Les Cent Jours à Marseille

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Cent Jours à Marseille"

Transcription

1 Les Cent Jours à Marseille (Journal de Madame Pellizzone) Les Mémoires tenus en forme de Journal par un observateur qui sait voir et qui sait raconter n'abondent pas. II ln'est pas rare aussi que ceux qui les détiennent ignorent l 'intérêt qu'ils présentent ou, le connaissant, n'acceptent pas de les communiquer. Le Journal dont nons tp-ublions un extrait nous avait été signalé, il y a plusieurs années par M. Villard, directeur des services d 'Archives du département. Son propriétaire, descendant de la rédactrice, M. Edouard Bassompierre, l'avait alors mis à notre disposition avec une extrême générosité. Madame Edouard Bassompierre ~ bien v.,ulu nous témoigner aujourd'hui la m ême bienveillance. Grâce à son autorisation 1 nous avons pu faire au manuscrit de larges eroprunts. Et s'il n 'a pas paru possible actuellement de publier intégralement ces «Souvenirs» qui s'étendent sur quinze cahiers el, remplissent près de mille pages, on a voulu du moins, en donnant un extrait des cinquième et sixième cahiers, faire connaître la Y aleur documentaire de l'œuvre et, en rendaf\t hommage aux propriétaires du mitnuscrit, tenter de leur donner des imitateurs. L'auteur du Journal, Jeanne Julie MouHnneu! est née à Marseille le 24 décembre 1768 et y est décédée le 23 août EUe était fille d'etienne Mouli nneuf, peintre de la Ville, m embre et secrétaire perpétuel de l 'A,cadémie de peinture et de sculpture de Marseille. Mariée en 1783, à moins de quinze ans, à Vincent Joseph de PeUizzone, elle a, sauf quelques années à partir de 1793, passé toute sa vie à,marseille et demeuré près d'un demi-siècle sur le Cours. Sa maison paternelle occupait. l'angle d u Cours et de la rue Tapis vert, celle

2 LES CENT 10URS (JOURNAL PELLIZZONE) 151 où elle a vécu à partir de 1806, l 'angle du Cours et de la Canebière (1). C'est au deuxième étage de cette maison qu'elle a, de 1811 à 1835 rédigé son journal. Des trois fen êtres de son salon qui donnait sur les deux avenues à la table ou l'attendaient son cahier et sa plume, il n'y avait qu'un pas. C'étaient des impressions toutes fralches, des choses vues à l'instant qui venaient sous sa main s'inscrire sur ses pages. Et pouvait on trouver plus merveilleux observ,atoire que ceue maison élevée au croisement des rues les p lus "!"lssantes» de la ville? En face d 'elle, la place St-Louis, débouché de la route de Toulon et la rue de NœLUes qui m enait aux Allées ; à ses pieds, le Cours, aboutissement de la rout.e d 'Aix et la Canebière qui descendait au port. Ainsi, sans sortir de chez elle, Madame Pellizzone, établie au cœur de la ville, assistait ~ u x faits de la vie quotidienn e comme aux évenèm ents exceptionnels. Les marchés du matin, les foires annuelles se tenaient sous ses fenêtres; les courriers, les cortèges, les processions défilai ent à sa porte. Rien ne lui échappait des émotions, des manifestations populaires. Il n'était,pas jusqu 'au pilori et à la guillotine dont on ne lui infligeât le spectacle, aux lieux mêmes où l'on élevait des reposoirs et où se dressait naguère l'autel de -la Patrie. Tout cela s'enregistre dans son Journal, chaud, précis, pris sur le vif, avec une ricbesse de détails qui attest'e.j 'acuité de sa vision, la précision d e sa mémoire, l 'adresse de sa plume: " Je n 'écris que ce que j'ai VU", assure-t-elle. Témoignage donc de premjère valeur, et non point fi gé, sec ou pâle; m ais vivant, abondant, coloré. Et parce que, fixé aussitôt, il est tout proche encore dans sa rédaction de l 'impression première, il demeure d irect, exempt de ces déformatiools que la réflexion, l'oubli, le souci de l'arrangement littéraire introduisent dans les souvenirs trop,longtemps conservés. D'ailleurs, Mm. Pellizzone qui passe beaucoup de temps à sa fenêtre ne s'enferme pas dans son appartement. Comme elle est libre, depuis qu'elle a dû se séparer d'un époux infidèle et, de nature, fort curieuse et avide de s'instruire, elle court les expositions d'œuvre! (1) On trouvera des précisions sur cette maison (actuellement 4.3 la Canebière), et une élude d'ensemble Sur MD18 Pcllizzone el sur son jour:nal dan s 1:1 Revue municipale Marseille, no 36, 3e série, p. 16 et suivantes.

3 152 d'art et les ventes publiques, assiste assidûment aux concerts et aui représentations du théatre ; elle ne manque ni les prédications, ni les bals, figure dans les réceptions, dans les galas et obtient des billets d'entrée pour les solennités. Comment retient-elle si bien, jusqu'au moindre détail, ce qu'elle a vu ~ Prend elle des notes? Et ce qu'elle appene des" Souvenirs li ne se nommeraient i1s pas mieux des " reportages li? Aussi bien elle ne se borne pas à regarder, ehe écoute: les nou velles qui courent, les fables 'nées des imaginations marseillaises, les racontars débités par les langues bien pendues, tout ce qui ex prime les états de l'opinion publique, les enthousiasmes, les désespoirs, les ~ccia mations, les colères, les silences s'enregistrent à côté des images dans ce " documentaire» où revivent vingt cinq années de la vie de notre cité. Pour raconter ce qu'clle a bien vu, bien retenu, M- PeIliz zone ne manque pas de moyens. Sa plume est alerte, fa cile, sa ré daction d'un seul jet, sams recherche et sa'l1s rature. L'écriture est régulière, jamais hâtive, ni négligée, ni heurtée, même dans les passages où la passion s'exprime. Et elle demeure remarquablement la m ême à travers les vingt cinq années de la composition.. Ces pages bien pleines où les lignes se pressent, ne laissant ni marge, ni biamcs et où ne paraissent ni reprise, ni rajout, ni 'surcharge donnent l'impression d 'une tàche bien faite assumée par une assiduité sans défaillance. Et cette continuité, cet équilibre inspirent confiance. L'auteur qui déclarait, en ouvrant le premier cahier de ses Sou venirs qu'elle n'écrivait que pour elle même, s'est souciée pour tant de l'impression que son travail pourrait faire SUr les lecteul'1! qu'elle souhaitait secrètement de trouver. Elle les a adjurés à plu sieurs reprises de croire à sa sincérité : " Je puis atrester, écrit elie "dans son deuxième cahier, par tout ce qu'il y a de plus sacré qu '00 ( ne trouvera rien dans ces souvenirs qui ne soit exactement la vé "rité. Je n 'aurais nul intérêt à la déguiser puisque je n 'écris que cc pour moi-même n. Le souci de fournir une source valable aux his Ioriens de l'avenir lui fait écrire en 1814 : «Si jamais on fait men "tion de cette scène dans quelque ouvrage qui doive servir de "matériaux à l'histoire, je suis sûre qu'on la dénaturera... J'atteste "en faveur de la vérité et de la postérité, comme témoin oculaire, "que la chose s'est passée de la manière que je viens de l'écrire...,,(4' c"hier). Et ailleurs encore (5' cahier) : "Si jam;ris quelqu'un

4 LES CENT JOURS (JOURNAL PELLIZZONB) 153 " lit ce que je viens d'écrire, il croira qu'il y a de l 'exagération. ce «pendant, je puis attester que iout est à la leure et que je n'écris " rien que ce que j'ai vu ou dolllt je suis sûre. Ce qui est douteux, "je m 'abstiens d 'en parler... Dans la mesure où l'on peut vérifier par d'autres sources les renleignements qu'elle donne, sa sincérité et la véracité de son dire sont hors de doute. On ne peut lui demander une impartialité à laquelle elle n2 prétendait pas. Les événements de 1814 font apparaltre en elle une ferveur royaliste que les cahiers rédigés avant cette date ne montraient pas encore. Dès lors et jusqu'à son dernier jour, elle demeure passionnément attachée aux' Bourbons. Ils sont pour elle les seuls détenteurs d 'une autorité légitime et les seuls propres à rendre à la France, après vingt ci.nq années d 'aventures et de souffrances, la paix, a"ordre et la prospérité. Quand ils re\prennent la couronne elle attend d 'eux un gouverne ment réparateur et juste, la punition des coupables, la récompense des fidélités, la destruction de l'œuvre révolutionnaire. Et elle croit que le retour des lis ramènera infailliblemen t le bonheur. De là sa colère contre le retour de Napoléon en De là.aussi ses déceptions en présence des concessions consenties par le Roi, des hommes maintenus, des institutions oonservées et ses protestations contre les faiblesses de la,politique royale, les maladresses, les ingratitudes d 'un gouvernement illlfidèle au passé. En 1814, en 1815, Marseille tout entière a,pensé et senti de même. Et le Journal de Madame Pellizzone est l'e'lpression fidèle des enthousiasmes et des illusion.s de ce temps. Dans l 'enseanble des Souvenirs, la période relative aux Cent Jours a paru la plus,propre à être puhliée parce qu'elle présente, à peu près jour 'par jour, un récit continu des événements. On a laissé de côté cependant le récit des premières semaines et commencé la publication au 10 avril. Le débarquement de N3Jpüléon, l'émotion des premiers jours, les tergiversations de Masséna, l'expédition des Marseillais sur Sisteron destinée à barrer à l'" usurpateur.. la route de Grenoble; puis la venue à Marseille du duc d'angoulême, la levée de ;l'armée du Midi et la campagne des A~pes et du Rhône!jer minée var ljl. capitulation de la Palud sont généralement connus. Et le tableau que donne -le Journal du retentissement à Marseille de ces événements, 'quoiqu'intéressant par bien des détails,,n 'apporte pas. d'élément hien nouvejl.u.

5 lm FELIX-L. TAVERNIER Le texte!publié commence au moment où Marseille doit accepter la défaite de ses soldats et de ses espérances, s'incliner devant l'empire rétabli et subir - la dernière des villes de France - le rétablissement des trois couleurs. Avec l'arrivée des premières troupes impériales, Marseille qui demeure ardemment royaliste va subir le sort d'une ville occupée. Pour elle les régiments à l'aigl'e, les offici ers, les administrateurs qui commandent au nom de l'empereur, c'est l'ennemi. La ville leur oppose soit une résistance passive, soit une hostilité déclarée. Dœ ce moment, entre le soldat et la viiie occu,pée, mais non soumise, c'est une lutte de tous les jours. Défilés de troupes, iparades, musiques provocantes, déploiements de cavalerie, :pavoisements commandés, serments exigés, d'un côté; et de l'autre, insolences, huées, fleurs et cocardes blanches, refus, injures. Puis rixes,,défis, duels, coups de sabre et co ups de pistolet, meurtres. Pour finir, la ville bloquée, mise en état de siège, la garde désarmée, les canons en bataille, les bivouacs dans la ville, les garnisaires dans les maisons; et, pour la célébration du Champ de Mai, la soldatesque déchalnée. L'ampleur et la gravité de ces événements, leur caractère op,pressif et dramatique n'apparaissaient guère dans les 'pièces d'archives. Et l'on n 'en trouvait le récit ni dans les bulletins de la police locale, remarquablement discrets, ni d'a/ns la correspondance des autorités qui, si elle insiste sur les difficultés de la situation, n'en peint pas l'aspect extérieur. Riche de nouveautés sur ce point, le Journal de Mm. Pellizzone ne va guère au d elà des événements de la rue. Il reste mue\. sur l'accueil fait à l 'Acte additionnel, sur le plébiscite et sur les élections à la Chambre impériale. Aussi bien CilS faits n 'ont soulevé à Marseille aucum intérêt et l'indifférence s'y est exprimée par de. abstentions qui comptent parmi les rplus complètes des villes françaises. Là encore, dans leurs lacunes comme dans leurs ri ches précisions, les souvenirs de Mm. Pellizzone constituent un témoignage (rès représentatif et d'une grande valeur documentaire. FELIX L. -TAVERNIER.

6 LES CENT JOURS (JOURNAL PELLIZZONE) 155 Journal de Madame Pelliuone... Le lundi 10 avril, les mauvaises nouvelles se confirment. Le duc d'angoulême s'est encorebauu et a été vaincu; les uns disent t~~~n~~té ~a~~ch~s~~~i~du~ess:~:r~~sëau~:! ae:u~o~s S':~:n~~a~~~:~ deux feux puisqu'il vient du côté d'aix et que nous avons Masséna et sa troupe du côté de Toulon (1)... Toutes mes prédictions se réalisent. Mals ce qui est inconcevable, c'est que Buonaparte, généralement détesté, réussit en tout et que les Bourbons chéris et respec- ~,:~t~sc~~mp~~~i:~~t;~:;lae~o~~: v~f~~~é a~ep!~~~e l esst ~~~;ri~é! par ce petit nombre de scélér</.ts. La garde urbaine a été réunie extraordinairement sur les Allées et là on leur a lu un ordre du jour qui les prévient d'être en per Dlanence sous les armes et de se soumettre avec calme et confiance aux ordres qui leur seront donnés (2). On présume qu'on va leur enjoindre au premier moment d'arborer la cocarde de Napoléon o~s q~~o~::sl~~ ~~s~i~:rs;i~u~elai~~e!'~~s~\~~a~.~ ô~u~~~t 1~~:;O~~ f. consternation qui règne dans la ville. Le peuple est enragé. La garde est harassee et désespérée. Cependant les officiers de la troupe de ligne arrivent de Toulon et crient: Vive l'empereur. Le peuple veut les massacrer et la garde urbaine les défend. Mardi 11 avril, le détachement de la garde urbaine parti le 3 est renlré à deux heures après midi avec leur artillerie. Les Comparen~eesn~~.~ n~~~~f;:,~tr~~~:rn:é~aià~~~~ cf.:~~~n~~!rt~::r df.u~~~itfo~ (t) Les troupes ralliées à l'empereur marchent sur Marseille par Aix après ~Fs~~i:Clà~~:~~~ r ;,~~~!:r:!~slf~~.:llrt~~~~~:~:\i:~7~reat:~~1~:~~i::~~~c1~ ï:e~i~c:e Pd 3 e r l!:b!~j~~ ~~~lal~e~~reéc~~~3d~ i!t c:~~:r~o;aï~. Marseillais comm", (2) Dans la nu~l du 10 au 11 avril la moitié de la garde urbaine bivouaqup. dans les rues. ABREVIATIONS: A. N. : Archives nationales. A. D.: Archives du département des Bouches-du-Rhône. A. M.: Archives communales de Marseille.

7 166 l'blix-l. TA'f'BRNIBB. Iricolore qui flotte à Toulon depuis hier (3). Il faut donc que nous ayons l'humiliation de nous rendre sans y être contraints par la force, ô mon Dieu!!! Dans la nuit du 11 au 12, la garde urbaine assemblée pour le maintien de l'ordre a reçu l'ordre de quitter l'uniforme et de continuer son service en habit bourgeois. Cette mesure, soi disant dictée par la prudence, a fait le plus mauvais efiet en dégoûtant tout le monde de faire son service. Aussi en a-t-on senti le ridicule et l'ordre du jour du 12 a dicté de reprendre l'uniforme... Mais le ~avillon tricolore flotte sur les édifices publics; la cocarde triclr d~~~ed:ff~~"ntl:ri~~~l'~~~ ~r~~g~~~~e~~n~e ri~;':î-:p~~o!~~e L~~e~~ï! ~~tu~~~~t~~~t~!~~~~e~~~tdfe I~~t~~~t d~c1:~~~~r~~r~e~e af~~?e:i 1~u~ lime qui, dans 25 jours à peine, a repris son e'ln'tire et qui a lié reçu partout aux acclamations du peuple dont i est adoré. C'est lui qui vient faire régner la paix et le bonheur en France. Tel est il peu ~rès l'esprit d'un placard que l'on vient d'étaler aujourd'hui 12 avril 1815, de sorte que nous n'avons pas fait l'anniversaire complet, puisque c'est le 14 avril 1814 que le retour des Bourbons nous fut annoncé et, ce jour-là, il y avait en effet de l'enthousiasme et des acclamations. La journée du 13 avril a été fort orageuse. Le peuple, dans une srande fermentation, circulait en troupe dans les rues et, la multitude s'étant portée à l'hôtel de ville, a forcé la garde et arraché le drapeau tricolore. Après ce coup de main on a tombé sur le petit nombre de ceux qui avaient la cocarde de même; et la garde urbaine a eu toutes les peines du nlonde à les soustraire à la fureur fe~pf.i:::;;~s I:e~r ~':,t ato~bé d~~~u~n! ;~uu~~ dc:i:h;is~;ve~ ::~~~~~i~~i assommés si on les eût laissé faire. Tout cela se fait aux cris réité~ ré de : Vive le roi et beaucoup d'hommes ont repris la cocarde blanche... Les gens tranquilles sont fâchés de ce tumulte parce qu'on en fera un prétexte pour faire venir de la troupe ici, quoique Masséna ait promis de n'en point envoyer pourvu que la ville se soumette de bonne grâce... Ledit Masséna a écrit au Conseil munidpal sur ce point en déclarant qu'il est lieutenant de l'empereur dans la 8' division militaire (chose qu'il devait savoir depuis longtemps) et faisant beaucoup de compliments à la garde urbaine sur sa bonne conduite et sa prudence. Les compliments de sa part ont paru un outrage à la plupart de nos braves urbains et la plus grande partie a quitté le service. Cependant ils ont tort; ce n'est l'us le moment de lâcher le pied. (3) Masséna c commandant ail Dom de l'empereur des 8" et 23 divisions.. ~~~epl:e l(~ô.vr~i: ~). l~u\ln a~~if.ri{i::~~~nlequ~réf~ltued~: B~t:~~~~~â~_e;~ô~: d'arborer imméodiatement les couleurs nationales ct menace de marcher aye-= de la troupe sur MArseille (ibid.). Le 12, il prescrit de dresser au nom dl'! l'empereur tous les actes administratifs et judiciaires.

8 LES CENT IOuRS (IOURNAL PELLIZZONE) 167 Cette lettre de Masséna a été lue à son de trompe et on y a répondu par des Vive le roi. Le tapa~e a été si grand que les magasins ont été fermés tout le jour et que, d'un instant à l'autre, on voyait courir des attroupements formidables de tout côté. Le meilleur moyen qu'on a trouvé pour les contenir a été de faire monter la cavalerie urbaine à cheval et de courir sus, ce qui a produit un hon effet. L'après-midi a été plus calme. Vers le soir, on a mis un EJlt~a~d!t~r~é~~l~~~su;::,cl~ d;e~~i~a~:f:e c~l:. P;~~J'v~u~~~~s~!~i nous runadouer. Cependant M. Miollis (4) qui commande ici au nom de Masséna, dre~;o;~r e~e~ni~~~;e:oi~~ ~~ ~~~ts;:tq~~~s~u:aft~~ll~ Sé~t:,ll:~: les têtes sont si chaudes... Cependant, il ne s'est l'oint fait de mal si ce n'est un officier insolent qui, ayant été assailli par le peuple à qui il voulait faire crier V've le roi et ayant tiré son épée pour,e défendre, en courant est tombé et s'est blessé lui-même. Le soir du même jour, 13 avril, le détachement des gardes urbains CJMi était encore en campagne et qui s'est battu est rentré f: c~~:;de ~l~n~h~~r I~n d~:;:~u bg~c,n~n v~u!~ies~\np~i~\e~u/!~~~ arriver fort tard, afin que, de nuit, on ne pût distinguer la couleur des uns ni des autres. Mais le peuple a suppléé à cela: la bour- ~~~~sa ettl ~~u~~n~~ài~ ~~t~i~i:n~,::~ed:ec~~j:lîe:t~ï~~!e~u~ff~ d éclairer leur entrée qui s'est faite aux cris cent fois répétés de V ive le roi, à bas le tyran. Mais, au lieu de suivre leur route tout ~';,!~nl~u~u b~~~~s~~~~~~!:~t 1~.r1Re~~aJdPj~ T;!t[(5) :tcd~~à: chacun s'est dispersé pour se rendre chez soi. Le 14 au matin on s'attendait à une nouvelle explosion d'efferf~~f:n~~i c:u::~jt~o~f~ri~é~u'{~ ~:\!":'i~s m~~~ ~nrea1r~ï~~i t~:~ ~~f::~: ~~r:::ae~~e~ fe~l'!lr~é~~~~e:eg,~~!g~i~starr~;{~h~~u!~ ~~= ~~~ ~at"c~:p~:;~~s~anel~~;"?n~ ~~}leqd: ~~~b~~~ha~~~~~t s:er~~?~ que le duc d Angoulême s'est sauvé et qu'il s'est embarqué (6). M. de Montgrand, le marquis de Rivière et autres en ont fait autant. (4) Miollis Sextius-Alexandre (comte de), ; commandant de la 1" subdivisoin de la Bt division militaire. En mars, il a commandé les volontaires marseillais envoyés contre Napoléon et les a passés en revue â Sisteron, avec un~ cocarde tricolore au chapeau. (5) Reynaud de Trets, a commandé les compagnies franches levées à M~i'- :~~:!~e:l ~~ff~ré~~nl~~c d:~~nl~o~l:üede;>'~lu~le\2 é~év~iin~~ ~~stceesdecst..f!~~~~~ la plupart sans armes. ayant abandonnë leur équipement à la Saulce vu pendant leur retrait~. qu~~a~.c~ittt~i~~~~ ::g!~rpl~~~~a~~e.ulait que le duc d'angou~ême,'embal'-

9 158 M. de Panisse a donné sa démission. M. d'albertas (7) est gardé chez lui... Mais tous ces Messieurs seront ménagés par Masséna qui doit leur savoir bon gré de ravoir ménagé lui-meme. so~te e~~ré~s s~~r'j~~res!v:~cd~!p~~~~éef~~c~~isagr~~~~!:ne~h~~eqf~ multitude a accueillies par des cris redouhlés de Vive le roi. Elles onl été se réunir devant la préfecture; et lorsqu'on leur a ordonné de metlre bas les arm.es et de les quitter, loin de souscrire à cet Ndre, chaque brave a chargé la sienne et s'est retiré chez lui avec arme et bagage (8). Le 15 à midi est arrivée l'avant garde des troupes de ligne envoyées par Masséna. Elle était de 30 à 40 hommes environ. Ils ont eu l'arrogance d'arriver avec un brin de laurier au shako. Alors la foule s'est rassemblée autour d'eux en les huant et criant à tue tête Vive le roi et sans la garde urbaine leur jactance leur aurait coûté cher (9). Le corps de troupe est arrivé ensuite, fort de 7 il 8 cents hommes, mais sans laurier et la plupart même sans cocardes. La garde urbaine avait cté les recevoir, les précédait immédia lement et fermait la marche pour contenir le peuple. Tous les magasins étaient fermés et la terreur était génerale. Cependant tout s'est passé forl tranquillement: On n'a crié ni Vive le roi ni Vive l'empereur; le silence a été observé de part et d'autre et t('ut le monde a été sage, chose fort extraordinaire dans une telle circonstance. onf~~: ~~~~~!e~::sle:\i:~~~td~t~:~~~.~.cr'!~~lrea~ ~::,gf!djé~!~~i~~ la consternation règne partout. On dit que le général Grouchy (10) ~~~ ~:U~" ~~e~r~~e do:rsu~~a~;r~f~sq~~nl~~~é~a~~v~~é q~~i! d~~r~~~ tîon pour ~ 'e ngag er à ne pas sévir contre nous, attendre notre sou- (7) de Monlgrand J.-B., , maire de Marseille depuis le 26 mars!r;:{rem~ ~~teb~1i!h~s _ ~~~~i1 6!~I~I. I :é~isri~s~~:r~~io~l; ~~11re IBJe5;M~~~~~heprd; septembre 1815 à août Marquis de Rivière, nommé par Louis XVIII ambassadeur à Conslanti- :~f~:~ta rà'ivtla~ s~ ~il~'i e ;~;s à d~ ~iéb:r~~:~~~~ l1i 5 'l'ne nd.~ibuet, s;fme~~r~:~~~ commissaire du roi et chargé d'aider Je duc d'angoulême dans la lutte contre Nde l~~~;;sse Pierre (comte de), , chef de la lég ion de la gardc urbaine de Marseille en d'albertas Jean-Baptiste-Suzanne ( ), préfet des Bouches-du-Rhône (10 juin 1814), pair de France à la deuxième Restauration (17 ao11t 1815). (8) Récit corroboré par le rapport de gendarmerie du 22 avril (AN Ft 9001): A 17 heures, 4 compagnies franches revenant de Sisteron entrent en ville tambour battant et drapeau blanc déployé. La Coule qui les acclame les engage à ne pas rendre leurs armes. (9) Il s'agit du 16 régiment d'infanterie. A l'arrivée du gros, l'officier commandant le détachement de la garde urbaine pria l'officier commandant la troupe de faire enlever c ce qu'on prenait pouf des lauriers» (Bulletin de l'inspection générale de la gendarmerie impériale, 25 avril 1815; AN P 9001). (10) Grouchy Alphonse-Frédéric, commandant en 1814 du l4t chasseurs, fils du maréchal comte de Grouchy.

10 LES CENT JOURS (JOURNAL PELLIZZONE) 159 ~~~~iof~~:::ià ~~b~~~~r!a q~~~a;~~t erol~ d~,::;:!~r t:jc~~~i!s ~;~!~ d~t~a~~e~û~t l~f~~~i~~~~re:~~: 1: l~~se i~: ~u;~~~~s tiuus e l~~ ~~~~ l'ables. En effet, le même jour 15 avril à l'entrée de la nuit, la troupe dont je viens de parler est entrée à Marseille au nombre de 15 à 18 cents hommes, musique en tête et sans être escortée par la garde urbaine comme celle du malin. La populace s'est encore rassemblée autour de cette troupe en criant Vive le roi. Ils ont été accompagnés de la sorte tout le long de la rue d'aix jusqu'au Cours. Quand elle a été là, elle s'est arrêtée et mise en ordre de bataille. On a chargé les armes à la vue du peuple qui n'a pas disconlinué de crier. Mais enfin la troupe s'est mise en marche en ~a~t,:~\:~ fi~~ r~e:j:~~~~a~! ~~~~:'e~g~f~~.r'làe~a~ff\~~e~so~~~?;~i COfllme des forcenés, faisant crier leurs soldats et les excitanl contre le peuple. Ce moment était terrible, surtout à l'heure où il se passait; il était presque nuit et malgré l'horreur qu'inspirait cette lroupe de cannibales indignes d'être appelés Français, les cris de ~iè~e1~ U~i ~~~h~~:!~~t j~~~oereh~~~:o~~:r:,~~t~r~~vée~ o~~er~~;. main a été empoigné et traîné avec eux; qu'en auront-ils fail? (11). Demain, c'est dimanche. Je tremble que cette journée ne soit désastreuse. Pour achever le tableau de cette soirée, il est bon de ~to~,~:!~'~\~~~~~t àudé~~~~!.efe~u:~b:~id:e l~o;~;~~~a\~ ~~~i{rd~~ coups de vent joint aux cris de la troupe formait un ensemble effrayant... Pendant que ces MM. faisaient leurs farces sur le Cours, les braves des Compagnies franches étaient rassemblés en armes à la Tourrette afin de venir les prendre en queue s'ils eussent tait quelque chose contre le peuple. Aujourd'hui 16 avril, tout paraît tranquille. L'avant-garde de la cavalerie qu'on attend ici est arrivée à 10 heures du malin fort paisiblement. Hier soir à Il heures, le nouveau préfet est arrivé. ~~~Sa\e~ïe ~~t"a~~;;~ol~~~;~s~::'i~:ta~u~i~~~~~t!eade~;c:e';,~! ~le2~iié~ rents corps n'ayant plus rien de français, ni la figure, ni l'hahit (11) II s'igit du 6' de ligne venant d'aix. Le colonel de la 23e légion de gendarmerie dit "ue les clameurs de la foule étaient dirigées par c les maîtres d'armes de la Ville revêtus de capotes et de shakos d'umforme.. el qui menaçaient de tuer les militaires isolés. Leur chef a été arrêté (AN F7 9001). ch~~~~u~ro~g~:: f:~~tet àdem!~se~r:~edas~~slal'~~fird~ ~~ma~é lir:~~~l dle815~ol; ministre de l'intérieur de la 2"' Restauration, de Va ublanc, écrira dans une ~i\\~~e~v:o:n csup~~sj:~f :a l~rlr~~~~~~ur(fr~~ho~)ou:h~!éd d-:~~~e'i~:lu~~~t;o~~ c adoucir autant qu'il a pu dépendre de lui les maux dont o n a voulu nous accabler» (AN F' 9637).

11 160 ~~,:~ ~i~~c;èd~r~~~~!~~td~.r~~n~itsc~~ail~e:e o~~nd~~f~~~ro~~s s~;;; de leur patrie comme en pays conquis. Ils sont logés chez les bourgeois et nourris par eux (14) et ils se permettent de les mépriser et de faire la loi. Mais tous les bourgeois ne sont pas d'humeur de le souffrir et c'est un grand hasard si tout se passe paisiblement. Hier au soir, 16 avril, les officiers,de l'infanterie, tous réunis,!'ras dessus bras dessous, couraient la ville en sortant du cabaret el chantant des chansons abominables contre le roi et le duc d'anâ~uf~~:ltud~ ëen~,:'cta~~~s ~e~~~éot':fult~tsl~es~i~~~ira~;~:s l'~r~:i~~ ~efe ~~~~~é~~~ ~~r~ ~~o~"a~i~~~sm~~! ;;b~s;e~uc~~sd:i~~t~~ e!c~~ lieu au Café Casati dans lequel ils ont fait la farandole en poussant tout le monde et obligeant les honnêtes gens à en sortir. Ce- ~~~~a;~~ i~l ~~~~~~suf':,'~~céüe~bfl~!slej.~i?e~t J~~~i~:~e de:n~u~~ coin. On dit même qu'ils ont été étrillés par quelques uns de nos braves. Mais cela n'empêche pas qu'ils nous vexent de toutes les manières... Masséna est enfin reyenu de Toulon quand la ville a été bien â:r~~r~~~ ~~ ~,~~r~ie~c:, r;~~::i;~~~~ ~~s l~u~~~j~~t:v~~sb~~;s~yflais, les menaçant de la colère de l'empereur, leur ordonnant d'arborer la cocarde et le drapau tricolores sous peine d'encourir son indignation, etc... Après ce beau discours, il a fait ses dispositions et il est parti pour Paris, ce qui me fâche bien car je crains de Ile plus le revoir ici et c'est bien dommage: Nous étions bien mieux il même de juger de son mérite que partout ailleurs. Dans la nuit du 18 au 19 avril, il est parti une portion de la troupe de Iillne qui est allée du côté d'aix; et dans la même journée du 19, 11 en est arrivé d'autres venant du côté d'aix qui ont pris leur place. Ceux-ci sont arrivés il midi sans faire de tapage ni crier comme les autres. Mais le soir de ce même jour, une crise abominable a eu lieu de la manière que je vais détailler. Les officiers des divers régiments d'infanterie ou de cavalerie qui sont ici réunis au nombre de plus de cent ont été fai re ribote au Château ~:~!'!nt~r~~uil~urils~;:~~~~ d~ ~~~~~: : ~ d/:t~~;.s ~e: ~~~t~ê~~: MM. sont retournés la tête fort échauliée; et pour achever de la monter ils sont venus boire la liqueur au bas de la Canebière vers le Cul de Bœuf. Lorsqu'ils ont eté bien saouls ils ont commencé ils(l;~tp;::~e u~u ;c~u~fta~~~~rsfa~o~~bl:l.q~:ll~ f~o~;~lej~n li~~jcla(a~n ~~r~oeo~) ~ (14) Un avis du maire, daté du 15 avril, fixe comme suit les rations journalières à fournir par les habita nts a ux militaires logés chez eux: 2 hgr. 5 de viande (ou 3 dgr. de riz ou 6 de légumes), 1 hgr. 5 de pain blanc; le complément, 7 hgr. 5 de pain de munition étant fourni par les magasins de l'armée. - Un deuxième avis du 18 mai informe Q,ue les troupes ayant ét.é mises c: sur le pied de paix», les habitant s ne doivent plus aux militaires que c: la place au feu, a u Ht et à la chandelle» (AM. Affiches).

12 LES CENT /Ouns (JOURNAL PELLlZZONE) 161 I~urs vociférations infernales et leurs cris de Vive l'empereur. Quelques imprudents bourgeois ont répondu par celui de Vive le roi. Alors ces énergumènes ont tiré leur sabre et ont tombé sur le peuple. Chacun a pris la fuite et les cris d'effroi et d'horreur ont ~~~'l'pl:c~~~sf ~~ssg~~p~r::,~~~és~~ y~~~~f~~r~~i ele s~r:'tu~~i~~! :~ lroupe pour tomber sur les officiers. Heureusement une patrouille de garde urbaine qui s'était formée à la hâte les a arrêtés et dis- ~~~~i~a~i: (~~~a e~~~u~~ét~aeàr l~~tsr~i~'d~ la ~~~~~ eu un carnage Les cavaliers de la troupe de ligne, espèces de cosa'jues dont j'ai déjà parlé, qui sont logés et nourris par les bourgeois a [) francs EfIs j~~~~i:l,~~~:~:~f,ir~~~1~e &e~~~:e;,t ~~!~f,1~:;; S~?:t~re~~e".:i faisant des menaces et jurements épouvantahles, criant au peuple: Canaille, relirez-vous. Ils ont été prendre leurs chevaux et sont venus tous ensemble sur le Cours, la Canebière et rues voisines, ~:~~~:i:n:e:~: l~t p~~~~.~~n s::,'ê!e t~~~~;sl;~~~vj~.:l! E:;:~?lde 1~;~! part. On criait aux armes de tout côté, et la garde urbaine se,'assemblait en toute hâte pour tâcher de sauver de plus grands malheurs (15). qu~f~u~n~=r.:~f:o~~~tl~~ If~;:z,':.nJ (~~)~%~\~:~~~vts C::~~ ~~ij'a~ seille, n'avait eu le bon esprit de se mettre à la tête d'une patrouille et de représenter au commandant de la cavalerie en <j:uestion que 1:1 conduite de sa troupe était bien imprudente et qu eue Eouvait ~~~a1~~n~~';,!fï~l~~'iyr!'en~:n~~u:e:;0~~~f:r~~: ~~f:~~~ts~ 19~~~ semonce a un peu calmé la furie des Allobroges et, la garde urbaine ayant été bientôt toute sous les armes, le calme s'est rétabli. Mais voilà une vilaine soirée où le meurtre et le pillage II'a été évité que par un heureux hasard. Car on fait tout ce qu'il est possible pour en faire naître l'occasion. C'est au général Grouchy que M. Raymond fit la remontrance ùont je viens de parler. Et c'est d'après les ordres ùe ce général que la troupe de ligne a été contenue... ; il Y a eu cependant r.lusieurs personnes blessées par les coups de sabre donnés par b~~fl~~i~~~~s Ve,;il~e~no~~~~tirt~~ 0.1: r:ç~u~:rse c~~rl~: ù~ir~er::~i~: nous en préserver L.o de~15:o;:i~~e~e a!~~~t~~:~~i d: faol~~t:rdi.:é d2~:~rd:il~~a~:eilpe dvcri~ e ~':ul~é~i~ ments. Des groupes parcouraient les rues port3nt d'énormes cocardes blanches en papier et criant: Vive Je Roi! Le retour du 6 t de ligne aména, à 9 heures du soir, une bagarre devant un café de la Place Royale où les otticiers attablés criaient: Vive l'empereur. Ceux-ci ont frappé les mani- ;:II:!~:S L(~u:é~{~~~~r~3:11:e a~:;::f:,sî't 2~~it~:[11S; géik::;::~:ô~~~1r J:nt~5\~ '~ecointe-pul/raveau, ex-conventionnel régicide. est l'un des 14 lieutenants exlraordinalres de police nommés par Fouché dans les villes particulièrement ::f~yta;~~~,~~{:1:'a~i:~~~20~~r a~i~~~idaauderr;a:~~ C ~~D~fad:ei~:ir~O~aSu Idé~~~ de Montgrand.

13 162 rafr~î~~?dl~,!,a~~pr~~s.aë"~~e~d:nriye t~~!itlecj~~~it c~u~ute as~~ 8e~ aurait grand tapage. Les officiers avaient encore été dîner à Château Ver.t. Les postes de la troupe de ligne avaient été doublés. On disait que les paysans des villages voisins, sachant ce qui s'était passé, venaient avec leurs armes pour nous seconder; et on leur a envoyé de la troupe de ligne pour les empêcher de venir. Tout le jour, les magasins des armuriers ont été remplis de bourgeois achetant des sabres, des pistolets, des poignards. Enfin il ~ avait ~~Nle~eC~~:~d<l,,'~t \~ ~~~r au~ie~és;~,d~~l~~ ~~~~~ 'J~: ~~~~~,~~O~~ <)'u'on a prises, soit en raison de la pluie qui a été très forte toute la soirée... Le 21 au matin, nos Allobrolles français sont partis et ont quitté ~~~\~ea~:~cc~ru~eâ~e~~~e~'~~~lrvgi~ ~egj~~r~~tg::'~~~ b"~ :~o~snri~ quelques uns pal' terre par ci par là, mais c'est bien dommage ~~:i~i~~o;:~\~ ~~cl~r:~ ~:r~~frrte p~~r~~!~nv ~~tl~n{:~~i ~:~rle~"o"~~nj~ leur bon ami. Le~ oi~~f:r~l ~;u::.e i~~~ees~a~f~nual~e~g:a~~é ru~s~~~dr~ ~i~~~:il~~ masse avec ceux de la troupe de ligne. Ce M' les a assez mal reçus et leur a tenu des discours fort choquants en présence des derniers. Ce qui est le pire. il s'est permis, entre autres choses, de r.omparer le gouvernement des Bourbons et leur génie à celui des t<1mbours de Buonaparte. Cette phrase doit être transmise à la postérité; elle donne la mesure du génie du général Brune. Il a ordonné une revue générale tant de la garde nationale 'lue de la troupe de ligne le jeudi 27 avril. Cette mesure déplaît a tout le monde et est fort impolitique. Car, mettre la garde urbaine en face de la troupe de hgne, c'est mettre des ennemis en présence. Et d'ailleurs, le peuple qui se rassemblera en foule autour des uns et des autres peut commettre quelque imprudence qui forcerait ces MM. d'en venir aux. mains. De sorte qu'on a fait tout ce qui était possible pour engager le général de renoncer à ce projet et à passer les deux revues séparément. Mais on n'a pu l'obtenir. Il tient trop à l'idée de pouvoir écrire à son Empereur qu'il a fait fraterniser la garde nationale avec la troupe de ligne et cette considération passe avant tout. Le 26 au sail', il y a eu une bagarre dans la rue d'aix entre des soldats casernés aux Infirmes (18) et des particuliers du même quartier. Les uns ont crié Vive l'empereur, les autres Vive le roi. (17) Brun.e GuH1aume-Marie, maréchal de France , nommé 811 commandement de la 8 division militaire au départ de Masséna (16 avril 181 5) et du 9t corps d'observation sur Je Var. (18) Les Infirmes, ancien hôpital sis rue des Incurables, actuellement ruc Puvis-de-Chavanne.

14 LES CENT JOURS (JOURNAL PELLlZZONE) 163 Les soldats ont tiré le sabre, chose qu'ils font volontiers et un pauvre diable qui se retirait chez lui fort tranquillement a reçu un coup de sabre à la cuisse dont il est mort le lendemain. C'est un homme de 64 ans, père de 7 enfants. La garde urbaine a arrêté le tumulte et sauvé la vie aux soldats sur qui on voulait venger le meurtre de ce pauvre homme. Le 27 au matin, il y a eu une autre bagarre sur le port pour des affiches arrachées. Car toutes celles qui paraissent avec l'aigle i: ~~~à ~( :éet~~t lj;,~~:~.n~~~p~ ofl: â:r~:is~~~a~~~i~d~~c~~~rm;! revue de tantôt. ré~ni~i~~ ~~uy:~~:d n:~~:ba~~ ~~slof:li~r.bl~~ ~~rï~~~l~eo~ï\~~ :~u~~ma~~~~,e ~~0~~e~U~il~b~~~a1:nre~a~e!~i~l::"s fiï~~lse:é:l~t:lqe~l ~~jfi:~~:i\r~~o~ff~~s~~t:~~~~i~e e::~é~a:~ d:v~oert:n q~~or~~n; ~i~é sur le boulevard une grande quantité de coups de fusil en l'air. Ceci a produit un autre inconvénient. Les campallnes environnantes ont entendu ces coups et l'on a cru que nous etions aux prises avec la Iroupe de ligne, ce qui a répandu l'effroi dans lous les environs. Il n'y a pas eu d'autre mal. De là, on s'est rendu à la plaine St Michel: La garde nationale était très imposante et en.hien plus /lrand nombre que la troupe de ligne. Le peuple était aux aguets, pret à seconder la garde nationale si on eut voulu la violenter en quelque chose. Mais, point du tout: Tout s'est fort bien passé. Le général Brune est arrivé à trois heures, à cheval, suivi ~~!:~;;~~ ~~~~~rn~~~n=:e e:f~~t~r~~~edd~ Yf::e~rlr~:~i~~,?:,~~t fait entourer par l'état-major de la garde et leur a fait un discours ~~:t3~gs ~~u~~0~e~ê:~d1~:, ~fl~iu~ea I;é~~f ~~ub~;::~~;d~ ~~~~ déralion génlrale et particulière. A la fin, if a salué tout le monde et chacun s'est reliré dans le plus grand silence. La garde urbaine p défilé la première. Lorsqu'elle a été partie, la troupe de ligne s'est bien regalée à crier Vive l'empereur. Quelques p'articuliers ont répondu Vive le roi; mais cela n'a pas eu d'autre suite; et cette journée a fini bien plus tranquillement que l'on n'avait présumé. ÏI n'y a eu ni serment prêté à Buonaparte comme on le craignait. ~~tf~g~~~~~~ ::r~~ ~~~~f~e ~~i~i~a~f:~~~:"f.:~ed~!n~~1~'~ii~i~~t Enfin tout le monde a été sage et prudent, même la masse du (19) Sll'!cesseur ft la tête de la garde du comte de Panisse. - lloulevard Bourbon, aujourd'hui Cours Pierre-Puget. (20) Verdier Jean-Antoine (comte),

15 164 FELIX-L. TAVERNIER peuple; et c'est beaucoup, surtout ici où les têtes sont si chaudes (21). Cela n'empêchera pas que l'on imprimera dans les gazettes que la garde nationale de Marseille a fraternisé avec la troupe de ligne, que l'enthousiasme a été général, que l'on a crié Vive l'empereur à tue tête et que ceux des autres pays le croiront. Mais que ceux qui voudront savoir l'ex.acte vérité sur tout ce qui se passe viennent feuilleter ce cahier. On avait fait courir le bruit que le général Soult avait été massacré pour tâcher de faire naître l'envle d'en faire autant au général Brune, mais cela n'a pas pris. Rien de si singuli er que la situation de Marseille en ce m oment : le gouvernement de Buonaparte est en activité, et le royalisme est le seul esprit dominant. Rlches et pauvres n'ont qu'une seule opi- ~~O~~r;~leà e;!rf.oën~~r~~ip~;~i ~~. ~~ld~~s,dil ~g~~ ~eb!~~~~~/~! royalistes et d'autres, en plus grande quantité, qui ne sont que des. machines que l'on fait agir à volonté. Quant aux officiers, ils sont tous les mêmes, c'est-à-dire gangrenés jusqu'au cœur. Mais f: fo~tiàa~~m::: ~'G~~~;;~:o~~:s~~~l~s A'Lu:!:s o~~:is n;ri~e r: ~~i:t~ d'être tranquilles après avoir été fort turbulents. Cela n'empêche fe as ~~~le n:jui ai;e j~~~~!~ed~n~j~e I1~e ~ilitai~!~e al~~s i~~~d~~,s! veufent ouvrir la bouche pour crier Vive l'empereur. qui se permel encore d'arracher toutes les aigles des affiches que l'on met et quel- G~~~i~rX::f~~h~I:~à~~r~el~f;t)s~~sl~/~f~~~~foJ~sl~'~ofl~~fr~i~~ culent dans la ville et que l'on pose furtivement à tous les coins, quelquefois le soir. Alors chacun vient le lire, muni d 'un bout de chê~d~!!i~,t ~~~IJ~~~l~~e~~ ïf~i~n j ~~~;t une aux Augustins; et les portefaix, munis de leurs barres, montaient la garde à côté pour qu'on ne l'arrache pas. Par ce moyen, tous les militaires peuvent

16 LBS CBNT JOURS (lournal PBLLIZZONB) 165 les lire (23), mais ils ' n'en sont pas plus sages malgré toutes les menaces et les avances qu'on leur fait au nom de Louis XVIII. Cependant, nous sommes dans l'ignorance de ce qui se passe à Paris et dans le reste de la France, attendu que l'on ne laisse ~~~~:r~~ 'l;e,.~eég~!i l~o~avvi~t~i~ ~~e a~~~: àa\,~i'è~~e:!tf;' ~v~~ ordre.d'arreter toutes les estafettes et de les conduire en droiture au général, sans les laisser parler à personne. CeUe diseue de nouvelles fait un grand vide dans les esprits lrès actifs des Marseillais; et alors pour suppléer à la réalitc, on forge des fables en tout genre. Chaque heure du jour en produit ~:u~o~~~!e~~it:ltt ~~u:"~i~~ug':fen~:td!d~l~t d~f:::e;:i~!'t:s~u~eh~~~ trop s'aurister du mal que l'on craint et ne croire que la moltié ~~ ~~'~I ~u'~n p~~r~~e,.f~~r ~~!~so:i~i~:v~~!st ~:;: i~~e ;~~\s~';,~d~e~ ~.:';t~~~:.~~eo~o:ht t:;ê';~~~~~"n ean n~îi:é ~é~~i~é \u;i~s hâ~e s~~tb~fi~ ment grec qui est dans le port, tout prêt à recevoir à son bord les f.:rl~o~~al~e~~.:'teg~~vf:~:~~~:. t~ :Jt~~~~~ ~!p~t IU58,!,~è~i.:'v",rit reçu ordre de venir ici y est venu réellement; mais il s'est rendu aux Allées par traverse et, de là, sans s'arrêter, il est reparti par traverse pour se rendre à Aix; et il a bien fait, car il aurait été très mal mal vu ici... C'est un des régiments qui a trahi indignement (24). Le mercredi 3 mai, à 11 heures du soir, un grenadier de la ~arde urbaine sortant du corps de garde et entrant dans la rue b~a~~~~~e~[~rtc~~~~he"mf:ic,t';a~: f~i~ufeà db ~~s~eilq~~!ee,.dië~~~~ plosion d'une arme à feu et la balle sittier fort près de son oreille, mais il ne fut pas atteint. Il tira le sabre et courut après l'assassin, mais il ne put le rejoindre... la 1~):~fei. tem:~i/iïres~e ;;~!~e4sig:;' 5~~ ~o~l;:'esud~ fr~;~ee ~: ligne venant de Lambesc (25); la garde urbaine les a escortés jusqu'à leurs casernes. Le même soir, les militaires de la caserne d ~ (i3ju~ x~~flt,e~~~~e ~~ 8~~d~ 1 :if4a!~ri\~opl:;~~~éeud:n;al~ss;uif~tl:~:!~~: ::~~i; l;~~~~ii;~:~:~ Ji!cl i:~ ~~:~:;r~~: ls~r 'r~~~;~~:?s~ 1'~l::1:!~~:~~ G~cr ctee N!~j~~: l e~e d~ii;~:u;a~e l!iséoio~~~ ~~u6~u~v: fï;~e h!t:o~~~:~~i~ù p~~ l: eonduisait en prison. (AN F' 3785). (24) Le 58- avait participé avec le 8Se d'infanterie â la campagne dans ~~saitl~~~'d:it GI~~' ~~îo::~~c~5~~e~ot~:avga~f:st :ra;~ c :!!e~\~o~o~b!~udé:~:t~~~~ cle la Saulce. (25) Probablement le 13- de Ùgne signalé par le MioiMre de la Guerre comme arrivé à Marseille le 6 mai (au Min. de l'lot. 16 mai 1815, AN FI a 554).

17 166 des I~norantins, près de St-Victor,. se sont permis des voies de ~~~~;e~ l",f~~l~s a~~~ ~!Sq~?~:~ta1~~tVd~:i~~;n~~~~n;O~:I:: S~~i le refrain était Vive le roi. Au lieu de les arrêter comme l'ordre en est donné, ils les ont assaillis à coups de sabre. Il y en a un que l'on a fait entrer dans la caserne et que "les officiers ont massa cré à coups d'épée; et les deux autres, la garde urbaine a eu toutes les peines à les ôter des mains des soldats. Forts mal équipés, on les a menés à l'hôpital (26). Le lendemain 5 mai, il y a eu plusieurs duels entre les officiers de ligne et ceux de la garde urbaine et autres particuliers. Un sergent-major de la troupe de ligne a été tué. La garde urbaine _ s'occupe d'une quête très conséquente en faveur des pauvres ou. vriers qui sont sans travail... AInsi celle digne réunion d'honnêtes gens veut réunir tous les genres de services et de bienfaits sur la ville de Marseille en celte occasion désastreuse... Le Ciel se laissera-t-il enfin désarmer par tant de vertu et de dévouement ct nos vœux seront-ils exaucés pour le bonheur de l'europe entière? Le 6 mai, vers midi, il est arrivé un régiment de cavalerie composé, dit-on, de 250 hommes (27). Mais, avec l'avant-garde et les ('hevaux de remonte, ils sont au moins 300. Leur costume n'est f,~t ~a;réou~~~ta~~~tq~~ ~~ii n~~ss l~~~~~;e~~ ~~~vesig~~~ic;~i~~~t ~r~~ I~s ~Z~te.bfl~u~~uà'ee!~:nr~~~r:nUt~e~t e~u:ilfeo~d~!t;~'~n àae~~ ~!Xi~~uM1i~gt~:é~é~;in~e~~~e~e:i~~: ~i:: ~i~~râ:d~~s hf~~el~lo~~~ ner en vill~ pour faire peur au peuple. D'ailleurs ils avaient été excités à cela par les officiers d'infanterie qui avaient été au devant d 'eux et leur avaient monté la tête contre nous; de sorte qu'ils sonl entrés au galop et criant comme des éncl'gunlènes Vive l' em~ pereur. Ils sont venus se ranger en bataille sur la Canebière; et. pour faire écarter le peuple afin de pouvoir Jnanœuvrer, ils couraient sus, le sabre en avant, menaçant ceux qui se trouvaient près d'eux et leur ordonnant de crier Vive Napoléon; mais cet. ordre est resté sans effet. Le peuple est resté muet et tranquille ~~ ~~~~n(ie:~e~sft~r{:s~~.~!t~1 ~veo~œe~~ae~r~~~: r~~~~:s l:~: 1:~~I~~ (26) L'homme tombé sous les CQUP8 des soldats se nomme Roman. Il succombe à l'hôtel-dieu le 9 mai (Maire à Préfet, 11 mai. AM Il art 117). L'affaire donne lieu à une violente controverse entre le substitut au tribunal Floret et le général Verdier. Le vremier ayant- découvert que Roman était étranger à la manifestation incrimmc c la soldatesque furieuse. et demande l'arrestation des c auteurs de ce lâche assassinat. Le deuxième l'accuse de prendre parti pour la rébellion, de trahir le gouvernement dont il est c le mandataire et le sa larié. Les deux parties portent l'affaire devant le Ministre de la Guerre et l'archichancelier. (Le dossier de l'affaire est aux AN, BBs 152 B.-du-Rh.). 1~;7J. 1:~ c~~s~eu5ri4)(~ii:a~t~isrlr~e S~inja dâ~:r :!u:j~~t~u q~!il' ::e~;~nti~ l:é~~ des S5" de ligne et, 14' léger de Corse.

18 LES CENT.oURS (JOURNAL PELLIZZONE) 167 gas dans toute la longueur de la Canebière. ventre à terre. le sabre t~:et: ~}s 1~~ta~~~red~ïaa~~!.:Y:'~~f~eo~~~~edf: r~~~~~~~ ~~a c;,e~~; ct de la rue d' Aix et sont allés prendre leur logemeut après s'être bien promenés et monlrés comme des épouvanlails. a~e l!';ê~aen~~~~~:s ~~i. /: ~~;~~ d~r~~~s:.n!l. ét~n~j~~1~~~ ce Jo~~ froupe de ligne. de sorte que voilà les canons entièremenf à la disposition de ces messieurs. Le dimanche 7 mai. il y a eu une grande revue ou parade de Ioule la troupe de ligne. infanterie et cavalerie à la Plaine. Ils sont en tout hommes. Les généraux Brune et Verdier y sont allés. escortés par un fort détachement de dragons et toute la gendarmerie. Ils élaient à cheval et ce qu'il y avait de très comique. c'est que Brune avait continuellemenl la main au chapeau pour ~~n~~~i::i t~ult: ~~~Oe~. 1.u~~~sa;!~~:n2i~u1ée!ee;~f:~~eahe~;en~~ demie jusqu'à quatre heures. La musique n'a cessé de jouer la Victoire est à nous... Enfin ces lllessieurs sont rentrés dans leurs casernes et les honnêles gens ont été se promener. Comme c'était la fête du roi. St Stanislas. beaucoup de personnes se sont avisées de porter un bouquet de fleurs blanches. Ceci a déplu à MM. les officiers de ligne qui se sont permis d'en arracher guelques uns. Le peuple s'est attroupé. On a poursuivi ces officiers jusqu'au poste du Cours où ils ont été se réfugier. La foule devenant très considérable. on a ordonné aux soldats du poste de croiser baion- ~!r~i;: ~~!t a r~t~:d~~u~é~n~l~~~stol~~ l:n~~~~:.. a b~~sl~efu~êr:! moment. les soiiats de la caserne des Infirmes avaient illuminé leur façade à l'honneur de Napoléon en criant et chantant à leur manière. Le peuple s'est encore rassemblé là. Mais la garde urbaine l'a fait retirer. Mardi 9 mai. les officiers de la garde urbaine se sont assemblés pour délibérer sur l'ordre que les chefs ont reçu de Brune de se trouver dimanche prochain à la parade pour passer la revue avec le's drapeaux tricolores. Cette proposition a effarouché tous les officiers bourgeois. Ils ont crié à lue lête qu'ils n'en voulaient pas (28): Réponse et délibération bien imprudente dans un moment tel que ~:I~lg~~ ~~~~ sg~~~; rec~~~~/~rr~o~ r; ~~s la~;ol~il~~itdetr;:'~d~ :\ mercredi, on a fait plusieurs arrestations à petit bruit... Le mercredi matin... un caporal de la ligne de la caserne des Infirmes s'est permis d'apostropher un urbain qui avait encore les boutons de son habit avec la fleur de lys. Celui-ci a eu le bon

19 168 FELIX-L. TAVERNIER esprit de ne rien dire. Mais ayant passé une seconde Cois, le caporal lui a craché dessus. Alors l'officier urbain a voulu le morigéner et la foule était pour lui. Le soldat a tiré son sabre. M. Fiquet qui s'est trouvé là lui a sauté dessus, le lui a arraché et l'a cassé en deux sur son genou. Ensuite, il a dit au caporal: Camarade, si cela ne vous convient pas, venez avec moi; Je vous ferai donner un autre sabre et je vous rendrai raison du surplus. Le caporal, au lieu de se rendre à son invitation, est rentré dans sa caserne en criant aux armes. Tous les soldats sont sortis armés et ont poursuivi les deux bourgeois qui, de leur côté, ont fait meure sous les armes le poste des Chasseurs du haut du Cours. Alors les soldats ont fait la manœuvre de Croiser la baionnette sur la garde urbaine et la garde urbaine a croisé la baionnette sur la troupe de ligne. Heureusement, le bataillon de renfort est arrivé ~:t~blf\,:n~~:;:'et ; j~~~~,;o:::,,::~~d~~~r~~ fl:i~"'ifé:~~t!~ru;;'~i~à, d~ rien que la bombe n'eclate. Il y a longtemps que l'incendie couve. S'il se développe une fois, l'explosion sera terrible. Dieu veuille nous en préserver. Tous les jours, une, deux ou trois alertes du même genre. ~a:::e1i~~:tt~n~e l~o~ti~~.do~ ~~chl~~et~uf~~~s ~~s C~ffrchde~ ~~nli y a des aigles. L'autre jour, deux officiers de dragons ayant été témoins du fait, tirèrent leur sabre et l'un d'eux en déchargea un grand coup sur celui qui l'avait fait. Heureusement il fut leste f,~!e s~o~~!t~n~j,:u~:~çuue~ liesc~ïtc?:r;~~rs'~~ ~Îlè~~~tl~u;~b!'eane~ to~ar~~~~ ~~,i'ii~~: ~i~s ;~~~~~~~ed~~a!e ~~::;~~o~::~.. uëe:::i~r~!~ à un fil bien léger. Samedi au soir, veille de la Pentecôte, le Cours et la Canebière ont été inondés de troupes de ligne, infanterie et cavalerie. Les dragons ont un piquet de 50 hommes au coin du Cours et les écuries de Mad' Roubm (29) leur servent de corps de garde. Les fant~~~~n~t ~~: b!~~~.:'iù~~ J~uJo ~"o;;;;;!s sà'ialf~i!r~!t~~~cè~ee~f p~~~é= tuellement. ~eurs armes sont chargées et ils ont ordre de tirer sur le premier qui leur déplaira. On ne sait à quoi attribuer cette grande terreur. On présume que ce.n'est pas seulement pour :;~~tln~~i~is ~':,u~!:pp~~c~':d~~n~r~~~e!'oanut~i~~~!n~~s detb~ii~~':;~.ti~ ses qui sont à Nice. Le bruit court que Grenoble est pris et que Lyon le sera bientôt (30). Que de maux vont encore fondre sur ma (29) Propriétaire de l'hôtel des Empereurs, sur la Canebière, au coin de" la place, St-Louis. (30) Le lieutenant de police signale, le 12 mai, une c poignée de fausses Douvelles.. : révolte de Bordeaux, désertion des troupes et désigne le Café Mérentié sur le Cours comme c un véritable club insurrectionnel )l. Il a fait fermer le café (li Min. Police, AN Fr 9001).

20 LBS CI!NT IOURS (IOURNAL PI!LLlZZONI!) 1611 ::;~I~rn~~:riv~~!!~t~:~1 entêtement d'un homme qui veut régner Le 14 mai, jour de la Pentecôte, les troupes de ligne sont en h~~~~:.nr;a~~ê s~~~~~ei~i~~~,!~;~éte~~ ~~~~::~er::gi~e~~u!en~~~ ~~,N~l~~t (!1~ ri~'1. ~~tn~~;~~~ ï~~~e~asnded~e bo~;s ~tndif::' I:t:::ê!~ moment qu~fs sont arrivés, on a fait partir res gens de la fameuse seizièm e, c'est à-dire ceux qui étaient casernés aux Infirmes et <J.ui ont fait tant de mal dans Marseille. En passanl sur le Cours Ils ont joué l'air On va l.eur percer le flanc, oh 1 que nous allons rire, etc. Lorsqu'ils ont été dans la rue de Rome, ils ont presque Ilssommé un jeune homme de 14 ans et un vieux Monsieur qui se trouvaient trop en avant sur leur passage. Ce sont là les adieux qn'i1s nous ont faits. Dieu les accompagne et les récompense! Le 15 mai, Madame Roubin tenant l'hôtel des Empereurs, a obte- ~O ~~~e~u~~t!!v;l~:i~n~~:~:t ~~~né~;!e~he~u~"~n~n slul:i~:rsto~)~ et le piquet d'infanterie a été s'établir pfns bas, toujours sur la CanebIère en s'emparant du poste occupé par les urbains; de sorte ~f~~~~~e~ f~u~~~~,e'itr:~tv~::s8~~t~t ï:s rai~: ~~:ti~ai~~e :~~~~~ de hommes, depuis 20 ans à 40 (32). C'est un nommé Fournier qui est ici pour cet effet et ce son de cloche n'amuse pas ces ~~:sl:~~rbn;i~:sle~a~l~~~ê~~n~u:t ~~i s~e~;~i:fte;tiè::;;~~t 'luia t,jïs~ crétion des troupes de ligne. le L;eff~fe~r~~i~~~reé~~~;! ~~0'::t~~é i~:~~1ar~ujal:!il:~~e~~~~~u~~! bureaux de loterie (33)... Il était SUiVI de quelques domestiques et ~"n ditvo~,~~~ t{rê;~d! ~r':t~~vfjirs,!~~sit~;~u~~ l:~~~~~~/l~sm~~d~ autour ~e lui, qu'il lui a fait un long discours tendant à soulever le pauvre contre le riche. Voilà la Terreur de retour (34). (31) C'est le 14- léger signalé ci-dessus (note 27). (32) Les décrets des avril 1815 ordonnent de tirer de la garde nationale des cohortes et bataiuons en vue d'un service actif ou sédentaire. ~ f~~[é~~~~e~r~~re d:~~ia q8~ ' dï~i:i~~refo d~ ~i 5 ~Oo~llhol~SmCe~n~~ g ~~~~IP~~~i r~ :: ~}~~ l~e~~~~e7 ~:ié~'81~:riin J~s 9:0al\~illons vers le Nord de la France (au (33) Dans la nuit du 3 au 4 mai, sur l'enseigne des bureaux de la loterie. Je mot impérial avait été effacé et remplacé par le mot royal. (AM JI 32. Reg. Corresp. de la police). (34) Le 15 mai, le maréchal Brune 8, dans une proclamation, tenté de ~é}ib~:té.l:~u~a:~~~ii:::s dr~pl;e{t~~~r:o~f!:t~e co:?;j':tse.. ~el eb~:'o~ J~u~l~'Ir~: il~: c est lié à la Révolution par la gloire des armes... surtout par uo patriotisme c tout de (eu... Ces illustres citoyens du Midi ne veulent pas courber une c tête d'esclaves sous la féodalité, les dîmes... les mépris des tyrans de c 'Village.. (Cité par de Laincel, Terreur rouge d Terreur blanche, p. 2(7).

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon!

Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon! Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon! «Vrigne-Meuse» fut la dernière bataille de la guerre de 14. Une tuerie, une boucherie comme les autres, mais la dernière enfin

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012 mai 2012 LEÇON En route pour Jérusalem Sabbat Fais l activité de la semaine, p. 38. Est-ce que ta famille a déjà déménagé dans un endroit inconnu? Quels étaient tes sentiments? Avais-tu peur, étais-tu

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES 1 le passé composé (avoir ou être) Mettez les verbes au passé composé (auxiliaires avoir ou être) 1. Elle (manger)... tous mes sandwiches! 2. Je (aller)...

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général.

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général. Napoléon Lorsque la Révolution éclate en 1789, le lieutenant Napoléon Bonaparte a 19 ans. Il est déjà soldat dans l armée et participe aux batailles entre les français qui sont pour la révolution et ceux

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

1- Le lièvre de la forêt noire

1- Le lièvre de la forêt noire Noureddine Mhakkak Le crayon et les mille et une feuilles : Les échos d une biographie non autobiographique 1- Le lièvre de la forêt noire C était une belle coïncidence, je me promenais seul dans une grande

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde du lundi 11 au dimanche 17 février 2013 n 221 > vers le 1er dimanche de Carême Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde vers Dimanche n 221 www.versdimanche.com page 1/21 Évangile

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO.

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. Objectif du pèlerinage Nous avons décidé de faire un pèlerinage de pénitence au mois d Aout 2010 depuis

Plus en détail

Petit parcours visant à développer l intériorité dans la classe.

Petit parcours visant à développer l intériorité dans la classe. Petit parcours visant à développer l intériorité dans la classe. Qu est ce que l intériorité? Avant d aborder une quelconque activité, il est nécessaire de définir ce que nous entendons par "intériorité".

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

En route pour Jérusalem

En route pour Jérusalem En route pour Jérusalem Est-ce que ta famille a déjà voulu déménager dans un endroit inconnu? Quels étaient tes sentiments? Avais-tu peur, étais-tu enthousiaste ou les deux? Nous allons imaginer une de

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

de la GRATUITÉ Chantons les louanges du Seigneur (Benedictus ) Je te salue Marie Mon âme est ravie Et mon cœur chante sa joie (Magnificat)

de la GRATUITÉ Chantons les louanges du Seigneur (Benedictus ) Je te salue Marie Mon âme est ravie Et mon cœur chante sa joie (Magnificat) PAIN de la LOUANGE, de la GRATUITÉ Chantons les louanges du Seigneur (Benedictus ) Je te salue Marie Mon âme est ravie Et mon cœur chante sa joie (Magnificat) 3 e soirée de prière durant l AVENT 1 1 er

Plus en détail

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Doubs - Besançon Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent ce weekend leur 25è

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer Les trois brigands 1 Quel est le titre de ce livre? Qui est l'auteur de ce livre? Quelle est l'édition de ce livre? A ton avis, que peut raconter cette histoire? Les trois brigands 2 Il était une fois

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence 2011-2012 Comport-action Nom 1 2 3 4 Court retrait en classe 5 Récréation guidée 6 Billet d information 7 Retrait en classe ou interclasse 0-1-2-3 Aucune conséquence Il peut être intéressant de renforcir

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

EN JESUS, LA PROMESSE SE REALISE

EN JESUS, LA PROMESSE SE REALISE Célébration pour le temps de Noël. Avent. Le Messie attendu. EN JESUS, LA PROMESSE SE REALISE Objectif : Ensemble, enfants et adultes, se rappellent la longue histoire de la tendresse de Dieu pour les

Plus en détail

Emmanuel Carrère. Hors d atteinte? Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Emmanuel Carrère. Hors d atteinte? Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Emmanuel Carrère Hors d atteinte? Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e 1 La baby-sitter arriva en retard, à cause, expliqua-t-elle, d un suicide qui avait interrompu le trafic du métro. Elle

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant Cour d honneur des Invalides, le 1 er octobre 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Complétez les phrases en conjuguant les verbes au subjonctif.

Complétez les phrases en conjuguant les verbes au subjonctif. Complétez les phrases en conjuguant les verbes au subjonctif. A) Qu'estce qu'il faut faire? 1 Il faut que je (rencontrer) madame Biron. 2 Il fut que tu (organiser) tes vacances. 3 Il faut que nous (téléphoner)

Plus en détail

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison

Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison du lundi 4 au dimanche 10 janvier 2016 n 372 > vers le baptême du Seigneur Évangile Lu Ma Me Je Ve Sa Di Édito, Manière de..., Au coeur du monde, A la maison vers Dimanche n 372 www.versdimanche.com page

Plus en détail

«Jean-Jacques Rousseau entre Rhône et Alpes», exposition du 3 avril au 30 juin Bibliothèque de la Part-Dieu. www.bm-lyon.fr

«Jean-Jacques Rousseau entre Rhône et Alpes», exposition du 3 avril au 30 juin Bibliothèque de la Part-Dieu. www.bm-lyon.fr ... l inégalité s étend sans peine parmi des ames ambitieuses et lâches, toûjours prêtes à courrir les risques de la fortune, et à dominer ou servir presque indifféremment selon qu elle leur devient favorable

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

L UTILISATION DE L IMPARFAIT

L UTILISATION DE L IMPARFAIT L UTILISATION DE L IMPARFAIT A) Une description (= Beschreibung) Aujourd hui, notre village est assez grand. (petit) Mais avant, notre village... Aujourd hui, il y a 5'000 habitants. (300) Mais avant,.....

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

Faubourg Saint Médard

Faubourg Saint Médard Faubourg Saint Médard de 1860 à 1914 "Je m'informe donc je suis. J'agis donc j'existe" Dominos LA FONTAINE asbl À la recherche de l'histoire de notre local dans le cadre de nos activités d'éducation permanente

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Indications pédagogiques D2 / 11

Indications pédagogiques D2 / 11 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D2 / 11 D : Réaliser un message à l écrit Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 1 : Produire un message à l écrit 1 : Produire un message

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Sismographe L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Dans la ville de Venise on raconte mille histoires et chaque année est organisé le carnaval!

Dans la ville de Venise on raconte mille histoires et chaque année est organisé le carnaval! Le Pierrot de Venise Dans la ville de Venise on raconte mille histoires et chaque année est organisé le carnaval! Tous les habitants se déguisent. Les mamies de la ville racontent une histoire très ancienne

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Souvenirs et devoir de mémoire

Souvenirs et devoir de mémoire Souvenirs et devoir de mémoire Je suis doublement incité à raconter mes souvenirs, d abord à la demande des parents de certains évadés, et ensuite à la demande d un officier supérieur, à qui j avais montré

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS SESSION 2011 Brevet d Études Professionnelles «rénové» FRANÇAIS L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Le sujet comporte 5 pages numérotées de 1 à 5. Examen : BEP «rénové» Spécialité : toutes spécialités

Plus en détail

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Sarahta K. BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités

Plus en détail

Progresser par la foi

Progresser par la foi Chapitre 54 Progresser par la foi Il n est pas toujours sage, en effet, de ne rien entreprendre qui entraîne de fortes dépenses sans avoir au préalable l argent nécessaire. Le Seigneur n épargne pas toujours

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

Prévention routière La Tour du Pin. Mars/Avril 2014. En partenariat avec le CISPD et les communautés de communes

Prévention routière La Tour du Pin. Mars/Avril 2014. En partenariat avec le CISPD et les communautés de communes Prévention routière La Tour du Pin Mars/Avril 2014 En partenariat avec le CISPD et les communautés de communes Avant de commencer, avez-vous regardé le film «Bus à l arrêt» et répondu aux questions? Que

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

HISTOIRES DROLES. 1. l athée et l ours

HISTOIRES DROLES. 1. l athée et l ours HISTOIRES DROLES 1. l athée et l ours Un athée se promenait dans les bois tout en s'extasiant devant la nature : «Quels arbres majestueux, quelle puissante rivière, quels beaux animaux!» Se disait-il.

Plus en détail

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 Samedi 22 septembre 2012 10h15 à 12h00 Rencontre d'éveil à la foi pour l'enfant avec un de ses parents. Avant la séance : préparer la salle : 1

Plus en détail

Kim Thúy de passage à Sherbrooke

Kim Thúy de passage à Sherbrooke Bulletin spécial Mai 2014 Kim Thúy de passage à Sherbrooke Pour célébrer avec nous le Mois du patrimoine asiatique La très talentueuse et sympathique écrivaine Kim Thúy a tout de suite répondu par l affirmative

Plus en détail

Cours de paléographie Archives municipales de Cannes 40 45 50 55 60 65 70 75 p 2 / 4

Cours de paléographie Archives municipales de Cannes 40 45 50 55 60 65 70 75 p 2 / 4 Référence du texte : AC Cannes 3D13 : Maires et adjoints, affaires de cabinet.- "Cent jours", passage de Napoléon Bonaparte à Cannes en 1815 : mémoire du maire de Cannes sur le débarquement de Napoléon

Plus en détail

La promesse de Dieu à Abraham

La promesse de Dieu à Abraham La Bible pour enfants présente La promesse de Dieu à Abraham Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Byron Unger et Lazarus Adapté par : M. Maillot et Tammy S. Traduit par : Emmanuelle Gilger-Bedos Produit

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

1Co3,16-23 (tout est à vous et vous êtes à Christ et Christ est à Dieu)

1Co3,16-23 (tout est à vous et vous êtes à Christ et Christ est à Dieu) 1 LECTURES 1Co3,16-23 (tout est à vous et vous êtes à Christ et Christ est à Dieu) Mt5,38-48 (Si on te gifle sur la joue droite ) PREDICATION Et bien voilà, nous venons au culte tranquillement par un beau

Plus en détail

PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1

PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1 PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1 I. 1. Si l un de vous, messieurs les juges, ou quelqu un dans l assistance s étonne par hasard de me voir moi qui suis mêlé aux

Plus en détail

Dans le passage ci-dessous, retrouve et entoure au crayon de couleur rouge, tous les verbes (conjugués et non conjugués) :

Dans le passage ci-dessous, retrouve et entoure au crayon de couleur rouge, tous les verbes (conjugués et non conjugués) : La sorcière du placard aux balais partie 1 (p 1-2) La sorcière du placard aux balais partie 1 (p 1-2) Dans le passage ci-dessous, retrouve et entoure au crayon de couleur rouge, tous les verbes (conjugués

Plus en détail

L INCENDIE des DOCKS de NICE - 1899

L INCENDIE des DOCKS de NICE - 1899 L INCENDIE des DOCKS de NICE - 1899 Les Docks : Superbe édifice du quai des deux-emmanuel que celui formé par les trois bâtiments composant les «docks et entrepôts de Nice» avec ses nombreuses salles et

Plus en détail

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle Enquête au collège : le meurtre de Gertrude chapitre 1: La nouvelle Comme à son habitude Gertrude passait la serpillère. Or, le Mardi 17 Septembre personne ne l'avait vue! Toute l'école disait qu'elle

Plus en détail

Marie-P te propose une mission!

Marie-P te propose une mission! Marie-P te propose une mission! D éveloppe tes qualités d observation pour devenir détective, comme Marie-P! Six lettres mystérieuses se sont glissées dans certaines illustrations du roman marquées par

Plus en détail

L essentiel sur. Le passécomposé. & L imparfait. Ernst Ludwig KIRCHNER DAVOS

L essentiel sur. Le passécomposé. & L imparfait. Ernst Ludwig KIRCHNER DAVOS L essentiel sur Le passécomposé & L imparfait Ernst Ludwig KIRCHNER DAVOS s utilise pour raconter une action passée. Il se forme avec être ou avoir au présent + le participe passé Manger J ai mangé Tu

Plus en détail

scaricato da www.risorsedidattiche.net

scaricato da www.risorsedidattiche.net Le Français en ligne Verbes je-tu-il/elle-ils-elles Ecrivez les verbes au présent du. Je ne crois pas qu'il... possible de tout faire en même temps. (être) Je doute que tu... la capacité de comprendre

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Plainte avec Constitution de Partie Civile Nicole Guihaumé c/ UDAF 12 octobre 2015 1/13

Plainte avec Constitution de Partie Civile Nicole Guihaumé c/ UDAF 12 octobre 2015 1/13 Nicole Guihaumé 9 rue des Périchaux 75015 PARIS 0155769184 nicole.guihaume@hotmail.fr Tribunal de Grande Instance Monsieur le Doyen des Juges d'instruction Place Pierre Flotte 34040 Montpellier Cedex 1

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Extrait de la publication Extrait de la publication Extrait de la publication Extrait de la publication DU MÊME AUTEUR Aux Éditions Gallimard Romans LA NAUSÉE («Folio», n 805 «Foliothèque», n 28. Essai

Plus en détail

Ventosa, le 21 Août 1808, huit heures de relevée Le Général de Division Delaborde

Ventosa, le 21 Août 1808, huit heures de relevée Le Général de Division Delaborde Ventosa, le 21 Août 1808, huit heures de relevée Le Général de Division Delaborde à Son Excellence le Duc d'abrantès, Général-en-Chef de l'armée du Portugal Votre Excellence, Je vous remets mon rapport

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 1 DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 2 futur immédiat aller + infinitif présent continu ou progressif être en train de + infinitif passé récent venir de + infinitif Ça va se passer Ça

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes :

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes : Cas n o 1 M me Melanson M me Melanson (75 ans) vit dans une région rurale de la Nouvelle-Écosse. Sa fille aînée, Caroline (54 ans), est retournée vivre avec elle il y a cinq ans après le décès du mari

Plus en détail

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 14 novembre 2015 Interview de, Premier ministre, Journal de TF1 - et Samedi 14 novembre 2015 Bonsoir Monsieur le Premier ministre. Bonsoir. Merci beaucoup d

Plus en détail

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue.

Exercices de langue. Consigne : Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance d un français/une française. Complète le dialogue. Exercices de langue Compétence pragmatique à évaluer : se présenter (dire son nom et son âge, son origine, en quelle classe on va, quelles langues on parle) Tu es en colonie de vacances et tu fais la connaissance

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

Rapport sur la politique et l'organisation adopté au congrès. Haïr, stigmatiser et écraser le centrisme!

Rapport sur la politique et l'organisation adopté au congrès. Haïr, stigmatiser et écraser le centrisme! Vive le marxisme-léninisme-maoïsme! Vive la Guerre Populaire! ---------------------------------------------------------------------- Charu Mazumdar Rapport sur la politique et l'organisation adopté au

Plus en détail

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918.

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LE MIDI ROUGE, BULLETIN DE L ASSOCIATION MAITRON LANGUEDOCROUSSILLON, PERPINYÀ, N 8, DÉCEMBRE 2006, pp. 22-24. Le Code

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail