SPORTS D'HIVER... EN BANLIEUE. La «Coupe enchantée» du bon fabuliste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SPORTS D'HIVER... EN BANLIEUE. La «Coupe enchantée» du bon fabuliste"

Transcription

1 ICI, ON OPÈRE N DOUEUR UNE PRIE DE VUE DE PU PÉRIEUE YTÈME NTIQUE D'IRRIGTION Voici un dentiste arabe, de Constantine, qui a résolu la crise du logement en opérant ses patients sous un porche, au grand intérêt de ses futurs clients. a carrière d'artiste de cinéma est rarement une sinécure, témoin ce cliché pris au cours d'une scène tournée en montagne, au-dessus d'un précipice, par la célèbre star ailemande éni Reifhenstahl, grande propagandiste du Fiihrer. On se sert encore actuellement au Japon, pour l'arrosage des champs de riz, de ce primitif moulin qu'un ouvrier fait fonctionner à l'aide de ses pieds. PORT D'HIVER... EN BNIEUE Ce n'est pas, comme vous pourriez le croire, dans un centre de sports d'hiver que ce document a été pris, mais simplement dans la banlieue parisienne, lors d'une récente chute de neige... a «Coupe enchantée» du bon fabuliste a Fontaine faisait connaître la vérité. i celle-ci n'a pas ce même pouvoir magique, elle permet, grâce à un curieux effet de réflexion, de surveiller tout ce qui se passe alentour. CHIEN MINITURE Ce joli chien, de la race des «Chîhuahua», est, paraît-il, le plut petit du monde. Il peut, en effet, se placer facilement dans ce sac. Ce qui est infiniment pratique pour tous les déplacement*.

2 DIMNCHE-IUTRÉ» Pelgiquc.. fi Tél. : Provence 15-22,23 ou 24 - dministration, abonnements : 20, r. d'enghien, Paris-X belges... 1 fr. Éti anger UHiiiiiitiHifnitiiniiifiiuiiitHiitiiniiimtiHii» DIMNCHE-IUTRÉ VENTE U NUMERO France, Colonies mi»»iihimiiimmiiiiiitiiim»rimihiiim»i«,imi«li»lrmmi ET EN ervices de E TRITEMENT DE MUX D'ETOMC DN E HOPITUX 118, venue des Champs-ÉIysées nuniwfimb TRIF DE BONNEMENT 6 mois Un an France, Colonies. 6fr. 12 fr. 24 fr. Belgique 9fr. 18 fr. 35 fr. Étranger... ~.. 15fr. 28 fr. 55 fr. - Cw chèques post. n 5970 VENTE PRTOUT DÈ E MEDI Publicité : E 17 FEVRIER X935 Téléphone: Élysées i 65-9 OIGNEZ VO COR r l'emplâtre FEUIE DE UE (Willow eaf) seul coricide qui puisse à la fols Protéger, oulager et Guérir dans toutes Pharmacies. Depuis trois ans, les grands hôpitaux et médecins ordonnent la Formule Macléan, qui donne des résultats surprenants pour Je traitement de tous les maux d'estomac, y.compris les ulcères de l'estomac et du duodénum. Maintenant vous pouvez vous-même obtenir la préparation authentique, prête à être employée, en demandant tout simplement à n'importe quel pharmacien la Poudre Macléan pour l'estomac. Donc, si vous souffrez de pénibles troubles digestifs, tels que acidité aérophagie, douleurs après les repas, ulcération, etc., vous pourrez obtenir un soulagement immédiat et écarter tout danger futur. Mais exigez la préparation authentique sous son nom exact de Poudre Macléan pour l'estomac, portant la signature EX.C-MCEN. POUR UN VÉRITBE BIN DE BEUTE Un reconstituant r 5ms INWWK employez Palmolive. ucun savon ne peut, comme Palmolive, nettoyer doucement mais profondément les pores.a mousse pénétrante donne à tout votre corps cette douceur, ce satine i que toutes les femmes désirent. VOU RMONEZ VOTRE CHEMINÉE... tontri : TOUX, CTRRHE BRONCHITE CHRONIQUE Ci.tii extraordinaire TROUETTE.PERftEV 1 61 «v Philmo -u-m e PRI «J'ai obtenu avec le Vin de Frileuse des résultats surprenants ; c'est un reconstituant extraordinaire.» igné : Mme Maria REY, sage-femme, Grendelbruch (Bas-Rhin). e* bon* conseils de '1 ante Mêlant*. ccommodez les pâtes à la sauce tomate....quand elle a fait son service d'hiver. Pourquoi ne «ramonez-vous t> pas votre organisme lorsqu'il a été intoxiqué par la vie sédentaire des mois froids? es promenades au grand air ont été rares, l'alimentation a été moins riche' en légumes frais et en fruits, si bien, qu'au printemps, les poumons, l'estomac, l'intestin sont fatigués et «encrassés» si l'on peut dire. Il est indispensable de faire une cure de désintoxication à l'aide d'un bon dépuratif naturel et sain tel que la Tisane des Chartreux de Durbon composée de plantes alpestres judicieusement choisies et dosées, qui épure et fortifie l'organisme. Demandez la Tisane des Chartreux à votre pharmacien, le flacon 14 fr. 80. e Vin de Frileuse est une composition fortifiante à base (Tuvaria de Madagascar, qui combat toutes les anémies, pertes d'appétit, echerchons personnes aptes tenir secrétariat. maux de tête, fait fondre la mauvaise graisse Ecr. Office Médical, 27. rue d'thènes. Paris. et donne des muscles solides. Enfin, il empêche la grippe de vous atteindre, et active lill ET IÎI1V17TC l'electrolyse détruit toutes les convalescences. Dû à une récente WIkJ Ej I llll lilo la racine des poils durcis par épilatoires. Mme lliai» (dipl.) garantit les découverte, ce reconstituant unique ne peut résultats. 11. r. de l'etoile, Faris. M» tond pas être imité : sa formule est enregistrée au aboratoire National des Médicaments. En une seule cure de 21 jours, la santé la plus' ébranlée redevient florissante chez l'enfant, chez l'adulte, chez les personnes âgées. De Vim de Frileuse, qui est bon à boire, est un véritable créateur de sang nouveau, c'est un donneur d'énergie. Faites un essai, vous serez Refusez de tuer vos Poux à coups de couétonné des résultats, demandez à votre phar- teau, employez la Marie-Rose, c'est plus facile. a Marie-Rose, liquide végétal parfumé, coûte macien ce qu il pense du Vin de Frileuge et 3 fr. 80 chez votre pharmacien. C'est la provous verrez. preté des enfants à l'école. 'hiver, les légumes sont rares, aussi sert-on souvent, pour les remplacer, un plat de pâtes. C est excellent, mais on»'en lasse vite. Pour varier le goût des nouilles, macaroni, spaghetti, avez-vous essayé de les assaisonner à la sauce tomate? C'est simple, vite fait, et la tomate donne aux pâtes un goût excellent qui plait à tous. Vous achetez chez votre épicier une boîte de purée de tomate, en ayant soin d'exiger une marque française. Vousv Vn versez le contenu dans une casserole où vous avez mis un morceau de beurre, vous mettez cuire à feu doux, et vous ajoutez une cuillerée de farine en remuant le tout, puis vous allongez la sauce avec un peu d'eau et vous laissez cuire jusqu'à légère consistance. En moins de 10 minutes votre sauce est prête : vous la versez sur vos pâtes disposées dans un plat creux, et saupoudrez de fromage râpé. «'été se continue sur votre table!» R P Il refuse de les tuer à coups de couteau vin Je euse le plus fort des fortifiants 853 TOUTE DEMNDE doit «tre ateomparnee de la dorait» banda et do 1 franc en timbrea-poate. Prévoir 'une des supériorités de l'homme sur l'animal est de pouvoir, jusqu'à un certain point, être maître de son destin. a bête vit au jour le jour, l'homme prévoit. Par ces affreuses et glacées journées d'hiver, il est aisé de prévoir qu'en quittant notre intérieur chaud et douillet, nous risquons de prendre un rhume, une bronchite. Que faire? yez sur vous des capsules de Goudron Gnyot. Ces capsules, à base d«goudron végétal ou extrait de pins de Norvège pur, prises à la dose de 2 à 3 â chaque repas, sont douées de la plus grande efficacité dans les cas de rhumes on catarrhes. Elles sont en vente dans toutes les pharmacies, et afin d'éviter toute erreur, exigez bien le véritable Goudron Guyot, dont l'étiquette porte le nom de Guyot Imprimé en gros caractères, et sa signature en trois couleurs, violet, vert, rouge et en biais, ainsi que le nom et adresse : Maison Frère, 19, rue Jacob, Paris. Echantillon gratuit sur demande. f. " VIE VOU DÉGOÛTE" C'est que vous êtes neurasthénique, donc nerveusement affaibli... Guérissez-vous rapidement et radicalement avec les comprimés de NERVIX 15 1rs. la boite toutes pharmacies. Ne manquez pas de demander broch. grat. ab. Fanyau, 32, r. Cl. orrain, ille. Ch. post Env. recom. 16frs. CECI INTÉREE Tous les jeunes Gens et jeunes Filles, tous les Pères et Mères de Famille e secret de ma coiffure, c'est le Balcerflx brillanîiné. Cosmétique non gras qui fixe les cheveux sans les casser ni les graisser. Donne souplesse et brillant à la chevelure. Nouvelle présentation rouge. En vente partout. 'ECOE UNIVEREE, la plus importante du monde, vous adressera gratuitement, par retour du courrier, celles de ses brochures qui se rapportent aux études ou 3 qui vous lntére! VTroll^ *ent. 'enseignement par correspondance de l'ecoe UNIVEREE permet de faire, à peu de frais, toutes ces études chez sol, sans dérangement et avec le maximum de chances de succès. Pour être renseigné, découpez le BUETIN CI-DEOU, marquez d'une croix chacune des brochures qui vous intéressent, écrivez au bas votre nom et votre adresse et expédiez ce bulletin, sous pli fermé, à MM. les Directeurs de l'ecoe UNIVEREE, 69, boulevard Exelmana, Paris (XVI'). Broch f f;!gwr..fa tii(,i>iiii(ii(iiiiittiiiti(iiiiriiiiiiiiiiiiiiriiiiiililiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiii,i,,m,i. REIEUR MOBIE Horoscope Gratuit fabriqué spécialement pour conserver Vous ne devez plus ignorer DIMNCHE- IUTRÉ VOTRE DETINÉE e célèbre professeur KEVODJH, le grand astrologue hindou, affirme que chacun peut améliorer son sort 3t atteindre le bonheur en connaissant son avenir. eul initié aux rites séculaires orientaux et fidèle & fa tradition de ses ancêtres, il offre de mettre sa science au service de l'humanité. Il vous renseignera sur les personnes qui vous entourent, vous guidera pour réaliser vos désirs et réussir dans vos entreprises. affaires,mariage, spéculations, héritages... E C C g Couverture élégante et tolide, dot souple, coin* peau, titre et filet or sur te plat, pouvant contenir une année au moins. ans collage, perforation ni mécanisme, pose et reirait tic chaque fascicule tant déranger le» fatdatu» uvitim PRIX DE REIURE Oau nos bureaux, 20, rue d'engbieu. Paria ~ PR COI POT Département * Corae, lgérie (tare),..' «. 'a..«* * W Tunisie ou Maroc (gare) M Belgique (gare) l 17 f, } fr. fr. fr. fr. ; Il connaît également tes secrets de l'inde mystérieuse qui vous permettront de vous faire aimer sûrement de l'être choisi. i vous voulez profiter de cette offre gratuite envoyez-lui de suite vos Nom, adresse, date de naissance " et vous recevrez pli discret nne étude de votre destinée dont VOU erez émerveillé. (Joindre 2 fr. pour frais d'écriture.} Professeur KEVODJH, service g. T, 60, rue du Mont-Valérien, URENE. eine. tlllllillilllllllilllilttlitllillllllitlimihilitliiiiimiiiiiiiiiiintlhilfllllfhmiltl DIMNCHE-IUTRÉ Classes primaires complètes ; Certificat d'études, Bourses, Brevets, C..P., Professorats, Inspection primaire, P. C. B., Herboriste. Classes secondaires complètes : Baccalauréats, icences (ettres, ciences, Droit). Broch Grandes Ecoles spéciales (griculture, Industrie, Travaux publics, Mines, Commerce, rmée et Marine, Enseignement, Beaux-rts, Colonies). Broch Toutes les carrières administratives (France et Colonies). Broch Emplois réservés aux ous-offlciera de carrière, aux Mutilés et Réformés de guerre, etc. Broch Carrières d'ingénieur, ous-ingénieur, Conducteur, Dessinateur, Contremaître dans les diverses spécialités : Electricité, Radiotélégraphie, Mécanique, utomobile, viation, Métallurgie, Forge, Mines, Travaux publics, Béton armé. Chauffage central. rchitecture, Topographie Chimie, Froid, Exploitation pétrolifère. Broch Carrières de l'griculture, de l'griculture coloniale et du Génie rural. Broch Carrières du Commerce (dministrateur, ecrétaire, Correspondancier téno-dactylo, Contentieux, Représentant, Publicité, Ingénieur commercial, Expert-Comptable, Comptable, Teneur de livres), Carrières de la Banque, de la Bourse, des ssurances et de l'hôtellerie Broch angues étrangères (nglais, Espagnol, Italien, llemand, Russe Portugais, rabe, Espéranto). Tourisme. ' Broch Orthographe, Rédaction, Rédaction de lettres, Versification, Calcul Dessin, Ecriture, Calligraphie. ' Broch Carrières de la Marine marchande. Broch olfège, Chant, Piano, Violon, Clarinette, Mandoline, Banjo, Flûte ccordéon, axophone, Transposition, Harmonie, Contrepoint Composition Fugue, Orchestration, Professorats, Facture et accord de Piano Broch rts dn Dessin (Cours universel de dessin, Illustration, Caricature Corn position décorative, Figurines de mode, quarelle, Peinture Gravure Reliure d'art, Pastel, Fusain, Décoration publicitaire, Travaux d'aeré ment, natomie artistique, Histoire de l'art, Préparation aux métiers d'art et aux Professorats de dessin). Broch j Métiers de la Couture, de la Coupe, de la Mode et de la Chemiserlo (Petite main, econde main, Première main. Couturière Vendeuse Vendeuse-retoucheuse, Représentante. Modéliste, Coupeuse Coupe Dour hommes. Modiste, ingère, Brodeuse, Professorats libres'et officiels) Broch Journalisme (Rédaction, Fabrication, dministration) ; ecrétariats. Broch Cinéma : cénarios, décors, costumes, art dramatique techniaue de prise de sons et de prise de vues. Broch Carrières coloniales. expédier gratuitement à M. Rue par......départ _ N Broch RÉTRIBUE E PHOTOGRPHIE I vous souhaitez des renseignements ou des conseils spéciaux à votre cas, ils vous seront ONT ENVOYÉE PR E ECTEUR DÈ QU'EE ONT ÉTÉ PUBIÉE fournis très complets à titre gracieux et sans engagement de votre part II vous suffira Il renvoie le» chcm* mutiliat*, mats ne prmti aucun engagement pour le* (preuve* *ur papier., de nous le* demander sur une feuille quelconque que vous joindrez au bulletin ei-dearas. QUI UI

3 mm...,, E 17 FÉVRIER 1935 IIIHHIIIIIIIIHI»>...m...m».ii.imi.i».m».un...».«...i. 3 ii»»'ii.i.i«..i»i."ii.i»'«i...iiiii.ii...i.iiiiiin..i.».iimiiiiiiiiiiiiii.iiiiiiiiiii TREIZIEME NNEE : N* 625 DIMNCHE IUTRÉ ENTRE NOU u a ta us tes eenos... O RÊrEXION UND l'homme veut franchir un va-t-on faire pour célébrer abîme, il bâtit un ponit parle cinquantenaire de la mort de lui voit sur les «courts». une personne qui lui dessus. E CROIRIEZ-VOU? Victor Hugo? 'araignée en fait de même, ou demandait comment il pouvait ainsi tout combiner : Différents projets ont été examivoir nos contemporains prodiguer le précieux e matin, fit-il, les cours de la Bourse ; i"après à peu près. On est stupéfait parfois nés par une commission spéciale métal qu'est le fer, on pourrait croire que le sousde l'audace de ses conceptions d'incrue préside Edmond Haraucourt, sol terrestre en renferme des quantités inépuisables. midi, le «court» de tennis ; ensuite la vie tout court... génieur. Elle voit grand, j'en al 1 un des derniers survivants de la Ce serait une grave erreur, si nous accordons crédit observé une qui, au lieu de filer mo[arde d'honneur, composée de aux pronostics et aux calculs d'un spécialiste alledestement sa toile entre une covieie MION, VIEUX PPIER eunes poètes, qui veilla pendant la mand, le docteur Frowein. Ce savant admet que la lonne et le toit de la véranda, avait nuit du 31 mai au 1" juin consommation augmente annuellement d'au moins î 'HITORIEN G. enôtre, qui est mort la semaine voulu tendre ses pièges à travers le, au pied du catafalque dressé sous 3,5 %. Dans cinquante-huit ans, au train où nous allons, J passée, avait recueilli, en plus de nombreux docu- jardinet. Un câble aérien lancé à l'rc de Triomphe de l'etoile. l'europe n'aura plus de fer et le monde aura épuisé ments sur la période révolutionnaire, des souvenirs quatre ou cinq mètres du porche se Il est question d'une «semaine ses réserves dans soixante-quatre ans. Vous voyez que d'époque : le petit bureau de Marie-ntoinette, des fixait à un acacia. Des fils d'imde fêtes» mais peut-on «fêter» si la disette en fer n'est pas pour demain, elle est cerpalpable, mais solide soie, attachés l'anniversaire d'une mort? au tainement pour après-demain. es gisements allemands objets ayant appartenu au dauphin, enfin pièce... à une branche basse, à un rosier de royale de sa collection le petit cartel d'acajou où cours de laquelle seraient récités seraient plus vite disparus que les autres : ceux de la pelouse, amarraient le délicat et des poèmes de Victor Hugo devant ilésie, dans quinze à vingt ans ; ceux dé Westphalie, ouis XVI entendit s'égrener ses dernières heures. merveilleux réseau dans lequel la colonne Vendôme et Notre- dans trente à trente-cinq ans, et les autres, dans trente Il recevait un jour la visite d'un méricain auquel il des quantités de moucherons vedame ; on parle de manifestations à cinquante ans. 'llemagne, qui a perdu, par le traité faisait voir ses trésors. Celui-ci, pratique, désigna la naient donner tète baissée. purement littéraires à l'ca- de Versailles, 8o % de son minerai, s'en trouverait fameuse pendulette : Pour mener à bien pareille entredémie française, à la orbonne, à démunie dans un délai assez rapproché. M. Frowein votre place, fit-il, je ferais mettre un balancier prise, il fallait" beaucoup de patience la maison de la place des Vosges ; essaie de nous tranquilliser un peu en nous disant que et de prévoyance : les points d'attad'une exposition de livres et de le fer n'a été recherché que sur le septième à peine de électrique. Et le bon enôtre se voilait la face, chaque fois qu'il che devaient être soigneusement manuscrits à la Bibliothèque natio- la surface du globe et qu'il en existe certainement des choisis, la longueur du premier cânale. 'Opéra bien que l'auteur gisements inconnus. Quant à savoir combien de temps évoquait cette intention sacrilège! ble bien calculée afin que, l'ayant de Toute la lure n'ait guère aimé dureront ces nouvelles réserves, cela n'intéresse plus filé assez long, l'animal pût, en se la musique la Comédie-Fran- que médiocrement nos contemporains. Quel est, en balançant, atteindre le but, le point çaise, 1 Odéon, donneraient des effet, l'homme qui s'inquiète sérieusement de ce que NTÉ PUBIQUE qu'il avait visé. galas officiels dont le programme feront ses arrière-neveux? grippe, qui vient de sévir si cruellement en Ce sage exemple est à suivre. a serait, naturellement, très romantifrance, n'a pas ménagé nos Excellences. Deux réussite des projets que forme un que. Et une cérémonie officielle membres, et des plus éminents. du cabinet de homme dépend en grande partie de avec le concours de la musique E «DUPHIN» M. Pierre-Etienne Flandin ont eu à subir les assauts ce qu'il a derrière lui, de la prérépublicaine serait organisée au E chancelier chuschnigg, qui sera l'hôte du goupanthéon. de la grippe, «cette vieille demoiselle légère, aux yeux paration acquise par ses efforts anvernement français cette semaine, a succédé en couleur d'huître, embués de cataracte, à la démarche térieurs. En dépit des événements, Tous ces projets manquent d'originalité : la gloire de Victor Hugo juillet 1934 au chancelier Dollfuss, dont il avait été le molle et méfiante de fantôme découvert, aux ongles et des conditions adverses, nous sommes tout de même les princivaut décidément mieux que ça. collaborateur. 'homme d'etat autrichien, qui a eu Mais nos ordonnateurs de fêtes trente-huit ans en décembre dernier, parle notre langue d'aluminium, au souffle mince et dévorant de théière paux artisans de nos destinées. Plan'ont qu'une imagination,., adminis- à la perfection. C'est le chancelier, Mgr eipel qui, le mal fermée», comme le dit si plaisamment le poète cés dans des situations identiques, éon-paul Fargue. M. Pierre aval et le général un paresseux, un artiste, un ambitrative et protocolaire, et il ne faut pas compter sur eux pour rénover premier, reconnut «l'étoffe» de M. chuschnigg. On Maurin ont dû, en effet, garder la chambre plusieurs tieux agiront de façon très différente. u bout de quelques années, l'art et la manière de rendre un conte que le prélat sur son lit de mort, dans la petite jours, en proie à la grippe. ils ne seront plus des égaux. nommage national à ceux qui furent cellule où il avait vécu en reclus volontaire, murussi, lors du dernier conseil de cabinet, M. Flandin.Ni les talents naturels, ni l'édudes créateurs et même des révolu- mura à ses intimes : put dire à M. Queuille, ministre de la anté publique : cation ne suffisent à faire la cartionnaires à leur façon. Rien ne sera perdu... Il y aie petit chuschnigg : Mon cher ami, je compte sur vous pour que rière d'un homme. es actes preon me demandera : ayez confiance en lui ; il ira loin, car il sait où il veut l'état sanitaire du cabinet s'améliore vite... aussi vite miers sont des facteurs essentiels Et vous, que proposez-vous? aller. Ne l'oubliez jamais et comptez toujours sur notre que l'état de santé général du pays. de son succès. a critique est aisée... tout individu qui s'offre à remje pense qu'il faudrait associer «dauphin». plir un poste disponible on' dea dernière parole de Mgr eipel était pour celui plus étroitement le peuple de Paris mande : «Qu'avez-vous fait jus PEU DE 'OUR à la glorification au grand poète qu'il considérait comme son héritier spirituel. qu'ici?» 'homme n'a point d'ailes qui, pour être un pur artiste du charmante artiste nnabella a été victime d'un pour le porter d'un coup au but verbe, n'en fut pas moins popugros méchant ours qui, au cours d'une prise de désiré, bien lointain parfois II doit laire... Victor Huqo a fait vibrer DONNNT, DONNNT vues, la bouscula. Elle devra ofoseri>er plusieurs se- construire son pont, filer sa toile, et le Cœur de la foule ; il n'était pas EUX fois par semaine, à la Maison-Blanche qui maines de repos... d'abord poser les fondations des un grand. homme de petite chaest l'elysée américain M. Franklin D. Roose Reprendrez-vous la scène au moment où vous piles qui soutiendront le premier, pelle, celui qui inspira à Vacquerie lancer les câbles qui porteront la le seul vers célèbre qu'il ait écrit : velt, reçoit les membres de la presse en toute cordialité avez été blessée? lui demandait une amie. es tours de Notre-Dame étaient et avec cette simplicité de ton et d'allures, qui a beau Oh! murmura la gentille étoile de l'écran, ne seconde. C'est de ses propres mains fl'h de son nom. coup fait pour la popularité du président. vant de se vendons pas encore... la peau de l'ours l J'ai déjà reçu qu'il doit bâtir les fondations de sa vie. Mais c'est beaucoup d'avoir écrit laisser interroger, M. Franklin D. Rooaevelt s'arrange le pavé... de l'ours. Cela suffit pour le moment! Tout homme peut avoir des espéun vers inoubliable. toujours pour interviewer les journalistes. rances, tout homme peut faire des Cest du donnant donnant, dit-il avec humour. promesses. a réalisation des unes Et puis la vraie, la seule façon Et les curiosités du président sont toujours impré- E MÉTRO MOCOU de rendre hommage à la mémoire et des autres est incertaine. a d'un poète, n'est-ce pas de relire vues : car il s'intéresse à tout et veut tout connaître : oscou s'apprête à inaugurer son métro, dont les seule chose sûre et stable, et qui quelques-unes des œuvres qu'il a servir de base à notre ave Quelle est la forme actuelle de Baby Ruth? depremiers chantiers furent ouverts en e puisse nir, c'est notre passé. produites? mandait-il avec gravité. percement des galeries présenta de grandes difficultés u fait, lit-on encore beaucoup Notre personnalité définitive se Baby Ruth est, on le sait, l'idole du «base-bail» en raison de ta nature argileuse du sol et le gouverneforme en nous petit à petit. Elle ne Victor Hugo? yankee. Dans les nouvelles générations, ment soviétique dut faire appel à des experts et spé- naît pas des avantages que peuvent assez rares sont ceux, et celles, qui cialistes étrangers pour mener la tâche à bien. e nous assurer notre famille ou nos ont parcouru ce que j'appellerai la T Y «COUR» ET «COURT» dictateur de la Russie soviétique, taline, s'est rendu amis, ni du savoir que nous avons forêt hugolienne. Vous-même, acquis des autres, mais de nos OTRE grand champion Borofra vient d'accomplir lui-même dernièrement dans les chantiers pour voir actes mêmes. avez-vous lu vraiment, ce qui s'apl'état des travaux. En considérant les profondes canaune série d'exploits qui en disent long sur sa forme pelle lu, la égende des siècles? Un projet ne vaut rien ouand il En tout cas, l'avez-vous relue, les Champion de tennis, Jean Borotra ne néglige pas pour lisations, il eut ce simple mot : ne contient aucun élément de réali e progrès descend, au lieu de monter! poèmes de cette classe-là étant cela ses affaires, qu'il mène avec la virtuosité qu'on sation immédiate. Il n'est que vent, faits pour être relus? Et les il est bâti sur les nuées. u Chansons des rues et des bois? Et contraire, une résolution exécutée l'rt d'être grand-père? Et les est d'une haute valeur. Méfiez-vous Châtiments? des beaux parleurs qui vous Des jeunes gens m'ont avoué : éblouissent en vous dépeignant les Victor Hugo? h! oui, nous aïeux ; canton. 9. Convoita ; qui ne Jouit pas d'une grande choses magnifiques qu'ils vont exéavons appris par cœur des vers de Horizontalement. 1. Etait vouée, 11 n'y a pas si long- liberté de mouvements. 10. Non moucheté ; demander avec cuter. Restez lucides et demandez à disparaître à la chute des feuilles. 2. Recueille ; 11. Exempt de toute ambiguïté ; le surmonter lui quand nous étions écoliers ou temps, d'infortunés malades qui n'ont plus guère de vraiment hu- Insistance de son voisin, c'est accumuler bien des difficultés pour à voir ce qu'ils ont fait déjà. U y potaches... main que l'apparence extérieure : donne l'air boudeur. n'aboutir qu'à un piteux résultat. 12. Coiffure ; palpai. a de grandes chances pour que C'est ainsi que le chef de l'ecole 8. Crie de manière à vous casser les oreilles ; sa capitale Verticalement. 1. Grave accident où plus d'un trouve l'examen ne révèle rien de bien brilsoutint le plus fameux siège de l'antiquité. 4. Qui dépasgénéralement la mort. 2. e pare sans y avoir aucun romantique est devenu un classi- sent les bornes normales. 6. e prononcer. 6. De noble ori; suggérer par ses attitudes. 3. Il pratique et lant. gine ; tâcha d'effacer les effets d'actes fâcheux : possessif. droit que I interprète ses devoirs religieux avec toutes les outrances ucun homme ne peut se séparer 7. Fréquente l'opéra et les palaces ; te refusas a reconnaî- d'une Une jeune personne m a dit : intelligence déficiente ; déguste à petits coups. 4. Faire de son passé. C'est ce qu'il a de Je connais les Misérables... tre ; 8. ança dans la circulation ; envoyât rejoindre ses meilleur ou de pire. Il le porte avec un sacrifice sacrince à 1 g * «lr»n.:ra un J'ai vu ça au cinéma. Harry Baur lettre grecque. 6. Ramener en: orgueil, comme un trésor, ou le arrière ; louanges. 6. C'est un y était épatant I traîne comme un boulet. Chacun séjour trop prolongé dans les Certes, Hugo a toujours des vignes du eigneur qui rend compose sa propre histoire, qui fidèles, des assidus et même des tel un organe généralement forme comme un mémoire ineffaçatrès mobile. 7. Mise en defanatiques. Mais ils se raréfient... ble. C'est cette histoire qui poursuit meure. 8. Fait partie du bloc 'immense poète est d'ailleurs très or ; entraîne en de fâïheuses et livre le criminel, c'est elle qui. attaqué et même vilipendé : il est affaires les gens dont la pru- BB lorsqu'elle est belle et honorable, dence ou l'intelligence laisse d'assez bon ton de le traiter de pompermet à son auteur de réussir dans à désirer. 9. Inspirer ce que pier, voire d'imbécile... Mais n'estle proverbe prétend être le ta carrière qu'il a entreprise. ce pas un de ses partisans, un «gicommencement de la sagesse. Quand la Bible nous parle de 10. Contribue à Inciter les exlet rouge» de la première d'her«la maison fondée sur le roc, qui plorateurs à ne pas s'appronani qui qualifiait Racine de cher des sauvages hostiles à ne sera point ébranlée par les ten«polisson»? portée d'arc. Répondit au pêtes», nous nous imaginons que vœu que formaient les insi va la gloire du monde, et combattant pendant la Grande ce roc. ce sont les paroles du Maîplus particulièrement celle des écriguerre en ce qui concerne tre, alors qu'il s'agit de leur mise vains, même les plus grands. Privil'attitude des civils. 11. Qui ne D IÏUUHH en pratique, du fait de les avoir paraît pas donner crédit à légiés d'ailleurs sont ceux qu'on nie, l'aphorisme qui affirme les accomplies. quon injurie encore... C'est, pour bienfaits éducatifs des voya-. 'homme qui bâtit son succès sur eux, la vie qui continue... Et cela a «ta^ :» 15111N1G1UII1RIIITIE11 ses actes, sur son passé laborieuvaut sans doute mieux que d'être un Homme libre. sement établi, a fondé sa maison, enseveli, avec un respect convenu, olution au prochain numéro. gauche, problème posé?; h droite, solution du dernier problème. sur le roc. dans les anthologies. Q UE Î D M N E MOT CROIÉ IlElNlTllNElNlTlllEl wmwamm mm gan un n Hantas HOKiai {saanhah m rm DtEB tassa asini3 sa CÉMENT VUTE. Une case noire oubliée (dernière casie du 7 horizontal), a rendu, inintelligibles deux des mots de la présente 30lutloo, FRNK 0.NB l

4 , DIMNCHE-IUTRÉ <» «nu mini------^- --T U N CONTE E que la crise s'abattît sur le monde des arts, François Farilloud était un homme heureux. Il recevait une petite pension de ses parents. Il vendait ses tableaux. C'était l'époque féerique où les gens les plus réfractaires à l'art achetaient une toile parce qu'une publicité ingénieuse leur représentait que c'était un placement de père de famille. On leur citait de mirifiques exemples : les Pissaro, les Cézanne, les Van Gogh, les Utrillo, les Picasso, les Renoir vendus pour quelques francs et qui maintenant cotaient des centaines de mille francs. François Farilloud exposait, rue de eine, è la galerie du Gypaète. e patron du Gypaète était un curieux petit homme tout rond, chauve, hilare, avec des yeux malins embusqués derrière de grosses lunettes et des rides simiesques qui lui couraient partout, autour des yeux, sur les joues, sur le cou, sur le front et jusque sur le crâne. U portait un nom compliqué, qui finissait en itch, mais on ne le désignait que par les deux premières syllabes de ce nom, qui étaient Bila. Il exposait des peintres d'avantgarde, mais il les choisissait parmi ceux dont les outrances s'appuyaient sur un talent réel. Mais la crise survint, d'abord timide, indécise, puis s'aggrava de jour en jour. e cours des peintures s'effondra. Beaucoup d'artistes étrangers, qui ne vendaient plus rien à Paris, s'en retournèrent chez eux. es trois quarts des galeries mirent la clef sous la porte. Bila tint bon parce qu'il n'avait qu'un loyer modeste et qu'il se mit à vendre des tapis et des antiquités. es parents de François, qui tenaient un commerce de meubles en Bourgogne, durement touchés, durent diminuer des trois quarts la mensualité qu'ils lui servaient. dieu, les belles flâneries à la terrasse de la Rotonde et de la Coupole, les dîners d'amis qui se prolongeaient jusqu'au petit VNT iiiniiiiiiiiiiiiuiiititiiiiiiiiiiiiihiiihiiiiiiiiiiiiiiiikiiikmmiinmhn - NO CONUTTION VERBE GRTUITE! es consultations militaires sont données ï dans nos bureaux, 13, rue d'enghien, 1 tous les samedis, de 14 à 15 heures, ï 6auf veilles de fêtes légales et jours = fériés. es consultations juridiques sont don- nées dans nos bureaux tous les same- : dis. de 15 à 16 heures, sauf veilles de I fêtes légales et jours fériés. es consultations d'enseignement et i d'orientation professionnelle sont don- I nées dans nos bureaux tous les jeudis, : de 17 à 18 heures, sauf veilles de fêtes I légales et jours fériés. Prévoyance, Hygiène ociale et ssis- I tance, par consultations écrites exclusl- = vement. Nos lecteurs sont pries de se présenter f avec leur bande d'abonnement ou un \ bon de consultation découpé dans un I de nos numéros. MtHHUiiiHiMiallllliiiiiiiiiiiiiMiiifiiuMniiiiitlHiiitiiiitiiiitiBnMir r,, mut 4 imiii " ' " "!""^ 17 FÉVRIER 1935 «MM* mm D'HUMOUR... PORTRIT par GTON jour, en paradoxes, en chansons d'étudiants, en divertissements tapageurs, les randonnées dans les cabarets de Montparnasse. François serra sa ceinture d'un cran et continua de peindre, pour sa délectation. 11 était de ceux qui pensaient que cette crise servirait les véritables intérêts de la peinture, en l'expurgeant des farceurs et des arrivistes. Pour vivre, il donnait des dessins dans les journaux. Bila lui vendait un tableau de temps en temps. Un jour, il le fit appeler. Mon petit François, lui dit-il en riant de toutes ses rides, j'ai quelque chose pour toi : une vieille folle qui veut faire faire son portrait... Il lui faudrait un portrait bien léché, bien «rtistes Français», qui la rajeunirait de vingt ans. Je ne signerai pas, au moins? s'écria l'honnête François, révolté à la pensée de prostituer son pinceau. Tu signeras d'un vague pseudonyme, ou même d'hiéroglyphes. Qu'est-ce qu'elle fabrique, cette vieille folle? Elle a fabriqué ou plutôt son mari a fabriqué des sommiers élastiques... Maintenant, elle distrait un veuvage opulent par la confection de poèmes insipides et par h sottes intrigues d'un salon littéraire... Elle confond l'agitation désordonnée avec l'action, elle est entourée d'une petite cour d'imbéciles où se glissent quelques roublards qui la grugent... Elle se fait appeler la comtesse de ainte-bellatrix et n'est pas plus comtesse que ma pipe... J'ai entendu parler de ce phénomène, s'écria François. Je connais deux ou trois camarades qui fréquentent ses soirées parce que le buffet est assez copieusement garni. Ils en reviennent les poches bourrées de sandwiches. Bref, résuma Bila, je te présente à la vieille folle... i l'affaire réussit, et elle réussira, tu me donnes vingt pour cent... Et combien faut-il demander? _ Pas moins de cinq mille! e profil de Mme de ainte-bellatrix faisait immédiatement penser à celui d'un dindon. Imaginez un grand nez, un cou décharné, des espèces de fanons qui pendaient sous le menton, un air à la fois suffisant et godiche. gréé comme peintre de cette poétesse salonnière, auteur de minces plaquettes éditées à ses frais, Farilloud se mit aussitôt au travail. Il ne regardait pas son modèle. Il pensait à une de ses cousines qu'il avait aimée, qu'il aimait encore, qui habitait sa Bourgogne natale, et dont on ne lui avait pas accordé la main parce qu'il s'obstinait à faire de la peinture. h I s'il avait voulu continuer le commerce de ses parents! Mais François Farilloud. qui vivait d'illusions, comme tous les vrais artistes, avait confiance en son étoile : un jour, il serait connu, il aurait des commandes, et ce jour-là on loi donnerait D E R Y olange Grlzon, qui lui avait promis de l'attendre pendant cinq ans... u fond, songeait-il, ils avaient raison, les parents de olange... Pourtant je n'étais pas mal parti... es critiques s'intéressaient à moi, les amateurs aussi... J'ai été acheté par l'etat, j'ai un tableau au Petit-Palais... Enfin, elle ne durera pas toujours, la crise... Et puis, il y a des coups de chance dans la vie... a commande de ce tableau en est la preuve... Il gardait, pour le portrait de Mme de ainte-bellatrix, l'allure générale du profil, mais harmonieusement stylisé et embelli. Il y adaptait tout ce qui faisait le charme et la grâce de olange, son air à la fols grave et mutin, ses yeux profonds où luisaient des éclairs sourdement dorés, qui faisaient penser à la lumière d'un sous-bois. e plus beau, c'est que Mme de aintebellatrix se trouvait admirablement ressemblante. Jamais on ne m'a pareillement comprise! s'écriait-elle. Vous avez fait jaillir tout ce qu'il y a en moi d'idéal et de ferveur, sans trahir mon apparence physique... Vous êtes un grand artiste 1 François organisa avec Bila, au Gypaète, une exposition de ses œuvres. a préface du catalogue fut demandée à un critique illustre. Quelques notes de publicité adroites furent rédigées par Bila, passé maître en ce genre de sport. Une Inauguration sensationnelle fut préparée, que présideraient le ministre de l'education nationale et le directeur des Beaux-rts. Bila s'employait de toute son activité à faire réussir cette manifestation, qui marquerait la renaissance de sa galerie. François avait choisi les œuvres qu'il préférait, des natures mortes, des paysages de banlieue qu'il avait peints avec son cœur, sans espoir de les vendre, pendant les dures journées de crise, pour le seul amour de son art. es amateurs qui lui faisaient confiance prêtèrent quelques toiles. Tout marchait admirablement quand, deux jours avant l'inauguration, Mme de aintebellatrix surgit. J'ai appris par les journaux que vous prépariez une exposition des œuvres de Farilloud... Comment n'avez-vous pas' pensé à me demander mon portrait? Je vous l'apporte... Quand la poétesse fut partie, Bila laissa éclater sa colère ; son exposition allait sombrer dans le ridicule, si l'on montrait ce portrait flagorneur, que Farilloud n'avait même pas signé, en jurant ses grand dieux1 à la crédule Mme de ainte-bellatrix que les meilleurs peintres de jadis, ce qui est en partie exact, ne signaient jamais leurs œuvres. Farilloud arriva sur ces entrefaites. On le mit au courant. Mon cher ami, dit-il à Bila, J'ai prêté à cette pécore les traits d'une autre personne mais je n'ai jamais pensé que ce portrait ano- nyme pourrait figurer dans une de mes expo-< sitions, i vous l'exposez, je fais un scandale... Je ne veux pas être accusé de courtisanerle et de lâcheté... Evidemment, il est difficile de le montrer, mais cette folle va amener tous ses amis... i elle ne voit pas son portrait, elle poussera des cris de paon. D'ailleurs, elle m'a dit qu'elle donnerait ce soir une note payée à la presse pour annoncer que son portrait figurerait à ton exposition... Comment sortir de là? Vous allez le voir... Farilloud, qui venait de travailler sur les quais à une petite pochade où la eine s'enchantait de reflets de laque et de soie,' ouvrit sa boîte à couleurs, empoigna sa palette et ses brosses et, devant Bila médusé, en quelques coups de pinceau rageurs, refit le portrait, mais, cette fois, dans toute la cruauté d'une implacable vérité. Je ne sais pas ce qui va arriver, dit Bila, mais tu viens de faire un chef-d'œuvre... C'est un Goya, c'est un Daumier! Ce qui arriva, c'est bien simple : c'est qua Mme de ainte-bellatrix, folle de rage, lacéra la toile vengeresse à coups d'ombrelle, que tous les journaux consacrèrent de grands articles à François Farilloud, que son exposition ' fut un magnifique succès, qu'aucune toile ne lui resta pour compte, que des méricains milliardaires lui passèrent des commandes... e voici maintenant lancé et on n'hésite plus à lui accorder la main de sa chère olange, qui l'attend sagement au pays de3 vignes... GTON DERY. Petite grippe deviendra grande Dans un organisme affaibli, la grippe a tôt fait de faire des ravages importants : elle se prolonge sans fin, ruine l'estomac, déprime le système nerveux, anéantit toutes forces. I l'on veut «juguler» la grippe, il faut lui opposer un organisme sain et solide. Or, il n'est pas meilleure manière d'avoir un sang généreux et un état général résistant que de prendre avant chaque repas un verre du délicieux vin fortifiant que l'on fait soi-même, avec un flacon de Quintonine pour seulement 4 fr. 95. Dès aujourd'hui, demandez un flacon de Quintonine à votre pharmacien. Ttes Phies. DIMNCHE IUTPE 17 FEVRIER 1935 BTÎTN à joindre à toute demande pour une consultation gratuite ou une réponse dans la page Je voudrais bien savoir

5 *"" > E 17 FEVRIER 1935 immiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiimitihminiiiiiimiiiiitmhiii»iuiiiiiiiiiiiiiiimuiiiiinniiiiiim 0 >iiii<iiiii<"hiiiuiiiiiiiiimiiiiimiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiihiiimiiiiiiiiiihiiiiitiiifiiiiiiiiiiiiifiiiimii DIMNCHE-IUTRÉ ">«> MM E ROMN DE VIE DE MDME MÈRE (ETIZI BUONPRTE) par PIERRE CHNINE Digne de toutes les vénérations, ainsi que le proclamait son fils l'empereur, etizia, épouse de Charles de Buonaparte, fut une mère admirable et d'une magnifique force morale. Dans cette page, M. Pierre Chanlaine nous en donne un vigoureux portrait et nous fait revivre son existence toujours simple et souvent douloureuse. Celui de mes enfants que j'aime l» cause du comte de Marbeuf, accusé de trop de mansuétude vis-à-vis de ses administrés, plus, dit-elle, c'est le plus malheureux. Phrase magnifique, qui dépeint mieux qu«et la gagne. Pour témoigner au gentilhomme corse sa reconnaissance, Marbeuf fait ad- tous les portraits, la noblesse de son âme. Elle n assiste pas au acre, bien que Damettre Joseph et Napoléon Bonaparte comme boursiers au collège d'utun. Napo- vid, sur l'ordre de l'empereur, l'y ait repréléon sera ensuite envoyé à l'ecole royale de sentée dans son célèbre tableau. Napoléon lui offre un appartement aux Tuileries. Elle Brienne-le-Château. l'automne de 1784, Napoléon il a refuse. 'apparat de la cour la gêne. e luxe quinze ans en sort et est envoyé comme qu'elle voit se déployer autour d'elle intencadet gentilhomme à l'ecole militaire de sifie sa passion de l'épargne. Elle est le bas Paris au moment où son dernier frère Jé- de laine de la famille impériale. Il convient, lui dit un jour Napoléon, rôme vient au monde. 'année suivante lé 24 février 1785 etizia perd son que vous dépensiez un million par an. Je le veux bien, répond-elle, à condimari, qui meurt à Montpellier d'un ulcère du pylore. Il avait tion que vous m'en donniez deux. Elle redoute que la situation de son fils trente-neuf ans. «Restée sans guide, sans ne soit instable et que les économies auxappui, dira Napoléon quelles elle s'astreint ne servent un jour à à ntommarchi, ma soulager l'infortune quille guette. Pourvu que ça «doure», répète-t-elle. mère fut obligée de Finalement, son fils lui offre l'hôtel de prendre la direction des affaires. Mais le Brienne, rue aint-dominique l'actuel fardeau n'était pas au- ministère de la Guerre et une fort belle dessus de ses forces. maison de campagne à Pont-sur-eine, près Elle conduisait tout, de Brienne, où il fit autrefois ses études. administrait tout, avec Elle y vit sur un pied modéré, avec, néanune sagesse et une sa- moins, une tenue qui force l'admiration gacité qu'on n'atten- quand on connaît la oeauté de ses arrièredait ni de son sexe, ni pensées. Comme occupations, elle a la lecture, la musique, et ce jeu de cartes corse de son âge.» qu'on appelle le «reversl». Pendant que NapoElle fait aussi inlassablement la charité. etizia {ou aetitia) Buonaparte, resté» léon se cnarge de Napoléon, d'ailleurs, la nomme «Protectrice célèbre sous le nom de Madame Mère. ouis, qu'il emmène générale des établissements de bienfaisance avec lui, à Valence, et de charité de l'empire». Elle intervient Dans le médaillon ; Joseph, ses études fi- auprès de lui pour qu'il rétablisse les sœurs le premier portrait de son fils BonapartéX nies, revient auprès de dans les hôpitaux et donne des pensions aux sa mère pour l'aider veuves ainsi qu'aux orphelins de guerre. dans l'administration Elle inspire à son fils la fondation des dames des biens de famille, de la égion d'honneur, à aint-denis et à ON excellente mère, a dit Napoléon Bonaparte se range à leurs côtés. Il va jus- Elle se ruine à peu près pour faire Ecouen, pour y élever les filles des officiers à aint-hélène, est une îemme qu'à rédiger une ardente proclamation qui élire son cadet - passé capitaine d'artille- tués à l'ennemi. es guerres successives dans lesquelles se d'âme et de beaucoup de talent. Elle incite la jeune Corse à vaincre ou à mourir. rie au grade de lieutenant-colonel comle bataillon des volontaires lance son fils l'affolent. a un caractère mâle, fier et plein d'honneur. son appel, toute la population de l'île se mandant Il veut tout embrasser, s'écrie-t-elle. 11 soulève. près une sanglante défaite à d'jaccio. Depuis 1789, Paoli était devenu Elle est digne de toutes les vénérations. Vérité dont, d'ailleurs, il ne put mesurer Borgo, le général marquis de Chauvelin, gouverneur général de la Corse. Comme il perdra tout. Et c'est elle qui inspire au petit roi de toute l'étendue qu'au moment de son infor- commandant les troupes françaises, demande avait le dessein de livrer l'île à l'ngleterre, il est un jour dénoncé par le jeune ucien Rome cette prière : tune. Tous ceux qu'il avait comblés, d'hon- une^ trêve à Paoli, et quitte lîle. Mon Dieu I donnez à papa le pouvoir C'est à ce moment que l'ardent patriote Bonaparte, comme traître à la patrie. on neurs, ses frères, ses sœurs, s'étant abaissés à le délaisser, sinon à le trahir, sa mère, du et sa femme conçoivent celui qui sera le pre- arrestation est décidée par la Convention de faire la paix pour le bonheur de la Mais comme malgré tout, en attendant qu il France. moins, l'a soutenu, consolé, défendu. C'est mier empereur des Français. Il est fâcheux peut-être que Napoléon ait Mais a Majesté Très Chrétienne ne peut soit sous les verrous, il conserve toute sa une des femmes les plus nobles que la posadmettre que la Corse tombe sous la domi- puissance, il se venge, à la manière corse, confié la régence à son indigne femme, plutérité ait eu à juger. Elle fut vraiment l'éducatrice de ses en- nation anglaise. Elle y envoie donc, au prin- sur tous les Bonaparte présents dans 1 île. tôt qu'à sa mère. Celle-ci, au moment de la fants, et en particulier de Napoléon, qu'elle temps de 1769, une armée de hommes, etizia s'enfuit avec ses enfants pour rejoin- campagne de France, dit à Cambacérès : Je ne me plaindrai pas de quelque machérissait entre tous. Pour le comprendre, commandée par un de ses meilleurs géné- dre Napoléon. Celui-ci, devenu lieutenant- nière que ça finisse, pourvu que Napoléon colonel des volontaires d'jaccio, offre son il faut la connaître. C'est d'elle qu'il tenait raux, le comte de Vaux. Quittant leur tranquille maison d'jaccio, aide à alicetti, commissaire de la Conven- s'en retire sans aucune perte d'honneur. ses plus belles qualités : le courage, l'intellin'est rien, quand on finit avec nogence, l'ordre voire l'économie et, Charles et etizia rejoignent, à Corte, Pascal tion, contre Paoli et son lieutenant Pozzo di Tomber blesse. Tomber est tout, quand on finit avec Paoli. e 9 mai 1769, à Ponte-Nuovo, les Borqo. surtout, la fierté. Cest grâce à alicetti qu'il sauve sa lâcheté. «Elle était belle, a dit d'elle son illustre soldats de celui-ci sont écrasés. e chef N'est-ce pas sublime 7 fils, comme les amours. De taille moyenne, corse se réfugie en ngleterre. Quant à famille, à défaut de sa maison (1) et qu'il Voici l'empereur à l'île d'elbe. Pauline jolie, élancée, avec un visage auréolé de Charles de Buonaparte, sa jeune femme obtient le commandement de l'artillerie fait connaître à Mme etizia qu'il a le désir cheveux châtains, un nez allongé, un peu parvient à le convaincre que son devoir est devant Toulon. ce moment, les Bonaparte sont ruinés. de voir sa mère. Elle accourt. Il l'installe aquilin, un menton saillant, une bouche vo- de rester dans l'île et de négocier avec le Napoléon n'a plus qu'un moyen de se sau- dans une maison confortable, près de la lontaire, des yeux noirs pensifs et alertes, vainqueur. e 15 août 1769, madame etizia, en sor- ver. Marcher à fond dans les sentiers révo- sienne. Elle y fait de la tapisserie, donne des des sourcils bien arqués et des dents éclatant de la messe à la cathédrale, se hâte de lutionnaires. C'est pourquoi il accepte le rôle bals et continue à secourir les pauvres. es tantes de blancheur.» regagner sa demeure. Elle a ressenti les pre- qui lui est offert par Barras, le 13 vendé- diamants? ans les regretter, elle les a Il y avait en elle le sang d'une lignée tosmières douleurs de l'enfantement. ans avoir miaire. Mme etizia vit à Marseille dans le vendus. cane, immigrée jadis dans l'île, et celui d'une (ire la suite page 15.) famille autochtone, les Pietra antra, origi- même le temps de gagner son lit, elle met dénuement. 'heure de son fils, pourtant, semble sonner. près vendémiaire, nommé naires de artène. on père était devenu au >monde Napoléon sur un canapé. Parce qu'il est chétif et qu'elle craint pour au commandement de l'armée de l'intérieur, inspecteur général des ponts et chaussées de l'île, après avoir été capitaine commandant sa vie, etizia l'allaite elle-même. Un peu il peut lui envoyer francs. u moment où le jeune général épouse les troupes de la ville de Gènes et ingénieur plus tard, elle lui donna une robuste nourrice, Camille Ilari. Elle l'élève dans la mai- Joséphine de Beauharnais, Barras lui fait à son service. Elle fut élevée dans la foi catholique. son des Bonaparte à jaccio, une grande de- donner le commandement de l'armée d'italie. En attendant que soit signée la paix de treize ans, elle épousait, par amour, Charles meure à laquelle les acacias font, au cœur de Buonaparte, qui n'en avait que dix-huit. de la ville, une ombre plaisante. Elle a pour Campo-Formio, il fait venir en même temps C'était un jeune homme bien né, grand, beau lui, comme pour ses frères et sœurs, une que sa femme, sa mère auprès de lui. près parleur, séduisant, habile,, d'ailleurs, à tour- «tendresse sévère». es Bonaparte, à ce quoi, celle-ci reprend le chemin de la Corse. ner le vers. D'abord, les deux familles s'op- moment, ne sont pas pauvres. Ils possèdent Elle y relève la maison de famille d'jaccio, posèrent à ce mariage. Mais la jeune etizia trois immeubles à jaccio, une petite villa incendiée naguère. Puis elle s'installe à Paris. aida fortement son fiancé à résister et à de granit dans la banlieue, plusieurs clos et e soir du 19 brumaire, elle est au Théâtre vaincre. Ce Charles Buonaparte, orphelin de vignobles, un moulin de blé, sans compter Feydeau. ses filles qui s'affolent quand on père et de mère, avait été élevé par son les traitements et indemnités de Charles, leur apprend que le général Bonaparte a failli être assassiné, elle donne une belle leçon oncle, l'archidiacre ucien Bonaparte. près comme député de la noblesse. e comte de Vaux le qénéral victorieux de dignité et de sang-froid. Elle fait pressendes classes heureuses, à Corte, il avait fait et le comte de Marbeuf, le premier gou- tir à Napoléon l'adversaire envieux et sourson droit, à Pise. es deux jeunes gens eurent d'abord cinq verneur de l'île qui, dit-on, devint vite nois qu'il a en Fouché. vec étonnement, et enfants, qui moururent à leur naissance. Jo- amoureux de la belle jeune femme, entre- non sans crainte, elle assiste à l'ascension seph, né à Corte, le 17 janvier 1768 e- tiennent avec le ménage Charles Bonaparte vertigineuse de son fils. D'accord, pour une tizia avait à cette époque dix-huit ans et les relations les plus cordiales. a mère de fois avec sa belle-fille, qu'elle n'aime pas, cinq mois fut le premier viable. a jeune Napoléon engageait les familles amies qui elle veut éviter au premier consul le meurtre madame Charles Bonaparte devait en avoir s'étaient retirées dans leurs maisons campa- du duc d'enghien. gnardes à rentrer à jaccio et à collaborer Tu succomberas, lui dit-elle, dans huit, dans la suite. En tout treize. e 15 août 1768, la République de Gênes loyalement avec les nouveaux maîtres de la l'abîme que tu creuses aujourd'hui sous les pas de ta famille. cède à la France ' ses droits sur la Corse. Corse. Cette attitude est vite récompensée. En Elle prend la défense de son fils ucien, lors, aussitôt, les farouches partisans de l'indépendance, conduits par Pascal Paoli, avril 1770, une ordonnance du roi ouis XV exilé à Rome pour n'avoir pas voulu sacrifier se révoltent. l'instar des autonomistes al- admet les Bonaparte dans la noblesse fran- sa femme aux exigences de son frère. Et saciens actuellement, ils se déclarent contre çaise. l'avènement de ouis XVI, en 1774, comme Napoléon s en irrite : les Français, comme leurs pères s'étaient Charles Bonaparte fait partie de la députaa maison natale de Napoléon, à jaccio (1) Celle-ci fut Incendiée par le3 Paolistes. IK±arnés à combattre les Génois. Charles tion envoyée à Versailles. Il y plaide la M

6 DIMNCHE-IUTRÉ i»mhtiimiihniiihihihniiiiiiiiiilillil«bhiiiiinhihiiiiiiiiifniiihiiiiiiiiiiiiiiiiiiii>iiiiiiiiiii UITE [MI aussi les beaux projets échafaudés au départ de Paris, alors qm tout s'arrangeait s i bien en rêve... i te taisais le résultat de mes recherches dans mon c o m p t e rendu de l'echo du Globe, cette expédition sur mer, autour de laquelle on avait fait tant de bruit, tournait au lamentable fiasco. i je contais par le menu mes trouvailles dans la cale de l'épave, si je parvenais à faire partager au lecteur ma conviction que le mystérieux reclus du Messidor vivait encore quelques heures avant l'explosion, je n'en devenais que plus impardonnable de n'avoir pas réussi à empêcher la destruction du navire. J'avais sinistrement raté mon premier grand reportage, une affaire unique, fabuleuse ; c'en était fait de ma carrière. Vraisemblablement je croupirais dans les emplois de second plan. Et il n'y avait plus rien à faire maintenant pour changer la face des choses. Je restai enfermé dans ma cabine la plus grande partie de la journée, ruminant toutes sortes de pensées tristes. Un tel anéantissement m'accablait, que l'immobilité seule me plaisait et crue je souhaitais ardemment la nuit pour dormir et oublier. Vers le soir seulement je remontai sur le pont. e eneca, qui s était remis en manche depuis bien des heures déjà, filait à toute allure vers le sud-est. J'appris du lieutenant Mordaunt que nous nous dirigions vers le golfe de Bénin, exactement à deux milles au sud du port anglais de agos. Il s'agissait de détruire une autre épave, nullement mystérieuse, cellelà, mais dont l'histoire peu connue était, me disait-il, assez curieuse. C'était la coque d'un qrand voilier espagnol en bois. Engagé on ne sait comment dans la flotte, il fut aux prises avec l'escadre américaine de l'tlantique, dès la déclaration de la querre hispanoaméricaine, en 1898 ; le vaisseau, de haut bord, difficile à manoeuvrer, n'offrit aucune résistance. Désemparé, il fut abandonné à la dérive par son équipage, qui se sauva... a loi des courants, dont j'ai parlé, amena l'épave dans les parages des çores, et un paquebot se dirgeant vers l'frique du ud la prit en remorque dans l'espoir d'en tirer profit. Il dut l'abandonner dans le golfe de Guinée. a malheureuse coque erra longtemps au hasard, puis, un jour, sans qu'on en connût la cause exacte, elle s'immobilisa à deux milles de la côte anglaise de agos. C'est vers ce point que nous nous rendions, mais la nouvelle expédition ne présentait plus maintenant qu'un intérêt bien médiocre après les événements qui venaient de se dérouler. Grâce à ce maudit Top, ma mission était désormais terminée et il fallait songer à rentrer en France le plus tôt possible. Je ne m'intéressais plus guère aux opérations,du eneca et passais mon temps à écrire... J'allais de temps à autre sur le tillac. protégé par une tente, pour prendre un peu l'air. a chaleur devenait atroce, à tel point que, auand nous apercevions la côte de Guinée, elle papillotait à nos yeux comme sur une toile de cinéma trop proche. Hughes helley, que je rencontrai là, faisant la méridienne, me donna «un bon tuyau» pour boire frais... Tous les matins, je place une gargoulette pleine dans un réduit où sont entassées les provisions de légumes du bord. C'est une petite ièce triangulaire, tout à fait à avant, presque sous nos cabines. Il y a deux hublots en face l'un de l'autre et constamment ouverts. Je pends ma gargoulette à une corde, au milieu de ce courant d'air perpétuel, et l'eau reste fraîche. Vous m'en direz des nouvelles. Je ne manquai pas de suivre son conseil, car la quantité quotidienne de glace que nous pouvions consommer à bord du enaca était notoirement insuffisante. Dès le réveil, je pendais ma gargoulette pleine (feao à côté de celle de helley. Un léger roulis accélérait l'évaporatlon et, par conséquent, le refroidissement du liquide. Un après-midi c'était la veille de notre arrivée en vue de l'épave F U g iintitiiitiiiiiitmtimtitmmmhimtiihiiiiiiitiiittihihiimihi"'""1""" PROCHIN iiiiiiliiniiiniiiim NUMÉRO (7\ïTl/\fi!Jrrll ll!jl Grand roman d'aventures par Jacques Cézembre Ma parole. C'est du reste parce que je vous tiens pour irresponsable de ce petit ennui que je vous en parle si librement. Ecoutez, mon vieux, je vous fais toutes mes excuses, mais... Vous n'avez pas à vous excuser. J'ai cherché seulement s'il n'y avait pas moyen d'arranger les choses, car j'aime bien dormir tranquillement, cela est nécessaire. J'en ai parlé à Brooks. Il y a justement une cabine de libre à côté de celle de Top. Je voudrais bien l'occuper, si cela ne vous vexe pas. Brave helley I II craignait terriblement de me froisser et fut tout heureux de voir que je prenais la chose en riant. Immédiatement, il déménagea pour aller s'installer un peu plus loin. Malgré mon amitié pour lui, je n'étais pas fâché d'habiter seul, tant l'isolement m'était devenu nécessaire. Je dois mentionner ici que, la veille au soir, j'avais suspendu ma gargoulette près de celle de mon ami. Dans la matinée, nous constations tous les deux qu'on était encore venu boire à notre santé. 'eau douce n'a pas une bien grande valeur, même à bord d'un navire quand celui-ci voyage dans des conditions normales, mais le procédé me déplaisait et j'aurais voulu connaître l'impudent qui venait boire ainsi à même le goulot de nos cruches. près une rapidt enquête, il fallait y renoncer. e lendemain, ayant suspendu ma gargoulette comme d'habitude, je montai sur le pont pour jouir, une heure durant, de la brise matinale. On armait la chaloupe à vapeur. Plusieurs matelots et les cuisiniers se rendaient à aqôs pour déposer le courrier et acheter des vivres frais : bçeufs indigènes, fruits, œufs, poulets et chèvres. a petite expédition était placée sous le commandement du lieutenant Mordaunt, qu'accompaqnaient î'inênieur Frédéric Harris, l'inévita,1e Top et Miss llison. Il ne restait à bord que le capitaine, le chef mécanicien et dés chauffeurs, mettant à profit cette matinée pour nettoyer la machinerie ; des matelots de garde, Hughes helley et moi-même. Quand le soleil devint brûlant, je rentrai dans ma cabine et y passai une partie de la matinée. Vers onze heures, helley frappa à ma porte et me demanda si un bon apéritif bien frais ne me tentait pas. 'équipage n'est pas rentré et ne sera pas ici avant une heure, ajouta le charmant garçon. Nous déjeunerons tard. J'acceptai, me procurai deux verres, et pendant que helley partait prendre une bouteille de quinquina, j'allai chercher ma gargoulette. Cette fois, pensais-je, je la trouverai intacte. Il n'y a personne à bord qui ait pu venir s'offrir une rasade. Ma surprise fut grande de constater qu'il n'en était rien. Il manquait dans ma cruche la même quantité d'eau que la veille. Je secouai celle de helley. Qn l'avait allégée aussi. Voilà qui sort de l'ordinaire, pensai-je en rentrant dans ma cabine. ucun des hommes qui se trouvent sur le eneca n'a pu venir ici. e capitaine Brooks et le chef mécanicien sont au-dessus d'un soupçon aussi ridicule. Un chauffeur peut-être... Mais les chauffeurs ne venaient jamais en cette partie du navire. lors, un matelot? es matelots étaient de garde. Je montai sur le pont, pourtant, afin d'en avoir le cœur net. Ils n avaient pas bouqé. Chacun se trouvait à son poste. 'un d'eux, Près de moi, «lovait» un filin. Je le vis sortir de sa vareuse une petite fiole quadrangulaire et la porter à ses ièvres. Mon gaillard buvait du rhum. Il y avait dès lors gros à parier que la saveur de l'eau lui semblait peu estimable et qu'il ne risquait pas une punition pour un tel breuvage. Tout pensif, je rejoignis helley. es jours précédents, j'avais vaguement soupçonné une farce, un coup monté par Top et l'espiègle Phyllis llison. Tous deux ayant quitté le bord depuis plusieurs heures, il fallait les écarter. Restait helley, qui eût pu être leur complice. Mais je le sentais sincère quand il s'indignait, de la façon la plus réjouissante d'ailleurs, contre notre voleur commun. Et puis, enfin, un instinct qui nt ê e vieux bateau fut rapidement miné, et. l'explosion eut lieu vers cinq heures du soir. espagnole je me rendis à ma glacière de fortune pour prendre ma gargoulette. Elle me sembla bien légère. En la secouant, je pus me convaincre qu'il manquait le cinquième au moins du contenu. Comme il était inadmissible que l'évaporatlon fût assez forte pour expliquer une telle perte, je dus me convaincre qu'on y avait bu. Je m'expliquais cela facilement. e cuisinier ou son aide, venant prendre des provisions, s'était taissé tenter par une bonne régalade d'eau fraîche. J'en fis part en riant à helley. ui aussi avait remarqué le même fait deux fois. Il l'expliquait de la même façon que moi. Que voulez-vous? ajouta-t-il philosophiquement, il faut payer ce petit tribut. J'ai remarqué qu aujourd'hui le buveur a été plus discret... Il est vrai qu'il y avait deux fournisseurs au lieu d'un. helley sourit et nous parlâmes d'autre chose. e lendemain, vers dix heures, le eneca stoppa en vue de l'épave, et toute la journée se passa en allées et venues et en préparatifs. Je vis tout cela de mon hublot, qui donnait en plein sur le navire échoué, que nous avions par bâbord. e vieux bateau fut rapidement miné et l'explosion eut lieu vers cinq heures du soir. Nous passâmes la nuit toujours à la même place, sous une chaleur de plus en plus insupportable. Nos cabines constituaient de véritables étuves, où nous ne pouvions même plus faire la sieste, tant on y respirait mal. lendemain matin, tandis que je faisais un petit tour sur le pont, je vis. venir à moi Hughes helley. Il s'était levé de bonne heure, tandis que je dormais encore. Bien qu'il fût souriant et cordial comme d'habitude, je crus distinguer un peu de gêne dans son accueil. helley est la franchise même, et je devinai qu'il avait quelque chose d'ennuyeux à me dire. RÉUMÉ RRNT au hasard sur l'tlantique tragique, mystérieuse épave, un navire français abandonné par son équipage, le Messidor, constitue autant un danger pour la navigation qu'une troublante énigme. Des bâtiments l'ont déjà rencontré et visité, mais se sont trouvés dans' l'impossibilité, soit de le prendre à la remorque vers un prochain port, soit de le couler. Et le Messidor continue à vagabonder à la dérive. Mais voici que certains faits troublants auto- E E DE CHPITRE risent à croire que l'épave ne serait point aussi inhabitée qu'elle en a l'air. ussi, une expédition de recherche est organisée à New-York et s'embarque sur le eneca, commandé par le capitaine Brooks. Elle comprend de jeunes journalistes, notamment le Français Bienvenu, de l'echo du Globe, l'nglais Hughes helley, du Forward, l'méricain Top et sa gracieuse compatriote Phyllis llison, également reporters de grands jour- E 17 FÉVRIER 193 Nous demeurâmes un instant accoudés au bastingage, sans parler. Je m'amusais intérieurement de son embarras. Mon petit Bienvenu, demanda-t-il brusquement, avez-vous réellement bon caractère? Réellement me plaît, dis-je en riant. Mais oui, très bon caractère. Vous me mettez à l'aise pour vous parler librement. Voici ce dont il s'agit. J'ai bien compris que la destruction précipitée du Messidor vous avait causé une vive déception, mais, entre nous, vous devenez bien ennuyeux. llons donc, je ne crois pas vous avoir importuné de mes lamentations 1 i. Moi? Parfaitement. Mais je ne vous ai rien dit! e jour, non, mais la nuit vous dormez mal, ces histoires de survivants vous trottent évidemment par la tête, et vous en rêvez tout haut. C'est à peine si, la nuit dernière, vous m'avez permis de fermer l'oeil. llons donc! PRU naux des Etats-Unis. Tous.aussi ardents qu'intrigués par le mystère du Messidor, quittent donc New-York à la poursuite de l'inconnu, mais sans savoir qu'ils vont se trouver emportés dans la plusétonnante des aventures, à la suite de laquelle le capitaine Brooks décide de faire sauter l'épave du Messidor. (ire le début de ce roman dans Dimanche-Illustré à partir du 13 janvier.) (.Copyright JCQUE CÉZEMBRE 1H28.)

7 «m.,.., E 17 FÉVRIER 1935 ""'MiiiiiiniiiiiuiiiiiHiiii.imimiinriuinrumminHiiinniinumumiiiiiimiiunmiaimi» f <«>a«i>iiimnih<«n><«i<ii<<iniinh<nfiiiii»imliiihuiiiiiiuniihillhli me trompe guère, un curieux pres- tume de l'eau l'a arrêté. 'il n'a pas tenant. i l'inconnu buvait ainsi la sentiment, m avertissaient que ce petit larcin sans importance, répété mystérieusement, tantôt la nuit, tantôt le jour, valait la peine d "être expliqué. jusqu'ici, j'avais pu ne lui accorder qu une attention distraite et, du reste, amusée, mais les conditions dans lesquelles, ce matin-là, il venait de se produire, s'imposaient obstinément à mon esprit. Pourtant, comme helley n'y fit >as autrement allusion, je n'en parai pas non plus. Une heure après, l'équipage ralliait le bord. e déjeuner fut vite expédié, et je m'étendis sur ma chaise longue, sur le pont, pour faire la sieste. Bien que la chaleur fût torride, # {accablement des derniers jours m'abandonnait. le me sentais repris par cette impatience, ce besoin d'action qui sont chez moi les indices que tout va bien à bord». Décidément, cette histoire de gargoulette me semblait surprenante. Î CEUI QUI ETIT OBIGE DE BOIRE E H bien, non, décidément, je n'arrivais pas à m'expliquer l'êtrangeté du fait, et je n eus pas envie de rire quand helley me Oéclara que cette affaire d'eau claire lui paraissait trouble. a chose me semblait mériter au moins toute mon attention. Qu'un aide-cuisinier fût venu de loin en loin se rafraîchir à nos ûargoulettes, rien, mon Dieu, n'eût paru plus banal, mais pourquoi prélevait-on, à peu près régulièrement chaque jour, un litre et demi de notre provision d'eau? Je ne pouvais oublier que, pendant la descente de l'équipage à terre, l'inexplicable larcin avait été commis, absolument comme à l'ordinaire. Enfin, nous écartions, helley et moi, l'idée d'une farce. ui, prenait gaiement son parti de l'aventure. Je crois même qu'à aucun moment il ne fut tenté de lui accorder une importance quelconque. Mais ma curiosité était en éveil. Je voulais savoir. J'eus d'abord l'idée de guetter l'arrivée du singulier buveur et, à jlusieurs reprises, dissimulé dans e couloir, je montai la.garde. Ce ùt toujours en vain. u bout de quelques heures, j'y renonçai de crainte d'être découvert sans pouvoir expliquer ma présence en cet endroit. Et le lendemain matin, il manquait toujours de l'eau dans ma gargoulette. Ecoutez, dis-je à helley, cela devient insupportable. Je vais vous proposer un moyen inoffensif et amusant de _ donner une leçon au coupable. J'ai dans ma valise des cristaux d'aloès. Nous en mettrons quelques-uns dans l'eau et notre homme fera, en buvant, une jolie grimace. J'espère qu'après, il nous laissera tranquilles, et nous en serons quittes pour faire rincer nos cruches ou les remplacer par d'autres. helley rit de bon cceur à la pensée de cette plaisanterie qu'il trouvait excellente, et que nous mîmes aussitôt à exécution. e deux gargoulettes, dans lesquelles j'avais jeté quelques cristaux d'aloès brut, lurent suspendues côte à côte à leur place habituelle. J'attendis avec une, fébrile impatience que la nuit s'écoulât, cherchant vainement à m'intèresser à un roman américain que mon regard parcourait sans le lire. Plusieurs fois, je fus tenté d'aller voir si le nocturne visiteur avait fait sa tournée habituelle, mais la crainte de l'effrayer en sortant de ma cabine, alors qu'il devait me croire endormi, me retint. ( u matin seulement, je m en allai comme par hasard, et en flânant, constater le résultat de notre expérience. es deux gargoulettes se trouvaient intactes. Personne n'y avait bu. 'homme n'était - U donc pas venu?, i. u premier coup d ceil, i acquis la certitude qu'il avait détaché les deux vases de terre blanche. Par précaution, j'avais suspendu ceux-ci en faisant à la corde des nœuds spéciaux. Il ne l'avait pas remarqué, ou alors il s'était trouvé incapable de réussir ces nœuds assez compliqués. Je restai un long moment songeur. 'homme est venu, cela est certain. Il a pris une première garfloulette. Il a voulu boire. 'amer- i encore deviné que je le guette, ce fait a dû l'étonner. Comment ii l'a expliqué, ça c'est son affaire ; mais il a certainement pensé qu'il se dédommagerait sur la seconde cruche. Il a rattaché la première à la corde et a porté le goulot de l'autre à ses lèvres. Impossible de se désaltérer, l'eau étant pareillement mauvaise, et il est parti, remettant tout en place, sans se douter probablement que je devinais sa visite. Maintenant, que pense-t-il? Comprend-il que nous lui avons joué un mauvais tour?... ttendrat-il, pour revenir, que nous ayons, de nouveau, mis de l'eau potable à rafraîchir? vant d'aller rendre compte de mes observations à Hughes helley, je renouai les cordes exactement de la même façon que la veille pour pouvoir vérifier dans la suite si l'inconnu revenait. Et, tandis que j'y travaillais avec soin, je fis, dans un éclair de pensée, une remarque fort importante. es nœuds que j'avais appris à faire pour m'amuser, dans une heure de désœuvrement peu après notre départ de New-York, étaient de ceux qu'emploient couramment les gens de mer, mais qu'un «terrien» ordinaire ignore en général. i le buveur avait été un homme de l'équipage, il n'eût pas manqué de remarquer leur disposition spéciale et de les refaire avec soin, pour ne pas éveiller l'attention. De deux choses l'une: ou il ne les avait pas vus ou il s'était trouve inapte à les reproduire. Cette seconde supposition devait être la bonne, car des détails de ce genre ne passent jamais inaperçus aux yeux d'un marin. Du coup, nos recherches se trouvaient circonscrites. 'individu qui apportait tant de mystère à nous... emprunter de l'eau n'était pas un homme de l'équipage. ans pouvoir m'en expliquer exactement la cause j'éprouvai un certain plaisir à faire cette constatation. Je décidai de laisser l'aloès dans les gargoulettes encore ce jour-là et la nuit suivante. Combien je devais m'en féliciter dans la suite! Quand je revins le lendemain, après des heures d'insomnie particulièrement pénibles, car la température se faisait de plus en plus étouffante, je constatai que l'on avait bu à l'une des cruches. Oui, malgré l'atroce amertume de l'eau, l'énigmatique voleur s'était désaltéré... a quantité de liquide prélevée était moindre, de beaucoup, mais ne devais-je pas trouver dans celait une conviction de plus? Car j'avais une conviction, main- nuit, ce n'était point parce que l'eau était fraîche, mais bien parce qu'elle était douce. Il se désaltérait à nos gargoulettes parce qu'elles constituaient les seules réserves de liquide potable offertes à la soif. Il ne pouvait pas, comme nous tous à bord du navire, se procurer les aliments nécessaires à sa subsistance. Il se cachait 1 Il était l'inconnu dont le couraqe surhumain, l'énergie fabuleuse, dépassaient à mes veux le formidable secret, celui qui. pendant deux ans, dans le plus affreux des isolements, avait trouvé la force de se cacher à l'approche des sauveteurs, dans un but que l'esprit se refusait à imaginer, celui que sa faim dévorante n'avait pu défendre contre la tentation d'un gâteau mis à sa portée comme un appât ; il était l'homme du Messidor, Pouvais-je me douter?... Qui donc aurait eu Intérêt à venir, avec tant de précautions ( et d'habileté, subtiliser un peu d'eau quand il était si facile à bord de se procurer une boisson meilleure 7 Qui donc surtout se fût imposé d'avaler un breuvage que son amertume rendait exécrable? Il fallait que le buveur, après avoir résisté à la tentation fa veille, eût été obligé, par la chaleur, de rafraîchir, coûte que coûte, sa gorge en feu. e survivant du Messidor. Il se trouvait à bord du eneca. a fin de son aventure, je la devinais à peu de chose près : aucun détail de nos recherches sur l'épave ne lui avait échappé, pas plus que nos conversations. Fixé sur les intentions du capitaine Brooks, et voyant l'ingénieur faire ses préparatifs pour dynamiter le vieux bateau, il s'était convaincu de la nécessité de fuir, sous peine d'avoir à se montrer. par Tenney-Deans au moment où cedui-ci s'apprêtait à donner le coup de poing qui devait entraîner la destruction du voilier, il dut se dissimuler jusqu'au soir ; puis, ( à la faveur de la nuit, quitter 1 épave pour se glisser jusquau eneca et s'y cacher. Tout cela semblait plus ingénieux que facile à réaliser, mais je croyais cet homme extraordinaire capable de tous les coups d'audace. Depuis deux jours cette hypothèse alléchante me sollicitait. Je l'écartais de mon mieux, ayant profité de l'expérience acquise au cours de nos récents déboires. PERÇU HllllHlimiliuimu Maintenant, je ne doutais plus. Une Indescriptible allégresse me transportait ; je sentais comme un sang nouveau et généreux couler dans mes artères. Dites donc, helley? Quoi donc, mon cher? On a encore bu à nos gargoulettes cette nuit. helley, accoudé au bordage et visiblement vaincu par la chaleur, hocha la tête. Que Dieu leur pardonne. Il fait tellement soif 1 Mais VOUÉ oubliez que nous avions mis de l'aloès dans l'eau 1 Mon ami prit la peine de se retourner, cé qui semblait constituer un gros effort pour lui, et il promena sur moi, verticalement, un lent regard chargé de pitié, Et vous croyez, dit-il, qu'il se trouve sous l'équarfeur un individu assez abruti pour aller ingurgiter une pareille horreur. llons, allons, Bienvenu, vous ne comprenez donc pas qu'on s'est moqué de vous? Il y a à bord quelqu'un "qui se paye votre tête, c'est positif, et je crois que si vous vouliez surveiller Top de plus près... Je suis sûr que Top n'y est pour rien. lors, mettons miss llison, ou Harris, ou Mordaunt, ou celui que vous voudrez, croyez-moi, personne ne boit à votre cruche, pas plus qu'à la mienne. On les vide un peu chaque nuit, voilà tout. trop se répéter, la plaisanterie manque de sel, du reste. De sorte que vous n'êtes pas pressé d'en connaître l'auteur? helley eut un geste vague qui me donnait toute liberté. Je n'en demandais pas davantage. Puisqu'il n'avait pas assez de flair pour comprendre l'importance d'une d'une telle piste, je me considérais comme dégagé vis-à-vis de lui. J'allais agir seul. Ni lui, ni moi, n'avions parlé de cette curieuse histoire dç gargoulettes à nos camarades, car, au début, j'avais, je l'ai déjà dit, cru, moi aussi, à une farce et nous ne nous étions pas souciés de donner l'éveil à celui qui se jouait ainsi de nous. Il m'était donc facile d'opérer en toute tranquillité. Déjà mon plan se trouvait conçu. Connaissant le soin que l'inconnu apportait à se dissimuler, je comprenais bien que je ne le déciderais pas à se montrer par la persuasion. e chercher dans tous les recoins du navire, c'était donner l'éveil à mes camarades ou à l'équipage. près avoir frôlé de si près le succès la première fois, je voulaisréussir à tout prix. DlMNCHE-ilTRc! Et voici ce que j'imaginai. 'homme, me dis - je. e«4 obligé de boire pour vivre. 'il revient chaque nuit dans la cambus* aux légumes, c'est qu'elle lui offra une sécurité plus grande, ou qu'il y accède plus facilement. Ne lui donnons pas l'éveil et il continuera à y venir. C'est là que je le. surprendrai. i je le guette, ilîne veira peut-être. Il faut le prendre au pièqe sans qu'il s'en doute. e eneca prenait ses dispositions de départ pour se rendra à Dakar. J'étais très heureux de loucher à ce port français et d'y fendre visite à mon oncle. Je nie promis de réussir avant notre arrivée. e capitaine Brooks devait se mettre en rapport avec le gouverneur du énégal pour faire sauter certaines épaves qui rendaient difficile l'accès du banc d'rguin, et je comptais lui dire adieu avant cette nouvelle expédition. e soir venu, je rinçai soigneusement ma gargoulette et la remplis d'une eau limpide dans laquelle je mis une légère dose de bromure. yant eu à combattre une fâcheuse insomnie, je m'étais bien trouvé de cette drogue et je pensai qu'elle agirait fortement sur le pauvre diable, dont la débilité devait être grande. Il boirait, il s'endormirait sur place, ou presque, et je m'emparerais facilement de lui. Quand ma cruche fut suspendue à sa place habituelle j'avais qardé celle de helley chez, moi j attendis dans ma cabine, tenaiflâ par une angoisse plus forte que toutes celles éprouvées jusqu'alors. es heures passèrent interminables. 'homme avait-il bu? Dormaitil?... llais-je le voir, l'emporter; l'interroger 7... Mes mains se crispaient d'énervement, mon cœur battait à tout rompre. Je crois que je n'aurais pu supporter une autre nuit semblable. vant le petit jour, je me mis enfin en marche vers la cambuse. vec mille précautions, je me glissait jusqu'à la porte. J'allais l'ouvrir, quand un: bruit léger me fit retourner. Je crus voir une ombre qui M glissait derrière moi. Oui, je ne me trompais pas, on me suivait, on m'observait. Qui vient là? dis-je très bas» Mais rien ne troublait plus le silence. lors, je revins sur mes pas. Et dans le couloir très sombre, je vis comme une silhouette de femme qui fuyait... UNE COBORTRICE INTTENDUE J m'arrêtai, anéanti de stupeur. e soleil se levait à peine, on voyait mal, mais j'ai de bon» yeux.t ucune puisance au monde ne m'eût persuadé que je me trompais, je venais de voir derrière moi une silhouette de femme. En mes heures de rêverie, E»Jot» qu'examinant tour à tour les hypothèses les plus audacieuses, les plu» folles, j'essayais de percer le mystère du Messidor, j'avais tout imaginé, tout, excepté cela. 'esprit le plus romanesque M fût refusé à discuter un fait aussi invraisemblable. Une femme... non» ce n'était pas possible; décidément, j'avais mal vu. Et, pourtant, je croyais distinguer encore, là-bas, ce qui me semblait être l'ombre d'une jupe. D'un bond, je m'élançai, décidé à savoir coûte que coûte. Plus prompte que mol, l'ombre avait disparu. Dix fols, vingt fois, je repassai au même endroit, prenant de grapdes précautions pour n'éveiller p»rsonne à bord, scrutant tous les coins d'ombre, mais en vain. J'étais seul. auf les hommes de service, tout dormait encore sur le eneca. Je me souviens nettement d'avoir ressenti, à ce moment, une impression très pénible, quelque chose comme ce que doit éprouver, aux premiers symptômes de la folie, un esprit encore lucide par intermittences. Ma grande déception, lors de la destruction du Messidor, l'extraordinaire aventure des gargoulettes, la nouvelle piste sur laquelle je m'étais lancé si délibérément malgré mes insuccès précédents, tout cela n'était-il pas de nature à ébranler ma raison? Je restai immobile un lonq nùx ment pour reprendre un peu d'empire sur moi-même. E JCQUE CÉZEMBRB. Par précaution, j'avais suspendu ceux-ci en faisant à la corde des nœuds spéciaux. (Illustrations de G. DUTRIC),

8 H mm DIMNCHE-IUTRÉ iiiiiniiiimmiiiiiniiimi»iiimnih«mt«mimiiimuhiimiimr i nui. u jiniimimuilltuiihltli i.iiiiiiiiiiiiliiuiil i iiîhiiiiminimiliiiiil«iu«m.iiiiin P ^) U R E T\eni> ^VCOT! VOI UNE ETTRE DÊ-PP PORTER CHE-T' OHCUE- DOPHE: 1 TTE-Ht>R^ RÉPONE\ TU U j''wnt >IEH.É.R 'ONCE- DOUP-HE.il. I TOUJOUR P'? 1 TRuCt? EXTRORDINIRE VE-C U\ '. DE*? }TTUE/> NÈ.O,RE-<?, PEV> RMD^DE^ fcon'&ohvïtt...'. évident de club WMZION '?3a*. PR BRNNER TTENDE U «.uoh EMCOl Ï. ET NE C^>E RlENÎÏ JE. PRÉPRE. RÉPONE U ETTRE PE. TON PERE.Ul... fjr>vi!> TO>T DE. KÊriE- s F f RETER g?y -ieja IPR À «... NON PU5Î'. MT m". "à il NI FOI, ITHT P.*?.'.'. M JE. H I Puu!> QU'UNE. REOURCE CX^T DE MNDER. ME^ 30N30N Â. MOI!!!. H" Copyright p*r Dimanche-Illustré, Chicago Tribune. Farine spécialement pour les enfants en

9 ENFNT miiiiiiiiit iiiiiitiiiiiihiiiiiiiiiiiniihiiiiiiiimiiiiiiiiuiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiimiiiiiniih 9 ïtmniinntiminiiinuitiitiim(iiiti(iiiiiiitiim!niiiiiiiti!iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii(iiiiiiii(ii(i>ni»! MON/IEU& MONIEUR, NOU') {Hj...C'ÊT D ^ M'VON P DE VOY/W ONT;..C6MMENI GEUR DE CE NOM DNj\ VI-JE RETRôONOTRE_HOTE jver MON ONCE. iiiitiiitiit FU//E JOIE PR IN tnï-ogn NON DIMNCHE-IUTRE J E 'i MNQUÉ O BTEU...ÎM/t 1GINEl- VOU QUE NOU rvenou OMME JMÎ VU5... JE COMPTI f" f (JR VOU CHERCHEZ. VOTRE M M & OU ROU?... i - t? VEC UN RRIVÉ? MONIEUR MON KNGOUROU POUR NOD RECON N i TRE...TÏ EN5.' PROPO. OU ET DONC < H!.. OUI, CHER i pi...qund JE PENE, Que J'i- JOil ft VOU CONNÎTRE! 'ON,JE [OH.NE CROÎ QUE NOU' ON NOU EN vou- U-EZ-VOU P MF pire^u"4) l"te N DRE... VOU... i Ç PEUT FIRE PI COMMENT V ;TU QUE NOU GÎON MiEUX i /'QU'ET-CE QUE VOU ÊTE) RICHE ME CHNTEZ À... VOTRE JE VOU EN KNGOUROU BRÎé.JE DÊiRE \ ETGE DE PORCEINE CE OÎT E ET JE VEUy. ÊTRE TRD POI BE!] I tint prépare? en bas êfjq, méliore l'allaitement au biberon prépare et facilite le sevrage. ouec'et! E PRON P DE Çl.VOO VEZ ETE M P... VOU VE Z t.grâce À DÎEU, NE NTE DE FER..

10 mmim DI MNCHE-ÎUTi?^ <t«,,tfm,mmmttflm,,mmumfmimm«.aimmiimw*mimimn«,*m>>**mim««,<llh«l iihuumiitihmi 90 MMHmmiiMMMiiHUHiM je voudrais bien savoir... Comment s'habillaient en ngleterre, an XIX"" siècle, un marin pêcheur et nu veilleur de mit? E 17 FÉVRIER 1935 De quoi se composait le costume d'uni jeune femme française, une Parisienne, en Van 1791? Depuis quand Paria est capitale et quels Jusqu'à quel âge tes sursis VIncorporation sont valables? tun'nt ses premiers administrateurs? UQU'À vingt-cinq ans. IU «ont renouvelables )Bia RI a t titre et attributions de capitale de- P puis le _ moment où le royaume franc fut constitué, soit depuis le retour en 508 de Clo vis victorieux, ayant reçu de l'empereur d'orient thanase les insignes du Consulat et la reconnaissance de toutes ses conquêtes. Peu après les rois eurent leurs villas sur Clippiapum (Clichy), Rotojalum (Rueil), Palatiolum (Palaiseau), Novigentum (Nogent), Cala (Chelles). e pouvoir central s'organisait. es premiers prévôts de Paris furent : Etienne' ( ), Pierre (1082), Baudouin le Flamand, Renaud ( ), Guillaume de Gouraay (1154), Hugues de Meulan (1196), etc. es premiers prévôts des marchands furent : Evreux de Valenciennes (1263), Jean ugier (1268). Guillaume Pisdoe (1276) Guillaume Bourdon (1280), Jean Popln (1293), etc., et de 1354 à 1358, Etienne Marcel. es premiers maires ont été : Bailly ( ), Petion de Villeneuve ( ), Chambon ( ), Pache ( ). etc. es premiers préfète de la eine ont été : Frochot (1800), de Chabrol (1812), de Bondy (1815), etc. <» * par tacite reconduction. J D'autre part, un sursis de six moia peut être accordé une fois, après l'âge de vingt-cinq ans, pour raison d'études. es étudiants en médecine, pharmacie, chl rurgie dentaire, le3 élèves vétérinaires, peuvent être maintenus en sursis jusqu'à vingtsept ans. Qui prépara le code civil? N commission de quatre membres : Tronchet, président du tribunal de cassation, Portalia, Bigot de Préameneu, MadlevHle, conseillers d'etat. U * es conditions d'admission au concours d'entrée à l'ecole nationale des ponts et chaussées? candidat au concours pour l'admission à l'ecole nationale des ponts et chaussées T doit avoir dix-sept ans au moins le 1" janvier UT Quand se servit-on des premiers canons? 1935 et moins de vingt et un ans & cette même mer, en septembre 1338, au combat entre nglais et Français ; puisd'rmniden, à la bataille de Crécy, en UR Bonnet de laine rouge. Tricot P rayé bleu et blanc. Jupe en grosse toile, Botteg à entonnoirs. ÊCHEUR. date. Toutefois, aucune limite d'âge supérieure n'est imposée aux candidats étrangers. la suite du concours qui aura Heu le 27 mai, pourront être admis vingt candidats français et dix candidats étrangers. as inscriptions seront closes le 1" mai es candidats admis ont à payer par année scolaire un droit de scolarité de francs. e programme des connaissances scientifiques exigées est le même que celui qui sera exigé en 1935 pour l'admission à l'ecole polytechnique. I, en temps de guerre, un homme dégagé VEIEUR DB NUIT. Chapeau ciré à couvred'obligations militaires par son âge peut nuque. Manteau à pèlerine. Bottes. Il tient à la être requis par l'autorité administramain sa lanterne et un fort gourdin. tive? <$> <î> <$> UI. Hors le cas d'incapacité physique absolue, tout Français du sexe masculin non «Quand aura Heu Je concours des bourses soumis aux obligations de la loi sur le spéciales aux troisième et quatrième recrutement de l'armée peut être convoqué Quelles sont tes catégories d'anciens miliséries des bourses pour l'enseignement individuellement à titre de requis civil pour taires qui, en vertu de la loi du 26 déêtre employé aux services administratifs ou primaire supérieur? cembre 1934, peuvent se mettre en inséconomiques. session de l'examen d'aptitude aux bour<> * tance de pension de guerre? ses nationales d'enseignement primaire es mobilisés de la guerre titulaires supérieur (troisième et quatrième séries), s'ou- Comment faire passer le goût aigre du de la carte du combattant atteints d'invavrira dans tous les départements le jeudi vin? lidités régulièrement constatées résultant uni11 avril R80.ua le mal est accentué, U est Inutile de quement de blessures de guerre. es inscriptions sont reçues jusqu'au songer à traiter le vin, le mieux est de 11 mars à l'inspection académique des dépar-» <3> # tements et pour la eine et Paris au service convertir ce dernier en vinaigre. orsque le mal est à, son début, on enlève des examens. 3, rue Mabillon. l'excès d'acidité avec du tartrate neutre de Quelles sont les langues européennes dont potasse. On détermine la quantité de tartrate 3> l'origine est encore inconnue? a ajouter par tâtonnements :. on commence 'ET le cas d'une langue morte : l'étrusque, par en mettre 60 grammes par hectolitre (on Quand mourut Molière? et d'une langue bien vivante : le basque. a 17 février 1673, à l'âge de cinquante-trois dissout le tartrate neutre dans un litre de O ans. Il fut pris en scène, alors qu'il jouait le Malade imaginaire, d'une convulsion. Ramené chez lui, il eut des vomissements de sang qui l'emportèrent. Quels furent tes prix des transports de marchandises au cours des siècles? u moyen âge, le roulage se payait, en ramenant les chiffres à nos unités modernes, de 0 fr. 50 à 2 francs or. le kilomètre, pour mille kilos (le port du blé variait dé 0 fr. 70 à 1 fr. 60, celui du vin de 1 franc à 1 fr. 25). la fin du dix-huitième siècle, ces prix n'avaient pas beaucoup changé ; il fallait compter de 0 fr. 40 à 1 fr. 50 la tonne kilométrique. ous ouis-philippe, le roulage ne coûtait plus que 25 centimes et 45 centimes suivant qu'il était ordinaire ou accéléré. Quand Nice a-t-elle été rattachée à la France? première fois en 1796, avec son comté ir qui devint le département des lpesmaritimes. Définitivement, après la campagne INE I vin et on ajoute le tout au liquide à traiter), on agite et on laisse au repos pendant deux jours. On déguste ; si le résultat n'est pas satisfaisant, on augmente la dose. Pour fixer plu3 facilement la dose à employer on peut faire des essais sur des bouteilles pleines de Vin dans lesquelles on met des quantités de tartrate variant de 6 décigrammes à 3 ou 4 grammes. uivant le degré de maladie, la quantité de tartrate neutre à ajouter peut varier de 60 à 300 grammes. près- l'opération, 11 est utile de faire un collage et même d'ajouter une certaine quantité d'alcool pour remplacer celui qui a été détruit par le mycoderme. e traitement au tartrate neutre de potasse fait disparaître l'excès d'acidité du vin, rend ce dernier buvable, mais ne fait pas disparaître le niycoderma aceti, la cause du mal. Ce ferment continue à transformer l'alcool du vin en acide acétique et le vin se pique à nouveau. e traitement ne fait que marquer la maladie et permettre la consommation immédiate. On peut cependant arrêter le développement du-ferment par le gaz sulfureux en méchant, c'est-à-dire en brûlant du soufre dans "le fut destiné à recevoir le vin piqué. d'italie, de 1860, selon les résultats d'un plébiscite. 3> C 'étrusque, OUR clarifier les sirops, on se sert, le plus généralement, de blancs d'oeufs. On délaye le blanc d'eeufs dans une petite quantité d'eau, on l'ajoute au sirop qu'on porte à l'ébullition. Pour séparer l'albumine coagulée, on écume. Un autre procédé consiste à utiliser la pâte à papier. cet effet, on fait détremper dan3 l'eau du papier sans colle, on le bat pour bien le diviser. près avoir fait égoutter la pâte on la délaie dans le sirop cuit et bouillant. On verse le tout sur un molleton et l'on passe le sirop une seconde fois. P <$> primaire foraine de Paris est une insoici un produit très efficace pour le nettitution privée administrée par un comité V toyage des cuirs, et que l'on peut confec de forains dont le siège est 29, rue de Paradis, tionner soi-même facilement : Elle fonctionne toute l'année et suit les diverses fêtes foraines de la périphérie parisienne. Cette école, qui fonctionne depuis trente ans, prépare les enfants au certificat d'études, elle est installée dans deux roulottes dont chacune constitue une classe. ROME PTREE C Depuis quand notre armée comporte un train des équipages? Mettre dans un récipient 600 grammes environ d'eau non calcaire ; dans cette eau faire dissoudra 5 grammes de carbonate de potassium ; porter l'eau à l'ébullition, et y ajouter progressivement 500 g. de cire blanche en copeaux, et 10 g. de savon blanc, également én copeaux ; maintenir en ebullition, jusqu'à ce que la cire, liquéfiée, ait cesse d'être apparente ; laisser refroidir le tout, puis y incorporer, sous forme de filet, 500 g d essence de thérébenthine. Ensuite, versez encore 300 grammes d'eau. près refroidissement complet, on obtient ainsi une pâte onctueuse que l'on appliquera sur les cuirs à nettoyer a l'aide d'un chiffon de laine ; après quoi, on essuyera, de façon à enlever aussitôt les impuretés dissoutes grâce_à la pâte. = par ordre de Napoléon I" que fut créé le train des équipages. u début, le personnel du train n'était composé que de charretiers non armés qui avaient pour seule mission de conduire les fourgons et bagages des troupes. 'empereur les militarisa, les assimilant ainsi aux autres soldats, et les traitant en compagnons d'armes. Et depuis nos «tringlots», quoique «non combattants» par définition, ont pris une part glorieuse à nos plus 'il existe un cri du kangourou? célèbres batailles. E renseignements recueillis auprès des Boulevard Montmartre personnages les r>lus qualifiés du Muséum <> et du Zoo. il résulte que, tout au moins à l'état captif, le kangourou ne se signale par Qu'appelle-t-on les Cent-Jours? aucun cri. dernière période du règne de Napoléon, Rien de spécial n'est indiaué. par ailleurs, sur ce point, par les relations des exploradu 20 mars 1815, jour ou, retour de l'île Ce coupon donne droit à une entrée à d'elbe, l'empereur reprit le pouvoir, au 28 juin teurs ayant eu l'occasion d'observer l'animal Tarif réduit pour le Jeudi en matinée. 1815, date de sa chutfi définitive. en liberté. vec un de ces bons, publié dans = DIMNCHE-IUTRE et présenté au \ Cette rubrique est ouverte à tous nos lecteurs. Elle leur contrôle, il ne sera perçu que 2 fr. 50 \ à toutes les places pour les enfants seu- = permettra de se tenir en contact constant avec leur journal, lement. ~ iiiiiimtiiiiiiimiiiiiiimiiiiiimiiiiiiii,m Donne au bouillon goût exauls. 1 POUR E ENFNT 'ET CINE-INFORMTION OU "PETITPRIIEN" D Reportages et ctualités Pathé-Natan f 1 ittmimu iiiuiim i CE BON ET VBE POUR f TOU E ENFNT DUNE MÊME FMIE j IlllIlllllllllllllllllllIllllllllllllllllllllllllllllllllllllItlIlilIlilllUlllilllllllllllO l les hommes pères de six entants sont soumis aux obligations militaires? négative. es intéressés sont dégagé» R de toutes obligations militaires des 1» naissance de leur sixième enfant. ÉPONE Ce que l'on appelle la cure de bananes? cure, comme beaucoup d'autres, noua CEllevientpeut d'mérique, et s'attaque à l'obésité. se pratiquer de la façon suivante : BTTB Pendant dix jours, on réduit les aliments & six grosses bananes, 1 litre de lait, 1 salade* /2 de thé ou café non sucré, et au besoin 1 œuf. Ces alimenta sont répartis en deux OU trois repas, faits dans la journée. Puis, pendant dix autres jours, on remplaça une ou deux bananes par un ou deux oeufs^ ou une tranche de viande, et on ajoute un peu de légumes verts. Il ne faut pas, bien entendu, suivre ce régime sans l'avis d'un médecin, et en tout caa ne pas le continuer, si l'on se sent troa affaibli. Comment clarifier dés sirops? ECOE H est nettement reconnu que l'ecole Centrale de T.. F. est l'établissement le plus indiqué pour l'enseignement professionnel (.Ingénieur sous-ingénieur, chef-monteur, opérateur des ministères, etc.) et prémilitaire T..P. {génie, aviation, marine). es cours se font au siège, 12, rue de la une. Paris-2". e jour, le soir et par correspondance. <3> parle par l'ancienne Etrurie (région qui correspond à la Toscane actuelle) et dont II reste d'assez nombreuses inscriptions, n'a encore pu être déchiffré. Quant au basque, actuellement parlé par individus environ, tant en Espagne qu'en France, on ignore encore sa provenance exacte. (Pour ce qui est de la lague elle-même, elle est relativement facile à étudier). C'est en U. R... que l'on travaille le plus aujourd'hui à rechercher les origine du basque ; une théorie récente l'apparente à certaines langues du CauPrière aux lecteurs de BEETT qui case. nous ont écrit de donner leur adresse pour fi». ^. ^ ' réponses personnelles. En quoi consiste l'ecole primaire foraine Comment préparer une pâte pour nettoyer de Paris? les cuirs? COUR DE T.. F. OBJ en redingote ou robe coupée bordée d'ua galon d'argent. Robe de dessous garni» dans le bas d'une bordure à personnages. a taille est ceinte d'un ruban terminé dans 1. dos par un nœud ou barbe. Fichu de inon, Chapeau à bords retroussés garnis d'un ruban noir ou hérisson. Un autre ruban plus larga s'enroule autour du chapeau et forme plusieurs nœuds. ongs cheveux frisés. gui les renseignera volontiers sur tous les faits d'un intérêt général et d'ordre documentaire ou pratique ; mais un délai assez long peut s'écouler avant l'insertion des réponses, et nous restons naturellement juges de leur opportunité» (Voir Consultations et Bon à détacher, page 4.) Un bébé retrouve la santé I Une jeune maman raconte cette guérison remarquable : «J'avais été obligée de mettre mon bébé en nourrice. Et j'ai ramené le pauvre petit la tête couverte de croûtes de lait 1 En essayant d'enlever les croûtes, on a arraché la peau. es plaies s'envenimaient... avec des boutons, de la gourme I... ndré ne dormait plus et dépérissait 1 Tout ce que j'essayais aggravait le mal 1 Une amie m'a conseillé la Pommade Cadum. C'est surprenant I En 2 jours, les croûtes se détachaient toutes seules. es plaies guérissaient I a peau s'est reformée, toute rose. Mon bébé a, maintenant, une petite tête bien propre; ses cheveux repoussent... Il a une mine superbe. oissons (isne) Dans le traitement des affections de la peau ou du cuir chevelu des bébés, 1a Pommade Cadum donne des résultats ndré MONCHUX particulièrement remarquables grâce à ses propriétés adoucissantes et antiseptiques. a Pommade Cadum calme et guérit d'ailleurs toutes les irritations, les inflammations de la peau : eczéma, urticaire, dartres, acné, herpès... Elle assure des nuits de sommeil paisible en supprimant les démangeaisons. Très efficace, la Pommade Cadum empêche souvent l'infection des plaies dont elle hâte la cicatrisation. Par prudence, ayez toujours, chez vous, une boîte de Pommade Cadum... Mais, pour obtenir ces résultats rapides, n'oubliez pas de refuser toute imitation que l'on pourrait vous proposer.

11 »» E 17 FÉVRIER 1935 M ',,, " "''"ni«iimiiimiiiiihiiiiiiiiiiii"htliitiniiitiiiiiiiiiiiiiimiiiiiii iiimiiiniiii i Héros d'opéra-comique la mairie de ongjumeau, charmante localité banlieusarde sur la route d'rpajon, un monument a été élevé, en 1897, au compositeur dolphe dam. H le mérite bien, car il a suffi d'un de ses opéras-comiques pour. "x rendre célèbre la petite ville : le Postillon de ongjumeau qui vit, pour la première fois, les feux de la rampe, le 13 octobre On sait le rôle que tinrent les postillons dans la littérature du début du dix-neuvième siècle; c'étaient eux qui conduisaient,es WBË[ JÊÊÊÊM fameuses malleshep/ têêèbfflïïêb Posles ou, plus exactement, les chevaux de ces voitures : le posteur, blanc, le maillé, de couleur ; et aussi le fameux «troisième», «qui se paie toujours et qu'on ne voit jamais». E COMPOITEUR C'est un persondophe DM nage de cet état qui joue le rôle principal de l'opéra-comique d'dam, d'après le livret de Brunswick et e» /en. Chapelou était beau, jeune et galant. EVNT fjl8 11 '»(tlm*iiiimiitmllltnlltltltllmiiiiiiiiiiilllltnitltllll.llltlllllllllhii iiiimiiiiii profitons de nos loisirs pour nous instruire un peu E POTION DE ONG JUMEU D min _E YMBOE DE CROIX 'ORDRE DE CHEVIER DE MTE sait que la première croix fut la wastika, ancêtre de la croix gammée, représentation symbolique du feu, de la flamme vivante, du soleil, emblème du panthéon et de la civilisation des ryens. Il en découla de nombreuses formes préchrétiennes (centre occupé par un point, par un ou plusieurs cercles.), comme de nombreuses formes chrétiennes, la croix étant demeurée le symbole de la Passion après en avoir été le principal instrument. a première croix qui couronna un édifice religieux doit être la croix en tau dont saint Zenon de Vérone couronna la basilique de cette ville. Puis on vit apparaître des variantes : la decussata en forme d'x (croix de aintndré), la commissa, croix grecque à branches égales, Yimmissa, à branche inférieure plus grande que les trois autres et qui est devenue la croix latine. O N Enfin, sur ces variantes générales se greffèrent des modifications ornementales particulières, qui ont toutes leur histoire. Beaucoup de ces modifications furent Inventées par les croisés qui les peignirent sur leurs écus et cottes d'armes, en y ajoutant des différences de couleurs. Telle fut l'origine de la croix de Malte, croix d'étoffe blanche à huit pointes, que les chevaliers de Malte se donnèrent en Jérusalem pour porter sur leur manteau ou leur justaucorps. Elle est demeurée le nom de toute croix de même forme, tant celle de l'ordre souverain de Malte que celle de l'ordre militaire espagnol de Malte ou de saint Jean-Baptiste. Une certaine similitude a fait donner son nom à la ychnls Chalcedonœa, originaire du Japon et de la ibérie orientale, et dont les fleurs blanches ou roses, font l'ornement de nos jardins. e cœur de la plus sauvage Galopait en croupe avec lui. Il chantait à ravir, ce qui lui valut d'être distingué par un grand seigneur le jour même de son mariage, engagé à l'opéra, et très flatteusement accueilli par les dames de la cour. Mais, tandis que aint-phar (c'était son nom d'emprunt), courait de conquête en conquête, sa fiancée, délaissée, Madeleine, se désolait. Par un hasard miraculeux, elle aussi vint à la cour et finit par recouvrer le cœur de l'infidèle, ému par l'expression de cet amour frais et sincère. Et tout se termine de manière charmante, par la conclusion du mariage différé. es airs du Postillon de ongjumeau ont été longtemps des plus populaires, surtout la célèbre ronde : Oh! oh! oh! oh! qu'il était beau! la découverte des étoiles OBERVTOIRE ET PNÉTRIUM sait que, pour observer les astres, il faut chercher comment déterminer leurs positions, estimer leurs mouvements et Connaître leur structure. D'où tout un arsenal d'instruments dont les plus précis «ont ceux qui font intervenir la photographie, substitution à l'observation subjective de l'œil de rimpre3sion matérielle et définitive de la lumière sur une surface sensible, et la spectroscopie, basée sur la connaissance de la structure des rayon3 lumineux, d'où l'on infère la notion de la composition chimique des astres. Notre photo représente un projecteur géant (près de 4 mètres), construit avec une précision mathématique et qui permettra, notamment, de photographier tous les astres du ciel, même ceux qui ne sont pas visibles à l'œil nu. Il est destiné noblesse oblige à un planétarium qui est en cours d'achèvement au Musée d'histoire naturelle de New-York, èt qui sera réalisé selon des conceptions architecturales toutes neuves : murs mis à l'abri de tous bruit, vibration, réverbération extérieurs, plafond en coupole, faisant ciel artificiel et permettant, grâce à un dispositif spécial, de reconstituer vingt siècles d'histoire du ciel. On a pu, dans cette rétrospective, situer l'étoile qui a guidé Erickson dans ses explorations vers le Nord, ainsi que les constellations qui ont guidé Ccesar's. En sens inverse, le ciel du planétarium permet de réaliser ans d'observations au delà de notre époque, lorsque Vega sera notre Etoile du Nord et que la Croix du ud sera visible à la latitude de NewYork. l l'on veut bien te- UN PPREI PHOTOnir compte de ce que GRPHIER E TRE les astéroïdes, dont les quatre premières. Cérès, Pallas, Junon et Vesta ne furent découvertes qu'au cours des dix premières années du dix-neuvième siècle, sont aujourd'hui connues au nombre de mille, on peut imaginer aisément les progrès que le nouveau planétarium est susceptible de faire réaliser à la science astronomique. O N QUEQUE PÉCIMEN es héros de roman PU ET VIRGINIE deux personnages tiennent une place considérable dans notre histoire littéraire, non seulement à cause du succès énorme qui accueillit, en 1788, la publication de l'œuvre de Bernardin de aint-pierre ; mais aussi par la nouveauté de leurs caractères qui en fait les précurseurs des héros romantiques. Paul et Virginie, qui devait atteindre à tant de retentissement, avait été lu, en manuscrit, par l'auteur dans le salon de Mme Necker, devant une assemblée d'élite. Mais cette assemblée avait, dès les premiers chapitres, manifesté son évident ennui. es uns bâillaient, les autres s'endormaient. Buffon réclama à haute voix sa voiture. près ce déplorable essai. Bernardin de aintpierre, désespéré, était prêt à jeter son manuscrit au feu. e peintre Vernet l'en GROUPE ÉGORIQUE empêcha, en lui affir- DE PU ET VIRGINIE mant qu'il s'agissait d'un chef-d'œuvre que la postérité conserverait. Paul et Virginie apparurent dans la société spirituelle et sceptique du XVIIP siècle, comme deux beaux enfants, très purs, d'une douce mélancolie, à l'image reposante. Ils avaient la simplicité de la nature et évo-. luaient dans les paysages des tropiques, nouveaux pour les lettrés français. Et le charme opéra comme avait déjà opéré celui de certaines page? de Jean-Jacques Rousseau, qui, lui aussi, avait apporté la fraîcheur des sentiments simples chez nos ancêtres trop habitués à raffiner sur l'esprit. 'anecdote est sans complications, Bernardin de aint-pierre peint la vie naïve, dans }a, lointaine île de France de deux pauvres femmes exilées qui ne possèdent plus l'autre bien que leurs enfants, Paul et Virginie. Elles ont deux serviteurs et un ami, un vieillard qui habite la montagne voisine. Elles habitent au milieu des rochers, des chaumières élevées par leurs mains et qu'entourent de faibles cultures qui leur permettent de vivre. Paul et Virginie s'aiment. eur amour est pur, mais profond. eur existence rustique est sans reproches. Chateaubriand, sur qui Bernardin de aint-pierre n'a pas été sans influence, dit d'eux : «Cette pastorale ne ressemble ni aux idylles de Théocrite, ni aux églogues de Virgile, ni tout à fait aux grandes scènes rustiques d'hésiode, d'homère et de la Bible ; mais elle rappelle quelque chose d'ineffaçable, comme la parabole du Bon Pasteur.» Mais l'idylle est interrompue par un C E DE CROIX DE MTE voyage que Virginie doit faire en Europe. Paul est désespéré. Et quand le bateau qui ramène la bien-aimée est en vue des rives de l'île de France, une tempête effroyable le brise sur les rochers. Cette page d'amour se termine par la mort et il ne reste bientôt plus dans cette gorge de montagne où était né un bonheur paisible que deux cabanes en ruines et un vieillard ami qui, les larmes aux yeux, conte les malheurs de deux enfants. travers l'orient merveilleux OO ET ON UTN lecteur nous a demandé ce qu'est olo, dont le.sultan a figuré parmi les visiteurs de marque de la section hollandaise à l'exposition coloniale de olo ou Jolo n'est pas une île, mais une des plus fertiles provinces de l'île de Java. Cette province s'appelle d'ailleurs plus couramment oerakarta (anciennement Karta oera : l'œuvre du héros), nom que porte également sa capitale kilomètres carrés, telle est la superficie de la province ; habitants, telle est la population de la ville (dont Européens.) Or, les Indes hollandaises ont, comme les Indes anglaises, des territoires autonomes dont les princes régnants sont assez riches pour se permettre une cour somptueuse à la mode orientale. Java, ces grands seigneurs d'orient sont le oesoehoenan (mot qui signifiait jadis empereur et que nous traduirons par : sultan) de oerakarta et le sultan de Jogjakarta. umatra, ce sont les sultans de Dell, angkat, et sahan. Dans le reste de l'archipel, ce sont les sultans de Pontianak (Bornéo), de Batjan (Moluques), de oembawa (Timor). e oesoehoenan est, vis-à-vis du gouvernement hollandais, dans la situation de vassal appointé ; le protectorat est exercé par un président qui contrôle les actes du prince Indigène. a ville de oerakarta comprend trois parties : e Krator, ou palais du oesoehoenan; Wastenbourg, la citadelle hollandaise ; Enfin, la ville proprement dite. Etant placée à i peu près au centre 1 géométrique de l'île, elle est un nœud TYPE DE JVNIE de voles ferrés Important, au milieu de cinq districts qui comptent parmi les plus riches de Java. olo, produit à l'envl riz, café, sucre, indigo, coton tabac, poivre, sel, etc. U N IIHIIIW DIMNCHE-IUTRÉ PORT» FÉMININ E FÉDÉRTION FRNÇIE ET INTERNTIONE physique et sport sont de merveilleux Instruments d'équilibre physique, moral, cérébral et social, régénérateur du bien-être, de la force de l'individu, de la famille, de la nation. plus forte raison s'ils ont été pratiqués également, avant l'union, par les deux conjoints. De la femme dépendent, en majeure partie, la santé physique et l'équilibre moral de l'enfant. ui donner, par l'éducation physique et sportive, un bon «standing» de vie organique, c'est placer par avance la famille dans la plus saine des atmosphères ; c'est, en même temps, lutter dans MME ICE MIIT l'avenir contre le déchet important que constitue la mortalité de l'enfance. C'est dans cet esprit et en faisant de ce qui précède un de ses objectifs principaux, que s'est créée, fin 1917, 9, rue du Faubourg-aint-Honoré, à Paris, une Fédération Féminine portive de France, à la tête de laquelle se trouve dès le début Mme lice Milliat. Mettant à la base de son activité la culture physique, la F. F.. F. régit en compétition l'athlétisme et le basket-ball sur le plan national, et, depuis 1921, sur le plan international. Car, depuis 1921, il existe une Fédération Féminine portive Internationale qui n'a pu mieux faire qu'appeler à sa présidence l'animatrice qui avait tant œuvré pour sa fondation. Cinq nations au début, trente aujourd'hui, tel est le magnifique bilan de la F. F.. I., qui a ses jeux féminins mondiaux, véritables Jeux Olympiques de la femme. es premiers eurent lieu à Paris en 1922 ; les suivants : à Gothembourg (1926), à Prague (1930), à ondres (1934). Ceux de 1938 n'ont pas encore été attribués ; trois nations les ont sollicités : l'utriche, la Pologne et le Japon. Quant à la F. F.. F., elle comptait à fin janvier 1935, 495 affiliations. on développement a exigé la création de groupements régionaux, décentralisateurs. Unique en face d'une trentaine de fédérations masculines, elle a à faire face à un énorme labeur. Ne possédant pas de terrains, pas plus d'ailleurs que ses sociétés affiliées (dont deux ou trois seulement sont locataires et pour un bail très court), elle a besoin à la fois d'un large appui moral des pouvoirs publics et d'une aide matérielle importante, de la part tant du gouvernement que du public lui-même. U n'est que de constater, à cet égard, l'étonnante modification physique de la race germanique depuis quinze ans pour se convaincre de l'influence du sport sur la régénération des races. Or, outre-rhin, les stades pullulent et sont journellement fréquentés par les scolaires comme par les adultes des deux sexés. a France a besoin d'en faire autant et elle le peut. Et, à l'époque où U est sérieusement question, chez nous, d'accorder aux femmes le droit de participer au suffrage universel, il est logique et normal que dans cet autre domaine, le sport, on leur accorde la place importante qu'elles ont déjà conquise dans d'autres nations. C UTURE 'instinct des animaux DE INECTE QUI E DÉFENDENT les hommes, certains insectes ne craignent pas d'appeler à N-leur aide, pour leur défense, la fortification. Témoin F" ce filet dont on admirera la régularité et qui est tissé par la chenille de certain papillon exotique. Pour se protéger contre les chasseurs ailés de la jungle, elle fait choix d'une feuille assez haut placée et y suspend le fil initial de sa trame. e filet n'a guère plus d'un pouce (deux centimètres et demi), mais sa densité permet de le considérer comme une défense 828 de premier plan. Une CHENIE TRENT preuve de plus de 0N FIET PROTECTEUR ladmirable instinct qui tient lieu d'intelligence au monde anl-i mal I C OMME i

12 iiiifiiiiuiiillllttliliiiiliiitiiiiiiiitii nmi DIMNCHE-IUTRÉ?tiwo«tnniiiiinniimiiiiiiWuiiiiwiim 'HBITUDE ET Voilà!... l vous aviez regardé l'écriteau, ça ne vous serait pas arrivé!... Cercle vicieux (Dessin inédit de liihiiiiiihiihiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiminiiiii UNE UN MIION UN iiiiimimiimiiiiiniiiiiiii ECONDE...Mais... c'est l'eau glacée qui vous fait faire des trilles comme un rossignol?......ou 1 Enfin, comment trouvez-vous ça?.;. Mon patron me fiche dehors parce que je ne fais rien... Je fais un porte-monnaie... on me fiche dedans... Il n'y a plus de justice I 12 E 17 FEVRIER 1935 MIHM NTURE J'ai l'habitude de siffler chaque fois que je suis dans mon bain!... (Dessin inédit de M. UVÂTE.) a PERDU MRIGE tmmiiiifiii vie hère RTÉ.N'empêche qu'il' m'a fait perdre... U a l'air bon comme ça. O'GI-OP.) Docteur, je n'ai aucun appétit!... h! madame, comme vous allez faire des économies!... (Dessin inédit de NGERIK.) Politesses Rassurant! Ûuiûû. Je n'en ferai rien... après vous!... (Dessin inédit de GUIGO.) OUTION.11 m'a refusé la main de sa fille I......plus d'un million. (Dessin inédit de ÉÉGNTE Non, monsieur, pas de gigot bretonne : ici, t'est un restaurant végétarien!... OU E lors, vous avez des haricots? Toutes les sortes de haricots, monsieur ROBERT BICK.) BON Et dites-vous bien, monsieur, que les douleurs sont des chimères, et que les chimères sont des folles! (Dessin inédit de O'GOP.) GTRONOME Eh bien! donnez-moi un haricot de mouton (Dessin inédit de uc-cï.1 I

13 a«...,., E 17 FEVRIER 1935 iiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit 23 iii>i*i>>iiiiiiiiiitiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiititiiiiii.tiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii TRONOMIE 'HYPNOTIEUR Voyez-vous, ce qui m'étonne le plus, ce n'est pas qu'on ait découvert les étoiles, c'est qu'on ait trouvé leur nom 1 Tu as vendu ton armoire à glace?... Oui, chaque fois que je me regardais dedans, je tombais en catalepsie I... (Dessin inédit de (Dessin Inédit de JUHÈ.) Perspicacité celui que vous m'offre* est d'une tranche déjà tirée!... (Dessin inédit de M. UVYRE.) E BON EN Vous avez là un chien qui est bon de garde!... Trop bon... il n'est pas à moi... il m'empêche de rentrer chez moi!... (Dessin inédit de UVYK.) RFFRY.) Histoire faim, car les oies du Capitole étaient sacrées.., Mais, monsieur, ils auraient pu mange* les œufs I... (Dessin inédit de DVTNE.), ENTRINEMENT, TJne bonne dame avait donné deux qui pleurait I.., M. PREUVE (Dessin inédit de VR*.) Je vous aime, mademoiselle Juliette I... Entendez-vous mon cœur qui fait tictac, tic-tac?... Vous êtes sûr que ce ne serait pas plutôt le compteur?... (Dessin inédit de Gurco.) i mn Tu n'as pas brossé mon pardessus, Eulalie, j» retrouve un sou dans ma poche 1... TXI CHIEN OI1VINÇHF^-ÎT.TITTRT? sous, - pour le faire taire, à un petit garçon ideesin, inédit de Ji, iuvïssjk j

14 Mnniii DIMNCHE-IUTRÉ >» > iiiiihiiiiiniiliiimhiihiiiiiliiiiiiimiiiiiiiimi<tiiiiiiiiiiiiii<itmiiiiiiiiinntiiiim 14 B R I C - - B R C INFORMTION DU PETIT POI DE TOUT-NK-MON serrurier John Marcus, de Everett, près de Norton, avait reçu d'amis égyptiens des semences de petits pois recueillies dans E MONDE ENTIER ni le roi Boris de Bulgarie, Carol II de Roumanie, le jeune roi Pierre II et le roi Zog, qui occupe le trône d'lbanie. u cours des deux dernières décades, quatre couronnes sont tombées des têtes qu'elles couronnaient, celles de Chine, de Russie. d'llemagne, d'utriche et d'espagne. Par contre, une monarchie nouvelle s'est créée en sie et l'empereur Kang Teh, l'ancien empereur de Chine, règne aujourd'hui sur l'etat de Mandchoukouo. Parmi les monarques qui n'ont pas connu les revers de la fortune, figurent l'empereur Hirohito du Japon, le roi Fouad d'egypte, le ras Taffari d'byssinie, l'empereur Mohammed Nadir Khan d'fghanistan, et le shah Mlrza Reza Pahlavi de Perse. Mentionnons encore les rois Monivong du Cambodge et Bao Del d'nnam, qui jouissent de certains pouvoirs dans l'indochine française. New-York Times. le tombeau de Tout-nk-mon. Je vais les planter dans mon champ! déolara-t-il à ses amis. Ceux-ci effrayés lui dirent : Ne fais pas ça, malheureux! Tout-nkmon est un type terrible. Il fait mourir tous ceux qui ont violé son tombeau. plus forte raison ferait-il mourir au milieu des pires souffrances l'homme assez téméraire pour manger ses petits pois.. John Marcus se mit à rire et ne voulut rien savoir. i les petits pois poussent, répondit-il, je les mangerai. Or, ces semences qui remontaient a ans, ont fourni d'excejlents_ petits pois dont le brave serrurier s'est régalé. Et il n'est cas mort! E COTUMIER DE NOIR 'mi du Peuple. N célèbre costumier du continent noir, un nommé John Hyman, vient de prendre sa PETITE INVENTION retraite. I l'association des petits inventeurs cherche Des explorateurs, au sein des régions afrijamais un parrain, un patron, elle pourra caines les plus sauvages, n'étaient pas peu toujours prendre Benjamin Franklin. surpris de rencontrer des noirs portant de suen effet, M. Cestre, professeur de littérature perbes costumes datant du temps des mousaméricaine à la orbonne, vient de rappeler quetaires, des gardes françaises, des grenacertaines petites inventions oubliées, dues au diers, pour la France, et d'époques non moins «bonhomme» Franklin. reculées de l'histoire du costume militaire Notamment, il a inventé un système pour anglais. C'est Mister John Hyman qui leur prendre les livres sans échelle sur les rayons procurait des défroques de mascarade. supérieurs des bibliothèques. Il a fabriqué une es affaires de Mister Hyman avaient parcheminée qui évite la déperdition de la cha- fois pour ses clients même, d'heureux effets. leur. Il a, le premier, préconisé l'heure d'été. C'est ainsi qu'il put, grâce à un récent envoi Il a inventé des lunettes avec des verres mi- d'effets, éviter une guerre civile. e neveu d'un partie, pour voir, à la fois, de près et de loin. chef de tribu avait mobilisé tous les jeunes a plupart de ses inventions ont fait leur gens pour ravir ses dignités au sultan. Celuichemin. ci demanda conseil à Hyman. Notre costue Quotidien. mier choisit dans ses hardes.un superbe uniforme de portier de grand hôtel de ondres, y joignit un éblouissant casque de dragon E PROGRÈ DE TÉÉVIION N très prochain progrès' dans le dévelope- qu'il compléta de bottes à éperons, dont le chef noir s'accoutra. orsque celui-ci apparut dans ment de la télévision, par le truchement des stations de radiodiffusion et l'emploi d'une cette magnificence, ses antagonistes en furent nouvelle série d'ondes courtes, est prévu si vivement impressionnés que leurs desseins comme la conséquence fatale de l'invention hostiles s'évanouirent et qu'ils se soumirent d'un nouveau type de tube cathodique faite incontinent à l'imposant potentat. a Tribune des Nations. par le professeur Philo Fransworth, invention qui vient d'être améliorée et mise au point dans les laboratoires de radiotélégraphie de 'INVENTEUR DE CONN DOYE an Francisco. Elle a été expérimentée, pena directeur et propriétaire de la revue bridant la nuit, avec un complet succès. vec ce tannique The trand Magazine, le Dr Hertube, on a transmis des images de an Franbert Grunhough mith, est décède, le 15 jancisco à Honolulu, New-York et Manille. e vier, à l'âge de quatre-vingts ans. on nom, nouveau tube n'est pas basé sur des filaments et coûte moins cher que les tubes actuellement assez Indifférent de prime abord à la majorité utilisés. On assure qu'il a une puissance d'am- des lecteurs français, suggère des évocations iliflcation neuf mille fois supérieure à tous infiniment plus vives quand on se souvient que c'est au Dr Grunhough mith que revient es autres. l'honneur d'avoir «lance» Conan Doyle, au Courrier des Etats-Unis. mois de juillet Totalement inconnu à cette date, Conan UNE BEE VENGENCE Doyle, alors médecin, avait composé une suite N de nos amis nous a conté l'histoire suide contes qu'il avait vainement essayé de vante : chez des éditeurs et des directeurs de On jouait un drame dans un théâtre pari- placer revues. ucun d'eux n'avait discerné en lisant sien, et comme la distribution était réduite, ces écrits la plus petite possibilité de succès. X..., un grand comédien de talent, s'était vu eul Grunhough mith, sollicité après tant octroyer le rôle infime du docteur. Il n'avait d'autres, devina et flaira. Il accepta de publier que quelques répliques à dire. dans sa revue un récit intitulé : «Un scandépité, il résolut de se venger. u deuxième en Bohème.» Et la vogue naquit aussiacte, le jeune premier tombait sous les balles dale de revolver que lui envoyait un rival. Chacun tôt. Esprit critique de première force et direcse pressait, éploré, autour du corps, et le méteur- audacieux, Herbert Grunhough mith decin demandé d'urgence, se penchait sur lui avait assuré la fortune de bien d'autres écriet déclarait : vains anglais, Wells, par exemple, ou l'hu Bonheur! il vivra! Et le troisième acte était basé sur la moriste Woodehouse. 'Ordre. convalescence du jeune amoureux qui époue ŒUF DU COR sait l'amie pour qui il avait failli mourir. Donc, ce soir-là, le docteur arrive. Chacun OÉPHINE, l'un des casoars du jardin zooloattend son diagnostic. ui, froidement, se gique de Whipsnade, est extrêmement relève et s'écrie tristement : flère de trois beaux œufs vert bouteille Trop tard, il est mort! a pondus voici peu. vec une légèreté e rideau tomba et l'on ne put jouer le qu'elle blâmable, elle s'inquiète fort peu du choix de troisième acte. la saison. Dans son pays natal, les dames 'vant-cène, casoars pondent pendant les premiers mois de l'année, il fait chaud, c'est le bon moune PREQU'IE URGIT... ment pour élever une famille. Il en va autreon loin de tockholm, le fond de la mer ment en ngleterre, elle n'en a cure. I! est possible que Joséphine médite de s'élève progressivement de deux mètres par siècle, mais dernièrement, à la suite de pondre encore neuf ou dix œufs, mais la direction du Zoo a décidé qu'on n'en laissera secousses sismiques, ce mouvement s'est acplus de trois ou quatre dans lé nid. es céléré, et l'on voit se dessiner sous là surface pas seront cuits durs ou emplis de ciment de l'eau une presqu'île de la superficie de autres qu'lphonse, le casoar mâle ne se fatiplusieurs hectares. es mouvements du sous- afin gue pas trop à couver pendant les 60 jours que sol qui accompagnent ce phénomène donnent dure l'épreuve. d'ailleurs des inquiétudes aux ingénieurs des Car la nature, en ce qui concerne le casoar, a mines de Boliden, mines qui, comme on le voulu renverser toutes les habitudes. Pour le sait, se prolongent sous la mer. moment lphonse montre l'air mélancolique 'Ere Nouvelle. des pères qui reçoivent mission de «surveiller l'enfant», bien qu'il secoue ses plumes d'un air philosophique. 'EUROPE ONZE MONRQUE Il est rare que casoar, le plus grand des RMI les souverains dont la liste va dimioiseaux existants après l'autruche, ponde en nuant, l'europe en compte dix au nombre captivité et la direction du Zoo de Whipsnade desquels le roi George d'ngleterre joue le prend grand soin de protéger les œufs contre rôle le plus important. es pays candinaves le froid. sont aussi gouvernés par des rois GusDaily Mail. tave V de uède, Haakon VII de Norvège et Christian X de Danemark. es contrées voisines de ces régions nordiques ont également pour chefs héréditaires des monarques, la reine Wilhelmine de Hollande et le roi éopold III. En Italie, le roi Victor-Emmanuel III règne depuis trente-quatre ans. on fils unique a...des fêtes à souhaiter du 18 au 24 février. pour femme la fille d'un roi et une de se3 filles UNDI 18 FÉVRIER : aint iméon, cousin de a épousé un souverain. e eud-est de l'eujésus. Evêque de Jérusalem, subit le marrope connaît le règne de quatre souverains : tyre sous Trajan, en l'an 104, alors qu'il avait atteint l'âge vénérable de 120 ans ; saint ngilbert, poète et ministre de Charlemagne, qui le surnommait «son Homère». Etant venu à Contre l'oppression, la toux spasmodlque et la vie monastique, fut abbé de aint-riquier, Invétérée des vieilles bronchites, contre les crises et Bienheureuse Oringe «la chrétienne >, gard'asthme, l'essoufflement, le catarrhe, l'emphysème, dienne de troupeaux, qui fut béatifiée. il faut employer la Poudre ouis egras, qui a reçu la plus haute récompense à l'exposition Uni- ever du soleil : 6 h. 57 ; coucher : 17 h. 14, verselle de C'est un remède Infaillible. e sourdi 19 FÉVRIER : aint Boniface de lagement est instantané et la guérison s'établit probruxelles, mort à la Combe, près de cette gressivement. Boite, 5 fr. 25, imp. comp. Ttes.Fhlea. ville, et saint Conrad, de Plaisance, confesseur et solitaire. Mort en prières (1351), CONTRIBUTION DIRECTE ever du soleil : 6 h. 55 ; coucher : 17 h. 15. ERCREDI 20 FÉVRIER : aint Eucher, évêque d'orléans, mort en l'abbaye de aintes cor3 contribuent directement et puissamment à nous rendre malheureux. «e Diable» Tronc, et sainte Pauline, vierge romaine, enlève les cors en six jours pour toujours. Mais, morte à Bethléem, dan3 le rayonnement de ses attention '... exigez «e Diable», 3 fr. 95, toutes vertus. pharmacies et à Bpernay. pharmacie Weinmann. ever du eoletl : 6 h. 53 ; coucher : 17 h. 17. EUDI 21 Février : aint Ephrom, un dés plus illustres docteurs du christianisme, mort eh Instruisez-vous et' votre situation s'améliorera ; 378, en yrie, et saint Pépin, de anden, due kpprenez donc la Comptabilité, la "téno-dactylo et de Brabant et maire du palais, BOU plusieurs dem, broçhiire gratuite n» 5 à Jamet-Buffereau, Mérovingiens, mort en ever soleil h. Iil ; coucher ; 17 b. 18. B, rue de Rivoli, Paris. Prix mensuels) U U Ï U J N P im..mïimmill limm iiniiiiiiiii mi.mïmm. Un Bon Remède M M NE VÉGÉTEZ PU! J du ii mm iimiii E 17 FÉVRIER 193 uiintim E FIT DIVER COMIQUE U N brave Breton, ouvrier spécialisé dans les constructions navales, était de passage, l'autre jour, à Paris. Il venait de Nantes et s'en allait au Havre où l'appelait un contrat de travail. ortant de la gare Montparnasse, il entra pour son malheur dans un café où il rencontra deux joyeux compères, très liants. Ces derniers avaient une automobile et peu d'argent. Notre Breton possédait un portefeuille bien garni et un livret de caisse d'épargne assez rempli. près quelques verres bus en commun, chacun proposa ce qu'il avait, les joyeux compères leur automobile pour se promener, le Breton ses billets pour payer l'essence et les fines parties. Pendant deux jours on ne se quitta pas ; on ne cessa à peu près pas de boire ; et le mécène dépensa sans compter. Il ne resta bientôt plus un seul sou dans sa poche ; mais II avait toujours le livret de caisse d'épargne et il s'en fut encaisser le montant. Pourtant, comme il est bon à la fin de redevenir raisonnable, les joyeux compères offrirent à leur nouvel ami de le conduire au Havre, dans leur automobile. 'on partit gaiement et dans chaque ville que l'on rencontra, on s'arrêta pour vider encore des pots. En ces conditions, le trajet fut long ; on arriva tout de même ; mais à l'entrée de la ville, les propriétaires de l'automobile s'avisèrent tout à coup qu'us étalent pressés et débarquèrent rapidement le Breton. Continue tout droit la rue, et tu arriveras sur le quai. Bien le bonjour! firentils. e Breton, assez mal en point après tant de beuveries et de fatigues, obéit, marcha indéfiniment et ne trouva pas de quais. Où est le port t finit-il par demander à un passant. Ce dernier ha\issa les épaules et s'éloigna. Un second passant fit la même chose, puis un troisième et un quatrième. e donne-t-on la peine de répondre aux questions saugrenues d'un ivrogne ou d'un fou f e malheureux, sans argent désormais, avait été déposé à Clermont-Ferrand, payses amis peu reconnaissants. la terrasse d'un café élégant, dans une ville de la Côte d'zur, un individu, habillé à peu près comme un clochard, propre pourtant, s'assied à une table. e garçon accourt et, sur un ton dédatyneux, s'écrie : Va-t-en. Ce n'est pas Ici un établissement pour toi! oh! Pourquôa t demande l'autre, avec un fort accent britannique. \ Va-t-en, répète le garçon. Mais le client ne bouge pas et, à une nouvelle injonction, se fâche, finit par tirer un portefeuille dont il montre le contenu, plusieurs billets de mille. Je reste. Je paie. C'est louche. e garçon fait un signe à un agent de police qui stationne sur le trottoir. e clochard britannique, malgré ses protestations, est emmené au poste. à, il donne son nom et l'adresse de son hôtel, un hôtel de bon ordre. es policiers ricanent ; pourtant on va voir et dans l'établissement indiqué, on apprend que l'homme y est bien connu. Il Intrigue même le gérant et le personnel ; car ceux-ci l'on vu arriver en gentleman élégant et sortir en haillons de clochard. Une perquisition dans sa chambre permet de trouver des vêtements de toutes espèces, costu- OYON U COURNT... i ENDREDI 22 FÉVRIER : aint bule, évêque d'lexandrie où il avait succédé à saint Marc. Mort en 97, et sainte Marguerite de Cortone, née à lviani (1249), morte à Cortone (1297). Franciscaine. ever du soleil : 6 h. 50 ; couchera 17 h. 20. MEDI 23 FÉVRIER : aint Pierre Damien ( ), né à Ravenne. Camaldule et cardinal, et saint azare, moine du neuvième siècle à Constantinople, qui souffrit pour sa foi. ever du soleil : 6 h. 48 ; coucher : 17 h. 22. IMNCHE 24 FÉVRIER : aint Mathias, successeur de Judas parmi les apôtres, évangéliste de Judée et d'ethiopie. apidé et mis à mort en 63 ; et sainte Démetriade, vierge romaine, morte pieusement en 425. ever du soleil : 6 h. 46 ; coucher : 17 h. 23. V D...des emplois réservés aux victimes de la guerre. NE nouvelle prolongation de cinq ans des lois régissant les emplois réservés vient d'être publiée à VOfficiel. 'Union Nationale des Emplois Réservés, 73, rue Réaumur, Paris (2e), est à la disposition des pensionnés pour blessures ou maladies,, veuves de guerre, etc., etc. ès renseignements sont donnes tous les mftrdte, jeudis et samedis, de 15 à 17 heures. U mes de marin, sarrauts d'ouvriers, fracs de soirée, etc. C'est de plus en plus louche. Un interprète est mandé au poste de police pour interroger à fond le prisonnier. Celui-ci explique : Je fais le tour du Monde pour mon plaisir. Et toujours pour mon plaisir, partout où je passe, je m'habille à ma fantaisie pour connaître toutes les sensations. Il connut ainsi pendant quarante-huit heures la sensation du cachot, jusqu'à ce qu'on eut Ut. preuve que cet original était un vrai gentleman connu honorablement à ondres. la terrasse d'un café, une brave femme prend l'apéritif en compagnie de son mari. Un Individu qui passe, s'arrête tout à coup, saisit une chaise et la brise sur la tête de la consommatrice. Excusez-moi, madame, dit-il, aussitôt après, je vous avals prise pour ma femme à qui je dois une correction. à-dessus, Il déguerpit avant que quiconque soit Intervenu. e lendemain on arrête un homme qui pouvait bien être le coupable. C'est lui, affirme la victime, dont le mari ajoute : Oui, oui, c'est lui. Pas de doute. 'accusé, malgré ses protestations est jeté en prison. Pourtant, il peut fournir un alibi qui est reconnu absolument exact. Pour lui atissi, il y ci eu méprise. On l'a relâché, mais moins heureux que la femme qui a reçu le coup de chaise, il n'a entendu dire par personne : Excusez-moi, monsieur, je vous avala pris pour un autre, Paris, dans un quartier élégant. Une boucherie forme l'angle de deux rues ; boucherie admirablement achalandée. l'extérieur, de gros quartiers de bœuf pendent aux crochets ; à l'intérieur, sur des tables, sont exposés des filets, des longes et des gigots du plus appétissant aspect. Tout à coup, sur la Chaussée, à l'angle des rues, débouche une automobile lancée à toute allure. on chauffeur ne voit pas à temps un bicycliste qui se trouve devant elle. Un choc se produit. e cycliste et sa machine sont violemment projetés dans les airs et, par un vrai miracle, le vélo se pend à un croc, le long d'un veau, tandis que l'homme va s'abattre sur une des tables où les morceaux de viande lui forment un douillet matelas. ce moment précis, ou plutôt une seconde avant que le bruit de l'accident parvienne à son oreille, un des garçons bouchers a crié d'une voix Jorte à l'un de ses camarades : Envoyez le porc! e cycliste se relève, furieux, et fait passer sa colère sur le garçon boucher qu'il prend pour un mauvais plaisant, cependant qu'une foule hostile invective l'automobiliste dont la voiture, après une embardée, est montée sur le trottoir. histoire d'une bicyclette : a rapide Parls-Nlce arrive en gare de Marseille. l'avant de la locomotive, on aperçoit, accrochés à l'un des tampons, les débris d'un vélo. Des morceaux de chair et du sang sont également visibles. Grosse émotion. Pas de doute, le train a dû accrocher un malheureum cycliste, dans un passage à niveau. On téléphone parto il Nulle pa* t on ne signale d'accident. e lendemain, un garçon boucher fait connaître son aventure. yant déjà ouvert le portillon d'un passage à niveau et poussé devant Zt$ sa machine portant un panier de. viande qu'il devait livrer, il se retournait pour faire signe à un ami resté sur la route, quand le train surgit à toute vapeur. a locomotive m'a enlevé mon vélo des maln3 avec la même dextérité et sans plus do brutalité qu'un voleur à la tire, a affirmé le garçon boucher. J'en suis resté tout bête sur le bord de la voie. Cela vaut mieux pour lui. H. DE FE3 UTRE. IIIIIIIUI.I.IIIMHIM m. i,,,, iinimiiimiliiimiimii,j I CONCOUR DE BOURE NTIONE I ] CONCOUR DE DMINITRTION I \Pour toutes les cari lères des jeunes f gens et des jeunes filles. z Documentation complète dans les ouvrages : Où, comment, préparer une carrière Comment choisir une profession ou un métier j Collection de Dimanche-Illustré HCHETTE, éditeur Chez tous les libraires : 'J IHMllIllinillUIIIHtln,, Prix : 5 francs. s I.Mm...iû.u..i..i..MM,i,l«

15 mmuui» E 17 FEVRIER 1935 ummmiuminimiuimiimrtftï»iih>ltllltillillt(llltltlllllllllllllltt4llllklllltllllhiihiiiiiiiiiimt» 18 llllllllllltlllrtlltilllu>lllil>lllltlllltitlltl,[ltiktlttilklluttukhltllt>llitlllill(iiiuiiillflirill»l Coutumes d'utriche DIMNCHE-IUTRÉ»«uite de la page DI E VIGE RECUÉ REVIVENT E MYTtltE BU MOYEN GE MDME MÈRE Un soir de février 1815, Napoléon lui annonce son départ. Et elle de répondre : aissez-moi oublier que je suis votre mère. llez! Remplissez votre destin. Vous a scène sur le seuil de l'église n'êtes pas fait pour mourir sur cette île abandonnée. EPUI quelque temps, une petite troupe de gens, appartenant à toutes les clase 7 juin 1815, elle assiste, avec la rebie ees sociales et vivant dans la crainte de Dieu, Hortense, dans la tribune impériale, à la e'est réunie, qui s'est donné pour tâche de séance du Corps législatif où sénateurs et faire revivre en utriche les «mystères» députés prêtent serment à l'empereur. près Waterloo, elle va à Malmaison offrir le du moyen âge et de les faire connaître dans réconfort de sa tendresse à son fils déchu. les villages les plus reculés, de manière à Quand, le 30 septembre 1818, le congrès. développer, par les jeux religieux, la croyance d'ix-la-chapelle se réunit pour décider de des populations en les détachant de la fréla libération du territoire français par les quentation des cinémas et théâtres ambulants, rares et coûteux. armées alliées, madame etizia s'adresse en termes pathétiques aux souverains qui y sont Ils se sont élus, à l'instar d'ignace de représentés. Peine vaine! Ils lui font réponoyola, qui s'intitulait lui-même le «Ménédre que le maintien à aint-hélène de Natrier du eigneur», les «Jongleurs de Dieu». poléon Bonaparte est nécessaire au repos de l'europe. Elle réussit néanmoins à lui ence sont, pour la plupart, de simples travoyer un médecin ntommarchi et. vailleurs en chômage, qui satisfont ainsi deux prêtres les abbés Bonavita et Vileur idéal théâtral religieux, sans aucune UN «MYTÈRE» RECONTITUÉ UR E PRVI D'UNE ÉGIE gnal - qui assisteront physiquement et moidée de profit personnel. Ils vont et viennent, sans chercher à faire ciel, s'arrétant ici ou là et on les rencontre, leurs principales scènes, qui sont inspirées de ralement l'empereur jusau'à sa fin. orsqu'elle apprend la mort de son fiic «ensation, sans publicité et sans même utili- toujours humbles et la conscience en paix. la Passion. elle réclame son corps à lord Castlereagh. eer les moyens de transport modernes. a foi en leur idéal donne à cette troupe une «u nom de la justice et de l'humanité, eur scène est en plein air, leurs coulisses force particulière et leurs moyens dramatiécrit-elle, je vous supplie de ne pas repousser eont les murs de l'église et leurs décors sont ques sont surprenants. ma prière.» Peine vaine! Elle ne devait pas les beautés naturelles de la délicieuse cames pièces qtfils jouent sont, pour la pluvivre assez longtemps pour assister au retour pagne autrichienne. part, d'auteurs inconnus. es photographies triomphal de Us vont et viennent comme les oiseaux du que nous reproduisons les montrent dans Elle a vu, avec une douleur profonde, disparaître ses filles Elisa et Paul.ne, d'autres petits-enfants, fils de ucien, de ouis, d Elisa, de Pauline, ses gendres Eugène et Murât ses belles-filles }oséphine et Catherine, et s'est écriée un jour, dans un accès de tristesse : J'ai été la mère de toutes les douleurs. Elle reste cependant admirable de dignité, de fierté. Il y a vinqt ans, dit-elle un jour à sa petite-fille Charlotte, lorsque je passais au Carrousel, le tambour battait «ux champs» et lorsque j'arrivais, la troupe présentait les armes, la foule se pressait autour de ma calèche. Maintenant, si je me montre,.on n'ose me regarder qu'à travers les rideaux. Eh bien, cet intérêt vaut l'autre. Depuis 1831, elle était devenue aveugle. En juillet 1832, elle eut la joie de recevoir la visite du comte de Prokesch-Osten, l'ami de ce roi de Rome son petit-fils qu'elle n'avait pas revu depuis 1814 à Blois. Elle l'interroge pour savoir si ce jeune homme ressemble à son père. es réponses du comte lui causent une grande j'oie. Elle lui remet des souvenirs de aintehélène, avec son portrait, celui de Napo'con remier Consul et une mèche de cheveux de empereur. Enfin, posant les deux mains sur 'PPRITION DU CHRIT PENDNT la tête de l'ami de son petit-fils, elle a la E PERONNGE RECONTITUENT UR EUR CHIR E PIE DU EIGNEUR touchante pensée de le bénir. UN «MYTÈRE > Mais à Bologne, en revenant à Vienne, Prokesch reçoit la nouvelle de la mort du 9 Vue façon particulière d honorer les mort» grande fenêtre, et, moyennant 30 ducats, roi de Rome, qui s'était éteint à chœnbrunn, le 22 juillet, le lendemain même de l'entrevue dans un cercueil avec petite ouverture.» Ce qu'il y a de plus extraordinaire, c'est qu'il avait eue, à Rome, avec «Madame que personnes, entre l'apparition de Mère». Dans les dernières années, elle ne quitte cette circulaire et l'année 1880 acceptèrent cette ridicule proposition et enrichirent guère sa chambre, surtout après ce nouveau E femmes musulmanes ont coutume de lettes puissent avoir des expressions aussi coup du sort/utour de son lit, les portraits l'ordre du moine ingénieux. considérer les cimetières comme un lieu diverses. Cet usage serait peut-être encore en de tous ses enfants reforment la famille imde réunion. C'est sur les tombes de ceux Cet étalage de personnages à tête de mort vigueur si, vers l'an 1878, un inspecteur de périale. qu'elles ont aimés- qu'elles papottent et tienelle achève sa vie le 2 février 1836, à qui prenaient dans leurs vêtements des atti- l'hygiène publique, fâcheusement impresnent cercle. l'âge de quatre-vinert-six ans. on corps, tudes vivantes imprévues, était macabre, sionné en voyant des rats sortir des crânes Dans certains cimetières d'italie, le campo d'abord inhumé à Corneto, aux portes de hallucinant et comique à là fois. Il évoquait des pendus, n'avait envoyé à Rome un rapsanto de Gênes, par exemple, on a peine à Civitta-Vecchia, a été transporté en juilcontenir de furieuses envies de rire en face la danse des morts d'holbein ou les fantas- port écrasant, à la suite duquel le premier let 1851, par les soins du prince-président, à des monuments bizarres et des inscriptions tiques apparitions d'lbert Dûrer. Pour ministre Crispi interdit la momification dans jaccio. Elle y repose sous le Christ magnifantaisistes qui remplissent cette nécropole. compléter la mise en scène, sous les les catacombes de Païenne. Mais les cadavres sont toujours là, fique dont Napoléon, après ses victoires Mais tout cela n'est rien à côté des cata- cadavres s'empilaient des cercueils sur les bois desquels étaient fixées les photographies les uns vêtus de costumes tout neufs, habits, d'italie, lui avait fait présent. combes de Païenne. Désireux de rendre hommage à la dignité Votre Excellence veut-elle visiter les des occupants et beaucoup de ces photogra- gants blancs ; d'autres, plus abandonnés, catacombes? me demandait cet été le phies étaient d'une époque relativement restent drapés dans des sacs et on peut dire, de vie et à la fierté d'âme de cette femme, sans craindre le moindre démenti, que ce dont toute la force de rayonnement résida chauffeur de taxi qui me conduisait à tra- récente : spectacle d'un comique macabre est révol- uniquement dans la force morale, ses intimes vers l'admirable capitale de la icile. ans Quand je sortis un peu éberlué de cette tant. se sont souvenus que son plus grand orgueil me laisser influencer par ce titre d' «Excel- nécropole, mi-partie tragique, mi-partie ussi, avec Victor Hugo, nous conclurons : avait été d'être la mère de Napoléon, et ils lence», si facilement prodigué en Italie par comique, je n'avais qu'une idée : me faire fait graver, sur la plaque de son cercueil,, les guides à la recherche d'un bon pourboire, expliquer son historique. Un docte professeur es mort» urent bien peu, laissons-les sous la ont ces simples mots : [pierre, Je répondis à mon chauffeur que voir quel- palermitain, que j'eus la bonne chance de Hfclas dans le cercueil Us tombent en poussière «etizia, mater Napoîeonis.» ques ossements rangés dans des alvéoles ne rencontrer à une réception du château Moins vite qu'en nos coeurs. PlBHKE CHNINE. m'intéressait guère et que nous avions cela d'orléans, me donna la documentation JUE CHNCE. &.Paris. Mais l'homme insista au point attendue : qu'intrigué par son air mystérieux, je me Vers la fin du dix-huitième siècle, me décidai à descendre dans les caves qu'il me désignait. Un moine me reçut à l'entrée et dit cet homme discret et lettré, un moine alluma une cire pour nous éclairer. peine trouvant que son ordre n'était pas suffisameus-je fait quelques pas derrière ' ce reli- ment riche et que les prébendes étaient gieux, que je m'arrêtai figé sur place par le faibles, résolut de les augmenter. cet spectacle inouï que j'apercevais à la lueur effet, il fit imprimer une circulaire qu'il assez vague du cierge de mon guide et du envoya à tous les gens fortunés de icile ; Jour qui filtrait péniblement à travers des circulaire qui disait en substance ce qui ouvertures étroites. Imaginez-vous d'immen- suit : ses galeries sur les parois desquelles se «Mes frères, vous mourrez un Jour, et, balançaient, pendus par le cou, des milliers après votre mort, on vous enfouira dans la de corps vêtus de costumes bizarres at dont terre, ce qui constitue une perspective peu les têtes, dépourvues de toute chair, vous engageante. Outre le risque que vous courrez regardaient par les trous noirs de leurs yeux, d'être enterrés vivants, vous devrez dispacertaines de ces têtes étaient coiffées de raître, devenus la proie des vers et jamais la barrette ecclésiastique, d'autres du képi vos parents, vos amis, tous ceux qui vous militaire, d'autres enfin du simple chapeau. ont aimés, ne vous reverront. la suite de Une femme, entre- autres, était particulière- longs séjours que j'ai fait en Egypte, j'ai ment typique avec sa petite capote à brides appris l'art de l'embaumement et de la et sa toilette à strapontin, selon la mode de momification, je vous propose donc de trai1880. Et il y avait là, me dit-on, sque- ter votre dépouille selon les méthodes égyplettes ainsi habillés, chacun conservant son tiennes, c'est-à-dire de vous conserver à caractère personnel et présentant un type l'état presque naturel. Moyennant 100 ducats, différent. On pouvait discerner dans cet éta- vous serez suspendus dans des galeries revêlage : le bon vivant, le triste, le hargneux, tus de vos habillements habituels et vous celui qui considère son voisin avec aménité, pourrez ainsi recevoir les visites et les homcelui qui semble furieux de sa compagnie! mages de vos parents. Moyennant 60 ducats, Jamais Je n'aurais supposé que des sque- vous serez couchés dans un cercueil avec une UNE VIIO» HCBBB BM0 VM CROTTE DE PEBMB D F E CTCOMBE DE PERME

16 «DIMNCHE-IUTRÉ» lllllllllillllimlniiiilllllllllllllmlllilliiiitmlllllllllihitlmiifmiiiiiihiiiiitfllllmllll'illlll 16 llllllllllllllmhiiihiilillilllllllllllllllllllitlihiiulilllilllllliilmiiiiiiiiitlillllllllllhmitlr THMTIQUE V Indique recette gratis. Bcrfwj, B 30,»r. Mal.u..*»*, HlCE (.-M.) frce MGNIFIQUE TR0U//EU ET UPERBE PRIME jau total 159 PIÈCE pour 951rs. PR MOI pendant 13 mois. e M. F. DUCHOUX, Essayez Pendant 5Jours Cette Recette de Beauté premier versement 1 mois seulement après la livraison. 8 na fl* vkrd 4 Drop» très belle toile d'rmentlèret demi-blanc ml-fil». çout. ourlés j urs échelle pour grand lit dim. 325x Draps toile d'halluin demi-blane s. cour, ornés ours broderie et motifs incrustés genre Venise, dim 325x220. beau shirting 1/2 renforcé, ornées Jours volants orsque vous voyez paraître à l'écran le visage d'une belle étoile de cinéma, vous pouvez être certaine que la séduisante beauté de sa peau et "de son teint n'est pas un simple effet du hasard. on secret peut être le vôtre. Votre peau peut devenir aussi délicieusement 'olie que la sienne. Ceci en 3 jours seulement. )e précieux ingrédients, parmi lesquels la crème fraîche et l'huile d'olive prédigérées, sont maintenant contenus dans la nouvelle Crème Tokalon, Couleur Blanche, (non grasse). Une ou deux applications par jour donnent à la peau une nouvelle vie. Tonique, blanchissante et astringente, elle supprime plus rapidement que toute autre chose ne pourrait le faire, les pores dilatés, points noirs, rugosités, et toutes imperfections du teint. Elle protège contre les impuretés et les poussières destructrices conserve toujours le teint frais et clair et forme une base idéale pour la poudra. Essayez aujourd'hui-même celte simple recette de beauté et vous ne craindrez pas de comarer votre nouvelle peau à celle des étoiles e Pécran>-On garantit que la Crème Tokalon donne d'iieureux résultats, sinon l'argent est remboursé. i [-. ÊTE-VOU NÉ sous une Mauvaise Étoile? rditïlitpmrivt Ullil 1III1 MIl 11 le Professeur OX offre de vous venir en aide, et de vous révéler les plus intimes secrets de votre vie. e professeur OX, qui est le plus sérieux des astrologues de notre siècle, vous guidera dans la vie comme il le fait pour les personnalités connues dont vous pouvez envier la fortune et les amours. Un simple conseil du professeur OX vous aidera & vous faire aimer par l'être qui vous est cher. es révélations sur votre vie et celle des personnes qui vous entourent seront troublantes ; la précision de ses calculs depuis la date de votre naissance jusqu'à ce jour lui permet de vous dire ce que vous ferez demain. Cette étude précise vous sera envoyée gratuitement par le professeur OX lui-même. Ecrivez vos nom, prénoms (Monsieur. Madame ou Mademoiselle), date de naissance et adresse ; joignez, si vous voulez, 2 francs en timbres-poste pour les frais de rédaction. Professeur OX. ervices 832 1, avenue Pilaudo, NIERE (eine). TIE OREIER ERVIETTE ERVIETTE GNT EUIE-VERRE EUIE-MIN ERVIETTE TBE Toilette, tissu éponge dimensions 57x90. I couleur 'ETOMC PROTECTEUR DE 'INTETIN 'estomac qui reçoit les aliments plus ou moins mastiqués, ou trop chauds ou trop froids, les évacue, en partie digérés par le suc gastrique, vers l'intestin. i les aliments passent dans l'intestin insuffisamment préparés ils l'irritent et il en résulte de la constipation et de l'auto-intoxication. Pour faciliter le travail de l'estomac, rien ne vaut la Magnésie Bismurée. Une petite dose de poudre ou deux ou trois comprimés pris dans un peu d'eau, non seulement aident la digestion, mais neutralisent l'excès d'acidité causé par la fermentation des aliments, font cèsser instantanément les douleurs, les malaises et autres maux tels que brûlures, gaz, renvois acides, migraines et insomnies qui s'ensuivent. a Magnésie Bismurée agit de suite: prenez-en immédiatement après votre prochain repas et vous sentirez que votre digestion sera meilleure. En vente dans toutes les pharmacies au prix de do frs ou en grand format économique 14 frs. 85. Toilette, beau tissu nid d'beilles, frangées liteaux blancs, dimensions 60x90. Une Doctoresse.** Eponge couleur, bordure Jacquard Toile mi-fil ; quadrillée dimensions 60x80. rouge, Rondelette mi-fil liteaux rouges, dim. 60x80. au choix, dimensions 65x quadrillé, E 1T FÉVRIER 1935 NPPE MOUCHOIR MOUCHOIR METRE sôdgeclt!)u e^ïrir'^: r m assortie formant service, dimensions 160x160. Batiste fantaisie pour Dames, ourlés jours, bordure çpuleur. Métis blanc pour Hommes, article d'usage Batiste apprêt-soie pour lingerie. Blanc ou couleur au choix. rticle recommandé. iletdec Crêpe de Chine lavable pour lingerie, col. aumonilfad Citron-Ciel-Nil-Blanc au choix, largeur 90. ^IIVDE.I IT méricain pour grand lit, beau satin soie W i E lil I art. infroissable, piquage mod. intérieur pure ITIE I laine, col. Bleu-Or-Rose-Grenat, dimensions 230x240. NOTRE PRIMEi I PENDIDE ERVICE DE VERRE 1/2 Cristal de Bohême teinté bleu, de 50 PIÈCE, comprenant : 12 Verres à eau, 12 Verres à Bordeaux 12 Verres à Madère, 12 Gobelets à Champagne, I Broc, I Carafe. e Trousseau RECORD, composé judicieusement, ne renferme que des marchandises de toute 1" qualité garanties à l'usage. Tout envoi ne convenant pas est repris dans les quatre jours qui suivent la livraison. Expédition franco domicile dans toute la France. Envoyer les commandes, avec Noms, Prénoms, Profession et adresse très lisibles, à notre bureau de Paris : E TROUEU RECORD 3. RUE DE BUCRET» PR 15 ( EH...parle Interrogée sur les milliers de Vermifuges qui existent en France, la doctoresse ubert répond : Il faut accorder la préférence au Vermifuge une, dont la composition est si bien équilibrée en produits actifs, qu'il est toujours parfaitement toléré, même par les enfants délicats. On connaît les ravages que font les Vers dans la santé des enfants : cauchemars, troubles de la digestion, constipation, toux des Vers, etc.. e Vermifuge une, dû à une récente découverte scientifique, chasse tous les Vers en 3 jours. Toutes les mères de famille connaissent aujourd'hui ce merveilleux remède. C'est une poudre sans goût que les enfants prennent sans le savoir. a cure dure trois jours. ussitôt l'enfant est transformé, il dort bien, ses couleurs lui reviennent, il mange avec appétit. a cure complète coûte 6 francs dans toutes les pharmacies. a santé de vos enfants ne vaut-elle pas un essai? Naturellement, pour réussir, exigez le véritable Vermifuge une. E BON VERMIFUGE UNE Coûte moins cher que la maladie e Gérant : G. MUEICE BERNRD, lmp., 18, ETIENNH. rue d'enghien, Pari*

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime.

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime. Je vais vous présenter les ruses de Renart dans le roman de Renart. Renart, notre héros Renart est le personnage principal choisi par l'auteur. Dans chacune de ses histoires, il est dans une mauvaise posture

Plus en détail

HENRY JAMES. Washington Square

HENRY JAMES. Washington Square HENRY JAMES Washington Square roman traduit de l anglais par camille dutourd LE LIVRE DE POCHE 1 Il y avait à New York vers le milieu du siècle dernier un médecin du nom de Sloper qui avait su se faire

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule-

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- J vard Chanzy; vers midi, quelques grands personnages pleins de recueillemeiit, le procureur Lanata, le président

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Xellow ROSUNBERG. Description : Historique :

Xellow ROSUNBERG. Description : Historique : 2 2 Prologue En des temps reculés, circulait une légende. Celle-ci expliquait ce qu était une élue, une tueuse de vampires. Cette histoire racontait que l Homme créa la tueuse pour combattre tous les vampires

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré.

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Il faudrait que tu fasses ce voyage. Tout d'abord, tu ne travailleras pas et tu verras tes copains à longueur de journée. Puis, tu n'auras

Plus en détail

Couleur Mékong. Recueil de poèmes, de chansons et de partitions. Volume 2

Couleur Mékong. Recueil de poèmes, de chansons et de partitions. Volume 2 Couleur Mékong Recueil de poèmes, de chansons et de partitions Volume 2 1 INDEX CHANSONS & PARTITIONS Chanson Partition Aime-moi sans mentir...................................... 75....... 218 Amours cosmiques........................................

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen L Ange Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen (1805-1875) portrait (1836) par le peintre danois Constantin Hansen (1804-1880). «CHAQUE FOIS QU UN

Plus en détail

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Nom : Prénom :.. Classe : LES FÉES Texte long donné aux élèves au préalable afin qu ils aient le temps de le lire à la

Plus en détail

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001 La souris voyageuse Pipistrelle à Venise Annick et Jacques Laban Novembre 2001 1 Dans la gare de Nice, sous une grosse traverse en bois vivait une famille de souris. La demeure était certes un peu bruyante,

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Madagascar. La grâce, la miséricorde et la paix, vous sont données de la part de Dieu notre Père, et de notre Seigneur Jésus Christ, amen.

Madagascar. La grâce, la miséricorde et la paix, vous sont données de la part de Dieu notre Père, et de notre Seigneur Jésus Christ, amen. Madagascar Musique malgache Proclamation de la grâce (poète Jean Joseph Rabearivelo) Ne faites pas de bruit, ne parlez pas! Vont explorer une forêt : les yeux, le cœur, L esprit, les songes Forêt secrète,

Plus en détail

Qu'est-ce qu'on gagne?

Qu'est-ce qu'on gagne? Qu'est-ce qu'on gagne? Un couple au train de vie aisé rencontre un homme travailleur précaire et une femme plombier qui vie en marge et travaille seulement quand elle a besoin d'un peu d'argent. Durée

Plus en détail

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours.

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours. Dis, maman Dis, maman, c'est quoi le printemps? Le printemps, mon enfant, c'est la saison des amours. Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Qu est ce qu une proposition?

Qu est ce qu une proposition? 1. J ai faim, donc je mange.. propositions 2. Il possède une villa qu'il a héritée de son père... propositions 3. Mon ami m'a dit qu'il avait été surpris quand il a appris la nouvelle... propositions 4.

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

Histoires de choses...

Histoires de choses... Temps d Activites Periscolaires Année Scolaire 2013-2014 / 2ème trimestre École du Sacré Cœur Classe de CE 2, CM1,CM2 Les Ateliers Autour Du Livre avec Marie-Ange Nénot Après la lecture du conte «La paire

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

AAR Crusader Kings Deus Vult + DVIP trident_job@hotmail.com. Principauté de Novgorod Scénario Hasting 1066

AAR Crusader Kings Deus Vult + DVIP trident_job@hotmail.com. Principauté de Novgorod Scénario Hasting 1066 AAR Crusader Kings Deus Vult + DVIP Principauté de Novgorod Scénario Hasting 1066 Publication Version 1 : de Décembre 1066 à Avril 1073 Version 2 : de Mai 1074 à Novembre 1075 Version 3 : de Décembre 1075

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS Depuis que les hommes racontent des histoires, de nombreuses d entre elles tentent dʹexpliquer comment le monde a été créé et pourquoi les choses sont comme

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Complément du pronom et complément de l adjectif

Complément du pronom et complément de l adjectif ET MATÉRIEL COMPLÉMENT POUR DE L ADJECTIF ALLOPHONES 1 Fonctions de base Complément du pronom et complément de l adjectif 1 CARACTÉRISTIQUES DU COMPLÉMENT DU PRONOM Tout comme le complément du nom, le

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

Pour en avoir pour son argent

Pour en avoir pour son argent Pour en avoir pour son argent Préparé par Annie Chrétien Maman faisant partie de la grande famille du Carrefour familial les Pitchou Mars 2014 Comment en avoir plus pour son argent en 8 étapes faciles

Plus en détail

Réunion : la Diagonale des Fous

Réunion : la Diagonale des Fous J ai besoin de courir. Depuis toujours. Mes parents disent que j ai su trotter avant de marcher. J ai maintenant 32 ans et je viens de réaliser un vieux rêve : terminer la Diagonale des Fous, une course

Plus en détail

Activités pour le début de l année scolaire

Activités pour le début de l année scolaire Activités pour le début de l année scolaire A. Dans une classe primaire. 1. Les photos : Le premier jour de la nouvelle classe, prenez une photo individuelle de chaque élève et plusieurs de la classe ensemble.

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

Moments de paix. Des élèves sont sortis du rang pour tenir la promesse de la poésie... Soldat

Moments de paix. Des élèves sont sortis du rang pour tenir la promesse de la poésie... Soldat Moments de paix Des élèves sont sortis du rang pour tenir la promesse de la poésie... Soldat Les âmes s'en vont rapidement vers un conflit ; autrement dit, une affreuse histoire mystérieuse. Le vent souffle,

Plus en détail

Projet «Création littéraire»

Projet «Création littéraire» Projet «Création littéraire» Ce projet vise principalement à développer les compétences écrites des élèves et à stimuler chez eux la création littéraire. Il est destiné à un public adolescent francophone

Plus en détail

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité Le vent bohème Ça m a pris du temps pour me libérer De cette prison d incertitude Mes craintes étaient prises au dépourvu Et tous mes doutes ont disparu J ai trouvé mon bateau sur les pierres J ai refait

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

26 février 1918. Marie,

26 février 1918. Marie, Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre Lettres écrites par Julie, élève de 1L 26 février 1918 Je suis tellement heureux, ce temps maussade ne se finira jamais il me semble, maintenant. Mais je

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le muguet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6-7 Transcription...

Fiche Pédagogique. Le muguet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6-7 Transcription... Fiche Pédagogique Le muguet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6-7 Transcription...8 Sources 9 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

La princesse qui n aimait pas les princes Alice Brière Haquet (1)

La princesse qui n aimait pas les princes Alice Brière Haquet (1) La princesse qui n aimait pas les princes (1) Il était une fois, dans un beau et paisible royaume, une jolie princesse qui réussit un jour une superbe mayonnaise. Conseillers et ministres, cuisiniers et

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Collège Maximilien ROBESPIERRE

Collège Maximilien ROBESPIERRE Collège Maximilien ROBESPIERRE Évaluations communes (2 e trimestre) Niveau 6 e Année scolaire 2013-2014 N de l élève : Durée : 1 heure 30 Épreuve : FRANÇAIS Première partie : 1heure 15 Dictée : 15 dernières

Plus en détail

BREVET BLANC N 1 FRANÇAIS

BREVET BLANC N 1 FRANÇAIS BB1FRS0109 BREVET BLANC N 1 Session janvier 2009 FRANÇAIS SÉRIE COLLÈGE Première partie : 1 h 30 - Questions (15 points) et réécriture (3 points) 1 h 15 - Dictée (7 points) 15 minutes LE TEXTE DOIT ÊTRE

Plus en détail

L'AVENT. Faire vivre l'avent en Cycle 2, avec une étape par semaine pour cheminer vers Noël.

L'AVENT. Faire vivre l'avent en Cycle 2, avec une étape par semaine pour cheminer vers Noël. L'AVENT Faire vivre l'avent en Cycle 2, avec une étape par semaine pour cheminer vers Noël. SEQUENCE Vivre l'avent ensemble, préparer son coeur à accueillir Jésus : Jésus est paix, il est amour, il nous

Plus en détail

Le Sort d un papillon

Le Sort d un papillon Emma Adèle Lacerte Le Sort d un papillon Les Revenants Le sort d un papillon Sur le toit d une véranda, deux chenilles avaient élu domicile. Toutes deux, enveloppées d un tissu blanc et ouaté, attendaient

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme :

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme : Voyage à de Compostelle (26 au 28 mai 200) classes de 5ème Le programme : Le premier jour : Nous sommes arrivés à 2h30 (heure espagnole) à Saint-Jacques et nous avons piqueniqué au parc Alameda. On a commencé

Plus en détail

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka

Témoignage. Gabrielle Charron-Rainville. Moka Moka Gabrielle Charron-Rainville Témoignage À l été 2005, j'ai suivi une formation en leadership / apprenti-moniteur dans un camp en Ontario. J y ai amélioré mon anglais et eu énormément de plaisir. L

Plus en détail

Voyages et découvertes XVIè- XVIIIèsiècles

Voyages et découvertes XVIè- XVIIIèsiècles Voyages et découvertes XVIè- XVIIIèsiècles Le voyage de Bougainville Escale à Tahiti, avril 1768 L'île reconnue par l'anglais Wallis en 1767 est rebaptisée par les Français «Nouvelle- Cythère»enréférenceaulieudenaissancedeladéessedel'Amourdanslamythologie

Plus en détail

mort Nous les femmes, nous ne craignons pas la mort, c est là qu arrive enfin le baiser du Prince Charmant.

mort Nous les femmes, nous ne craignons pas la mort, c est là qu arrive enfin le baiser du Prince Charmant. Luxe L amour se fiche du luxe. Quand on aime, on vit d amour et d eau fraîche. C est mon cas. Je n ai pas besoin qu il vienne me chercher avec une voiture décapotable au bureau, ni qu il m offre une bague

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Marie Christine Fiorucci. pois plume, le petit pois vert espérance. Extrait de la publication

Marie Christine Fiorucci. pois plume, le petit pois vert espérance. Extrait de la publication Marie Christine Fiorucci pois plume, le petit pois vert espérance Pois Plume, le petit pois vert espérance collection météorite Pois Plume, le petit pois vert espérance texte et illustrations de Marie

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Nous les transcrivons fidèlement afin qu à votre tour vous puissiez juger du talent des unes et des autres!

Nous les transcrivons fidèlement afin qu à votre tour vous puissiez juger du talent des unes et des autres! Collège International de Cannes. Concours de «La plus belle lettre de l alphabet» 2014 Ah! La lettre! Comme chaque année notre grand jury, composé de Messieurs DICTIONNAIRE, ORTHOGRAPHE et De BEAULANGAGE

Plus en détail

Pourquoi ce projet de RESTAURANT et d HOTEL pour ces deux Artistes.

Pourquoi ce projet de RESTAURANT et d HOTEL pour ces deux Artistes. ? Pourquoi ce projet de RESTAURANT et d HOTEL pour ces deux Artistes. C était, avant tout, pour faire un projet en commun. Depuis longtemps, Nathalie travaillait dans décoration éphémère et aussi dans

Plus en détail

Témoins du Christ. La spiritualité du Cœur des Missionnaires du Sacré-Cœur. Issoudun : ni Paray, ni Montmartre!

Témoins du Christ. La spiritualité du Cœur des Missionnaires du Sacré-Cœur. Issoudun : ni Paray, ni Montmartre! Fiche 3 Page 1 / 6 Témoins du Christ La spiritualité du Cœur des Missionnaires du Sacré-Cœur Issoudun : ni Paray, ni Montmartre! Le P. Jules CHEVALIER concentre son regard sur le Christ, Bon Pasteur, qui

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL)

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL) il avait la solitude au cœur. il découvrait qu il a raté plein de bonheur. qu il avait perdu la lune en comptant les étoiles. Il avait écrit des livres. il découvrait ses petits. que la raison d écrire

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

dimanche 20 décembre 2009 10:19

dimanche 20 décembre 2009 10:19 dimanche 20 décembre 2009 10:19 Je dédie ce diaporama à Nadine, qui m a offert le meilleur miel que j aie jamais goûté! Les faits sur le miel et la cannelle : Il a été constaté qu'un mélange de miel et

Plus en détail