Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 Guide sur l'utilisation du logiciel S-PLUS Normand Ranger CIRANO Centre Interuniversitaire de Recherche en ANalyse des Organisations 2020 rue University, 25e çetage Montrçeal, Quçe. H3A 2A5 æ Guide è 7-Version novembre 1996 æ æ æ æ æ Ce document est disponible ça l'adresse suivante: æ æ

2 Table des matiçeres 1 Introduction Version et commande d'appel Prçeliminaires Syntaxe Remarques Objets S Introduction Assignation Manipulations Vecteur Matrice et tableau Data frame Liste Fonction Principes fondamentaux Ecrire ç ses propres fonctions Rçegles de construction d'une fonction Objets de type modçele Quelques fonctions çelçementaires Fonctions de manipulation Fonctions de transformations numçeriques Fonctions d'aide Fonctions graphiques Introduction Fen^etres graphiques et impression Fonctions graphiques de base Paramçetres graphiques èfonctionparèèè Famille des fonctions Trellis Fonctions statistiques Fonctions utiles ça la programmation de ses propres fonctions Fonctions de manipulations de caractçeres Autres fonctions Fonctions d'çedition Librairies locales 22 A Librairie locale au CIRANO B Librairie DSE C Librairie locale domouse I II III i

3 ii D Exemples IV

4 1 Avant-propos Ce petit guide n'a pas pour but de prçesenter tout le logiciel èlangage?è S-PLUS. Ce document ne prçesente qu'un nombre restreint de commandes et d'instructions. De plus, une certaine connaissance de UNIX pourra aider les utilisateurs de S-PLUS. Historique La version originale de S-PLUS s'appelait S et avait çetçe produite par AT&T Bell Laboratories. Par la suite, une version amçeliorçee fut commercialisçee sous le nom S-PLUS par la compagnie Statistical Sciences Inc. èstatsciè qui fut achetçee par le fournisseur actuel MathSoft. Manuels de rçefçerence, librairies de programmes publiques Le fabricant de S-PLUS fournit avec le logiciel une sçerie de livres de rçefçerence: S-PLUS User's Manual, S-PLUS Reference Manual, S-PLUS Gentle introduction, S-PLUS Crash Course, S-PLUS Programmer's Manual, S-PLUS Guide to Statistics and Mathematical Analysis, Treillis Graphics User's Manual, etc. De plus, plusieurs auteurs ont çecrit des livres sur S-PLUS ou sur un domaine scientiæque utilisant S-PLUS èex.: en statistique, graphismeè. Mentionnons en particulier ècette liste provient du site WWW de S-PLUS et date du 27 fçevrier 1996è: "An Introduction to S and S-Plus" by Phil Spector, Duxbury Press, Belmont, CA, 1994 "Statistical Models In S" by John Chambers and Trevor Hastie Chapman and Hall, 1992 "A Handbook of Statistical Analyses using S-PLUS" by Brian Everitt, Chapman & Hall, London, UK, "Modern Applied Statistics with S-PLUS" by William N. Venables and Brian D. Ripley, Springer, New York, NY, 1994 "Data analysis by using S" by M. Sibuya and R. Shibata "Graphics" by Richard A. Becker, John M. Chambers and Allan R. Wilks "Smoothing Techniques with Implementation in S" by W. Hardle, Springer, 1991 "Algorithms, Routines and S Functions for Robust Statistics" by A. Marazzi, Wadsworth & BrooksèCole, Pacific Grove, CA, 1992.

5 2 "Visualizing Data" by William S. Cleveland, Hobart Press, Summit, NJ, Notons que le site WWW du logiciel est: Il existe aussi un site WWW èhttp:èèlib.stat.cmu.eduèsè qui oære des libraires de programmes S-PLUS produites par des usagers du logiciel. Sur ce m^eme site, certains autres guides d'usagers sont disponibles dont: "Une introduction ça S-Plus" Marcel Baumgartner èfrench.introè "Frequently Asked Questions about SèS-PLUS" by S. Gomatam and B. Narasimhan èfaqè "Cheatsheet: Simple Summaries of S Syntax and Expressions" by Barry Brown ècheatsheetè "Introductory Guide to S-Plus" by Brian Ripley èsguide.ps1, sguide.ps2è "Notes on S-PLUS" by William Venables and Dave Smith èsplusnotesè "Notes on S-PLUS èstudent editionè" by William Venables and Dave Smith Environnement Ce document traite de la version UNIX sous Solaris. Les versions sous d'autres environnements èdont Windowsè prçesentent certaines diæçerences, en particulier sous l'aspect graphique. Remarque et remerciements Ce guide est une nouvelle version d'un document produit antçerieurement: Mini-guide S et S-PLUS, Normand Ranger, Laboratoire de statistique-informatique, Dçept. d'informatique et de recherche opçerationnelle, Universitçe de Montrçeal, septembre 1993, version 3.0. L'auteur tient ça remercier Christian Lçeger et Michel Lamoureux du dçepartement de Mathçematiques et Statistique de l'universitçe de Montrçeal pour leurs commentaires lors de la rçevision du document mentionnçe ci-dessus. De plus, Christian Boudreau et Nancy Forget du m^eme dçepartement m'ont permis de plagier quelques paragraphes de leur documentation sur S-PLUS Amçeliorations Enæn, toutes erreurs, remarques, commentaires et suggestions quant au contenu etèou ça la prçesentation de ce document seront recueillis avec joie, amour et tendresse par l'auteur...

6 Chapitre 1 Introduction 1.1 Version et commande d'appel Version La version actuelle de S-PLUS sur BERGERAC est 3.4. Appel de S Il y a 2 façcons d'appeler S-PLUS: æ Interactive avec la commande: Splus æ En lot èbatchè: Splus BATCH æchier input æchier output oçu: æchier input contient les instructions S-PLUS ça exçecuter; æchier output contient les rçesultats des instructions S-PLUS exçecutçees. 1.2 Prçeliminaires Sous-rçepertoire de travail Notons que S-PLUS a besoin d'un sous-rçepertoire de travail nommçe obligatoirement.data. Si l'usager n'a pas de sous-rçepertoire.data dans le rçepertoire oçu il se trouve, S-PLUS en crçeera un ça moins qu'il en existe un dans le rçepertoire principal. On peut crçeer des sous-rçepertoires.data dans n'importe quel rçepertoire. S-PLUS est un logiciel orientçe sur le concept de manipulation d'objets et de fonctions. Il utilise son propre rçepertoire è.dataè qui contient tous les æchiers èobjets, fonctions, etc.è crçeçes durant une session interactive. De plus, ce rçepertoire contient d'autres æchiers crçeçes par S-PLUS dont: æ.audit: journal de toutes les commandes antçerieures, utile pour la fonction history æ.random.seed: utilisçe lors de gçençeration de valeurs alçeatoires æ last.dump,.last.æxed,.last.value èobjets utilitaires...è Note: Sous Windows, le sous-rçepertoire de travail se nomme DATA et se retrouve dans le rçepertoire dçeæni par la variable d'environnement HOME. 3

7 4 1.3 Syntaxe æ une fonction s'utilise toujours avec une paire de parenthçeses èpouvant ne rien contenirè æ une fonction utilisçee sans parenthçeses donnera le ësource" de la fonction en S-PLUS. Malheureusement plusieurs fonctions ne font qu'appeler une fonction interne S-PLUS non visible... æ une commande UNIX peut-^etre exçecutçee durant une session S-PLUS en la prçecçedant d'un point d'exclamation. Par contre, il faudra ^etre prudent dans l'utilisation de certaines commandes UNIX. æ tout texte ça la droite du caractçere è est un commentaire. Ceci est particuliçerement utile lorsqu'on çecrit ses propres fonctions. Exemples: è Ceci est une ligne de commentaire meanèxë-1ëè è moyenne sur x sauf l'element 1 æ il est permis de faire un Return durant l'çenoncçe d'une instruction; S-PLUS produira automatiquement le caractçere + au dçebut de la ligne suivante si la syntaxe de ce qui a dçejça çetçe tapçe ne peut pas ^etre considçerçe comme une instruction S-PLUS complçete. æ S-PLUS diæçerencie les minuscules des majuscules. 1.4 Remarques 1. Le symbole d'incitation ça donner une instruction èprompt symbolè est le caractçere plus grand èéè. 2. Enæn, on termine une session S-PLUS avec la fonction qèè. 3. Au CIRANO, une librairie locale de fonctions est automatiquement incluse lors de l'appel de S-PLUS. Cette librairie contient actuellement les fonctions suivantes: accent accent.postscript accent.table attach.dse ichar last.dump mixed.mtext.vector mixed.text.vector stringwidth accent.fin.fonte.1335 accent.ps.setfont.std.latin1 afm fquad is.file mixed.mtext mixed.text ps.fonts unix.true Ces fonctions sont dçecrites ça l'appendice A.

8 Chapitre 2 Objets S 2.1 Introduction æ Un nom d'objet est formçe de caractçeres alphanumçeriques et du point. Il doit dçebuter par une lettre. æ S-PLUS manipule des objets qui peuvent^etre, entre autres, des vecteurs, matrices, tableaux, catçegories, sçeries èchronologiquesè, listes et fonctions. S-PLUS oære aussi un objet de type data frame. æ un objet peut possçeder des attributs: - un mode: logique, numçerique, complexe et caractçere; - une longueur: souvent le nombre d'çelçements dans l'objet; - des noms associçes aux çelçements dans l'objet. 2.2 Assignation La forme gçençerale de l'assignation est: objet symbole d'assignation expression æ objet: peut ^etre tout objet; si le reste de l'assignation est absente, on aura le contenu de l'objet æ symbole d'assignation: peut ^etre le caractçere èsoulignçeè ou la paire de caractçeres é- æ expression: peut ^etre un objet, une partie d'objet ou une transformation arithmçetique, logique de plusieurs objets. Remarque: Si un nom d'objet crçeçe èpar l'assignationè est un nom dçejça existant dans S-PLUS, le logiciel utilisera toujours, par dçefaut, l'objet de l'usager. Les fonctions assign et get permettent de manipuler des objets ayant des noms identiques èdans le rçepertoire de l'usager et dans S-PLUSè. Malgrçe l'existence des deux fonctions nommçees prçecçedemment, on suggçere d'essayer de trouver des noms ëoriginaux" ça ses objets. Dans certaines situations èmais pas toujours!...è, S-PLUS indiquera cette duplication de noms par le message suivant: Warning messages: assigning "nom de l'objet" masks an object of the same name on database Manipulations On peut manipuler les objets de plusieurs façcons: æ liste du contenu èles çelçementsè de l'objet æ transformation arithmçetique dont: - les 4 opçerations traditionnelles è+, -, *, =è, ^ èexponentationè, è=è èdivision entiçereè, èè èmoduloè, è*è èproduit matricielè, etc. 5

9 6 æ opçeration logique dont: é; é; é=;é=;== èçegalè,!= èdiæçerentè, & èetè, j èouè,! ènçegationè, etc. æ extraction d'une partie d'objet; ceci se fera par une manipulation logique ou par la mention d'un indice æ fonction èprçe-dçeænie ou de l'usagerè sur l'objet 2.4 Vecteur L'objet de type vecteur est trçes important dans S-PLUS. Un objet d'un seul çelçement sera considçerçe comme un vecteur de longueur 1. Exemples de manipulations de vecteurs 1. data1 cè12.1,8.4,0.1,3è: la fonction cèè crçee un vecteur dont la longueur est le nombre d'çelçements donnçe 2. data2 cè6.02,2.8,0.025,.6è 3. data1 = 2 ë1ë Remarques: 1è Les 2 objets n'ayant pas la m^eme longueur, l'objet 2 est rçepçetçe pour complçeter l'opçeration. 2è Le symbole ë1ë indique que le rçesultat est un vecteur et sert ça numçeroter les çelçements lorsque ceux-ci n'ont pas de noms èvoir la fonction namesè. 4. data1 + cè2,4è ë1ë resul data1 = 2: crçeation de l'objet resul qui sera un vecteur 6. data1 é 1.0 ë1ë F F T F: manipulation logique dont le rçesultat est un vecteur d'çelçements logiques èmode logiqueè; F signiæe False et T True 7. data2ë3ë ë1ë 0.025: çelçement 3 du vecteur data2 qui devient un vecteur de longueur 1 8. data1ë2:4ë ë1ë : les çelçements 2 ça 4 du vecteur data1 qui deviennent unvecteur de longueur 3 9. data1ë-1ë ë1ë : les çelçements de data1 sauf l'çelçement data1ëdata1 é 1ë ë1ë : les çelçements de data1 qui appartiennent ça la condition ë...ë; note: ceci est diæçerent de data1 é data2ëdata1 é 1ë ë1ë : les çelçements de data2 qui sont vrais sous la condition faite sur data1 12. è1:33è ë1ë ë26ë : gçençerer une sçequence de nombres; forme abrçegçee de la fonction seq 13. è1:3èëdata1 é 1ë ë1ë 3: leèsè numçeroèsè de sçequence parmi les 3 premiers çelçements soumis ça la condition

10 7 14. è1:4èëdata1 é 1 & data2 é 1ë ë1ë 3: leèsè numçeroèsè de sçequence des çelçements de valeur True du vecteur logique crçeçe par la condition 15. meanèdata1è ë1ë 5.9: appel de la fonction prçe-dçeænie mean èmoyenne arithmçetiqueè 16. lengthèdata1è ë1ë 4: appel de la fonction prçe-dçeænie length ètaille du vecteurè 17. data1.moy meanèdata1è è1:lengthèdata1èèëdata1 é data1.moyë ë1ë 1 2:leèsè numçeroèsè de sçequence des çelçements de data1 supçerieurs ça leur moyenne 18. namesèdata1è cè"christian","normand","robert","roch"è: associe des noms ça chaque çelçement du vecteur. Ainsi: data1 Christian Normand Robert Roch Matrice et tableau L'objet matrice est çevidemment semblable ça la notion bien connue en mathçematique. On peut associer des noms aux lignes et colonnes de cet objet. De plus, il est facile de manipuler des sous-matrices d'une matrice. Enæn, l'objet matrice fait rçefçerence uniquement ça des tableaux ça 2 dimensions; c'est l'objet tableau èarrayè qui reprçesente les tableaux ça plus de 2 dimensions. Dans ce document, on ne traite que de l'objet matrice. Les exemples qui suivant prçesentent des matrices dont les entrçees sont des nombres mais S-PLUS peut manipuler des matrices de caractçeres ou d'çelçements logiques. Exemples de manipulations de matrices 1. mat1 matrixèè1:15è,nrow=3,ncol=5,byrow=tè: crçeation d'un objet matrice ça l'aide de la fonction matrix. Ainsi: mat1 ë,1ë ë,2ë ë,3ë ë,4ë ë,5ë ë1,ë ë2,ë ë3,ë mat1ë2,1ë ë1ë 6: çelçement mat L'utilisation d'une ligne ou colonne d'une matrice est possible de plusieurs façcons: èaè mat1ë,2ë: vecteur contenant la deuxiçeme colonne de la matrice mat1 èbè mat1ë,2,drop=fë: une matrice 3 æ 1 contenant la deuxiçeme colonne de la matrice mat1 ècè mat1ë1,,drop=fë: une matrice 1 æ 3 contenant la premiçere ligne de la matrice mat1 4. mat1ë,2ë - 2 ë1ë : cette soustraction produit ce vecteur 5. mat2 mat1ë,-2ë: produit une nouvelle matrice 3 æ 4 ayant ^otçe la deuxiçeme colonne de la matrice mat1 6. tèmat1è: appel de la fonction prçe-dçeænie t ètransposçeeè

11 8 7. mat1 è*è tèmat1è: produit matriciel de la matrice mat1 par sa transposçee 8. dimnamesèmat1è listècè"r1","r2","r3"è,cè"c1","c2","c3","c4","c5"èè: fonction prçe-dçeænie dimnames qui associe aux lignes et aux colonnes de la matrice des noms; voir ça la section 2.7 pour la notion de liste èlistè. De plus, lors de transformations arithmçetiques de cette matrice identiæçee les noms associçes seront conservçes si possible. Ainsi: mat1 c1 c2 c3 c4 c5 r r r tèmat1è r1 r2 r3 c c c c c mat1ë"r3","c2"ë ë1ë 12: çelçement de la matrice retracçe par ses noms aux indices de ligne et colonne 10. ncolèmat1è ë1ë 5: fonction prçe-dçeænie indiquant le nombre de colonnes de la matrice 11. nrowèmat1è ë1ë 3: fonction prçe-dçeænie indiquant le nombre de lignes èrangçeesè de la matrice 12. dimèmat1è ë1ë 3 5: fonction prçe-dçeænie produisant un vecteur de longueur 2 contenant le nombre de lignes et de colonnes. Ainsi: nrowèmat1è est çequivalent ça dimèmat1èë1ë et ncolèmat1è est çequivalent ça dimèmat1èë2ë 13. mat3 rbindèmat1,cè-2,-1,0,1,2èè: crçeation d'une nouvelle matrice formçee de la matrice mat1 et d'une rangçee èrowè supplçementaire indiquçee par le vecteur nommçe 14. mat4 cbindèmat1,repè1,rowèmat1èèè: crçeation d'une nouvelle matrice formçee de la matrice mat1 et d'une colonne ècolumnè supplçementaire de Data frame S-PLUS oære un autre type d'objet: data frame. Celui-ci est en fait semblable au type matrice. Dans le cas d'une matrice toutes les valeurs sont dum^eme type tandis que le cas du data frame, on peut mettre dans chaque colonne des types diæçerents. Dans l'exemple suivant: nouvo data.frameèdata1,data2,data1é1è l'objet nouvo contiendra: data1 data2 data1...1 Christian FALSE Normand FALSE Robert TRUE Roch FALSE dont les colonnes sont de type numçerique et logique. De plus, S-PLUS a attribuçe automatiquement des noms aux lignes et aux colonnes de ce data frame en utilisant, pour identiæer les lignes, les noms d'un des vecteurs èdata1è utilisçes pour la crçeation de cet objet et, pour identiæer les colonnes, les noms des arguments. Pour plus de dçetails, consulter le S-PLUS User's Manual.

12 9 2.7 Liste Un objet de mode liste est un ensemble pouvant contenir plusieurs çelçements ècomposantesè qui peuvent ^etre de diæçerents modes. Ce concept est trçes versatile et permet des manipulations d'objets pouvant devenir trçes sophistiquçes. Exemples de manipulations de listes 1. liste1 listèdata1,mat1,cè1.1,2.2,3.3è,cè"allo","bonjour"èè: crçeation de l'objet liste1 qui contient 4 composantes è 2 objets prçecçedemment crçeçes èun vecteur et une matriceè, un vecteur numçerique et un vecteur caractçereè 2. liste1ëë3ëë ë1ë : composante 3 de la liste liste1 3. listeëë4ëëë2ë ë1ë "Bonjour": deuxiçeme çelçement de la composante 4 èqui est un vecteurè de la liste 4. liste1 listèvect1=data1,mat=mat1,vect2=cè1.1,2.2,3.3è,nom=cè"allo","bonjour"èè: similaire ça l'exemple 1 mais en associant des noms ça chacune des composantes de la liste 5. liste1$vect2: similaire ça l'exemple 2 en supposant l'association des noms dçeænis ça l'exemple 4 6. tèliste1ëë2ëëè ou tèliste$matè: transposçee de la matrice mat1; toute composante d'une liste est un objet utilisable dans toute manipulation d'objet 7. liste2 listèlisteune=liste1,logique=cèt,t,f,f,tèè: crçeation d'une liste contenant 2 composantes dont la premiçere est une liste et la seconde un vecteur logique; ainsi, liste2ëë1ëëëë3ëëë1ë ou liste2$listeune$vect2ë1ë sera l'çelçement 1 de la composante 3 de la composante 1 de la liste liste2 i.e Fonction Principes fondamentaux S-PLUS est principalement basçe sur l'utilisation de fonctions qui sont des objets trçes puissants. Il existe 2 types de fonctions: celles dçeænies par l'usager et celles prçe-dçeænies èdans S-PLUSè. La syntaxe d'une fonction S-PLUS est: nomèparamçetresè æ une fonction peut n'avoir aucun paramçetre æ s'il y a plus d'un paramçetre, ceux-ci doivent ^etre sçeparçes par des virgules æ le rçesultat d'une fonction ne vaut qu'une valeur mais celle-ci peut ^etre complexe èex.: une listeè. La valeur de la fonction est toujours la valeur reprçesentçee par la valeur de la derniçere variable assignçee dans la fonction. Exemple: functionèa,bè c é- a + b d é- a - b Cette fonction retourne la valeur de la variable d.

13 10 æ les valeurs des paramçetres de la fonction peuvent ^etre transmises par position ou par mot-clçe; il y a trçes souvent une valeur par dçefaut pour les paramçetres Exemple: la fonction rnorm qui gçençere des nombres d'une loi Nèmean, sd 2 è est dçeænie: rnormèn,mean=0,sd=1è n nombre de valeurs ça gçençerer mean moyenne; valeur par dçefaut: 0 sd çecart-type; valeur par dçefaut: 1 Ainsi: rnormè5è: gçençere 5 nombres d'une Nè0,1è rnormè5,sd=4è: gçençere 5 nombres d'une Nè0,16è rnormèmean=2,n=4è: gçençere 4 nombres d'une Nè2,1è Ecrire ç ses propres fonctions Pour çecrire ses propres fonctions S-PLUS, l'usager doit conna^çtre: æ un çediteur èvoir section 3.8è æ certaines fonctions S-PLUS utiles en programmation èvoir chapitre 3è Rçegles de construction d'une fonction L'exemple ci-dessous est prçesentçe avec la fonction æx. Pour l'utilisation d'çediteurs, consultez la section Une fonction S-PLUS comporte: un nom, une paire de parenthçeses pouvant contenir des arguments, une accolade gauche, des lignes d'instructions et se termine par une accolade droite. 2. On suggçere, lors de la crçeation initiale d'une fonction, decrçeer la fonction sans aucune instruction et d'çediter ensuite cette fonction. Exemple: toto functionèx, valeur = 4èfg æxètotoè 3. L'çediteur se charge de prçesenter et d'indenter correctement les lignes de programmation de la fonction. 4. Si, en sortant de l'çediteur-fonction, il y a des erreurs de syntaxe, S-PLUS permet de retourner ça la fonction modiæçee avec la fonction æxèè. Exemple: æxètotoè çedition de la fonction puis sortie de l'çediteur Si un message d'erreur semblable ça celui-ci appara^çt: Syntax error:... used illegally at line..., æle ètmpèæx... Dumped Errors occurred; Use æxèè to re-edit this object. Il suæt de retourner dans la fonction en faisant: æxèè 5. Si la fonction contient des arguments, on associe ça chacun d'eux un mot-clçe ènomè et possiblement une valeur par dçefaut. Exemples: La fonction suivante ne contient aucun argument:

14 11 functionèè printè"bonjour"è printè"normand"è La fonction suivante contient deux arguments qui n'ont pas de valeurs par dçefaut: functionèmot1, mot2è printèmot1è printèmot2è La fonction suivante contient deux arguments qui possçedent des valeurs par dçefaut: functionèmot1 = "Bonjour", mot2 = "Normand"è printèmot1è printèmot2è Cette derniçere fonction est la plus intçeressante puisqu'elle permet de passer n'importe quelles valeurs aux deux arguments sans que ce soit obligatoire. 6. Si on crçee une fonction avec un nom qui existe dçejça dans l'ensemble des fonctions S-PLUS, le logiciel utilisera toujours, par dçefaut, la fonction de l'usager. Les fonctions assign et get permettent d'employer des noms identiques èdans le rçepertoire de l'usager et dans S-PLUSè. Malgrçe l'existence des deux fonctions nommçees prçecçedemment, on suggçere d'essayer de trouver des noms ëoriginaux" ça ses objets. Au moment de la crçeation initiale de la fonction personnelle, S-PLUS indiquera cette duplication par le message suivante: Warning messages: assigning "nom de la fonction" masks an object of the same name on database Objets de type modçele Dans les nouvelles versions de S-PLUS, le concept ëorientçe-objet" appara^çt avec la notion de ëmodçele". En fait, un des aspects intçeressants est que les fonctions reconnaissent dans un objet le genre de fonction qui a crçeçe celui-ci et produisent un rçesultat en consçequence. L'usager intçeressçe ça ce concept de modçele manipulçe par certaines fonctions aurait intçer^et ça consulter le livre Statistical Models in S de Chambers et Hastie... Exemple L'exemple ci-dessous utilise le modçele de rçegression linçeaire associçe ça la fonction lm. é bmdpë1:5,ë Id Age V1 V2 V3 V4 V5 V6 V7 ë1,ë ë2,ë ë3,ë ë4,ë ë5,ë é resul1.lm é- lmèv7 ~ V1 + V2, data = data.frameèbmdpèè é resul1.lm

15 12 Call: lmèformula = V7 ~ V1 + V2, data = data.frameèbmdpèè Coefficients: èinterceptè V1 V Degrees of freedom: 181 total; 178 residual Residual standard error: é parèmfrow=cè6,1èè é plotèresul1.lmè Remarques 1. l'instruction bmdpë1:5,ë permet de montrer que l'objet bmdp est une matrice de donnçees N x 9. Seules les 5 premiçeres lignes sont prçesentçees ici. 2. La fonction lm permet de fournir un modçele ça analyser en utilisant les noms des colonnes. Notons que l'objet ça analyser doit ^etre de type data frame d'oçu l'utilisation de la fonction data.frame dans le paramçetre data. 3. L'instruction resul1.lm indique que l'objet contient toutes les rçefçerences nçecessaires et certains rçesultats pour se rappeler comment cet objet a çetçe crçeçe. 4. Aprçes avoir redçeæni la fen^etre graphique avec l'instruction par, l'exçecution de l'instruction plot produira automatiquement èsans autres paramçetresè 6 graphiques reliçes ça l'analyse de rçegression: graphique des rçesidus, des quantiles, de la distance de Cook, etc. On remarque donc que l'utilisation de fonctions de type ëmodçele" permet de pouvoir manipuler et analyser des rçesultats dans un contexte bien dçeæni èla rçgression dans l'exemple ci-dessusè

16 Chapitre 3 Quelques fonctions çelçementaires 3.1 Fonctions de manipulation repèx,times,lengthè rçepçeter l'objet x pour times fois pour une longueur de length valeurs Exemples: èavec data1 dçeæni en 3.3.2è repèdata1,2è ë1ë repèdata1,length=7è ë1ë seqèfrom,to,by,length,alongè gçençerer une sçequence de nombres Exemples: seqè-1,4,length=9è ë1ë : gçençerer 9 nombres entre -1 et 4 èintervalles çegauxè seqè1,10,1è est çequivalent ça è1:10è sortèdataè trier en ordre croissant un vecteur data rmè...è dçetruire des objets èdu rçepertoire.dataè Exemples: rmèdata1è rmèdata1,data2,mat1è 3.2 Fonctions de transformations numçeriques Il existe une multitude de fonctions transformant les objets dont: æ sqrt, abs,exp,log, log10, fonctions trigonomçetriques, etc. æ ceiling, æoor, trunc, round, signif: arrondi, tronquation, nombre de chiæres signiæcatifs, etc. æ minè...è, maxè...è: valeur minimum ou maximum d'un vecteur numçerique 3.3 Fonctions d'aide lsèè lister les objets de l'usager; certains paramçetres peuvent ^etre mentionnçes dans des cas particuliers èvoir le chapitre 4è helpèfonctionè documentation interactive sur la fonction nommçee Note: helpènom de la fonction, Tè enverra ça l'imprimante par dçefaut la documentation de cette fonction. 13

17 14 help.startèè fonction de S-PLUS qui gçençere une fen^etre oçu l'usager peut chercher interactivement ça l'aide de la souris, la documentation sur une fonction. La recherche se fait par thçemes èou catçegoriesè. Particuliçerement utile lorsqu'on ne conna^çt pas le nom de la fonction dont oncherche la documentation... historyèpattern, max=10è relevçe èça partir du æchier.auditè des max èvaleur par dçefaut:10è derniçeres instructions S-PLUS oçu la cha^çne de caractçeres pattern est apparue; ça la suite de ce relevçe, il est possible d'en choisir une et de la rçeexçecuter automatiquement. Si max=1ou si la fonction ne retrace qu'une instruction, celle-ci sera automatiquement rçeexçecutçee. Exemples: historyèdensiteè pourrait produire ceci: 1: lprèdensiteè 2: fixèdensiteè functionèreper, beta, gamma, omega, borneè basef é- pasteè"èexportèhome2èghyselseèggsè", reper, "è", reper, sep = ""è; nlgr é- 3; parmfrow = cènlgr, 2è, oma = cè0, 0, 2, 0èè 3: densite 4: densite 5: densite 6: densiteè"bt2", "a", "l", 1:6, 1.96è 7: densiteè"bt2", "aë",ë"lë",1:6,1.96èënë"èënë"ënèën"è 8: argsèdensiteè 9: densite Selection: Il suærait de choisir, s'il y a lieu un nombre entre 1 et 9 èil n'y avait que 9 occurences de la cha^çne spçeciæçee dans cet exempleè pour que l'instruction soit exçecutçee ça nouveau. Note: cette fonction possçede d'autres arguments. 3.4 Fonctions graphiques Introduction Parmi les fonctions graphiques, ce document prçesente les plus simples et les plus utiles. L'explication des paramçetres y est trçes simpliæçee. L'usager devra consulter le manuel ou utiliser interactivement la fonction helpènom de la fonctionè. Pour qu'un graphique soit dirigçe vers un support d'impression, une fonction d'impression è X11èè, motifèè, postscriptèè, etc.è doit ^etre active. De plus, la fonction d'impression demeure active tant qu'une autre fonction d'impression n'a pas çetçe appelçee Fen^etres graphiques et impression X11èè, motifèè pour l'impression ça l'çecran des graphiques sous le gestionnaire d'çecran X11. La fen^etre produite comporte un menu permettant ça tout moment de commander l'impression vers l'imprimante par dçefaut du graphique tel qu'il appara^çt ça l'çecran. Mais pour une meilleure qualitçe d'impression, on suggçere d'utliser la fonction postscriptèè. Les boutons de menu de cette fen^etre permettent de modiæer l'impression, copier la fen^etre, etc. postscriptèè diriger les graphiques vers l'imprimante par dçefaut NEUVILLETTE dev.curèè,dev.listèè,... dans S-PLUS, il existe plusieurs fonctions permettant de travailler simultançement dans plusieurs fen^etres graphiques etèou imprimante. Il n'y a toujours qu'une fen^etre èimprimanteè ëcourante" ça la fois mais avec les fonctions de type dev. il est possible de changer la fen^etre courante. Pour plus de dçetails, voir le S-PLUS User's Manual.

18 15 graphics.oæèè permet de s'assurer que tous les devices èdestinations, support d'impressionè graphiques sont ëfermçes", s'assurant ainsi le dçebut de l'impression èparticuliçerement dans le cas de la fonction postscriptèèè. Il faut noter qu'un graphique n'est physiquement imprimçe que lorsque S-PLUS est certain qu'il n'y a plus rien d'autres ça ajouter ça ce graphique. La fonction exige que l'usager rçeexçecute une nouvelle fonction d'impression. dev.oæèè ëferme" le plus rçecent device activçe. La liste des devices forme une pile: dernier activçe, premier dçesactivçe Fonctions graphiques de base Introduction S-PLUS contient un ensemble de fonctions graphiques trçes intçeressantes. S-PLUS oære des fonctions graphiques qui ëajoutent" ça un graphique èex.: title, lines, abline, etc.è tandis que d'autres rçeinitialisent èëhaut niveau"è la fen^etre graphique èex.: plot, hist, etc.è. Un usager intçeressçe ça utiliser le graphisme dans S-PLUS aurait intçer^et ça consulter les multiples sections traitant de ce sujet dans les manuels de rçefçerence... Fonctions de haut niveau plotèx, y, type=ëp"è produit un nuage de points entre les vecteurs x et y matplot superposition de plusieurs nuages de points ça partir d'une matrice èchaque colonne de la matrice est un nuage de pointsè tsplot graphique d'une sçerie chronologique ètime sseriesè histèx, nclass, breaks, plot=t, angle, density, col, insideè trace un histogramme des valeurs du vecteur x boxplot graphique de type boxplot Fonctions ëajoutantes" title permet d'ajouter des titres et sous-titres ça un graphique lines, matlines, tslines similaires ça plot, matplot et tsplot mais ajoutent au graphique existant points, matpoints, tspoints similaires aux fonctions prçecçedentes mais ajoutent des points au graphique existant abline permet d'ajouter, entre autres, des lignes verticales ou horizontales dans un graphique legend permet d'ajouter une lçegende ça un graphique text permet d'ajouter du texte dans un graphique mtext permet d'ajouter du texte dans les marges du graphique axis permet de redçeænir les axes d'un graphique. Il faut noter que cette fonction s'utilise lorsqu'on trace un graphique sans la construction automatique des axes. Exemple: plotèvect1, vect2, type = ''l'', axes = Fè ; axisè2è ; boxèè ; axisè1, seqè100, 150, length = 25è, label = vect.nomè

19 Paramçetres graphiques èfonctionparèèè La fonction parèè permet de modiæer des dizaines de paramçetres graphiques. Ces paramçetres sont aussi diversiæçes que: largeur des marges, fontes, type de lignes, subdivision de la fen^etre en plusieurs graphiques, etc. Un appel ça cette fonction modiæera les paramçetres graphiques par dçefaut pour tout graphique qui suivra. Seuls une fermeture d'un device ou un nouvel appel ça la fonction par pourra modiæer les paramçetres aæectçes. De plus, certains des paramçetres graphiques de cette fonction peuvent^etre modiæçes temporairement ça l'appel d'une focntion. Exemples: 1è parèlty = 2è ; plotèx,yè ; linesèa,bè 2è plotèx,yè ; linesèa,b,lty = 1è Ci-dessus, les 2 courbes de l'exemple 1 seront en pointillçe tandis que dans l'exemple 2, seule la courbe produite par lines sera en pointillçe Famille des fonctions Trellis Il existe aussi dans S-PLUS une èplus ou moinsè rçecente famille de fonctions graphiques nommçee Trellis. Un usager intçeressçe par le graphisme aurait intçer^et ça consulter le manuel Trellis Graphics User's Manual qui prçesente cet autre ensemble de fonctions graphiques. 3.5 Fonctions statistiques Il existe une grande variçetçe de fonctions statistiques avancçees dans diæçerents domaines: rçegression, ANOVA, multidimensionnel, sçeries chronologiques, non paramçetrique, etc. Ce document ne prçesente que quelques fonctions statistiques çelçementaires. Pour une documentation plus complçete, faire helpènom de la fonctionè ou consulter le manuel de rçefçerence. corèx, y, trim=0è corrçelation ou matrice de corrçelations èsi x ou y sont des matricesè. meanèx, trim=0è moyenne ètronquçee ou nonè des çelçements d'un vecteur medianèxè mçediane des çelçements d'un vecteur prodè...è produit des çelçements d'un vecteur quantileèx, probs=seqè0,1,.25èè quantile d'une distribution d'çelçements d'un vecteur. Par dçefaut, le rçesultat est un vecteur dont les çelçements sont: la valeurs minimum, les quartiles et la valeur maximum. sampleèx, size, replace=fè gçençerer un çechantillon alçeatoire set.seedèiè permet de æxer le germe avant une gçençeration de nombres alçeatoires. Utile pour regçençerer un m^eme ensemble de valeurs. stemèx, nl, scale, twodig=1, fence, head=t, depth=fè produit un histogramme de type ëstem-andleaf". M^eme si le rçesultat est un histogramme, ce n'est pas une fonction graphique car l'histogramme n'appara^çt pas dans la fen^etre graphique. sumè...è somme des çelçements d'un vecteur varèx, yè variance des çelçements d'un vecteur ou matrice de covariances si les arguments sont des matrices. L'argument y n'est pas nçecessaire pour la variance d'un vecteur x. beta, cauchy, chisq, exp, f, gamma, logis, lnorm, norm, t, unif, binom, geom, hyper, nbinom, pois, weibull et plusieurs autres...: noms de code relatifs aux distributions suivantes: Beta, Cauchy, ç 2, Exponentielleè1è, F de Fisher, Gamma, Logistique, Log-normal, Normale, T de Student, Uniforme, Binomiale, Gçeomçetrique, Hypergçeomçetrique, Binomiale nçegative, Poisson et Weibul, etc.. Ces noms de code doivent ^etre prçecçedçes d'un des 4 prçeæxes suivants:

20 17 d fonction de densitçe p fonction de rçepartition q quantiles r gçençeration de nombres alçeatoires Chaque fonction possçede ses propres arguments. Exemples: 1. Valeur de la fonction de densitçe d'une Betaè4,5è au point 0.1: dbetaè.1,4,5è ë1ë Valeurs de la fonction de rçepartition d'une Cauchyè0,20è aux trois points nommçes: pcauchyècè2,4,6è,0,20è ë1ë Dçeciles d'une ç 2 5 : qchisqèseqè.1,.9,.1è,5è ë1ë ë9ë Gçençeration de 5 valeurs alçeatoires d'une Expè1è: rexpè5è ë1ë Fonctions utiles ça la programmation de ses propres fonctions Un usager qui doit çecrire une fonction, peut utiliser toutes les fonctions du logiciel èet ses propres fonctions...è pour construire celle-ci. En plus des fonctions mentionnçees dans les autres sections, mentionnons quelques autres fonctions. Note: pour plus d'informations, voir le manuel de rçefçerence ou faire helpènom de la fonctionè. Pour les fonctions if et for, il faut faire: helpè"if"è et helpè"for"è èc'est stupide mais c'est comme çca...è applyèx, MARGIN, FUN,...è permet d'appliquer aux lignes ou colonnes èargument MARGINè d'une matrice èargument Xè, la m^eme fonction èargument FUNè. Exemples: applyèmat,2,meanè produit un vecteur de moyennes des colonnes de la matrice tèapplyèmat,1,sortèè produit une matrice dont chaque ligne est triçee en ordre croissant. L'utilisation de la fonction t ètransposçeeè est nçecessaire pour produire une nouvelle matrice aux m^emes dimensions que l'originale. for semblable ça l'instruction do ou for dans d'autres langages de programmation. La syntaxe gçençerale est: forèvariable in objetè f... instructions... g Si le bloc d'instructions ne contient qu'une instruction, la paire d'accolades est facultative. Exemple: forèi in è1:norigineèè matplotèresulëëiëëë, 1ë, resulëëiëëë, 2:4ë, type = "lol", lty = cè2, 1, 2è, pch = "p", col = 1è titleèmain = pasteè"origine: temps", origineëiëè, cex = 0.7è linesèresulëëiëëë, 1ë, resulëëiëëë, 5ë, type = "o", pch = "r"è

Le traçage logiciel d applications parallèles : conception et ajustement de qualité

Le traçage logiciel d applications parallèles : conception et ajustement de qualité Le traçage logiciel d applications parallèles : conception et ajustement de qualité Eric Maillet To cite this version: Eric Maillet. Le traçage logiciel d applications parallèles : conception et ajustement

Plus en détail

Planification de mouvements pour un robot mobile autonome tout-terrain : une approche par utilisation des modèles physiques

Planification de mouvements pour un robot mobile autonome tout-terrain : une approche par utilisation des modèles physiques Planification de mouvements pour un robot mobile autonome tout-terrain : une approche par utilisation des modèles physiques Moez Cherif To cite this version: Moez Cherif. Planification de mouvements pour

Plus en détail

FPSTAT 2 í La dçecision statistique. 1. Introduction ça l'infçerence. 1

FPSTAT 2 í La dçecision statistique. 1. Introduction ça l'infçerence. 1 INTRODUCTION ça L'INFçERENCE STATISTIQUE 1. Introduction 2. Notion de variable alçeatoire íprçesentation ívariables alçeatoires discrçetes ívariables alçeatoires continues 3. Reprçesentations d'une distribution

Plus en détail

Appariement d images par invariants locaux de niveaux de gris. Application à l indexation d une base d objets

Appariement d images par invariants locaux de niveaux de gris. Application à l indexation d une base d objets Appariement d images par invariants locaux de niveaux de gris. Application à l indexation d une base d objets Cordelia Schmid To cite this version: Cordelia Schmid. Appariement d images par invariants

Plus en détail

DjVu: Un Systçeme de Compression d'images pour la Distribution Rçeticulaire de Documents Numçerisçes. Lçeon Bottou, Patrick Haæner, Yann LeCun, Paul Howard, Pascal Vincent, Bill Riemers AT&T Labs - Research

Plus en détail

Schemas de communications globales dans les reseaux de processeurs : application a la grille torique

Schemas de communications globales dans les reseaux de processeurs : application a la grille torique Schemas de communications globales dans les reseaux de processeurs : application a la grille torique Philippe Michallon To cite this version: Philippe Michallon. Schemas de communications globales dans

Plus en détail

Quelques bases de donnçees d'çetoiles doubles et. Abstract. The increasing proportion of double stars makes necessary

Quelques bases de donnçees d'çetoiles doubles et. Abstract. The increasing proportion of double stars makes necessary Etoiles Doubles Ecole CNRS de Goutelas XXIII è2000è Editçe par D. Egret, J.-L. Halbwachs & J.M. Hameury Quelques bases de donnçees d'çetoiles doubles et multiples Edouard Oblak Observatoire de Besançcon

Plus en détail

distribution quelconque Signe 1 échantillon non Wilcoxon gaussienne distribution symétrique Student gaussienne position

distribution quelconque Signe 1 échantillon non Wilcoxon gaussienne distribution symétrique Student gaussienne position Arbre de NESI distribution quelconque Signe 1 échantillon distribution symétrique non gaussienne Wilcoxon gaussienne Student position appariés 1 échantillon sur la différence avec référence=0 2 échantillons

Plus en détail

Universitçe Paul Sabatier et Centre d'etude Spatiale des. Abstract. Based on the fundamental review by Narayan et

Universitçe Paul Sabatier et Centre d'etude Spatiale des. Abstract. Based on the fundamental review by Narayan et Etoiles Doubles Ecole CNRS de Goutelas XXIII è2000è Editçe par D. Egret, J.-L. Halbwachs & J.M. Hameury Les ADAF : Application aux binaires X Jean-Françcois Olive Universitçe Paul Sabatier et Centre d'etude

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015 Cours de B. Desgraupes. Simulation Stochastique

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015 Cours de B. Desgraupes. Simulation Stochastique UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015 L2 MIASHS Cours de B. Desgraupes Simulation Stochastique Séance 04: Nombres pseudo-aléatoires Table des matières 1

Plus en détail

INTRODUCTION AU LOGICIEL R. Julien JACQUES http://eric.univ-lyon2.fr/ jjacques/

INTRODUCTION AU LOGICIEL R. Julien JACQUES http://eric.univ-lyon2.fr/ jjacques/ INTRODUCTION AU LOGICIEL R Julien JACQUES http://eric.univ-lyon2.fr/ jjacques/ L objectif de ce document est de présenter une très courte introduction au logiciel R (via l interface RStudio), de sorte

Plus en détail

TP1 Master Finance logiciels Introduction à R

TP1 Master Finance logiciels Introduction à R TP1 Master Finance logiciels Introduction à R Emeline Schmisser, emeline.schmisser@math.univ-lille1.fr, bureau 314 (bâtiment M3). 1 Séquences, Vecteurs, Matrice Tableaux (arrays) Pour obtenir l aide de

Plus en détail

Introduction à MATLAB R

Introduction à MATLAB R Introduction à MATLAB R Romain Tavenard 10 septembre 2009 MATLAB R est un environnement de calcul numérique propriétaire orienté vers le calcul matriciel. Il se compose d un langage de programmation, d

Plus en détail

Lancement du logiciel R à l UTES :

Lancement du logiciel R à l UTES : ISUP CS1 TP d introduction à R Le logiciel R est un logiciel libre. Pour télécharger une version du logiciel, il faut passer par CRAN (Comprehensive R Archive Network), un réseau mondial de sites qui stockent

Plus en détail

Courte initiation à R

Courte initiation à R Courte initiation à R Data science Master 2 ISIDIS Sébastien Verel verel@lisic.univ-littoral.fr http://www-lisic.univ-littoral.fr/~verel Université du Littoral Côte d Opale Laboratoire LISIC Equipe OSMOSE

Plus en détail

SHERLOCK 7. Version 1.2.0 du 01/09/09 JAVASCRIPT 1.5

SHERLOCK 7. Version 1.2.0 du 01/09/09 JAVASCRIPT 1.5 SHERLOCK 7 Version 1.2.0 du 01/09/09 JAVASCRIPT 1.5 Cette note montre comment intégrer un script Java dans une investigation Sherlock et les différents aspects de Java script. S T E M M E R I M A G I N

Plus en détail

INF130 - Ordinateurs et programmation. Semaine 08. Document présenté par Frédérick Henri et conçu par les enseignants en informatique du SEG

INF130 - Ordinateurs et programmation. Semaine 08. Document présenté par Frédérick Henri et conçu par les enseignants en informatique du SEG INF130 - Ordinateurs et programmation Semaine 08 Document présenté par Frédérick Henri et conçu par les enseignants en informatique du SEG Retour sur l'examen intra Objectifs Tableaux à deux dimensions

Plus en détail

Introduction aux fonctions du langage R

Introduction aux fonctions du langage R Introduction aux fonctions du langage R Pierre Legendre Octobre, décembre 2004 Département de sciences biologiques Mai, septembre 2005, janvier 2006 Université de Montréal Août 2006, novembre 2006, février

Plus en détail

Introduction à R. Florence Yerly SP 2013. Dept. de mathématiques, Université de Fribourg (CH)

Introduction à R. Florence Yerly SP 2013. Dept. de mathématiques, Université de Fribourg (CH) Dept. de mathématiques, Université de Fribourg (CH) SP 2013 Qu est ce que R? Un logiciel de statistiques libre et gratuit ; Un logiciel multi-plateforme (UNIX, Windows MacOS X) R permet de faire des calculs

Plus en détail

Introduction à R. Florence Yerly. Dept. de mathématiques, Université de Fribourg (CH) SP 2011

Introduction à R. Florence Yerly. Dept. de mathématiques, Université de Fribourg (CH) SP 2011 Dept. de mathématiques, Université de Fribourg (CH) SP 2011 Qu est ce que R? Un logiciel de statistiques libre et gratuit ; Un logiciel multi-plateforme (UNIX, Windows MacOS X) R permet de faire des calculs

Plus en détail

Travaux dirigés. Introduction à R 1

Travaux dirigés. Introduction à R 1 Introduction à R 1 1 Introduction : pourquoi R? R est un logiciel pour l analyse statistique. C est un logiciel libre ; il est disponible gratuitement et tourne sur différents systèmes (PC Linux, PC Windows,

Plus en détail

PRÉSENTATION DU LOGICIEL R

PRÉSENTATION DU LOGICIEL R PRÉSENTATION DU LOGICIEL R SAMY TINDEL, D APRÈS AURÉLIE GUEUDIN ET IRINA IOANNOU 1. Fonctionnement de R 1.1. Prise en main. Lorsqu on lance R sur l ordinateur, une fenêtre appelée console s ouvre à l écran.

Plus en détail

Introduction au langage statistique R

Introduction au langage statistique R Introduction au langage statistique R Pierre Legendre Octobre, décembre 2004 ; mai, septembre 2005 ; Département de sciences biologiques jan., avr. 2006 ; août, nov. 2007 ; fév., mai 2008 ; fév., mai 2009

Plus en détail

S. Laporte C# mode console DAIGL TS1

S. Laporte C# mode console DAIGL TS1 Bases du langage C# I. C# en mode console (mode texte) Avantages par rapport au mode graphique (Application Windows): - C'est un mode plus proche de l'approche algorithmique (pas de notions de composants,

Plus en détail

Manuel MSDS+ Système de programmes pour l'impression et la gestion des fiches de données de sécurité. DR-software GmbH

Manuel MSDS+ Système de programmes pour l'impression et la gestion des fiches de données de sécurité. DR-software GmbH Manuel MSDS+ Système de programmes pour l'impression et la gestion des fiches de données de sécurité DR-software GmbH Table des matières INSTALLATION ET ACTUALISATION 1 INSTALLATION DU PROGRAMME... 2 INSTALLATION

Plus en détail

TD de statistique : introduction à R

TD de statistique : introduction à R TD de statistique : introduction à R Jean-Baptiste Lamy 11 octobre 2007 1 Introduction : pourquoi R? R est un logiciel pour l analyse statistique. C est un logiciel libre; il est disponible gratuitement

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL

GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL DIRECTION DE LA PROGRAMMATION ET DU DÉVELOPPEMENT MISSION DE L ÉVALUATION 20 ÉVALUATION À L ENTRÉE EN SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE OU PROFESSIONNELLE GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL Document à conserver

Plus en détail

1 Mise en forme des SELECT

1 Mise en forme des SELECT Table des matières Utilitaire SQL*PLUS 1 Mise en forme des SELECT 1 2 Commandes utilitaires de SQL*PLUS 2 2.1 Éditeur de la machine hôte.................... 2 2.2 Commande RUN, commande /.................

Plus en détail

R i = a 0 +b 0 B i +ε i, R = Xβ +ε,

R i = a 0 +b 0 B i +ε i, R = Xβ +ε, Statistiques 2010-2011 TP sur le Modèle linéaire gaussien avec R 1 Les exercices Vous traiterez les exercices suivants avec le logiciel R. Exercice 1 Des photographies aériennes de champs d orge sont analysées

Plus en détail

Logiciel R et programmation

Logiciel R et programmation Logiciel R et programmation Introduction Ewen Gallic Université de Rennes 1, 2014 2015 Objectifs, horaire Source : http://www.phdcomics.com/comics.php?f=1583 2/36 Objectifs, horaire Objectifs : découvrir

Plus en détail

Administration Systçeme UNIX System Administration Cookbook, Version 2.0 èaka 1.73.599è TEX Version: 0.5152 1 avril 1996 par Thierry Besançcon, Pierre David et Joíel Marchand. This paper is Copyright cæ

Plus en détail

Bernard HAMM, Évelyne LAVOISIER

Bernard HAMM, Évelyne LAVOISIER 92 MAÎTRISE DE PROGICIELS DE GESTION DE BASES DE DONNÉES ET DE TRAITEMENT DE TEXTE Compte rendu d'un stage à l'usage des professeurs de sciences sociales. Ce stage a été programmé A la demande et avec

Plus en détail

Introduction au logiciel R

Introduction au logiciel R Introduction au logiciel R Fabrice Rossi Projet AxIS, INRIA Rocquencourt 2007 F. Rossi (INRIA) Introduction au logiciel R 2007 1 / 34 Plan 1 Manipulations élémentaires Vecteurs et tableaux de données Graphisme

Plus en détail

Statistique Descriptive I (M1102)

Statistique Descriptive I (M1102) Livret de TP de Statistique Descriptive I (M1102) Année scolaire 2013/2014 Université de Perpignan Via Domitia, IUT STatistique et Informatique Décisionnelle (STID) Table des matières 1 Introduction à

Plus en détail

Université de Nantes UFR des Sciences et Techniques Département de Mathématiques. Master 1 Ingénierie mathématique Année 2012-2013

Université de Nantes UFR des Sciences et Techniques Département de Mathématiques. Master 1 Ingénierie mathématique Année 2012-2013 Université de Nantes UFR des Sciences et Techniques Département de Mathématiques Master 1 Ingénierie mathématique Année 2012-2013 TP 1: Statistique descriptive F. Lavancier, A. Philippe Le logiciel utilisé

Plus en détail

Introduction à Matlab

Introduction à Matlab Introduction à Matlab Nicolas Kielbasiewicz 30 juillet 2007 Matlab est un logiciel payant développé par MathWorks sous Windows, Linux et Mac, et dédié au calcul numérique, ainsi qu au problèmes de commande.

Plus en détail

Pour signifier qu'une classe fille hérite d'une classe mère, on utilise le mot clé extends class fille extends mère

Pour signifier qu'une classe fille hérite d'une classe mère, on utilise le mot clé extends class fille extends mère L'héritage et le polymorphisme en Java Pour signifier qu'une classe fille hérite d'une classe mère, on utilise le mot clé extends class fille extends mère En java, toutes les classes sont dérivée de la

Plus en détail

Introduction à R. Table des matières. C. Dillmann, H. Devillers 23/03/2009

Introduction à R. Table des matières. C. Dillmann, H. Devillers 23/03/2009 C. Dillmann, H. Devillers 23/03/2009 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Chargement du logiciel............................. 2 1.2 Editeur...................................... 2 1.3 Aide.......................................

Plus en détail

Master EBE Introduction à R et Statistique inférentielle

Master EBE Introduction à R et Statistique inférentielle Master EBE Introduction à R et Statistique inférentielle R est un logiciel de calcul statistique et probabiliste. Il est développé dans le cadre du projet GNU http://www.gnu.org/ ), c est donc un logiciel

Plus en détail

Formation sous SAS. Project - 27.09.2011

Formation sous SAS. Project - 27.09.2011 Formation sous SAS. Project - 27.09.2011 Ce document rassemble les informations fournies lors de la formation doctorale organisée par l'association PROJECT. Deux parties le composent: La partie procédures

Plus en détail

Introduction à Scilab

Introduction à Scilab Introduction à Scilab Nicolas Kielbasiewicz 21 juin 2007 Scilab est un logiciel gratuit développé à l INRIA (l Institut National de Recherche en Informatique et Automatique) sous Windows, Linux et Mac,

Plus en détail

TD : Petits exercices pour la reprise

TD : Petits exercices pour la reprise TD : Petits exercices pour la reprise 1) Environnement de travail a) Qu est-ce qu un IDE? Lorsqu on fait de la programmation, il est agréable d avoir à sa disposition différents outils qui permettent de

Plus en détail

Introduction (ultra) rapide en R

Introduction (ultra) rapide en R Introduction (ultra) rapide en R Table des matières 1 En préambule 2 2 Bases de language 3 2.1 Affectation.......................................... 3 2.2 Pièges de noms de variables.................................

Plus en détail

Ce jeux sera réalisé en PHP, avec une exécution en local.

Ce jeux sera réalisé en PHP, avec une exécution en local. TP PHP Réalisons une plateforme de 3 jeux Le premier consiste à faire deviner un chiffre à l'utilisateur. Le temps qui s'écoule fait perdre des points. Le deuxième est un jeu de roulette, il faut miser

Plus en détail

Fiche d utilisation du logiciel. 1 - Installation. J. Thioulouse & D. Chessel

Fiche d utilisation du logiciel. 1 - Installation. J. Thioulouse & D. Chessel Fiche d utilisation du logiciel 1 - Installation J. Thioulouse & D. Chessel Résumé Cette fiche est une introduction à l'utilisation du logiciel R pour les trois environnements Unix, Windows et MacOS. Plan

Plus en détail

DS Informatique Scientifique

DS Informatique Scientifique DUT Mesures Physiques - semestre S'2 DS Informatique Scientifique 10 décembre 2012 0. Directives Durée : 2h Tout système électronique interdit (calculatrice, téléphone, etc). Téléphone portable éteint

Plus en détail

Les fichiers de commande

Les fichiers de commande Les fichiers de commande Fichiers ".bat" ou ".cmd" Un fichier de commande est un fichier texte contenant des commandes en mode invite de commande qui seront lues par l'interpréteur de commande COMMAND.COM

Plus en détail

Client SQL Server version 3

Client SQL Server version 3 Client SQL Server version 3 Présentation du programme Par Jean-Pierre LEON Mise à jour du 10/06/2014 Page 2 sur 21 Présentation du logiciel Ouvrir, analyser, consulter, modifier une base de données au

Plus en détail

T. D. n o 3 Analyse de données quantitatives avec le logiciel R

T. D. n o 3 Analyse de données quantitatives avec le logiciel R T. D. n o 3 Analyse de données quantitatives avec le logiciel R 1 Rappel de quelques fonctions statistiques sous R Fonction summary() cumsum() sum() mean() max() min() range() median() var() sd() Description

Plus en détail

Travaux dirigés - Régression linéaire simple: corrigé partiel Julien Chiquet et Guillem Rigaill 1er octobre 2015

Travaux dirigés - Régression linéaire simple: corrigé partiel Julien Chiquet et Guillem Rigaill 1er octobre 2015 Travaux dirigés - Régression linéaire simple: corrigé partiel Julien Chiquet et Guillem Rigaill 1er octobre 2015 Quelques révisions de R 1. Manipulation de vecteur. On rappelle que e x = k 0 Créer dans

Plus en détail

L'instruction if permet d'exécuter des instructions différentes selon qu'une condition est vraie ou fausse. Sa forme de base est la suivante:

L'instruction if permet d'exécuter des instructions différentes selon qu'une condition est vraie ou fausse. Sa forme de base est la suivante: 420-183 Programmation 1 8. Les structures conditionnelles Dans l'écriture de tout programme informatique, une des premières nécessités que nous rencontrons est de pouvoir faire des choix. Dans une application

Plus en détail

Travaux pratiques de Génie Informatique TP 2 & 3. séances, mais vous pouvez en faire plus. Essayer d aller le plus loin possible.

Travaux pratiques de Génie Informatique TP 2 & 3. séances, mais vous pouvez en faire plus. Essayer d aller le plus loin possible. 1 BUT DE LA SÉANCE. TRAVAUX PRATIQUES DE GÉNIE INFORMATIQUE Ces deuxième et troisième séances ont pour but de vous faire avancer dans la programmation sous Matlab. Vous y découvrez les fonctions, les sous-programmes

Plus en détail

TP 2 : Importation et exportation de données Les outils graphiques de

TP 2 : Importation et exportation de données Les outils graphiques de TP 2 : Importation et exportation de données Les outils graphiques de Consulter les données disponibles sur Consulter les données disponibles sur les packages chargées en mémoire : data( Consulter les

Plus en détail

TP 1 : Présentation générale du logiciel, l aide en ligne et les bases du langage

TP 1 : Présentation générale du logiciel, l aide en ligne et les bases du langage TP 1 : Présentation générale du logiciel, l aide en ligne et les bases du langage est distribué gratuitement à partir du site du CRAN (Comprehensive R Archive Network) : http://www.r-project.org/. Je vous

Plus en détail

Documentation Tableur OpenOffice 2

Documentation Tableur OpenOffice 2 Documentation Tableur OpenOffice 2 1. Environnement de travail Nom du Nom du logiciel Barre de Zone de nom elle affiche l'adresse du champ sélectionné Cellule active Zone d'édition : elle affiche le contenu

Plus en détail

Prise en main du logiciel R (2) durée : 1h30

Prise en main du logiciel R (2) durée : 1h30 Université de Nice Sophia-Antipolis Année Universitaire 2013/2014 L3 MASS Analyse de données Feuille de TD Prise en main du logiciel R (2) durée : 1h30 Remarque 1 Cette seconde feuille de TD est dans la

Plus en détail

Cours 2 : Rappels de Statistique descriptive. A- Introduction B- Statistique descriptive unidimensionnelle C- Statistique descriptive bidimensionnelle

Cours 2 : Rappels de Statistique descriptive. A- Introduction B- Statistique descriptive unidimensionnelle C- Statistique descriptive bidimensionnelle Cours 2 : Rappels de Statistique descriptive A- Introduction B- Statistique descriptive unidimensionnelle C- Statistique descriptive bidimensionnelle A- Introduction A- Introduction Rappel : Série statistique

Plus en détail

Graphiques (données économiques)

Graphiques (données économiques) Fiche TD avec le logiciel : tdr14a Graphiques (données économiques) D. Chessel, A.B. Dufour & J.R. Lobry Illustrations des fonctions graphiques à partir d une chronique multivariée. Table des matières

Plus en détail

Séance 0 : Linux + Octave : le compromis idéal

Séance 0 : Linux + Octave : le compromis idéal Séance 0 : Linux + Octave : le compromis idéal Introduction Linux est un système d'exploitation multi-tâches et multi-utilisateurs, basé sur la gratuité et développé par une communauté de passionnés. C'est

Plus en détail

Analyse exploratoire des données

Analyse exploratoire des données Analyse exploratoire des données Introduction à R pour la recherche biomédicale http://wwwaliquoteorg/cours/2012_biomed Objectifs Au travers de l analyse exploratoire des données, on cherche essentiellement

Plus en détail

Le générateur d états

Le générateur d états Le générateur d états XLPos pour Windows Lancer le générateur d états Lancer le générateur d états... 119 Ouvrir un dictionnaire de données... 119 Ouvrir un état... 121 Réouvrir un état... 122 Présentation

Plus en détail

NiceMemMaster Guide D'utilisateur

NiceMemMaster Guide D'utilisateur www.nicelabel.com, info@nicelabel.com NiceMemMaster Guide D'utilisateur Edition Française Rev-0809 2008 Euro Plus d.o.o. & Cobarsoft Sarl All rights reserved. ww.nicelabel.com Head Office Euro Plus d.o.o.

Plus en détail

Rapport de projet. Animation de diagrammes d'état - CHAMPION Adrien - ETIENNE Thibaut RIZZI Thibaut 1A - INFO - Groupe EF - G36.

Rapport de projet. Animation de diagrammes d'état - CHAMPION Adrien - ETIENNE Thibaut RIZZI Thibaut 1A - INFO - Groupe EF - G36. Rapport de projet Animation de diagrammes d'état - CHAMPION Adrien - ETIENNE Thibaut RIZZI Thibaut 1A - INFO - Groupe EF - G36 Juin 2008 2 Table des matières 1 Introduction...5 1.1 - Objectif...5 1.2 Choix

Plus en détail

Vitefait Version 5.4 Ma première Application

Vitefait Version 5.4 Ma première Application page 1 sur 18 Cette documentation s'applique à partir de la version 5.4, si vous avez une version antérieure, l'interface de Vitefait est légèrement différente et certaines fonctionnalités ne sont pas

Plus en détail

Programmation Shell. Table des matières. Programmation Shell

Programmation Shell. Table des matières. Programmation Shell Programmation Shell Table des matières Programmation Shell...1 I- Introduction...2 Shell?...2 Le Bash...2 II- Premiers scripts Shell...3 Syntaxe des scripts Shell...3 Bonjour!...3 Exécuter un script...3

Plus en détail

1 Notions de base 1.1 Structure d'un programme

1 Notions de base 1.1 Structure d'un programme 1 Notions de base 1.1 Structure d'un programme Le langage C++ contient le langage C : tout programme écrit en C à la norme ANSI doit pouvoir être compilé par un compilateur C++. C++ fait la diérence entre

Plus en détail

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python

STAGE IREM 0- Premiers pas en Python Université de Bordeaux 16-18 Février 2014/2015 STAGE IREM 0- Premiers pas en Python IREM de Bordeaux Affectation et expressions Le langage python permet tout d abord de faire des calculs. On peut évaluer

Plus en détail

Titre du module : VIGIPRINT OFPPT/DRIF/CDC HABILLEMENT 263

Titre du module : VIGIPRINT OFPPT/DRIF/CDC HABILLEMENT 263 VIGIPRINT OFPPT/DRIF/CDC HABILLEMENT 263 I- Présentation Le logiciel VigiPrint permet la saisie et la gestion de lots de tracés destinés à un ensemble de traceurs, imprimantes et petits découpeurs laser

Plus en détail

Fiche 1. Le logiciel Qu est-ce? Pour quel usage? Où et comment le trouver?

Fiche 1. Le logiciel Qu est-ce? Pour quel usage? Où et comment le trouver? Fiche 1. Le logiciel Qu est-ce? Pour quel usage? Où et comment le trouver? Prof. Roger KIZUNGU Vumilia, Moïse Lufuluabo Mwabila (Thésard), Jean-Claude Lukombo Lukeba (Thésard) Version du mardi 12 mai 2009

Plus en détail

Excel par ADM - Fonction Si() - Volair - Conseils

Excel par ADM - Fonction Si() - Volair - Conseils Excel par ADM - Fonction Si() - Volair - Conseils Page 1 sur 1 La Fonction Logique "Si()" La fonction SI() est composée de 3 arguments : 1/ le test 2/ ce qui apparaîtra dans la cellule où l'on construit

Plus en détail

Client Citrix ICA Windows CE Carte de référence rapide

Client Citrix ICA Windows CE Carte de référence rapide Client Citrix ICA Windows CE Carte de référence rapide Exigences Pour exécuter le client ICA Windows CE, vous devez disposer des éléments suivants : Un périphérique Windows CE Une carte d'interface réseau

Plus en détail

Statistiques, M2-IAD:MI5

Statistiques, M2-IAD:MI5 Statistiques, M2-IAD:MI5 Francois.Kauffmann@unicaen.fr 5 octobre 2011 Francois.Kauffmann@unicaen.fr Statistiques, M2-IAD:MI5 5 octobre 2011 1 / 48 MACR Première partie I Les Francois.Kauffmann@unicaen.fr

Plus en détail

Normalité des rendements?

Normalité des rendements? Normalité des rendements? Daniel Herlemont 31 mars 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 Test de Normalité des rendements 2 3 Graphiques quantile-quantile 2 4 Estimation par maximum de vraisemblance

Plus en détail

1 TD 3 : Construction d'une présentation à partir de photos

1 TD 3 : Construction d'une présentation à partir de photos 1 TD 3 : Construction d'une présentation à partir de photos (correction page??) Après un long séjour en vacances et une grande moisson de photos numériques, un baroudeur souhaite présenter quelques extraits

Plus en détail

TP1 : PREMIERS PAS EN MAPLE

TP1 : PREMIERS PAS EN MAPLE Université Paris 7 CF2 - Calcul Formel TP1 : PREMIERS PAS EN MAPLE Qu'est-ce que Maple? Maple est un logiciel de calcul formel : il est capable de manipuler des nombres, ou des objets mathématiques plus

Plus en détail

PETIT MEMENTO SCILAB

PETIT MEMENTO SCILAB PETIT MEMENTO SCILAB FRANÇOIS DUCROT 1. manipulation de vecteurs et matrices 1.1. Création de matrices. D abord quelques briques élémentaires utiles pour construire des choses plus compliquées. 1:4.5 nombres

Plus en détail

Ricco Rakotomalala http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/cours_programmation_r.html. R.R. Université Lyon 2

Ricco Rakotomalala http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/cours_programmation_r.html. R.R. Université Lyon 2 Ricco Rakotomalala http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/cours_programmation_r.html 1 Mode de fonctionnement sous R TRAVAILLER SOUS R 2 R est un interpréteur, il permet de programmer avec le langage S

Plus en détail

TP : commande awk. D'après le cours en ligne de Isabelle Vollant http://www.shellunix.com/awk.html

TP : commande awk. D'après le cours en ligne de Isabelle Vollant http://www.shellunix.com/awk.html TP : commande awk D'après le cours en ligne de Isabelle Vollant http://www.shellunix.com/awk.html Nous reprenons dans ce TP une grande partie du cours de Isabelle Vollant en simplifiant quelques informations.

Plus en détail

Introduction au logiciel SAS Julien JACQUES http ://math.univ-lille1.fr/ jacques/ POLYTECH LILLE DÉPARTEMENT G.I.S.

Introduction au logiciel SAS Julien JACQUES http ://math.univ-lille1.fr/ jacques/ POLYTECH LILLE DÉPARTEMENT G.I.S. Introduction au logiciel SAS Julien JACQUES http ://math.univ-lille1.fr/ jacques/ POLYTECH LILLE DÉPARTEMENT G.I.S. Table des matières 1 Préliminaires 3 2 Introduction à SAS 3 2.1 Les différentes fenêtres........................................

Plus en détail

Pour rajouter, par exemple, un intervalle de confiance à la régression sur le graphe :

Pour rajouter, par exemple, un intervalle de confiance à la régression sur le graphe : Introduction au Modèle Linéaire Généralisé (Generalized Linear Model ; GLM) Eric Wajnberg (wajnberg@sophia.inra.fr) UE7 Université de Nice-Sophia-Antipolis Octobre 2011 Rappel 1 la régression linéaire

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE TRAITEMENT D'IMAGES

TRAVAUX PRATIQUES DE TRAITEMENT D'IMAGES TRAVAUX PRATIQUES DE TRAITEMENT D'IMAGES II - PRESENTATION DU LOGICIEL CLASSMAN32 1) Fonctionnalités de base CLASSMAN est un logiciel de visualisation et de traitement d'image qui s'exécute sous l'environnement

Plus en détail

Logiciel Statistique : SPSS

Logiciel Statistique : SPSS Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Tunis Logiciel Statistique : SPSS Notes du cours pour les étudiants du Master Recherche en Marketing, Management & Finance Dr. Jalila ATTAFI 2011-2012

Plus en détail

Service Informatique et Télématique (SITEL), Emile-Argand 11, 2009 Neuchâtel, Tél. +41 032 718 2000, hotline.sitel@unine.ch.

Service Informatique et Télématique (SITEL), Emile-Argand 11, 2009 Neuchâtel, Tél. +41 032 718 2000, hotline.sitel@unine.ch. Terminal Server 1. Présentation Le terminal server est un service offert par les serveurs Windows 2000 ou par une version spéciale de windows NT 4.0 server, appelée Terminal Server. Un programme client

Plus en détail

Guide d'utilisation. OpenOffice Calc. AUTEUR INITIAL : VINCENT MEUNIER Publié sous licence Creative Commons

Guide d'utilisation. OpenOffice Calc. AUTEUR INITIAL : VINCENT MEUNIER Publié sous licence Creative Commons Guide d'utilisation OpenOffice Calc AUTEUR INITIAL : VINCENT MEUNIER Publié sous licence Creative Commons 1 Table des matières Fiche 1 : Présentation de l'interface...3 Fiche 2 : Créer un nouveau classeur...4

Plus en détail

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0 2.1. Excel 2.1.1. Présentation Les tableurs sont des utilitaires parfois intégrés aux éditeurs de texte (Works, Word, Kspread) ou non (Excel) et qui permettent la gestion de données numériques, le graphisme

Plus en détail

Prise en main du Logiciel R 2 mots sur R R est un logiciel de statistique disponible librement sur internet.

Prise en main du Logiciel R 2 mots sur R R est un logiciel de statistique disponible librement sur internet. Prise en main du Logiciel R 2 mots sur R R est un logiciel de statistique disponible librement sur internet. Vous pouvez le télécharger à http://www.r-project.org/ Il est déjà installé dans ces salles

Plus en détail

TP 1 : Présentation générale du logiciel, l aide en ligne et les bases du langage

TP 1 : Présentation générale du logiciel, l aide en ligne et les bases du langage TP 1 : Présentation générale du logiciel, l aide en ligne et les bases du langage est distribué gratuitement à partir du site du CRAN (Comprehensive R Archive Network) : http://www.r-project.org/. Je vous

Plus en détail

Exercices de simulation 1

Exercices de simulation 1 Licence MIA 2ème année Année universitaire 2009-2010 Simulation stochastique C. Léonard Exercices de simulation 1 Les simulations qui suivent sont à effectuer avec Scilab. Le générateur aléatoire de Scilab.

Plus en détail

Cours 4. XII- Les graphiques

Cours 4. XII- Les graphiques Cours 4 XII- Les graphiques XII-1 Généralités On crée des graphes en utilisant les fonctions graphiques se trouvant dans les packages de R (package "graphics " ou " stats " pour la plupart). Le résultat

Plus en détail

HMI target Visu / PLC HMI. Pour réaliser une interface homme machine avec PLC control

HMI target Visu / PLC HMI. Pour réaliser une interface homme machine avec PLC control HMI target Visu / PLC HMI Pour réaliser une interface homme machine avec PLC control VERSION : 1.2 / PH DATE : 7 Mars 2008 Sommaire Ce manuel explique de manière pratique les étapes successives pour installer

Plus en détail

DEFINITION DU LANGAGE Sum

DEFINITION DU LANGAGE Sum HI-21/8342 Département TIEM DEFINITION DU LANGAGE Sum JL.DORMOY SYNTHESE : Sum est la troisième brique du synthétiseur de programmes Descartes. Son langage est dit "algorithmique de bas niveau", c'est-à-dire

Plus en détail

Cours Apl 03 : Un peu de vocabulaire, notions fondamentales.

Cours Apl 03 : Un peu de vocabulaire, notions fondamentales. Cours Apl 03 : Un peu de vocabulaire, notions fondamentales. - Variables, constantes : Une variable, comme en mathématiques, est le contraire d'une constante. Par exemple dans X=5 X est une variable de

Plus en détail

TP1 : Introduction à MATLAB

TP1 : Introduction à MATLAB TP1 : Introduction à MATLAB Table des matières 1 Objectif du cours et du TP 2 1.1 Généralités...................................... 2 1.2 But de ce TP..................................... 2 2 Mise en route

Plus en détail

Présentation du logiciel

Présentation du logiciel Chapitre A Présentation du logiciel R Pré-requis et objectif La lecture du chapitre sur l installation de R dans les Annexes peut se révéler utile. Ce chapitre présente les origines, l objectif et les

Plus en détail

TP HTML n 3 : Les formulaires et le PHP

TP HTML n 3 : Les formulaires et le PHP TP HTML n 3 : Les formulaires et le PHP 1 ) Qu'est-ce qu'un formulaire? En HTML, un formulaire est un espace de saisie dans une page web, pouvant comporter plusieurs zones, ou champs : on peut y saisir

Plus en détail

Analyses statistiques avec

Analyses statistiques avec Analyses statistiques avec Introduction et éléments de base M. Bailly-Bechet, adapté de J. R. Lobry, adapté de Deepayan Sarkar Biostatistiques & Bioinformatique (L2) Table des matières Premiers pas en

Plus en détail

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable

INTRODUCTION A JAVA. Fichier en langage machine Exécutable INTRODUCTION A JAVA JAVA est un langage orienté-objet pur. Il ressemble beaucoup à C++ au niveau de la syntaxe. En revanche, ces deux langages sont très différents dans leur structure (organisation du

Plus en détail

Utiliser un modèle d état prédéfini

Utiliser un modèle d état prédéfini Chapitre 8 Etats rapides Certains boutons sont désactivés, en fonction du type de cellule sélectionné. 4 Répétez les étapes 2 et 3 pour chaque bordure à paramétrer. 5 Cliquez sur le bouton OK pour valider

Plus en détail

PERL POUR LA MANIPULATION DE TEXTES Une Introduction par l'exemple

PERL POUR LA MANIPULATION DE TEXTES Une Introduction par l'exemple PERL POUR LA MANIPULATION DE TEXTES Une Introduction par l'exemple Sous linux, on peut exécuter un script perl en tapant dans un terminal la ligne de commande $ perl nom_du_programme.pl Les exemples suivants,

Plus en détail