Vincent Augusto

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vincent Augusto 2010-2011"

Transcription

1 le des Systèmes Vincent Augusto École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne Un 1/73

2 le des Un 2/ le Un

3 le des Un 3/73 Contenu du cours : Techniques pour l analyse et la modélisation de : Entité/Association ; ; le. Langage de définition/manipulation des :. Aperçu de méthodes de modélisation : MERISE, UML. Sécurité et intégrité des. Objectifs : Comprendre l utilité et le fonctionnement des modèles conceptuels et s. Savoir utiliser un et connaître le langage. Faire le lien avec les techniques de modélisation et de simulation.

4 Base de le des Base de : Collection de structurées, enregistrée sur la mémoire externe, accessible simultanément par plusieurs utilisateurs. Une base de doit être : indépendente d applications particulières ; cohérente ; de redondance minimale ; accessible simultanément par plusieurs utilisateurs. Un 4/73

5 le des Un 5/73 Système de Gestion de Base de Données : Logiciel (ou ensemble de logiciels) capable d assurer la création et l utilisation des bases de. Une doit assurer : la définition des bases et des objets contenus ; la manipulation des ; la confidentialité ; l intégrité ; la sécurité. Utilisation d un modèle de : Représentation abstraite de l information et éventuellement des opérateurs de manipulation de l information (, hiérarchique, orienté objet).

6 le des Un 6/ le Un

7 le des Ce modèle propose des concepts permettant de décrire un ensemble de relatives à un domaine défini afin de les intégrer ensuite dans une BD. Création d un Conceptuel de Données (MCD). Entité : Ensemble d objets réels ou abstraits, ayant chacun une existance propre, partageant un ensemble de propriétés communes et présentant un intérêt pour l entreprise. Distinction entre classe d entités (l ensemble) et ses occurrences (éléments de l ensemble). Exemples : personnes, produits, idées, documents, etc. Un 7/73

8 le des : Association entre deux entités au moins. s unaire (entre une entité et elle-même), binaire, ou n-aire. Exemple : relation fait partie de entre une infirmière et un service. Attributs : Caractéristiques descriptives d une entité ou d une relation. Type de Valeur de l attribut. Exemple : nom, prénom, âge d un patient. Un 8/73

9 le des Un 9/73 Identifiant ou clé : Identifiant et cardinalité Attribut permettant d identifier de manière unique chaque occurrence d une classe d entités ou de relations. L identifiant d une relation est l union des identifiants des entités qu elle met en relation. Si une entité est identifiable par plusieurs identifiants, l un d eux est choisi comme clé primaire. Cardinalités : Caractérisation des types de relations (fonctionnalité). Représentation au moyen de deux valeurs (C min, C max ) : 1 : 1 pour les correspondances bijectives ; 1 : n pour les correspondances de type parent-enfants ; n : 1 pour les correspondances surjectives ; m : n pour les correspondances de type croisé (produit cartésien).

10 le Exemple de MCD : le bloc opératoire La cadre-infirmière du bloc doit connaitre pour chaque patient son nom, son prénom et sa pathologie. Chaque patient est opéré par un certain chirurgien dans une certain salle opératoire à une certaine date. Chaque patient suit un traitement médical particulier. des Un 10/73

11 Exemple de MCD : le bloc opératoire le des Un 11/73 Associations : Subit une intervention de type 1 :N dans une salle opératoire sont opérés plusieurs patients un patient n est opéré que dans une seule salle opératoire Est opéré par de type N :M chaque patient peut être opéré par plusieurs chirurgiens chaque chirurgien peut opérer plusieurs patients Suit un traitement de type 1 :N un patient peut suivre plusieurs traitements un traitement n est pris que par un seul patient

12 le des Un 12/ le Un

13 le des Un 13/73 Intérêt du modèle : Utilisation facile des schémas de (forme tabulaire). Rigueur des concepts permettant l utilisation des outils mathématiques et algorithmiques. adéquat au niveau conceptuel : indépendance physique-logique. Offre des LMD (langages de manipulation de ) non-procéduraux. Création d un Logique de Données nel (MLD nel).

14 le des Un 14/73 Définitions Attribut : Un attribut A i est un identificateur (un nom) décrivant une information stockée dans une base. Domaine : Le domaine D i d un attribut est l ensemble de ses valeurs admissibles. : Une relation est un sous-ensemble du produit cartésien de n > 0 domaines d attributs. Elle peut être représenté sous la forme d un tableau dans lequel les n attributs sont les titres des n colonnes. Schéma de relation : Soit la relation r : R(A 1 : D 1, A 2 : D 2,..., A n : D n ).

15 Représentation le des Entité : Patient nom prenom datenaissance sous forme tabulaire : Schéma de relation : Patient(nom : chaine, prenom : chaine, datenaissance : date) Attributs : nom, prenom, datenaissance Patient nom prenom datenaissance Duss Jean-Claude 16/04/1952 Leblanc Juste 08/12/1947 Perrin François 16/08/1934 Un 15/73

16 le des Un 16/73 Définitions Clé primaire d une relation : Une clé primaire est un ensemble d attributs K vérifiant : Unicité : les valeurs des clés primaires sont uniques et non nulles. Minimalité : aucun attribut composant K ne peut être enlevé sans perdre la propriété d unicité. Contrainte d intégrité : Propriété devant être vraie sur toutes les extensions du schéma de la relation : CI de domaine : contrôle syntaxique et sémantique des valeurs associées aux attributs. CI d entité : concerne les valeurs de la clé primaire (unicité, minimalité). CI de référence : la valeur d un groupe d attributs est la clé primaire d une autre relation.

17 le des Un 17/73 Définitions Clé étrangère d une relation : Groupe d attributs qui apparaît comme clé primaire dans une autre relation. Exemple : Patient nom prenom datenaissance idtraitement Duss Jean-Claude 16/04/ Leblanc Juste 08/12/ Perrin François 16/08/ totalement : Un est dit totalement lorsqu il assure les trois CI et lorsqu il fournit une interface d interrogation ayant la puissance du langage algébrique.

18 le des Un 18/73 Règles de passage du MCD au MLDR : MCD MLDR 1 Les entités du MCD deviennent des relations, leurs propriétés deviennent des attributs. L identifiant de l entité devient la clé primaire. 2 Une association de type 1 :N disparaît : l identifiant d une entité est incorporé dans la relation correspondant à l autre entité (si l association est porteuse de propriétés, elles migrent également). 3 Une association de type N :M devient une relation R. La clé primaire de R est obtenue en concaténant les identifiants des entités qui participent à l association R. Les propriétés de l association R deviennent des attributs de R.

19 Exercice le des Construire les MCD et MLDR correspondants à la description suivante : L objectif consiste à construire le MCD d un aéroport. Les pilotes (identifiant, nom, années d expérience) sont affectés à des vols. Un vol est identifié par un identifiant chiffré, une ville de départ, une ville d arrivée, une heure de départ et une heure d arrivée. Un avion est réquisitionné pour chaque vol, identifié par un identifiant chiffré, un nom, une capacité et une localisation. Un 19/73

20 le des Un 20/ le Un

21 le des Langage algébrique : Collection d opérations formelles qui agissent sur des relations pour produire d autres relations. basé sur la théorie des ensemble : utilisation d opérateurs classiques de manipulation des ensemble (union, intersection, différence, produit cartésien). Introduction d opérateurs propres aux bases de. Un 21/73

22 le des Un 22/73 Opérations de base Soient 2 relations R 1 et R 2 de même schéma. Union (opérateur d extension) Opération binaire portant sur R 1 et R 2 produisant une relation R 3 de même schéma ayant pour t-uples ceux appartenant à R 1 et R 2. R 3 = R 1 R 2. Différence (opérateur de restriction) Opération binaire portant sur R 1 et R 2 produisant une relation R 3 de même schéma ayant pour t-uples ceux appartenant à R 1 mais pas à R 2. R 3 = R 1 R 2. Soient 2 relations R 1 et R 2 de schémas quelconques. Produit cartésien Opération binaire portant sur R 1 et R 2 produisant une relation R 3 ayant pour schéma la concaténation des attributs de R 1 et R 2 et pour t-uples les combinaisons des relations opérandes. R 3 = R 1 R 2.

23 le des Un 23/73 Opérations les Projection Opération unaire portant sur R 1 qui produit une relation R 2 en enlevant du schéma de R 1 tous les attributs non mentionnés en opérande et en éliminant les t-uples en double. R 2 = Π Ai,A j,a k (R 1 ). Patient nom prenom datenaissance Duss Jean-Claude 16/04/1952 Leblanc Juste 08/12/1947 Perrin François 16/08/1934 R 2 = {P[nom, prenom] Patient(P)} SELECT nom, prenom FROM Patient nom Duss Leblanc Perrin prenom Jean-Claude Juste François

24 le des Un 24/73 Opérations les Sélection Opération unaire portant sur R 1 qui produit une relation R 2 de même schéma ayant pour t-uples ceux vérifiant la condition donnée en opérande. σ cond (R 1 ) = R 2. Patient nom prenom datenaissance Duss Jean-Claude 16/04/1952 Leblanc Juste 08/12/1947 Perrin François 16/08/1934 Duss Jean-Marie 19/04/1956 R 2 = {P[nom, prenom] Patient(P) (P[nom] = Duss )} SELECT nom, prenom FROM Patient WHERE nom= Duss nom prenom datenaissance Duss Jean-Claude 16/04/1952 Duss Jean-Marie 19/04/1956

25 le des Un 25/73 Opérations les Jointure Opération binaire portant sur R 1 et R 2 consistant à rapprocher les t-uples des 2 relations selon un critère C pour former une relation R 3 qui contient l ensemble des t-uples du produit cartésien R 1 R 2 vérifiant le critère C. R 3 = R 1 R 2. Patient nom prenom Duss Jean-Claude Leblanc Juste Perrin François Traitement id nom 1 Duss 2 Leblanc 3 Pommier R 3 = {P[nom], T [id] Patient(P) Traitement(T ) (P[nom] = T [nom])} SELECT Patient.nom, Traitement.id FROM Patient, Traitement WHERE Patient.nom=Traitement.nom nom idtraitement Duss 1 Leblanc 2

26 Exercice le des Répondre aux questions suivantes grâce à l algèbre le : 1 Quels sont les numéros des pilotes qui conduisent un vol? 2 Quels sont les numéros et capacités des avions nommés Airbus? 3 Donner pour chaque vol son numéro et le nom du pilote. 4 Quels sont les noms des pilotes qui conduisent tous les airbus? Un 26/73

27 le des Un 27/ le Un

28 le des Un 28/73 (Structured Query Language : Créé par IBM en 1979 pour System R. Langage hybride, combinaison de l algèbre le et du calcul. Langage déclaratif, non-procédural. Permet l interrogation d une base de. Langage normalisé : LID : Langage d Intégration des Données (sélection). LMD : Langage de des Données. LDD : Langage de Définition des Données (ajout, suppression). LCD : Langage de Contrôle des Données et des utilisateurs.

29 Recherche le des SELECT [ALL DISTINCT] chaine de sélection FROM nom de table [SYNONYME] [WHERE condition] Paramètres : La chaine de sélection est la liste des colonnes sur lesquelles on fait une projection. La clause FROM précise la table sur laquelle la recherche est faite. La clause WHERE précise une condition pour critère de sélection. Un 29/73

30 Recherche : exemples (1/2) le des Obtenir le nom et le prénom de tous les patients SELECT nom,prenom FROM Patient Obtenir l ensemble des informations relatives aux traitements SELECT * FROM Traitement Lister les noms des patients de plus de 30 ans SELECT nom FROM Patient WHERE age>30 Un 30/73

31 Recherche : exemples (2/2) le des Obtenir les traitements dont la posologie est 1 fois par jour ou 2 fois par jour SELECT * FROM Traitement WHERE posologie= 1 fois par jour OR posologie= 2 fois par jour Obtenir le nom des patients ayant entre 20 et 30 ans et commençant par A SELECT nom FROM Patient WHERE age BETWEEN 20 AND 30 AND nom LIKE A% Un 31/73

32 le des Un 32/73 Recherche avec jointure SELECT [ALL DISTINCT] chaine de sélection FROM liste de tables [WHERE condition] Quels sont les noms des patients opérés dans la salle 1 : SELECT nom FROM Patient,SalleOperatoire WHERE SalleOperatoire.id=1 (sélection) AND SalleOperatoire.id=Patient.idSO (jointure) Quels sont les noms des patients dont la posologie du traitement est 1 fois par jour : SELECT nom FROM Patient,Traitement WHERE Traitement.posologie= 1 fois par jour (sélection) AND Patient.nom=Traitement.nomPatient (jointure)

33 Expressions le des Fonctions de calcul COUNT (*) compte le nombre d éléments d une sélection. SUM AVG MIN MAX (*) permettent le calcul de sommes, de moyennes, de minimum et de maximum. Expressions caractères UPPER (expression) LOWER (expression) SUBSTRING (expression FROM debut FOR longueur) POSITION (expression 1 IN expression 2) Un 33/73

34 le des Un 34/73 SELECT [ALL DISTINCT] chaine de sélection FROM liste de tables [WHERE condition] [ORDER BY liste de colonnes [ASC DESC]] (mise en forme) ou [GROUP BY liste de colonnes [HAVING condition]] (moyen de trouver un résultat) Clauses : ORDER BY : tri par ordre croissant ou décroissant. GROUP BY : réarrange la table en groupes de à raison d un groupe pour chaque valeur différente associée à la liste de colonnes. HAVING : premet de spécifier une condition qui sera évaluée pour chaque groupe.

35 le des Sous-requête indépendante : IN : insertion d une requête interne. Condition ALL/ANY : Possible quand la sous-requête retourne un ensemble de valeurs. ALL : l évaluation de la comparaison est vraie pour toutes les valeurs obtenues dans une colonne sélectionnée. ANY : l évaluation de la comparaison est vraie pour au moins une valeur du résultat de la sous-requête. Un 35/73

36 Ajout de le des Un 36/73 INSERT INTO nom de table [(liste de colonnes)] VALUES (liste de valeurs) expression de sélection Ajout d un patient dans la base : INSERT INTO Patient (nom,prenom,datenaissance) VALUES ( Bono, Jean, 01/03/1970 ) Ajout d une partie des patients dans une autre table : INSERT INTO PatientBis SELECT * FROM Patient WHERE age>80

37 Modification de le des UPDATE nom de table SET liste de colonnes valeur [WHERE condition] Modification de l âge d un patient : UPDATE Patient SET age=age-2 WHERE nom= Duss Un 37/73

38 Suppression de le des Un 38/73 DELETE FROM nom de table [WHERE condition] Supprimer tous les patients dont la pathologie est AVC : DELETE FROM Patient WHERE pathologie= AVC Supprimer tous les patients dont l opération a lieu dans la salle de type A : DELETE FROM Patient WHERE idsalle IN (SELECT id FROM SalleOperatoire WHERE type= A )

39 le des Un 39/73 Création Création de relations CREATE TABLE nom de la table (éléments de la table) Création de bases de Permet le re définitions de domaines, de relations, de contraintes, de vues, de privilèges se rapportant à une même application. CREATE SCHEMA nom de la base [liste d éléments] Définition de vues : Table virtuelle, dynamique, calculée à partir des relations de la base de par une requête. CREATE VIEW nom de la vue (éléments de la table) AS (spécification de la requête)

40 le des Un 40/73 Exercice le : Traduire en les requêtes de l exercice précédent. Écrire les requêtes suivantes : 1 Quel est le nom du pilote le plus expérimenté? 2 Lister par ordre alphabétique le nom des pilotes. 3 Indiquer le nombre de vols au départ de chaque ville. 4 Indiquer le nombre de vols au départ de chaque ville, assurés par au moins deux pilotes différents. 5 Indiquer les numéros des pilotes qui conduisent des airbus. 6 Indiquer les numéros et la capacité des avions airbus sachant que l on ne retiendra que ceux de capacité supérieure aux boeing. 7 Quels sont les numéros des pilotes qui conduisent un airbus?

41 le des Un 41/ le Un

42 Contrôle de concurrence et des défaillances le des Objectif d un : Permettre à plusieurs utilisateurs de travailler en parallèle en donnant à chacun l illusion de travailler seul. Conséquence : Mise en œuvre de protocoles permettant : de synchroniser les traitements concurrents ; d annulerou de compléter les effets partiels des activités interrompues par les défaillances. Protocoles transactionnels. Un 42/73

43 le des Un 43/73 Contrat de cohérence transactionnel Transaction : Script décrivant des opérations (Lecture/Écriture) sur les objets du SI. Propriétés d une transaction : A Atomicité : une transaction est soit validée, soit abandonnée. C Cohérence : une transaction préserve la cohérence des objets qu elle manipule (ressort de l utilisateur). I Isolation : les effets d une transaction sont invisibles aux transactions concurrentes. D Durabilité : les effets d une transaction validée sont permanents. Un SI est dit transactionnel s il assure les propriétés A, I et D.

44 Confidentialité le des Assurer la confidentialité des : Contrôler les flux de (déclencheurs, cryptage). Interdire l accès à certaines colonnes/enregistrements. Contrôler les autorisations d accès. Accorder ou retirer des privilèges à des sujets ou sur des objets. Un 44/73

45 Cohérence le des Assurer la cohérence des : Contrôle sémantique assuré par les contraintes d intégrité : CI structurelles (CI de domaine, d entité, de référence). CI applicatives : conditions que doit vérifier un sous-ensemble pour affirmer qu elles sont cohérentes. Base de cohérente : Base de donnée dont l ensemble des CI est respecté. Un 45/73

46 Isolation le des Un 46/73 Transaction : Unité de traitement séquentiel executée pour le compte d un usager qui, appliqué à une BD cohérente, restitue une BD cohérente. Action élémentaire : Lecture ou écriture de, manipulation de. Problèmes soulevés par les accès concurrents aux : Soient deux transactions T 1 et T 2 : T 1 : Lire A ; A A + 1 ; Ecrire A ; Lire B ; B B + 1 ; Ecrire B ; T 2 : Lire A ; Afficher A ; Lire B ; Afficher B ; Que se passe-t-il si ces transactions sont exécutées simultanément?

47 Problème 1 : mise à jour perdue le des T 1 T 2 Lire A a 1 A = 10 Lire A a 2 a a 2 Ecrire a 2 A a a 1 Ecrire a 1 A A = 11 Dépendence Écriture/Écriture Un 47/73

48 le des Un 48/73 Problème 2 : lecture impropre T 1 T 2 Lire A a 1 A = 10 a a 1 Ecrire a 1 A A = 11 Lire A a 2 Afficher a 2 A = 11 Lire B b 2 Afficher b 2 B = 10 Lire B b 1 B = 10 b b 1 Ecrire b 1 B B = 11 CI : A = B Dépendence Écriture/Lecture

49 Contrôle des accès concurrents le des Un 49/73 Contrôleur : Le contrôleur (scheduler) du est chargé de contrôler l accès des transactions à certaines parties de la BD. Granule : Unité de la BD dont l accès est contrôlé par le contrôleur (enregistrement, fichier). Principe de résolution des accès concurrents : Éviter la génération d exécutions incorrectes en faisant attendre les transactions qui veulent exécuter des opérations conflictuelles sur un même granule. Ne laisse s exécuter simultanément que des opérations compatibles.

50 Verouillage de le des Verrou : Marque posée par une transaction sur le granule qu elle désire lire ou écrire afin d en limiter ou d en interdire l accès. Mode de vérouillage : Exclusif (X) : tout autre accès au granule est interdit. Partagé (S) : consultation possible (lecture) mais MAJ impossible. Un 50/73

51 Verouillage : exemple le des Un 51/73 T 1 T 2 Lock (A, X ) Lire A a 1 a a 1 Lock (A, X ) Ecrire a 1 A Unlock (A) (attente) (attente) Lire A a 2 a a 2 Ecrire a 2 A Unlock (A) Mise à jour non perdue

52 Intégrité face aux pannes le des Garantie des propriétés de durabilité (D) et d atomicité (A). Assurer la cohérence de la BD en dépit des pannes logicielles ou matérielles. Types de pannes : Défaillance logicielle : erreur de programme, abandon de transaction, redémarrage de l application. Défaillance machine : redémarrage du système. Un 52/73

53 le des Un 53/73 Mécanismes de reprise sur panne Deux utilitaires sont proposés par le : Journal des transactions : fichier sauvegardé sur mémoire secondaire contenant les informations nécessaires à la reprise (valeurs des et modifications effectuées). Points de reprise : sauvegarde complète de la BD et du journal à intervalles réguliers.... Problème : Quelle politique de sauvegarde? à quelle fréquence? avec ou sans journal? quelle quantité de travail est-on prêt à perdre?

54 le des Un 54/ le Un

55 le des Système de Gestion de Bases de Données : Logiciel capable d assurer la création et l utilisation des bases de. Fonction assurées : définition des bases de et des objets contenus ; manipulation des ; intégrité ; confidentialité ; sécurité. Un 55/73

56 le des Un 56/73 Définition et manipulation Définition des : Via un langage de description des (LDD) ou une interface graphique. Description de la nature des et de leurs liens logiques. Schéma d une base = sa description en LDD. Sous-schéma d une base = partie visible par un programme ou un groupe de programmes. des : Assurer la communication entre la BD et les clients (utilisateurs ou programmes) : recherche, création, modification, suppression. Via un langage de manipulation des (LMD), une interface graphique ou un langage hôte (C, C++, Java). Via une interface web.

57 le des Un 57/73 Intégrité des : Intégrité et confidentialité Assurer la qualité des enregistrées. Assurer les CI spécifiées lors de la création de la base. Assurer les CI spécifiées seulement au niveau logique et assurées par la programmation. Confidentialité des : Assurée par le biais de mots de passe et de privilèges d accès. Assurée aussi par l utilisation des sous-schémas de BD. Nécessaire dans le cas d accès de plusieurs utilisateurs à la base.

58 Sécurité et des accès le des Sécurité de fonctionnement : Permettre la remise rapide de la base en état opérationnel lors d un incident matériel ou logiciel. Assurée par le dédoublement (réplication) ou la journalisation et ré-exécution automatique. Gestion des accès concurrents : Assurer la cohérence des en cas des accès simultanés sur une même donnée. Verrouillage en cas de modification. Permission d accès multiple en lecture. Un 58/73

59 le des Un 59/73 Implémentation physique des Il existe une grande indépendance entre la couche abstraite que constitue le et la couche physique que sont le ou les fichiers constituant une base de. Il n existe pas d ordre spécifique pour les tables dans une base ou pour les colonnes dans une table, même si le en donne l apparence. Types de : fichier : utilisent un service de fichiers associés à un protocole de réseau afin d accéder aux. client/serveur : utilisent une application centralisée dite serveur de.

60 Schéma d utilisation de (1/3) le des Un 60/73

61 Schéma d utilisation de (2/3) le des Un 61/73

62 Schéma d utilisation de (3/3) le des Un 62/73

63 le des Un 63/ le Un

64 le des Caché en quelques mots : Développé et commercialisé par InterSystems. Base de objet-le très répandue dans le milieu hospitalier. Avantages : fiabilité, flexibilité, simplicité, faible administration. API serveur personnalisable. Services web en natif. Framework de développement web 2.0 en natif. Un 64/73

65 le des Un 65/73 Fusion des accès Objet et nel : Caché est une base de le () et une base de donnée orientée objet. Toutes les sont accessibles en ou en objet. Définition Objet Class Patient { property name as %String ; property age as %Integer ; } Dictionnaire de Un seul jeu de Définition CREATE TABLE Patient ( name varchar(50), age integer )

66 s et objet le des : avec extensions objet (syntaxes simplifiées). Accessible avec ODBC, JDBC et ADO.Net. objet : Héritage multiple, spécialisation, polymorphisme. Langage de script spécifique (Caché Object Script). Un 66/73

67 le des Caractéristiques : Plateforme intégrée côté serveur serveur d applications ; accès natif Objet ou sans mapping Objet-nel ou nel-objet. Un 67/73

68 Architecture le des Un 68/73

69 Projection Objets le Génération des proxies de ses classes dans différents langages cibles. Disponible pour C++, Java, etc. des Un 69/73

70 le des Un 70/73 Applications Principales applications par ordre d importance : Systèmes d Informations Hospitaliers et laboratoires pharmaceutiques : 60 % des hôpitaux dans le monde ; 10 plus grands hôpitaux US ; 70 % des laboratoires d analyses ; 60 % des fournisseurs majeurs d applications Santé. Administrations Finance/Assurance Bibliothèques Gestion hôtelière Fret Aérien Industrie...

71 le des Un 71/73 Implantations dans les hôpitaux français CHU de Nantes CHU de Nice CH d Arras CH de Roubaix Groupe Hospitalier Saint Vincent de Strasbourg CH de Toulon CH de Hyères CH de Guingamp CH de Lannion CH de Saint Brieuc CH de Quimper CH de Selestat CH de Digne Maternité Régionale Adolphe Pinard CH de la Côte Basque...

72 le des Un 72/73 Application aux systèmes hospitaliers Confidentialité et sécurisation des Informatisation du dossier médical du patient. Accès restreint selon l utilisateur (droits et privilèges). Gestion des accès concurrentiel (verrou). Simplicité d administration et faible coût de possession Interfaces de simples. Mise en place de formulaires et/ou d applications web (ASP, PHP). Personnalisation des interfaces de saisie en fonction de l utilisateur.

73 le des Un 73/73 Application aux systèmes hospitaliers Maintenance, mise à jour et sauvegarde Maintenance de la base de en temps réel. Solutions de sauvegarde (logicielles et matérielles). Accès concurrentiel permettant mises à jour sans risque d incohérence. Portabilité Capacité d adaptation à un tiers. Récupération et conversion de sans risque de pertes. Cohabitation avec les méthodes de de actuelles ou inamovibles.

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

16H Cours / 18H TD / 20H TP

16H Cours / 18H TD / 20H TP INTRODUCTION AUX BASES DE DONNEES 16H Cours / 18H TD / 20H TP 1. INTRODUCTION Des Fichiers aux Bases de Données 2. SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES 2.1. INTRODUCTION AUX SYSTEMES DE GESTION DE BASES

Plus en détail

1 Introduction et installation

1 Introduction et installation TP d introduction aux bases de données 1 TP d introduction aux bases de données Le but de ce TP est d apprendre à manipuler des bases de données. Dans le cadre du programme d informatique pour tous, on

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des bases de données» 24 au 27 /06/08 Dernière

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

Le langage SQL Rappels

Le langage SQL Rappels Le langage SQL Rappels Description du thème : Présentation des principales notions nécessaires pour réaliser des requêtes SQL Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs,

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Rappel sur les bases de données

Rappel sur les bases de données Rappel sur les bases de données 1) Généralités 1.1 Base de données et système de gestion de base de donnés: définitions Une base de données est un ensemble de données stockées de manière structurée permettant

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

Bases de Données. Plan

Bases de Données. Plan Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Plan Généralités: Définition de Bases de Données Le modèle relationnel Algèbre relationnelle

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions Exemple accessible via une interface Web Une base de données consultable en ligne : Bases de données et systèmes de gestion de bases de données The Trans-atlantic slave trade database: http://www.slavevoyages.org/tast/index.faces

Plus en détail

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Partie 1 : Notion de bases de données (Conception

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble.

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble Le 10/04/2014 Base de Données (BD) : une grande quantité de données, centralisées ou non, servant pour les besoins d'une ou plusieurs applications, interrogeables et modifiables

Plus en détail

Bases de données. Chapitre 1. 1.1 Généralité sur les bases de données. 1.2 Avec sqlite3. 1.1.1 Le langage SQL et les bases de données

Bases de données. Chapitre 1. 1.1 Généralité sur les bases de données. 1.2 Avec sqlite3. 1.1.1 Le langage SQL et les bases de données Chapitre 1 Bases de données 1.1 Généralité sur les bases de données 1.1.1 Le langage SQL et les bases de données La base de données (BDD) est un système qui enregistre des informations. Ces informations

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Systèmes de gestion de bases de données Introduction Université d Evry Val d Essonne, IBISC utiles email : cinzia.digiusto@gmail.com webpage : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Google+ : https://plus.google.com/u/0/b/103572780965897723237/

Plus en détail

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 NFA 008 Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 1 NoSQL, c'est à dire? Les bases de données NoSQL restent des bases de données mais on met l'accent sur L'aspect NON-relationnel L'architecture distribuée

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Bases de données avancées Introduction

Bases de données avancées Introduction Bases de données avancées Introduction Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan Objectifs et contenu du cours Rappels BD relationnelles Bibliographie Cours BDA (UCP/M1)

Plus en détail

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Ce cours reprend beaucoup de transparents du cours de Philippe LAHIRE Elisabetta De Maria - edemaria@i3s.unice.fr UFR Sciences et Laboratoire

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Bases de Données & Interfaces Web. stanislas.oger@univ-avignon.fr

Bases de Données & Interfaces Web. stanislas.oger@univ-avignon.fr Bases de Données & Interfaces Web stanislas.oger@univ-avignon.fr 1 Architecture d'un SI Web Fonctionnement Dynamique avec Base de Données 2 Idée Dynamiser les pages avec des infos venant de BDD Enregistrer

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

Modèle relationnel Algèbre relationnelle

Modèle relationnel Algèbre relationnelle Modèle relationnel Algèbre relationnelle Modèle relationnel (Codd 1970) On considère D i où i = 1,2..n des ensembles, dits domaines Un domaine = ensemble de valeurs (ex. D1 : entiers sur 10 positions,

Plus en détail

Bases de données cours 1

Bases de données cours 1 Bases de données cours 1 Introduction Catalin Dima Objectifs du cours Modèle relationnel et logique des bases de données. Langage SQL. Conception de bases de données. SQL et PHP. Cours essentiel pour votre

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. L algèbre relationnelle

Bases de Données Relationnelles. L algèbre relationnelle Bases de Données Relationnelles L algèbre relationnelle Langages de manipulation Langages formels : base théorique solide Langages utilisateurs : version plus ergonomique Langages procéduraux : définissent

Plus en détail

Rapport de Cryptographie

Rapport de Cryptographie Cryptographie [MIF30] / Année 2008-2009 Rapport de Cryptographie Les Injections SQL Sylvie Tixier & François-Xavier Charlet Page 1 20/05/2009 Sommaire Introduction...3 Définition d une injection SQL...3

Plus en détail

Systèmes de Gestion de Bases de Données

Systèmes de Gestion de Bases de Données Systèmes de Gestion de Bases de Données Luiz Angelo STEFFENEL DUT Informatique 2ème année IUT Nancy Charlemagne Vues Vue : une table virtuelle de la base de données dont le contenu est défini par une requête

Plus en détail

Interrogation de bases de données avec le langage SQL

Interrogation de bases de données avec le langage SQL Web dynamique avec PHP et MySQL Interrogation de bases de données avec le langage SQL C. Sirangelo & F. Tort Interroger une base avec SQL Interroger une base de données: extraire des données de la base

Plus en détail

SQL. Requête la plus simple. Projection. Requête la plus simple. Différents modes d interrogation. Requêtes mécanismes d interrogation des données

SQL. Requête la plus simple. Projection. Requête la plus simple. Différents modes d interrogation. Requêtes mécanismes d interrogation des données Requêtes mécanismes d interrogation des données SQL! En entrée : une ou plusieurs tables! En sortie : une table réponse sandra.bringay@univ-montp3.fr roland.mahiques@univ-montp3.fr alexandre.pinlou@univ-montp3.fr

Plus en détail

Modèle relationnel - 1

Modèle relationnel - 1 Langages de Définition de Données (LDD : Définition /mise à jour des schémas des relations Langages de manipulation de données (LMD : Interrogation : recherche de données Mises à jour : insertion, suppression,

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail

Bases de données Outils de gestion

Bases de données Outils de gestion 11/03/2010 Bases de données Outils de gestion Mise en place d outils pour gérer, stocker et utiliser les informations d une recherche biomédicale ent réalisé par L. QUINQUIS d épidémiologie et de biostatistique

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Bases de données relationnelles & SQL

Bases de données relationnelles & SQL Bases de données relationnelles & SQL Objectifs Appréhender les concepts du modèle relationnel. Etre capable de concevoir un schéma relationnel. Etre capable de créer une base de données relationnelle

Plus en détail

Algèbre relationnelle

Algèbre relationnelle Algèbre relationnelle 1. Introduction L algèbre relationnelle est le support mathématique cohérent sur lequel repose le modèle relationnel. L algèbre relationnelle propose un ensemble d opérations élémentaires

Plus en détail

Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS

Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS 2003-07-01 1 Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS Voici MRD de la BD AcciRoute pour représenter les rapports d accidents de la route. Le MRD

Plus en détail

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION 1 Introduction Conception d une base de données Domaine d application complexe : description abstraite des concepts indépendamment de leur implémentation sous

Plus en détail

Comment implémenter un modèle entité-association dans une machine?

Comment implémenter un modèle entité-association dans une machine? Chapitre 3 : Le modèle logique des données Introduction Comment implémenter un modèle entité-association dans une machine? Comment représenter une association? Comment représenter une entité? Il faut donc

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association Conception des bases de données : Modèle Entité-Association La modélisation d un problème, c est-à-dire le passage du monde réel à sa représentation informatique, se définit en plusieurs étapes pour parvenir

Plus en détail

INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié

INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié À l'origine de l'informatique, le stockage d'information se faisait sur cartes perforées. Ces supports pauvres ne permettaient pas de définir la structuration

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/62 Bases de Données Avancées Introduction & Rappel Conception et Modélisation Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR

Plus en détail

Bioinformatique BTV Stockage des données

Bioinformatique BTV Stockage des données 1 / 64 Bioinformatique BTV Stockage des données Jean-Michel Richer jean-michel.richer@univ-angers.fr http://www.info.univ-angers.fr/pub/richer Juillet 2008 2 / 64 Plan Plan 1 Introduction 2 Format de stockage

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

BD parallèles et réparties

BD parallèles et réparties LOG660 - Bases de données de haute performance BD parallèles et réparties Département de génie logiciel et des TI BD parallèles vs réparties BD réparties Les données se trouvent sur plusieurs sites (noeuds)

Plus en détail

PHP 5. La base de données MySql. A. Belaïd 1

PHP 5. La base de données MySql. A. Belaïd 1 PHP 5 La base de données MySql A. Belaïd 1 Base de données C est quoi une base de données? Une base de données contient une ou plusieurs tables, chaque table ayant un ou plusieurs enregistrements Exemple

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données Relationnelles Conclusion - 1

Introduction aux Bases de Données Relationnelles Conclusion - 1 Pratique d un : MySQL Objectifs des bases de données Où en sommes nous? Finalement, qu est-ce qu un? Modèle relationnel Algèbre relationnelle Conclusion SQL Conception et rétro-conception Protection de

Plus en détail

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles

Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Gestion des transactions et accès concurrents dans les bases de données relationnelles Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Fev.

Plus en détail

1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse

1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse IN306 : Corrigé SID Christophe Garion 18 octobre 2010 Ce document est un corrigé succinct de l examen du module IN306. 1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse Une

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et couches d accès aux bases de données

Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et couches d accès aux bases de données Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et couches d accès aux bases de données 1. Exploiter une couche métier objet PHP prend en charge certains des grands principes du paradigme objet (héritage,

Plus en détail

Modélisation de bases de données : Le modèle relationnel

Modélisation de bases de données : Le modèle relationnel Modélisation de bases de données : Le modèle relationnel Rappel chapitre 1 C est quoi un modèle? Type de modèle : Modèle hiérarchique Modèle réseau Modèle objet Modèle relationnel Cours BD Dr REZEG K 1

Plus en détail

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS Bases de Données Stella MARC-ZWECKER Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS stella@unistra.u-strasbg.fr 1 Plan du cours 1. Introduction aux BD et aux SGBD Objectifs, fonctionnalités et évolutions

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE Openoffice Base est un SGBDR : Système de Gestion de Base de Données Relationnelle. L un des principaux atouts de ce logiciel est de pouvoir gérer de façon efficace et rapide

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009

TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 TD : Requêtes SQL (BDR.TD2-1) INSA 3IF 2008-2009 Loïc Maisonnasse 1 Objectif Ce TD a pour objectif de vous familiariser avec le langage de requêtes SQL. Et de vous apprendre à écrire des requêtes SQL pour

Plus en détail

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle

Notation fonctionnelle : Union (R,S) ou OR (R, S) Chapitre 4 : Algèbre Relationnelle Chapitre 4 : IV. Qu est-ce que l algèbre relationnelle? Une collections d opérations, chacune agissant sur une ou deux relations et produisant une relation en résultat. Un langage pour combiner ces opérations.

Plus en détail

TP5 MySQL requêtes avancées

TP5 MySQL requêtes avancées Master 1 BBSG TP5 MySQL requêtes avancées Bases de Données Exercice 1 : Par l'intermédiaire de PHPMyAdmin ou du client mysql, connectez-vous sur votre base de données. mysql -h dbs-perso.luminy.univmed.fr

Plus en détail

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Bases de Données Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Synthèse : conception de BD langage de modélisation famille de SGBD SGBD Analyse du

Plus en détail

Chaîne opératoire de réalisation d une base de données

Chaîne opératoire de réalisation d une base de données Chaîne opératoire de réalisation d une base de données ANF «Comment concevoir une base de données en archéométrie» CAI-RN/rBDD (5-6/06/2014) Isabelle BALY Philippe GRISON En introduction 1- Phase d analyse

Plus en détail

PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES

PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES GESTION D UNE BANQUE Elèves : David Bréchet Frédéric Jacot Charles Secrétan DONNÉES DU PROJET SSC - Bases de Données II Laboratoire de Bases de Données BD réparties

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage 1 Plan Références Requêtes simples Expressions de chemin Appels de fonctions et d opérateurs Création d instances Opérations sur les collections 2 Références

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées /62 Bases de Données Avancées Introduction & Rappel Conception et Modélisation Thierry Hamon Bureau H202 Institut Galilée - Université Paris 13 & LIMSI-CNRS hamon@limsi.fr http://perso.limsi.fr/hamon/teaching/bda-20132014/

Plus en détail

Introduction - 1. Structure en mémoire centrale (MC) Fichiers Bases de données

Introduction - 1. Structure en mémoire centrale (MC) Fichiers Bases de données Structure en mémoire centrale (MC) Fichiers Bases de données 2 Principes Stockage des données dans la mémoire volatile d un ordinateur Problèmes Stockage temporaire «Petits» volumes de données Langages

Plus en détail

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise

Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise 58 Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise Héritage Contrainte d intégrité Fonctionnelle (CIF) 59 Héritage S impose dans 2 cas : Spécialisation : permet de modéliser dans l'ensemble

Plus en détail

QCM 2. Informatique générale. 1. Le nombre binaire 1011 vaut en décimal : a) 7 b) 9 c) 33 d) 11. 2. Le nombre qui suit le nombre 4 en base 5 est :

QCM 2. Informatique générale. 1. Le nombre binaire 1011 vaut en décimal : a) 7 b) 9 c) 33 d) 11. 2. Le nombre qui suit le nombre 4 en base 5 est : QCM 2 Informatique générale 1. Le nombre binaire 1011 vaut en décimal : a) 7 b) 9 c) 33 d) 11 2. Le nombre qui suit le nombre 4 en base 5 est : a) 10 b) 5 c) 0 d) A 3. Combien y'a t-il d'octets dans un

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Modélisation des données

Modélisation des données Modélisation des données Le modèle Entité/Association Le MCD ou modèle Entité/Association est un modèle chargé de représenter sous forme graphique les informations manipulées par le système (l entreprise)

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Implémentation des SGBD

Implémentation des SGBD Implémentation des SGBD Structure générale des applications Application utilisateur accédant à des données d'une base Les programmes sous-jacents contiennent du code SQL Exécution : pendant l'exécution

Plus en détail

Base de Données et Langage SQL

Base de Données et Langage SQL Base de Données et Langage SQL (IUT, département informatique, 1 re année) Laurent AUDIBERT Institut Universitaire de Technologie de Villetaneuse Département Informatique Avenue Jean-Baptiste Clément 93430

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Comparaison de tables à distance

Comparaison de tables à distance Rapport de recherche A/375/CRI Fabien Coelho fabien@coelho.net composé avec LAT E X, révision 463 du document 1 Fabien Coelho job enseignant-chercheur à MINES ParisTech ingénieur civil 1993, docteur en

Plus en détail