TP Contraintes - Triggers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TP Contraintes - Triggers"

Transcription

1 TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution de commandes spécifiques et de commandes SQL. Pour vous connecter sqlplus Remarque : Quelques commandes SQL*Plus : SET pause ON/OFF défilement page par page SET LINESIZE n fixe le nbre de caractéres de la ligne SET PAGESIZE n fixe le nbre de lignes par page DESC nomtable description de la table L administration d une base de données sous Oracle se fait à l aide d une base de données appelée métabase (on parle aussi de dictionnaire de données). Vous pourrez consulter les éléments de cette métabase : USER tables, USER tab columns, USER constraints. 2. Entreprise Vous disposez d un fichier Creation.sql contenant un script de création d une base de données Entreprise que vous sauvegarderez dans un répertoire de travail. Le schéma initial comporte les schémas relationnels suivants : EMP (nom, num, fonction, n sup, embauche, salaire, comm, n dept) un employé de numéro num posséde un nom et occupe l emploi fonction, cet employé a aussi un responsable identifié par le numéro n sup, une date d embauche embauche, un salaire, une commission comm et un département de rattachement n dept DEPT(n dept, nom,lieu) un Département de numéro n dept, de nom nom est situé à lieu Créer la base (en exécutant le script par la commande start et vérifier le contenu des tables créées. 1

2 GLIN605 Info Requêtes Vous effectuerez en algèbre relationnelle (lorsque cela est possible) puis en SQL les requêtes suivantes : Liste des nom d employés ayant une commission, classée par commission décroissante. Donner le nom des employés classés par fonction, et pour chaque fonction classés par salaire décroissant. Nom des personnes embauchées depuis le 1 janvier Donner pour chaque employé son nom et son lieu de travail. Donner pour chaque employé le nom de son supérieur hiérarchique. Quels sont les employés gagnant plus que tous les employés du département 30. Quels sont les employés ne travaillant pas dans le même département que leur supérieur hiérarchique. Donner le nom, la fonction et le salaire de l employé (ou des employés) ayant le salaire le plus élevé. Total des salaires pour chaque département. Quel est le département ayant le plus d employés? Nom des départements ayant des employés effectuant toutes les fonctions. 2.2 Définition des Contraintes Lorsque certaines contraintes sont introduites dans la conception du schéma, le systéme leur donne un nom interne, vérifiez le en consultant la table du dictionnaire de données USER constraints. Ici le schéma initial ne comporte aucune contrainte et le concepteur constate qu il a omis de déclarer des contraintes d intégrité essentielles. Il s agit donc de mettre en œuvre ces contraintes en les créant et en les nommant (consulter l aide ALTER et ADD CONSTRAINT). Sur la table DEPT rajouter la contrainte dept pk définissant n dept comme clé primaire. Sur la table EMP rajouter les contraintes suivantes : 1. emp pk définissant num comme clé primaire, 2. nom u définissant nom comme nom unique, 3. responsable définissant n sup comme Foreign key référençant num (CI intra table) 4. dept définissant n dept comme Foreign key référençant n dept de la table DEPT (CI inter table) 5. commission définissant un contrôle tel que seuls les employés dont la fonction est commercial aient une commission comm non nulle (null).

3 GLIN605 Info Vérification Vérifier que les contraintes ont été créées. Pour cela consulter la table de la métabase USER constraints. Remarquer que la valeur de de constraint type est C, P, U ou R suivant que la contrainte est respectivement de type CHECK, PRIMARY KET, UNIQUE, FOREIGN KEY. Vérifier que ces contraintes sont actives en essayant de les transgresser en réalisant des insertions ou des effacements (donner un exemple de transgression). Remarque : Tout ordre sql s effectue en fait au sein d une transaction. Toute transaction peut être validée par l ordre commit ou annulée par l ordre rollback. 2.4 Désactiver/Activer des Contraintes Dans certains cas, l administrateur ou l utilisateur qui a défini une contrainte peut souhaiter, pour effectuer des mises à jour qui la transgresse, désactiver momentanément cette contrainte. 1. consulter l aide DISABLE/ENABLE ; 2. désactiver la contrainte commission ; 3. insérer des n-uplets dans EMP transgressant la contrainte commission ; 4. essayer de rétablir la contrainte. Conclusion? ; 5. détecter les n-uplets qui provoquent l erreur afin de pouvoir les supprimer et rétablir la contrainte. Pour cela, créer une table que vous nommez par exemple REJETS : CREATE TABLE REJETS (ROW_ID ROWID, OWNER VARCHAR2(30), TABLE_NAME VARCHAR2(30), CONSTRAINT VARCHAR2(30)); Réactiver la contrainte commission en demandant la sauvegarde des n- uplets erreurs dans la table REJETS par la commande alter table EMP enable constraint commission exceptions into REJETS Vérifier le contenu de la table REJETS, puis supprimer de la table EMP les n-uplets erreurs. Rétablissez enfin la contrainte commission 2.5 Suppression des contraintes Supprimer les contraintes de la table EMP.

4 GLIN605 Info PL/SQL et triggers PL/SQL est le langage procédural d Oracle et permet de mélanger SQL et langage procédural dans un même traitement. Les traitements PL/SQL peuvent être exécutés, soit directement par Oracle (blocs anonymes), soit à partir d objets de la base (procédures stockées et Packages). Nous allons successivement découvrir les notions classiques de programmes, procédures, fonctions...puis la notion de trigger de base de données (alerteurs ou déclencheurs). Un bloc PL/SQL peut Ítre considéré comme un programme. Consulter l aide. Vous pouvez donc créer des fichiers comportant un bloc PL/SQL qui seront ensuite chargés et exécutés. Syntaxe d un bloc DECLARE -- declarations des variables, constantes, exceptions et curseurs BEGIN [nom bloc] -- statements (instructions SQL, PL/SQL) EXCEPTION -- handlers traitement des erreurs END [nom bloc]; 3.1 Remarques commentaire sur la ligne /*... */ commentaires plusieurs lignes Tout bloc PL/SQL doit se terminer par une ligne ne comportant q un. (on peut aussi utiliser / mais la vérification du code est alors suivie d une exécution immédiate). La compilation des blocs se fait lors de son chargement ou STARTnomfichier). Le texte de tout bloc PL/SQL est visible par la commande LIST Si des erreurs sont détectées vous pouvez les visualiser par la commande SHOW ERRORS Consulter le dictionnaire des données. USER_Objects Plusieurs packages prédéfinis existent, vous utiliserez le DBMS OUTPUT package qui fournit les méthodes d écriture des diverses variables sur le périphérique de sortie standard. PROCEDURE PUT(A VARCHAR2) PROCEDURE PUT(A NUMBER)

5 GLIN605 Info PROCEDURE PUT(A DATE) PROCEDURE PUT_LINE(A VARCHAR2) PROCEDURE PUT_LINE(A NUMBER) PROCEDURE PUT_LINE(A DATE) avec possibilité de concaténation entre diverses variables par Attention les procédures du package DBMS OUTPUT ne fonctionnent avec effet visible qu après la commande d environnement SET SERVEROUTPUT ON 3.2 Triggers Un déclencheur ou trigger est un bloc PL/SQL associé à une table et qui s exécute lorsqu une instruction (Insert, Update, Delete) sera demandée sur la table. CREATE [OR REPLACE] TRIGGER [schema.]trigger {BEFORE AFTER} {DELETE INSERT UPDATE [OF column [, column]...]} [OR {DELETE INSERT UPDATE [OF column [, column]...]}]... ON [schema.]table [ [REFERENCING { OLD [AS] old [NEW [AS] new] NEW [AS] new [OLD [AS] old] } ] FOR EACH ROW [WHEN (condition)] ] pl/sql_block Il s agit donc de mettre en œuvre quelques triggers afin d assurer divers contrôles. Il est conseillé d écrire le code des triggers dans un fichier que vous créerez avec l éditeur de votre choix. a) Création d un alerteur On souhaite avoir un message Opération terminée après toute insertion, modification ou suppression effectuée sur la table EMP. Créer le trigger alert. b) Création d un déclencheur (sécurité) On souhaite que toute mise à jour de la table EMP ne soit effectuée que durant les jours ouvrables, si la mise à jour a lieu le samedi ou le dimanche on déclenche une exception après l opération. Créer le trigger ouvrable. Utiliser TO CHAR qui permet de formater les dates et RAISE APPLICATION ERROR (consulter Help) NB Pour le tester exceptionnellement considérer que le jour de votre TP n est pas un jour ouvrable.

6 GLIN605 Info c) Création d un déclencheur (contrôle de mise à jour) On suppose qu au sein de l entreprise chaque fois qu un employé change de travail on lui accorde en préalable (ce n est guère réaliste mais...) une augmentation de salaire de 50 Euros. Créer le trigger change fonction qui réalise ceci pour tout n uplet concerné et ceci avant la modification de travail. d) Création d un déclencheur (contrôle de mise à jour) Lors de toute insertion ou de toute modification concernant le salaire (sal) d un employé occupant un emploi autre que directeur on veut vérifier que le salaire est compris entre et 50000, si ceci n est pas vérifié on envoie un message approprié (salaire trop bas ou trop haut). Créer le trigger verif sal qui réalise ceci pour tout n uplet concerné après la modification de travail. 3.3 Vérification Vérifier la création des triggers. Pour cela consulter la vue du dictionnaire de données USER_triggers Vérifier que ces triggers sont actifs en essayant des commandes SQL. 3.4 Désactiver/Activer des triggers Dans certains cas, l administrateur ou l utilisateur qui a défini un trigger peut souhaiter le désactiver momentanément. a) Consulter l aide DISABLE/ENABLE. b) Désactiver le trigger alert. c) Réactiver le. 3.5 Suppression des triggers Supprimer les triggers de la table EMP.

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 CRÉATION DES OBJETS DE BASES DE DONNÉES... 2 1.1 Architecture d une base de données... 2 1.1.1 Niveau logique... 2 1.1.2 Niveau physique... 3 1.2 Gestion d une base de données... 3

Plus en détail

Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles

Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles Intégrité sémantique dans les bases de données relationnelles 1 - Intégrité sémantique Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev. 2013

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire l objet d une exploitation

Plus en détail

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12 Table des matières Les Triggers... 2 Syntaxe... 2 Explications... 2 Les évènements déclencheurs des triggers... 3 Les modes de comportements des triggers... 4 Les pseudo tables... 5 Exemple... 6 Les procédures

Plus en détail

Intégrité des données

Intégrité des données . Contraintes d intégrité : Définition et objectif Intégrité des données Définition des contraintes Vérification des contraintes Contrainte d'intégrité : propriété sémantique que doivent respecter les

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML MariaDB : https://mariadb.org/ Site officiel MySQL : http://www-fr.mysql.com/ Zone pour les développeurs : http://dev.mysql.com/

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Licence de MIDO - 3ème année Spécialités Informatique et Mathématiques Appliquées

Licence de MIDO - 3ème année Spécialités Informatique et Mathématiques Appliquées Licence de MIDO - 3ème année Spécialités Informatique et Mathématiques Appliquées ANNEE 2014 / 2015 Désignation de l enseignement : Bases de données Nom du document : TP SQL sous PostgreSQL Rédacteur :

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données II Objets avancés dans les bases de données OBJECTIFS 2.1. NOTIONS 2.1.1.

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

BD50. Gestion des courses

BD50. Gestion des courses Département Génie Informatique BD50 TP7 : Développement avec le module PL/SQL de 9iAS et DBMS_EPG d'oracle 10G Gestion des courses Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Mai 2007 Présentation

Plus en détail

Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions

Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions Document préparé par Abderrahmane Abed Octobre 2013 Version 1.0 Courriel : aabed@oraweb.ca Site web: www.oraweb.ca

Plus en détail

Gestion de base de données

Gestion de base de données Université Libre de Bruxelles Faculté de Philosophie et Lettres Département des Sciences de l Information et de la Communication Gestion de base de données Projet : Take Off ASBL Cours de M. A. Clève STIC-B-505

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 13 : Organisation d une base de données, ou comment soulever (un peu) le voile Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les clusters de table

Plus en détail

Historisation des données

Historisation des données Historisation des données Partie 1 : mode colonne par Frédéric Brouard, alias SQLpro MVP SQL Server Expert langage SQL, SGBDR, modélisation de données Auteur de : SQLpro http://sqlpro.developpez.com/ "SQL",

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

TP1 - Corrigé. Manipulations de données

TP1 - Corrigé. Manipulations de données TP1 - Corrigé Manipulations de données 1. Démarrez mysql comme suit : bash$ mysql -h 127.0.0.1 -u user4 -D db_4 p Remarque: le mot de passe est le nom de user. Ici user4 2. Afficher la liste des bases

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011 Les fichiers en format pdf des projections du cours sont disponibles sur la page : http://www.ibisc.univevry.fr/~serena mais ne pas les imprimer au bât.

Plus en détail

Designer et l ingénierie du logiciel Les APIs de tables pour garantir l intégrité des données

Designer et l ingénierie du logiciel Les APIs de tables pour garantir l intégrité des données Designer et l ingénierie du logiciel Les APIs de tables pour garantir l intégrité des données P.-A. Sunier, ISNet Neuchâtel avec le concours de C. Kohler et P. Ferrara 1 Introduction... 1 2 Le concept...

Plus en détail

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3

Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 Sommaire Partie 0 : Gestion des tablespace et des utilisateurs... 3 1- Créer deux TableSpaces votre_nom-tbs et Votre_nom-TempTBS :... 3 2. Créer un utilisateur qui porte votre nom :... 3 3. Attribuer à

Plus en détail

Introduction au PL/SQL Oracle. Alexandre Meslé

Introduction au PL/SQL Oracle. Alexandre Meslé Introduction au PLSQL Oracle Alexandre Meslé 17 octobre 2011 Table des matières 1 Notes de cours 3 1.1 Introduction au PLSQL............................................ 3 1.1.1 PLSQL.................................................

Plus en détail

Création et Gestion des tables

Création et Gestion des tables Création et Gestion des tables Version 1.0 Z Grégory CASANOVA 2 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les tables... 5 3.1 Les types de données... 5 3.1.1 Les types de données Sql Server... 5

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

DROP TABLE Aeroport CASCADE CONSTRAINTS; CREATE TABLE Aeroport ( VARCHAR(60) NOT NULL, CONSTRAINT PK_aeroport primary key (codeaeroport) );

DROP TABLE Aeroport CASCADE CONSTRAINTS; CREATE TABLE Aeroport ( VARCHAR(60) NOT NULL, CONSTRAINT PK_aeroport primary key (codeaeroport) ); / Fichier: tp1-2.sql Nom: Martin Rancourt - Matricule: 14059412 Nom: Vincent Ribou - Matricule: 14042001 Description : Travail pratique #1 partie 2. Base de données qui permet de gérer les vols d une compagnie

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Jérôme FESSY. IUT de Paris 5. Base de Données. Cours Introductif. Base de Données

Jérôme FESSY. IUT de Paris 5. Base de Données. Cours Introductif. Base de Données Base de Données Cours Introductif Base de Données Quelques chiffres Évolution annuelle moyenne 2004/2000 15% +20% 12% 5% 0.5% 2000 2004 L3G IA SG mono poste : Part de marché 5% 5% 10% Paradox 65% SG 15%

Plus en détail

Bases de Données Avancées PL/SQL

Bases de Données Avancées PL/SQL 1/170 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/187 Bases de Données Avancées UML et SQL 2/3 Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 6 Programmation SQL par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS 2015. DOMAINE Bases de données

CATALOGUE FORMATIONS 2015. DOMAINE Bases de données DOMAINE Bases de données Version 1.0 - Octobre 2014 1, 2, 3 juin 2015 1, 2, 3 octobre 2015 CATALOGUE Analyse et conception d une base de données Elaboration de fiches de collecte de données Techniques

Plus en détail

TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS

TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS OBJECTIFS : Familiarisation avec SGBD et son environnement de travail SQL*Plus d Oracle) Ecriture des requêtes SQL simples sur une BD préétablie HR d Oracle) Partie

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage 1 Plan Références Requêtes simples Expressions de chemin Appels de fonctions et d opérateurs Création d instances Opérations sur les collections 2 Références

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Langages de requêtes. Plan du cours. Base de données exemple. Objectifs du cours. Plan du cours. Base de données exemple

Langages de requêtes. Plan du cours. Base de données exemple. Objectifs du cours. Plan du cours. Base de données exemple Plan du cours Langages de requêtes M1 Informatique Année 2010-2011 Jérôme Darmont Introduction Algèbre relationnelle Langage SQL Langage XQuery http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/

Plus en détail

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Document: f1067test.fm 22/01/2013 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION DB2 FOR Z/OS:

Plus en détail

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

JDBC et objet-relationnel

JDBC et objet-relationnel Types de données de SQL3 JDBC et objet-relationnel Université de Nice - Sophia Antipolis Version 1.6.4 5/11/11 Richard Grin JDBC supporte les types suivants de SQL3 qui sont des ouvertures vers le relationnelobjet

Plus en détail

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry

Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry Cours 3 Développement d une application BD 1 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Utilisation de vues Placement du code applicatif dans

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Z Grégory CASANOVA 2 Les procédures stockées et les fonctions utilisateur [08/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les procédures

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

I. MySQL : Serveur et SGBD

I. MySQL : Serveur et SGBD Le Système de Gestion de Base de Données MySQL I. MySQL : Serveur et SGBD Menu I. MySQL : Serveur et SGBG II. Création d'une base de données avec MySQL MySQL est un système de gestion et conception de

Plus en détail

Présentation du PL/SQL

Présentation du PL/SQL I Présentation du PL/ Copyright Oracle Corporation, 1998. All rights reserved. Objectifs du Cours A la fin de ce chapitre, vous saurez : Décrire l intéret du PL/ Décrire l utilisation du PL/ pour le développeur

Plus en détail

TP3 : Creation de tables 1 seance

TP3 : Creation de tables 1 seance Universite de Versailles IUT de Velizy - Algorithmique 2005/2006 TP3 : Creation de tables 1 seance Objectif : Creation et modication de tables dans une base de donnees. Avant de commencer ce TP, terminer

Plus en détail

Module 1 Oracle developer : Introduction

Module 1 Oracle developer : Introduction Qu est-ce que Oracle Developer? Les outils Oracle Developer Forms Builder Report Builder Graphics Builder Procedure Builder Project Builder Query Builder Schema Builder Présentation de l application à

Plus en détail

Pour les débutants. langage de définition des données

Pour les débutants. langage de définition des données Pour les débutants SQL : langage de définition des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Pratique et administration des systèmes

Pratique et administration des systèmes Université Louis Pasteur Licence Informatique (L2) UFR de Mathématiques et Informatique Année 2007/2008 1 But du TP Pratique et administration des systèmes TP10 : Technologie LAMP Le but de ce TP est de

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

TP Programmation Java / JDBC / Oracle

TP Programmation Java / JDBC / Oracle TP Programmation Java / JDBC / Oracle 1. Connectivité avec une base de données Oracle au travers de l interface JDBC L interface de programmation (API) JDBC (Java DataBase Connectivity) est une librairie

Plus en détail

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données Dans le cadre de SECURIDAY 2010 Et sous le thème de Computer Forensics Investigation SECURINETS Vous Présente l atelier : Analyse des bases de données Chef Atelier : Dhikra DABBOUSSI (Réseau Télécom 5)

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Plan. Bases de Données. Sources des transparents. Bases de SQL. L3 Info. Chapitre 4 : SQL LDD Le langage de manipulation de données : LMD

Plan. Bases de Données. Sources des transparents. Bases de SQL. L3 Info. Chapitre 4 : SQL LDD Le langage de manipulation de données : LMD Plan Bases de Données L3 Info Céline Rouveirol 2010-2011 Bases de Données 1 / 77 Sources des transparents Bases de Données 2 / 77 Bases de SQL - M.P. Dorville/F. Goasdoué, LRI, Université Paris Sud - V.

Plus en détail

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Ce projet comporte trois parties sur les thèmes suivants : création de base de donnée, requêtes SQL, mise en œuvre

Plus en détail

Data Tier Application avec SQL Server 2008 R2

Data Tier Application avec SQL Server 2008 R2 Data Tier Application avec SQL Server 2008 R2 Article par David BARBARIN (MVP SQL Server) David BARBARIN est actuellement consultant en bases de données pour une entreprise Suisse GOLD Partner Microsoft

Plus en détail

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des bases de données» 24 au 27 /06/08 Dernière

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Compétences Business Objects - 2014

Compétences Business Objects - 2014 Compétences Business Objects - 2014 «Mars-Juin 2014. Réf : Version 1 Page 1 sur 34 Sommaire CONTEXTE DE LA REMISE A NIVEAU EN AUTOFORMATION... 3 1. MODELISATION... 4 1.1 DESCRIPTION FONCTIONNEL DE L'APPLICATION

Plus en détail

BASES DE DONNEES TP POSTGRESQL

BASES DE DONNEES TP POSTGRESQL 2003-2004 Université Paris Dauphine IUP Génie Mathématique et Informatique IUP 2 ème année et Formation Continue BASES DE DONNEES TP POSTGRESQL Maude Manouvrier La reproduction de ce document par tout

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

Corrigés détaillés des exercices

Corrigés détaillés des exercices Corrigés détaillés des exercices Diagramme des tables objet La figure suivante vous aidera dans la compréhension des manipulations des objets de la base. Client_type Client num nom adresse {telephone_vry}

Plus en détail

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA Les déclencheurs Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Les déclencheurs [09/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les déclencheurs du DML... 5 3.1 Introduction... 5 3.2 Création d un déclencheur

Plus en détail

BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS. UFR Sciences et Techniques. IUP Blois Master SIR 1 année

BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS. UFR Sciences et Techniques. IUP Blois Master SIR 1 année UFR Sciences et Techniques IUP Blois Master SIR 1 année BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS Enseignant Jean-Yves ANTOINE (Jean-Yves.Antoine AT univ-tours.fr) Sécurité des données CONTRÔLE DES ACCES CONCURRENTS

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev.

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Si le médecin agit en situation d urgence, insérer une trace de ses requêtes. Si le patient est cardiaque, le préciser dans le motif de la visite

Si le médecin agit en situation d urgence, insérer une trace de ses requêtes. Si le patient est cardiaque, le préciser dans le motif de la visite Précompilateur Compilateur LP PROGRAMMATION SQL Limites de SQL Problématique de la connexion langage hôte/sql 3 approches Embedded SQL (PRO*C, SQLJ ) API de bas niveau (SQL-CLI, ODBC, ) Langage dédié (PL/SQL,

Plus en détail

INSIA Bases de données ORACLE Installation SQL*Plus SQL-Developer

INSIA Bases de données ORACLE Installation SQL*Plus SQL-Developer INSIA Bases de données ORACLE Installation SQL*Plus SQL-Developer http://st-curriculum.oracle.com/tutorial/dbxetutorial/index.htm http://st-curriculum.oracle.com/ http://www.oracle.com/ Bertrand LIAUDET

Plus en détail

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL)

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL) Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL) Un modèle de données définit un mode de représentation de l information selon trois composantes : 1. Des structures de données. 2. Des contraintes qui permettent

Plus en détail

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 PHP Bertrand Estellon Aix-Marseille Université 26 avril 2012 Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 SQLite et PDO Base de données SQLite et PDO SQLite écrit les données relatives à la base dans

Plus en détail

INTEGRITE ET BD ACTIVES

INTEGRITE ET BD ACTIVES INTEGRITE ET BD ACTIVES 1. INTRODUCTION Un SGBD doit garantir la cohérence des données lors des mises à jour de la base. En effet, les données d'une base ne sont pas indépendantes, mais obéissent à des

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail