Cours de Base de Données Cours n.12

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de Base de Données Cours n.12"

Transcription

1 Cours de Base de Données Cours n.12 Gestion des transactions : contrôle de concurrence Elisabetta De Maria - edemaria/ UFR Sciences et Laboratoire I3S, CNRS Université de Nice Sophia-Antipolis

2 Transaction Definition (Transaction) Une action ou une suite d actions demandée par un seul utilisateur ou programme d application, qui lit ou met à jour le contenu de la base de données. Une transaction est une unité logique de travail sur la base de données. Example (Tables Personnel et ProprietéAlouer) Personnel(numPersonnel, prénom, nom, fonction, salaire) ProprietéALouer(numProperieté, type, pièces, numpropriétaire, numpersonnel)

3 Examples de transactions

4 Résultats possibles d une transaction Si une transaction s achève avec succès, la transation est dite validée ou confirmée (committed) et la base de données atteint un nouvel état cohérent. Si une transaction ne s exécute pas avec succès, elle est avortée (aborted). Dans ce cas, la base de données doit retrouver l état cohérent qu elle avait avant le début de la transaction. Une transaction qui subit cette réinitialisation est dite annulée (rolled back).

5 Propriétés de transactions ACID (Haerder et Reuter, 1983) Atomicité. Une transaction forme une unité indivisible, soit exécutéee dans sa totalité, soit annullée dans sa totalité. Cohérence. Une transaction transforme la base de données d un état cohérent en un autre état cohérent. Isolation. Les transactions s exécutent de manière indépendante les unes des autres. Durabilité. Les effets d une transaction complètement achevée (validée par un COMMIT) sont inscrits de manière durable dans la base de données et ne peuvent subir de perte à la suite d une défaillance subséquente.

6 Necessité du contrôle de concurrence Un des principaux objectifs du développement d une base de données est de permettre à plusieurs utilisateurs d accéder simultanément à des données partagées. Definition (Contrôle de concurrence) Le procédé qui consiste à gérer des opérations simultanées sur une base de données, tout en interdisant les interférences entre ces opérations. Trois exemples de problèmes provoqués par la concurrence : le problème de la mise à jour perdue le problème de la dépendance non validée le problème de l analyse incohérente

7 Le problème de la mise à jour perdue Une opération de modification apparemment achevée avec succès par un utilisateur est écrasée par un autre utilisateur. Solde de 90 e au lieu de 190 e.

8 Le problème de la dépendance non validée (dirty read) Une transaction est autorisée à voir immédiatement les résultats d une autre transaction, avant que celle-ci n ait été validée. Solde de 190 e au lieu de 90 e.

9 Le proble me de l analyse incohe rente Une transaction lit plusieurs valeurs de la base de donne es mais une autre transaction en modifie certaines pendant l execution de la premie re transaction. Somme de 185 e au lieu de 175 e.

10 Capacité de sérialisation (1) La capacité de sérialisation (serializability) représente une aide à l identification des transactions dont l execution est garantie pour assurer la coherence. Definition (Planification (schedule)) Une séquence d opérations d un ensemble de n transactions T 1, T 2,..., T n qui preserve l ordre des opérations dans chacune des transactions. Definition (Planification sérielle) Une planification où les operations de chaque transaction sont exécutées de manière consécutive, sans aucune opération interfoliée d autres transactions.

11 Capacité de sérialisation (2) Definition (Planification non sérielle) Une planification où les opérations d un ensemble de transactions sont exécutées de manière interfoliée. Definition (Planification sérialisable) Une planification non sérielle qui produit les mêmes résultats qu une exécution sérielle. Si deux transactions ne font que lire des données, elles n entrent pas en conflit et leur ordre est sans importance. Si deux transactions soit lisent, soit écrivent complètement des données différentes, leur ordre est sans importance. Si une transaction écrit dans des données et si une autre transaction lit où écrit dans ces mêmes données, alors l ordre de leur exécution importe.

12 Example de planifications e quivalents Ce type de capacite de se rialisation est connu sous le terme de capacite de se rialisation des conflits.

13 Test de conflits de la capacité de sérialisation Pour une planification P, un graphe de précédence est un graphe dirigé G=(N,F) construit comme suit : Créer un nœud pour chaque transaction. Créer une flèche dirigée T i T j, si T j lit la valeur d un élément écrit par T i. Créer une flèche dirigée T i T j, si T j écrit une valeur dans un élément après qu il a été lu par T i. Créer une flèche dirigée T i T j, si T j écrit une valeur dans un élément après qu il a été écrit par T i. Si une flèche T i T j existe dans le graphe de précédence pour P, alors dans toute planification sérielle S équivalente à P, T i doit apparaître avant T j. Si le graphe de précédence contient un cycle, la planification n est pas sérialisable en vue de résoudre les conflits.

14 Planification sans se rialisation des conflits

15 Techniques de contrôle de concurrence Il existe différentes techniques de contrôle de concurrence qui permettent d exécuter des transactions en parallèle en toute sécurité, à condition de faire appel à certaines contraintes : les méthodes de verrouillage les méthodes d estampillage les méthodes optimistes

16 Definition (Verrouillage) Méthodes de verrouillage Une procédure employée pour contrôler les accès concurrents aux données. Lorsqu une transaction accède à une base de données, un verrou est susceptible de bloquer l accès à d autres transactions pour éviter de faux résultats. Definition (Verrou partagé) Si une transaction dispose d un verrou partagé sur une donnée, elle peut lire la donnée mais pas la modifier. Definition (Verrou exclusif) Si une transaction dispose d un verrou exclusif sur une donnée, elle peut lire et modifier cette donnée.

17 Usage des verrous Toute transaction devant accéder à une donnée verrouille d abord la donnée, demandant soit un verrouillage partagé soit un verrouillage exclusif. Si la donnée n est pas déjà verrouillée par une autre transaction, le verrou est accordé. Si la donnée est déjà verrouillée au moment de la demande, le SGBD détermine si la demande est compatible avec le verrou actuel. Si c est un verrou partagé que la transaction demande, alors qu un verrou partagé est déjà placé sur la donnée, la requête peut être satisfaite et le verrou est accordé ; dans le cas contraire, la transaction demanderesse doit attendre que le verrou se libère. Une transaction qui détient un verrou le conserve tant qu elle ne le libère pas explicitement pendant l execution ou implicitement lorsqu elle se termine (par une annullation ou une validation). Ce n est que lorqu un verrou exclusif est liberé que les effets de l opération d écriture qui a motivé le verrou deviennent visibles aux autres transactions.

18 Planification incorrecte du verrouillage Reprenons les deux transations du transparent 14. P = {verrou-écriture(t 9, solde x ), lecture(t 9, solde x ), écriture(t 9, solde x ), déverrouillage(t 9, solde x ), verrou-écriture(t 10, solde x ), lecture(t 10, solde x ), écriture(t 10, solde x ), déverrouillage(t 10, solde x ), verrou-écriture(t 10, solde y ), lecture(t 10, solde y ), écriture(t 10, solde y ), déverrouillage(t 10, solde y ), validation(t 10 ), verrou-écriture(t 9, solde y ), lecture(t 9, solde y ), écriture(t 9, solde y ), déverrouillage(t 9, solde y ), validation(t 9 )} Préalablement à l execution, solde x = 100 et solde y = 400. Si T 9 s exécute d abord : solde x = 220 et solde y = 330. Si T 10 s exécute d abord : solde x = 210 et solde y = 340. Résultat de P : solde x = 220 et solde y = 340.

19 Verrouillage en deux phases Definition (Verrouillage en deux phases (V2P)) Une transaction suit le protocole de verrouillage en deux phases si toutes les opérations de verrouillage précèdent la première opération de déverrouillage dans la transaction. Toute transaction est divisible en deux phases : une première phase de croissance où elle acquiert tous les verrous mais ne peut en libérer aucun, et une phase de résorption, au cours de laquelle elle libère tous les verrous et ne peut plus en obtenir aucun. Une transaction doit acquérir un verrou sur un élément avant de faire quoi que ce soit sur celui-ci. Une fois que la transaction libère un verrou, elle ne peut plus demander d autres verrous.

20 Éviter le problème de la mise à jour perdue à l aide de la V2P

21 Éviter le problème de la dépendance non validée à l aide de la V2P

22 E viter le proble me de l analyse incohe rente a l aide de la V2P

23 Blocage indéfini (deadlock) Definition (Blocage indéfini (deadlock)) L impasse générée par deux transactions (ou plus) qui attendent, l une, que des verrous se libèrent, alors qu ils sont détenus par l autre

24 Techniques permettent de gérer les verrous indéfinis Trois techniques permettent de gérer les verrous indéfinis : imposer un delai imparti prévenir les verrous indéfinis détecter les verrous et les récuperer

25 Détection des verrous indéfinis Le graphe de attentes est un graphe dirigé G=(N,F) construit comme suit : Créer un nœud pour chaque transaction. Créer une flèche T i T j quand la transaction T i attend de verrouiller un élément actuellement verrouillé par T j. Un verrou indéfini existe si et seulement si le graphe des attentes contient un cycle (Holt, 1972). Exercice : dessiner le graphe des attentes des transactions du transparent 23.

26 Récupération à la suite de la détection d un verrou indéfini Choisir la victime du verrou indéfini. Il est préférable d annuler une transaction qui vient juste de démarrer qu une autre s exécutant déjà depuis un moment. Il est préférable d annuler une transaction qui n a encore apporté que quelques modifications, plutôt qu une autre qui a déjà effectué un travail important sur la base de données. Il est préférable d annuler une transaction qui a encore beaucoup de modifications à apporter qu une autre qui n en a plus que quelques unes à effectuer. Éviter la famine (starvation).

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/40 2/40 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/46 2/46 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - SGBD 1er trimestre 2014-2015 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Réplication des données

Réplication des données Réplication des données Christelle Pierkot FMIN 306 : Gestion de données distribuées Année 2009-2010 Echange d information distribuée Grâce à un serveur central Une seule copie cohérente Accès à distance

Plus en détail

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev.

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Quel SGBDR pour VFP?

Quel SGBDR pour VFP? D. Peralta le 4 mars 2008 Rencontres AtoutFox 2007/2008 Quel SGBDR pour VFP? Lors des précédentes rencontres, nous avons écrit des articles sur l utilisation des SGBDR avec VFP. Nous avons vu les différentes

Plus en détail

Données Réparties. Thibault BERNARD. thibault.bernard@univ-reims.fr

Données Réparties. Thibault BERNARD. thibault.bernard@univ-reims.fr Données Réparties Thibault BERNARD thibault.bernard@univ-reims.fr Sommaire Introduction Gestion de la concurrence Reprise après panne Gestion des données dupliquées Sommaire Introduction Gestion de la

Plus en détail

Notation o i (E) : la transaction i effectue sur l élément E l opération x qui peut être : r lecture (read) w écriture (write)

Notation o i (E) : la transaction i effectue sur l élément E l opération x qui peut être : r lecture (read) w écriture (write) MASTER INFORMATIQUE DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 BASES DE DONNÉES AVANCÉES INF 559 (CHRISTIAN RETORÉ) EXERCICES CORRIGÉS ACCÈS CONCURRENTS (31 DÉCEMBRE 2007) Le cours a présenté trois techniques de gestion

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Bases de données avancées Concurrence d'accès et reprise

Bases de données avancées Concurrence d'accès et reprise Bases de données avancées Concurrence d'accès et reprise Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan La notion de transaction Les problèmes de la concurrence Problèmes

Plus en détail

Cours de Systèmes d Exploitation

Cours de Systèmes d Exploitation Licence d informatique Synchronisation et Communication inter-processus Hafid Bourzoufi Université de Valenciennes - ISTV Introduction Les processus concurrents s exécutant dans le système d exploitation

Plus en détail

UNION INTERCEPT SELECT WHERE JOINT FROM ACID

UNION INTERCEPT SELECT WHERE JOINT FROM ACID STOCKAGE TRANSACTION, SÉRIALISABILITÉ, NIVEAUX D'ISOLATION 1 BASE RELATIONNELLE Un serveur de données relationnel : Rend compte de la «réalité» sous forme de table Met en relation la perception logique

Plus en détail

Deuxième partie. Protocoles d exclusion mutuelle. Plan. Interférences et isolation. Isolation Protocoles d exclusion mutuelle

Deuxième partie. Protocoles d exclusion mutuelle. Plan. Interférences et isolation. Isolation Protocoles d exclusion mutuelle Plan Deuxième partie 1 2 Primitives de gestion des activités 2 / 26 4 / 26 Interférences et isolation Contenu de cette partie di cultés résultant d accès concurrents à un objet partagé mise en œuvre de

Plus en détail

J2SE Threads, 1ère partie Principe Cycle de vie Création Synchronisation

J2SE Threads, 1ère partie Principe Cycle de vie Création Synchronisation J2SE Threads, 1ère partie Principe Cycle de vie Création Synchronisation Cycle Ingénierie 2e année SIGL Dernière mise à jour : 19/10/2006 Christophe Porteneuve Threads Principes Cycle de vie Création java.lang.thread

Plus en détail

Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD) relationnels Maude Manouvrier

Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD) relationnels Maude Manouvrier ENSTA Mastère Spécialisé en Architecture des Systèmes d Information Cours C1-3 Systèmes de Gestion de Bases de Données (SGBD) relationnels Maude Manouvrier Partie II : les SGBD vus du coté Administrateur

Plus en détail

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Ce cours reprend beaucoup de transparents du cours de Philippe LAHIRE Elisabetta De Maria - edemaria@i3s.unice.fr UFR Sciences et Laboratoire

Plus en détail

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème PLAN Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle N.Hameurlain http://www.univ-pau.fr/~hameur Spécification du problème Section Critique () Exclusion Mutuelle Principe Propriétés Réalisation d exclusion

Plus en détail

Implémentation des SGBD

Implémentation des SGBD Implémentation des SGBD Structure générale des applications Application utilisateur accédant à des données d'une base Les programmes sous-jacents contiennent du code SQL Exécution : pendant l'exécution

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique (SAR)

Module BDR Master d Informatique (SAR) Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 9- Transactions réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr Transactions réparties Gestion de transactions Transactions dans un système réparti Protocoles de

Plus en détail

M2-GamaGora. Programmation Multi-Thread - partie 1. J.C. Iehl. November 13, 2008

M2-GamaGora. Programmation Multi-Thread - partie 1. J.C. Iehl. November 13, 2008 Programmation Multi-Thread - partie 1 November 13, 2008 pourquoi ça ne marche pas? et alors? introduction aux threads threads : pourquoi ça ne marche pas? et alors? un nouveau point d entrée (une fonction

Plus en détail

UTILISER UN SITE COLLABORATIF

UTILISER UN SITE COLLABORATIF Sites collaboratifs Pléiade : guide utilisateur détaillé 1 Sites collaboratifs Pléiade : guide utilisateur détaillé UTILISER UN SITE COLLABORATIF COMMENT UTILISER LE BLOG Sites collaboratifs Pléiade :

Plus en détail

Synchronisation par. Rappels. Plan. Conditions et moniteurs (1/7) Inf 431 Cours 11. jeanjacqueslevy.net

Synchronisation par. Rappels. Plan. Conditions et moniteurs (1/7) Inf 431 Cours 11. jeanjacqueslevy.net Rappels Inf 431 Cours 11 un processus t (Thread) est un programme qui s exécute Synchronisation par mémoire partagée tstart lance l exécution concurrente de la méthode trun de t tinterrupt signale qu on

Plus en détail

BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS. UFR Sciences et Techniques. IUP Blois Master SIR 1 année

BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS. UFR Sciences et Techniques. IUP Blois Master SIR 1 année UFR Sciences et Techniques IUP Blois Master SIR 1 année BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS Enseignant Jean-Yves ANTOINE (Jean-Yves.Antoine AT univ-tours.fr) Sécurité des données CONTRÔLE DES ACCES CONCURRENTS

Plus en détail

Systèmes concurrents. Philippe Quéinnec. 14 septembre 2012. Systèmes concurrents 1 / 48

Systèmes concurrents. Philippe Quéinnec. 14 septembre 2012. Systèmes concurrents 1 / 48 Systèmes concurrents Philippe Quéinnec 14 septembre 2012 Systèmes concurrents 1 / 48 Neuvième partie Transactions Systèmes concurrents 2 / 48 Interférences entre actions Dénition des transactions Type

Plus en détail

Eléments de base de la sécurité des bases de données

Eléments de base de la sécurité des bases de données Eléments de base de la sécurité des bases de données N. Boudjlida UHP Nancy 1, LORIA, Campus scientifique, BP 239 54506 Vandœuvre Lès Nancy CEDEX (F) Nacer.Boudjlida@loria.fr, http://www.loria.fr/ nacer

Plus en détail

Transactionnel et transactionnel réparti. Source R.CHEVANCE G.Gardarin

Transactionnel et transactionnel réparti. Source R.CHEVANCE G.Gardarin 1 Transactionnel et transactionnel réparti Source R.CHEVANCE G.Gardarin Plan Concept de transaction - Propriétés ACID Transactionnel réparti Moniteur transactionnel Modèle X/Open Exemple de moniteur transactionnel:

Plus en détail

Systèmes concurrents

Systèmes concurrents Systèmes concurrents Philippe Quéinnec 14 septembre 2012 Systèmes concurrents 1 / 25 Deuxième partie L'exclusion mutuelle Systèmes concurrents 2 / 25 Isolation L'exclusion mutuelle Plan 1 Interférences

Plus en détail

Réplication des bases de données

Réplication des bases de données Réplication des bases de données Stéphane Gançarski Hubert Naacke LIP6 Université Paris 6 1 Références Livre Articles Cours Principles of Distributed Database Systems Eager Replication [KA 2000]: Bettina

Plus en détail

Projet gestion d'objets dupliqués

Projet gestion d'objets dupliqués Projet gestion d'objets dupliqués Daniel Hagimont Daniel.Hagimont@enseeiht.fr 1 Projet Service de gestion d'objets dupliqués Mise en cohérence lors de la prise d'un verrou sur un objet Pas de verrous imbriqués

Plus en détail

1 Programmation Client/Serveur basée sur TCP/IP

1 Programmation Client/Serveur basée sur TCP/IP Outils Informatique pour l ingénieur TD 1 Réseau et Web IP, Client/serveur 1 Programmation Client/Serveur basée sur TCP/IP 1.1 Buts de cette réalisation Ce TP sur la programmation client/serveur a pour

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS - DISQUE 1 Les couches logiciels réponse requête Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions utilisateur traitement S.E. commandes S.E. S.E. matériel Contrôleur E/S

Plus en détail

Programmation Web. Madalina Croitoru IUT Montpellier

Programmation Web. Madalina Croitoru IUT Montpellier Programmation Web Madalina Croitoru IUT Montpellier Organisation du cours 4 semaines 4 ½ h / semaine: 2heures cours 3 ½ heures TP Notation: continue interrogation cours + rendu à la fin de chaque séance

Plus en détail

Créer et partager des fichiers

Créer et partager des fichiers Créer et partager des fichiers Le rôle Services de fichiers... 246 Les autorisations de fichiers NTFS... 255 Recherche de comptes d utilisateurs et d ordinateurs dans Active Directory... 262 Délégation

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE C.Crochepeyre MPS_SGF 2000-20001 Diapason 1 Les couches logiciels réponse SGF requête matériel matériel Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions Contrôleur

Plus en détail

ARCHITECTURES MATÉRIELLES SYSTÈMES INFORMATIQUES

ARCHITECTURES MATÉRIELLES SYSTÈMES INFORMATIQUES CENTRALISÉE RÉPARTIE mémoire locale mémoire locale mémoire locale mémoire locale mémoire locale mémoire locale processeur processeur processeur processeur processeur processeur instructions messages MÉMOIRE

Plus en détail

Rendez-vous Firebird RMLL 2007

Rendez-vous Firebird RMLL 2007 Rendez-vous Firebird RMLL 2007 Les Transactions Pierre Yager CRISALID pierre@crisalid.com Les Transactions Concepts Métriques : ACID SQL Isolement Côté Serveur Côté Client Conseils, Questions Ouvertes

Plus en détail

Outil de démonstration : Application PassNFC

Outil de démonstration : Application PassNFC Outil de démonstration : Application PassNFC Utilisation dans le cadre de la formation Synerg ID uniquement Testé avec : Google Nexus / MIFARE Ultralight Contenu 1 Préambule... 2 2 Configuration requise...

Plus en détail

Systèmes et algorithmes répartis

Systèmes et algorithmes répartis Systèmes et algorithmes répartis Tolérance aux fautes Philippe Quéinnec Département Informatique et Mathématiques Appliquées ENSEEIHT 4 novembre 2014 Systèmes et algorithmes répartis V 1 / 45 plan 1 Sûreté

Plus en détail

Erreurs les plus fréquentes Guide de dépannage

Erreurs les plus fréquentes Guide de dépannage Erreurs les plus fréquentes Guide de dépannage janvier 2012 Le présent manuel et le support électronique qui l accompagne sont des produits exclusifs de Paiements Optimal, S.A.R.L. Leur usage est réservé

Plus en détail

5 Moniteurs. Slide 1. Caractéristique majeure d un programme avec moniteurs = Composé de deux sortes de modules/processus: Slide 2

5 Moniteurs. Slide 1. Caractéristique majeure d un programme avec moniteurs = Composé de deux sortes de modules/processus: Slide 2 5 Moniteurs Motivation = les sémaphores peuvent être utilisés pour résoudre à peu près n importe quel problème d exclusion mutuelle ou synchronisation... mais, les sémaphores possèdent certains désavantages:

Plus en détail

COMPTA.COM. Compta.com v7 Nouvelles fonctionnalités

COMPTA.COM. Compta.com v7 Nouvelles fonctionnalités COMPTA.COM Compta.com v7 Nouvelles fonctionnalités Date de la version : 23/04/2012 SOMMAIRE 1. Nouvelle charte graphique, nouvelle page d accueil... 3 2. Comptabilisation automatique des factures... 4

Plus en détail

Fichier sql.ini, Serveurs

Fichier sql.ini, Serveurs Photos d écrans Fichier sql.ini, Serveurs SQLBrowser lit un fichier sql.ini Les serveurs peuvent organisés en groupes On peut allouer une Couleur aux serveurs qui sera utilisée comme arrière plan des fenêtres

Plus en détail

Gestion de données réparties. Cours 1

Gestion de données réparties. Cours 1 Gestion de données réparties Cours 1 SGBD distribué Rend la distribution (ou répartition) des BD locales transparente catalogue des BD traitement des requêtes distribuées gestion de transactions distribuées

Plus en détail

Questions tuyaux et solutions - Fichiers et bases. des données

Questions tuyaux et solutions - Fichiers et bases. des données Questions tuyaux et solutions - Fichiers et bases de données Thomas Vanesse 21 juin 2011 Résumé Ce document reprend l ensemble des questions théoriques parues aux examens de 2003 à 2011. Les résolutions

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps

Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps DISVE Licence PARCOURS : CSB4 & CSB6 UE : INF 159, Bases de données Épreuve : INF 159 EX Date : Mardi 22 juin 2010 Heure : 8 heures 30 Durée : 1 heure

Plus en détail

Gestion répartie de données - 1

Gestion répartie de données - 1 Gestion répartie de données - 1 Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA et IMAG-LSR) http://sardes.inrialpes.fr/~krakowia Gestion répartie de données Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION. TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores

INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION. TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores Exclusion mutuelle / Sémaphores - 0.1 - S O M M A I R E 1. GENERALITES SUR LES SEMAPHORES... 1 1.1. PRESENTATION... 1 1.2. UN

Plus en détail

Auditcon 2 SERIES MODÈLES 252 ET 552 MODE D EMPLOI

Auditcon 2 SERIES MODÈLES 252 ET 552 MODE D EMPLOI Auditcon 2 SERIES MODÈLES 252 ET 552 MODE D EMPLOI Modes de serrure Une serrure est expédiée de l usine avec des valeurs de réglage «par défaut» et un numéro d identification personnel (NIP) prédéterminé

Plus en détail

Débloquer l écran de verrouillage de votre appareil Android

Débloquer l écran de verrouillage de votre appareil Android http://www.phonandroid.com/debloquer-ecran-de-verrouillage-smartphoneandroid.html#ixzz3bc0ddyai Débloquer l écran de verrouillage de votre appareil Android Sur Android, beaucoup de méthodes existent pour

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 14 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-11)

Plus en détail

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent.

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Christophe Ponsen cponsen@info.fundp.ac.be Institut d Informatique, Université de Namur Résumé Les transactions étendues posent de nombreux

Plus en détail

Surveiller et contrôler vos applications à travers le Web

Surveiller et contrôler vos applications à travers le Web Surveiller et contrôler vos applications à travers le Web Valérie HELLEQUIN Ingénieur d application Internet permet aujourd hui la diffusion d informations et de ressources que chaque utilisateur peut

Plus en détail

Hotspot Mobile 3G+ HUAWEI E587. Guide de démarrage rapide

Hotspot Mobile 3G+ HUAWEI E587. Guide de démarrage rapide Hotspot Mobile 3G+ HUAWEI E587 Guide de démarrage rapide 1 Merci d'avoir choisi le Hotspot Mobile 3G+ Huawei E587 Ce guide décrit brièvement les fonctions de votre Hotspot Mobile 3G+.Pour obtenir des informations

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

L exclusion mutuelle distribuée

L exclusion mutuelle distribuée L exclusion mutuelle distribuée L algorithme de L Amport L algorithme est basé sur 2 concepts : L estampillage des messages La distribution d une file d attente sur l ensemble des sites du système distribué

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

Contrôle Parental Numericable. Guide d installation et d utilisation

Contrôle Parental Numericable. Guide d installation et d utilisation Contrôle Parental Numericable Guide d installation et d utilisation Version 12.3 pour OS X Copyright 2012 Xooloo. Tous droits réservés. Table des matières 1. Introduction Dénomination et caractéristiques

Plus en détail

Procédure en cas de vol ou de perte de matériel IT

Procédure en cas de vol ou de perte de matériel IT Procédure en cas de vol ou de perte de matériel IT Directive DIT-13 Champ d application : Université 1 Introduction Le développement constant d appareils informatiques mobiles et performants (ultrabooks,

Plus en détail

Claude Kaiser Paradigmes de la concurrence SRI_B PASSAGE DE TÉMOIN

Claude Kaiser Paradigmes de la concurrence SRI_B PASSAGE DE TÉMOIN PASSAGE DE TÉMOIN coopération par division du travail entre les processus 4) Rendez-vous à 2, symétrique, avec ou non une écriture ou un envoi de message (avec acquittement) Rendez-vous multiple : m processus

Plus en détail

SAGASAFE Mode d'emploi de la série DCP Version 7.0

SAGASAFE Mode d'emploi de la série DCP Version 7.0 SAGASAFE Mode d'emploi de la série DCP Version 7.0 Pendant la procédure de programmation, vous pouvez paramétrer à nouveau le code de fonction. Afin de savoir comment utiliser et programmer le coffre-fort

Plus en détail

www.netexplorer.fr support@netexplorer.fr

www.netexplorer.fr support@netexplorer.fr www.netexplorer.fr 0825 590 144 support@netexplorer.fr Sommaire L interface NetExplorer... 3 Partie utilisateur... 4 Envoyer des documents sur la plateforme (déposer des documents)... 4 Télécharger des

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Hotspot Mobile 4G HUAWEI E5776. Guide de démarrage rapide

Hotspot Mobile 4G HUAWEI E5776. Guide de démarrage rapide Hotspot Mobile 4G HUAWEI E5776 Guide de démarrage rapide Merci d'avoir choisi le Hotspot Mobile 4G Huawei E5776 Ce guide décrit brièvement les fonctions de votre Hotspot Mobile 4G. Pour obtenir des informations

Plus en détail

Bases de données réparties. Chapitre I : Introduction. Bases de données distribuées : Définitions (fin) QUOI distribuer?

Bases de données réparties. Chapitre I : Introduction. Bases de données distribuées : Définitions (fin) QUOI distribuer? Bases de données réparties Université de Lorraine, FST/MIAE, Dept. Informatique& ESIAL 1/136 Bases de données réparties Université de Lorraine, FST/MIAE, Dept. Informatique& ESIAL 2/136 Bases de données

Plus en détail

SYSTEME DE SERRURES D HÔTEL GUIDE DE RÉFÉRENCE RAPIDE POUR LES

SYSTEME DE SERRURES D HÔTEL GUIDE DE RÉFÉRENCE RAPIDE POUR LES MIWA SYSTEME DE SERRURES D HÔTEL GUIDE DE RÉFÉRENCE RAPIDE POUR LES GÉRANTS MODEL AL5H 13 AVRIL 2006 TABLE DES MATIÈRES A- VOTRE UNITÉ DE RÉCEPTION UDR. 1- Aperçu du système 2- Ajouter un nouvel employé,

Plus en détail

Firewire Guide d amélioration des performances ( PC)

Firewire Guide d amélioration des performances ( PC) Firewire Guide d amélioration des performances ( PC) Le présent guide vous indiquera les différentes étapes afin d assurer que le contrôleur Firewire ( également connu sous le nom IEEE 1394) est configuré

Plus en détail

Icônes des didacticiels. Aliro - le contrôle d accès sur IP sans complication. www.aliro-opens-doors.com

Icônes des didacticiels. Aliro - le contrôle d accès sur IP sans complication. www.aliro-opens-doors.com Icônes des didacticiels Aliro - le contrôle d accès sur IP sans complication www.aliro-opens-doors.com Prise en main Ce didacticiel vous accompagne au fil des étapes de la configuration initiale du système

Plus en détail

Petit guide pour envisager les

Petit guide pour envisager les Petit guide pour envisager les ADAPTATIONS INFORMATIQUES Adaptations de l interface générale : Taille de l écran Quantité d icônes limitée Organisation parfaite Grossissement du texte Accentuation des

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

Chapitre 4 : Exclusion mutuelle

Chapitre 4 : Exclusion mutuelle Chapitre 4 : Exclusion mutuelle Pierre Gançarski Juillet 2004 Ce support de cours comporte un certain nombre d erreurs : je décline toute responsabilité quant à leurs conséquences sur le déroulement des

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

Table des matières. 7 Gérer des ordres 5 Formater des paramètres OptionStation Pro 9

Table des matières. 7 Gérer des ordres 5 Formater des paramètres OptionStation Pro 9 Leçon n 9 Table des matières OptionStation Pro 1 Gérer des positions réelles 5 Créer des positions d options théoriques 3 SpreadMaster 6 Placer une transaction 4 Représenter graphiquement des positions

Plus en détail

UBS Commercial Cards Online Portal Manuel d utilisation

UBS Commercial Cards Online Portal Manuel d utilisation UBS Online Services UBS Commercial Cards Online Portal UBS Commercial Cards Online Portal Manuel d utilisation Table des matières 1 Foire aux questions 3 1.1 Connexion 3 1.2 Administration 3 1.3 Compte

Plus en détail

La liberté en toute sécurité. Verrous. ASSA ABLOY, the global leader in door opening solutions*

La liberté en toute sécurité. Verrous. ASSA ABLOY, the global leader in door opening solutions* s La liberté en toute sécurité ASSA ABLOY, the global leader in door opening solutions* *ASSA ABLOY, le leader mondial des solutions de sécurisation des accès Découvrez un nouveau monde de liberté en toute

Plus en détail

Gestion des réunions dans Outlook 2007

Gestion des réunions dans Outlook 2007 Gestion des réunions dans Outlook 2007 Plusieurs détails entrent dans l élaboration d une réunion avec Outlook. Organiser la réunion est importante, certes, mais les «invités» de la réunion doivent également

Plus en détail

EJB avancés. Transactions Sécurité Ressources Performances

EJB avancés. Transactions Sécurité Ressources Performances EJB avancés Transactions Sécurité Ressources Performances Les transactions Concept fondamental dans les applications distribuées Indispensable pour une exécution sure des services Difficile à mettre en

Plus en détail

Manuel KBC-Online Local

Manuel KBC-Online Local Manuel Table des matières 1. INSTALLATION DE KBC-ONLINE LOCAL 3 1.1 Informations d ordre général 3 4. SUPPORT 16 5. ANNEXES 17 5.1 Annexe 1 : Votre fournisseur Internet utilise un proxyserver? 17 5.2 Annexe

Plus en détail

Clés et télécommandes

Clés et télécommandes Clés et télécommandes PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT MISES EN GARDE Retirez toutes les clés intelligentes d un véhicule laissé sans surveillance. Vous vous assurerez ainsi que le véhicule reste dans les conditions

Plus en détail

Activité - Serveur sous Linux Suse

Activité - Serveur sous Linux Suse Activité - Serveur sous Linux Suse Configuration de services réseaux Problématique : Configurer les services réseaux (DHCP, SAMBA, APACHE2) sur un serveur afin de répondre au besoin des postes clients

Plus en détail

Initiation à LabView : Les exemples d applications :

Initiation à LabView : Les exemples d applications : Initiation à LabView : Les exemples d applications : c) Type de variables : Créer un programme : Exemple 1 : Calcul de c= 2(a+b)(a-3b) ou a, b et c seront des réels. «Exemple1» nom du programme : «Exemple

Plus en détail

Parallélisme et Répartition

Parallélisme et Répartition Parallélisme et Répartition Master Info Françoise Baude Université de Nice Sophia-Antipolis UFR Sciences Département Informatique baude@unice.fr web du cours : deptinfo.unice.fr/~baude Septembre 2009 Chapitre

Plus en détail

Les Systèmes de Gestion de Bases de Données Temps Réel

Les Systèmes de Gestion de Bases de Données Temps Réel Les Systèmes de Gestion de Bases de Données Temps Réel Claude Duvallet Mots-Clé : SGBD Temps Réel, cohérence, contraintes temporelles, sérialisabilité, ordonnancement, contrôle de concurrence similarité

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/26 Bases de Données Avancées DataWareHouse Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin,

Plus en détail

L évolution de l automatisation.

L évolution de l automatisation. Gestion automatisée de la qualité Livre blanc Octobre 2009 L évolution de l automatisation. Etude de l évolution de l automatisation dans la gestion de la qualité des logiciels Page 2 Sommaire 2 Introduction

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu

Plus en détail

SMS sur le réseau fixe

SMS sur le réseau fixe SMS sur le réseau r fixe Sommaire: Concept Schéma de principe Envoi et réception r de SMS Configuration Combien cela coûte? Exemples : téléphones t fixes avec SMS Conclusion Concept Envoi et réception

Plus en détail

Gestion des Journaux. Méthodes d accès aux données. Système d exploitation. Gestion de Verrous. Gestion de. Mémoire. Gestion de transactions Page 2

Gestion des Journaux. Méthodes d accès aux données. Système d exploitation. Gestion de Verrous. Gestion de. Mémoire. Gestion de transactions Page 2 Gestion de Transactions Principes de base Propriétés ACID d'une transaction Protocoles de contrôle de concurrence Protocoles de tolérance aux pannes Gestion de transactions dans Oracle Modèles de transactions

Plus en détail

Guide de prise en main de la solution NetExplorer

Guide de prise en main de la solution NetExplorer Guide de prise en main de la solution NetExplorer Sommaire L interface NetExplorer... 2 Partie utilisateur... 3 Envoyer des documents sur la plateforme (déposer des documents)... 3 Télécharger des fichiers

Plus en détail

1 Centre de téléchargement Storio

1 Centre de téléchargement Storio 1 Centre de téléchargement Storio A propos du Centre de téléchargement Storio Le Centre de téléchargement Storio est un espace dans lequel vous trouverez de nouvelles histoires pour enrichir votre bibliothèque.

Plus en détail

MEGA TeamWork. Guide d utilisation

MEGA TeamWork. Guide d utilisation MEGA TeamWork Guide d utilisation MEGA 2009 SP4 1ère édition (juin 2010) Les informations contenues dans ce document pourront faire l objet de modifications sans préavis et ne sauraient en aucune manière

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR BALADEUR SANTÉ AUXILIAIRES MÉDICAUX ET SAGES-FEMMES C.D.C 1.40

MANUEL UTILISATEUR BALADEUR SANTÉ AUXILIAIRES MÉDICAUX ET SAGES-FEMMES C.D.C 1.40 MANUEL UTILISATEUR BALADEUR SANTÉ AUXILIAIRES MÉDICAUX ET SAGES-FEMMES C.D.C 1.40 Description des actes en série sur le Baladeur Santé TABLE DES MATIERES 1. Généralités 5 1.1. Fonctionnement général du

Plus en détail

Les systèmes de base de données temps réels. Pokrovskaya Natalia, Kabbali Nadia

Les systèmes de base de données temps réels. Pokrovskaya Natalia, Kabbali Nadia Les systèmes de base de données temps réels Pokrovskaya Natalia, Kabbali Nadia Année académique 2008-2009 Table des matières 1 Introduction 2 2 Système de gestion de bases de données classiques 3 3 Systèmes

Plus en détail

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16 PRESTATIONS TABLE DES MATIèRES Notre banque 4 Crédits 7 Gestion de patrimoine 9 Comptes courants 12 Comptes épargne 14 Comptes prévoyance 16 Autres comptes 17 Une histoire de vie en un clin d œil 18 Numéros

Plus en détail

Manière de manipuler le générateur de numéros de transaction TAN

Manière de manipuler le générateur de numéros de transaction TAN Manière de manipuler le générateur de numéros de transaction TAN Relevé synoptique de tout ce que vous voulez savoir sur le maniement et les possibilités qu offre le générateur de numéros de transaction

Plus en détail

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Ouvrir un CELI Cotiser à un CELI Investir dans un CELI et le gérer Règles régissant le décès, la séparation et l émigration Considérations en matière d emprunts Résumé RÉPONSES

Plus en détail