ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010"

Transcription

1 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/

2 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle 12.2 Les douze règles de Date et Oracle 12.3 Nommage des objets en environnement réparti 12.4 Liaison entre BD Oracle 12.5 Manipulation de données réparties 12.6 Le commit à deux phases 2

3 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Architecture fonctionnelle de développement d'application [MIR 94] Interface Application SGBD {GUI, Objets} {L3G, L4G, CASE,...} {SQL } Base de données 3

4 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Générations d'architectures C/S [MIR 94] C L I E N T Interface Interface Interface Application Interface Application Interface Application SGBD Réseau : RPC, RDA, DRDA S E R V E U R Interface Application SGBD BD répartition du dialogue Application SGBD BD déport de dialogue Commit à 2 phases Moniteurs TP Application SGBD BD Application répartie SGBD BD déport gestion de données Interface Application SGBD BD SGBD repartie hétérogène 4

5 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Solution Oracle Interface Client 1 Interface Client N Application Oracle Application Oracle Driver SQL*NET Protocole de communication Driver SQL*NET Protocole de communication Protocole de communication Driver SQL*NET Noyau Oracle 5

6 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle Solution Oracle (suite) Client Client Client Serveur SGBD ORACLE Serveur SGBD ORACLE SQL*NET SQL*NET Réseau Note :. SQL*Net : multiprocole Oracle gateways Client Serveur SGBD NON ORACLE 6

7 12.2 Les douze règles de Date et Oracle Les douze règles de Date et Oracle Règles de Date R1: Autonomie locale, gestion locale des données, contrôle local des contraintes et de la sécurité Oracle OK R2: Indépendance vis à vis d'un site central OK R3: Fonctionnement continue OK mais R4: Indépendance de la localisation Database link/ synonyme R5: Indépendance de la fragmentation OK mais R6: Indépendance de la duplication OK voir triggers R7: Traitement reparti des requêtes OK R8: Gestion répartie des transactions Commit à 2 phases R9: Indépendance vis à vis du matériel OK N plates-formes R10: Indépendance vis à vis de l'os OK R11: indépendance vis à vis du réseau Multi-protocôle R12:Indépendance vis à vis du SGBD gateways mais 7

8 12.3 Nommage des objets en environnement réparti Nommage des objets en environnement réparti BD Distribuée Base de données 1 Schéma 1 : SCOTT DEPT, EMP... dblink Base de données N Schéma 1 : SCOTT DEPT, EMP Schéma N Schéma N tables, vues, table 1, table 2, index,... index,... Niveau de désignation d'objets schéma Base de données locale Base de données distante Désignation nom_de_l'objet exemple : emp, dept,... dans le schéma SCOTT schéma.nom_objet exemple : SCOTT.emp, SCOTT.dept,... exemple : (sqlnet) dblink : nom d'un lien 8

9 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Oracle utilise la notion de DATABASE LINK pour faciliter la connexion à une base de données distante Un DATABASE LINK est un chemin unidirectionnel d une base locale vers une base distante Un DATABASE LINK peut être PRIVE, PUBLIC ou GLOBAL Un database link privé n est accessible que par l utilisateur qui l a créé. Il appartient au créateur Un database link public est accessible par tous les utilisateurs et les procédures stockées. Il appartient à l'utilisateur PUBLIC Un database link global est accessible par tous les utilisateurs via l annuaire LDAP Un database link peut être partagé (SHARED). Plusieurs utilisateurs peuvent partager la même connexion avec ledit database link 9

10 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Il est existe trois types de database link. Ils sont désignés selon le mode d'authentification sur la base distante choisi : Connected user database link : Le compte et le mot de passe de l'utilisateur connecté doivent être les mêmes sur la base locale et distante Le paramètre d initialisation REMOTE_OS_AUTHENT doit être fixé à TRUE pour permettre aux utilisateurs authentifiés EXTERNALLY de se connecter Fixed user database link : L utilisateur qui se connecte utilise le nom d utilisateur et le mot de passe fixé lors de la création du database link derrière CONNECT TO CURRENT_USER database link : L utilisateur connecté doit avoir un compte sur la base locale et sur la base distante. S il s agit d une procédure stockée, l utilisateur propriétaire doit aussi être créé dans la base distante. L utilisateur doit être reconnu au niveau du serveur de sécurité d'oracle. Annuaire ldap 10

11 12.4 Liaison entre BD Oracle Nommage d un database link On peut attribuer à un database link le nom global de la base ou un nom quelconque Pour forcer l attribution d un nom global, le paramètre d initialisation GLOBAL_NAMES doit être posé à TRUE L attribution d un nom global a pour avantage de faciliter le fonctionnement de certaines options d Oracle telle que la réplication. Oracle recommande, d'utiliser le nom global de la base. Si GLOBAL_NAMES vaut TRUE Oracle contrôle le nom global en combinant les paramètres DB_NAME et DB_DOMAIN Exemple si DB_NAME=DBTEST et DB_DOMAIN=UNICE.FR, le nom global de la base sera DBTEST.UNICE.FR, ce sera aussi le nom du database link 11

12 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Syntaxe CREATE [SHARED] [ PUBLIC ] DATABASE LINK nom_lien [ {CONNECT TO {CURRENT_USER user IDENTIFIED BY password } } ] AUTHENTICATED BY user IDENTIFIED BY passwd [ USING 'chaîne_de_connexion' ] Notes : a) si CONNECT TO est absent c'est le mot de passe et le nom connecté qui sont utilisés b) Il faut avoir le privilège CREATE DATABASE LINK (lien privé) et CREATE PUBLIC DATABASE LINK (lien public) =>L'utilisateur de la base locale QUI ACCEDE AUX DONNEES D'UNE BASE DISTANTE A TRAVERS UN DB LINK doit exister sur la base distante 12

13 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Mots clés ou paramètre Description SHARED nom_lien Permet de partager entre plusieurs utilisateurs la connexion avec le même db link. Oblige d'utiliser la clause CONNECT TO et AUTHENTICATED Nom du lien CONNECT TO... Indique le nom et mot de passe de IDENTIFIED BY l'utilisateur sur la base distante Si cette clause n'est pas utilisée alors c'est le nom et le password de l'utilisateur connecté qui sont utilisés PUBLIC chaîne_de_connexion Lien utilisable par tout utilisateur Chaîne de connexion la base distante AUTHENTICATED BY Permet d'authentifier un utilisateur via le serveur de sécurité (annuaire) CURRENT_USER Permet de créer un db link authentifié avec l'utilisateur courant. Si l'objet utilisant le db link est une procédure stockée, il s'agit de l'utilisateur propriétaire de la procédure. Sinon il s'agit de l'utilisateur connecté. Cet utilisateur doit être reconnu au niveau du serveur de sécurité d'oracle. Ce doit être un utilisateur GLOBAL (LDAP) 13

14 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 1 : Public Connected user database link CREATE PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr USING 'DBTEST'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; L utilisateur scott doit exister sur la base locale ORCL et la base distante DBTEST avec le même mot de passe Scott de orcl peut consulter les tables de l'utilisateur scott de la base de données dbtest (y compris celles pour lesquelles il a des droits) Le user XXX de orcl ne peut accéder qu'aux objets accessibles par le user XXX de dbtest 14

15 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 2 : Public Fixed user database link CREATE PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO scott IDENTIFIED BY tiger USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; L authentification est faite dans le lien. L'utilisateur scott doit exister dans les 2 bases y compris avec des password différents 15

16 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 3 : CURRENT_USER database link CREATE PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO CURRENT_USER USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; =>L'utilisateur d'authentification du database link doit être défini dans l'annuaire LDAP 16

17 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 4 : Private Fixed user database link sql> connect sql > grant create database link to scott; sql> connect CREATE DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO scott IDENTIFIED BY tiger USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql> connect sql> Select * from ; =>L authentification est faite avec le nom et mot de passe de l'utilisateur CONNECTE. Ici SCOTT. 17

18 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Création d'un DATABASE LINK Exemple 5 : shared public fixed database link sql> connect CREATE shared public DATABASE LINK dbtest.unice.fr CONNECT TO scott IDENTIFIED BY tiger AUTHENTICATED BY system IDENTIFIED BY oraclesysdba USING 'dbtest'; Utilisation de ce DATABASE LINK sql>connect sql> Select * from ; Attention : L authentification est faite via la clause AUTHENTICATED BY. Toutefois les droits sur les objets seront ceux de scott et non system. Un shared database link permet de MULTIPLEXER LES CONNEXIONS La clause AUTHENTICATED BY est obligatoire 18

19 12.4 Liaison entre BD Oracle Les Database Links Suppression d'un DATABASE LINK Syntaxe DROP [PUBLIC] DATABASE LINK nom_lien; Exemple DROP PUBLIC DATABASE LINK dbtest.unice.fr; s il s agit d un Database link public. ou DROP DATABASE LINK dbtest.unice.fr; s il s agit d un Database link privé. 19

20 12.4 Liaison entre BD Oracle Transparence vis à vis de la localisation de données Mis en oeuvre sous Oracle grâce aux notions de VUE, SYNONYM et de DATABASE LINK règle 4 de DATE permet de réaliser des applications évolutives Exemple de Transparence de localisation via les Synonymes CREATE PUBLIC SYNONYM emp FOR ; Utilisation du Synonyme sur des objets distants sql>select * FROM emp; au lieu de sql>select * FROM ; Note : la transparence peut aussi être assurée via des vues et des procédures stockées 20

21 12.4 Liaison entre BD Oracle Transparence vis à vis de la localisation de données Exemple de Transparence de localisation via les vues CREATE view emp as select * from ; Utilisation de la vue sur des objets distants sql>select * FROM emp; au lieu de sql>select * FROM ; Note : la transparence peut aussi être assurée via des synonymes et des procédures stockées 21

22 12.4 Liaison entre BD Oracle Transparence vis à vis de la localisation de données Exemple de Transparence de localisation via les procédures stockées CREATE OR REPLACE PROCEDURE delete_emp (id number ) is BEGIN DELETE FROM WHERE empno=id; END; / Utilisation de la procédure stockée sur des objets distants sql>execute delete_emp(7470); Note : la transparence peut aussi être aussi assurée via des synonymes et des vues 22

23 12.4 Liaison entre BD Oracle Limitation du nombre de databases link avec le paramètre OPEN_LINKS Le paramètre d initialisation OPEN_LINKS permet de contrôler le nombre de database link Par défaut OPEN_LINKS vaut 4 Si OPEN_LINKS=0 alors pas de connexion distribué à partir de cette base 23

24 12.4 Liaison entre BD Oracle Les informations sur les database link Les vues suivantes contiennent des informations sur les DB LINK : DBA_DB_LINKS,ALL_DB_LINKS, USER_DB_LINKS Contiennent les informations sur les Databases links V$DBLINK : Databases links ouverts Principales colonnes des vues *_DB_LINKS DB_LINK : nom du lien USERNAME : utilisateur si fixed user db link HOST : chaîne de connexion CREATED : date de création 24

25 12.5 Manipulation de données réparties Il est possible d'effectuer des consultations et des mises à jour en environnement réparti. Les actions possibles sont : Consultation d'une base distante Consultation répartie sur plusieurs bases distantes Mise à jour sur une base distance Mise à jour répartie sur plusieurs bases distantes Consultation et mise à jour sur une base distante Consultation et mise à jour répartie sur plusieurs bases distantes 25

26 12.5 Manipulation de données réparties Les commandes SQL autorisées SELECT SELECT... FOR UPDATE UPDATE INSERT DELETE LOCK TABLE SET TRANSACTION READ ONLY ANALYZE CREATE TABLE AS SELECT COMMIT, ROLLBACK, SAVEPOINT Les commandes interdites Commandes du LDD (CREATE TABLE, INDEX,..., DROP..., ALTER..., ) 26

27 12.5 Manipulation de données réparties Consultation et mise à jour sur un site distant Site 1 (Instance ORCL) Lien vers SCOTT : DBTEST.UNICE.FR ord schéma de SCOTT Ordre SQL Résultat Site 2 (Instance DBTEST) emp dept ord schéma de SCOTT Etapes de traitement de l'ordre 1. L'ordre SQL d'insertion ou de sélection est envoyé au SITE distant. 2. Un résultat est renvoyé au Site émetteur. Exemple sql>select * FROM ; sql> SELECT empno, ename FROM ; sql> UPDATE set...; 27

28 12.5 Manipulation de données réparties Consultation et mise à jour multi-sites Site 2 (instance DBTEST) ordre SQL Site 1 (Instance ORCL) Lien vers SCOTT : DBTEST.UNICE.FR Lien vers SCOTT : orcl11g Résultat emp ord schéma de SCOTT ord schéma de SCOTT... Client X ordre SQL Résultat SELECT empno, ename,dname FROM l, t WHERE l.deptno=t.deptno ; Site N (instance ORCL11G) dept schéma de SCOTT UPDATE ; UPDATE ; INSERT INTO ord... ; COMMIT ; 28

29 12.5 Manipulation de données réparties Consultation et mise à jour multi-sites Etapes de traitement de l'ordre 1. Le client soumet ses ordres à son site local (exemple SITE 1) 2. Son site local éclate si nécessaire les requêtes et les dispatche à chaque site intéressé 3. chaque site distant traite (exécute) l'ordre et renvoi le résultat au site local initiateur 4. A la réception des résultats, le site local les fusionne si nécessaire 5. Un résultat est renvoyé à l'utilisateur. En cas d'erreur en mise à jour distribuée, l'utilisateur doit procéder à des annulations. 29

30 12.6 Le commit à deux phases Notion de transaction Une transaction est un ensemble d'ordres SQL (distante, répartie ou non) qui doivent s'exécuter en totalité ou jamais une transaction (répartie, distante ou non) se termine par un COMMIT ou un ROLLBACK une transaction (répartie, distante ou non) peut être découpée en points de sauvegarde SAVEPOINT et des ROLLBACK TO SAVEPOINT sont possibles Afin d'assurer la validation ou l'annulation correct d'une transaction répartie, Oracle implémente le mécanisme de COMMIT à deux phases (phase de préparation du COMMIT et phase de validation du COMMIT) Le mécanisme de COMMIT à deux phases est transparent pour les utilisateurs!!! 30

31 12.6 Le commit à deux phases Les différentes types de sites SELECT empno, ename,dname FROM l, t WHERE l.deptno=t.deptno ; UPDATE ; UPDATE ; INSERT INTO ord... ; Commit; -- commit à deux phase Site Coordinateur ORCL Site client Site coordinateur global Site de validation Site serveur de données Site Distant 1 DBTEST Site serveur de données Site Site distante 2 ORCL11G Site serveur de données 31

32 12.6 Le commit à deux phases Les différentes types de sites Site coordinateur global Site qui initialise la transaction distribuée Site coordinateur local Site forcé à référencer les données d autres sites pour compléter sa partie de transaction Site serveur de données Site qui reçoit une demande de données d un autre site Site de validation Site qui assure un commit ou un rollback à la demande du nœud coordinateur. Site client Site référençant des données existant dans d autres sites 32

33 12.6 Le commit à deux phases Le site de validation N attend pas la phase de préparation C est le site contenant les données les plus critiques Le commit est immédiat et les données ne peuvent rester en attente de validation en cas de panne Le paramètre COMMIT_POINT_STRENGTH permet de désigner le site de validation prioritaire. Le site ayant la valeur la plus grande doit commiter en premier 33

34 12.6 Le commit à deux phases Schéma fonctionnel Prêt à commiter/ Annuler? 2 OUI/NON Prêt à commiter/ 1 Annuler? 1 Site Coordinateur OUI/NON Validation / Annulation Validation / Annulation Site distant 1 Site distant 2 34

35 12.6 Le commit à deux phases Traitement des pannes des pannes peuvent survenir lors d'une transaction répartie (en préparation ou validation) : panne logiciel, panne matériel, panne réseau Oracle résout automatiquement ces pannes grâce : au process background RECO (paramètre Distributed_Transaction) aux tables des transactions en attentes Les vues suivantes donnent des informations sur les transactions en suspend : DBA_2PC_PENDING : informations sur les transactions réparties DBA_2PC_NEIGHBORS : noeuds impliqués dans des transactions douteuses En cas de Problèmes insolubles dans les temps. La transaction doit être finie manuellement : chaque DBA récupère l'identité de la transaction (*_2pc*) et fait COMMIT ROLLBACK FORCE 'ID_TRANS' 35

36 12.6 Le commit à deux phases Simulation de pannes : Pour simuler une panne d'une transaction répartie, Oracle propose d'exploiter l'option COMMENT de l'ordre COMMIT. COMMIT COMMENT 'ORA-2PC-CRASH-TEST-N'; N est le numéro de la panne à simuler il faut pour cela désactiver la restauration distribuée sql>alter SYSTEM DISABLE DISTRIBUTED RECOVERY; Liste des Numéros de Pannes 1 panne d'un site en transaction (commit point site) après collecte 2 panne d'un site non en transaction après collecte 3 panne avant la phase de préparation 4 panne après la phase de préparation 5 panne du commit point site avant la phase de validation 6 panne d'un site en transaction après le Commit 7 panne d'une site non en transaction avant le Commit 8 panne d'un site non en transaction après la phase de validation 9 panne d'un site en transaction après la phase ignorer 10 panne d'un site non en transaction avant la phase ignorer 36

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1 3 - Administration de BD SQL Chapitre III Administration des BD SQL 3.1 Création de BD 3.2 Gestion des utilisateurs 3.3 Administration des transactions 3.4 Accès à une BD distante 3.5 Conclusions Composants

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 Bases de Données Réparties Concepts et Techniques Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 1 Définition Une base de données répartie (distribuée) est une base de données logique dont les données

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 3 : Administrer la sécurité utilisateur Gestion des utilisateurs et de leurs droits (Partie 2) Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Privilèges

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication.

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication. 1 BD locale BD locale Programme d'application Logiciel intermédiaire Client SGBD réparti Logiciel intermédiaire données SGBD réparti Logiciel intermédiaire données 2 Bénéfices potentiels Performance Fiabilité

Plus en détail

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer Bases de Données Réparties Définition Architectures Outils d interface SGBD Réplication SGBD répartis hétérogènes BD réparties Principe : BD locales, accès locaux rapides accès aux autres SGBD du réseau

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Systèmes d informations nouvelles générations. Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD. Exemple d application d un futur proche

Systèmes d informations nouvelles générations. Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD. Exemple d application d un futur proche Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen Systèmes d informations nouvelles générations! Constat :! Utilisation de nouveaux support

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données Implantation des SGBD relationnels Université de Nice Sophia-Antipolis Version 3.4 25//06 Richard Grin Plan de cette partie Nous allons étudier (très rapidement!) quelques éléments de solutions utilisés

Plus en détail

Administration des bases de données

Administration des bases de données Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données III Protection des données : contrôles d accès OBJECTIFS 3.1. NOTIONS 3.1.1.

Plus en détail

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application).

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application). SQL Ch 10 DCL Utilisateurs, privilèges, rôles I. INTRODUCTION... 1 II. LES UTILISATEURS ( «USERS»)... 1 A. CREER UN UTILISATEUR : USER... 1 B. MODIFIER UN UTILISATEUR : ALTER USER... 2 C. SUPPRIMER UN

Plus en détail

Architecture des SGBD Architecture centralisée

Architecture des SGBD Architecture centralisée Chapitre 1 Université du Havre MASTER MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE-Option SIRES 2013/20134 COURS BASES DE DONNEES REPARTIES Nakechbandi M., LITIS, Email : nakech@free.fr 1. Introduction : Notion de Bases

Plus en détail

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données JDBC L3 Informatique Emmanuel Waller, LRI, Orsay Université Paris Sud le mode programme JDBC JDBC : qu'est ce que c'est? Avantages? devant

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Chapitre 1. 1. Introduction : Notion de Bases de données. 2. Définition : BD Répartie. 3. Architecture des SGBD. 4. Conception des bases réparties

Chapitre 1. 1. Introduction : Notion de Bases de données. 2. Définition : BD Répartie. 3. Architecture des SGBD. 4. Conception des bases réparties Université du Havre MASTER MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE-Option SIRES 2010/2011 COURS BASES DE DONNEES REPARTIES Nakechbandi M., LITIS, Email : nakech@free.fr Chapitre 1 1. Introduction : Notion de Bases

Plus en détail

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Tables système Les informations du dictionnaire de données (tables système) sont accessibles en consultation seule, au moyen de vues Quatre classes

Plus en détail

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1)

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) Multitenant : Créer et Configurer une Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) L'option multitenant introduite avec Oracle Database 12c permet à un seul conteneur database (CDB)

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 2 : Contrôle des accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les privilèges Définitions 2 Rôles Définition de création d attribution de

Plus en détail

Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD)

Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD) T-GSI STAGE RENOVATION - SQL.Chapitre 5 - Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD) Sources du document : Livre bible Oracle 9i, J. Gabillaud, Editions Eni ; Support Oracle ; Documentation

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Bases de Données Réparties

Bases de Données Réparties Bases de Données Réparties Architecture Mise en œuvre Duplication et Réplication Michel Tuffery BDR : Définition Ensemble de bases de données gérées par des sites différents et apparaissant à l utilisateur

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL 1. Description SQL est un acronyme pour Structured Query Language qui a été conçu par IBM, et a succédé au langage SEQUEL. C est maintenant le langage le plus utilisé dans les

Plus en détail

Sommaire. Etablir une connexion avec une base de données distante sur PostGreSQL

Sommaire. Etablir une connexion avec une base de données distante sur PostGreSQL Sommaire Etablir une connexion avec une base de données distante sur PostGreSQL 1 Connexion avec le module dblink...3 1.1 Création du module dblink... 3 1.2 Exemple de Mise en oeuvre... 4 1.3 Création

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K.

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique CHAPITRE 4 ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA POLITIQUES DE CONTRÔLES

Plus en détail

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition)

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition) Avant-propos 1. Les objectifs de ce livre 13 2. Les principaux sujets qu'aborde ce livre 13 3. À qui s adresse ce livre? 14 4. Les pré-requis 14 Introduction à MySQL 1. Introduction aux bases de données

Plus en détail

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications P.-A. Sunier, HEG-Arc Neuchâtel avec le concours de J. Greub pierre-andre.sunier@he-arc.ch http://lgl.isnetne.ch/

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Ce guide de formation a pour but de vous permettre d'acquérir une bonne connaissance du

Plus en détail

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations ADMIN SGBD TP 1 Préliminaires L'objectif de ce TP est de: installer l environnement (PostgreSQL, base, tables), créer des utilisateurs, des vues, et de gérer les privilèges, créer des triggers, utiliser

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Java et les bases de données: JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java. Michel Bonjour http://cuiwww.unige.

Java et les bases de données: JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java. Michel Bonjour http://cuiwww.unige. : JDBC: Java DataBase Connectivity SQLJ: Embedded SQL in Java Michel Bonjour http://cuiwww.unige.ch/~bonjour Plan JDBC: API bas niveau pour l accès aux BD (SQL) - Introduction - JDBC et : Java, ODBC, SQL

Plus en détail

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données Dans le cadre de SECURIDAY 2010 Et sous le thème de Computer Forensics Investigation SECURINETS Vous Présente l atelier : Analyse des bases de données Chef Atelier : Dhikra DABBOUSSI (Réseau Télécom 5)

Plus en détail

2.Créer les pages PHP pour consulter et mettre à jour la table annuaire

2.Créer les pages PHP pour consulter et mettre à jour la table annuaire Université Nice Sophia Antipolis 2007-2008 LPSIL UE SIL-TC3-P1 Module: OSI, INTERNET ET PROGRAMMATION WEB TP 5 Annexe- Utilisation d ORACLE Objectif : Base de Donnée sous ORACLE et PHP Correction : la

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties.

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties. Base de données Avancée (BDA) 2012/2013, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Thème : Implémentation d une BD Répartie : Liens, vue matérialisé, snapshot, intégrité révérencielle et déclencheur

Plus en détail

Vulnérabilités logicielles Injection SQL

Vulnérabilités logicielles Injection SQL MGR850 Hiver 2014 Vulnérabilités logicielles Injection SQL Hakima Ould-Slimane Chargée de cours École de technologie supérieure (ÉTS) Département de génie électrique 1 Plan SQL Injection SQL Injections

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise OpenPaaS Le réseau social d'entreprise Spécification des API datastore SP L2.3.1 Diffusion : Institut MinesTélécom, Télécom SudParis 1 / 12 1OpenPaaS DataBase API : ODBAPI...3 1.1Comparaison des concepts...3

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

Vulnérabilités logicielles Injection SQL. Chamseddine Talhi École de technologie supérieure (ÉTS) Dép. Génie logiciel et des TI

Vulnérabilités logicielles Injection SQL. Chamseddine Talhi École de technologie supérieure (ÉTS) Dép. Génie logiciel et des TI Vulnérabilités logicielles Injection SQL Chamseddine Talhi École de technologie supérieure (ÉTS) Dép. Génie logiciel et des TI 1 Plan SQL Injection SQL Injections SQL standards Injections SQL de requêtes

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

Système de base de données

Système de base de données Système de base de données 1. INTRODUCTION Un système de base de données est un système informatique dont le but est de maintenir les informations et de les rendre disponibles à la demande. Les informations

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique (SAR)

Module BDR Master d Informatique (SAR) Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 6- Bases de données réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Bases de Données Réparties Définition Conception Décomposition Fragmentation horizontale et

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE

INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE INSTALLATION DE L APPLICATION DU CONTEXTE ITASTE Le responsable de la société Itaste utilise une application installée sur son poste : elle est programmée en VBA sous Microsoft Access et pourvue d une

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Définitions SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Une base de données est un objet particulièrement difficile à définir puisqu il est abordé en pratique selon différents points de vue : Pour un administrateur,

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Création d'une base de données Oracle

Création d'une base de données Oracle TP1 Création d'une base de données Oracle MASTER INFORMATIQUE I2A Année universitaire 2006-2007 RAPPORT DE PROJET (Document de 15 pages) Encadrant : Rosaire Amore Participants : Erik Allais Abdel Rafrafi

Plus en détail

Création d'une nouvelle base de données

Création d'une nouvelle base de données 199 Chapitre 7 Création d'une nouvelle base de données 1. Vue d'ensemble Création d'une nouvelle base de données 1.1 Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus

Plus en détail

BD parallèles et réparties

BD parallèles et réparties LOG660 - Bases de données de haute performance BD parallèles et réparties Département de génie logiciel et des TI BD parallèles vs réparties BD réparties Les données se trouvent sur plusieurs sites (noeuds)

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Application web de gestion de comptes en banques

Application web de gestion de comptes en banques Application web de gestion de comptes en banques Objectif Réaliser une application Web permettant à un client de gérer ses comptes en banque Diagramme de cas d'utilisation 1 Les cas d'utilisation Connexion

Plus en détail

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214

PHP. Bertrand Estellon. 26 avril 2012. Aix-Marseille Université. Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 PHP Bertrand Estellon Aix-Marseille Université 26 avril 2012 Bertrand Estellon (AMU) PHP 26 avril 2012 1 / 214 SQLite et PDO Base de données SQLite et PDO SQLite écrit les données relatives à la base dans

Plus en détail

Java DataBaseConnectivity

Java DataBaseConnectivity Java DataBaseConnectivity JDBC JDBC est une API Java (ensemble de classes et d interfaces défini par SUN et les acteurs du domaine des SGBD) permettant d accéder aux bases de données à l aide du langage

Plus en détail

TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS

TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS OBJECTIFS : Familiarisation avec SGBD et son environnement de travail SQL*Plus d Oracle) Ecriture des requêtes SQL simples sur une BD préétablie HR d Oracle) Partie

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Mysql. Les requêtes préparées Prepared statements

Mysql. Les requêtes préparées Prepared statements Mysql Les requêtes préparées Prepared statements Introduction Les prepared statements côté serveur sont une des nouvelles fonctionnalités les plus intéressantes de MySQL 4.1 (récemment sorti en production

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

PHP /MySQL Interface d'accès aux BDDs PDO. Youssef CHAHIR

PHP /MySQL Interface d'accès aux BDDs PDO. Youssef CHAHIR PHP /MySQL Interface d'accès aux BDDs PDO Youssef CHAHIR 1 PLAN Architecture Interface phpmyadmin Créer une interface PHP/MySQL : Établir une connexion Exécuter une requête Gérer les erreurs Exploiter

Plus en détail

Supervision et infrastructure - Accès aux bases de données. Document FAQ. Page: 1 / 13 Dernière mise à jour: 17/03/15 20:19

Supervision et infrastructure - Accès aux bases de données. Document FAQ. Page: 1 / 13 Dernière mise à jour: 17/03/15 20:19 Document FAQ Supervision et infrastructure - Accès aux EXP Page: 1 / 13 Table des matières Introduction... 3 DB2... 4 I.Ports... 4... 4 HANA... 5 I.Ports... 5... 5 SAP MaxDB... 6 I.Ports... 6... 6 MS SQL...

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Rapport de Cryptographie

Rapport de Cryptographie Cryptographie [MIF30] / Année 2008-2009 Rapport de Cryptographie Les Injections SQL Sylvie Tixier & François-Xavier Charlet Page 1 20/05/2009 Sommaire Introduction...3 Définition d une injection SQL...3

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB Oracle XML DB Oracle XML DB Depuis la version 9i et de façon enrichie dans la version 10g, Oracle propose des outils pour gérer des documents XML Depuis la 10g il n'y a plus d'extraction car auparavant

Plus en détail

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données II Objets avancés dans les bases de données OBJECTIFS 2.1. NOTIONS 2.1.1.

Plus en détail

TP5. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 : " Systèmes d'information et Aide à la décision " Présenté par : Samia ARIBA & Mathieu BRUNOT

TP5. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 :  Systèmes d'information et Aide à la décision  Présenté par : Samia ARIBA & Mathieu BRUNOT Institut Supérieur d'informatique de Modélisation et de leurs Applications 24, Avenue des Landais BP 10 125 63 173 AUBIERE cedex. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 : " Systèmes d'information

Plus en détail

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications.

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications. Création d'une nouvelle base de données A. Vue d'ensemble 1. Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus complet de création d'une nouvelle base de données pour

Plus en détail

Licence Professionnelle Développeur Web Programmation Orientée Objets Gestion de comptes en banque (Philippe.Genoud@imag.fr)

Licence Professionnelle Développeur Web Programmation Orientée Objets Gestion de comptes en banque (Philippe.Genoud@imag.fr) Grenoble 1 IMA Informatique & Mathématiques Appliquées UNIVERSITE JOSEPH FOURIER Sciences, Technologie, Médecine Licence Professionnelle Développeur Web Programmation Orientée Objets Gestion de comptes

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f

Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f PGDay Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f Réplication Réplications, disponibilités, durabilités Evolution dans la base de données : Postgres 8.2 : warm standby Postgres 9.0 : hot

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées. UTILISATEURS (suite)

420-PK6-SL Banques de données Avancées. UTILISATEURS (suite) 420-PK6-SL Banques de données Avancées Gestion des UTILISATEURS (suite) RÉCAPITULATIF Un UTILISATEUR ORACLE est donc une combinaison de deux concepts usuels des banques de données. Un objet de contrôle

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail