SOMMAIRE REGLEMENT PEDAGOGIQUE... 3 REGLE CONCERNANT L ASSIDUITE... 9 PLAGIAT D INFORMATIONS PROVENANT D INTERNET... 11

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE REGLEMENT PEDAGOGIQUE... 3 REGLE CONCERNANT L ASSIDUITE... 9 PLAGIAT D INFORMATIONS PROVENANT D INTERNET... 11"

Transcription

1 SOMMAIRE REGLEMENT PEDAGOGIQUE... 3 REGLE CONCERNANT L ASSIDUITE... 9 PLAGIAT D INFORMATIONS PROVENANT D INTERNET ORGANISATION PEDAGOGIQUE MASSES HORAIRES ET DESCRIPTION DES MODULES PREMIERE ANNEE 16 SCIENCES ET TECHNIQUE DE L INGENIEUR HUMANITES, LANGUES ET GESTION MODULES ELECTIFS DEUXIEME ANNEE 40 TRONC COMMUN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L INGENIEUR HUMANITES, LANGUES ET GESTION OUVERTURE TECHNOLOGIQUE DOMINANTES AUTOMATIQUE ET ROBOTIQUE INDUSTRIELLE ARCHITECTURE ET SECURITE DES RESEAUX ENERGIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE ELECTRONIQUE DES SYSTEMES POUR L AUTOMOBILE ET L AEROESPACE GENIE ELECTRIQUE ET TRANSPORT GENIE DES SYSTEMES D INFORMATION INGENIEUR D AFFAIRES INGENIERIE DES COMMUNICATIONS INGENIEUR FINANCE INGENIERIE DES SYSTEMES EMBARQUES INGENIERIE DES SYSTEMES MEDICAUX MECATRONIQUE ET GENIE ELECTRIQUE

2 TROISIEME ANNEE 127 TRONC COMMUN HUMANITES, LANGUES ET GESTION MODULES ELECTIFS GENERAUX DOMINANTES AUTOMATIQUE ET ROBOTIQUE INDUSTRIELLE ARCHITECTURE ET SECURITE DES RESEAUX ENERGIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE GENIE ELECTRIQUE ET TRANSPORT GENIE DES SYSTEMES D INFORMATION INGENIEUR D AFFAIRES INGENIERIE DES COMMUNICATIONS INGENIEUR FINANCE INGENIERIE DES SYSTEMES EMBARQUES INGENIERIE DES SYSTEMES ELECTRONIQUES DE TELECOMMUNICATION INGENIERIE DES SYSTEMES MEDICAUX MECATRONIQUE ET GENIE ELECTRIQUE

3 REGLEMENT PEDAGOGIQUE ORGANISATION DES ETUDES REPARTITION La formation est organisée en six semestres, soit trois années d études. L ensemble du cursus représente environ 2053 heures réparties de la façon suivante : heures en première année du cycle ingénieur, heures en deuxième année du cycle ingénieur, heures en troisième année du cycle ingénieur. A ces horaires s ajoutent les stages obligatoires de première année, d une durée minimale d un mois, de seconde année, d une durée minimale de deux mois, et de troisième année, d une durée minimale de quatre mois. L enseignement est dispensé sous forme de cours, travaux dirigés, travaux pratiques, projets (Projet Initiative et Créativité et Projet Ingénieur) apprentissages par problèmes et stages. Ces trois dernières activités sont les maillons de la Pédagogie Active qui structure l ensemble du cursus et qui est une composante essentielle dans l élaboration du Projet Personnel et Professionnel de chaque élève ingénieur. Les trois premiers semestres constituent essentiellement un tronc commun généraliste. Le quatrième et le cinquième semestre comprennent un enseignement commun à tous les élèves et un enseignement d approfondissement dans une dominante. Le sixième semestre consiste en un stage ingénieur en entreprise. Le choix des dominantes est effectué par les élèves ingénieurs en fonction de leurs souhaits et du nombre de places offertes. Le classement obtenu en première année permet, en dernier recours, de résoudre les éventuels litiges. Ces dominantes ne font pas l objet d une mention sur le diplôme. La direction de l ESIGELEC peut proposer, après sélection, à une partie des élèves ingénieurs de dernière année de préparer un Diplôme National de Mastère (DNM) parallèlement à leur dernière année. Dans ce cas, la deuxième année du cycle ingénieur fournit l équivalence de la première année de mastère (M1), la troisième année du cycle ingénieur s articule avec la deuxième année de mastère (M2) conformément à la convention ESIGELEC/Université régissant le DNM concerné. Elle peut proposer également, après sélection, un cursus à l étranger avec ou sans double diplôme, ou un double diplôme avec NEOMA, Audencia, ou Télécom Ecole de Management. 3

4 EVALUATION DES CONNAISSANCES Chaque module d enseignement théorique ou pratique dispensé à l école fait l objet d une évaluation des connaissances et aptitudes acquises. Le mode de contrôle est continu. Plusieurs modes d évaluation peuvent être utilisés : Devoirs surveillés, Interrogations orales, Rapport écrit, Soutenance, Réalisation expérimentale, Manipulations. Le programme est constitué d un ensemble de matières composées d un ou de plusieurs modules affectés de coefficients. Chaque matière (ou module) est affectée d un nombre de crédits ECTS. Le nombre de crédits ECTS affectés à une matière est la somme des crédits correspondant à chaque module qui la constitue. Chaque contrôle est sanctionné par une note comprise entre 0 et 20. Toute tentative de fraude est sanctionnée par la note 0. La moyenne des notes obtenues aux contrôles dans un module détermine la note moyenne annuelle de ce module. La note annuelle d une matière (n.a.) est obtenue en effectuant la moyenne des notes des modules composant cette matière affectés de leurs coefficients. Pour chaque étudiant la moyenne des différentes notes annuelles des matières (n.a.) affectées de leurs coefficients respectifs détermine la note générale (N.G.). Les modalités de contrôle, les coefficients applicables à chaque module et à chaque matière ainsi que les crédits ECTS correspondants sont précisés dans le règlement pédagogique intérieur de l année en cours. 4

5 VALIDATION D UNE ANNEE La validation d une année est prononcée par le Jury dont les membres sont nommés par le Directeur Général de l Ecole. Plusieurs cas sont à envisager : 1) La note générale (N.G.) est supérieure ou égale à 12/20 : Si aucune note annuelle de matière (n.a.) de l étudiant n est inférieure à 7/20 et si la moyenne annuelle du module d anglais est supérieure ou égale à 10, il est admis en année supérieure et 60 crédits ECTS lui sont attribués. Si une ou plusieurs notes annuelles de matières (n.a.) est ou sont inférieures à 7/20, le jury peut, après délibération, soumettre l étudiant à un examen de réparation dans un ou plusieurs modules composant cette ou ces matières. Si la moyenne annuelle du module d anglais est inférieure à 10/20, le jury peut, après délibération, soumettre l étudiant à un examen de réparation dans ce module. 2) La note générale (N.G.) est comprise entre 10 et 12 : L étudiant peut être soit autorisé à redoubler, soit soumis à un examen de rattrapage dont les modalités sont définies par le jury. 3) La note générale (N.G.) est inférieure à 10 : Le jury peut décider de soumettre l élève à un examen de réparation pour lui permettre éventuellement de redoubler ou, en cas de résultats très insuffisants, prononce son exclusion. LES EXAMENS DE REPARATION OU DE RATTRAPAGE Les étudiants soumis à un examen de réparation (ou de rattrapage) en sont avisés individuellement. Ces examens ont lieu avant la rentrée universitaire suivante. Les notes obtenues lors de l examen se substituent aux anciennes notes pour le calcul de la nouvelle moyenne. Toute absence à un examen de réparation (ou de rattrapage) entraînera la note 0 qui remplacera la note obtenue en cours d année. Avec ces nouvelles notes : Pour être admis en année supérieure, les conditions suivantes doivent être réunies : La note générale doit être égale ou supérieure à 12/20, Aucune note annuelle de matière ne doit être inférieure à 7/20, La note annuelle du module d anglais doit être supérieure à 10/20. 5

6 Pour être admis à redoubler : La note générale doit être égale ou supérieure à 11/20 Après avoir pris connaissance des résultats obtenus par les élèves aux examens de réparation, le Jury prononce à l égard de chacun d eux et selon le cas considéré : L admission en classe supérieure. Dans ce cas, 60 crédits ECTS sont attribués à l étudiant. Le redoublement. Dans ce cas, certains étudiants pourront garder, sur décision de la Direction du Cycle Ingénieur et dans la limite de 30% de l ensemble des modules de l année de redoublement, le bénéfice de ceux pour lesquels la note obtenue est supérieure à 15/20, en excluant les notes obtenues aux éventuelles épreuves de rattrapage. Un seul redoublement est autorisé au cours de la scolarité, sauf pour raison de santé dûment constatée. L exclusion. Dans ce cas, l école peut fournir, sur demande, un certificat mentionnant le nombre de crédits obtenus. Ce nombre correspond à la somme des crédits affectés aux modules pour lesquels la note obtenue est supérieure à 12/20. N.B : Pour des cas particuliers concernant des étudiants qui n ont pu assister, en accord avec la Direction du Cycle Ingénieur, aux examens de réparation initialement programmés, le jury pourra prononcer soit un redoublement, soit un passage conditionnel en année supérieure. Dans ce cas, les examens de réparation devront être passés dans les deux semaines qui suivent la rentrée. 1) Aucun élève exclu de l ESIGELEC ne pourra revenir dans l Etablissement, que ce soit par le biais d un autre concours ou tout autre moyen. Toute exclusion est définitive. 2) Aucun élève admis à passer en deuxième année du cycle ingénieur classique ne pourra intégrer cette même année en cycle ingénieur par apprentissage. Le Directeur pourra très exceptionnellement solliciter le Jury qui validera l entrée en deuxième année d apprentissage dans le cas d un élève dont il jugerait les résultats scolaires exceptionnellement méritants. Cependant, la décision finale revient au Jury. 3) Aucun élève de première année du cycle ingénieur classique que le Jury aura admis à redoubler, ne pourra effectuer son redoublement en première année du cycle ingénieur par apprentissage. 4) Aucun élève ayant démissionné au cours de sa première année du cycle ingénieur classique ne pourra être réintégré l année suivante en première année du cycle ingénieur par apprentissage, si sa démission est postérieure à la date de clôture des inscriptions en filière apprentissage. 5) En cas de rupture du contrat d apprentissage d un apprenti dans le courant de sa scolarité, de son fait ou de celui de l entreprise, l apprenti peut : - 5.1) Poursuivre sa formation en apprentissage, s il retrouve une entreprise et signe un contrat d apprentissage dans un délai d un mois après la date de rupture - 5.2) Intégrer le cycle ingénieur classique de son année pour lequel il doit alors s acquitter des droits de scolarité de l année en cours, dans leur totalité si la rupture a lieu avant la fin du premier semestre du cycle apprentissage, et pour moitié si la rupture se produit dans le deuxième semestre. 6

7 ASSIDUITE Les modalités de l assiduité et son contrôle sont définies dans la note jointe en annexe. SANCTION DES ETUDES DELIVRANCE DU DIPLOME D INGENIEUR La délivrance du diplôme d ingénieur est soumise à trois conditions : 1- Obtenir, en troisième année, une note générale supérieure ou égale à 12 sans moyenne particulière inférieure à 7, une note de stage ingénieur supérieure à 10 et une note au module d anglais supérieure à 10. Les élèves dont la note générale est comprise entre 10 et 12 sont, après délibération du jury, soit autorisés à passer dans une ou plusieurs matières un examen de rattrapage, soit admis à redoubler, soit exclus de l école. Les élèves qui, à la suite des examens de réparation ou de rattrapage n ont pas obtenu des résultats satisfaisants, peuvent être éventuellement autorisés à redoubler par décision du jury. Les élèves dont la note générale est inférieure à 10 sont soit autorisés à passer un examen de rattrapage afin de pouvoir redoubler, soit exclus de l école. 2- Obtenir, au terme du cursus, au moins 785 points au TOEIC (Test of English for International Communication). 3- Avoir effectué une mobilité à l international, d une durée d au moins trois mois, validée par l école. Les étudiants, quelque soit leur nationalité (y compris française), ayant réalisé au minimum leurs études secondaires hors de la France métropolitaine et de la Corse, sont dispensés de séjour à l étranger. Les élèves ayant satisfait à ces trois conditions sont proposés pour l obtention du diplôme d ingénieur ESIGELEC. Ceux qui ont satisfait à la première condition, mais qui n ont pas obtenu le score minimum requis au TOEIC et/ou qui n ont pas effectué une mobilité à l international validée par l école, seront ajournés pour une durée limitée jusqu à ce qu ils aient régularisé leur situation. 7

8 Recours : Le jury de l ESIGELEC est souverain. Aucune demande d une double correction ou de révision de notes n est recevable. Les réclamations portent uniquement sur des erreurs de report des notes ; les élèves (ou apprentis ou stagiaires de la formation continue) disposent d un délai de 15 jours après le jury, pour déposer leur recours, recours argumenté et envoyé par écrit en recommandé au Directeur Général de l Ecole. DELIVRANCE D UN CERTIFICAT DE SCOLARITE Les ingénieurs diplômés, admis sur titre directement en troisième année ne peuvent prétendre au diplôme d ingénieur de l école. Ils reçoivent un certificat de scolarité attestant qu ils ont suivi les activités pédagogiques de troisième année. 8

9 REGLEMENT CONCERNANT L ASSIDUITE La présence aux enseignements et aux examens est obligatoire. Un crédit de 30 heures d'absence est alloué en début d'année scolaire. Hors les cas particuliers listés ci-dessous, toute absence sera prélevée sur ce crédit, y compris les absences pour maladie. Aucun justificatif ne vous sera demandé, sauf pour les cas particuliers. Cas particuliers : Sollicitations pour représentation de l'esigelec Hospitalisation (certificat d'hospitalisation obligatoire) Suspension pour non-paiement des frais de scolarité Convocations administratives extérieures (examen de permis, convocation à la Préfecture, JAPD, ) Cas exceptionnels suivis par le Service de la Scolarité Sanctions Plus de 30 heures d absence : retrait de 0,1 point sur la moyenne générale Plus de 50 heures d absence: retrait de 0,2 point sur la moyenne générale Plus de 70 heures d absence: retrait de 0,3 point sur la moyenne générale Plus de 90 heures d absence: retrait de 0,4 point sur la moyenne générale Plus de 110 heures d absence: redoublement ou exclusion A chaque passage de seuil, un avertissement écrit vous sera adressé et vous serez convoqué par le Service de la Scolarité. Dispositions complémentaires Absences aux examens o 2 examens au maximum sur l'année pourront être excusés. Absences aux séances pratiques o Si la durée d'absences dans une série de séances pratiques est supérieure strictement à 25% du volume de la série, la note zéro sera affectée à la série complète, y compris si les absences sont liées à l un des cas particuliers listés plus haut. Retards, absences et exclusions o Une exclusion est équivalente à une absence o Cours et travaux dirigés: aucun retard ne sera toléré o Séances pratiques : retard inférieur à 30 minutes : l étudiant est accepté en séance et noté en retard avec une pénalité égale à la moitié de la durée de la séance retard supérieur 30 minutes : l étudiant n est pas accepté en séance et noté absent avec une pénalité égale à la durée de la séance 9

10 dans le cas d'une absence connue à l'avance et uniquement s il s agit d un des cas particuliers listés plus haut, l étudiant doit télécharger sur l ENT le formulaire de rattrapage pour y faire reporter les validations suivantes, dans cet ordre : o accord de l enseignant habituel ou avec celui susceptible de l accueillir pour valider la faisabilité o accord du Service de la Scolarité pour valider la faisabilité administrative du rattrapage o signature de l enseignant pour valider la présence le jour du rattrapage Le formulaire ainsi complété sera déposé au Service de la Scolarité. Saint Etienne du Rouvray, le 4 novembre 2014 H. BALDÉ Directeur des Formations 10

11 NOTE Objet : Plagiat d informations provenant d internet Lors de la correction de rapports et de comptes rendus donnant lieu à une évaluation, nous constatons de plus en plus fréquemment l utilisation du «copier/coller» en partie ou en totalité d articles provenant d internet, sans qu il soit explicitement fait mention des sources. Ceci constitue une appropriation de la propriété intellectuelle, ce qui est illégal. Je vous rappelle qu il est interdit de copier et/ou de traduire une partie ou l intégralité d un article provenant d internet même si les sources sont citées. Seule la reproduction de citations est «autorisée» à la condition que celles-ci soient clairement identifiées et référencées dans le rapport. Elles doivent être placées entre guillemets et référencées en bas de page. Tout travail doit comporter les références des ouvrages et/ou des sites internet qui ont servi à son élaboration. L ESIGELEC s est dotée d un outil permettant de détecter dans un texte le degré de plagiat sur internet et dans les documents déjà analysés. A compter de ce jour, chaque rapport et compte rendu (à l exception des travaux pratiques) devra être remis accompagné d une version informatique du document (CD ou fichier joint par mail). Le non-respect de ce principe et de ces règles entrainera l attribution de la note zéro au document devant être évalué et un éventuel passage devant le Conseil de discipline. St Etienne du Rouvray, le 15 septembre 2014 Habib BALDÉ Directeur des Formations 11

12 ORGANISATION PEDAGOGIQUE 1 ère Année La première année, d un volume de 813 heures en moyenne, constitue majoritairement un enseignement de base commun à tous les élèves ingénieurs. Le programme de la première année s articule en deux volets : Un parcours de découverte et d harmonisation, Un tronc commun généraliste Il a pour but : L harmonisation des savoirs : renforcement, selon les niveaux d origine, en mathématiques, électronique, informatique et anglais. L harmonisation des savoirs être : ateliers dont le but est de partir de la connaissance de soi pour enclencher un processus qui permettra de bâtir son Projet Personnel et Professionnel tout au long du cursus. La compréhension de l adéquation du cursus aux besoins des entreprises et la nécessité et complémentarité des domaines enseignés dans le cursus. Ce parcours de découverte et d harmonisation représente environ 15% du volume horaire total de première année. Le tronc commun généraliste, qui suit le parcours de découverte, fournit les connaissances scientifiques et les compétences managériales et linguistiques indispensables à un ingénieur généraliste. Il représente environ 85% du volume horaire total de première année. Ces enseignements de tronc commun portent sur : L approfondissement des connaissances scientifiques de base (Mathématiques, Physique) pour environ 14% du volume horaire total de première année, L acquisition de compétences techniques propres à nos domaines (télécommunications, informatique et réseaux, électronique, systèmes embarqués, électricité industrielle, automatique) pour environ 41% du volume horaire total de première année, L approche, le perfectionnement des sciences humaines utiles à l ingénieur (communication, culture générale, gestion de projet, langues) et la pédagogie par projet avec le Projet Initiative et Créativité pour environ 22% du volume horaire total de première année. L action associative, la participation à des activités de représentation de l école et la fonction de délégué de groupe sont évaluées dans le cadre de deux unités de valeur facultatives : l action associative et l engagement métier. La participation aux activités sportives, dans le cadre du sport universitaire, donne lieu à une évaluation. A la fin de la première année, les élèves ingénieurs doivent effectuer un stage «exécution» en entreprise, en France où à l étranger, d une durée minimale de 4 semaines, qui leur permettra de découvrir les contraintes industrielles et les relations humaines au sein de l entreprise. Ce stage fait l objet d un rapport et d une soutenance qui se déroulera en 2 ème année du cycle ingénieur. 12

13 2 ème Année La seconde année, d un volume de 780 heures en moyenne, comprend deux parties : des enseignements de tronc commun destinés à tous les élèves représentant environ 82% du volume horaire total, des enseignements de dominante représentant environ 18% du volume horaire total. Les enseignements de tronc commun sont répartis sur les deux semestres qui constituent l année. Ils portent sur : la poursuite de l acquisition des compétences techniques dans nos domaines (télécommunications, informatique et réseaux, électronique, systèmes embarqués, électricité industrielle, automatique), l acquisition de compétences humaines, managériales et linguistiques, la pédagogie par projet avec le début, au second semestre du projet ingénieur en relation avec le milieu industriel. Les enseignements de dominante débutent au second semestre. Ces dominantes, qui offrent au total 15 parcours possibles aux étudiants, sont : Automatique et Robotique Industrielle (ARI) (bilingue) Architecture et Sécurité des Réseaux (ASR) (bilingue) Energie et Développement Durable (EDD) (bilingue) Electronique des Systèmes pour l Automobile et l Aeroespace (ESAA) (bilingue) Génie Electrique et Transports (GET) (bilingue) Génie des Systèmes d information (GSI) (bilingue) : 2 parcours et deux dominantes Ingénieur d Affaires (IA) : 2 parcours (IR DES) (bilingue) Ingénierie des Communications (ICOM) (bilingue) Ingénieur Finance (IF) (bilingue) Ingénierie des Systèmes Embarqués (ISE) 2 parcours (bilingue) Ingénierie des Systèmes Médicaux (ISYMED) (bilingue) Ingénieur Mécatronique et Génie Electrique (MCTGE) (bilingue) L action associative, la participation à des activités de représentation de l école et la fonction de délégué de groupe sont évaluées dans le cadre de deux unités de valeur facultatives : l action associative et l engagement métier. La participation aux activités sportives, dans le cadre du sport universitaire, donne lieu à une évaluation. A la fin de la seconde année, les élèves ingénieurs doivent effectuer un stage «technicien» en entreprise, en France où à l étranger, d une durée minimale de 8 semaines, qui leur permettra de mettre en application leurs connaissances techniques en milieu industriel et d approfondir leurs connaissances sur le fonctionnement de l entreprise. Ce stage fait l objet d un rapport et d une soutenance qui se déroulera en 3 ème année du cycle ingénieur. 13

14 3 ème Année La troisième année se décompose en trois parties : une partie commune à tous les étudiants, des enseignements spécifiques à chaque dominante, un stage de fin d études. Les deux premières parties représentent environ 460 heures d enseignements et se déroulent au premier semestre. La partie commune à tous les étudiants représente environ 50% du volume total horaire et comporte : des enseignements managériaux et une sensibilisation aux métiers par le choix d une approche métier parmi les 10 proposées, Ingénieur Projet Ingénieur Entrepreneur Ingénieur à l International Ingénieur Recherche Ingénieur Qualiticien Ingénieur d Affaires Ingénieur Conseil Ingénieur Financier Ingénieur Logisticien Ingénieur de Production la finalisation du projet ingénieur par sa phase de réalisation. Les enseignements spécifiques de dominantes représentent environ 50% du volume total horaire et comportent : Des enseignements technologiques obligatoires pour chaque dominante Des enseignements électifs généraux et spécialisés Au second semestre, les élèves ingénieurs doivent effectuer un stage de fin d étude en entreprise, en France où à l étranger, d une durée minimale de 4 mois, qui leur permettra d occuper un poste d ingénieur débutant et d appréhender ainsi leur futur rôle dans l entreprise. Ce stage fait l objet d un rapport et d une soutenance. 14

15 15

16 16

17 1 ère ANNEE TRONC COMMUN MODULES OBLIGATOIRES SCIENCES ET TECHNIQUES DE L INGENIEUR MATHÉMATIQUES POUR L INGÉNIEUR Acquérir des méthodes et des outils mathématiques nécessaires à un ingénieur pour la modélisation et la résolution des problèmes en génie électrique, électronique, automatique et génie des procédés. Transformée de Laplace Applications à la résolution d équations différentielles Séries de Fourier Transformation intégrale de Fourier Applications à la résolution d équations aux dérivées partielles Transformation en Z THÉORIE DES PROBABILITÉS Faire apparaître le caractère aléatoire des phénomènes physiques (signaux aléatoires ) Assurer au maximum leur mesure pour aider à la décision et évaluer le coût. Espaces probabilisés Variables aléatoires discrètes Principales lois discrètes Variables aléatoires continues Loi normale et théorème de la limite centrale Problèmes de convergence : Loi faible des grands nombres TRANSFERTS THERMIQUES Identifier les différents modes de transfert thermique (conduction, convection, rayonnement) Connaitre les lois qui les régissent (Fourier, Newton, Planck et Stefan). Ecrire le bilan thermique global ou local d un système et ses conditions aux limites. Utiliser la notion de résistance thermique (milieu passif, situation stationnaire) 17

18 Appliquer ces notions à des situations impliquant l électricité. Notions fondamentales : température, flux, et densité de flux Lois fondamentales et conditions aux limites. Bilan thermique. Production d énergie thermique Notion de résistance thermique. Application à l habitat Ailettes : équation générale, dimensionnement, efficacité Régime instationnaire : nombre de Biot, nombre de Fourier Propagation thermique : diffusivité et effusivité Grandeurs caractéristiques du transfert radiatif Etalon de rayonnement : le corps noir Corps gris, corps gris par morceaux, émissivités spectrale et totale Absorptivités spectrale et totale. Effet de serre PHÉNOMÈNES ÉLECTROMAGNÉTIQUES Dimensionner, à partir d un cahier des charges, un dispositif électromagnétique simple. Utiliser les différents opérateurs mathématiques sur des problématiques électromagnétiques. Identifier les différents régimes (magnétostatique, électrostatique et propagation) Décrire les grandeurs constituant les équations de Maxwell Expliquer les différents phénomènes présents dans un condensateur et résoudre ce problème électrostatique en intégrant les caractéristiques physiques des matériaux. Expliquer les différents phénomènes présents dans un système magnétique et résoudre ce problème magnétostatique en intégrant les caractéristiques physiques des matériaux. Expliquer le phénomène de propagation dans un guide d onde et résoudre les équations de Maxwell pour obtenir les équations de propagation. Résoudre les équations de propagation dans le cas d une onde et réflexion de cette onde sur différents matériaux. Outils et opérateurs mathématiques. Introduction des différents régimes (magnétostatique, électrostatique et propagation) Introduction des équations de Maxwell et des lois constitutives. Etude d un problème électrostatique : le condensateur o Equations de Maxwell en électrostatique o Notion de charges électriques o Le théorème Green-Ostrogradski 18

19 o o o o o o Le théorème de Gauss Exemples d applications Relation entre l excitation électrique et le champ électrique. Energie électrostatique Conditions de passage Milieux diélectriques Etude d un problème magnétique quasi-statique: le transformateur o Equations de Maxwell en magnétostatique o Le théorème de Stockes o Le théorème d Ampère o Exemples d applications o Relation entre l excitation magnétique et le champ magnétique o Relation entre le flux magnétique et le champ magnétique. o Energie magnétique o Conditions de passage o Matériaux magnétiques o Modèle d Hopkinson : Analogie avec un circuit électrique Etude d un problème de propagation : Guide d onde o Equations de Maxwell en régime de propagation o Equations de propagation des champs électrique et magnétique. o Résolutions des équations de propagation o Définir les paramètres associés à une onde Vecteur et longueur d onde Polarisation Vitesses de phase et de groupe o Introduction d une onde plane progressive monochromatique (OPPM) o Réflexion d une onde quelconque sur différents types de matériaux. MÉCANIQUE DES SYSTÈMES DE SOLIDES A partir de la modélisation d un mécanisme : Résoudre une problématique concrète de mécanique en suivant une démarche logique et réfléchie. En première année les problématiques abordées sont géométriques, cinématiques ou statiques Utiliser l outil torseur pour caractériser un mouvement ou une action mécanique. Objectifs indispensables en modélisation : Identifier les classes d équivalence cinématique d un mécanisme à partir de documents clairs. Les liaisons étant définies, construire le graphe des liaisons ou le schéma cinématique d un mécanisme en respectant la norme. 19

20 Employer un paramétrage géométrique donné pour repérer la position d un solide. Objectifs fortement recommandés en modélisation : Interpréter la nature des surfaces en contact entre deux solides et identifier la liaison normalisée associée et ses caractéristiques. Proposer un paramétrage géométrique pour repérer la position relative ou absolue d un solide. Etablir une relation géométrique dans le cas d une chaîne fermée simple. Objectifs indispensables en cinématique : Calculer le vecteur rotation d un solide dans son mouvement par rapport à un repère. Calculer le vecteur vitesse d un point d un solide dans son mouvement par rapport à un repère. Associer à une liaison normalisée, un torseur cinématique écrit dans un repère local adéquat. Calculer le torseur cinématique d un solide dans son mouvement par rapport à un repère. Connaître et reconnaître les mouvements simples : translation rectiligne, circulaire, quelconque, rotation autour d un axe fixe, rotation instantanée, mouvement plan sur plan. Exprimer le non glissement entre deux solides et en déduire une relation cinématique. Utiliser la formule qui donne le rapport de réduction d un réducteur à axes fixes. Objectifs fortement recommandés en cinématique : Décomposer une cinématique en mouvements relatifs et d entraînement en vue de traiter un mouvement complexe. Résoudre une problématique de cinématique à l aide de méthodes graphiques. Objectifs indispensables en statique : Associer à une liaison normalisée, un torseur d action mécanique transmissible écrit dans un repère local adéquat. Calculer à partir d une densité de force (modèle local) le torseur d action mécanique (modèle global). Identifier et représenter avec l outil torseur des actions mécaniques simples Force et Couple. Utiliser le modèle de Coulomb pour introduire du frottement dans des liaisons non parfaites. Appliquer les théorèmes de la statique pour résoudre un problème de statique. Objectifs fortement recommandés en statique : Choisir le ou les théorèmes à écrire pour résoudre un problème donné. Résoudre une problématique de statique à l aide de méthodes graphiques. Objectifs transversaux indispensables en calcul vectoriel et torsoriel: Maîtriser le calcul vectoriel (produit scalaire, produit vectoriel, changement de base, dérivée vectorielle). Utiliser le calcul torsoriel (changement de point de réduction, somme et égalité de torseurs, invariant d un torseur, axe centrale). 20

21 CINEMATIQUE Paramétrage Dérivée vectorielle formule de la base mobile Vecteur vitesse de rotation - formule de composition des vecteurs vitesses de rotation Vitesse d un point d un solide formule du champ des vitesses- formule de composition des vitesses Méthodes de calcul d une vitesse Accélération d un point d un solide Cinématique du contact cas des réducteurs à axes fixes MODELISATION - à travers une étude de cas on introduit les notions suivantes : Classes d équivalences cinématiques Liaisons cinématiques Graphe des liaisons Schéma cinématique normalisé Fermeture géométrique TORSEUR notion transversale aux cours de cinématique et statique : Définition et notation Propriétés Axe central Torseurs particuliers : Glisseur et Couple. Illustration en cinématique (cas du centre instantané de rotation) et pour les actions mécaniques Torseurs cinématiques des liaisons normalisées. Formule de composition des torseurs cinématiques MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES Modèle global La Force, moment d une force en un point et par rapport à un axe Le Couple Modèle local et densité de force Passage du modèle local au modèle global Lois de Coulomb pour le frottement sec Torseur des actions mécaniques transmissibles dans les liaisons parfaites STATIQUE DES SYSTEMES DE SOLIDES Théorèmes généraux de la statique Méthodologie de résolution dans le cas de chaînes fermées et ouvertes Cas particuliers des systèmes soumis à 2 et 3 forces, cas de la statique plane 21

22 LOGIQUE COMBINATOIRE ET SÉQUENTIELLE Utiliser les notions de base de l'algèbre de Boole nécessaires à la compréhension et à la conception de systèmes électroniques numériques et informatiques. Objectifs de base: Reconnaître le type des fonctions logiques de base (portes, compteurs, comparateurs), décrire les entrées/sorties et expliquer le fonctionnement, en utilisant le vocabulaire approprié, sur un schéma logique fourni. Déterminer, en le justifiant, l'opérateur logique nécessaire pour transformer une séquence binaire en une autre. Utiliser un Analyseur Logique sur un circuit afin d en décrire le fonctionnement (en l'absence de schéma électronique) et diagnostiquer une problématique fonctionnelle. A partir d un énoncé, concevoir des dispositifs logiques séquentiels synchrones. Objectif transversal : Être capable de choisir les composants TTL adéquats dans un catalogue donné Algèbre de Boole et composants de base de la logique combinatoire (portes logiques) Circuits évolués de la logique combinatoire (comparateur, décodeur, démultiplexeur, ) Introduction à la logique séquentielle et aux composants de base (bascules D, RS, RSH, et JK) Registres et compteurs (synchrones et asynchrones) Synthèse d un système séquentiel RÉGULATION INDUSTRIELLE Expliquer les avantages de la commande en boucle fermée par rapport à la commande en boucle ouverte. Quantifier les performances des systèmes linaires asservis (stabilité, rapidité et précision). Calculer les paramètres des correcteurs à avance/retard de phase et Proportionnel-Intégral-Dérivé selon différentes méthodes théoriques et expérimentales. Systèmes dynamiques linéaires continus invariants Commande en boucle ouverte/boucle fermée Stabilité, rapidité et précision des systèmes dynamiques linéaires continus invariants Dilemme précision/stabilité Actions correctives élémentaires Correction à avance et retard de phase, Correction proportionnelle-intégrale-dérivée, Prédicteur de Smith 22

23 ÉLECTROTECHNIQUE Présenter les systèmes de distribution électrique. Présentation de la conversion statique (transformateur). Présentation de la conversion électromécanique. Réseaux triphasés Circuit magnétique Bobine à noyau de fer Transformateur monophasé Transformateur triphasé Machine à courant continu ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE Comprendre l utilité de l électronique de puissance. Prendre connaissance des applications industrielles de l électronique de puissance. Comprendre le fonctionnement des semi-conducteurs en EP. Maîtriser les différents montages redresseurs non commandés et commandés. Maîtriser les montages hacheurs série et parallèle. Etre capable de dimensionner un montage d électronique de puissance suivant un cahier des charges Introduction à l électronique de puissance Fonctionnement des semi-conducteurs en EP Principes du redressement Les fonctions réalisées en EP Les redresseurs monophasés à diodes Les redresseurs triphasés à diodes Les redresseurs monophasés à thyristors Les redresseurs triphasés à thyristors Les hacheurs série et parallèle METHODE Mixte : cours en amphi/exercices en salle de td /travaux pratiques en labo TP : Simulation sous PSIM de montages redresseurs, de hacheurs série et parallèle 23

24 DÉCOUVERTE ET HARMONISATION ÉLECTRONIQUE Découvrir le département Electronique Télécom de l ESIGELEC, ses salles, son matériel, ses objectifs, ses débouchés. E1 BASES DE L ÉLECTRONIQUE Représenter un montage sous forme d un quadripôle (gains, impédance d entrée, de sortie). Appliquer les théorèmes Kirschoff (nœuds, maille, diviseur), Millman, et en reconnaître l usage. Ecrire et manipuler les impédances complexes (R, C, L). Calculer une fonction de transfert, tracer son diagramme asymptotique. Transcrire un problème en schéma de simulation. Choisir le type d analyse (polarisation, analyse temporelle et fréquentielle). Identifier des blocs fonctionnels connus. Traduire un schéma en câblage (en utilisant correctement les cordons BNC et 4mm). Mesurer une tension avec un oscilloscope, un multimètre, un dbmètre. Générer une forme d onde, la reconnaître à l oscilloscope, en régler les paramètres. Mesurer une impédance d entrée et de sortie. Mesurer une réponse en fréquence. Mettre en forme et interpréter les résultats. Utiliser Excel pour tracer une courbe. E2 AMPLIFICATEURS OPÉRATIONNELS Savoir utiliser les montages de base en fonction de l application donnée. Identifier les défauts et les limites de l AOP pour réaliser une fonction. Savoir développer un schéma d instrumentation. Les amplificateurs opérationnels en régime linéaire Montages de base Impact des défauts de l ampli op réel sur les montages de base Les filtres actifs d ordre 1 Amplificateurs d instrumentation Les amplificateurs opérationnels en commutation Montages à hystérésis Détermination des caractéristiques du trigger 24

25 E3 OSCILLATEURS Donner le schéma et expliquer le principe des principaux montages oscillateurs. À partir d un montage oscillateur fourni, formuler toutes les équations de fonctionnement et résoudre ces équations pour déterminer la fréquence et la forme du signal. Identifier les contraintes liées à une application et choisir le montage et la technologie appropriée en argumentant le choix effectué. Rôles et contraintes Les oscillateurs non-sinus : montage à 1 ou 2 AO, à 2 ou 3 portes, circuit 555 Les oscillateurs sinus : pont de Wien, RLC, 1, 2 ou 3 déphaseurs Les oscillateurs à quartz : XO, TCXO, OCXO Les oscillateurs commandés en tension : VCO, VCXO METHODE Mixte : cours en amphi, exercices/travaux pratiques en labo Exercices d analyse et de calcul Lecture de documents constructeurs Simulation PSPICE Manipulation sur maquettes ESIGELEC Manipulation sur plaquettes d essais E4 DIODES ET TRANSISTORS Décrire le principe de fonctionnement des composants à base de semi-conducteurs (diodes et transistors bipolaires). Réaliser et analyser des circuits électroniques à base de composants semi-conducteurs (diodes et transistors) et composants passifs. Utiliser les outils de simulations et les appareils de mesure. Etude des différents modèles électriques de la diode. Différents types de diodes, zéners, leds. Applications au redressement des signaux alternatifs Introduction au transistor bipolaire Caractéristiques électriques du transistor bipolaire Introduction de la notion polarisation et point de fonctionnement Transistor en régime de commutation Transistor source de courant 25

26 PROJET COMMUN ET /GEE THÈME Concevoir et réaliser un dispositif d éclairage à LED alimenté par l énergie solaire, incluant une régulation en fonction de l éclairement. A la fin du module, les étudiants seront capables : - 1. D établir un cahier de charge et un schéma synoptique du premier ordre D expliquer à un autre membre du même groupe l utilité des différents blocs du schéma synoptique détaillé De comprendre le fonctionnement des panneaux photovoltaïques De choisir un élément de stockage d énergie en fonction de sa technologie, sa pollution, tolérance de surcharge De dimensionner une alimentation à découpage Choisir un régulateur approprié D expliquer le fonctionnement et l utilisation d une LED De choisir convenablement un capteur de lumière De mettre en place un banc de test D évaluer la faisabilité d une solution Défendre son argumentaire devant ses collègues. METHODE Apprentissage par Projet R AVEC JAVA A l issue de ce module, les élèves seront capables de : - A partir d un énoncé directif, écrire, tester et documenter le programme Java correspondant, en respectant les conventions de code Java - Utiliser de manière appropriée le vocabulaire lié aux langages Orientés Objet dans le cadre de java - Décrire le processus de création et d exécution d un programme Java, ce qu est le ByteCode, et le rôle de la JVM - Utiliser les fonctionnalités de base d un EDI (éditer, compiler, exécuter, importer un projet, déboguer) - Modifier et traduire en java un diagramme de classes UML fourni ( 2 à 3 classes ) - Exploiter des classes et des packages existants 26

27 - De créer une fenêtre graphique avec quelques composants, - D expliquer un code fourni comprenant la gestion d une interface graphique De plus, les élèves auront amélioré leur efficacité dans le cadre d un travail d équipe - Outils et techniques de base o Stocker une information o Communiquer une information o Faire des choix o Faire des répétitions - Initiation à la programmation Orientée-Objet o De l algorithme paramétré à l écriture de fonctions o Les classes et les objets o La classe représentée avec UML o L héritage - Outils et techniques o Collectionner un nombre fixe d objets o Collectionner un nombre indéterminé d objets o Les associations avec UML o Composants graphiques : fenêtres, labels, boutons et champs texte ANALYSE ET CONCEPTION ORIENTÉES OBJETS AVEC UML Dans un contexte projet, tout étudiant ayant suivi le module, lors de la phase analyse et conception devra réaliser 3 diagrammes importants, étape indispensable avant de passer en phase réalisation (programmation) : Le diagramme de cas d utilisations pour présenter les spécifications fonctionnelles, Le diagramme de Classes pour avoir un modèle statique de son application, Le diagramme de séquences pour représenter les scénarios d exécution de certaines fonctionnalités clés du projet A l issue du module tout étudiant devrait être capable de : reconnaître les 3 diagrammes suivants : Diagramme de cas d utilisations, Diagramme de Classes, Diagramme de Séquences. d expliquer à un autre membre du même groupe l utilité des différents diagrammes dans un contexte projet: Qui fait le diagramme? Quand fait-on le diagramme? Pourquoi fait-on le diagramme? Pour qui fait-on le diagramme? 27

28 d expliquer des diagrammes corrects de complexité moyenne (de moins de 5 classes ou activités) qu il n a jamais vus. Lors de l explication, l étudiant devra: Nommer les éléments constituants les différents diagrammes en utilisant le vocabulaire adéquat, Expliquer les différents liens présents dans les différents diagrammes. d expliquer le rôle fonctionnel de chacun des diagrammes et de classer les différents éléments selon la complexité. de critiquer un diagramme fait par un tiers et de l améliorer. Lors de l analyse, l étudiant devra: Accorder une importance aux normes UML Veiller à la cohérence des diagrammes de réaliser des diagrammes correspondant à des énoncés simples mettant en pratique l essentiel du formalisme UML lié aux 3 diagrammes étudiés dans un contexte simple ayant : Moins de 3 entités, Moins de 3 activités. de concevoir des diagrammes correspondant à des énoncés de complexité moyenne mettant en pratique l essentiel du formalisme UML lié aux 3 diagrammes étudiés dans un contexte de complexité moyenne ayant : Moins de 10 entités, Moins de 8 activités. Le génie Logiciel Présentation UML : Descriptif et vues (RUP) Pourquoi l Orienté Objet? Diagramme de cas d Utilisations (UC) Diagramme de Séquences Diagramme de Classes Projet : utilisation d un outil de modélisation UML Passage de la modélisation vers la programmation en java : traduction en java de diagrammes simples comportant association, composition, agrégation, héritage 28

29 SYSTÈMES DE GESTION DE BASES DE DONNÉES A l issue de ce module, les élèves seront capables de : - Concevoir le modèle d une base de données, d utiliser le langage SQL pour créer les tables correspondantes, insérer et modifier des données et mettre en œuvre des requêtes. - Utiliser à bon escient le vocabulaire du domaine - Expliquer quelles sont les principales caractéristiques des Systèmes de Gestion de Bases de Données, par exemple par rapport à un tableur, ou une application informatique utilisant des fichiers. - Produire un schéma relationnel en troisième forme normale. - Etablir un diagramme de classes UML (au plus 6 classes) comportant des associations (arité 2 et 3) et des classes-associations. - Ecrire une requête SQL comportant une jointure ou une sous-requête sans corrélation. - Décrire le schéma relationnel à implémenter à partir d un diagramme des classes UML fourni (au plus 6 classes). - Utiliser l ordre CREATE TABLE pour créer des tables avec les contraintes appropriées. - Expliquer l action des commandes SQL COMMIT et ROLLBACK - Expliquer la structuration type d une application Java se connectant à une base de données (classe métier, classe d interface, classe d accès aux données) Caractéristiques des Systèmes de Gestion de Bases de Données Normalisation : les 3 premières formes normales UML : diagramme de classes (associations binaires et ternaires, réflexives, classesassociation) Traduction du diagramme des classes en tables dans le respect des formes normales Ecriture de requêtes sur une table (projection, sélection, tri, partitionnement, opérateurs ensemblistes) Ecriture de sous-requêtes non corrélées Jointures Insertion, suppression, modification Création de tables Exécution d une petite application java se connectant à une base de données pour repérer le rôle de chacune des trois classes (métier, DAO, présentation) 29

30 PROJET INFORMATIQUE Réaliser une petite application en JAVA qui utilise une base de données. Le développement est conduit en respectant les étapes principales d un développement logiciel et en produisant la documentation associée. Nommer et expliquer de manière synthétique 2 cycles de développement de projet. Décrire précisément les étapes du cycle de développement en V et expliquer le rôle de cellesci : o o o En quoi consiste l étape concrètement Quels sont les documents utilisés en entrée de cette étape Quels sont les livrables (les nommer) et quel est leur contenu précis - Concevoir, réaliser et tester un logiciel écrit en langage Java en respectant les principales étapes d un développement logiciel et en écrivant les documents suivants : o o o o o un Document de Spécification Logiciel (DSL), un Plan de Validation du Logiciel (PVL), un Document de Conception Préliminaire (DCP), un Document de Conception Détaillée (DCD), un Dossier de validation. - Elaborer des diagrammes de cas d utilisation et de classes qui répondent au problème posé (environ 5 cas d utilisation et 5-10 classes) à l aide d un AGL comme Modelio. - Modéliser une base de données d'environ 4 tables avec un diagramme de classes UML, puis écrire le script SQL de création correspondant. - Mettre au point un logiciel en conformité avec des spécifications réalisées par une autre équipe. - Evaluer la qualité des livrables produits par une autre équipe (en effectuant une recette + un compte rendu). Justifier les remarques faites dans le cahier de recette - Argumenter sur l intérêt d avoir un cahier des charges précis, une conception détaillée, des tests rigoureux et une bonne communication entre les acteurs d un projet. - Respecter des dates de livraison. Présentation des cycles de développement du logiciel Ecriture des spécifications et du cahier de recette Ecriture du document de Conception Préliminaire Ecriture du document de Conception Détaillée Mise en place de la base de données et développement de l'application Tests et recette 30

31 1 ère ANNEE TRONC COMMUN HUMANITES, LANGUES ET GESTION TECHNIQUES DE COMMUNICATION Ce module d Enseignement répond à deux impératifs : Un impératif professionnel : être capable de réaliser un compte rendu objectif, cohérent et concis afin de faciliter la prise de décision de ses supérieurs hiérarchiques. Un impératif universitaire : être capable de réaliser en temps imparti une note de synthèse, épreuve présente dans de très nombreux concours à partir de Bac+2. Lire rapidement et efficacement un dossier, composé de documents diversifiés (textuels, iconographiques, statistiques ). Développer leur capacité d analyse : repérage d une problématique commune à l ensemble des documents, élaboration d un plan visant à résoudre cette problématique. Sélectionner les idées-clefs du dossier : privilégier l essentiel aux dépens de l accessoire. Etre capable de pratiquer une écriture objective : empathie avec les auteurs, fidélité et contextualisation. Méthodologie de la note de synthèse orale Méthodologie de la note synthèse écrite Entraînement individuel à la note de synthèse écrite et correction Présentation des notes de synthèses orales, réalisées en groupe et élaborées à partir de leurs propres recherches documentaires Présentation des notes de synthèses orales, réalisées en groupes et élaborées à partir de leurs propres recherches documentaires PROJET INITIATIVE ET CREATIVITE Etre capable de gérer un projet non technique, de longue durée et en équipe : s organiser en équipe, recenser les besoins, définir et répartir les tâches, gérer les conflits, gérer un planning et un budget chiffré, adopter un comportement professionnel, rebondir après avoir rencontré des difficultés. Etre capable de communiquer à l oral et à l écrit au sein du groupe et avec toutes les parties prenantes du projet : rédiger un document correct sur le fond et la forme en respectant les règles de propriété intellectuelle, prendre la parole pour expliquer, présenter, convaincre, défendre et argumenter devant tout public et en toutes circonstances, exposer le projet synthétiquement et 31

32 analytiquement en respectant le temps imparti et en utilisant des supports de présentation classiques. Développer un esprit d initiative et de créativité : développer son autonomie en mobilisant tous les moyens nécessaires pour réaliser une tâche ou une démarche, proposer une idée de projet originale et inventive, développer une démarche originale et personnelle. Présentation du projet et de ses objectifs Séance de découverte de l équipe et brainstorming Sensibilisation sur l élaboration d un budget Présentation de l élaboration d un planning (Gantt) 4 rencontres avec le binôme d encadrement ANGLAIS Compréhension orale : être capable de comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et qu il s agit de sujets familiers (par exemple le travail, l école, les actualités, etc.). Compréhension écrite : être capable de comprendre des textes rédigés essentiellement dans une langue courante et relative au monde du travail et l école. Expression orale : être capable de prendre part à une conversation sur les sujets familiers ; être capable de demander et échanger les informations sur les sujets et des activités familiers ; être capable de faire une courte présentation (préparée à l avance) pendant une durée de 5 minutes. Expression écrite : être capable de produire des textes simples avec un niveau de correction grammaticale et lexicale suffisant pour que le sens générale reste clair, et avec un répertoire de tournures et expressions fréquemment utilisées et associés à des situations connues. Les thèmes abordés sont : LV2 Communiquer (les notions et le vocabulaire de base pour les réunions, l informatique, etc.) Les entreprises (structure et activités) L expérience (les expériences personnelles, le CV, lettres de motivation) Faire une présentation orale en groupe d un sujet avec résumé écrit Le tourisme (l avion, l hôtel) Préparation au TOEIC 32

33 1 ère ANNEE TRONC COMMUN MODULES ELECTIFS DE CULTURE GENERALE APPROCHE JURIDIQUE Découvrir la matière juridique. Connaître les principales sources de droit interne et international ainsi que leur hiérarchie. Etre capable, pour un cas d espèce simple, d identifier la juridiction compétente (compétence ratione materiae et compétence ratione loci). Expliquer les principales voies de recours possibles. Etre capable de qualifier une situation d acte ou de fait juridique et d en déduire les principaux modes de preuve utilisables. Comprendre la notion juridique de contrat. Donner la définition du contrat de travail. Connaître les principales clauses spécifiques pouvant figurer dans le contrat de travail d un ingénieur. Connaître les principaux droits et obligations de l ingénieur salarié. Etre capable de faire des recherches sur un sujet juridique et d en exposer oralement le fruit de façon structurée. Etre capable de rédiger un Power Point. Etre capable d évaluer le travail des autres. Les principales sources de droit interne (droit écrit, non écrit et jurisprudence) Les principales sources de droit communautaire (Traités, droit dérivé et jurisprudence) La principale source de droit européen (Convention européenne des Droits de l Homme) La hiérarchie des sources de droit Aperçu de l organisation juridictionnelle de la France Les principales voies de recours Les actes et les faits juridiques Les principaux moyens de preuve Le contrat de travail : définition, contenu, exécution Les droits des ingénieurs (à une rémunération, aux repos et congés, d expression, de retrait, de respect de leur vie privée ) Les obligations des ingénieurs (d exécuter personnellement et loyalement la prestation de travail, de non concurrence, de respecter la dignité des autres salariés ) 33

34 LITTÉRATURE ET ARGUMENTATION Analyser les différents types d argumentation par les exemples littéraires Comprendre la rhétorique Prendre conscience de la valeur et de l importance des mots Elaborer, par écrit, pour présentation devant un auditoire, une argumentation directe ou indirecte. Rappel des liens entre l histoire et les mouvements littéraires. Définition de l argumentation, de la rhétorique et de l importance du vocabulaire. Etude de l argumentation directe par : les essais (Montaigne) les discours argumentatifs (Bossuet, Rousseau, Descartes) discours politiques (Danton, Robespierre, Jaurès) Etude de l argumentation indirecte : l apologue (Fénelon, More) l utopie (Rabelais) la fable (La Fontaine) Le conte philosophique (Voltaire, Montesquieu, Aymé, Calvino) La contre-utopie (Huxley, Orwell) l analogie (Caton l Ancien) L argumentation par le dialogue : dialogue philosophique (Platon, Lucien, Diderot, Valery) dialogue théâtral (Corneille, Musset, Vigny) dialogue romanesque (Rabelais, Stendhal, Malraux) L argumentation par l image (d époques différentes) : caricatures photos dessins Travail participatif des élèves-ingénieurs en trinômes sur l un des trois thèmes suivants : discours d un homme politique local fictif pour une inauguration d un local municipal argumentation d un critique d art pour défendre un artiste réalisant des œuvres abstraites imaginer un apologue ou une utopie 34

35 ANALYSE DES ORGANISATIONS ET DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES Amener les élèves ingénieurs à interroger l économie, à partir du postulat de la crise puis à en mesurer l enjeu ; à savoir la critique de la science économique : Pourquoi le champ de recherche en économie de marché est actuellement en plein renouveau, notamment la remise en question des trois fonctions fondamentales de l économie ; la Production, la Consommation et la Répartition? Quels sont les critères de distinction des économies de marché et quel est l intérêt de cette distinction? Par l intérêt, les valeurs socles? la finalité sociale de l activité? Quelles sont les caractéristiques d une crise en économie? les indicateurs de mesure de la richesse? le dysfonctionnement des institutions, le comportement des consommateurs? l emploi et le chômage? Organiser les séquences d exposé-discussion d un 1/4h où les étudiants doivent faire la preuve qu ils se sont appropriés individuellement ou collectivement une approche socio-économique de l économie (Construction de Schémas, graphiques, interprétation de tableaux statistiques). Introduction avec présentation de l économie, du circuit économique (agents économiques, flux réels et flux financiers, économie nationale dans ses rapports avec le reste du monde) Repérage puis construction des typologies de l économie en fonction des instruments d échange. Proposition des thèmes d exposés et établissement de calendrier d intervention des étudiants Les 3 fonctions de base de l économie : Les modèles économiques et identification des facteurs de la crise Les PMA : quel modèle économique et social choisir pour lutter contre la pauvreté La problématique des Objectifs du Millénaires pour le Développement JAZZ ET CINÉMA Découvrir les liens entre jazz et cinéma. Ecouter, partager la musique, improviser. Trouver sa place dans un ensemble et dans une démarche artistique. Développer sans critique, spontanéité et confiance en soi. Histoire croisée du jazz et du cinéma : accords et désaccords Jouer du jazz : travail de l oreille, théorie et pratique Improvisation individuelle er improvisation collective dirigée Relation image / musique / imaginaire Composition, arrangement et interprétation en direct d une bande son sur un court-métrage 35

36 DÉVELOPPEMENT DURABLE : CRISE ET OPPORTUNITÉ Connaître les enjeux globaux du Développement durable, prendre du recul, dans le temps (histoire de l humanité et du Vivant, et dans l espace (le village planétaire, l interdépendance). Penser global agir local, démontrer les liens, interpréter les problématiques locales, ponctuelles, technologiques par rapport au Vivant, à la relation de l humanité avec la Biosphère, sa place - responsabilité dans cette relation. Sélectionner les solutions et propositions existantes par rapport à un thème donné (dossier), les critiquer et en produire de nouvelles, en appliquant les modèles présentés et mémorisés. Identifier les liens, les relations entre les différents domaines économie, écologie et social (les cinq règnes du vivant), percevoir l évolution actuelle des modes de pensée, reconnaître le changement culturel produit par le DD. Proposer un regard nouveau (faire plus avec moins), élaborer une vision d un futur durable. Concevoir les nouvelles pratiques, proposer une synthèse des diverses approches, intégrer dans le dossier présenté les différents niveaux (formel, humain (culturel) et sens de la «crise». Utiliser ce défi (problèmes, limites) comme opportunité de créativité, d invention. Planifier, réorganiser la mise en rapport des différents acteurs et domaines d expertise, vers un système de coopération. L histoire du Vivant et de l humanité, où en sommes-nous? Les mauvaises nouvelles: au pied du mur, les enjeux, les urgences, les priorités Les bonnes pratiques, les solutions existantes dans le monde Les tendances (systémique, biomimétisme, intelligence collective, créatifs culturels, nouvelles approches de la science) Le changement culturel, la coopération, les résistances au changement ATELIER D EXPRESSION THÉÂTRALE Etre acteur de sa parole. Privilégier l échange, la réflexion et l ouverture vers les autres. Apprendre à gérer et à jouer avec les réactions de l auditoire. Apprendre à gérer l espace. Mise en condition / Travail sur l espace et le mouvement Travail sur la voix / la respiration / les émotions Travail d»improvisation à partir de thèmes choisis / jeu à partir de langage imaginaire et histoires inventées 36

37 MOI ET L ENTREPRISE LA NOUVELLE ÉCONOMIE Expliquer les enjeux de la Nouvelle Economie Maîtriser les termes clés du domaine Identifier des problématiques au double versant économique et social Exposer un cas pratique contemporain Utiliser des solutions alternatives liant l économie conventionnelle et la nouvelle économie Historique et évolution de différents systèmes économiques : Economie Sociale - Economie Solidaire - Economie de marché Principes de l enquête documentaire et de l enquête de terrain Place de l économie sociale et solidaire (ESS) dans l économie française La communication de l ESS L ESS et ses enjeux dans le monde Exemple des forums de l ESS Etude des cas canadiens et brésiliens LES ENTREPRISES ET LES HOMMES Connaître le fonctionnement et la dynamique des entreprises. Etre capable de distinguer les différentes formes d'entreprises. Connaître les différents acteurs de l entreprise et comprendre leur logique de conduite. Présentation de l'entreprise: o unité de production o une organisation o une institution L'entreprise et ses acteurs o la relation sociale et les enjeux stratégiques: les notions de bases o le processus de prise de décision o l'action collective o la marge de liberté de l'acteur o la stratégie dans le pouvoir o les enjeux des interactions Culture, valeurs et normes dans l'entreprise 37

38 GÉOPOLITIQUE INTER CULTURALITÉS ET ENVIRONNEMENTS PROFESSIONNELS Décrire les règles de la communication interpersonnelle en environnement professionnel inter culturel. Interpréter les gestes et postures en fonction des cultures et des situations de travail. Traiter des situations professionnelles inter culturelles en s appuyant sur les concepts acquis. Identifier les relations en dépassant les différences et trouver des terrains de coopération afin de proposer des solutions aux problèmes opérationnels. Composer sur l inter culturalité et les environnements professionnels. Argumenter sur les théories et les concepts de l inter culturalité. Communiquer : un art culturel La communication interculturelle : distances et postures La Chine et la relation professionnelle Le Japon, l Inde et les relations professionnelles Les Etats Unis d Amérique, le Canada, l Australie et le monde professionnel La Russie et l environnement professionnel L Amérique du Sud L EUROPE AU XXI ème SIÈCLE 38

39 39

40 40

41 2 ème ANNEE TRONC COMMUN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L INGENIEUR TRAITEMENT DU SIGNAL Calculer le spectre d un signal continu ou échantillonné selon la méthode de Fourier et d en analyser le contenu. Expliquer le principe de l échantillonnage d un signal continu. Calculer la transformée en z d un signal échantillonné. Synthétiser un filtre numérique à partir d un cahier des charges donné et de proposer la structure de réalisation optimale de ce filtre. La transformée de Fourier des signaux continus La transformée de Fourier des signaux discrets L échantillonnage des signaux La transformée en z Les filtres numériques RIF et RII AUTOMATIQUE Etudier les performances d un système en utilisant le lieu d EVANS Synthétiser plusieurs types de correcteurs (avance de phase, retard de phase, PID) en utilisant l approche par lieu d EVANS. Représenter les systèmes linéaires par un modèle d état et savoir élaborer un observateur ainsi qu une commande par retour d état. Rappel de notions de base en automatique Lieu géométrique d EVANS Correction série à l aide du lieu d EVANS Correction série par méthode de modèle Correcteurs analogiques : Avance de phase, Retard de phase, P.D., P.I., P.I.D. Représentation d état Commandabilité - Observabilité 41

42 SYSTÈMES À MICROPROCESSEURS - Etre capable d extraire les informations pertinentes d une documentation technique en anglais. - Citer des exemples d applications intégrant de l électronique programmable embarquée. - Décrire l architecture interne d un microprocesseur ainsi que le rôle des grandes fonctions qui le constituent. - Etablir les relations entre un mapping mémoire et l implémentation d une application logicielle dans un système. - Décrire le rôle d un petit programme simple (moins de 20 lignes) écrit en assembleur et/ou en langage C et analyser les éventuels problèmes de calculs ou de fonctionnement qu il pose. - Expliquer les différences entre les types de données (entier, flottant, signé, non signé, ASCII) gérés dans les applications à microprocesseurs. - Concevoir, écrire et tester un petit programme en langage C destiné à être exécuter sur une carte microprocesseur - Utiliser des bibliothèques de fonctions fournies pour réaliser une application en suivant un cahier des charges donné. - Imaginer, concevoir et réaliser un démonstrateur en fonction de l expression d un besoin. - Présenter à un public de manière synthétique le résultat d un travail technique. - Mettre en œuvre, à partir de la documentation d un µc, les périphériques suivants : Timer, convertisseur analogique-numérique, entrées-sorties Tout Ou Rien. - Concevoir, écrire et tester un programme en langage C répondant à un cahier des charges et faisant intervenir les périphériques cités ci-dessus. - Etre capable de transposer les notions abordées à d autres µc et/ou périphériques. - La place de l électronique numérique dans le monde actuel - La constitution d un système embarqué - Présentation de l architecture générale des microprocesseurs - Les signaux vitaux d un microprocesseur - Types et organisations des mémoires électroniques - La gestion des échanges entre le processeur et les mémoires - La gestion des données dans un microprocesseur - Les niveaux de langage dans le développement d une application - Les éléments de bases de la programmation assembleur - L utilisation d un environnement intégré de développement - L utilisation des fonctions de bases d un débogueur - L écriture d application en C sur une cible MSP Rôle des entrées-sorties - Types d interfaces - Protocole d utilisation en scrutation et en interruption - Les entrées-sorties Tout Ou Tien 42

43 - La détection de fronts - L ADC - Les Timers FILTRES ANALOGIQUES D ORDRE N Synthétiser à partir d un gabarit donné, un filtre avec des composants actifs et passifs. Normaliser un filtre en ramenant son étude, quel que soit son type initial (passe-bas, passe-haut, passe-bande, coupe-bande), à l étude d un filtre passe-bas. Choisir le type de réponse du filtre (Butterworth, Tchebychev ) puis déterminer la fonction de transfert normalisée ainsi que l ordre du filtre. Dénormaliser en remplaçant les paramètres du filtre normalisé passe-bas par les paramètres du filtre à synthétiser. Interpréter les écarts entre Théorie, Simulation et Mesures. Les filtres actifs d ordre2 à structure de Rauch et Sallen-Key Gabarit d un filtre Fonction de transfert d un filtre Fonctions d approximation d un filtre (Butterworth, Tchebychev, Cauer, Bessel) Synthèse de filtres analogiques d ordre N à partir des abaques Normalisation des composants MODULATIONS Expliquer le principe et l intérêt des modulations d amplitude et de fréquence, reconnaitre leurs chronogrammes et spectres associés Reproduire l architecture d un récepteur, étape indispensable pour aborder les modulations numériques, choisir les composants adéquats Câbler une chaine complète modulateur + récepteur/démodulateur et interpréter les résultats. CONTENU Les modulations d amplitudes Les démodulations d amplitudes Le récepteur à changement de fréquence La modulation de fréquence Comparaisons des modulations METHODE Intégrée : cours/exercices/travaux pratiques en labo 43

44 CONVERTISSEURS ANALOGIQUES NUMÉRIQUES Comprendre la signification des informations contenues dans les datasheets des CAN et des CNA. Etablir la relation sortie/entrée à partir de la topologie du convertisseur. Savoir choisir un CNA ou un CAN en fonction du contexte applicatif : principe, vitesse et résolution. Mettre en œuvre des CAN et CNA usuels (8bits /1MHz). RÉSEAUX INFORMATIQUES A l issue de ce module, les étudiants de première année seront capables de concevoir un réseau répondant à un ensemble de critères imposés (nombre de segments logiques, nombre de machines par segment logique, ), d en définir le plan d adressage complet et de valider son fonctionnement au moyen d un simulateur réseau. Ils seront également en mesure : D expliquer la nécessité de mettre en place un réseau entre plusieurs équipements et démontrer l intérêt d un réseau par rapport à un fonctionnement isolé, De choisir le ou les équipements (concentrateur, commutateur, pont, routeur, firewall) à employer pour répondre à un cahier des charges donné (réseau local, interconnexion de réseaux ), De démontrer l intérêt d un modèle en couches (OSI, TCP/IP) dans un contexte de systèmes ouverts et expliquer le rôle d un protocole dans le cadre d une communication réseau, De choisir la topologie réseau adaptée aux spécifications définies et aux critères établis (taille du réseau, configuration spatiale des équipements, temps de réponse requis ), D expliquer de manière précise les concepts d adressage physique (MAC) et logique (IPv4 et IPv6), D expliquer le rôle des différents champs d une trame Ethernet (niveau 2 OSI) et interpréter la valeur de chacun de ces champs pour une trame Ethernet donnée (analyse d une trame, reconstitution d un échange ), D expliquer le rôle des différents champs d un paquet IP (niveau 3 OSI) et d interpréter la valeur de chacun de ces champs pour un paquet IP donné, 44

45 De décrire l utilité des principaux protocoles applicatifs utilisés sur internet (HTTP, FTP, DNS, SMTP-POP3/IMAP, Telnet) et expliquer la nécessité d un port dédié à chaque application sur chaque machine, D identifier les différents champs d une requête HTTP fournie (capture, exemple de trame) et expliquer leur constitution en se basant sur le mécanisme client/serveur HTTP. De configurer les paramètres réseau d une machine opérant sous Linux ou bien sous Windows De simuler un réseau informatique D analyser les trames échangées des protocoles IP, ICMP, ARP Principes de téléinformatique (structures des réseaux, supports de communication, caractéristiques de la transmission) Les modèles OSI et TCP/IP (intérêt, concepts et protocoles) Les composants matériels des réseaux (couche physique) Les technologies LAN (couche liaison de données) Principes d adressage IP (v4 et v6) Les protocoles de base de la couche réseau (ARP, RARP, BOOTP, IP, ICMP) Transmission des signaux (analogique, numérique, modulations ) 45

46 2 ème ANNEE TRONC COMMUN HUMANITES, LANGUES ET GESTION ANGLAIS Approfondir les connaissances de l anglais pratique et professionnel. Se préparer au TOEIC. Le rapport de stage en anglais Le commerce et le commerce électronique Le marketing Le recrutement et l entretien d embauche Les finances Les graphiques tendances et évolutions Au restaurant, au téléphone, les situations de tous les jours Entraînement au TOEIC LV2 MANAGEMENT MODERNE PROJET Donner des notions de conduite de projets. Développer des capacités à mener des analyses personnelles s appuyant sur des exemples concrets et actuels de projets industriels. Etudes des méthodes et outils utilisés dans le management de projet Management moderne et novateur appliqué au sein de la profession Examen des «bonnes pratiques» et normes Gestion des interfaces avec relations transversales complexes Compréhension des types de projets et contrats utilisés 46

47 ATELIER RH Etre capable : - d utiliser les outils de recherche de stages et d emplois de façon optimisée - de connaître les avantages et les dangers de l e-réputation - de construire un CV correct Une conférence sur l optimisation des outils de recherche et sur l e-réputation. Un atelier CV animé par des RH d entreprises. GESTION FINANCIÈRE Acquérir les fondements de la comptabilité générale et de l analyse financière. Comprendre comment s élaborent les états financiers d une entreprise, le bilan et le compte de résultats. Etre capable de les lire, de les interpréter et d avoir un regard critique. Etre capable de poser un diagnostic financier pour identifier si l entreprise est viable et rentable, Etre capable de comprendre comment l entreprise se finance. Etre capable de réaliser une analyse statique (fonctionnelle et financière) et une analyse dynamique (à partir d un ou plusieurs bilans). la nécessité d une information financière pour l ensemble des parties prenantes avec des besoins distincts Le fonctionnement des comptes et le plan de comptes L organisation comptable Les techniques de l enregistrement des opérations comptables. L élaboration du bilan et du compte de résultat Les étapes du diagnostic Analyse de l activité et de la rentabilité : soldes intermédiaires de gestion (SIG), capacité d autofinancement (CAF par les deux méthodes de calcul), la rentabilité économique et la rentabilité financière (l effet de levier/l effet de massue). Analyse de l équilibre financier : le bilan fonctionnel (construction, calcul du FR, BFR, BFRE et BFRHE), les flux de trésorerie (tableau de financement, ex du tableau OEC) et les principaux ratios de structure financière ainsi que leur signification. 47

48 MARKETING Aborder les principales notions constitutives d une culture marketing. Définir les étapes essentielles d une démarche et d une attitude marketing. Développer les connaissances personnelles quant à l évolution actuelle du marketing. Les études de marché Le comportement du consommateur L analyse stratégique Les décisions marketing Les variables du marketing mix Le marketing direct CRÉATION D ENTREPRISE Fournir les éléments techniques et économiques indispensables à la création d entreprise. Etude de marché Choix du marché Comment se faire connaître? La relation fournisseurs CONTRÔLE DE GESTION Savoir en quoi consiste le contrôle de gestion, quelle est sa place dans l'entreprise, quels sont ses grands principes, ses outils, son rôle et ses missions. Savoir calculer et interpréter un coût de revient selon la méthode des centres, un coût partiel et une marge, un seul de rentabilité. Etre capable de faire une première analyse d'un changement de structure à partir de la notion de seuil de rentabilité, connaître les limites de ses techniques. Savoir ce qu'est un budget et un écart en contrôle de gestion. Etre capable, à partir du prévisionnel des ventes d'élaborer un budget général prévisionnel : budget de trésorerie ajusté, compte de résultat, bilan. Donner une première idée du principe du calcul des écarts avec un exemple d'écart sur chiffres d'affaires. Faire le lien avec la finance en développant le budget d'investissement : calcul des flux d'investissement, de la VAN et du TRI, savoir interpréter ces critères, connaître leurs limites. Savoir ce qu'est un tableau de bord de gestion, connaître ces grands principes de construction. 48

49 Le contrôle de gestion et ses missions o o o Le besoin de contrôle Le contrôle de gestion définition et place dans l entreprise Organisation et contrôle de gestion Le calcul des coûts o o o o Les enjeux du calcul des coûts Le coût complet, méthode des centres d analyses Les coûts partiels et le seuil de rentabilité Bref aperçu des autres méthodes de calcul des coûts La gestion budgétaire, première approche o o o o o Planification et gestion budgétaire Le budget général Le budget d investissement, lien avec la finance L'écart sur chiffres d'affaire, premier aperçu de la notion d'écart et de l'analyse par les écarts La notion de tableau de bord, première approche STRATÉGIE D ENTREPRISE MÉTHODE D ANALYSE ET DE RÉSOLUTION DE PROBLÈMES, AIDE AU CHOIX ET À LA PRISE DE DÉCISION S assurer de la qualité d une information, distinguer les faits des opinions. Etre capable de définir un problème. Connaître les différents outils de résolution de problème à la disposition de l entreprise. Choisir le bon outil au bon moment. Utiliser les outils de résolution de problème. Connaître les différents outils d aide à la prise de décision. Utiliser les outils d aide à la prise de décision. Définition du problème Méthodologie de résolution de problème Outils de la résolution de problème : recherche rapide et classification 49

50 Outils de la résolution de problème : outils de lien causes/effet Outils de la résolution de problème : la répartition des causes Outils de la prise de décision La généralisation de la solution ACCOMPAGNEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS DE TRANSFORMATION Expliquer les concepts de base de l accompagnement du changement dans les projets de transformation. Interpréter l idée cachée derrière le concept énoncé. Analyser le langage du corps pour mieux communiquer. Extrapoler à partir d une phrase les tentatives de manipulation. Appliquer la méthodologie de l accompagnement du changement à des cas concrets. Comparer les approches «métier» et «Système d information» dans un projet d accompagnement du changement. Argumenter à travers des jeux de rôle pour mieux convaincre son «adversaire». Expliquer les principales activités d un projet de transformation. INITIATION À LA RECHERCHE ET À L INNOVATION De plus en plus les ingénieurs doivent faire face à la problématique de l innovation et sont ainsi confrontés à travailler avec des docteurs dans l industrie. C est dans cet esprit que ce module va présenter la recherche et l innovation en France. Les objectifs de ce module sont tels que l étudiant sera capable de: Comprendre le monde de la recherche et de l innovation Appréhender la nécessité d innover Développer une possible vocation dans le domaine de la recherche scientifique Plusieurs interventions viendront compléter le cours afin de l illustrer. De plus, une visite des installations du CISE est envisagée afin de présenter les différents thèmes de recherche et installations au sein de l IRSEEM. La Recherche en France (Historique, Organisation, Acteurs, Financements, l Evaluation ) Les docteurs dans l industrie, la recherche et l innovation dans l industrie, la propriété intellectuelle Présentation d un docteur travaillant dans une grande industrie Présentation d un docteur travaillant dans une PME Présentation d un Professeur des Universités 50

51 PROJET INGÉNIEUR Permettre aux étudiants : Renforcer et enrichir leurs compétences techniques Exercer leur sens de l'initiative et leur autonomie. Apprendre à s'organiser (équipe, délais, budget) et à gérer leur temps. Améliorer leur aptitude à communiquer. Les mettre en situation d'exercer leur futur métier. La recherche des sujets et la constitution des équipes L étude de faisabilité technique et économique La réalisation du cahier des charges et la définition d indicateurs de réussite PROJET PROFESSIONNEL Rendre les élèves actifs et acteurs de leur devenir professionnel. Susciter des échanges les anciens et les entreprises Forum Rencontres entreprises 51

52 2 ème ANNEE TRONC COMMUN OUVERTURE TECHNOLOGIQUE PRODUCTION ET CONVERSION D ÉNERGIE D écrire les différentes sources d énergies primaires existantes et leur importance à des fins domestiques ou industrielles. D expliquer avec un schéma fonctionnel les dispositifs de conversion en énergie électrique les mieux adaptés à ces sources d énergie. D énumérer les différents moyens de stockage de l énergie, donner leur principe de fonctionnement et leurs avantages / inconvénients. Les différentes formes d énergies primaires : solaire, éolien, biomasse, pompe à chaleur, nucléaire, hydraulique, Leur part d utilisation L impact sur l environnement Le coût de l énergie o Présentation de la chaîne de conversion ( source/charge électrique) Problématique du stockage de l énergie Etude d un type de convertisseur : l alternateur : convertisseur mécanique / électrique Etude de l'énergie éolienne : o Introduction aux systèmes éoliens o Présentation générale d une éolienne o Présentation modulaire d une éolienne o Métiers o Innovations o Eolien offshore AUTOMATISATION Etre capable de mener à bien une analyse par Gracet d un système industriel simple Etre capable de programmer sur automate programmable un système industriel simple à partir d une analyse grafcet Méthode d analyse grafcet mono et multi séquentiels. Structure et langage d un automate siemens Analyse, programmation et test de systèmes industriels simple 52

53 MO1 L AMPLIFICATION A TRANSISTORS : Identifier les configurations de base utilisées pour mettre en œuvre un transistor bipolaire ou à effet de champ, Établir le schéma équivalent petit signal d un circuit électronique contenant quelques transistors et en établir le comportement par le calcul ou au moyen d outils de CAO Mesurer les caractéristiques (gain en tension, impédance d entrée et impédance de sortie), en régime petit signal d un circuit électronique, Citer les éléments qui limitent la bande passante d un montage à transistors, Calculer la dissipation thermique d un transistor dans un circuit électronique, Expliquer la différence entre un fonctionnement en classe A et un fonctionnement en classe B. MO2 PLL ET SYNTHÉTISSEUR DE FRÉQUENCE : Savoir dessiner le schéma d un oscillateur, d une PLL et d un synthétiseur Savoir calculer la fonction de transfert de ces montages Savoir choisir les composants de ces montages pour répondre à un cahier des charges : structure des oscillateurs. Choix du quadripôle. Construction d un VCO. PLL et comparateurs de phase Etude dynamique de la PLL Synthèse analogique Synthèse fractionnaire et dual-modulus Bruit de phase DDS DOCUMENTS FOURNIS : Un polycopié de cours TD et Tp. Les corrigés des TD et TP sur MOODLE. Un test blanc de révision sur MOODLE. 53

54 CONCEPTION DE SITES WEB A l issue de ce cours, les étudiants de deuxième année du parcours TIC : 1. Pourront expliquer : a. la relation entre Internet et le Web, b. ce qu est HTTP, c. la notion de client et de serveur web, d. le rôle des langages PHP, HTML, CSS, Javascript, e. les étapes majeures de la réalisation d un projet web, f. l importance de la validation pour la sécurité d un site web. 2. Sauront créer et déployer un site web : a. dynamique, b. respectant les principes de séparation du contenu et de la présentation, c. valide selon les normes HTML5 et CSS du w3c, d. sécurisé contre les injections SQL et attaques par défaçage, e. en mode projet, exploitant notamment l outil de gestion de versions décentralisé Git. Le module est composé de cours, de TP et d un projet 1. Le cours développe les notions suivantes : relation entre Internet et Web, HTTP, clients/serveur, les langages du Web conception et structure d un site Web traitement de formulaires avec PHP sites web dynamiques : préprocesseur, sessions, bases de données 2. Les travaux pratiques traitent : HTML : création de liens hypertextes, insertion d images CSS/Javascript : mise en forme et animation d un document Codage d une page web à partir d un modèle fourni 3. Le projet est composé de 3 phases : Réalisation d un dossier de conception Création et déploiement du site Présentation du site hébergé sur un serveur 54

55 INTERCONNEXION DES RÉSEAUX TCP/IP Mettre en place une architecture réseau complète en interconnectant des routeurs et des commutateurs Cisco au moyen des câbles appropriés (console, UTP, Série) puis de configurer l ensemble des équipements pour mettre en œuvre les principales fonctionnalités réseau (routage, adressage, segmentation logique) Autrement dit, chaque étudiant sera en mesure de réaliser les différents points suivants : Réaliser une configuration basique (nom d hôte, sécurisation par mot de passe des accès aux différents modes de configuration, service DHCP ) d un équipement d interconnexion CISCO (commutateur, routeur) en suivant un cahier des charges fourni. Tester une configuration basique réalisée sur un équipement d interconnexion CISCO (commutateur, routeur) dans un réseau local d entreprise à l aide des commandes réseau de base (ping, telnet, arp, netstat ). Expliquer la nécessité du routage IP dans un réseau d entreprise. Expliquer le fonctionnement des principaux protocoles de routage (RIP, OSPF, EIGRP) et décrire le fonctionnement des algorithmes sur lesquels ces protocoles reposent. Mettre en œuvre les protocoles de routage (RIP, OSPF, EIGRP) dans un réseau local dont l architecture est définie dans un cahier des charges fourni. Expliquer le mécanisme de translation d adresses IP, montrer sa nécessité sur les réseaux informatiques actuels et le mettre en œuvre sur des routeurs CISCO. Expliquer le concept de réseaux locaux virtuels (VLAN) et expliquer leur utilité au sein d un réseau d entreprise. Configurer des VLAN sur des commutateurs CISCO afin de répondre à un cahier des charges fourni (segmentation logique en différents groupes de travail par exemple). Expliquer le rôle des TRUNKs dans un réseau commuté et décrire les spécificités de l algorithme d encapsulation 802.1q utilisé pour les mettre en œuvre. Déployer des TRUNKs entre des commutateurs CISCO en se basant sur un schéma réseau fourni, Expliquer et mettre en œuvre l algorithme Spanning Tree sur des topologies redondantes. Les protocoles de base de la couche réseau : le protocole IP Rappels : Architecture des Réseaux et Normes Généralités, Modèle OSI, Modèle TCP/IP. L adressage IP Classes d adresses / masques de sous-réseaux, Adresses privées / Adressage publiques, Translations d adresses (NAT/PAT), Sous-réseaux. Le routage IP Routage statique, 55

56 Routage dynamique (vecteur de distance, état de liens, hybride). Les commutateurs de niveau 2 Fonctions de base, Modes de transmission des trames, SPanning-Tree, VLANs. Principes de base de la configuration des routeurs/commutateurs Cisco Présentation des composants (mémoires, interfaces fixes/modulaires), Description du processus de démarrage Présentation des fichiers de configuration (startup-config, running-config), Etablissement d une session de configuration HyperTerminal, Présentation du fonctionnement de l IOS et des différents modes de configuration. Configuration basique d un routeur Nom d hôte, Mots de passe (console, modem, telnet), Interfaces (adresse IP, ), Commandes de tests (show, debug). Configuration du routage IP Configuration d une route statique, Configuration d une route par défaut, Configuration d un routage dynamique (RIP, OSPF, EIGRP). Configuration d un commutateur Commandes de base, Configuration d une adresse IP d administration, Gestion des VLANs (création, modification, suppression), Création d un trunk, Mise en œuvre du protocole Spanning-Tree (STP). 56

57 INSTRUMENTATION ET SYSTÈMES - Identifier les différents éléments constituant une chaine d acquisition - Identifier à partir d un cahier des charges simple (un phénomène physique à mesurer mettant en œuvre un capteur, une électronique de conditionnement et un convertisseur), les paramètres essentiels d une chaine d acquisition (résolution, étendue de mesure, précision, fréquence) - Choisir un capteur de position en fonction d un cahier des charges et d en assurer le traitement numérique associé - Expliquer le phénomène de repliement de spectre au travers d un exemple simple (sinusoïde) et définir la fréquence de coupure du filtre anti-repliement - Définir les éléments constituants un programme LabVIEW et les outils mis à disposition pour pouvoir le réaliser - Décrire les types de données manipulables en LabVIEW et leurs codifications - Expliquer les notions de Commande/Contrôle, Indicateur, Constante, Fonction, VI et VI Express - Expliquer les différentes méthodes de temporisation de boucles - Réaliser un programme LabVIEW simple constitué d une structure de boucle et de moins de 10 éléments de programmation - Expliquer les étapes de création d un sous-programme LabVIEW - Décrire MAX et son rôle - Utiliser MAX pour la vérification de l acquisition de signaux analogiques et la génération de signaux analogiques ou numériques - Configurer l assistant DAQ en fonction des besoins d une application - Concevoir un programme en LabVIEW pour l acquisition et/ou la génération de données en LabVIEW. Ce programme doit être conforme aux exigences d un cahier des charges et doit faire appel, entre autre, à l utilisation de registres à décalage (ou nœuds de rétroaction) et de nœuds de propriété. - Introduction à l instrumentation Emplacement de la chaine d acquisition dans un système de mesure-contrôle d un procédé Eléments constitutifs d une chaine d acquisition Le vocabulaire en instrumentation Méthodologie pour l étude d un problème en instrumentation - Les caractéristiques d une chaine d acquisition Etendue de mesure Précision Résolution Rapidité Echantillonnage et repliement de spectre 57

58 - Quelques technologies de capteurs et les principes physiques mis en jeu Codeur de position (incrémental et absolu) Capteur binaire industriel de position (capacitif, inductif, infrarouge, magnétique) Capteur à jauge de contrainte - Le traitement logiciel sous LabVIEW Découverte de l environnement de développement LabVIEW Constitution d un programme LabVIEW : la Face Avant et le Diagramme Fonctions, Vis et VI Express Outils à disposition pour la conception d un programme LabVIEW Etapes de création d un programme Techniques de débuggage Notion de programmation par flux de données Les types de données et leurs codifications L aide Etapes de création d un sous VI Boucles Registres à décalage et nœuds de rétroaction Nœuds de propriété d un objet Les graphes Acquisition de données Structures de condition Structures de séquence Tableaux et fichiers Chaîne de caractères Fonctions de personnalisation Notions de Cluster 58

59 59

60 2 ème ANNEE DOMINANTE : ARI AUTOMATIQUE ET ROBOTIQUE INDUSTRIELLE ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE ET VARIATION DE VITESSE Etre capable de choisir et dimensionner un hacheur 2 ou 4 quadrants pour piloter un moteur à courant continu. Comprendre le fonctionnement et l utilité du hacheur de JONES. Etre capable de dimensionner des onduleurs monophasés ou triphasés pour piloter des moteurs asynchrones : commande en U/f. Savoir calculer les harmoniques présentes dans un signal déformé par l électronique de puissance. Etre capable de calculer les puissances en présence d harmoniques. Comprendre l utilité et le fonctionnement de la MLI (modulation de largeur d impulsions). Hacheur réversible en courant, réversible en tension, 4 quadrants. Exemples d application pour chaque type de hacheur. Fonctionnement de la machine CC en moteur ou générateur à vitesse positive ou négative. Hacheur de Jones : étude et intérêt. Hacheur utilisé dans le métro de Rouen (ancienne version) Onduleur monophasé à transformateur à point milieu Onduleur monophasé à condensateurs Onduleur monophasé à 4 semi-conducteurs : commande synchronisée et commande décalée : principe de la variation de vitesse d un moteur asynchrone en commande U/f (optimisation du couple) Onduleur triphasé : commande pleine onde. Calcul des harmoniques de courant, de tension, calcul des puissances en tenant compte des harmoniques. Remède aux harmoniques : La modulation de largeur d impulsion : application sur des onduleurs monophasé ou triphasés. METHODE Mixte : cours en amphi, exercices en salle de td, travaux pratiques en labo TP : Simulation sous PSIM d onduleur pleine onde/ MLI, monophasé/ triphasé. Relevé des harmoniques courant, tension Simulation du hacheur de Jones. 60

61 ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE ET ÉLECTROTECHNIQUE APPLIQUÉE Comprendre le fonctionnement d un gradateur monophasé. Etre capable de dimensionner des alimentations à découpage (FLYBACK et FORWARD) Etre capable de dimensionner des circuits d aide à la commutation dans des montages d électronique de puissance afin d augmenter les vitesse de commutation. Gradateur monophasé : fonctionnement, domaines d utilisation Alimentation à découpage : montage FLYBACK et FORWARD o Dimensionnement des éléments électriques et magnétiques (transformateur) o Domaines d utilisation Circuits d aide à la commutation : o Exemple du hacheur série : pertes à la commutation d où vitesse de commutation limitée o Calcul d un circuit d aide à la commutation : vitesse de commutation augmentée et pertes optimisées METHODE Mixte : cours et exercices en salle de td /travaux pratiques en labo TP : Simulation sous PSIM de montage FLYBACK et gradateur AUTOMATIQUE ÉCHANTILLONNÉE A la fin des 12 séances du module AutoNum (l'ensemble du dispositif de formation, à savoir : cours, TD, TP), les étudiants seront capables d aller de la représentation jusqu à l analyse d un système discret en intégrant la synthèse des correcteurs numériques associés. Cela revient à définir les objectifs suivants : - Décrire l'opération d'échantillonnage et discrétiser un système continu - Utiliser la transformée en z, modifiée et inverse - Représenter les systèmes discrets selon plusieurs méthodes (par une réponse impulsionnelle, une fonction de transfert, une équation aux différences et une représentation d état) - Analyser les systèmes discrets en terme de stabilité, rapidité et précision - Concevoir un correcteur numérique (quand les performances du système sont insuffisantes) et cela selon plusieurs méthodes : fréquentielle, RST, ZDAN Echantillonnage d'un signal Transformée en z 61

62 Systèmes discrets Représentation des systèmes discrets Analyse des systèmes discrets Correcteurs numériques Calcul des correcteurs numériques Synthèse des correcteurs numériques AUTOMATIQUE AVANCÉE Le développement des calculateurs a provoqué des changements importants dans la conception des systèmes de contrôle/commande. Leur puissance de calcul et leur faible coût les rendent aptes à prendre intégralement en charge les aspects commande avec des performances nettement supérieures à celles des régulateurs analogiques. Les exigences sans cesse accrue en matière de performance nécessitent de plus en plus la mise en œuvre des régulateurs modernes et efficaces. Le programme d'automatique avancée se propose donc de passer en revue différents types de régulateurs numériques qui vont dans ce sens. A l issu de ce module, les élèves-ingénieurs sont capables de concevoir et d appliquer les différentes techniques du contrôle avancé afin de répondre aux spécifications techniques fixées par le cahier des charges. Régulation numériques des systèmes échantillonnés Représentation d'état des systèmes échantillonnés et discret Gouvernabilité et Observabilité des systèmes discrets Synthèse des systèmes discrets en représentation d'état Commande en TR d une structure active via les observateurs AUTOMATISMES Etre capable d automatiser un système industriel en prenant en compte les aspects Production, Maintenance, Interface Homme Machine et Réseaux industriel de communication. Méthode de conception de programme sur automate Schneider Interface Homme Machine Réseaux locaux industriels 62

63 TRAITEMENT D IMAGES Maîtriser des techniques de traitement d images appliquées dans le monde industriel. L objectif est de pouvoir identifier des informations utiles dans l image (évènements, défaillances, ). Transformations géométrique et d amplitude Analyse par approche fréquentielle Analyse et classification de texture 63

64 64

65 2 ème ANNEE DOMINANTE : ASR ARCHITECTURE ET SECURITE DES RESEAUX LA QUALITÉ DE SERVICE DANS LES RÉSEAUX TCP/IP Expliquer des concepts liés à l interconnexion des réseaux TCP/IP. A titre d exemple, la translation d adresse, le filtrage, le routage. Sur la base d une architecture de réseau comportant plusieurs segments, réaliser une configuration avancée des routeurs et des switch Cisco. Expliquer et évaluer les modèles de QoS et proposer des schémas de configuration du modèle DifServ. Rappel sur l interconnexion des réseaux TCP/IP Listes de contrôle d accès Marquage et Classification Ordonnancement et gestion des files d attente (FIFO, PQ, CQ, WFQ, CBWFQ, LLQ) Gestion des congestions (WRED) SYSTÈMES OUVERTS ET INTEROPÉRABILITÉ Expliquer l intérêt du modèle client/serveur et décrire les fonctionnalités liées à l informatique distribuée. Expliquer le rôle du serveur et du client dans le cadre d une application partagée. Choisir le mode de communication adéquat pour répondre aux contraintes du service à développer (temps de réponse, fiabilité). Concevoir et développer une application client/serveur répondant à un cahier des charges fourni. Evolution de l informatique et présentation des différents modèles de communication Le modèle Client/Serveur : conception, choix du mode de communication et rôle du middleware Les moyens de communication système : l API Socket et ses primitives Ecriture de programmes clients et serveurs (développement d applications) 65

66 LES RÉSEAUX D ENTREPRISE Exposé la problématique de l Entreprise au regard de ses besoins en matière de Communications. A partir des offres du Marché, mettre en place les Architectures lui permettant de construire son Intranet/Extranet lui permettant d assurer sa visibilité au travers des futurs espaces commerciaux. Exposer les nouveaux marchés et les nouvelles technologies engendrés par cette mutation, notamment en termes de sécurité. Problématique Les catégories principales de réseaux : Les WAN, Les LAN, Les MAN Les offres des opérateurs Le modèle OSI Les réseaux Ethernet Le protocole TCP/IP Le réseau Internet SERVICES RÉSEAUX À la fin du module de Services Réseaux, les élèves seront capables de mettre en place quelques services sur une architecture réseau sécurisée. En particulier, ils seront en mesure : De décrire le rôle des principaux services (serveurs Web, FTP, DNS et messagerie, Active Directory) pouvant être mis en place sur un réseau. D'installer, configurer et utiliser quelques services sur des machines sous Linux ou Windows : serveurs Web, FTP, DNS, messagerie, etc. Sécuriser les accès à un réseau au moyen d un firewall et d un proxy sous Linux. Configuration d un réseau sous Linux et Windows Installation d un serveur Web sous Windows Installation d un serveur de messagerie sous Windows Installation d un firewall sous Linux Installation d un serveur DNS sous Linux Installation d un serveur DNS sous Windows et d Active Directory Configuration d un proxy Internet avec antivirus sous Linux 66

67 ALGORITHMES DE CRYPTOGRAPHIE ET TECHNIQUES D ACCÈS SÉCURISÉ Expliquer les origines des failles en termes de sécurité dans les réseaux informatiques ou des réseaux de télécommunication. Résumer les différents types d attaques dans les réseaux fixes et mobiles. Appliquer les différentes techniques de sécurité sur un réseau local d entreprise. Elaborer une solution d architecture sécurisée pour un réseau local d entreprise. Les origines des failles conduisant aux attaques des hackers Le rôle et les caractéristiques des protocoles de communication Exemple du protocole de liaison de données HDLC Les différents types de cryptage et leurs limites Les méthodes d identifications dans le réseau Les techniques de sécurisation aux couches 3 (IPsec) et 4 (TLS) Les contrôles d accès aux services AUTHENTIFICATION ET ANNUAIRES Concevoir un programme (PHP, C ou java) permettant d interagir (recherche, ajout, modification, suppression) avec un serveur OpenLDAP. Expliquer l intérêt d un annuaire dans une entreprise. Installer et configurer un serveur OpenLDAP sous Windows et Linux. Expliquer un fichier de configuration des droits d accès (ACL) qui n a jamais été vu auparavant. Expliquer le schéma d une classe qui n a jamais été vu auparavant. Enumérer quelques attributs et les expliquer. Utiliser correctement les commandes de base (administration et client) de OpenLDAP. Produire un fichier LDIF pour une organisation définie. Décrire de façon précise le fonctionnement d un programme d une vingtaine de ligne. 67

68 Les annuaires et la gestion des identités Historique rapide des annuaires et introduction à la LDAP (norme X500 et LDAP) Les annuaires LDAP et leurs applications : la sécurité des systèmes d information et le commerce électronique Le standard LDAP : les modèles de LDAP (modèle d information, modèle de désignation, modèle de services, modèle de sécurité) Les interfaces d accès aux annuaires La conception d un annuaire (contenu, droits d accès, arborescence) Introduction à la topologie des serveurs LDAP (distribution, réplication) Les outils de gestion de mots de passe, les outils d identification / authentification unique et de contrôle d accès Les APIs LDAP MÉCANISMES D ÉCHANGE D INFORMATION DANS LES RÉSEAUX DE TÉLÉCOMMUNICATION Expliquer les modes d établissement des relations entre les équipements. Décomposer les différentes étapes d une mise en relation. Appliquer les différentes techniques de contrôle de flux de données. Analyser les méthodes de validation de l information. Les modes d établissement des relations Les modes d adressage dans le processus de communication Les composantes du routage : la politique d acheminement, la gestion du routage et les mécanismes généraux Le contrôle du flux et la gestion de la congestion La validation de l information L évaluation des algorithmes par retransmission 68

69 69

70 2 ème ANNEE DOMINANTE : EDD ENERGIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE ÉNERGIE SOLAIRE Savoir utiliser l énergie solaire comme source de chaleur et d électricité Estimations de la production, principe, dimensionnement, propriété des cellules, technologies, onduleurs, modules et chaines, recyclage, protection, parafoudres, aspect économique, investissement, aspect administratif, interlocuteurs.etc. MARCHÉS ÉNERGÉTIQUES ENVIRONNEMENT Sensibiliser les élèves sur l impact de la consommation énergétique sur l environnement. Connaitre : L Organisation du marché électrique et son fonctionnement : aspects de politique communautaire, technico-économiques, institutionnels La Construction du marché électrique européen, enjeux liés à la libéralisation des marchés et à la politique énergétique et climatique de l Europe Explorer en détail l origine de la politique climatique européenne, le lien avec la politique énergétique, les instruments mis en œuvre qui impactent le système électrique Eco conception, effet de serre, capture de CO2 etc. Bilan énergétique Europe & France, Production et consommation d'électricité, Processus de libéralisation des marchés, Les prix dans le système électrique depuis la libéralisation (Marché de gros, ATR, Prix finaux), Introduction à l'économie de l'environnement Construction de la politique climatique européenne, Décryptage du Paquet Energie Climat Fonctionnement du marché du quota européen, Autres instruments (certificats économie d'énergie...), Enjeux pour le secteur électrique 70

71 ÉNERGIE NUCLÉAIRE Connaitre les principaux outils utilisés dans la production énergétique nucléaire. Principe de la fission, centrale nucléaire, sûreté nucléaire instrumentation nucléaire etc. ASSOCIATION CONVERTISSEURS-MACHINES Décrire les différents montages utilisés pour la conversion de l énergie continu/continu et continu/alternatif. Agir sur la vitesse des moteurs électriques, continus ou alternatifs, en fonction des paramètres électriques (U, I) et fonctionnels (Vitesse, couple). Calculer les pertes par commutation et proposer des solutions pour les réduire. La conversion continu-continu o Hacheur associé à un moteur fonctionnant en quadrant I o Quandrnt II, II, IV o Réglage de la vitesse par la tension, la résistance et le flux La conversion continu-alternatif o Différents montages de l onduleur o Diviseur capacitif, inductif, synchronisé et décalée o Harmoniques et transformée de Fourier o Onduleur à commande MLI o Onduleur triphasé o Commande scalaire o Réglage de la vitesse par la fréquence o Réglage du couple MAX. La commutation en électronique de puissance o Synthèse des convertisseurs o Pertes à l amorçage o Pertes au blocage o Circuit d aide à la commutation o Commutation douce 71

72 RÉSEAUX ÉLECTRIQUES Maitriser les contraintes liées aux transports de l énergie électrique. Transport et distribution de l énergie, protection électrique, mise à la terre, conception et réalisation d une installation électrique.etc. VÉHICULE ÉLECTRIQUE Connaître les contraintes industrielles liées à un projet véhicule électrique. Histotique du VE Les différents types HEV/EV et les différents composants (batterie, modules électroniques ) o Micro Hybrid o Myld Hydrid o Full Hybrid o VE Le marché actuel Fonctionnements des différents organes du VE o DCDC o Inverter o Power Module ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE ET VARIATION DE VITESSE Apprendre à piloter les machines électriques Variation de vitesse d une machine o Alimentation à partir du continu o Alimentation à partir d alternatif Onduleur Machine synchrone autopilotée Moteur asynchrone o Variation de vitesse en faisant varier le glissement o Variation de vitesse en faisant varier la fréquence - Contrôle scalaire - Contrôle vectoriel 72

73 73

74 2 ème ANNEE DOMINANTE : ESAA ELECTRONIQUE DES SYSTEMES POUR L AUTOMOBILE ET L AEROESPACE INGÉNIERIE SYSTÈME Objectifs de formation : Connaitre les différentes étapes du cycle de développement d un système électronique et être capable de décrire les interfaces qui existent entre ces étapes. Etre capable d appliquer ces concepts dans un cas simple. Programme : La nécessité de l approche système dans le développement des produits électroniques pour l automobile et l aéro-espace. Le cycle en V et les interfaces associées. Les métiers de l Intégration, Vérification, Validation et Qualification. Exemples et mise en situation. APPAREILS DE MESURES Objectifs d apprentissage : Connaitre les fonctionnalités et le mode opératoire des appareils de mesures électroniques usuels (voir la liste dans le programme) et savoir les utiliser pour caractériser des dispositifs électroniques RF et BF. Programme : Analyseur vectoriel de réseau. Analyseur de spectre. Analyseur d impédance. Mesures I-V et C-V, Fonctions avancées de l oscilloscope. Générateur de signaux complexes. Fonctionnalités, constitution et utilisation des appareils de mesures. 74

75 AUTOMATISATION DE TEST Objectifs d apprentissage : Etre capable de configurer un appareil de mesure à partir d une IHM développée sous LabView, de recueillir les mesures obtenues et de les présenter sous la forme souhaitée. Programme : Initiation à LabView et à la programmation par VI. Les bus de communications avec les appareils de mesures (GPIB, LAN, USB). Les drivers d instruments. Mise en situation : Réalisation d une IHM pour un appareil de mesures du module APPAREILS DE MESURES. ÉLECTRONIQUE NUMÉRIQUE Objectifs d apprentissage : Etre capable d implémenter dans un FPGA un algorithme simple (voir liste dans le programme) après l avoir décrit et simulé dans un environnement VHDL. Programme : Initiation à VHDL. Modélisation d une machine d états avec VHDL. Génération de séquence de stimuli avec VHDL. Prototypage de systèmes digitaux dans un FPGA. CAO Objectifs d apprentissage : Etre capable d utiliser des outils de simulation (voir liste dans le programme) pour faire des prédéterminations de comportements sur des systèmes ou des fonctions électroniques, d interpréter les résultats obtenus et d apporter les modifications nécessaires pour atteindre l objectif souhaité. Programme : La simulation RF sous ADS. La simulation BF temporelle sous PSPICE. La simulation système sous SystemView. 75

76 INTÉGRITÉ DE SIGNAL Objectifs d apprentissage : Etre capable de prédire et d interpréter des formes d ondes résultant de l échange d informations entre un émetteur et un récepteur sur une ligne de transmission. Etre capable de choisir une méthode de calcul ou de mesure pour obtenir ces formes d ondes. Programme : Les signaux numériques rapides et les phénomènes de propagation sur les lignes de transmission. Le coefficient de réflexion. Les outils d analyse de la réponse à une impulsion. Les réflexions multiples. La réflectométrie dans le domaine temporel. Le diagramme de l œil. OBJETS COMMUNICANTS SANS FILS Objectifs d apprentissage : Etre capable de décrire les principaux constituants d une liaison sans fils et leur rôle. Etre capable de dimensionner une liaison sans fils en fonction des contraintes d utilisation. Programme : Principes de bases des communications numériques sans fils. Architecture d un transceiver radio. Les modulations numériques. Bilan de liaison. Caractéristiques des antennes. Exemples de modèles de propagation. Influence du bruit. Calcul du TEB d une liaison. Exemples de systèmes utilisés dans l automobile et en aéro-espace. 76

77 77

78 2 ème ANNEE DOMINANTE : GET GENIE ELECTRIQUE ET TRANSPORT GESTION DE L ÉNERGIE Maîtriser l ensemble des infrastructures permettant d acheminer l énergie électrique des centres de production, vers les consommateurs d électricité. Analyser des réseaux électriques triphasés en régime perturbé. Connaître le groupement des transformateurs triphasés. Maîtriser les outils de conception d une installation électrique : TR-CIEL, CANECO HT et BT, AUTOCAD MEP, ECODIAL. Méthode des composantes symétriques sur les systèmes déséquilibrés Réseau de distribution, éléments constituants, dimensionnement Choix des Protections Schéma de liaison à la terre ou Régime de neutre Conception et réalisation d une installation électrique ÉNERGIES L énergie sur la terre, analyse des ressources et de la consommation. Les différents acteurs de conversion de l énergie électrique. Les effets des énergies conventionnelles. Les impacts des combustibles sur l environnement. Le stockage de l énergie. Les énergies renouvelables. Les outils de dimensionnement technique (PV SOL, ARCHELIOS). Introduction. Quelques rappels physiques : travail, force, puissance, énergie cinétique Stockage de l énergie, comment faire? L énergie sur terre, Analyse de ressources et de la consommation Conversion de l énergie électrique, les différents acteurs Chaleur, Éclairage, laser, Induction, Ondes électromagnétiques, Pile à combustible Accumulation, Batterie, Condensateur, Stockage Production de l énergie électrique 78

79 Hydraulique, Charbon, Fuel, Gaz, Nucléaire, Cogénération Energie renouvelable Site isolé, site raccordé Eolien, Solaire, Hydraulique (courant de marée, haute) COMPATIBILITÉ ÉLECTROMAGNÉTIQUE Compréhension des phénomènes de couplage dans le domaine de la CEM. Prise en compte de la CEM dans la conception de convertisseurs. CEM Couplage Harmoniques Perturbation, conformité et normes Etude de cas ÉNERGIE DANS LES SYSTÈMES DE TRANSPORT Etude d Electrification ferroviaire, du véhicule léger et pile à combustible vecteur hydrogène. Le schéma de traction et ses asservissements Mise en œuvre des moteurs de traction et convertisseurs associés Compatibilité électromagnétique dans le domaine ferroviaire Véhicule électrique Véhicule hybride Batterie de traction Motorisations électriques Caractéristiques des machines électriques Des Technologies du PAC qui couvrent la plupart des besoins Les applications de la PAC 79

80 ÉLECTROTECHNIQUE Etudier les machines à courant alternatif dans un régime saturé «non linéaire». Diagramme de cercle dans les machines asynchrones Diagramme de Potier dans les alternateurs Diagramme de Blondel CONVERTISSEURS Décrire les différents montages utilisés pour la conversion de l énergie continu/continu et continu/alternatif. Agir sur la vitesse des moteurs électriques, continus ou alternatifs, en fonction des paramètres électriques (U, I) et fonctionnels (Vitesse, couple). La conversion continu-continu o Hacheur associé à un moteur fonctionnant en quadrant I o Quand rnt II, II, IV o Réglage de la vitesse par la tension, la résistance et le flux La conversion continu-alternatif o Différents montages de l onduleur o Diviseur capacitif, inductif, synchronisé et décalée o Harmoniques et transformée de Fourier o Onduleur à commande MLI o Onduleur triphasé o Commande scalaire o Réglage de la vitesse par la fréquence o Réglage du couple MAX. La commutation en électronique de puissance o Synthèse des convertisseurs o Pertes à l amorçage o Pertes au blocage o Circuit d aide à la commutation o Commutation douce 80

81 ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE ET VARIATION DE VITESSE Apprendre à piloter les machines électriques Variation de vitesse d une machine o Alimentation à partir du continu o Alimentation à partir d alternatif Onduleur Machine synchrone autopilotée Moteur asynchrone o Variation de vitesse en faisant varier le glissement o Variation de vitesse en faisant varier la fréquence - Contrôle scalaire - Contrôle vectoriel 81

82 82

83 2 ème ANNEE DOMINANTE : GSI GENIE DES SYSTEMES D INFORMATION GÉNIE LOGICIEL - Expliquer les principales causes d échecs des projets logiciels - Expliquer ce qu est un cycle de développement, définir le cycle en V et ses étapes, et citer un autre cycle de développement - Expliciter les différences principales entre le cycle en V et les méthodes agiles - Préciser l intérêt et le rôle de quelques diagrammes UML dans un cycle de développement (cas d utilisation, classes et séquence), citez les étapes du cycle concernées par ces diagrammes. - Elaborer ces diagrammes dans le contexte d exercices simples - Décrire précisément le lien entre un diagramme des classes simple (une association par exemple) et le code généré - Rédiger des spécifications précises (IEEE ) à partir de l énoncé d un problème simple - Expliquer les principales stratégies de test et ce qu est une couverture de test - Chiffrer la charge d un projet avec COCOMO - Expliquer l intérêt de la gestion de configuration dans un projet - Mettre en œuvre des tests unitaires avec JUnit 1. Constats et statistiques sur les échecs des projets logiciels 2. Estimer la charge d un projet logiciel 3. Les spécifications du logiciel 4. Cycle en V vs méthodes agiles 5. Le processus de réalisation au travers des méthodologies et d UML 6. Pratique d un atelier de Génie Logiciel pour la génération de code java (SS?) 7. Les tests du logiciel 8. Pratique de JUnit 9. La gestion des configurations en logiciel et système 10. Pratique de subversion 83

84 PROGRAMMATION EN C# Réaliser dans l environnement de développement Visual Studio.Net une application graphique en C#, à partir de spécifications générales (ou détaillées) : - utilisant les principaux composants du Framework.Net et leurs propriétés - mettant en œuvre la plupart des événements des composants graphiques gérant les exceptions - implémentant des fonctionnalités de lecture et d écriture de fichiers - implémentant une connexion à une base de données et des requêtes - respectant une norme de programmation (commentaires, nommage, présentation, modularité) Utiliser la documentation MSDN (MicroSoft Developer Network) Tester et déboguer une application graphique développée en C# utilisant le framework.net Expliquer : - l architecture générale du Framework.Net et en citer les principaux constituants - les avantages et inconvénients du Framework.Net et de Visual Studio.Net et comparer par rapport à Eclipse Présentation du Framework.Net Présentation de Visual Studio.Net o Utilisation de l IHM de développement + TP o Conception d une interface graphique (principaux composants) + TP o Les composants non-graphiques et fonctionnalités avancées Projet XML A l issue de ce cours, les étudiants de deuxième année de la dominante GSI seront capables 1. d expliquer : a. quand utiliser XML dans un projet (et quand l éviter) b. les notions de fichiers XML bien formés et valides c. les représentations textuelles, DOM et XDM d un fichier XML d. la différence entre les requêtes XPATH, XQUERY et XSLT e. l intérêt des interfaces graphiques déclaratives f. comment intégrer XML dans une base de données 2. d écrire : a. un fichier XML bien formé incluant des espaces de noms b. une DTD à partir d un énoncé simple c. un fichier XML valide à partir d une DTD fournie d. une requête XPATH pour localiser une partie d un document XML e. des transformations XSLT pour générer du texte, du HTML ou un autre fichier XML 84

85 f. une interface graphique Java FX et Android en XML g. une application JAVA complète interagissant avec une base de données relationnelle 1. Règles et écriture d un document XML bien formé, espaces de noms 2. Applications XML : validation par DTD et XML schema 3. Manipulations XML : XPATH, XSLT et XQUERY 4. Interfaces déclaratives : l exemple de FXML pour Java FX 5. XML et le modèle relationnel : bases de données hybrides PROGRAMMATION JAVA/JEE Réaliser une application JEE basée sur une architecture MVC2. Cette application utilise une base de données Mysql. Le développement est conduit en respectant les étapes du cycle en V et en produisant la documentation associée. Les objectifs spécifiques sur java JEE sont : - Implement programs in Java from a UML model with active classes - Implement graphical user interfaces using a framework for GUIs - Given a specification implement a client server program using standard components in Java with threads - Implement programs using a framework for database manipulations from a problem description - Provide a comprehensive introduction to server-side programming with Java Servlets and Java server pages (JSP) Les objectifs spécifiques en ingénierie sont : - Nommer et expliquer de manière synthétique 2 cycles de développement de projet - Estimer le coût d'un projet de développement logiciel, d une durée connue, dans un cadre réel - Décrire précisément les étapes du cycle de développement en V et expliquer le rôle de cellesci : - En quoi consiste l étape concrètement - Quels sont les documents utilisés en entrée de cette étape - Quels sont les livrables (les nommer) et quel est leur contenu précis - Concevoir, réaliser et tester un logiciel java JEE en respectant le cycle en V et en écrivant les documents suivants : - un Document de Spécification Logiciel (DSL), - un Plan de Validation du Logiciel (PVL), - un Document de Conception Préliminaire (DCP), - un Document de Conception Détaillée (DCD), 85

86 - un Dossier de validation. - Elaborer des diagrammes de cas d utilisation et de classes qui répondent au problème posé (environ 5 cas d utilisation et 5-10 classes) à l aide d un AGL comme Modelio - Modéliser une Base de données d'environ 4-5 tables avec un diagramme de classes UML, puis produire le script SQL de création correspondant avec l'outil Mysql Workbench. - Mettre au point un logiciel en conformité avec des spécifications réalisées par une autre équipe - Evaluer la qualité des livrables produits par une autre équipe (en effectuant une pré-recette + un compte rendu). Justifier les remarques faîtes dans le cahier de recette - Respecter des dates de livraison - Etablir et mettre à jour des tableaux de bord qui contiennent le temps budgété, consommé, restant, et non facturé pour chaque tâche du projet. Collections, Interfaces Swing Applications Threads and class diagrams Network API JDBC Déroulé de la phase projet : - Présentation des cycles de développement du logiciel - Ecriture des spécifications et du cahier de recette - Ecriture du document de Conception Préliminaire - Ecriture du document de Conception Détaillée - Mise en place de la base de données et développement de l'application - Tests et recette 86

87 SERVICES RÉSEAUX À la fin du module de Services Réseaux, les élèves seront capables de mettre en place quelques services sur une architecture réseau sécurisée. En particulier, ils seront en mesure : De décrire le rôle des principaux services (serveurs Web, FTP, DNS et messagerie, Active Directory) pouvant être mis en place sur un réseau. D'installer, configurer et utiliser quelques services sur des machines sous Linux ou Windows : serveurs Web, FTP, DNS, messagerie, etc. Sécuriser les accès à un réseau au moyen d un firewall et d un proxy sous Linux. Configuration d un réseau sous Linux et Windows Installation d un serveur Web sous Windows Installation d un serveur de messagerie sous Windows Installation d un firewall sous Linux Installation d un serveur DNS sous Linux Installation d un serveur DNS sous Windows et d Active Directory Configuration d un proxy Internet avec antivirus sous Linux 87

88 88

89 2 ème ANNEE DOMINANTE : IA INGENIEUR D AFFAIRES DISTRIBUTION ET GESTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE (PARCOURS DES) Analyser le fonctionnement d un réseau électrique et son application. Connaître la gestion et le développement des réseaux électriques. Avoir une stratégie sur la protection du réseau électrique. Savoir dimensionner les équipements d une installation électrique. Réseaux électriques. Electricité industrielle et tertiaire. Protection des réseaux. Appareillage électrique. ÉNERGIES (PARCOURS DES) L énergie sur la terre, analyse des ressources et de la consommation. Les différents acteurs de conversion de l énergie électrique. Les effets des énergies conventionnelles. Les impacts des combustibles sur l environnement. Le stockage de l énergie. Les énergies renouvelables. Les outils de dimensionnement technique (PV SOL, ARCHELIOS). Introduction. Quelques rappels physiques : travail, force, puissance, énergie cinétique Stockage de l énergie, comment faire? L énergie sur terre, Analyse de ressources et de la consommation Conversion de l énergie électrique, les différents acteurs Chaleur, Éclairage, laser, Induction, Ondes électromagnétiques, Pile à combustible Accumulation, Batterie, Condensateur, Stockage Production de l énergie électrique Hydraulique, Charbon, Fuel, Gaz, Nucléaire, Cogénération Energie renouvelable Site isolé, site raccordé Eolien, Solaire, Hydraulique (courant de marée, haute). 89

90 CONFÉRENCE SMART GRIDS (PARCOURS DES) OBJECTIF D APPRENTISSAGE Décrire les principes fondamentaux des réseaux intelligents COMPATIBILITÉ ÉLECTROMAGNÉTIQUE (PARCOURS DES) : Les élèves de deuxième année de la dominante IA-DES seront capables à l issu de ce module de : Savoir Définir la CEM Décrire les différentes perturbations en fonction des gammes de fréquences. Analyser l influence de la non linéarité d une fonction de transfert sur entrée /sortie. Distinguer les différentes formes de couplages et leurs influences sur une installation électrique. Justifier la notion de résonance dans une installation électrique et proposer des solutions. Savoir identifier la source de perturbation, et proposer une solution pour améliorer la CEM. Enumérer les différents moyens de prédiction. Introduction Les différents types de perturbations électromagnétiques Influence des différentes impédances Normes et réglementations Mode de transmission des perturbations/couplage INGÉNIEUR D AFFAIRES : CONCEPTS ET OUTILS Donner une bonne idée de la technique des affaires. Construction d une proposition de valeur. Savoir présenter son entreprise de façon «story boardée» Identification du driver du prospect Le cashflow généré par le projet Intégration du développement durable Discussion et négociation de la proposition 90

91 ÉTUDES DE CAS Ce module est lié au module réponse à appel d offre. A travers les différentes conférences, des éléments techniques nécessaires pour élaborer la réponse seront fournis. Les conférences aborderont différents thèmes dont : Les Réseaux GSM technologie, infrastructures et transport La fibre optique technologie, installation, maintenance, évolution Architectures Multi techniques et multiservices : installation, maintenance, etc. RÉSEAUX SANS FILS (PARCOURS DES) Expliquer les concepts de base liés aux réseaux sans fils et mobiles. Décrire les phénomènes physiques régissant les communications sans fils (canaux radio), les principaux protocoles de communication, de codage et les techniques de correction d erreurs. Elaborer une communication sans fils en tenant compte des ressources disponibles et d une couverture imposée. Lister les architectures, protocoles et techniques des différents réseaux sans fils et donner les avantages et domaines d application de chacun. Décrire les principaux modes opératoires et techniques de gestion des WPAN (Wireless Personal Area Networks) et WLAN (Wireless Local Area Networks). Evaluer les différentes solutions et technologies liées au déploiement d un réseau sans fils. L intérêt des transmissions de données sans fils, liaisons entre sites distants, télé-opérations Les principes de base de transmissions numériques, la détection des erreurs de transmission, le partage des ressources radiofréquences, bilan de liaisons Les différentes architectures de réseaux sans fils, les réseaux opérés, les réseaux privés, les réseaux ad-hoc La transmission de données sur réseaux opérés : GPRS, HSDPC, IEEE Principales caractéristiques et débits La transmission de données sur réseaux privés : IEEE , Bluetooth. Principes, caractéristiques et débits L étude de cas sera consacrée à l analyse et au dimensionnement d un système de radiocommunication 91

92 COMMUNICATIONS FILAIRES (PARCOURS DES) Interpréter les caractéristiques d un câble du commerce telles que décrites dans une datasheet. Dimensionner une connexion entre deux terminaux en fonction des spécifications attendues (pertes d insertion, coût, nombre de prises). Analyser l architecture d un réseau filaire pour la communication de données numérique et le transport de la voix, et de décrire les caractéristiques propres à la technique ADSL. Analyser l architecture d un réseau filaire via des Courants Porteurs en Ligne (CPL). Enoncer les avantages et inconvénients des principaux types de codage utilisés par les signaux numériques véhiculés dans les réseaux filaires. Dans un premier temps, la section «communication filaire» de ce module présente l aspect physique des câbles coaxiaux et de différents types de paires torsadées. Elle définit notamment les principales caractéristiques des câbles utilisés dans les communications filaires (Type de blindage des paires torsadées, pertes linéiques et diaphonie entre paires torsadées en fonction de la fréquence ). Dans un second temps, le cours aborde le problème des perturbations électromagnétiques qui viennent dégrader l information transmise sur un support filaire et décrit les techniques de protection les plus couramment utilisées. Dans un troisième temps, sont exposés quelques éléments de normes, touchant notamment aux équipements de certification des câbles, et aux prises RJ45, couramment utilisées pour l éthernet. Dans une quatrième partie, on aborde l architecture du réseau téléphonique / ADSL ainsi que les principes de fonctionnement d un frontal ADSL sans oublier les procédés de modulation et de multiplexage fréquentiel qui lui sont propres. En cinquième partie, l architecture d un réseau filaire via des Courants Porteurs en Ligne (CPL) est présentée. Enfin, la dernière partie présente les différentes catégories de codages couramment utilisés sur les réseaux filaires, comme par exemple le MLT3 caractéristique de l Ethernet. Les propriétés de ces codages et leurs compromis fondamentaux sont discutées. En conclusion, on introduit la notion d interférences inter-symboles en l illustrant au moyen de diagrammes dits «de l œil», et on expose la technique permettant de la combattre via un filtrage en cosinus répondant au critère de «Nyquist». FIBRES OPTIQUES (PARCOURS DES) Lister et décrire les différentes technologies actuelles associées au développement des fibres optiques. Evaluer différents types de fibres optiques, de connexion, ainsi que les performances de fibres optiques données. Choisir, pour une application spécifique de réseau de communication donnée, le type de fibre optique approprié. Calculer la performance de transmission d un signal optique à travers une fibre optique donnée. 92

93 Le module «fibres optiques présente les structures, principes, standards, performances et autres sujets relatifs aux fibres optiques. Différents types et technologies de fibres optiques sont présentés dans ce cours. Ce cours traite essentiellement du dimensionnement de fibres, de leurs performances typiques, des méthodes d installation et de connexion, du calcul de performances de transmission à travers une fibre optique, des différents standards, des infrastructures et des équipements nécessaires pour utiliser une grille ITU. Le découpage de ce cours se fait selon le plan suivant : Introduction du cours : objectifs, résultats, évaluation Introduction aux fibres optiques : structure et principes des principaux types de fibres optiques, applications des fibres optiques, connecteurs de fibres et performances physiques Systèmes à base de fibre optique : performances de transmission optiques, infrastructures des systèmes de communication à base de fibres optiques, différents standards Exercices sur les différents types de fibres optiques, différences, méthodes de transmission INGENIEUR D AFFAIRES : CONCEPTS ET OUTILS (PARCOURS IR) Préciser/Rappeler le rôle de l ingénieur d affaires, ses responsabilités, ses interactions avec les autres métiers, Préciser les qualités et aptitudes requises pour l exercice de ce métier, Identifier et appliquer deux modèles de techniques de vente, Identifier et appliquer différentes techniques et tactiques de négociation, Utiliser les différents outils proposés pour préparer un acte élémentaire de vente et le mettre en œuvre à travers une simulation proche d une situation réelle. Initiation aux techniques de vente et de négociation 1 jour = initiation aux techniques de vente ou cycle élémentaire de l acte de vente o sur la base de deux méthodologies différentes (une adaptée pour les ventes agressives ; une adaptée pour les ventes moins agressives) o avec jeux de rôles pour les mises en évidence et les mises en situation 0,5 jour = initiation aux techniques et tactiques de négociation o Prise en compte de différents outils et travail sur les comportements o avec jeux de rôles pour les mises en évidence et les mises en situation 1 jour = atelier de mise en situation réelle o Rappel des points importants des 2 premières sessions o Mise en situation (groupes de 3 voire 4 élèves) o Bilan 93

94 ÉTUDES DE CAS : NÉGOCIATION ET TECHNIQUE DE VENTE (PARCOURS IR) A noter que ce cours est plus un apprentissage au savoir-faire/ savoir être qu une acquisition de connaissances. - La découverte du cycle de vente d'une affaire - Identifier les interlocuteurs habituels d un Ingénieur d Affaires, externes (en tant que client) ou internes (en tant que fournisseur) - Savoir décrypter l organisation, la structure, le business, les atouts et les faiblesses de l Entreprise cliente - Identifier l Ingénieur d Affaires comme la somme d un commercial et d un chef de projet - Savoir préparer un rendez-vous d affaires - Etre convaincu des mots / expressions : «partenariat / gagnant-gagnant» - Apprendre à écouter avant de présenter ou vendre - Savoir questionner - Construire un argumentaire approprié - Evaluer la marge de manœuvre financière du client par rapport à la sienne - Etre convaincu que négocier est autant un art qu une activité ou un processus - Intégrer la psychologie, le relationnel, voire l empathie ou l opposition, sans oublier ses propres objectifs dans la négociation - Savoir conclure, savoir dire non 94

95 TABLEUR POUR L INGÉNIEUR (PARCOURS IR) - Construire la solution la plus performante, pour résoudre un problème portant sur le traitement des données d un classeur Excel. - Créer un programme VBA en choisissant les structures de contrôle, les types de données, les classes et les collections les mieux adaptées. - Rechercher et mettre en œuvre les formules de la feuille de calcul Excel les mieux adaptée à la résolution d un problème simple - Mettre en œuvre les principales classes et collections, ainsi que les structures de contrôle du langage VBA pour Excel. - Créer des représentations graphiques au moyen des assistants et par des macro VBA - Mettre en œuvre quelques fonctions usuelles de la feuille de calcul Excel (fonctions statistiques, fonctions sur les chaines de caractères) - Mettre en œuvre les tableaux croisés dynamiques - Mettre en œuvre les tableaux en VBA ARCHITECTURES APPLICATIVES (PARCOURS IR) À l issue de ce module, les étudiants seront capable de : Reconnaitre et utiliser le vocabulaire afférent au domaine de l architecture des SI. Expliquer les différentes phases du cycle de vie d un projet avec ses objectifs et ses contraintes. expliquer les différents rôles des acteurs d un projet et notamment celui de l architecte. Citer et décrire les différents types d architectures. Argumenter, mais aussi critiquer une proposition d architecture. CONDUITE DE PROJET BI (PARCOURS IR) À l issue de ce module, les étudiants seront capable de : Dans un cas simple, concevoir un schéma en étoile, analyser des flux d alimentation simple (2 tables max) à partir d une base de production fournie, de créer des fonctions d interrogation, d analyse et de reporting pour la production de documents. 95

96 Définir quelques architectures décisionnelles et en donner avantages et inconvénients Citer quelques solutions BI avec leurs points forts et leurs faiblesses, et pour un outil particulier, lister les différents modules et leurs fonctionnalités Situer les différentes étapes d un projet décisionnel et donner leur rôle Modéliser un schéma en étoile simple (tables de faits, tables de dimension, avec 3 niveaux d agrégation) Mettre en place un univers en veillant à sa performance via les tables agrégées, l utilisation de et de fonctions analytiques. Mettre en œuvre les fonctions d interrogation d analyse et de reporting webi (réalisation de requêtes, combinaison de plusieurs filtres, édition de rapport multi sources et multi blocs, sections, mise en forme de rapport). Créer des formules de calculs basées sur des variables et des fonctions (création et utilisation de variables, fonctions de type chaîne de caractères, fonctions de type booléen, fonctions de type numérique, fonctions de type date, opérations conditionnelles dans des formules). Gérer les documents générés (modification, suppression, partage, conversion en format PDF, Excel). Mettre en place des restrictions d accès de niveau 1 (utilisateurs, univers, groupes, documents) SERVICES RÉSEAUX (PARCOURS IR) À la fin du module de Services Réseaux, les élèves de deuxième année des dominantes informatiques (ASR, GSI, IA/IR) seront capables de mettre en place quelques services sur une architecture réseau sécurisée. En particulier, ils seront en mesure : De décrire le rôle des principaux services (serveurs Web, FTP, DNS et messagerie, Active Directory) pouvant être mis en place sur un réseau, D'installer, configurer et utiliser quelques services sur des machines sous Linux ou Windows : serveurs Web, FTP, DNS, messagerie, etc. Sécuriser les accès à un réseau au moyen d un firewall et d un proxy sous Linux. 96

97 VISUAL BASIC.NET (PARCOURS IR) A l issue de ce cours, les étudiants de la dominante IA IR seront capables de : 1. réaliser dans l environnement de développement Visual Studio.Net une application graphique en Visual Basic.Net, à partir de spécifications générales (ou détaillées) : a. utilisant les principaux composants du Framework.Net (composants graphiques, Timer, ZedGraph, StreamReader, StreamWriter) et leurs propriétés b. mettant en œuvre les principaux événements des composants graphiques (Load, Click, TextChanged, SelectedIndexChanged, KeyPress, MouseMove ) c. implémentant des fonctionnalités de lecture et d écriture de fichiers d. gérant les exceptions du système de gestion de fichiers e. respectant une norme de programmation (commentaires, nommage, présentation, modularité) 2. utiliser la documentation MSDN (MicroSoft Developer Network) 3. tester et déboguer une application graphique développée en Visual Basic.Net 4. importer et utiliser un composant COM (ZedGraph) dans une application Visual Basic.Net 5. expliquer : a. ce qu est le Framework.Net b. ce qu est le MSIL (principe) c. ce qu est un Assembly d. les avantages et inconvénients du Framework.Net et de Visual Studio.Net et comparer par rapport à Eclipse QUALITÉ DE SERVICE DANS LES RÉSEAUX TCP/IP (PARCOURS IR) À l issue de ce module, les étudiants seront capable de : Expliquer des concepts liés à l interconnexion des réseaux TCP/IP. A titre d exemple, la translation d adresse, le filtrage, le routage. Sur la base d une architecture de réseau comportant plusieurs segments, réaliser une configuration avancée des routeurs et des Switch Cisco. Expliquer et évaluer les modèles de QoS et proposer des schémas de configuration du modèle DifServ 97

98 98

99 2 ème ANNEE DOMINANTE : ICOM INGENIERIE DES COMMUNICATIONS FIBRES OPTIQUES Calculer l atténuation d une liaison à fibre optique. Calculer le débit maximum sur fibre multimode ou monomode. Choisir le type de fibre adapté à un problème. Optique géométrique o Réflexion et réfraction, guidage de la lumière o Atténuation, pertes et réflexions o Dispersions et débit maximum o Fibre multimode et monomode Fibres en télécoms o FOP, OM1 à OM4, G652, G655, G657 o Fabrication, Techniques de pose o Connectique ST, SC, FC, LC, polissage PC ou APC, pertes Mesures sur fibres o Atténuation o Réflectométrie o Spectre o Précautions OPTICAL COMPONENTS To understand terminal active optical components To choose the right component To know how a laser works To draw electric schematic with laser or photodiode Led and semiconductor laser, principles, uses in telecom, performances How to modulate : direct light modulation, external electro-optical modulation, OOK and other format of modulation Photodiodes, how they work, how to choose, which schematics 99

100 TRANSMISSIONS HERTZIENNES Comprendre l architecture d un système de transmission sans fil et le rôle de chaque élément. Etablir le bilan de liaison d un système de transmission sans fil. Calculer le taux d erreurs binaires d un système de communications sans fil en fonction de la modulation, du facteur de bruit du récepteur et du rapport signal sur bruit en entrée du récepteur. Définir les éléments à mettre en œuvre pour réaliser une liaison sans fil à partir d un cahier des charges. La place des transmissions hertziennes dans les télécommunications. Les transmissions sans fil numériques Avantages des transmissions numériques, Constitution d une liaison sans fil, Exemples. Le bilan de liaison Les différents contributeurs au bilan de liaison, La propagation en espace libre, Les antennes. Bande passante et bruit Relation entre bande passante et débit numérique, Le bruit en électronique Rapport Signal/Bruit et taux d erreurs binaires. Travaux dirigés Dimensionnement complet d une liaison sans fil, cahier des charges, choix des constituants. DIGITAL COMMUNICATIONS Connaitre les relations mathématiques aboutissant à la numérisation du signal et aux modulations numériques. Communicating With Digital Signals 3 o Sampling o Quantization of Signals o Pulse Code Modulation (PCM) o Delta Modulation o Differential PCM o Intersymbol Interference 100

101 o Pulse Shaping o Equalization o Partial Response Signalling o Synchronization Digital Carrier Modulation Schemes o Introduction o Optimum Receiver for Binary Digital Modulation o Coherent Reception of Binary Data - Binary ASK Signalling - Binary PSK Signalling - Binary FSK Signalling o Noncoherent Reception of Binary Data - Noncoherent ASK - Noncoherent FSK - Differentially Coherent PSK Signaling o Comparison of Digital Modulation Schemes o M-ary Signalling Schemes - M-ary Coherent PSK - M-ary Differential PSK - M-ary Wideband FSK Scheme CUIVRE, CODAGES ET MODULATIONS Trouver les paramètres d un câble cuivre dans une documentation et en déduire les performances d une liaison. Évaluer l intérêt d un codage à partir de son principe, du chronogramme et du spectre. Choisir un type de modulation numérique en fonction des caractéristiques du support et du débit nécessaire à une application. Câbles cuivre o paire torsadée et coaxial o protection contre les parasites o méthodes de mesure o exemple du réseau cuivre de FT Codages o diagramme de l oeil o codes sur 2, 3, 4 niveaux et plus o application : Ethernet Modulations o ASK, FSK, PSK o QAM, OFDM o comparaison des performances o exemple d ADSL 101

102 CODAGE ET COMPRESSION DE L INFORMATION Maitriser le principe de codage numérique d information. Dimensionner le débit numérisé en fonction des caractéristiques du signal source et vice-versa. Comprendre les normes en compression du son, de l image, de la vidéo. Avoir des notions de numérisation et de traitement de l image. Numérisation o Codage de l information source o Échantillonnage, Shannon, Shannon bande étroite o Résolution Compression o Méthodes réversibles o Méthodes irréversibles Son o CCITT G711, NICAM o ADPCM G726, G722 o MP3, G728, G729 Image o image matricielle o filtrage et spectre des images o compressions GIF, JPEG, Ondelettes Vidéo o Analyse et restitution d une image vidéo o Numérisation de la vidéo o MPEG2, MPEG4 PROTOCOLES FONDAMENTAUX DES SYSTÈMES COMMUNICANTS Expliquer les modes d établissement des relations entre les équipements. Décomposer les différentes étapes d une mise en relation. Catégoriser les protocoles de routages selon leurs algorithmes et leurs métriques. Comparer les techniques de transmission PDH et SDH. La liaison de données et les modes d établissement des relations Les procédures de transmissions : étude de cas de la procédure HDLC Caractéristiques et fonctions assurées par les protocoles Les techniques de routage et les systèmes autonomes Les algorithmes de routage vecteur distance et état de lien Les réseaux de transport haut débit : hiérarchie plésiochrone numérique (PDH) et hiérarchie synchrone numérique (SDH). 102

103 TP RÉSEAUX LOCAUX Réaliser une configuration basique (nom d hôte, sécurisation par mot de passe des accès aux différents modes de configuration, service DHCP ) d un équipement d interconnexion Cisco (commutateur, routeur) en suivant un cahier des charges fourni. Tester une configuration basique réalisée sur un équipement d interconnexion CISCO (commutateur, routeur) dans un réseau local d entreprise à l aide des commandes réseau de base (ping, telnet, arp, netstat ). Mettre en œuvre les protocoles de routage RIP, OSPF et EIGRP dans un réseau local dont l architecture est définie dans un cahier des charges fourni. Intégrer le mécanisme de translation d adresses IP dans la communication entre réseaux locaux. Définir un ensemble de réseaux locaux virtuels (VLAN) sur des commutateurs Cisco afin de répondre à un cahier des charges fourni (segmentation logique en différents groupes de travail par exemple). Sécuriser les accès aux ressources réseaux par la définition de listes de contrôle d accès (ACL) standards et étendues. Rappels : Architecture des Réseaux et Normes o Modèle OSI, o Adressage physique (MAC) et adressage logique (IP), o Equipements d interconnexion (routeur, switch, hub), o Configuration des fonctionnalités réseaux de base sur des routeurs Cisco (mots de passe, adresses IP, DHCP). Le routage IP o Routage IP, o Routage dynamique (vecteur de distance, état de liens, hybride), o Configuration du routage sur des routeurs Cisco. La translation d adresses IP (NAT) o Concepts théoriques (contexte, adresses IP privées/publiques, intérêts du NAT) o Configuration du NAT statique sur routeurs Cisco, o Configuration du NAT dynamique sur routeurs Cisco, o Configuration du NAT avec ports (PAT) sur routeurs Cisco. Les commutateurs de niveau 2 o Fonctions de base, o Modes de transmission des trames, o Spanning-Tree, o VLANs, o Mise en œuvre de VLANs et du protocole Spanning-Tree sur des commutateurs Cisco. Sécurité des réseaux locaux o Principes généraux, o Mise en œuvre des listes de contrôle d accès (ACL) sur des routeurs Cisco. 103

104 TP FONDAMENTAUX Effectuer et interpréter une réflectométrie optique sur un réseau local ou FTTH. Mesurer l atténuation et le BER d une liaison fibre optique et interpréter le résultat. Mesurer les paramètres d un câble coaxial, ou paire torsadée. Souder deux fibres optiques et commenter la réussite de l opération. Faire la relation entre les caractéristiques des éléments d une liaison et la performance obtenue, en interprétant les chronogrammes, spectres, diagrammes de l œil. Câbles cuivre o Mesures sur câbles o NRZ, RZ, etc, diagramme de l œil (simulation) Fibre optique o Mesures d atténuation o Mesure de BER optique et cuivre o Réflectométrie o Soudure de deux fibres Hertzien o QPSK et QAM (simulation) o Codeur NRZ, HDB3, et analyse spectrale RF o Mesure de signaux TNT 104

105 RÉALISATION DE SYSTÈMES DE COMMUNICATION Réaliser une chaîne complète d émission/réception en intégrant un(des) module(s) proposés par l enseignant. Réaliser le typon à partir d ORCAD ou d un autre outil logiciel équivalent puis la carte finale avant de la tester. Etape bibliographique Etablissement du cahier des charges et du synoptique d ordre 1 Etablissement du cahier de recette et test Simulation des sous-fonctions électronique sous pspice Validation du fonctionnement des sous-systèmes, puis du système complet sur plaquette d essai Exposé par l enseignant de la méthodologie de réalisation d une carte à l Esigelec : o utilisation du logiciel Orcad en vue du routage (édition de netliste, insertion sous Orcad Layout, puis placement des composants et routage des pistes optimaux) o procédé de réalisation sur Epoxy à partir d un «typon» (insolation, révélation, gravure) Réalisation du schématique complet et du routage sur Orcad (ou sur un logiciel équivalent à l appréciation des étudiants) Impression des «typons» sur transparent Transfert des typons sur carte epoxy (réalisé par le support technique hors séance) Soudure des composants Test de la carte réalisée Rédaction d un rapport final (hors séance) 105

106 106

107 2 ème ANNEE DOMINANTE : IF INGENIEUR FINANCE MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES Résoudre un problème d intérêt simple. Faire la différence entre l escompte commercial et l escompte rationnel. Déterminer la date d équivalence des effets de commerce ainsi que l échéance commune de plusieurs effets de commerce. Maitriser la capitalisation (Intérêts composés). Différence entre les taux : proportionnel et équivalent. Résoudre un problème de : - capitalisation - actualisation. Savoir dresser un tableau d amortissement dans les deux cas d emprunts : Indivi et Obligataire. Comparer les emprunts par amortissement constant, par annuité constante. Connaitre les différents taux de placement, de revient d un emprunt obligataire pour l emprunteur. Les intérêts simples. Les intérêts composés, les annuités. Les emprunts indivis. Les emprunts obligataires. TABLEUR POUR L INGÉNIEUR Construire la solution la plus performante, pour résoudre un problème portant sur le traitement des données d un classeur Excel. Créer un programme VBA en choisissant les structures de contrôle, les types de données, les classes et les collections les mieux adaptées. Rechercher et mettre en œuvre les formules de la feuille de calcul Excel les mieux adaptée à la résolution d un problème simple. Mettre en œuvre les principales classes et collections, ainsi que les structures de contrôle du langage VBA pour Excel. Créer des représentations graphiques au moyen des assistants et par des macro VBA. Mettre en œuvre quelques fonctions usuelles de la feuille de calcul Excel (fonctions statistiques, fonctions sur les chaines de caractères). Mettre en œuvre les tableaux croisés dynamiques. Mettre en œuvre les tableaux en VBA. 107

108 Découverte d Excel o L environnement : menus, classeur, feuille de calcul, formats de fichiers o Lignes, colonnes, cellules o Référence absolue, référence relative o Les principales fonctions o Les tableaux croisés dynamiques o Les représentations graphiques Les macros VBA o Les types de données o Les structures de contrôle o Les principales classes et leurs méthodes o Les collections d objets o Les «sub» et «function» o Les tableaux PROJET EN VB.NET Réaliser une petite application en VB.NET (client lourd) mettant en œuvre une architecture client/serveur de BDD. Cette application utilisera une base de données Mysql. Le développement sous Visual Studio.Net est conduit en respectant les étapes du cycle en V et en produisant la documentation associée. Une phase de maquettage sera intégrée. Estimer le coût d'un projet de développement logiciel, d une durée connue, dans un cadre réel Décrire précisément les étapes du cycle de développement en V et expliquer le rôle de cellesci : - En quoi consiste l étape concrètement - Quels sont les documents utilisés en entrée de cette étape - Quels sont les livrables (les nommer) et quel est leur contenu précis Concevoir, réaliser et tester un logiciel réseau écrit en VB.NET en respectant le cycle en V avec maquettage et en écrivant les documents suivants : - un Document de Spécification Logiciel (DSL), - un Plan de Validation du Logiciel (PVL), - un Document de Conception Préliminaire (DCP), - un Document de Conception Détaillée (DCD), - un Dossier de validation (PVL complété + Bilan du Projet). 108

109 Elaborer des diagrammes de cas d utilisation et de classes qui répondent au problème posé (environ 5 cas d utilisation et 5-10 classes) à l aide d un AGL comme Modelio Modéliser une Base de données d'environ 4-5 tables avec un diagramme de classes UML, puis écrire le script SQL de création correspondant Mettre au point un logiciel en conformité avec des spécifications réalisées par une autre équipe Evaluer la qualité des livrables produits par une autre équipe en effectuant une pré-recette accompagnée d un un compte rendu. Les remarques doivent être justifiées. Produire un cahier des charges précis (les fonctionnalités attendues sont détaillées et spécifiées dans un diagramme des cas d utilisation), une conception détaillée (diagrammes des classes de l application et de la base de données), des tests rigoureux ( les tests unitaires effectués sont documentés, la qualification finale est en rapport avec la spécification), respectant des modèles de document fournis Etablir et mettre à jour des tableaux de bord qui contiennent le temps budgété, consommé, restant, et non facturé pour chaque tâche du projet. Présentation des cycles de développement du logiciel Ecriture des spécifications et du cahier de recette Ecriture du document de Conception Préliminaire Ecriture du document de Conception Détaillée Mise en place de la base de données et développement de l'application Tests et recette 109

110 GESTION DE PROJETS FINANCIERS Comprendre l'évolution du rôle de l ingénieur dans un projet en ingénierie financière. Maîtriser une vision processus de la conduite d un projet en ingénierie financière. Etre capable d expliquer le rôle de l ingénieur financier dans les différents secteurs. Identifier les critères de succès du projet et les facteurs clefs de la réussite du pilotage d'un projet financier. L ingénierie financière et les métiers de l ingénieur financier La gestion d un projet en ingénierie financière Etude de cas : réalisation d un projet en ingénierie financière GESTION DE PORTEFEUILLES ET MARCHÉS FINANCIERS Etre capable de catégoriser et de définir les notions les plus usitées en finance : actions, système de règlement différé Etre capable de décrire les éléments constitutifs d une cote boursière. Etre capable d expliquer le fonctionnement des marchés boursiers. Introduction Générale : Le marché des capitaux Les actions Les obligations Les marchés boursiers 110

111 CONTRÔLE DE GESTION Connaître la place du contrôle d entreprise dans l'entreprise, ses grands principes, ses outils, son rôle et ses missions. Savoir calculer et interpréter un coût de revient selon la méthode des centres, un coût partiel et une marge, un seul de rentabilité. Etre capable de faire une première analyse d'un changement de structure à partir de la notion de seuil de rentabilité, connaître les limites de ses techniques. Savoir ce qu'est un budget et un écart en contrôle de gestion. Etre capable, à partir du prévisionnel des ventes d'élaborer un budget général prévisionnel : budget de trésorerie ajusté, compte de résultat, bilan. Donner une première idée du principe du calcul des écarts avec un exemple d'écart sur chiffres d'affaires. Faire le lien avec la finance en développant le budget d'investissement : calcul des flux d'investissement, de la VAN et du TRI, savoir interpréter ces critères, connaître leurs limites. Savoir ce qu'est un tableau de bord de gestion, connaître ces grands principes de construction. Le contrôle de gestion et ses missions o o o Le besoin de contrôle Le contrôle de gestion définition et place dans l entreprise Organisation et contrôle de gestion Le calcul des coûts o o o o Les enjeux du calcul des coûts Le coût complet, méthode des centres d analyses Les coûts partiels et le seuil de rentabilité Bref aperçu des autres méthodes de calcul des coûts La gestion budgétaire, première approche o o o o o Planification et gestion budgétaire Le budget général Le budget d investissement, lien avec la finance L'écart sur chiffres d'affaire, premier aperçu de la notion d'écart et de l'analyse par les écarts La notion de tableau de bord, première approche 111

112 112

113 2 ème ANNEE DOMINANTE : ISE INGENIERIE DES SYSTEMES EMBARQUES SYNTHÈSE LOGIQUE ET VHDL After attending the course the student will - Be able to describe the digital system design flow from its conception to the prototype - Be able to recognize and distinguish simulation and synthesis goals during the design process of a digital system - Be able to analyze and design hierarchical digital systems - Be able to develop (using the VHDL language) register-level and higher abstract-level models of hierarchical digital systems - Be able to simulate and verify the functionality of digital systems - Be able to prototype digital designs with programmable logic devices (FPGAs in particular) - Lecture 1: Course introduction o What is? Logic synthesis, VHDL, programmable logic devices, FPGAs o What are FPGAs used for? Benefits? o Market players and modern trends in logic design - Lecture 2: First contact with VHDL o Language history, versions o Simulation and synthesis goals and design flows - Lecture 3: VHDL Fundamentals o Interface (entity, ports), implementation (architecture), component instantiation o Signals and parallel signal assignments o Packages and libraries - Lecture 4: Sequential logic o Processes, variables, sequential statements, sequential assignments o Finite State Machines (FSMs) in VHDL - Lecture 5: Data management o Drivers, resolution functions o Data types, type conversions o Attributes, constants, generics - Lecture 6: Subprograms, strings and file I/O o Subprograms (procedures and functions), package bodies o Strings, string manipulation o File access in VHDL (read, readline, write, writeline) 113

114 - Lecture 7: System verification and testbenches o Testbench goals and general structure o Verification goals Manual verification by inspection of the outputs Automatic/semi-automatic verification using model checkers/golden models LINUX EMBARQUÉ ET TEMPS RÉEL Savoir comparer Linux et les autre principaux systèmes d'exploitations dans le contexte d'un projet informatique embarqué Connaître les principaux outils logiciels du monde Unix/Linux et les méthodologies de développement associées Savoir écrire un pilote simple pour contrôler un matériel spécifique sous Linux Savoir combiner les outils classiques pour réaliser des fonctions avancées avec un minimum de programmation Introduction à Linux o o o Place d'un OS dans l'embarqué Historique de Linux et des systèmes Unix Place de Linux par rapport aux autre OS embarqués Outils de base : la ligne de commande, les scripts shell Les outils de développement du monde Linux La programmation C en espace utilisateur sur cible embarquée Drivers matériels sous Linux Connectivité Web et administration à distance Compiler un noyau Linux 114

115 MÉTHODE ET OUTILS POUR LA QUALITÉ LOGICIELLE Décrire les principales normes liées aux développements embarqués. Décrire les principales conséquences sur le développement logiciel du respect de ces normes Mettre en œuvre des règles d écriture en langage C (MISRA-C) Décrire les outils principaux de métriques et de validation logicielle. Développer du code embarqué en langage C en intégrant les notions précédentes. Normes IEC61508, DO178B, ISO26262, Outils de validation logicielle LDRA Analyse statique ou dynamique de code Tests en boîte blanche et boîte noire Métriques de qualité logicielle (ex : complexité cyclomatique) Tests aux limites, outillage de code, Parcours Objets Communicants ANDROID ET INNOVATION Comprendre les challenges et possibilités des plateformes mobiles. Utiliser l environnement de développement Android. Créer des interfaces utilisateur. Développer des applications communicantes. Développer une application en utilisant des données persistante. Développer une application multimédia. Développer une application utilisant Google Maps. Déployer une application Android. Publier les applications réalisées. Applications embarquées, possibilités, Android SDK Utilisation des views, création d interfaces utilisateurs avancées Classe Intent Persistance des données Multimédia Géolocalisation Publication 115

116 BUS DE COMMUNICATION Aborder les bus de communication sans fil par la maitrise des bus standards série filaire. RS-232 Bus Spi Le Bluetooth Parcours Véhicules Autonomes LOCALISATION ET TRAJECTROGRAPHIE Comprendre la problématique de la localisation d un objet. Définir la localisation par dispositif externe ou interne. Décrire les principaux moyens techniques existants : GPS, centrale inertielle, vision. Appréhender les limites de précision et d usage de ces outils. Connaitre les différentes méthodes de gestion de la trajectoire en environnement connu ou inconnu. Décrire le couplage entre la gestion de trajectoire et la localisation d un véhicule autonome BUS DE COMMUNICATION Etudier les principaux bus de communications dans l environnement des calculateurs embarqués véhicule et maîtriser les spécifications correspondantes. RS-485 Bus I2C, Spi Bus can, van 116

117 117

118 2 ème ANNEE DOMINANTE : ISYMED INGENIERIE DES SYSTEMES MEDICAUX L ingénierie des systèmes médicaux regroupe l ensemble des applications des sciences et techniques de l ingénieur aux domaines de la santé et du vivant. Avec les progrès technologiques notamment en électronique, informatique et dans le domaine des systèmes embarqués, ce secteur est en pleine expansion et nécessite de nouvelles compétences pour prendre en charge les évolutions et besoins récents. L objectif de la dominante «ingénierie des systèmes médicaux» est de former des ingénieurs capables de mener à bien ces mutations. CYCLE DE CONFÉRENCES SUR LES SCIENCES DU VIVANT Fournir une culture générale sur des grands thèmes du Vivant. Décrire les grands systèmes physiologiques et ainsi comprendre les spécificités des dispositifs techniques utilisés dans le monde du médical (neurophysiologie, physiologie respiratoire, physiologie cardio-vasculaire, physiologie rénale, physiologie de la peau). BIOMEDICAL SIGNAL PROCESSING Présenter les fondements en traitement du signal numérique pour des problèmes liés à la santé et au vivant. Les sujets traités comprennent l'acquisition de données, l échantillonnage, le filtrage, le codage, l'extraction de caractéristiques et de la modélisation. Des rappels de statistiques seront également fournis la détection et la classification de signaux. BIOMEDICAL IMAGING L'objectif du cours est de fournir des connaissances de base sur la formation des images médicales. Sont décrits les phénomènes physiques mis en jeu et des algorithmes de construction de l'image. Ce cours est interactif, mêlant théorie et sessions pratiques sur ordinateur afin de renforcer les connaissances acquises. 118

119 - Principes de base des systèmes (Transformée de Fourier, Caractéristiques des images médicales, brève Introduction à Matlab) - Images échographiques (théorie élémentaire des ondes acoustiques, réflexion d'onde et la transmission, sources ultrasons, Simulation de champs ultrasonores, formation des images en mode B, arrangements ultrasons, imagerie par ultrasons Doppler - Les images aux rayons X (théorie de base de rayons X, Images X-ray, Projections tomodensitométriques, transformées de Radon, rétroprojection, méthodes algébriques) - Imagerie par résonance magnétique (Principes, Gradients et IRM, Génération d échos, Trajectoires en espace K : phase et codage de fréquence, mécanismes de contraste en IRM) VISION ET TRAITEMENT D IMAGES - Expliquer les notions de base du traitement d images - Pouvoir décrire le processus de formation des images - Etre capable de proposer des pré-traitements pour améliorer les images sources en fonction des défauts de celles-ci - Etre capable de mettre en œuvre des algorithmes de segmentation pour séparer un objet d intérêt du fond - Proposer, coder et tester une chaîne de traitement répondant à une problématique - Savoir utiliser les outils de traitement d images utilisés dans ce module (Matlab et OpenCV) Etre capable de concevoir et de prototyper sous Matlab et en langage C un algorithme de traitement du signal et des images pour répondre aux problématiques usuelles en instrumentation biomédicale (filtrage, détection, reconnaissance de formes). MÉTHODES ET OUTILS POUR LA QUALITÉ LOGICIELLE Décrire les principales normes liées aux développements embarqués. Décrire les principales conséquences sur le développement logiciel du respect de ces normes Mettre en œuvre des règles d écriture en langage C (MISRA-C) Décrire les outils principaux de métriques et de validation logicielle. Développer du code embarqué en langage C en intégrant les notions précédentes. 119

120 Normes IEC61508, DO178B, ISO26262, Outils de validation logicielle LDRA Analyse statique ou dynamique de code Tests en boîte blanche et boîte noire Métriques de qualité logicielle (ex : complexité cyclomatique) Tests aux limites, outillage de code, MÉTHODOLOGIE POUR LA CONCEPTION DE SYSTÈMES EMBARQUÉS - Critères de sélection d une solution d instrumentation embarquée. - Programmation C pour l embarqué. - Technologies communicantes. Consolider les acquis en système embarqués pour savoir faire les choix techniques et comprendre le cycle de développement d un système électronique embarqué. MÉTHODES D APPRENTISSAGE AUTOMATIQUE POUR L AIDE AU DIAGNOSTIC Initier les étudiants aux techniques de Machine Learning (apprentissage automatique en français). Science qui permet aux machines d agir sans être explicitement programmées, nous l utilisons quotidiennement sans nous en rendre compte. L enseignement alternera des séances de cours et de travaux pratiques. Le cours débutera avec une introduction aux notions importantes du Machine Learning (historique de la discipline; notions attributs, classes ; préparation des données). Les thèmes d apprentissages supervisés et non supervisés sont ensuite abordés. Différentes études de cas basés sur des données issues de la base UCI seront développées lors des séances de travaux pratiques. L accent sera mis sur l utilisation des algorithmes plutôt que leurs développements. Ainsi, les notions d algèbres linéaires et d optimisations nécessaires à la compréhension de l élève seront abordées. 120

121 121

122 2 ème ANNEE DOMINANTE : MCTGE MECATRONIQUE ET GENIE ELECTRIQUE AUTOMATIQUE AVANCÉE POUR MÉCATRONIQUE Identifier les besoins techniques des systèmes mécatroniques. Traduire les spécifications techniques en cahier des charges. Concevoir des techniques avancées de contrôle/commande. Faire une étude comparative des méthodes de commande par retour d état. Représentation d'état des systèmes échantillonnés et discret Gouvernabilité et Observabilité des systèmes discrets Synthèse des systèmes discrets en représentation d'état Commande des systèmes mécatroniques en TR DYNAMIQUE ET ÉNERGÉTIQUE DES SYSTÈMES DE SOLIDES Déterminer les inconnues de liaison ou les efforts extérieurs spécifiés dans le cas où le mouvement est imposé. Donner la loi du mouvement sous forme d'équations différentielles dans le cas où les efforts extérieurs sont connus. D exploiter et (ou) compléter un modèle numérique pour évaluer efforts ou loi de mouvement. Objectifs indispensables : Identifier les symétries matérielles d un solide et discuter de la simplification des quantités cinétiques (centre d inertie, matrice d inertie). Calculer des quantités cinétiques (centre d inertie, matrice d inertie, moments d inertie) dans le cas de géométries simples. Créer un modèle géométrique avec un modeleur volumique afin d obtenir les quantités cinétiques dans le cas de pièces complexes. Compléter un modèle mécanique numérique (définition des actions mécaniques, mouvement libres et imposés ) afin de résoudre une problématique de dynamique. Calculer des quantités cinétiques (torseur cinétique, torseur dynamique, énergie cinétique) dans le cas de mouvements simples (rotation autour d un point fixe, translation, mouvement plan). Exprimer la puissance galiléenne développée par une action mécanique. Exprimer la puissance d inter-effort entre 2 solides. Appliquer les principes et théorèmes de la dynamique pour résoudre un problème posé. 122

123 Objectifs fortement recommandés : Choisir le ou les théorèmes adaptés à la résolution d une problématique. Employer si besoin les notions de travail et d énergie dans l approche énergétique d un problème de dynamique. Elaborer le schéma bloc ou la fonction de transfert d une chaîne d énergie à partir des équations dynamiques. Dynamique des systèmes de solides o Introduction o Cinétique. Définition et relations pour un système matériel E à masse conservative o Cinétique. Cas particulier du solide o Le principe fondamental de la dynamique Théorème de l énergie cinétique o Introduction o Notion de puissance o Théorème de l énergie cinétique o Compléments : travail et énergie potentielle o Méthodologie CONCEPTION DES SYSTÈMES MÉCATRONIQUES : MODÉLISATION L'objectif de ce module est d'introduire la mécatronique et de présenter à l'élève ingénieur quelques outils, langages et méthodologies utilisés lors de la conception de systèmes mécatroniques. L'objectif global est de s'approcher d'une CAO mécatronique sans rupture numérique. Les travaux pratiques permettront d'étudier la conception et la modélisation d'un système mécatronique simple afin de mettre en application les concepts étudiés en électronique, électronique de puissance, mécanique et automatique. Cours - Introduction à la mécatronique et aux systèmes complexes : - Introduction à la mécatronique: quelques exemples (Active Drive, bogie mécatro, tiltronix, avion "plus électrique", Orion de la NASA) - Spécificité de la conception mécatronique - Cycle en V - Paysage en termes de langages, outils et méthodologies, Critères de choix. - SysML versus SADT-FAST-APTE, Modelica versus Simulink, VHDL... - Passage au 3D: plongement et topologie. - Une proposition: SysML, Modelica, CATIA. - Exemples: hayon motorisé et CDVE. 123

124 Travaux pratiques sur la modélisation d'un système mécatronique simple permettant de mettre en application les connaissances en électronique, électronique de puissance et automatique. Les différentes étapes de l'étude de la commande du système sont: - Simulation d'un système mécatronique avec Matlab/Simulink. - Elaboration des lois de commandes par PID et par retour d'état, comparaison des résultats obtenus APPROCHE MÉCATRONIQUE : DE LA CONCEPTION À LA COMMANDE DE SYSTÈMES Cette unité d enseignement vise à fournir aux étudiants de la dominante mécatronique une démarche, des connaissances et des compétences pour l intégration en synergie de l électronique, de la mécanique, de l automatique et de l informatique temps réel pour la conception et la réalisation de systèmes à base d actionneurs électriques (servomoteur, moteur pas à pas, moteur DC). En particulier, sont abordés des aspects de modélisation multi-physique, d électronique d interface et de contrôle-commande numérique. Ce module alterne séances de cours et d atelier et se structure autour de deux projets : la tourelle pan/tilt motorisée et le banc moteur. Ce module débute par une brève introduction au cours de laquelle sont exposés en détail les objectifs d apprentissage, le dispositif pédagogique mis en place et les modalités d évaluation. Sont ensuite planifiées des séances tutorées durant lesquelles les étudiants élaborent deux études techniques sur les projets tourelle pan/tilt et banc moteur. En parallèle, des sessions d introduction à l outil de modélisation Amesim sont également prévues. Finalement, des séances d atelier sont programmées pour modéliser, simuler et analyser le système d une part et intégrer les lois de commande dans une carte microcontrôleur d autre part. COMMANDE NUMÉRIQUE POUR MÉCATRONIQUE Le développement des calculateurs a provoqué des changements importants dans la conception des systèmes de contrôle/commande. Leur puissance de calcul et leur faible coût les rendent aptes à prendre intégralement en charge les aspects commande avec des performances nettement supérieures à celles des régulateurs analogiques. A l issue de ce module, les élèves sont capable de : Modéliser les systèmes mécatroniques en numériques, Savoir choisir la période d échantillonnage, Déterminer la stabilité des systèmes mécatroniques, Concevoir des correcteurs numériques, Faire une étude comparative des méthodes de commande numériques en fonction des spécifications techniques. 124

125 Représentation des systèmes échantillonnés Stabilité des systèmes échantillonnés Commande par les méthodes polynomiales o Méthode des pôles dominants o Réponse Pile ou Plate o Méthode de Zdan o Correcteur RST Commande numérique à temps minimal Etude de cas : commande numérique d une vanne d admission d air pour Moteur essence ASSOCIATION MACHINE / CONVERTISSEUR ET COMPLÉMENT DE CONTROLE COMMANDE Maitriser les principales lois de commande des machines électriques, les règles d association avec les convertisseurs statiques et les contraintes électriques et thermiques durant le fonctionnement. Les commutations en électronique de puissance Circuit d aide à la commutation La commutation douce à zéro courant Multi niveau Onduleur à résonance Commande des machines à courant continu Commande scalaire des machines asynchrones et ses limites Commande vectorielle des machines 125

126 COMPLÉMENT DE TNS APPLIQUÉ ET DSP Acquérir la méthodologie pour la conception. Générer des algorithmes de commande. Appliquer les outils TNS Généralités sur les DSP Domaines d utilisation des DSP Architecture interne Systèmes d interface Format de données Outils de développement Algorithmes TNS But : maîtriser les concepts et les méthodes de base en TNS Concepts Distributions spectrales Convolutions Signaux numériques (TFD : Transformé de Fourrier Discrète, FFT : transformée de fourrier rapide, TZ : transformée en Z) Méthodes Filtrage (génération des Filtres) Commande numériques (lois de commande vectorielle) Génération de signaux (exemple : sinus, carré, dent de scie, etc ) Génération des algorithmes de commande Programmation des algorithmes 126

127 127

128 3 ème ANNEE TRONC COMMUN HUMANITES, LANGUES ET GESTION ANGLAIS Groupes faibles et intermédiaires ayant moins de 750 points au TOEIC Préparation au TOEIC : Consolider les bases de grammaire et vocabulaire, améliorer la compréhension orale et écrite, réussir au TOEIC. Deux TOEIC blancs facultatifs seront organisés en amphi pour permettre aux élèves de s entraîner dans les conditions de l examen. Groupes forts (élèves ayant obtenu au moins 750 points au TOEIC) 3 thématiques sélectives : Looking Towards Asia What do high-tech toilets, recycled undergarments and sipping green tea all have in common? When a dynamic city attracts manga look-alikes wearing disguises designed to be more outrageous than the others, one can begin to wonder about the evolution of the Asian mind. Using Japan, the second economic power in the world as an example, this class will discuss through film, presentations and debates what is happening in Asia today and by the end of the course, students will have a better idea of the Asian work ethic, of the importance of non-verbal communication in meetings, and in negotiating contracts, for example, and if the great desire for economic power and material possessions is destroying the ancient Buddhist teachings of modesty, simplicity, self-discipline and a respect for nature. This course is taught in English by a professor who has had extensive life experience in Japan. English Potpourri - Really Communicate in English This course aims to give students the opportunity to use English in a variety of situations, both professional and social, with the accent very much on «communicate». The course includes viewing and discussion of a variety of video material, debate/discussion of current topics of general or specific interest, and simulations of practical situations such as job interviews, technical presentations or negotiations. Students are encouraged to input their own choices of topics and their own materials. Vocabulary acquisition and grammar will depend on the specific needs of the students. 128

129 L Amérique dans tous ses états The objective of this course is to discover the good, the bad, and the ugly, of that country that France loves to hate, the United States of America. Through debates, films, presentations, discussions, and interactive pedagogical activities the students will come to understand their love/hate relationship with the U.S., and why Americans think, act, and say what they do. The aforementioned activities will revolve around several themes: Cowboys, American food, politics, and history; the health care system, American attitudes towards money, and how President Obama has been doing. ELECTIFS IDENTITÉS SOCIALES ENTRE ASSIGNATION ET REVENDICATION Sensibiliser à la dimension identitaire. Réfléchir l identité comme une construction complexe, dans et hors entreprise. La construction des identités Notion controversée / traits configurant notre identité Identités et travail Rôle du travail dans la construction identitaire / crise de l accès à la professionnalisation De l identité individuelle à l identité collective Chefs d entreprise/cadres/ingénieurs ÉTHIQUE ET PERFORMANCE Informer sur les différentes applications de l éthique dans l entreprise Démontrer que l éthique favorise la performance Inciter à se donner des règles éthiques Témoignage économique Témoignage social L éthique Le management éthique Ethique et liberté 129

130 INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE ET VEILLE Sensibiliser les élèves à l intelligence économique Appréhender la veille, outil indispensable à l entreprise contemporaine Eléments de base de la veille Omniprésence de l information L information pour gagner Vigilance et stratégie Démarche de veille en entreprise QUESTIONS DE MANAGEMENT Enseigner et développer la réflexion sur la pratique du management Découvrir les différentes dimensions du management et actionner les bons leviers Appréhender la dimension managériale dans le métier d ingénieur Comprendre le rôle de manager Les composantes efficaces du management Les outils de la réussite pour diriger les autres La position du manager - coach RÉALITES SCIENTIFIQUES ET RÉALITÉS HUMAINES Sensibiliser à l altérité et à la diversité culturelle en entreprise Appréhender et intégrer une situation nouvelle ou inconnue Proposer une méthodologie d action face à des situations humaines complexes. Présentation de l Ethnologie Pluralité perceptive Pluralité culturelle Ethnométhodologie 130

131 MANAGEMENT DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ Prévenir les risques santé et sécurité au travail Coter les risques Maitriser les risques Appliquer les principaux textes de loi du code du travail sur la sécurité au travail Etablir un plan d action d amélioration de la sécurité dans le cadre d un système de management de la sécurité Les enjeux de la prévention Sécurité et Code du Travail La Mesure des Risques Les dangers Les principaux Systèmes de Management de la Sécurité (SMS) GESTION DES RESSOURCES HUMAINES EN ENTREPRISE Avoir une connaissance élargie de la fonction RH dans l entreprise. Comprendre les techniques de la GRH. Historique de l organisation de l entreprise et place de la GRH dans les organisations Les domaines de la fonction RH et la fonction RH (organigrammes de DRH) Le management des individus La GPEC Les composantes de la GRH Les relations sociales Les bases de l entretien DÉVELOPPEMENT DURABLE ET ENTREPRISE Comprendre les enjeux du développement durable pour les entreprises Se saisir des champs de son application au sein de l entreprise Travailler sur les outils du développement durable en entreprise 131

132 Rappel du concept L entreprise et le DD Un système de management Communication/ entreprise et DD Le reporting social ENTREPRISE ET MÉCANISMES PSYCHOLOGIQUES Expliquer les principaux mécanismes psychologiques en jeu lors des interactions humaines et appréhender leur importance dans le cadre du travail en entreprise. Découvrir et utiliser les outils permettant de s adapter au travail en équipe, à une hiérarchie. Identifier l influence des facteurs humains sur le travail. Reconnaître la commande institutionnelle Le langage L analyse transactionnelle PNL L écoute active La sophrologie 132

133 APPROCHES METIERS INGÉNIEUR ENTREPRENEUR Replacer la création de site et le développement d activité nouvelle dans un contexte économique mouvant Vérifier l existence d une fibre «entrepreneuriale» Le projet de reprise ou développement d activité et sa structuration Les différents aspects du montage Qualités, aptitudes et compétences de l ingénieur entrepreneur Etude de cas INGÉNIEUR QUALITICIEN Sensibilisation aux métiers de la qualité et diffusion d une image dynamique de la qualité. Comprendre le rôle de la qualité pour la fiabilité et la compétitivité d un produit ou d un service. Replacer la qualité dans un mode de l entreprise en mutation : globalisation, nouvelles technologies, environnement Place et rôle de l ingénieur dans une politique «qualité» La qualité : définition et raisons de la qualité Derrière le terme «ingénieur qualiticien» plusieurs fonctions. Compétences et qualités de l ingénieur qualiticien Animation, communication, conseil et formation. Les enjeux de la qualité, l amplitude et l avenir du métier. 133

134 INGÉNIEUR CHEF DE PROJET Comprendre le sens du projet pour le développement d une entreprise contemporaine. Vérifier un goût pour un travail collectif et évolutif. Synthèse d une expérience de projet (par groupe) Les principes du management par projets Le management / motivation des équipes Promouvoir les nouvelles idées / Découvrir les problèmes Témoignage d un chef de projet en R&D Droits et Devoirs de l ingénieur projet/chef de projet INGÉNIEUR A L INTERNATIONAL Prise de conscience des enjeux d un métier à l international, notamment dans sa dimension humaine. Appréhender les échanges inter-culturels et la gestion d équipes multiculturelles. Développer la communication interculturelle. Place de l ingénieur dans l Europe et dans le monde Le contexte international : mondialisation, approche géoéconomique et politique Approche structurante approche multiculturelle Initiation au marketing international Communication inter culturelle / vision multinationale des RH Capitalisation de la connaissance. INGÉNIEUR RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT Position et gestion de la Recherche / développement dans l entreprise. Définir la fonction Recherche et Développement. Connaître les techniques de Recherche et Développement. Les postes occupés dans l industrie Les techniques de recherche et de développement La gestion de l information Les relations humaines 134

135 INGÉNIEUR D AFFAIRES Sensibilisation au métier lié à la vente Proposer les outils d une spécificité professionnelle Concevoir et maîtriser un processus complet : de la prospection au contrôle final Place et rôle de l ingénieur d affaires dans l entreprise réclamant polyvalence et adaptabilité Les fonctions et qualités de l ingénieur d affaires Initiation à la négociation et à la vente Communication pour un métier de plus en plus complexe INGÉNIEUR CONSEIL Découverte des différentes facettes du métier Apprendre à répondre aux attentes des différents interlocuteurs Le marché du conseil Le profil de l ingénieur et la construction du projet Le métier et son organisation INGÉNIEUR FINANCIER Sensibiliser à un métier alliant formation scientifique et gestion financière, métier prisé par les entreprises et groupes. Vérifier un goût pour une double compétence et un travail d équipe projet. Ingénierie financière : contenu et métiers Gestion de projets financiers : équipes, partenaires et organisations ; outils Communication envers tous les interlocuteurs Compétences et qualités de l ingénieur financier 135

136 INGÉNIEUR LOGISTICIEN Appréhender un domaine aux métiers multiples, nécessitant des compétences nombreuses et variées. Evoluer dans l entreprise et dans sa carrière grâce à la logistique Connaître un métier au cœur de la préoccupation des entreprises : la performance économique La logistique dans l entreprise Quels métiers Quels enjeux Le logisticien : entre ingénieur, gestionnaire et commercial Formation Compétences Management et communication INGÉNIEUR DE PRODUCTION Connaitre et identifier les différents types de process Savoir positionner la production et la gestion de production dans le système de fonctionnement de l entreprise Savoir appréhender l aspect économique de la gestion de production Connaitre des méthodes de planification/ordonnancement Connaitre des outils de gestion de flux et comprendre leur incidence sur la performance Appréhender le plan de maintenance et de remplacement de l outil de production Connaitre les différents indicateurs de performance (production et maintenance) Modèles et méthodes en planification/ordonnancement Les outils de gestion de flux Maintenance et plan d équipement Les ressources humaines 136

137 SIMULATION DE RECRUTEMENT Premier temps : mettre l étudiant face à un recruteur. Deuxième temps : tirer le bilan de l entretien. PROJET INGÉNIEUR Durant la troisième année, les équipes de projet effectuent la réalisation de leur projet en conformité avec le cahier des charges qu ils ont défini lors de la phase d étude de seconde année. PROJET PERSONNEL ET PROFESSIONEL 137

138 3 ème ANNEE MODULES ELECTIFS GENERAUX FIBRE OPTIQUE ET HAUT DEBIT Calculer l atténuation et le débit maximum d une liaison à fibre optique multimode ou monomode selon le type de source optique. Evaluer la pertinence des différents équipements d une chaine WDM. La fibre optique o o o o la fibre en optique géométrique caractéristiques et performances typiques fabrication, méthodes de pose et de raccordement les réseaux existants Le haut débit optique o o o o multiplexage en longueur d'onde WDM ampli optique, insertion extraction, conversion de calcul de budget optique évolutions des télécoms, l accès FTTH/PON BUREAU D ÉTUDES : GESTION DES RÉSEAUX ÉLECTRIQUES Expliquer l ensemble des problèmes de la conception, de réalisation d un réseau électrique HT/BT et d évaluation les performances en utilisant le logiciel CANECO. Le module de composants logiques programmables se déroule selon le principe de l Apprentissage Par Problèmes (APP). Critères de calcul o Méthode de calcul d une installation électrique BT o Formules Electrotechniques sur les circuits standards o Règles de calcul pour les protections et les sections de câble o Paramètres de la source normale o Paramètres de la source secourue Exploitation du logiciel Conception d un réseau HT/BT 138

139 Conception d un réseau BT Création et calcul d'une source d'alimentation Création, modification des circuits (unifilaire tableau et unifilaire général) et calcul Source secours, groupe électrogène, choix du dispositif de protection, traitement des cas particuliers, interprétation des résultats Bilan de puissance local et global, personnalisation des impressions Base de données constructeurs, paramètres, onduleur Synthèse : réalisation d'une affaire CANECO est un logiciel de «calculs + schémas» d'installation électrique Basse Tension. Il détermine, de façon économique, les canalisations ainsi que tout l'appareillage de distribution électrique d'après une base de données multi-fabricants. Il produit tous les schémas et les documents nécessaires à la conception, réalisation, vérification et maintenance de l'installation, suivant les spécifications des différentes normes françaises et internationales : NFC COMPOSANTS LOGIQUES PROGRAMMABLES Pouvoir citer le nom des différentes technologies existantes de composants logiques programmables. Décrire l architecture de ces technologies. Concevoir, coder et tester un programme en langage VHDL décrivant un système séquentiel synchrone ou asynchrone. Réaliser un simple testbench en VHDL et simuler. Pouvoir citer le flux de conception : modélisation, hiérarchisation, réutilisation. Concevoir un système simple à partir des environnements de développement. Le module de composants logiques programmables se déroule selon le principe de l Apprentissage Par Problèmes (APP). Introduction aux composants programmables PLD : Familles, technologies et architectures Critères de choix d un PLD Outils et langages associés Introduction au langage VHDL Description de systèmes combinatoires et séquentiels Réalisation d une machine d état à base de CPLD Mini projet 139

140 L ARCHITECTURE TCP/IP ET LA SÉCURITÉ DES RÉSEAUX D ENTREPRISE La majorité des applications dans l entreprise repose sur la pile des protocoles TCP/IP. Il est donc important d attirer l attention des élèves sur les problèmes dus à cette architecture. Expliquer les origines des failles en termes de sécurité dans les réseaux informatiques ou des réseaux de télécommunication. Résumer les différents types d attaques dans les réseaux fixes et mobiles. Décrire les différentes techniques de sécurité sur un réseau local d entreprise Rappel sur les protocoles de la pile TCP/IP Le rôle et les caractéristiques des protocoles de communication L architecture IPv6 Les origines des failles conduisant aux attaques des hackers Les types d attaques (scanning, prise d empruntes, DoS) Les techniques de sécurisation aux couches 3 (IPsec) et 4 (TLS) INITIATION A LA PROGRAMMATION EN VB.NET Réaliser dans l environnement de développement Visual Studio.Net une application graphique en Visual Basic.Net, à partir de spécifications générales (ou détaillées) : o utilisant les principaux composants du Framework.Net (composants graphiques, Timer, ZedGraph, StreamReader, StreamWriter) et leurs propriétés o mettant en œuvre les principaux événements des composants graphiques (Load, Click, TextChanged, SelectedIndexChanged, KeyPress, MouseMove ) o implémentant des fonctionnalités de lecture et d écriture de fichiers o gérant les exceptions du système de gestion de fichiers o respectant une norme de programmation (commentaires, nommage, présentation, modularité) Utiliser la documentation MSDN (MicroSoft Developer Network). Tester et déboguer une application graphique développée en Visual Basic.Net. Importer et utiliser un composant COM (ZedGraph) dans une application Visual Basic.Net. Expliquer : o o o o ce qu est le Framework.Net ce qu est le MSIL (principe) ce qu est un Assembly les avantages et inconvénients du Framework.Net et de Visual Studio.Net et comparer par rapport à Eclipse 140

141 Présentation du Framework.Net Présentation de Visual Studio.Net o Utilisation de l IHM de développement + TP o Conception d une interface graphique (principaux composants) + TP o Syntaxe du langage Visual Basic.Net + TP o La programmation événementielle o Les composants non-graphiques et fonctionnalités avancées Projet INSTALLATIONS SOLAIRES Apprendre à dimensionner une installation solaire en tenant compte des aspects techniques, administratif et financier. Estimation de la production de l énergie solaire, principe, dimensionnement, propriétés des cellules, technologies, onduleurs, modules et chaines, recyclage, protection, parafoudres, aspect économique, investissement, aspect administratif, interlocuteurs.etc. ROBOTIQUE MOBILE ET PERCEPTION Pouvoir citer le nom et la fonction des différents éléments d un robot mobile. Décrire l architecture d un robot mobile. Concevoir, coder et tester un algorithme permettant au robot de se mouvoir tout en évitant des obstacles. Pouvoir citer les problématiques de la robotique mobile : modélisation, planification de trajectoire, localisation, navigation. Le module de robotique mobile se déroule selon le principe de l Apprentissage Par Problèmes (APP). Introduction à la robotique mobile Les capteurs utilisés en robotique mobile Les actionneurs utilisés en robotique mobile Les différentes plateformes mobiles Modélisation et lois de commande en robotique mobile Localisation Navigation et planification de trajectoires 141

142 INITIATION A L IDENTIFICATION DES SYSTÈMES Avant de penser à boucler, il va falloir caractériser le système étudié. C est l étape d identification. A l issue de ce module, les élèves seront de capable de répondre aux problèmes rencontrés en industrie : - quels tests réaliser (forme des signaux, fréquence, amplitude, point de fonctionnement choisi...). - quel modèle choisir une fois que l on a obtenu une réponse. En effet, on peut utiliser les modèles plus ou moins rustiques : un premier ordre, un second ordre Il existe également des méthodes empiriques adaptées à certaines applications particulières qui permettent de déterminer un correcteur sans connaître précisément la fonction de transfert de la boucle ouverte. - le modèle est-il satisfaisant? En effet, lors de l identification, on peut se contenter d un modèle rustique qui conduira à des performances réelles du système asservi différentes de ce que l on attendait Si l écart est préjudiciable, on devra revenir sur le modèle pour en choisir un qui sera plus adapté. Concepts généraux de l identification des systèmes Représentation paramétrique des systèmes (Famille ARMAX) Méthodes Statistiques d'estimation des Paramètres des Modèles Linéaires Identification en temps réel par la méthode récursive des moindres carrés M.C.R. 142

143 143

144 3 ème ANNEE DOMINANTE : ARI AUTOMATIQUE ET ROBOTIQUE INDUSTRIELLE IDENTIFICATION & MODÉLISATION A l issue de ce module, les élèves seront capable de : - modéliser un système physique simple par les équations de connaissance, - Réduire la structure du modèle d un système complexe - Identifier les paramètres d un modèle par les techniques : ARX, ARMAX, Introduction à la démarche modélisation Objectif et choix du type de modélisation Techniques de réduction de modèles Identification de modèles non paramétriques Modèle-hypothèse ARX, ARMAX, classique (P, PI, PID) Méthode récursive et optimisation COMMANDE PAR CALCULATEUR Depuis de nombreuses années, des travaux théoriques et appliqués ont permis de mieux comprendre la théorie de la commande et de valider les résultats obtenus sur des procédés industriels dans différents domaines : pétrochimie, aéronautique, automobile, etc. Le but de ce module est de présenter la démarche méthodologique, les techniques et outils nécessaires à l'analyse, la conception et la simulation de lois de commandes des systèmes dynamiques. Il indique aux élèves comment appréhender l'étude et l'analyse d'un procédé en intégrant des contraintes (temps, énergie et qualité) et comment l appliquer à des ensembles ou sous-ensembles, comme des installations industrielles. Concepts généraux de la commande adaptative Techniques de la commande adaptative Commande prédictive par modèle interne Commande optimale des systèmes discrets 144

145 TRAITEMENT DU SIGNAL AVANCÉ Maîtriser des techniques avancées de traitement de signal telle que l analyse temps-fréquence par les ondelettes. L objectif est de pouvoir identifier des évènements (changement énergétique ou fréquentiel, rupture, rampe) dans un signal de mesure donnée. Variables aléatoires Processus aléatoires Modélisation des signaux (AR, ARMA, ) Tests statistiques pour la détection des évènements Temps-fréquences et ondelettes SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT Présenter la démarche méthodologique, les concepts, les techniques et outils nécessaires à l analyse de la sûreté de fonctionnement. L objectif est d améliorer la fiabilité, la disponibilité, la maintenabilité ainsi que la sécurité des systèmes industriels. Concepts de base de la sûreté de fonctionnement : Fiabilité, disponibilité, Méthodes et techniques classiques d analyse : AMDEC, AF, HAZOP, Méthodes et techniques avancées d analyse. Etude des cas ANALYSE FONCTIONNELLE, ROBOTIQUE ET AUTOMATION A l issue de ce module : 1) Etre capable d appliquer une méthode d analyse fonctionnelle à un cahier des charges simple 2) Etre capable de définir l organisation hardware et software découlant d une analyse Fast Et définir un diagramme relationnel des fonctions à réaliser. 3) Pour chacune de ces fonctions, être capable de définir les paramètres d entrée et de sortie ainsi que les paramètres de dimensionnement. 4) Etre capable d appliquer une méthode de modélisation de structure mécanique. 5) Etre capable, suite à une analyse fonctionnelle, de concevoir une commande sous forme Fast 145

146 6) Etre capable de : à partir d objectif simple, dimensionner les capteurs nécessaires ainsi que les traitements électronique et numérique nécessaires 7) Etre capable de choisir un motovariateur industriel en fonction d un type d asservissement. 8) Etre capable d appliquer une méthode d analyse multi séquentielle sur un système automatisé existant. 9) Etre capable de développer un IHM graphique d une application simple, à partir de matériel Siemens 10) Etre capable de comprendre le vocabulaire utilisé et les types d architecture proposés par les industriels (Siemens, Schneider ) Analyse fonctionnelle Analyse fonctionnelle d un scenario de robot Définition des fonctions (Fi) à développer : F1. Modélisation du robot et Conception d une commande en position F2. Pilotage actionneur F3. Instrumentation F4. Intégration F5. Robotique F6 prise en compte d un système AUTOMATISMES Etre capable d automatiser un système industriel en prenant en compte les aspects Production, Maintenance, Interface Homme Machine et Réseaux industriel de communication Méthode de conception de programme sur automate Schneider Interface Homme Machine Réseaux locaux industriels 146

147 3 ème ANNEE DOMINANTE : ARI AUTOMATIQUE ET ROBOTIQUE INDUSTRIELLE MODULES ELECTIFS SPECIALISES DIAGNOSTIC DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS L un des enjeux les plus importants de l automatique concerne aujourd hui l augmentation de la fiabilité, de la disponibilité et de la sûreté de fonctionnement des processus technologiques. En effet, dans une première période, l automatisation des processus de production a surtout fait appel aux techniques d optimisation avec l objectif d augmenter la productivité en implantant des commandes performantes. A l issue de cette formation, les élèves seront capable de : - Comprendre l architecture des systèmes de surveillance, - Concevoir des méthodes de surveillance et de diagnostic selon que l on dispose ou non d un modèle du procédé à surveiller, - Déterminer des méthodes de seuillage pour décider si le procédé est fonctionnement normal ou anormal, - Faire une analyse de données fournies par le système qui permet de décider de son état, - Réduire le temps d intervention par une approche méthodologique et fonctionnelle de la défaillance. Généralités sur la surveillance des procédés industriels Détection de défauts dans les systèmes continus Détection par estimation d état Détection de défauts par estimation paramétrique Validation de données des systèmes complexes Placement optimal des capteurs Prise de décision ANALYSE FONCTIONNELLE, ROBOTIQUE ET AUTOMATION A l issue de ce module : 11) Etre capable d appliquer une méthode d analyse fonctionnelle à un cahier des charges simple 12) Etre capable de définir l organisation hardware et software découlant d une analyse Fast Et définir un diagramme relationnel des fonctions à réaliser. 13) Pour chacune de ces fonctions, être capable de définir les paramètres d entrée et de sortie ainsi que les paramètres de dimensionnement. 147

148 14) Etre capable d appliquer une méthode de modélisation de structure mécanique. 15) Etre capable, suite à une analyse fonctionnelle, de concevoir une commande sous forme Fast 16) Etre capable de : à partir d objectif simple, dimensionner les capteurs nécessaires ainsi que les traitements électronique et numérique nécessaires 17) Etre capable de choisir un motovariateur industriel en fonction d un type d asservissement. 18) Etre capable d appliquer une méthode d analyse multi séquentielle sur un système automatisé existant. 19) Etre capable de développer un IHM graphique d une application simple, à partir de matériel Siemens 20) Etre capable de comprendre le vocabulaire utilisé et les types d architecture proposés par les industriels (Siemens, Schneider ) Analyse fonctionnelle Analyse fonctionnelle d un scenario de robot Définition des fonctions (Fi) à développer : F1. Modélisation du robot et Conception d une commande en position F2. Pilotage actionneur F3. Instrumentation F4. Intégration F5. Robotique F6 prise en compte d un système TECHNIQUES DE COMMANDE AVANCÉE POUR LES MOTORISATIONS DIESEL Introduire les notions de base de l automatique non linéaire. Plusieurs outils et techniques propres aux systèmes non linéaires seront présentés. Systèmes non linéaires Phénomènes de non-linéarités Stabilité de systèmes non-linéaires Quelques techniques de commande couvrant des phénomènes de non linéarités Exemples d application 148

149 149

150 3 ème ANNEE DOMINANTE : ASR ARCHITECTURE ET SECURITE DES RESEAUX AUDIT DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION La prise en main d un système d information nécessite des interventions préventives et curatives. L audit de sécurité permet la planification des interventions. A l issu du module, les élèves seront capables de : - Décrire les principaux standards à respecter ; - Réaliser un audit de sécurité ; - Analyser les résultats d un audit Un audit pourquoi faire? Approche globale des audits de sécurité Audit et normes Démarche par typologie d audit Outillages Cas pratiques COMMUTATION DANS LES RÉSEAUX WAN Ce cours s adresse aux étudiants de l option ASR. Il permet aux élèves d acquérir les connaissances et les compétences de base pour la configuration des réseaux WAN (RNIS, Frame Relay et MPLS/VPN), Wifi et des IGP sur les routeurs et switch Cisco. A l issue de ce cours ils seront en mesure de : - Décrire les principales caractéristiques des RNIS, Frame Relay et MPLS/VPN - Décrire le fonctionnement des IGP (OSPF et EIGRP) - Décrire le fonctionnement des réseaux Wifi - Installer et configurer un petit réseau. - Analyser et diagnostiquer les protocoles mis en œuvre. 150

151 Réseaux RNIS Réseaux Frame Relay Réseaux MPLS/VPN Routage OSPF / EIGRP Réseaux WiFi CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DES RÉSEAUX La mise en place d un réseau d entreprise nécessite l étude de plusieurs scénarios. L objectif du module est de montrer les différentes phases de conception et de dimensionnement des réseaux d entreprise. A l issue du module, les élèves seront capables de : - Expliquer les phases de simulation d un système de télécommunication - Evaluer les performances d un réseau d entreprise Rappel sur les différents modes de commutation et les circuits virtuels Le schéma directeur d un système d information Rappel sur la théorie des files d attente La discipline d attente et la capacité d un système Le processus de Poisson et la distribution exponentiel L évaluation des performances d un réseau téléinformatique DÉPLOIEMENT DE LA SÉCURITÉ DANS LES RÉSEAUX Checkpoint Ngx Expliquer le fonctionnement du CheckPoint NGX Installer le pare-feu CheckPoint NGX Configurer une politique de sécurité simple et avancée. Configurer la translation d adresse avec CheckPoint Expliquer et configurer les trois schémas d authentification sous CheckPoint Construire les VPN Analyser les aires de gestions 151

152 Introduction à la sécurité des réseaux Installation du CheckPoint NGX Règles de sécurité Translation d adresse Authentification VPN Les aires de gestion et la planification des réseaux informatique et télécom Supervision des Systèmes d Information Mettre en application les commandes de diagnostic réseau. Expliquer un script Shell donné. Expliquer les concepts de Nagios. Citer les principaux fichiers de configuration de Nagios. Mettre en place une solution de supervision réseau en utilisant Nagios et Centrion. Mettre en place des solutions de sauvegarde du système. RNIS ET LES RÉSEAUX HAUT DEBIT Expliquer l évolution des réseaux numériques de transport du RNIS à l ATM. Elaborer des solutions d architecture de réseaux WAN pour interconnecter des sites distants. Planifier l ingénierie du trafic en se basant sur le MPLS. Rappel sur les topologies des LAN Le réseau numérique à intégration de services Le relayage de trames (Frame Relay : PDH) et la hiérarchie numérique synchrone La technique de transmission asynchrone (ATM) et la qualité de service Le MPLS 152

153 3 ème ANNEE DOMINANTE : ASR ARCHITECTURE ET SECURITE DES RESEAUX ELECTIFS SPECIALISES ARCHITECTURE DES RÉSEAUX MOBILES La mobilité reste et restera un élément fondamental de l économie contemporaine. Pour répondre aux exigences des services de mobilité, plusieurs architectures de réseaux ont été développées. Décrire les architectures des réseaux mobiles de télécommunication. Expliquer l évolution de ces architectures. Analyser les conséquences de cette évolution sur les réseaux d entreprise. Introduction du système GSM Services GSM Architecture du système GSM Principe et architecture du GPRS Le sous-système radio et le sous-système réseau Description des procédures clés : Roaming et la facturation Objectifs des systèmes 3G(UMTS) ; Spectre et interfaces RadioNormalisation Les grandes lignes de l architecture Migration GSM/GPRS vers l UMTS R99 Les évolutions de l UMTS Le WAP : principe de codage 153

154 RÉSEAUX AD HOC L évolution des technologies de communication a atteint un point tel qu il n est plus nécessaire de disposer d une infrastructure pré-installée pour créer un réseau. Les équipements mobiles forment des réseaux de façon spontanée. L objectif de l apprentissage est que l élève soit en mesure d expliquer la mise en réseau spontané des équipements mobiles. Introduction aux Réseaux locaux sans fil (WLAN) L architecture du IEEE p Les technologies de liaison dans les VANET Les protocoles proactifs et réactifs des MANET Les transferts de bout en bout Les aspects de sécurité dans les communications inter-véhicules SERVICES DES OPÉRATEURS La convergence de l informatique et des télécoms est le fil conducteur des services offerts par les opérateurs et les fournisseurs d accès internet. Dans le but de comprendre ce défit majeur, les élèves à la fin de ce module seront capables de : Décrire les spécifications techniques du 3GPP (3rd Generation Partnership Project) avec le traitement des services audio/vidéo sur les réseaux mobiles Analyser l évolution du marché des services Les SMS et MMS La convergence des services Introduction au protocole SIP Les entités de gestion de mobilité Les opérations de sécurité Les plans de transport d information Evolved Packet System (EPS) Packet Switched Streaming (PSS) Integrated Mobile Broadcast (IMB) Long Tern Evolution (LTE) Le WiMax Les services aux entreprises et étude de cas de migration de service 154

155 155

156 3 ème ANNEE DOMINANTE : EDD ENERGIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE Décrire les différents montages utilisés dans les alimentations à découpage et les dimensionner. Agir sur la vitesse des moteurs électriques alternatifs, fonctionnant en commande vectorielle ou scalaire. Les alimentations à découpage o Alimentation non isolé Buck o Convertisseur survolteur o Convertisseur Buck Boost o Alimentation à accumulation inductif. o Alimentation à accumulation capacitif o Transformateur d isolement en électronique de puissance o Alimentation Fly- Back o Alimentation Fly- Back en demi pont asymétrique o Alimentation Fly- Back à sorties multiples o Alimentation Forward o Alimentation Forward en demi pont asymétrique La commande vectorielle o o o o o o o o o Caractéristiques mécaniques du moteur asynchrone Limites de la commande U/f Modélisation du moteur asynchrone en régime quelconque (repère triphasé) Transformation de clarck Transformation de Park Modèle du moteur asynchrone dans la base de Park Découplage entre flux et couple Estimation des grandeurs électriques Exemple de calcul 156

157 EFFICACITE ÉNERGETIQUE Connaitre les enjeux de l intégration des préoccupations énergétiques dans le bâtiment. Climat et données climatiques. Le confort thermique et stratégies thermiques des êtres humains Phénoménologie des paramètres physiques. Matériaux, transferts de chaleur, échanges thermiques Étude du comportement thermique de l enveloppe en régime dynamique : l inertie thermique, outils de simulations thermiques dynamiques La ventilation naturelle de l enveloppe La réglementation thermique PILE À COMBUSTIBLE ET STOCKAGE Savoir intégrer la PAC dans différents système La PAC Hydrogène. o o PAC : L arme antipollution absolue? - Principe de fonctionnement de la PEMFC (Rappel) - Les contraintes environnementales, Gaz à effet de serre, Protocole de Kyoto, UE Comparaison avec les batteries chimiques. Des Technologies qui couvrent la plupart des besoins. - Basse Température / Haute Température. Electrolytes Solides / Liquides. - Applications Mobiles / Stationnaires. De 1 W à 1 MW. - Combustibles : H2, Méthanol, Bio Gaz. - Bilan: Avantages et Inconvénients. o L Hydrogène plus sûr que les Hydrocarbures? - Paramètres physico-chimiques (Domaine d inflammabilité,, vitesse diffusion) - Les mesures de sécurité et la réglementation. Des Applications nombreuses o o La PAC 5 kw pour le secours électrique. - Les différents modules. - Intégration dans un système d alimentation d énergie électrique. Le challenge du Transport Terrestre. - Coût, Hydrogène embarqué, refroidissement 157

158 o Une solution adaptée au Transport Maritime et Fluvial. - Atouts d une motorisation hydrogène pour le transport embarqué. L économie Hydrogène o Production, Stockage, Transport de l hydrogène. - Vapo-reformage, Electrolyse, Thermolyse. - Compatibilité avec les énergies renouvelables. SMART GRID (ANGLAIS) The objective of this course is to introduce the concept of Smart Grid which is a bi-directional electric and communication network that improves the reliability, security, and efficiency of the electric system for small to large-scale generation, transmission, distribution, and storage. It included software and hardware applications for dynamic, integrated, and interoperable optimization of electric system operations, maintenance, and planning; distributed generation interconnection integration; feedback and controls at the consumer level. PIntroduction and Definitions Conceptual Mode Stakeholders & Drivers Applications & Technologies o Advanced Metering Infrastructure o Smart Meter o Distribution Grid Management o Advanced Control systems o Renewables Integration o Energy Storage o Electric Vehicle Integration. ÉOLIENNE Apprendre à dimensionner et optimiser un champ éolien Description du module Théorie du vent, Gisement éolien, Principe de fonctionnement, Simulations numériques d attaque de pales, Machines, Convertisseurs, Dimensionnement et optimisation d un champ éolien, Outils logiciels professionnels, Législation le second métier, Démarches administratives, Tarification, Montage d une éolienne, Supervision à distance SCADA, Maintenance, Veille technologique. 158

159 GÉOTHERMIE ET POMPE À CHALEUR OBJECTFS D APPRENTISSAGE Maitriser le fonctionnement du réseau de chaleur, le principe de fonctionnement des pompes et les lois physiques associées. Quantification des besoins en chauffage des entreprises et des habitations - Eau chaude sanitaire, Rappels de thermodynamique. Applications aux machines thermiques, Principe de fonctionnement des pompes à chaleur, Les différentes technologies de Pompe à Chaleur, Dimensionnement des pompes à chaleur et étude de cas, La filière géothermique et fonctionnement du réseau de chaleur thermique. Exemples. 159

160 3 ème ANNEE DOMINANTE : EDD ENERGIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE MODULES ELECTIFS SPECIALISES RÉALISATION CONVERTISSEURS STATIQUES A partir d un cahier des charges concevoir, étudier, dimensionner et réaliser une alimentation à découpage. Dimensionner et réaliser un transformateur à 3 enroulements, section magnétique, nombre des spires, section des fils, l effet de peau. Dimensionner et réaliser les composants de l électronique de puissance, MOS et diodes. Dimensionner et réaliser les éléments de filtrage. Générer une commande du transistor. SOLAIRES PHOTOVOLTAÏQUES Répondre au cahier des charges de l appel d offre d une installation photovoltaïque. Estimation avec le logiciel PVSOL de la production électrique d une installation photovoltaïque. Relevé de masques solaires (appareil Solemetric Suneye) Choix et définition des constituants d une installation PV (logiciel PVSOL) Calcul des protections électriques et définition du raccordement au réseau électrique (logiciel SolarCalc). 160

161 BUREAU D ÉTUDES : GESTION DES RÉSEAUX Expliquer l ensemble des problèmes de la conception, de réalisation d un réseau électrique HT/BT et d évaluation les performances en utilisant les logiciels TR-CIEL et CANECO Critères de calcul o Méthode de calcul d une installation électrique BT o Formules Electrotechniques sur les circuits standards o Règles de calcul pour les protections et les sections de câble o Paramètres de la source normale o Paramètres de la source secourue o Schémas de liaison à la terre ou régime de neutre o Contacts directs et indirects o Protections disjoncteurs et fusibles o Déclenchement des protections Exploitation des logiciels Conception d un réseau HT/BT Conception d un réseau BT Création et calcul d'une source d'alimentation. Création, modification des circuits (unifilaire tableau et unifilaire général) et calcul. Source secours, groupe électrogène, choix du dispositif de protection, traitement des cas particuliers, interprétation des résultats. Bilan de puissance local et global, personnalisation des impressions Base de données constructeurs, paramètres, onduleur. Synthèse : réalisation d'une affaire ÉCO-CONCEPTION L'éco conception est la prise en compte et la réduction, dès la conception ou lors d'une ré-conception de produits, de l'impact sur l'environnement. C'est une démarche préventive qui se caractérise par une approche globale avec la prise en compte de tout le cycle de vie du produit (depuis l extraction de matières premières jusqu à son élimination en fin de vie) et de tous les critères environnementaux (consommations de matières premières, d'eau et d énergie, rejets dans l eau et dans l air, production de déchets...). Le but de cette formation est de traiter la problématique de l'éco-conception d'un produit par des méthodes modernes Définition de l'éco-conception, Analyse du cycle de vie, Etude d'impact environnementale, Eco-bilan, optimisation produit du berceau à la tombe, EIME 161

162 162

163 3 ème ANNEE DOMINANTE : GET GENIE ELECTRIQUE ET TRANSPORT RÉSEAUX DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE Présentation du système de production, transport et distribution d énergie électrique. Comment faire le calcul de «load flow». Le réglage et l organisation des systèmes électriques. Les protections. Interconnexion des réseaux de transport Répartition des puissances dans un réseau électrique, modélisation et mise en équation Réglage de la tension Limitation des transits de puissance réactive Régleurs en charge Réglage de la fréquence Protections et sécurité ÉNERGIES RENOUVELABLES : ÉOLIENNE ET PV Présentation des ressources énergétiques renouvelables et des solutions électriques. Différentes technologies de production d électricité Aspects scientifiques, économiques et environnementaux Situation nationale et mondiale Renouvellement d un parc de production ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE AVANCÉE Maitriser les principes de fonctionnement de nouveaux montages utilisés en EP. Décrire les différents montages utilisés dans les alimentations à découpage et les dimensionner. Agir sur la vitesse des moteurs électriques alternatifs, fonctionnant en commande vectorielle ou scalaire 163

164 Nouvelles structures en électronique de puissance o Commutation douce o Multi niveaux o Onduleur à résonance 2) Les alimentation à découpage o Alimentation non isolé Buck o Convertisseur survolteur o Convertisseur Buck Boost o Alimentation à accumulation inductif. o Alimentation à accumulation capacitif o Transformateur d isolement en électronique de puissance o Alimentation Fly- Back o Alimentation Fly- Back en demi pont asymétrique o Alimentation Fly- Back à sorties multiples o Alimentation Forward o Alimentation Forward en demi pont asymétrique 3) La commande vectorielle o Caractéristiques mécaniques du moteur asynchrone o Limites de la commande U/f o Modélisation du moteur asynchrone en régime quelconque (repère triphasé) o Transformation de clarck o Transformation de Park o Modèle du moteur asynchrone dans la base de Park o Découplage entre flux et couple o Estimation des grandeurs électriques o Exemple de calcul PROJET ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE A partir d un cahier des charges concevoir, étudier, dimensionner et réaliser une alimentation à découpage. Dimensionner et réaliser un transformateur à 3 enroulements, section magnétique, nombre des spires, section des fils, l effet de peau. Dimensionner et réaliser les composants de l électronique de puissance, MOS et diodes. Dimensionner et réaliser les éléments de filtrage. Générer une commande du transistor. 164

165 COMMANDE DES MACHINES Analyser les principes de la commande en flux et les méthodes de mise en œuvre. Transformation de park, modélisation sur les axes d et q Boucle de régulation, avantage de la méthode sur différentes applications Variateur industriel VÉHICULES ET RÉSEAUX DE COMMUNICATION OBJECTIF D APPRENTISSAGE Développer et concevoir des systèmes électroniques embarqués utilisant le bus de terrain CAN et LIN. Analyser une architecture existante. Aspects économiques du marché de l automobile Interface mécanique / électronique Electronique dans l automobile et fonctions Architecture électronique des systèmes embarqués et liaisons -Exemple d électronisation d une fonction Regroupement des fonctions ABS, Airbag, Injecteurs. Nouveaux capteurs Liaisons modules TOR, PWM, LIN, CAN Evolutions innovantes (multimédia, 42V) Calculateurs, micro-processeurs, DSP, Multiplexage, Logiciels Cahier des charges et ses contraintes Exemple de développement Le protocole CAN : format d une trame CAN Description et caractéristiques des échanges : codage Les couches physiques CAN Les modes de gestion Les caractéristiques externes Les composants et les outils Exemples d application Le principe des échanges Détection et traitement des erreurs Travaux pratiques sur KIT (échanges d informations entre plusieurs nœuds, principe de multiplexage et principe du bus CAN) 165

166 3 ème ANNEE DOMINANTE : GET GENIE ELECTRIQUE ET TRANSPORT MODULES ELECTIFS SPECIALISES BUREAU D ÉTUDES : RÉPONSE À L APPEL D OFFRE L étude porte sur un thème de la dominante et peut revêtir tous les niveaux de l installation, d équipements ou machine électriques spéciales. Cahiers des charges ou descriptif technique Conception et réalisation d un projet Etude de faisabilité d un projet Calculs et simulation numérique Suivi de réalisation Comparaison de systèmes Gestion documentaire pour client Assistance technique SYSTÈMES DE CONTRÔLE ET COMMANDE DE DISTRIBUTION RISQUES INDUSTRIELS L analyse des risques industriels et l étude de dangers. Les moyens de prévention et de protection. La pollution harmonique dans les réseaux électriques et zones industrielles o Les grandeurs harmoniques o Principales perturbations provoquées par les courants et tensions harmoniques o Limites acceptables, recommandations, normes o Les générateurs de grandeurs électriques harmoniques ou pollueurs o Réseaux avec pollueur o Les traitements ou solutions : les filtres passifs et actifs Le phénomène, la règlementation, la prévention et protection : risque d incendie d origine électrique et explosion 166

167 o Etude de risque d incendie des secteurs d activité o Origines des incendies o Quelles sont les conséquences de l incendie o Certification o La sûreté de fonctionnement des dispositifs de sécurité Le phénomène foudre sur le réseau électrique o Les différents types de coups de foudre o Les effets de la foudre o La protection contre la foudre COMMANDE NUMÉRIQUE PAR DSP Acquérir la méthodologie pour la conception. Générer des algorithmes de commande. Appliquer les outils TNS. Généralités sur les DSP Domaines d utilisation des DSP Architecture interne Systèmes d interface Format de données Outils de développement Algorithmes TNS But : maîtriser les concepts et les méthodes de base en TNS Concepts Distributions spectrales Convolutions Signaux numériques (TFD : Transformé de Fourrier Discrète, FFT : transformée de fourrier rapide, TZ : transformée en Z) Méthodes Filtrage (génération des Filtres) Commande numériques (lois de commande vectorielle) Génération de signaux (exemple : sinus, carré, dent de scie, etc ) Génération des algorithmes de commande Programmation des algorithmes 167

168 168

169 3 ème ANNEE DOMINANTE : GSI GENIE DES SYSTEMES D INFORMATION PROGRAMMATION POUR LES BASES DE DONNÉES AVEC PL/SQL Write PL/SQL modular programs to extract and manipulate information from a database, using if necessary dynamic SQL statements Automate information processing using triggers Design and implement exceptions and packages Use appropriate structure to implement the specified functionality General overview of PL/SQL Interaction with the database (one row and multiple rows) Functions & procedures (exceptions) Triggers (exceptions) DÉVELOPPEMENT D APPLICATIONS POUR SMARTPHONES Ecrire un programme qui permet de géo-localiser et d afficher la position du téléphone sur une carte Google Maps. Ecrire un programme qui permet d interagir avec le matériel (SMS, Appel). Mettre en place et utiliser un environnement Eclipse + plug-in Android. Ecrire un programme qui permet de faire communiquer deux activités en utilisant la classe Intent. Ecrire un programme contenant environ 5 activités et gérer les événements associés. Gérer des données persistantes sur l équipement mobile (base de données ou fichier texte). Ecrire un programme qui interroge un serveur web via une requête HTTP. Générer l application au format apk (format de déploiement de l application). 169 La plate-forme Android Découverte des activités Création d interfaces utilisateur Communication entre application Persistance des données La gestion réseau Téléphonie La géo-localisation Publier son application

170 PROJET D INTÉGRATION Concevoir et réaliser une application WEB JEE, ainsi qu'une application smartphone sous Android au sein d'une équipe projet d'environ 20 étudiants. Ecrire des spécifications à partir d'un cahier des charges (fonctionnalités, Use Case, IHM, Planning, contraintes). Ecrire un document de conception (diagramme de classes de la base de données). Expliquer le rôle de chaque partie de l'architecture logicielle du projet (architecture MVC2). Utiliser un outil de gestion de version (subversion) pour partager les fichiers avec les autres développeurs. Réaliser une ou quelques parties du projet parmi les suivantes : Base de données (Mysql) Couche DAO (implémentation JDBC pour GSI ID, implémentation Hibernate pour GSI-IR) Couche DTO Modèle Vue Contrôleur (utilisation de Struts pour GSI-IR) Tests Unitaires Mise à jour du diagramme de Gantt Travailler au sein d'une équipe projet avec un but commun : la réussite d'un projet. Respecter rigoureusement un diagramme de classes, afin de faciliter l'intégration des différentes parties du projet. Mettre au point un logiciel en conformité avec des spécifications fournies. Argumenter sur l intérêt d avoir un cahier des charges précis, une conception détaillée, des tests rigoureux et une bonne communication entre les acteurs d un projet. Analyser les erreurs de l'équipe et en déduire des recommandations pour un futur travail en mode projet. Ecriture des spécifications Ecriture du document de conception Présentation de l'architecture du projet et répartition des tâches Réalisation des différentes parties du projet et tests unitaires Intégration Bilan + retour sur expérience 170

171 3 ème ANNEE DOMINANTE : GSI GENIE DES SYSTEMES D INFORMATION PARCOURS INFORMATIQUE EN RESEAU DÉVELOPPER DES APPLICATIONS WEB AVEC JEE Mettre en œuvre les technologies utilisées actuellement en entreprise : Utiliser de manière avancée les nouvelles fonctionnalités de Java 7 Développer avec les EJB 3 : o EJB session, entité et message Déploiement dans un JBoss Développer avec Spring : o injection de dépendances Avantages pour les tests unitaires Java 7 EJB3 FRAMEWORKS JAVA Effectuer des modifications sur une application WEB JAVA fournie (environ 4 pages), basée sur l'utilisation de Struts 1. L'application possède les caractéristiques suivantes : Un Formulaire avec validation des données par Struts Environ 4 actions Struts Utilisation d'une base de données mysql pour stocker /lire les informations Internationalisation du site avec les fichiers properties Utilisation d'un pool de connexion pour l'accès à la base de données Ecrire les tests unitaires d'une classe JAVA en utilisant JUnit dans Eclipse. Ecrire une JUnit Suite rassemblant plusieurs Test unitaires. Configurer et utiliser Log4J pour la gestion des logs de l application. Installer, configurer et utiliser le gestionnaire de dépendances de Maven 2 dans l'ide Eclipse. Ecrire et configurer une application JAVA qui utilise une base de données (2 ou 3 tables) en utilisant le framework Hibernate. Utiliser les principaux taglibs struts (taglibs liés aux formulaires, taglibs logic, taglibs bean). 171

172 Expliquer l'architecture de Struts 1 (MVC 2) et le rôle de chacun des composants de cette architecture. Les tests Unitaires Le Frameworks Maven 2 Mise en oeuvre d'hibernate sur une table Mise en oeuvre d'hibernate sur plusieurs tables liées Rappels de JSP, présentation de MVC 2 et Struts 1 Mise en pratique du Framework Struts 1 WEB SERVICES Créer un Service Web simple en Java et le déployer dans un serveur d'applications Créer un client des Services Web capable d'acquérir des données et déployer des résultats depuis un site web. Expliquer le rôle que les standards publiquement accessibles jouent dans le développement des Services Web que l'on utilise au quotidien. Produire des documents HTML qui transmettent de l'information créée au moment de l'appel tout en respectant la totalité des standards applicables. Expliquer la fonction de chacune des parties composant un message SOAP. Construire un message SOAP servant à faire la requête d'un Service Web et interpréter la réponse. Expliquer chacune des parties composant un document WSDL. Accéder à un Service Web dont on connait la description WSDL Introduction to Web Services SOAP Calling Web Services Implementing Web Services with Java Integrating Web Services 172

173 3 ème ANNEE DOMINANTE: GSI GENIE DES SYSTEMES D INFORMATION PARCOURS INFORMATIQUE DECISIONNELLE DATA MINING Describe the Knowledge Discovery in Databases (KDD) process. Define Data Mining as a step of the KDD process. Explain how data mining can be used to solve real-world problems. Examine several data mining techniques: decision trees, production rules, associations rules, k-means algorithm, genetic learning. Show how a confusion matrix is used to help evaluate supervised learner models. Apply lift measure to compare the performance of several competing supervised learner models. Understand what are the means for evaluating the results of a Data Mining session. Examine how neural networks perform supervised learning (backpropagation algorithm) and unsupervised learning (self-organizing maps algorithm). Show how logistic regression and Bayes classifier can be used to build supervised learner models. Describe how agglomerative clustering, conceptual clustering and EM algorithm are used to partition data instances into disjoint clusters. Describe how to perform a time-series analysis. Examine how textual data mining can be used to extract useful patterns from unstructured text. Describe how to improve performance of supervised learner models by the means of bagging, boosting, and instance typicality. Introduction to Data Mining Data Mining techniques Formal evaluation techniques Advanced Data Mining techniques Specialized Data Mining techniques 173

174 BUSINESS INTELLIGENCE Dans un cas simple, concevoir un schéma en étoile, d écrire des flux d alimentation à partir d une base de production fournie, de créer des fonctions d interrogation, d analyse et de reporting pour la production de documents. Définir quelques architectures décisionnelles et en donner avantages et inconvénients Citer quelques solutions BI avec leurs points forts et leurs faiblesses, Situer les différentes étapes d un projet décisionnel et donner leur rôle Modéliser un schéma en étoile simple (tables de faits, tables de dimension, avec 3 niveaux d agrégation) Mettre en œuvre un flux d alimentation simple Mettre en œuvre les fonctions d interrogation d analyse et de reporting (réalisation de requêtes, combinaison de plusieurs filtres, édition de rapport multi sources et multi blocs, sections, mise en forme de rapport). Créer des formules de calculs basées sur des variables et des fonctions (création et utilisation de variables, fonctions de type chaîne de caractères, fonctions de type booléen, fonctions de type numérique, fonctions de type date, opérations conditionnelles dans des formules). Gérer les documents générés (modification, suppression, partage, conversion en format PDF, Excel). Mettre en place des restrictions d accès de niveau 1 (utilisateurs, univers, groupes, documents) Les projets décisionnels La modélisation en étoile Flux d alimentation Comment mener à bien à projet décisionnels : questions de méthodologies Utilisation et administration d un outil de décisionnel 174

175 3 ème ANNEE DOMINANTE : GSI GENIE DES SYSTEMES D INFORMATION ELECTIFS SPECIALISES SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION The goal of the course is to provide an introduction to the basics of information systems security. After attending the course the students will be able to: Recall fundamental definitions and notations of the field of information systems security Explain the functioning of cryptographic methods Describe the development phases used in security engineering Describe methods for threat analysis and risk assessment Describe types of attacks and explain how to prevent them Explain common security mechanisms to protect computer systems and networks Solve number theoretic computation problems by applying the appropriate algorithms Introduction o Basic definitions o Security requirements o Attack types o Security strategy Cryptography o Symmetric cryptosystems: purpose, functioning, operating modes, examples: AES, IDEA o Public key cryptosystems: purpose, functioning, example: RSA o Digital signatures: purpose, functioning, examples: RSA, DSA o Cryptographic hash functions: purpose, functioning, example: SHA-256 o Diffie-Hellman key exchange: purpose, functioning Threats o Buffer overflows o Computer viruses o Computer worms o Trojan horses o Network insecurities Security Mechanisms o Computer security: virus scanners, access control mechanisms o Network security: IPSec, firewalls, security o Certificates and public key infrastructures Security Engineering o Design principles 175

176 o o o o Security development life cycle Development phases Threat analysis Risk assessment Two labs sessions are dedicated to the implementation in java of one system such as the RSA cryptographic system the appropriate algorithms. SYSTÈMES D INFORMATION : ERP, DÉCISIONNEL ET INTÉGRATION Le système d information, support de l efficacité de l entreprise Les ERP o leur rôle dans l entreprise, Les architectures d intégration, Les principes de l informatique décisionnelle LANGAGE C++ Concevoir et développer une application en langage C++ en mode console sans interface graphique via un éditeur : - mettant en œuvre les principaux concepts de la programmation orientée objet (encapsulation des données, héritage et polymorphisme) et les spécificités du langage C++ - s appuyant sur un diagramme des classes existant avec des relations (composition, agrégation, association et héritage) - respectant une norme de programmation (commentaires, nommage, présentation, modularité) Tester et déboguer une application console écrite en C++ Expliquer : - ce qu est le langage C++ - les spécificités du langage C++ par rapport à Java (notamment la gestion de la mémoire) - les avantages et les inconvénients du langage C++ par rapport à Java Présentation du langage C++ Surdéfinition, fonctions en ligne et fonctions amies Les relations : composition, agrégation et association Héritage et redéfinition Polymorphisme et classes abstraites 176

177 CONFÉRENCES Réaliser, en groupe, une présentation orale d une technologie récente (veille technologique). Décrire, comparer et critiquer des outils informatiques ou des méthodes de gestion de projet. En donner les avantages et inconvénients. (Les sujets sont fonction des interventions des entreprises sollicitées). Exemple de sujets pouvant être abordés : Les méthodes Agiles, La plate-forme de Développement.NET, Technologie Flex, les outils de tests. 5 Conférences de 3 heures Présentation des sujets de veille des étudiants (4h) 177

178 178

179 3 ème ANNEE DOMINANTE : IA INGENIEUR D AFFAIRES CONDUITE DE RÉUNION (PARCOURS DES) S adapter aux situations délicates. En sortir gagnants. Conduire une réunion en situation de crise, quel que soit l interlocuteur. Conduite de réunion o Outils/méthodes pour dynamiser une réunion o Gérer les objections et maîtriser le fonctionnement de groupes Gestion des conflits o Sens du conflit / aspects positifs et négatifs o Façons de réagir / résolution o Mises en situations / jeux de rôle ATELIER THÉATRE (PARCOURS DES) A l issue du module les étudiants seront capable de : Acquérir une plus grande aisance dans la prise de parole. Apprendre à gérer les émotions dans toute situation d échange. Travailler par rapport à un groupe Se regarder tel qu on est A partir de petits textes, savoir prendre de la distance / savoir s approprier un contenu «Outils techniques» : travail sur la voix, la respiration et le contrôle des émotions DROIT DU TRAVAIL (PARCOURS DES) Définir le contrat de travail. Connaître les différents contrats de travail. 179

180 Mémoriser les formalités administratives accompagnant sa formation. Résoudre des problèmes juridiques simples liés au contenu du contrat de travail ainsi qu aux principaux droits et obligations qui en découlent. Décrire les principaux événements affectant le contrat de travail et leurs conséquences juridiques. Expliquer les principales relations collectives du travail. Les relations individuelles du travail : Définition du contrat de travail Forme du contrat de travail Nature du contrat de travail Formalités administratives liées à l embauche Contenu du contrat de travail Les conditions de travail Les éléments affectant le contrat de travail Les relations collectives du travail : Les représentants des salariés La négociation collective Les conflits collectifs et leur résolution DROIT DES AFFAIRES (PARCOURS DES) Décrire les structures avec ou sans personnalité juridique ainsi que les principaux effets juridiques qui en découlent. Etre capable de choisir, parmi les principales formes juridiques existantes, celle qui s avère, en l espèce, la plus appropriée. Décrire schématiquement le fonctionnement de la SA et de la SARL. Décrire les principales évolutions possibles des structures juridiques. Expliquer la notion générale de contrat et connaître les particularités juridiques des contrats spéciaux les plus utilisés. Retracer très schématiquement les procédures des marchés publics. Connaître les modes de règlement des conflits. Effectuer des recherches sur un sujet juridique donné et présenté oralement le fruit de son travail. L environnement structurel o Les différentes structures juridiques des entreprises o La SARL o La SA o Les entreprises, une structure évolutive L environnement relationnel : o Les relations avec les partenaires privés 180

181 o Les relations avec les partenaires publics L environnement juridictionnel : o Le tribunal de commerce o L arbitrage CONFÉRENCE «RISQUES ET ASSURANCES» (PARCOURS DES) Appréhender une situation de risque. Connaître les outils de l analyse du coût et de la variabilité du risque d un projet. Traitement du risque Assurances et assureurs CONFÉRENCE «PSYCHOLOGIE» (PARCOURS DES) Etre capable de reconnaître les effets du stress. Etre capable de gérer les effets du stress. Les signes du stress : connaissances et mises en pratique. Initiation à la technique de gestion du stress. ANALYSE ET MAÎTRISE DES RISQUES (PARCOURS DES) Comprendre en quoi la maîtrise et la gestion des risques est un acte majeur pour toute entreprise. Sensibiliser à la démarche. Contexte et enjeux o Démarche / Outils Stratégie du «risk manager» o Identification / Plan d action o Gestion de crise 181

182 VEILLE ET INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE (PARCOURS DES) Sensibiliser les élèves à l intelligence économique. Appréhender la veille, outil indispensable à l entreprise aujourd hui. Eléments de base de la veille Omniprésence de l information Vigilance et stratégie Démarche de veille en entreprise CONDUITE TECHNIQUE D AFFAIRES Décrire le lancement et déroulement pratique d une affaire. Expliquer avec ses propres mots les rôles du chef de projet et du plan de management. Utiliser les outils de mesure de coûts/délais/avancement/qualité présentés sur une application donnée. Estimer l impact financier d une affaire dans l organisation d une entreprise. Définitions o Projet o Acteurs Plan de projet o Contenu d un plan de projet o Méthodologie pratique d établissement o Rédaction du cahier des charges utilisateur Gestion des risques o Méthodologie o Exercice «fil rouge» Lancement du projet o Organigramme des tâches (WBS) o Fiche de tâches o Configuration technique o Planification o Coûts o Avancement physique o Définition des moyens et responsabilités o Exercices «fil rouge» à chaque étape 182

183 Suivi du projet o Les documents contractuels o Les indicateurs o Les informations utiles o Les revues et réunions de projet o La gestion des modifications o Exercice «fil rouge» Gestion financière o Principe fondamentaux de gestion analytique en mode projets o Etude de coût et de prix o Planning et trésorerie o Indicateurs Mono et Multi-projets o Impact sur la structure «centre de profits» o Exercices «fil rouge» à chaque étape GESTION TECHNIQUE CENTRALISÉE (PARCOURS DES) Ce cours a pour objectif d étudier l architecture, les composants et le fonctionnement des réseaux de communication et de télégestion dédiés aux équipements du bâtiment et des infrastructures (tunnel routier, aéroport, installation ferroviaire, tramway, etc.). A la fin du cours, l étudiant doit être capable : d expliquer le principe de fonctionnement du système de communication entre les équipements techniques et de télégestion (GTC) du bâtiment. d analyser les différentes contraintes liées aux composants d un système GTC donné. de définir les besoins en GTC d un patrimoine immobilier d entreprise ou d infrastructure, de faire un diagnostic et de rédiger un cahier des charges précisant les fonctions demandées. de choisir les solutions adaptées à un cahier des charges donné. de mettre en place et gérer un projet de gestion technique centralisée. Définition : la domotique, l immotique, la GTC/GTB Apports de la GTC Principe de fonctionnement et composants Domaines d applications Le bâtiment intelligent Le trafic routier : modélisation et gestion RÉPONSE À APPELS D OFFRES (PARCOURS DES) 183

184 CONFÉRENCE «OPTIMISATION ÉNERGETIQUE DES BÂTIMENTS» (PARCOURS DES) Etre capable de décrire les principales méthodes d optimisation énergétique dans les milieux tertiaire et industriel. L optimisation de la performance énergétique dans les bâtiments. L efficacité énergétique dans l industrie. Les data-centers. CONDUITE DE RÉUNION (PARCOURS IR) A l issue de l atelier les étudiants seront capable de : S adapter aux situations délicates. En sortir gagnants. Conduire une réunion en situation de crise, quel que soit l interlocuteur. Utiliser des outils/méthodes pour dynamiser une réunion Gérer les conflits dans une réunion : Gérer les objections et maîtriser le fonctionnement de groupes ATELIER THÉATRE (PARCOURS IR) A l issue du module les étudiants seront capable de : Acquérir une plus grande aisance dans la prise de parole. Apprendre à gérer les émotions dans toute situation d échange. Travailler par rapport à un groupe Se regarder tel qu on est A partir de petits textes, savoir prendre de la distance / savoir s approprier un contenu «Outils techniques» : travail sur la voix, la respiration et le contrôle des émotions 184

185 DROIT DU TRAVAIL (PARCOURS IR) A l issue du module les étudiants seront capable de : - Définir le contrat de travail. - Connaître les différents contrats de travail - Mémoriser les formalités administratives accompagnant sa formation. - Résoudre des problèmes juridiques simples liés au contenu du contrat de travail ainsi qu aux principaux droits et obligations qui en découlent. - Décrire les principaux événements affectant le contrat de travail et leurs conséquences juridiques. - Expliquer les principales relations collectives du travail. DROIT DES AFFAIRES (PARCOURS IR) A l issue du module les étudiants seront capable de : - Décrire les structures avec ou sans personnalité juridique ainsi que les principaux effets juridiques qui en découlent. - Etre capable de choisir, parmi les principales formes juridiques existantes, celle qui s avère, en l espèce, la plus appropriée. - Décrire schématiquement le fonctionnement de la SA et de la SARL. - Décrire les principales évolutions possibles des structures juridiques. - Expliquer la notion générale de contrat et connaître les particularités juridiques des contrats spéciaux les plus utilisés. - Retracer très schématiquement les procédures des marchés publics. - Connaître les modes de règlement des conflits. CONFÉRENCE «RISQUES ET ASSURANCES» (PARCOURS IR) Appréhender une situation de risque. Connaître les outils de l analyse du coût et de la variabilité du risque d un projet. Traitement du risque Assurances et assureurs 185

186 CONFÉRENCE «PSYCHOLOGIE» (PARCOURS IR) Etre capable de reconnaître les effets du stress. Etre capable de gérer les effets du stress. ANALYSE ET MAÎTRISE DES RISQUES (PARCOURS IR) À l issue de ce module, les étudiants seront capable de : - Expliquer la nécessité absolue, pour toute entreprise, de se mettre en analyse et gestion des risques pour sa survie, aujourd hui en pleine crise économique & sociale ; - Proposer et sélectionner, selon le cas, des techniques opérationnelles adaptées ; - Détecter les risques d un Projet industriel, au plan QCD (qualité/ coûts/délais) ; - Gérer une crise en entreprise VEILLE ET INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE (PARCOURS IR) À l issue de ce module, les étudiants seront capable de : - Expliquer la nécessité absolue, aujourd hui, d une démarche de VEILLE ECONOMIQUE en entreprise ; - Proposer & sélectionner, selon le cas, différentes techniques «de terrain», pour les rendre opérationnelles ; - Mettre en place une démarche de VIGILANCE ; - Protéger, enfin, le PATRIMOINE INFORMATIONNEL «sensible & stratégique» de l entreprise MAITRISE DES RÉELS ENJEUX DU MANAGEMENT DE PROJET BI (PARCOURS IR) A l issue du cours, les étudiants auront des connaissances, une méthodologie leur permettant de gérer un projet BI. Une approche ludique sur des cas concrets leur permettra d appréhender les nouvelles méthodologies de conduite de projet. Organisation projet BI et cycle de vie Pilotage du projet 186

187 Gestion de la communication Gestion des ressources Travail en équipe Gestion du contenu Gestion des coûts Gestion des délais Gestion des risques Gestion de la qualité Exemples d indicateurs de pilotage RÉPONSE À APPELS D OFFRES (PARCOURS IR) Dans un contexte professionnel, une équipe d étudiants organisée en structure d entreprise imposée apprendra à répondre à un appel d offres marché. À l issue de ce module, les étudiants seront capable de : Identifier les Phases d un projet Enumérer les étapes du Cycle d une affaire Adopter les attitudes dans la communication : Quel comportement adopter (les expressions de soi)? Identifier et Comprendre les différentes formes d appel d offres (AO) : AO publique, AO privé Concevoir la réponse à l appel d offres : dossier technique, le chiffrage, le volet juridique, le volet normatif, etc. Consolider son offre (bouclage etc.) Respecter les contraintes du client en amont du dépôt de l offre. Négocier et défendre sa solution devant un jury de professionnels. 187

188 GESTION DE PROJET : ATELIER AGILITÉ ET SCRUM (PARCOURS IR) Animer 10h de cours sur les méthodes de gestion de projets dites alternative. Nous nous concentrerons principalement sur les méthodes agiles (Scrum, XP, Kanban, Lean Startup). Le cours sera constitué à environ 80% de cours théoriques et 20% d ateliers. Ces ateliers peuvent être de plusieurs types : retours d expériences croisés des étudiants, mise en évidence de certains principes, mise en pratiques de techniques spécifiques (planning poker, rétrospective, construction de backlog). En italique, les ateliers 2h - Comment réussir à faire échouer mon projet informatique Critique (constructive) des méthodes classique. Retours d expérience croisés Données statistiques sur les projets informatiques Vision Anglo-Saxonne 2h - Les méthodes agiles Présentation des principes (agile manifesto) Présentation de Scrum Atelier planning poker Présentation d extrem Programing 2h - Planification agile MOA/MOE, comment l agilité peut transformer leurs relations Lean Startup, comment l agilité peut aider à lancer un nouveau produit Atelier construction de backlog 2h - L agilité au quotidien Organisation d une équipe de développeurs La méthode Kanban Contractualisation agile Freins et écueils de l agilité actuellement 2h - Coder agile Comment produire un code de qualité? Technique : tests unitaires Atelier retrospective 188

189 BUREAUX D ÉTUDES : HAUT DEBIT ET TRÈS HAUT DEBUT (PARCOURS IR) Ce module est lié au module réponse à appel d offres. A travers les différentes conférences, des éléments techniques nécessaires pour élaborer la réponse seront fournis. Les études de cas aborderont différents thèmes dont : o Les Réseaux GSM technologie, infrastructures et transport o La fibre optique technologie, installation, maintenance, évolution o Architectures Multi techniques et multiservices : installation, maintenance, etc. Ces études de cas seront couplées à des mini-appels d offres. Les étudiants devront être capable de : Comprendre le cahier de charges du client Concevoir une solution technique répondant à ce cahier de charges Chiffrer la solution technique Défendre sa proposition et négocier son affaire. COMMUNICATION UNIFIEE : TOIP, CISCO Cours : (8h) - Introduction de la voip, des protocoles de la voip : H323, SIP, MGCP, SCCP, RTP, SRTP, gateway voix - Introduction de la visio IP, des protocoles utilisés dans la visio - Sécurité de la voip : mise en place d un tunnel ipsec par exemple pour sécuriser la communication entre le système téléphonique & les gateways, sécurisation de la messagerie vocale, chiffrements des appels, installation des protocoles de sécurité (CAPF) des systèmes téléphoniques & des serveurs vocaux TD : (3h) - Travailler sur des designs d architecture de la VOIP + visio qu on propose à différents types de clients : PME & grands clients Ces exercices seront utiles pour donner une idée aux étudiants qui aimeront s orienter vers le design & l architecture de la voip. Beaucoup de documentations techniques sera pour les étudiants : commenter installer les systèmes téléphoniques cisco, des dossiers d exploitation techniques, des dossiers de designs techniques. TP : (7h) Mise en place d un système téléphonique cisco constitué de CUCM (call manager cisco qui gère les appels) + mise en place d un serveur mevo cisco. Faire des manipulations avec les étudiants sur les postes téléphoniques cisco : création des postes, faire des interceptions d appels, groupements de lignes, recherche d annuaire, & création de messagerie vocale, consultation de la mevo 189

190 Projet : (2h) Il y aura un projet d architecture de la communication unifiée à fournir : architecture/design, chiffrage, présentation sur powerpoint +fournir version papier. Le projet devra être fait en anglais. 190

191 3 ème ANNEE DOMINANTE : IA INGENIEUR D AFFAIRES ELECTIFS SPECIALISES TECHNIQUES DE MANAGEMENT À TRAVERS LE MONDE The goal of the course is to provide an introduction to the basic skills and techniques to manage international business. After attending the course the students will be able to: Explain the steps in taking your company global Describe the Foreign Corrupt Practices Act Explain how to implement a Corporate Responsibility Policy inside a Corporation Describe the Strategic Pyramid Methodology to select the best countries to do business in Describe the process for establishing International Joint Ventures Explain the steps and process to manage an international sales force NÉGOCIATION DE PROJETS À L INTERNATIONAL A l issue de ce module, les apprenants seront capables de : Définir les concepts de base de la négociation, Identifier les particularités de la négociation de projets dans un contexte international, Décomposer et d analyser de manière opérationnelle une situation de négociation, Identifier et de mobiliser les habiletés nécessaires pour négocier, Développer des stratégies adaptées de résolution, PERFORMANCE ÉNERGETIQUE DU BÂTIMENT (PARCOURS DES) Expliquer les enjeux spécifiques liés au domaine de la performance énergétique du bâtiment Appréhender les facteurs limitant la performance sur les bâtis actuels. Utiliser les méthodologies et outils de mesure de performance énergétique présentés sur une application donnée. Estimer une stratégie et une méthode d approche globale Investissement / Maintenance / exploitation d un bâtiment. 191

192 L approche globale o Les grands enjeux mondiaux et nationaux o L approche multiculturelle en matière de performance énergétique (PE) o Analyse des scénarios d utilisation de différents types de bâtiments (tertiaires, industriels, publics, collectifs, sommeil, bureaux, logements,.) L approche technique o Les principales méthodes d analyse et d audit de l existant o La coque (passif) o La production d énergie (active) o L évaluation des coûts et l impact en retour sur investissement des choix techniques opérés o Différences méthodologiques entre le neuf et la rénovation Maintenance et exploitation o Le plan de maintenance o La conduite et la régulation en exploitation o Le «management» des utilisateurs, acteurs de la PE L approche contractuelle o Organigramme des tâches (WBS) dfdgsdfg o L engagement de performance o L achat de son énergie o Les contrats de performance énergétique o Les spécificités de la gestion de projet en PE du bâtiment (esthétique et mode architecturale, travaux en milieu occupé, information / formation des utilisateurs,.) RÉSEAUX MOBILES : ARCHITECTURE ET SERVICES (PARCOURS IR) La mobilité reste et restera un élément fondamental de l économie contemporaine. Pour répondre aux exigences des services de mobilité, plusieurs architectures de réseaux ont été développées. La convergence de l informatique et des télécoms est le fil conducteur des services offerts par les opérateurs et les fournisseurs d accès internet. Tout étudiant, dans un contexte projet ou dans le cadre d une réponse à appels d offres, sera capable de : Décrire les architectures des réseaux mobiles de télécommunication Expliquer l évolution de ces architectures Analyser les conséquences de cette évolution sur les réseaux d entreprise Décrire les spécifications techniques du 3GPP (3rd Generation Partnership Project) avec le traitement des services audio/vidéo sur les réseaux mobiles Analyser l évolution du marché des services 192

193 ANGLAIS DES AFFAIRES (ÉLECTIF OBLIGATOIRE POUR PARCOURS IR ET DES) Compréhension orale : être capable de comprendre des conversations, présentations et discussions en anglais dans des situations professionnelles, en simulations et jeux de rôles, dans le domaine des affaires ; Compréhension écrite : être capable d analyser, et mémoriser des renseignements présentés en anglais et les utiliser pour des simulations et des jeux de rôles ; Expression orale : être capable de s exprimer avec un niveau de langue de registre approprié dans des différentes situations professionnelles dans le domaine des affaires ; Expression écrite : être capable de rédiger, avec un niveau de langue de registre approprié, des documents professionnels courts, tel que un relevé de prise de décisions avec justifications ; des renseignements pour un collègue ou note de service. 193

194 194

195 3 ème ANNEE DOMINANTE : ICOM INGENIERIE DES COMMUNICATIONS RÉSEAUX MOBILES DE LA 2G A LA 4G Décrire l architecture GSM & UMTS. Expliquer les principes du TDMA/FDMA/WCDMA. Décrire les principales procédures. Expliquer l impact des facteurs couverture, capacité et performance sur la QoS client. Identifier les améliorations à venir et comprendre le contexte concurrentiel. Le monde de la téléphonie et la normalisation Introduction aux concepts 2G Le réseau GSM/GPRS/EDGE: introduction des concepts fondamentaux La technologie 3G: couverture, dimensionnement et performance Comment déployer un réseau en pratique? Vers la notion de QoS globale La technologie LTE (4G) Contexte concurrentiel et enjeux stratégiques CLOUDCOMPUTING ET COMMUNICATIONS UNIFIÉES D ENTREPRISE Comprendre l'architecture TOIP et ses apports pour une entreprise. Expliquer l'architecture d'un système de communications unifiées et d'outils collaboratifs et les apports de ces services pour une entreprise. Rappels IP, TCP, routage, Qos Architecture des réseaux d entreprise (LAN, MAN, WAN,Datacenter) VOIP, TOIP Communications unifiées et outils collaboratifs Vidéo Poste de travail Cloud computing 195

196 APPEL D OFFRE TÉLÉCOMS Comprendre ce qu'est un appel d'offre et comment y répondre de manière optimisée. Comprendre le cycle de vie d'un projet télécom et les différents intervenants. Rédiger une réponse à appel d'offre prenant en compte le cahier des charges du client (situation professionnelle réelle). Soutenir son offre en vue de convaincre le client et remporter l'affaire pour son entreprise dans un environnement concurrentiel. Définitions : MOA, MOE, RLE, RLI, RA, ITIL, PMI Aspects financiers Gestion de projet, Gestion des partenaires internes et externes, Fin d un projet Rédaction de l appel d offre par un client RFI, RFP, RFQ, CCTP, STB, EDB Comment répondre à un appel d'offre Formalisation des besoins métiers, Compétition, Proposition technique et financière, Éléments juridiques Choix du client Mise en situation (fourniture d un appel d offre, cahier des charges, attentes de proposition, conception, enveloppe budgétaire ), présentation de la réponse à l appel d offre Classement des équipes et choix de l'équipe gagnante Débriefing de l'étude de cas par équipe Présentation d'un appel d'offre qui aurait gagné Questions/réponses BUREAU D ÉTUDE FTTH Étude d un réseau d accès FTTH entre un nœud d accès et plusieurs zones d habitation ou d activité, dans les conditions professionnelles d un bureau d étude. Proposer une solution technique et chiffrée et la soutenir. Une étape fondamentale : Les études FTTH La phase travaux TD «Raccordement verticalité» Mise en situation : raccordement d un immeuble au réseau FTTH, étude des documents cadastraux, rédaction d un dossier technique, chiffrage à partir d un bordereau de prix, soutenance de la proposition technico-économique 196

197 DÉPLOIEMENT RÉSEAU MOBILE L étudiant sera capable de : obj 1 : expliquer les différentes étapes d un déploiement téléphonie ou autre. obj 2 : rédiger et soutenir un document technique chiffré de déploiement concernant un site de téléphonie mobile. Présentation des étapes d un déploiement pour un opérateur de réseau de téléphonie mobile, des métiers associés : recherche radio, négociation, conception, travaux et assistance à MOA, mise en service, maintenance. Bureau d étude : à partir de documents fournis (plans, antennes, grues, bordereaux, exemples, fiches vierges) et d un cahier des charges, élaborer, puis présenter un dossier technique comprenant la solution technique, le chiffrage, le planning, le choix de la grue, les dossiers administratifs. HAUT DÉBIT ET ACCÈS OPTIQUE Quantifier les performances d une chaine WDM. Évaluer la pertinence des différents éléments d une chaine WDM. Évaluer l intérêt et les performances d une solution FTTH. Le haut débit optique : WDM o multiplexage en longueur d'onde WDM o normes, CWDM, DWDM, grille ITU o émetteurs, récepteurs, mux/démux, ampli optique o exemples de réseaux WDM, débits atteints Le haut débit d accès : FTTH o solutions FTTH : P2P, AON, PON o le G-PON en détail o installation : l horizontal, le vertical o réseaux privés ou d initiative publique o évolutions, MeD, WDM-PON 197

198 EMBEDDED COMMUNICATIONS IN CARS Understand the concepts of various modalities of communication in cars. Gain knowledge on principles and design of Communication protocols and networking in cars o. The subject focuses on fundamentals of embedded communications in cars. Overview of networking and packet switching concepts-background of conventional vehicle system architecture-the need for networking in-vehicle data interchange and advantages of networking- parameters monitored/controlled in a vehicle basics of communication through networks and OSI model-lan-network topologies network protocols-ip,tcp difference between computer networks and in vehicle networks. Classification of vehicle buses-standardized automotive protocols LIN, CAN, MOST, FLEX RAY, description protocol structure -Recent trends in embedded communication in cars. Advancements in the protocols and their characteristics. RADIO IDENTIFICATION RFID Comprendre et expliquer le fonctionnement d une liaison RFID. Les normes de transmission à 125kHz, 13.56MHz, en UHF Caractéristiques et performances Le transfert d information Produits Marché et applications 198

199 TP TÉLÉCOMS Faire la relation entre les performances d un standard et ses caractéristiques en utilisant les appareils de mesure radiofréquence ou les simulateurs, et en interprétant les résultats sous forme de spectres, diagrammes constellation. Prouver la faisabilité d une liaison hertzienne point à point à l aide d un logiciel incluant la topographie, et identifier les pylônes des opérateurs. Comprendre les phénomènes optiques d amplification ou de non-linéarité en utilisant les appareils optiques ou simulateurs et expérimenter la modulation de la lumière. Haut débit o ampli optique à fibre dopée à l erbium o modulation de la lumière par cristal au niobate de lithium o simulation de chaines de transmission, FWM, PON o la SDH Communications hertziennes o étude des modulations GSM, WiFi, WiMax o faisabilité de liaison hertzienne point à point o étude des RFID/NFC o LTE sur Matlab/Simulink 199

200 3 ème ANNEE DOMINANTE : ICOM INGENIERIE DES COMMUNICATIONS ELECTIFS SPECIALISES CODES CORRECTEURS Comprendre l intérêt et les limites des codes détecteurs/correcteurs d erreurs dans les transmissions numériques. Comprendre le fonctionnement et utiliser les codes suivants : - Codes en bloc linéaires, - Codes cycliques, - Codes convolutifs, Mettre en œuvre pratiquement des codes cycliques en utilisant des registres à décalages. Introduction o Intérêt du codage de canal dans les transmissions numériques, principe général de fonctionnement. o Les différents types de codes o Les codes en bloc linéaires, principe, règle de décodage, distance de Hamming, o Les codes cycliques, propriétés, mise en œuvre, o Les codes convolutifs, codage, décodage par l algorithme de Viterbi. Travaux dirigés o Etude de quelques codes particuliers : Codes de Hamming, Code à bits de parités croisés, Codes autoduals, Code cyclique C(7,4) Travaux pratiques o Etude des circuits de division en binaire, réalisation d un décodeur pour le code cyclique C(7,4) avec des registres à décalages, réalisation d un codeur pour le code cyclique C(7,4) avec des registres à décalages 200

201 NOUVELLES TECHNOLOGIES OPTIQUES Acquérir une vue «système» de la transmission optique dans sa globalité. Savoir quels sont les critères à retenir lors de la mise en place d un support de transmission d information optique, tant sur le support lui-même que sur les composants d extrémité (lasers et photodiodes). Connaitre les aspects de Radio sur Fibre pour le déport de signaux radio ainsi que les ondes THz (terahertz). Brefs rappels de physique des semi-conducteurs Lasers (DFB, DBR, FP, VCSEL) et photodiodes (PIN, APD, UTC). Modulateurs optiques (Electro absorption, LiNbO 3, Mach-Zehnder). La fibre optique, ses performances et limitations (atténuation dispersion, non-linéarités, dispersion de polarisation (PMD)). Amplification optique : amplis Erbium (EDFA) et Raman. Gestion de la dispersion optique, placement des composants (EDFA, ). Les composants en ligne des réseaux optiques (mux, demux, circulateurs, réseaux de Bragg). Les nouvelles techniques de modulation optique (IQ, DPSK, APolSK, ) et les performances en transmission. La rencontre de l électronique hyper-fréquence et l optique : la radio sur Fibre (Radio Over Fiber (RoF)). Aspects, intérêts. Utilisation des techniques de l optique et de l électronique pour la génération et la détection d ondes térahertz (THz). Application aux télécoms sans fils ultimes (Porteuses > GHz), spectroscopie (détection de polluants chimiques), imagerie millimétrique (portails d aéroports). GPS ET COMMUNICATION INTER VÉHICULES The objective of this course is to provide : Strong foundation in GPS and its use in Intervehicular Communications, and also in Ad hoc Networks covering the principles and concepts of Manets and Vanets. GPS o Principles used in GPS, GPS Components o Signal structure and frame formats o Dilution of Precision, Position calculations o Data formats, DGPS,Applications IVC o Wireless LAN standards o IEEE o Physical and MAC layer Specs. 201

202 o o o o o o o o o o o MACAW(CSMA/CA) operation Routing in MANETs Classification of Routing protocols Proactive: DSDV, Reactive: AODV, Hybrid: ZRP Transport Layer for Ad hoc Networks TCP-F, TCP-Bus Protocols Split TCP QOS in MANETS VANET specifications DSRC IEEE802.11p/WAVE MODULATIONS WIFI, WIMAX, LTE, BLUETOOTH Comprendre le pourquoi des normes et leurs conséquences sur les performances des technologies. Expérimenter sur logiciel des diagrammes de couverture dépendant de la topographie, des antennes et des puissances utilisées. WIFI o Normes, performances o Technologie MIMO WIMAX o Différences avec le WiFi o WiMax mobile e o OFDM et OFDMA LTE o Evolution UMTS, HSPA, LTE (4G) o FDD ou TDD Bluetooth o principes et modulations o applications Expérimentation o paramétrage du logiciel o obtention de diagrammes de couverture o analyse en fonction du choix des antennes 202

203 203

204 3 ème ANNEE DOMINANTE : IF INGENIEUR FINANCE VEILLE ET INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE Montrer aux étudiants que la veille économique constitue, aujourd hui, un outil indispensable à l entreprise pour assurer son développement et sa pérennité. Analyser la combinatoire «risques/opportunités/anticipation» et en faire un outil d avantage concurrentiel pour l entreprise ou le pays. Etre capable d identifier les «signaux avancés» pour repérer les menaces à court, moyen et long terme, déceler les enjeux concurrentiels mais aussi les opportunités. Etre capable d associer les méthodes et techniques de veille à celles de «Risk Management» pour la survie de l entreprise, mais aussi son développement, quel que soit son secteur d activité économique. Etre capable de proposer et mettre en place, en entreprise, une démarche (de terrain) destinée à dégager des menaces sur celle-ci ou à détecter des opportunités de développement. Contexte économique et financier Les différents types d informations La fonction «gestion du risque informationnel» Les différentes méthodes et techniques de veille pratiquées aujourd hui Brevets d invention et innovation par la veille Vigilance et stratégie L intelligence éthique Les systèmes de veille nationaux (Japon, Allemagne, Etats-Unis, France) MAÎTRISE DES RISQUES BANCAIRES ET FINANCIERS La réglementation et les autorités bancaires La démarche du contrôle interne bancaire Les audits bancaires et financiers Les procédures 204

205 ÉTUDE DE CAS, PROJET BANCAIRE ET FINANCIER Savoir réaliser et piloter un projet en ingénierie financière. Maîtriser les qualités techniques et relationnelles pour la conduite d un projet en ingénierie financière. Savoir appliquer les techniques financières et d ingénierie dans son projet. Les techniques boursières dans l ingénierie financière La gestion d un portefeuille en ingénierie financière Etude de cas : réalisation d un projet en ingénierie financière INFORMATIQUE DÉCISIONNELLE Comprendre les concepts et les enjeux de l'informatique décisionnelle Présentation du décisionnel o Présentation du cursus o Les concepts du décisionnel o Démonstration des produits Business Objects o Etude de cas Analyse des besoins o Choix des indicateurs o Choix des axes d analyses o Mise en application : Jeu de rôle Reporting o Création de l univers o Création d un rapport Business Intelligence o Application côté utilisateur o Application côté designer ARCHITECTURES APPLICATIVES Face à la complexité croissante des Systèmes d Information, l objectif de ce module est de parcourir les différentes composantes d un Système d Information, ceci afin de mieux comprendre le rôle de chacune des briques qui le constitue. 205

206 Les différentes couches du SI Les architectures n-tiers Les architectures de services (SOA) Les serveurs de données Les serveurs d applications Les ERP COMPLÉMENTS JAVA Implement programs in a modern programming language from a UML model with active classes. Implement graphical user interfaces using a framework for GUIs. Given a specification implement a client server program using standard components in a modern programming language. Implement programs using a framework for database manipulations from a problem description. Collections, Interfaces Swing Applications Threads and class diagrams Network API JDBC ANGLAIS FINANCIER Etre capable de comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et qu il s agit de sujets familiers d économie et finance. Etre capable de comprendre des textes courts rédigés essentiellement dans une langue courante et relative à la finance. Etre capable de prendre part à une conversation sur les sujets financiers. Etre capable de faire une courte présentation (préparée à l avance) pendant une durée de 5 minutes. Etre capable de commenter un graphique et expliquer les tendances, lire un article et répondre aux questions, expliquer des termes et concepts de base liés au monde de la finance. 206

207 Le maniement des chiffres Le système bancaire Les marchés financières : échange étranger, obligations, actions, produits dérivés Les forces économiques dans le monde financière Fusions et acquisitions La lecture des rapports annuels des sociétés anglo-saxonnes CONDUITE DE RÉUNION S adapter aux situations délicates. En sortir gagnants. Conduire une réunion en situation de crise, quel que soit l interlocuteur. Conduite de réunion o Outils/méthodes pour dynamiser une réunion o Gérer les objections et maîtriser le fonctionnement de groupes Gestion des conflits o Sens du conflit / aspects positifs et négatifs o Façons de réagir / résolution o Mises en situations / jeux de rôle GESTION DU STRESS ET DES ÉMOTIONS Reconnaître les effets du stress. Gérer les effets du stress. Mettre en pratique l analyse transactionnelle Apprendre à reconnaître les sensations de son corps, à les maîtriser puis à les modifier. L analyse transactionnelle 207

208 DROIT DES SOCIÉTÉS Différencier les structures avec ou sans personnalité juridique. Etre capable de choisir parmi les principales formes juridiques celle la plus adaptée à son entreprise. Décrire schématiquement le fonctionnement de la SA et de la SARL. Expliquer les grandes lignes de la loi sur les entreprises en difficultés. Identifier les principales responsabilités du dirigeant. Les différentes structures juridiques des entreprises o Les structures sans personnalité juridique o Les structures avec personnalité juridique L entreprise, une structure évolutive o Les évolutions positives de la société o Les évolutions négatives : la société en difficulté La responsabilité des dirigeants o Responsabilité civile o Responsabilité pénale o Responsabilité fiscale DROIT FISCAL OBJECTIFS D APPRENTISSAG Comprendre le régime fiscal français Connaître les principaux impôts Impôt sur les sociétés Législation sur le transfert des dividendes BIC Impôt sur le revenu, optimisation du patrimoine 208

209 3 ème ANNEE DOMINANTE : IF INGENIEUR FINANCE ELECTIFS SPECIALISES SALLES DE MARCHÉS ET INSTRUMENTS FINANCIERS Connaître le fonctionnement des marchés financiers Expliquer la base des principaux outils o Taux d Intérêts, Taux de change o Actions, Matières premières Connaître les principaux produits dérivés Introduction aux métiers de la finance de marché Le marché des taux d intérêts Le marché des taux de change Le marché des actions Le marché des matières premières Introduction aux produits dérivés (Options) JAVA POUR LE WEB Appréhender la programmation web en Java (Servlets et JSP) Acquérir une première expérience de réalisation d une application web JEE Introduction aux servlets Serveurs d application/web container Déploiement avec Tomcat Sessions et cookies API JDBC Java Server Pages (JSP) 209

210 MATHÉMATIQUES AVANCÉES Acquérir quelques méthodes et les outils mathématiques avancés nécessaires à un ingénieur travaillant dans le domaine de la finance. Mouvement brownien et calcul stochastique Processus de Wiener et lemme d Itô Le modèle de Black, Scholes et Merton Les lettres grecques (Delta, Thêta, Gamma et Vega) FINANCE INTERNATIONALE The goal of this course is to introduce students to global financial markets. After attending this course, students will be able to: Understand the history of international monetary arrangements. Read foreign exchange and interest rate quotations Understand the fundamental determinants of exchange rate and interest rates. Develop trading strategies based upon yield, momentum and value models. Develop integrated strategies combining credit and currency market instruments. Interpret current events in Europe and the world economy. Introduction to the Foreign Exchange Market o A Short History of Money o The Gold Standard o Early Banking Systems o The Bretton Woods System o Parity Conditions in the FX market o The Monetary Approach to the Balance of Payments o The Breakdown of Bretton Woods. o The European Monetary System. Exchange Rate Economics and Value Trading o Monetary versus Real Models o Fundamental Parity Conditions o Money Market Equilibrium o The Concept of Market Efficiency o Value Trading Models o Exchange Rate Forecasting. o The Dornbusch overshooting model 210

211 Adventures in the Carry Trade o Interest Rate Parity Conditions o Uncovered Interest Arbitrage o Empirical tests of the Forward Parity condition. o Threshold rate differentials o The carry trade and the financial crisis o An adaptive carry trade model. Momentum (trends) in Foreign Exchange Rates o The random walk hypothesis o Why simple regressions support random walks o Non-linear alternatives to the regression model o Filter rules o Moving averages o Non-linear rules and portfolio optimization o Using options in non-linear rules o High frequency trading systems Factor Models for Currency Speculation o Factor Models in Finance o Famous Factor Models in Equity Markets o CAPM o APT o FF o Factor Models in Currency Markets o The USD Factor o The IRD Factor o The history of Factor Returns Currency and Credit Markets o Short term global money markets o Currency and Credit Markets o Fundamentals of bond pricing o Global swap markets o Interest Rates Swaps o Currency Swaps o Hedging bonds in currency markets o Combined Strategies o Currencies and short term interest rate derivatives o Currencies and long term bond markets o Why partial hedging works 211

212 212

213 3 ème ANNEE DOMINANTE : ISE INGENIERIE DES SYSTEMES EMBARQUES SYSTÈMES EMBARQUÉS Ce module se veut une synthèse de différents points abordés dans d autres cours de la dominante. Il aboutira à la réalisation dans le cadre de travaux pratiques d un système de type calculateur avec son environnement de test/simulation. Critères de choix dans la détermination d une solution embarquée Particularités des microcontrôleurs (exemple : le 68HC12) Intégration d un exécutif temps réel sur HC 12 (MicroC/OSII) Utilisation de LabVIEW pour créer un environnement de test calculateur TP/Miniprojet : réalisation d une solution bus CAN sur un 68HC12 avec utilisation d un exécutif temps réel ainsi que du banc de test LabVIEW associé SYSTÈMES RECONFIGURABLES ET SOC - To understand types, use and applications of embedded systems. - To distinguish the main features and requirements on Reconfigurable Systems. - To understand the VLSI process in the Reconfigurable Systems Design. - To obtain a medium level on the use of Hardware Description Language (VHDL) use and application. - To understand the use and design process of FPGA as programmable devices to implement System on Chip. - To analyse the process, requirements and problematic on the microcontroller-based-design on programmable devices. - To design medium-level designs of System on Chip using FPGA The program learning outcomes addressed by these course learning objectives are: - an ability to design and conduct experiments as well as to analyze and interpret data, - an ability to identify, formulate, and solve engineering problems, - an ability to work in teams, - an ability to use techniques, skills, and modern engineering tools necessary for engineering practice, - an ability to face engineering problems with an autonomous work methodology, - an ability to be auto critic with the personal effort spent in the learning process. 213

214 - 1. Embedded Systems based on microcontrollers 1.1. Architectures 1.2. Applications 1.3. Commercial microcontrollers 1.4. Operating Systems for Embedded System Design. 2. DSPs 3. Reconfigurable Embedded Systems 3.1. Reconfigurable devices (FPGA, CPLD, etc) 3.2. Programming languajes (VHDL / Verilog / System C) 3.3. VLSI process design 3.4. Tools 4. System on Chip 4.1. Architecture 4.2. Interconnection buses 4.3. Hardware and software IP 4.4. Memory 4.6. Resources and capacity 4.7. Applications 4.8. Design for test 5. Distributed Embedded Systems 5.1 Wired y wireless communication standards 5.2. IP for FPGA 6. Networks on chip Laboratory: 1. Finite State Machine automats Basic Design Principles. 2. Microcontroller based Systems Introduction to the Picoblaze. 3. Microcontroller based Systems Instruction set and Internal Architecture Design. 4. Communication Buses and Interfaces. 5. Memory. 6. Advanced Peripherals Interface. 214

215 INTRODUCTION À LINUX POUR LES SYSTÀMES EMBARQUÉS Savoir comparer Linux et les autre principaux systèmes d'exploitations dans le contexte d'un projet informatique embarqué Connaître les principaux outils logiciels du monde Unix/Linux et les méthodologies de développement associées Savoir écrire un pilote simple pour contrôler un matériel spécifique sous Linux Savoir combiner les outils classiques pour réaliser des fonctions avancées avec un minimum de programmation Introduction à Linux o o o Place d'un OS dans l'embarqué Historique de Linux et des systèmes Unix Place de Linux par rapport aux autre OS embarqués Outils de base : la ligne de commande, les scripts shell Les outils de développement du monde Linux La programmation C en espace utilisateur sur cible embarquée Drivers matériels sous Linux Connectivité Web et administration à distance Compiler un noyau Linux BUS DE COMMUNICATION Etudier les principaux bus de communications dans l environnement des calculateurs embarqués et maîtriser les spécifications correspondantes. RS-485 Bus I2C, Spi Bus can, van Bus arinc 215

216 EMBARQUÉ COMMUNICANT Connaître les notions de base des réseaux internet utilisant le protocole TCP-IP. Connaitre les notions de base nécessaires pour mettre en œuvre une connectivité USB. Savoir décrire le fonctionnement d une pile de protocoles TCP/IP utilisable pour l embarqué. Savoir utiliser un outil d analyse de l activité réseau en Ethernet et être capable de décrire le contenu des trames. Etre capable d exploiter une pile de protocole (TCP-IP et USB) sur un système à microprocesseurs. Internet et protocoles associés. Le protocole Ethernet. Solutions technologiques pour une connectivité internet sur un système embarqué. 216

217 3 ème ANNEE DOMINANTE : ISE INGENIERIE DES SYSTEMES EMBARQUES ELECTIFS SPECIALISES MÉTHODOLOGIE ET ÉTUDE DE CAS Définir des méthodes de spécifications pour les systèmes embarqués par analyse de cas réel. Analyse de fautes Méthodologie SA-RT Conception électronique liée à la CEM CEM POUR L EMBARQUÉ Avoir une vision de l implication des phénomènes de C.E.M. ainsi que d autres contraintes physiques dans le monde de l embarqué. Comprendre les causes, les effets et les solutions à mettre en place. Connaitre les normes ainsi que les méthodes de validation/certification associées à ces contraintes. - La problématique de la C.E.M dans l électronique - Les effets et les causes - Les solutions et préconisations - Les autres contraintes physiques (température, vibrations, humidité, ) - Les normes associées et les certifications de systèmes 217

218 TRAITEMENT DU SIGNAL SUR DSP Etudier les principaux algorithmes de traitement numérique du signal et leur incidence sur les architectures de DSP. Echantillonnage, Convolution Filtrage linéaire Transformation de Fourier Caractéristiques des processeurs D.S.P. Architecture du TMS320C6713 APPLICATIONS EMBARQUÉES ANDROID Comprendre les challenges et possibilités des plateformes mobiles. Utiliser l environnement de développement Android. Créer des interfaces utilisateur. Développer des applications communicantes. Développer une application en utilisant des données persistante. Développer une application multimédia. Développer une application utilisant Google Maps. Déployer une application Android. Publier les applications réalisées. Applications embarquées, possibilités, Android SDK Utilisation des views, création d interfaces utilisateurs avancées Classe Intent Persistance des données Multimédia Géolocalisation Publication 218

219 DÉVELOPPEMENT LABVIEW AVANCÉ - Pouvoir passer la certification Associate Developper - Utiliser les fonctionnalités de mise au point de faces-avants professionnelles - Utiliser les éléments de programmation multitâches intégrés à LabVIEW (évènements et boucles cadencées) - Concevoir une application simple en machine d états (maximum 4 états) - Rappel sur la programmation LabVIEW - Ecriture d application en machine d états - Organisation de face-avant (personnalisation, cadres, face-avant secondaire) - Nœuds de propriétés et nœuds de méthodes - Gestion par évènements - Les boucles cadencées - Simulation examen CLAD 219

220 220

221 3 ème ANNEE DOMINANTE : ISET INGENIERIE DES SYSTEMES ELECTRONIQUES DES TELECOMMUNICATIONS FONCTIONS RF2 Connaitre les principales fonctions RF passives (atténuateurs, filtres, diviseurs et coupleurs) et leurs principaux usages. Etre capable d évaluer le comportement d une fonction active à partir de sa datasheet et savoir expliquer qualitativement leur fonctionnement. Connaitre les différentes applications RF des diodes (commutation, atténuation, déphasage, capa variable, détection, mélange, limiteur). Savoir identifier des fonctions passives à partir de leur topologie (layout ou schéma électrique). Etre capable d expliquer ce qu est le facteur de bruit d un quadripôle et son incidence dans une chaine de transmission. MESURES RF Etre capable de concevoir l architecture générale d un banc de mesures RF à partir d un cahier des charges. Etre capable d utiliser un logiciel (Labview ou Labwindows CVI) pour piloter un appareil de mesures et recueillir des mesures. Etre capable de caractériser en paramètres S une fonction active fonctionnant en petit signal. Etre capable de mesurer le facteur de bruit sur 50Ohms d un quadripôle. Savoir mesurer le point de compression à 1dB d un amplificateur. Etre capable d utiliser un wattmètre en CW. TRANSMISSIONS NUMÉRIQUES 2 Etre capable d expliquer les principes de partages de ressources radio (TDD, FDD, CDMA, OFDMA, TDMA, FDMA). Etre capable d expliquer ce qu est le codage de source. Etre capable d expliquer le principe du codage de canal. Etre capable d expliquer les principes FHSS, DSSS, OFDM et leurs avantages respectifs. Etre capable d expliquer le principe de la démodulation d une BPSK et de la récupération de porteuse. Etre capable de calculer la BP mini d un signal modulé en fonction de la modulation et du débit binaire. Etre capable d utiliser un logiciel de CAO système pour décrire une liaison sans fil simple. Etre capable de mesurer le BER d un système de transmission. 221

222 RÉSEAUX DE TÉLÉCOMMUNICATIONS Etre capable d expliquer la nature des services télécoms actuellement proposés et de lier services et technologies. Etre capable de faire une étude documentaire pour expliquer le fonctionnement de la couche physique d une liaison sans fil*. Etre capable de faire une étude documentaire pour expliquer le fonctionnement de la couche liaison de données d une liaison sans fil*. Etre capable de faire une étude documentaire pour expliquer le fonctionnement de la couche réseau d une liaison sans fil*. * Le terme «liaison sans fil» englobe les réseaux cellulaires (3G/4G) et les réseaux WMAN, WLAN, WPAN. Etre capable d expliquer la différence entre les architectures TCP/IP et OSI. Etre capable de proposer une solution argumentée pour ajouter des fonctionnalités sans fil à un produit. 222

223 3 ème ANNEE DOMINANTE : ISET INGENIERIE DES SYSTEMES ELECTRONIQUES DES TELECOMMUNICATIONS MODULES ELECTIFS SPECIALISES CONCEPTION RF Savoir utiliser un logiciel de CAO RF pour synthétiser une fonction usuelle définie par un cahier des charges en suivant une démarche structurée (lignes idéales, choix techno lignes, synthèse des lignes, lignes physiques, optimisation, layout). Savoir utiliser les relations de passage ondes de puissance/ courant-tension pour exprimer les paramètres S d un objet à 4 ports maximum. Etre capable d exprimer analytiquement la matrice S d un dispositif passif à (4 ports max) partir de son schéma électrique à une fréquence. Etre capable de proposer une solution argumentée pour l architecture d un sous-ensemble ou d une fonction RF à réaliser à partir du cahier des charges. Savoir utiliser les relations de passage entre matrices S, Y, Z et chaine pour analyser un objet à 4 ports maximum. CEM Savoir utiliser un logiciel de CAO EM3D pour analyser une structure électromagnétique. Savoir prendre en compte les caractéristiques EM des composants dans une conception électronique. Savoir conduire et interpréter des essais CEM. ÉLECTRONIQUE NUMÉRIQUE POUR LES TÉLÉCOMMUNICATIONS Etre capable d expliquer précisément sur un exemple le fonctionnement des codes en bloc et des codes cycliques. Etre capable d implémenter un code cyclique dans un circuit de logique programmable en utilisant un environnement de développement VHDL. 223

224 224

225 3 ème ANNEE DOMINANTE : ISYMED INGENIERIE DES SYSTEMES MEDICAUX L ingénierie des systèmes médicaux regroupe l ensemble des applications des sciences et techniques de l ingénieur aux domaines de la santé et du vivant. Avec les progrès technologiques notamment en électronique, informatique et dans le domaine des systèmes embarqués, ce secteur est en pleine expansion et nécessite de nouvelles compétences pour prendre en charge les évolutions et besoins récents. L objectif de la dominante «ingénierie des systèmes médicaux» est de former des ingénieurs capables de mener à bien ces mutations. BIOMEDICAL SENSORS Le corps vivants est constitué d'un ensemble des grandeurs physiques qui déchiffrent sa physiologie interne. L'objectif de ce cours, est de connaître les capteurs biomédicaux (actifs ou passifs) utilisés pour la détection des informations physiologiques représentées par ces grandeurs physiques, puis comment les convertir en signaux électriques à l'aide d'un système embarqué, en respectant l'éthique de l'instrumentation médicale. - Capteurs thermiques, inductifs, capacitifs, mécaniques, optiques, chimiques, magnétiques - Electrodes et signaux bioélectriques (ECG, EMG, EEG) - Capteurs intelligents ÉLECTRONIQUE D INSTRUMENTATION Concevoir et réaliser une électronique d interface pour le traitement des signaux analogiques issus de capteurs biomédicaux - Capteurs et techniques de mesure (bipotentiel, sources différentielles) - Sources de courant, sources de tension - Amplification et filtrage, bande unitaire, densité de bruit - Etude de cas de signaux biomédicaux 225

226 MÉTHODOLOGIE DE DÉVELOPPEMENT D APPLICATIONS LOGICIELLES AVEC LES OUTILS LABVIEW Méthodologies de conception d une solution d acquisition et de traitement des données en utilisant les outils LabVIEW, NI Gateway, Teststand - Introduction à la réglementation actuellement en vigueur pour le développement d applications logicielles dans le secteur médical - Présentation et prise en main des outils National Instruments pour assurer la traçabilité des exigences et la vérification de codes. - Rédaction des exigences - Introduction et compléments sur LabVIEW - Prototypage d une application d instrumentation biomédicale en LabVIEW - Vérification de code avec les outils Teststand GESTION DES PLATEAUX TECHNIQUES EN MILIEU HOSPITALIER - Préciser les rôles et missions de l ingénieur hospitalier biomédical et de l ingénieur biomédical qui exerce dans le secteur privé, expliquer l organisation d un service biomédical hospitalier - Comprendre les enjeux de la gestion des risques liés aux équipements biomédicaux, expliquer la manière dont la maintenance doit être organisée. - Présenter les enjeux des plateaux techniques, préciser les modes de financement (recettes/dépenses) des établissements publics de santé (T2A, MIGAC, MERRI), - Comprendre les enjeux, l organisation, le dimensionnement et la gestion des plateaux techniques hospitaliers : Le plateau technique d imagerie Le plateau technique du bloc opératoire Le plateau technique de stérilisation La dialyse (hémodialyse, hémodiafiltration, dialyse péritonéale) - Préciser les rôles et missions de l ingénieur hospitalier biomédical et de l ingénieur biomédical qui exerce dans le secteur privé L organisation d un service biomédical Le métier de l ingénieur hospitalier statut, rôles et missions, carrière et rémunération, perspectives d évolutions La fonction achat, la fonction maintenance, la gestion des risques 226

227 Les différents modes d achats (Appel d offres, MAPA, Accords-cadres, centrales d achats) La matériovigilance (Echelon local et national), rôle de l AFSSAPS La maintenance (Gestion comptable et tableaux de bord) La Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur La Gestion documentaire - Préciser les modes de financement (recettes/dépenses) des établissements publics de santé (T2A, MIGAC, MERRI), Expliquer les modes de financement (recettes/dépenses) à l hôpital Présenter les réformes hospitalières dont la loi HPST Initiation au PMSI (Programme de Médicalisation Du Système d Information) - Comprendre les enjeux, l organisation, le dimensionnement et la gestion des plateaux techniques hospitaliers : Le plateau technique d imagerie. Appréhender les questions autour des fonctions, des flux, des organisations, des équipements et des coûts (coût global). Rôle et fonctions des modalités d'imagerie - radiologie conventionnelle, interventionnelle et vasculaire, capteurs plans, ERLM, échographie, scanner, IRM - les mutualisations pouvant s'opérer. Mise en place d'un IRM en GIE - de la définition du besoin à l'implantation. Modalités d'imagerie de médecine nucléaire SPECT, SPECT-CT, PET-CT - de l'acquisition à la mise en service Identifier la place et le rôle d'un PACS - comprendre les fonctionnalités d'un PACS - Comprendre les enjeux, l organisation, le dimensionnement et la gestion des plateaux techniques hospitaliers : Le plateau technique du bloc opératoire. Appréhender les questions autour des fonctions, des flux, des organisations, des équipements et des coûts (coût global). Le plateau technique du bloc opératoire - contraintes architecturales, conception et réhabilitation d'un bloc opératoire, réglementation, les équipements du bloc opératoire. Optimiser son bloc opératoire - identifier, contrôler et valoriser les indicateurs de performance et de bon fonctionnement La chirurgie ambulatoire - enjeux et perspectives, intégration dans un bloc opératoire La gestion des risques en matière d'infections nosocomiales au bloc opératoire - Comprendre les enjeux, l organisation, le dimensionnement et la gestion des plateaux techniques hospitaliers : Le plateau technique de stérilisation. Appréhender les questions autour des fonctions, des flux, des organisations, des équipements et des coûts (coût global). La stérilisation et la désinfection des dispositifs médicaux thermosensibles - équipements, réglementation, aspect architectural Faire, Faire-faire, Faire-aves : les différents modes de coopération public/public et public-privé - Comprendre les enjeux, l organisation, le dimensionnement et la gestion des plateaux techniques hospitaliers : Le plateau technique de dialyse. La dialyse - les différentes techniques de dialyse - HD, HDF, DIALYSE PERITONEALE L'eau en dialyse pour l'hd et l'hdf principes, réglementation, solutions techniques, La gestion des risques en dialyse 227

228 la suppléance rénale, sémiologie et prévalence, et comment des équipements de suppléance fonctionnelle rénale de haute technicité, conçus par des ingénieurs R&D en lien avec des néphrologues, et qui exigent une fiabilité à toute épreuve, sont utilisés au quotidien par les équipes soignantes. La vision du praticien hospitalier confronté aux évolutions techniques, aux questions relatives à la fiabilité, à la gestion des risques, et à des relations avec des industriels qui conçoivent les équipements - accessoires-consommables, les ingénieurs commerciaux, les ingénieurs d'application et les ingénieurs biomédicaux hospitaliers. - Comprendre les mécanismes pour la gestion des technologies de la santé. Méthodologie pour l amélioration de la qualité : gestion de plannings, budget, acquisition et déploiement de matériels, cycle de vie, gestion et monitorage. LE SECTEUR DU DISPOSITIF MÉDICAL : ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET RÈGLEMENTAIRE - Caractéristiques et spécificités du marché des DM, caractéristiques et évolutions du marché des DM, Métiers et Emplois. Le cadre législatif et réglementaire, les principes généraux des DM - Directives, règlements européens et évolutions. Organisation politico administrative - Marquage CE / Matériovigilance, vigilance sanitaire/ Classification / nomenclature/traçabilité - La normalisation, un enjeu pour le secteur des DM. Système de normalisation / Conformité des DM / Assurance Qualité / Système de management de la qualité. - Conception et éco-conception d un DM. Analyse de risque / matériaux entrant dans la composition des DM (descriptif, spécifications techniques, toxicité / Environnement - DEEE / Filière REP / Achats durables / sélection des substances) - Informatique de santé (Hébergement et Protection des données personnelles santé autorisations / transferts UE, hors UE / CNIL) - Remboursement des DM, procédures d accès au marché et prise en charge des actes? - Les relations industriels et professionnels de santé (Responsabilités pénales et financières des industriels, Sunshine Act, Loi anti-cadeau,droit de la concurrence, autorités de la concurrence et bonnes pratiques). Brevets & Propriété intellectuelle PROJET DISPOSITIF MÉDICAL Conception et réalisation d un dispositif d instrumentation embarqué pour le biomédical à partir d un cahier des charges. Exemple de réalisations : électrocardiographe avec mesure déportée, oxymétrie, 228

229 3 ème ANNEE DOMINANTE : ISYMED INGENIERIE DES SYSTEMES MEDICAUX MODULES ELECTIFS SPECIALISES BIOMÉCANIQUE ET ANALYSE DU MOUVEMENT Ce module est articulé en deux volets. Dans un premier temps, sur une introduction générale sur la biomécanique de l homme sera effectuée. Dans un deuxième temps, il s agira de balayer les techniques de mesure et méthodes de modélisation qui sont utilisées pour objectiver le mouvement chez l homme (mesure des paramètres spatiotemporels, modélisation cinématique, mesure d efforts, capteurs optoélectroniques, capteurs inertiels, plateaux de force). - Biomécanique du corps humain - Modélisation et simulation - Méthodes et moyens de mesure du mouvement chez l homme PARALLEL COMPUTING FOR IMAGE PROCESSING L'objectif de cette unité d enseignement est d'initier les étudiants à la programmation parallèle pour des applications en traitement d'images utilisant une architecture de programmation de type SIMT (single instruction multiple thread, CUDA). Ce cours est un mélange de conférences et de travaux pratiques où les élèves utilisent des bibliothèques prédéveloppées. Le cours débutera par un bref rappel de la programmation en C (pointeurs vers des tableaux, pointeurs vers des fonctions et structures), Seront ensuite abordés les éléments clés de la programmation parallèle (performance, accélération, efficacité), en mettant l accent sur l architecture CUDA (SIMT). Finalement, des études de cas serviront à illustrer la théorie ainsi que les avantages (et les inconvénients) de l'architecture CUDA pour la programmation parallèle. - Introduction (Histoire, Mémoire cache: un rôle central, techniques de programmation, ANSI- C, CUDA: une extension au ANSI C - TP 1 (Architecture de programmation parallèle, introduction, Analyse des performances calculatoires, Modèles de programmation parallèle, Modèle PRAM, Modèle SIMT - TP 2 (Etude de cas, Produit matrice-vecteur, Convolution 1D & 2D, Histogramme and traitements d images basiques) 229

230 INNOVATION ET SANTÉ - L innovation et les dispositifs médicaux : état de lieu Spécificité d innovation en biomédical Technologie connue? Rupture technologique? Incrémentation technique? Études des cas : DM Innovant? si oui pourquoi? - Les prototypes et les protocoles Études des cas - Une comparaison entre les démarches cliniques biomédicales et Pharmaceutiques Rappel Bio statistiques, Système intelligent Les phases cliniques Études des cas : Dispositif médical implantable actif, et non actif Études des cas: Dispositif médical de Diagnostic In Vitro - Les avis scientifiques (Leaders d opinion), protection intellectuelle et juridique - Le contrôle de procédés cliniques et le rôle du système qualité (SHE) - Commercialiser un produit : l impact clinique, études des cas Études des cas : Ventilation non invasive RADIOPROTECTION OPÉRATIONNELLE Ce cours s'adresse aux étudiant-e-s désireux d'acquérir des connaissances sur les effets des radiations sur les organismes vivants et les calculs y relatifs. Il donne les bases nécessaires aux métiers d'ingénieur-e-s côtoyant des installations ou des lieux ionisants. Le cours traite de la problématique du radon dans les habitations. - Notions fondamentales de radioactivité (la radioactivité ; désintégrations -, +,, capture électronique, émission, conversion interne ; schémas de désintégration ; interaction des rayonnements avec la matière ; exercices. - Systèmes de mesures des radiations - Action biologique des radiations. Quantification du risque en radioprotection, notion de dose équivalente, notion de détriment (rappel: dose, débit de dose, unités ; action biologique des radiations ; effets cellulaires des radiations ; effets des radiations sur l'organisme ; quantification du risque en radioprotection ; principes de radioprotection ; irradiation de la population ; grandeurs fondamentales ; grandeurs d'appréciations, limites secondaires et valeurs directrices ; dosimétrie ; exercices) - Le radon dans les habitations. 230

231 231

SOMMAIRE LIVRET PEDAGOGIQUE.. 4 REGLE CONCERNANT L ASSIDUITE...10 NOTE PLAGIAT D INFORMATIONS PROVENANT D INTERNET...13 ORGANISATION PEDAGOGIQUE...

SOMMAIRE LIVRET PEDAGOGIQUE.. 4 REGLE CONCERNANT L ASSIDUITE...10 NOTE PLAGIAT D INFORMATIONS PROVENANT D INTERNET...13 ORGANISATION PEDAGOGIQUE... SOMMAIRE LIVRET PEDAGOGIQUE.. 4 REGLE CONCERNANT L ASSIDUITE....10 NOTE PLAGIAT D INFORMATIONS PROVENANT D INTERNET...13 ORGANISATION PEDAGOGIQUE.....14 MASSES HORAIRES ET DESCRIPTION DES MODULES PREMIERE

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES CATALOGUE DES COURS 2013 2015. Parcours ECS (voie scientifique)

CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES CATALOGUE DES COURS 2013 2015. Parcours ECS (voie scientifique) MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES CATALOGUE DES COURS 2013 2015 Parcours ECS (voie scientifique) Classe préparatoire

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Durée : 5 jours Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Réf : (Elec 01) capables de : - Comprendre et mettre en œuvre les différentes méthodes de tests des composantes

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 Outils de la Physique 1 Jacques LEQUIN Nombre heures Cours 4,5 Nombre heures TD 6 Grandeurs scalaires et vectorielles. Calcul différentiel, systèmes de coordonnées. Définir

Plus en détail

DUT RESEAUX ET TELECOMMUNICATIONS PAR APPRENTISSAGE SCIENCES TECHNOLOGIE SANTE. 120 h 224 h 406 h h 60 h 750 h. travaux pratiques

DUT RESEAUX ET TELECOMMUNICATIONS PAR APPRENTISSAGE SCIENCES TECHNOLOGIE SANTE. 120 h 224 h 406 h h 60 h 750 h. travaux pratiques Niveau : DUT RESEAUX ET TELECOMMUNICATIONS PAR APPRENTISSAGE année 1 Domaine : Mention : Volume horaire : SCIENCES TECHNOLOGIE SANTE DUT 60 ECTS 120 h 224 h 406 h h 60 h 750 h cours magistraux travaux

Plus en détail

nouveau! cursus d ingénierie

nouveau! cursus d ingénierie nouveau! cursus d ingénierie cursus d ingénierie en 5 ans Une formation de haut niveau aux métiers de l ingénieur Ce parcours forme des étudiants spécialistes, responsables, cultivés, créatifs, ouverts

Plus en détail

Ingénieur(e)s généralistes. Livret pédagogique. année universitaire. Dominantes, Programmes, Masses Horaires, Coefficients et Contrôles

Ingénieur(e)s généralistes. Livret pédagogique. année universitaire. Dominantes, Programmes, Masses Horaires, Coefficients et Contrôles Ingénieur(e)s généralistes Crossing frontiers Livret pédagogique Programme ingénieur année universitaire 2 0 1 3-2 0 1 4 Dominantes, Programmes, Masses Horaires, Coefficients et Contrôles SOMMAIRE LIVRET

Plus en détail

Master Droit 1 ère année Règlement des études

Master Droit 1 ère année Règlement des études PRES Université Lille Nord de France Faculté de Droit de Boulogne sur Mer Centre universitaire Saint Louis 21, rue Saint Louis BP 774 62327 Boulogne sur Mer Master Droit 1 ère année Règlement des études

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1-2. Pondération 6. Nombre de crédits 6

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1-2. Pondération 6. Nombre de crédits 6 Informations de l'unité d'enseignement Implantation ECAM Institut Supérieur Industriel Cursus de Bachelier en Sciences industrielles Electricité et mesures B2090 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 1-2 Pondération

Plus en détail

Cahier des charges Offre de formation LMD :

Cahier des charges Offre de formation LMD : REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de L Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene Faculté d Electronique

Plus en détail

INFORMATIQUE. Licence 3 e année (L3) & Master (M1-M2) Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire

INFORMATIQUE. Licence 3 e année (L3) & Master (M1-M2) Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire INFORMATIQUE Licence 3 e année (L3) & Master (M1-M2) En collaboration avec l Université de Franche-Comté CTU de Besançon Unidistance 2 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure d Ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique, Énergétique et Électronique

Plus en détail

BTS Maintenance et après-vente automobile

BTS Maintenance et après-vente automobile BTS Maintenance et après-vente automobile Programme de Sciences Physiques AVERTISSEMENT Ce référentiel ne constitue absolument pas la liste des activités que le Professeur conduit au cours de l année scolaire.

Plus en détail

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Annexe II b Définition des épreuves Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Cette épreuve valide tout ou partie des compétences

Plus en détail

MASTER MATHÉMATIQUES Spécialité Mathématiques et Applications. Règlement du Contrôle des Connaissances

MASTER MATHÉMATIQUES Spécialité Mathématiques et Applications. Règlement du Contrôle des Connaissances MASTER MATHÉMATIQUES Spécialité Mathématiques et Applications (co-habilité avec U Marne la Vallée, Paris 12, EC. Nat Ponts et Chaussées) Arrêté d habilitation : 20100069 Règlement du Contrôle des Connaissances

Plus en détail

PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS

PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS PRECONISATIONS PEDAGOGIQUES PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS ET GRILLES DE CREDITS Considérations liminaires sur la répartition et l attribution des crédits ECTS Les grilles nationales de crédits ECTS, exposées

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE / STAPS MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR Spécialité Ingénierie Numérique, Signal-Image et Informatique Industrielle (INS3I) www.univ-littoral.fr OBJECTIFS

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 6 4 5 Guide visite du département Génie Industriel et Maintenance 1 Salles Informatiques Utilisation

Plus en détail

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013»

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» I Objectifs Niveau fondamental : «on se fixe pour objectif la

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure d Ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique, Énergétique et Électronique

Plus en détail

CANEVAS DE PRESENTATION D'UN DOSSIER POUR L'HABILITATION D'UNE OFFRE DE FORMATION DANS LE CADRE DU DIPLOME DE LICENCE «LMD»

CANEVAS DE PRESENTATION D'UN DOSSIER POUR L'HABILITATION D'UNE OFFRE DE FORMATION DANS LE CADRE DU DIPLOME DE LICENCE «LMD» CANEVAS DE PRESENTATION D'UN DOSSIER POUR L'HABILITATION D'UNE OFFRE DE FORMATION DANS LE CADRE DU DIPLOME DE LICENCE «LMD» ******************************************* PROGRAMME DE LA TROISIEME ANNEE TYPE

Plus en détail

ÉlectrotechniqueÉnergie Équipements Communicants

ÉlectrotechniqueÉnergie Équipements Communicants Baccalauréat Professionnel ÉlectrotechniqueÉnergie Équipements Communicants Bac Pro EEEC Electro 1 Baccalauréat Professionnel électrotechnique énergie équipements communicants E1 - Epreuve scientifique

Plus en détail

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 -

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 - Programme du DUT GMP 1 ère Année Construction mécanique - connaître le langage du dessin technique, - connaître les fonctions mécaniques élémentaires, - utiliser des composants simples, - concevoir des

Plus en détail

REGLEMENTATION GENERALE DES ETUDES

REGLEMENTATION GENERALE DES ETUDES REGLEMENTATION GENERALE DES ETUDES Vu les articles L.613-1 et L.711-1 du code de l Education Vu l arrêté du 3 août 2005 relatif au DUT Vu l arrêté du 1er août 2011 relatif à la licence Vu l arrêté du 11

Plus en détail

MASTER Sciences humaines et sociales Mention Sociologie

MASTER Sciences humaines et sociales Mention Sociologie MASTER Sciences humaines et sociales Mention Sociologie Spécialité : Image et société Master année Arrêté d habilitation : 005 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 0-05 Vu la loi 8-5 du 6 janvier 98

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

ARRÊTÉ du 8 avril 2009

ARRÊTÉ du 8 avril 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES EP1 : TECHNIQUES ESTHETIQUES Epreuve pratique et écrite - Coefficient : 7 - Durée : 3h 30 + coefficient 1 pour l évaluation de la VSP L attestation de formation à l utilisation

Plus en détail

MASTER Sciences, technologies, santé Mention Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

MASTER Sciences, technologies, santé Mention Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives MASTER Sciences, technologies, santé Mention Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives 1 spécialité : - Biologie intégrative des adaptations à l exercice pour la santé et la performance

Plus en détail

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION

ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION ANNEXE V : DÉFINITION DES ÉPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION E1 FRANÇAIS (Coef 3) U1 1. Objectif L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer

Plus en détail

LA MESURE INDUSTRIELLE

LA MESURE INDUSTRIELLE E02 LA MESURE INDUSTRIELLE 20 Heures Technicien responsable de la maintenance Approfondir les techniques de mesure; Prendre en compte l aspect métrologie. Connaître les limites et les facteurs d influences

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE PLASTURGIE ET COMPOSITES REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION INITIALE. Année Universitaire 2013-2015

LICENCE PROFESSIONNELLE PLASTURGIE ET COMPOSITES REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION INITIALE. Année Universitaire 2013-2015 1 LICENCE PROFESSIONNELLE PLASTURGIE ET COMPOSITES Spécialité : Matériaux Diffusion et Haute Performance : Conception, Caractérisation et Optimisation Arrêté d habilitation : 20050249 REGLEMENT DU CONTRÔLE

Plus en détail

Bachelier-technologue en imagerie médicale. Electromagnétisme et courants alternatifs Oscilloscope Diode Traitement du signal

Bachelier-technologue en imagerie médicale. Electromagnétisme et courants alternatifs Oscilloscope Diode Traitement du signal Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de IPL Bachelier-technologue en imagerie médicale Intitulé Physique 2 M1120 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 6 Nombre

Plus en détail

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Adopté par le conseil d UFR le 10 juillet 2013 Voté au CA du 1 er octobre 2013 Adopté par la CFVU du 09 septembre 2013 MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Master année 1 Arrêté d habilitation

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906085A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE. Activités et techniques de communication Formation en apprentissage

LICENCE PROFESSIONNELLE. Activités et techniques de communication Formation en apprentissage LICENCE PROFESSIONNELLE Activités et techniques de communication Formation en apprentissage Spécialité : Communication institutionnelle corporate Arrêté d habilitation : 20044173 REGLEMENT DU CONTRÔLE

Plus en détail

Règlement intérieur pour les élèves ingénieurs

Règlement intérieur pour les élèves ingénieurs Règlement intérieur pour les élèves ingénieurs Objet : Ce règlement intérieur est destiné à définir les droits et les obligations des élèves ingénieurs de l École Supérieure des Communications de Tunis

Plus en détail

Devenir ingénieur par la filière Fontanet

Devenir ingénieur par la filière Fontanet Devenir ingénieur par la filière Fontanet 02 Arts et Métiers ParisTech, une Grande École d Ingénieurs Créée en 1780, l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers a formé plus de 85 000 ingénieurs qui

Plus en détail

I- REGLEMENT DES CONTROLES

I- REGLEMENT DES CONTROLES Département Informatique IUT de Villetaneuse CONTROLE CONTINU DES CONNAISSANCES Proposé au Conseil de Département du 3 octobre 2006 ==============================================================================

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de IPL Bachelier en chimie Intitulé Physique 1 Code C1040 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 1 Pondération 1 Nombre de crédits 6 Nombre d heures 81 Obligatoire

Plus en détail

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Unité Systèmes d'information CM : 45h - TD : 60h - TP : 12h - Coeff 2 Systèmes de Gestion de Bases de Données Modéliser

Plus en détail

Formation en Apprentissage - Formation Initiale - Formation Continue. Année universitaire 2013-2015

Formation en Apprentissage - Formation Initiale - Formation Continue. Année universitaire 2013-2015 Arrêté d habilitation : 20100056 DOMAINE DROIT, ECONOMIE, GESTION MASTER MENTION «COMPTABILITE, CONTRÔLE, AUDIT» Formation en Apprentissage - Formation Initiale - Formation Continue REGLEMENT DU CONTROLE

Plus en détail

Licence mention Mathématiques

Licence mention Mathématiques Licence mention Mathématiques Mathématiques fondamentales Mathématiques appliquées Mathématiques pour l enseignement Université Paris 7 Denis Diderot 2010-11 Retrouvez ce document sur http://www.math.univ-paris-diderot.fr/

Plus en détail

Extrait des Exploitations Pédagogiques

Extrait des Exploitations Pédagogiques Pédagogiques Enseignement transversal 1ére Baccalauréat STID Enseignement Transversal Système retenu : Pont levant Gustave Photo du support Objectifs de formation : O4 Décoder l organisation fonctionnelle,

Plus en détail

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Blagnac Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008 AUTOMATIQUE et SYSTEMES Les cours, TD et TP seront entièrement programmés en 2 ème année.

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Mécanique du solide... 17 I. Introduction...17 II. Définitions...17 III. Energies...21 IV. Les lois de la mécanique...

TABLE DES MATIERES. Mécanique du solide... 17 I. Introduction...17 II. Définitions...17 III. Energies...21 IV. Les lois de la mécanique... Table des matières iii TABLE DES MATIERES RESUME DE COURS Grandeurs périodiques. Circuits linéaires en régime sinusoîdal... 3 I. Propriétés des grandeurs périodiques...3 II. Régime sinusoïdal...3 III.

Plus en détail

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Séance du 11 mars 2014 Point 5 de l ordre du jour Règles générales relatives aux modalités d évaluation des étudiants en Licence et en Master pour

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 :

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 : LA REUSSITE L APPRENTISSAGE PAR GUIDE PRATIQUE 2014 SOMMAIRE : I Comment intégrer la formation? II Les épreuves écrites III Nous rencontrer RENTREE 2014 : 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr

Plus en détail

FORMATION INITIALE. L excellence par la Formation. Répondre à une évolution du contexte Africain. Répondre aux nouvelles attentes des participants

FORMATION INITIALE. L excellence par la Formation. Répondre à une évolution du contexte Africain. Répondre aux nouvelles attentes des participants L excellence par la Formation FORMATION INITIALE Ecole créée et financée par Yélé Consulting, Cabinet de conseil en énergie implanté en France Répondre à une évolution du contexte Africain Répondre aux

Plus en détail

ANNEXE : Evaluation et ECTS* pour les étudiants de

ANNEXE : Evaluation et ECTS* pour les étudiants de Année académique 2012-2013 ANNEXE : Evaluation et ECTS* pour les étudiants de - 1ère année (Promotion 2017) - 2ème année (Promotion 201) - 3ème année (Promotion 2015 - Formation initiale et Formation par

Plus en détail

D. Organisation générale du contrôle des connaissances

D. Organisation générale du contrôle des connaissances UFR droit et sciences politiques Licence de Droit Règlement Année universitaire 2012-2013 La licence de Droit est une formation qui se déroule sur trois années universitaires et comporte six semestres.

Plus en détail

Lycée RASPAIL Paris 17 mars 2008

Lycée RASPAIL Paris 17 mars 2008 BTS ELECTROTECHNIQUE Lycée RASPAIL Paris 17 mars 2008 L objectif de la réunion Faire le point sur les conditions de mise en place du diplôme rénové dans l inter académique, tant du point de vue de l organisation

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE

FILIERE DE LICENCE PROFESSIONNELLE ROYAUME DU MAROC Ministère de l Education nationale, de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Département de l Enseignement Supérieur, de la Formation des

Plus en détail

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION BACHELIER EN INFORMATIQUE

Plus en détail

Master Ingénierie de la Formation Professionnelle Mention Sociologie

Master Ingénierie de la Formation Professionnelle Mention Sociologie Master Ingénierie de la Formation Professionnelle Mention Sociologie REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Année universitaire 2013-2015 Vu le code de l éducation ; Vu le décret n 84-573 du 5 juillet

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES REGLEMENT DES ETUDES LICENCES PROFESSIONNELLES Année universitaire 2015/2016 Règlement adopté par le conseil d IUT dans sa séance du 11 juin 2015 Règlement adopté par le CFVU de l UJF dans sa séance du

Plus en détail

BTS Electrotechnique-décembre 2005.doc Page 100 sur 129

BTS Electrotechnique-décembre 2005.doc Page 100 sur 129 (établissements publics ou privés sous contrat) (CFA ou sections d'apprentissage habilités) (établissements privés hors contrat), (CFA ou sections d'apprentissage non (établissements publics habilités

Plus en détail

MODALITES DE CONTROLE DES APTITUDES ET DES CONNAISSANCES DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016

MODALITES DE CONTROLE DES APTITUDES ET DES CONNAISSANCES DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016 MODALITES DE CONTROLE DES APTITUDES ET DES CONNAISSANCES DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016 I DISPOSITIONS GENERALES Communication des modalités de contrôle des aptitudes

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Informatique Première et seconde années

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES REGLEMENT DES ETUDES LICENCES PROFESSIONNELLES Année universitaire 2015/2016 Règlement adopté par le conseil d IUT dans sa séance du 11 juin 2015 Règlement adopté par le CFVU de l UJF dans sa séance du

Plus en détail

RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION

RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION RÉGLEMENTATION D EXAMEN DE LA FACULTÉ DE DROIT D ÉCONOMIE ET DE GESTION D ORLÉANS COMMUNE AUX MASTERS DROIT ÉCONOMIE GESTION Chapitre 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Le cursus de master est organisé

Plus en détail

GENIE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

GENIE DES SYSTEMES INDUSTRIELS MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE/STAPS GENIE DES SYSTEMES INDUSTRIELS Spécialité Risques Industriels et Maintenance www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION L objectif du master régional GSI

Plus en détail

Informatique commune en CPGE PSI-PC-PT-MP-TSI-TPC

Informatique commune en CPGE PSI-PC-PT-MP-TSI-TPC Informatique commune en CPGE PSI-PC-PT-MP-TSI-TPC L ingénieur doit maîtriser les concepts fondamentaux de l informatique pour : communiquer avec les informaticiens comprendre les questions de complexité

Plus en détail

UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE

UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE MODALITES DE CONTROLE DES APTITUDES ET DES CONNAISSANCES Année universitaire 2015-2016 Deust - Licence - Licence professionnelle - Master - Diplôme d ingénieur CHAPITRE 1 :

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Modalités du contrôle des connaissances. Dispositions générales. Année Universitaire 2013/2014. ESPE de l Académie de Limoges Université de Limoges

Modalités du contrôle des connaissances. Dispositions générales. Année Universitaire 2013/2014. ESPE de l Académie de Limoges Université de Limoges Modalités du contrôle des connaissances Dispositions générales Année Universitaire 2013/2014 ESPE de l Académie de Limoges Université de Limoges - Vu la loi n 84-52 du 26 janvier 1984 relative à l enseignement

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES REGLEMENT DES ETUDES LICENCES PROFESSIONNELLES Année universitaire 2015/2016 Règlement adopté par le conseil d IUT dans sa séance du 11 juin 2015 Règlement adopté par le CFVU de l UJF dans sa séance du

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Physique, chimie et sciences de l ingénieur (PCSI) - Physique et sciences de l ingénieur (PSI) Discipline

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : UFR SHS Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Métiers de la gestion et de la comptabilité : responsable de portefeuille clients en cabinet d'expertise Numéro

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT)

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT) Niveau : Spécialité : DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT (GLT) DUT 120 CREDITS Volume horaire étudiant : 506 h 734 h 430 h h 315 h 1935 H cours magistraux travaux dirigés

Plus en détail

Maquette Pédagogique. Diplôme d Ingénieur spécialité. Sciences Informatiques

Maquette Pédagogique. Diplôme d Ingénieur spécialité. Sciences Informatiques Maquette Pédagogique Diplôme d Ingénieur spécialité Sciences Spécialité SCIENCES INFORMATIQUES EP3IUE1 : Informatique Théorique 1 4,5 Mathématiques Discrètes Cours élémentaire de mathématiques discrètes

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) DUT Génie électrique et informatique industrielle (GEII) 3 Parcours possibles : Automatismes et Réseaux Locaux Energies

Plus en détail

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Sciences de la Terre Premier semestre du cycle d ingénieur (S5) Il commence par la période d intégration que suivent tous les élèves de Polytech

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 mars 2013 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de sage-femme NOR : ESRS1301419A

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Intitulé IPL Bachelier en biologie médicale Physique 2 et Electronique B1100 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits

Plus en détail

144 174 237 30h + 120h 555 h

144 174 237 30h + 120h 555 h Niveau : LICENCE Année Domaine : Mention : Spécialité : S.T.A.P.S. S.T.A.P.S. MANAGEMENT DU SPORT L2 120 ES Volume horaire étudiant : 144 174 237 30h + 120h 555 h cours magistraux travaux dirigés travaux

Plus en détail

UNIVERSITE DU BURUNDI FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR- FSI (FSA/ ITS) MAQUETTES DES COURS BUJUMBURA 2013

UNIVERSITE DU BURUNDI FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR- FSI (FSA/ ITS) MAQUETTES DES COURS BUJUMBURA 2013 UNIVERSITE DU BURUNDI FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR- FSI (FSA/ ITS) MAQUETTES DES COURS BUJUMBURA 2013 A. DIPLOME DE BACHELIER/LICENCE EN SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT D ELECTROMECANIQUE BAC

Plus en détail

RÈGLEMENT DES EXAMENS (année 2015-2016) DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Conseil d Administration du 5 octobre 2015

RÈGLEMENT DES EXAMENS (année 2015-2016) DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Conseil d Administration du 5 octobre 2015 RÈGLEMENT DES EXAMENS (année 2015-2016) DISPOSITIONS GÉNÉRALES Conseil d Administration du 5 octobre 2015 I - Nature des épreuves, appréciation et correction Conformément à la loi 84-52 du 26 Janvier 1984,

Plus en détail

Département Énergie et Environnement

Département Énergie et Environnement Département Énergie et Environnement David Bouquain -27 mars 2012 Formation d ingénieurs en énergie Présentation UTBM CS du 14 Avril 1 Le réseau des Universités de Technologie Les Universités de Technologie

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Modalités Générales de contrôle des connaissances M1 et M2 Master MEEF Mentions 1 er degré 2 nd degré - EE

Modalités Générales de contrôle des connaissances M1 et M2 Master MEEF Mentions 1 er degré 2 nd degré - EE Modalités Générales de contrôle des connaissances M1 et M2 Master MEEF Mentions 1 er degré 2 nd degré - EE Assiduité : Les étudiants doivent suivre tous les enseignements de toutes les unités des quatre

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE. Systèmes informatiques et logiciels

LICENCE PROFESSIONNELLE. Systèmes informatiques et logiciels LICENCE PROFESSIONNELLE Systèmes informatiques et logiciels Spécialité : Gestion des systèmes d information analyse de production exploitation systèmes réseaux et applications Arrêté d habilitation : 2001299

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES REGLEMENT DES ETUDES LICENCES PROFESSIONNELLES Année universitaire 2015/2016 Règlement adopté par le conseil d IUT dans sa séance du 11 juin 2015 Règlement adopté par le CFVU de l UJF dans sa séance du

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Assurance, Banque, Finance

LICENCE PROFESSIONNELLE Assurance, Banque, Finance LICENCE PROFESSIONNELLE Assurance, Banque, Finance Spécialité : CARRIERES DE L IMMOBILIER Arrêté d habilitation : 20014018 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

UFR d économie et gestion Année universitaire 2014-2015. Règlement du Contrôle des Connaissances Licence. Préambule

UFR d économie et gestion Année universitaire 2014-2015. Règlement du Contrôle des Connaissances Licence. Préambule UFR d économie et gestion Année universitaire 2014-2015 Règlement du Contrôle des Connaissances Licence Préambule Ce règlement concerne l ensemble des parcours de Licence de Droit, Economie et Gestion,

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation IPL Cursus de Bachelier en chimie Introduction à la statistique C1110 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 4 Nombre d heures

Plus en détail

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 - Sujet G345-01 Page de garde BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 Le dossier-sujet

Plus en détail