INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié"

Transcription

1 INTRODUCTION : Données structurées et accès simplifié À l'origine de l'informatique, le stockage d'information se faisait sur cartes perforées. Ces supports pauvres ne permettaient pas de définir la structuration et les relations existant entre les objets représentés. Puis sont venus les supports magnétiques et les fichiers. On pouvait alors stocker une information structurée et, grâce au langage COBOL en particulier, automatiser un certain nombre de tâches par des commandes évoluées (tris, enregistrement de données structurées, etc). Cependant, la plupart du travail d'accès et de parcours restait à la charge du programmeur. Les bases de données sont nées du besoin de rendre accessibles des informations en grande quantité structurées et liées les unes aux autres, à des utilisateurs non spécialistes, grâce à un langage qui ne demande pas de connaître le mode d'implantation (fichiers, nature des enregistrements, lieu de stockage, etc). Toutes les fonctions de gestion du stockage, de l'accès Fichiers aux informations, d'indexation des données et de gestion de la sécurité (verrous, droits d'accès, etc) sont prises en charge par un logiciel spécifique : le système de gestion de bases de données (SGBD). L'utilisateur interroge ces fonctions à travers un langage simple de requêtes qui ne nécessite que la connaissance de l'implantation des tables : le langage Structured Query Language (SQL) est normalisé, quel que soit le SGBD, il a la même syntaxe. I QU'EST CE QU'UNE BASE DE DONNEES? Il y a plusieurs approches pour définir ce qu'est une base de données, selon le SGBD qui la gère : pour un SGBD micro (ACCESS, Approach, Open Office, Filemaker, 4D, etc) on peut voir la base comme l'ensemble des tables, requêtes, formulaires et états gérant un domaine d'activité de l'entreprise (gestion commerciale, gestion comptable, gestion de produits, gestion des ressources humaines, etc) ; pour un SGBD de grande ampleur (ORACLE, DB2, SQL Server, etc), la base de données est un ensemble plus global pouvant traiter de plusieurs domaines. Elle ne comporte que les données, les contraintes et les éléments de sécurité, mais est indépendante des éléments d'interface. 1.1 Table Utilisateur Stockage SGBD Système d'exploitation La table est le composant de base d'une BDD. Elle correspond à la structure d'un objet identifié, autonome et indissociable. Elle comporte un ensemble de champs ou colonnes typés (entiers, caractères, dates, etc). L'ensemble des valeurs décrivant un exemplaire particulier de l'objet est nommé occurrence (ou tuple ou n uplet). Clé primaire ou identifiant Pour distinguer les occurrences les unes des autres sans ambiguïté, pour accéder à chaque ligne d'une table de manière directe et pour faire référence à une table liée, on doit particulariser chaque objet. Une information doit donc identifier de manière unique chaque ligne, si bien que sa valeur ne peut apparaître qu'une seule fois pour l'ensemble des occurrences de la table. On appelle cette information clé primaire. Elle peut être constituée par un champ ou par la concaténation de plusieurs propriétés. SQL Langage de pr ogr ammation Accès Gestion des index Sécurité Document2 Page 1

2 Clé étrangère Certains objets doivent, pour être complets, faire référence à d'autres objets. Cette référence distante peut être unique (un produit peut faire partie d'une famille) ou multiple (une commande est passée pour plusieurs produits). Dans le premier cas, on va ajouter une propriété à la table dépendante, dont le contenu devra correspondre à la clé primaire de l'autre objet et prendre ses valeurs dans l'ensemble des valeurs disponibles sur cette clé primaire. On parle d'une clé étrangère. Dans le second cas, il n'est pas possible d'ajouter à une table autant de références distantes. De plus, dans la relation plusieurs à plusieurs qui est ainsi instaurée, il peut y avoir d'autres éléments d'information qui entrent en compte : quantité, date, tarif, etc. Il est donc nécessaire de créer une nouvelle table qui comporte une clé étrangère vers chaque table participant à la relation. Pour identifier cette nouvelle table sans ajouter d'information fictive, on choisira comme clé primaire la concaténation des clés étrangères. Il ne peut donc exister un ensemble identique de valeurs pour l'ensemble de ces propriétés. 1.2 Contraintes d'intégrité Pour compléter la description des tables et limiter les actions d'insertion, modification et suppression, les SGBD permettent de définir des contraintes sur le contenu des champs : unicité (pour les clés primaires en général), valeurs autorisées (notion de domaine ou type), contenu obligatoire (on interdit un champ vide), référence forcée à une information préexistante (pour les clés étrangères) etc On parle de contraintes d'intégrité. Elles peuvent être paramétrées en SQL (ADD CONSTRAINT ou lors de la création) ou grâce à des outils graphiques (l'outil relations sous Access par exemple). 1.3 Sécurité Qu'il s'agisse d'une base micro ou d'un système client serveur, l'accès aux informations d'une base de données nécessite la mise en place de systèmes plus ou moins sécurisés selon les attentes. Les SGBD travaillent principalement sur deux domaines : l'autorisation d'accès associée à un compte identifié et le maintien d'une base stable (sans erreur, sans valeurs incomplètes, gérant les conflits d'accès) Droits d'accès Selon leur niveau de complexité, les SGBD peuvent définir les droits d'accès, de modification et suppression sur le contenu (on parlera de droits sur les objets) ou sur la structure de la base de données (on parlera de droits sur le système). L'ordre GRANT et son opposé, REVOKE, sont utilisés en SQL pour paramétrer ces informations. Intégrité et Verrous Une base de données étant un système "vivant", et souvent partagé, des mécanismes vont veiller : à conserver la base dans un état toujours pertinent et stable, et respectant les contraintes d'intégrité, à ce que les accès multiples à une même ligne ou une même table n'entrent pas en conflit (modifications simultanées d'une même ligne, suppression d'une table en cours de modification, etc) en posant des verrous sur la table, la ligne ou le champ. 1.4 Client/serveur Comme tout système accessible en réseau, une BDD peut proposer un service central offrant diverses fonctionnalités à des utilisateurs distants. On appelle serveur le système central capable de recevoir des interrogations (SQL, demande d'exécution de procédures stockées, synchronisation, etc). Le client est la partie logicielle en place sur le poste utilisateur permettant de contacter le serveur et formulant les interrogations selon la syntaxe du SGBD central. Dans des architectures plus conséquentes, la base de données peut être gérée par plusieurs serveurs (un par établissement, un par service). Ils entretiennent aussi une relation client/serveur dans la mesure où ils auront Document2 Page 2

3 besoin de partager l'information, de synchroniser leurs données, d'agir en concertation ou de se répartir les rôles de manière hiérarchique. Dans tous les cas, le client est le demandeur, le serveur est le pourvoyeur de service. Répartition / Duplication Dans le cas d'une base gérée par plusieurs serveurs, la base de données est en fait le regroupement de plusieurs sous ensembles partagées par l'ensemble des serveurs. Il existe plusieurs possibilités pour organiser ce partage : Base de données répartie ou distribuée : les différentes parties de la base ne se recouvrent pas. Les interrogations portant sur une partie distante passent par une requête au serveur distant en mode synchrone (accès direct aux données distantes). Base de données dupliquée : l'information existe sur une machine de référence et est reproduite à l'identique sur des serveurs de déport qui rapprochent l'information du lieu d'utilisation et limitent les accès distants. L'accès est asynchrone, au sens où les données sont répliquées à un instant donné, dans un état figé. Middleware et ODBC Pour ne pas limiter l'accès au SGBD par les seuls outils propre à l'éditeur, un principe d'accès universel aux différents SGBD a été défini : cet intermédiaire prend des demandes au format standard SQL et les transforme dans la syntaxe propre au SGBD sollicité. On appelle ces outils des middlewares (ou intergiciels), dont l'exemple le plus connu est ODBC (Open DataBase Connectivity) promu par Microsoft. INTERGICIEL Application. SQL Ordres SQL Serveur Client (Pilote) Ordres SGBD SGBD Échange avec le module Middleware 1.5 PGI et Bases de données Les Programmes de Gestion Intégrés (ou Entreprise Resource Planning ERP) utilisent les bases de données pour constituer un accès unique à l'ensemble des domaines de gestion. Ils sont dit intégrés car ils rassemblent sous un programme et une interface unique l'ensemble des fonctions de gestion de l'entreprise. Ils permettent d'alimenter le système d'information par les outils du système opérant et produisent l'information synthétique nécessaire au système de pilotage. BDD Tableaux de bord, statistiques, PGI Comptabilité Production RH Commercial Sous système de pilotage Sous système d'information Application bureautique, outils PGI Sous système opérant Document2 Page 3

4 II MODELISATION ET REPRESENTATION Le modèle conceptuel des données (MCD) Il s'agit d'une représentation graphique permettant d'inventorier les objets et les relations qui existent entre eux. Il existe diverses modélisations, mais la plus courante est la représentation Entité Association. Il correspond à une construction normalisée répondant à des contraintes très précises sur le contenu des objets (3 ème ACHETER ACH_PrixHT ACH_Qté 1,n forme normale). Il est précédé par un inventaire des données MATIERE PREMIERE (dictionnaire des données) et par la modélisation des MP_Code MP_Libellé dépendances fonctionnelles entre ces informations. Les MP_StockAlerte MP_Unité données présentes dans ces conteneurs sont des propriétés, 1,n jjmmaa PRODUIRE dont l'une sert à identifier l'entité : l'identifiant. PRD_Qté COMPOSER Il est conçu par les analystes (informaticiens) et ne donne CMP_Qté qu'une représentation générale des données, sans typage. PRODUIT Il précise les cardinalités dans les relations entre objets 1,n Pro_Nom (Entités et Associations) en définissant le nombre minimum Pro_Description Pro_PrixHT et maximum de liens pouvant exister entre deux occurrences. Pro_StockAlerte Il peut aussi servir à représenter les contraintes sur les données et/ou les relations. Remarque : Cette partie de modélisation n'est pas inscrite dans le programme de la section STG. Le modèle relationnel ou modèle logique Il est obtenu à partir du MCD ou extrait depuis la base de données (modèle physique). Il représente les différents conteneurs d'information (équivalant aux Entités/Associations ou aux Tables) : on parle de relations. On détaillera pour chaque relation l'ensemble des attributs qu'elle contient et le domaine dans lequel ils puisent leurs valeurs (type des attributs). Le modèle relationnel précise aussi le rôle des propriétés : Représentation Textuelle Matiere_Premiere(MP_Code, MP_Libellé, MP_StockAlerte, MP_Unité) Produit(, Pro_Nom, Pro_Description, Pro_PrixHT, Pro_StockAlerte) Fournisseur(Fou_Code, Fou_RaisonSociale, Fou_Adresse, Fou_CP, Fou_Ville) Client(Cli_Code, Cli_nom, Cli_Adresse, Cli_CP, Cli_Ville, Cli_Fidelite) Acheter(#MP_Code, #Fou_Code,#jjmmaa, Ach_Qté, Ach_PrixHT) Composer(#, #MP_Code, CMP_Qté) Vendre(#, #jjmaa, #Cli_Code, VenQté) Produire(#, #jjmmaa, PRD_Qté) Remar ques: on a supprimé la relation Date qui ne présente pas d'intérêt Les identifiants sont soulignés # clé étrangère : elle fait référence à une clé primaire d'une autre relation et indique un lien de dépendance référentielle entre l'attribut de la relation et la clé primaire de la relation référencée. Elle est généralement précédée ou suivie d'un signe # dans une écriture à plat ou signalée par une une flèche vers l'identifiant de l'autre relation dans une représentation graphique avec éventuellement une mise en forme spécifique ou une indication sur la flèche (quels sont les attributs mis en relation par la flèche). Lorsqu'il est déduit du MCD, le modèle relationnel peut réaliser une simplification en supprimant les relations dont la présence physique identifiant ou clé primaire : la ou les propriétés qui permet de distinguer les lignes les unes des autres. Elle est soulignée dans une représentation textuelle, ou précisée en tête de relation dans une représentation graphique. Document2 Page 4 DATE VENDRE VND_Qté 1,n FOURNISSEUR FOU_Code Fou_RaisonSociale Fou_Adresse FOU_CP FOU_VILLE CLIENT Cli_Code 1,n Cli_Nom Cli_adresse Cli_CP Cli_Ville Cli_Fidélité Représentation Graphique (sur un autre sujet, d'après un document de

5 n'aura pas d'intérêt : typiquement, les entités n'ayant d'autre propriété que l'identifiant. Lorsqu'il est reproduit à partir d'une base de données, il se contente de reproduire la structure des tables. C'est l'outil privilégié de l'interrogation SQL. En effet, en ne représentant, à plat, que les attributs, les clés primaires et étrangères, il donne la vision minimale nécessaire à pouvoir interroger la base en sachant précisément où trouver l'information et quels liens suivre (clé étrangère clé primaire). Le modèle physique Il est la dernière étape de constitution d'une base, et le seul point de vue réel des utilisateurs. Il s'agit de la représentation de la base elle même, avec le nom précis des tables, des champs, le type de ces derniers, avec les contraintes éventuelles. Le modèle physique peut encore simplifier le modèle relationnel en n'implantant pas toutes les tables ou en dénormalisant les relations (ajout de champs calculés, fusion de tables, ajout de champs importés, etc) pour des soucis d'efficacité ou de simplification de traitements. Ce modèle est essentiellement utilisé pour inventorier les informations d'une base existante grâce aux représentations graphiques fournies par les SGBD. Il peut aussi être le point de départ à l'automatisation de la création d'une base à partir d'un atelier de génie logiciel (WinDesign, AMC Designor, Module WinDev, etc). Les dépendances fonctionnelles et la 3 ème forme normale C'est un outil de construction ou de vérification d'une base de données. Elle consiste à identifier quelle donnée détermine un ensemble d'autres informations, de manière à repérer les objets (Entités) et les relations entre ces objets (Associations). On peut aussi contrôler que les champs présents dans une table répondent bien à la 3 ème forme normale. Dépendances entre propriétés Le dictionnaire des données constitue le premier inventaire de l'ensemble des informations liées au domaine. Il dresse une liste à plat des données nécessaires. Il faut ensuite les organiser en ensembles cohérents représentant des objets ou des relations entre objets. Pour cela, on va représenter les informations sous forme d'arbre ou d'une liste de dépendances entre une propriété source et une propriété but ou cible. On dit que la propriété source détermine la propriété cible et on le note source cible. Pour simplifier, on pourra aussi noter source cible1, cible2, cible3. Cette hiérarchisation permettra de repérer : les données dépendant d'une information unique et qui créeront des relations identifiées par une clé simple, les données qui sont déterminées par un ensemble de propriétés déjà repérées au point précédent comme identifiants et qui formeront des relations basées sur une clé composée (source1 + source2, cible1, cible2, ) les liens d'égal à égal entre des propriétés identifiantes et qui donneront aussi des relations à clé composée les dépendances entre propriétés simples et identifiants et qui donneront lieu à une clé étrangère. 3ème forme normale Les concepteurs du modèle relationnel ont défini un ensemble de règles permettant de s'assurer de la validité d'un modèle relationnel, limitant les erreurs dans la représentation et simplifiant les opérations (accès, ajout, modification, suppression). Approche en trois étapes, elle doit aboutir à une représentation en troisième forme normale respectant les règles page suivante (entre parenthèse, le niveau de forme normale à laquelle correspond chaque règle). Document2 Page 5 lien_50 MATIERE PREMIERE MP_Code MP_Libellé MP_CMUP MP_StockAlerte MP_Unité lien_49 COMPOSER MP_Code CMP_Qté lien_48 lien_114 PRODUIT Pro_Nom Pro_PrixHT Pro_StockAlerte Pro_Description ACHETER MP_Code FOU_Code jjmmaa ACH_PrixHT ACH_Qté lien_51 PRODUIRE jjmmaa PRD_Qté lien_52 FOURNISSEUR FOU_Code Fou_RaisonSociale Fou_Adresse FOU_CP FOU_VILLE VENDRE Cli_Code jjmmaa VND_Qté lien_53 Remarque : On a ajouté un champ calculé MP_CMUP CLIENT Cli_Code Cli_Nom Cli_adresse Cli_CP Cli_Ville Cli_Fidélité

6 tous les attributs ont des valeurs atomiques (1), ce qui permet de pouvoir réaliser toutes les opérations sur des propriétés simples chaque attribut qui n'appartient pas à la clé dépend complètement de la clé (ou bien ne dépend pas uniquement d'une partie de la clé) (2). Les dépendances fonctionnelles sont donc complètes ou pleines et non partielle. L'attribut but ne peut être en dépendance d'un sous ensemble de la clé (2) aucun des attributs non clés n'est source de dépendance fonctionnelle d'un autre attribut non clé (3), évitant des problèmes de redondance En clair, une relation est en troisième forme normale si elle comporte des propriétés simples et qu'il n'y a pas de mélange entre plusieurs objets dans une même relation. Dénormalisation La troisième forme normale est un outil de validation et de limitation des erreurs dans la phase de conception. Cependant, dans la pratique, on peut être amené à ne pas la respecter pour des questions de productivité, de simplification d'accès, de limitation du nombre de tables, etc. La dénormalisation consiste principalement à : Ajouter des propriétés qui stockent le résultat d'un calcul obtenu à partir d'autres propriétés de la base : on limitera les interrogations lourdes en SQL, par exemple pour les coûts moyens unitaires pondérés, pour des quantités calculées, pour des résultats statistiques Ajouter des propriétés déjà existantes dans d'autres tables : on facilitera l'interrogation en évitant des jointures sur des propriétés systématiquement utilisées (par exemple le libellé associé à un objet connu par son code) Fusionner des tables : on évitera la multiplication de tables et on simplifiera les interrogations, en intégrant par exemple les informations du type d'un produit dans la table produit. L'inconvénient est que la dénormalisation nécessite des interventions plus contraignantes dans la mise à jour et la maintenance de la cohérence (mettre à jour les données redondantes, recalculer les données de synthèse périodiquement, etc). III LE LANGAGE SQL ET L'ALGEBRE RELATIONNELLE C'est un langage normalisé permettant d'interroger une base de données relationnelles en se contentant de définir les éléments à afficher (clause SELECT), les tables nécessaires (FROM) et les conditions pour réaliser l'interrogation (WHERE), avec un tri éventuel (ORDER BY). Afin de calculs, on pourra réaliser des regroupements sur certains attributs (GROUP BY) et réaliser des conditions sur les résultats des calculs (HAVING). Ce langage permet aussi de gérer la structure de la base (CREATE, ALTER et DROP), et de manipuler le contenu des tables (INSERT, UPDATE et DELETE). Algèbre relationnelle Au langage SQL est associé une algèbre spécifique, avec une syntaxe particulière et un vocabulaire propre : Projection: permet de ne retenir que les champs à afficher Clause SELECT Sélection ou Restriction : permet d'émettre des conditions sur le contenu des champs clause WHERE (attention à l'ambiguïté entre le terme Sélection et la clause SELECT) Jointure : permet de préciser le lien de dépendance fonctionnelle existant entre deux champs Clause WHERE Regroupement : permet de réaliser des agrégations de lignes afin de réaliser des calculs clause GROUP BY Union : permet de regrouper l'ensemble des valeurs présentes à deux sous ensembles clause UNION Intersection : permet de regrouper l'ensemble des valeurs communes à deux sous ensembles clause INTERSECT Document2 Page 6

7 Construire une requête simple 1. La construction d'une requête commence par l'identification des informations à afficher Clause SELECT 2. On détermine ensuite les restrictions nécessaires à l'obtention du résultat clause WHERE 3. On repère ensuite dans le modèle relationnel ou physique les tables concernées par l'ensemble des champs mis en œuvre dans les points 1 et 2 : on en déduit les tables nécessaires à la clause FROM 4. On retrace sur le modèle relationnel l'ensemble des liens permettant de joindre les tables retenues au 3. Si nécessaire, on ajoutera à la clause FROM les tables traversées et non présentes au Enfin, on indique les jointures (égalités entre champs clé étrangère et la clé primaire référencée) dans la clause WHERE. 6. On triera enfin grâce à la clause ORDER BY éventuelle. Construire une requête avec calcul On appliquera le déroulement ci dessus, en ajoutant les étapes suivantes : A. identifier le calcul à réaliser et les champs sur lesquels il porte: moyenne (AVG), somme de valeurs numériques (SUM), comptage de lignes (COUNT), plus grande valeur (MAX), plus petite valeur (MIN), etc. Ajouter ce calcul à la clause SELECT, en ajoutant éventuellement les tables à la clause FROM et les jointures à la clause WHERE B. identifier les éventuels champs sur lesquels réaliser des regroupements clause GROUP BY C. ajouter les champs de la clause GROUP BY à la clause SELECT (pas toujours obligatoire, mais plus pertinent d'un point de vue affichage) D. Ajouter tout champs complémentaire de la clause SELECT à la clause GROUP BY E. Traiter les restrictions éventuelles sur les calculs clause HAVING F. Il n'y a pas de ORDER BY, la clause GROUP BY réalisant un tri. Quelques règles de base Pour n tables dans la clause FROM, on trouvera (n 1) jointures dans la clause WHERE. Tout champ affiché (SELECT) en plus d'un calcul (AVG, SUM, COUNT, etc) doit faire partie de la clause GROUP BY. Il peut y avoir plus de champs hors calculs dans le GROUP BY que dans le SELECT mais jamais l'inverse Les restrictions portant sur les fonctions de calcul ne peuvent apparaître qu'après avoir effectué le regroupement, c'est à dire dans la clause HAVING La somme (SUM) porte nécessairement sur un champ numérique précis (ou un calcul à partir de champs numériques), alors que le comptage (COUNT) porte sur un identifiant ou les lignes d'une table Remarque : Le support d'eric Even disponible sur le site académique ou celui d'alain Van Sante et Michel Auguste sur le site du Certa présentent en détail la syntaxe de ce langage et son utilisation dans le cadre de la section STG. IV BASE DE DONNEES ET STG En tant que support privilégié de l'information dans les entreprises, aussi bien pour le système opérant que pour le système décisionnel, les bases de données sont présentes dans l'ensemble des outils professionnels des métiers de la gestion. En comprendre les principes, en maîtriser le vocabulaire ou être capable d'en exploiter les possibilités à travers le langage SQL doit faire partie du bagage obligatoire des futurs utilisateurs, exploitants ou concepteurs que sont les élèves de la section STG. Le retrait de la modélisation conceptuelle place évidemment nos élèves dans la position d'exploitants et d'opérateurs de maintenance plus que du côté concepteur (qui est renvoyé à un niveau post bac). Il implique aussi pour le professeur la constitution de bases de données (dans le domaine de la gestion) prête à l'interrogation SQL, que les élèves devront valider (dépendances fonctionnelles et forme normale) et compléter (SQL ou interface graphique). Il est donc évident que les enseignants en STG doivent maîtriser l'ensemble des domaines et du vocabulaire liés à les bases de données. Document2 Page 7

8 VOCABULAIRE Terme Explication 3 ème Forme Normale (3FN) Ensemble des règles de validité du modèle relationnel permettant d'éviter les erreurs de conception et garantissant un fonctionnement standard d'une base de données. Base de données hiérarchique Base de données optimisée pour les accès en lecture utilisée pour les annuaires par exemple Base de données relationnelle Base de données reposant sur des relations et Clé étrangère Contrainte d'intégrité référentielle assurant qu'une propriété d'une table fasse référence à une clé primaire d'une autre table Clé primaire/identifiant Contrainte d'intégrité d'une table s'assurant de l'unicité de la valeurs du ou des champs identifiants dans l'ensemble des occurrences Client / Serveur Relation hiérarchique entre deux applications : le demandeur (client) et le pourvoyeur de service (serveur) Contrainte d'intégrité Limite définie pour une propriété ou un enregistrement : référence à une clé étrangère, valeur obligatoire, valeurs autorisées, etc Dépendance fonctionnelle Relation hiérarchique entre propriétés Droit d'accès Limitations pour un compte utilisateur, soit sur le contenu d'un objet, soit sur sa structure Enregistrement Structure d'information correspondant à l'ensemble des propriétés d'un objet Index Information référençant les valeurs d'une propriété (les clés, les données souvent accédées) pour en faciliter l'accès Jointure Élément du langage d'interrogation permettant de retrouver le lien logique entre deux tables Occurrence/Tuple/N uplet Ensembles des valeurs des champs pour un enregistrement PGI Programme de Gestion Intégré : Logiciel regroupant dans une base de données unique et sous une interface commune l'ensemble des opérations de gestion. On parle d'erp (Entreprise Resource Planning) en anglais. Propriété/champ Information unitaire décrivant une caractéristique particulière d'un objet SGBD Micro Système de gestion de base de données assurant des fonctions minimales, généralement destiné à un usage mono utilisateur ou avec peu d'utilisateurs. SGBD Serveur Système de gestion de base de données de forte capacité (stockage, exécution de requêtes, traitements annexes et sécurité) destiné à un usage réseau et multiutilisateurs SQL Structured Query Language : langage normalisé pour la manipulation, la description et l'interrogation de bases de données Table/ Relation Structure et ensemble des valeurs relatifs à un objet Verrou Système de sécurisation empêchant les modifications simultanées d'une même information par deux utilisateurs Document2 Page 8

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1

PRESENTATION. Document1 Serge GUERINET Page 1 PRESENTATION Les domaines couverts par la série STG sont tous des pourvoyeurs ou exploitants des bases de données. Que l'on gère la relation aux clients, le suivi de l'activité financière, la comptabilité

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES Auteur: Raymonde RICHARD PRCE UBO PARTIE III. - LA DESCRIPTION LOGIQUE ET PHYSIQUE DES DONNEES... 2 A. Les concepts du modèle relationnel de données...

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

Le langage SQL Rappels

Le langage SQL Rappels Le langage SQL Rappels Description du thème : Présentation des principales notions nécessaires pour réaliser des requêtes SQL Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs,

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions Exemple accessible via une interface Web Une base de données consultable en ligne : Bases de données et systèmes de gestion de bases de données The Trans-atlantic slave trade database: http://www.slavevoyages.org/tast/index.faces

Plus en détail

Bases de Données. Plan

Bases de Données. Plan Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Plan Généralités: Définition de Bases de Données Le modèle relationnel Algèbre relationnelle

Plus en détail

1 Introduction et installation

1 Introduction et installation TP d introduction aux bases de données 1 TP d introduction aux bases de données Le but de ce TP est d apprendre à manipuler des bases de données. Dans le cadre du programme d informatique pour tous, on

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Partie 1 : Notion de bases de données (Conception

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Dossier I Découverte de Base d Open Office

Dossier I Découverte de Base d Open Office ETUDE D UN SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES RELATIONNELLES Définition : Un SGBD est un logiciel de gestion des données fournissant des méthodes d accès aux informations. Un SGBDR permet de décrire

Plus en détail

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble.

14/04/2014. un ensemble d'informations sur un sujet : exhaustif, non redondant, structuré, persistant. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble. Gaëlle PERRIN SID2 Grenoble Le 10/04/2014 Base de Données (BD) : une grande quantité de données, centralisées ou non, servant pour les besoins d'une ou plusieurs applications, interrogeables et modifiables

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Bases de Données Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Synthèse : conception de BD langage de modélisation famille de SGBD SGBD Analyse du

Plus en détail

Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN

Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Moi Je suis étranger J'ai un accent Je me trompe beaucoup en français (et en info, et en math, et...)

Plus en détail

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 NFA 008 Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 1 NoSQL, c'est à dire? Les bases de données NoSQL restent des bases de données mais on met l'accent sur L'aspect NON-relationnel L'architecture distribuée

Plus en détail

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Systèmes de gestion de bases de données Introduction Université d Evry Val d Essonne, IBISC utiles email : cinzia.digiusto@gmail.com webpage : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Google+ : https://plus.google.com/u/0/b/103572780965897723237/

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 8 : ID : Informatique Décisionnelle BI : Business Intelligence Sommaire Introduction...

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données

Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données Page 1 of 5 Microsoft Office Access Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données S'applique à : Microsoft Office Access 2007 Masquer tout Les programmes de feuilles de calcul automatisées, tels que

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

clef primaire ; clef étrangère ; projection ; restriction ; jointure ; SQL ; SELECT ; FROM ; WHERE

clef primaire ; clef étrangère ; projection ; restriction ; jointure ; SQL ; SELECT ; FROM ; WHERE Cas Neptune hôtel Base de données et langage SQL Propriété Intitulé long Formation concernée Matière Notions Transversalité Présentation Description Neptune Hôtel. L interrogation d une base de données

Plus en détail

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE Openoffice Base est un SGBDR : Système de Gestion de Base de Données Relationnelle. L un des principaux atouts de ce logiciel est de pouvoir gérer de façon efficace et rapide

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

16H Cours / 18H TD / 20H TP

16H Cours / 18H TD / 20H TP INTRODUCTION AUX BASES DE DONNEES 16H Cours / 18H TD / 20H TP 1. INTRODUCTION Des Fichiers aux Bases de Données 2. SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES 2.1. INTRODUCTION AUX SYSTEMES DE GESTION DE BASES

Plus en détail

Le Langage De Description De Données(LDD)

Le Langage De Description De Données(LDD) Base de données Le Langage De Description De Données(LDD) Créer des tables Décrire les différents types de données utilisables pour les définitions de colonne Modifier la définition des tables Supprimer,

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS Bases de Données Stella MARC-ZWECKER Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS stella@unistra.u-strasbg.fr 1 Plan du cours 1. Introduction aux BD et aux SGBD Objectifs, fonctionnalités et évolutions

Plus en détail

Bases de Données & Interfaces Web. stanislas.oger@univ-avignon.fr

Bases de Données & Interfaces Web. stanislas.oger@univ-avignon.fr Bases de Données & Interfaces Web stanislas.oger@univ-avignon.fr 1 Architecture d'un SI Web Fonctionnement Dynamique avec Base de Données 2 Idée Dynamiser les pages avec des infos venant de BDD Enregistrer

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données

Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Introduction au Système de Gestion de Base de Données et aux Base de Données Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des bases de données» 24 au 27 /06/08 Dernière

Plus en détail

Comprendre Merise et la modélisation des données

Comprendre Merise et la modélisation des données Comprendre Merise et la modélisation des données Tables des matières Avant-propos 1- Introduction 1-1 Principes fondateurs 1-2 Bases conceptuelles 1-3 Place de Merise dans le cycle de développement informatique

Plus en détail

SOMMAIRE. Travailler avec les requêtes... 3

SOMMAIRE. Travailler avec les requêtes... 3 Access Les requêtes SOMMAIRE Travailler avec les requêtes... 3 A) Créer une requête sélection en mode QBE... 3 B) Exécuter une requête à partir du mode Modifier (QBE)... 3 C) Passer du mode Feuille de

Plus en détail

UNIVERSITE DE CONSTANTINE 1 FACULTE DES SIENCES DE LA TECHNOLOGIE DEPARTEMENT D ELECTRONIQUE 3 ème année LMD ELECTRONIQUE MEDICALE

UNIVERSITE DE CONSTANTINE 1 FACULTE DES SIENCES DE LA TECHNOLOGIE DEPARTEMENT D ELECTRONIQUE 3 ème année LMD ELECTRONIQUE MEDICALE UNIVERSITE DE CONSTANTINE 1 FACULTE DES SIENCES DE LA TECHNOLOGIE DEPARTEMENT D ELECTRONIQUE 3 ème année LMD ELECTRONIQUE MEDICALE TP N 1 : Initiation à L Access I. Introduction Microsoft Access fait partie

Plus en détail

FileMaker 11. Guide ODBC et JDBC

FileMaker 11. Guide ODBC et JDBC FileMaker 11 Guide ODBC et JDBC 2004-2010 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, California 95054, Etats-Unis FileMaker est une marque de FileMaker,

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES. 2. Les questions sont indépendantes les unes des autres.

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES. 2. Les questions sont indépendantes les unes des autres. INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES Durée : 1h30 Date : 17/05/2006 Coordonnateurs : Amel Bouzeghoub et Bruno Defude Documents autorisés : ceux distribués en cours Avertissements

Plus en détail

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES BASE DE DONNEES La plupart des entreprises possèdent des bases de données informatiques contenant des informations essentielles à leur fonctionnement. Ces informations concernent ses clients, ses produits,

Plus en détail

Formations MyReport. Formations MyReport

Formations MyReport. Formations MyReport Formations MyReport Formations MyReport MyReport Data Niveau 1 1 journée Concepteurs des applications "métier" Connaissances 1er niveau en bases de données : notions de tables, bases, champs Connaissances

Plus en détail

Chaîne opératoire de réalisation d une base de données

Chaîne opératoire de réalisation d une base de données Chaîne opératoire de réalisation d une base de données ANF «Comment concevoir une base de données en archéométrie» CAI-RN/rBDD (5-6/06/2014) Isabelle BALY Philippe GRISON En introduction 1- Phase d analyse

Plus en détail

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ;

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ; RÈGLES A SUIVRE POUR OPTIMISER LES REQUÊTES SQL Le but de ce rapport est d énumérer quelques règles pratiques à appliquer dans l élaboration des requêtes. Il permettra de comprendre pourquoi certaines

Plus en détail

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données Chapitre 10 Architectures des systèmes de gestion de bases de données Introduction Les technologies des dernières années ont amené la notion d environnement distribué (dispersions des données). Pour reliér

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE

BUSINESS INTELLIGENCE GUIDE COMPARATIF BUSINESS INTELLIGENCE www.viseo.com Table des matières Business Intelligence :... 2 Contexte et objectifs... 2 Une architecture spécifique... 2 Les outils de Business intelligence... 3

Plus en détail

FORMATION PAF STG et Base de données SOMMAIRE

FORMATION PAF STG et Base de données SOMMAIRE 1 FORMATION PAF STG et Base de données SOMMAIRE 2.1- LE SYSTÈME D'INFORMATION... 2 I Le système d'information... 3 A) Définition de la notion de système...3 B) Les 3 sous-systèmes de l'entreprise... 3

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES

LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES LE MODELE CONCEPTUEL DE DONNEES Principe : A partir d'un cahier des charges, concevoir de manière visuelle les différents liens qui existent entre les différentes données. Les différentes étapes de réalisation.

Plus en détail

Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise

Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise 58 Modèle e-a étendu: MCD (Modèle conceptuel des données) de Merise Héritage Contrainte d intégrité Fonctionnelle (CIF) 59 Héritage S impose dans 2 cas : Spécialisation : permet de modéliser dans l'ensemble

Plus en détail

Mise en œuvre du PGI dans les enseignements tertiaires

Mise en œuvre du PGI dans les enseignements tertiaires Stage académique Mise en œuvre du PGI dans les enseignements tertiaires Nord Franche-Comté Lycée du Grand Chênois - 24 mars / 6 avril 2011 pascal.parisot@ac-besancon.fr Le PGI dans les enseignements tertiaires

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

PRODIGE V3. Manuel utilisateurs. Consultation des métadonnées

PRODIGE V3. Manuel utilisateurs. Consultation des métadonnées PRODIGE V3 Manuel utilisateurs Consultation des métadonnées Pour plus d'information sur le dispositif : à remplir par chaque site éventuellement 2 PRODIGE V3 : Consultation des métadonnées SOMMAIRE 1.

Plus en détail

Bases de données avancées Introduction

Bases de données avancées Introduction Bases de données avancées Introduction Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan Objectifs et contenu du cours Rappels BD relationnelles Bibliographie Cours BDA (UCP/M1)

Plus en détail

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014 Interconnexion des Sites - Design et Implémentation des Réseaux informatiques - Sécurité et Audit des systèmes - IT CATALOGUE DE FORMATION SIS 2014 1 FORMATION ORACLE 10G 11G 10 FEV 2014 DOUALA CAMEROUN

Plus en détail

INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE

INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE Le responsable de la société Itaste utilise une application installée sur son poste : elle est programmée en VBA sous Microsoft Access et pourvue d une

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

1/ Présentation de SQL Server :

1/ Présentation de SQL Server : Chapitre II I Vue d ensemble de Microsoft SQL Server Chapitre I : Vue d ensemble de Microsoft SQL Server Module: SQL server Semestre 3 Année: 2010/2011 Sommaire 1/ Présentation de SQL Server 2/ Architerture

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

Vincent Augusto 2010-2011

Vincent Augusto 2010-2011 le des Systèmes Vincent Augusto École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne 2010-2011 Un 1/73 le des Un 2/73 1 2 3 4 le 5 6 7 8 Un le des Un 3/73 Contenu du cours : Techniques pour l analyse

Plus en détail

Les bases de données Page 1 / 8

Les bases de données Page 1 / 8 Les bases de données Page 1 / 8 Sommaire 1 Définitions... 1 2 Historique... 2 2.1 L'organisation en fichier... 2 2.2 L'apparition des SGBD... 2 2.3 Les SGBD relationnels... 3 2.4 Les bases de données objet...

Plus en détail

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Bases de données élémentaires Maude Manouvrier

Bases de données élémentaires Maude Manouvrier Licence MI2E- 1ère année Outils en Informatique Bases de données élémentaires Maude Manouvrier Définitions générales et positionnement du cours dans la formation Vocabulaire relatif aux bases de données

Plus en détail

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL)

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL) Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL ET SQL (DDL) Un modèle de données définit un mode de représentation de l information selon trois composantes : 1. Des structures de données. 2. Des contraintes qui permettent

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/62 Bases de Données Avancées Introduction & Rappel Conception et Modélisation Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

SQL. Requête la plus simple. Projection. Requête la plus simple. Différents modes d interrogation. Requêtes mécanismes d interrogation des données

SQL. Requête la plus simple. Projection. Requête la plus simple. Différents modes d interrogation. Requêtes mécanismes d interrogation des données Requêtes mécanismes d interrogation des données SQL! En entrée : une ou plusieurs tables! En sortie : une table réponse sandra.bringay@univ-montp3.fr roland.mahiques@univ-montp3.fr alexandre.pinlou@univ-montp3.fr

Plus en détail

Le modèle de données

Le modèle de données Le modèle de données Introduction : Une fois que l étude des besoins est complétée, deux points importants sont à retenir : Les données du système étudié Les traitements effectués par le système documentaire.

Plus en détail

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION»

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» CONCOURS INTERNE SESSION 2002 ÉPREUVE SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion informatique Durée de préparation

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (première partie) c Olivier Caron Le langage SQL (première partie) 1 Plan Le S.G.B.D. postgres Le langage SQL Langage de manipulation de données Langage de requêtes 2 Quelques mots sur Postgres (1/2) Travaux de Stonebraker (Univ. Berkeley)

Plus en détail

Magasins et entrepôts de données (Datamart, data warehouse) Approche relationnelle pour l'analyse des données en ligne (ROLAP)

Magasins et entrepôts de données (Datamart, data warehouse) Approche relationnelle pour l'analyse des données en ligne (ROLAP) Magasins et entrepôts de données (Datamart, data warehouse) Approche relationnelle pour l'analyse des données en ligne (ROLAP) Définition (G. Gardarin) Entrepôt : ensemble de données historisées variant

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Progiciels de Gestion Intégrés Sommaire Définition... 2 ERP... 2 Objectifs

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

Bases de données Outils de gestion

Bases de données Outils de gestion 11/03/2010 Bases de données Outils de gestion Mise en place d outils pour gérer, stocker et utiliser les informations d une recherche biomédicale ent réalisé par L. QUINQUIS d épidémiologie et de biostatistique

Plus en détail

Les bases de données Support de cours Pascal Ballet

Les bases de données Support de cours Pascal Ballet Les bases de données Support de cours Pascal Ballet Introduction Les fondements Une base de données a deux objectifs principaux : - le stockage structuré de l'information ET - le traitement des données

Plus en détail

TP5 MySQL requêtes avancées

TP5 MySQL requêtes avancées Master 1 BBSG TP5 MySQL requêtes avancées Bases de Données Exercice 1 : Par l'intermédiaire de PHPMyAdmin ou du client mysql, connectez-vous sur votre base de données. mysql -h dbs-perso.luminy.univmed.fr

Plus en détail