Génie Logiciel avec Ada. 4 février 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Génie Logiciel avec Ada. 4 février 2013"

Transcription

1 Génie Logiciel 4 février 2013

2 Plan I. Généralités II. Structures linéaires III. Exceptions IV. Structures arborescentes V. Dictionnaires

3 I. Principes II. Notions propres à la POO I. Principes Chapitre I Généralités III. Conception de l objet II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet

4 I. Principes II. Notions propres à la POO I. Principes Chapitre I Généralités III. Conception de l objet II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet

5 I. Principes II. Notions propres à la POO I. Principes Chapitre I Généralités III. Conception de l objet II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet

6 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation structurée est basée sur une décomposition en actions. La programmation orientée objet travaille avec une décomposition en objet. Les instructions élémentaires sont les mêmes, mais leur regroupement est différent.

7 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation structurée est basée sur une décomposition en actions. La programmation orientée objet travaille avec une décomposition en objet. Les instructions élémentaires sont les mêmes, mais leur regroupement est différent.

8 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation structurée est basée sur une décomposition en actions. La programmation orientée objet travaille avec une décomposition en objet. Les instructions élémentaires sont les mêmes, mais leur regroupement est différent.

9 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet On trouve dans l approche objet trois principes fondamentaux : l encapsulation : un objet regroupe à la fois ses attributs et ses opérations associées, l indépendance temporelle : le comportement d un objet est indépendant du contexte dans lequel il est appelé, l indépendance spatiale : les informations relatives à une même entité sont physiquement dans le même module.

10 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet On trouve dans l approche objet trois principes fondamentaux : l encapsulation : un objet regroupe à la fois ses attributs et ses opérations associées, l indépendance temporelle : le comportement d un objet est indépendant du contexte dans lequel il est appelé, l indépendance spatiale : les informations relatives à une même entité sont physiquement dans le même module.

11 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet On trouve dans l approche objet trois principes fondamentaux : l encapsulation : un objet regroupe à la fois ses attributs et ses opérations associées, l indépendance temporelle : le comportement d un objet est indépendant du contexte dans lequel il est appelé, l indépendance spatiale : les informations relatives à une même entité sont physiquement dans le même module.

12 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation orientée objet apporte de nouvelles notions : notion de classe : une classe regroupe des objets ayant des propriétés et comportements communs (factorisation des propriétés) en Ada package, notion d héritage : une sous-classe est définie à partir d une classe avec des propriétés supplémentaires; la sous-classe hérite des propriétés et des opérations de la classe parente, notion de polymorphisme notion de liaison dynamique : capacité à associer le service surchargé correct en fonction de la référence de la classe, notion de généricité : pour décrire des données et des opérations indépendantes d éléments de la classe.

13 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation orientée objet apporte de nouvelles notions : notion de classe : une classe regroupe des objets ayant des propriétés et comportements communs (factorisation des propriétés) en Ada package, notion d héritage : une sous-classe est définie à partir d une classe avec des propriétés supplémentaires; la sous-classe hérite des propriétés et des opérations de la classe parente, notion de polymorphisme notion de liaison dynamique : capacité à associer le service surchargé correct en fonction de la référence de la classe, notion de généricité : pour décrire des données et des opérations indépendantes d éléments de la classe.

14 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation orientée objet apporte de nouvelles notions : notion de classe : une classe regroupe des objets ayant des propriétés et comportements communs (factorisation des propriétés) en Ada package, notion d héritage : une sous-classe est définie à partir d une classe avec des propriétés supplémentaires; la sous-classe hérite des propriétés et des opérations de la classe parente, notion de polymorphisme notion de liaison dynamique : capacité à associer le service surchargé correct en fonction de la référence de la classe, notion de généricité : pour décrire des données et des opérations indépendantes d éléments de la classe.

15 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation orientée objet apporte de nouvelles notions : notion de classe : une classe regroupe des objets ayant des propriétés et comportements communs (factorisation des propriétés) en Ada package, notion d héritage : une sous-classe est définie à partir d une classe avec des propriétés supplémentaires; la sous-classe hérite des propriétés et des opérations de la classe parente, notion de polymorphisme notion de liaison dynamique : capacité à associer le service surchargé correct en fonction de la référence de la classe, notion de généricité : pour décrire des données et des opérations indépendantes d éléments de la classe.

16 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet La programmation orientée objet apporte de nouvelles notions : notion de classe : une classe regroupe des objets ayant des propriétés et comportements communs (factorisation des propriétés) en Ada package, notion d héritage : une sous-classe est définie à partir d une classe avec des propriétés supplémentaires; la sous-classe hérite des propriétés et des opérations de la classe parente, notion de polymorphisme notion de liaison dynamique : capacité à associer le service surchargé correct en fonction de la référence de la classe, notion de généricité : pour décrire des données et des opérations indépendantes d éléments de la classe.

17 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet on peut voir trois aspects du polymorphisme : il permet des fonctions de même but, donc de même nom mais dans des classes différentes; par exemple afficher; on parle aussi de surcharge, les fonctions se différencient alors par leurs paramètres (nombre et type) il permet aussi de définir une fonctionnalité sans préciser le type des paramètres; par exemple trier; on parle de généricité, il permet d utiliser une fonctionnalité écrite pour un type sur ses sous-types.

18 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet on peut voir trois aspects du polymorphisme : il permet des fonctions de même but, donc de même nom mais dans des classes différentes; par exemple afficher; on parle aussi de surcharge, les fonctions se différencient alors par leurs paramètres (nombre et type) il permet aussi de définir une fonctionnalité sans préciser le type des paramètres; par exemple trier; on parle de généricité, il permet d utiliser une fonctionnalité écrite pour un type sur ses sous-types.

19 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet on peut voir trois aspects du polymorphisme : il permet des fonctions de même but, donc de même nom mais dans des classes différentes; par exemple afficher; on parle aussi de surcharge, les fonctions se différencient alors par leurs paramètres (nombre et type) il permet aussi de définir une fonctionnalité sans préciser le type des paramètres; par exemple trier; on parle de généricité, il permet d utiliser une fonctionnalité écrite pour un type sur ses sous-types.

20 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet conception de l objet On doit tout d abord établir le plus précisément ce que l on veut faire : c est la phase de spécification. spécifier = construire un modèle abstrait du réel et décrire ce modèle en vue d assurer l adéquation entre produit et utilisation requise du produit. pour représenter le réel on utilise une structure de données structure de données = modèle qui décrit le comportement d un ensemble d informations muni de ses propriétés. Une structure de données peut être vue de l extérieur (valeurs + opérations) et de l intérieur (réalisation concrète).

21 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet conception de l objet On doit tout d abord établir le plus précisément ce que l on veut faire : c est la phase de spécification. spécifier = construire un modèle abstrait du réel et décrire ce modèle en vue d assurer l adéquation entre produit et utilisation requise du produit. pour représenter le réel on utilise une structure de données structure de données = modèle qui décrit le comportement d un ensemble d informations muni de ses propriétés. Une structure de données peut être vue de l extérieur (valeurs + opérations) et de l intérieur (réalisation concrète).

22 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet conception de l objet On doit tout d abord établir le plus précisément ce que l on veut faire : c est la phase de spécification. spécifier = construire un modèle abstrait du réel et décrire ce modèle en vue d assurer l adéquation entre produit et utilisation requise du produit. pour représenter le réel on utilise une structure de données structure de données = modèle qui décrit le comportement d un ensemble d informations muni de ses propriétés. Une structure de données peut être vue de l extérieur (valeurs + opérations) et de l intérieur (réalisation concrète).

23 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet conception de l objet On doit tout d abord établir le plus précisément ce que l on veut faire : c est la phase de spécification. spécifier = construire un modèle abstrait du réel et décrire ce modèle en vue d assurer l adéquation entre produit et utilisation requise du produit. pour représenter le réel on utilise une structure de données structure de données = modèle qui décrit le comportement d un ensemble d informations muni de ses propriétés. Une structure de données peut être vue de l extérieur (valeurs + opérations) et de l intérieur (réalisation concrète).

24 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet étapes spécification fonctionnelle (ou abstraite) : on fait la liste des opérations (avec leurs définitions et restrictions) qui agiront sur les données. C est le document de référence de l utilisateur, spécification opérationnelle : elle consiste en deux étapes description logique : c est l interface entre les deux vues interne et externe; on organise la structure de données en utilisant des structures informatiques classiques (par exemple des tableaux), représentation physique : c est l implémentation complète faite dans un langage de programmation fixé.

25 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet étapes spécification fonctionnelle (ou abstraite) : on fait la liste des opérations (avec leurs définitions et restrictions) qui agiront sur les données. C est le document de référence de l utilisateur, spécification opérationnelle : elle consiste en deux étapes description logique : c est l interface entre les deux vues interne et externe; on organise la structure de données en utilisant des structures informatiques classiques (par exemple des tableaux), représentation physique : c est l implémentation complète faite dans un langage de programmation fixé.

26 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet étapes spécification fonctionnelle (ou abstraite) : on fait la liste des opérations (avec leurs définitions et restrictions) qui agiront sur les données. C est le document de référence de l utilisateur, spécification opérationnelle : elle consiste en deux étapes description logique : c est l interface entre les deux vues interne et externe; on organise la structure de données en utilisant des structures informatiques classiques (par exemple des tableaux), représentation physique : c est l implémentation complète faite dans un langage de programmation fixé.

27 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet étapes spécification fonctionnelle (ou abstraite) : on fait la liste des opérations (avec leurs définitions et restrictions) qui agiront sur les données. C est le document de référence de l utilisateur, spécification opérationnelle : elle consiste en deux étapes description logique : c est l interface entre les deux vues interne et externe; on organise la structure de données en utilisant des structures informatiques classiques (par exemple des tableaux), représentation physique : c est l implémentation complète faite dans un langage de programmation fixé.

28 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet pour spécifier un type de données abstrait on fournira 1 type : les noms des types définis 2 utilise : les types abstraits déjà définis utilisés 3 opérations : les opérations avec leur signature( 1 ) 4 préconditions : les restrictions éventuelles d utilisation des opérations 1. la signature d une opération est sa description syntactique

29 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet pour spécifier un type de données abstrait on fournira 1 type : les noms des types définis 2 utilise : les types abstraits déjà définis utilisés 3 opérations : les opérations avec leur signature( 1 ) 4 préconditions : les restrictions éventuelles d utilisation des opérations 1. la signature d une opération est sa description syntactique

30 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet pour spécifier un type de données abstrait on fournira 1 type : les noms des types définis 2 utilise : les types abstraits déjà définis utilisés 3 opérations : les opérations avec leur signature( 1 ) 4 préconditions : les restrictions éventuelles d utilisation des opérations 1. la signature d une opération est sa description syntactique

31 I. Principes II. Notions propres à la POO III. Conception de l objet pour spécifier un type de données abstrait on fournira 1 type : les noms des types définis 2 utilise : les types abstraits déjà définis utilisés 3 opérations : les opérations avec leur signature( 1 ) 4 préconditions : les restrictions éventuelles d utilisation des opérations 1. la signature d une opération est sa description syntactique

32 I. Exemple II. Pile Chapitre II Structures linéaires III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

33 I. Exemple II. Pile Chapitre II Structures linéaires III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

34 I. Exemple II. Pile Chapitre II Structures linéaires III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

35 I. Exemple II. Pile Chapitre II Structures linéaires III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

36 I. Exemple II. Pile Chapitre II Structures linéaires III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

37 I. Exemple II. Pile Chapitre II Structures linéaires III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

38 I. Exemple II. Pile Chapitre II Structures linéaires III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

39 I. Exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Une structure de données est linéaire lorsque les données sont en quelque sorte les unes derrière les autres : chaque donnée a une donnée successeur et une donnée prédécesseur exception faite éventuellement des données qui sont aux extrémités. Une fois les données rangées, la structure sera amenée à évoluer par l ajout de nouvelles données ou la suppression de données appartenant à la structure. Selon la façon de procéder à ces modifications, on distinguera plusieurs types de structures.

40 I. Exemple exemple II. Pile III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Un robot piloté à distance reçoit différents types d instructions pour se déplacer : en avant, en arrière, à droite, à gauche. Il est de plus muni d une mémoire linéaire qui enregistre la suite d instructions et ne démarre qu une fois toutes les instructions reçues. Par exemple, en avant, en avant, à droite, en avant, à gauche, à gauche, en arrière. Le choix du déplacement dépendra de la façon dont est gérée la mémoire : il choisit soit la première instruction entrée soit la dernière. Dans le premier cas sa mémoire fonctionne comme une file. Dans ce dernier cas sa mémoire fonctionne comme une pile.

41 Génie Logiciel I. Exemple II. Pile 3 Mémoire pile, départ tourné vers le bas III. Généricité IV. File 2 V. Allocation dynamique et pointeur 1 départ VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation 0 arrivée

42 Génie Logiciel I. Exemple II. Pile 3 Mémoire file, départ tourné vers le bas III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation départ -2 arrivée

43 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Une pile est donc une structure de données linéaire dans laquelle ajout et suppression se font au même bout de la structure : son sommet. On dit qu on empile lorsque l on ajoute un nouvel élément à la pile et cet ajout se fait au sommet de la pile. On dit qu on dépile lorsque l on supprime un élément de la pile et puisque la suppression se fait aussi au sommet de la pile, l élément supprimé est nécessairement le dernier élément à avoir été empilé. Une pile est aussi désignée par l acronyme anglais LIFO (Last In First Out). Une pile permet par exemple à un navigateur (Firefox, IE...) de gérer le bouton reculer d une page ou pour un logiciel de gérer la fonctionnalité undo.

44 spécification fonctionnelle I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Elle est donc définie par le type de données abstrait pile suivant : type pile utilise type E, type booléen signature initilialiser : pile empiler : (pile,e) pile dépiler : pile pile sommet : pile E vide : pile booléen

45 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation préconditions axiomes dépiler(p) est défini si et seulement si vide(p)= Faux sommet(p) est défini si et seulement si vide(p)= Faux vide(initilialiser)= Vrai vide(empiler(p,e))=faux dépiler(empiler(p,e))=p sommet(empiler(p,e))= E remarques : les préconditions précisent la restriction du domaine de définition des deux opérations dépiler et sommet les axiomes assurent le fonctionnement LIFO.

46 description logique I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées Pour représenter une pile on utilisera tout d abord un tableau pour stocker les valeurs de type E. Il nous faut de plus un moyen de repérer le sommet de la pile : on utilisera donc un index sur le tableau qui contiendra l indice de la dernière valeur empilée. Pour ne pas avoir deux objets à gérer pour définir une pile, on regroupera ces deux données tableau + index dans une structure d article. VII. Sémantique de l affectation

47 description logique I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées Pour représenter une pile on utilisera tout d abord un tableau pour stocker les valeurs de type E. Il nous faut de plus un moyen de repérer le sommet de la pile : on utilisera donc un index sur le tableau qui contiendra l indice de la dernière valeur empilée. Pour ne pas avoir deux objets à gérer pour définir une pile, on regroupera ces deux données tableau + index dans une structure d article. VII. Sémantique de l affectation

48 description logique I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées Pour représenter une pile on utilisera tout d abord un tableau pour stocker les valeurs de type E. Il nous faut de plus un moyen de repérer le sommet de la pile : on utilisera donc un index sur le tableau qui contiendra l indice de la dernière valeur empilée. Pour ne pas avoir deux objets à gérer pour définir une pile, on regroupera ces deux données tableau + index dans une structure d article. VII. Sémantique de l affectation

49 description logique I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur On va réaliser une pile d entiers de façon à ce qu elle soit réutilisable. Pour cela on utilisera la notion de paquetage qui représente une unité de bibliothèque utilisable par la clause with que l on utilise par exemple pour appeler les procédures d entrée-sortie. Ada nous permet de séparer spécification fonctionnelle et spécification opérationnelle. VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

50 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Dans un fichier toto.ads (de suffixe ads pour Ada Specification) sont déclarés les types implémentant la structure de données les procédures et fonctions de la signature puis dans un fichier toto.adb (de suffixe adb pour Ada Body) seront précisés les corps des procédures et fonctions déclarées dans le fichier toto.ads. Un utilisateur du paquetage toto pourra utiliser tout ce qui est présent dans toto.ads (type et opérations). remarque : le fichier toto.adb peut contenir d autres déclarations servant à la réalisation des opérations de la spécification mais ces opérations n ont pas pour but d être utilisées par un utilisateur du paquetage toto.

51 le fichier pileentier.ads I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur package pileentier is type contenant is array ( positive range <>) of integer ; type pile is record tabpile : contenant (1..256) ; top : natural ; end record ; procedure initpile (p : out pile ) ; procedure empiler (p : in out pile ; e : in integer ) ; procedure depiler (p : in out pile ) ; function sommet (p : pile ) return integer ; function pilevide (p : pile ) return boolean ; end pileentier ; VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation

52 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées le fichier pileentier.adb package body pileentier is procedure initpile (p : out pile ) is begin p. top := 0; end initpile ; procedure empiler (p : in out pile ; e : in integer ) is begin p. tabpile (p. top+1) := e ; p. top := p. top+1 ; end empiler ; procedure depiler (p : in out pile ) is begin p. top := p.top 1 ; end depiler ; function sommet (p : pile ) return integer is begin return (p. tabpile (p. top )) ; end sommet ; function pilevide (p : pile ) return boolean is begin return (p. top=0) ; end pile vide ; end pileentier ; VII. Sémantique de l affectation

53 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Cette version pose certains problèmes : 1 elle ne fonctionne que pour des piles d entiers alors que le mécanisme de la pile est indépendant du type des valeurs qu elle contient 2 empiler(p,e) provoque une erreur si p.top = sommet(p) ou depiler(p) provoque une erreur si p.top = 0 4 la déclaration d une pile ne l initialise pas et donc on ne peut appeler aucune procédure ou fonction si l on n a pas initialisé préalablement la pile. Pour le point 3, l utilisateur à qui on a fourni les spécifications doit connaître les préconditions et donc un usage impropre de sommet ou depiler est de sa responsabilité (d autant qu il a le moyen de tester si une pile est vide). Pour le point 4, l existence de initpile doit s accompagner d un commentaire pour faire comprendre que son usage est indispensable pour toute pile déclarée.

54 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Cette version pose certains problèmes : 1 elle ne fonctionne que pour des piles d entiers alors que le mécanisme de la pile est indépendant du type des valeurs qu elle contient 2 empiler(p,e) provoque une erreur si p.top = sommet(p) ou depiler(p) provoque une erreur si p.top = 0 4 la déclaration d une pile ne l initialise pas et donc on ne peut appeler aucune procédure ou fonction si l on n a pas initialisé préalablement la pile. Pour le point 3, l utilisateur à qui on a fourni les spécifications doit connaître les préconditions et donc un usage impropre de sommet ou depiler est de sa responsabilité (d autant qu il a le moyen de tester si une pile est vide). Pour le point 4, l existence de initpile doit s accompagner d un commentaire pour faire comprendre que son usage est indispensable pour toute pile déclarée.

55 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Cette version pose certains problèmes : 1 elle ne fonctionne que pour des piles d entiers alors que le mécanisme de la pile est indépendant du type des valeurs qu elle contient 2 empiler(p,e) provoque une erreur si p.top = sommet(p) ou depiler(p) provoque une erreur si p.top = 0 4 la déclaration d une pile ne l initialise pas et donc on ne peut appeler aucune procédure ou fonction si l on n a pas initialisé préalablement la pile. Pour le point 3, l utilisateur à qui on a fourni les spécifications doit connaître les préconditions et donc un usage impropre de sommet ou depiler est de sa responsabilité (d autant qu il a le moyen de tester si une pile est vide). Pour le point 4, l existence de initpile doit s accompagner d un commentaire pour faire comprendre que son usage est indispensable pour toute pile déclarée.

56 I. Exemple II. Pile 1. spécification fonctionnelle 2. description logique 3. représentation physique 4. description logique 5. représentation physique 6. description logique 7. représentation physique III. Généricité IV. File V. Allocation dynamique et pointeur VI. Listes chaînées VII. Sémantique de l affectation Cette version pose certains problèmes : 1 elle ne fonctionne que pour des piles d entiers alors que le mécanisme de la pile est indépendant du type des valeurs qu elle contient 2 empiler(p,e) provoque une erreur si p.top = sommet(p) ou depiler(p) provoque une erreur si p.top = 0 4 la déclaration d une pile ne l initialise pas et donc on ne peut appeler aucune procédure ou fonction si l on n a pas initialisé préalablement la pile. Pour le point 3, l utilisateur à qui on a fourni les spécifications doit connaître les préconditions et donc un usage impropre de sommet ou depiler est de sa responsabilité (d autant qu il a le moyen de tester si une pile est vide). Pour le point 4, l existence de initpile doit s accompagner d un commentaire pour faire comprendre que son usage est indispensable pour toute pile déclarée.

Algorithmique et Analyse d Algorithmes

Algorithmique et Analyse d Algorithmes Algorithmique et Analyse d Algorithmes L3 Info Cours 5 : Structures de données linéaires Benjamin Wack 2015-2016 1 / 37 La dernière fois Logique de Hoare Dichotomie Aujourd hui Type Abstrait de Données

Plus en détail

Conception modulaire : les paquetages. Chapitre 12

Conception modulaire : les paquetages. Chapitre 12 Conception modulaire : les paquetages Chapitre 12 1 Les paquetages : intérêt Les applications informatiques devenant de plus en plus complexes, il y a nécessité de : travailler en équipe réutiliser des

Plus en détail

Gé n é r icit é e n AD A. Pa q u e t a g e g é n é r iq u e ( 1 /2 )

Gé n é r icit é e n AD A. Pa q u e t a g e g é n é r iq u e ( 1 /2 ) Gé n é r icit é e n AD A La notion de sous-programme permet la réutilisation de code Les paquetages et la POO permettent de réutiliser du code de façon robuste en masquant une partie de celui-ci par excapsulation

Plus en détail

TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile

TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile TP n 2 Concepts de la programmation Objets Master 1 mention IL, semestre 2 Le type Abstrait Pile Dans ce TP, vous apprendrez à définir le type abstrait Pile, à le programmer en Java à l aide d une interface

Plus en détail

Introduction à Ada 95

Introduction à Ada 95 Introduction à Ada 95 1 Programmation par Objets Approche "Type Abstrait de Données" Le système est décrit en terme d'"objets" représentant des entités réelles ou abstraites du domaine Chaque objet contient

Plus en détail

Chap. VII : arbres binaires

Chap. VII : arbres binaires Chap. VII : arbres binaires 1. Introduction Arbre : collection d objets avec une structure hiérarchique Structure intrinsèque descendants d une personne (elle incluse) A ascendant connus d une personne

Plus en détail

Arbres binaires de recherche

Arbres binaires de recherche 1 arbre des comparaisons 2 recherche dichotomique l'arbre est recalculé à chaque recherche 2 5 3 4 7 9 1 6 1 2 3 4 5 6 7 9 10 conserver la structure d'arbre au lieu de la reconstruire arbre binaire de

Plus en détail

Programmation Par Objets et Langage Java

Programmation Par Objets et Langage Java Programmation Par Objets et Langage Java Partie I. Fondement de la POO (Modularité/Abstraction) Najib Tounsi Ecole Mohammadia d'ingénieurs, Rabat Année 2011/2012 1ère année Génie Informatique http://www.emi.ac.ma/ntounsi/cours/java/poojavapart-1.pdf

Plus en détail

Programmation générique des arbres binaires de recherche AVL et applications

Programmation générique des arbres binaires de recherche AVL et applications Introduction Programmation générique des arbres binaires de recherche AVL et applications Ce TP porte sur l étude d une structure de données appelée arbres binaires de recherche qui sert généralement à

Plus en détail

C++ COURS N 2 : CLASSES, DONNÉES ET FONCTIONS MEMBRES Classes et objets en C++ Membres d'une classe Spécification d'une classe Codage du comportement

C++ COURS N 2 : CLASSES, DONNÉES ET FONCTIONS MEMBRES Classes et objets en C++ Membres d'une classe Spécification d'une classe Codage du comportement C++ COURS N 2 : CLASSES, DONNÉES ET FONCTIONS MEMBRES Classes et objets en C++ Membres d'une classe Spécification d'une classe Codage du comportement des objets d'une classe Utilisation d'une classe Droit

Plus en détail

Ensimag 1ère année Algorithmique 1 Examen 2ième session 24 juin 2010. Algorithmique 1

Ensimag 1ère année Algorithmique 1 Examen 2ième session 24 juin 2010. Algorithmique 1 Algorithmique 1 Durée : 2h Machines électroniques interdites Tous documents papiers autorisés Il est conseillé de traiter les deux parties dans l ordre du sujet. Veuillez respecter les notations introduites

Plus en détail

Structures de données linéaires

Structures de données linéaires Structures de données linéaires I. Liste, Pile et file. Une liste linéaire est la forme la plus simple et la plus courante d'organisation des données. On l'utilise pour stocker des données qui doivent

Plus en détail

Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction. 2 Les paradigmes de programmation. 3 Les concepts de la programmation objet

Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction. 2 Les paradigmes de programmation. 3 Les concepts de la programmation objet CNAM UV 19357 Année 2003-2004 David Delahaye David.Delahaye@cnam.fr Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction 1 Présentation de la valeur Ce cours s adresse à toute personne ayant

Plus en détail

Algorithmique & programmation

Algorithmique & programmation Algorithmique & programmation Chapitre 3 : Fichiers séquentiels Entrées/Sorties Fichiers Binaires à Accès Séquentiel Fichiers et Ada!! En Ada les entrées/sorties sont supportées par des paquetages standards

Plus en détail

Interrogationécrite d 'InformatiqueUV2

Interrogationécrite d 'InformatiqueUV2 1ères années INSA 2005/06 Durée : 1H15 Interrogationécrite d 'InformatiqueUV2 Les documents sont autorisés, aucune feuille adjointe ne sera prise en compte. Toutes vos réponses doivent figurer dans ce

Plus en détail

Plan du cours. Structure de FILE. Exemples de files. Objectif. Nour-Eddine Oussous. 30 novembre 2009

Plan du cours. Structure de FILE. Exemples de files. Objectif. Nour-Eddine Oussous. 30 novembre 2009 Nour-Eddine Oussous 30 novembre 2009 du cours File d attente : définition Réalisation Exercices Présenter une structure de données très utilisée en informatique et dans la vie courante files d attente

Plus en détail

Chapitre 3 Structures de données linéaires : listes, piles et files

Chapitre 3 Structures de données linéaires : listes, piles et files Chapitre 3 Structures de données linéaires : listes, piles et files 1. Introduction Le but de ce chapitre est de décrire des représentations des structures de données de base telles les listes en général

Plus en détail

Notion d indirection (1) 1

Notion d indirection (1) 1 Notion d indirection (1) 1 Illustration 1: Pourquoi garder une copie des fichiers postscript du cours dans mon répertoire, si je sais où se trouve l original sur le web? pour accéder à l original au cas

Plus en détail

1. Les fondements de l informatique 13

1. Les fondements de l informatique 13 Introduction à l'algorithmique 1. Les fondements de l informatique 13 1.1 Architecture de Von Neumann 13 1.2 La machine de Turing 17 1.3 Représentation interne des instructions et des données 19 1.3.1

Plus en détail

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie 7 : Exemple d application temps réelle en Ada et en C/Posix

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie 7 : Exemple d application temps réelle en Ada et en C/Posix Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre Partie 7 : Exemple d application temps réelle en Ada et en C/Posix Plan du cours Présentation d un problème Solution en Ada Solution en

Plus en détail

3 ElementsdeprogrammationJava 15 3.1 Premierspas... 15

3 ElementsdeprogrammationJava 15 3.1 Premierspas... 15 Tabledesmatières 1 IntroductionaulangageJava 1 1.1 EnvironnementJava... 1 1.1.1 Compilation... 2 1.1.2 Interprétation... 2 1.2 Programmationorientée-objet... 2 1.2.1 Classe... 3 1.2.2 Objet... 4 2 Syntaxedulangage

Plus en détail

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique I : Cours d introduction à l informatique et à la programmation Structures de Données Abstraites & Tris

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique I : Cours d introduction à l informatique et à la programmation Structures de Données Abstraites & Tris Objectifs du cours d aujourd hui Informatique I : Cours d introduction à l informatique et à la programmation Structures de Données Abstraites & Tris Continuer l approfondissement de la programmation de

Plus en détail

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr)

Programmer en JAVA. par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Programmer en JAVA par Tama (tama@via.ecp.fr( tama@via.ecp.fr) Plan 1. Présentation de Java 2. Les bases du langage 3. Concepts avancés 4. Documentation 5. Index des mots-clés 6. Les erreurs fréquentes

Plus en détail

Programmation Objet - Cours II

Programmation Objet - Cours II Programmation Objet - Cours II - Exercices - Page 1 Programmation Objet - Cours II Exercices Auteur : E.Thirion - Dernière mise à jour : 05/07/2015 Les exercices suivants sont en majorité des projets à

Plus en détail

LMI 2. Programmation Orientée Objet POO - Cours 9. Said Jabbour. jabbour@cril.univ-artois.fr www.cril.univ-artois.fr/~jabbour

LMI 2. Programmation Orientée Objet POO - Cours 9. Said Jabbour. jabbour@cril.univ-artois.fr www.cril.univ-artois.fr/~jabbour LMI 2 Programmation Orientée Objet POO - Cours 9 Said Jabbour jabbour@cril.univ-artois.fr www.cril.univ-artois.fr/~jabbour CRIL UMR CNRS 8188 Faculté des Sciences - Univ. Artois Février 2011 Les collections

Plus en détail

Ecole Nationale Polytechnique Département Génie Industriel Année Universitaire 2011/2012. Les Files

Ecole Nationale Polytechnique Département Génie Industriel Année Universitaire 2011/2012. Les Files . Ecole Nationale Polytechnique Département Génie Industriel Année Universitaire 2011/2012 Algorithmique et Programmation Les structures de données Les Files Introduction Une File ressemble fortement à

Plus en détail

Compilation. Vb. Analyse sémantique statique Analyse de nom et analyse de type

Compilation. Vb. Analyse sémantique statique Analyse de nom et analyse de type Université de Nice - Sophia Antipolis Licence 3 Informatique 2012-2013 1/32 Compilation Vb. Analyse sémantique statique Analyse de nom et analyse de type Jacques Farré Jacques.Farre@unice.fr Université

Plus en détail

C ellules. Gestion et récupération automatique de mémoire. Principes des lang. de progr. INE 11. Allocation dynamique de mémoire.

C ellules. Gestion et récupération automatique de mémoire. Principes des lang. de progr. INE 11. Allocation dynamique de mémoire. Principes des lang. de progr. INE 11 Michel Mauny ENSTA ParisTech Prénom.Nom@ensta.fr Michel Mauny (ENSTA ParisTech) INE 11 Prénom.Nom@ensta.fr 1 / 37 Gestion et récupération automatique de mémoire lanage

Plus en détail

3.3 Les Files d attente (Queues)

3.3 Les Files d attente (Queues) 3.3 Les Files d attente (Queues) 3.3.1 Définition La file d attente est une structure qui permet de stocker des objets dans un ordre donné et de les retirer dans le même ordre, c est à dire selon le protocole

Plus en détail

Rappels sur l objet. Yannick Prié Département Informatique - UFR Sciences et Techniques Université Claude Bernard Lyon 1 2011-2012

Rappels sur l objet. Yannick Prié Département Informatique - UFR Sciences et Techniques Université Claude Bernard Lyon 1 2011-2012 Rappels sur l objet Yannick Prié Département Informatique - UFR Sciences et Techniques Université Claude Bernard Lyon 1 2011-2012 Objectifs de ce cours 2 Rappels sur les concepts fondamentaux liés à la

Plus en détail

Polymorphisme, la classe Object, les package et la visibilité en Java... 1

Polymorphisme, la classe Object, les package et la visibilité en Java... 1 Polymorphisme, la classe Object, les package et la visibilité en Java. Polymorphisme, la classe Object, les package et la visibilité en Java.... 1 Polymorphisme.... 1 Le DownCast... 4 La Classe Object....

Plus en détail

Algorithmique - Techniques fondamentales de programmation Exemples en Python (nombreux exercices corrigés) - BTS, DUT informatique

Algorithmique - Techniques fondamentales de programmation Exemples en Python (nombreux exercices corrigés) - BTS, DUT informatique Introduction à l'algorithmique 1. Les fondements de l informatique 13 1.1 Architecture de Von Neumann 13 1.2 La machine de Turing 17 1.3 Représentation interne des instructions et des données 19 1.3.1

Plus en détail

Programmation orientée objets

Programmation orientée objets POO : mais pourquoi? La Programmation Orientée Objets (POO) a pour but final de faciliter le débogage, la maintenance et la mise à jour d'applications complexes. C++, Java et Scala sont des exemples de

Plus en détail

CHAPITRE 4-1. Exceptions. Ingénierie du Logiciel avec Ada -- Louis Granger--chap4-exception.ppt--5--1--2007-02-06-11:05

CHAPITRE 4-1. Exceptions. Ingénierie du Logiciel avec Ada -- Louis Granger--chap4-exception.ppt--5--1--2007-02-06-11:05 CHAPITRE 4-1 Exceptions 4-1-1 Ingénierie du Logiciel avec Ada -- Louis Granger--chap4-exception.ppt--5--1--2007-02-06-11:05 EXCEPTIONS Peu de langages permettent à l'usager de prendre le contrôle lorsqu'une

Plus en détail

MODULE TransportsAbstrait; TYPE Véhicule* = POINTER TO ABSTRACT RECORD prix*: REAL; nbpassmax*: INTEGER END;

MODULE TransportsAbstrait; TYPE Véhicule* = POINTER TO ABSTRACT RECORD prix*: REAL; nbpassmax*: INTEGER END; MODULE TransportsAbstrait; Véhicule = POINTER TO ABSTRACT RECORD prix: REAL; nbpassmax: INTEGER ChoseTransportée =POINTER TO ABSTRACT RECORD poids: REAL; ident: ARRAY 81 OF CHAR PROCEDURE (v: Véhicule)

Plus en détail

Algorithmique Programmation

Algorithmique Programmation Algorithmique Programmation 2ème partie DUT en alternance CNAM 2007-2008 2 Table des matières 1 Premiers Pas en Programmation Objet : les Classes et les Objets 7 1.1 Définir une Classe........................................

Plus en détail

AUTOMATISER SES TÂCHES AVEC LES MACROS

AUTOMATISER SES TÂCHES AVEC LES MACROS AUTOMATISER SES TÂCHES AVEC LES MACROS U ne macro est un ensemble de commandes qui s exécute autant de fois que nécessaire simplement en les appelant par son nom. Les macros permettent d automatiser les

Plus en détail

Traduction des Langages : Le Compilateur Micro Java

Traduction des Langages : Le Compilateur Micro Java BARABZAN Jean-René OUAHAB Karim TUCITO David 2A IMA Traduction des Langages : Le Compilateur Micro Java µ Page 1 Introduction Le but de ce projet est d écrire en JAVA un compilateur Micro-Java générant

Plus en détail

Paradigme de programmation Impératif

Paradigme de programmation Impératif Paradigme de programmation Impératif La programmation impérative est caractérisée par, la programmation avec un état et des commandes qui modifient l état : Programmation impérative Procédurale = Programmation

Plus en détail

Le Langage Java et le Monde des Objets

Le Langage Java et le Monde des Objets . p.1 Le Langage Java et le Monde des Objets Les principes de la modélisation Orientée Objet. Qu est-ce qu une classe?. Les types de base. Utiliser les classes. Les tentacules de Java. . p.2 Bibliographie

Plus en détail

Programmation PHP Septembre 2010

Programmation PHP Septembre 2010 IFT1147 Programmation Serveur Web avec PHP Plan La POO en PHP Lecture du chapitre 20. Programmation par objets Introduction à la POO Objets et classes Propriétés Méthodes Private Héritage Polymorphisme

Plus en détail

ACCOV 2001-2002. Système avec des processus concurrents

ACCOV 2001-2002. Système avec des processus concurrents projet ACCOV 2001-2002 ACCOV 2001-2002. Système avec des processus concurrents procedure Main is type TabDoc is array(1..6) of Document; -- contrôle l'attribution d'un nom unique package ProcId is procedure

Plus en détail

Cours VHDL - IV. L3-S6 - Université de Cergy-Pontoise. Laurent Rodriguez Benoît Miramond

Cours VHDL - IV. L3-S6 - Université de Cergy-Pontoise. Laurent Rodriguez Benoît Miramond Cours VHDL - IV L3-S6 - Université de Cergy-Pontoise Laurent Rodriguez Benoît Miramond Plan du cours I Historique de conception des circuits intégrés - HDL - Modèles de conceptions - VHDL - Les modèles

Plus en détail

PROCEDURE (v: Véhicule) Coût* (nbpass: INTEGER; dist: REAL): REAL, NEW, ABSTRACT;

PROCEDURE (v: Véhicule) Coût* (nbpass: INTEGER; dist: REAL): REAL, NEW, ABSTRACT; MODULE TransportsAbstrait; TYPE Véhicule = POINTER TO ABSTRACT RECORD prix: REAL; nbpassmax: INTEGER ChoseTransportée =POINTER TO ABSTRACT RECORD poids: REAL; ident: ARRAY 81 OF CHAR PROCEDURE (v: Véhicule)

Plus en détail

Chap. 2: Architecture de logiciel

Chap. 2: Architecture de logiciel Chap. 2: Architecture de logiciel Architecture de logiciel: Décomposition d un système logiciel en plusieurs modules qui sont simples vus de l extérieur et qui cachent la complexité à l intérieur. Le découpage

Plus en détail

Cours 01 - Les structures de données

Cours 01 - Les structures de données Cours 01 - Les structures de données MPSI - Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 1 er mars 2015 Les programmes informatiques, traitent des données, créent des données et renvoient des données. Pour

Plus en détail

Programmation en VBA

Programmation en VBA Programmation en VBA Présentation de Visual Basic Visual Basic : Basic : dérivé du langage Basic (Biginner s All purpose Symbolic Instruction Code) des années 60 Visual : dessin et aperçu de l interface

Plus en détail

Auto-évaluation Programmation en Java

Auto-évaluation Programmation en Java Auto-évaluation Programmation en Java Document: f0883test.fm 22/01/2013 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION PROGRAMMATION EN

Plus en détail

Encapsulation. L'encapsulation consiste à rendre les membres d'un objet plus ou moins visibles pour les autres objets.

Encapsulation. L'encapsulation consiste à rendre les membres d'un objet plus ou moins visibles pour les autres objets. Encapsulation L'encapsulation consiste à rendre les membres d'un objet plus ou moins visibles pour les autres objets. La visibilité dépend des membres : certains membres peuvent être visibles et d'autres

Plus en détail

Algorithmique & programmation

Algorithmique & programmation Algorithmique & programmation Type structuré Article, Enregistrement, Structure Définition de nouveaux types!! On a vu les types simples "! entier, booléen, caractère, chaîne de caractères!! Comment gérer

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle 1 Plan Insuffisances du modèle relationnel Concepts objet Modèle Objet-relationnel et SQL3 2 Insuffisances du modèle relationnel Opérations séparées

Plus en détail

Introduction à la Programmation Orientée Objet

Introduction à la Programmation Orientée Objet Licence Sciences, Technologies, Santé Université de Perpignan Via Domitia Semestre 5 (L3) - Mention Mathématiques, Informatique Année universitaire 2011/2012 Programmation Orientée Objet Introduction à

Plus en détail

SGBD orientés objet. Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet 03/03/2015. Définitions. Concepts Généraux

SGBD orientés objet. Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet 03/03/2015. Définitions. Concepts Généraux SGBD orientés objet Définitions Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet MDOO : Un modèle de données qui capture la sémantique des objets supportée en programmation objet. Concepts Généraux

Plus en détail

Séance 5 Programmation concurrente et variables partagées. Comprendre le concept de programmation concurrente: Variables partagées et Tâche.

Séance 5 Programmation concurrente et variables partagées. Comprendre le concept de programmation concurrente: Variables partagées et Tâche. Séance 5 Programmation concurrente et variables partagées Objectifs : Comprendre le concept de programmation concurrente: Variables partagées et Tâche. Variables partagées La communication normale entre

Plus en détail

Organisation des données et structures de stockage

Organisation des données et structures de stockage ING2 - ING3 Nvx 2009-2010 Organisation des données et structures de stockage IV. Structures linéaires : les files et les piles. Les files et les piles sont des listes d'éléments organisées selon l'odre

Plus en détail

Bases de la programmation orientée objet en Java

Bases de la programmation orientée objet en Java Bases de la programmation orientée objet en Java Jean-Baptiste Vioix (jean-baptiste.vioix@iut-dijon.u-bourgogne.fr) IUT de Dijon-Auxerre - LE2I http://jb.vioix.free.fr 1-33 Avant propos Difficultés...

Plus en détail

Éléments de base en Java (suite et fin)

Éléments de base en Java (suite et fin) Éléments de base en Java (suite et fin) P.O.O. LMI 2 Semestre 4 Option Info Année 2008-09 1/33 Éléments de base en Java (suite et fin) Année 2008-09 Plan du cours Les chaînes de caractères Retour vers

Plus en détail

as Architecture des Systèmes d Information

as Architecture des Systèmes d Information Plan Plan Programmation - Introduction - Nicolas Malandain March 14, 2005 Introduction à Java 1 Introduction Présentation Caractéristiques Le langage Java 2 Types et Variables Types simples Types complexes

Plus en détail

Université Mohammed Premier Année universitaire 2011-2012. Complément d exercices avec correction

Université Mohammed Premier Année universitaire 2011-2012. Complément d exercices avec correction Université Mohammed Premier Année universitaire 2011-2012 Faculté des Sciences Filière SMI Département de Mathématiques et d Informatique Module : POO Java Semestre : S5 Complément d exercices avec correction

Plus en détail

TD 1 de Langage C module Outils pour l'informatique Industrielle - Corrigés des Tds : http://www-lagis.univ-lille1.fr/~macaire/td.

TD 1 de Langage C module Outils pour l'informatique Industrielle - Corrigés des Tds : http://www-lagis.univ-lille1.fr/~macaire/td. Exercice 1 TD 1 de Langage C module Outils pour l'informatique Industrielle - Corrigés des Tds : http://www-lagis.univ-lille1.fr/~macaire/td.htm Exercices de base de Programmation Arbre Programmatique

Plus en détail

Introduction à MATLAB R

Introduction à MATLAB R Introduction à MATLAB R Romain Tavenard 10 septembre 2009 MATLAB R est un environnement de calcul numérique propriétaire orienté vers le calcul matriciel. Il se compose d un langage de programmation, d

Plus en détail

Structures de données abstraites

Structures de données abstraites Structures de données abstraites Piles (stack) Principe Interface (fonctionnalités offertes) Piles (stack) Principe Interface (fonctionnalités offertes) Piles (stack) Principe Structure linéaire Interface

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Objets et Programmation. origine des langages orientés-objet

Objets et Programmation. origine des langages orientés-objet Objets et Programmation origine des langages orientés-objet modularité, encapsulation objets, classes, messages exemples en Java héritage, liaison dynamique G. Falquet, Th. Estier CUI Université de Genève

Plus en détail

Workshop CAS et évaluation d expressions. Raphaël Shugo Boissel (boisse_r)

Workshop CAS et évaluation d expressions. Raphaël Shugo Boissel (boisse_r) Workshop CAS et évaluation d expressions Raphaël Shugo Boissel (boisse_r) 23 Novembre 2013 1 Présentation du workshop.................... 2 1.1 Définition du cas..................... 2 1.2 Définition de

Plus en détail

Arbres binaires. Illustration avec des arbres binaires de décision Généricité bornée Synthèse sur les assertions et les exceptions

Arbres binaires. Illustration avec des arbres binaires de décision Généricité bornée Synthèse sur les assertions et les exceptions Arbres binaires Illustration avec des arbres binaires de décision Généricité bornée Synthèse sur les assertions et les exceptions FMIN220 Structures de données Université de Montpellier 2015 FMIN220 (UM)

Plus en détail

Langage et Concepts de Programmation Objet. 1 Attributs et Méthodes d instance ou de classe. Travaux Dirigés no2

Langage et Concepts de Programmation Objet. 1 Attributs et Méthodes d instance ou de classe. Travaux Dirigés no2 Langage et Concepts de Programmation Objet Travaux Dirigés no2 Pôle Informatique École Nationale Supérieure des Mines de St-Etienne Vous trouverez plus de détails sur les concepts abordés lors de ce TD

Plus en détail

Génération de code : langages objets Gestion mémoire 2 novembre 2011

Génération de code : langages objets Gestion mémoire 2 novembre 2011 Génération de code : langages objets Gestion mémoire 2 novembre 2011 1 Compilation d un langage objet Représentation des classes et des objets Héritage multiple Appartenance à une classe 2 Environnement

Plus en détail

Plan. Tableaux. Utilité. Définition. Exemples. Déclaration d un tableau

Plan. Tableaux. Utilité. Définition. Exemples. Déclaration d un tableau Plan Tableaux Université de Nice - Sophia Antipolis Richard Grin Version 1.0.4 25/11/10 Définition Déclaration d un tableau Création d un tableau Utilisation d un dun tableau Tableau des paramètres de

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications P.-A. Sunier, HEG-Arc Neuchâtel avec le concours de J. Greub pierre-andre.sunier@he-arc.ch http://lgl.isnetne.ch/

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

Résumé Introduction Programmation Java

Résumé Introduction Programmation Java Résumé Introduction Programmation Java Concepts Un programme : séquence, test conditionnel, boucles. Objets : Les objets Java modélisent les objets d un problème donné Classe : Les objets sont crées à

Plus en détail

Analyse de fichier client

Analyse de fichier client 1 Analyse de fichier client Le problème 2 entreprise avec 10 millions de clients, client identifié par un numéro de 11 111 111 à 99 999 999. fichier séquentiel représente l'historique résumé des factures

Plus en détail

Programmation orientée objet dans VFP QUELQUES CONCEPTS FONDAMENTAUX ET LEURS APPLICATIONS DANS VFP

Programmation orientée objet dans VFP QUELQUES CONCEPTS FONDAMENTAUX ET LEURS APPLICATIONS DANS VFP Programmation orientée objet dans VFP QUELQUES CONCEPTS FONDAMENTAUX ET LEURS APPLICATIONS DANS VFP Avertissement : qui suis-je? d où viens-je? 30 années de développement de progiciels de gestion dans

Plus en détail

Premiers Pas en Programmation Objet : les Classes et les Objets

Premiers Pas en Programmation Objet : les Classes et les Objets Chapitre 2 Premiers Pas en Programmation Objet : les Classes et les Objets Dans la première partie de ce cours, nous avons appris à manipuler des objets de type simple : entiers, doubles, caractères, booléens.

Plus en détail

FORMATION VB.NET Visual Studio 2008

FORMATION VB.NET Visual Studio 2008 FORMATION VB.NET Visual Studio 2008 Livret 1 Introduction à Visuàl Studio Thierry TILLIER http://www.coursdinfo.fr Ce support de cours est réservé à un usage personnel. Toute utilisation et diffusion dans

Plus en détail

POO 1/3 - Introduction à la Programmation Orientée Objet. Pierre Parrend IUT Lumière Lyon II, 2005-2006 pierre.parrend@univ-lyon2.

POO 1/3 - Introduction à la Programmation Orientée Objet. Pierre Parrend IUT Lumière Lyon II, 2005-2006 pierre.parrend@univ-lyon2. POO 1/3 - Introduction à la Programmation Orientée Objet Pierre Parrend IUT Lumière Lyon II, 2005-2006 pierre.parrend@univ-lyon2.fr Sommaire Les Langages de Programmation Premier Programme Les Objets Objets

Plus en détail

Applications Concurrentes : Conception, Outils de Validation

Applications Concurrentes : Conception, Outils de Validation Applications Concurrentes : Conception, Outils de Validation ACCOV_B Chapitre 4 CONCURRENCE AVEC DES TÂCHES ADA invocation à distance tâche serveur CNAM - département infmatique 4. 1 option réseaux, systèmes

Plus en détail

Héritage en java : Calculatrice SDC

Héritage en java : Calculatrice SDC Programmation orientée objet L3 MIAGE Héritage en java : Calculatrice SDC Travail à rendre : le code complet du projet SDC sous forme d une archive tar.gz. L archive comportera trois répertoires : un répertoire

Plus en détail

Héritage presque multiple en Java (1/2)

Héritage presque multiple en Java (1/2) Héritage presque multiple en Java (1/2) Utiliser deux classes ou plus dans la définition d'une nouvelle classe peut se faire par composition. class Etudiant{ int numero; Diplome d; float passeexamen(examen

Plus en détail

Pour signifier qu'une classe fille hérite d'une classe mère, on utilise le mot clé extends class fille extends mère

Pour signifier qu'une classe fille hérite d'une classe mère, on utilise le mot clé extends class fille extends mère L'héritage et le polymorphisme en Java Pour signifier qu'une classe fille hérite d'une classe mère, on utilise le mot clé extends class fille extends mère En java, toutes les classes sont dérivée de la

Plus en détail

Définitions de classes permettant de gérer Étudiant en Enseignant CORRECTION

Définitions de classes permettant de gérer Étudiant en Enseignant CORRECTION EILCO ING 1 - POO Java Contrôle 2014/2015 Définitions de classes permettant de gérer Étudiant en Enseignant CORRECTION Dans ces exercices, nous allons définir une classe Personne qui permettra de gérer

Plus en détail

Programmation Java. Redéfinition de méthode (masquage)

Programmation Java. Redéfinition de méthode (masquage) Programmation Java Programmation objet avec Java Concepts plus avancés Christelle Urtado & Sylvain Vauttier Janvier 2013 Redéfinition de méthode (masquage) Une sous-classe peut redéfinir le code de méthodes

Plus en détail

Cours 13. Les classes abstraites Les méthodes abstraites Les interfaces. F. Gayral 1

Cours 13. Les classes abstraites Les méthodes abstraites Les interfaces. F. Gayral 1 Cours 13 Les classes abstraites Les méthodes abstraites Les interfaces F. Gayral 1 Un exemple pour mieux comprendre Pas d'instanciation d'un humain : un humain, c'est - soit un homme - soit une femme Humain

Plus en détail

Avant de programmer en Java DOS Set Path=C:\JDK\bin Path=C:\JDK\bin C:\JDK\bin Set Path=%Path%;C:\JDK\bin C:\JDK\bin C:\JDK\

Avant de programmer en Java DOS Set Path=C:\JDK\bin Path=C:\JDK\bin C:\JDK\bin Set Path=%Path%;C:\JDK\bin C:\JDK\bin C:\JDK\ Exercices corrigés de programmation OO Java Préparés par : Mlle Imene Sghaier Année Académique : 2006-2007 Premiers Pas I. Avant de programmer en Java Le JDK de Sun (Java Development Kit) est l outil essentiel

Plus en détail

La gestion des Fichiers et des Exceptions

La gestion des Fichiers et des Exceptions Séance 4 La gestion des Fichiers et des Exceptions Objectifs : Les concepts de base pour la gestion des fichiers Exploration des paquetages Input/Output Comprendre la gestion des Exceptions. 1 1 Gestion

Plus en détail

Licence STPI Semestre 3 - Examen de Validation de Module - Janvier 2006 ULSI301 - LANGAGE C

Licence STPI Semestre 3 - Examen de Validation de Module - Janvier 2006 ULSI301 - LANGAGE C Licence STPI Semestre 3 - Examen de Validation de Module - Janvier 2006 ULSI301 - LANGAGE C Durée : 2h. - Documents et Calculatrices autorisés. Toutes les réponses doivent être justifiées - Les exercices

Plus en détail

Mise à niveau en Java

Mise à niveau en Java Mise à niveau en Java Cours 1 Stéphane Airiau Université Paris-Dauphine Stéphane Airiau (Université Paris-Dauphine) - Java Cours 1 1 Aujourd hui Eléments de base Variables, opérateurs, type d une expression

Plus en détail

Université de Bourgogne - UFR Sciences et Technique - Programmation objet - LPSIL - 2013

Université de Bourgogne - UFR Sciences et Technique - Programmation objet - LPSIL - 2013 Nom : Prénom : Contrôle continu n 4 Programmation objet Vous devez répondre dans les cadres aux questions posées. Documents de cours et notes personnelles autorisés. Téléphones portables, ordinateurs et

Plus en détail

Programmation VBA. Identificateurs. Types de base. Déclaration d une variable. Commentaires. Activer l onglet Développeur (Excel)

Programmation VBA. Identificateurs. Types de base. Déclaration d une variable. Commentaires. Activer l onglet Développeur (Excel) Activer l onglet Développeur (Excel) Programmation VBA Michel Reid Cliquez sur le bouton Office (coin supérieur gauche) Cliquez sur le bouton Options Excel Dans la section Standard, cochez la case Afficher

Plus en détail

Programmation - Java - Fiches du Langage. Marie Beurton-Aimar

Programmation - Java - Fiches du Langage. Marie Beurton-Aimar Programmation - Java - Fiches du Langage Marie Beurton-Aimar Fiche Numéro 1 1.1 Structure d un programme Java Toutes les instructions se terminent par un ; Le nom du fichier qui contient une classe doit

Plus en détail

PG208, Projet n 1 : Gestion d une bibliothèque

PG208, Projet n 1 : Gestion d une bibliothèque PG208, Projet n 1 : Gestion d une bibliothèque Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L

Plus en détail

gcc -Wall ansi o tp fichiers -lfl

gcc -Wall ansi o tp fichiers -lfl FLEX et BISON tp.l tp_l.c : - abréviations - expressions régulières et actions associées. tp.h : - définition de types - définition d étiquettes tp_y.h : codes symboliques pour les tokens FLEX Générateur

Plus en détail

PARADIGME ORIENTÉ-OBJET

PARADIGME ORIENTÉ-OBJET PARADIGME ORIENTÉ-OBJET A programming paradigm that uses objects to design systems. Sébastien Adam Une introduction des concepts de base 2 Principes fondamentaux Modularité : vise à répartir les opérations

Plus en détail

Informatique III: Programmation en C++ Introduction. Examens. Chargé de cours François Fleuret francois.fleuret@epfl.ch

Informatique III: Programmation en C++ Introduction. Examens. Chargé de cours François Fleuret francois.fleuret@epfl.ch Informatique III: Programmation en C++ Lundi 24 Octobre 2005 Chargé de cours François Fleuret francois.fleuret@epfl.ch Assistant Mathieu Salzmann mathieu.salzmann@epfl.ch Assistants étudiants Ali Al-Shabibi

Plus en détail

Abstraction: introduction. Abstraction et liaison dans les langages de programmation. Abstraction: principe. Abstraction: terminologie. N.

Abstraction: introduction. Abstraction et liaison dans les langages de programmation. Abstraction: principe. Abstraction: terminologie. N. Abstraction et liaison dans les langages de programmation LIN2: Paradigmes de programmation N. Hameurlain Abstraction: introduction L'importance de l abstraction découle de sa capacité de cacher les détails

Plus en détail

Cours 1 : Introduction Générale + Objet

Cours 1 : Introduction Générale + Objet Organisation du cours Équipe pédagogique L2 S4 2009 : 2010 Programmation Objet Jean-Claude MARTIN MARTIN@LIMSI.FR Cours 1 : Introduction Générale + Objet 10 cours de 1h30 o Jean-Claude MARTIN (MARTIN@LIMSI.FR)

Plus en détail

Structure fonctionnelle d un SGBD

Structure fonctionnelle d un SGBD Fichiers et Disques Structure fonctionnelle d un SGBD Requetes Optimiseur de requetes Operateurs relationnels Methodes d acces Gestion de tampon Gestion de disque BD 1 Fichiers et Disques Lecture : Transfert

Plus en détail

Types de données en Java, comparaison avec Caml

Types de données en Java, comparaison avec Caml Types de données en Java, comparaison avec Caml par Denis Monasse, Lycée Louis le Grand 9 mai 2001 1 Les types élémentaires En Java, on dispose bien entendu des types élémentaires habituels : entiers,

Plus en détail