Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "http://www.casden.fr"

Transcription

1

2

3

4

5 PREMIÈRE PARTIE En mer 1

6 LIVRE PREMIER Le bois de la Saudraie Dans les derniers jours de mai 1793, un des bataillons parisiens amenés en Bretagne par Santerre fouillait le redoutable bois de la Saudraie en Astillé. On n était pas plus de trois cents, car le bataillon était décimé par cette rude guerre. C était l époque où, après l Argonne, Jemmapes et Valmy, du premier bataillon de Paris, qui était de six cents volontaires, il restait vingt-sept hommes, du deuxième trente-trois, et du troisième cinquante-sept. Temps des luttes épiques. Les bataillons envoyés de Paris en Vendée comptaient neuf cent douze hommes. Chaque bataillon avait trois pièces de canon. Ils avaient été rapidement mis sur pied. Le 25 avril, Gohier étant ministre de la justice et Bouchotte étant ministre de la guerre, la section du Bon-Conseil avait proposé d envoyer des bataillons de volontaires en Vendée ; le membre de la commune Lubin avait fait le rapport ; le 1er mai, Santerre était prêt à faire partir douze mille soldats, trente pièces de campagne et un bataillon de canonniers. Ces bataillons, faits si vite, furent si bien faits, qu ils servent aujourd hui de modèles ; c est d après leur mode de composition qu on forme les compagnies de ligne ; ils ont changé l ancienne proportion entre le nombre des soldats et le nombre des sous-officiers. Le 28 avril, la commune de Paris avait donné aux volontaires de Santerre cette consigne : Point de grâce. Point de quartier. À la fin de mai, sur les douze mille partis de Paris, huit mille étaient morts. Le bataillon engagé dans le bois de la Saudraie se tenait sur ses gardes. On ne se hâtait point. On regardait à la fois à droite et à gauche, devant soi et derrière soi ; Kléber a dit : Le soldat a un œil dans le dos. Il y avait longtemps qu on marchait. Quelle heure pouvait-il être? à quel moment du jour en était-on? Il eût été difficile de le dire, car il y a toujours une sorte de soir dans de si sauvages halliers, et il ne fait jamais clair dans ce bois-là. Le bois de la Saudraie était tragique. C était dans ce taillis que, dès le mois de novembre 1792, la guerre civile avait commencé ses crimes ; Mousqueton, le boiteux féroce, était sorti de ces épaisseurs funestes ; la quantité de meurtres qui s étaient commis là faisait dresser les cheveux. Pas de lieu plus épouvantable. Les soldats s y enfonçaient avec précaution. Tout était plein de fleurs ; on avait autour de soi une tremblante muraille de branches d où tombait la charmante fraîcheur des feuilles ; des rayons de 2

7 soleil trouaient çà et là ces ténèbres vertes ; à terre, le glaïeul, la flambe des marais, le narcisse des prés, la gênotte, cette petite fleur qui annonce le beau temps, le safran printanier, brodaient et passementaient un profond tapis de végétation où fourmillaient toutes les formes de la mousse, depuis celle qui ressemble à la chenille jusqu à celle qui ressemble à l étoile. Les soldats avançaient pas à pas, en silence, en écartant doucement les broussailles. Les oiseaux gazouillaient au-dessus des baïonnettes. La Saudraie était un de ces halliers où jadis, dans les temps paisibles, on avait fait la Houiche-ba, qui est la chasse aux oiseaux pendant la nuit ; maintenant on y faisait la chasse aux hommes. Le taillis était tout de bouleaux, de hêtres et de chênes ; le sol plat ; la mousse et l herbe épaisse amortissaient le bruit des hommes en marche ; aucun sentier, ou des sentiers tout de suite perdus ; des houx, des prunelliers sauvages, des fougères, des haies d arrête-bœuf, de hautes ronces ; impossibilité de voir un homme à dix pas. Par instants passait dans le branchage un héron ou une poule d eau indiquant le voisinage des marais. On marchait. On allait à l aventure, avec inquiétude, et en craignant de trouver ce qu on cherchait. De temps en temps on rencontrait des traces de campements, des places brûlées, des herbes foulées, des bâtons en croix, des branches sanglantes. Là on avait fait la soupe, là on avait dit la messe, là on avait pansé des blessés. Mais ceux qui avaient passé avaient disparu. Où étaient-ils? Bien loin peutêtre? peut-être là tout près, cachés, l espingole au poing? Le bois semblait désert. Le bataillon redoublait de prudence. Solitude, donc défiance. On ne voyait personne ; raison de plus pour redouter quelqu un. On avait affaire à une forêt mal famée. Une embuscade était probable. Trente grenadiers, détachés en éclaireurs, et commandés par un sergent, marchaient en avant à une assez grande distance du gros de la troupe. La vivandière du bataillon les accompagnait. Les vivandières se joignent volontiers aux avant-gardes. On court des dangers, mais on va voir quelque chose. La curiosité est une des formes de la bravoure féminine. Tout à coup les soldats de cette petite troupe d avant-garde eurent ce tressaillement connu des chasseurs qui indique qu on touche au gîte. On avait entendu comme un souffle au centre d un fourré, et il semblait qu on venait de voir un mouvement dans les feuilles. Les soldats se firent signe. Dans l espèce de guet et de quête confiée aux éclaireurs, les officiers n ont pas besoin de s en mêler ; ce qui doit être fait se fait de soi-même. En moins d une minute le point où l on avait remué fut cerné ; un cercle de fusils braqués l entoura ; le centre obscur du hallier fut couché en joue de tous les côtés à la fois, et les soldats, le doigt sur la détente, l œil sur le 3

8 lieu suspect, n attendirent plus pour le mitrailler que le commandement du sergent. Cependant la vivandière s était hasardée à regarder à travers les broussailles, et, au moment où le sergent allait crier : Feu! cette femme cria : Halte! Et se tournant vers les soldats : Ne tirez pas, camarades! Et elle se précipita dans le taillis. On l y suivit. Il y avait quelqu un là en effet. Au plus épais du fourré, au bord d une de ces petites clairières rondes que font dans les bois les fourneaux à charbon en brûlant les racines des arbres, dans une sorte de trou de branches, espèce de chambre de feuillage, entrouverte comme une alcôve, une femme était assise sur la mousse, ayant au sein un enfant qui tétait et sur ses genoux les deux têtes blondes de deux enfants endormis. C était là l embuscade. Qu est-ce que vous faites ici, vous? cria la vivandière. La femme leva la tête. La vivandière ajouta, furieuse : Êtes-vous folle d être là! Et elle reprit : Un peu plus, vous étiez exterminée! Et, s adressant aux soldats, la vivandière ajouta : C est une femme. Pardine, nous le voyons bien! dit un grenadier. La vivandière poursuivit : Venir dans les bois se faire massacrer! a-t-on idée de faire des bêtises comme ça! La femme stupéfaite, effarée, pétrifiée, regardait autour d elle, comme à travers un rêve, ces fusils, ces sabres, ces baïonnettes, ces faces farouches. Les deux enfants se réveillèrent et crièrent. J ai faim, dit l un. J ai peur, dit l autre. Le petit continuait de téter. La vivandière lui adressa la parole. C est toi qui as raison, lui dit-elle. La mère était muette d effroi. Le sergent lui cria : N ayez pas peur, nous sommes le bataillon du Bonnet-Rouge. La femme trembla de la tête aux pieds. Elle regarda le sergent, rude visage dont on ne voyait que les sourcils, les moustaches, et deux braises qui étaient les deux yeux. Le bataillon de la ci-devant Croix-Rouge, ajouta la vivandière. 4

9 Et le sergent continua : Qui es-tu, madame? La femme le considérait, terrifiée. Elle était maigre, jeune, pâle, en haillons ; elle avait le gros capuchon des paysannes bretonnes et la couverture de laine rattachée au cou avec une ficelle. Elle laissait voir son sein nu avec une indifférence de femelle. Ses pieds, sans bas ni souliers, saignaient. C est une pauvre, dit le sergent. Et la vivandière reprit de sa voix soldatesque et féminine, douce en dessous : Comment vous appelez-vous? La femme murmura dans un bégaiement presque indistinct : Michelle Fléchard. Cependant la vivandière caressait avec sa grosse main la petite tête du nourrisson. Quel âge a ce môme? demanda-t-elle. La mère ne comprit pas. La vivandière insista. Je vous demande l âge de ça. Ah! dit la mère. Dix-huit mois. C est vieux, dit la vivandière. Ça ne doit plus téter. Il faudra me sevrer ça. Nous lui donnerons de la soupe. La mère commençait à se rassurer. Les deux petits qui s étaient réveillés étaient plus curieux qu effrayés. Ils admiraient les plumets. Ah! dit la mère, ils ont bien faim. Et elle ajouta : Je n ai plus de lait. On leur donnera à manger, cria le sergent, et à toi aussi. Mais ce n est pas tout ça. Quelles sont tes opinions politiques? La femme regarda le sergent, et ne répondit pas. Entends-tu ma question? Elle balbutia : J ai été mise au couvent toute jeune, mais je me suis mariée, je ne suis pas religieuse. Les sœurs m ont appris à parler français. On a mis le feu au village. Nous nous sommes sauvés si vite que je n ai pas eu le temps de mettre des souliers. Je te demande quelles sont tes opinions politiques? Je ne sais pas ça. Le sergent poursuivit : C est qu il y a des espionnes. Ça se fusille, les espionnes. Voyons. Parle. Tu n es pas bohémienne? Quelle est ta patrie? Elle continua de le regarder comme ne comprenant pas. Le sergent répéta : 5

10 Quelle est ta patrie? Je ne sais pas, dit-elle. Comment! tu ne sais pas quel est ton pays? Ah! mon pays. Si fait. Eh bien, quel est ton pays? La femme répondit : C est la métairie de Siscoignard, dans la paroisse d Azé. Ce fut le tour du sergent d être stupéfait. Il demeura un moment pensif. Puis il reprit : Tu dis? Siscoignard. Ce n est pas une patrie, ça. C est mon pays. Et la femme, après un instant de réflexion, ajouta : Je comprends, monsieur. Vous êtes de France, moi je suis de Bretagne. Eh bien? Ce n est pas le même pays. Mais c est la même patrie! cria le sergent. La femme se borna à répondre : Je suis de Siscoignard. Va pour Siscoignard! reprit le sergent. C est de là qu est ta famille? Oui. Que fait-elle? Elle est toute morte. Je n ai plus personne. Le sergent, qui était un peu beau parleur, continua l interrogatoire. On a des parents, que diable! ou on en a eu. Qui es-tu? Parle. La femme écouta, ahurie, cet ou on en a eu qui ressemblait plus à un cri de bête fauve qu à une parole humaine. La vivandière sentit le besoin d intervenir. Elle se remit à caresser l enfant qui tétait, et donna une tape sur la joue aux deux autres. Comment s appelle la téteuse? demanda-t-elle ; car c est une fille, ça. La mère répondit : Georgette. Et l aîné? car c est un homme, ce polisson-là. René-Jean. Et le cadet? car lui aussi, il est un homme, et joufflu encore! Gros-Alain, dit la mère. Ils sont gentils, ces petits, dit la vivandière ; ça vous a déjà des airs d être des personnes. Cependant le sergent insistait. Parle donc, madame. As-tu une maison? J en avais une. 6

11 Où ça? À Azé. Pourquoi n es-tu pas dans ta maison? Parce qu on l a brûlée. Qui ça? Je ne sais pas. Une bataille. D où viens-tu? De là. Où vas-tu? Je ne sais pas. Arrive au fait. Qui es-tu? Je ne sais pas. Tu ne sais pas qui tu es? Nous sommes des gens qui nous sauvons. De quel parti es-tu? Je ne sais pas. Es-tu des bleus? Es-tu des blancs? Avec qui es-tu? Je suis avec mes enfants. Il y eut une pause. La vivandière dit : Moi, je n ai pas eu d enfants. Je n ai pas eu le temps. Le sergent recommença. Mais tes parents! Voyons, madame, mets-nous au fait de tes parents. Moi, je m appelle Radoub, je suis sergent, je suis de la rue du Cherche-Midi, mon père et ma mère en étaient, je peux parler de mes parents. Parle-nous des tiens. Dis-nous ce que c était que tes parents. C étaient les Fléchard. Voilà tout. Oui, les Fléchard sont les Fléchard, comme les Radoub sont les Radoub. Mais on a un état. Quel était l état de tes parents? Qu est-ce qu ils faisaient? Qu est-ce qu ils font? Qu est-ce qu ils fléchardaient tes Fléchard? C étaient des laboureurs. Mon père était infirme et ne pouvait travailler à cause qu il avait reçu des coups de bâton que le seigneur, son seigneur, notre seigneur, lui avait fait donner, ce qui était une bonté, parce que mon père avait pris un lapin, pour le fait de quoi on était jugé à mort ; mais le seigneur avait fait grâce, et avait dit : Donnez-lui seulement cent coups de bâton ; et mon père était demeuré estropié. Et puis? Mon grand-père était huguenot. Monsieur le curé l a fait envoyer aux galères. J étais toute petite. Et puis? Le père de mon mari était un faux-saulnier. Le roi l a fait pendre. Et ton mari, qu est-ce qu il fait? 7

12 Ces jours-ci il se battait. Pour qui? Pour le roi. Et puis? Dame, pour son seigneur. Et puis? Dame, pour monsieur le curé. Sacré mille noms de noms de brutes! cria un grenadier. La femme eut un soubresaut d épouvante. Vous voyez, madame, nous sommes des Parisiens, dit gracieusement la vivandière. La femme joignit les mains et cria : Ô mon Dieu seigneur Jésus! Pas de superstitions! reprit le sergent. La vivandière s assit à côté de la femme, et attira entre ses genoux l aîné des enfants, qui se laissa faire. Les enfants sont rassurés comme ils sont effarouchés, sans qu on sache pourquoi. Ils ont on ne sait quels avertissements intérieurs. Ma pauvre bonne femme de ce pays-ci, vous avez de jolis mioches, c est toujours ça. On devine leur âge. Le grand a quatre ans, son frère a trois ans. Par exemple, la momignarde qui tette est fameusement gouliafre. Ah! la monstre! Veux-tu bien ne pas manger ta mère comme ça! Voyez-vous, madame, ne craignez rien. Vous devriez entrer dans le bataillon. Vous feriez comme moi. Je m appelle Houzarde. C est un sobriquet. Mais j aime mieux m appeler Houzarde que mamzelle Bicorneau, comme ma mère. Je suis la cantinière, comme qui dirait celle qui donne à boire quand on se mitraille et qu on s assassine. Le diable et son train. Nous avons à peu près le même pied, je vous donnerai des souliers à moi. J étais à Paris le 10 août. J ai donné à boire à Westermann. Ça a marché. J ai vu guillotiner Louis XVI. Louis Capet, qu on appelle. Il ne voulait pas. Dame, écoutez donc. Dire que le 13 janvier il faisait cuire des marrons et qu il riait avec sa famille! Quand on l a couché de force sur la bascule, qu on appelle, il n avait plus ni habit ni souliers ; il n avait que sa chemise, une veste piquée, une culotte de drap gris et des bas de soie gris. J ai vu ça, moi. Le fiacre où on l a amené était peint en vert. Voyez-vous, venez avec nous. On est des bons garçons dans le bataillon, vous serez la cantinière numéro deux, je vous montrerai l état. Oh! c est bien simple! on a son bidon et sa clochette, on s en va dans le vacarme, dans les feux de peloton, dans les coups de canon, dans le hourvari, en criant : Qui est-ce qui veut boire un coup, les enfants? Ce n est pas plus malaisé que ça. Moi, je verse à boire à tout le monde. Ma foi oui. Aux blancs comme aux bleus, quoique je sois une bleue. Et même 8

13 une bonne bleue. Mais je donne à boire à tous. Les blessés, ça a soif. On meurt sans distinction d opinion. Les gens qui meurent, ça devrait se serrer la main. Comme c est godiche de se battre! Venez avec nous. Si je suis tuée, vous aurez ma survivance. Voyez-vous, j ai l air comme ça, mais je suis une bonne femme et un brave homme. Ne craignez rien. Quand la vivandière eut cessé de parler, la femme murmura : Notre voisine s appelait Marie-Jeanne et notre servante s appelait Marie-Claude. Cependant le sergent Radoub admonestait le grenadier. Tais-toi. Tu as fait peur à madame. On ne jure pas devant les dames. C est que c est tout de même un véritable massacrement pour l entendement d un honnête homme, répliqua le grenadier, que de voir des iroquois de la Chine qui ont eu leur beau-père estropié par le seigneur, leur grand-père galérien par le curé, et leur père pendu par le roi, et qui se battent, nom d un petit bonhomme! et qui se fichent en révolte, et qui se font écrabouiller pour le seigneur, le curé et le roi! Le sergent cria : Silence dans les rangs! On se tait, sergent, reprit le grenadier ; mais ça n empêche pas que c est ennuyeux qu une jolie femme comme ça s expose à se faire casser la gueule pour les beaux yeux d un calotin. Grenadier, dit le sergent, nous ne sommes pas ici au club de la section des Piques. Pas d éloquence. Et il se tourna vers la femme. Et ton mari, madame? que fait-il? Qu est-ce qu il est devenu? Il est devenu rien, puisqu on l a tué. Où ça? Dans la haie. Quand ça? Il y a trois jours. Qui ça? Je ne sais pas. Comment! tu ne sais pas qui a tué ton mari? Non. Est-ce un bleu? Est-ce un blanc? C est un coup de fusil. Et il y a trois jours? Oui. De quel côté? Du côté d Ernée. Mon mari est tombé. Voilà. Et depuis que ton mari est mort, qu est-ce que tu fais? 9

14 J emporte mes petits. Où les emportes-tu? Devant moi. Où couches-tu? Par terre. Qu est-ce que tu manges? Rien. Le sergent eut cette moue militaire qui fait toucher le nez par les moustaches. Rien? C est-à-dire des prunelles, des mûres dans les ronces, quand il y en a de reste de l an passé, des graines de myrtille, des pousses de fougère. Oui. Autant dire rien. L aîné des enfants, qui semblait comprendre, dit : J ai faim. Le sergent tira de sa poche un morceau de pain de munition et le tendit à la mère. La mère rompit le pain en deux morceaux et les donna aux enfants. Les petits mordirent avidement. Elle n en a pas gardé pour elle, grommela le sergent. C est qu elle n a pas faim, dit un soldat. C est qu elle est la mère, dit le sergent. Les enfants s interrompirent. À boire, dit l un. À boire, répéta l autre. Il n y a pas de ruisseau dans ce bois du diable, dit le sergent. La vivandière prit le gobelet de cuivre qui pendait à sa ceinture à côté de sa clochette, tourna le robinet du bidon qu elle avait en bandoulière, versa quelques gouttes dans le gobelet et approcha le gobelet des lèvres des enfants. Le premier but et fit la grimace. Le second but et cracha. C est pourtant bon, dit la vivandière. C est du coupe-figure? demanda le sergent. Oui, et du meilleur. Mais ce sont des paysans. Et elle essuya son gobelet. Le sergent reprit : Et comme ça, madame, tu te sauves? Il faut bien. À travers champs, va comme je te pousse! Je cours de toutes mes forces, et puis je marche, et puis je tombe. Pauvre paroissienne! dit la vivandière. 10

15 Les gens se battent, balbutia la femme. Je suis tout entourée de coups de fusil. Je ne sais pas ce qu on se veut. On m a tué mon mari. Je n ai compris que ça. Le sergent fit sonner à terre la crosse de son fusil, et cria : Quelle bête de guerre! nom d une bourrique! La femme continua : La nuit passée, nous avons couché dans une émousse. Tous les quatre? Tous les quatre. Couché? Couché. Alors, dit le sergent, couché debout. Et il se tourna vers les soldats. Camarades, un gros vieux arbre creux et mort où un homme peut se fourrer comme dans une gaine, ces sauvages appellent ça une émousse. Qu est-ce que vous voulez? Ils ne sont pas forcés d être de Paris. Coucher dans le creux d un arbre! dit la vivandière, et avec trois enfants! Et, reprit le sergent, quand les petits gueulaient, pour les gens qui passaient et qui ne voyaient rien du tout, ça devait être drôle d entendre un arbre crier papa, maman! Heureusement, c est l été, soupira la femme. Elle regardait la terre, résignée, ayant dans les yeux l étonnement des catastrophes. Les soldats silencieux faisaient cercle autour de cette misère. Une veuve, trois orphelins, la fuite, l abandon, la solitude, la guerre grondant tout autour de l horizon, la faim, la soif, pas d autre nourriture que l herbe, pas d autre toit que le ciel. Le sergent s approcha de la femme et fixa ses yeux sur l enfant qui tétait. La petite quitta le sein, tourna doucement la tête, regarda avec ses belles prunelles bleues l effrayante face velue, hérissée et fauve qui se penchait sur elle, et se mit à sourire. Le sergent se redressa, et l on vit une grosse larme rouler sur sa joue et s arrêter au bout de sa moustache comme une perle. Il éleva la voix. Camarades, de tout ça je conclus que le bataillon va devenir père. Estce convenu? Nous adoptons ces trois enfants-là. Vive la République! crièrent les grenadiers. C est dit, fit le sergent. Et il étendit les deux mains au-dessus de la mère et des enfants. Voilà, dit-il, les enfants du bataillon du Bonnet-Rouge. La vivandière sauta de joie. 11

16 Trois têtes dans un bonnet! cria-t-elle. Puis elle éclata en sanglots, embrassa éperdument la pauvre veuve, et lui dit : Comme la petite a déjà l air gamine! Vive la République! répétèrent les soldats. Et le sergent dit à la mère : Venez, citoyenne. 12

17 LIVRE DEUXIÈME La corvette Claymore I Angleterre et France mêlées Au printemps de 1793, au moment où la France, attaquée à la fois à toutes ses frontières, avait la pathétique distraction de la chute des Girondins, voici ce qui se passait dans l archipel de la Manche. Un soir, le 1er juin, à Jersey, dans la petite baie déserte de Bonnenuit, une heure environ avant le coucher du soleil, par un de ces temps brumeux qui sont commodes pour s enfuir parce qu ils sont dangereux pour naviguer, une corvette mettait à la voile. Ce bâtiment était monté par un équipage français, mais faisait partie de la flottille anglaise placée en station et comme en sentinelle à la pointe orientale de l île. Le prince de La Tour-d Auvergne, qui était de la maison de Bouillon, commandait la flottille anglaise, et c était par ses ordres, et pour un service urgent et spécial, que la corvette en avait été détachée. Cette corvette, immatriculée à la Trinity-House sous le nom de the Claymore, était en apparence une corvette de charge, mais en réalité une corvette de guerre. Elle avait la lourde et pacifique allure marchande ; il ne fallait pas s y fier pourtant. Elle avait été construite à deux fins, ruse et force ; tromper, s il est possible, combattre, s il est nécessaire. Pour le service qu elle avait à faire cette nuit-là, le chargement avait été remplacé dans l entrepont par trente caronades de fort calibre. Ces trente caronades, soit qu on prévit une tempête, soit plutôt qu on voulût donner une figure débonnaire au navire, étaient à la serre, c est-à-dire fortement amarrées en dedans par de triples chaînes et la volée appuyée aux écoutilles tamponnées ; rien ne se voyait au-dehors ; les sabords étaient aveuglés ; les panneaux étaient fermés ; c était comme un masque mis à la corvette. Ces caronades étaient à roue de bronze à rayons, ancien modèle, dit «modèle radié». Les corvettes d ordonnance n ont de canons que sur le pont ; celleci, faite pour la surprise et l embûche, était à pont désarmé, et avait été construite de façon à pouvoir porter, comme on vient de le voir, une batterie d entrepont. La Claymore était d un gabarit massif et trapu, et pourtant bonne marcheuse ; c était la coque la plus solide de toute la marine anglaise, et au combat elle valait presque une frégate, quoiqu elle n eût pour mât 13

18 d artimon qu un mâtereau avec une simple brigantine. Son gouvernail, de forme rare et savante, avait une membrure courbe presque unique qui avait coûté cinquante livres sterling dans les chantiers de Southampton. L équipage, tout français, était composé d officiers émigrés et de matelots déserteurs. Ces hommes étaient triés ; pas un qui ne fût bon marin, bon soldat et bon royaliste. Ils avaient le triple fanatisme du navire, de l épée et du roi. Un demi-bataillon d infanterie de marine, pouvant au besoin être débarqué, était amalgamé à l équipage. La corvette Claymore avait pour capitaine un chevalier de Saint-Louis, le comte du Boisberthelot, un des meilleurs officiers de l ancienne marine royale, pour second le chevalier de La Vieuville qui avait commandé aux gardes-françaises la compagnie où Hoche avait été sergent, et pour pilote le plus sagace patron de Jersey, Philip Gacquoil. On devinait que ce navire avait à faire quelque chose d extraordinaire. Un homme en effet venait de s y embarquer, qui avait tout l air d entrer dans une aventure. C était un haut vieillard, droit et robuste, à figure sévère, dont il eût été difficile de préciser l âge, parce qu il semblait à la fois vieux et jeune ; un de ces hommes qui sont pleins d années et pleins de force, qui ont des cheveux blancs sur le front et un éclair dans le regard ; quarante ans pour la vigueur et quatre-vingts ans pour l autorité. Au moment où il était monté sur la corvette, son manteau de mer s était entrouvert, et l on avait pu le voir vêtu, sous ce manteau, de larges braies dites bragoubras, de bottes-jambières, et d une veste en peau de chèvre montrant en dessus le cuir passementé de soie, et en dessous le poil hérissé et sauvage, costume complet de paysan breton. Ces anciennes vestes bretonnes étaient à deux fins, servaient aux jours de fête comme aux jours de travail, et se retournaient, offrant à volonté le côté velu et le côté brodé ; peaux de bête toute la semaine, habits de gala le dimanche. Le vêtement de paysan que portait ce vieillard était, comme pour ajouter à une vraisemblance cherchée et voulue, usé aux genoux et aux coudes, et paraissait avoir été longtemps porté, et le manteau de mer, de grosse étoffe, ressemblait à un haillon de pêcheur. Ce vieillard avait sur la tête le chapeau rond du temps, à haute forme et à large bord, qui, rabattu, a l aspect campagnard, et, relevé d un côté par une ganse à cocarde, a l aspect militaire. Il portait ce chapeau rabaissé à la paysanne, sans ganse ni cocarde. Lord Balcarras, gouverneur de l île, et le prince de La Tour-d Auvergne, l avaient en personne conduit et installé à bord. L agent secret des princes, Gélambre, ancien garde du corps de M. le comte d Artois, avait lui-même veillé à l aménagement de sa cabine, poussant le soin et le respect, quoique fort bon gentilhomme, jusqu à porter derrière ce vieillard sa valise. En le quittant pour retourner à terre, M. de Gélambre, avait fait à ce paysan un 14

19 profond salut ; lord Balcarras lui avait dit : Bonne chance, général, et le prince de la Tour-d Auvergne lui avait dit : Au revoir, mon cousin. «Le paysan», c était en effet le nom sous lequel les gens de l équipage s étaient mis tout de suite à désigner leur passager, dans les courts dialogues que les hommes de mer ont entre eux ; mais, sans en savoir plus long, ils comprenaient que ce paysan n était pas plus un paysan que la corvette de guerre n était une corvette de charge. Il y avait peu de vent. La Claymore quitta Bonne-nuit, passa devant Boulay-Bay, et fut quelque temps en vue, courant des bordées ; puis elle décrut dans la nuit croissante, et s effaça. Une heure après, Gélambre, rentré chez lui à Saint-Hélier, expédia, par l exprès de Southampton, à M. le comte d Artois, au quartier général du duc d York, les quatre lignes qui suivent : «Monseigneur, le départ vient d avoir lieu. Succès certain. Dans huit jours toute la côte sera en feu, de Granville à Saint-Malo.» Quatre jours auparavant, par émissaire secret, le représentant Prieur de la Marne, en mission près de l armée des côtes de Cherbourg, et momentanément en résidence à Granville, avait reçu, écrit de la même écriture que la dépêche précédente, le message qu on va lire : «Citoyen représentant, le 1er juin, à l heure de la marée, la corvette de guerre Claymore, à batterie masquée, appareillera pour déposer sur la côte de France un homme dont voici le signalement : haute taille, vieux, cheveux blancs, habits de paysan, mains d aristocrate. Je vous enverrai demain plus de détails. Il débarquera le 2 au matin. Avertissez la croisière, capturez la corvette, faites guillotiner l homme.» II Nuit sur le navire et sur le passager La corvette, au lieu de prendre par le sud et de se diriger vers Sainte- Catherine, avait mis le cap au nord, puis avait tourné à l ouest et s était résolument engagée entre Serk et Jersey dans le bras de mer qu on appelle le Passage de la Déroute. Il n y avait alors de phare sur aucun point de ces deux côtes. Le soleil s était bien couché ; la nuit était noire, plus que ne le sont d ordinaire les nuits d été ; c était une nuit de lune, mais de vastes nuages, plutôt de l équinoxe que du solstice, plafonnaient le ciel, et, selon toute apparence, la lune ne serait visible que lorsqu elle toucherait l horizon, au moment de son coucher. Quelques nuées pendaient jusque sur la mer et la couvraient de brume. Toute cette obscurité était favorable. 15

20 L intention du pilote Gacquoil était de laisser Jersey à gauche et Guernesey à droite, et de gagner, par une marche hardie entre les Hanois et les Douvres, une baie quelconque du littoral de Saint-Malo, route moins courte que par les Minquiers, mais plus sûre, la croisière française ayant pour consigne habituelle de faire surtout le guet entre Saint-Hélier et Granville. Si le vent s y prêtait, si rien ne survenait, et en couvrant la corvette de toile, Gacquoil espérait toucher la côte de France au point du jour. Tout allait bien, la corvette venait de dépasser Gros-Nez ; vers neuf heures, le temps fit mine de bouder, comme disent les marins, et il y eut du vent et de la mer ; mais ce vent était bon, et cette mer était forte sans être violente. Pourtant, à de certains coups de lame, l avant de la corvette embarquait. Le «paysan» que lord Balcarras avait appelé général, et auquel le prince de La Tour-d Auvergne avait dit : mon cousin, avait le pied marin et se promenait avec une gravité tranquille sur le pont de la corvette. Il n avait pas l air de s apercevoir qu elle était fort secouée. De temps en temps il tirait de la poche de sa veste une tablette de chocolat dont il cassait et mâchait un morceau, ses cheveux blancs n empêchant pas qu il eût toutes ses dents. Il ne parlait à personne, si ce n est, par instants, bas et brièvement, au capitaine, qui l écoutait avec déférence et semblait considérer ce passager comme plus commandant que lui-même. La Claymore, habilement pilotée, côtoya, inaperçue dans le brouillard, le long escarpement nord de Jersey, serrant de près la côte, à cause du redoutable écueil Pierres-de-Leeq qui est au milieu du bras de mer entre Jersey et Serk. Gacquoil, debout à la barre, signalant tour à tour la Grève de Leeq, Gros-Nez, Piémont, faisait glisser la corvette parmi ces chaînes de récifs, en quelque sorte à tâtons, mais avec certitude, comme un homme qui est de la maison et qui connaît les êtres de l océan. La corvette n avait pas de feu à l avant, de crainte de dénoncer son passage dans ces mers surveillées. On se félicitait du brouillard. On atteignit la Grande-Étape ; la brume était si épaisse qu à peine distinguait-on la haute silhouette du Pinacle. On entendit dix heures sonner au clocher de Saint-Ouen, signe que le vent se maintenait vent-arrière. Tout continuait d aller bien ; la mer devenait plus houleuse à cause du voisinage de la Corbière. Un peu après dix heures, le comte du Boisberthelot et le chevalier de La Vieuville reconduisirent l homme aux habits de paysan jusqu à sa cabine, qui était la propre chambre du capitaine. Au moment d y entrer, il leur dit en baissant la voix : Vous le savez, messieurs, le secret importe. Silence jusqu au moment de l explosion. Vous seuls connaissez ici mon nom. Nous l emporterons au tombeau, répondit Boisberthelot. 16

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net

Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net TABLE DES MATIERES RAIPONCE...1 RAIPONCE...2 i Auteur : Frères Grimm Catégorie : Jeunesse Conte des frères Grimm Traducteurs :

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim.

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Entre-temps, je m étais enfilé le deuxième paquet de crackers que j avais

Plus en détail

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4 Texte 1 Quand tu regarderas les étoiles la nuit, puisque j habiterai dans l une d elles, puisque je rirai dans l une d elles, alors ce sera pour toi, comme si riaient toutes les étoiles A. de Saint Exupéry

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

Mais un jour, un chevalier arriva au château Il voulait apporter un écu pour l armurerie. On aurait dit qu il voulait s en débarrasser.

Mais un jour, un chevalier arriva au château Il voulait apporter un écu pour l armurerie. On aurait dit qu il voulait s en débarrasser. NAO et l écu magique Nao est un dieu. Il habite sur une colline et peut se métamorphoser en toutes sortes d animaux pour ne pas se faire repérer. Cette colline est invisible aux yeux des hommes. Il est

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Pascal Garnier L Année sabbatique Nouvelles P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e L ANNÉE SABBATIQUE Ils n avaient nulle part où aller, alors, ils y allèrent. Ils partirent le 28 février vers 9

Plus en détail

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes,

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, Texte B CM2 de M. Pivano Chapitre 1 Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, demeurait un roi qui avait été, des années auparavant, empoisonné par des huîtres.

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Afrique, les monts de la Terre ronde Objectifs : Les animaux. Les parties du corps d un animal. Les chiffres jusqu à 4. Age : 4-6 ans Niveau : Débutants, A1 Moko en Afrique : Les monts de la Terre

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée.

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. 26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. L Océane est immobilisée 5, car le commandant ne veut pas risquer de heurter 6 les récifs 7. Nous ne savons plus quoi faire. Lucas et Maxime

Plus en détail

LE SIGNE La petite marquise de Rennedon dormait encore, dans sa chambre close et parfumée, dans son grand lit doux et bas, dans ses draps de batiste légère, fine comme une dentelle, caressants comme un

Plus en détail

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la PALAIS DU ROI C est à la claire fontaine et auprès du palais du roi Il y a de jolies filles qui s y baignent auprès de moi Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la La plus jeune c

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Quatrevingt-treize. Victor Hugo

Quatrevingt-treize. Victor Hugo Quatrevingt-treize de Victor Hugo Première partie En mer Livre I - Le bois de la saudraie Dans les derniers jours de mai 1793, un des bataillons parisiens amenés en Bretagne par Santerre fouillait le redoutable

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault. Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault

Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault. Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault TEXTE 1 Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault À l heure de sa mort, un meunier ne laissa à ses trois enfants que son moulin, son âne et son chat. Le partage fut bientôt

Plus en détail

La petite fille qui voulait attraper le soleil

La petite fille qui voulait attraper le soleil La petite fille qui voulait attraper le soleil Un beau matin, une fillette fût réveillée par un drôle de petit rayon de soleil, qui rentra dans sa chambre, lui caressa la joue et vint lui chatouiller le

Plus en détail

Ma banque Ninon Jonville

Ma banque Ninon Jonville Ma banque Ninon Jonville Scène 1 La dame de l accueil L accueil de la banque. arrive dans la banque et commence à tourner en rond comme si elle cherchait quelque chose. Dame de l accueil (étonnée) Vous

Plus en détail

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu.

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu. Partir : Recherche «lemmatisée». Le logiciel ne permttant pas de séparer le verbe «part», de «à part»... ou «le parti» de «parti» on a procédé manuellement au choix. 2 page 937 / 1ère partie, PARIS Je

Plus en détail

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT LE CHAT BOTTÉ Charles PERRAULT Un meunier ne laissa pour tous biens à trois enfants qu'il avait, que son moulin, son âne et son chat. Les partages furent bientôt faits, ni le notaire, ni le procureur n'y

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure.

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure. Tout débuta ainsi Frank le Guerrier, le meilleur combattant du seigneur d Artatia nommé Sengalos, partit en aventure pour sauver Artatia des mains de leur ennemi Lorslavas le Terrible. Il emmena avec lui

Plus en détail

Etranges disparitions

Etranges disparitions Etranges disparitions Nina était une lycéenne de quinze ans qui vivait dans un appartement à Paris avec sa mère et son chien Médor. Sa mère était avocate et elle rentrait très tard le soir. Nina était

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

1. Pétales de tendresse

1. Pétales de tendresse Introduction Ferme tes yeux, un instant. Je dirige ton corps sous la pluie éperdue qui nous enveloppe et nous sépare du monde. Nous n avons pas voulu les guerres, ni la pauvreté, ni la haine oppressante.

Plus en détail

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire:

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire: C est l histoire d une petite fille, Noéline, et de son tonton qui vivait en Chine. Il n était pas là quand elle est née, car il escaladait une montagne sacrée. Alors, quand il est rentré, il a fallu tout

Plus en détail

Un conte de Noël à la carte

Un conte de Noël à la carte Un conte de Noël à la carte Il était une fois, dans le nord de la Petite-Nation, une belle fermière, qui faisait pousser des arbres de Noël. Elle et son mari, possédait un si grand terrain qu elle ne pouvait

Plus en détail

CENDRILLON. Charles PERRAULT

CENDRILLON. Charles PERRAULT CENDRILLON Charles PERRAULT Un gentilhomme avait une fille qui était très douce et très jolie. Ayant perdu sa femme, il épousa une veuve très orgueilleuse qui avait deux grandes filles encore plus orgueilleuses

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

HISTOIRES DROLES. 1. l athée et l ours

HISTOIRES DROLES. 1. l athée et l ours HISTOIRES DROLES 1. l athée et l ours Un athée se promenait dans les bois tout en s'extasiant devant la nature : «Quels arbres majestueux, quelle puissante rivière, quels beaux animaux!» Se disait-il.

Plus en détail

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit [Choisir la date] LA PETITE FILLE ET LES ALLUMETTES HANS CHRISTIAN ANDERSEN CONTES D ANDERSEN, 1876, P.157-161 TEXTE INTEGRAL Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit n était pas loin ; c était

Plus en détail

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait 13 Zic et tim Où est encore passé Zic? La mère de Zic appuya sur un bouton et la maison se mit à pivoter doucement; ainsi, elle pouvait, d un coup d œil, visualiser le parc qui entourait la villa. Quelle

Plus en détail

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie.

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie. 1 «Amis pour la vie» Une comédie de la vie. Célia Sam Alexia Amandine Élisa Simon Maureen Distribution modulable Scène I Deux enfants chargés de grands sacs à dos traversent la salle en chantant. Célia,

Plus en détail

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT LE CHAT BOTTÉ Charles PERRAULT Un meunier avait trois fils. Il leur laissa son moulin, son âne, et son chat. Le fils aîné eut le moulin. Le second fils eut l'âne. Le plus jeune n'eut que le chat. Le pauvre

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

LA MACHINE A TRICOTER (2)

LA MACHINE A TRICOTER (2) LA MACHINE A TRICOTER (2) TEXTE DEPOSE A LA SACD Son utilisation est soumise à l autorisation de l auteur via la SACD Pour plus de précisions et pour obtenir la suite de cet extrait: christian.moriat@orange.fr

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime Louis Lymburner 1 L envoûtement L e peu de clarté qui filtrait entre la cime des arbres n était pas pour encourager Will. Il continua cependant d avancer, un peu rassuré par le chant des oiseaux. Depuis

Plus en détail

L histoire du petit indien

L histoire du petit indien Compréhension de lecture Andrée Otte L histoire du petit indien CH.Zolotow, Le petit indien, Ed. des deux coqs d or Voici l histoire de toute une famille d Indiens : le père, la mère, le grand frère, la

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous Le bon berger Comment Dieu prend soin de nous Jésus dit : «Celui qui boit l eau que je lui donnerai n aura plus jamais soif. Au contraire, l eau que je lui donnerai deviendra en lui une source, et cette

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre.

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Gö r l i t z La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Pouvait-il l avoir raté? Il s était pourtant caché dès

Plus en détail

Une enquête de l inspecteur Copeland

Une enquête de l inspecteur Copeland Une enquête de l inspecteur Copeland De Mélissa, Nigel et Kenza (5 ème 7) L enquêteur Patrick Copeland, policier à Alès, était tranquillement assis dans son fauteuil en train de regarder «Enquêtes Criminelles»

Plus en détail

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Sismographe L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Chapitre I. Ydak l amérindienne

Chapitre I. Ydak l amérindienne Chapitre I Ydak l amérindienne Je me prénomme Ydak. Je suis une Carib. L histoire de ma vie commence le jour de l arrivée de ce Taïno, à la peau rouge comme un soleil couchant, au regard vide, déjà résigné

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

La guerre des trolls

La guerre des trolls La guerre des trolls Il était une fois, un jeune paysan nommé Titou. Il vivait seul, à l orée d une forêt et il cultivait des champs. Un jour, il alla dans la forêt pour chasser. Au détour d un chemin,

Plus en détail

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Harry Mathews 20 lignes par jour traduit par Marie Chaix P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e PRÉFACE Comme beaucoup d écrivains je trouve souvent que me mettre au travail le matin est une entreprise

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Séquence n 1 : le timbre et les instruments à travers le conte

Séquence n 1 : le timbre et les instruments à travers le conte Ecoute principale : Pierre et le loup, conte musical composé par Serge Prokofiev Version audio racontée par Gérard Philippe, puis version cartoon de Walt Disney 1 ère écoute : Présentation des personnages

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

1,2,3, consignes. Quatre types de consignes. Exprimer un texte par le mime. Sans retour au texte. Exprimer un texte par le dessin.

1,2,3, consignes. Quatre types de consignes. Exprimer un texte par le mime. Sans retour au texte. Exprimer un texte par le dessin. 1,2,3, consignes Instit90 (copyright) Objectifs! Mettre en œuvre des stratégies visant la compréhension de consignes ;! Gérer son activité : Anticiper et contrôler son ; Valider, invalider une proposition!

Plus en détail

On le fit monter jusqu'à l'appartement de Sa Majesté. Il fit une grande révérence et dit :

On le fit monter jusqu'à l'appartement de Sa Majesté. Il fit une grande révérence et dit : Приложение 1.3 Текст 1 Perrault Le Chat botté Il était une fois un meunier qui avait trois fils. Lorsqu'il mourut, il ne leur laissa pour tout héritage que son moulin, son âne et son chat. Les partages

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Sarahta K. BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités

Plus en détail

Jésus un homme rempli de l Esprit

Jésus un homme rempli de l Esprit Jésus un homme rempli de l Esprit L Esprit, qui habite en Jésus, l aide à accomplir sa mission par ses dons Comment Jésus vit et transmet les dons de l Esprit durant sa vie publique? Jésus a répandu les

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Chapitre 1. Révélations

Chapitre 1. Révélations Chapitre 1. Révélations -Je vais te faire flamber! Tel était le cri de fureur de Nikita adressé à sa demi-sœur qui venait de commettre le délit très grave, le crime terrible d'avoir osé lui dérober son

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

4 minutes chrono (pour faire sa déclaration d amour)

4 minutes chrono (pour faire sa déclaration d amour) 4 minutes chrono (pour faire sa déclaration d amour) Un scénario de Lucas Fillon, 23 ans, Epinay-sur-Seine-France Note : Ce court-métrage est divisé en quatre parties, chacune d une durée d une minute.

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis JOIE Synopsis Antoine et Marianne Le Cloître, est un couple de personnes âgées d environ soixante ans. Un matin, ils reçoivent un coup de téléphone. Marianne répond et s agite en apprenant que l interlocuteur

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS SESSION 2011 Brevet d Études Professionnelles «rénové» FRANÇAIS L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Le sujet comporte 5 pages numérotées de 1 à 5. Examen : BEP «rénové» Spécialité : toutes spécialités

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu Irina Teodorescu La malédiction du bandit moustachu roman GAÏA ÉDITIONS Dans l imaginaire collectif les accidents arrivent souvent la nuit. On se représente volontiers une route sinueuse dans une montagne

Plus en détail

L histoire dont vous êtes le héros

L histoire dont vous êtes le héros L histoire dont vous êtes le héros Ce jeu peut être fait en intérieur ou en extérieur par des enfants sachant impérativement lire. Principe du jeu : A la manière des livres «L histoire dont vous êtes le

Plus en détail

Lire et comprendre 1

Lire et comprendre 1 Lire et comprendre 1 Faites place à Mini-Loup, indien des mers du Sud. Faites place à Mini-Loup, corsaire des mers du Sud. Faites place à Mini-Rat, corsaire des mers du Sud. L équipe tire et pousse la

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail