Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications"

Transcription

1 Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications P.-A. Sunier, HEG-Arc Neuchâtel avec le concours de J. Greub Rubrique : Publications Informatique Base de données Oracle 6 novembre Problématique Solution Oracle Cadre du cas pratique Problème du cas pratique Mise en place du contexte Pool de sessions Gestion des droits Mise en place des prédicats de restriction Signature des fonctions de prédicats Création des fonctions de prédicat Déclaration des prédicats Mise en place des fonctions d authentification et d autorisation Authentification Autorisation Problématique En certaines circonstances, il peut être nécessaire de restreindre l accès aux tuples d une ou plusieurs tables en fonction de critères tels que le rôle d un utilisateur, ses privilèges ou encore la nature des données ; de manière classique, il s agit de mettre ces restrictions sous forme de clauses WHERE sur chaque utilisation de tables ou de créer des vues spécifiques. 2 Solution Oracle Oracle fournit une solution de restriction dynamique de l accès aux tuples à l aide de deux mécanismes à utiliser conjointement : des prédicats, sous forme de fonctions PL/SQL rendant des clauses WHERE, à ajouter aux tables ; si un prédicat existe, toute manipulation de la table se fera impérativement en respectant la clause WHERE du prédicat. des informations de contexte, sous forme de couples nom : valeur ; ces informations de contexte, définies à l ouverture d une session ou en cours de session, peuvent être interrogées par chaque fonction PL/SQL de prédicat pour que la restriction soit dynamique. Pour la restriction d accès aux tuples, Oracle a parlé de Fine Grained Access Control, puis de Row Level Security (RLS) et maintenant de Virtual Private Database (VPD). La librairie qui gère ces restrictions d accès est DBMS_RLS. Le concept de contexte est géré par la libraire DBMS_SESSION et plus particulièrement la procédure SET_CONTEXT. Article - 1/10- Novembre 2009

2 3 Cadre du cas pratique Une des manières de gérer les utilisateurs d une application est de mettre en place une structure de données pour piloter le traitement de l identification et des autorisations. Une structure proche du modèle de données cidessous est utilisée couramment dans le cadre des environnements de développement d applications Oracle. Figure 1 Modèle de sécurité L entité SEC_GROUPE correspond aux différents rôles, ou responsabilités, au sein de l organisation {COMPTABILITE, VENTE, SAV } L entité SEC_AUTORISATION correspond aux éléments de l application dont il s agit de restreindre l accès {Ajout d un client, Encaissement d une facture, Modification des prix produits } Un groupe, ou rôle, peut avoir accès à plusieurs autorisations. Un utilisateur peut faire partie de plusieurs groupes (avoir plusieurs rôles) et donc hériter des autorisations de chacun des groupes. [Pour plus de détails sur la gestion temporelle des utilisateurs, veuillez vous référer à notre article : 4 Problème du cas pratique Nous avons défini que les utilisateurs sont classés en 3 catégories : En finalité: Les développeurs qui peuvent gérer les groupes, les autorisations et les utilisateurs. Les super utilisateurs qui peuvent gérer les utilisateurs sauf eux-mêmes et les développeurs. Les utilisateurs qui peuvent se connecter mais n ont aucun droit de gestion. Les développeurs ne doivent avoir aucune restriction. Les super utilisateurs ne doivent pas pouvoir se gérer et gérer les développeurs ; de plus, ils ne doivent pas voir les groupes ou rôles ADMIN_DVLP et ADMIN_UTIL, respectivement d administration des développeurs et d administration des utilisateurs. Les utilisateurs ne doivent rien voir de la gestion de la sécurité; ils doivent seulement pouvoir être identifiés et autorisés à utiliser certains éléments de l application autres que la sécurité. Article - 2/10- Novembre 2009

3 5 Mise en place du contexte La restriction d utilisation des tables SEC_UTILISATION et SEC_GROUPES dépendant du contexte d utilisation, nous commençons par mettre en place les éléments qui permettront justement de connaitre le contexte lors de l exécution des requêtes. 1. Assurez-vous que vous ayez les droits d exécuter le paquetage DBMS_SESSION. 2. Déclarez un espace de nommage pour votre environnement de contexte. grant execute dbms_session to public [ou votre schéma] create or replace context sec USING securite; Figure 2 Espace de nommage de contexte et son paquetage associé 3. Créez le paquetage qui contiendra, vos informations de contexte ; dans notre cas, le paquetage SECURITE pour l espace de nommage sec. PROCEDURE fixe_contexte (p_util in VARCHAR2) AS -- suppression de tous les prédicats RLS dbms_session.set_context('sec','autorisation','tout'); -- Mise en place progressive des prédicats depuis les plus permissifs -- jusqu'aux plus restrictifs IF groupe( p_util, 'ADMIN_DVLP') THEN dbms_session.set_context('sec','autorisation','admin_dvlp'); IF groupe( p_util, 'ADMIN_UTIL') THEN dbms_session.set_context('sec','autorisation','admin_util'); dbms_session.set_context('sec','autorisation','rien'); FUNCTION groupe( p_util in varchar2,p_groupe in varchar2) RETURN BOOLEAN AS vl_compte integer; vl_contexte Varchar2(2000); select count(*) into vl_compte from sec_utilisateur u,sec_util_grpe ug,sec_groupe g where (UPPER(u.ident) = UPPER(p_util)) and ((u.date_fin is null) or (u.date_fin >= trunc(sysdate))) and (ug.util_numero = u.numero) and (ug.date_debut <= trunc(sysdate)) and ((ug.date_fin is null) or (ug.date_fin >= trunc(sysdate))) and (ug.grpe_numero = g.numero) and (g.code = p_groupe); return vl_compte = 1; Figure 3 Procédure FIXE_CONTEXTE du paquetage SECURITE Article - 3/10- Novembre 2009

4 Dans le paquetage SECURITE, nous avons créé la procédure FIXE_CONTEXTE; elle reçoit en paramètre le nom de l utilisateur 1. Cette procédure permet de définir les éléments de contexte qui nous sont utiles. Pour indiquer les éléments de contexte au SGBD, nous utilisons la procédure dbms_session.set_context(espacenommage,elemcontexte, valeurcontexte). set_context reçoit en paramètre l espace de nommage, un élément de contexte et une valeur pour cet élément de contexte. Pour notre besoin, nous n utilisons qu un seul élément de contexte que nous avons nommé autorisation. Nous avons aussi créé une fonction GROUPE ; elle reçoit en paramètre le nom de l utilisateur et le nom d un groupe ou rôle. Elle rend vrai si l utilisateur appartient au groupe. Cette fonction est interne au paquetage et sert à fixer le contexte dynamiquement. Nous avons retenu comme valeurs possibles pour l élément autorisation : RIEN, aucune autorisation TOUT, autorisation totale ADMIN_DVLP, autorisation pour les développeurs ADMIN_UTIL, autorisation de super utilisateur pour administrer les utilisateurs d application. Pour plus de détails sur le paquetage DBMS_SESSION, nous conseillons au lecteur de se référer à la documentation Oracle Pool de sessions Dans le cadre d applications multi-tiers et plus particulièrement de pages Web, souvent les cartouches spécialisées Oracle 2 des serveurs d application gèrent l accès au schéma contenant les paquetages PL/SQL au travers d un pool de connexion. Il est tout à fait courant qu une page Web 3 soit fournie par une session et que le traitement de sa soumission se fasse par une autre. Sachant que les informations de contexte sont propres à une session, il est absolument impératif que nous fixions celui-ci lors de chaque invocation de procédure PL/SQL que ce soit pour la demande d une page ou sa soumission. Si nous ne faisons pas cela, un utilisateur B peut «hériter» du contexte d un utilisateur A avec tous les risques de violation des mécanismes de sécurité. PROCEDURE fixe_contexte (p_util in VARCHAR2) AS -- suppression de tous les prédicats RLS dbms_session.set_context('sec','autorisation','tout'); Figure 4 Procédure FIXE_CONTEXTE du paquetage SECURITE La procédure FIXE_CONTEXTE va fixer le contexte en fonction de l appartenance de l utilisateur à l un ou l autre groupe. 1 Attribut IDENT de l entité SEC_UTILISATEUR 2 Par exemple mod_plsql 3 Fournie par du Web PL/SQL, APEX ou autre Article - 4/10- Novembre 2009

5 La première instruction de FIXE_CONTEXTE est de mettre la valeur TOUT à l élément de contexte autorisation. Cet élément de contexte détermine la restriction de lecture des tables SEC_UTILISATEUR et SEC_GROUPE ; la valeur TOUT rendra le prédicat toujours vrai et tous les enregistrements seront pris en compte. Si nous omettons cette instruction et que la valeur du contexte récupérée de la session est à RIEN pour un utilisateur lambda de l application, nous ne pourrions plus donner des droits de gestion aux développeurs ou super utilisateurs, à la limite, la connexion pourrait être impossible car la table SEC_UTILISATEURS serait vue comme vide. 5.2 Gestion des droits La procédure dbms_session.set_context(espacenommage,elemcontexte, valeurcontexte)ne peut être employée qu au sein du paquetage que nous avons associé à l espace de nommage par l instruction : create or replace context espacenommage USING paquetagedédié; Si vous utilisez cette procédure en dehors du paquetage, vous recevez l erreur ORA_01031 Figure 5 Erreur ORA Mise en place des prédicats de restriction Le contexte d utilisation étant en place, nous pouvons maintenant nous intéresser aux prédicats de restriction de manipulation des tables SEC_UTILISATEUR et SEC_GROUPE. Assurez-vous que vous ayez les droits d exécuter le paquetage DBMS_RLS. grant execute dbms_rls to public [ou votre schéma] Figure 6 Droits d exécution du paquetage DBMS_RLS Pour plus de détails sur le paquetage DBMS_SESSION, nous conseillons au lecteur de se référer à la documentation Oracle Signature des fonctions de prédicats Les prédicats se définissent sous forme de fonctions. Les paramètres des fonctions de prédicat (owner in VARCHAR2,object_name in VARCHAR2) sont imposés par le paquetage DBMS_RLS ; les fonctions doivent retourner une chaîne de caractère qui sera intégrée dans une requête. Cette chaine de retour devra rendre vrai ou faux pour chaque tuple lors de l exécution de la requête. Article - 5/10- Novembre 2009

6 FUNCTION mafonctionpredicat( owner in VARCHAR2,object_name in VARCHAR2) RETURN Varchar2 AS vl_predicat varchar2(1000) := ''; IF sys_context(espacenommage, elemcontexte) = valeurcontexte THEN vl_predicat := '1<>1'; RETURN vl_predicat ; END ; Figure 7 Signature des fonctions de prédicat La fonction sys_context va rechercher, pour un espace de nommage, la valeur d un élément fixé pour la session courante. 6.2 Création des fonctions de prédicat Toujours dans le paquetage SECURITE 4 nous avons créé deux fonctions qui vont servir de prédicat. La première fonction PREDICAT_GROUPE va restreindre l accès à la table des groupes ou rôles en fonction du contexte. FUNCTION predicat_groupe( owner in VARCHAR2,object_name in VARCHAR2) RETURN Varchar2 AS vl_predicat varchar2(1000) := ''; vl_predicat := '1=1'; IF sys_context('sec','autorisation') = 'RIEN' THEN vl_predicat := '1<>1'; IF (sys_context('sec','autorisation') = 'TOUT') OR (sys_context('sec','autorisation') = 'ADMIN_DVLP') OR (sys_context('sec','autorisation') IS NULL ) THEN vl_predicat := '1=1'; IF sys_context('sec','autorisation') = 'ADMIN_UTIL' THEN vl_predicat := '(code <> ''ADMIN_DVLP'') AND (code <> ''ADMIN_UTIL'')'; RETURN vl_predicat; Figure 8 Restriction sur la table SEC_GROUPE Pour un rappel de l incidence des valeurs de l élément autorisation, veuillez vous référer au chapitre 5. 4 Ces fonctions peuvent être dans n importe quel paquetage ; nous les avons mises dans le paquetage SECURITE pour simplifier le déploiement de la gestion de la sécurité. Article - 6/10- Novembre 2009

7 La deuxième fonction PREDICAT_UTILISATEUR va restreindre l accès à la table des utilisateurs en fonction du contexte. FUNCTION predicat_utilisateur( owner in VARCHAR2,object_name in VARCHAR2) RETURN Varchar2 AS vl_predicat varchar2(1000) := ''; vl_predicat := '1=1'; IF sys_context('sec','autorisation') = 'RIEN' THEN vl_predicat := '1<>1'; IF (sys_context('sec','autorisation') = 'TOUT') OR (sys_context('sec','autorisation') = 'ADMIN_DVLP') OR (sys_context('sec','autorisation') IS NULL ) THEN vl_predicat := '1=1'; IF sys_context('sec','autorisation') = 'ADMIN_UTIL' THEN vl_predicat := 'NUMERO NOT IN (SELECT UTIL_NUMERO FROM SEC_UTIL_GRPE WHERE GRPE_NUMERO NOT IN (SELECT NUMERO FROM SEC_GROUPE))'; RETURN vl_predicat; Figure 9 Restriction sur la table SEC_UTILISATEUR Remarques: Pour la valeur de contexte ADMIN_UTIL, nous excluons les utilisateurs qui ont un lien sur la table des groupes qui n est plus atteignable du fait que les tuples ADMIN_DVLP et ADMIN_UTIL sont absents. Le test (sys_context('sec','autorisation') IS NULL ) correspoond au cas où aucun contexte n est fixé, par exemple, si l on interroge la table depuis SQL*Plus. Article - 7/10- Novembre 2009

8 6.3 Déclaration des prédicats Les fonctions de prédicats étant créées, il nous faut maintenant les déclarer en tant que prédicats pour que le SGBD les intègre lors des prochaines requêtes. Pour ce faire, vous disposez de la procédure dbms_rls.add_policy que vous exécutez pour chacune de vos fonctions de prédicat. dbms_rls.drop_policy(object_schema => 'suniera_03', object_name => 'SEC_GROUPE', policy_name => 'mapolitique'); dbms_rls.add_policy( object_schema => 'suniera_03', object_name => 'SEC_GROUPE', policy_name => 'mapolitique', function_schema => 'suniera_03', policy_function => 'securite.predicat_groupe', statement_types => 'select', update_check => TRUE, enable => TRUE, static_policy => FALSE); Figure 10 Déclaration du prédicat sur la table SEC_GROUPE Remarques: La procédure dbms_rls.drop_policy nous permet de supprimer un prédicat existant et de le recréer ensuite en modifiant ses paramètres. Les valeurs possibles de statement_types sont : INDEX, SELECT, INSERT, UPDATE et DELETE. Article - 8/10- Novembre 2009

9 7 Mise en place des fonctions d authentification et d autorisation Il nous reste à mettre en place maintenant, les fonctions d authentification et d autorisation d utilisation des éléments applicatifs. Nous les mettrons en place au sein du paquetage SECURITE. 7.1 Authentification Pour l authentification, nous avons développé la fonction AUTHENTIFIE ci-dessous. Elle reçoit en paramètre, le nom de l utilisateur et le mot de passe ; elle rend vrai ou faux selon que l utilisateur existe dans la table SEC_UTILISATEUR ou pas. La seule chose importante à noter est la suppression de tous les prédicats éventuellement existants au cas où la session n est pas nouvelle mais reprise d un pool de sessions [Voir chapitre 5.1]. Function authentifie( p_username in varchar2,p_password in varchar2) RETURN BOOLEAN AS vl_compte integer; -- suppression de tous les prédicats RLS -- les prédicats seront mis en place (après validation de l'utilisateur -- c'est-à-dire directement après cette fonction d'ahthentification dbms_session.set_context('sec','autorisation','tout'); select count(*) into vl_compte from sec_utilisateur where (UPPER(ident) = UPPER(p_username)) and (mot_passe = p_password) and ((date_fin is null) or (date_fin >= trunc(sysdate))); return vl_compte = 1; Figure 11 Procédure d authentification Remarques: Cette fonction sera affinée pour permettre de faire l impasse sur le mot de passe si, par exemple, une connexion LDAP est reprise. Le traitement de la date de fin est liée à notre choix de gestion temporelle des utilisateurs [Voir chapitre 3]. Article - 9/10- Novembre 2009

10 7.2 Autorisation Pour l autorisation, nous avons développé la fonction AUTORISE ci-dessous. Elle reçoit en paramètre, le nom de l utilisateur et le code d une autorisation ; elle rend vrai ou faux selon que l utilisateur dispose de cette autorisation ou pas. La seule chose importante à noter est le traitement du contexte. En effet l utilisateur connecté n a peut-être pas le droit de manipuler tout ou partie des tuples des tables restreintes. Toutefois, il est impératif pour la procédure de voir ces tuples pour déterminer les autorisations de l utilisateur connecté ; par exemple, lorsque le super utilisateur est connecté, il ne sera plus dans la liste des utilisateurs! Dès lors, aucune autorisation ne pourrait lui être octroyée. Pour résoudre ce dilemme, nous procédons en 4 étapes : 1. Enregistrement de la valeur de restriction existante au sein de la session lors de l appel. 2. Suppression de toutes les restrictions. 3. Traitement de la demande d autorisation. 4. Remise de la valeur de restriction initiale. Function autorise( p_util in varchar2,p_autorisation in varchar2) RETURN BOOLEAN AS vl_compte integer; vl_contexte Varchar2(2000); -- mémorisation du contexte mis en place lors de la connexion vl_contexte := sys_context('sec','autorisation'); -- suppression de tous les prédicats RLS dbms_session.set_context('sec','autorisation','tout'); select count(*) into vl_compte from sec_utilisateur u,sec_util_grpe ug,sec_auto_grpe ag,sec_autorisation a where (UPPER(u.ident) = UPPER(p_util)) and ((u.date_fin is null) or (u.date_fin >= trunc(sysdate))) and (ug.util_numero = u.numero) and (ug.date_debut <= trunc(sysdate)) and ((ug.date_fin is null) or (ug.date_fin >= trunc(sysdate))) and (ug.grpe_numero = ag.grpe_numero) and (a.numero = ag.auto_numero) and (a.code = p_autorisation); -- remise du contexte initial dbms_session.set_context('sec','autorisation',vl_contexte); return vl_compte >= 1; Figure 12 Procédure d autorisation Remarque: Le traitement relativement conséquent des dates est lié à notre choix de gestion temporelle des utilisateurs et de leurs appartenances aux groupes [Voir chapitre 3]. - Article 10/10- Novembre 2009

Projet MUTUALISE SageX 24082

Projet MUTUALISE SageX 24082 Projet MUTUALISE SageX 24082 1a. Identification & autorisation Documentation Créé par P.-A. Sunier, le 30 mars 2010 Modifié par P.-A. Sunier, le 21 octobre 2010 Table des matières 1 Préambule... 3 2 Modèle

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Designer et l ingénierie du logiciel Les APIs de tables pour garantir l intégrité des données

Designer et l ingénierie du logiciel Les APIs de tables pour garantir l intégrité des données Designer et l ingénierie du logiciel Les APIs de tables pour garantir l intégrité des données P.-A. Sunier, ISNet Neuchâtel avec le concours de C. Kohler et P. Ferrara 1 Introduction... 1 2 Le concept...

Plus en détail

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Projet MVC-CD Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Créé par S. Berberat, le 23 octobre.2014 Modifié par S. Berberat, le 29 octobre 2014 Page

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL Qu est ce qu une base de données? Introduction Une base de données est un ensemble d au moins un tableau contenant des données. Exemple : une base

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX

Plus en détail

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc TD BD dynamique Un déclencheur est utilisé pour complémenter les contraintes d'intégrité de la base. Une partie des contraintes ne peut souvent pas être définie avec les fonctionnalités décrites jusqu'ici.

Plus en détail

Stéphane Bortzmeyer

Stéphane Bortzmeyer <stephane+blog@bortzmeyer.org> De l intérêt des règles d intégrité dans un SGBD Stéphane Bortzmeyer Première rédaction de cet article le 17 janvier 2008 Il semble que l utilisation des règles d intégrité

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

Olivier Mondet http://unidentified-one.net

Olivier Mondet http://unidentified-one.net T-GSI Ch.4 Le Langage SQL LDD, LCD Cet exercice guidé reprend le plan suivis lors de l intervention de formation faite pour l académie de Versailles. L objectif principal visait en la présentation du langage

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application).

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application). SQL Ch 10 DCL Utilisateurs, privilèges, rôles I. INTRODUCTION... 1 II. LES UTILISATEURS ( «USERS»)... 1 A. CREER UN UTILISATEUR : USER... 1 B. MODIFIER UN UTILISATEUR : ALTER USER... 2 C. SUPPRIMER UN

Plus en détail

BD50. Gestion des courses

BD50. Gestion des courses Département Génie Informatique BD50 TP7 : Développement avec le module PL/SQL de 9iAS et DBMS_EPG d'oracle 10G Gestion des courses Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Mai 2007 Présentation

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL.

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL. Base de données Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 4 J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont),

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL Il permet : - l'utilisation d'un sous-ensemble du langage SQL, - la mise en œuvre de structures procédurales, - la gestion des erreurs. L'une des plus importantes

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Ce projet comporte trois parties sur les thèmes suivants : création de base de donnée, requêtes SQL, mise en œuvre

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

TP1 - Corrigé. Manipulations de données

TP1 - Corrigé. Manipulations de données TP1 - Corrigé Manipulations de données 1. Démarrez mysql comme suit : bash$ mysql -h 127.0.0.1 -u user4 -D db_4 p Remarque: le mot de passe est le nom de user. Ici user4 2. Afficher la liste des bases

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties.

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties. Base de données Avancée (BDA) 2012/2013, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Thème : Implémentation d une BD Répartie : Liens, vue matérialisé, snapshot, intégrité révérencielle et déclencheur

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR 06. Fiche de TD VBA

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR 06. Fiche de TD VBA 1 / 13 Fiche de TD VBA L objectif de cette fiche est de faire un rappel (voire une présentation rapide) du langage de programmation VBA et de son usage sur des documents Excel et Access. Pour rappel, VBA

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Designer et l ingénierie du logiciel L intégration d images dans les applications Web PL/SQL - Concepts

Designer et l ingénierie du logiciel L intégration d images dans les applications Web PL/SQL - Concepts Designer et l ingénierie du logiciel L intégration d images dans les applications Web PL/SQL - Concepts P.-A. Sunier, Haute Ecole Arc, Neuchâtel, avec le concours de P. Ferrara 1 Introduction... 1 2 Contexte

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 6 : JDBC : ou comment lier ORACLE avec Java 1ère partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Introduction 2 les étapes de la connexion

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 NFA 008 Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 1 NoSQL, c'est à dire? Les bases de données NoSQL restent des bases de données mais on met l'accent sur L'aspect NON-relationnel L'architecture distribuée

Plus en détail

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc.

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc. Introduction Utilisation de PL/SQL : Procedural Language : langage de développement pour Oracle PL/SQL est un langage hôte, ce qui signifie qu'il peut accueillir des ordres SQL, il est proche du Pascal

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Gestion des droits d accès. Quelques exemples de vulnérabilité

Gestion des droits d accès. Quelques exemples de vulnérabilité Gestion des droits d accès 1 Les menaces 2 Menaces Modèles de contrôle d accès Contrôle d accès dans SQL Chiffrement de bases de données Contrôle de l usage des bases de données Omniprésence des bases

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Baccalauréat technologique. spécialité gestion des systèmes d information SESSION 2009. Éléments de correction et barème

Baccalauréat technologique. spécialité gestion des systèmes d information SESSION 2009. Éléments de correction et barème Baccalauréat technologique spécialité gestion des systèmes d information SESSION 2009 Épreuve de spécialité Partie écrite Éléments de correction et barème Liste des dossiers Barème Dossier 1 : L'organisation

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique.

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique. GBD-030 Oracle Prise en main Saint-Denis à 9h30 5 jours Objectifs : Une formation Oracle complète pour découvrir tous les concepts du système et les différentes façons de les utiliser concrètement tout

Plus en détail

Définition de contraintes. c Olivier Caron

Définition de contraintes. c Olivier Caron Définition de contraintes 1 Normalisation SQL-92 Les types de contraintes 1 Les types de contraintes Normalisation SQL-92 Les contraintes de domaine définissent les valeurs prises par un attribut. 1 Les

Plus en détail

Tutoriel de création d une application APEX

Tutoriel de création d une application APEX Tutoriel de création d une application APEX 1 - Objectif On souhaite créer une application APEX destinée à gérer des dépenses et recettes. Ces dépenses et recettes seront classées par catégories. A partir

Plus en détail

Administration des bases de données

Administration des bases de données Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données III Protection des données : contrôles d accès OBJECTIFS 3.1. NOTIONS 3.1.1.

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Ce guide de formation a pour but de vous permettre d'acquérir une bonne connaissance du

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées LES VUES

420-PK6-SL Banques de données Avancées LES VUES 420-PK6-SL Banques de données Avancées LES VUES CAS D'UTILISATION Prenons en exemple cette requête complexe : SELECT a.tablespace_name, a.contents, a.extent_management, a.allocation_type, a.segment_space_management,

Plus en détail

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1)

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) Multitenant : Créer et Configurer une Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) L'option multitenant introduite avec Oracle Database 12c permet à un seul conteneur database (CDB)

Plus en détail

Mysql. Les requêtes préparées Prepared statements

Mysql. Les requêtes préparées Prepared statements Mysql Les requêtes préparées Prepared statements Introduction Les prepared statements côté serveur sont une des nouvelles fonctionnalités les plus intéressantes de MySQL 4.1 (récemment sorti en production

Plus en détail

Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et couches d accès aux bases de données

Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et couches d accès aux bases de données Module FMIN358 Technologies du Web : PHP objet et couches d accès aux bases de données 1. Exploiter une couche métier objet PHP prend en charge certains des grands principes du paradigme objet (héritage,

Plus en détail

Bases de données 2I009 Examen du 15 Mai 2015 Durée : 2 heures CORRIGÉ Documents autorisés

Bases de données 2I009 Examen du 15 Mai 2015 Durée : 2 heures CORRIGÉ Documents autorisés Examen BD 2I009 15 Mai 2015 Votre numéro d anonymat : Université Pierre et Marie Curie Bases de données 2I009 Examen du 15 Mai 2015 Durée : 2 heures CORRIGÉ Documents autorisés Les téléphones mobiles doivent

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL 1. Description SQL est un acronyme pour Structured Query Language qui a été conçu par IBM, et a succédé au langage SEQUEL. C est maintenant le langage le plus utilisé dans les

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise OpenPaaS Le réseau social d'entreprise Spécification des API datastore SP L2.3.1 Diffusion : Institut MinesTélécom, Télécom SudParis 1 / 12 1OpenPaaS DataBase API : ODBAPI...3 1.1Comparaison des concepts...3

Plus en détail

Bypass et filtre sur les requêtes destinées à la servlet W4

Bypass et filtre sur les requêtes destinées à la servlet W4 Note technique W4 Engine Bypass et filtre sur les requêtes destinées à la servlet W4 Cette note technique décrit le filtre de contrôle du bypass de la servlet W4. Versions de W4 Engine concernées : 5.0

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

Interface Java Oracle : JDBC

Interface Java Oracle : JDBC Interface Java Oracle : JDBC Christine Bonnet Sommaire Démarche globale JDBC --- 6 Accès s en consultation --- 9 Accès s en modification --- 13 Ordres dynamiques --- 19 Procédures stockées --- 24 I-2 Christine

Plus en détail

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC*

Révisions sur les Bases de données. Lycée Thiers - PC/PC* Bases de données Architecture clients-serveur Architecture trois tiers Vocabulaire des BDD Algèbre relationnelle Création/modification d une table Commandes SQL de manipulation de tables Définition formelle

Plus en détail

Cours 2 : SQL Structured Query Language

Cours 2 : SQL Structured Query Language Cours 2 : SQL Structured Query Language SQL Langage permettant de définir, manipuler et contrôler les données d une BD relationnelle Objet d une norme de l Institut National Américain de Normalisation

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite 420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL la suite ENTRÉES AU CLAVIER Pour quérir une valeur au clavier lors de l'exécution d'une fonction SqlPlusfournis l'opérateur «&». PL/SQL n'a pas de mécanisme

Plus en détail

AUTOMATISER SES TÂCHES AVEC LES MACROS

AUTOMATISER SES TÂCHES AVEC LES MACROS AUTOMATISER SES TÂCHES AVEC LES MACROS U ne macro est un ensemble de commandes qui s exécute autant de fois que nécessaire simplement en les appelant par son nom. Les macros permettent d automatiser les

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Programmation Web. Sites dynamiques et bases de données. Mathieu Lacroix. I.U.T. de Villetaneuse. Année 2015-2016

Programmation Web. Sites dynamiques et bases de données. Mathieu Lacroix. I.U.T. de Villetaneuse. Année 2015-2016 Programmation Web Sites dynamiques et bases de données Mathieu Lacroix I.U.T. de Villetaneuse Année 2015-2016 E-mail : mathieu.lacroix@iutv.univ-paris13.fr Page Web : http: // www-lipn. univ-paris13. fr/

Plus en détail

Bases de données et Systèmes transactionnels

Bases de données et Systèmes transactionnels Bases de données et Systèmes transactionnels Dominique Laurent dominique.laurent@u-cergy.fr Tao-Yan Jen jen@u-cergy.fr Plan du cours Introduction Modèle Entité/Association Langage SQL - ORACLE Architectures

Plus en détail

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Généralités 1/44 2/44 Anne-Cécile Caron Présentation Programming Language with SQL Langage de programmation procédural ADA like Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Adapté à la manipulation

Plus en détail