UNIVERSITÉ PARIS VI. Géométrie analytique et analyse semi-classique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITÉ PARIS VI. Géométrie analytique et analyse semi-classique"

Transcription

1 UNIVERSITÉ PARIS VI Mémoire en vue d obtenir l habilitation à diriger des recherches en Mathématiques Géométrie analytique et analyse semi-classique Mauricio D. Garay Soutenance le Mercredi 10 Décembre Jury composé de : Louis Boutet de Monvel Victor Goryunov Maxim Kontsevich Duco van Straten Claire Voisin San Vũ Ngoc Jean Zinn-Justin Rapporteurs : Victor Goryunov Claude Sabbah San Vũ Ngoc 1

2 2

3 3 Avant-propos. Cette habilitation regroupe les travaux que j ai menés au cours des années 2001 à 2006, entre Paris, Mayence, Trieste et Bures-sur-Yvette. Ces travaux visaient à établir des bases de l analyse semi-classique complexe, en relation avec la théorie des déformations. Je remercie tous les amis et collègues qui m ont fait part de leur soutien et parfois de leur enthousiasme. Ils se reconnaîtront sans qu il me soit nécessaire de tous les nommer ici, la liste en serait trop longue. Je remercie particulièrement Duco van Straten sans lequel ce travail n aurait jamais abouti. Enfin, je veux remercier chaleureusement les membres du jury d avoir accepté de participer à cette habilitation. Bures-sur-Yvette, le 5 Décembre Mauricio Garay.

4

5 Introduction L objet de ce travail est de développer l analyse semi-classique dans le cadre complexe analytique et formel, et d étudier les relations entre ces deux domaines, à l instar des relations entre géométrie formelle et géométrie analytique. Cette analyse sera ensuite appliquée à l étude du développement perturbatif pour le spectre, lorsque l on perturbe des systèmes quantiques en dimension 1, puis en dimension quelconque, dans le cadre des systèmes intégrables. En particulier, nous entendons donner un statut mathématique à ces développements perturbatifs en les interprétant comme des spectres sur des bases formelles ou analytiques. Comme dans le cas réel, cette étude est intimement liée à la géométrie des variétés lagrangiennes, une grande partie de ce travail leur sera donc consacrée. Une première approche de l analyse semi-classique dans un contexte analytique avait déjà été effectuée par Sjöstrand et ses collaborateurs, qui avaient mis en évidence l importance des développements Gevrey. Mais celle-ci, peut-être trop attachée à certaines traditions de l analyse, n avait pas permis d inclure en son sein les calculs perturbatifs de façon simple. Pour cette raison, j ai été contraint d introduire une autre approche, sans chercher, faute de temps, à établir le lien avec celle qui préexistait. Les auteurs de ces travaux voudront bien m en excuser. L approche classique de la théorie spectrale consiste à regarder le spectre formel, introduit dans les travaux fondateurs de la mécanique quantique, comme dénué d existence réelle. Seule l approche des espaces de Hilbert, dans les rares cas où elle permet de retrouver les mêmes résultats, lui confère un véritable statut mathématique. Notre vision de la théorie spectrale est différente : il existe des théories réelles et complexes, analytiques, formelles avec ou sans paramètres semi-classique, et des théorèmes de comparaison entre ces différentes catégories. Il ne sera pas question ici de comparer la théorie analytique avec la théorie spectrale des espaces de Hilbert. Pour pousser notre comparaison avec la géométrie, une telle étude correspondrait à des théorèmes 5

6 6 INTRODUCTION de comparaison entre la géométrie différentielle et la géométrie analytique. En revanche, il sera question de comparer la théorie analytique et la théorie formelle. Il faut cependant noter que dans le cadre analytique, il existe une troisième approche semi-classique que l on pourrait qualifier d approche purement topologique : celle de la méthode BKW complexe. On gagnerait certainement beaucoup a reformuler cette analyse BKW dans notre contexte. Mais c est un point que je n ai pas encore abordé de façon systématique, et qui ne sera pas du tout abordé dans ce texte. Comme pour la géométrie classique, l hypothèse d analyticité des données fournit à la théorie une richesse additionnelle qui s exprime par la relation profonde entre l étude topologique et l étude analytique. Nous montrerons comment l espace de déformation verselle d un système intégrable quantique est en correspondance avec celui de son symbole principal en géométrie symplectique. Nous serons ainsi amenés à étudier l espace de déformation verselle d une variété lagrangienne singulière. Nous verrons que cet espace est de nature topologique, et intimement lié au faisceau des cycles évanescents sur cette variété. Compte tenu des relations différentielles qui interviennent dans la définition d une variété lagrangienne, les calculs directs sont complexes. La nature topologique de l espace de déformation verselle lagrangienne fournit une alternative pratique à ces calculs. Du point de vue de l étude de l espace de déformation verselle lagrangienne, notre travail reste tout à fait incomplet. Mais paradoxalement, les conditions que l on pourrait considérer comme très restrictives le fait d être une intersection complète, de posséder des stratifications analytique complexes sont assez générales pour pouvoir traiter les exemples qui proviennent de la physique théorique et de l étude des systèmes intégrables de dimension finie. Quant à la question de la résurgence des séries perturbatives du spectre, due à Pham à Voros et à Zinn-Justin, elle reste ouverte, mais on peut espérer que ce travail rende son étude plus abordable.

7 CHAPITRE 1 Séries perturbatives en mécanique quantique 1. Rappels sur les développements asymptotiques On appelle secteur d ouverture θ R >0, un ouvert de C de la forme S θ,r = {x C/ Arg x < θ, x < r}. Un développement asymptotique associé à une fonction holomorphe est une série formelle n>0 a nx n telle qu il existe une fonction f : S θ,r C holomorphe dans un secteur telle que lim x 0 f (n) (x) = n!a n. La transformée de Borel abstraite d une série formelle d une variable est donnée par B : C[[x]] C[[x]], i 0 a i x i i 1 a i x i 1 (i 1)!. On dit que f est de classe Gevrey 2 si sa transformée de Borel est une fonction analytique. Comme il ne sera question que de classe Gevrey 2 dans la suite, nous dirons que f est Borel-analytique si elle est de classe Gevrey 2. Théorème 1.1 (voir [24]). Toute série formelle Borel-analytique est un développement asymptotique associé à une fonction holomorphe sur un demi-plan. Donc, pour montrer qu une fonction est un développement asymptotique d une fonction holomorphe sur le bord de son domaine de convergence, il nous suffit de montrer que le développement est Borelanalytique. 2. L algèbre Q L algèbre de Heisenberg universelle (en dimension 1) Q est l algèbre des séries formelles sur C engendrée par trois éléments a, a, vérifiant une seule relation de commutation non-triviale [a, a ] =. Dans les notations traditionnelles de la mécanique quantique, on a p = a + a 2, q = a a 2i 7

8 8 1. SÉRIES PERTURBATIVES EN MÉCANIQUE QUANTIQUE qui satisfont la relation de commutation [p, q] = i. Avec Sjöstrand et Pham, nous allons définir une sous algèbre analytique de Q [30, 36]. Le symbole total s : Q C[[, x, y]] d un élément f Q est obtenu en écrivant f sous la forme f = i,j 0 α ij (a ) i a j puis en remplaçant les opérateurs a, a par des variables x, y C. Avec ces notations, nous conviendrons d appeler transformée de Borel dans l algèbre Q est l application B : Q C[[, x, y]], f ijk a ijk x i y j k k!. Comme cela a été observé par Pham, il découle des résultats de Boutet de Monvel-Krée que le sous-espace vectoriel Q Q formé par les éléments ayant une transformée de Borel en holomorphe en l origine est une sous algèbre [3, 30, 36]. Nous notons C Q les éléments qui ne dépendent que de (les constantes) et C {z} les séries analytiques à coefficients dans C : a jk z j k C {z} j,k 0 j,k 0 a jk z j k k! C{, z} où C{ } désigne l algèbre des fonctions holomorphes dans un voisinage de l origine. On peut remplacer dans cette construction le corps C par un anneau de séries formelles C[[λ]], λ = (λ 1,..., λ k ) : on définit de même une transformée de Borel en en considérant le symbole total de l opérateur et on note Q{λ} l algèbre des opérateurs dont la transformée de Borel est un germe de fonction analytique. On a 1 Q{λ} Q ˆ C{λ}, H{λ} H ˆ C{λ} C {λ, z}. Par la suite, lorsque l espace des paramètres est de dimension k = 1, il nous arrivera de noter t ou z la variable au lieu de λ. 3. Le module de Hilbert H A l aide de l algèbre de Heisenberg analytique Q, nous allons construire un spectre associé au éléments de Q et plus généralement de Q{λ}. Notons H = Q/Qa le quotient de l algèbre Q par l idéal à gauche engendré par a. Comme C -module, l espace H s identifie à l espace C {z} 1 Le symbole ˆ désigne le produit tensoriel topologique pour les structures habituelles d espaces DF.

9 3. LE MODULE DE HILBERT H 9 des germes de fonctions C -analytiques en une variable. En effet, modulo l idéal Qa tout opérateur peut s écrire sous la forme n α n(a ) n, l isomorphisme est donné par H C {z}, α n (a ) n α n z n. n Notons π : Q H la projection canonique. La multiplication à gauche dans Q par un élément H Q induit un diagramme commutatif Q H Q π H ρ(h) H et, par conséquent, donne lieu à une représentation de l algèbre Q. On démontre sans difficulté que l application ρ : Q Hom C (H, H) est injective. Par conséquent, nous pouvons identifier l algèbre Q avec une sous-algèbre d opérateurs agissant sur H. Via l isomorphisme de C -module H C {z}, la représentation ρ est définie par ρ(a) : C {z} C {z}, ψ z ψ et ρ(a ) : C {z} C {z}, ψ zψ. En restreignant ρ aux polynômes en, z et en posant = 1, on retrouve la correspondance habituelle de Bargmann qui fait correspondre à a et à a les opérateurs de multiplication par z et de dérivation par rapport à z. Plus généralement, la donnée d un automorphisme ϕ de l algèbre Q donne lieu à une nouvelle représentation ρ ϕ définie par le diagramme commutatif Q ρ ϕ ϕ Q ρ Hom C (H, H). Le spectre analytique de H est obtenu en choisissant une représentation pour que H soit diagonalisable et en prenant les éléments de la diagonales. Bien évidemment, très peu d élément de Q sont diagonalisables et on vérifie sans difficultés que la diagonalisation d une matrice correspond à une version quantique de la mise sous forme normale de Birkhoff. En remplaçant Q par ˆQ, on obtient une notion de spectre formel de H qui correspond à celle considérée par les fondateurs de la mécanique quantique [2]. Signalons que l on peut définir un produit intérieur C -linéaire sur Q à valeur dans C, analogue du produit hermitien de la représentation de Bargmann [12]. π

10 10 1. SÉRIES PERTURBATIVES EN MÉCANIQUE QUANTIQUE 4. Le spectre relatif On peut étendre la notion de spectre au cas à paramètres, sans difficultés. La représentation ρ s étend en une représentation de l algèbre Q{λ} vers Hom C {λ}(h{λ}, H{λ}). Les considérations précédentes s adaptent mutatis mutandi à ce cas. Ainsi, le spectre de H sur l anneau C {λ} coïncide avec ce que l on appelle classiquement la notion de développement perturbatif d une valeur propre de H(λ, a, a ) à λ = 0. Nous avons donc deux notions de spectre analytique et formel ainsi qu une application naturelle induite par le plongement Q ˆQ. Sp(H) Ŝp(H) Théorème 1.2 ([12, 8]). Pour tout élément H Q{t} tel que la partie quadratique de H 0 := H(t = 0, ) Q soit non-dégénérée, l application naturelle est un isomorphisme. Sp(H) Ŝp(H) Autrement dit, dans une telle situation, les développements perturbatifs du spectre sont Borel analytique, i.e., ils deviennent analytiques après un transformée de Borel en la variable. Exemple 1.1 ([20]). Pour H(t, q, p) = 1/2(p 2 + q 2 ) + 1/4tq 4, on obtient E(t, h) = (n+1/2) + 3(n2 +n+1/2) 8 t 2 17n3 +51/2n 2 +59/2+21/2 64 t Le fait que H soit quasi-homogène dans les variables q, p, t de poids respectifs 1, 1, 2 se traduit par le fait que E/ est une série de la variable t. Le théorème affirme que cette série est Borel analytique en. Le Théorème 1.2 est une conséquence d un théorème de forme normale que nous allons à présent expliciter. 5. Le lemme de Morse quantique Notation. Pour ψ = n 0 a nz n C {λ, z} et H Q{λ}, nous noterons ψ H la série n 0 a nh n dont on vérifie sans difficulté que c est un élément de Q{λ} (à défaut de le vérifier sans difficulté, on pourra utiliser les résultats de [3] ou encore consulter [8]). Théorème 1.3 ([12]). Pour tout élément H Q{t} tel que la partie quadratique de H 0 := H(t = 0, ) Q soit non-dégénérée, il existe

11 5. LE LEMME DE MORSE QUANTIQUE 11 un automorphisme ϕ Aut(Q{t}) et une application ψ C {t, z} telles que ϕ(h) = ψ H 0. Le spectre de H est donc égal à l image du spectre de H 0 par ψ d où l isomorphisme entre spectre formel et spectre analytique, puisque ψ C {t, z}. Par exemple pour H 0 = 1/2(p 2 + q 2 ) on a Sp(H) = {ψ((n + 1/2) ), n 0}. La fonction ψ contient donc, à priori, davantage d information que le spectre. Dans le cas particulier, H = p 2 + q 2 + λq 4, ce théorème a été démontré par Simon [35] puis redécouvert par Pham [30]. Pour terminer, remarquons que le théorème ci-dessus admet le corollaire suivant. Théorème 1.4. Pour tout opérateur H 0 Q dont la partie quadratique est non-dégénérée il existe un automorphisme ϕ Aut(Q) et une application ψ C {z} telles que ϕ(h 0 ) = ψ (a a). Un cas particulier de ce résultat a été obtenu par Helffer-Sjöstrand (voir [21], Appendices).

12

13 CHAPITRE 2 L approximation semi-classique La démonstration du lemme de Morse quantique demande de faire attention à un certain nombre de subtilités dues au fait que Q est un anneau non-commutatif. Pour simplifier notre exposition, nous allons considérer la version semi-classique des résultats et expliquer les démonstrations dans ce cas simplifié. Les résultats de ce chapitre à partir de la section 2 ainsi que du chapitre suivant restent valables pour les hypersurfaces à singularités isolées mais, en vue des applications que nous en ferons, nous ne considérons que le cas des courbes. 1. Principes de la limite semi-classique L algèbre Q est une déformation plate de l algèbre des germes de fonctions holomorphes à l origine C{x, y}, i.e., on a une suite exacte 0 Q Q σ C{x, y} 0 où x, y désigne les projection de a, a. L application σ s appelle le symbole principal. La structure non-commutative de Q induit sur C{x, y} un crochet de Poisson {, } c est à dire une bidérivation, antisymmétrique définie par : σ( 1 [f, g]) = {σ(f), σ(g)}. Ce crochet de Poisson est associé à la deux-forme symplectique dx dy (ou encore au bivecteur x y ), i.e. : {F, G}dx dy = df dg, F, G C{x, y} Tout automorphisme ˆϕ de l algèbre Q induit un germe de symplectomorphisme analytique ϕ dans C 2, i.e., un germe à l origine de biholomorphisme analytique qui préserve la 2-forme symplectique dx dy : ϕ(x) = σ( ˆϕ(a)), ϕ(y) = σ( ˆϕ(a )). Ainsi, tout problème de déformation sur Q donne lieu à un problème de déformation en géométrie symplectique sur C{x, y} que l on appellera le problème semi-classique associé. 2. Le lemme de Morse isochore Tout germe d application holomorphe de la forme f : (C 2, 0) (C, 0), (x, y) x 2 + y 2 + top, 13

14 14 2. L APPROXIMATION SEMI-CLASSIQUE où top désigne des termes d ordre plus élevés dans la série de Taylor, se ramène à sa partie quadratique par un changement de variable biholomorphe. En revanche, il est en général impossible de faire en sorte que ce changement de variable préserve la forme symplectique dx dy. Pour le voir, on pourra considérer à titre d exemple le germe d application (x, y) x 2 + y 2 + (x 2 + y 2 ) 2. Dans un petit voisinage de l origine, cette fonction et sa partie quadratique définissent pour dx dy des intégrales de périodes qui sont différentes, ou bien dit de façon encore plus terre à terre : les volumes des corps convexes {(x, y) R 2 : x 2 + y 2 ε} et {(x, y) R 2 : x 2 + y 2 + (x 2 + y 2 ) 2 ε} sont différents. Ces intégrales de périodes sont les uniques invariants analytiques comme le montre le théorème suivant dû à Vey. Théorème 2.1 ([39]). Pour tout germe d application holomorphe f : (C 2, 0) (C, 0) ayant un point critique à l origine dont la partie quadratique est non-dégénérée, il existe des applications biholomorphes ϕ : (C 2, 0) (C 2, 0), ψ : (C, 0) (C, 0) telles que ϕ préserve la forme symplectique dx dy et f ϕ(x, y) = ψ(xy). Dans l énoncé de ce théorème on aurait pu remplacer la forme quadratique xy par n importe quelle autre forme quadratique nondégénérée. Ce théorème a connu de nombreuses avatars dus entre autres à Arnold, Françoise, Givental, Kostov, Varchenko. Comparons ce résultat avec la limite semi-classique du Théorème 1.3 : Théorème 2.2 ([12]). Pour tout élément H C{t, x, y} tel que la partie quadratique de H 0 := H(t = 0, ) C{t, x, y} soit nondégénérée, il existe un automorphisme ϕ Aut(C{t, x, y}) qui préserve la structure de Poisson associée au bivecteur x y et une application ψ C{t, z} telles que H ϕ = ψ H 0. Ce théorème implique celui de Vey. En effet, définissons la famille de germes f t = (1 t)f + td 2 f dépendant du paramètre t [0, 1] où d 2 f désigne la différentielle quadratique de f à l origine. Pour tout t 0 [0, 1], le germe de f t en t = t 0, x = 0 est une déformation triviale de f t0. Par conséquent f t0 +ε est conjugué à f t0 par l action d un germe de symplectomorphisme de (C 2, 0) et d une application biholomorphe de (C, 0) pour tout ε suffisamment petit. Comme cette propriété est vraie pour tout t 0 [0, 1], on en déduit que f 0 et f 1 sont conjugués ; ce qui montre bien que le Théorème 2.1 s obtient comme un corollaire du Théorème 2.2.

15 3. DÉFORMATIONS VERSELLES ISOCHORES Déformations verselles isochores La démonstration que nous allons donner au chapitre suivant du lemme de Morse isochore est en fait suffisamment générale pour être adaptée à de nombreux exemples, parmi lesquels une conjecture de versalité due à Colin de Verdière [6]. Le déploiement d une déformation F : (C k C 2, 0) (C, 0) d un germe de fonction holomorphe f : (C 2, 0) (C, 0), que nous noterons F, est l application (C k C 2, 0) (C k C, 0), (λ, x, y) (λ, F (λ, x, y)). La déformation F est appelé RL-verselle si, pour toute autre déformation G de f, il existe un diagramme commutatif d applications holomorphes pour les déploiements de F et de G : (1) (C j C 2, 0) ϕ (C k C 2, 0) G (C j C, 0) ψ F (C k C, 0) Nous dirons que G est induite de F par le changement de base ψ. Pour être tout à fait précis, nous devrions dire que G est isomorphe à la déformation induite par le changement de base ψ. Nous dirons que la déformation F est isochore verselle si on peut choisir l application ϕ pour qu elle préserve la deux-forme dx dy modulo une deux-forme holomorphe constante sur les fibres de la projection C j C 2 C j ou, ce qui revient au même, qu elle préserve la structure de Poisson associée au bivecteur x y. On dira alors que la déformation G est isochore induite de F par ψ. Une déformation isochore verselle dépendant d un nombre minimal de paramètres est appelée isochore miniverselle. A un germe d application holomorphe f : (C 2, 0) (C, 0), nous associons le complexe C (f) : 0 C{x, y}/(f) C{x, y}/(f) 0 dont la différentielle est {f, }. Ici (f) désigne l idéal de C{x, y} engendré par f. Nous notons H (f) la cohomologie de ce complexe. Les résultats suivants ont été conjecturés par Colin de Verdière dans [6]. Théorème 2.3 ([9]). Une déformation F : (C k C 2, 0) (C, 0) d un germe d application holomorphe f : (C 2, 0) (C, 0) est isochore verselle pourvu que les restrictions à λ = 0 des classes des λi F engendrent l espace vectoriel H 1 (f). Théorème 2.4 ([9, 12]). Soit F : (C k C 2, 0) (C, 0) une déformation isochore miniverselle d un germe f : (C 2, 0) (C, 0). Pour toute déformation G : (C j C 2, 0) (C, 0) de f l application

16 16 2. L APPROXIMATION SEMI-CLASSIQUE de changement de base ψ : (C j C, 0) (C k C, 0) qui permet d induire G de F est unique. Ce théorème montre que les déformations miniverselles isochores sont universelles : une fois fixée une déformation miniverselle d un germe, tout autre déformation donne lieu à un invariant analytique ψ par lequel la déformation est induite de la déformation miniverselle. Cet invariant analytique est une variante semi-classique de la notion de spectre d un opérateur, car dans le cas d une singularité de Morse, la fonction ψ donne le terme dominant en des développements perturbatifs du spectre. Avant de passer à la démonstration de ces résultats, nous allons faire quelques rappels sur la théorie de Gauss-Manin afin d expliquer la nature topologique de l espace vectoriel H 1 (f).

17 CHAPITRE 3 La théorie de Gauss-Manin locale 1. Théorie topologique Étant donné un germe de fonction holomorphe f : (C 2, 0) (C, 0) à singularité isolée 1, on a une notion classique de représentant standard f : X S de ce germe, également appelé représentant de Milnor. Ces représentants sont obtenus de la façon suivante. Notons B R C 2 la boule fermée de rayon R centrée en l origine et ḂR son intérieur. On considère tout d abord un représentant holomorphe g : Ḃ r T du germe. On choisit ε 0 suffisamment petit pour que les sphères S ε de rayon ε centrées à l origine soient transverses à la fibre de g au-dessus de l origine pour tout ε ε 0. Par transversalité, on peut choisir un voisinage fermé S T de l origine tel que les fibres de g au dessus de S soient transverses à la sphère S ε0. L application f obtenue par restriction de f à X = g 1 (S) B ε0 est appelée un représentant standard du germe. On a alors le théorème : Théorème 3.1 ([25]). La restriction de l application f au-dessus du complémentaire de l origine est une fibration différentiable localement triviale. Cette fibration ne dépend du choix du représentant standard que par un isomorphisme C de fibrés. Cette fibration est appelée fibration de Milnor du germe f. Par la suite, nous désignerons abusivement le représentant standard et le germe par la même lettre. La fibre de la fibration de Milnor est une surface de Riemann ouverte, elle a donc le type d homotopie d un bouquet de cercles. Le théorème suivant précise le nombre de ces cercles. Théorème 3.2 ([27, 25]). La fibre de Milnor d un germe d application holomorphe f : (C 2, 0) (C, 0) à le type d homotopie d un bouquet de µ(f)-cercle avec µ(f) = dim O C 2,0/( x f, y f) L algèbre O C 2,0/( x f, y f) s appelle l algèbre de Milnor et l idéal ( x f, y f) O C 2,0 s appelle l idéal Jacobien de f. Lorsque le contexte le permet, nous désignerons simplement par µ le nombre de Milnor de la fonction considérée. 1 On dit que f est à singularité isolée si le germe de courbe V (f) est à singularité isolée ou de façon équivalente si l origine est un point critique isolé de f. 17

18 18 3. LA THÉORIE DE GAUSS-MANIN LOCALE Exemple 3.1. Prenons f(x, y) = x 2 + y 2, l algèbre de Milnor est engendré par la classe de 1 ; la fibre de Milnor a le type d homotopie d un cercle. 2. Théorie analytique 1 : le complexe de de Rham relatif Nous conservons les notations de la section précédente. A un représentant standard f : X S du germe f, on associe son complexe de de Rham relatif Ω X/S, les termes du complexe sont les Ωk X/S = Ωk X /df Ωk 1 X et la différentielle est induite par la différentielle du complexe de de Rham Ω X [18]. Les images directes R k f Ω X/S, k Z 0 de ce complexe de faisceau sont définies par les préfaisceaux U H k (f 1 (U), Ω X/S), k 0. Comme X est contenu dans un ouvert de Stein, l espace d hypercohomologie se calcule comme la cohomologie du complexe des sections globales restreintes à U : H k (f 1 (U), Ω X/S) H k (Ω X/S(f 1 (U))) H k (Ω X/S(X)) f 1 (U). Lorsque U, ne contient pas l origine, cet espace d hypercohomologie s identifie aux sections analytiques de la fibration de Milnor au-dessus de U, en effet, la restriction d une deux-forme différentielle du type df à une fibre {f = constante} est identiquement nulle. Si l ouvert U contient l origine alors on ne peut rien affirmer de façon évidente. Cependant, la philosophie générale de la théorie des singularités suggère une relation entre l espace de cohomologie H k (Ω X/S(f 1 (s))) H k (f 1 (s), C) C µ au dessus d une valeur régulière s S \ {0} et l espace de cohomologie H k (Ω X/S,0) concentré quant à lui au point singulier de la fibre singulière. C est le contenu du théorème suivant du à Brieskorn et à Deligne. Théorème 3.3 ([4]). L espace de cohomologie H f := H 1 (Ω X/S,0 ) associé à un germe d application holomorphe à singularité isolée f : (C 2, 0) (C, 0) est un C{f}-module libre de rang µ, où µ est le nombre de Milnor de f. De plus, on a un isomorphisme canonique (R 1 f Ω X/S ) 0 H f. Ce théorème reste vrai pour les germes d hypersurfaces à singularités isolés, dans ce cas la liberté du module conjecturée par Brieskorn a été démontrée par Sébastiani [33]. Ce résultat a été généralisé par Greuel au cas des intersections complètes à singularités isolées [17].

19 4. RELATION AVEC LES DéFORMATIONS ISOCHORES 19 Exemple 3.2. Reprenons l exemple du germe de fonction f(x, y) = x 2 + y 2. La classe de la différentielle α = fydx est un cocycle du complexe de de Rham relatif de f, en effet, on a d(fydx) = df ydx + fdy dx et 2fdy dx = df (ydx xdy) df Ω 1 X (X). Le nombre de Milnor de f étant égal à un, la 1-forme ydx n étant pas un cocycle, la différentielle α n est donc pas divisible par f ; par conséquent sa classe engendre le C{f}-module H f. 3. Théorie analytique 2 : le réseau de Brieskorn Soit f : X S un représentant standard d un germe f : (C 2, 0) (C, 0) à singularité isolée. Il existe une autre façon d obtenir des sections du fibré cohomologique de Milnor H 1 (f 1 (s), C) S \ {0} s S\{0} qui consiste à prendre le résidu de Gelfand-Leray d une deux forme sur l espace ambiant. Nous ne considérons que le cas des différentielles à pôle simple le long du graphe de la fonction. L étude plus générale, n est pas plus difficile et conduit à la construction de Pham, du D-module de Gauss-Manin et de sa version micro-locale [28, 29]. A l évidence pour toute fonction g : X S, la 2-forme ω = ω + df dg induit la même section du fibré cohomologique que ω. On définit ainsi le réseau de Brieskorn de la fonction f par H f = Ω 2 X,0/df do C 2,0. Théorème 3.4 ([4]). Pour tout germe à singularité isolé f : (C 2, 0) (C, 0), le réseau de Brieskorn est un module libre de rang µ(f) et le conoyau de l application H f H f, α α df est un espace vectoriel de dimension 2µ. L application 4. Relation avec les déformations isochores C{x, y} Ω 2 C 2,0, f fdx dy induit un isomorphisme entre l espace vectoriel H f /fh f et le premier espace de cohomologie H 1 (f) de f défini au chapitre 2, autrement dit on a une suite exacte 0 H f (C[t]) µ f H f H 1 (f) C µ 0. De telle sorte que les éléments de H 1 (f) se relèvent en des sections du fibré cohomologique de Milnor.

20 20 3. LA THÉORIE DE GAUSS-MANIN LOCALE Exemple 3.3. Considérons un représentant standard f : X S du germe f(x, y) = x 2 +y 2. La classe de 1 se relève en la forme ω = dx dy qui définit sur une section du fibré cohomologique de Milnor : à chaque valeur régulière s de f on associe la classe de cohomologie [ ] [ ] dx dy dx = H 1 (f 1 (s), C) df y La forme dx dy Ω 2 (X) induit une classe non nulle de H f et non divisible par f, par conséquent cette classe engendre le réseau de Brieskorn, i.e., H f = C{f}[dx dy]. Donc d une part la classe de 1 engendre l espace vectoriel H 1 (f), condition suffisante (et nécessaire) de versalité isochore d après le Théorème 2.3, et d autre part la classe de la forme différentielle (dx dy)/df engendre le groupe H 1 (f 1 (s), C) pour tout s S \ {0}. Ces deux assertions se vérifient d ailleurs immédiatement, la première par un calcul direct et la seconde du fait que l intégrale de (dx dy)/df = dx/y prise sur le cercle {(x, y) R 2 : x 2 + y 2 = 1} est non nulle, et que la fibre de Milnor se rétracte par déformation sur ce cercle.

21 CHAPITRE 4 Principes de correspondance Nous allons illustrer la technique de démonstration du théorème de rigidité en donnant une nouvelle démonstration du théorème de Vey (Théorème 2.1). 1. La méthode de Moser-Poincaré-Thom Pour démontrer, un théorème du type du Lemme de Morse, on se propose d employer la méthode du chemin. Cette méthode consiste à relier nos deux objets par un chemin (pour nous l opérateur et sa partie quadratique) puis à démontrer que la déformation est triviale. C est ce que nous avons fait dans la seconde formulation du lemme de Morse isochore. Ensuite, nous remplaçons la condition exacte par une condition infinitésimale : nous voulons résoudre l équation ψ t f t ϕ t = f; nous dérivons cette équation par rapport à t et multiplions le résultat à droite par ϕ 1 t et à gauche par ψt 1. Nous obtenons une équation du type a t (f t ) + L vt f t = g avec g donné et v t, a t pour inconnue. Si cette équation est résoluble, il suffit d intégrer v t et a t pour obtenir les familles d applications ψ t, ϕ t que nous cherchions. Dans le cas où l on ne fait pas d hypothèse sur la nature de ϕ t et f est un germe de fonction différentiable, c est la démonstration donnée par Thom du lemme de Morse [1]. 2. Spécificité du cas isochore Les applications ϕ t que nous cherchons préservent la deux forme dx dy, ce qui implique que le champ de vecteur non-autonome v t est un champ Hamiltonien. En effet, en dérivant la condition ϕ t dx dy = dx dy par rapport au paramètre t, on obtient L vt dx dy = 0, ce qui donne par la formule de Cartan L X = i X d + di X que i vt dx dy est fermée ; puis par le lemme de de Rham que i vt dx dy = dh t pour un certain germe de fonction holomorphe H t, en coordonnées locales : v t = H t y x H t x y. 21

22 22 4. PRINCIPES DE CORRESPONDANCE Par conséquent, la dérivation associée à v t est {, H t }. On peut donc récrire l équation infinitésimale comme (2) a t (f t ) + {f t, H t } = g. Pour comprendre cette équation commençons par faire t = 0 puis multiplions les deux membres par la 2-forme symplectique dx dy, on obtient a 0 (f)ω + df dh 0 = α 0. En désignant par [ ] la classe d un élément dans le réseau de Brieskorn de f, cette équation se récrit sous la forme a 0 (f)[ω] = [α 0 ]. Comme le réseau de Brieskorn est un module libre il suffit de résoudre l équation a 0 (f)[ω] = [α 0 ]( mod f) ou bien de façon encore équivalent de résoudre l équation a 0 (0)[1] = [g] dans H 1 (f). On peut donc résoudre l équation infinitésimale à t = 0, pourvu que la classe de 1 engendre l espace vectoriel H 1 (f) ; ce qui est vérifié comme nous l avons vu précédemment (cf. Exemple 3.2). Par conséquent, nous obtenons que le Théorème de Vey est conséquence d une variante à paramètres du théorème de finitude pour le réseau de Brieskorn (Théorème 3.4) [9]. Cette généralisation est ele-même un cas particulier du théorème de cohérence des images directes du complexe de de Rham pour les intersections complètes à singularité isolées [17]. Nous donnerons au chapitre 7, des théorèmes de finitude suffisamment généraux pour être appliqués à tous les cas que nous allons rencontrer. Remarquons qu il est inutile de savoir que le module est libre pour conclure à la convergence. Si le module est de type fini alors le lemme de Nakayama nous dis que pour qu un système d élément engendre le module il suffit que leurs restrictions à t = 0 engendre le module. Enfin, du fait que le réseau de Brieskorn (avec paramètres) est libre, on déduit l unicité de la fonction a t dans l équation Cas du théorème des déformations verselles isochores Commençons par rappeler une idée de Martinet qui relie déformations verselles et la stabilité par déformations. Je dis que le théorème suivant est équivalent au théorème de déformations verselles isochores (Théorème 2.3). Théorème 4.1. Soit F : (C k C 2, 0) (C, 0) une déformation d un germe d application holomorphe f : (C 2, 0) (C, 0) et G une déformation de F. Si les restrictions à λ = 0 des classes des λi F engendrent le module H 1 (f) alors G est isochore induite de F.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que Champs d hyperplans Un champ d hyperplans coorientable (resp. coorienté) sur une variété V m est le noyau ξ d une 1-forme différentielle non singulière α bien définie à multiplication près par une fonction

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN Abstract. Ce texte est une introduction aux feuilletages par variétés complexes et aux problèmes d uniformisation de

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Introduction au domaine de recherche

Introduction au domaine de recherche Introduction au domaine de recherche La conjecture de Guillemin-Sternberg sur la quantification géométrique et la réduction symplectique : un schéma de preuve Martin Puchol Paris, le 20 octobre 2011 TABLE

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

1 Séancs du 14/21.11.08

1 Séancs du 14/21.11.08 1 1 Séancs du 14/21.11.08 1.1 Le rayon spectral Le spectre d un opérateur (ici, élément d une algèbre stellaire) est un compact non vide. La compacité est immédiate, car, pour z > u, u zi peut être inversé

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

1 Formalisme de la Mécanique Quantique

1 Formalisme de la Mécanique Quantique Théorie Spectrale et Mécanique Quantique Christian Gérard Département de Mathématiques, Bât. 425 UMR 8628 du CNRS Université de Paris-Sud F-91405 Orsay Cédex FRANCE email : Christian.Gerard@math.u-psud.fr

Plus en détail

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples.

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. 208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. Pierre Lissy May 29, 2010 Dans totue la suite, E désigne un espace vectoriel sur R ou C. 1 Norme. Espace vectoriel normé 1.1

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Espaces vectoriels Bernard Ycart Vous devez vous habituer à penser en termes de «vecteurs» dans un sens très général : polynômes, matrices, suites, fonctions,

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Formules explicites, formules de trace et réalisation spectrale des zéros de la fonction zéta 1. Introduction

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES MASTER (MATHÉMATIQUES PURES) ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS COURS et EXERCICES Emmanuel Fricain - 2009-2010 - 2 Table des matières 1 Opérateurs bornés... 7 1.1 Adjoint d une application

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN. À la mémoire de Marco Brunella

VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN. À la mémoire de Marco Brunella VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN À la mémoire de Marco Brunella Abstract. Polarized and G-polarized CR manifolds are smooth manifolds endowed with a double structure:

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE FRANÇOIS MAUCOURANT 1. Signature d une permutation Définition 1.1. Soit σ S n une permutations, k le nombre de σ-orbites. On définit la signature

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Chapitre 1 Introduction générale Ce chapitre est consacré à une présentation rapide des méthodes numériques qui sont étudiées en détail dans ce cours Nous y donnons une approche très simplifiée des quatre

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

Cursus universitaire : Étudiante de l université d Angers DEA de Mathématiques et applications, Angers

Cursus universitaire : Étudiante de l université d Angers DEA de Mathématiques et applications, Angers FICHE RÉSUMÉ Nom : Céline ROUCAIROL Née le : 27 Novembre 1977 Mots clés : Singularités, D-modules, irrégularité Cursus universitaire : Étudiante de l université d Angers DEA de Mathématiques et applications,

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Mémoire de Master 2 Recherche. Compactification d espaces de configurations

Mémoire de Master 2 Recherche. Compactification d espaces de configurations Mémoire de Master 2 Recherche Compactification d espaces de configurations Nicolas Martin 14 juin 2013 Encadré par Claude Sabbah Centre de mathématiques Laurent Schwartz École Polytechnique 1 Sommaire

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Résumé. On démontre que pour toute petite catégorie A, le dérivateur HOT A associé à la théorie de l homotopie des préfaisceaux

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Années 2004-2005-2006 LM 363 THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Cours de P. MAZET Edition 2004-2005-2006 Table des matières Table des matières

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail