Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345"

Transcription

1 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet 1

2 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet Langage de requêtes SQL3 XML et DTD XPath XSLT (2 cours) Web et BD PHP (2 cours) Droits et privilèges, autorisations 2

3 Bibliographie G. Gardarin : Bases de Données objet et relationnel, Eyrolles, H. Garcia-Molina, J.D.Ullman, J. Widom : Database System Implementation, Prentice Hall, R. Ramakrishnan : Database Management Systems, mc-graw Hill, Documentation Oracle (Ressources, Documentation sur ) Documentation XML : B. Amann, P. Rigaux : Comprendre XSLT, O Reilly,

4 Bases de données et sites WEB Cours1 : Transactions en pratique Anne Doucet 4

5 Plan Rappels Sérialisabilité et propriétés ACID Lectures sales et degrés d isolation en SQL Transactions en ORACLE Gestion de la cohérence des données READ ONLY / READ WRITE SET TRANSACTION Contrôle de cohérence multiversion Modes de verrouillage 5

6 Prérequis Notion de transaction : Suite d opérations de mise à jour de la base de données, qui transforme la base d un état cohérent en un autre état cohérent. Gestion des pannes Journalisation, algorithmes UNDO et REDO Contrôle de concurrence Problèmes d exécution simultanée de transactions Algorithmes de verrouillage 6

7 Sérialisabilité L exécution de plusieurs transactions est sérialisable si elle est équivalente à une exécution séquentielle des différentes transactions. Garantit la correction du résultat global des mises à jour (ex. réservation de places) Verrouillage des données pour assurer la sérialisabilité Différents algorithmes de contrôle de concurrence (verrouillage deuxphases, estampillage) Peut affecter les performances du système Dans le standard SQL, toutes les transactions doivent être sérialisables. Pour des raisons de performance, certains SGDB autorisent l exécution de transactions non sérialisables 7

8 Atomicité Certaines transactions se terminent anormalement (panne, erreur, blocage, violation de contrainte, ). Pour éviter les incohérences, le SGBD garantit l atomicité des transactions: une transaction doit être exécutée entièrement ou pas du tout. Une transaction arrêtée avant la fin est «défaite» (rollback) : les opérations déjà effectuées sont annulées. 8

9 Cohérence Une transaction préserve la cohérence des objets qu elle manipule. La base est cohérente à l état initial et à l état final Les contraintes d intégrité sont vérifiées après les mises à jour. Si une contrainte est violée, la transaction est annulée. La cohérence ne porte que sur le contenu d une transaction. C est le programmeur qui doit préserver la cohérence (fonctionne si les propriétés A, I et D sont assurées par le SGBD). 9

10 Isolation Les effets d une transaction sont invisibles aux transactions concurrentes. Permet d éviter les interférences entre transactions (protège les transactions des effets des transactions concurrentes) Ex: virement bancaire Une exécution sérialisable garantit la propriété d isolation. 10

11 Durabilité Les effets d une transaction validée sont permanents. Si la transaction a fait un COMMIT, les mises à jour ne sont pas perdues, et sont écrites dans la base, même en cas de panne. Gestionnaire de pannes : journalisation des opérations, algorithme REDO. Point fort des SGBD, qui peuvent résister aux pannes, sans perdre de données et en restituant la base dans un état cohérent. 11

12 Propriétés ACID et systèmes commerciaux Garantir les propriétés ACID des transactions pénalise les performances. Les systèmes commerciaux relâchent souvent la propriété d isolation. Conséquences : Lecture sale Une transaction lit une donnée écrite par une transaction qui n a pas encore validé. Lecture non reproductible Une transaction lit deux fois la même donnée et obtient des valeurs différentes. Lecture fantôme Deux évaluations de la même requête donnent des résultats différents, car une autre transaction a inséré de nouveaux n-uplets entretemps. 12

13 Degrés d isolation en SQL Degré Lecture sale Lecture non reproductible Lecture fantôme READ UNCOMMITTED READ COMMITTED REPEATABLE READ POSSIBLE POSSIBLE POSSIBLE IMPOSSIBLE POSSIBLE POSSIBLE IMPOSSIBLE IMPOSSIBLE POSSIBLE SERIALIZABLE IMPOSSIBLE IMPOSSIBLE IMPOSSIBLE 13

14 Transactions dans Oracle Une transaction démarre lorsqu on exécute une instruction SQL qui modifie la base ou le catalogue (DML et DDL). Ex : UPDATE, INSERT, CREATE TABLE Une transaction se termine dans les cas suivants : L utilisateur valide la transaction (COMMIT) L utilisateur annule la transaction (ROLLBACK sans SAVEPOINT) L utilisateur se déconnecte (la transaction est validée) Le processus se termine anormalement (la transaction est défaite) Amélioration des performances dans Oracle : Niveaux d isolation Contrôle de concurrence multiversion Verrouillage 14

15 Commandes transactionnelles COMMIT Termine la transaction courante et écrit les modifications dans la base. Efface les points de sauvegarde (SAVEPOINT) de la transaction et relâche les verrous. ROLLBACK Défait les opérations déjà effectuées d une transaction SAVEPOINT Identifie un point dans la transaction indiquant jusqu où la transaction doit être défaite en cas de rollback. Les points de sauvegarde sont indiqués par une étiquette (les différents points de sauvegarde d une même transaction doivent avoir des étiquettes différentes). 15

16 SET TRANSACTION SET TRANSACTION Spécifie le comportement de la transaction : Lectures seules ou écritures (READ ONLY ou READ WRITE) Établit son niveau d isolation (ISOLATION LEVEL) Permet de nommer une transaction (NAME) Cette instruction est facultative. Si elle est utilisée, elle doit être la première instruction de la transaction, et n affecte que la transaction courante. 16

17 READ ONLY et READ WRITE SET TRANSACTION READ ONLY La transaction devient en lecture seule (pas d INSERT, UPDATE, DELETE) Garantit la cohérence en lecture pour toute la transaction. Cette transaction voit seulement les modifications de la base effectuées avant le début de la transaction. Utile pour des transactions qui font beaucoup de lectures successives sur des objets modifiés simultanément par d autres utilisateurs. SET TRANSACTION READ WRITE Option par défaut. 17

18 Exemple COMMIT; % assure que l instruction set transaction est la première de la transaction SET TRANSACTION READ ONLY NAME Toronto ; SELECT product_id, quantity_on_hand FROM inventory WHERE warehouse_id=5; COMMIT; % termine la transaction READ ONLY 18

19 Niveaux d isolation Oracle propose deux niveaux d isolation, pour spécifier comment gérer les mises à jour dans les transactions SERIALIZABLE READ COMMITTED Définition Pour une transaction : SET TRANSATION ISOLATION LEVEL SERIALIZABLE SET TRANSATION ISOLATION LEVEL READ COMMITTED Pour toutes les transactions à venir (dans une session) ALTER SESSION SET ISOLATION LEVEL = SERIALIZABLE; ALTER SESSION SET ISOLATION LEVEL = READ COMMITTED; 19

20 ISOLATION LEVEL SERIALIZABLE L exécution est équivalente à l exécution séquentielle Empêche de modifier une ressource mise à jour par une transaction non encore validée. Pas de lecture sale, pas de lecture non reproductible, pas de lecture fantôme Pénalisant pour les performances Utilisation : grandes BD avec nombreuses transactions courtes et mises à jour de quelques n-uplets seulement. Peu de transactions concurrentes (modifiant les même données) Lorsque les transactions longues sont essentiellement en lecture 20

21 ISOLATION LEVEL READ COMMITTED Option par défaut Les verrous en lecture sont relâchés dès la fin de la consultation de l objet, sans attendre la fin de la transaction Évite les lectures sales Si la transaction contient une instruction qui nécessite un verrou de tuple tenu par une autre transaction, il faut attendre que ce verrou soit libéré pour pouvoir continuer Utilisation : Peu de transactions concurrentes 21

22 Contrôle de cohérence multiversion Permet d éliminer des conflits de données, de réduire les verrous mortels, et les conflits de verrous. Ex: Mise à jour concurrente de la relation Authors(au_id, phone, ) Session 1 : UPDATE authors SET phone = WHERE au_id = 123 Session 2 : SELECT * FROM authors Pour lire le n-uplet modifié par la session 1, la session 2 doit attendre la fin de la transaction de la session 1. 22

23 Contrôle de cohérence multiversion Principe : maintenir les données de l état précédent (version) jusqu à la validation. Les requêtes lisent l ancienne version, et ne sont pas obligées d attendre la fin de la transaction qui fait les mises à jour. Données de Authors (après le commit de la session 1): Au_id Phone Données temporaires (pendant le déroulement de la session 1) : Au_id Phone

24 Résultat Résultat de la session 2 : Au_id Phone Quand la requête de la session 2 lit les données modifiées par une transaction non encore terminée, c est l ancienne version qui est effectivement lue. Les données en rouge sont lues de la table temporaire. 24

25 Mise en œuvre dans Oracle Chaque transaction a une estampille (SCN : system change number), affectée à l exécution. La transaction ne lit que des données dont l estampille est inférieure à la sienne. Si une donnée a une estampille supérieure (elle a été modifiée depuis le début de la transaction), le système reconstruit la valeur précédente à l aide du journal (rollback segment). Garantit que chaque lecture est cohérente (par rapport aux données validées avant son lancement). Les modifications effectuées par d autres transactions initiées après le début de celle-ci ne sont pas vues. 25

26 26

27 Verrouillage en Oracle Oracle utilise 2 modes de verrouillage : Verrous exclusifs (Exclusive locks) : pour modifier des données Verrous partagés (Shared locks) : plusieurs transactions peuvent partager des données, sans qu aucune ne puisse les modifier. Les verrous sont relâchés après le COMMIT ou le ROLLBACK. 27

28 Verrous mortels 28

29 Verrous de tuple Pour contrôler l isolation, Oracle dispose de plusieurs types de verrous (verrous de tuple et verrous de table) Une transaction acquiert un verrou exclusif pour chaque tuple modifié par INSERT, UPDATE, DELETE, SELECT..FOR UPDATE Les verrous de tuple, en combinaison avec la cohérence multiversion, Permettent de lire une donnée sans attendre, même si une autre transaction écrit une donnée du même tuple. Evitent les blocages des écritures par les lectures des mêmes données, sauf en cas de SELECT FOR UPDATE 29

30 Verrous de table Une transaction acquiert un verrou de table pour chaque relation modifiée par une instruction INSERT, UPDATE, DELETE SELECT.. FOR UPDATE et LOCK TABLE. Permet de réserver les accès du DML pour une transaction donnée et empêche les opérations du DDL. Plusieurs modes : Row share (RS), row exclusive (RX), share (S), share row exclusive (SRX) et exclusive (X) Le mode de verrouillage détermine les types de verrous que d autres transactions peuvent détenir sur la même table. Ex: Si T1 possède un verrou RX pour un INSERT, d autres transactions peuvent poser des verrous RS et RX, mais pas S, SRX, X. 30

31 ROW SHARE (RS) La transaction qui possède le verrou a verrouillé des tuples avec l intention de les modifier. Ce verrou est posé après les instructions : SELECT.. FROM table FOR UPDATE OF ; LOCK TABLE table IN ROW SHARE MODE; Opérations permises par les autres transactions : select, insert, update, delete, lock rows (RS, RX, S SRX) Opérations interdites : verrou exclusif (X) 31

32 ROW EXCLUSIVE (RX) La transaction qui tient le verrou a fait des mises à jour sur les tuples de la relation. Acquis après les instructions : INSERT INTO table ; UPDATE table ; DELETE FROM table ; LOCK TABLE table IN ROW EXCLUSIVE MODE; Opérations permises : select, insert, update, delete, lock rows Opérations interdites : verrouiller la table en modes share (S), share exclusive (SX), et exclusive (X). 32

33 SHARE (S) Acquis pour la table spécifiée dans l instruction : LOCK TABLE table IN SHARE MODE; Opérations permises : select, verrouiller des tuples spécifiques avec SELECT FOR UPDATE, et LOCK TABLE IN SHARE MODE. Opérations interdites : toutes les mises à jour, et le verrouillage de la même table en mode SHARE ROW EXCLUSIVE, EXCLUSIVE, ROW EXCLUSIVE. 33

34 SHARE ROW EXCLUSIVE (SRX) Avoir en même temps un verrou partagé sur la table (S) et un verrou exclusif sur un tuple (RX). Acquis par l instruction : LOCK TABLE table IN SHARE ROW EXCLUSIVE; Opérations permises : select et verrouillage de tuples avec la clause SELECT.. FOR UPDATE. Opérations interdites : verrouiller la table en modes SHARE, SHARE ROW EXCLUSIVE, ROW EXCLUSIVE, EXCLUSIVE 34

35 EXCLUSIVE (X) Le mode Exclusive est le plus restrictif. Il est obtenu par l instruction : LOCK TABLE table IN EXCLUSIVE MODE; Opérations permises : select Opérations interdites : toutes les autres. 35

36 Conclusion Maintien de la cohérence : Compromis entre cohérence et performance Propositions d Oracle : Contrôle de concurrence multiversion Niveaux d isolation Mécanismes de verrouillage pour limiter les verrous mortels et améliorer les performances. 36

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/40 2/40 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/46 2/46 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - SGBD 1er trimestre 2014-2015 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev.

Plus en détail

Implémentation des SGBD

Implémentation des SGBD Implémentation des SGBD Structure générale des applications Application utilisateur accédant à des données d'une base Les programmes sous-jacents contiennent du code SQL Exécution : pendant l'exécution

Plus en détail

Réplication des données

Réplication des données Réplication des données Christelle Pierkot FMIN 306 : Gestion de données distribuées Année 2009-2010 Echange d information distribuée Grâce à un serveur central Une seule copie cohérente Accès à distance

Plus en détail

Quel SGBDR pour VFP?

Quel SGBDR pour VFP? D. Peralta le 4 mars 2008 Rencontres AtoutFox 2007/2008 Quel SGBDR pour VFP? Lors des précédentes rencontres, nous avons écrit des articles sur l utilisation des SGBDR avec VFP. Nous avons vu les différentes

Plus en détail

Cours de Base de Données Cours n.12

Cours de Base de Données Cours n.12 Cours de Base de Données Cours n.12 Gestion des transactions : contrôle de concurrence Elisabetta De Maria - http://www.i3s.unice.fr/ edemaria/ UFR Sciences et Laboratoire I3S, CNRS 2013-2014 Université

Plus en détail

UNION INTERCEPT SELECT WHERE JOINT FROM ACID

UNION INTERCEPT SELECT WHERE JOINT FROM ACID STOCKAGE TRANSACTION, SÉRIALISABILITÉ, NIVEAUX D'ISOLATION 1 BASE RELATIONNELLE Un serveur de données relationnel : Rend compte de la «réalité» sous forme de table Met en relation la perception logique

Plus en détail

Bases de données avancées Introduction

Bases de données avancées Introduction Bases de données avancées Introduction Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan Objectifs et contenu du cours Rappels BD relationnelles Bibliographie Cours BDA (UCP/M1)

Plus en détail

Bases de données avancées Concurrence d'accès et reprise

Bases de données avancées Concurrence d'accès et reprise Bases de données avancées Concurrence d'accès et reprise Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan La notion de transaction Les problèmes de la concurrence Problèmes

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Bases de données cours 1

Bases de données cours 1 Bases de données cours 1 Introduction Catalin Dima Objectifs du cours Modèle relationnel et logique des bases de données. Langage SQL. Conception de bases de données. SQL et PHP. Cours essentiel pour votre

Plus en détail

Données Réparties. Thibault BERNARD. thibault.bernard@univ-reims.fr

Données Réparties. Thibault BERNARD. thibault.bernard@univ-reims.fr Données Réparties Thibault BERNARD thibault.bernard@univ-reims.fr Sommaire Introduction Gestion de la concurrence Reprise après panne Gestion des données dupliquées Sommaire Introduction Gestion de la

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

XML et les bases de données

XML et les bases de données XML et les bases de données Mihaela JUGANARU-MATHIEU mathieu@emse.fr École Nationale Supérieure des Mines de St Etienne février 2012 XML - un format de représentation de l information XML ou autre langage

Plus en détail

Eléments de base de la sécurité des bases de données

Eléments de base de la sécurité des bases de données Eléments de base de la sécurité des bases de données N. Boudjlida UHP Nancy 1, LORIA, Campus scientifique, BP 239 54506 Vandœuvre Lès Nancy CEDEX (F) Nacer.Boudjlida@loria.fr, http://www.loria.fr/ nacer

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Références bibliographiques Jeff Ullman,Jennifer Widom, «A First Course in Database systems», Prentice-Hall, 3rd Edition, 2008 Hector Garcia-Molina, Jeff Ullman, Jennifer

Plus en détail

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Document: f1067test.fm 22/01/2013 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION DB2 FOR Z/OS:

Plus en détail

Rendez-vous Firebird RMLL 2007

Rendez-vous Firebird RMLL 2007 Rendez-vous Firebird RMLL 2007 Les Transactions Pierre Yager CRISALID pierre@crisalid.com Les Transactions Concepts Métriques : ACID SQL Isolement Côté Serveur Côté Client Conseils, Questions Ouvertes

Plus en détail

Bases de données - Modèle relationnel

Bases de données - Modèle relationnel Bases de données - Modèle relationnel Introduction SITE :http://www.univ-orleans.fr/lifo/members/mirian.halfeld/ BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Les bases de données - Bibliographie Ullman and Widom,

Plus en détail

Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD) relationnels Maude Manouvrier

Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD) relationnels Maude Manouvrier ENSTA Mastère Spécialisé en Architecture des Systèmes d Information Cours C1-3 Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD) relationnels Maude Manouvrier Partie II : les SGBD vus du coté Administrateur

Plus en détail

Gestion des Journaux. Méthodes d accès aux données. Système d exploitation. Gestion de Verrous. Gestion de. Mémoire. Gestion de transactions Page 2

Gestion des Journaux. Méthodes d accès aux données. Système d exploitation. Gestion de Verrous. Gestion de. Mémoire. Gestion de transactions Page 2 Gestion de Transactions Principes de base Propriétés ACID d'une transaction Protocoles de contrôle de concurrence Protocoles de tolérance aux pannes Gestion de transactions dans Oracle Modèles de transactions

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

INTRODUCTION AUX BASES de DONNEES

INTRODUCTION AUX BASES de DONNEES INTRODUCTION AUX BASES de DONNEES Équipe Bases de Données LRI-Université Paris XI, Orsay Université Paris Sud Année 2003 2004 1 SGBD : Fonctionnalités et Principes Qu est qu une base de données? Un Système

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Partie 1 : Notion de bases de données (Conception

Plus en détail

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données

Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données Partie II Cours 3 (suite) : Sécurité de bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/ssi.html Plan du cours 1 Introduction

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique (SAR)

Module BDR Master d Informatique (SAR) Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 9- Transactions réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr Transactions réparties Gestion de transactions Transactions dans un système réparti Protocoles de

Plus en détail

Auto-évaluation La programmation database en JDBC

Auto-évaluation La programmation database en JDBC Auto-évaluation La programmation database en JDBC Document: f1216test.fm 02/04/2012 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION LA PROGRAMMATION

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Gestion de données réparties. Cours 1

Gestion de données réparties. Cours 1 Gestion de données réparties Cours 1 SGBD distribué Rend la distribution (ou répartition) des BD locales transparente catalogue des BD traitement des requêtes distribuées gestion de transactions distribuées

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Ce cours reprend beaucoup de transparents du cours de Philippe LAHIRE Elisabetta De Maria - edemaria@i3s.unice.fr UFR Sciences et Laboratoire

Plus en détail

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Systèmes de gestion de bases de données Introduction Université d Evry Val d Essonne, IBISC utiles email : cinzia.digiusto@gmail.com webpage : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Google+ : https://plus.google.com/u/0/b/103572780965897723237/

Plus en détail

Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps

Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps DISVE Licence PARCOURS : CSB4 & CSB6 UE : INF 159, Bases de données Épreuve : INF 159 EX Date : Mardi 22 juin 2010 Heure : 8 heures 30 Durée : 1 heure

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 PHP Bertrand Estellon Aix-Marseille Université 26 avril 2012 Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 SQLite et PDO Base de données SQLite et PDO SQLite écrit les données relatives à la base dans

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g Description Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques industriels les plus avancés. Cette formation permettra

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail

IT203 : Systèmes de gestion de bases de données. A. Zemmari zemmari@labri.fr

IT203 : Systèmes de gestion de bases de données. A. Zemmari zemmari@labri.fr IT203 : Systèmes de gestion de bases de données A. Zemmari zemmari@labri.fr 1 Informations pratiques Intervenants : Cours : (A. Zemmari zemmari@labri.fr) TDs, TPs : S. Lombardy et A. Zemmari Organisation

Plus en détail

Bases de données relationnelles : Introduction

Bases de données relationnelles : Introduction Bases de données relationnelles : Introduction historique et principes V. Benzaken Département d informatique LRI UMR 8623 CNRS Université Paris Sud veronique.benzaken@u-psud.fr https://www.lri.fr/ benzaken/

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/26 Bases de Données Avancées DataWareHouse Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin,

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des» Sauvegarde et restauration Oracle 11g Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code barre

Plus en détail

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML

Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML Bases de données Niveau 1 SQL - MySQL MariaDB - Cours et TP 5 DDL et DML MariaDB : https://mariadb.org/ Site officiel MySQL : http://www-fr.mysql.com/ Zone pour les développeurs : http://dev.mysql.com/

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

3. La SGA ou System global Area

3. La SGA ou System global Area 1/11 L'instance Oracle Oracle est une base de données composée de 3 parties différentes : L'instance Les fichiers de données Les fichiers de données facultatifs (fichier d'initialisation, fichier de mots

Plus en détail

Optimisation de requêtes. I3009 Licence d informatique 2015/2016. Traitement des requêtes

Optimisation de requêtes. I3009 Licence d informatique 2015/2016. Traitement des requêtes Optimisation de requêtes I3009 Licence d informatique 2015/2016 Cours 5 - Optimisation de requêtes Stéphane.Gançarski Stephane.Gancarski@lip6.fr Traitement et exécution de requêtes Implémentation des opérateurs

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 13 : Organisation d une base de données, ou comment soulever (un peu) le voile Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les clusters de table

Plus en détail

Session S12 Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i

Session S12 Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i Session S12 Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i C. GRIERE cgriere@fr.ibm.com STG Lab Services IBM i Avril 2012 Les fleurs et les requêtes SQL Lorsque l on veut planter de nouvelles fleurs dans

Plus en détail

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données Dans le cadre de SECURIDAY 2010 Et sous le thème de Computer Forensics Investigation SECURINETS Vous Présente l atelier : Analyse des bases de données Chef Atelier : Dhikra DABBOUSSI (Réseau Télécom 5)

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

Table des matières 1 TRANSFERT DE DONNÉES... 2 1.1 BULK INSERT... 2 1.2 OPENROWSET... 4 1.3 BCP... 5

Table des matières 1 TRANSFERT DE DONNÉES... 2 1.1 BULK INSERT... 2 1.2 OPENROWSET... 4 1.3 BCP... 5 Table des matières 1 TRANSFERT DE DONNÉES... 2 1.1 BULK INSERT... 2 1.2 OPENROWSET... 4 1.3 BCP... 5 2011 Hakim Benameurlaine 1 1 TRANSFERT DE DONNÉES Pour transférer des données, il existe différentes

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Réplication des bases de données

Réplication des bases de données Réplication des bases de données Stéphane Gançarski Hubert Naacke LIP6 Université Paris 6 1 Références Livre Articles Cours Principles of Distributed Database Systems Eager Replication [KA 2000]: Bettina

Plus en détail

1 Position du problème

1 Position du problème Licence Science et Technologies - INF245 Examen session 1 - mai 2012 Durée : 2 heures Documents non autorisés Le barème est donné à titre indicatif 1 Position du problème Le Club Universitaire de Vélo

Plus en détail

Sauvegarde locale des données : SharedPreferences, SQLite, Files

Sauvegarde locale des données : SharedPreferences, SQLite, Files Sauvegarde locale des données : SharedPreferences,, Files Jean-Ferdinand Susini Maître de conférences au CNAM Sources : Wikipedia, developper.android.com Paris, 31/05/2015 Les SharedPreferences 2 Héritier

Plus en détail

Utiliser Service Broker pour les tâ ches progrâmme es dâns SQL Express

Utiliser Service Broker pour les tâ ches progrâmme es dâns SQL Express Utiliser Service Broker pour les tâ ches progrâmme es dâns SQL Express Chacun sait que SQL Express ne dispose pas de l Agent SQL qui permet l exécution automatique de tâches programmées, comme par exemple

Plus en détail

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu

Plus en détail

Bases de Données. Plan

Bases de Données. Plan Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Plan Généralités: Définition de Bases de Données Le modèle relationnel Algèbre relationnelle

Plus en détail

Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i

Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i Christian GRIERE cgriere@fr.ibm.com Common Romandie 3 mai 2011 Les fleurs et les requêtes Lorsque l on veut planter de nouvelles fleurs dans un jardin il

Plus en détail

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données JDBC L3 Informatique Emmanuel Waller, LRI, Orsay Université Paris Sud le mode programme JDBC JDBC : qu'est ce que c'est? Avantages? devant

Plus en détail

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB Oracle XML DB Oracle XML DB Depuis la version 9i et de façon enrichie dans la version 10g, Oracle propose des outils pour gérer des documents XML Depuis la 10g il n'y a plus d'extraction car auparavant

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS Bases de Données Stella MARC-ZWECKER Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS stella@unistra.u-strasbg.fr 1 Plan du cours 1. Introduction aux BD et aux SGBD Objectifs, fonctionnalités et évolutions

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 1 Introduction

IFT3030 Base de données. Chapitre 1 Introduction IFT3030 Chapitre 1 Introduction Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des objets

Plus en détail

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 NFA 008 Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 1 NoSQL, c'est à dire? Les bases de données NoSQL restent des bases de données mais on met l'accent sur L'aspect NON-relationnel L'architecture distribuée

Plus en détail

CESI Bases de données

CESI Bases de données CESI Bases de données Introduction septembre 2006 Bertrand LIAUDET EPF - BASE DE DONNÉES - septembre 2005 - page 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE 1. Objectifs généraux L objectif de ce document est de faire comprendre

Plus en détail

Vincent Augusto 2010-2011

Vincent Augusto 2010-2011 le des Systèmes Vincent Augusto École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne 2010-2011 Un 1/73 le des Un 2/73 1 2 3 4 le 5 6 7 8 Un le des Un 3/73 Contenu du cours : Techniques pour l analyse

Plus en détail

NoSQL. Introduction 1/23. I NoSQL : Not Only SQL, ce n est pas du relationnel, et le contexte. I table d associations - Map - de couples (clef,valeur)

NoSQL. Introduction 1/23. I NoSQL : Not Only SQL, ce n est pas du relationnel, et le contexte. I table d associations - Map - de couples (clef,valeur) 1/23 2/23 Anne-Cécile Caron Master MIAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 I : Not Only SQL, ce n est pas du relationnel, et le contexte d utilisation n est donc pas celui des SGBDR. I Origine : recherche

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail