par Rochdi Ben Charrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "par Rochdi Ben Charrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013)"

Transcription

1 OHOMOLOGIE DE DOLBEAULT EUILLETÉE DU EUILLETAGE OMPLEXE AINE DE REEB par Rochdi Ben harrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013) Résumé. Soit le feuilletage complexe affine de Reeb de dimension 1 sur la variété de Hopf S n+1 S 1. On montre que sa cohomologie de Dolbeault feuilletée H 01 (Sn+1 S 1 ) est isomorphe à en en exhibant explicitement un générateur. 1. Premières définitions Soit M une variété différentiable (de classe ) de dimension m + n. On suppose, pour simplifier, qu elle est connexe et qu elle possède toutes les bonnes propriétés dont on aurait éventuellement besoin (paracompacité...) Définion. Un feuilletage de codimension n sur M est la donnée d un recouvrement ouvert U = {U i } i I et, pour tout i, d un difféomorphisme ϕ i : R m+n U i tel que, sur toute intersection non vide U i U j, le difféomorphisme de changement de coordonnées ϕ 1 j ϕ i : (z, t) ϕ 1 i (U i U j ) (z, t ) ϕ 1 j (U i U j ) soit de la forme z = ϕ ij (z, t) et t = γ ij (t). La variété M est ainsi décomposée en sous-variétés connexes de dimension m. hacune d elles est appelée feuille de. On note τ le fibré tangent à ; il est constitué de tous les vecteurs tangents aux feuilles. Les sections de τ forment un module X() sur l anneau (M) des fonctions sur M. Si X et Y sont deux éléments de X(), par le théorème de robenius [a], le crochet [X, Y ] est encore un élément de X(). Le quotient ν = T M/τ est le fibré normal à ; on peut le réaliser dans T M par le choix d un supplémentaire ν de τ. On a ainsi une décomposition en somme directe T M = τ ν. elle-ci donne une décomposition du complexifié du fibré Λ l T M des l-formes extérieures : (1) Λ l T M = s+r=l où Λ sr est le fibré dont les sections globales sont les l-formes complexes α de type (s, r) i.e. celles qui s écrivent localement : (2) α = f i1,,i s,j 1,,j r (z, t)dt i1 dt is dz j1 dz jr 1 i 1 < <is m 1 j 1 < <jr 1 Λ sr

2 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui où les f i1,,i s,j 1,,j r sont des fonctions continues et en la variable z = (z 1,, z m ). L ensemble A sr (M) de ces formes différentielles est un module sur l anneau A(M) des fonctions complexes sur M ( 0 en (z, t) mais en z). La différentielle extérieure d : A l (M) A l+1 (M) se écompose en la somme de trois opérateurs d = d 10 + d 01 + d 2, 1 où d 10 transforme une forme de type (s, r) en une forme de type (s + 1, r), d 01 la transforme en une forme de type (s, r + 1) et d 2, 1 en une forme de type (s + 2, r 1). L opérateur d 2, 1 est nul si, et seulement si, le fibré ν est intégrable. On vérifie facilement que d 01 est de carré nul ; ainsi, si on fixe p, on obtient un complexe différentiel : (3) 0 A s0 (M) d 01 A s1 (M) d 01 d01 A s,m 1 (M) d 01 A sm (M) 0. Son homologie est appelée la cohomologie de type (s, r) du feuilletage. On peut démontrer qu elle ne dépend pas du choix du fibré transverse ν. Dorénavant on prendra s = 0 et on notera A r (M) l espace A0r (M) et d l opérateur d 01 ; Le complexe (3) se note alors : (4) 0 A 0 (M) d A 1 (M) d d A m 1 (M) d A m (M) 0 et est appelé complexe de de Rham feuilleté de. Son homologie en degré r sera notée H r (M) et appelée cohomologie feuilletée de. Elle coïncide avec la cohomologie de de Rham de M lorsque la dimension des feuilles est celle de la variété, c est-à-dire lorsque il n y a qu une seule feuille, la variété M elle-même. On se donne maintenant une variété M comme avant, qu on suppose de dimension 2m + n et munie d un feuilletage de codimension n (et donc de dimension 2m) Définition. On dira que est complexe s il existe un recouvrement ouvert {U i } de M et des difféomorphismes φ i : Ω i O i U i (où Ω i est un ouvert de m et O i un ouvert de R n ) tels que les changements de coordonnées : φ ij = φ 1 j φ i : φ 1 i (U i U j ) φ 1 j (U i U j ) soient de la forme (z, t ) = ( φ 1 ij (z, t), φ2 ij (t)) avec φ 1 ij (z, t) holomorphe en z pour t fixé. haque feuille de est une variété analytique complexe de dimension m. La notion de feuilletage complexe généralise celle de feuilletage holomorphe sur une variété analytique complexe. La donnée d un feuilletage complexe sur une variété M sera représentée par le couple (M, ). 2

3 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb Soient (M, ) et (M, ) deux feuilletages complexes. On appelle morphisme de (M, ) vers (M, ) toute application f : M M, de classe et telle que l image de toute feuille de est contenue dans une feuille de et l application f : est holomorphe. On dira qu un morphisme f : (M, ) (M, ) est un isomorphisme de feuilletages complexes si c est un difféomorphisme qui est un biholomorphisme sur les feuilles. On dira que deux feuilletages complexes et sur M sont conjugués (ou dans la même classe de conjugaison) s il existe un isomorphisme f : (M, ) (M, ). L ensemble des automorphismes de est un groupe qu on notera G(). On peut remarquer qu une feuille de qui n est biholomorphiquement équivalente à aucune autre feuille de est fixée par tout le groupe G() Exemples i) Toute variété analytique complexe de dimension m est un feuilletage complexe de dimension m. Le groupe des automorphismes de ce feuilletage est réduit à celui des automorphismes de la variété complexe. ii) Tout feuilletage holomorphe au sens usuel sur une variété complexe est un feuilletage complexe sur la variété réelle sous-jacente. iii) Soit M un ouvert de m R n. Pour tout t R n, on note M t l ensemble : {z m : (z, t) M}. M t est un ouvert de m appelé section de M suivant t. Les sections sont les feuilles d un feuilletage complexe de dimension m qu on appellera feuilletage complexe canonique de M. iv) Soit une variété analytique complexe de dimension m. Toute fibration localement triviale M B dont le cocycle est à valeurs dans le groupe Aut( ) des biholomorphismes de la fibre est un feuilletage complexe de dimension m. Si la fibration est triviale i.e. M = B, on dira que est un feuilletage produit : toutes les feuilles {t} ont la même structure complexe. v) Supposons que est un feuilletage complexe sur M = B dont les feuilles sont les facteurs {t} mais que la structure complexe n est pas forcément la même sur toutes les feuilles ; on dira alors que est un produit différentiable. vi) Soit un feuilletage orientable par surfaces sur une variété M. On considère une métrique riemannienne g sur le fibré T. A tout vecteur u T y on associe l unique vecteur v T y de même longueur que u et tel que le repère (u, v) soit direct. En posant Ju = v on définit ainsi une structure presque complexe sur chaque feuille. La 3

4 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui version à paramètre du théorème d intégrabilité montre que cette structure est en fait une structure complexe transversalement (localement) différentiable sur. Ainsi tout feuilletage orientable par surfaces est un feuilletage complexe de dimension La -cohomologie 2.1. Soit (M, ) un feuilletage complexe de dimension m. On s intéresse aux formes feuilletées qui, dans un système de coordonnées locales (z, t) = (z 1,..., z m, t 1,..., t n ), ont pour expression : α = f j1...j p k 1...k q (z, t)dz j1... dz jp dz k1... dz kq où f j1...j p k 1...k q est une fonction continue en (z, t) mais en z. On les appelle formes feuilletées de type (p, q). Elles forment un espace vectoriel qu on notera A pq (M) et qui est aussi un module sur A(M) (anneau des fonctions continues et en z). Ainsi, toute forme α A r (M) se décompose en une somme α = p+q=r type (p, q). e qui donne la décomposition en somme directe : (5) A r (M) = A pq (M). p+q=r α pq où α pq est une forme feuilletée de On fixe l entier p {0, 1,, m}. Alors l opérateur de auchy-riemann le long des feuilles : A pq () A p,q+1 () s écrit localement : m s=1 (α(z, t)dz j1 dz jp dz k1... dz kq ) = α z s (z, t)dz s dz j1... dz jp dz k1... dz kq { où z s = 1 } 2 x s + i y s avec zs = x s + iy s. On peut vérifier facilement que cet opérateur est de carré nul et qu on a un complexe différentiel : 0 A p0 (M) A p1 (M) A p,m 1 ( ) A pm ( ) 0 qu on appellera complexe du ou complexe de Dolbeault feuilleté de (M, ) ; son homologie notée H pq (M) sera appelée la -cohomologie ou cohomologie de Dolbeault feuilletée de. Lorsque M est une variété complexe munie du feuilletage dont la seule feuille est elle-même, alors H pq (M) n est rien d autre que sa cohomologie de Dolbeault usuelle Une p-forme feuilletée ω est dite -holomorphe si elle est de type (p, 0) et vérifie ω = 0. Le faisceau des germes de telles formes sera noté O p ; il admet une résolution fine : 0 O p A p1 A p,m 1 A pm 0 Ap0 4

5 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb où A pq est le faisceau des germes des formes feuilletées de type (p, q). omme Apq (M) est l espace des sections globales du faisceau A pq, on a un isomorphisme canonique : (6) H pq (M) Hq (M, Op ). Les deux définitions permettent de faire des calculs suivant la nature des exemples et la manière dont ils sont décrits. Nous verrons comment dans la suite. L espace H p (M) des p-formes -holomorphes (sections globales du faisceau O p ) sur M est exactement Hp0 (M). Divers calculs de la cohomologie feuilletée de Dolbeault ont été menés par exemple dans [B], [Ek], [ES], [GT], [Sl]. 3. onctions -holomorphes en dimension 1 Dans toute cette section, M sera une variété réelle de dimension 2+n munie d un feuilletage complexe de dimension 1. L espace A 00 () n est rien d autre que l anneau 0, (M) des fonctions complexes sur M continues et le long des feuilles qu on a déjà noté A(M) La topologie 0, sur A 0q (M) Soient V un ouvert de et O un ouvert de R n ; les coordonnées sur V O seront notées (z, t) = (z, t 1,, t n ). Pour tout multi-indice k = (k 1, k 2 ) (k 1 et k 2 sont des entiers naturels), on posera k = k 1 + k 2 et : D k = k z k 1 z k 2. Pour tout s N, tout compact K de Ω O et toute fonction f : Ω O on pose : { N s,k (f) = max sup D k (f) }. k s K Soit maintenant U un ouvert de M distingué pour et équivalent à V O via un isomorphisme ϕ : V O U. Pour tout compact K contenu dans U et toute fonction f 0, (U) on pose N s,k (f) = N s,k (f ϕ). Soient U = {(U, ϕ)} un atlas dénombrable définissant et = { n } une famille dénombrable de compacts, chacun contenu dans une carte de U, recouvrant M et telle que tout compact K M soit recouvert par un nombre fini d éléments de. onsidérons une suite croissante de compacts K n dont la réunion est égale à M. Pour tout n N, l ensemble n des compacts de la famille qui intersectent K n est fini. Pour tout s N et toute fonction f A(M), posons : f n s = n N s, (f). 5

6 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui La famille des semi-normes n s (indexée par s N et n N ) est filtrante et séparante ; elle permet de définir une distance sur A(M) invariante par translations δ(f, g) = s,n 1 2 s+n inf (1, f g n s ). ette distance définit une topologie faisant de 0, (M) un espace de réchet. Elle ne dépend ni de l atlas {(U, ϕ)} ni de la famille ni de la suite croissante de compacts K n. est la topologie 0, sur A(M) = 0, (M). Pour cette topologie, le sous-espace H (M) des fonctions -holomorphes est fermé. Notons que, pour définir la topologie induite sur H (M), on peut faire l économie des dérivées le long des feuilles : il suffit de considérer l opérateur différentiel D 0. La topologie 0, se définit de manière analogue sur les espaces A pq (), vu que tout élément α Ω pq () s écrit, sur une carte locale (U, ϕ), sous la forme α = fdz, α = fdz ou α = fdz dz avec f A(U) Zéros et pôles On travaillera sur un ouvert U de R muni de son feuilletage complexe canonique. (Le facteur R pourrait être remplacé par n importe quelle variété différentiable et notamment par R n.) Soient f : U une fonction -holomorphe et Z l ensemble de ses zéros. restriction de f à chaque feuille est une fonction holomorphe ; par suite, si f : n est pas identiquement nulle, par le principe des zéros isolés, Z est une partie discrète de. Donc en un point de Z où f n est pas idendiquement nulle, Z est transverse à. Une fonction f : U est dite -méromorphe, si sa restriction à chaque feuille est une fonction méromorphe. Notons P l ensemble des pôles de f ; alors, comme pour les zéros, l intersection de P avec toute feuille est un ensemble discret de. Une fonction -holomorphe f : U (resp. -méromorphe) étant simplement continue sur U (resp. sur U \ P), on ne peut malheureusement pas dire plus ni sur l ensemble de ses zéros ni celui de ses pôles. Nous ferons simplement des remarques lorsque Z et P possèdent une structure de variété ; de telles fonctions existent bien sûr : si ϕ :] η, η[ U est une courbe différentiable, alors les fonctions f(z, t) = z ϕ(t) et g(t) = 1 f(z,t) sont -holomorphes et ont {(z, t) R : z = ϕ(t) avec t ] η, η[} respectivement comme ensemble de zéros et ensemble de pôles. eci permet de définir localement des fonctions du même type sur des feuilletages holomorphes (M, ). Soit maintenant Σ une petite sous-variété transverse à ; elle peut donc être considérée comme le graphe d une application z 0 : t ] η, η[ z 0 (t) de classe. Soit 6 La

7 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb V un voisinage ouvert relativement compact de Σ dont chaque section V t est un disque centré en z 0 (t). Alors, sur V \ Σ, la fonction f admet un développement de Laurent f(z, t) = a n (t)(z z 0 (t)) n + m=1 b m (t) (z z 0 (t)) m où les coefficients a n et b m sont donnés, comme habituellement, par les formules intégrales (7) a n (t) = 1 2iπ γ1 t f(ξ, t) ( 0 (t)) n+1 dξ et b m(t) = 1 ( 0 (t)) n 1 f(ξ, t)dξ. 2iπ γ2 t γ t 1 et γ t 2 sont respectivement le grand cercle et le petit cercle d une couronne contenant le point (z, t) dans la section V t de V. Le point (z 0, t 0 ) Σ est une singularité si l un au moins des b m (t 0 ) est non nul ; s il existe m 0 1 tel que b m0 (t 0 ) 0 et b m (t 0 ) = 0 pour m > m 0, on dira que (z 0, t 0 ) Σ est un pôle de f d ordre m 0 ; s il existe une infinité de b m (t 0 ) non nuls, on dira que (z 0, t 0 ) Σ est une singularité essentielle ; si a 0 (t 0 ) et tous les b m (t 0 ) sont nuls, on dira que (z 0, t 0 ) est un zéro de f ; sa multiplicité est par définition le plus petit entier n 1 tel que a n (t 0 ) 0. omme les a n et les b m sont des fonctions continues en t, si (z 0, t 0 ) Σ est un point singulier de f (i.e. un pôle ou une singularité essentielle) par continuité, il existe δ > 0 tel que pour t t 0 < δ, le point (z 0 (t), t) est aussi singulier. L ensemble singulier de f est donc une transversale à qui est ouverte. es remarques nous permettent de montrer facilement la proposition suivante dont on fera usage dans le calcul explicite de l exemple Proposition. Soit f : M une fonction continue et -holomorphe en dehors d une réunion discrète de sous-variétés transverses Σ j. Alors : i) chaque Σ j est ouverte ; ii) si chacune des Σ j est réduite à un point, f se prolonge en une fonction -holomorphe sur toute la variété M. 4. Le feuilletage affine de Reeb 4.1. onstruction On pose M = R n \ {(0, 0)} et on considère le feuilletage défini par le système différentiel dt 1 =... = dt n = 0 où (z, t 1,..., t n ) sont les coordonnées d un point (z, t) dans M. Les feuilles de sont holomorphiquement équivalentes à sauf celle qui correspond à t = 0 qui est. Soit φ : M M le difféomorphisme de M défini par φ(z, t) = (λz, λt) où λ ]0, 1[. L action de Z engendrée par φ est libre, propre et discontinue ; le quotient M = M/φ est difféomorphe à la variété de Hopf réelle S n+1 S 1. Le feuilletage est invariant par φ et induit un feuilletage complexe λ de dimension 1 sur M. Les feuilles 7

8 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui sont des copies de sauf celle qui correspond à t = 0 qui est une courbe elliptique λ dont la structure complexe est donnée par celle de la couronne {z : λ < z < 1}. Tout isomorphisme de feuilletages f : (M, λ ) (M, λ ) induit un biholomorphisme de λ sur λ. Donc si λ = λ, λ n est pas isomorphe à λ. herchons le groupe G( λ ) des automorphismes de λ sur M = M/φ (dans le cas où M = R). Un élément f G( λ ) est donné par un automorphisme f : M M de commutant à l action de φ ; il s écrit f(z, t) = (f 1 (z, t), f 2 (t)) où f 1 est holomorphe en z et commute à la multiplication z λz et f 2 est un difféomorphisme de R ; f 1 est nécessairement de la forme f 1 (z, t) = a(t)z où a(t) GL(1, ) = dépendant différentiablement de t. D autre part, comme n est pas équivalent à, f 2 doit fixer 0 et commuter à l homothétie φ 2 : t λt i.e. f 2 (λt) = λf 2 (t) ; il est alors du type f 2 (t) = bt où b R. Le groupe G( λ ) est donc celui des transformations de la forme (z, t) (a(t)z, bt) où a (R, ) et b R. La variété ici est M = S n+1 S 1 qui est le quotient de M = R n \ {(0, 0)} par l action de Z engendrée par l automorphisme (z, t) M γ (λz, λt) M. Elle sera munie du feuilletage λ défini en a) et qu on notera simplement Théorème principal. Les espaces vectoriels H 00(M) = H (M) et H 01 (M) sont isomorphes à. Réglons d abord le cas de H 00(M) = H (M). Un élément de H (M) est une fonction -holomorphe f sur M, donc une fonction sur M telle que f(λz, λt) = f(z, t) et qui est -holomorphe. -holomorphe sur R n. D autre part : Mais, d après la Proposition 3.3, f s étend en une fonction f(z, t) = f l (t)z l l=0 où les f l sont des fonctions continues de t R n (données par les formules intégales de gauche dans (7)). omme f vérifie f(λz, λt) = f(z, t), les f l doivent satisfaire la relation λ l f l (t) = f l (λt). Mais, pour l 0, cette relation force f l à tendre vers + quand t 0 et ne saurait donc être continue pour l 0. Donc f est réduite à la fonction f 0 ; celle-ci vérifiant f 0 (λt) = f 0 (t) doit être en fait la constante f 0 (0). Pour H 01 (M), la démonstration se fera pour n = 1. (Elle est exactement la même pour n 2.) Nous allons commencer par décrire les espaces A pq (M) des formes feuilletées de type (p, q). Une forme feuilletée de type (0, 1) sur M (resp. de type (1, 0)) s écrit α = f(z, t)dz (resp. β = g(z, t)dz) où f et g sont des éléments de A(M). L action de γ sur α (resp. β) 8

9 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb est donnée par γ (α) = λf(λz, λt)dz (resp. γ (β) = λg(λz, λt)dz). Les deux formes α et β sont donc invariantes par γ si les fonctions f et g vérifient les relation fonctionnelles : (8) λf(λz, λt) = f(z, t) et λg(λz, λt) = g(z, t). Une forme feuilletée de type (1, 1) sur M s écrit η = h(z, t)dz dz. La condition d invariance par γ impose à la fonction h de vérifier cette fois-ci λ 2 h(λz, λt) = h(z, t). Donnons explicitement quelques exemples de ces formes feuilletées, par exemple de type (0, 1), situation qui va le plus nous intéresser par la suite. On doit donc trouver une fonction f A(M) telle que λf(λz, λt) = f(z, t). Il est évident que a(z, t) = 1 zz+t 2 en est une. Si f est une autre fonction (tout à fait quelconque) et vérifiant (8), la fonction u = f f 0 (bien définie car f 0 ne s annule nulle part) vérifie u(λz, λt) = u(z, t), donc une fonction sur la variété compacte M = M/ γ et par suite bornée. Toute (0, 1)-forme feuilletée sur M s écrit donc α(z, t) = a(z, t)u(z, t)dz où u est une fonction sur M invariante par l action du difféomorphisme γ Démonstration du théorème principal Première étape Soient R et ε deux réels strictement positifs tels que R + ε < λ 1 R ; on note L le disque fermé de de rayon R et Ω un ε-voisinage ouvert de L. K j = λ j L 0 et Ω j = λ j Ω 0 où L 0 = L R et Ω 0 = Ω R. Pour tout j N, on pose Soit ρ 0 : z ρ 0 (z) R + une fonction à support compact, ne dépendant que de z et identiquement égale à 1 sur Ω. Pour tout j N, la fonction ρ j (ξ) = ρ 0 (λ j ξ) est, à support compact et vaut 1 identiquement sur l ouvert λ j Ω. Soit φ j : R R + la fonction définie par φ j (ξ, t) = ρ j (ξ) et : ψ j (ξ, t) = { φj (ξ, t) si j = 0 φ j (ξ, t) φ j 1 (ξ, t) si j 1. 9

10 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui omme φ j (ξ, t) et ψ j (ξ, t) ne dépendent pas de t, on les notera simplement φ j (ξ) et ψ j (ξ). Les relations suivantes sont bien sûr immédiates mais comme elles nous seront très utiles, nous les rappelons et les mettrons bien en vue : (9) { φj (ξ) = φ 0 (λ j ξ) (par définition de φ j ) ψ j (λξ) = ψ j+1 (ξ). Pour tout j N et tout t R, la section K t j de K j est un -compact (son intersection avec toute feuille est un compact) contenu dans l intérieur de K j+1. On a : K j = R j=0 et ψ j = 1. j=0 Deuxième étape On se donne une (0, 1)-forme feuilletée α = f(z, t)dz où f vérifie la relation fonctionnelle (8). Pour une raison évidente de degré, cette forme est -fermée. D autre part, comme α s écrit α = a(z, t)u(z, t)dz avec u invariante par γ, la fonction f a la croissance de la fonction a qui est localement intégrable. Pour tout (z, t) R\{(0, 0)} = M, la quantité qui suit existe : h 0 (z, t) = 1 ψ 0 (ξ)f(ξ, t) La fonction h 0 est donc bien définie, continue en (z, t) et en z (cf. [Hö] Theorem page 3). En utilisant la formule intégrale de auchy, on montre facilement que h 0 vérifie l équation h 0 = ψ 0 f sur M. Soit j N. Le support de la fonction ψ j ne contient pas l origine (0, 0). omme précédemment, on pose pour tout (z, t) M : h j (z, t) = 1 ψ j (ξ)f(ξ, t) omme pour h 0, la fonction h j est bien définie, continue en (z, t) et en z. Elle vérifie l équation h j = ψ j f. Troisième étape Il nous reste à recoller toutes les solutions partielles que nous avons obtenues. omme ψ j = 0 sur Ω j 1, h j y est -holomorphe (cf. [Hö]). Les sections Ω t j 1 étant des disques ouverts, on peut développer h j en série entière : (10) h j (z, t) = a n (t)z n 10

11 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb qui converge pour la métrique δ sur l ouvert Ω j 1. En tronquant de façon adéquate la série (9), on obtient une fonction v j, -holomorphe sur R (c est un polynôme en z) et telle que : (11) δ(h j, v j ) < 1 2 j. Soit h : M la fonction définie par : h(z, t) = h0 (z, t) + (h j (z, t) v j (z, t)). j=1 En vertu de l inégalité (11), la série converge uniformément au sens de la métrique δ ; la fonction h est donc continue en (z, t) et de classe en z. En plus, comme l opérateur est continu pour la topologie 0,, on a : h = h 0 (z, t) + (h j (z, t) v j (z, t)) j=1 ( = h 0 (z, t) + h j (z, t) v j (z, t) ) = = h j (z, t) j=0 j=1 ψ j (z, t)f(z, t) j=0 = f qui montre bien que h est une solution de l équation h = f. Mais, a priori, elle ne définit pas une solution au problème sur la variété quotient M = M/ γ : elle ne vérifie pas forcément la condition d invariance h(λz, λt) = h(z, t). Pour en obtenir une, on corrige h en lui rajoutant une fonction -holomorphe K(z, t) de telle sorte que h(z, t) = h(z, t)+k(z, t), qui vérifie encore l équation h = f, soit γ-invariante i.e. h(λz, λt) = h(z, t), ce qui impose à K de vérifier l équation cohomologique : (12) K(z, t) K(λz, λt) = H(z, t) où H(z, t) = h(λz, λt) h(z, t). Nous avons donc à résoudre l équation (12) où l inconnue est la fonction -holomorphe K. Remarquons que H est continue et -holomorphe sur 11

12 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui M ; en effet : H(z, t) = ( h(λz, λt) h(z, t) ) = λ h(λz, λt) h(z, t) = λf(λz, λt) f(z, t) = f(z, t) f(z, t) = 0. Étant -holomorphe sur l ouvert M, H l est sur l espace R tout entier en vertu de la Proposition 3.3. Quatrième étape ormellement la fonction K(z, t) = H(λ n z, λ n t) est solution de l équation (12). Il ne reste donc plus qu à montrer que cette série converge pour la topologie 0, pour qu elle définisse effectivement une fonction continue et -holomorphe. Une condition nécessaire de l existence de K est H(0, 0) = 0. Avant d examiner comment elle est vérifiée, explicitons la quantité : H(z, t) = h(λz, λt) h(z, t) = h 0 (λz, λt) h 0 (z, t) + {h j (λz, λt) h j (z, t)} {v j (λz, λt) v j (z, t)}. j=1 j=1 ommençons par la quantité h 0 (λz, λt) h 0 (z, t). On a : (13) h 0 (λz, λt) h 0 (z, t) = 1 2iπ = 1 2iπ = 1 2iπ ψ 0 (ξ)f(ξ, λt) ξ λz ψ 0 (λξ)f(ξ, t) ψ 1 (ξ)f(ξ, t) dξ dξ 1 2iπ dξ dξ 1 2iπ ψ 0 (ξ)f(ξ, t) dξ dξ ψ 0 (ξ)f(ξ, t) dξ dξ Le passage de la première ligne à le deuxième se fait par chagement de variable ξ λξ et utilise la relation λf(λξ, λt) = f(ξ, t) et le passage de la deuxième ligne à la troisième les relations (9). Un calcul similaire donne : h j (λz, λt) h j (z, t) = 1 (ψ j (λξ) ψ j (ξ))f(ξ, t) 12

13 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb En utilisant la deuxième relation de (9), on obtient : (14) h j (λz, λt) h j (z, t) = 1 Les relations (13) et (14) donnent finalement : N j=0 omme l évaluation de la quantité : {h j (λz, λt) h j (z, t)} = 1 (ψ j+1 (ξ) ψ j (ξ))f(ξ, t) {v j (λz, λt) v j (z, t)} j=1 ψ N (ξ)f(ξ, t) en (0, 0) est nulle (pour tout j 1, la fonction v j est définie en (0, 0)), on obtient : H(0, 0) = ( 1 lim N + ) ψ N (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ. ξ Pour finir cette étape, montrons que la suite de nombres complexes (I N ) N 1 où I N est donné par : I N = 1 ψ N (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ ξ est constante. eci résulte du calcul immédiat qui suit, qui utilise la deuxième des relations (9) et l invariance λf(λξ, 0) = f(ξ, 0) de f (pour ξ 0 bien sûr). En effet : I N+1 = 1 2iπ = 1 2iπ = 1 2iπ = 1 2iπ = I N. ψ N+1 (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ ξ ψ N (λξ)f(ξ, 0) dξ dξ ξ ψ N (ζ)f( ζ λ, 0) ζ λ dζ dζ λ 2 ψ N (ζ)f(ζ, 0) dζ dζ ξ Par suite, la condition H(0, 0) = 0 est équivalente à : (15) 1 ψ 1 (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ = 0. ξ 13

14 inquième étape R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui La condition H(0, 0) = 0 est nécessaire à l existence de la fonction K. Nous allons montrer maintenant qu elle est en fait suffisante. eci sera le cas si on montre la 0, -convergence de la série : (16) H (λ n z, λ n t) = ( h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) ) + j=1 j=1 { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } { vj (λ n+1 z, λ n+1 t) v j (λ n z, λ n t) }. Un calcul simple, utilisant le fait que f vérifie la relation fonctionnelle λf(λξ, λt) = f(ξ, t), montre que : et : h 0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) = 1 { ψ0 (λ n+1 ξ) ψ 0 (λ n ξ) } f(ξ, t) dξ dξ h j (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) = 1 { ψj (λ n+1 ξ) ψ j (λ n ξ) } f(ξ, t) Pour montrer la convergence de la série K(z, t) = H(λ n z, λ n t), on va expliciter et simplifier l expression des trois séries qui composent le membre de droite de la relation (16). ormellement : ( h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) ) = { ψ0 (λ n+1 ξ) ψ 0 (λ n ξ) } f(ξ, t) 2iπ() Soit N un entier natruel positif. Un calcul presque immédiat utilisant les relations (9) nous donne : (17) N { ψ0 (λ n+1 ξ) ψ 0 (λ n ξ) } N = ψ n+1 (ξ) = ψ 0 (ξ). D où : ( N { h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) } = 1 N ) ψ 0(ξ) f(ξ, t) 14

15 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb De la même manière, nous allons nous occuper de la série double : { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) }. j=1 D abord on a : ψ j (λ n+1 ξ) = φ j (λ n+1 ξ) φ j 1 (λ n+1 ξ) = φ 0 (λ n+j+1 ξ) φ 0 (λ n+j ξ). En sommant sur n N de 0 à N, on obtient : N ψ j (λ n+1 ξ) = φ 0 (λ j+n ξ) φ 0 (λ j ξ). De façon similaire, on établit l égalité : N ψ j (λ n ξ) = φ 0 (λ j+n ξ) φ 0 (λ j 1 ξ). Et par suite : N { ψj (λ n+1 ξ) ψ j (λ n ξ) } = φ 0 (λ j ξ) + φ 0 (λ j 1 ξ) inalement : N = φ j (ξ) + φ j 1 (ξ) = ψ j (ξ). { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = 1 Après sommation sur j N, on obtient : D où : N j=1 { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = 1 ( ψ j (ξ))f(ξ, t) (1 ψ 0 (ξ))f(ξ, t) N { h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) } + N { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = j=1 ( 1 1 ψ 0 (ξ) + ) N ψ 0(ξ) f(ξ, t) 15

16 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui Le passage à la limite pour N tendant vers + donne en définitive : N { h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) } + N { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = j=1 1 (1 ψ 0 (ξ) + (ψ 0 (ξ) 1)) f(ξ, t) dξ dξ = 0. En réalité, la fonction -holomorphe K qu on cherche est réduite à la série double : K(z, t) = j=1 { vj (λ n+1 z, λ n+1 t) v j (λ n z, λ n t) }. Sa convergence uniforme sur tout compact de M résulte de sa convergence en (0, 0) (puisque tous ses termes sont nuls) et du fait que la série des dérivées par rapport à la variable z est équivalente à des séries géométriques de raison λ (qui est dans ]0, 1[). (Rappelons que sur l espace H ( M) = H ( R) la convergence uniforme sur tout compact est équivalente à la 0, -convergence.) Sixième étape Revenons maintenant à la condition H(0, 0) = 0 nécessaire à l existence de la fonction -holomorphe K qu on cherche. Soit I : A 01 (M) la forme linéaire continue définie par : I(fdz) = 1 ψ 1 (z)f(z, 0) dz dz. z Alors il n est pas difficile de voir, à partir de tous les calculs que nous avons menés précédemment, que H(0, 0) = 0 si, et seulement si, la (0, 1)-forme feuilletée f(z, t)dz est dans le noyau de I. La dimension de l espace vectoriel H 01 (M) est donc au plus 1. Pour montrer qu elle est en fait égale à 1, il suffit de vérifier que la forme linéaire I est non nulle. Nous allons voir que son évaluation sur la (0, 1)-forme : ω 0 = zdz zz + t 2 est différente de 0. À cet effet, rappelons d abord que ψ 1 ne dépend que du module de z et que son support est contenu dans une couronne : = {z : R 1 z R 2 } (avec, bien sûr, 0 < R 1 < R 2 ). D autre part, comme ψ 1 est à valeurs dans R + et non identiquement nulle, son intégrale sur l intervalle [R 1, R 2 ] (en tant que fonction uniquement de r = z ) est un réel strictement positif. Posons z = re iθ. On a : dz dz = d(re iθ ) d(re iθ ) = ( e iθ (dr + irdθ) ) ( e iθ (dr irdθ) ) = 2irdr dθ. 16

17 D où : ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb I(ω 0 ) = 1 = 1 2iπ ( R2 = 1 π ψ 1 (z)z dz dz z z 2 ψ 1 (r)( 2i) dr dθ r ) ψ 1 (r) dr r R 1 R2 = 2 R 1 < 0 ψ 1 (r) dr r et donc I(ω 0 ) 0. Par suite, la forme linéaire continue I n est pas nulle. e qui donne en définitive : eci termine la démonstration du théorème Remarque H 01 (S n+1 S 1 ) = ω 0. 2π Elle pourrait être significative, et c est la raison pour laquelle nous avons jugé de la faire. La cohomologie de Dolbeault feuilletée H 0 (Sn+1 S 1 ) du feuilletage est la même que celle de la feuille compacte (courbe elliptique λ ) induite par la feuille correspondant à t = 0 dans le revêtement M = R \ {(0, 0)}. eci est sûrement dû au fait que cette feuille compacte a une holonomie contractante. 0 dθ 17

18 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui Références [B] Ben harrada, R. ohomology of some complex laminations. Results in Mathematics 57, (2010) [Ek] El Kacimi Alaoui, A. The along the leaves and Guichard s Theorem for a simple complex foliation. Math. Annalen 347, (2010), [ES] El Kacimi Alaoui, A. & Slimène, J. ohomologie de Dolbeault le long des feuilles de certains feuilletages complexes. Annales de l Institut ourier de Grenoble, Tome 60 n o 2, (2010), asc. 2 Vol. 38, (1986), [GT] Gigante, G. & Tomassini, G. oliations with complex leaves. Diff. Geo. and its Applications 5, (1995) [Hö] Hörmander, L. An Introduction to omplex Analysis in Several Variables. D. Van Nostrand ompagny, Inc., (1966). [Sl] Slimène, J. Deux exemples de calcul explicite de cohomologie de Dolbeault feuilletée. Proyecciones Vol. 27, N 0 1, pp , May Rochdi Ben harrada Département de Mathématiques aculté des Sciences de Sfax 3018 Sfax Tunisie rochdi Aziz El Kacimi Alaoui LAMAV, R du NRS 2956 ISTV 2, Le Mont Houy Université de Valenciennes Valenciennes edex 9 rance ité des Géométries Gare numérique de Jeumont 18

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN Abstract. Ce texte est une introduction aux feuilletages par variétés complexes et aux problèmes d uniformisation de

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Fonctions holomorphes

Fonctions holomorphes Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions holomorphes Christine Laurent-Thiébaut Ceci est le second volet de l étude des fonctions d une variable complexe, faisant suite au chapitre

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN. À la mémoire de Marco Brunella

VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN. À la mémoire de Marco Brunella VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN À la mémoire de Marco Brunella Abstract. Polarized and G-polarized CR manifolds are smooth manifolds endowed with a double structure:

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Fonctions Analytiques

Fonctions Analytiques 5 Chapitre Fonctions Analytiques. Le plan complexe.. Rappels Soit z C, alors!(x,y) IR 2 tel que z = x + iy. On définit le module de z comme z = x 2 + y 2. On peut aussi repérer z par des coordonnées polaires,

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables.

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables. EXAMEN CORRIGE ANALYSE IV 9-6-9 informations: http://cag.epfl.ch sections IN + SC Prénom : Nom : Sciper : Section : Informations () L épreuve a une durée de 3 heures et 45 minutes. () Les feuilles jaunes

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

par Méthodes topologiques en dynamique des surfaces École d été, Grenoble, Juin 2006

par Méthodes topologiques en dynamique des surfaces École d été, Grenoble, Juin 2006 POINTS FIXES DES HOMÉOMORPHISMES DE SURFACES par Frédéric Le Roux Méthodes topologiques en dynamique des surfaces École d été, Grenoble, Juin 2006 La fibration de Hopf. Dessin de Benoît Kloeckner, http

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Points de Weierstrass d une surface de Riemann compacte

Points de Weierstrass d une surface de Riemann compacte 16 Le journal de maths des élèves, Volume 1 (1994), No. 2 Points de Weierstrass d une surface de Riemann compacte Sandrine Leroy Introduction Nous allons nous intéresser ici à des points très remarquables

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle Annals of Mathematics, 161 (2005), 1637 1644 Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle By Tien-Cuong Dinh and Nessim Sibony Abstract Let be a complex projective manifold

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958 ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH par Antoine DUCROS INTRODUCTION Le but de ce texte est de présenter les fondements, ainsi

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

1 Comptage de solutions et escaliers

1 Comptage de solutions et escaliers Licence Informatique Systèmes polynomiaux, que signifie : résoudre? Feuille de TD numéro 11 1 Comptage de solutions et escaliers Question 1. On considère le système suivant p1 := 2*x*y^2 + 3*x^2-5*y^3

Plus en détail

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé Boletín de la Asociación Matemática Venezolana, Vol. X, No. 1 (2003) 21 Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé par D. Cerveau Ivan Pan Résumé On introduit une notion

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts.

Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts. Journal of Lie Theory Volume 14 (2004) 165 198 c 2004 Heldermann Verlag Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts. Jean-Yves Charbonnel et Hella Ounaïes Khalgui Communicated

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n= 2

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n= 2 33 Corrigé Corrigé Problème Théorème de Motzkin-Taussky Partie I I-A : Le sens direct et le cas n= 2 1-a Stabilité des sous-espaces propres Soit λ une valeur propre de v et E λ (v) le sous-espace propre

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

2.1 Rapport scientifique concis

2.1 Rapport scientifique concis 2.1 Rapport scientifique concis On se contentera de donner les directions générales dans lesquelles les membres du Lamav ont obtenu des résultats durant les quatre dernières années. Pour plus de détails,

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail