Chapitre 5: flot d une équation différentielle ordinaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 5: flot d une équation différentielle ordinaire"

Transcription

1 Chapitre 5: flot d une équation différentielle ordinaire Philippe Chartier 23 octobre Définition du flot et propriétés élémentaires Dans ce chapitre, D désigne un ouvert connexe de R d. On considère le problème de Cauchy sous forme autonome : { ẏ(t) = f(y(t)) y(t 0 ) = y 0, (1) où f est une fonction définie sur D et (t 0,y 0 ) un point de R D. On suppose en outre que f est continue et localement Lipschitzienne, de sorte que pour tout(t 0,y 0 ) R D, le système (1) admet une solution maximale unique sur un intervalle ouvertj(t 0,y 0 ) R. Alors, l application (t,t 0,y 0 ) y(t;t 0,y 0 ) qui associe la valeur en t de la solution de (1) est bien définie sur l ouvert Ω = {(t,t 0,y 0 ) R R D;t J(t 0,y 0 )}. On note en outre Ω 0 = {(t,y 0 ) R D;t J(0,y 0 )} Définition 1.1 On appelle flot de l équation différentielle (1) l application : Ω 0 R d (t,y 0 ) ϕ t (y 0 ) = y(t;0,y 0 ) Il est clair queϕ t (y 0 ) satisfait l équation suivante : { d ϕ dt t(y 0 ) = f(ϕ t (y 0 )) ϕ 0 (y 0 ) = y 0, (2) et qu on a en outre, pour tout(t,t 0,y 0 ) Ω,(t t 0,y 0 ) Ω 0 ety(t;t 0,y 0 ) = ϕ t t0 (y 0 ), ce qui justifie la définition deϕ t comme une application indépendante det 0. 1

2 Remarque 1.2 On peut aussi définir le flot d un système non-autonome, mais on rappelle que tout système non-autonome peut se réécrire comme un système autonome par l adjonction de la variable t. L hypothèse d autonomie ne constitue donc pas une restriction. Proposition 1.3 L application (t,y) ϕ t (y) de Ω 0 dans R d est continue. En particulier, pour tout (t,y) Ω 0, il existe un voisinagev dey tel que l applicationϕ t ( ) soit définie et continue surv. Proposition 1.4 On suppose que D = R d et que f est C 1 et globalement Lipschitzienne. Alors le flot est défini sur toutr R d (c est-à-dire queω 0 = R R d ), et l application R Diff(R d ) t ϕ t ( ) est un homomorphisme du groupe(r,+) dans le groupe(diff(r d ), ), où Diff(R d ) est l ensemble des difféomorphismes der d dans lui-mḙme. Preuve. Pour tout (s,t) R 2, on a ϕ s ϕ t = ϕ t ϕ s = ϕ s+t, en vertu de l unicité de la solution de (1) (Theorème de Cauchy-Lipschitz). En conséquence ϕ t est une bijection, (ϕ t ) 1 = ϕ t et son inverse est continue. En anticipant sur le paragraphe suivant, on a en outre que ϕ t est continûment différentiable d inverse continûment différentiable. 2 Différentiabilité par rapport à la condition initiale Dans cette partie, nous nous intéressons à la dépendance de la solution en la condition initiale, et plus précisément à la différentiabilté du flot ϕ t (y) par rapport à la variable y. En admettant provisoirement que cette différentiabilité est assurée et que les dérivations par rapport àtet y commutent, on obtient, en dérivant l équation différentielle satisfaite parϕ t : y 0 t ϕ t(y 0 ) = (f(ϕ t (y 0 ))) = f y 0 y (ϕ t(y 0 )) ϕ t (y 0 ), y 0 c est-à-dire encore ( ) d ϕt (y 0 ) = f dt y 0 y (ϕ t(y 0 )) ϕ t (y 0 ). y 0 En posantψ t = ϕt y 0 (y 0 ), il apparaît queψ t est solution de l équation différentielle matricielle { Ψt = f y (ϕ t(y 0 )) Ψ t Ψ 0 = I d, (3) dite équation variationnelle associée à (1). Il s agit d un système linéaire du type Ẏ(t) = A(t,y 0 )Y(t) 2

3 où A(t,y 0 ) = f y (ϕ t(y 0 )) ne dépend pas seulement du temps t mais aussi d un paramètre y 0. La résolvante exhibe donc elle-même une dépendance en y 0, mais aucune en t 0 (seul t t 0 compte), et on la note pour cette raison S(t;y 0 ). D après la discussion précédente, on a alors S(t;y 0 ) = ϕ t y 0 (y 0 ). Nous allons maintenant justifier rigoureusement cette égalité dans la preuve du théorème suivant : Théorème 2.1 Soit f une fonction de D dans R d continue et localement Lipschitzienne, telle que (y) existe et soit continue surd. Alors, le flot de (1) est une application continṷment différentiable f y par rapport à y et sa dérivéeψ t (y 0 ) = ϕt y 0 (y 0 ) vérifie l équation variationelle associée à (1) : { Ψt (y 0 ) = f y (ϕ t(y 0 ))Ψ t (y 0 ) Ψ 0 (y 0 ) = I d (4) Preuve. Dans un premier temps, nous allons montrer que ϕt y 0 (y 0 ) existe pour tout(t,y 0 ) Ω 0 : pour ce faire, il suffit d établir, pour (t,y 0 ) fixé, qu il existe une fonction ǫ( ) de R + dans R + et un rayon r > 0 tels que avec y 0 B r (0), ϕ t (y 0 + y 0 ) ϕ t (y 0 ) S(t;y 0 ) y 0 = y 0 ǫ( y 0 ) (5) lim ǫ( y 0 ) = 0. y 0 0 Pour s [0,t], on définit donc z(s) = ϕ s (y 0 ) + S(s;y 0 ) y 0 : z( ) n est pas solution du système différentiel (1), mais peut-être vue comme une solution approchée { ż(s) = f(z(s)) δ(s) z(0) = y 0 + y 0, avec ) δ(s) = f (ϕ s (y 0 )+S(s;y 0 ) y 0 f(ϕ s (y 0 )) f y (ϕ s(y 0 ))S(s;y 0 ) y 0. La résolvantes(s;y 0 ) étant continue en la variables [0,t], elle est bornée par une constantem > 0, de sorte que si r ρ/m, la fonctionz(s) ne sort pas du cylindre compact K = {y R d ; s [0,t], y ϕ s (y 0 ) ρ} qui est lui-même contenu dans Ω 0 pourρsuffisamment petit (l intervalle[0,t] est en effet compact). 3

4 K ρ ϕ s (y 0 ) ρ y 0 L idée principale de la preuve est d appliquer le théorème des accroissements finis à la fonction c est-à-dire G( z) = f(z + z) f(z) f (z) z G( z) G(0) sup G (µ z) z 0 µ 1 puis d utiliser l uniforme continuité def (z) sur le compact K. Il vient alors sup G (µ z) = sup f (z +µ z) f (z) 0 µ 1 0 µ 1 = β( z ) où β( z ) est une fonction qui peut être choisie monotone en escalier, indépendante de z, et qui tend vers 0 lorsque z tend vers 0. Finalement, f étant Lipschitzienne (au moins localement et donc surk) de constante de LipschitzL, on a d après le lemme de Gronwall : z(s) ϕ s (y 0 + y 0 ) β ( M y 0 ce qui prouve la validité de (5) avecǫ(x) = β(mx)m elt 1 L. ) M y 0 elt 1 L Il reste alors à montrer que S(t;y 0 ) est continue par rapport à (t,y 0 ) 1. Pour (t,y 0 ) Ω 0, soit D un voisinage compact dey 0 tel que[0,t] D Ω 0. On définit Alors, pour toutỹ 0 D, on a L = sup f (ϕ s (y)). s [0,t],y D Ṡ(s;ỹ 0 ) Ṡ(s;y 0) = f (ϕ s (ỹ 0 )) ( ) S(s;ỹ 0 ) S(s;y 0 ) + (s) où (s) = ( ) f (ϕ s (y 0 )) f (ϕ s (ỹ 0 )) S(s;y 0 ) 1. On ne peut pas conclure directement car y 0 n est pas une valeur initiale pour S(s;y 0 ) mais un paramètre : le second membre du système obtenu par l adjonction de l équation ẏ = f(y) à l équation variationnelle n est donc pas Lipschitzien, sauf à supposer quef est de classe C 2. 4

5 de sorte que si sup s [0,t] (s) δ, alors (d après le théorème de Gronwall) sup S(s;ỹ 0 ) S(s;y 0 ) δ(etl 1). L s [0,t] Par composition,f (ϕ s (y 0 )) est continue eny 0 et on peut donc conclure à la continuité des(t;y 0 ) par rapport ày 0, puis par rapport à (t,y 0 ). Théorème 2.2 Sif est de classec k surd, alors(t,y) ϕ t (y) est également de classec k surω 0. Preuve. Par récurrence. 3 Propriétés géométriques du flot Dans cette partie, nous énonçons quelques propriétés géométriques du flot : il s agit de résultats de conservation de quantités dont l interprétation physique est pertinente dans de nombreuses applications. 3.1 Conservation du volume Suposons quef, de classec 1, soit de divergence nulle, c est-à-dire que ( ) f y D, div(f)(y) = Tr y (y) = d i=1 f i y i (y) = 0 Considérons alors un ensemble mesurableader d pour la mesuredy et Vol(A) = dy son volume. Le flot ϕ t ( ) considéré comme application de R d dans R d envoie chaque point y de A sur un point ϕ t (y) de ϕ t (A) et il est naturel de considérer le volume de l ensemble image ϕ t (A), à savoir : dy On a alors : ϕ t(a) Théorème 3.1 Pour un système différentiel de la forme ẏ = f(y), avec f de classe C 1 sur D telle que divf 0, alors pour tout ensemble mesurablea R d. A Vol(ϕ t (A)) = Vol(A) 5

6 Preuve. SoitΨ t (y) = ϕt y (y).ψ t est solution de l équation variationnelle { Ψt (y) = f y (ϕ t(y))ψ t (y), Ψ 0 (y) = I R d Pour une matricem GL d (R), on a : En effet : det(m +th) det(m) t Il vient donc 2 : H M d (R), (d M det)h = (detm)tr(m 1 H) = t 1 det(m) ( t d det( 1 ) t I R d +M 1 H) 1 = t 1 det(m)(1+ttr(m 1 H)+...+t d det(m 1 H) 1) = det(m)tr(m 1 H)+O(t) d dt det(ψ t(y)) = (d Ψt det) d dt Ψ t = det(ψ t )Tr(Ψ 1 d t dt Ψ t), = det(ψ t )Tr(Ψ 1 t ( y f(ϕ t (y)))ψ t ), = det(ψ t )Tr( y f(ϕ t (y))) = 0. Ainsi,det(Ψ t (y)) = det(ψ 0 (y)) = det(i R d) = 1, et ( dz = ) det ϕt y (y) dy = ϕ t(a) A A dy. 2. On peut aussi faire un calcul direct. Soient Ψ 1,...,Ψ d les vecteurs colonnes de Ψ t et α i,j, 1 i,j d, les coefficients de la matriceθ = Ψ 1 t y f(ϕ t (y))ψ t. On a bien sûr pour toutj = 1,...,n d dt Ψ j = ( y f(ϕ t (y)))ψ j = Le déterminant étant unen-forme antisymétriqueω d, on a : d α i,j Ψ i. i=1 d dt det(ψ t) = = d ω d (Ψ 1,...,Ψ j 1, Ψ d j,ψ j+1,...,ψ d ) = ω d (Ψ 1,...,Ψ j 1,α i,j Ψ i,ψ j+1,...,ψ d ), j=1 i,j=1 d α j,j ω d (Ψ 1,...,Ψ j 1,Ψ j,ψ j+1,...,ψ d ) = Tr(Θ)det(Ψ t ) = det(ψ t )Tr( y f(ϕ t (y))) = 0. j=1 6

7 3.2 Conservation de l énergie Dans cette sous-section et la suivante, on suppose que le système différentiel (1) est Hamiltonien, c est-à-dire qu il peut d écrire sous la forme ẏ = J 1 y H(y), où H( ) est une fonction der 2d dans R et oùj est la matrice dem 2d (R) ( ) 0 Id J = I d 0 En partitionnant y en y = (p T,q T ) T où p et q sont deux vecteurs de R d (en physique, q désigne le vecteur position et p le vecteur quantité de mouvement), on peut aussi écrire le système sous la forme { ṗ = q H(p,q) q = p H(p,q) Notons que pour un système Hamiltonien, on a divf = Tr( f y ) = Tr(J 1 2 H) = Tr( 2 HJ T ) = Tr(J 1 2 H) = divf = 0 de sorte que le flot d un système Hamiltonien préserve le volume. On a en outre : Théorème 3.2 Soitϕ t le flot associé à un système Hamiltonien. Alors, pour tout(t,y) Ω 0,H(ϕ t (y)) = H(y). Preuve. Le long de toute trajectoire exacte, il vient d dt H(ϕ t(y)) = H y ϕ t(y) = ( H(ϕ t (y))) T J 1 H(ϕ t (y)) = 0 car la matricej est antisymétrique, i.e.j T = J. 3.3 Symplecticité et flot Hamiltonien Quelques éléments de géométrie On considére le parallélogrammep der 2d engendré par les vecteurs [ ] [ ] ξ p η p ξ = et η = dans l espace des phases (p,q) : P = {tξ +sη 0 t,s 1} 7 ξ q η q

8 R 2d 2 ξ η q I p I (ξ p i ηq i ξq i ηp i ) FIGURE 1 Applicationω En dimension1, l aire orientée dep s écrit : aire.orientée(p) = ξp η p ξ q η q = ξp η q ξ q η p. En dimension d > 1, on remplace cette expression par la somme ω(ξ, η) des aires orientées des projections sur les plans(p i,q i ) dep : ω(ξ,η) = d ξp i ξ q i=1 i η p i η q i d = (ξ p i ηq i ξq i ηp i ). ω définit ainsi une forme bilinéaire antisymétrique, que l on peut encore écrire : où J est la matrice définie précédemment Transformations symplectiques i=1 ω(ξ,η) = ξ T Jη, Définition 3.3 Une application linéairea : R 2d R 2d (confondue une fois encore avec sa représentation matricielle degl 2d (R)) est dite symplectique si : c est-à-dire de manière équivalente, si : A T JA = J, (ξ,η) R 2d R 2d, ω(aξ,aη) = ω(ξ,η). En dimension d = 1, la symplecticité de A ne traduit rien d autre que la conservation des aires. En dimension d > 1, elle traduit la conservation de la somme des aires orientées des projections sur les plans(p i,q i ). 8

9 ψ s ds ψ t dt g g ψ s ds R 2d 2 (p 0,q 0 ) q I g ψ dt t q I g(p 0,q 0 ) p I p I FIGURE 2 Image dem par g Définition 3.4 Une applicationg deu ouvert der 2d dansr 2d, de classec 1 suru, est dite symplectique si sa matrice jacobienneg (y) est symplectique pour touty deu, c est-à-dire si : ou de manière équivalente si : y U, (g (y)) T Jg (y) = J, y U, (ξ,η) R 2d R 2d, ω(g (y)ξ,g (y)η) = ω(ξ,η). Soit M une variété bidimensionnelle deu, telle qu il existe une carte globale : M = ψ(k), où K est un compact de R 2 et ψ(s,t) un difféomorphisme de K dans M. M peut être vue comme la limite de l union de petits parallélogrammes engendrés par les vecteurs ψ ψ ds et s t dt. Alors, la somme des aires orientées des projections sur les plans(p i,q i ) de tous ces parallélogrammes s écrit : Ω(M) = ω( ψ ψ (s,t), s t (s,t))dsdt. K Théorème 3.5 Soit U un ouvert de R 2d et g une application de U dans R 2d, de classe C 1. Si g est symplectique suru, alors elle préserveω(m), c est-à-dire : Ω(g(M)) = Ω(M) 9

10 Preuve. La sous-variétég(m) peut être paramétrée parg ψ surk. On a donc : g ψ g ψ Ω(g(M)) = ω( (s,t), (s,t))dsdt K s t = ω(g (ψ(s,t)) ψ K s (s,t),g (ψ(s,t)) ψ t (s,t))dsdt ( ) T ψ = s (s,t) (g (ψ(s,t))) T Jg (ψ(s,t)) K = Ω(M) } {{ } =J ψ t (s,t)dsdt Symplecticité du flot d un système Hamiltonien On considère toujours une fonction f(y) = J 1 y H(y) et le système différentiel Hamiltonian associé. Théorème 3.6 (Poincaré 1899) Soit H( ) une fonction de classe C 2 d un ouvert D de R 2d dans R (telle que y H( ) soit localement Lipschitzienne). Alors pour tout (t,y) Ω 0, ϕ t est une transformation symplectique. Preuve. La matriceψ t (y) = ϕt est solution de l équation variationnelle : y { Ψt (y) = J 1 2 H(ϕ t (y))ψ t (y) Ψ 0 (y) = I 2d Or 2 H(ϕ t (y)) est symétrique, i.e.(( 2 H(ϕ t (y))) T = 2 H(ϕ t (y)). D où : d ( Ψ T dt t (y)jψ t (y) ) = Ψ T t (y)jψ t(y)+ψ T t (y)j Ψ t (y), = Ψ T t (y)( 2 H) T } J T {{ J} Ψ T t (y)+ψt t (y)j 1 }{{} J( H)Ψ t (y) = J 1 J= I =I = 0 En outre, pourt = 0 on a ce qui permet de conclure. Ψ T 0 (y)jψ 0(y) = I T JI = J Théorème 3.7 Soit D un ouvert connexe de R 2d et f une fonction C 1 de D dans R 2d. On suppose qu il existe unt > 0 et un ouvertu simplement connexe ou étoilé tels que[0,t] U Ω 0 et que pour tout0 s t et touty U,ϕ s (y) est symplectique. Alors,ẏ = f(y) est un système Hamiltonien sur U, c est-à-dire qu il existe une fonctionh de classec 2 suru telle que y U, f(y) = J 1 y H(y). 10

11 Preuve. Pour tout(s,y) [0,t] U, Ψ s (y) = ϕs est solution de l équation variationnelle : y { Ψs (y) = f (ϕ s (y))ψ s (y) Ψ 0 (y) = I 2d En différentiant, il vient : d ( Ψ T ds s (y)jψ s (y) ) ( ) = Ψ T s (y) (f (ϕ s (y))) T J +Jf (ϕ s (y)) Ψ s (y) En écrivant l égalité pour s = 0 et en tenant compte de J T = J, on voit que Jf (y) doit être symétrique pour tout y U. Donc Jf (y) = y H(y) d après le lemme d intégrabilité détaillé ciaprès. Lemme 3.8 (Lemme d intégrabilité) SoitU un ouvert der n et f : U R n une fonction de classe C 1, telle que f (y) soit symétrique pour tout y U. Alors, pour tout y 0 de D, il existe un voisinage V(y 0 ) et une fonctionh définie surv(y 0 ) telle que : y V(y 0 ), f(y) = y H(y). (6) Preuve. SoitB 0 U une boule de centre y 0 contenue dans U. On définith surb 0 par : H(y) = 1 Il vient alors, en utilisant la symétrie def (y) : H y j (y) = = = = f j (y) 0 (y y 0 ) T f(y 0 +t(y y 0 ))dt. f j (y 0 +t(y y 0 ))+t(y y 0 ) T f y j (y 0 +t(y y 0 ))dt f j (y 0 +t(y y 0 ))+t(y y 0 ) T ( y f j )(y 0 +t(y y 0 ))dt d dt (tf j(y 0 +t(y y 0 )))dt Remarque 3.9 Lorsque l ouvert considéré est étoilé par rapport à l un de ses points y 0 U, alors on peut définirh sur toutu. Remarque 3.10 Dans le cas général d un ouvert quelconque, le résultat du théorème 3.7 est faux. Considérons par exemple le système : { ṗ = p p 2 +q 2 q (7) q = p 2 +q 2 11

12 q δ(t) δ 0 p FIGURE 3 Symplecticité du flot de (7) : conservation de l aire défini sur U = {(p,q) R 2 ;(p,q) (0,0)}. Pour(p 0,q 0 ) U, le flot s écrit : [ ] p0 ϕ t (p 0,q 0 ) = α(t,r 0 ), avec α(t,r 0 ) = 1+2t/r0 2 et r 0 = p 2 0 +q0. 2 Sa dérivée [ ] [ ϕ t (p 0,q 0 ) = ( p0 α)p 0 +α ( q0 α)p 0 = ( p0 α)q 0 ( q0 α)q 0 +α q 0 ϕ t (p 0,q 0 est de la forme : ) ( r0 α) p2 0 r 0 +α ( r0 α) p 0q 0 r 0 ( r0 α) p 0q 0 r 0 ( r0 α) q2 0 r 0 +α C est une matrice symplectique si α 2 + αr 0 ( r0 α) = 1, ce qui se vérifie par un simple calcul. Localement, on peut écrire le système comme un système Hamiltonien. Par exemple, dans le demiplanp > 0, on peut prendreh(p,q) = arctan q et vérifier que : p q H(p,q) = 1 p p H(p,q) = q p q2 p 2 = 1 p = 1+ q2 p 2 +q = ṗ (8) 2 p 2 q = q (9) p 2 +q2 A contrario, supposons qu il existe un H de classe C 2 sur U, tel que le champ de vecteur f(p,q) = (p 2 +q 2 ) 1 [p,q] T s écrivef(p,q) = J 1 p,q H(p,q). Considérons alors la forme différentielle ω p,q = f 2 (p,q)dp f 1 (p,q)dq (10) et calculons son intégrale le long du cheminγparamétré par(p,q) = (cos(θ),sin(θ)) : 2π ( ) sin(θ) 2π ω = ω cos(θ),sin(θ) dθ = ( sin 2 (θ) cos 2 (θ))dθ = 2π cos(θ) Γ 0 Or on aurait par ailleurs ω p,q = ( p H)(p,q)dp + ( q H)(p,q)dq = dh dont l intégrale sur Γ est nulle.h ne peut donc pas ḙtre défini sur toutu. L hypothèse de simple connexité est essentielle pour cela ].

13 4 Flot et dérivées de Lie Dans cette partie, nous nous intéressons à la composition de flots associés à des fonctionsf 1 etf 2 différentes. Il est en effet naturel, dans un certain nombre de situations, de considérer les flots ϕ 1 t et ϕ 2 t associés à chacun des termes de la sommef = f 1+f 2 de deux fonctions der d andr d, supposées toutes deux continues et localement Lipschitziennes sur un ouvert connexed. 4.1 Représentation exponentielle du flot Définition 4.1 Soitf une fonctionc 1 (D,R d ). L opérateur dérivée de LieL f est défini par : ( ) L f = f, y au sens où, sig une fonction dec 1 (R d,r m ), on a : ( ) g y R d, L f [g](y) = y (y) f(y) = g (y)f(y) Sif etg sont supposées de classec, alors on peut itérer l opérateurl f et considérer ses puissances L k f en définissant L k+1 f [g] = L f [L k f [g]],k = 1,..., On obtient par exemple : L 2 f [g] = g (f,f)+g f f Par ailleurs, il vient successivement L 3 f[g] = g (f,f,f)+3g (f f,f)+g f (f,f)+g f f f d dt g(ϕ t(y)) = g (ϕ t (y)) ϕ t (y) = g (ϕ t (y))f(ϕ t (y)) = L f [g](ϕ t (y)) d 2 dt 2g(ϕ t(y)) = g ( ϕ t (y),f)+g f ϕ t (y) = L f [ d dt g(ϕ t(y))] = L 2 f [g](ϕ t(y)) où l argument ϕ t (y) de g, f et f a été omis dans la second ligne pour alléger les notations, et plus généralement d k dt kg(ϕ t(y)) = (L k f[g])(ϕ t (y)) de sorte que le développement en série de Taylor deg(ϕ t (y)) en t = 0 s écrit : g(ϕ t (y)) = k 0 t k k! (Lk f [g])(y) = exp(tl f)[g](y), 13

14 et pourg(y) = y : ϕ t (y) = exp(tl f )[Id](y) Notons que la série converge si f est analytique. Remarque 4.2 L opérateur L f fait apparaˆıtre la dérivée première de son argument g et est dit d ordre 1 pour cette raison. Le k-ième itéré de L f fait apparaˆıtre la dérivée k-ième de son argument g et est dit d ordrek. 4.2 Composition de flots et opérateur dérivée de Lie Considérons maintenant le cas de deux fonctions f 1 et f 2 de C 1 (R d,r d ). Les dérivées de Lie associées peuvent être appliquées l une après l autre. Par exemple, on a (L f1 L f2 )[g] = L f1 [L f2 [g]] = g (f 1,f 2 )+g f 2 f 1 (L f2 L f1 )[g] = L f2 [L f1 [g]] = g (f 2,f 1 )+g f 1f 2 d où il apparaît clairement que les opérateurs L f1 et L f2 ne commutent pas en général. Les deux opérateurs L f1 L f2 et L f2 L f1 sont d ordre2, mais de manière remarquable, L f1 L f2 L f2 L f1 est d ordre1 puisque le termeg (f 1,f 2 ) = g (f 2,f 1 ) disparaît. La composition des flotsϕ 1 s etϕ2 t peut alors s écrire (formellement ) comme : (ϕ 2 t ϕ1 s )(y) = exp(sl f 1 )exp(tl f2 )[Id](y). (11) Les opérateurs apparaissent dans l ordre inverse car (11) s obtient en considérant g(y) = ϕ 2 t(y) et en développantg(ϕ 1 s (y)). Les séries considérées sont des séries formelles, en général non convergentes, car les opérateurs L f1 et L f2 sont non bornés. Par ailleurs, si L f1 et L f2 ne commutent pas, alors exp(sl f1 )exp(tl f2 ) exp(sl f1 +tl f2 ). Cependant, on peut formellement procéder à l identification exp(sl f1 )exp(tl f2 ) = exp(l(s,t)) avec L(s,t) = sl f1 +tl f2 +st[l f1,l f2 ]+ s2 t 12 [L f 1,[L f1,l f2 ]]+ st2 12 [L f 2,[L f2,l f1 ]]+... (12) où[l f1,l f2 ] = L f1 L f2 L f2 L f1. Cette identification devient rigoureuse si elle est interprétée comme l identification de développements de Taylor au voisinage de s = t = 0. Les termes suivants du développement sont donnés par la formule Baker-Campbell-Hausdorff (BCH). La formule (12) conduit à penser que si[l f1,l f2 ] = 0, alors les flotsϕ 1 s et ϕ 2 t commutent. Le résultat est vrai mais ne peut être démontré à partir de (12) puisque les séries considérées ne sont pas convergentes. Théorème 4.3 Soientf 1 etf 2 deux champs de vecteurs dec 1 (R d,r d ). La composition des flotsϕ 1 s et ϕ 2 t est commutative si et seulement si ( )( f1 [L f1,l f2 ] = y y f 2 f ) 2 y f 1 = 0. 14

15 Preuve. Quitte à reparamétrisersen multipliantf 1 par une constante (ce qui ne change rien à la nullité du crochet de Lie), on peut considérer s = t. On remarque tout d abord que, d après la formule (12), pour touty der d, et pourh > 0 suffisament petit : (ϕ 2 h ϕ 1 h ϕ 2 h ϕ 1 h)(y) = O(h 3 ) (13) où la constante contenue dans O est obtenue par majoration des dérivées sur un compact contenant (ϕ 2 u ϕ1 v )(y) et (ϕ1 v ϕ2 u )(y) pour tout0 u,v t. Prenons h = t/n. Il vient : ϕ 2 t ϕ1 t = ϕ 2 t h ϕ2 h ϕ1 h ϕ1 t h = ϕ 2 t h ϕ 1 h ϕ 2 h ϕ 1 t h +O(h 3 ) = ϕ 2 t h ϕ1 2h ϕ2 h ϕ1 t 2h +2O(h3 ) = En répétant l opérationn fois, on obtient : = ϕ 2 t h ϕ 1 Nh ϕ 2 h +NO(h 3 ). (ϕ 2 t ϕ1 t ϕ1 t ϕ2 t ) = N2 O(h 3 ) = O(1/N) (14) Preuve. [Preuve alternative] Quitte à reparamétriser s en multipliant f 1 par une constante (ce qui ne change rien à la nullité du crochet de Lie), on peut considérer s = t. La loi de groupe ϕ 1 t ϕ 1 s = ϕ 1 t+s = ϕ1 s ϕ1 t donne par dérivation par rapport àt i.e. et donc pourt = 0 Montrons la relation similaire suivante On a par dérivation à nouveau d ( ) ( y ϕ 1 dt t) f 2 f 2 ϕ 1 t ϕ 1 t ϕ1 s = y(ϕ 1 s ) ϕ1 t ϕ1 t f 1 ϕ 1 t ϕ1 s = y(ϕ 1 s ) ϕ1 t (f 1 ϕ 1 t ) f 1 ϕ 1 s = y (ϕ 1 s) f 1. ( y ϕ 1 t ) f 2 = f 2 ϕ 1 t. = ( y ϕ 1 t) f 2 y f 2 ϕ 1 t ϕ 1 t = y f 1 ϕ 1 t yϕ 1 t f 2 y f 2 ϕ 1 t f 1 ϕ 1 t = y f 1 ϕ 1 t yϕ 1 t f 2 y f 1 ϕ 1 t f 2 ϕ 1 t ( ) = y f 1 ϕ 1 t ( y ϕ 1 t ) f 2 f 2 ϕ 1 t où l on a utilisé la nullité du crochet de Lie et remplacé y f 2 f 1 par y f 1 f 2. Donc la fonction w(t) := ( y ϕ 1 t ) f 2 f 2 ϕ 1 t satisfait une équation différentielle linéaire avec condition initiale 15

16 w(0) = f 2 f 2 = 0. Elle est donc constamment nulle. Il vient maintenant d dt (ϕ1 t ϕ2 t ) = ( ϕ1 t ) ϕ2 t +( yϕ 1 t ) ϕ2 t ϕ2 t = f 1 ϕ 1 t ϕ 2 t +( y ϕ 1 t) ϕ 2 t f 2 ϕ 2 t = (f 1 +f 2 ) (ϕ 1 t ϕ2 t ) La même relation est satisfaite par ϕ 2 t ϕ1 t. Les fonctions ϕ2 t ϕ1 t et ϕ1 t ϕ2 t satisfont donc la même équation différentielle avec la même condition initialeϕ 2 0 ϕ 1 0 = ϕ 1 0 ϕ 2 0 = id, donc par unicité sont égales. 16

Equations aux Dérivées Partielles

Equations aux Dérivées Partielles Equations aux Dérivées Partielles Tony Lelièvre 29-2 Après avoir considéré dans le capitre précédent des équations d évolution pour des fonctions ne dépendant que du paramètre temps, nous nous intéressons

Plus en détail

Analyse et Commande des Systèmes Non Linéaires

Analyse et Commande des Systèmes Non Linéaires Analyse et Commande des Systèmes Non Linéaires J. Lévine Centre Automatique et Systèmes école des Mines de Paris 35 rue Saint Honoré 77305 Fontainebleau Cedex E-mail : Jean.Levine@ensmp.fr Mars 2004 2

Plus en détail

Introduction. aux équations différentielles. et aux dérivées partielles

Introduction. aux équations différentielles. et aux dérivées partielles Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

Licence à distance Chapitre V : Equations différentielles. Méthodes numériques à un pas.

Licence à distance Chapitre V : Equations différentielles. Méthodes numériques à un pas. Licence à distance Chapitre V : Equations différentielles. Méthodes numériques à un pas. M. Granger Table des matières 1 Rappels sur le cours d équations différentielles 2 1.1 Généralités..........................................

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Première partie. Introduction à la méthodes des différences finies

Première partie. Introduction à la méthodes des différences finies Première partie Introduction à la méthodes des différences finies 5 7 Introduction Nous allons présenter dans cettte partie les idées de base de la méthode des différences finies qui est sans doute la

Plus en détail

RO04/TI07 - Optimisation non-linéaire

RO04/TI07 - Optimisation non-linéaire RO04/TI07 - Optimisation non-linéaire Stéphane Mottelet Université de Technologie de Compiègne Printemps 2003 I Motivations et notions fondamentales 4 I1 Motivations 5 I2 Formes quadratiques 13 I3 Rappels

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Espaces de Sobolev et introduction aux équations aux dérivées partielles

Espaces de Sobolev et introduction aux équations aux dérivées partielles Espaces de Sobolev et introduction aux équations aux dérivées partielles A. Munnier 1 Institut Élie Cartan 27-28 1 Maître de conférences, Institut Élie Cartan, Université Henri Poincaré, Nancy 1, B.P.

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Fonctions Analytiques

Fonctions Analytiques 5 Chapitre Fonctions Analytiques. Le plan complexe.. Rappels Soit z C, alors!(x,y) IR 2 tel que z = x + iy. On définit le module de z comme z = x 2 + y 2. On peut aussi repérer z par des coordonnées polaires,

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Systèmes asservis non linéaires

Systèmes asservis non linéaires Christian JUTTEN Systèmes asservis non linéaires Université Joseph Fourier - Polytech Grenoble Cours de troisième année du département 3i Options Automatique Août 2006 1 Table des matières 1 Introduction

Plus en détail

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Université de Nice-Sophia Antipolis Mémoire de Master 1 de Mathématiques Année 2006-2007 Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Auteurs : Clémence MINAZZO - Kelsey RIDER Responsable

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS VI. Géométrie analytique et analyse semi-classique

UNIVERSITÉ PARIS VI. Géométrie analytique et analyse semi-classique UNIVERSITÉ PARIS VI Mémoire en vue d obtenir l habilitation à diriger des recherches en Mathématiques Géométrie analytique et analyse semi-classique Mauricio D. Garay Soutenance le Mercredi 10 Décembre

Plus en détail

par Rochdi Ben Charrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013)

par Rochdi Ben Charrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013) OHOMOLOGIE DE DOLBEAULT EUILLETÉE DU EUILLETAGE OMPLEXE AINE DE REEB par Rochdi Ben harrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013) Résumé. Soit le feuilletage complexe affine de Reeb de dimension

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 30 avril 2015 Enoncés 1 [http://mpcpgedupuydelomefr] édité le 3 avril 215 Enoncés 1 Exercice 1 [ 265 ] [correction] On note V l ensemble des matrices à coefficients entiers du type a b c d d a b c c d a b b c d a et G l ensemble

Plus en détail

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8 COURS DE MATHÉMATIQUES PREMIÈRE ANNÉE (L1) UNIVERSITÉ DENIS DIDEROT PARIS 7 Marc HINDRY Introduction et présentation. page 2 1 Le langage mathématique page 4 2 Ensembles et applications page 8 3 Groupes,

Plus en détail

Le repère mobile d Elie Cartan

Le repère mobile d Elie Cartan Première partie Le repère mobile d Elie Cartan Avertissement! En général, nous nous placerons dans le cas de non-annulation des courbures. I. Courbure des courbes à2d Nous allons étudier la notion de repère

Plus en détail

Cours de mathématiques Première année. Exo7

Cours de mathématiques Première année. Exo7 Cours de mathématiques Première année Eo7 2 Eo7 Sommaire Logique et raisonnements 9 Logique 9 2 Raisonnements 4 2 Ensembles et applications 9 Ensembles 20 2 Applications 23 3 Injection, surjection, bijection

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Traitement numérique du signal. Première partie : Bases mathématiques

Traitement numérique du signal. Première partie : Bases mathématiques 1 Traitement numérique du signal. Première partie : Bases mathématiques J.Idier H. Piet-Lahanier G. Le Besnerais F. Champagnat Première version du document : 1993 Date de la dernière remise à jour : mars

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

(Ir)réversibilité et entropie

(Ir)réversibilité et entropie Séminaire Poincaré XV Le Temps (2010) 17 75 Séminaire Poincaré (Ir)réversibilité et entropie Cédric Villani Université de Lyon & Institut Henri Poincaré 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 Paris Cedex 05,

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

PEUT-ON «VOIR» DANS L ESPACE À N DIMENSIONS?

PEUT-ON «VOIR» DANS L ESPACE À N DIMENSIONS? PEUT-ON «VOIR» DANS L ESPACE À N DIMENSIONS? Pierre Baumann, Michel Émery Résumé : Comment une propriété évidente visuellement en dimensions deux et trois s étend-elle aux autres dimensions? Voici une

Plus en détail

Feuille G1 RAPPEL SUR LES GROUPES

Feuille G1 RAPPEL SUR LES GROUPES Université Joseph Fourier Licence de Mathématiques Année 2004/2005 Algèbre II Michael Eisermann Feuille G1 RAPPEL SUR LES GROUPES Mode d emploi. Tout énoncé portant un numéro est un exercice, parfois implicite.

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail