Section des établissements. Rapport d'évaluation de l Université Paris 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Section des établissements. Rapport d'évaluation de l Université Paris 8"

Transcription

1 Section des établissements Rapport d'évaluation de l Université Paris 8 avril 2009

2 Rapport d'évaluation de l Université Paris 8 Le Président de l AERES Section des établissements Le Directeur Jean-François Dhainaut Michel Cormier avril 2009

3 2

4 Sommaire Présentation 5 Stratégie en matière de recherche 7 I Le potentiel et les périmètres de la recherche à Paris 8 7 II Le service recherche 8 III Le BQR 8 IV Les partenariats 9 V Les écoles et la formation doctorales 9 VI La valorisation de la recherche 10 Les Presses Universitaires de Vincennes 11 Stratégie en matière de formation 13 I Les formations générales 13 II La formation à distance 14 III La formation permanente 15 IV Le service commun de documentation 15 Stratégie en matière de vie étudiante 17 I L appréhension d un public atypique 17 1 L Université-Monde et le communautarisme 17 2 La prise en compte d une réelle richesse culturelle 18 II L attention portée aux problématiques de santé étudiante 18 III La vie étudiante et la gouvernance de l établissement 18 1 L absence d impulsion centrale en matière de vie étudiante 18 2 Le rôle de la vice-présidence étudiante 18 3 Le rôle du BVE 19 Stratégie en matière de relations internationales 21 I Politique générale 21 II Les différentes instances responsables des relations et de la coopération internationale 21 avril

5 Stratégie en matière de gouvernance 23 I Le système d organisation et de pilotage de l établissement: le bureau et les conseils 23 II Le développement des TIC 24 III La gestion des ressources humaines 24 IV La gestion financière et comptable 25 V La gestion du patrimoine 26 VI La capacité à l auto-évaluation 26 VII Les relations avec les collectivités territoriales 26 Conclusion, recommandations 27 I Points forts 27 II Points faibles 27 III Recommandations 27 Liste des sigles 29 Observations du président 31 Organisation de l évaluation 41 4

6 Présentation L Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis célébrera en 2009 ses quarante ans d existence. Novatrice dès son origine en matière pédagogique, elle s applique aujourd hui à s ancrer pleinement dans son territoire et, bien au-delà de cette mission, souhaite être identifiée comme une Université-Monde centrée sur l exploration de la diversité culturelle et de la mondialisation. Le transfert imposé et très mal vécu de Vincennes à Saint-Denis en 1980 doit être considéré aujourd hui comme de l histoire ancienne, et cela d autant plus que les collectivités territoriales ont, depuis, intégré l Université de Paris 8 dans leur développement. L établissement possède deux IUT respectivement implantés à Montreuil et à Tremblay ainsi qu un Institut français d urbanisme à Marne-la-Vallée. Le site principal se trouve à Saint-Denis. Il représente 82 % de la superficie totale qui est de m 2 et regroupe 96 % des étudiants inscrits. L Université de Paris 8 est aussi cofondatrice, avec Paris 13 et le CNRS, de la Maison des Sciences de l Homme de Paris Nord située à Saint-Denis. De type tertiaire, à dominante lettres et sciences humaines, l Université de Paris 8 comptait, en , un peu plus de étudiants, 713 emplois d enseignants-chercheurs, 91 emplois d enseignants du second degré (Source DEPP). 651 emplois d enseignants-chercheurs et 77 emplois d enseignants du second degré étaient occupés en par des personnels permanents. Les unités de recherche de Paris 8 comptaient 211 enseignants-chercheurs d autres établissements et 70 chercheurs des EPST. En , l université disposait de 490 emplois de personnels de soutien (Source DEPP). L université présente des caractéristiques très marquées. On constate en premier lieu que parmi les nouveaux bacheliers, seulement 61,6 % sont titulaires d un baccalauréat général, contre 80,5 % pour la moyenne des universités du même groupe disciplinaire, tandis que les autres sont titulaires d un baccalauréat technologique ou professionnel. Par ailleurs, avec 19 % des inscrits, l enseignement à distance, dispensé au sein d un institut (IED) est très développé. Enfin, plus de la moitié des primo-entrants ont une origine sociale modeste et 38 % des étudiants sont salariés. Ces chiffres édifiants témoignent de l identité particulière de Paris 8. L établissement se trouve dans une zone sensible où les problèmes de sécurité des lieux, du personnel et des usagers sont particulièrement exigeants au quotidien. L ensemble des personnels de l université a tout à fait conscience de cette situation particulière qu elle assume pleinement et avec un certain succès. Le rôle particulier tenu par cette université en matière d accueil d étudiants socialement défavorisés mérite ainsi d être souligné. L offre de formation est riche et certaines disciplines ont réussi à s adapter à leur public et aux besoins particuliers de leurs étudiants. Répartie en six domaines, elle propose 40 mentions de licence (avec 7 licences professionnelles) et 34 mentions de masters. L université comporte 11 UFR, 4 Instituts et 2 Instituts universitaires de technologie (Montreuil et Tremblay). Comme dans beaucoup d autres universités, les IUT, dont les thématiques sont relativement éloignées de celles de Paris 8, sont peu intégrés dans la politique de l établissement. La recherche s effectue au sein de 40 unités, dont 3, en rattachement secondaire à Paris 8, relèvent de la vague D. La formation doctorale relève de cinq écoles doctorales et compte plus de inscrits. Un seul laboratoire n est pas encore rattaché à une école doctorale. On compte trois réseaux de recherche, gérés sous forme de PPF et un fort partenariat avec le pôle de compétitivité multimédia à vocation mondiale Cap Digital. L université se situe au sein d un maillage d enseignement supérieur très dense. On trouve dans la même académie de Créteil trois autres universités pluridisciplinaires: Paris 12, Paris 13, et Marne-la-Vallée qui proposent aussi des formations dans des disciplines couvertes par Paris 8. L Université de Paris 13, implantée à Villetaneuse, n est qu à quelques kilomètres de Saint-Denis. Deux projets essentiels devraient permettre de clarifier et rationaliser les nécessaires collaborations entre Paris 8 et les autres institutions parisiennes d enseignement supérieur et de recherche: d une part, le projet labellisé du campus Condorcet à Aubervilliers; d autre part, le projet de PRES initialement conçu par Paris 8, Paris 13, le CNAM et SUPMECA mais dont le périmètre est susceptible d évoluer. Paris 8 devra veiller à renforcer son rôle dans la concrétisation de ces deux projets. 5

7 6

8 Stratégie en matière de recherche I Le potentiel et les périmètres de la recherche à Paris 8 L Université Paris 8 se caractérise par des recherches innovantes dans les domaines des lettres et sciences humaines mais aussi des arts et des sciences sociales. On peut souligner notamment une recherche dans des domaines peu représentés dans les universités françaises tels que la psychanalyse, le cinéma et les arts plastiques, ou encore la géopolitique. L Université Paris 8 regroupe en rattachement principal 4 UMR (3A dont 1A+, 1B), ainsi que 26 EA (12A dont 3A+, 9B et 5C) ainsi qu une jeune équipe (B). Il faut ajouter la demande de Paris 8 d une UMR (LAVU), regroupement d une UMR faisant partie du décompte précédent et d une UMR de Paris 10. Cette demande s est vue affecter l appréciation C lors de l évaluation par la section 2 (recherche) de l AERES. De plus, 3 UMR (2A, 1B), 3 EA (3B) rattachées à d autres établissements de la région parisienne sont en rattachement secondaire à l Université de Paris 8. Enfin, 2 UMR et 1 EA relevant de la vague D devraient être en rattachement secondaire à Paris 8. Dans certaines de ces unités, les chercheurs de l université, notamment dans les disciplines dont l effectif de Paris 8 est faible, n entrent parfois que pour une part très modeste. La simple énumération des unités et équipes d accueil tend à élargir de manière quelque peu trompeuse l importance du périmètre de la recherche, comme en témoigne le recensement des équipes et laboratoires pour le quadriennal exposé dans le projet de politique scientifique de l université. Par rapport au précédent quadriennal, 1 EA de Paris 8 (en mathématiques) a rejoint une UMR de Paris 13, deux EA de Paris 8 ont fusionné, une EA et une UMR n ont pas demandé leur renouvellement. Une EA sera examinée lors de la vague D. Enfin 2 EA de Paris 8 ont fusionné avec respectivement une EA de Paris 10 et une ERT de Paris 12, une JE de Paris 8 constitue une EA avec une EA de SUPMECA, 1 JE demande sa reconnaissance en tant que EA. Paris 8 a par ailleurs déposé un projet de fusion d une UMR avec une UMR de Paris 10 (projet LAVU). L établissement s est de plus attaché à une politique de Co-accréditation en liaison avec le projet Condorcet. Les regroupements proposés par l université et la politique de Co-accréditation témoignent d une volonté certaine de réorganisation, qui doit être poursuivie et approfondie. Sur l ensemble du corps enseignant de l université (postes occupés par des permanents), 90,6 % sont des enseignants-chercheurs en regard des 80 % de moyenne au plan national, soit 681 enseignants-chercheurs et 70 PRAG et PRCE (Données Service du personnel de l université en mars 2008). Les données en notre possession donnent en 2006 un effectif de 478 enseignants-chercheurs de l établissement et 211 d autres établissements déclarés dans les unités reconnues. Le nombre d enseignants-chercheurs publiants est de 449 soit un ratio de 65 % inférieur au taux de référence de 72 %. Comme l établissement le déclare dans son bilan on peut regretter le nombre élevé d enseignants chercheurs de Paris 8 non déclarés dans les unités. De plus, il est aussi regrettable que l établissement ne puisse déterminer la part des enseignants-chercheurs non actifs en recherche et ceux qui sont déclarés dans des unités extérieures à Paris 8. La part des chercheurs dans les unités de Paris 8 (9 %) est proche du taux de référence (10 %), toutefois parmi ces chercheurs, le taux de publiants (49 %) est de l ordre de la moitié du taux de référence (84 %). Ces laboratoires sont regroupés dans 5 écoles doctorales. L Université Paris 8 participe à plusieurs réseaux de recherches interdisciplinaires (PPF GEMDEV, PPF RESEIDA, SF Fédération de recherches sur le genre, PPF Genre, pensées des différences, rapports de sexe, PPF Méditerranée-Monde Maghrébin). Enfin il convient de souligner que la MSH Paris Nord (UMS) s appuie sur un noyau dur d équipes de recherche de Paris 8 et Paris 13. 7

9 La complexité de l organisation, la multiplicité des établissements de rattachement rendent la gouvernance des unités de recherche difficile à appréhender et suscitent des interrogations. La stratégie de l établissement en matière de recherche n est pas toujours perceptible quant à ses développements futurs et ses orientations spatiales. Néanmoins, cela ne met pas à mal sa lisibilité au niveau national et international dans des domaines comme les sciences du langage, la littérature, la psychanalyse, et les arts. La politique scientifique de Paris 8 est orientée vers quatre priorités, qui sont le fruit de son histoire et qui lui permettent de se positionner de manière originale dans le panorama parisien des SHS : arts et connaissance (les disciplines artistiques revendiquent leur lien privilégié avec la philosophie et l esthétique) ; l épistémologie des sciences humaines et sociales (l université favorise le lien inter- et pluridisciplinaire, et développe la réflexion autour de l apport des SHS à la connaissance) ; la ville des sciences humaines et sociales (axe inscrit dans le projet de la MSH Paris-Nord, où la ville et l urbain sont traités sous des angles tout à la fois théoriques et pratiques) ; l Université-Monde (dédiée aux travaux interdisciplinaires liés aux relations internationales, dans le cadre européen comme dans le cadre méditerranéen). Des problèmes importants ont surgi dans l UMR AUS à propos du projet de regroupement avec l UMR LOUEST de Paris 10. L UMR AUS (appréciation B) est composée d équipes dont en fait une seule comprend en nombre significatif des enseignants-chercheurs de Paris 8. Les tensions existantes risquent de conduire à un éclatement de cette UMR, ce qui ne serait pas sans conséquence sur la réussite du projet de constitution de l axe ville des sciences humaines et sociales inscrit dans les thématiques de la MSH Paris Nord. II Le service recherche L existence d un tel service comme il en existe dans plusieurs universités est un élément structurant de la recherche. Ce service permet la centralisation et la diffusion des informations concernant la recherche, et en particulier les appels d offre, les bourses et toutes les opportunités qui pourraient être offertes aux doctorants et aux post-doctorants. Depuis le début de l année 2008, deux cellules ont été créées au sein de ce service : - une cellule de valorisation de la recherche chargée d aider les chercheurs à monter des dossiers d appels d offres, de programmes de recherche nationaux et internationaux (ANR, 7 ème PCRDT, etc.) ; - une cellule financière chargée d accompagner les chercheurs dans des opérations financières et dans la gestion budgétaire de leurs crédits de recherche. Globalement les personnels attachés à ce service sont impliqués et expérimentés, mais nécessiteraient d être renforcés, notamment dans la cellule financière. La présidence, consciente de ce manque, devrait y répondre rapidement. Cependant, dans leur fonctionnement, ces cellules ne s appuient pas réellement sur une structuration en laboratoires. En particulier, on peut s interroger sur l opportunité de maintenir plus de 90 centres de responsabilités budgétaires, qui, le plus souvent, sont rattachés à des chercheurs plutôt qu à des entités (laboratoires). Ceci est également confirmé par l écart important entre les prévisions et l exécution budgétaires allant de 20 à 30 % sur un montant d environ 3,3 M. Une gestion financière par laboratoires serait souhaitable et améliorerait sûrement l efficacité de l organisation de la recherche ainsi que le contrôle de gestion. Par ailleurs, une réflexion est en cours sur la participation financière de la recherche aux coûts d infrastructure de l université. Il paraît urgent de la mettre en œuvre. III Le BQR Il existe une politique de BQR basée sur un taux de prélèvement de 13 %. Ce BQR est redistribué à partir de propositions, votées en Conseil scientifique, aux équipes émergentes, aux activités des jeunes chercheurs mais aussi aux colloques et aux publications. Trois fiches sont disponibles sur le site Web de l université définissant des critères dont le caractère est très général. Les colloques et publications bénéficient par ailleurs d une aide du conseil général. L utilisation du BQR nécessite l élaboration de critères plus précis si l établissement veut en faire un véritable outil d incitation à la mise en œuvre d une politique de recherche. 8

10 IV Les partenariats D une manière générale la stratégie partenariale est en cours d élaboration : - hors CPER, elle est peu développée avec le conseil régional dont le nombre d allocations doctorales diminue d année en année ; - proche historiquement de la commune de Saint-Denis ; - très structurée avec Cap Digital, pôle de compétitivité régional audiovisuel/cinéma/multimédia, dans lequel Paris 8 tient une place très active ; en témoigne notamment le fait que la présidence du CA de ce pôle soit exercée par le président de Paris 8 ; il serait souhaitable de développer, au sein de l université, une communication plus importante sur cet atout et, dans ce sens, d établir un lien entre le site internet de Paris 8 et celui de Cap Digital. Les actions en matière de partenariat manquent à l évidence d un véritable pilotage que la multiplication des réseaux individuels rend difficile. La direction de l établissement, consciente de cette situation, tente de construire une politique dans ce domaine. Il reste beaucoup à faire. V Les écoles et la formation doctorales L Université Paris 8 comprend 5 écoles doctorales accréditées, dont 4 écoles propres : - Pratiques et théories du sens (ED 31) ; - Esthétique, sciences et technologies des arts (ED 159) ; - Cognition, langage et interaction (ED 224) - Sciences sociales (ED 401). Elle compte également une école Co-accréditée avec l Ecole nationale des ponts et chaussées et avec l Université de Marne-la-Vallée, l école Ville et environnement (ED 448 hors vague C), à laquelle est rattachée l UMR AUS. Les quatre écoles doctorales propres à Paris 8 regroupent l ensemble des unités de l université et sont toutes multidisciplinaires en recouvrant la totalité des disciplines de l université. Les évaluations de l AERES font apparaître que les ED 31, 159, et 224 constituent des composantes scientifiques et pédagogiques de grande qualité, dans l ensemble très bien évaluées, en dépit d une communication parfois balbutiante et d un pilotage peu affirmé. L ED 401 doit procéder à des réformes de fonctionnement assez importantes pour pouvoir tirer parti de tout son potentiel. Le projet de politique scientifique et de formation doctorale reconduit ce dispositif en l adaptant bien sûr aux restructurations nécessaires de certains laboratoires. D une manière générale, ces écoles peuvent compter sur le dynamisme et l enthousiasme des doctorants, qui manifestent un fort désir d implication, et avec lesquels elles doivent renforcer la concertation. Les doctorants constituent une spécificité de l Université Paris 8 par leur nombre très important, plus de 1 800, pour les quatre écoles doctorales propres à Paris 8, dont près de 65 % de doctorants de nationalité étrangère (source établissement). Ce chiffre est à mettre en regard des 250 thèses soutenues par an. De toute évidence le nombre important de doctorants étrangers pose la question du suivi des thèses, mais aussi et surtout du suivi des diplômés. Une association a été créée en 2003, dont les activités sont quasiment au point mort, mais qui semble pouvoir être réactivée. On note l existence de 150 thèses en cotutelle. Les ratios soutenances/1 ers inscrits sont environ de 50 % à 60% pour les trois premières écoles et ont diminué très sensiblement au cours du contrat atteignant 24% en pour l ED 401. D une manière générale l étude des données sur les thèses soutenues par rapport au nombre d inscrits et de premiers inscrits montrent que le taux d abandon est important. La durée moyenne des thèses et le taux moyen de thèses par encadrant sont corrects avec cependant une disparité importante pour l ED 31. 9

11 On compte 30 allocataires par an dont 6 bourses École normale, et 30 ATER environ. Il existe très peu de bourses CIFRE. Le financement des thèses est donc un problème important pour l Université Paris 8, comme pour la plupart des universités à dominante SHS. On précisera que la dotation allouée aux quatre ED varie entre (ED 401), (ED 224), (ED 159) et (ED 31). La dotation est insuffisante si l on prend en considération le fait que le niveau D représente à Paris 8 un secteur très important de l enseignement, et que c est à la formation doctorale que l Université Paris 8 doit son rayonnement international. La formation doctorale de Paris 8 s est dotée en 2003 d une structure administrative de mutualisation : la cellule de coordination des écoles doctorales, qui a principalement une mission d assistance auprès des directeurs d écoles et des doctorants. La cellule, dirigée par une coordinatrice et une coordinatrice adjointe, pilote les secrétariats de chacune des écoles, rassemblés dans un espace administratif commun. Ce dispositif favorise grandement l établissement, la mise en application de normes administratives et quantitatives communes ainsi que la gestion d un calendrier unique pour l inscription et le suivi des doctorants et jeunes docteurs. La cellule a en charge le développement des outils de pilotage, la communication interne et externe, le suivi des relations avec les partenaires publics ou privés et la préparation des sessions d admission en doctorat. Elle propose en outre des sessions de formation à la connaissance de l environnement socio-économique, aux débouchés professionnels et aux stratégies de recherche d emploi. Une antenne Association Bernard Grégory y est implantée afin de développer l aide à l insertion des doctorants et docteurs. La cellule propose également des ateliers de formation aux outils de bureautique, à la rédaction de CV, à la recherche bibliographique et documentaire en collaboration avec la bibliothèque de l université. Elle est également chargée des campagnes d allocations de recherche et assure la remontée des informations sur le suivi des doctorants. La cellule de coordination des écoles doctorales a donc un champ d activités très étendu, et joue à cet égard un rôle déterminant dans la qualité de la formation doctorale de Paris 8. Le projet de contrat prévoit fort pertinemment une mutualisation des fonctions entre les personnels affectés au service de la recherche (avec une cellule financière et une cellule de valorisation de la recherche) et ceux de la coordination des écoles doctorales. Cette mutualisation est d autant plus souhaitable que c est, d ores et déjà, au travers du site internet du service recherche que les doctorants peuvent accéder à une information complète et utile sur leur formation. L expertise in situ a montré qu un effort particulier devait être consenti en direction du suivi des docteurs, encore balbutiant. De même, il semble qu une meilleure coordination avec les directeurs de laboratoires soit nécessaire concernant les informations relatives aux dates de soutenance de thèses. Le spectre d activités de la cellule, qui est considérable, devrait conduire l université à renforcer les moyens humains et techniques qui lui sont alloués à l heure actuelle. Le fichier des doctorants est traité sur un logiciel qui semble incompatible avec une base de données centrale, et rend ainsi l exportation difficile. Cette question n est pas propre aux écoles doctorales et renvoie plus généralement au système d information de l établissement. VI La valorisation de la recherche La création d une cellule valorisation dans le service recherche devrait permettre dans les prochaines années l essor de la valorisation. L objectif de cette cellule, comme cela a déjà été dit, est d aider les chercheurs à monter des dossiers d appels d offres et de programmes de recherche nationaux et internationaux. Elle joue de plus un rôle de veille, diffusant sélectivement des appels d offres aux chercheurs. Là aussi il apparait que le mode de fonctionnement privilégie les chercheurs comme individus plutôt que les laboratoires comme structures. Le projet de l université décline plusieurs objectifs intéressants qui auraient dû être initiés bien plus tôt, en particulier celui d avoir une connaissance fine des productions scientifiques de ses équipes de recherche en demandant à la cellule de prospecter les laboratoires pour obtenir une telle connaissance. De 2005 à 2007, 16 projets ANR (source établissement) ont été retenus dont seulement deux en 2007 (un en SHS et un en STI), pour un montant de euros. Pour 2008, deux projets ANR ont été retenus, pour une somme de euros. 10

12 Par ailleurs, un certain nombre de projets ont obtenu en 2008 des financements des partenaires publics et des collectivités (Ministère, Région, etc.) pour un montant de près de euros. Une analyse des laboratoires impliqués tant dans ces projets que dans les projets ANR montre qu en réalité peu de laboratoires de Paris 8 sont concernés. En outre, ces financements ont été principalement attribués à deux laboratoires de cognition, les laboratoires de sciences humaines étant relativement absents de ces démarches. Un SAIC a été créé. Au cours du contrat quadriennal , 15 contrats de recherche ont été passés avec des entreprises pour un montant total de euros. Le SAIC gère un budget d environ 1 M avec là encore de nombreux centres de responsabilités budgétaires et une comptabilisation de la TVA qui reste à clarifier. A noter que la pluri-annualité des budgets recherche et SAIC n est pas spécialement prise en compte et ne respecte pas le principe d annualité budgétaire. Il faudrait renforcer la coopération entre la cellule de valorisation et le SAIC. Le chantier de la valorisation est en cours. Il faudrait construire une base de données, créer un site, relancer le partenariat avec des organisations extérieures et redoubler les séances d information vers les laboratoires. Les Presses Universitaires de Vincennes Ces Presses sont un service commun de l université, dirigées par un enseignant-chercheur, avec une responsable administrative depuis Elles existent depuis 1982 et produisent environ 15 ouvrages nouveaux (10 livres tirés à environ 700 exemplaires, 5 revues avec un tirage de 400 à 700 exemplaires) par an. Le fonds est constitué de 313 titres ce qui donne un bilan de exemplaires depuis la création des PUV. Diverses équipes de recherche d établissements autres que Paris 8 participent partiellement au financement des PUV et des chercheurs de ces équipes y publient. Les PUV ont bénéficié, dans le cadre d un PPF, d une attribution de euros par an au cours du quadriennal L université demande le renouvellement du PPF à hauteur de euros pour le quadriennal De 2005 à 2007, les ventes ont rapporté aux PUV une somme de euros. Les ventes de livres en librairie progressent lentement, s élevant à environ exemplaires en moyenne annuelle de 2003 à Cela représente donc 50% du tirage annuel de livres. Les problèmes des invendus et dans une moindre mesure du stockage (l université met à disposition des PUV un local de 500 m 2 ) se posent Par ailleurs la fixation des prix n est visiblement pas basée sur une comptabilité analytique. Seules deux revues sont classées par le CNRS, d autres sont toutefois reconnues scientifiquement. Il conviendrait à l évidence de bâtir une politique scientifique éditoriale et de diffusion plus affirmée. Enfin, après l échec du projet de SAIC édition en partenariat avec Paris13, l université devrait envisager de confier la gestion financière des PUV au SAIC de l université. 11

13 12

14 Stratégie en matière de formation I Les formations générales La période a été marquée par une décroissance rapide des effectifs de l université : étudiants en contre en (Source DEPP). Bien que s observant dans toutes les universités à dominante sciences humaines et sociales, cette baisse, qui n est pas homogène entre les disciplines de l établissement, est légèrement plus accentuée à Paris 8. En licence l université propose une structuration en cinq domaines de formation: Arts, Droit, Lettres et langues, Mathématiques-informatiques et technologie, Sciences humaines et sociales ; il en résulte 40 mentions de licence dont 7 professionnelles. L existence de champs disciplinaires majeurs et mineurs permet aux étudiants de travailler sur une base vraiment multidisciplinaire et, en même temps, de redynamiser certaines disciplines insuffisamment dotées pour assumer seules une formation en licence. En master l offre de formation est structurée en six domaines. Les cinq domaines de la licence sont complétés par un domaine Culture et communication en partenariat avec l Université Paris 13. Au sein de ces domaines de master, 34 mentions ont été mises en place, au sein desquelles il existe 91 spécialités. La déclinaison par domaines de cette offre de formation et la pluridisciplinarité affichée des cursus ne peuvent pas produire leur plein effet en raison du cloisonnement du fonctionnement des composantes. L offre de formation s appuie cependant sur de larges compétences, internationalement reconnues. De ce point de vue, l établissement présente une offre dans le domaine art ; non répertorié au plan national, ce domaine constitue une réelle spécificité de Paris 8. Dans l ensemble il reste des progrès considérables à faire avant que l université n atteigne les normes des standards européens en ce qui concerne l assurance de la qualité des enseignements. Le supplément au diplôme notamment n est pas encore délivré. Un formulaire d évaluation préparé par le CEVU existe mais sa mise en œuvre rencontre encore des résistances au sein des composantes. De manière générale, les bonnes pratiques observées dans certaines UFR et instituts devraient être diffusées dans toutes les composantes Les efforts incontestables de l université (mandat au CEVU de réaliser un état des lieux des pratiques pédagogiques en Septembre 2007) n empêchent pas des résistances ayant pour conséquences le maintien de certains cloisonnements entre des composantes. Ces cloisonnements empêchent le dialogue et compromettent le renforcement de la pluridisciplinarité. De plus cela rend difficile pour l établissement d avoir une vision d ensemble des forces et des faiblesses qui caractérisent ces composantes Implantée dans un territoire en profonde mutation sociale et économique, Paris 8 accueille une population d étudiants dont les caractéristiques diffèrent de la moyenne des universités françaises. Elle compte en effet, notamment au niveau du premier cycle, une proportion importante d étudiants socialement défavorisés ainsi qu une part plus faible que la moyenne du groupe disciplinaire de titulaires d un bac général. Ceci explique sans doute les taux d abandon très importants au cours du premier cycle. De la même manière, on peut analyser ces données au regard des taux de réussite, qui restent encore relativement faibles, même en prenant en compte l explication avancée par l université d un choix d assiette plus large (le nombre d inscrits) pour calculer ces taux. De réels efforts sont pourtant mis en œuvre au sein de l établissement pour améliorer les conditions de la réussite. Ainsi, les enseignants-chercheurs sont-ils parfois amenés à réaliser un travail social qui non seulement semble quelque peu en rupture avec la mission première des enseignants du supérieur mais qui en outre ne serait pas pensable dans de grandes institutions universitaires à l étranger. Par ailleurs, le SCUIO-IP, qui réalise toutes les missions qui lui incombent (information, portes ouvertes, salons, accompagnement, formation au tutorat, orientation, etc.), n hésite pas à mettre en place un certain nombre de dispositifs innovants comme les groupes de parole, ateliers permettant à des petits groupes d étudiant de L1 de faire le bilan de leur rentrée et de leur insertion à l université. Ce type d innovation destiné à améliorer la réussite est d ailleurs propre à Paris 8 qui a été pionnière en la matière : développement du concept d alter-semestre, projet de création d un service d appui général à la propédeutique, etc. 13

15 Le manque d adéquation entre ces efforts et les résultats de l université est donc à rechercher ailleurs. Il tient sans doute à la difficulté de mettre en œuvre un pilotage efficace au niveau de l établissement, de la politique de formation et à sa dilution au travers des initiatives prises, souvent sans coordination, entre les différents services et composantes de l établissement. Ainsi, les composantes ne semblent-elles pas rechercher à travailler ensemble afin d unir leurs moyens sur telle ou telle problématique, tout au plus se disent-elles disponibles pour échanger entre elles. Ces actions isolées sont par conséquent très disparates. Certaines se révèlent intuitivement très efficaces alors que d autres restent confidentielles ou ne profitent qu à un très petit nombre d étudiants. A titre d exemple, les dispositifs de tutorat sont multiples, certains sont organisés au niveau de l université et d autres au niveau des UFR, le tout manquant indéniablement de cohérence et de systématisme. Parallèlement, le CEVU a eu de la peine à s imposer, malgré la volonté affirmée de l équipe présidentielle actuelle de rendre à cette instance son rôle de discussion et de définition d une politique globale et cohérente à l échelle de l établissement. Le CEVU n est en effet pas apparu comme constituant un moteur dans la mise en œuvre de la réforme LMD en 2005 et il arrive difficilement à coordonner l accompagnement pédagogique mis en place par les composantes ou leurs départements. Le LMD a en effet été piloté en 2005 par une cellule de coordination du LMD, ce qui paraît à la fois astucieux en termes de soutien au niveau de l expertise juridique et administrative, mais aussi étrange en termes de pilotage administratif de la stratégie de l établissement. La persistance d une responsable de cette cellule de coordination, pourtant dissoute en 2007, ne contribue pas à renforcer la lisibilité et le rôle du CEVU. L action de cette responsable apparaît aujourd hui très floue. Il semble qu elle tente de coordonner les innovations pédagogiques des UFR, notamment en formant un lien entre UFR et CEVU, en travaillant avec les scolarités. Enfin, Les directions d études, équipes pédagogiques, équipes de formations, prévues par la réforme LMD ne sont pas opérationnelles à Paris 8. Il faut cependant noter la volonté de la direction actuelle pour piloter son offre de formation en s appuyant sur le CEVU, en particulier par l élaboration d une lettre de cadrage, mais les résultats de la mise en œuvre sont encore inégaux. On peut néanmoins espérer que l actuel plan d aide à la réussite, qui suscite beaucoup d attentes parmi les parties prenantes, permette de fédérer ces initiatives isolées et d articuler l action des différentes composantes afin de rendre plus lisibles les efforts entrepris en matière d aide à la réussite. Signalons enfin le travail accompli en matière de collecte de la taxe d apprentissage, qui en 2007 s est élevée à euros et qui s accompagne d un travail d information et de communication sur les filières professionnalisantes de l université. II La formation à distance Considérée dans le bilan du contrat quadriennal comme l une des étoiles stratégiques de l université, l Institut d enseignement à distance constitue l une des composantes les plus dynamiques et innovantes de Paris 8. Cet institut, qui propose 15 formations relevant de quatre champs disciplinaires (psychologie, sciences de l éducation, droit, informatique) compte, en 2008, étudiants et constitue de ce fait la composante la plus importante de Paris 8. Sur la période , ces effectifs, répartis dans 54 pays du monde, ont connu une progression constante, due à la diversification de l offre. Le fonctionnement de l institut repose sur une plateforme EAD donnant accès à des supports de cours ainsi qu à un enseignement de troisième génération et permettant aux étudiants, personnels administratifs et enseignants de communiquer. Enfin, le bilan de Paris 8 fait état de taux de réussite satisfaisants parfois même supérieurs à ceux des enseignements traditionnels. Si le succès de cette composante est louable, on peut en revanche déplorer ce qui apparaît comme un comportement relativement autarcique. Bien que régi par l article 33 de la loi de 1984, cet institut n hésite pas à se qualifier lui-même de mini-université. Les frais d inscriptions tout d abord, qui varient considérablement d un niveau et d une discipline à l autre (de 265 à euros) sont fixés par l institut lui-même et approuvés par le Conseil d administration de l université. Ils peuvent même être plus élevés et s apparenter aux tarifs de formation continue dès lors que les étudiants obtiennent des subventions. Ce sont ces frais d inscription qui alimentent l important budget de l IED ( euros), dont 55 % est réservé aux rémunérations, 32 % au fonctionnement pédagogique et le reste au fonctionnement administratif ainsi qu à l équipement. L IED dispose par ailleurs de 14,8 ETP IATOSS ainsi que de sa propre scolarité pour les inscriptions administratives et pédagogiques. Cette autonomie est encore plus frappante en ce qui concerne le cursus de psychologie. Tout d abord, l IED a deux fois plus d étudiants en psychologie que l UFR 7. Par ailleurs, l IED dispose de ses propres enseignants (au nombre de 16), dont un PR (le directeur de l IED lui-même), distincts de ceux de l UFR de psychologie ainsi que de 28 chargés 14

16 de cours. C est d ailleurs cette particularité, associée au fait que l IED propose un cursus complet dans la matière, qui lui a valu d être qualifié d UFR 7 bis (l UFR 7 étant celle de psychologie), même si le champ d intervention de l IED va au-delà de cette discipline. Or on peut s interroger sur la pertinence de la coexistence de deux formations parallèles en psychologie. Pour les autres disciplines, l IED travaille en partenariat avec des enseignants des départements concernés, auxquels s ajoutent 8 correcteurs-tuteurs ainsi que 63 chargés de cours. Par ailleurs, HC sont payées par l IED qui déplore d avoir le plus faible ratio enseignants/étudiants. Il peut cependant paraître curieux de comparer ce type de ratio avec les autres composantes dans un institut dont les modalités d enseignement ne sont pas du tout les mêmes qu en présentiel. Par ailleurs, la question de savoir comment les services des enseignants qui ne font aucun présentiel sont calculés n a pas obtenu de réponse très précise, une consultation ayant apparemment été prévue à la rentrée pour rechercher un système de calcul adéquat. Enfin, on peut regretter que le système d EAD adopté par l institut contraste aussi fortement avec la pauvreté des ressources du reste de l université en la matière. Des mutualisations ou une extension de cette plateforme aux autres formations pourraient pourtant être envisagées. III La formation permanente Ce service semble lui aussi constituer l une des forces de l université. Avec un chiffre d affaires de 3,5 millions d euros en 2006, son activité a atteint un niveau élevé et important pour l université. La structure de l offre s organise à 73 % autour de quatre pôles : management des ressources humaines (23 %), droit de la santé (20 %), santé mentale et thérapie (17 %), langue des signes française (13 %). La mise en place de la modularisation qui permet aux étudiants de ne s inscrire qu à certains modules d une formation est un modèle qui pourrait être suivi ailleurs dans l université. La nouvelle direction de ce service devrait permettre à l université de progresser rapidement dans ce domaine, ajoutant d autres formations à celles qui existent déjà, surtout en ce qui concerne la création de formations diplômantes courtes. La construction de locaux sur le site de l université amènera une économie importante, le service n étant plus obligé de louer des salles coûteuses dans Paris. IV Le service commun de documentation La bibliothèque est située au cœur du site principal de l université et crée un lien physique entre les bâtiments répartis de part et d autre de l avenue Stalingrad. Le service commun de documentation (SCD) constitue un outil privilégié qui correspond aux attentes de son public universitaire. L université décrit le SCD comme un symbole de l interdisciplinarité qui la caractérise. Pour les étudiants et les enseignants-chercheurs, les actions du SCD sont pleinement associées à la politique de l établissement. Le directeur du SCD est invité à toutes les réunions des trois conseils, CA, CS et CEVU. La bibliothèque est à la fois une bibliothèque universitaire et une bibliothèque publique, ce qui peut, parfois, conduire à des décisions difficiles en ce qui concerne les acquisitions. Elle achète plus de volumes de monographies pour plus de titres, toutes disciplines et niveaux confondues (chiffres de 2006), ce qui fait qu elle se place parmi les bibliothèques les plus actives en sciences humaines et sociales. Bien que le projet de contrat quadriennal définisse des axes de développement de la documentation, il manque une vision stratégique qui pourrait faire évoluer cette bonne bibliothèque d établissement en une ressource régionale et nationale de toute première qualité. La bibliothèque manque de place pour ses collections futures; il est donc indispensable qu une stratégie soit élaborée pour assurer son développement: quelle est sa politique en ce qui concerne l acquisition de fonds divers (livres, CD, périodiques, documentation)? Quel public doit-elle servir? Le service, très apprécié par ses utilisateurs, devra faire l objet d une étude détaillée, qui tienne compte d une situation évoluant très rapidement. 15

17 16

18 Stratégie en matière de vie étudiante I L appréhension d un public atypique L Université Paris 8 accueille sur ses sites un public d étudiants tout à fait atypique. Cet atypisme, dont il a déjà été fait état précédemment, est à l origine de particularismes dont l université doit tenir compte dans le développement de sa stratégie. 1 L Université-Monde et le communautarisme Forte d un un taux de 35 % d étudiants étrangers (contre moins de 15 % pour la moyenne nationale), Paris 8 a fait de l accueil de ces étudiants une tradition. Si cet accueil a pu connaître des difficultés dans les années passées, aujourd hui la situation est bien meilleure. Ceci a été rendu possible par un investissement important au plan administratif. Ainsi, la scolarité dédie un service administratif identifié à ces étudiants leur permettant un accompagnement précieux. Par ailleurs, la présidence a mis en place une commission permettant de gérer les cas d étudiants sans papiers, qui a pour but d associer à l action des services de la préfecture, une vision pédagogique utile. Des enseignements de français sont également proposés aux étudiants tout au long de l année universitaire. L accueil des étudiants étrangers est en outre facilité par la présence d associations communautaires, identifiées dans le guide des étudiants ainsi que dans un annuaire des associations, qui sont des publications de qualité. Si le nombre important de ces associations se porte garant de leur diversité et de leur richesse, il constitue néanmoins un écueil à la lisibilité du tissu associatif. Cette absence de lisibilité est renforcée par une localisation difficile, l université n étant pas en mesure, malgré de réels efforts, de fournir les locaux à chacune d entre elles. Quand bien même des locaux leur sont prêtés, ceux-ci sont étalés sur le campus, essaimant ainsi le tissu associatif et l affaiblissant d autant. La constitution de ces associations aux buts très fortement similaires s effectue davantage à partir de petits groupes rassemblés autour d un projet ponctuel qu en vertu d une mission ; certaines d entre elles ont par ailleurs une vocation représentative au sein des conseils de l université, alors que d autres non. Cette organisation disparate ne facilite pas leur association à la gouvernance de l université. La prise en compte de ces populations caractéristiques se matérialise par une collaboration active avec les institutions partenaires de l université : la Préfecture d une part et le CROUS d autre part. En la matière en effet, une réelle politique de site est menée en concertation avec le directeur du CROUS. Il en va ainsi de la politique de logement et de restauration. Ces actions permettent à Paris 8 de figurer parmi les universités du nord de Paris les moins mal loties. 2 La prise en compte d une réelle richesse culturelle L université, forte de ses composantes liées aux arts et prenant appui sur la diversité de ses étudiants, a développé une politique culturelle tout à fait remarquable. Pour ce faire, le président de l université s est entouré de deux chargés de mission, qui encadrent le service de l action culturelle et artistique (ACA). L ACA développe une politique d action culturelle en concertation avec les acteurs locaux donnant lieu à de multiples conventions, en matière de théâtre par exemple, mais aussi en articulation avec les associations étudiantes. On peut néanmoins regretter que les actions du service et des chargés de mission soient autonomisées, la présence du responsable de l ACA au CEVU ne traduisant pas forcément de vraies discussions stratégiques sur son action L ACA gérait jusqu à cette année le FSDIE, régi par des règles précises, ce qui témoigne d une grande volonté d optimisation des fonds utilisés. Près d une centaine de projets ont ainsi été financés chaque année avec des vocations essentiellement culturelles (80 %). La gestion du FSDIE par l ACA permettait dans une certaine mesure de mettre en cohérence les initiatives étudiantes et les actions culturelles. Il faudra veiller au maintien de cette cohérence lorsque la gestion de ce fonds sera confiée au BVE. 17

19 On peut néanmoins s interroger sur certaines des règles aujourd hui en vigueur, comme le plafond de euros, pour le financement des projets, peu propice au développement de projet ambitieux en termes d animation du campus. Il sera en outre nécessaire de définir avec précision le rôle du FSDIE et la manière dont il contribue à la stratégie de vie étudiante développée par l université, avec le vice-président étudiant et au sein du nouveau BVE. II L attention portée aux problématiques de santé étudiante Les questions de santé étudiante constituent l un des points forts de l université. Ainsi, la question du handicap est portée par un chargé de mission qui non seulement est placé auprès du président de l université mais qui bénéficie en outre d un support administratif volontariste. Un budget de euros est par ailleurs consacré à cette action, qui s effectue en étroite collaboration avec le service du patrimoine de l université. Cette problématique érigée au niveau politique a été traitée en CEVU et donne lieu à une médiatisation importante au sein de l université. Le service opère également en liens étroits avec les institutions hors l université comme le conseil général, les MDPH ou encore directement avec des prestataires de services. Il faut également souligner la qualité de l action du service de médecine préventive qui est centre de vaccination et centre de planification familiale universitaire, Il propose aux étudiants des bilans de santé gratuits, en convention avec la CPAM, ainsi que la présence quotidienne d un psychologue et d un psychiatre. Il fixe également un programme de prévention annuel en concertation avec les parties prenantes des collectivités locales, la caisse primaire, des mutuelles, etc. Cependant, l activité du service est autonomisée et ne fait pas partie d une politique globale de l établissement, même pour les questions de prévention. Bien que de qualité, ce service souffre en effet d une absence de stratégie. III La vie étudiante et la gouvernance de l établissement 1 L absence d impulsion centrale en matière de vie étudiante La faiblesse relative du pilotage, déjà évoquée en matière de pédagogie, est également visible en matière de vie étudiante. Il en est ainsi notamment s agissant de la dimension sanitaire, comme cela vient d être souligné. Ainsi, les questions culturelles ou sportives, à l exception des problématiques financières rencontrées dans ce domaine au plan national, ne sont-elles pas abordées en CEVU. Dès lors, il devient très difficile d identifier une quelconque stratégie en matière de vie étudiante. Cette autonomisation se traduit par une gouvernance discutable des entités en question. L ACA est un service commun qui ne réunit jamais son conseil de service et dont la composition est inconnue des intéressés : c est un service commun qui fonctionne selon les modalités d un service central, mais sans pilotage administratif. Le SCUIO ne dispose pas même d un conseil de service, alors même qu il s agit d un service commun. Quant à la médecine préventive, elle réunit son conseil de service sans étudiants alors qu ils sont censés être représentés par deux élus. En matière de vie étudiante, l université gagnerait à définir une stratégie claire, que les composantes et les services pourraient ensuite décliner. Il serait souhaitable que cette stratégie s articule non seulement avec les outils dont disposent l université, comme le FSDIE, mais également avec les associations étudiantes, et qu elle soit évaluable. 2 Le rôle de la vice-présidence étudiante L université Paris 8 a posé le principe d une vice-présidence étudiante sous le mandat du précédent président. Toutefois, celle-ci n a vu le jour et ne s est réellement développée que depuis l arrivée de la nouvelle équipe. Bien que sa mise en place ait été mouvementée, en raison de l environnement social étudiant de l époque, la vice-présidence étudiante s est aujourd hui réellement installée. Cette installation s est matérialisée par un bureau, située dans les locaux de la présidence de l université. L étudiant vice-président est membre du bureau et paraît travailler en étroite collaboration à la préparation des CEVU où il dirige les parties de réunions consacrées aux dossiers qu il gère lui-même. Il co-préside avec le vice-président du CEVU plusieurs commissions. Ces constats symboliquement très forts paraissent très prometteurs pour le développement du rôle de l étudiant vice-président, même si cette fonction, qui n a été réellement mise en place qu en septembre 2008, reste à pérenniser. 18

20 Cette naissance renaissance tout à fait récente se réalise en effet dans un cadre nécessairement adaptatif. Ceci explique en partie que les objectifs et le périmètre d action du vice-président ne soient en réalité pas aussi limpides qu on ne veut bien l afficher. Néanmoins, l université présente là encore la volonté de développer une nouvelle forme de gouvernance, permettant de définir une stratégie claire en matière de vie étudiante. La vice-présidence étudiante ne pourra clairement jouer son rôle que si son association au Bureau de l université se pérennise, et que celle-ci dispose des moyens politiques lui permettant d élaborer une réelle politique de vie étudiante, avec le reste de l équipe présidentielle, le CEVU et les composantes. Le FSDIE et le BVE font assurément partie de ces moyens dont on ne peut pas à ce jour conclure s ils s intègrent à ce dispositif politique. 3 Le rôle du BVE Le bureau de la vie étudiante est lui aussi le fruit d une naissance difficile. En effet, créé pendant l année universitaire par la nouvelle équipe, il s est matérialisé par l aménagement d un local ouvert aux étudiants issus d associations ou élus dans les conseils. Or, durant les manifestations anti-lru, ce local équipé de moyens informatique a été cambriolé et littéralement pillé, portant ainsi un coup d arrêt à son développement. A la rentrée 2008, les deux vice-présidents du CEVU, enseignant et étudiant, en plein accord avec la direction actuelle de l université, affirment vouloir réhabiliter le BVE, manifestent la volonté de lui donner tous les moyens nécessaires pour remplir ses missions et sont à la recherche de solutions viables en ce sens. Néanmoins, la naissance du BVE ne se limite pas à la création d un lieu destiné aux étudiants élus dans les conseils ou membres des associations reconnues par l université. Elle se concrétise aussi par un pan administratif puisqu un personnel attaché de l ASU est affecté depuis la rentrée 2008 au développement du bureau. Le BVE se matérialise aujourd hui par trois volets en développement : un volet politique, la vice-présidence étudiante ; un volet administratif, le personnel affecté ; un volet identitaire, le lieu d accueil des étudiants engagés dans la vie de l université et du campus en général. Toutefois, ces trois volets ne sont pas véritablement installés à la rentrée 2008 et leur articulation reste floue. La fonction du local du BVE n est pas claire et sa mission reste sibylline. Le rôle du personnel administratif paraît lui aussi abscons et s il semble administrativement rattaché au secrétaire général, celui-ci n en est à l évidence pas le responsable politique ou, à tout le moins, fonctionnel. Il serait naturel que ce rôle soit assumé par la vice-présidence étudiante du CEVU. Or ce lien fonctionnel n a pas été présenté comme tel. Les missions administratives du BVE sont encore imprécises : seul le rôle de gestion du FSDIE a pu être mentionné. Cette absence de visée stratégique ne peut qu interpeller dans la mesure où le BVE n a d intérêt que s il constitue le bras administratif de la politique en matière de vie étudiante définie par l équipe présidentielle en concertation avec la vice-présidence étudiante du CEVU. Le besoin patent d un pilotage stratégique de la vie étudiante au travers du BVE est d autant plus préoccupant que l université Paris 8 disposera dans quelques mois d une maison de la vie étudiante dont le rôle ne fait guère l objet d une vision stratégique plus précise. En somme, le BVE peut et doit constituer pour Paris 8 un outil puissant de soutien à la politique en matière de vie étudiante. 19

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ocean indien : géographie et histoire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit privé de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université

Plus en détail

Licence professionnelle Bibliothécaire

Licence professionnelle Bibliothécaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Bibliothécaire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie, gestion, administration de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Licence Lettres appliquées

Licence Lettres appliquées Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Lettres appliquées Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Scénarisation multimédia de contenus de formation en ligne de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Education, travail et formation de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Licence professionnelle Communication visuelle

Licence professionnelle Communication visuelle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Communication visuelle Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Licence Science politique

Licence Science politique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Science politique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Licence professionnelle Éditeur

Licence professionnelle Éditeur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Éditeur Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international et européen de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques - Economie de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes anglophones de l ENS Cahan Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes En vertu

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Chimie et biologie de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Audit, contrôle, finance de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et management publics de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Modélisation et décision dans le risque de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Communication scientifique et technique de l ENS Cahan Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des systèmes d information de la paie

Licence professionnelle Gestion des systèmes d information de la paie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des systèmes d information de la paie Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Biologie et bioingénierie crâniennes, faciales, et dentaires de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Licence Humanités, Culture humaniste et scientifique

Licence Humanités, Culture humaniste et scientifique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Humanités, Culture humaniste et scientifique Université Bordeaux Montaigne (déposant) Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et société de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit public de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Licence professionnelle Management, logistique, transport

Licence professionnelle Management, logistique, transport Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management, logistique, transport Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Médiation culturelle de l Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et mathématiques de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit et gestion de la santé de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit des affaires et fiscalité de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur avril 2008 Les références européennes pour l auto-évaluation 1 Le processus de Bologne qui vise à créer un espace européen d enseignement

Plus en détail

Licence Arts, mention Arts du spectacle et audiovisuel

Licence Arts, mention Arts du spectacle et audiovisuel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Arts, mention Arts du spectacle et audiovisuel Université Bordeaux Montaigne Vague A 2016-2020 Campagne d évaluation 2014-2015 Formations et diplômes

Plus en détail

Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine

Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine Formations et diplômes Rapport d évaluation Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université des Antilles et de la Guyane Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Information et communication de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Arts du spectacle - Cinéma de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales

Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences humaines et sociales de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Formations et diplômes. Licence Sociologie

Formations et diplômes. Licence Sociologie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sociologie Université Centre Universitaire Jean-François Champollion CUFR, Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J (déposant) Campagne d évaluation

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Histoire de l Art Centre François-Georges Pariset EA 538 sous tutelle des établissements et organismes : Université Michel de Montaigne

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Master Management des systèmes d information

Master Management des systèmes d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des systèmes d information Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

Master Management socio-économique

Master Management socio-économique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management socio-économique Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Genre, pensées des differences, rapports de sexe de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie mathématique de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Expertise internationale de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

LIVRE DES REFERENCES

LIVRE DES REFERENCES LIVRE DES REFERENCES LES REFERENCES DE L'ASSURANCE DE LA QUALITE DANS LES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR 17 novembre 2003 CNE - novembre 2003-2/28 AVERTISSEMENT Ce document a été préparé par un

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Savoie Mont Blanc - USMB. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Savoie Mont Blanc - USMB. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit privé Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Panthéon-Assas Vague D - 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence STAPS - Education et motricité de l Université des Antilles et de la Guyane Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Licence Economie et gestion

Licence Economie et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Licence Philosophie. Université Bordeaux Montaigne. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Licence Philosophie. Université Bordeaux Montaigne. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Philosophie Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau de la mention : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau de la mention : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Evaluation des diplômes Masters Vague E Evaluation réalisée en 2013-2014 Académie : Versailles Etablissement déposant : Université Paris-Sud Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des entreprises de l'hôtellerie et de la restauration de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Tourisme. Université Lumière - Lyon 2. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Tourisme. Université Lumière - Lyon 2. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Tourisme Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président En vertu

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité, contrôle, audit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit privé, sciences criminelles et carrières judiciaires de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Sciences des matériaux de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Licence professionnelle Management des services de transport de voyageurs

Licence professionnelle Management des services de transport de voyageurs Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management des services de transport de voyageurs Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Marketing opérationnel de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises (MIAGE) de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Lettres de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

étudier à lyon 3 guide de l offre de formation www.univ-lyon3.fr

étudier à lyon 3 guide de l offre de formation www.univ-lyon3.fr étudier à lyon 3 www.univ-lyon3.fr guide de l offre de formation ÉTuDier à lyon 3 découvrez notre offre de formation détaillée en fin de guide, à l AIde de nos fiches de présentation par diplômes un Cadre

Plus en détail

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 401

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 401 Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de l'école doctorale n 401 Sciences sociales de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D - 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques et applications aux sciences et à la finance de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle assurances de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Licence professionnelle Management de l évènementiel

Licence professionnelle Management de l évènementiel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management de l évènementiel Université de Pau et des Pays de l Adour (UPPA) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

Master Management des ressources humaines

Master Management des ressources humaines Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des ressources humaines Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire, patrimoine et technologies numériques de l Ecole Nationale des Chartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Rentrée 2012. Présentation de l université

Rentrée 2012. Présentation de l université Rentrée 2012 Présentation de l université Président de l université Loïc Vaillant 6 Vice-Présidents enseignants et 2 VP étudiants : Études Recherche, études doctorales et valorisation Relations internationales

Plus en détail