#$ %! # & ( & # % % * +!, %! & & &!. $&/ 1 2!0 3$&& &

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "#$ %! # & ( & # % % * +!, %! & & &!. $&/ 1 2!0 3$&& &"

Transcription

1

2

3 " #$ # & ' " ( ) ( & # * (( +, & - #&, & & # (#-./. $&/.(#((/ 0#/ $&& & ( (456789

4 PREAMBULE A QUI CE GUIDE EST-IL DESTINE? COMMENT EST-IL ORGANISE? COMMENT LIRE CE GUIDE? VIDEOSURVEILLANCE OU VIDEO PROTECTION? UN PRE REQUIS : LA VOLONTE DU DECIDEUR LES MESSAGES ESSENTIELS A RETENIR DE CE PREAMBULE LE DIAGNOSTIC DE SECURITE COMMENT DEFINIR LE BESOIN DE SECURITE? La protection d un commerce La protection d un commerce dans sa rue La rue dans la ville LE DIAGNOSTIC DE SECURITE ENGAGER UN DIAGNOSTIC DANS UN CADRE PARTENARIAL IDENTIFIER ET QUANTIFIER LES DIFFICULTES DE TERRAIN ET LA TYPOLOGIE DE LA DELINQUANCE Définir le périmètre à prendre en compte dans les milieux ouverts Les outils du diagnostic Comment utiliser Les données recueillies REALISER UN ETAT DES MOYENS EXISTANTS DEFINIR UNE STRATEGIE GENERALE DE SURETE SYNTHESE UL 1 : LES MESSAGES ESSENTIELS LES FONCTIONNALITES PROPRES A LA VIDEOPROTECTION A QUOI PEUT SERVIR LA VIDEO PROTECTION? COMMENT FONCTIONNE L OUTIL? J ADAPTE L OUTIL A MES BESOINS DE SECURITE Les prealables Le besoin détermine la qualité d image le besoin determine le choix du reseau Le besoin détermine le choix du mode d exploitation le besoin determine les modalites du stockage SYNTHESE UL 2 : LES MESSAGES ESSENTIELS LA PROTECTION DES LIBERTES PUBLIQUES LE REGIME JURIDIQUE DE LA VIDEO PROTECTION EN FRANCE ORGANISE QUATRE CAS DE FIGURE LA VIDEO PROTECTION DE LA VOIE PUBLIQUE, D UN LIEU OU D UN ETABLISSEMENT OUVERT AU PUBLIC Pour quels systèmes faut-il une autorisation? La compétence de la CNIL : dans quels lieux l autorisation prefectorale est-elle necessaire? Qu est ce qu un lieu privé? Dans quels cas les préfets peuvent-ils prescrire? Dans quel cas la vidéo protection est-elle obligatoire? :

5 Dans quel but peut-on installer de la vidéo protection? Qui demande, qui visionne, qui a accès aux données? Quelle est la procédure d instruction des demandes d autorisation? Quelles garanties apporte la procédure d instruction des demandes d autorisation? L ETHIQUE ET L ACCEPTABILITE Craintes relatives à la vidéo protection de lieux publics et privés ouverts au public Craintes relatives à la vidéo protection de lieux privés une organisation visible de la protection des libertes SYNTHESE UL3 : LES MESSAGES ESSENTIELS OPTIMISER LE COUT DU SYSTEME DE VIDEO PROTECTION QUELLE EST LA STRUCTURE DE COUT? Les coûts d investissements immobiliers et mobiliers Les coûts de fonctionnement COMMENT LES REDUIRE? la mutualisation : Une Piste essentielle de réduction des coûts Le retour sur investissement global (ROI) COMMENT LES FINANCER? SYNTHESE UL 4: LES MESSAGES ESSENTIELS L ORGANISATION HUMAINE DU PROJET LA PERSONNE RESPONSABLE DU SYSTEME LA GESTION DU PROJET : AVANT L INSTALLATION LA GESTION DU QUOTIDIEN : APRES L INSTALLATION Les relations avec les partenaires exterieurs L acces aux images enregistrees Les documents à prévoir ORGANISATION SPECIFIQUE AUX SYSTEMES SUPERVISES Les relations avec les services de securite interieure La gestion ou le suivi des GRANDS EVENEMENTS Les opérateurs du système de vidéo protection SYNTHESE UL 5 : LES MESSAGES ESSENTIELS DE L ARCHITECTURE TECHNIQUE A LA LIVRAISON LES CHOIX TECHNIQUES LA STRUCTURE D UN SYSTEME DE VIDEOPROTECTION Bloc 1 : L acquisition Cas particulier du bloc d encodage et de compression des images Bloc 2 : Transport Bloc 3 : L exploitation des images bloc 4 : L enregistrement, le stockage L administration du système SYNTHESE UL 6 : LES MESSAGES ESSENTIELS L APPEL D OFFRES, LE DEPLOIEMENT ET LA VALIDATION LES QUESTIONS-CLES AVANT DE LANCER L APPEL D OFFRES ;

6 7.2. L APPEL D OFFRES DEPLOIEMENT Méthodologie et organisation Phase de préparation Prototype Pilote Formation du personnel Déploiement généralisé Validation La réception provisoire (vérification d aptitude) La réception définitive (vérification de service régulier) Dossier d'interventions ultérieures sur les ouvrages (DIUO) Phase d évaluation du dispositif en mode opérationnel LES POINTS CLES A VERIFIER AVANT DE SIGNER LA RECETTE SYNTHESE UL 7 : LES MESSAGES ESSENTIELS MAINTENANCE ET EVOLUTION TECHNIQUE LA SURVEILLANCE QUOTIDIENNE NECESSAIRE AU BON FONCTIONNEMENT DU SYSTEME LA MAINTENANCE la Maintenance préventive la Maintenance curative Evolution du système SYNTHESE UL 8 : LES MESSAGES ESSENTIELS GLOSSAIRE POUR ALLER PLUS LOIN... <

7 >? 6 5 =

8 1. A QUI CE GUIDE EST-IL DESTINE? COMMENT EST-IL ORGANISE? COMMENT LIRE CE GUIDE?? + # 2 A # #, ( 6( 1 B(C & "# $ &$'"() $**+$*) $*(,-$, #$ (( A (, * $ ( & & + ( #, # # A + +DD;# - 3 E 2 3 (.*,$ 6 - (( F 5 - ( ' #

9 H( -I3J( IJ ( K &+ (6 (((( (( ($? 3 6 & + (.,( 6 ( ( + - # #L 5 :& ( (( 5:-6 (# 6 ( 'IM # N J) 'IC /J) 'I. # /J) 6 & & + (. 6 ( + - ># 1 # G 6 & ( - ( + L( D

10 ./( <(( # + N

11 Evénements intentionnels ayant des conséquences pour l activité de mon entreprise ou la tranquillité de mes concitoyens 01 5 #O 0 P C? H &?6 " &* #$ 8 6 8?? "?6: " /' +- $6(?6; $6 ( C((& 6?6<?6= 0/ " ' "

12 ., $ ') ((')I& J # K K $K &# ( - & ' Q )F & ' # ) # & 0 ( I J (& 1 - N& +'((R)F $ '?6=)F $& '&?6=)N && '((R-) 5$ ( - &' ()F ' )F ' & )

13 1 C 8 Q &,. $6?6 ' ) & $6 - + # '?6) $6 '?6)- + (& $6# '?6;)- F I & J ' # S Q( '#- S ) 5 - $6 # '?6) $6 '?6) $6 ( '?6;) $6( (# ( '?6<?6=) $6# T # 1 ( +?6:'" U)

14 2. VIDEOSURVEILLANCE OU VIDEO PROTECTION? (& =NVDD; 6 ( 6 #+ 3. UN PRE REQUIS : LA VOLONTE DU DECIDEUR 6 " (( (?+ KQK :

15 4. LES MESSAGES ESSENTIELS A RETENIR DE CE PREAMBULE 6 & ( # & 5 & 6 & ' L) 5 - F 0F C F CF - (+L 5 ( 5 5 &? # E6 E# 6( +((-$ ( / 6 ') # ' )E& 6 # & ( ( 6 ' ) (#(# 6 ( " ;

16 6 ( + < 60 C C5 98M51

17 COMMENT DEFINIR LE BESOIN DE SECURITE? ( C? & # #- # # K ') ' ) ' E&) 5 & - #( 1 ( 5 +,, - &3& ') & K # # =

18 ( 2 & & # ( 0 & 0 & &# 1 $ C?844595C00 9?5 # ( B 5 &,, (, B - (# + # #* # # # & ( # 5 ( K ' # &

19 ( #S$&$ (( & & 0 #& '?6)& + 6 ( $ K + " " # 609?5C060U D

20 8# F 8 +& *F 8 $ &' ') ( K +# (I J'(<) 1.2. LE DIAGNOSTIC DE SECURITE & & '5#-I+ NNNNNW &N +&J) (& +6( K & #(- ( # # 6-5 # +& * & 5 (('?6) > K & & & B 0 &( ( #' # N

