Le Langage SQL version Oracle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Langage SQL version Oracle"

Transcription

1 Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI

2 Table des matières CHAPITRE 1 INTRODUCTION Les tables Les types de données... 5 CHAPITRE 2 LA SELECTION SIMPLE La sélection simple La clause SELECT Le traitement des valeurs NULL Le mot clé DISTINCT La clause ORDER BY La restriction de lignes Les opérateurs de comparaison Les opérateurs logiques CHAPITRE 3 LES FONCTIONS Les fonctions de lignes Les fonctions de caractères Les fonctions numériques Les fonctions de date Les fonctions de conversion Les fonctions opérant sur tous les types de données Les fonctions de groupe La clause GROUP BY Groupes dans des groupes La clause HAVING CHAPITRE 4 EXTRACTION DES DONNEES A PARTIR DE PLUSIEURS TABLES Equi-jointure Non Equi-jointure Jointure externe Jointure d une table à elle-même... 24

3 CHAPITRE 5 LES OPERATEURS ENSEMBLISTES L opérateur UNION L opérateur INTERSECT L opérateur MINUS CHAPITRE 6 LES SOUS-REQUETES Les sous-requêtes simples (non corrélées) Les sous-requêtes produisant une seule ligne Les sous-requêtes produisant plusieurs lignes Les sous-requêtes corrélées (synchronisées) L opérateur EXISTS NOT EXISTS vs NOT IN La division et le NOT EXISTS CHAPITRE 7 LE LANGAGE DE DEFINITION DE DONNEES Création d une table CREATE TABLE Les contraintes Modification d une table ALTER TABLE Renommer une table Ajouter une colonne Renommer une colonne Modifier une colonne Supprimer une colonne Marquer une colonne Ajouter une contrainte Désactivation/Activation de contraintes La suppression d une contrainte Suppression d une table DROP TABLE Consultation des contraintes CHAPITRE 8 LE LANGAGE DE MANIPULATION DE DONNEES Ajout de données INSERT Modification de données UPDATE... 47

4 8.3 Suppression de données DELETE ANNEXE A ANNEXE B BIBLIOGRAPHIE... 52

5 Chapitre 1 Introduction Le langage SQL (Structered Query Language) est le langage standard de gestion des bases de données relationnelles. Il permet de définir, manipuler et contrôler les données. Ainsi SQL est constitué de trois sous langages : 1. LDD (Langage de Définition de Données) incluant les requêtes CREATE, ALTER, DROP, RENAME, TRUNCATE. Le LDD permet de créer, de changer et d'éliminer une structure de données Oracle. 2. LMD (langage de manipulation de données) incluant les requêtes SELECT, INSERT, UPDATE, DELETE, MERGE. Le LMD permet de sélectionner, d'insérer, de modifier et de supprimer des lignes à partir d'une table. 3. LCD (langage de contrôle de données) incluant les requêtes GRANT, REVOKE. Le LCD permet de donner ou de priver les droits d'accès à une base de données Oracle ou à ces structures. SQL a été implémenté par IBM dans les années 70, et se base sur l'algèbre relationnelle de Codd. Chaque SGBDR (DB2, Informix, Ingres, SQL SERVER...) présente sa propre version de SQL. ORACLE possède sa propre version. Ceci dit, toutes les versions sont fondées sur le même noyau. ORACLE fournit un éditeur de requêtes SQL, il s'agit de SQL*PLUS. Pour accéder à cet éditeur, il faut être un utilisateur (avoir un login et un mot de passe). Une fois l'éditeur affiché, on peut saisir les requêtes et voir les résultats retournés. 1.1 Les tables La table est l'objet principal d'une base de données car c'est là ou on stocke les données. Oracle identifie une table par son nom. Elle peut avoir une ou plusieurs colonnes (champ, attribut, mesure etc.). Une colonne est caractérisée par son nom et son type de données. La table peut avoir zéro ou plusieurs lignes (enregistrements, objets, tuples etc.). 1.2 Les types de données Oracle offre les types de données suivants : CHAR(n) : Chaîne de caractère fixe de longueur maximale n. VARCHAR2(n) : Chaîne de caractère variable de longueur maximale n. NUMBER(n,d) : Réel avec n le nombre de chiffres du réel, d le nombre de décimaux. Exemple : NUMBER(5,2) inclut tous les nombres de DATE : Le type de données incluant la date et l'heure. Le format par défaut est le suivant : DD-MON-YY, par exemple : `04-0CT-04'.

6 Chapitre 1 : Introduction 6 LONG : Chaîne de caractère variable de taille maximale 2 Go. CLOB : Chaîne de caractère variable de taille maximale 4 Go. RAW(n) : Données binaires de longueur n. LONG RAW : Données binaires de longueur variable allant jusqu'à 2 Go. BLOB : Données binaires de longueur variable allant jusqu'à 4 Go. BFILE : Données binaires stockées dans un fichier externe allant jusqu'à 4 Go. ROWID : Chaîne hexadécimale représentant l'adresse unique d'une ligne dans une table. C'est un type de données qu'on peut utiliser pour stocker les valeurs retournées par le pseudo colonne ROWID. TIMESTAMP[(n)][WITH TIME ZONE] : Stocke la date et l'heure. L'heure est stockée avec n fractions de secondes, n peut varier de 0 à 9, 6 est la valeur par défaut. Exemple : '04-OCT AM', ici n=4. Si le mot clé WITH TIME ZONE est spécifié alors l'heure est affichée avec la différence entre l'heure de la zone locale et celle de Greenwich. INTERVAL YEAR[(y)] TO MONTH : Stocke une période de temps sous forme d'années et de mois. INTERVAL DAY TO SECOND : Stocke une période de temps sous forme de jours et de secondes. Remarque - Une colonne de type LONG ne peut pas être copiée lors de la création d'une table à l'aide d'une requête SELECT. - Une colonne de type LONG ne peut pas être incluse dans une clause GROUP BY ou HAVING. - Une table ne peut contenir qu'une seule colonne de type LONG. - Une colonne de type LONG ne peut pas avoir de contrainte. - Le type de données CLOB inclut LONG. - Il n'y a pas de type de données booléen, ce dernier peut être simulé par NUMBER(1) ou CHAR(1). - Une colonne non renseignée porte la valeur NULL qui est différente de 0 pour les nombres et de la chaîne vide pour les chaînes de caractères.

7 2.1 La sélection simple Chapitre 2 La sélection simple La requête SELECT nous permet d'extraire des données à partir d'une base de données. La clause SELECT est suivie d'une ou de plusieurs colonnes, ce sont les colonnes qu'on veut extraire. La clause FROM est suivie par le nom de la table à partir de laquelle on veut afficher les données. Tous les exemples qui suivent se basent sur les tables EMP, DEPT et SALGRADE créées par défaut lors de l'installation d'oracle pour l'utilisateur scott/tiger (voir Annexe A). La requête R1 affiche toutes les colonnes de la table EMP : REQ 1 : SELECT * FROM EMP ; Le symbole * remplace toutes les colonnes de la table EMP. REQ 2 : SELECT EMPNO, ENAME, SAL FROM EMP ; Cette opération est dite opération de projection sur EMP sur les colonnes EMPNO, ENAME et SAL. EMPNO ENAME JOB MGR HIREDATE SAL COMM DEPTNO La clause SELECT Figure 1 : Projection sur EMPNO, ENAME et SAL En réalité la clause SELECT peut inclure des expressions autres que les colonnes. Elle peut être suivie par : Des expressions arithmétiques. Des alias de colonnes. Des colonnes concaténées. Des littéraux (constantes). REQ 3 : Donner les noms et les salaires annuels de tous les employés? SELECT ENAME, SAL*12 FROM EMP ;

8 .. Chapitre 2 : La sélection simple 8 Voici ce que nous affiche cette requête : ENAME SAL*12 SMITH 9600 ALLEN WARD JONES MARTIN BLAKE CLARK SCOTT KING TURNER ADAMS JAMES FORD MILLER ligne(s) sélectionné(es). REQ 4 : L entête de la 2 ème colonne est sal*12, on peut modifier l entête en lui affectant un alias : SELECT ENAME, SAL*12 ANNSAL FROM EMP ; L alias et la colonne (ou l expression) sont séparés d un espace. ENAME ANNSAL SMITH 9600 ALLEN REQ 5 : Afficher les codes et les noms concaténés de tous employés? SELECT EMPNO ENAME EMPLOYEE FROM EMP ; EMPLOYEE 7369SMITH 7499ALLEN. REQ 6 SELECT EMPNO ENAME EMPLOYEE, works in, DEPTNO FROM EMP ; EMPLOYEE works in DEPTNO 7369 SMITH works in ALLEN works in 30

9 Chapitre 2 : La sélection simple 9 Nous avons introduit le littéral (espace) concaténé à EMPNO et ENAME, ainsi que le littéral works in. Ces deux littéraux s affichent pour chaque ligne Le traitement des valeurs NULL Si une ligne donnée n a pas de valeur pour une colonne donnée, alors cette case porte la valeur NULL. Toute colonne, quelque soit son type de données, peut avoir la valeur NULL. Ceci dit, certaines contraintes appliquées sur une colonne (PRIMARY KEY, NOT NULL ) l empêchent d avoir la valeur NULL. Cette valeur est traitée différemment des autres valeurs. En effet si NULL est impliquée dans : REQ 7 Une expression arithmétique, alors le résultat de toute l expression est NULL. Une expression logique, alors le résultat de tout l expression est FAUX. Le revenu annuel d un employé est SAL*12 auquel on ajoute la commission COMM. Afficher les salaires annuels de tous les employés? SELECT ENAME, SAL*12 + COMM ANNSAL FROM EMP ; ENAME ANNSAL SMITH ALLEN WARD JONES MARTIN BLAKE CLARK SCOTT KING TURNER ADAMS JAMES FORD MILLER Quoique le salaire de SMITH est de 9600, le résultat affiché ci-dessus est NULL. La fonction NVL(col,val) nous sera très utile dans ce cas, car cette fonction retourne val si la colonne porte la valeur NULL. REQ 8 La requête correcte est : SELECT ENAME, SAL*12+NVL(COMM,0) ANNSAL FROM EMP ; Le mot clé DISTINCT Ce mot clé est introduit après SELECT, il sert à éliminer les occurrences, ainsi pour afficher les codes de départements (chacun une seule fois) :

10 Chapitre 2 : La sélection simple 10 REQ 9 SELECT DISTINCT DEPTNO FROM EMP ; DEPTNO DISTINCT ne peut être introduite qu une seule fois, juste après le SELECT, et concerne toutes les colonnes qui la suivent. Le résultat est toute combinaison distincte de ces colonnes. REQ 10 Afficher les jobs dans chaque département de manière distincte. SELECT DISTINCT JOB, DEPTNO FROM EMP ; La clause ORDER BY Le résultat retourné d une requête n a pas d ordre défini. La clause ORDER BY permet de trier le résultat selon une ou plusieurs colonnes dans un ordre croissant ou décroissant. Cette clause doit être la dernière dans la requête et peut être suivie d une colonne, d une expression ou même d un alias. REQ 11 Afficher les employés triés par leurs DEPTNO dans l ordre décroissant et par leurs JOB dans l ordre croissant. SELECT * FROM EMP ORDER BY DEPTNO DESC, JOB ASC ; Chaque groupe de lignes ayant le même DEPTNO est lui-même trié selon le JOB dans l ordre croissant La restriction de lignes Supposons que nous voulons afficher les employés du département 20. La requête que nous devons formuler doit retourner chaque ligne de la table EMP dont la colonne DEPTNO a pour valeur 20. Cette opération relationnelle est dite opération de restriction (ou sélection), et se base sur la clause WHERE. EMPNO ENAME JOB MGR HIREDATE SAL COMM DEPTNO Figure 2 : Opération de restriction La clause WHERE est suivie d une condition simple ou composée (combinaison de plusieurs conditions). Chaque ligne satisfaisant cette condition est retournée.

11 Chapitre 2 : La sélection simple 11 REQ 12 Afficher les employés du département 20. SELECT * FROM EMP WHERE DEPTNO=20 ; REQ 13 Afficher les employés dont la commission est inférieure au salaire. SELECT * FROM EMP WHERE NVL(COMM,0)<SAL ; Les opérateurs de comparaison Les opérateurs de comparaison classiques sont utilisables pour comparer deux valeurs de même type (<, <=, >, >=, <>,!=, =). Cependant Oracle offre quatre opérateurs de comparaison qui lui sont spéciaux : BETWEEN v 1 AND v 2 col v 1 AND col v 2. IN (v 1,v 2,v 3,,v n ) col= v 1 OR col=v 2 OR...OR col=v n. LIKE pattern (les symboles % et _ sont utilisés pour spécifier un pattern, le % remplace une sous chaîne y compris la chaîne vide, le _ remplace un seul caractère). IS NULL (l opérateur = ne peut pas être utilisée pour comparer une colonne à NULL, on utilise cet opérateur). L opérateur logique NOT peut être utilisé avec ces opérateurs NOT BETWEEN., NOT IN.., NOT LIKE., IS NOT NULL. REQ 14 Donner les noms et les salaires des employés dont le salaire est entre 1000 et 2000? SELECT ENAME, SAL FROM EMP WHERE SAL BETWEEN 1000 AND 2000 ; REQ 15 Donner les employés dont le manager est 7902, 7566 ou 7788? SELECT * FROM EMP WHERE MGR IN (7902, 7566, 7788) ; REQ 16 Afficher les employés dont le nom commence par S? SELECT * FROM EMP WHERE ENAME LIKE S% ; REQ 17 Afficher les employés dont le nom est composé de 4 caractères?

12 Chapitre 2 : La sélection simple 12 SELECT * FROM EMP WHERE ENAME LIKE ; REQ 18 Afficher les employés qui n ont pas de manager? SELECT * FROM EMP WHERE MGR IS NULL ; Les opérateurs logiques Les opérateurs logiques sont les trois suivants AND, OR et NOT. Il est inutile de vous rappeler que AND est prioritaire au OR, tout comme les opérateurs * et / qui sont prioritaires au + et au -. REQ 19 Afficher tous les clerks dont le salaire est entre 1000 et 2000? SELECT * FROM EMP WHERE SAL BETWEEN 1000 AND 2000 AND JOB= CLERK ; REQ 20 Afficher tous les managers dont le salaire est supérieur à 1500 et tous les salesman? SELECT * FROM EMP WHERE SAL>1500 AND JOB= MANAGER OR JOB= SALESMAN ; REQ 21 Afficher tous les salesman et tous les managers dont le salaire est supérieur à 1500? SELECT * FROM EMP WHERE SAL>1500 AND (JOB= MANAGER OR JOB= SALESMAN );

Chapitre 2 La sélection simple

Chapitre 2 La sélection simple 2.1 La sélection simple Chapitre 2 La sélection simple La requête SELECT nous permet d'extraire des données à partir d'une base de données. La clause SELECT est suivie d'une ou de plusieurs colonnes, ce

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Chapitre 6 Les sous-requêtes

Chapitre 6 Les sous-requêtes Chapitre 6 Les sous-requêtes Une caractéristique très puissante SQL est la possibilité d imbriquer une requête SQL (SELECT) dans une autre. En effet, nous pouvons utiliser le résultat d une requête pour

Plus en détail

Polytech Grenoble - TIS3. Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE. 2. Saisissez votre mot de passe suivi d un retour de chariot.

Polytech Grenoble - TIS3. Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE. 2. Saisissez votre mot de passe suivi d un retour de chariot. Polytech Grenoble - TIS3 Bases de Données - TP 2 MISE EN PLACE DE LA BASE 1. Connectez vous avec un shell distant sur le serveur faisant tourner la base oracle : ssh usernameagalan@im2ag-oracle.e.ujf-grenoble.fr

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Initiation à SQL. Le langage de communication avec une base de données relationnelles. Application avec PostgreSQL. Nathalie Camelin 2011/2012

Initiation à SQL. Le langage de communication avec une base de données relationnelles. Application avec PostgreSQL. Nathalie Camelin 2011/2012 Initiation à SQL Le langage de communication avec une base de données relationnelles Application avec PostgreSQL Nathalie Camelin 2011/2012 Université du Maine Institut Claude Chappe D'après Levy Estève

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre,

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

Cours 2 : SQL Structured Query Language

Cours 2 : SQL Structured Query Language Cours 2 : SQL Structured Query Language SQL Langage permettant de définir, manipuler et contrôler les données d une BD relationnelle Objet d une norme de l Institut National Américain de Normalisation

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Le langage SQL Rappels

Le langage SQL Rappels Le langage SQL Rappels Description du thème : Présentation des principales notions nécessaires pour réaliser des requêtes SQL Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs,

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1 Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 Le langage SQL... 1-2 Le langage PL/SQL... 1-4 Qu'est-ce que SQL*Plus?... 1-5 Commandes SQL*Plus... 1-7 Variables de substitution... 1-15 La commande

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Optimisation SQL. Quelques règles de bases

Optimisation SQL. Quelques règles de bases Optimisation SQL Quelques règles de bases Optimisation des ordres SQL Page 2 1. QUELQUES RÈGLES DE BASE POUR DES ORDRES SQL OPTIMISÉS...3 1.1 INTRODUCTION...3 1.2 L OPTIMISEUR ORACLE...3 1.3 OPTIMISEUR

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL 1. Définitions Clause : mot-clé Requête : interrogation ou action structurée sur la BD Requête d interrogation composée de l ensemble des clauses :

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ;

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ; RÈGLES A SUIVRE POUR OPTIMISER LES REQUÊTES SQL Le but de ce rapport est d énumérer quelques règles pratiques à appliquer dans l élaboration des requêtes. Il permettra de comprendre pourquoi certaines

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du Proyecto FAO COPEMED Universidad de Alicante Ramón y Cajal, 4 03001 - Alicante, España GCP/REM/057/SPA Web : www.fao.org/fi/copemed Tel : +34 96 514 59 79 Fax : +34 96 514 59 78 Email : copemed@ua.es Formation

Plus en détail

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper INSIA Bases de données ORACLE SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper http://st-curriculum.oracle.com/tutorial/dbxetutorial/index.htm http://st-curriculum.oracle.com/ http://www.oracle.com/ Bertrand LIAUDET

Plus en détail

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Exercice 1 : requêtes simples Pour traiter de la vente par correspondance on considère la modélisation

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 PRÉSENTATION DE TSQL... 2 1.1 Historique... 2 1.2 Les différents types d instructions... 2 1.2.1 Langage de Définition des Données... 2 1.2.2 Langage de Manipulation des Données...

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

Le language SQL (2/2)

Le language SQL (2/2) Les commandes de base sous Unix SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble.

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble Le 10/04/2014 Base de Données (BD) : une grande quantité de données, centralisées ou non, servant pour les besoins d'une ou plusieurs applications, interrogeables et modifiables

Plus en détail

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE SQL : LDD et LMD SQL ne se résume pas aux requêtes d'interrogation d'une base. Ce langage permet aussi de : - créer des tables - de modifier la structure de tables existantes - de modifier le contenu des

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations SQL Requêtes simples BD4 AD, SB Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2013 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/19 Février 2013 1 / 19 Outline 1 2 Requêtes mono-relation

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Table des matières PRÉAMBULE... MODULE 1 : PRÉSENTATION DE L ENVIRONNEMENT... 1-1 Qu'est-ce

Plus en détail

Chapitre IV. Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation. Relation : ensemble ou multi-ensemble?

Chapitre IV. Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation. Relation : ensemble ou multi-ensemble? Chapitre IV Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation Relation : ensemble ou multi-ensemble? Un multi-ensemble (multiset) est une collection d éléments pour laquelle on

Plus en détail

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique.

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique. GBD-030 Oracle Prise en main Saint-Denis à 9h30 5 jours Objectifs : Une formation Oracle complète pour découvrir tous les concepts du système et les différentes façons de les utiliser concrètement tout

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les commandes de base sous Unix Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des bases de données» 24 au 27 /06/08 Dernière

Plus en détail

Extrait du programme Information et Gestion pour les 2 spécialités de Première Sciences et Technologies de la Gestion

Extrait du programme Information et Gestion pour les 2 spécialités de Première Sciences et Technologies de la Gestion 1 Extrait du programme Information et Gestion pour les 2 spécialités de Première Sciences et Technologies de la Gestion 2.3- La base de données THÈMES SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE NOTIONS ET CONTENUS À CONSTRUIRE

Plus en détail

2A-SI 4 - Bases de Données 4.2 - Modèle relationnel

2A-SI 4 - Bases de Données 4.2 - Modèle relationnel 2A-SI 4-4.2 - Modèle relationnel Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Avec l aide du cours de Y. Bourda Généralités du «modèle relationnel» : Formalisé par CODD

Plus en détail

V. LE LANGAGE SQL. 1. Introduction. a) Généralités

V. LE LANGAGE SQL. 1. Introduction. a) Généralités V. LE LANGAGE SQL 1. Introduction a) Généralités SQL = Structured Query Language Issu de SEQUEL (Structured English as a Query Language). Standard ANSI en Octobre 1986 (proposition X3H2). SQL permet la

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL 1. Description SQL est un acronyme pour Structured Query Language qui a été conçu par IBM, et a succédé au langage SEQUEL. C est maintenant le langage le plus utilisé dans les

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE SQL

INITIATION AU LANGAGE SQL ECOLE NATIONALE DES INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE BORDEAUX DEPARTEMENT ENTREPRISE ET SYSTEMES UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE ET GENIE DES EQUIPEMENTS ~o~o~o~ INITIATION AU LANGAGE SQL Notes de cours

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Ce guide de formation a pour but de vous permettre d'acquérir une bonne connaissance du

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 41 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 41 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 41 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL Bases de données L2 sciences et technologies, mention informatique SQL ou : le côté obscure de la jolie théorie films titre réalisateur année starwars lucas 1977 nikita besson 1990 locataires ki-duk 2005

Plus en détail

Chapitre 4 : Le langage SQL

Chapitre 4 : Le langage SQL Chapitre 4 : Le langage SQL Table des matières I) Introduction...2 II) Rappel...2 III) Gestion de la base de données...2 1) Création de la base de données...2 2) Modification de la base de données...2

Plus en détail

Bases de données et Systèmes transactionnels

Bases de données et Systèmes transactionnels Bases de données et Systèmes transactionnels Dominique Laurent dominique.laurent@u-cergy.fr Tao-Yan Jen jen@u-cergy.fr Plan du cours Introduction Modèle Entité/Association Langage SQL - ORACLE Architectures

Plus en détail

MySQL / SQL EXEMPLES

MySQL / SQL EXEMPLES MySQL_exemples_janv04_mpT EXEMPLES 1 MySQL / SQL EXEMPLES Typologie du langage Il est possible d'inclure des requêtes SQL dans un programme écrit dans un autre langage (en langage C par exemple), ainsi

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Théorie et pratique de Base de données Oracle M.Boubetra 1 Système d Information But : gérer un ensemble d informations Stockage Consultation Modification Suppression Edition 2 Conception d un système

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données Le modèle relationnel 1. Introduction 9 2. Rappels sur le stockage des données 9 2.1 Les différentes catégories de données 10 2.1.1 Les données de base 10 2.1.2 Les données de mouvement 10 2.1.3 Les données

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Memo : Fonctions SQL

Memo : Fonctions SQL Bases de Données Avancées Module A IUT Lumière, License CE-STAT 2006-2007 Pierre Parrend Memo : Fonctions SQL I. Sélectionner des données Sélectionner toutes les colonnes de la table Séléctionner seulement

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD Cette partie est à réaliser sur papier uniquement. Il s agit de réaliser un modèle conceptuel de données (MCD) suivi du modèle

Plus en détail

L accès aux données, le langage SQL Page 1 / 14

L accès aux données, le langage SQL Page 1 / 14 L accès aux données, le langage SQL Page 1 / 14 Sommaire 1 Présentation... 2 1.1 Introduction... 2 1.2 Le langage SQL... 2 2 Le modèle de donnée utilisé... 4 3 Le langage d'interrogation des données LID...

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

Partie I du TD 1 au TD 5. Bases de données et MySQL -

Partie I du TD 1 au TD 5. Bases de données et MySQL - Système d information http://www.agroparistech.fr/systeme-d-information.html Partie I du TD 1 au TD 5 - Bases de données et MySQL - Liliana Ibănescu liliana.ibanescu@agroparistech.fr UFR d informatique

Plus en détail

Algèbre Relationnelle et Introduction au Langage SQL

Algèbre Relationnelle et Introduction au Langage SQL T-GSI STAGE RENOVATION - SQL.Chapitre 1 - Algèbre Relationnelle et Introduction au Langage SQL Sources du document : Livre bible Oracle 9i, J. Gabillaud, Editions Eni ; Support Oracle ; ISO Norme 2382:1999

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Introduction. Chapitre 1 - Bases

Introduction. Chapitre 1 - Bases Introduction Les bases de données sont une notion très vaste et surtout très importante pour tout développeur. L'utilisation d'une base de donnée augmente considérablement les possibilités d'un programme.

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

Le langage SQL : Le Langage de Manipulation des Données (LMD)

Le langage SQL : Le Langage de Manipulation des Données (LMD) T-GSI STAGE RENOVATION - SQL.Chapitre 3 - Le langage SQL : Le Langage de Manipulation des Données (LMD) Sources du document : Livre bible Oracle 9i, J. Gabillaud, Editions Eni ; Support Oracle ; ISO Norme

Plus en détail

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation

Chapitre V. Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation Chapitre V Les bases de données relationnelles en pratique : Mise en oeuvre et utilisation 175 Mise en oeuvre et utilisation d une base de données : points principaux Organisation d un système de gestion

Plus en détail

Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L

Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L Chapitre 4 : Partie3 LANGAGE DE MANIPULATION RELATIONNEL : S Q L SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Cours 3 Le langage SQL

Cours 3 Le langage SQL DUT SRC IUT de Marne-la-Vallée 05/02/2014 M2203 Bases de données Cours 3 Le langage SQL Philippe Gambette Sources Cours de Tony Grandame à l'iut de Marne-la-Vallée en 2010-2011 Cours de Mathieu Mangeot,

Plus en détail

Les requêtes Oracle XML DB. Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique

Les requêtes Oracle XML DB. Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique Les requêtes Oracle XML DB Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique Sommaire Rappel des modèles Le modèle relationnel Le modèle hiérarchique Leurs différences Oracle XML DB Les types de XMLType Les

Plus en détail