par Rochdi Ben Charrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "par Rochdi Ben Charrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013)"

Transcription

1 OHOMOLOGIE DE DOLBEAULT EUILLETÉE DU EUILLETAGE OMPLEXE AINE DE REEB par Rochdi Ben harrada & Aziz El Kacimi Alaoui (Version Juin 2013) Résumé. Soit le feuilletage complexe affine de Reeb de dimension 1 sur la variété de Hopf S n+1 S 1. On montre que sa cohomologie de Dolbeault feuilletée H 01 (Sn+1 S 1 ) est isomorphe à en en exhibant explicitement un générateur. 1. Premières définitions Soit M une variété différentiable (de classe ) de dimension m + n. On suppose, pour simplifier, qu elle est connexe et qu elle possède toutes les bonnes propriétés dont on aurait éventuellement besoin (paracompacité...) Définion. Un feuilletage de codimension n sur M est la donnée d un recouvrement ouvert U = {U i } i I et, pour tout i, d un difféomorphisme ϕ i : R m+n U i tel que, sur toute intersection non vide U i U j, le difféomorphisme de changement de coordonnées ϕ 1 j ϕ i : (z, t) ϕ 1 i (U i U j ) (z, t ) ϕ 1 j (U i U j ) soit de la forme z = ϕ ij (z, t) et t = γ ij (t). La variété M est ainsi décomposée en sous-variétés connexes de dimension m. hacune d elles est appelée feuille de. On note τ le fibré tangent à ; il est constitué de tous les vecteurs tangents aux feuilles. Les sections de τ forment un module X() sur l anneau (M) des fonctions sur M. Si X et Y sont deux éléments de X(), par le théorème de robenius [a], le crochet [X, Y ] est encore un élément de X(). Le quotient ν = T M/τ est le fibré normal à ; on peut le réaliser dans T M par le choix d un supplémentaire ν de τ. On a ainsi une décomposition en somme directe T M = τ ν. elle-ci donne une décomposition du complexifié du fibré Λ l T M des l-formes extérieures : (1) Λ l T M = s+r=l où Λ sr est le fibré dont les sections globales sont les l-formes complexes α de type (s, r) i.e. celles qui s écrivent localement : (2) α = f i1,,i s,j 1,,j r (z, t)dt i1 dt is dz j1 dz jr 1 i 1 < <is m 1 j 1 < <jr 1 Λ sr

2 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui où les f i1,,i s,j 1,,j r sont des fonctions continues et en la variable z = (z 1,, z m ). L ensemble A sr (M) de ces formes différentielles est un module sur l anneau A(M) des fonctions complexes sur M ( 0 en (z, t) mais en z). La différentielle extérieure d : A l (M) A l+1 (M) se écompose en la somme de trois opérateurs d = d 10 + d 01 + d 2, 1 où d 10 transforme une forme de type (s, r) en une forme de type (s + 1, r), d 01 la transforme en une forme de type (s, r + 1) et d 2, 1 en une forme de type (s + 2, r 1). L opérateur d 2, 1 est nul si, et seulement si, le fibré ν est intégrable. On vérifie facilement que d 01 est de carré nul ; ainsi, si on fixe p, on obtient un complexe différentiel : (3) 0 A s0 (M) d 01 A s1 (M) d 01 d01 A s,m 1 (M) d 01 A sm (M) 0. Son homologie est appelée la cohomologie de type (s, r) du feuilletage. On peut démontrer qu elle ne dépend pas du choix du fibré transverse ν. Dorénavant on prendra s = 0 et on notera A r (M) l espace A0r (M) et d l opérateur d 01 ; Le complexe (3) se note alors : (4) 0 A 0 (M) d A 1 (M) d d A m 1 (M) d A m (M) 0 et est appelé complexe de de Rham feuilleté de. Son homologie en degré r sera notée H r (M) et appelée cohomologie feuilletée de. Elle coïncide avec la cohomologie de de Rham de M lorsque la dimension des feuilles est celle de la variété, c est-à-dire lorsque il n y a qu une seule feuille, la variété M elle-même. On se donne maintenant une variété M comme avant, qu on suppose de dimension 2m + n et munie d un feuilletage de codimension n (et donc de dimension 2m) Définition. On dira que est complexe s il existe un recouvrement ouvert {U i } de M et des difféomorphismes φ i : Ω i O i U i (où Ω i est un ouvert de m et O i un ouvert de R n ) tels que les changements de coordonnées : φ ij = φ 1 j φ i : φ 1 i (U i U j ) φ 1 j (U i U j ) soient de la forme (z, t ) = ( φ 1 ij (z, t), φ2 ij (t)) avec φ 1 ij (z, t) holomorphe en z pour t fixé. haque feuille de est une variété analytique complexe de dimension m. La notion de feuilletage complexe généralise celle de feuilletage holomorphe sur une variété analytique complexe. La donnée d un feuilletage complexe sur une variété M sera représentée par le couple (M, ). 2

3 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb Soient (M, ) et (M, ) deux feuilletages complexes. On appelle morphisme de (M, ) vers (M, ) toute application f : M M, de classe et telle que l image de toute feuille de est contenue dans une feuille de et l application f : est holomorphe. On dira qu un morphisme f : (M, ) (M, ) est un isomorphisme de feuilletages complexes si c est un difféomorphisme qui est un biholomorphisme sur les feuilles. On dira que deux feuilletages complexes et sur M sont conjugués (ou dans la même classe de conjugaison) s il existe un isomorphisme f : (M, ) (M, ). L ensemble des automorphismes de est un groupe qu on notera G(). On peut remarquer qu une feuille de qui n est biholomorphiquement équivalente à aucune autre feuille de est fixée par tout le groupe G() Exemples i) Toute variété analytique complexe de dimension m est un feuilletage complexe de dimension m. Le groupe des automorphismes de ce feuilletage est réduit à celui des automorphismes de la variété complexe. ii) Tout feuilletage holomorphe au sens usuel sur une variété complexe est un feuilletage complexe sur la variété réelle sous-jacente. iii) Soit M un ouvert de m R n. Pour tout t R n, on note M t l ensemble : {z m : (z, t) M}. M t est un ouvert de m appelé section de M suivant t. Les sections sont les feuilles d un feuilletage complexe de dimension m qu on appellera feuilletage complexe canonique de M. iv) Soit une variété analytique complexe de dimension m. Toute fibration localement triviale M B dont le cocycle est à valeurs dans le groupe Aut( ) des biholomorphismes de la fibre est un feuilletage complexe de dimension m. Si la fibration est triviale i.e. M = B, on dira que est un feuilletage produit : toutes les feuilles {t} ont la même structure complexe. v) Supposons que est un feuilletage complexe sur M = B dont les feuilles sont les facteurs {t} mais que la structure complexe n est pas forcément la même sur toutes les feuilles ; on dira alors que est un produit différentiable. vi) Soit un feuilletage orientable par surfaces sur une variété M. On considère une métrique riemannienne g sur le fibré T. A tout vecteur u T y on associe l unique vecteur v T y de même longueur que u et tel que le repère (u, v) soit direct. En posant Ju = v on définit ainsi une structure presque complexe sur chaque feuille. La 3

4 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui version à paramètre du théorème d intégrabilité montre que cette structure est en fait une structure complexe transversalement (localement) différentiable sur. Ainsi tout feuilletage orientable par surfaces est un feuilletage complexe de dimension La -cohomologie 2.1. Soit (M, ) un feuilletage complexe de dimension m. On s intéresse aux formes feuilletées qui, dans un système de coordonnées locales (z, t) = (z 1,..., z m, t 1,..., t n ), ont pour expression : α = f j1...j p k 1...k q (z, t)dz j1... dz jp dz k1... dz kq où f j1...j p k 1...k q est une fonction continue en (z, t) mais en z. On les appelle formes feuilletées de type (p, q). Elles forment un espace vectoriel qu on notera A pq (M) et qui est aussi un module sur A(M) (anneau des fonctions continues et en z). Ainsi, toute forme α A r (M) se décompose en une somme α = p+q=r type (p, q). e qui donne la décomposition en somme directe : (5) A r (M) = A pq (M). p+q=r α pq où α pq est une forme feuilletée de On fixe l entier p {0, 1,, m}. Alors l opérateur de auchy-riemann le long des feuilles : A pq () A p,q+1 () s écrit localement : m s=1 (α(z, t)dz j1 dz jp dz k1... dz kq ) = α z s (z, t)dz s dz j1... dz jp dz k1... dz kq { où z s = 1 } 2 x s + i y s avec zs = x s + iy s. On peut vérifier facilement que cet opérateur est de carré nul et qu on a un complexe différentiel : 0 A p0 (M) A p1 (M) A p,m 1 ( ) A pm ( ) 0 qu on appellera complexe du ou complexe de Dolbeault feuilleté de (M, ) ; son homologie notée H pq (M) sera appelée la -cohomologie ou cohomologie de Dolbeault feuilletée de. Lorsque M est une variété complexe munie du feuilletage dont la seule feuille est elle-même, alors H pq (M) n est rien d autre que sa cohomologie de Dolbeault usuelle Une p-forme feuilletée ω est dite -holomorphe si elle est de type (p, 0) et vérifie ω = 0. Le faisceau des germes de telles formes sera noté O p ; il admet une résolution fine : 0 O p A p1 A p,m 1 A pm 0 Ap0 4

5 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb où A pq est le faisceau des germes des formes feuilletées de type (p, q). omme Apq (M) est l espace des sections globales du faisceau A pq, on a un isomorphisme canonique : (6) H pq (M) Hq (M, Op ). Les deux définitions permettent de faire des calculs suivant la nature des exemples et la manière dont ils sont décrits. Nous verrons comment dans la suite. L espace H p (M) des p-formes -holomorphes (sections globales du faisceau O p ) sur M est exactement Hp0 (M). Divers calculs de la cohomologie feuilletée de Dolbeault ont été menés par exemple dans [B], [Ek], [ES], [GT], [Sl]. 3. onctions -holomorphes en dimension 1 Dans toute cette section, M sera une variété réelle de dimension 2+n munie d un feuilletage complexe de dimension 1. L espace A 00 () n est rien d autre que l anneau 0, (M) des fonctions complexes sur M continues et le long des feuilles qu on a déjà noté A(M) La topologie 0, sur A 0q (M) Soient V un ouvert de et O un ouvert de R n ; les coordonnées sur V O seront notées (z, t) = (z, t 1,, t n ). Pour tout multi-indice k = (k 1, k 2 ) (k 1 et k 2 sont des entiers naturels), on posera k = k 1 + k 2 et : D k = k z k 1 z k 2. Pour tout s N, tout compact K de Ω O et toute fonction f : Ω O on pose : { N s,k (f) = max sup D k (f) }. k s K Soit maintenant U un ouvert de M distingué pour et équivalent à V O via un isomorphisme ϕ : V O U. Pour tout compact K contenu dans U et toute fonction f 0, (U) on pose N s,k (f) = N s,k (f ϕ). Soient U = {(U, ϕ)} un atlas dénombrable définissant et = { n } une famille dénombrable de compacts, chacun contenu dans une carte de U, recouvrant M et telle que tout compact K M soit recouvert par un nombre fini d éléments de. onsidérons une suite croissante de compacts K n dont la réunion est égale à M. Pour tout n N, l ensemble n des compacts de la famille qui intersectent K n est fini. Pour tout s N et toute fonction f A(M), posons : f n s = n N s, (f). 5

6 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui La famille des semi-normes n s (indexée par s N et n N ) est filtrante et séparante ; elle permet de définir une distance sur A(M) invariante par translations δ(f, g) = s,n 1 2 s+n inf (1, f g n s ). ette distance définit une topologie faisant de 0, (M) un espace de réchet. Elle ne dépend ni de l atlas {(U, ϕ)} ni de la famille ni de la suite croissante de compacts K n. est la topologie 0, sur A(M) = 0, (M). Pour cette topologie, le sous-espace H (M) des fonctions -holomorphes est fermé. Notons que, pour définir la topologie induite sur H (M), on peut faire l économie des dérivées le long des feuilles : il suffit de considérer l opérateur différentiel D 0. La topologie 0, se définit de manière analogue sur les espaces A pq (), vu que tout élément α Ω pq () s écrit, sur une carte locale (U, ϕ), sous la forme α = fdz, α = fdz ou α = fdz dz avec f A(U) Zéros et pôles On travaillera sur un ouvert U de R muni de son feuilletage complexe canonique. (Le facteur R pourrait être remplacé par n importe quelle variété différentiable et notamment par R n.) Soient f : U une fonction -holomorphe et Z l ensemble de ses zéros. restriction de f à chaque feuille est une fonction holomorphe ; par suite, si f : n est pas identiquement nulle, par le principe des zéros isolés, Z est une partie discrète de. Donc en un point de Z où f n est pas idendiquement nulle, Z est transverse à. Une fonction f : U est dite -méromorphe, si sa restriction à chaque feuille est une fonction méromorphe. Notons P l ensemble des pôles de f ; alors, comme pour les zéros, l intersection de P avec toute feuille est un ensemble discret de. Une fonction -holomorphe f : U (resp. -méromorphe) étant simplement continue sur U (resp. sur U \ P), on ne peut malheureusement pas dire plus ni sur l ensemble de ses zéros ni celui de ses pôles. Nous ferons simplement des remarques lorsque Z et P possèdent une structure de variété ; de telles fonctions existent bien sûr : si ϕ :] η, η[ U est une courbe différentiable, alors les fonctions f(z, t) = z ϕ(t) et g(t) = 1 f(z,t) sont -holomorphes et ont {(z, t) R : z = ϕ(t) avec t ] η, η[} respectivement comme ensemble de zéros et ensemble de pôles. eci permet de définir localement des fonctions du même type sur des feuilletages holomorphes (M, ). Soit maintenant Σ une petite sous-variété transverse à ; elle peut donc être considérée comme le graphe d une application z 0 : t ] η, η[ z 0 (t) de classe. Soit 6 La

7 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb V un voisinage ouvert relativement compact de Σ dont chaque section V t est un disque centré en z 0 (t). Alors, sur V \ Σ, la fonction f admet un développement de Laurent f(z, t) = a n (t)(z z 0 (t)) n + m=1 b m (t) (z z 0 (t)) m où les coefficients a n et b m sont donnés, comme habituellement, par les formules intégrales (7) a n (t) = 1 2iπ γ1 t f(ξ, t) ( 0 (t)) n+1 dξ et b m(t) = 1 ( 0 (t)) n 1 f(ξ, t)dξ. 2iπ γ2 t γ t 1 et γ t 2 sont respectivement le grand cercle et le petit cercle d une couronne contenant le point (z, t) dans la section V t de V. Le point (z 0, t 0 ) Σ est une singularité si l un au moins des b m (t 0 ) est non nul ; s il existe m 0 1 tel que b m0 (t 0 ) 0 et b m (t 0 ) = 0 pour m > m 0, on dira que (z 0, t 0 ) Σ est un pôle de f d ordre m 0 ; s il existe une infinité de b m (t 0 ) non nuls, on dira que (z 0, t 0 ) Σ est une singularité essentielle ; si a 0 (t 0 ) et tous les b m (t 0 ) sont nuls, on dira que (z 0, t 0 ) est un zéro de f ; sa multiplicité est par définition le plus petit entier n 1 tel que a n (t 0 ) 0. omme les a n et les b m sont des fonctions continues en t, si (z 0, t 0 ) Σ est un point singulier de f (i.e. un pôle ou une singularité essentielle) par continuité, il existe δ > 0 tel que pour t t 0 < δ, le point (z 0 (t), t) est aussi singulier. L ensemble singulier de f est donc une transversale à qui est ouverte. es remarques nous permettent de montrer facilement la proposition suivante dont on fera usage dans le calcul explicite de l exemple Proposition. Soit f : M une fonction continue et -holomorphe en dehors d une réunion discrète de sous-variétés transverses Σ j. Alors : i) chaque Σ j est ouverte ; ii) si chacune des Σ j est réduite à un point, f se prolonge en une fonction -holomorphe sur toute la variété M. 4. Le feuilletage affine de Reeb 4.1. onstruction On pose M = R n \ {(0, 0)} et on considère le feuilletage défini par le système différentiel dt 1 =... = dt n = 0 où (z, t 1,..., t n ) sont les coordonnées d un point (z, t) dans M. Les feuilles de sont holomorphiquement équivalentes à sauf celle qui correspond à t = 0 qui est. Soit φ : M M le difféomorphisme de M défini par φ(z, t) = (λz, λt) où λ ]0, 1[. L action de Z engendrée par φ est libre, propre et discontinue ; le quotient M = M/φ est difféomorphe à la variété de Hopf réelle S n+1 S 1. Le feuilletage est invariant par φ et induit un feuilletage complexe λ de dimension 1 sur M. Les feuilles 7

8 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui sont des copies de sauf celle qui correspond à t = 0 qui est une courbe elliptique λ dont la structure complexe est donnée par celle de la couronne {z : λ < z < 1}. Tout isomorphisme de feuilletages f : (M, λ ) (M, λ ) induit un biholomorphisme de λ sur λ. Donc si λ = λ, λ n est pas isomorphe à λ. herchons le groupe G( λ ) des automorphismes de λ sur M = M/φ (dans le cas où M = R). Un élément f G( λ ) est donné par un automorphisme f : M M de commutant à l action de φ ; il s écrit f(z, t) = (f 1 (z, t), f 2 (t)) où f 1 est holomorphe en z et commute à la multiplication z λz et f 2 est un difféomorphisme de R ; f 1 est nécessairement de la forme f 1 (z, t) = a(t)z où a(t) GL(1, ) = dépendant différentiablement de t. D autre part, comme n est pas équivalent à, f 2 doit fixer 0 et commuter à l homothétie φ 2 : t λt i.e. f 2 (λt) = λf 2 (t) ; il est alors du type f 2 (t) = bt où b R. Le groupe G( λ ) est donc celui des transformations de la forme (z, t) (a(t)z, bt) où a (R, ) et b R. La variété ici est M = S n+1 S 1 qui est le quotient de M = R n \ {(0, 0)} par l action de Z engendrée par l automorphisme (z, t) M γ (λz, λt) M. Elle sera munie du feuilletage λ défini en a) et qu on notera simplement Théorème principal. Les espaces vectoriels H 00(M) = H (M) et H 01 (M) sont isomorphes à. Réglons d abord le cas de H 00(M) = H (M). Un élément de H (M) est une fonction -holomorphe f sur M, donc une fonction sur M telle que f(λz, λt) = f(z, t) et qui est -holomorphe. -holomorphe sur R n. D autre part : Mais, d après la Proposition 3.3, f s étend en une fonction f(z, t) = f l (t)z l l=0 où les f l sont des fonctions continues de t R n (données par les formules intégales de gauche dans (7)). omme f vérifie f(λz, λt) = f(z, t), les f l doivent satisfaire la relation λ l f l (t) = f l (λt). Mais, pour l 0, cette relation force f l à tendre vers + quand t 0 et ne saurait donc être continue pour l 0. Donc f est réduite à la fonction f 0 ; celle-ci vérifiant f 0 (λt) = f 0 (t) doit être en fait la constante f 0 (0). Pour H 01 (M), la démonstration se fera pour n = 1. (Elle est exactement la même pour n 2.) Nous allons commencer par décrire les espaces A pq (M) des formes feuilletées de type (p, q). Une forme feuilletée de type (0, 1) sur M (resp. de type (1, 0)) s écrit α = f(z, t)dz (resp. β = g(z, t)dz) où f et g sont des éléments de A(M). L action de γ sur α (resp. β) 8

9 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb est donnée par γ (α) = λf(λz, λt)dz (resp. γ (β) = λg(λz, λt)dz). Les deux formes α et β sont donc invariantes par γ si les fonctions f et g vérifient les relation fonctionnelles : (8) λf(λz, λt) = f(z, t) et λg(λz, λt) = g(z, t). Une forme feuilletée de type (1, 1) sur M s écrit η = h(z, t)dz dz. La condition d invariance par γ impose à la fonction h de vérifier cette fois-ci λ 2 h(λz, λt) = h(z, t). Donnons explicitement quelques exemples de ces formes feuilletées, par exemple de type (0, 1), situation qui va le plus nous intéresser par la suite. On doit donc trouver une fonction f A(M) telle que λf(λz, λt) = f(z, t). Il est évident que a(z, t) = 1 zz+t 2 en est une. Si f est une autre fonction (tout à fait quelconque) et vérifiant (8), la fonction u = f f 0 (bien définie car f 0 ne s annule nulle part) vérifie u(λz, λt) = u(z, t), donc une fonction sur la variété compacte M = M/ γ et par suite bornée. Toute (0, 1)-forme feuilletée sur M s écrit donc α(z, t) = a(z, t)u(z, t)dz où u est une fonction sur M invariante par l action du difféomorphisme γ Démonstration du théorème principal Première étape Soient R et ε deux réels strictement positifs tels que R + ε < λ 1 R ; on note L le disque fermé de de rayon R et Ω un ε-voisinage ouvert de L. K j = λ j L 0 et Ω j = λ j Ω 0 où L 0 = L R et Ω 0 = Ω R. Pour tout j N, on pose Soit ρ 0 : z ρ 0 (z) R + une fonction à support compact, ne dépendant que de z et identiquement égale à 1 sur Ω. Pour tout j N, la fonction ρ j (ξ) = ρ 0 (λ j ξ) est, à support compact et vaut 1 identiquement sur l ouvert λ j Ω. Soit φ j : R R + la fonction définie par φ j (ξ, t) = ρ j (ξ) et : ψ j (ξ, t) = { φj (ξ, t) si j = 0 φ j (ξ, t) φ j 1 (ξ, t) si j 1. 9

10 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui omme φ j (ξ, t) et ψ j (ξ, t) ne dépendent pas de t, on les notera simplement φ j (ξ) et ψ j (ξ). Les relations suivantes sont bien sûr immédiates mais comme elles nous seront très utiles, nous les rappelons et les mettrons bien en vue : (9) { φj (ξ) = φ 0 (λ j ξ) (par définition de φ j ) ψ j (λξ) = ψ j+1 (ξ). Pour tout j N et tout t R, la section K t j de K j est un -compact (son intersection avec toute feuille est un compact) contenu dans l intérieur de K j+1. On a : K j = R j=0 et ψ j = 1. j=0 Deuxième étape On se donne une (0, 1)-forme feuilletée α = f(z, t)dz où f vérifie la relation fonctionnelle (8). Pour une raison évidente de degré, cette forme est -fermée. D autre part, comme α s écrit α = a(z, t)u(z, t)dz avec u invariante par γ, la fonction f a la croissance de la fonction a qui est localement intégrable. Pour tout (z, t) R\{(0, 0)} = M, la quantité qui suit existe : h 0 (z, t) = 1 ψ 0 (ξ)f(ξ, t) La fonction h 0 est donc bien définie, continue en (z, t) et en z (cf. [Hö] Theorem page 3). En utilisant la formule intégrale de auchy, on montre facilement que h 0 vérifie l équation h 0 = ψ 0 f sur M. Soit j N. Le support de la fonction ψ j ne contient pas l origine (0, 0). omme précédemment, on pose pour tout (z, t) M : h j (z, t) = 1 ψ j (ξ)f(ξ, t) omme pour h 0, la fonction h j est bien définie, continue en (z, t) et en z. Elle vérifie l équation h j = ψ j f. Troisième étape Il nous reste à recoller toutes les solutions partielles que nous avons obtenues. omme ψ j = 0 sur Ω j 1, h j y est -holomorphe (cf. [Hö]). Les sections Ω t j 1 étant des disques ouverts, on peut développer h j en série entière : (10) h j (z, t) = a n (t)z n 10

11 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb qui converge pour la métrique δ sur l ouvert Ω j 1. En tronquant de façon adéquate la série (9), on obtient une fonction v j, -holomorphe sur R (c est un polynôme en z) et telle que : (11) δ(h j, v j ) < 1 2 j. Soit h : M la fonction définie par : h(z, t) = h0 (z, t) + (h j (z, t) v j (z, t)). j=1 En vertu de l inégalité (11), la série converge uniformément au sens de la métrique δ ; la fonction h est donc continue en (z, t) et de classe en z. En plus, comme l opérateur est continu pour la topologie 0,, on a : h = h 0 (z, t) + (h j (z, t) v j (z, t)) j=1 ( = h 0 (z, t) + h j (z, t) v j (z, t) ) = = h j (z, t) j=0 j=1 ψ j (z, t)f(z, t) j=0 = f qui montre bien que h est une solution de l équation h = f. Mais, a priori, elle ne définit pas une solution au problème sur la variété quotient M = M/ γ : elle ne vérifie pas forcément la condition d invariance h(λz, λt) = h(z, t). Pour en obtenir une, on corrige h en lui rajoutant une fonction -holomorphe K(z, t) de telle sorte que h(z, t) = h(z, t)+k(z, t), qui vérifie encore l équation h = f, soit γ-invariante i.e. h(λz, λt) = h(z, t), ce qui impose à K de vérifier l équation cohomologique : (12) K(z, t) K(λz, λt) = H(z, t) où H(z, t) = h(λz, λt) h(z, t). Nous avons donc à résoudre l équation (12) où l inconnue est la fonction -holomorphe K. Remarquons que H est continue et -holomorphe sur 11

12 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui M ; en effet : H(z, t) = ( h(λz, λt) h(z, t) ) = λ h(λz, λt) h(z, t) = λf(λz, λt) f(z, t) = f(z, t) f(z, t) = 0. Étant -holomorphe sur l ouvert M, H l est sur l espace R tout entier en vertu de la Proposition 3.3. Quatrième étape ormellement la fonction K(z, t) = H(λ n z, λ n t) est solution de l équation (12). Il ne reste donc plus qu à montrer que cette série converge pour la topologie 0, pour qu elle définisse effectivement une fonction continue et -holomorphe. Une condition nécessaire de l existence de K est H(0, 0) = 0. Avant d examiner comment elle est vérifiée, explicitons la quantité : H(z, t) = h(λz, λt) h(z, t) = h 0 (λz, λt) h 0 (z, t) + {h j (λz, λt) h j (z, t)} {v j (λz, λt) v j (z, t)}. j=1 j=1 ommençons par la quantité h 0 (λz, λt) h 0 (z, t). On a : (13) h 0 (λz, λt) h 0 (z, t) = 1 2iπ = 1 2iπ = 1 2iπ ψ 0 (ξ)f(ξ, λt) ξ λz ψ 0 (λξ)f(ξ, t) ψ 1 (ξ)f(ξ, t) dξ dξ 1 2iπ dξ dξ 1 2iπ ψ 0 (ξ)f(ξ, t) dξ dξ ψ 0 (ξ)f(ξ, t) dξ dξ Le passage de la première ligne à le deuxième se fait par chagement de variable ξ λξ et utilise la relation λf(λξ, λt) = f(ξ, t) et le passage de la deuxième ligne à la troisième les relations (9). Un calcul similaire donne : h j (λz, λt) h j (z, t) = 1 (ψ j (λξ) ψ j (ξ))f(ξ, t) 12

13 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb En utilisant la deuxième relation de (9), on obtient : (14) h j (λz, λt) h j (z, t) = 1 Les relations (13) et (14) donnent finalement : N j=0 omme l évaluation de la quantité : {h j (λz, λt) h j (z, t)} = 1 (ψ j+1 (ξ) ψ j (ξ))f(ξ, t) {v j (λz, λt) v j (z, t)} j=1 ψ N (ξ)f(ξ, t) en (0, 0) est nulle (pour tout j 1, la fonction v j est définie en (0, 0)), on obtient : H(0, 0) = ( 1 lim N + ) ψ N (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ. ξ Pour finir cette étape, montrons que la suite de nombres complexes (I N ) N 1 où I N est donné par : I N = 1 ψ N (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ ξ est constante. eci résulte du calcul immédiat qui suit, qui utilise la deuxième des relations (9) et l invariance λf(λξ, 0) = f(ξ, 0) de f (pour ξ 0 bien sûr). En effet : I N+1 = 1 2iπ = 1 2iπ = 1 2iπ = 1 2iπ = I N. ψ N+1 (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ ξ ψ N (λξ)f(ξ, 0) dξ dξ ξ ψ N (ζ)f( ζ λ, 0) ζ λ dζ dζ λ 2 ψ N (ζ)f(ζ, 0) dζ dζ ξ Par suite, la condition H(0, 0) = 0 est équivalente à : (15) 1 ψ 1 (ξ)f(ξ, 0) dξ dξ = 0. ξ 13

14 inquième étape R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui La condition H(0, 0) = 0 est nécessaire à l existence de la fonction K. Nous allons montrer maintenant qu elle est en fait suffisante. eci sera le cas si on montre la 0, -convergence de la série : (16) H (λ n z, λ n t) = ( h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) ) + j=1 j=1 { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } { vj (λ n+1 z, λ n+1 t) v j (λ n z, λ n t) }. Un calcul simple, utilisant le fait que f vérifie la relation fonctionnelle λf(λξ, λt) = f(ξ, t), montre que : et : h 0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) = 1 { ψ0 (λ n+1 ξ) ψ 0 (λ n ξ) } f(ξ, t) dξ dξ h j (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) = 1 { ψj (λ n+1 ξ) ψ j (λ n ξ) } f(ξ, t) Pour montrer la convergence de la série K(z, t) = H(λ n z, λ n t), on va expliciter et simplifier l expression des trois séries qui composent le membre de droite de la relation (16). ormellement : ( h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) ) = { ψ0 (λ n+1 ξ) ψ 0 (λ n ξ) } f(ξ, t) 2iπ() Soit N un entier natruel positif. Un calcul presque immédiat utilisant les relations (9) nous donne : (17) N { ψ0 (λ n+1 ξ) ψ 0 (λ n ξ) } N = ψ n+1 (ξ) = ψ 0 (ξ). D où : ( N { h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) } = 1 N ) ψ 0(ξ) f(ξ, t) 14

15 ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb De la même manière, nous allons nous occuper de la série double : { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) }. j=1 D abord on a : ψ j (λ n+1 ξ) = φ j (λ n+1 ξ) φ j 1 (λ n+1 ξ) = φ 0 (λ n+j+1 ξ) φ 0 (λ n+j ξ). En sommant sur n N de 0 à N, on obtient : N ψ j (λ n+1 ξ) = φ 0 (λ j+n ξ) φ 0 (λ j ξ). De façon similaire, on établit l égalité : N ψ j (λ n ξ) = φ 0 (λ j+n ξ) φ 0 (λ j 1 ξ). Et par suite : N { ψj (λ n+1 ξ) ψ j (λ n ξ) } = φ 0 (λ j ξ) + φ 0 (λ j 1 ξ) inalement : N = φ j (ξ) + φ j 1 (ξ) = ψ j (ξ). { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = 1 Après sommation sur j N, on obtient : D où : N j=1 { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = 1 ( ψ j (ξ))f(ξ, t) (1 ψ 0 (ξ))f(ξ, t) N { h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) } + N { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = j=1 ( 1 1 ψ 0 (ξ) + ) N ψ 0(ξ) f(ξ, t) 15

16 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui Le passage à la limite pour N tendant vers + donne en définitive : N { h0 (λ n+1 z, λ n+1 t) h 0 (λ n z, λ n t) } + N { hj (λ n+1 z, λ n+1 t) h j (λ n z, λ n t) } = j=1 1 (1 ψ 0 (ξ) + (ψ 0 (ξ) 1)) f(ξ, t) dξ dξ = 0. En réalité, la fonction -holomorphe K qu on cherche est réduite à la série double : K(z, t) = j=1 { vj (λ n+1 z, λ n+1 t) v j (λ n z, λ n t) }. Sa convergence uniforme sur tout compact de M résulte de sa convergence en (0, 0) (puisque tous ses termes sont nuls) et du fait que la série des dérivées par rapport à la variable z est équivalente à des séries géométriques de raison λ (qui est dans ]0, 1[). (Rappelons que sur l espace H ( M) = H ( R) la convergence uniforme sur tout compact est équivalente à la 0, -convergence.) Sixième étape Revenons maintenant à la condition H(0, 0) = 0 nécessaire à l existence de la fonction -holomorphe K qu on cherche. Soit I : A 01 (M) la forme linéaire continue définie par : I(fdz) = 1 ψ 1 (z)f(z, 0) dz dz. z Alors il n est pas difficile de voir, à partir de tous les calculs que nous avons menés précédemment, que H(0, 0) = 0 si, et seulement si, la (0, 1)-forme feuilletée f(z, t)dz est dans le noyau de I. La dimension de l espace vectoriel H 01 (M) est donc au plus 1. Pour montrer qu elle est en fait égale à 1, il suffit de vérifier que la forme linéaire I est non nulle. Nous allons voir que son évaluation sur la (0, 1)-forme : ω 0 = zdz zz + t 2 est différente de 0. À cet effet, rappelons d abord que ψ 1 ne dépend que du module de z et que son support est contenu dans une couronne : = {z : R 1 z R 2 } (avec, bien sûr, 0 < R 1 < R 2 ). D autre part, comme ψ 1 est à valeurs dans R + et non identiquement nulle, son intégrale sur l intervalle [R 1, R 2 ] (en tant que fonction uniquement de r = z ) est un réel strictement positif. Posons z = re iθ. On a : dz dz = d(re iθ ) d(re iθ ) = ( e iθ (dr + irdθ) ) ( e iθ (dr irdθ) ) = 2irdr dθ. 16

17 D où : ohomologie de Dolbeaut feuilletée du feuilletage affine complexe de Reeb I(ω 0 ) = 1 = 1 2iπ ( R2 = 1 π ψ 1 (z)z dz dz z z 2 ψ 1 (r)( 2i) dr dθ r ) ψ 1 (r) dr r R 1 R2 = 2 R 1 < 0 ψ 1 (r) dr r et donc I(ω 0 ) 0. Par suite, la forme linéaire continue I n est pas nulle. e qui donne en définitive : eci termine la démonstration du théorème Remarque H 01 (S n+1 S 1 ) = ω 0. 2π Elle pourrait être significative, et c est la raison pour laquelle nous avons jugé de la faire. La cohomologie de Dolbeault feuilletée H 0 (Sn+1 S 1 ) du feuilletage est la même que celle de la feuille compacte (courbe elliptique λ ) induite par la feuille correspondant à t = 0 dans le revêtement M = R \ {(0, 0)}. eci est sûrement dû au fait que cette feuille compacte a une holonomie contractante. 0 dθ 17

18 R. Ben harrada & A. El Kacimi Alaoui Références [B] Ben harrada, R. ohomology of some complex laminations. Results in Mathematics 57, (2010) [Ek] El Kacimi Alaoui, A. The along the leaves and Guichard s Theorem for a simple complex foliation. Math. Annalen 347, (2010), [ES] El Kacimi Alaoui, A. & Slimène, J. ohomologie de Dolbeault le long des feuilles de certains feuilletages complexes. Annales de l Institut ourier de Grenoble, Tome 60 n o 2, (2010), asc. 2 Vol. 38, (1986), [GT] Gigante, G. & Tomassini, G. oliations with complex leaves. Diff. Geo. and its Applications 5, (1995) [Hö] Hörmander, L. An Introduction to omplex Analysis in Several Variables. D. Van Nostrand ompagny, Inc., (1966). [Sl] Slimène, J. Deux exemples de calcul explicite de cohomologie de Dolbeault feuilletée. Proyecciones Vol. 27, N 0 1, pp , May Rochdi Ben harrada Département de Mathématiques aculté des Sciences de Sfax 3018 Sfax Tunisie rochdi Aziz El Kacimi Alaoui LAMAV, R du NRS 2956 ISTV 2, Le Mont Houy Université de Valenciennes Valenciennes edex 9 rance ité des Géométries Gare numérique de Jeumont 18

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que Champs d hyperplans Un champ d hyperplans coorientable (resp. coorienté) sur une variété V m est le noyau ξ d une 1-forme différentielle non singulière α bien définie à multiplication près par une fonction

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod FIBRES, CONNEXIONS ET HOMOLOGIE CYCLIQUE par Max KAROUBI. La notion d espace fibré au sens de Steenrod.. Dans l acceptation la plus simple, un espace fibré ξ de base B et de fibre F est la donnée d une

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN Abstract. Ce texte est une introduction aux feuilletages par variétés complexes et aux problèmes d uniformisation de

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables.

ANALYSE IV 29-06-2009. Informations. (5) Pour rendre l examen il faut signer une feuille de présence disponible avec les assistants responsables. EXAMEN CORRIGE ANALYSE IV 9-6-9 informations: http://cag.epfl.ch sections IN + SC Prénom : Nom : Sciper : Section : Informations () L épreuve a une durée de 3 heures et 45 minutes. () Les feuilles jaunes

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Méthodes Mathématiques pour l Ingénieur ISTIL 1ère année

Méthodes Mathématiques pour l Ingénieur ISTIL 1ère année Méthodes Mathématiques pour l Ingénieur, Istil 1ère année Corrigé de la feuille 4 1 Méthodes Mathématiques pour l Ingénieur ISTIL 1ère année Corrigé de la feuille 4 1 appel : formule des ésidus Soit F

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure.

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure. Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Analyse Fonctionnelle (Licence 3 Mathématiques-Informatique Daniel Li Construction de la mesure de Lebesgue 28 janvier 2008 Dans ce chapitre, nous allons

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN,

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Dynamique et fractals

Dynamique et fractals Dynamique et fractals Arnaud Chéritat Toulouse III Dynamique et fractals p.1/25 Dynamiques Dynamique discrète, continue. Champs de vecteurs, dynamique hamiltonienne. Dynamique réelle, dynamique complexe

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Fonctions holomorphes

Fonctions holomorphes Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions holomorphes Christine Laurent-Thiébaut Ceci est le second volet de l étude des fonctions d une variable complexe, faisant suite au chapitre

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz 1 - INTERPOLATION J-P. Croisille Université Paul Verlaine-Metz Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009 1- INTRODUCTION Théorie de l interpolation: approximation de f(x) par une fonction

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET MATHEMATIQUES 3 PRISE DE NOTE PAR : PLASMAN SYLVAIN SERIE 7 ANNEE 2010-2011 1 Sommaire et accès aux chapitres/sous-chapitres Cliquez sur le

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Université Lille I 2010-2011. Feuille 1

Université Lille I 2010-2011. Feuille 1 Université Lille I 00-0 Feuille Dans la suite D est un domaine de C, muni d une pseudo-métrique infinitésimale définie par un poids ρ. On note d la pseudo-distance induite. Exercice. On suppose ici que

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Chapitre 1 Topologie 1.1 Espaces topologiques 1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Définition 1 (Topologie) Une topologie T sur l ensemble X est une partie T P (X) vérifiant : L ensemble vide

Plus en détail