21 ( 8 & ( '2L)') ( ' ) ENGAGER UN DIAGNOSTIC DANS UN CADRE PARTENARIAL C ( + ( ) 6 K & #' C B 6 $ & + * ( #, 6C ( 6C X 6 ( # # 6C C K & # ( HC' &?6:) ( 6 " #, + + o ( C # ( +#

22 # " + ( $# o ':*(:&+$ C NN= # # 6 "Q # o ; &+< 62 " #- 5# S " '5) $ 6 S K " '6$$ ) 5S+ S # A S " & 5# S 6"K "# 5,+ # # &1" ( 2 IJ o ' &&+ )$ 6" K2 +C, 3 K (#( 6 " S S# + ((3& & & 1.4. IDENTIFIER ET QUANTIFIER LES DIFFICULTES DE TERRAIN ET LA TYPOLOGIE DE LA DELINQUANCE 9 ( & #

23 :CYH965Y94Z195[95C C065465?\8?U591 6 #' 2) 3 K 6 & 3 K (( & ( C & 5 " ( # 6 3(C K # : 658?16C?C0T81? K # +'#- K )K + 6# - o ( < 6 3 ( 6# ( '6C) '6) (. # & 6 K o ( 9< 6# K '" ) '") 6 # & ' XX" ( L) 6 ( & 3

24 K 6 K & K & + 9 K + #6K B ( 3 6K. K K 6 ') ( (( #3 B ( 'L) ( & ( ( # & K : 84451?165965C8Y5 95?5665 o &&< ( ' )5 K K B o &,< 0#- L 0#-L # #-Q#L - + L :

25 8-5 - &# 5#- # C ( & H-( 9$ X- - ( - + ' - QL) 1.5. REALISER UN ETAT DES MOYENS EXISTANTS +& & # L ( 2 ( S$&$ ( & ( o 9 " ' ) o &9-2 L o ", H # ((?# -? # - - ( ( - L ;

26 1.6. DEFINIR UNE STRATEGIE GENERALE DE SURETE 0 ( $ " #- H K C & & 9 K 6+ & # ( ( & + # 0 '#,), <

27 1.7. SYNTHESE UL 1 : LES MESSAGES ESSENTIELS, = " ) + 6 B ' # # L) (( 6 + ( = (, $ (6 ( # " # NNNN( & & ' # ) C # K, - " "9 (( +&?, > " #= IJ '#- E & ) # 5 K '#- 2 E) 6 & 6 KK 3& & '?6) =

28 ? / & ( # + 1 K & + 6 #+ K ( # # K 2 &3 2 <NR # 2.1. A QUOI PEUT SERVIR LA VIDEO PROTECTION? # # ( 6# # - 6 (& 6 > Q &, H&# # ( S # K & (( N 6 5 # # E 2 Q& 8 DNV] 6

29 . ( & & I J ( &,2 & ( +#+ & (, 6 K + K 6 # ( ( + B - #8#- 0- B B. - -KK & - K L K& - # 5 S$&$? & & + & 5#- ( E 6 - '#) - D

30 & 6 K S ( S $ K & # 2 S&, C K & # ( 0 #(- F # F F * F 3 * &' L) 2.2. COMMENT FONCTIONNE L OUTIL? 6 (<= ( + ( (#5 $ (+ 6 ' ) ' & (3& ^) ' ) ')8 & 8 # & E 6*(&(+ B A ( K & KE 6 8 # + ( ( & ((&* 65 ( ( & N

31 C55H ?5H\ ( (?8 +?AAB K & "NND 6 ( & 0$ & # - ( ( & # 2.3. J ADAPTE L OUTIL A MES BESOINS DE SECURITE 6 & ( # ( (6 $K ( 6( & # >65. + # K 6H0? ?565U985451C ' IJ ) ( ( 6H0? ??504590C815195C5C550??0T5 6 K &. '. / " 6H0? ?56548C5C5\681018C55CC?>58 6+ # -

32 6 ( K. 6 A ( #( - 6 K IJ 0"123' 6H0?15195?9C588>M51H 6 24 #<NC # + 0$$ / 6H0? >58 C + (# ((. ((- C # K (( 5 - # -+K -#(3 # ( ( 65>58CY ?061Y C40T5 ( -

33 (. 4 / / /.?561_5C ?9.?56>58/ # # ( ( & (6(# 2?+&. & 6((N ( 65>58C \C? 9550? 6 6# K( 6 ( ( N ( : 65>58CY \C? 48C5C5\ C( * +

34 680>58C?8?16CU51T KK Q & #+ + (&+ * # I J 6 ( '+) 6" #. / / ' 680>58C?_ C5?UC ? ( E & $"C & Q(6 6 ( &# & 3& 6 6 # 6 " & 6 " # Q( 68 0 >58 C5 C ?5 1? & & # (? 6" #. / 5 #6 ' C ?9U H8C55?9 C5C81H0?18401.?5 /7 + " :

35 8 / / 6 K & & + 5K C I J& ( 5 608>615C5I68159J C105 6 & # # C -3(X X(6 ( &.?566581?15C559U5/ B & ( & C 6 K - # L >58 C?98M51 C5UC ?1?065 0U5 C0? / 9 " ; 65>58C C0615 C?18`0T5 6E + ( K " NN= & 6 '# L) # 6 & # 6 + =&N+ 6 # K (# & CK # + #' ()# ;

36 2.4. SYNTHESE UL 2 : LES MESSAGES ESSENTIELS, " & &,5& K ( & &#, B & -, 6K A #C # & > "&& "#= K -/./ =, &+ 6 (# & (,, - (( & + 6 K& &+ '#- ) <

37 @ ' 3.1. LE REGIME JURIDIQUE DE LA VIDEO PROTECTION EN FRANCE ORGANISE QUATRE CAS DE FIGURE 26 # ( & # 36 C K :6 & ( # 6 ; # # $ 3.2. LA VIDEO PROTECTION DE LA VOIE PUBLIQUE, D UN LIEU OU D UN ETABLISSEMENT OUVERT AU PUBLIC : -# 8 " # 6 # +& + NN< =

38 #' RD;$= + DD;) # $ a $ $ & ( K # C & C & ( # a $K$ 5 # + 6# +& ( 1 R + NND # 8$# 2 /6) 3 6) : 6) ; 6 ) <= / ) >= )?= ) 6((= 8?9.?56_1Z45H0?1$6?5 0?189018/ 6&

39 . ( # (. &. A (? S$&$ K K # 0 ((+ ' ) & ( & 2 & C 6084Y155C $&$ ( DD; & 6& 6 #-, D (,(* && " "# 9 & " & & (,( ( 9 --E"" " C0.?5665?\60? H $ / R D

40 R # I(J IJI J C + $ ( + + '#+ 1T A + # '10 6 =XXNN=- >4)# '106DXNXNN:-4T RNND::) (' ##)# 6 '() 6# 6 '() 6 'E( #)&# ( ($K # 6 :N

41 :.?515.??65?9UY/ 6 DD; & # ## 6 K & &'D) 6:$$ +DD;) 6 <$ :;NNN W & # 6 = & * ( 2 J 6 K& * A2 8??8*F 8???*G- I & K & &J6 * 2 C " 6 &?( a a 2 6 5( ( # C K E & 2 & 5 + & 2 F :

42 1(# ( I $J # & # & #- (2 (. # & # A ; C0.?560659YH515?U51$ / - a 6$ 6$ a - # 5U58 (Q 6 6 < C0.?56060UCY $56658>6T01895/ 6# # $ 6 D;$= +DD; K E NN = C0.?56>?15?1$ C5 60UCY / 6+ a a & :

43 # B + - Q & 9 # & ##& & B + H 9 "-9 > B + " ' 0 #& 0 # K#& #& + I #& J + 3 C# K & - :

44 4 "&+ 6 & C K # IJ- $+ / ",> ", = (=,D 9 D 0 # I J Q(#5 5 ( 04? 0Z0?\C8Y5/ = ) 5 #- ). / 0' N) -I J - ::

45 , 'H 901) ') C ( ). ( / 6( =/ ) F 2 6 '?6; & +((RD) ( 6 & 5 ( K K a $ =/ ) 4 K + (( & ( :;

46 ( K " NN= +& & "NND D.? YC?95 C19?18C5C540C5 C0?189018/ 6 + ( (R= 6 D<$D< = DD< ##- ) & )0 $$ ( 5 + ( ) : $ & 1 $ & :) ; 6 D<$D< =DD< - 5 5& 5 & & 5 & K & & 5 #K + :<

47 ;)6 K # & # - 6 # ( 6 ( # # # (( <)5 #& : : ; N.?5665T YC?95C19?18C5 C540C5C0?189018/ 6 + ( C- C C 7>" 6 # -. " 0N: RD;$= " C A 6# # # 5 ( :=

48 & + & # 4 # 6 &2 & 7 I6 K # J, - I6# # #J #- I6 ( # (# ( # J / 6 SIJ S / / #/ E /+ 8. A 6& I J S$&$ 1 # CK #

49 0 &# :D

50 3.3. L ETHIQUE ET L ACCEPTABILITE 6?6 + (38 * +6# & + 4K& U5[60UCY C565?\?>6519UY 8?U5910??>6 6 ' # ) # ' ) # #S$&$ # +8# # '6 ( T) ( ( 2#? # ( #, + &.F G 0& U5[60UCY C565?\9UY 6 * C # K,? # & F ;N

51 # - #/C/?589T0018U>65C C56>5915 ( ( 6 # &5 K 4$ & B + # B C ( ( 6 ( B K # # # # & 5 5 (& K 5 L ( ( ( & ( C((R; ## 3.4. SYNTHESE UL3 : LES MESSAGES ESSENTIELS 6 # &. #( & 6 R + NND ;

52 G " 1 ((# # 8 &-. "/ / / QUELLE EST LA STRUCTURE DE COUT?. "&( H H : 658b1CU > >659 6 " K #( 8 # + # S S "& S(-#(# L ';N NN NNN ) ;

53 S #$( (( 2 S# S # S( 6 + ## ' )6 * S ;NV " + S # - ( S S S S 6" S -( " ( #, + S ( #K& & S S Q# ^$H ^$4# ' #) S& S (B S S+S& 5 - ')( ' 2 #L) '5CH L) E & # ' ) ( # ' c ) SK & S ( & " 0# # # (B K & S2 ( # S( " & E 03 + S 6( "S S # #K ( & # 2 ( S S( & (5 Q # $ a2s ( S '85) S( S S ( ( S ;

54 + S# X I0 & 4B 8J # (# + : 658?1C5H S " + + "- 8 6 ( S S# S #:X: " 8 " +" 4.2. COMMENT LES REDUIRE? : 604?1?06018-? C59YC?18C58b1 6 " ( S # " #+-S& S S S - C # &( K ',#) # 4-6 ;:

55 " &:NNNNNW H #&+ 6 & #(-,#(< 6 ## 3 LK C##- # && & N ( 6Q- "# Q#- A L - 6 & ( # (#d. d. '# K# ( L) C 0 + # (#'#U60) + 6 ( K 6 $K : ?9?9U515451T68>06 '98) 6 * S + ( S ;;

56 '98) 6 S # = ) $ -? < ' () N? : #& e & $ Q5NN= $ EA FK ') $ ( ( > " H & 4.3. COMMENT LES FINANCER? 650C S ( ( R;- I J. 6 5 H C'HC) + C -. #+'H1U0)F. F 5( # 0 '09?) ;<

57 0 & # ' ) # &# 0 & S + # B 6 C K & S ?>6a9U5') 6 & S S S S& S& # (& S &S# ( 6 & #, K 5 K 6 # # + ' + ) C # # 6K & (( a$ 6 B & & 5B # & U(R; ?#- 5 + $ & 6 (? - ;=

58 6 ( #? - 6 " (- # " #? ' +)

59 4.4. SYNTHESE UL 4: LES MESSAGES ESSENTIELS 6 # " " & " & #- (( & F ( #& #( K B IJ - # L 0 + 6S09?'09?) HCL # ( ;D

60 I " ? & LA PERSONNE RESPONSABLE DU SYSTEME. ' L) ' L) # + I J( & # A&B K$ #=, & #= "& "9 & 5 $ // 322HH<+ 2 1H>6H3> 2?2HH> / A " / + " / I// >2H?JK A + #L (# +? ( + ( # + ( & NNV + 4K + <N

61 K (# +& # # ( + ( ( & ( 6 Q( + C + ( 2 ( # + ( # ( & 5.2. LA GESTION DU PROJET : AVANT L INSTALLATION 6 ( # ( + K +'+ ( L) # ' ( ) #?838FFI 5 # 6 +( & # * K # # '6C) 6 6C 6 #"' ) + K ( K (- :(X: ( <

62 6 E ')K - 0 L 9 (+ & ' 2 ) U #& - ' L) & + # 6(# &B * LA GESTION DU QUOTIDIEN : APRES L INSTALLATION 6 5 5A 5 &+ #5 # 5 # # ' ( R<) 5 # #6( ; U \1595?9?6 # " ( 6 #.E / /" 7 <

63 ; 6050?\40T5595T1955 6K ( # 5#-? ee$ +? #+ # 6# # #6 # - (') # I ( ( J(&, 6 K& # K ( IJ ' & L)5 ## K& & ; 65C8?451[9YU89 C K # F $K 6595T195C5595T C C + MDD; &CFJ*F?J 8B 8FFJ S ( ( # ' S( S S( S# S S#) < 1 # & + <

64 1 6 & 6 & 6595T195C5050?\ # & (- 6#( K#K + ( # 60408?9015C5601U1551C55U '( ) ( # ( & 6 + (, " M ( & K 8 C & &(( K Q( ( 5 & <:

65 # # # 6 K K1 K( 6595T ?9 6 ( ( ( C K # # & & ( # 5.4. ORGANISATION SPECIFIQUE AUX SYSTEMES SUPERVISES 6 ;: U56559U5C5 5? ?95 K 608U518C # # # # - + X 6 #- K K + 'ee$ +) <;

66 6 * U8C40T5U ?60T5C ( # ( ' 2 #) C - &?( && & C + &K & K # 'HC) ;: 60T5188?65?UC5T90C 5U & - U U ( 4 9 ( #K 0 $+K& #? * # C ( <<

67 ;: 658Y9015?9C?_1Z45C5UCY "" 1H ' 6 # # 1 K ( 6 ( + +( + + &(# 6 - C K C &(( 5?101?1U090> M51 6 & # 9# #? # " + 5 & K # / 6 # #B # # 6 +DD; I ( # RD<$D< =DD<& ) <=

68 (& # # + K & 6598H (( 6 & '2 L)& (' +L) 5 Q( $K - # (( # 6# ( ## " 6H0? ?5&& 60985C?95C5959?15451?(( '(D) #

69 5.5. SYNTHESE UL 5 : LES MESSAGES ESSENTIELS 6 + (8, " ) & ( + ' # + ) ' # #) #8 + ( # &, 9, # #=-# #? & #('#- # L) 6 & # 6 ( C 6 # 6-0 && # & ( C ' ) # #& +&'#0UL) 6 6& - $ a $ ( : $ ( 6 - C & K <D

70 J 0"144415' LES CHOIX TECHNIQUES # # # # 6 (# ( # + 6* ( (B -(' ) ' ), 1+& (# & 5 ( & # &1(& + & ( K 6 & 6 ' ) 5 ( ( ' ) (# 6 ( & ( & B (,3 8 & (NIJ 6.2. LA STRUCTURE D UN SYSTEME DE VIDEOPROTECTION 6( K :- M /66( ' # ) ' L)( # ') /66 # ' =N

71 ) ' ) 66, ' L) & '74a74() 6 6, + ( #? (B K( + ( K 6 ( Alarmes Caméras fixes Acquisition Caméras mobiles Audio (écoute et diffusion) Transport (Vidéo, voix et données) Organe de Commutation Enregistrement & stockage Visualisation (mur d images) Pilotage & consultation (IHM) Centre de Supervision L / ( K ( 6 (# ( ( & (B 5 ( # - 6 * ## ' E ac`) =

72 6 * K 6 ( 6# E &* < >68-60.? (# ( +#? (B ') 6 # S ( 9546H5CS?504590? - 6S 6 6S 8X+ 5 :( 6S S 6S S# S 3 S S S( 6(# S S 6# + S#S S4K ' (L) -?+&, & S + ( ( S.? +&&K,,L S ( S + S., =

73 + K K K + S(S # Q&( 3 '+) <:N \ S &; S N: & N ' () 6 ' C 48) S ( S #' &,') S*() # & 6 (('&) S& #' ( &#)[ S # ( #,6 # 0 (S # 4 4# # X:dXdXdXd & S & M( 6S S0+ S( K $K Q & (?,( 6 # 6 > Q # $ #? # K ' ) 0 # & Q ' H1) + Q#' )?( 6K & #6 ')'<) ( " =

74 0+ 6 # -5( ## '6040)46^0# 65CHH59511_5C &93 < '3) <:?3 4N ' & ) <; U NNR << T 3 & <= 3 ;&9' 2)- <D C <N ;- < U +&:NNR < + 'E) 6 # ( 6K ' K # # 2#) 6 '3) K # - ' ) # +' ) 0 ' +X) 6 K # #- ( ( ' H 5 <N;D) # (' ` H 5 ;NN) =:

75 & ( # ' 015\) ?18C ' ) K 6K ( " NN=# # & MDD;- H';# #) & &((& : H'=N:#;=< #) & & $ 6 # # N: #) + (?#( (( RN 9065 H C ? UC58?9U56605 ( 6 - (, #( ' )- ( $&$ # 3 & ( # ' )- K& $ K ( ",' )- K' ) & * & K &,' )- * ? C K( ( ( S K ( &+# =;

76 (# " #5 C && +# S# + & ')' +X) 6&- ( & & + # ' ) 6- #, gl 6-&( "- ' ) $+ &#( ( & 6& & 6 # &- o o ( 3 K66 " / " ?5C504590?'&# X) K ( K ( & + 0 ' )? K 6 - =<

77 & &#' Q( &( + ) O> P- ((Q Q##) 5( $ K 5(' ;^ ) < 0091?659C?>68C58C0T5 51C584958C540T5 K& (B6 +& & ( 6 # ' ) & # #, '( #) 5 K - K 0H89'&( N)( K 6 #' ) 7$4( ' & 74( ' )) 1 & >-6 5 ' + ) # 'X+ 2 ) 6((R :H '4M5T45T) ; 4X 45T: &4X ' 1U7CT H)7<:'45T:$0U45T:N7<: K ) CUC &4X -.N;-.N;O3>;P-.N;(0# -.N; O3>; -.N; (0# " -.N; ==

78 6 # ( ( 0 S# S 4# S & S S # # 6 # # K + 5? # 5 ( S # # + ')& ( < > C#& - 6$KQ ') #(# & # L ?51906h?9C59550?8?>0`>85 6 & E S # A S I J 'CU9) + 2 S 'L)1 KQ 'L)

79 , M Réseau IP commuté PoP,.,,(, M, 0.,( 6 ') ' ) ( # ') ' L) ( $ ##( ## 2 & B 650C?9550?0068T.?5 C # & ( ' ( ()(' ) & ('Q ) C =D

80 # Q C 6 B (K # (B 6-6' ) 6 '( a a ) 6 ' ) 6 #? K ')& # + 'Q) #'#) > K 1 " K& ( 0C?9550??459.?5 6( + C #2 ' ) ## 5* ( 5( & 6 K $' # # # ) # ( 'a) 3? K 'e(( L)6 ( -

81 , M Réseau IP commuté PoP,.,,( # K " + " ( '+ 8 Q # + /-.IO" 4 ' ' " " ' E/ + ' + 6 K # & ' # ) &( # (# ' #) '0 + # )" + # & Q # 6 # & # #

82 5T C & ') ')( &# K((( 0068T.?5 5 '& <NN ) H 99 K #' ) '>=;() K 2 K - 4 Q#') 4 Q & Q Q #' Q K) 0$ & &(- '44)+&E '4)+&NE? K # '( ) # 6 X & (# 0 Câble de télémétrie Fibre optique Câble vidéo Convertisseur Cuivre / optique Convertisseur optique / Cuivre Organe de Commutation Fibre optique Caméra avec Connectique FO Convertisseur optique / Cuivre C (3

83 190891?459.?5') ( - 5 * 5$&$ (+(# (& ' <) # ' ) CU9 Caméra analogique Encodeur Vidéo IP IP Commutateur IP Réseau IP commuté Décodeur Restitution Analogique (Moniteur vidéo) Caméra IP 6(# ' ) ( (( # ( - (6 ' ) ( &< 95(':H1)- #DN ' E # 695 a 6 9( 5() 9 5( - ;;N ;E L &< 6 $e# ' ) H 73' ;N&E) 6' + +

84 C(I J ( ( +#' L)6^H# #? ' (() " ' ) & & # # '#) 6 K ( + # ' # #) &< 6 # - #C6-4X > 8 / R "II"' " &< 6 ^#' 3) #T4'TTO?41) C (( +# F + 6 #'i ) + <: >68-65\681018C5 40T5 A / A /

85 6 2 K # # ( ( 6 ( & 1$('74) 674 ( ( ' X ( L)6 5 +& + ( K 74&K (- 74IJ K ' # E) 74 ( (# I H M Interface utilisateur Connecteur Logiciel Encodeur A Middleware Couche d adaptation Connecteur Logiciel Encodeur B Décodeur Marque A Décodeur Marque B Réseau IP commuté Encodeur Marque A Firmware Caméra x Firmware Caméra Y Encodeur Marque B Matrice Affichage analogique Caméra X Caméra Y T5C ?9568T5665 ( X (

86 6 0 'X (L) & "1-?74 & + ( ( 6-7,- 3& 3 (( K '( ) ('T) ( (, - K & ( 746 & X M E 7 "&&,- & (( '$e) ( 7 " ' e)- 3 (' L) & & &3(( 7 #- - OP- ( ( ';#)( ",,- K&746( # 0 K 'i6) 65815C5190U06 6 & K- 6 $K- o o o o C 74( C #-?(? C+ E C '

87 60U? ?9C40T C+ C#- C C ( C &3 6 K '& )? K & 4 ' &) 4 # #K ( & ( ') ( '+& # ) '

88 U?06018C & 608?61018 &# # # K # 6 K & ( C (( K # 3 K # L 6 6(( K 6#- ( G ( ( 3 & K ( 0 &(( ( # (( + (('(IJ) 5 (( #? (( # 3 ( 6# (R<5 ( # + +DD; K # K - #B # 1 #' ## S( S S( S# S S#) K

89 <; >68:-6595T `0T5 C # ' & K " NN= E # 0 E & ( ' E00) 6E K ' #) ' # ) ( (# " ( (# 60818C5CU9 6 CU9'C U 9 ) & # E X # ' # ) # ' ) E' ) & 5 ( '>$U )BI$$J '74) CU9* CU9 & 4K # & 'U7L) A 3CU9

90 Caméras DVR Poste de consultation Ecrans de visualisation Caméras analogiques Décodage logiciel DVR Réseau IP Poste de pilotage Poste de consultation 60818C5U9 U9'eEU 9 ) 2 ') E # 6 & E ' #) 6( $ 6& &-U9 B ( ( # '0( (L) EK ( '# L) ( ( 6 U9 E X 6#- o o o? $ H #') 4 #- (-E0X0( L DN

91 (- o o ( B ' L) B " # 6U9 ( Ecrans de visualisation Caméras analogiques Caméras IP décodeur Encodeur Réseau Ethernet Postes de pilotage NVR Poste de consultation << 60C419018C?_1Z45? # ( C ( C * &( ( K 74' ) C K ' L) 6 K K & " 'T L ( IJ) & E$K S$&$ $ ' # ) D

92 6 - < T( 4 ( "&K QL T( 9 ", K L T( 9,< T( 9 1< T(, T T 9 D

93 6.3. SYNTHESE UL 6 : LES MESSAGES ESSENTIELS 6( K - :( # S ( 6S') # + 6 S & # 6 ( - K ( ' 3) 6( C # ' & ++ ), '74) & S # # (( :, + + S# S SK S 0 K 6 ( ( # (# ( ( & # 6 ( + ( & & & 6 (# ( &#0+ & & ( ( - C ( # C C # ( ( 6 ( ( "# D

94 T( K ( (# ( # Types Fixe Mobile (sur tourelle ou dôme) AQCUISITION Champs d'application Particularités Plan étroit (rue, couloir, ). Scène unique (entrée, barrière, ) Utile pour réaliser de l'analyse d'image. Peut être équipé d'un zoom. Grande zone à couvrir, sur 360. Tracking. Zoom nécessaire. Grande vitesse de rotation. Zoom important. Types Analogique IP TRANSPORT Champs d'application Particularités Architecture composée d'un seul point de raccordement, dans un périmètre géographique restreint Bonne qualité des images en temps réel Architecture basée sur plusieurs points de connexion en réseau. Liaison sans-fil ou opérée. Fort potentiel de mutualisation des infrastructures Types Analogique Numérique (réseau commuté IP) COMMUTATION Champs d'application Particularités Reprise d'un système existant. Système de taille réduite. Equipement dédié à la vidéo. Tout type de projet. Incontournable dans les architecture basée sur plusieurs points de connexion en réseau. Peut utiliser un réseau existant. Types IHM propiétaire IHM Ouverte PILOTAGE Champs d'application Particularités Système de dimension limitée. Fonctionnalités standards. Le maître d'ouvrage s'adapte au système et non le contraire. Réutilisation de matériels existants. Architecture évolutive en termes de fonctionnalités et de matériels utilisés. Des développements spécifiques peuvent être nécessaires pour intégrer un constructeur non référencé (sur la base d'un SDK) VISUALISATION Types Champs d'application Particularités Poste de travail. Mûr d'images classique Moniteurs vidéo Tendance : Evolution des moniteurs vidéo vers des écrans informatiques Mur d'images modulaire Affichage de données et de cartes en plus des vidéos. Affichage de vidéos sur de grandes surfaces. L'affichage constitue à lui seul une solution à part entière ENREGISTREMENT Types Champs d'application Particularités Système de faible envergure. DVR Les caméras sont raccordées directement sur le DVR. NVR Système numérique de grande envergure. Equipement banalisé (serveur informatique). D:

95 B " 0"2// LES QUESTIONS-CLES AVANT DE LANCER L APPEL D OFFRES 5$B - + / / # & /6( K- o o 9 +& 9 ( '( 1() # +/ &+/ & + ( $$ & # '0&4B 84B *)/ ( " # &*/ # ( * ( + / # / * & 3& & & /

96 7.2. L APPEL D OFFRES 6 ( # ( 6 +& 4B 8 (#( (- 6#') 6#'&#) 6" 6C 'C5) #- K& ( + ( #& + # 5 ( K 6 IJ # Q # #'L)+ 5(IJ' # 74L) K B (B ' & ) C5 K3 &- C - 6 ') 6 ') C (- #X C(( # ( K 6 + (

97 7.3. DEPLOIEMENT =: 4Y178C868T55189T0018?+* & B 6 ( & K B +( # B2 (B 6 (& #(( ( ( 6 +( + ( 'X) ( K # ( 2 4B 8 "=, ) & R> ( +( + &#- - + S & + # + - S + S + Comité de pilotage Niveau décisionnel Direction de projet Niveau exécutif Utilisateurs de référence Fonctionnel, Ergonomie, organisationnel Experts Techniques, juridiques, financiers Niveau consultatif 5 B ( ( +( $

98 Maître d ouvrage Ressources internes Chef de Projet Chef de projet GROUPE DE PROJET COMITE DE PILOTAGE Prestataires Ressources internes = 705C59Y ( ( + - # & # ' ( L) = 98181_5 5 +( ')& - ( E, ( ( U0 * 4B 8 = ? & # ( =: H894018C? ( # C $ B( (

99 # - H H& ( ' () ( & # (? =; CY685451TYY906Y C( B 6 B C K ( B + ( =< U06C018 6 #- U 0 U 9 ( 4 8 4('484) #( == 609Y51898U895 'UY9H018C011?C5) 6 484'48 4() + 5 4B S8 6 1 S +& S S? ( & - S *

100 609Y518CYH1U5'UY9H018 C559U59YT?659) 6 + &#( 0? S =D C859CS159U518?61Y95?95?9658?U90T5'C?8) 6 & ( - 0 "< 6 * # + - ( ( # # ### 0 "9< 6 # # $ - ( # #') # 0 < 6 & KF &* B C - 5 #

101 C & =N 705CYU06?018C?C81H5 48C58Y & 9 =,,( U ( ') U ( & ' L) 4 " (#S 4&+ ' () 5 # 5 #-. ' L) 5 # 4* 7.4. LES POINTS CLES A VERIFIER AVANT DE SIGNER LA RECETTE +#- U Q( -( # L U +

102 - U -2 ( U #- L U, (- U U + U # - U U U#( - U 3 U # U #') U (

103 7.5. SYNTHESE UL 7 : LES MESSAGES ESSENTIELS 6 * # # & # +?& ## 6 ( ' ) # #B ( # # ( K & & B ( " 0#( + 0 ( & ( +& 6 &K (( $ "9 " 2,, ) T " 2 (, & > 0, * ) *( 2)&, 2,( " ) ( D 9 42

104 M 0) H (# ( 5, " "&& 0 ( ( 2,, ) T " 6 T 1 # 0 " "&& # ' ) #& 9 HC1 CTHc>? C ' 9 * & " ),, 2 T C L U U0 9 C C85 9 U0>H, "9. Déploiement Grandeur nature Migration./ S (, U0>H = & D & 5. U C

105 T ' 6( # LA SURVEILLANCE QUOTIDIENNE NECESSAIRE AU BON FONCTIONNEMENT DU SYSTEME B (B$ $$ 6 & A'5#- #+ ) 8.2. LA MAINTENANCE? S 6 S # & S+ # S S#F ( # $ (. ( - 5# S* N;

106 6 ( S # # S SF & #S& & 0 S# 2 ( S QS2 2 FS S ' S )/.$ S S #/CSAS # + (3 ( K ( S 6 S - 6? # S? # S* # ( 6 (( 6"( S ( S 6 Q 6 ( 6 ( S 6 S 6 6 S# 6 # 6&+ 6&&S ( S (# N<

107 6" S = NV YU51U5 6& ( E K - Liste des équipements testés Observations Vérification des caméras Caméra N 1 Caméra N 2 Caméra N 3 Caméra N x Vérification des écrans Ecran N 1 Ecran N 2 Ecran N 3 Ecran N x Vérification des postes de contrôle Poste N 1 Poste N x Vérification des enregistreurs Enregistrements (qualité, sélection, exportation) Vérification du matériel d impression Fonctionnement des imprimantes Vérification du réseau Vérification de la transmission Vérfification onduleur Nom de la personne ayant procédé aux contrôles Date : ?901U5 6S 6# ( - N=

108 ? + 6 #? 'T1)? 5U86?18C?_1Z45 5U86?1868T5665 6&+ 6-6& # # 6&+ e 450M8?9C5C8?451 6 &- C & + 'C?8 $ C S ) C ( ##

109 8.3. SYNTHESE UL 8 : LES MESSAGES ESSENTIELS #=, (? & ' L) 6 6 K? ( 6 T1'T 1 )T19'T 1 9) ( ND

110 F 72 0 Affichage obligatoire Les personnes susceptibles d'être filmées par un système de vidéo protection, que ce soit dans un lieu public ou privé doivent avoir été préalablement informées par un affichage adapté. Dans le cas de lieux publics les panneaux doivent comporter certaines mentions obligatoires 32 Autorisation administrative Dans le cadre de la vidéo protection il s'agit de l'autorisation accordée par le préfet de déployer un système. Cette autorisation prend la forme d'un arrêté préfectoral, décision administrative susceptible de recours. 8 Capteur CCD Le CCD (Charge-Coupled Device, ou dispositif à transfert de charge) est le plus simple à fabriquer, a une bonne sensibilité, mais, du fait de son principe, le transfert de charge, est relativement lent. Mis au point par les Laboratoires Bell en 1969, il a rapidement été adopté pour des applications de pointe (imagerie astronomique) puis popularisé sur les caméras et appareils photo. 57 CCTV Closed circuit télévion 113 CIC Centre d'information et de commandement CLS Contral local de sécurité 20 Capteur CMOS Les capteurs CMOS (Complementary metal oxide semi-conductor) sont apparus dans les années Ils sont plus complexes à fabriquer que les CCD mais sont produits selon des techniques classiques de microélectroniques et de ce fait peuvent avoir des dimensions importantes 57 Commission départementale des systèmes de vidéosurveillance Commission administrative instituée dans chaque département. Elle est chargée de rendre un avis sur les demandes d'autorisation des systèmes soumis à la loi de 1995 et d assurer une mission de contrôle des installations autorisées. 12 Commission nationale informatique et libertés (CNIL) Autorité de contrôle française en matière de protection des données personnelles instituée par la loi du 6 janvier Conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance Au terme des décret et circulaire n du 23 juillet 2007, le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance constitue la seule instance de pilotage des politiques locales de sécurité. Le CLSPD est présidé par le Maire. Le Préfet et le Procureur de la République en sont membres de droit T C Délégation de service public N

111 Contrats par lesquels une personne morale de droit public confie la gestion d un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé dont la rémunération est substantiellement liée au résultat d exploitation du service. 14 Déontologie Ensemble des règles morales qui régissent l'exercice d'une profession ou les rapports sociaux de ses membres. 31 Diagnostic de sécurité Démarche engagée au début d'un projet de sécurisation d'un espace, elle vise à recenser, analyser et synthétiser les faiblesses éventuelles. Dans le cas d un diagnostic réalisé sur le territoire d une commune on parle de diagnostic local de sécurité. 16 Dispositif local de prévention et de concertation Il s agit des instances de concertation organisées localement (département, commune, intercommunalité) pour définir, déployer et suivre les politiques locales de prévention et de sécurité conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance, conseils départementaux. 17 Droit d accès aux images Toute personne susceptible d'avoir été filmée dispose d'un droit d'accès aux images la concernant. L'exercice de ce droit est limité (droit des tiers par exemple). 33 DVR Les DVR (Digital Video Recorder) sont des équipements destinés à l enregistrement numérique des flux vidéos et le stockage des données. 89 Les NVR (Network Video Recorder) sont des équipements dont le rôle est d enregistrer les images provenant du réseau (IP) et d en assurer le stockage 67 5 Enregistrement Stockage de données sur un support permettant leur conservation. 9 Etablissement public de coopération intercommunale Structure administrative française régie par les dispositions de la cinquième partie du Code général des collectivités territoriales, regroupant des communes ayant choisi de développer un certain nombre d'aspects en commun, comme par exemple les transports en commun 47 Ethique Science qui traite des principes régulateurs de l'action et de la conduite morale 31 Etudes de sûreté et de sécurité publique (ESSP) Depuis le 1er octobre 2007 et l entrée en vigueur du nouveau régime des permis de construire, les opérations urbaines de grande envergure doivent faire l objet d une étude de sûreté et de sécurité publique (ESSP), qui impose au maître d ouvrage de prendre en compte la malveillance et le sentiment d insécurité dans son projet 17 H Firmwares Un micrologiciel, également désigné sous l'anglicisme firmware, ou parfois logiciel interne, embarqué ou d'exploitation, est un logiciel (software en anglais) qui est intégré dans un composant matériel (hardware en anglais). 89 GTI T

! " #$ %! # &! ' " ( ) ( & # % % *, %! & - %#&,! & &! %# (#-. $&/ 1 2!0 3$&& & (!

!  #$ %! # &! '  ( ) ( & # % % *, %! & - %#&,! & &! %# (#-. $&/ 1 2!0 3$&& & (! " #$ # & ' " ( ) ( & # * (( +, & - #&, & & # (#-./. $&/.(#((/ 0#/ 1 20 3$&& & ( (456789 PREAMBULE... 1. A QUI CE GUIDE EST-IL DESTINE? COMMENT EST-IL ORGANISE? COMMENT LIRE CE GUIDE?... 8 2. VIDEOSURVEILLANCE

Plus en détail

Le réseau au service de la Gestion Technique des Bâtiments. Présentation d'un service de vidéosurveillance

Le réseau au service de la Gestion Technique des Bâtiments. Présentation d'un service de vidéosurveillance Le réseau au service de la Gestion Technique des Bâtiments Présentation d'un service de vidéosurveillance Protection des biens & des personnes Urgence de la réaction Gestion de l urgence Substitution des

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Point n 3 : désigner un point de contact

Point n 3 : désigner un point de contact Vidéoprotection des lieux publics 10 points pour assurer la sécurité collective dans le respect des libertés individuelles Préambule La libre administration des collectivités locales est un principe constitutionnel

Plus en détail

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION Préambule : CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION La vidéo protection est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de THIERS. Ses objectifs sont de prévenir l'atteinte aux

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE CH : 3 EVOLUTION DES SYSTEMES DE VIDEOSURVEILLANCE 3.1 Systèmes de vidéosurveillance classique CCTV : 3.2 Systèmes de vidéosurveillance analogique avec magnétoscopes traditionnels

Plus en détail

Nos références Assistance à Maître Assistance à d Ouvrage Maître - Maîtrise d Œuvre Protecn@ V déosurveillance :

Nos références Assistance à Maître Assistance à d Ouvrage Maître - Maîtrise d Œuvre Protecn@ V déosurveillance : Vidéosurveillance : Urbaine - Industrielle - Zone d Activité - Parkings OPMHLM Gennevilliers 92230-2008 - 80 caméras AMO pour un Audit en vue de travaux d installation de surveillance par la vidéo protection

Plus en détail

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES 5.2.10 Elaborer les conditions de circulation pour le véhicule 5 Données véhicules 5 Périmètre fonctionnel du diagramme : Dialogue véhicule infrastructure. Traitement

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

DOSSIER D'EXPERTS. La vidéosurveillance réglementation et pratique. Par Eddie MALLIÉ, responsable du centre superviseur urbain de la ville d'agde

DOSSIER D'EXPERTS. La vidéosurveillance réglementation et pratique. Par Eddie MALLIÉ, responsable du centre superviseur urbain de la ville d'agde DOSSIER D'EXPERTS REF. 315 La vidéosurveillance réglementation et pratique Par Eddie MALLIÉ, responsable du centre superviseur urbain de la ville d'agde LA LETTRE DU CADRE TERRITORIAL Editions de «La Lettre

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Assistance et conseil technique et administratif aux collectivités en urbanisme réglementaire Toute collectivité maître d ouvrage de

Plus en détail

Solution contre les intrusions : système intelligent de vidéosurveillance par caméra thermique. Caméras thermiques de Sécurité & Surveillance

Solution contre les intrusions : système intelligent de vidéosurveillance par caméra thermique. Caméras thermiques de Sécurité & Surveillance : système intelligent de vidéosurveillance par caméra thermique Caméras thermiques de Sécurité & Surveillance Les mobiles d une intrusion Vandalisme Espionnage Sabotage Attentat Terrorisme Les risques

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX FOURNITURE, INSTALLATION ET MAINTENANCE D UN SYSTEME DE VIDEO-PROTECTION URBAINE

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX FOURNITURE, INSTALLATION ET MAINTENANCE D UN SYSTEME DE VIDEO-PROTECTION URBAINE Commune de Collonges au Mont d Or MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Passé selon la procédure adaptée prévue par l article 28 du Code des Marchés Publics MAITRE DE L OUVRAGE : Commune de Collonges au Mont d Or CAHIER

Plus en détail

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE

DIRECTION TECHNIQUE VIDEOSURVEILLANCE I - OBJET La vidéosurveillance est un outil au service de la sécurité et de la prévention du Centre hospitalier du Mans. Ses objectifs sont de prévenir l atteinte aux personnes et aux biens et d augmenter

Plus en détail

LOGICIEL DE VIDEOSURVEILLANCE IPRECORD-MX4

LOGICIEL DE VIDEOSURVEILLANCE IPRECORD-MX4 LOGICIEL DE VIDEOSURVEILLANCE IPRECORD-MX4 ARCLAN' System Réf : DC2012/12-01 Date : décembre 2012 Page 1/11 Tel.04.42.97.70.75 Siège Social Fax.04.42.97.71.99 ZI Les Milles Actimart II Lot 9 1140 Rue Ampère

Plus en détail

Les réseaux de campus. F. Nolot 2008 1

Les réseaux de campus. F. Nolot 2008 1 Les réseaux de campus F. Nolot 2008 1 Les réseaux de campus Les architectures F. Nolot 2008 2 Les types d'architectures L'architecture physique d'un réseau de campus doit maintenant répondre à certains

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX FOURNITURE, INSTALLATION ET MAINTENANCE D UN SYSTEME DE VIDEO-PROTECTION

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX FOURNITURE, INSTALLATION ET MAINTENANCE D UN SYSTEME DE VIDEO-PROTECTION Commune de Collonges au Mont d Or MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Passé selon la procédure adaptée prévue par l article 28 du Code des Marchés Publics MAITRE DE L OUVRAGE : Commune de Collonges au Mont d Or DECOMPOSITION

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

Gestion active des bâtiments. Classification des niveaux d intégration de la sécurité

Gestion active des bâtiments. Classification des niveaux d intégration de la sécurité Gestion active des bâtiments Classification des niveaux d intégration de la sécurité L évaluation de la performance d un bâtiment tient compte de sa consommation énergétique et de son empreinte environnementale

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence DCS-3420 Désignation Caméra Internet sans fil à vision diurne et nocturne Clientèle cible Entreprises Secteur public Secteur de la surveillance Accroche marketing En

Plus en détail

La clé pour une sécurité d envergure, tournée vers le futur

La clé pour une sécurité d envergure, tournée vers le futur La clé pour une sécurité d envergure, tournée vers le futur Une interface essentielle pour une supervision globale de vos locaux Eden est l une des sociétés pionnières dans le domaine du contrôle d accès.

Plus en détail

«Synexie Display, votre communication unifiée, web, mobile, affichage numérique» www.synexie-display.fr

«Synexie Display, votre communication unifiée, web, mobile, affichage numérique» www.synexie-display.fr «Synexie Display, votre communication unifiée, web, mobile, affichage numérique» www.synexie-display.fr Nos références Synexie Display : Présentation Synexie Display est l aboutissement de nos travaux

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-102 DU 4 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-102 DU 4 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-102 DU 4 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

CHARTE D ETHIQUE DE LA VIDEO PROTECTION

CHARTE D ETHIQUE DE LA VIDEO PROTECTION CHARTE D ETHIQUE DE LA VIDEO PROTECTION 1 Préambule La ville de Saint Jean de la Ruelle a décidé de procéder à la mise en place d un système de vidéo protection dans un cadre partenarial avec un bailleur.

Plus en détail

Normes et Principes des Réseaux

Normes et Principes des Réseaux Normes et Principes des Réseaux DI / Polytech Tours J.Y. RAMEL 2005-2006 Bibliographie 2 LIVRES : Les réseaux. Guy Pujolle. Eyrolles. 1997. Réseaux Locaux: Normes & Protocoles. Pierre Rolin. Hermès. 1993.

Plus en détail

la convention qu'elle passe avec un opérateur public ou privé

la convention qu'elle passe avec un opérateur public ou privé I. - Les enregistrements visuels de vidéosurveillance répondant aux conditions fixées au II sont soumis aux dispositions ci-après, à l'exclusion de ceux qui sont utilisés dans des traitements automatisés

Plus en détail

H2012 : Cahier des charges

H2012 : Cahier des charges H2012 : Cahier des charges Présentation COPIL régional 28/10/2010 ES 1 Rappel de la démarche ES 1 ES 3 Cartographie du SI ES 37 Définition du contexte de mise en œuvre dans chaque ES ES 1 ES 1 ES 3 ES

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) Commune de CAZERES/GARONNE MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Passé selon la procédure adaptée prévue par l article 28 du Code des Marchés Publics MAITRE DE L OUVRAGE : Commune de CAZERES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

Maîtriser les conditions d application du décret hébergeur dans les coopérations territoriales en biologie médicale

Maîtriser les conditions d application du décret hébergeur dans les coopérations territoriales en biologie médicale Repères juridiques Maîtriser les conditions d application du décret hébergeur dans les coopérations territoriales en biologie médicale Janvier 2014 - V7.0 L ASIP Santé a été sollicitée par l ANAP afin

Plus en détail

Solutions informatiques (SI) Semestre 1

Solutions informatiques (SI) Semestre 1 Solutions informatiques (SI) Cette unité vise l acquisition de compétences générales à partir desquelles sont construites les compétences propres aux parcours de spécialisation. Elle comprend, d une part,

Plus en détail

CONSEIL EN SURETE - SECURITE INTELLIGENCE ECONOMIQUE

CONSEIL EN SURETE - SECURITE INTELLIGENCE ECONOMIQUE Web T&C conseil CONSEIL EN SURETE - SECURITE INTELLIGENCE ECONOMIQUE Développons ensemble les bases qui garantiront la sécurité et la sûreté de chacun CONSEIL EN SURETE - SECURITE INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Plus en détail

Expert ou chef de projet en contrôle-commande

Expert ou chef de projet en contrôle-commande Expert ou chef de projet en contrôle-commande C1C25 Electronique, électrotechnique ou contrôle-commande - IR Spécialités L expert ou chef de projet en contrôle-commande peut être amené à se spécialiser

Plus en détail

STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI)

STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI) STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI) Article 1 : Préambule. La Direction de l Informatique et des Systèmes d Information est un service général de l Université

Plus en détail

Stockeurs numériques Dynrec

Stockeurs numériques Dynrec Stockeurs numériques Base PC Analogiques et Hybrides (Ip) Vos images sont précieuses -pcbased-2007/2 Une gamme complète, avec deux lignes de stockeurs Avance et, répondant à tous les besoins de la vidéo-surveillance

Plus en détail

Fourniture. d un système de gestion de messages électroniques. et d outils collaboratifs. d un système de protection anti-virus (en option)

Fourniture. d un système de gestion de messages électroniques. et d outils collaboratifs. d un système de protection anti-virus (en option) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Fourniture d un système de gestion de messages électroniques et d outils collaboratifs d un système de protection anti-virus (en option) Pour le Centre

Plus en détail

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE PRÉAMBULE Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de SABLÉ-SUR-SARTHE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Courants porteurs en ligne et vidéosurveillance. Villeneuve-la-Garenne. 2 février 2005

DOSSIER DE PRESSE. Courants porteurs en ligne et vidéosurveillance. Villeneuve-la-Garenne. 2 février 2005 DOSSIER DE PRESSE Courants porteurs en ligne et vidéosurveillance Villeneuve-la-Garenne 2 février 2005 Signataires de la convention d expérimentation : Partenaires du projet : Le 2 février 2005 COMMUNIQUE

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1998 11 33 0173 Catégorie : C Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien (ne) de maintenance

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

Installation et maintenance télécoms et courants faibles

Installation et maintenance télécoms et courants faibles Appellations Agent / Agente de maintenance en systèmes d'alarme et de sécurité Technicien / Technicienne d'essais et de contrôle en télécommunications Agent / Agente technique en radio communication Technicien

Plus en détail

LOCATION ET MAINTENANCE DE NEUF SYSTEMES D IMPRESSION NUMERIQUE MULTIFONCTIONS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

LOCATION ET MAINTENANCE DE NEUF SYSTEMES D IMPRESSION NUMERIQUE MULTIFONCTIONS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) LOCATION ET MAINTENANCE DE NEUF SYSTEMES D IMPRESSION NUMERIQUE MULTIFONCTIONS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Date d envoi à la publication :18 janvier 2010 Date limite de réception

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

La sûreté De la solution de sécurité à l hypervision

La sûreté De la solution de sécurité à l hypervision La sûreté De la solution de sécurité à l hypervision Page 1 Sûreté électronique : faire de ce monde un lieu plus sûr Des solutions d hypervision pour les sites sensibles ainsi que la mise en œuvre de systèmes

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

Séminaire WagrALIM. Food factory of the future 24 mars 2014. Le process control au service de la traçabilité et des KPI de productivité

Séminaire WagrALIM. Food factory of the future 24 mars 2014. Le process control au service de la traçabilité et des KPI de productivité 1 Séminaire WagrALIM Food factory of the future 24 mars 2014 Le process control au service de la traçabilité et des KPI de productivité François Vanhaetsdaele 2 Qui est TECHNORD? 360 employés Belgique,

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

BIG DATA PARIS Révolutionnez votre gestion des Données Patients!

BIG DATA PARIS Révolutionnez votre gestion des Données Patients! BIG DATA PARIS Révolutionnez votre gestion des Données Patients! 20-21 mars 2012 Cité Internationale universitaire Paris Présentation d un projet opérationnel : Région sans Film Imagerie Médicale Partagée

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE VIDEOSURVEILLANCE Introduction 2.1 Vidéosurveillance : pourquoi? 2.2 Architecture d une installation de vidéosurveillance 2.2.1 Vidéosurveillance en circuit fermé et circuit

Plus en détail

Ce système de surveillance visuelle intègre le traitement et le chiffrage hautement sophistiqués de vidéo avec communications cellulaires sans fil.

Ce système de surveillance visuelle intègre le traitement et le chiffrage hautement sophistiqués de vidéo avec communications cellulaires sans fil. Solution en vidéo-surveillance offre la solution la plus complète pour tous besoins dans le domaine de la vidéosurveillance en répondant aux applications les plus exigeantes du marché. Cette solution de

Plus en détail

Règlement des administrateurs de ressources informatiques de l'université de Limoges

Règlement des administrateurs de ressources informatiques de l'université de Limoges Règlement des administrateurs de ressources informatiques de l'université de Limoges Approuvé en Conseil d Administration le 19 mars 2012 1 Préambule... 2 1.1 Terminologie... 2 1.2 Complément de définition

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

PREVENTION VOL ET VANDALISME LA FILIALE DE GRAA : S.P.A.R.A. (Ste pour la Prévention et l Amélioration des Risques d Assurance)

PREVENTION VOL ET VANDALISME LA FILIALE DE GRAA : S.P.A.R.A. (Ste pour la Prévention et l Amélioration des Risques d Assurance) PREVENTION VOL ET VANDALISME LA FILIALE DE GRAA : S.P.A.R.A. (Ste pour la Prévention et l Amélioration des Risques d Assurance) STATISTIQUE DE LA DELINQUANCE SUR L ISERE Progression dans la baisse de la

Plus en détail

BP 2015. Les équipements technologiques de l'administration. Mme Calais, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie»

BP 2015. Les équipements technologiques de l'administration. Mme Calais, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» Direction Informatique et Réseaux Direction 27DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BP 2015 Les équipements technologiques de l'administration Mme

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

LES NOUVEAUX VÉHICULES CONNECTÉS PERMETTENT UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ NOTE D'APPLICATION

LES NOUVEAUX VÉHICULES CONNECTÉS PERMETTENT UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ NOTE D'APPLICATION LES NOUVEAUX VÉHICULES CONNECTÉS PERMETTENT UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ NOTE D'APPLICATION INTRODUCTION L'ère du terminal intelligent a permis aux utilisateurs de rester constamment connectés, et ce grâce

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-96 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

PLAN DE FORMATION TECHNICIEN(NE) D'ASSISTANCE EN INFORMATIQUE TAI

PLAN DE FORMATION TECHNICIEN(NE) D'ASSISTANCE EN INFORMATIQUE TAI PLAN DE FORMATION TECHNICIEN(NE) D'ASSISTANCE EN INFORMATIQUE TAI Technicien(ne) d'assistance en Informatique Titre professionnel Ministère du travail : TP-00476 Niveau : IV Date de parution au JO : 26

Plus en détail

RESPONSABLE OPERATIONNEL

RESPONSABLE OPERATIONNEL Fabrice CATAN Tel : 06 70 60 46 37 93130 Noisy le sec Email : fabrice@catan.fr Nationalité Française Site web : http://www.fabrice.catan.fr FORMATION GENERALE RESPONSABLE OPERATIONNEL 2005 Diplôme Supérieur

Plus en détail

SISELL. Solutions intelligentes pour la vidéosurveillance. Recherche multicritères. Génération de rapports. Extraction de données.

SISELL. Solutions intelligentes pour la vidéosurveillance. Recherche multicritères. Génération de rapports. Extraction de données. SISELL Solutions intelligentes pour la vidéosurveillance Recherche multicritères Détection Pistage Extraction de données Génération de rapports 3 FONCTIONS La Vidéosurveillance En 3 fonctions clés... Gestion

Plus en détail

Installation du Comité d Ethique le 13 novembre 2009. Préfecture de Police - Secrétariat Général pour l'administration 1

Installation du Comité d Ethique le 13 novembre 2009. Préfecture de Police - Secrétariat Général pour l'administration 1 Installation du Comité d Ethique le 13 novembre 2009 Préfecture de Police - Secrétariat Général pour l'administration 1 Les membres du comité d éthique Président : Roland Kessous Les membres Membres désignés

Plus en détail

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Technicien de maintenance vidéo Version 1 «Technicien de maintenance vidéo» APPELLATION(S) DU METIER Technicien de maintenance audiovisuel DEFINITION DU METIER Le technicien de maintenance est en charge

Plus en détail

INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT

INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT 1 SOMMAIRE LA LEGISLATION :...3 Professionnel ou entreprise...3 Lieu privé...3 INDICE DE PROTECTION DES EQUIPEMENTS :...4 CONFORMITE...5 DECLARATION :...6 Entreprise

Plus en détail

Synthèse de conception de réseaux Page 1/8

Synthèse de conception de réseaux Page 1/8 Guide de conception de réseaux interconnectés... 2 Objectifs généraux... 2 Démarche générale... 3 I. Conception et planification... 3 II. Mise en œuvre... 3 Eléments d une proposition de solution... 4

Plus en détail

Séries eneo NXC et NXD. bsw-security.ch. b QUATRE FLUX VIDÉO MULTIPLES. c COMPRESSION H.264. f POWER-OVER-ETHERNET. a COMPATIBILITÉ ONVIF

Séries eneo NXC et NXD. bsw-security.ch. b QUATRE FLUX VIDÉO MULTIPLES. c COMPRESSION H.264. f POWER-OVER-ETHERNET. a COMPATIBILITÉ ONVIF b QUATRE FLUX VIDÉO MULTIPLES c COMPRESSION H.264 f POWER-OVER-ETHERNET a COMPATIBILITÉ ONVIF Séries eneo NXC et NXD Caméras IP mégapixel avec RoI (Region of Interest) et compatibilité ONVIF bsw-security.ch

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHÈSE. Accéder facilement à la vidéo sur IP Les encodeurs vidéo offrent instantanément les avantages de la surveillance sur IP

DOCUMENT DE SYNTHÈSE. Accéder facilement à la vidéo sur IP Les encodeurs vidéo offrent instantanément les avantages de la surveillance sur IP DOCUMENT DE SYNTHÈSE Accéder facilement à la vidéo sur IP Les encodeurs vidéo offrent instantanément les avantages de la surveillance sur IP TABLE DES MATIÈRES 1. Accéder facilement à la vidéo sur IP 3

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE Z.I. Saint Lambert des Levées - 49412 SAUMUR Cedex - France Tél. (+33) 02 41 40 41 40 - Fax. (+33) 02 41 40 41 49 www.castel.fr SOMMAIRE TITRE SECTION TABLE DES MATIERES Domaine

Plus en détail

Pour une gestion durable de l éclairage public

Pour une gestion durable de l éclairage public Pour une gestion durable de l éclairage public Mardi 6 décembre 2011 Amphi des 13-Vents CETE Méditerranée - Aix-en-Provence Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr

Plus en détail

Fabriquant de Solutions IP

Fabriquant de Solutions IP Fabriquant de Solutions IP Catalogue 2015 Logiciel & Application Caméras IP & Serveurs Switches Accessoires Logiciel & Application NG Office CMS2 (Centralized Monitoring System) p. 6 Application NG Office

Plus en détail

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES LES RÉSEAUX INFORMATIQUES Lorraine Le développement d Internet et de la messagerie électronique dans les entreprises a été, ces dernières années, le principal moteur de la mise en place de réseau informatique

Plus en détail

Centre de Supervision Urbain de la Ville de Marseille

Centre de Supervision Urbain de la Ville de Marseille Centre de Supervision Urbain de la Ville de Marseille La Ville de Marseille a investi plus de 9 millions d!euros pour la création du Centre de Supervision Urbain (CSU) et l!implantation de caméras pour

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

La grille de services du TGE Adonis

La grille de services du TGE Adonis La grille de services du TGE Adonis 16 septembre 2011 Quatre actions Diffusion sur internet via un cluster web à l exception des sites de laboratoire Stockage intermédiaire sécurisé des données «hors osmurs

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE?

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE? Cet équipement combine les technologies de l audiovisuel, de l informatique et des télécommunications pour permettre à des personnes situées dans des lieux différents de dialoguer, de se voir et éventuellement

Plus en détail

Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance?

Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance? Comment déployer rapidement et à moindre coût des caméras de vidéosurveillance? Olivier Maillard Responsable d Activité Hélène Depardé Chargée de Mission Marketing AnyMAX, Une Société une société du du

Plus en détail

Sommaire. Catalogue des services - DSP Guyane Numérique

Sommaire. Catalogue des services - DSP Guyane Numérique Sommaire SERVICE DE FIBRES NOIRES... 2... 2... 2... 3 SERVICE D HEBERGEMENT... 3... 3... 3... 4 SERVICE DE BANDE PASSANTE POINT A POINT... 5... 5... 5... 5 SERVICE DE RACCORDEMENT IP POINT MULTIPOINT...

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

BTS : Service Informatique aux Organisations (Programme SLAM)

BTS : Service Informatique aux Organisations (Programme SLAM) BTS : Service Informatique aux Organisations (Programme SLAM) 1 TRONC COMMUN SOLUTIONS INFORMATIQUES - Support système des accès utilisateurs Solutions techniques d accès et systèmes d'exploitation associés

Plus en détail

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE Intervenant: Dominique LUIS1 SOMMAIRE Introduction Les étapes du projet L étude d opportunité L étude de faisabilité

Plus en détail

II. AUTRES MISSIONS 4

II. AUTRES MISSIONS 4 Lettre de mission DSI Version : finale Date : 16/06/2008 CONTENU DU DOCUMENT I. MISSIONS COUVRANT LE CHAMP DES ACTIVITES DE TETE DE RESEAU 2 II. AUTRES MISSIONS 4 1 I. Missions couvrant le champ des activités

Plus en détail

LA TÉLÉPHONIE FIXE UNE SOLUTION POUR MIEUX COMMUNIQUER, ÉCONOMIQUE ET LISIBLE A LA FOIS.

LA TÉLÉPHONIE FIXE UNE SOLUTION POUR MIEUX COMMUNIQUER, ÉCONOMIQUE ET LISIBLE A LA FOIS. LA TÉLÉPHONIE FIXE UNE SOLUTION POUR MIEUX COMMUNIQUER, ÉCONOMIQUE ET LISIBLE A LA FOIS. VOS CONTACTS SFR BUSINESS TEAM M. Ludovic FONTAINE INTERLOCUTEUR COMMERCIAL 01 55 60 70 92 lfontaine@prodecom.fr

Plus en détail

Collaboration interactive totale. La plate-forme de collaboration interactive de Barco pour les salles de réunion et de formation

Collaboration interactive totale. La plate-forme de collaboration interactive de Barco pour les salles de réunion et de formation Collaboration interactive totale La plate-forme de collaboration interactive de Barco pour les salles de réunion et de formation Le terrain est à vous...sans limites! Le sujet de la réunion est ouvert

Plus en détail

Notice d installation des cartes 3360 et 3365

Notice d installation des cartes 3360 et 3365 Notice d installation des cartes 3360 et 3365 L architecture ci-dessous représente de manière simplifiée l utilisation des cartes IP 3360 et Wi-Fi 3365, associée à une centrale Harmonia La carte IP 3360

Plus en détail

TP Vidéo surveillance Bac pro SEN CCTV. Lycée de L Aa 1

TP Vidéo surveillance Bac pro SEN CCTV. Lycée de L Aa 1 CCTV Lycée de L Aa 1 Mise en situation Le Lycée de l Aa contact la société SENINSTAL, faisant suite à une appel d offre pour effectuer l installation d un système de vidéo surveillance dans une de ses

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du :

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.)

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Qu est-ce que c est? L'article R123-2 du Code de la Construction et de l'habitation précise : "... constituent des établissements recevant du public tous

Plus en détail

Télécoms : Comment optimiser votre budget. Philippe LOUISON Chef de produits plouison@ugap.fr Tel : 01 64 73 25 75

Télécoms : Comment optimiser votre budget. Philippe LOUISON Chef de produits plouison@ugap.fr Tel : 01 64 73 25 75 Télécoms : Comment optimiser votre budget Philippe LOUISON Chef de produits plouison@ugap.fr Tel : 01 64 73 25 75 UGAP Avantages de l UGAP Sécurité juridique Attractivité des tarifs Maillage géographique

Plus en détail

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18 Le 26 septembre 2011 JORF n 0103 du 4 mai 2010 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 29 avril 2010 fixant les conditions de certification des installateurs de systèmes de vidéosurveillance NOR: IOCD0928681A Le ministre

Plus en détail