brefs. En 1939, suite à l'interdiction du parti communiste Français, elle rentre en résistance, et achète pour le parti, mais à son nom, un magasin rue Maréchal à Nîmes qui sert de couverture à une coopérative ouvrière qui vend des denrées alimentaires le jour et sert à la fabrication de tracts la nuit. Par la suite, elle est obligée de le vendre mais continue ses activités clandestines jusqu'au 12 septembre 1941, date à laquelle elle se fait arrêter et emmener à la maison d'arrêt de Nîmes. Elle passe ensuite par la prison des Présentines à Marseille, elle sera jugée le 05 novembre 1941, et condamnée pour «activité communiste» puis envoyée aux Beaumettes en novembre Le 9 février 1944, elle est transférée à la centrale de Rennes (Numéro d'écrou 11295). La même année, elle est emmenée au fort de Romainville. Le 16 mai 1944, elle est remise aux autorités allemandes et le 30 mai 1944 avec 81 de ses camarades et elle est déportée par le convoi n 362, de la gare de Pantin, jusqu' en Allemagne au camp de Ravensbrück. Elle sera déplacée par la suite, comme ses congénères qui ont survécu, au camp de Leipzig. Le camp est évacué par les Allemands, le 14 avril 1945, car ils craignent l'avancée russe. Commence alors pour elle, une grande marche, qu'elle a surnommée la grande marche de la mort... elle réussit à s'échapper de la colonne le 19 avril avec deux autres

2 2 prisonnières et pendant plus d'un mois, elles traversent l'allemagne et trouvent un centre de rapatriement alors que ses camarades restées dans la colonne, ont elles, été libérées le 17 avril 1945 par les Russes. Lucile est donc officiellement libérée le 17 mai A son retour en France, elle retrouve son mari et sa fille, elle reste une militante active du parti communiste et garde contact avec les autres ex-prisonnières et de nombreuses associations de déportés et résistants jusqu'à sa mort survenue le 13 Novembre 1988 à la maison de Retraite de Boisset- Gaujac. 2) Le témoignage : Ce témoignage n'a jamais été édité, selon la volonté de Lucile OULIE qui le destinait originellement à sa fille et ses petits-enfants (qu'elle cite en fin de témoignage, «Alain et Michel»). Cependant, elle ne l'a pas légué à sa famille puisque ce cahier s'est retrouvé en possession de Françoise Molinier, résistante communiste dont le mari a été déporté en Algérie, tout comme Julien OULIE. Peut-être est ce pour cette raison que Lucile lui a donné, ou peut être parce qu'elles faisaient partie du même parti politique et parce qu'elles avaient les mêmes convictions. On peut aussi se demander si le PCF n'a pas fait parvenir ce cahier à Françoise Molinier à la mort de Lucile car c'est madame Molinier qui a prononcé son éloge funèbre en tant que représentante du PCF pour ses obsèques. Le témoignage se présente originellement sous la forme d'un cahier d'écolier où elle a posé ses souvenirs au mois de novembre Le style est assez sobre, elle parle à la première personne, bien qu'elle utilise souvent «nous» ou «on», en parlant d'elle et de ses camarades de camp. Puisque de par son cursus scolaire elle ne possédait pas la maîtrise du français écrit, le cahier sur lequel elle a transcrit ses mémoires contient beaucoup de fautes et peu de ponctuation, ce qui rend le texte très dur à lire et à comprendre. De plus, le cahier original étant de mauvaise qualité papier, il se dégradait très vite: c'est pourquoi en avril 2002, la fille de Françoise MOLINIER, Marie-Claire MARC copie ce cahier via l outil informatique pour le rendre plus accessible aux personnes qui souhaitent le consulter. (Université Paul-Valéry, CRISES, bibliothèque Saint

3 3 Charles). 3) L analyse : Lucile OULIE parle à la première personne, du moins lorsque les événements la touchent,elle, précisément, ou parfois pour exprimer ses sentiments. Dés lors qu'elle parle d'un groupe, elle s'exprime avec «nous» ou «on». Elle cite énormément de noms, de camarades, de tierces personnes, et d'ennemies ; mais elle le fait de manière non précise, comme si le lecteur savait de qui elle parlait. On peut supposer que c'est parce qu'elle a retranscrit ses souvenirs «à la volée» sans structuration car elle s attendait à ce que son texte soit lu par des personnes à qui elle avait déjà dû parler de cette période de sa vie, et qui n'auraient donc pas de difficultés à resituer les protagonistes Son choix de narration ainsi que son style assez simple peuvent trouver leur origine par son faible niveau scolaire, mais par contre, le fait qu'elle parle beaucoup pour le groupe peut s'expliquer par son orientation politique. L'entrée en résistance au côté du Parti Communiste: Lucile OULIE commence son manuscrit sur le rôle du parti communiste en France durant la Second Guerre mondiale, et constate avec amertume que nombre de personnes, et même certaines liées à ce même parti, ne considèrent pas les actions menées par les pionniers de la Résistance comme de la «vraie» Résistance. (page 2) «certains d'entre nous s'entendent dire :«vous avez été arrêtés presque au début», donc pour cela nous n'avons pas fait de la résistance ; ceux là sont souvent privés de leurs droits, droit à leur carte de Résistant alors que l'on décore des gens qui, voyant le vent tourner, se sont mis dans les rangs au dernier moment» Mais Lucile se considère malgré tout, ainsi que ses camarades comme une «vraie» Résistante. Après cette brève introduction, elle commence son récit en 1939 lors de la dissolution du Parti Communiste et de nombreuses organisations liées à celui-ci. C'est donc aux cotés de quelques membres du PC que Lucile OULIE se lance dans des activités de Résistance en se consacrant à une coopérative ouvrière (couverture pour tirer des tracs), interdite par le gouvernement de par la dissolution du parti communiste dés 1939 par à l'initiative de Daladier. Dans ce contexte de début

4 4 du conflit, Lucile perçoit que la résistance n'est pas immédiate: (page 3) «une minorité de camarades se mirent à disposition du parti illégal. La crainte avait fait s'envoler les autres comme une nuée d'oiseaux on pouvait se compter...» De plus nous sommes loin des déraillements et autres actions de Résistance spectaculaires qui apparaîtront durant l'occupation. Ce témoignage illustre ce qu'ont été les premiers actes de résistance : cacher du matériel pour les tracs ainsi que de la marchandise qui pourra servir de couverture... Les camarades de Lucile ont une grande importance pour elle. Elle en parle avec un profond respect et beaucoup d'entre eux seront cités comme faisant partie de sa vie après la guerre. Parmi eux, «Léon Vergnole», décédé à l'époque où elle écrit ces lignes, qu'elle appelle affectueusement «frère», et à qui elle écrit durant sa captivité. Lui aussi est emprisonné et Lucile en est affectée: c'est elle qui va demander à l'agent de police de le laisser voir sa femme et sa fille âgée de trois ans. ( page 6) «Mais malgré tout ce fut un coup dur, car il était le principal responsable, la tête de notre groupe, et la police guettait, nous sachant privés de Vergnole, une faiblesse de notre part.» Un certain Paul semble important pour elle: elle l'hébergera plusieurs jours. Elle cite bon nombre de ses camarades résistants. On constate à la lecture que Lucile est très attachée à ses amies déportées, qui sont trop nombreuses pour qu'elle puisse les nommer toutes précisément Ce qui lui fait le plus mal, c'est de les voir dépérir, surtout les plus jeunes. ( page 46) «Elle s appelait Gilberte, bâtie comme un chêne. C était une belle jeune fille, grande avec des joues rouges, pleine de vie. Mais était-ce possible? Cette femme était devenue une loque maigre, les joues terreuses. [...].Puis ce fut Mireille Lauze qui put venir en cachette jusqu à la fenêtre de notre bloc. Mais nous avions peine à la reconnaître. C est impossible à décrire.» Elle a un immense respect pour ses compagnes, notamment celles qui sont mortes ( page 46) «Nous passons au Revir (infirmerie) et nous apercevons Odette Amblard, ainsi que Nini Afrosi de Nice qui nous dit adieu. C était la dernière fois que nous devions la voir. Elle est morte là-bas et celles qui sont revenues nous ont dit qu elle était partie à la chambre à gaz en chantant la Marseillaise» Notons aussi qu'à aucun moment elle ne fait de reproches à Pauline, la personne à qui elle doit son arrestation... même si elle est en colère.

5 5 L'engagement de Lucile la met de plus en plus en danger, elle et sa famille: Lucile va réellement se mettre en danger pour son Parti et ses idées, à qui elle voue une foi inébranlable. Léon Vergnole étant connu de la police, ne pouvait pas risquer de se compromettre, et ainsi l'intégralité du mouvement. ( page 3) «on me demanda d accepter de prêter mon nom de jeune fille.» On lui demande alors de prêter son nom de jeune fille, MALIGNON, pour acheter un magasin où écouler la marchandise de la coopérative. Cependant le groupe ne pouvait acheter n'importe quel bâtiment se sachant surveillé. L'idéal était pour ses membres un bâtiment à plusieurs sorties, pour s'échapper discrètement au moindre signal d'alerte. ( page 3) «Enfin, ils réussissent à trouver un fond de commerce rue Mareschal. Cette épicerie était ce qu il fallait. Il y avait plusieurs sorties: une rue Mareschal (donc celle du magasin), une dans le couloir qui donnait rue Mareschal, une à l arrière du magasin qui donnait rue Silbatier et une au premier étage qui donnait dans le couloir; en outre, dans la cour il y avait deux issues et on pouvait passer par la porte du docteur Granel. Donc, les camarades entraient par une porte et sortaient par une autre. Nous avons eu la chance que les policiers ne connaissent pas toutes ces sorties.» Les policiers obéissaient aux ordres directs de l'etat, et se devaient d'arrêter les communistes : ils n'auront de cesse de surveiller leurs faits et gestes, espérant les prendre sur le fait. Ils interrogeront les intéressés ainsi que leur entourage, parmi eux, le père de Lucile, à qui elle a demandé préalablement de dire que c'était lui qui lui avait prêté l'argent pour acheter le magasin. Le parti communiste s'organise suite à son interdiction, des mots d'ordre arrivent de Paris et c'est ici Léon Vergnole qui se charge de l'organisation du groupe sur Nîmes. Cependant, celui-ci est arrêté. Malgré la difficulté, Lucile continue le travail clandestin. Cela devenait d'autant plus dur qu'elle et ses camarades étaient connus de la police comme communistes. Dans un même temps, Julien, le mari de Lucile est mobilisé à Roquemaure, puis arrêté et lors du procès de Léon Vergnole, Lucile et son époux sont interrogés : elle à Nîmes, lui à Roquemaure. Un seul mot d ordre pour les époux OULIE, se taire et nier l'évidence. Lorsque ils se retrouvent à court d'encre pour les tracs, c'est Lucile qui va en chercher (à Aigues- Vives chez son beau-frère qui, étant peintre, lui fournit de l'huile de lin pour en fabriquer). Mais la fabrication de l'encre émet des odeurs désagréables et les voisins se posent des questions. La pression est de plus en plus forte, la femme de Léon Vergnole, qui travaille au magasin se fait harceler par les policiers qui viennent de concert avec les gendarmes- constamment narguer Lucile et ses camarades devant le magasin. Il devient de plus en plus dur de garder ses nerfs, et

6 6 plusieurs fois, elle manque de lâcher le mot de trop. (page 9 ) «Je sais que je n aurais pas dû faire cette réflexion; j ai reçu une belle engueulade par Paul et je reconnais qu il avait mille fois raisons, je ne cherche pas d excuses. Beaucoup de copains ne savent pas combien nous avons dû maîtriser nos nerfs depuis 1939, même avant.» Suite à la pression et aux interrogatoires incessants, Lucile redouble de prudence, à tel point que lorsque deux inconnus se présentent comme des camarades du Parti et disent qu'il cherchent le dénommé Paul, membre du parti communiste d'une vingtaine d'année et travaillant au magasin, elle les prend pour des policiers et les renvoie. (page 11) «Peu de temps après, Paul revient. Je lui ai raconté l affaire. Il a bondi. Je le revois encore me disant: Malheureuse, c est deux copains que l on nous a envoyés! Il est parti tout de suite et il a eu la chance de les retrouver. J ai été la première à les connaître. Ces deux copains, c étaient Jean Robert, Vincent Faïta qui hélas furent plus tard repris et guillotinés à la maison d arrêt de Nîmes.[...] Lorsque Paul nous a présentés, je n en menais pas large, mais ils m ont dit tu as fait ton boulot, car en effet nous aurions pu être de la police.» L'augmentation des prix et la restriction deviennent intenables, et le danger trop intense : bon nombre des camarades de Lucile fuient : la mère de Paul ainsi que Angèle, la femme et la fillette de Léon Vergnole. Puis le Magasin est liquidé, Lucile, qui en est la propriétaire officielle se doit de rester le temps de la vente, et les policiers sont toujours là, et cette fois, posent des questions sur Paul, qui loge chez Lucile. Ils l'attendent dans la rue du magasin prêts à l arrêter, Paul est averti in extremis (page 13) «Justement, Henri Julien, qui était dans le bain à cette époque, arrive au magasin, et les policiers faisaient le va et vient dans la rue. Je fis semblant de lui montrer de la marchandise, et je lui dis: attention si tu as du matériel sur toi, la police est venue réclamer Paul; si tu peux l avertir, au moins qu il ne vienne pas ici ce soir.». Une fois le magasin vendu, Lucile cherche du travail, malgré le contexte il faut bien nourrir sa fille Huguette qui aide sa mère comme elle peut, mais aussi la personne qu'elle va cacher, envoyée par le Parti chez elle, Denise Godefroy. Mais Lucile ne peut accueillir, malgré sa bonne volonté, tous les recherchés: elle a dû refuser de loger un jeune homme, se sachant surveillée par ses voisins, cependant, elle lui offrit le couvert, ( page 15) «Oh! Il fallait voir comment ce grand gosse de vingt ans était heureux, il ne savait comment manifester sa joie. Ces heures sont inoubliables et paient de bien des peines. Retrouvera-t-on un jour cette franche camaraderie née dans le danger? On vivait des heures de lutte avec joie, on était heureux d aider les copains». Le fait d'aider ces personnes est pour

7 7 Lucile très important et montre son esprit de solidarité, et son réel investissement en temps que «résistante» Le 12 septembre 1941 Lucile est arrêtée en tentant de protéger les siens : Elle revient du travail lorsqu'une de ces voisines la prévient de la présence de la police chez elle et lui conseille de partir. Mais pour Lucile, il est hors de question d'abandonner sa fille ainsi que Denise, toujours dans la maison. (page 15 ) «Mais j ai pensé à Denise, Denise Godefroy, avec qui je corresponds toujours, Denise dont j avais la responsabilité; à ma fille aussi, qui n avait que quatorze ans. J aurais pu fuir, mais j ai craint les conséquences pour elles deux. Puis, je ne laissais rien traîner chez moi, je pensais ne rien risquer» Lucile en voudra au Parti qui dira à son époux, que c'était de sa faute si elle s'était fait prendre, parce qu'on lui avait dit de quitter Nîmes, ce qu'elle dément formellement. De plus, en tant que mère, Lucile ne pouvait pas laisser sa fille seule avec les policiers, sa protégée non plus. Et sans son intervention, Denise aurait certainement été arrêtée, (page 16 ) «J ai compris qu il fallait agir vite, car il y avait assez de moi, pour essayer de la sauver. On avait du réflexe à ce moment-là. J ai brusquement ouvert la porte devant les policiers qui ont dit: Tiens! vous cachez quelqu un!. Mais avant qu elle réponde, je lui dis: Tu as reçu ma lettre, tu as bien fait de venir, car mon patron ne veut pas me donner la permission pour les vendanges. [ ] Elle a tout de suite compris, [...] Pour essayer de la faire partir, au cas où ils auraient un revirement, j ai fait comme si elle connaissait ma mère lui disant: va chercher ma mère, je ne peux laisser Huguette seule.[...] ce n était qu une combine, mais elle a pu se cacher chez Brignand qui l a gardée quelques temps.» Ce qui permit à Denise de se sauver pendant que Lucile se faisait arrêter sous les yeux de sa fille, à qui elle a dit qu'elle rentrerait le soir même. Elles ne devaient se revoir que 4 ans plus tard. Si Lucile est arrêtée, c'est à cause de l indiscrétion d'une certaine Pauline (personne à qui Lucile faisait confiance). Jamais, Lucile n'aurait imaginé que Pauline aurait fait preuve d'imprudence. D'où la colère de Lucile, lorsque le Parti lui a signifié que c'était son entière faute, si elle avait été arrêtée. Elle nuance cependant son propos quand à son ressentiment contre Pauline (page 18) «Et puis cette copine n avait pas notre expérience, car on n avait plus le temps de faire l éducation, surtout des sympathisants.». Les conditions de détentions: Les centres de détention ne sont pas propres, et rien n'est fait pour améliorer les conditions des

8 8 prisonnières politiques. Tout est fait pour maintenir les prisonnières dans l'insalubrité. (page 18) «Puis on s entassait dans une petite pièce jusqu au soir. Après la soupe, on regagnait nos cellules infectes où les punaises nous tenaient compagnie. La maison d arrêt de Nîmes est une des plus sales prisons que nous ayons connues.». Le pire étant les transports jusqu' au camp de Ravensbrück, puis de Leipzig. (page 42) «Une chaleur, dans un wagon sans air. Entassées comme des bêtes, et encore on donne davantage de place aux chevaux. Mais le plus terrible, c était l odeur de la tinette qui, après quelques heures, était déjà pleine. Les copines avaient la dysenterie. C est impossible à décrire. Le train secouant tout cela, tout se répandait sur le plancher, nous obligeant à rester debout.» Cependant les femmes essayaient de conserver un semblant d'hygiène et d'intimité. Les conditions de traitement de ces femmes sont très inégaux suivant les lieux de détentions, et les événements extérieurs de la résistance: aux Baumettes, après l assassinat de la chef des surveillantes (particulièrement infecte avec les prisonnières), les détenues ont eu droit à une «semi» liberté, ce qui n'a pas été le cas dans les autres prisons: En effet, Lucile nous avoue à demi-mot, que des camarades de l'extérieur, se sont «occupées» de la chef des surveillantes lorsque qu'ils ont pris connaissance de la façon dont elles étaient traitées. Ce fût alors un exemple, pour les autres gardiennes qui se sont montrées particulièrement attentionnées par la suite : ( page 31) «Nous nous demandions quelles seraient pour nous les conséquences de cette mort, s il n y aurait pas de représailles envers les copines. Mais ce fut le contraire. Ces femmes, ces gardiennes, qui nous traitaient durement, à part deux ou trois qui étaient correctes avec nous et qui ne changèrent rien à leur attitude, ce furent les plus mauvaises qui furent les plus plates, s abaissant à nous offrir du savon stock de nos tickets qu elles gardaient pour elles, nous demandant si nous n avions pas besoin de rien. La peur les faisait trembler.» La camaraderie et la solidarité font partie intégrante du quotidien de Lucile durant toute sa captivité. Dans tous les lieux de détention où s'est trouvée Lucile, elle a observé ce lien qui unissait toute ces femmes emprisonnées. Elles cherchent à communiquer entres elles, (page 22) «Nous avions aussi adopté un mode de communication. En tapant sur le mur, on composait, en suivant l alphabet, des mots, des phrases. C était long, mais nous arrivions à nous parler ainsi.». Aux Baumettes elles trouvent un trou dans le mur pour pouvoir se parler, et toutes les

9 9 autres cellules font leur propre trou pour qu'elles puissent communiquer de cellule en cellule. Ces femmes partagent tout, la nourriture, les rares colis qu'elles reçoivent de l'extérieur, mais aussi des moments «durs». Plusieurs fois, Lucile fait état de femmes perdant un proche et l'apprenant devant les autres. Elle même apprendra que sa nièce a été blessée dans l'explosion de l usine Rey à Nîmes. Elles sont unies par un fort sentiment. Lucile se lie avec plusieurs jeunes filles comme une certaine Eliette (page 29)«Elle ne voulait pas me quitter, elle est très affectueuse, mais nous avons demandé qu elle aille avec les J3, Andrée Julien, Josette Laurençon et Odette Amblard. Et on lui a accordé d aller avec ces copines. J ai vraiment langui. C était ma fille, elle m appelait sa mérotte. Mais il ne faut pas être égoïste, elle était mieux avec celles de son âge». Nombre de fois, Lucile nous relate que les prisonnières gardaient des provisions pour leurs camarades malades Et en Allemagne, à Ravensbrück, malgré leur faible état, elles soutenaient les plus faibles pour leur éviter de finir tuées d'une balle dans la tête lors de l'appel. C'est notamment grâce à cette solidarité que Lucile reviendra vivante d'allemagne : deux de ses camarades qui aurait pu s'échapper, restent avec elle pour la relever, lorsque les SS fuient Leipzig le 14 avril (page 54) «Déjà les chiens, habitués à étrangler ou à mordre, venaient vers moi. L officerine, révolver à la main, me donna l ordre de marcher. C était fini, car ceux qui ne pouvaient pas suivre étaient abattus comme des chiens. Mais Blanche et Madeleine, malgré leur faiblesse, leur fatigue immense, toutes deux supplièrent l officerine et me soulevèrent, me portant pendant un long trajet, battues, car nous avions la plus mauvaise place; nous étions à la fin de la colonne. Il faut savoir ce que cela représente pour ces compagnes, malades, mourantes de faim, de fatigue. Non, vraiment, il faut l avoir vécu pour le comprendre. Je leur dois la vie. Je leur dois d avoir retrouvé ma fille, mon mari. Jamais je ne pourrai oublier cette vie qu elles m ont conservée au prix de la leur.» On sent toute l'émotion de Lucile, qui précise que des milliers de comportements héroïques semblables ont eu lieu. Lucile et les autres prisonnières ne se laissent jamais abattre, malgré «le tragique» de leur situation. Elles se raccrochent à tout ce qu'elles peuvent, notamment à leurs proches. Lucile fait mention de lettres de proches lues devant toutes les prisonnières. De plus elles ne restent jamais sans rien faire, malgré la volonté des geôliers de les «abrutir à ne rien faire.» (page 24). Chacune a un rôle bien précis pour les loisirs. Ce dont Lucile témoigne page 23 «Avec du carton, nous avons fait un jeu de cartes. Nous en avions plein la main. Un jeu de dames, un jeu

10 10 d échecs...». Les plus instruites dispensaient des cours, dont Lucile a bénéficié, car elle ne savait pas bien écrire avant son arrivée en prison. Les fêtes ont une grande importance aux yeux des prisonnières, Lucile parle surtout des Noël et des 14 juillet. (page 32) «Nous avons obtenu que les nourrices viennent à notre fête le jour de Noël. Chaque gosse a eu sa poupée, du gâteau fait par nous-mêmes. Ces pauvres femmes pleuraient de joie. Leurs petits auraient leur Noël, malgré la détention. Chaque cellule avait fait son gâteau. C était un concours. Nous l avons fait le matin avant de sortir de nos cellules.[...]tout le monde a eu sa part de gâteau-prison. Nous avons fait des rideaux pour une scène avec des draps de lit que l on nous avait prêté, garnis de roses en papier. Le fond était décoré de fleurs et guirlandes, toujours en papier. On nous avait prêté une lanterne avec une bougie pour jouer une pièce.» Lorsque c'est possible, elles cuisinent avec les pauvres moyens à disposition. La nourriture est également énormément présente dans les écrits de Lucile, non pas simplement pour elle, mais pour toutes les autres, ce qui se comprend aisément dans des situations où souffrir de la faim est une torture quotidienne Lucile est témoin et actrice de rébellions, comme à la centrale de Rennes. (page 36/37 ) «Cela a commencé par une brimade. Une copine du Nord, qui était malade, demande qu on lui permette de reprendre sa robe en laine. Mais avant de la lui rendre, on la lui coupe de façon qu elle ne puisse s en servir. Elle s est révoltée de cet état de chose, alors on lui a ordonné de descendre au prétoire. Nous savions ce que cela voulait dire, nous n avons pas voulu. La gardienne avertit le chef, qui nous envoie des C.R.S. Toutes, nous nous sommes mises devant elle pour empêcher les gardes de l emmener. Ils nous menacent de jeter les gaz. Nous étions prêtes à briser les carreaux. Puis notre gardienne a voulu sortir, mais nous l en avons empêchée, lui disant: vous aussi vous en aurez si on nous en donne. Elle n en menait pas large.» Mais aussi au camp de Leipzig, un prisonnier qui ne travaille pas est une bouche inutile à nourrir, aussitôt mis dans les «convois noirs» qui partaient pour Auschwitz, camp d'extermination. Les prisonnières refusent de bouger, la médecin déportée également refuse d'obéir aux ordres. (page 50) «De rage, la commandant du camp a fait venir une doctoresse russe déportée, lui donnant l ordre de faire sortir des rangs les femmes qui étaient allées se faire soigner au Revier. Toutes, plus ou moins, nous y étions allées. Elle est passée dans les rangs et elle a refusé d en reconnaître parmi nous, malgré les menaces et les coups. Elle a empêché ces femmes d aller à une mort certaine» ; sans l'intervention de cette médecin Lucile aurait pu être comptée parmi les

11 11 victimes d'auschwitz. Il est important de noter que Lucile rapporte que, dés qu'elles le pouvaient, des prisonnières qui travaillaient dans les usines d armement sabotaient la production, parfois au prix de leur vie. Quand Lucile s'échappe suite à la débâcle de la traversée de l'elbe, elle n'est pas totalement soulagée, malgré sa liberté. Seule avec deux autres prisonnières, elles sont en Allemagne, pays qu'elles ne connaissent pas. Et malgré la liberté, la vie est toujours dure, car ces femmes sont livrées à elles-mêmes. Cependant, sur la route, elles recevront de l'aide de diverses personnes, qui avaient elles mêmes d'autres problèmes. (page 57) «L'aumônier alors nous dit «j'aurais voulu faire autre chose pour vous, mais nous sommes obligés d'évacuer la ferme»». Lorsque enfin elle rencontre une colonne Américaine, c'est une immense joie et vient le véritable soulagement (page 60) «notre joie nous faisait mal». Au centre de rapatriement, dans un premier temps on refuse de croire que Lucile et ses compagnes sont des prisonnières de guerre échappées, et on les prend pour des travailleuses libres. Lorsque la situation est clarifiée, le responsable d'un centre de rapatriés les fait repartir le soir même. Lucile raconte qu'une femme «une de ces grues qui avait fait les cent coups là-bas» ( page 61) a voulu monter de force dans le même camion qu'elle, mais qu'elle en a été jetée dehors et laissée sur le bord de la route. De retour à Nîmes, personne n'est là pour accueillir Lucile. Sa famille n'avait pas eu de nouvelle et n'espérait plus la revoir. Ce sont donc les amis de Lucile, lorsqu'ils l'ont croisée dans la rue, qui sont allés prévenir sa fille et son mari. Lucile est bien sûr heureuse de les revoir, cependant elle ajoute ( page 63) «Mais pourquoi n ai-je pas éprouvé la joie que j attendais, ce jour dont on avait tant parlé là-bas, des beaux projets que l on faisait pour ce jour de retour. Il me semblait être revenue dans un monde nouveau, inconnu. Je me sentais surtout isolée, une intruse. Effet de mon imagination.». Lucile n'éprouve pas de haine pour les Allemands en général, mais seulement pour les SS et surtout pour les collaborateurs. De très nombreuses personnes et notamment du personnel carcéral sont évoqués par Lucile. Elle éprouve un dégoût profond pour les collaborateurs et les SS ainsi que pour certains cas particulier. C'est contre les collaborateurs et assimilés qu'elle semble éprouver le plus de haine, d'autant plus vivace que certains sont entrés en Résistance au

12 12 dernier moment pour sauver «leur peau»; Elle se réjouit notamment, qu'un collaborateur «Tayolle» ne se soit aperçu de rien pendant qu'elle fabriquait des tracts quand elle tenait la coopérative, et qu'il se soit fait réprimander pour cela. A la prison des Baumettes, la chef des surveillantes, après avoir puni les prisonnières pour avoir fêté le 14 juillet se fait assassiner par les camarades libres des détenues. Lucile ne la plaindra pas, bien au contraire. Quant au docteur de cette même prison, Lucile dit qu'il «qui était très chic pour nous» (page 31). Elle décrit les SS comme des barbares, alors que plusieurs fois, elle parle d'allemands qui les ont aidés d'une manière ou d'une autre et elle ne les accable pas en les rendant responsables des crimes de ses bourreaux. Les atrocités dont Lucile a été témoin la marquent profondément, et surtout ce qu'elle a vu dans les camps, «Des cadavres, toujours des cadavres. Des cris, des hurlements de douleur, des tortures. Des enfants arrachés à leurs mères, juives au triangle jaune, des condamnés à mort, morts. Combien de milliers sont passés à la chambre à gaz, au four crématoire? C était une vision d horreur, d épouvante, qui nous laissait pantelantes, abruties. Et même après quinze ans, au moment où ces lignes sont écrites, on en souffre davantage car on réalise mieux.» (page 44/45) Il apparaît très dur pour Lucile de se remémorer cette époque ( page 45) «Parfois, cela fait mal de se souvenir de tout cela. Je reste quelque temps sans ouvrir ce cahier. Mais on y revient, car on ne peut oublier celles qui sont mortes là-bas, dans cet enfer, loin des leurs. Oublier, allons donc. Aucun de nous ne peut plus oublier.» : Et elle veut faire de sa mémoire un témoignage durable pour que sa famille elle aussi sache et n'oublie pas. Et elle continue d'écrire car elle ne veut pas et ne peut pas oublier. Des années après, elle ressent encore dans sa chair et son esprit les suites de ces mauvais traitements, comme d'ailleurs ses camarades d'infortune avec qui elle correspondait. Elle ne manque pas de rappeler à la fin de son témoignage. Marine MARC (Université Paul-Valéry, Montpellier)

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Les dernières lettres de Marie Jelen

Les dernières lettres de Marie Jelen Les dernières lettres de Jelen Histoire de Jelen Jelen a dix ans lorsqu elle est arrêtée avec sa mère, le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d Hiv. Sa famille était juive, d origine polonaise. Elle

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

De 8 à 50 joueurs à partir de 14 ans. OU Éliminer le plus grand nombre de joueurs, OU les deux à la fois (c est encore mieux!).

De 8 à 50 joueurs à partir de 14 ans. OU Éliminer le plus grand nombre de joueurs, OU les deux à la fois (c est encore mieux!). UN JEU D EMMANUEL VIAU & CÉLINE DEVILLERS De 8 à 50 joueurs à partir de 14 ans MATÉRIEL : 53 cartes «Mission», 4 cartes «Règle». BUT DU JEU : Être le dernier en jeu, OU Éliminer le plus grand nombre de

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

LE DISCOURS RAPPORTÉ

LE DISCOURS RAPPORTÉ LE DISCOURS RAPPORTÉ Le discours rapporté Le discours rapporté direct et indirect On parle de discours rapporté quand une personne rapporte les paroles d une autre personne ou bien ses propres paroles.

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Indications pédagogiques C3-15

Indications pédagogiques C3-15 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques C3-15 C : comprendre un message Degré de difficulté 3 Objectif intermédiaire 1 : Analyser un message Objectif opérationnel 5 : Reconnaître les

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Juifs de Salonique en 1917

Juifs de Salonique en 1917 Témoignage de Mada adame ATTAS-DECALO Nous avons rencontré Madame Estelle DECALO, Estelle ATTAS de son nom de jeune fille, à son domicile de la rue de Grézan à Nîmes, le 9 juin 2009. Âgée de 88 ans, Madame

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

scaricato da www.risorsedidattiche.net

scaricato da www.risorsedidattiche.net Le Français en ligne Verbes je-tu-il/elle-ils-elles Ecrivez les verbes au présent du. Je ne crois pas qu'il... possible de tout faire en même temps. (être) Je doute que tu... la capacité de comprendre

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 4 : «Permis de conduire» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel Personnages

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré.

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Il faudrait que tu fasses ce voyage. Tout d'abord, tu ne travailleras pas et tu verras tes copains à longueur de journée. Puis, tu n'auras

Plus en détail

4e oreiller (*) de Sylvain BRISON. Synopsis Vous aussi, vous pourriez bien sans le savoir être inscrit au guide du co-sommeillage!

4e oreiller (*) de Sylvain BRISON. Synopsis Vous aussi, vous pourriez bien sans le savoir être inscrit au guide du co-sommeillage! 4e oreiller (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 10 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Vous aussi, vous

Plus en détail

C est dur d être un vampire

C est dur d être un vampire C est dur d être un vampire 1/6 Pascale Wrzecz Lis les pages 5 à 8. Tu peux garder ton livre ouvert. 1 Retrouve les mots dans ta lecture et complète les cases. C est une histoire de. Prénom du héros ;

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s)

quelque quelque(s) quel(s) que/quelle(s) que quel(s) / quelle(s) qu elle(s) GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUELQUE HOMOPHONES QUELQUE(S) QUEL(S) QUE/QUELLE(S) QUE QUEL(S)/QUELLE(S) QU ELLE(S) 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes quelque quelque(s) quel(s)

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Nous quitterons Annecy vers 7h45 pour nous rendre à Lyon. La visite du Mémorial de Montluc est prévue à 10h30. Si nous ne sommes pas retardés lors du trajet, nous

Plus en détail

Le vol à l étalage 1

Le vol à l étalage 1 Le vol à l étalage 1 Le vol à l étalage, c est du vol tout court Définition ; Le vol consiste à prendre sans en avoir la permission quelque chose, si petit que soit-il, qui appartient à autrui, à un magasin

Plus en détail

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant INFORMATIONS Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant Le musée est situé route de Laval, à 2 km environ du centre de Châteaubriant (44), à la Sablière, carrière des fusillés. Horaires

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens.

LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. Les cinq sens cycle 2 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE Les cinq sens Cycle 2 Les cinq sens. PROGRESSION GENERALE Séance n 1 : Recueil

Plus en détail

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Ce témoignage de Francine Christophe, expérience douloureuse d une partie de sa vie, «croise»

Plus en détail

STAGE CHEZ ELEKTRO- DREHER

STAGE CHEZ ELEKTRO- DREHER ROBILLARD Simon 1ère SEN Au collège et lycées Sainte Marie à Lons le Saunier STAGE CHEZ ELEKTRO- DREHER (Gaggenau/Allemagne) STAGE DU 8 NOVEMBRE AU 18 DECEMBRE 2010 Page 1 SOMMAIRE 1/ Introduction Page

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

Epreuve cantonale orale de français Mai 2007. (document élève) JEU DE RÔLE

Epreuve cantonale orale de français Mai 2007. (document élève) JEU DE RÔLE 1. On t a volé ton vélo. Tu vas au commissariat de police pour déclarer le vol: Tu dois donner à l agent - toutes les informations nécessaires sur le vol : - quoi (description de l objet volé) - quand

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2 Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Dans le bureau du docteur Lanquette Secrétaire: Secrétaire: Je voudrais un rendez-vous pour voir le docteur, s il vous plait. Vous avez une

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Les rapports du chrétien avec les autres

Les rapports du chrétien avec les autres Leçon 13 Les rapports du chrétien avec les autres C était le moment des témoignages, lors de notre rencontre du lundi matin, à la chapelle de l Ecole biblique. Une jeune fille nommée Olga se leva pour

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Le Grand Troupeau de De Jean Giono.

Le Grand Troupeau de De Jean Giono. Cornus Louis 1èreS 3 Lycée Paul Cézanne Le Grand Troupeau de De Jean Giono. Le Grand Troupeau est roman écrit de l année 1929 jusqu à l année 1931 par l auteur pacifiste Jean Giono. Il a été publié en

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Comment parier jute sur les sites de paris sportifs

Comment parier jute sur les sites de paris sportifs Comment parier jute sur les sites de paris sportifs Ne pariez pas sur Internet avant d avoir lu en totalité cet ebook, vous risqueriez de perdre votre argent bêtement. Si vous voulez mettre de l argent

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Histoire de Manuel Arenas

Histoire de Manuel Arenas Histoire de Manuel Arenas Dieu est le seul Dieu vivant nous pouvons Lui faire entièrement confiance! Source : Hugh Steven, «Manuel» ( 1970 Wycliffe Bible Translators) En français : «Manuel le Totonac»

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

Unité 6. Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner?

Unité 6. Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner? L'amitié Unité 6 Qu est ce que tu prends au petit au petit déjeuner? 1) Ecoute la maîtresse et coche 2) Complète avec : un jus d orange de la confiture un chocolat du beurre du thé un gâteau du café des

Plus en détail