Bases de Données Avancées PL/SQL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases de Données Avancées PL/SQL"

Transcription

1 1/170 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F Bobigny cedex Tél. : , Fax. : INFO2 BDA

2 2/170 Communication avec un SGBD utilisant SQL Introduction

3 3/170 Solution complète Oracle Introduction

4 4/170 Clauses SQL Introduction SELECT INSERT UPDATE DELETE CREATE ALTER DROP RENAME TRUNCATE GRANT REVOKE COMMIT ROLLBACK SAVEPOINT Interrogation des données Langage de Manipulation de Données (LMD) Langage de Définition de Données (LDD) Langage de Contrôle de Données (LCD) Contrôle de transaction

5 5/170 Procedural Language for Structured Query Language Introduction Langage fournissant une interface procédurale au SGBD Oracle Intègration du langage SQL en lui apportant une dimension procédurale Réalisation de traitements algorithmiques (ce que ne permet pas SQL) Mise à disposition de la plupart des mécanismes classiques de programmation des langages hôtes tels que C, COBOL, PASCAL, C++, JAVA...

6 6/170 Environnement Introduction

7 7/170 Avantages de Introduction complément de SQL (qui n est pas procédural) Mécanismes offerts par : Structures itératives : WHILE *** LOOP, FOR *** LOOP, LOOP *** Structures conditionnelles : IF *** THEN *** ELSE ELSEIF *** ENDIF, CASE *** Déclaration des curseurs et des tableaux Déclaration de variables Affectation de valeurs aux variables Branchements : GOTO, EXIT Exceptions : EXCEPTION

8 8/170 Avantages de Intégration Introduction Meilleure cohérence du code avec les données Utilisation de librairies standards prédéfinies (bibliothèques partagées)

9 9/170 Avantages de Blocs SQL Introduction Traitement par/de blocs SQL dans un énoncé (optimisation des transactions réseaux)

10 10/170 Avantages de Exécution de programmes modulaires Introduction Traitements complexes (cas particuliers, erreurs) Traitements des exceptions...

11 11/170 Avantages de Résumé Introduction Langage portable Utilisation de variable de stockage Utilisation de type simple ou de type structuré dynamiquement (%TYPE, %ROWTYPE, etc.) Utilisation des structures de contrôle des langages procéduraux Gestion et manipulation des erreurs Création d ordre SQL dynamique

12 12/170 Utilisation de Structure de blocs 3 formes : Bloc de code, executé comme une commande SQL (utilisation d un interpréteur standard SQL+ ou isql*plus) Fichier de commande Programme stocké : procédure, fonction, package ou trigger

13 13/170 Structure d un bloc Structure de blocs S e c t i o n d é c l a r a t i v e, o p t i o n n e l l e DECLARE V a r i a b l e s, c u r s e u r s, e x c e p t i o n s,... S e c t i o n e x é c u t a b l e, o b l i g a t o i r e BEGIN I n s t r u c t i o n s SQL e t P o s s i b i l i t é s de b l o c s f i l s ( i m b r i c a t i o n de b l o c s ) S e c t i o n de t r a i t e m e n t des e x c e p t i o n s, o p t i o n n e l l e EXCEPTION o p t i o n n e l l e Traitement des e x c e p t i o n s ( g e s t i o n des e r r e u r s ) Terminaison du bloc, o b l i g a t o i r e END ; /

14 14/170 Type de blocs Structure de blocs Bloc anonyme Précédure Fonction

15 15/170 Type de blocs Bloc anonyme Structure de blocs Structure classique (1 à 3 sections) Un bloc ne peut être vide. Il doit contenir une instruction (il peut donc contenir l instruction NULL) [ DECLARE ] BEGIN I n s t r u c t i o n s [ EXCEPTION] END; /

16 16/170 Type de blocs Bloc anonyme Exemple 1 Structure de blocs DECLARE x INTEGER; BEGIN x := 1 ; END;

17 17/170 Type de blocs Bloc anonyme Exemple 2 Structure de blocs DECLARE v a r x VARCHAR2( 5 ). BEGIN SELECT nom colonne INTO v a r x FROM nom table EXCEPTION WHEN nom exception THEN... END ; /

18 18/170 Type de blocs Procédure Structure de blocs Bloc nommé puis compilé et stocké dans la base PROCEDURE nom I S BEGIN I n s t r u c t i o n s [ EXCEPTION] END; /

19 19/170 Type de blocs Procédure Exemple PROCEDURE p r o c e x e m p l e IS v a r x VARCHAR2( 5 ) ; BEGIN SELECT nom colonne INTO v a r x FROM nom table EXCEPTION WHEN n o m e x c e p t i o n THEN... END ; / Commande SQL qui Structure de blocs crée la procédure compile et stocke dans la base le bloc compris entre le BEGIN et le END, référencé par proc exemple

20 20/170 Type de blocs Procédure Structure de blocs Remarques : Exécution (auto) de la procédure : SQL> EXECUTE proc_exemple Pas d exécution de procédure (ou d instructions) en fin de transaction (COMMIT, ROLLBACK, Ordre DDL) Décision d enregistrement ou d annulation de la transaction en cours : à réaliser par le programme appelant la procédure

21 21/170 Type de blocs Fonction Structure de blocs Fonction : procédure retournant une valeur FUNCTION nom RETURN t y p e d o n n é e s IS BEGIN I n s t r u c t i o n s RETURN v a l e u r ; [ EXCEPTION] END; /

22 22/170 Type de blocs Fonction exemple Structure de blocs SQL> CREATE OR REPLACE FUNCTION s o l d e ( no INTEGER) RETURN REAL IS l e s o l d e REAL ; BEGIN SELECT s o l d e INTO l e s o l d e FROM c l i e n t s WHERE n o c l i = no ; RETURN l e s o l d e ; END; /

23 23/170 Remarques : Type de blocs Fonction Utilisation de fonction au sein d une requête SQL Exemple : SQL> SELECT solde(1000) FROM dual ; Solde(1000) ,50 Appel d une fonction comme une procédure provoque une erreur Exemple : fonction mdp(integer) SQL> execute mdp(2); BEGIN mdp(2); END; * ERREUR a la ligne 1 : ORA-06550: line 1, column 7: PLS-00221: MDP is not a procedure or is undefined ORA-06550: line 1, column 7: Structure de blocs

24 24/170 Types de variables Structure de blocs Variables locales Constantes Composites Références Variables de l environnement extérieur à Attachées (Bind) Hôtes (Host)

25 25/170 Structure de blocs Déclaration des variables en Syntaxe I d e n t i f i c a t e u r [CONSTANT] t y p e d o n n é e s [NOT NULL] [:= e x p r e s s i o n ] ; Exemple DECLARE v d a t e n a i s s a n c e DATE; v departement NUMBER( 2 ) NOT NULL := 1 0 ; v v i l l e VARCHAR2(13) := P a r i s ; c cumul CONSTANT NUMBER := 1000;

26 26/170 Assignation des variables Structure de blocs Syntaxe I d e n t i f i c a t e u r := e x p r ; Exemples Affecter la date de naissance du fils d un employés v d a t e n a i s s a n c e := 23 SEP 2004 ; Fixer le nom d un employé à Clément v nom := Clément ;

27 27/170 Types de données scalaires Types de base chaînes de caractères Structure de blocs VARCHAR2(n)/NVARCHAR2(n) : Chaîne de n caractères (n < 4000octets) longueur variable (préfixe N : prise en compte de la localisation NLS/National Language Support) CHAR(n)/NCHAR(n) : Chaîne de n caractères (n < 2000octets) longueur fixe, rempli par des espaces LONG/RAW/LONG RAW : Chaîne de caractère ou de données binaires (raw) de longueur variable ( < 2000octets)

28 28/170 Types de données scalaires Types de base nombres et date Structure de blocs NUMBER (n, m) : Réel avec n chiffres significatifs et m décimals INTERGER/FLOAT : Nombre entier/réel signé BINARY_INTEGER : Nombre entier signé sur 32 bits (utilisation de la librairie mathématique) DATE : date entre le 1 janvier et le 21 décembre 9999 BOOLEAN : booléen NB : pas d équivalent en SQL. Il n est donc pas possible de stocker un booléen dans une table de sélectionner un élément de table dans un variable booléenne d utiliser un booléen dans une requête SQL ou une fonction appelée dans une requête SQL (paramètre en entrée ou valeur de retour)

29 29/170 Structure de blocs Déclaration des variables scalaires Exemples v j o b VARCHAR2( 9 ). v c o u n t BINARY INTEGER := 0 ; v s a l t o t a l NUMBER( 9, 2 ). v d a t e DATE := SYSDATE +7; v t a u x t a x e CONSTANT NUMBER( 3, 2 ) := ; v v a l i d e BOOLEAN NOT NULL := TRUE;

30 30/170 Attribut %TYPE Structure de blocs Définition : déclaration d une variable associée à Une colonne d une table dans la BD Une variable précédemment définie Exemples : v nom emp. nom%type; v s a l a n n u e l NUMBER( 7, 2 ) ; v s a l m e n s u e l v s a l a n n u e l %TYPE := 2000;

31 31/170 Types de données composites Structure de blocs Types : Les tables Les records (voir plus loin)

32 32/170 Variables attachées/bind variables Variables attachées Variables de substitution dans les requêtes SQL Variable référençant des variables non- Economie d analyse de la requête, donc gain de temps pour Oracle Mécanisme considéré par certains comme le point clé de performance d Oracle

33 33/170 Variables attachées/bind variables Déclaration Variables attachées Déclaration, en SQL*Plus, d une variable attachée : utilisation de la commande VARIABLE Exemple : VARIABLE n o m v a r i a b l e t y p e v a r i a b l e ; VARIABLE g s a l m e n s u e l NUMBER( 7, 2 ) ;

34 34/170 Variables attachées/bind variables Référence aux variables non- Variables attachées Exemple : Stocker le salaire mensuel dans une variable globale SQL*Plus : g s a l m e n s u e l := v s a l a n n u e l / 1 2 ; Faire référence aux variables non- comme des variables hôte Précéder la référence par un :

35 35/170 Variables attachées/bind variables Exemple d utilisation optimisation Variables attachées Exemple de requête SELECT générées des milliers de fois : SELECT fname, lname, pcode FROM c u s t WHERE i d = 674; SELECT fname, lname, pcode FROM c u s t WHERE i d = 234; SELECT fname, lname, pcode FROM c u s t WHERE i d = 332;... A chaque soumission d un requête, Vérification si la requête a déjà été été soumise Si oui, récupération du plan d exécution de la requête, et exécution de la requête

36 36/170 Variables attachées/bind variables Exemple d utilisation optimisation Variables attachées Si non, analyse syntaxique de la requête définition des différentes possibilités d exécution définition du plan d exécution optimal Processus coûteux en temps CPU, alors que seule la valeur de id change! Solution : réutiliser le plan d exécution existant Nécessite d utiliser des variables attachées : Substitution de la valeur par la variable attaché Envoi de la même requête pour toutes les valeurs de id Exemple : SELECT fname, lname, pcode FROM c u s t WHERE i d = : c u s t n o ;

37 37/170 Bloc syntaxe et directives Bloc Les instructions peuvent être écrites sur plusieurs lignes. Les unités lexicales peuvent être séparées par des espaces : Délimiteurs Identificateurs Littéraux (ou constantes) Commentaires

38 38/170 Bloc syntaxe et directives Bloc Les littéraux Les dates et les chaînes de caractères délimitées par deux simples cotes V nom := T h i e r r y ; v a n n e e := to number ( t o c h a r ( v D a t e F i n P e r i o d e, YY ) ) ; Les nombres peuvent être des valeurs simples ou des expressions V s a l a i r e := ;

39 39/170 Commentaires dans le code Bloc Précéder un commentaire écrit sur une seule ligne par --. Placer un commentaire écrit sur plusieurs lignes entre les symboles /* et */. Exemple : v s a l NUMBER( 9, 2 ) ; BEGIN / C e c i e s t un commentaire q u i peut e t r e e c r i t s u r p l u s i e u r s l i g n e s / ENd; C e c i e s t un commentaire s u r une l i g n e

40 40/170 Les Fonctions SQL en Bloc Les fonctions sur les nombres Les fonctions sur les chaînes de caractères Les fonctions de conversion de type de données Les fonctions de dates

41 41/170 Exemples de fonctions SQL en Bloc Exemples : Recomposer l adresse d un employé : V AdrComplete : = V Rue CHR( 3 2 ) V V i l l e CHR( 3 2 ) V CodePostal ; Convertir le nom en majuscule V Nom := UPPER (V Nom) ; Extraction d une partie de la chaîne V chr := Substr (, 4, 3 ) ; Replacement d une chaîne par une autre V chr := R e p l a c e ( Serv1 / Prod / t b c l i e n t, Prod, V a l i d ) ;

42 42/170 Blocs imbriqués et porté des variables Bloc... x BINARY INTEGER ; BEGIN Debut de l a p o r t e e de x... DECLARE y NUMBER; BEGIN debut de l a p o r t e de y... END; f i n de l a p o r t e e de y... END; f i n de l a p o r t e e de x

43 43/170 Opérateurs dans Opérateurs Identique à SQL Logique Arithmétique Concaténation Parenthèses pour contrôler l ordre des opérations Opérateur supplémentaire : Opérateur d exponentiation **

44 44/170 Utilisation des variables liées Opérateurs Pour référencer une variable en, on doit préfixer son nom par un : Exemple : : c o d e r e t o u r := 0 ; IF v é r i f i e r c r é d i t o k ( compt no ) THEN : c o d e r e t o u r := 1 ; END IF ;

45 45/170 Instructions SQL dans Instructions Extraire une ligne de données à partir de la BD par la commande SELECT. Un seul ensemble de valeurs peut être retourné Effectuer des changements aux lignes dans la BD par les commandes du LMD Contrôler des transactions avec les commandes COMMIT, ROLLBACK et SAVEPOINT Déterminer les résultats du LMD avec des curseurs implicites (voir plus loin)

46 46/170 Instruction SELECT dans Instructions Récupérer une donnée de la BD avec SELECT. Syntaxe SELECT l i s t e s é l e c t i o n INTO { nom var [, nom var ]... nom record } FROM table WHERE c o n d i t i o n ;

47 47/170 Instruction SELECT dans Instructions La clause INTO est obligatoire Exemple DECLARE BEGIN... END; v deptno NUMBER( 2 ) ; v l o c VARCHAR2( 1 5 ) ; SELECT deptno, l o c INTO v deptno, v l o c FROM dept WHERE nom d = INFORMATIQUE ;

48 48/170 Instruction SELECT dans Instructions Retourne la somme des salaires de tous les employés d un département donné. Exemple DECLARE BEGIN END; v s o m s a l emp. s a l%type; v deptno NUMBER NOT NULL := 1 0 ; SELECT sum ( s a l ) f o n c t i o n d a g r é INTO v s o m s a l FROM emp WHERE deptno = v deptno ;

49 49/170 Manipulation de données Manipulation de données en Effectuer des mises à jour des tables de la BD utilisant les commandes du LMD : INSERT UPDATE DELETE

50 50/170 Insertion de données Manipulation de données Ajouter les informations d un nouvel employé à la table emp Exemple DECLARE v empno NUMBER NOT NULL := ; BEGIN INSERT INTO emp ( empno, emp nom, poste, deptno ) VALUES ( v empno, Clément, D i r e c t e u r, 1 0 ) ; END;

51 51/170 Mise à jour de données Manipulation de données Augmenter le salaire de tous les employés dans la table emp qui ont le poste d enseignant. Exemple DECLARE BEGIN END; 1 v a u g m s a l emp. s a l%type := 2000; UPDATE emp SET s a l := s a l + v a u g m s a l WHERE j o b = E n s e i g n a n t ;

52 52/170 Suppression de données Manipulation de données Suppression des lignes appartenant au département 10 de la table emp Exemple DECLARE BEGIN END; v deptno emp. deptno%type := 1 0 ; DELETE FROM emp WHERE deptno = v deptno ;

53 53/170 Structure de contrôle dans Structure de contrôle IF conditionnel : IF THEN END IF ; IF THEN ELSE END IF ; IF THEN ELSIF END IF ; Les boucles : LOOP END LOOP; FOR LOOP END LOOP; WHILE LOOP END LOOP;

54 54/170 Instruction IF Syntaxe Structure de contrôle IF c o n d i t i o n THEN énoncés ; [ ELSIF c o n d i t i o n THEN énoncés ; ] [ ELSE énoncés ; ] END IF ;

55 55/170 Instruction IF Exemple de IF simple Structure de contrôle Mettre le ID de l employé MARK à 101. I F v nom = MARK THEN v ID := 101; END IF ;

56 56/170 IF simple Structure de contrôle Si le nom de l employé est CLEMENT, lui attribuer le poste Enseignant, le département n 102 et une commission de 25 Exemple... IF v nom = Clément THEN v p o s t e := E n s e i g n a n t ; v deptno := 102; v nouv comm := s a l ; END IF ;...

57 57/170 IF-THEN-ELSE Structure de contrôle Si le nom de l employé est CLEMENT, lui attribuer le poste Enseignant, le département n 102 et une commission de 25 Exemple... IF v nom = Clément THEN v p o s t e := E n s e i g n a n t ; v deptno := 102; v nouv comm := s a l ; ELSE DBMS OUTPUT. PUT LINE ( Employé i n e x i s t a n t ) ; END IF ;...

58 58/170 IF-THEN-ELSIF Structure de contrôle Pour une valeur donnée en entrée, retourner une valeur calculée. Exemple... IF v d e b u t > 100 THEN RETURN ( 2 v d e b u t ) ; ELSIF v d e b u t >= 50 THEN RETURN ( 5 v d e b u t ) ; ELSE RETURN (1 v d e b u t ) ; END IF ;...

59 59/170 CASE Structure de contrôle Exemple : s e l e c t i d b c r e x p o, i d g e s t f i n, rownum, case when rownum <= 50 then 1 50 rownum rownum when rownum <= 100 then rownum rownum e l s e p l u s de 100 end from b c r i. t b g s t f i n a n c e m e n t where rownum <= 100 Cette requête permet de retourner un contenu dans une colonne en fonction d une condition

60 60/170 Boucle de base Syntaxe Structure de contrôle LOOP d é l i m i t e u r énoncé 1 ; énoncé.... EXIT [ WHEN c o n d i t i o n ] ; énoncé EXIT END LOOP; When : condition est une variable booléenne ou expression (TRUE, FALSE, ou NULL);

61 61/170 Boucle de base Exemple Insérer 10 articles avec la date d aujourd hui.... v Date DATE; v compteur NUMBER( 2 ) := 1 ; BEGIN... v Date := SYSDATE ; LOOP INSERT INTO a r t i c l e ( Artno, ADate ) VALUES ( v compteur, v Date ) ; v compteur := v compteur + 1 ; EXIT WHEN v compteur > 1 0 ; END LOOP;... Structure de contrôle

62 62/170 Boucle FOR Syntaxe Structure de contrôle FOR i n d i c e IN [ REVERSE ] b o r n e i n f.. Borne sup LOOP énoncé 1 ; énoncé 2 ;..... END LOOP; Utiliser la boucle FOR pour raccourcir le test d un nombre d itérations. Ne pas déclarer l indice, il est déclaré implicitement.

63 63/170 Boucle FOR exemple Structure de contrôle Insérer Nb articles indexés de 1 à Nb avec la date du système en utilisant la boucle FOR. ACCEPT Nb PROMPT Donner l e nombre a r t i c l e :... v Date DATE; BEGIN... v Date := SYSDATE ; FOR i IN 1.. &Nb LOOP INSERT INTO a r t i c l e ( Artno, ADate ) VALUES ( i, v Date ) ; END LOOP;...

64 64/170 Boucle WHILE Syntaxe Structure de contrôle WHILE c o n d i t i o n LOOP énoncé 1 ; énoncé 2 ;..... END LOOP; La condition est évaluée au début de chaque itération Utiliser la boucle WHILE pour répéter des énoncés tant que la condition est vraie

65 65/170 Boucle WHILE Exemple Structure de contrôle ACCEPT p i t e m t o t PROMPT Donner l e t o t a l max de l a c h a t d un a r t i c l e DECLARE v Date DATE; v compteur NUMBER( 2 ) := 1 ; BEGIN... v Date := SYSDATE ; WHILE v compteur <= &p i t e m t o t LOOP INSERT INTO a r t i c l e ( Artno, ADate ) VALUES ( v compteur, v Date ) ; v compteur := v compteur + 1 ; END LOOP;

66 66/170 Boucles imbriquées et Labels Structure de contrôle Imbriquer les boucles à niveaux multiples Utiliser les labels pour distinguer les blocs et les boucles. Quitter la boucle extérieure avec un EXIT référençant le label.

67 67/170 Boucles imbriquées et Labels.... BEGIN << bouc ext >> LOOP v compteur := v compteur + 1 ; EXIT WHEN v compteur > 1 0 ; <<b o u c i n t >> LOOP... EXIT b o u c e x t WHEN t o t a l f a i t = OUI ; q u i t t e r l e s deux b o u c l e s EXIT WHEN i n t f a i t = OUI ; q u i t t e r l a uniquement l a b o u c l e i n t e r n e... END LOOP b o u c i n t ;... END LOOP b o u c e x t ; END;... Structure de contrôle

68 68/170 Types de données complexes Types de données complexes Types : RECORDS TABLES Contiennent des composants internes Sont réutilisables

69 69/170 Records Types de données complexes Contiennent des champs qui sont soit des scalaires, des records ou des tables Structure similaire à des enregistrements dans les langages de programmation classiques Très utiles pour rechercher des lignes de données dans une table et les traiter

70 70/170 Création d un record Types de données complexes Syntaxe TYPE <Nom Enreg> I S RECORD ( Champ1 Type1.. ChampN TypeN ) ; Exemple TYPE TProd I S RECORD ( VRefPro NUMBER( 4 ), VDesPro VARCHAR2( 3 0 ), VPriUni NUMBER( 7, 2 ) ) ;

71 71/170 Attribut %ROWTYPE Types de données complexes Déclaration d une variable associée à une collection de colonnes dans une table ou une vue de la BD le nom de la table doit précéder %ROWTYPE Les champs dans le record prennent leurs noms et types des colonnes de la table ou la vue en question

72 72/170 Attribut %ROWTYPE Exemples Types de données complexes Déclarer une variable pour stocker les mêmes informations concernant une personne telles qu elles sont stockées dans la table PERS p e r s o n n e Pers%ROWTYPE; Déclarer une variable pour stocker les mêmes informations concernant un article telles qu elles sont stockées dans la table ART a r t i c l e Art%ROWTYPE;

73 73/170 Tables Tables Le type de données complexe TABLE offre au développeur un mécanisme pour traiter les tableaux Il se compose de deux colonnes : Une clé primaire de type BINARY_INTEGER Une colonne de type scalaire ou record

74 74/170 Création d une table Tables Syntaxe TYPE <Nom table> IS TABLE OF <type> INDEX BY BINARY INTEGER ; Exemple TYPE type etud nom IS TABLE OF etud. nom%type INDEX BY BINARY INTEGER ; etud nom type etud nom ;

75 75/170 Structure d une table en mémoire Tables Clé primaire Colonne 1 Ritchie 2 Marvin 3 Dennis BINARY INTEGER Scalaire

76 76/170 Créer une table Tables SQL> DECLARE 2 TYPE t y p e e t u d n o m I S TABLE OF v a r c h a r 2 ( 1 0 ) INDEX BY BINARY INTEGER ; 3 etud nom type etud nom ; 4 BEGIN 5 s e l e c t nom 6 i n t o etud nom ( 1 ) 7 from etud 8 where e t u d i d = 6 ; 9 dbms output. p u t l i n e ( etud nom ( 1 ) ) ; 10 dbms output. p u t l i n e ( etud nom ( 2 ) ) ; 11 end ; 12 / mark DECLARE ERREUR à l a l i g n e 1 : ORA 01403: Aucune donnée t r o u v é e ORA 06512: à l i g n e 10

77 77/170 TABLE de RECORDS en Tables Définit une table dont la deuxième colonne est un enregistrement au lieu d un scalaire Pour définir la deuxième colonne : Soit en utilisant l attribut %ROWTYPE Soit en utilisant un record déjà défini

78 78/170 TABLE de RECORDS Exemple 1 Tables DECLARE TYPE type etud nom I S TABLE OF etud%rowtype INDEX BY BINARY INTEGER ; etud nom type etud nom ; BEGIN SELECT nom INTO etud nom ( 1 ). nom FROM etud... END;

79 79/170 TABLE de RECORDS Exemple 2 Tables DECLARE TYPE r e c e t u d I S RECORD( i d etud. e t u d i d%type, nom etud. nom%type ) ; TYPE type etud nom I S TABLE OF r e c e t u d%rowtype INDEX BY BINARY INTEGER ; etud nom type etud nom ; BEGIN SELECT nom INTO etud nom ( 1 ). nom FROM etud... END;

80 80/170 Les curseurs dans SQL Curseurs Un curseur est une zone de travail privée de SQL (zone tampon) Il y a deux types de curseurs: Curseurs implicites Curseurs explicites Oracle utilise les curseurs implicites pour analyser et exécuter les énoncés de SQL Les curseurs explicites sont déclarés explicitement pas le programmeur

81 81/170 Les attributs des curseurs SQL Curseurs Les attributs des curseurs SQL permettent de tester les résultats des énoncés SQL SQL%ROWCOUNT SQL%FOUND SQL%NOTFOUND SQL%ISOPEN Nombre de lignes affecté par l énoncé SQL le plus récent (renvoie un entier). attribut booléen qui prend la valeur TRUE si l énoncé SQL le plus récent affecte une ou plusieurs lignes. attribut booléen qui prend la valeur TRUE si l énoncé SQL le plus récent n affecte aucune ligne. Prend toujours la valeur FALSE parce que ferment les curseurs implicites immédiatement après leur exécution.

82 82/170 Les attributs des curseurs SQL Curseurs Supprimer de la table ITEM des lignes ayant un ordre spécifié. Afficher le nombre de lignes supprimées. Exemple DECLARE BEGIN END; v o r d i d NUMBER := ; DELETE FROM item WHERE o r d i d = v o r d i d ; DBMS OUTPUT. PUT LINE (SQL%ROWCOUNT L i g n e s s u p p r i m é e s ) ; Remarque : ne pas oublier Set ServerOutput on (sous SQLPLUS)

83 83/170 Les curseurs Curseurs Chaque énoncé SQL exécuté par Oracle a son propre curseur : Curseurs implicites : déclarés pour tout énoncé SELECT du LMD ou Curseurs explicites : déclarés et nommés par le programmeur

84 84/170 Contrôle des curseurs explicites Curseurs

85 85/170 Contrôle des curseurs explicites Curseurs

86 86/170 Déclaration des curseurs Syntaxe Curseurs CURSOR nom du curseur IS un énoncé SELECT; Ne pas inclure la clause INTO dans la déclaration du curseur Si le traitement des lignes doit être fait dans un ordre spécifique, on utilise la clause ORDER BY dans la requête

87 87/170 Déclaration des curseurs Exemple Curseurs DECLARE CURSOR C1 IS SELECT RefArt, NomArt, QteArt FROM A r t i c l e WHERE QteArt < 500;

88 88/170 Ouverture du curseur Syntaxe Curseurs OPEN nom du curseur ; Ouvrir le curseur pour exécuter la requête et identifier l ensemble actif Si la requête ne renvoie aucune ligne, aucune exception n aura lieu Utiliser les attributs des curseurs pour tester le résultat du FETCH

89 89/170 Recherche des données dans le curseur Syntaxe Curseurs FETCH nom du curseur INTO [ v a r i a b l e 1, [ v a r i a b l e 2,... ] nom de record ] ; Rechercher les informations de la ligne en cours et les mettre dans des variables.

90 90/170 Recherche des données dans le curseur Exemples Curseurs FETCH c1 INTO v RefArt, v NomArt, v QteArt ;.... OPEN Cur Etud ; LOOP FETCH Cur Etud INTO Rec Etud ; { t r a i t e m e n t s des données r e c h e r c h é e s }... END LOOP;...

91 91/170 Fermeture du curseur Syntaxe Curseurs CLOSE nom du curseur ; Fermer le curseur après la fin du traitement des lignes Rouvrir le curseur si nécessaire On ne peut pas rechercher des informations dans un curseur si ce dernier est fermé

92 92/170 Les attributs du curseur explicite Curseurs Obtenir les informations d état du curseur (CUR EXP) Attribut Type Description CUR EXP%ISOPEN BOOLEAN Prend la valeur TRUE si le curseur est ouvert CUR EXP%NOTFOUND BOOLEAN Prend la valeur TRUE si le FETCH le plus récent ne retourne aucune ligne CUR EXP%FOUND BOOLEAN Prend la valeur TRUE si le FETCH le plus récent retourne une ligne CUR EXP%ROWCOUNT NUMBER Retourne le nombre de lignes traitées jusqu ici

93 93/170 Contrôle des recherches multiples Curseurs Traitement de plusieurs lignes d un curseurs en utilisant une boucle Rechercher une seule ligne à chaque itération Utiliser les attributs du curseur explicite pour tester le succès de chaque FETCH

94 94/170 Attribut %ISOPEN Curseurs La recherche des lignes n est possible que si le curseur est ouvert Utiliser l attribut %ISOPEN avant un FETCH pour tester si le curseur est ouvert ou non Exemple : I F NOT C1%ISOPEN THEN OPEN C1 END IF ; LOOP FETCH C1...

95 95/170 Attributs %FOUND, %NOTFOUND et %ROWCOUNT Curseurs Utiliser l attribut %ROWCOUNT pour fournir le nombre exact des lignes traitées Utiliser les attributs %FOUND et %NOT FOUND pour formuler le test d arrêt de la boucle

96 96/170 Curseurs Attributs %FOUND, %NOTFOUND et NOTFOUND%ROWCOUNT Exemple LOOP FETCH c u r s 1 INTO v e t u d i d, v nom ; IF c u r s 1%ROWCOUNT > 20 THEN... EXIT WHEN c u r s 1%NOTFOUND;... END LOOP;

97 97/170 Obtenir les informations d état du curseur Exemple complet Curseurs DECLARE nom emp. ename%type; s a l a i r e emp. s a l%type; CURSOR C1 IS SELECT ename, NVL( s a l, 0 ) FROM emp ; BEGIN OPEN C1 ; LOOP FETCH C1 INTO nom, s a l a i r e ; EXIT WHEN C1%NOTFOUND; DBMS OUTPUT. PUT LINE ( nom gagne s a l a i r e d o l l a r s ) ; END LOOP; CLOSE C1 ; END;

98 98/170 Les curseurs et les Records Traitement des lignes de l ensemble actif par l affectation des valeurs à des records. Exemple... CURSOR Etud Curs IS SELECT etudno, nom, age, ard FROM etud WHERE age < 2 6 ; Etud Record Etud Curs%ROWTYPE; BEGIN END; OPEN Etud Curs ;... FETCH Etud Curs INTO Etud Record ;... Curseurs

99 99/170 Les boucles FOR des curseurs Syntaxe Curseurs FOR nom record IN nom curseur LOOP t r a i t e m e n t des i n f o r m a t i o n s u t i l i s e r des o r d r e s SQL u t i l i s e r des o r d r e s PL / SQL END LOOP;... Un raccourci pour le traitement des curseurs explicites OPEN, FETCH et CLOSE se font de façon implicite Ne pas déclarer le record, il est déclaré implicitement

100 100/170 Les boucles FOR des curseurs Exemple Curseurs DECLARE CURSOR Cur Etud IS SELECT FROM Etud ; BEGIN FOR Rec Etud IN Cur Etud LOOP DBMS OUTPUT. PUT LINE ( Rec Etud. e t u d i d Rec Etud. nom Rec Etud. adr ) ; END LOOP; END; /

101 101/170 Manipulation des exceptions en Exceptions Le traitement des exceptions : mécanisme pour manipuler les erreurs rencontrées lors de l exécution Possibilité de continuer l exécution si l erreur n est pas suffisamment importante pour produire la terminaison de la procédure Décision de continuer une procédure après erreur : décision que le développeur doit faire en fonction des erreurs possibles

102 102/170 Types des exceptions Exceptions Déclenchées implicitement Exceptions Oracle prédéfinies Exceptions Oracle Non-prédéfinies Déclenchées explicitement Exceptions définies par l utilisateur

103 103/170 Capture des exceptions Syntaxe Exceptions EXCEPTION WHEN e x c e p t i o n 1 [OR e x c e p t i o n 2... ] THEN énoncé1 ; énoncé2 ;... [WHEN e x c e p t i o n 2 [OR e x c e p t i o n 4... ] THEN énoncé3 ; énoncé4 ;... ] [WHEN OTHERS THEN énoncé5 ; énoncé6 ;... ]

104 104/170 Capture des exceptions prédéfinies Exceptions Faire référence au nom dans la partie traitement des exceptions Quelques exceptions prédéfinies : NO DATA FOUND TOO MANY ROWS INVALID CURSOR ZERO DIVIDE DUP VAL ON INDEX

105 105/170 Exceptions prédéfinies Exemple Exceptions BEGIN... EXCEPTION WHEN NO DATA FOUND THEN énoncé1 ; énoncé2 ; DBMS OUTPUT. PUT LINE (TO CHAR ( etudno ) Non v a l i d e ) ; WHEN TOO MANY ROWS THEN énoncé3 ; énoncé4 ; DBMS OUTPUT. PUT LINE ( Données i n v a l i d e s ) ; WHEN OTHERS THEN énoncé5 ; énoncé6 ; DBMS OUTPUT. PUT LINE ( A u t r e s e r r e u r s ) ;

106 106/170 Capture des exceptions définies par l utilisateur Exceptions

107 107/170 Capture des exceptions non-prédéfinies Exemple Exceptions Capture de l erreur n 2291 (violation de la contrainte intégrité). DECLARE c o n t i n t e g r i t v i o l EXCEPTION; PRAGMA EXCEPTION INIT ( c o n t i n t e g r i t v i o l, 2291);... BEGIN... EXCEPTION WHEN c o n t i n t e g r i t v i o l THEN DBMS OUTPUT. PUT LINE ( v i o l a t i o n de c o n t r a i n t e d i n t é g r i t é ) ;... END;

108 108/170 Capture des exceptions définies par l utilisateur Exceptions

109 109/170 Exceptions définies par l utilisateur Exemple Exceptions DECLARE x number : =... ; x t r o p p e t i t EXCEPTION;... BEGIN... IF x < 5 THEN RAISE x t r o p p e t i t ; END IF ;... EXCEPTION WHEN x t r o p p e t i t THEN DBMS OUTPUT. PUT LINE ( l a v a l e u r de x e s t t r o p p e t i t e!! ) ;... END;

110 110/170 Fonctions pour capturer les exceptions Exceptions SQLCODE : Retourne la valeur numérique du code de l erreur SQLERRM : Retourne le message associé au numéro de l erreur

111 111/170 Fonctions pour capturer les exceptions Exemple Exceptions... v c o d e e r r e u r NUMBER; v m e s s a g e e r r e u r VARCHAR2( ) ; BEGIN... EXCEPTION... WHEN OTHERS THEN... v c o d e e r r e u r := SQLCODE; v m e s s a g e e r r e u r := SQLERRM; INSERT INTO e r r e u r s VALUES ( v c o d e e r r e u r, v m e s s a g e e r r e u r ) ; END;

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours Sommaire du cours Module 1 Introduction et Rappels Module 2 Eléments de langage PL/SQL Module 3 Accès à la Base de données Module 4 Traitements stockés Module 5 Gestion des exceptions Module 6 - Compléments

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 5 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 3ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Curseurs et mise à jour 2 Paquetages Definition

Plus en détail

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL Il permet : - l'utilisation d'un sous-ensemble du langage SQL, - la mise en œuvre de structures procédurales, - la gestion des erreurs. L'une des plus importantes

Plus en détail

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs.

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs. Synthèse PL SQL ORACLE Bloc PL-SQL DECLARE Declaration des types, des variables, des constantes, des exceptions et des curseurs. BEGIN [nom du bloc] EXCEPTION Traitement des erreurs END [nom du bloc] Declaration

Plus en détail

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss PL/SQL Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn 1 Contenu Introduction au PL/SQL Variables PL/SQL Créer des sections exécutables Interactions avec le serveur Oracle Structures de

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc TD BD dynamique Un déclencheur est utilisé pour complémenter les contraintes d'intégrité de la base. Une partie des contraintes ne peut souvent pas être définie avec les fonctionnalités décrites jusqu'ici.

Plus en détail

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr PL/SQL Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Introduction Environnements Bloc PL/SQL Variables Traitements conditionnels Traitements répétitifs Curseurs Gestion des erreurs Fonctions

Plus en détail

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL (SQL/PSM) 1 Extension de SQL ( PSM ) Langage de programmation procédural Clauses SQL intégrées dans le code procédural SQL/PSM est donc un langage de programmation, propre à mysql : Intégre directement

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle 3 Interactions avec le Serveur Oracle Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Ecrire une instruction SELECT en PL/SQL Déclarer le type de données et la taille d une variable PL/SQL dynamiquement

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2 Introduction Bloc PL/SQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL /SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Les exceptions Définition Exceptions prédéfinies

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2 Cours 10 : PL/SQL Procedural Language/SQL Blocs, variables, instructions, structures de contrôle, curseurs, gestion des erreurs, procédures/fonctions stockées, packages, triggers PL/SQL Chapitre 3 de la

Plus en détail

PL/SQL : procédures et déclencheurs. Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen

PL/SQL : procédures et déclencheurs. Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen PL/SQL : procédures et déclencheurs Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen Introduction Introduction générale Étendre SQL pour l aide à la décision Nombreuses formes du

Plus en détail

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Généralités 1/44 2/44 Anne-Cécile Caron Présentation Programming Language with SQL Langage de programmation procédural ADA like Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Adapté à la manipulation

Plus en détail

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc.

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc. Introduction Utilisation de PL/SQL : Procedural Language : langage de développement pour Oracle PL/SQL est un langage hôte, ce qui signifie qu'il peut accueillir des ordres SQL, il est proche du Pascal

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 4 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 2ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Exceptions Rappels bloc PL/SQL Definition

Plus en détail

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur chapitre n 7 Programmation avancée Chaque enregistrement qui tente d être ajouté dans la table Qualifications est désigné par :NEW au niveau du code du déclencheur. L accès aux colonnes de ce pseudo-enregistrement

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web UE RSX053 Introduction aux bases de données Séance 9 1 Table des matières 1. PLSQL...3 1.1. Présentation...3 1.2. L utilité

Plus en détail

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique Cours (Master 1) : Bases de Données Avancées, (Responsable : A. AIT BOUZIAD) SQL PROCEDURAL Dans les différentes parties

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés- -Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées et Les Clichés- Les vues : 1. Définition et intérêts : Une Vue est une table logique pointant sur une ou plusieurs tables ou vues et ne contient physiquement

Plus en détail

Les Déclencheurs ORACLE

Les Déclencheurs ORACLE Les Déclencheurs ORACLE Un déclencheur est un bloc PL/SQL associé à une vue ou une table, qui s'exécutera lorsqu'une instruction du langage de manipulation de données (DML) sera exécutée L'avantage principal

Plus en détail

Maintenir les contraintes d'intégrité

Maintenir les contraintes d'intégrité Maintenir les contraintes d'intégrité Contraintes d'intégrité Plusieurs possibilités pour les maintenir: Dans les définitions des tables Triggers Utilisation de vues et des contraintes sur les vues With

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Le langage PL/SQL 2 - Compléments

Le langage PL/SQL 2 - Compléments 1. Rappels de PL/SQL 2. Les Exceptions Le langage PL/SQL 2 - Compléments Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Septembre 2015 3. Les

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions Mostafa Hanoune 8 Traitement des Exceptions Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Définir des exceptions PL/SQL Reconnaître les exceptions non gérées Lister et utiliser les différents types

Plus en détail

Erreur «Mutating Table»

Erreur «Mutating Table» TRIGGER Programmation avancée H.LUU SES Université de Genève H.Luu - Base de données - Eté 2002 Erreur «Mutating Table» Définition : Une table est en état «mutating» si elle est en train d être modifiée

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 PRÉSENTATION DE TSQL... 2 1.1 Historique... 2 1.2 Les différents types d instructions... 2 1.2.1 Langage de Définition des Données... 2 1.2.2 Langage de Manipulation des Données...

Plus en détail

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX Oracle 12c Programmez avecsqletpl/sql Exercices et corrigés Téléchargement www.editions-eni.fr 90 QCM 93 travaux pratiques et leurs corrigés Près de 28 H de mise en pratique Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie

Plus en détail

Les procédures fonctions packages et triggers

Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures stockées: Définition: Une procédure est un code PL/SQL défini par l utilisateur et stocké dans la base de données. Ce qui permet d éliminer

Plus en détail

Oracle Database: Program with PL/SQL

Oracle Database: Program with PL/SQL Description Ce cours est une introduction à la technologie de base de données d'oracle Database 11g. Il explique aux stagiaires les concepts liés aux bases de données relationnelles. Il leur présente également

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

Introduction a Oracle PL/SQL

Introduction a Oracle PL/SQL Introduction a Oracle PL/SQL PL/SQL (pour PROCEDURAL LANGUAGE/SQL) est un langage procédural d Oracle corporation étendant SQL. Il permet de combiner les avantages d un langage de programmation classique

Plus en détail

Présentation du PL/SQL

Présentation du PL/SQL I Présentation du PL/ Copyright Oracle Corporation, 1998. All rights reserved. Objectifs du Cours A la fin de ce chapitre, vous saurez : Décrire l intéret du PL/ Décrire l utilisation du PL/ pour le développeur

Plus en détail

SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language)

SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language) SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language) Chapitre 3 : Interaction avec Oracle et les curseurs Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr I. Interactions simples avec la base Extraire, modifier,

Plus en détail

Cours 2 : SQL Structured Query Language

Cours 2 : SQL Structured Query Language Cours 2 : SQL Structured Query Language SQL Langage permettant de définir, manipuler et contrôler les données d une BD relationnelle Objet d une norme de l Institut National Américain de Normalisation

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite 420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL la suite ENTRÉES AU CLAVIER Pour quérir une valeur au clavier lors de l'exécution d'une fonction SqlPlusfournis l'opérateur «&». PL/SQL n'a pas de mécanisme

Plus en détail

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Quatrième partie Focus sur Oracle 165 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Chapitre 12 Programmation PL/SQL 2008-2009 -JACQUES THOORENS

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données Le modèle relationnel 1. Introduction 9 2. Rappels sur le stockage des données 9 2.1 Les différentes catégories de données 10 2.1.1 Les données de base 10 2.1.2 Les données de mouvement 10 2.1.3 Les données

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1 Introduction Bloc PLSQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition Utilité Triggers ( déclencheurs

Plus en détail

PL/SQL (ORACLE) - EXEMPLES

PL/SQL (ORACLE) - EXEMPLES PL/SQL (ORACLE) - EXEMPLES POLYTECH MONTPELLIER - IG4 Un site plein d informations : http://h50.isi.u-psud.fr/docmiage/oracle/doc/appdev.817/a77069/toc.htm Le but de PL/SQL est de fournir un environnement

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Les Exceptions. Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée

Les Exceptions. Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée Un curseur implicite est toujours une commande select Une curseur explicite ne

Plus en détail

Chapitre 5 : Les procédures stockées PL/SQL

Chapitre 5 : Les procédures stockées PL/SQL I. Introduction Une procédure ou une fonction stockée est un bloc PL/SQL nommé pouvant accepter des paramètres et être appelée. Généralement, on utilise une fonction pour calculer une valeur. Les procédures

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition)

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition) Avant-propos 1. Les objectifs de ce livre 13 2. Les principaux sujets qu'aborde ce livre 13 3. À qui s adresse ce livre? 14 4. Les pré-requis 14 Introduction à MySQL 1. Introduction aux bases de données

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL.

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL. Base de données Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 4 J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont),

Plus en détail

N.EL FADDOULI N.EL FADDOULI 23. Page 1

N.EL FADDOULI N.EL FADDOULI 23. Page 1 Introduction Bloc PL/SQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL /SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition d un curseur Déclaration d un

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Cours d Analyse, Algorithmique Elements de programmation

Cours d Analyse, Algorithmique Elements de programmation 1 de 33 Cours d Analyse, Algorithmique Elements de programmation Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www.lri.fr/ hivert 2 de 33 Données et instructions Un programme

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Projet MVC-CD Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Créé par S. Berberat, le 23 octobre.2014 Modifié par S. Berberat, le 29 octobre 2014 Page

Plus en détail

Cours n 7 Programmation - Introduction au mode application

Cours n 7 Programmation - Introduction au mode application Cours n 7 Programmation - Introduction au mode application Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003-2004 1 Plan I.

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

PL/SQL. Procedural Language/ Structured Query Language. UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1

PL/SQL. Procedural Language/ Structured Query Language. UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1 PL/SQL Procedural Language/ Structured Query Language UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1 Plan Introduction Structure d'un programme Les variables

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues Manipulation CRUD INSERT INTO (Create) pour insérer des tuple SELECT FROM (Read) pour lire des tuples UPDATE (Update)

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX

Plus en détail

II. EXCEL/QUERY ET SQL

II. EXCEL/QUERY ET SQL I. AU TRAVAIL, SQL! 1. Qu est-ce que SQL?... 19 2. SQL est un indépendant... 19 3. Comment est structuré le SQL?... 20 4. Base, table et champ... 21 5. Quelle est la syntaxe générale des instructions SQL?...

Plus en détail