L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013"

Transcription

1 L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013

2 A propos de la GSMA La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile à travers le monde. Présente dans plus de 220 pays, la GSMA réunit près de 800 opérateurs avec 250 compagnies au sein de l éco-système incluant fabriquants, développeurs de logiciels, fournisseurs d équipements, compagnies Internet ainsi que des organisations des secteurs des services financiers, de la santé, des médias, des transports et des services publiques. La GSMA organise également des évènements tels que le Congrès Mondial de la Téléphonie Mobile et l Exposition de la Telephonie Mobile en Asie. Pour plus de renseignements, veuillez consulter le site de la GSMA sur Suivez la GSMA sur ou MOBILE WORLD LIVE, le portail internet du secteur des communications mobile sur GSMA Intelligence est l auteur de ce rapport. GSMA Intelligence est la source incontournable de données globales, d analyses et de prévisions sur les opérateurs de téléphonie mobiles, publiant des études et rapports qui font autorité dans le secteur. Nos données couvrent l ensemble des opérateurs, réseaux et exploitants de réseaux mobiles virtuels de tous les pays du monde de l Afghanistan au Zimbabwe. Elles forment l ensemble statistique le plus exact et le plus complet qui existe sur le secteur, comprenant des dizaines de millions de points de données individuels mis à jour quotidiennement. Les opérateurs, les vendeurs d appareils et fournisseurs d équipements, les autorités réglementaires, les institutions financières et les autres intervenants du secteur s appuient sur GSMA Intelligence pour leurs décisions stratégiques et la planification des investissements à long terme. Les données de GSMA Intelligence constituent une référence sur le secteur et sont fréquemment citées par les médias et les acteurs du secteur eux-mêmes. Notre équipe d analystes et d experts produit des rapports d étude réguliers qui sont sources de réflexion sur tout un éventail de sujets concernant le secteur. Pour plus de renseignements, Contact GSMA Mobile for Development rassemble nos opérateurs mobiles membres, le secteur de mobilité dans son ensemble et la communauté du développement pour favoriser le développement de services mobiles commerciaux à l intention des populations mal desservies dans les marchés émergents. Nous identifions les opportunités d impact social, économique et environnemental et stimulons le développement de services mobiles évolutifs qui améliorent la vie de leurs utilisateurs. Le Boston Consulting Group (BCG) est un cabinet international de conseil en gestion et le leader mondial du conseil en stratégie d entreprise. Le BCG travaille en partenariat avec des clients des secteurs privés, publics et à but non lucratif partout dans le monde pour identifier les opportunités à plus forte valeur, les aider à affronter leurs défis et faire évoluer leurs activités. Notre approche personnalisée combine une vision de la dynamique des entreprises et des marchés associée à une collaboration étroite à tous les niveaux de leur organisation. Nous leur garantissons ainsi un avantage concurrentiel durable, des organisations plus performantes et des résultats pérennes. Créée en 1963, BCG est une entreprise privée, présente dans 43 pays avec 78 bureaux.

3 1

4 L économie mobile de l Afrique subsaharienne L ÉCONOMIE 2013 MOBILE DE L AFRIQUE SUBSAHARIENNE Abonnés uniques 253millions d abonnés mobiles uniques en juin millions de connexions en juin 2013 Croissance du nombre d abonnés uniques % TCAC Croissance Le potentiel de croissance est énorme sachant que le taux de pénétration moyen en nombre d abonnés mobiles est de 31 % pour l ensemble des 40 pays de l Afrique subsaharienne (ASS) ABONNES UNIQUES 8% TCAC L ASS DEVRAIT RESTER LA RÉGION À PLUS FORTE CROISSANCE 2

5 Impact socio-économique L économie mobile de l Afrique subsaharienne 2013 Des niveaux élevés d accès mobile par rapport à d autres services de base Les retombées sociales et économiques de la téléphonie mobile dans la région sont déjà très importantes Il reste possible d en faire beaucoup plus à l avenir avec un environnement politique et réglementaire favorable La contribution de l écosystème de la mobilité au PIB de l ASS Milliards USD 8% Milliards USD DU PIB D ICI milliards de dollars US du PIB en 2012, devrait atteindre 119 milliards de dollars US en 2020, soit 8 % du PIB total de la région Finances publiques Emploi 21MrdUSD 42MrdUSD 3,3M Emplois directs dans l écosystème 6,6 millions d'emplois d'ici Contribution de 21 milliards de dollars US aux finances publiques par les ORM en 2012, droits de licence compris, en croissance pour atteindre 42 milliards de dollars US d ici ,6M 3

6 Synthèse Malgré l avancée spectaculaire du secteur de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne au cours de ces dernières années, l impact le plus important reste à venir. Environ deux tiers de la population n a pas encore accès aux téléphones portables, ce qui laisse une marge importante de croissance au moment où la région est sur le point de connaître une explosion du traffic de données avec le développement des réseaux 3G, 4G et des smartphones. Le secteur de la téléphonie mobile représente déjà plus de 6 % du PIB de l Afrique subsaharienne, un pourcentage plus élevé que dans toute autre région comparable du monde, et devrait représenter 8 % du PIB de la région d ici Toutefois, la volonté de certains gouvernements de maximiser les recettes fiscales risque d entraver la capacité du secteur à contribuer au développement économique et social de la région. Le secteur mobile a déjà eu un effet transformateur sur le développement social et économique de l Afrique subsaharienne, sur fond d une période prolongée de forte croissance. Mi-2013, on comptait 253 millions d abonnés uniques (et 502 millions de de connexions SIM actives) dans la région, dont 95 % sur des tarifs prépayés. La base d abonnés uniques a connu une croissance de 18 % par an sur les cinq dernières années, faisant de l Afrique subsaharienne la région du monde enregistrant de loin la plus forte croissance. 4

7 CONTRIBUTION DU SECTEUR De la TÉLÉPHONIE mobile D ICI 2020 (en milliards de dollars US) PART DANS LE PIB ,3% 6,7% 7,1% 7,3% 7,5% 7,7% 7,9% 8,0% 8,2% Source: GSMA Intelligence; Ovum; EIU; analyses du BCG En dépit de cette forte croissance, les recherches de GSMA Intelligence révèlent que les taux de pénétration en nombre d abonnés uniques dans l Afrique subsaharienne restent inférieurs à ceux des autres régions du monde (les taux de pénétration en nombre d abonnés uniques sont inférieurs à ceux basés sur le nombre de cartes SIM, car la plupart des utilisateurs de téléphones portables possèdent plusieurs cartes SIM). Moins d une personne sur trois est abonnée à des services mobiles en Afrique subsaharienne, contre une moyenne mondiale proche de une sur deux, et alors que ce chiffre atteint désormais quatre personnes sur cinq dans les régions plus développées comme l Union européenne. Cela montre qu il existe encore un potentiel important de croissance, avec le défi pour les acteurs du secteur et les décideurs politiques d arriver à le concrétiser. Le secteur se heurte à un certain nombre de difficultés pour faire progresser ces taux de pénétration et combler le fossé avec d autres marchés. La croissance supplémentaire du nombre d abonnés proviendra presque exclusivement des populations rurales et à faibles revenus, renforçant la nécessité de rendre les prix des services mobiles encore plus accessibles et d améliorer la couverture des réseaux. Les utilisateurs de l Afrique subsaharienne dépensent en moyenne une plus grande partie de leurs revenus sur les services mobiles que ceux des autres régions: 15 % de leurs revenus en moyenne, contre 3 à 5 % observés sur d autres marchés en développement ou moins de 1 % en moyenne en Europe ou aux États-Unis. 5

8 PÉNÉTRATION, PIB ET POPULATION Pour une sélection de pays, M Nombre d abonnés uniques dans la région d ici % 34.5% 49.8% AFRIQUE DU SUD POP 51M 1452 ANGOLA POP 20,8M GHANA POP 26,3M % 45% NIGÉRIA POP 172M CÔTE D IVOIRE POP 21,2M 47.6% SÉNÉGAL POP 13,5M 808 KENYA POP 44,2M % 30% TANZANIE POP 49,5M 374 NIGER POP 17,4M 20% PIB par habitant (USD) Taux de pénétration en nombre d abonnés uniques 6

9 L industrie a déjà fait d énormes progrès pour rendre les services mobiles plus abordables en Afrique subsaharienne, transformant le mode de vie des populations de la région. Toutefois, il reste beaucoup à faire pour résoudre les problèmes liés à l inégalité sociale et fournir des services mobiles aux segments à faibles revenus de la société, souvent plus marginalisés. Les décideurs politiques doivent avoir conscience des effets négatifs d une imposition sur les téléphones portables et l utilisation de ces services, dans une région où la taxation rapportée au coût de possession se situe déjà au-dessus de la moyenne mondiale. L amélioration de la couverture des réseaux représente un défi supplémentaire pour le secteur, compte-tenu de l ampleur des zones rurales de la région, et de la portée limitée des réseaux d électricité et autres infrastructures de soutien. Les opérateurs recourent déjà à tout un éventail de solutions innovantes pour répondre à ces défis, dont de plus en plus souvent des solutions «vertes» qui utilisent l énergie solaire, le vent, l eau, la biomasse ou les piles à combustible. On observe également une tendance croissante au partage de réseaux, dans le cadre duquel des opérateurs mobiles louent des sites auprès de sociétés spécialisées («tower companies»), ce qui permet également de réduire les coûts de mise en place des réseaux et d éliminer des barrières à l élargissement de la couverture en milieu rural. La concrétisation du potentiel de croissance du secteur de la téléphonie mobile, que ce soit en termes de connexion de nouveaux abonnés ou de mise en place d un accès élargi aux services à haut débit, dépendra de la poursuite d investissements substantiels par les opérateurs. Sur la base des données disponibles, on estime que les opérateurs mobiles de la région ont investi plus de 44 milliards de dollars US au cours des six dernières années (hors fibre et câbles internationaux). Il est probable que ces investissements seront encore plus élevés à l avenir, compte-tenu du coût de l élargissement de la couverture pour inclure des zones à moindre densité de population et de la mise en place d une couverture 3G élargie ainsi que de réseaux 4G plus rapides. Les investissements des opérateurs dépendent également de la stabilité des marchés nationaux. Un certain nombre de marchés comptent huit opérateurs ou plus, ce qui les place bien au-dessus des niveaux mondiaux. Les opérateurs doivent avoir la certitude de pouvoir générer des retours sur investissements à long terme pour maintenir leurs niveaux d investissement actuels. Les autorités réglementaires doivent adopter une approche pragmatique et flexible de consolidation, et trouver un équilibre entre les tendances tarifaires à court terme et le maintien de niveaux d investissement suffisants à plus long terme. Il existe non seulement un potentiel de croissance pour les services vocaux de base, mais l Afrique subsaharienne est également sur le point de voir une explosion de l adoption des services mobiles à haut débit et du développement des données mobiles. De plus en plus abordables, les appareils mobiles avec accès internet permettent aux gens d accéder pour la première fois à internet. Les appareils portables qui utilisent les réseaux 3G, voire même 2.5G EDGE, constituent déjà la principale plateforme d accès à internet en Afrique subsaharienne, permettant aux utilisateurs de contourner la portée limitée du réseau à bande passante fixe. Le secteur de la téléphonie mobile contribue déjà de manière significative à la croissance économique et à la création d emplois en Afrique subsaharienne, où il représente une fraction du PIB plus élevée que partout ailleurs dans le monde. En 2012, l écosystème élargi de la téléphonie mobile représentait plus de 6 % du PIB de l Afrique subsaharienne, et devrait selon les prévisions atteindre 8 % d ici Ces chiffres se situent bien au-dessus de leurs équivalents dans d autres parties du monde, qui sont par exemple de 1,4 % en Asie-Pacifique ou de 4 % en Amérique latine. De plus, le secteur compte déjà plus de 3,3 millions d emplois dans toute l Afrique subsaharienne, tout en ayant contribué 21 milliards de dollars US aux finances publiques en 2012 par le biais de la taxation. 7

10 Les services mobiles bénéficient déjà d une diffusion plus large auprès de la population que de nombreux autres services de base, dont notamment l électricité, l assainissement ou les services financiers. Les taux d accès aux services mobiles sont même encore plus élevés si l on se place au niveau des ménages au sein desquels un seul téléphone est susceptible de servir d appareil commun. Les services mobiles peuvent donc avoir un rôle unique à jouer pour répondre aux préoccupations sociales, économiques et environnementales, notamment pour les populations qui se trouvent à la base de la pyramide économique (BoP). Ainsi, au Nigéria, 56 millions d habitants sont privés d accès à l électricité, et 38 millions à l eau potable, mais presque tous pourrait avoir accès aux services mobiles. L Afrique subsaharienne se heurte à des problèmes sociaux spécifiques, avec une population relativement rurale vivant dans des zones souvent éloignées et difficiles d accès. Les taux d urbanisation restent relativement faibles, bien que la croissance urbaine se soit traduite par une augmentation rapide de la population vivant dans des installations de fortune, ainsi qu une augmentation de la pauvreté et des inégalités. De nombreuses villes d Afrique subsaharienne se caractérisent par des infrastructures limitées, notamment dans les zones à faibles revenus. Le programme Mobile Enabled Community Services (MECS) de la GSMA exploite la technologie et les infrastructures mobiles pour améliorer l accès aux services de base d approvisionnement en eau et en électricité. Les opérateurs, les gouvernements, les acteurs du secteur privé et les organisations non gouvernementales ont suscité ensemble une explosion de produits et services utilisant la mobilité dans toute l Afrique subsaharienne qui pourraient aider à résoudre ces problèmes. Le nombre de lancements de nouveaux services n a cessé d augmenter au cours de ces dernières années, notamment dans les domaines de la santé («mhealth») et de l argent mobile. Les services d argent mobile sont une réussite évidente, avec l Afrique subsaharienne se plaçant en tête des autres régions en ce qui concerne le nombre de services disponibles. Ce succès met les services financiers à la portée de populations précédemment non bancarisées, favorisant ainsi la croissance économique et l inclusion financière. Au moment de la rédaction de ce document, la région comptait plus de 110 initiatives actives en , avec un certain nombre de pays comptant plus d un fournisseur. Avec 56,9 millions d utilisateurs de l argent mobile enregistrés en Afrique subsaharienne en juin 2012, on comptait deux fois plus d utilisateurs de l argent mobile que d utilisateurs de Facebook dans la région 2. De la même manière, d autres solutions mobiles commencent à répondre à différents problèmes sociaux et économique de la région, notamment dans les domaines de la santé, de l éducation et de l agriculture. Les solutions mhealth peuvent s avérer un outil efficace pour aider les pays à améliorer l accès aux services de santé pour les populations locales, et il existe aujourd hui presque 250 services mhealth en activité à travers toute l Afrique subsaharienne. L initiative panafricaine mhealth de la GSMA se veut un catalyseur de services commercialement viables à l échelle nationale et apportant une contribution significative aux objectifs sanitaires nationaux en matière d alimentation ainsi que de santé maternelle et infantile dans dix pays d Afrique d ici mi Les solutions mobiles peuvent jouer un rôle important dans l amélioration de la productivité agricole dans l ensemble des pays d Afrique subsaharienne, dans un secteur qui génère près d un tiers du PIB de la région et emploie presque deux tiers de sa main d œuvre. Combler le fossé des services mobiles entre les sexes, notamment parmi les populations à faibles revenus, devrait être une préoccupation importante pour les opérateurs et les décideurs politiques qui souhaitent concrétiser la contribution potentielle de ces services. Les données les plus récentes sur le fossé entre les sexes en matière de possession d un téléphone mobile suggèrent que les femmes ont 23 % de chances en moins de posséder un téléphone mobile en Afrique. Les femmes ont un rôle décisif à jouer pour matérialiser les retombées 1.. MMU Mobile Money Deployment Tracker (Outil de suivi des services d argent mobile du programme MMU), disponible sur tracker 2. «Le point sur le secteur: Résultats de l Étude Mondiale 2012 sur l Adoption des Services d Argent Mobile», programme MMU, GSMA, State-of-the-Industry_French.pdf GSMA et la Fondation Cherie Blair pour les femmes : Women and Mobile: A Global Opportunity 8

11 socio-économiques potentielles dans les domaines de la santé, de l éducation et de l agriculture, et ont le plus à gagner en termes d inclusion financière par le biais des services financiers mobiles. Toutefois, la capacité du secteur de la téléphonie mobile à apporter ces avantages socio-économiques nécessite un environnement réglementaire favorable. Les principales questions réglementaires régionales tournent autour de la taxation et de la gestion du spectre. Les opérateurs et les investisseurs ont besoin de stabilité et de visibilité pour pouvoir financer les énormes investissements qui seront nécessaires dans les années à venir pour améliorer la couverture des zones plus excentrées et répondre à la demande croissante de connexions plus rapides. Une réglementation excessive risque de freiner l innovation, d accroître les coûts d exploitation, de limiter la concurrence, et au final, d être contraire aux intérêts des consommateurs. Bien que certains gouvernements et autorités réglementaires reconnaissent l importance d une harmonisation du spectre au sein de la région, il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine. Dans de nombreux pays d Afrique subsaharienne, les engagements concrets à l égard d une allocation harmonisée des fréquences en-dessous de 1GHz, et notamment des bandes 700 MHz et 800 MHz (dividende numérique), ne se sont pas encore matérialisés. La coordination et l accélération du passage de la télévision analogue à la télévision numérique et la libération des fréquences du dividende numérique pour le haut-débit mobile devraient donner une impulsion majeure à la croissance économique dans la région. Les analyses de la section du présent rapport suggèrent qu une allocation de ces fréquences du dividende numérique aux services mobiles à haut débit générerait une augmentation de 49 milliards de dollars US du PIB de la région entre 2015 et 2020 (soit 5,9% du PIB de 2012), avec une contribution supplémentaire de 15 milliards de dollars de recettes fiscales sur cette période. Une gestion efficace du spectre est indispensable pour soutenir les investissements. Le spectre doit être alloué aux organisations capables de déployer et d investir dans les infrastructures. L attribution de licenses ne devrait pas faire de discrimination parmi les opérateurs ni à l égard des nouveaux entrants, mais doit au contraire fournir des règles du jeu équitables et une certitude réglementaire. Avec un certain nombre de licenses arrivant à échéance dans toute l Afrique subsaharienne, la mise en place d un processus transparent, consultatif et prévisible pour l attribution et le renouvellement des licenses et droits d utilisation des fréquences permettra aux opérateurs de planifier leurs investissements. Le prix de renouvellement des droits d utilisation du spectre devrait se baser sur la récupération des frais administratifs plutôt que sur la maximisation des revenus à court terme pour l État concerné. L imposition exprimée en tant que pourcentage du coût total de possession d un appareil mobile est déjà supérieure à la moyenne mondiale dans de nombreux pays d Afrique subsaharienne, ce qui surenchérit le coût des services mobiles. Vingt pays imposent également des droits de douane sur les appareils portables importés, tandis que les opérateurs font eux-mêmes l objet d un certain nombre de taxes propres au secteur. L abaissement du niveau de taxation applicable au secteur de la téléphonie mobile pourrait bénéficier aux consommateurs comme aux entreprises et aux États en favorisant l adoption et l utilisation de nouveaux services mobiles, en améliorant la productivité et en augmentant le PIB et les recettes fiscales sur le long terme. 9

12 Pour la version complète de l Economie Mobile: Afrique Sub Saharienne 2013, visitez le site de la GSMA

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

# MWC15MP. Stimuler l innovation pour une société entièrement connectée. A Propos du Programme Ministériel

# MWC15MP. Stimuler l innovation pour une société entièrement connectée. A Propos du Programme Ministériel Programme Ministériel 2015 1 Stimuler l innovation pour une société entièrement connectée En 2015, le Programme Ministériel mettra l accent sur les valeurs fondamentales d innovation du secteur de la téléphonie

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Les réseaux de prochaine génération Nécessité d un environnement réglementaire adapté pour les nouveaux services et usages

Les réseaux de prochaine génération Nécessité d un environnement réglementaire adapté pour les nouveaux services et usages Les réseaux de prochaine génération Nécessité d un environnement réglementaire adapté pour les nouveaux services et usages Nezih Dincbudak Directeur Affaires Réglementaires Afrique, Moyen Orient, Asie

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 1 sommaire 1 faits marquants 2 résultats opérationnels 3 résultats financiers 4 perspectives 5 annexes 2 1 faits marquants 3 1 faits marquants S1 2010

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE A la conférence ministérielle africaine sur l économie verte Oran, Algérie 22 février 2014 Votre Excellence,

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC Genève du 1-2 Sept 2011 Romain CIZA /ARPTC romain.ciza@arptc.cd 1 Caneva I. Brève présentation de la RDC II. Cadre réglementaire

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Canadian Solar Industries Association

Canadian Solar Industries Association Comparution devant le Comité sénatorial permanent de l énergie, de l environnement et des ressources naturelles Le jeudi 29 septembre 2011 Témoins Patrick Bateman, Conseiller, politiques et recherche,

Plus en détail

L Internet est pour tout le monde. Les points d échange Internet (IXP) Document d information

L Internet est pour tout le monde. Les points d échange Internet (IXP) Document d information L Internet est pour tout le monde Les points d échange Internet (IXP) Document d information Les points d échange Internet (IXP) Vue d ensemble Internet est devenu un outil essentiel pour la communication,

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation CLAIRE PÉNICAUD SCHARWATT FÉVRIER 2014 L ARGENT MOBILE EN CÔTE D IVOIRE: HISTOIRE D UN REVIREMENT DE SITUATION 1 Après des débuts

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lima Bogota (avant) I-1 Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lagos Dar es Salaam Impacts profonds du Transport I-2 Le transport touche presque chaque aspect de la vie urbaine Économique, développement

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

AFRIQUE SUB-SAHARIENNE AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Annexe du Rapport sur la Mobilité d Ericsson Juin 2014 VUE D ENSEMBLE DU MARCHE Les infrastructures de télécommunications en Afrique sub-saharienne continuent d évoluer et de se

Plus en détail

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011»

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» (Étude préparée par Raymond Chabot Grant Thornton) Faits: Le PIB généré par le

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS

CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS CONVERGENCE IP EN AFRIQUE : IMPACT SUR LES SERVICES VOIX ET SMS SESSION 1 : L IMPACT DU DÉVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX (DÉCLIN DE LA VOIX? NOUVEAUX SERVICES?) PRÉSENTÉ PAR GLOBAL VOICE

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59 Communiqué de presse Contact : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

QLIKVIEW POUR SALESFORCE

QLIKVIEW POUR SALESFORCE QLIKVIEW POUR SALESFORCE Exploiter rapidement et facilement les données issues de votre CRM QlikView simplifie l intégration de la Business Discovery à une Plate-forme PaaS (Platform as a Service) éprouvée

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

Module de formation. L assainissement en milieu rural

Module de formation. L assainissement en milieu rural Module de formation L assainissement en milieu rural Sur la base des retours d expérience de programmes d assainissement réalisés dans quatre pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal), Eau Vive

Plus en détail

Regional economic development. Développement économique régional

Regional economic development. Développement économique régional Regional economic development REDER Développement économique régional La vision du DER est de contribuer au développement socio économique des communautés qui nous accueillent, afin de soutenir leur croissance

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA, Mercredi 15 avril 2015 Messieurs les Présidents,

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Développement effectif de la large bande en Afrique

Développement effectif de la large bande en Afrique AGENDA Développement effectif de la Introduction à la large bande. Convergence et large bande. Initiatives pour le développement de la large bande INTRODUCTION A LA LARGE BANDE Définition de la large bande

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie du futur, lancé en 2008 et géré par Masdar, représente la vision

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Évolution des recettes et de l emploi Industrie des services de télécommunication, 2001-2009

Évolution des recettes et de l emploi Industrie des services de télécommunication, 2001-2009 Chef de file en services de Avec plus de 640 établissements, des recettes de plus de 11 milliards de dollars et près de 30 000 emplois en 2009, l industrie québécoise des services de offre des services

Plus en détail

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr numérique & territoires Synthèse Janvier 2014 Impact territorial des Réseaux d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr synthèse Le diagnostic établi fin 2013 par l IDATE pour le compte de

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE. Lire la suite

UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE. Lire la suite UNE LOGISTIQUE PUISSANTE POUR L INDUSTRIE SOLAIRE Lire la suite MATIÈRES Comprendre COMPRENDRE VOS BESOINS Comprendre Au cours de la dernière décennie, l industrie solaire a connu un développement sans

Plus en détail

Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance

Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance 12 ème Réunion annuelle FRATEL 30 septembre 1 er octobre 2014 Marrakech, Maroc Mercredi, 1 octobre 2014 Sommaire Rappel de la mission

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

par CABiNET le 19 avril 2013

par CABiNET le 19 avril 2013 Présentation à Services partagés Canada (SPC) Table ronde sur l'infrastructure de la technologie de l information Comité consultatif sur les points de référence en matière d approvisionnement par CABiNET

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Juin 2013 Contact FIEEC : Guillaume ADAM (gadam@fieec.fr) SYNTHESE CONSTAT : La croissance extraordinaire d Internet au cours des

Plus en détail

SNCF PRÉSENTE SON NOUVEAU PROJET STRATÉGIQUE

SNCF PRÉSENTE SON NOUVEAU PROJET STRATÉGIQUE CORPORATE COMMUNIQUÉ N XX PARIS, LE 14 OCTOBRE 2013 SNCF PRÉSENTE SON NOUVEAU PROJET STRATÉGIQUE EXCELLENCE 2020 SNCF a présenté ce jour devant son conseil d administration son nouveau projet stratégique

Plus en détail