PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES"

Transcription

1 PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES GESTION D UNE BANQUE Elèves : David Bréchet Frédéric Jacot Charles Secrétan

2 DONNÉES DU PROJET SSC - Bases de Données II Laboratoire de Bases de Données BD réparties 1 Projet 1: Bases de données réparties Un dossier est à rendre le 11/01/00 lors de la soutenance. Le but de ce premier projet est de développer une application simulant le fonctionnement d un système de gestion de bases de données réparties (SGBDR). Il s agit de reprendre l application vue en cours (système bancaire) de l étoffer, et de considérer la répartition sur trois sites (SSCX1, SSCX2 et SSCX3). Le travail fait intervenir les étapes suivantes: 1) Définir le modèle conceptuel (EA) Définir deux vues externes: 1. les clients et 2. les gestionnaires des comptes 2) Définir le modèle logique relationnel. Attention à ne pas oublier la définition des vues. 3) Identifier et écrire en SQL les requêtes les plus fréquentes et les plus critiques (en terme de performance). 4) Définir le schéma de fragmentation en fonction de ces requêtes 5) Définir le schéma de localisation (justifiez les répliques en fonction des problèmes d accessibilité et de performance) 6) Répartir les requêtes identifiées au 3) en deux sous-groupes : Globales (faisant intervenir plusieurs sites) Locales (faisant intervenir un site local) Quelle est l incidence des vues sur les schémas de fragmentation et d allocation? Il est à noter que l application doit permettre la formulation des 4 commandes SQL suivantes: SELECT, INSERT, UPDATE et DELETE (bien sûr de façon transparente à l utilisateur) et doit mettre en œuvre le protocole de validation de transactions à deux phases. 2

3 BASE DE DONNÉES REPARTIES GESTION D UNE BANQUE. INTRODUCTION Le but de ce projet est de développer une application simulant le fonctionnement d un système de gestion bancaire. Il met en œuvre un système de gestion de base de données réparties (SGBDR) et pour le rendre convivial, nous utilisons la méthode «embeded SQL» qui consiste à intégrer des commandes SQL dans un environnement de programmation C. La base de donnée est répartie sur 3 sites, qui sont la centrale et deux agences A et B. Pour nous la centrale se trouve à Genève et les agences sont à Lausanne et à Neuchâtel. La centrale est un site, qui n est accessible que par le gestionnaire. Il peut interroger un certain type de compte (courant, étudiant ) sur un certain type d opération (retrait ou versement). Il peut aussi gérer un employé, c est à dire qu il ajoute ou supprime un employé de la base de donnée. Dans les agences, les employés peuvent faire des versements ou des retraits sur un compte, et l interroger, ils peuvent aussi changer un compte d agence. 3

4 MODÈLE CONCEPTUEL DE LA BASE DE DONNÉE LE SCHEMA ENTITE ASSOCIATION No_emp Nom_em Prénom Employé No_op Type_op Date_op Opération travaille Type_compte No_compte Somme Compte Est dans Agence No_agence Nom_agence Addr_agence possède No_client Nom Client Age Adresse Prénom Ce schéma entité association va nous permettre de déduire le schéma relationnel de la base de donnée. 4

5 LE SCHÉMA RELATIONNEL Grâce a ce schéma relationnel on va pouvoir visualiser les tables nécessaires à la base de donnée. Ces tables serons ensuite fragmentées sur les différents sites. Domaines Dch20 : chaînes de caractères de longueur inférieure à 20. Dch30 : chaînes de caractères de longueur inférieure à 30. Dnum : entier. Relation : Client Attributs :NoClient : Dnum sans nul Nom : Dch20 sans nul Prenom : Dch20 sans nul Adresse : Dch30 sans nul Age : Dnum sans nul Identifiant : (NoClient) Définition : toute personne ayant un compte dans la banque CLIENT NoClient Nom Prenom Age Adresse 213 Bouana Doudou 23 Ch. Soleil Bled 456 Legros Hervé 55 R. centrale Ville Relation : Compte Attributs : NoClient :Dnum sans nul NoCompte :Dnum sans nul TypeCompte : Dnum sans nul Somme : Dnum sans nul NoAgence : Dnum sans nul Identifiant : (NoCompte + NoAgence) Identifiant externe: NoAgence référence une Agence NoClient référence un Client Définition : Compte du client dans la banque COMPTE NoClient NoCompte TypeCompte Somme NoAgence courant étudiant

6 Relation : Agence Attributs :NoAgence : Dnum sans nul Nom : Dch20 sans nul Adresse : Dch30 sans nul Identifiant : (NoAgence) Définition : Succursale de la banque AGENCE NoAgence Nom Adresse 1 Lausanne Av. de la gare Bled 2 Neuchatel Av. de Genève Ville Relation : Employé Attributs :NoEmp : Dnum sans nul Nom_Emp : Dch20 sans nul Prenom_Emp : Dch20 sans nul NoAgence : Dnum sans nul Identifiant : (NoEmp + NoAgence) Identifiant externe: NoAgence référence une agence Définition : Employé travaillant dans une agence EMPLOYE NoEmp Nom_Emp Prenom_Emp NoAgence 567 Ducon Jules Lepetit André 2 Relation : Opération Attributs :NoOp : Dnum sans nul NoEmp : Dnum sans nul NoCompte : Dnum sans nul Montant : Dnum sans nul TypeOp: Dch20 sans nul ddate : Dch20 sans nul Identifiant : (NoOp) Identifiant externe: NoCompte référence un compte NoEmp référence un Employé Définition : Opération effectuée par un employé sur un compte 6

7 OPERATION NoCompte NoOp Montant TypeOp ddate NoEmp retrait 23/01/ versement 25/01/ REQUETES FREQUENTES Nous avons essayé de séparer les différentes requêtes utilisées dans le cadre du fonctionnement d une banque et nous n avons considérer que les plus fréquentes et les plus critiques pour la base de donnée. Voici donc les requêtes : VERSEMENT ET RETRAIT Lors d un versement ou d un retrait, l employé a besoin du numéro de compte du client et de l agence dans lequel le compte se trouve. Lors de l opération, l attribut «somme» ainsi que la table «opération» sont mis à jour. Issu de la table Opération NoOp NoEmp NoCompte Montant TypeOp ddate Issu de la table Compte NoCompte Somme NoAgence Les requêtes en SQL pour un versement sont : SELECT NoAgence FROM Compte WHERE NoCompte = xxx if NOT FOUND { maj_copie_compte(); maj_copie_operation(noagence); } else { Update(Compte.somme); Update(Operation.*); } 7

8 Pour un retrait c est la même requête avec une opération différente retrait au lieu de versement. INTERROGATION Lorsque le client désire consulter les dernières opérations effectuées sur son compte, l employé a besoin du numéro de compte et de l agence dans lequel le compte se trouve. L attribut «somme» indique la solde du compte au moment de la requête. Avec l attribut «Montant», il peut déterminer la solde du compte au moment de l opération. Les autres attributs de la table «Opération» n intéressent que le gestionnaire. Table I1 NoCompte Montant TypeOp ddate Table V R-I2 NoCompte Somme NoAgence Les requêtes en SQL sont : SELECT NoAgence FROM Compte WHERE NoCompte = input in no_cpte if NOT FOUND { SELECT NoCompte, Somme, NoAgence FROM Compte_copie WHERE NoCompte = no_cpte SELECT Montant, TypeOp, ddate FROM Operation_copie WHERE NoCompte = no_cpte } else { SELECT NoCompte, Somme, NoAgence FROM Compte_copie WHERE NoCompte = no_cpte SELECT Montant, TypeOp, ddate 8

9 FROM Operation WHERE NoCompte = no_cpte } INTERROGATION PAR LE GESTIONNAIRE Le Gestionnaire analyse le type d opération effectuée sur un type de compte. Ce type de compte est de l agence Lausanne et Neuchâtel. Pour ce faire, il a besoin des informations suivantes issues des tables «opération» et «compte». Issu de la table opération No_op No_emp No_compte Montant Type_op Date_op Issu de la table compte No_compte Somme Type_compte No_agence Voici la requête en SQL : SELECT * FROM TableOp WHERE TypeOp= :type_op AND NoCompte IN (SELECT NoCompte, FROM Compte WHERE TypeCompte = :type_cpte ); GÉRER LES EMPLOYÉS PAR LE GESTIONNAIRE Le gestionnaire gère les employé, il ajoute ou supprime un employé. Pour ce faire, il a besoin des informations suivantes de la table «employé». Issu de la table employé NoEmp Nom_Emp Prenom_Emp NoAgence 9

10 Voici les requêtes en SQL : Supprimer un employé : DELETE FROM TableEmp WHERE NoEmp =:noemp; Ajouter un employé : INSERT INTO TableEmp, VALUES (:noemp, :Nom_Emp, :Prenom_Emp, :NoAgeance); SCHEMA DE FRAGMENTATION Voici le schéma de fragmentation des tables en fonction des requêtes effectuées sur les attributs. Remarquons que la localisation des fragments a été faite par rapport aux poids des requêtes. Pour faire la répartition sur les trois sites, nous avons décidé d avoir une centrale et deux agences et tout notre travail découle de cette répartition. Table Client NoClient Nom Prenom Age Adresse 1 Jacot Frederic 23 Rue a 1 2 Secretan Charles 56 Rue b 2 3 Brechet David 24 Rue c 3 Table Compte NoCompte Somme NoAgence TypeCompte NoClient Etudiant Epargne Etudiant 3 Table Opération NoOp NoEmp NoCompte Montant TypeOp ddate Versement 12/05/ Virement 13/06/ Retrait 18/11/99-10

11 Table Agence NoAgence Nom Adresse 0 Genève Rue du cucu 3 1 Lausanne Rue des pins 1 2 Neuchâtel Rue de la gare 3 Table Employé NoEmp Nom_Emp Prenom_Emp NoAgence 30 Dupond Jean 0 31 Smith John 1 32 Ducommun Georges 1 Localisation original copie Données relatives aux client / compte agence A A B Données relatives aux client / compte agence B B A Versement, retrait, interrogation et gestionnaire / compte agence A A B Versement, retrait, interrogation et gestionnaire / compte agence B B A Gestionnaire / compte agence A Centrale A Gestionnaire / compte agence B Centrale B Versement, retrait et gestionnaire / opération agence A A Centrale Versement, retrait et gestionnaire / opération agence B B Centrale Versement, retrait, interrogation et gestionnaire / opération agence A A Centrale Versement, retrait, interrogation et gestionnaire / opération agence B B Centrale Données relatives à l employé / agence A A Centrale Données relatives à l employé / agence B B Centrale Données générales Centrale C est avec ce schéma de fragmentation que nous avons fait le schéma d allocation des fragments. Cela a été fait en regardant quelles étaient les requêtes critiques et celles qui étaient le plus fréquemment utilisée. C est aussi par cette méthode que nous avons placé les copies des fragments aux sites que nous jugions adéquat. Dans l agence A, les fragments des tables Compte et Client sont copiés dans l Agence B. Dans l agence B ces fragments sont copié dans l agence A. Cela permet d avoir toutes les informations nécessaires à disposition en local afin de minimiser le temps nécessaire pour les requêtes. Le fragment de la table opération est copié dans la centrale car c est le gestionnaire qui en à le plus besoin pour faire ses requêtes. En plus la copie du fragment de la table Compte qui se trouve à la centrale 11

12 SCHÉMA D ALLOCATION Voici la localisations sur les différents sites des différents fragments et de leur copie tels qu ils ont été implémenté dans l application. CENTRALE : Frag_Centr_Compte NoCompte TypeCompte Ageances NoAgeance Nom Adresse FragA_TableEmp_CP NoEmp Nom_Emp Prenom_Emp NoAgeance FragB_TableEmp_CP NoEmp Nom_Emp Prenom_Emp NoAgeance FragA_TableOp_CP NoOp NoEmp NoCompte Montant TypeOp Date FragB_TableOp_CP NoOp NoEmp NoCompte Montant TypeOp Date AGENCE A : FragA_Compte NoCompte NoClient NoAgeance Somme FragA_Client NoClient Nom char Prenom Adresse Age FragA_TableOp NoOp NoEmp NoCompte Montant TypeOp Date FragB_Client_CP NoClient Nom Prenom Adresse Age 12

13 FragB_Compte_CP NoCompte NoClient NoAgeance Somme FragC_Compte_CP NoCompte TypeCompte FragA_TableEmp NoEmp Nom_Emp Prenom_Emp NoAgeance AGENCE B : FragB_Compte NoCompte NoClient NoAgeance Somme FragB_Client NoClient Nom char Prenom Adresse Age FragB_TableOp NoOp NoEmp NoCompte Montant TypeOp Date FragA_Client_CP NoClient Nom Prenom Adresse Age FragA_Compte_CP NoCompte NoClient NoAgeance Somme FragC_Compte_CP NoCompte TypeCompte FragB_TableEmp NoEmp Nom_Emp Prenom_Emp NoAgeance 13

14 REALISATION DE LA BASE DE DONNÉE STRATÉGIE UTILISEE Nous avions trois sites pour faire notre banque. Nous avons donc fait deux agences et une centrale. C est sur ces sites que sont situés les différents fragments de la base de données. Tous les fragments sont dupliqué et mis sur un autre site afin de pouvoir travailler même si un site est en panne. Chaque copie est utilisable sur le site où elle se trouve. Cela permet de gagner du temps lorsque des requêtes utilisent les fragments originaux qui sont localisés sur d autres sites. Pour toute requête qui fait une mise à jour sur un autre site, il faut d abord vérifier que les éléments de la requêtes sur le sites soient correctes avant de les envoyer sur le site voulu, cela s appelle le «commit à deux phase». Nous avons fait trois applications différentes pour faire cette base de donnée répartie, l initialisation, la centrale et l agence. les applications sont implémentées en C avec des commandes SQL dans le code. Nous utilisons Oracle comme interface entre la base de donnée et le langage C. La première application sert à initialiser la base de donnée et à la peupler afin d avoir un minimum de données pour faire nos requêtes. La deuxième application est la centrale. Elle permet au gestionnaire de faire son travail de vérification des comptes. Il interroge un type de compte donné et peut y voir l opération de versement ou de retrait, effectuée. Il peut gérer les employés, c est à dire qu il peut ajouter et enlever un employé de la base de donnée en vérifiant que cet employé existe. La troisième application est l agence. Elle fait toutes les requêtes nécessaire à la gestion des clients et des comptes de la banque. L employé peut ouvrir ou fermer un compte, interroger, faire des versement et des retraits sur un compte. Il peut aussi modifier des données relatives au client. Si le client change d adresse, il est alors transféré sur l autre agence ainsi que son ou ses comptes. Un journal se trouve sur chaque site et est mis à jour à chaque fois qu une requête SQL modifie un fragment de table. Pour chaque requête impliquant une mise à jour, nous vérifions à chaque étape qu il n y a pas d erreur générée par la requête. Arrivé à la fin de celle ci, on essaie d écrire dans le journal, si on y arrive, on fait le «commit», sinon on annule tout. 14

15 DESCRIPTION DE L APPLICATION CENTRALE Une fois le mot de passe du gestionnaire validé, les connexions avec les différents sites sont établies. Un menu propose au gestionnaire différents choix : interroger un type de compte, gérer un employé, soit quitter l application. Pour gérer un employé, le gestionnaire à le choix d ajouter ou de supprimer un employé. Pour l ajout d un employé dans l agence A, on prend les données nécessaire, on teste si le numéro d employé existe dans une des deux agences, si non mise à jour du fragment FragA_TableEmp sur le site A, ainsi que sa copie FragA_TableEmp_CP sur le site Centrale. Ecriture sur les journaux de l agence A et de la Centrale, si pas d erreur, validation des mise à jour par un commit. Supprimer un employé, on demande le numéro d employé, on recherche le numéro si le numéro existe et on supprime l entrée correspondante dans le fragment FragA_TableEmp si l employé travail à l agence A, ainsi que l entrée dans la copie FragA_TableEmp_CP, après l écriture dans les journaux correspondants on valide la suppression. Pour interroger un compte qui se trouve dans l agence A, on demande le type de compte et la transaction (versement ou retrait) et on interroge le fragment FragA_TableOP_CP avec le type d opération et le type de transaction. Ce fragment se trouve sur le site de la central ce qui permet de rester en local et de gagner du temps. Pour interroger la base de donnée, on utilise un tampon qui prend les données requises et les transmet à l application qui les affiches. On ne peut voir que les transactions sur un type de compte et non sur un compte donné. Une fois l opération faite, retour au choix initial. AGENCE Une fois le mot de passe de l employé validé, les connexions avec les différents sites sont établies. Un menu propose à l employé différents choix : versement, retrait, interrogation d un compte, soit changement d adresse d un client Avant chaque opération, on vérifie l existence et la localisation du compte. Pour faire un versement-retrait, suivant sa localisation, par exemple à l agence A, on travail en local sur le fragment FragA_Compte ou sur FragB_Compte_CP. Pour interroger un compte on fait une simple requête. Pour changer d adresse on prend le compte concerné, on le déplace. Les éléments de la table opération qui concerne le compte à déplacé et les données du client sont aussi déplacés. Une fois les éléments déplacés, on les efface des tables 15

16 d origines. Tout cela nécessite de faire des mises à jour dans les tables, donc on ecrit dans les différents journaux Une fois connecté choix de l opération). Puis demande du numéro de compte ou l opération doit avoir lieu. Vérification de l endroit où se trouve le compte si le compte est en local, on travail sur le fragment même, sinon travail sur la copie du fragment, ensuite l opération voulue est effectuée. Pour l interrogation, requête SQL par un tampon à la base de données pour ressortir les informations voulues. Pour le versement ou le retrait, demande du montant et requête de mise a jour des tables opérations et compte. Ces mises à jour entraînent une écriture dans les différents journaux. Une fois ces écritures réussies, il y a validation des mises à jour par un commit. Pour le changement d adresse, on demande la nouvelle adresse et on met à jour les fragments concernés. Si le compte change d agence, les données du client, des opérations et du compte, qui appartiennent au compte, sont aussi transférées. Les mises à jour implique d ajouter des données dans certains fragment et de les enlever dans d autres, toutes ces transactions sont reportées dans les journaux, si toutes les écritures sont effectuées correctement, il y a alors validation des mises à jour. DESCRIPTION DES FONCTIONS AGENCE : void connexion(char *u) {Introduction et vérification du login et du mot de passe ; connexion au site u du SGBDR, avec permissions d écriture et de lecture ;} void deconnexion() {Déconnexion des différents sites ; } int input() {Introduction du numéro de compte ; Vérification de la localisation du compte ( location_check(compte); Si compteur =0, Teste les valeurs de rvi, et suivant la valeur, aller dans interrogation(compte) ou retrait_versement(compte) ou location_change(compte) return 1; } int JournalC(char texte[]) {teste si ouverture du journal possible ; si oui, écriture de la date et du texte dans le journal ; 16

17 fermeture du journal ; } même chose pour int JournalA(char texte[]){ int JournalB(char texte[]){ int location_check(int compte) {Interrogation des éléments de la table FragA_Compte, où NoCompte = :compte et mise des éléments dans la structure inter_cp; teste si erreur, cela veut dire que le compte n est pas dans FragA_Compte ; alors Interrogation des éléments de la table FragB_Compte_CP, où NoCompte = :compte et mise des éléments dans la structure inter_cp2 ; si erreur, ce compte n existe pas ; location =1 ; interrogation des éléments de la table FragB_Client_CP, où NoClient =:inter_cp2.no_client et mise dans la structure client; affichage des éléments de client. Sinon si pas d erreur, cela veut dire que le compte est dans FragA_Compte ; location =0 ; interrogation des éléments de la table FragA_Client, où NoClient =:inter_cp2.no_client et mise dans la structure client; affichage des éléments de client. } int interrogation(int compte) {teste si location =0 alors affichage que le compte est sur A ; exécution sur ssc8a ; déclaration d un tampon pour interrogation de typeop et de ddate de la table FragA_TableOp, où NoCompte = :compte et mise dans la structure inter _op ; ouverture du tampon ; tant qu il n y a pas d erreur recherche des éléments dans le tampon; fermeture du tampon ; affichage du nb d opération qui est le nb de tuple dans le tampon ; si le nb de tuple =0 alors compte inxistant ; input() ; sortie de la fonction ; ouverture du tampon tant qu il y a des tuples recherche des éléments dans le tampon et mise dans la structure inter_op ; affichage des éléments sortis du tampon, le montant, le type d op, la date de l Op; fermeture du tampon affichage de la somme ducompte ; sinon affichage que le compte est sur B ; exécution sur ssc8b ; déclaration d un tampon pour interrogation de typeop et de ddate de la table FragB_TableOp, 17

18 } où NoCompte = :compte et mise dans la structure inter _op ; ouverture du tampon ; tant qu il n y a pas d erreur recherche des éléments dans le tampon; fermeture du tampon ; affichage du nb d opération qui est le nb de tuple dans le tampon ; si le nb de tuple =0 alors compte inexistant ; input() ; sortie de la fonction ; ouverture du tampon tant qu il y a des tuples recherche des éléments dans le tampon et mise dans la structure inter_op ; affichage des éléments sortis du tampon, le montant, le type d op, la date de l Op; fermeture du tampon affichage de la somme du compte ; compteur=1; PROBLEMES RENCONTRÉ Difficulté à la compilation par le moteur d oracle. AMELIORATIONS POSSIBLE CONCLUSION Ce projet nous a permis de nous familiariser avec les bases de données répartie, ainsi que de plonger des requêtes SQL dans un langage comme le C. Ce projet nous a pris énormément de temps pour implémenter les applications. Le fait que le compilateur d Oracle ne fonctionne pas correctement a engendrer beaucoup de temps perdu. Listing des applications. ANNEXES 18

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

Java DataBaseConnectivity

Java DataBaseConnectivity Java DataBaseConnectivity JDBC JDBC est une API Java (ensemble de classes et d interfaces défini par SUN et les acteurs du domaine des SGBD) permettant d accéder aux bases de données à l aide du langage

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. Le Modèle Relationnel

Bases de Données Relationnelles. Le Modèle Relationnel Bases de Données Relationnelles Le Modèle Relationnel Le modèle relationnel modèle de niveau logique modèle simple : deux concepts relation (table) attribut (colonne) défini par Ted Codd en 1970 ; prix

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005

Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005 Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 922 - Licence d'informatique Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005 Documents autorisés Durée : 2h. Exercice 1 : Autorisation Question

Plus en détail

Application web de gestion de comptes en banques

Application web de gestion de comptes en banques Application web de gestion de comptes en banques Objectif Réaliser une application Web permettant à un client de gérer ses comptes en banque Diagramme de cas d'utilisation 1 Les cas d'utilisation Connexion

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Formation PHP/ MYSQL

Formation PHP/ MYSQL Formation PHP/ MYSQL Deuxième PARTIE 1/12 II MYSQL (PHPmyAdmin) Création d un annuaire avec une table MySQL dans phpmyadmin. Voici l écran de PHPmyAdmin lorsque vous vous y connectez. 2/12 1) Création

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication.

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication. 1 BD locale BD locale Programme d'application Logiciel intermédiaire Client SGBD réparti Logiciel intermédiaire données SGBD réparti Logiciel intermédiaire données 2 Bénéfices potentiels Performance Fiabilité

Plus en détail

1. Base de données SQLite

1. Base de données SQLite Dans ce TP, nous allons voir comment créer et utiliser une base de données SQL locale pour stocker les informations. La semaine prochaine, ça sera avec un WebService. On repart de l application AvosAvis

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

PHP Et Les Bases De Données 22 février 2006

PHP Et Les Bases De Données 22 février 2006 Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France UE NFA054 PHP Et Les Bases De Données 22 février 2006 Version Auteur Commentaires 22 février 2006 Florent Brusciano Version Initiale Tous droits

Plus en détail

Programmation Web. Sites dynamiques et bases de données. Mathieu Lacroix. I.U.T. de Villetaneuse. Année 2015-2016

Programmation Web. Sites dynamiques et bases de données. Mathieu Lacroix. I.U.T. de Villetaneuse. Année 2015-2016 Programmation Web Sites dynamiques et bases de données Mathieu Lacroix I.U.T. de Villetaneuse Année 2015-2016 E-mail : mathieu.lacroix@iutv.univ-paris13.fr Page Web : http: // www-lipn. univ-paris13. fr/

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

Conception de BDR et requêtes. Migration vers une BDR. Conception d'une BDR par Décomposition. Objectifs de la Décomposition

Conception de BDR et requêtes. Migration vers une BDR. Conception d'une BDR par Décomposition. Objectifs de la Décomposition Conception de BDR et requêtes Migration vers une BDR Approche décomposition Fragmentation Allocation des fragments Fragmentation de requêtes Optimisation de requêtes Décomposition en BD locales BD BD1

Plus en détail

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données JDBC L3 Informatique Emmanuel Waller, LRI, Orsay Université Paris Sud le mode programme JDBC JDBC : qu'est ce que c'est? Avantages? devant

Plus en détail

Transaction. 1:débiter(1000) 2:créditer(1000)

Transaction. 1:débiter(1000) 2:créditer(1000) Transaction Il n'est pas rare qu'une opération se divise en plusieurs autres opérations élémentaires sur la base de données. Dans ce cas, l''état de la base de données avant l'opération est maintenue cohérent,

Plus en détail

Systèmes de gestion de bases de données

Systèmes de gestion de bases de données Systèmes de gestion de bases de données Introduction a la notion de transaction P. Rigaux Cnam, dépt. informatique May 20, 2015 PR (Cnam, dépt. info) Systèmes de gestion de bases de données May 20, 2015

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL 1. Description SQL est un acronyme pour Structured Query Language qui a été conçu par IBM, et a succédé au langage SEQUEL. C est maintenant le langage le plus utilisé dans les

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

Portail du Consommateur. Guide d utilisation. Du dépôt de requêtes

Portail du Consommateur. Guide d utilisation. Du dépôt de requêtes Portail du Consommateur Guide d utilisation Du dépôt de requêtes Sommaire 1. CONNEXION A L APPLICATION DE GESTION DES REQUETES :... 3 2. INSCRIPTION AU DEPOT DE REQUETE :... 4 3. DEPOT D UNE NOUVELLE REQUETE

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin

Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Cours de Base de Données Cours n.2 Introduction à MySQL/PhPMyAdmin Ce cours reprend beaucoup de transparents du cours de Philippe LAHIRE Elisabetta De Maria - edemaria@i3s.unice.fr UFR Sciences et Laboratoire

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

1.1 Remote Procedure Call (RPC)

1.1 Remote Procedure Call (RPC) 1.1 Remote Procedure Call (RPC) Le modèle Client-Serveur est un modèle simple à utiliser pour la structuration des systèmes répartis. Mais ce modèle s appuie sur des communications de type entrée/sortie

Plus en détail

INFO 364 : Bases de Données Projet Professeur : Esteban Zimányi Assistants : Pierre Stadnik et Mohammed Minout Année Académique : 2004-2005

INFO 364 : Bases de Données Projet Professeur : Esteban Zimányi Assistants : Pierre Stadnik et Mohammed Minout Année Académique : 2004-2005 Université Libre de Bruxelles Faculté des Sciences Appliquées & Faculté des Sciences INFO 364 : Bases de Données Projet Professeur : Esteban Zimányi Assistants : Pierre Stadnik et Mohammed Minout Année

Plus en détail

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL

Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL Chapitre 3 LE MODELE RELATIONNEL Le modèle relationnel a été inventé en 1960 et a fait l'objet de très nombreuses recherches qui ont débouché sur la réalisation et commercialisation de SGBDs relationnels.

Plus en détail

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 5 : Formulaires et utilisation des Bases de Données avec PHP

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 5 : Formulaires et utilisation des Bases de Données avec PHP Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 5 : Formulaires et utilisation des Bases de Données avec PHP Au cours de ce TP, vous allez voir comment PHP permet aux utilisateurs, une interaction avec

Plus en détail

PPE 3.1.b. Gestion des frais : Mode d'emplois de l'application GSB Fiche de Frais ITIN BTS SIO A2 AUBRUN - HUERTAS - LE MEUT - RIDEAU

PPE 3.1.b. Gestion des frais : Mode d'emplois de l'application GSB Fiche de Frais ITIN BTS SIO A2 AUBRUN - HUERTAS - LE MEUT - RIDEAU ITIN BTS SIO A2 PPE 3.1.b Gestion des frais : Mode d'emplois de l'application GSB Fiche de Frais AUBRUN - HUERTAS - LE MEUT - RIDEAU 1 Sommaire I- Arborescence des Forms... 3 II- Diagramme de classe...

Plus en détail

e)services - Guide de l utilisateur e)carpa

e)services - Guide de l utilisateur e)carpa e)services - Guide de l utilisateur e)carpa 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 - Accès au site e)carpa 4 2.1 Identification et authentification 4 2.2 Consultation du site e)carpa 6 2.3 Mode de navigation sur

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

I- Présentation générale II-Création d une base III-Remplir une table IV-Requêtes SQL SQLITEMAN KIT DE SURVIE

I- Présentation générale II-Création d une base III-Remplir une table IV-Requêtes SQL SQLITEMAN KIT DE SURVIE SQLITEMAN KIT DE SURVIE SQLITEMAN KIT DE SURVIE I-Présentation générale Fenêtre du «navigateur d objets», qui permet de visualiser ou modifier la structure de la base de données utilisées. Fenêtre de

Plus en détail

Introduction Mysql API mysqli Annexe. Introduction à PHP. Web et SGBD : un exemple avec Mysql. IUT de Fontainebleau. 8 mars 2014. Introduction à PHP

Introduction Mysql API mysqli Annexe. Introduction à PHP. Web et SGBD : un exemple avec Mysql. IUT de Fontainebleau. 8 mars 2014. Introduction à PHP Web et SGBD : un exemple avec IUT de Fontainebleau 8 mars 2014 1 2 Modèle relationnel 3 4 listes des fonctions mysqli 1 2 Modèle relationnel 3 4 listes des fonctions mysqli Problématique Sites dynamiques

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES

PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES PHP 4 PARTIE : BASE DE DONNEES 1. Introduction 2. Présentation de MySQL 3. Principe 4. Connexion 5. Interrogation 6. Extraction des données 7. Fonctions de services 8. Traitement des erreurs 9. Travaux

Plus en détail

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE 2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007 Projet BANQUE 1. Explications L'examen comprend un projet à réaliser à domicile et à documenter : - structure des données, - objets utilisés, - relations de dépendance

Plus en détail

Pour les débutants. langage de manipulation des données

Pour les débutants. langage de manipulation des données Pour les débutants SQL : langage de manipulation des données Les bases de données sont très utilisées dans les applications Web. La création, l interrogation et la manipulation des données de la base sont

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des données» PL / SQL: Mise à jour des données Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code

Plus en détail

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données

Instructions SQL. Première partie : Langage de description et de gestion des données Instructions SQL Première partie : Langage de description et de gestion des données Quelques instructions et leur syntaxe 1. Introduction Trois principales catégories d instructions. Instructions de création

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction aux Bases de Données. Cours de Bases de Données. Polytech Paris-Sud. Chapitre 1 : Quelques questions

Chapitre 1. Introduction aux Bases de Données. Cours de Bases de Données. Polytech Paris-Sud. Chapitre 1 : Quelques questions Cours de Bases de Données Chapitre 1 Polytech Paris-Sud Sarah Cohen-Boulakia LRI, Bât 490, Université Paris-Sud 11, Orsay cohen @ lri. fr 01 69 15 32 16 Introduction aux Bases de Données 1 2 Chapitre 1

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

CONSULTATION DES DONNÉES ARCHIVÉES

CONSULTATION DES DONNÉES ARCHIVÉES CONSULTATION DES DONNÉES ARCHIVÉES Le processus Le processus d archivage transfère les données financières de la base de données PeopleSoft vers une autre base de données. Ce processus consiste, dans un

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 6 : JDBC : ou comment lier ORACLE avec Java 1ère partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Introduction 2 les étapes de la connexion

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

CESI Bases de données

CESI Bases de données CESI Bases de données Introduction septembre 2006 Bertrand LIAUDET EPF - BASE DE DONNÉES - septembre 2005 - page 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE 1. Objectifs généraux L objectif de ce document est de faire comprendre

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Module B210 Bases de données relationnelles Travaux pratiques TP avec Oracle XE TP avec MySQL Gérard-Michel Cochard Travaux Pratiques avec Oracle XE Contenu : 1 - Installation et prise en main 2 - Un exemple

Plus en détail

Licence Professionnelle Développeur Web Programmation Orientée Objets Gestion de comptes en banque (Philippe.Genoud@imag.fr)

Licence Professionnelle Développeur Web Programmation Orientée Objets Gestion de comptes en banque (Philippe.Genoud@imag.fr) Grenoble 1 IMA Informatique & Mathématiques Appliquées UNIVERSITE JOSEPH FOURIER Sciences, Technologie, Médecine Licence Professionnelle Développeur Web Programmation Orientée Objets Gestion de comptes

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Licence Professionnelle TAI Programmation Orientée Objets Gestion de comptes en banque (Philippe.Genoud@imag.fr)

Licence Professionnelle TAI Programmation Orientée Objets Gestion de comptes en banque (Philippe.Genoud@imag.fr) Grenoble 1 IMA Informatique & Mathématiques Appliquées UNIVERSITE JOSEPH FOURIER Sciences, Technologie, Médecine Licence Professionnelle TAI Programmation Orientée Objets Gestion de comptes en banque (Philippe.Genoud@imag.fr)

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base)

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) 1. Généralités sur l'information et sur sa Représentation 1.1 Informations et données : a. Au sen de la vie : C

Plus en détail

Les références et la mémoire

Les références et la mémoire Chapitre 3 Les références et la mémoire 3.1 Introduction En Java, pour déclarer une variable, il faut donner son nom, précédé du type qu on souhaite lui attribuer. Ces types peuvent être des types primitifs

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu

Plus en détail

Interfaçage de programmation. c Olivier Caron

Interfaçage de programmation. c Olivier Caron Interfaçage de programmation 1 Le SGBD est-il suffisant? (1/2) Les pour : La puissance du langage de requêtes. 1 Le SGBD est-il suffisant? (1/2) Les pour : La puissance du langage de requêtes. L aspect

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

TD3 : PHP «avancé» V2.4.0

TD3 : PHP «avancé» V2.4.0 TD3 : PHP «avancé» V2.4.0 Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution Pas d'utilisation Commerciale Partage à l'identique 3.0 non transposé. Document

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen Licence 3 MIASHS, semestre 6 (2014/2015)

Université Bordeaux Segalen Licence 3 MIASHS, semestre 6 (2014/2015) Université Bordeaux Segalen Licence 3 MIASHS, semestre 6 (2014/2015) Conception de Sites Web Dynamiques : TD 7 Inscription de membres - Variables de sessions - Formulaires pour insérer des images Version

Plus en détail

OI40: bases de données, TP 2

OI40: bases de données, TP 2 OI40: bases de données, TP 2 Frédéric Lassabe October 26, 2010 Ce TP requiert d avoir bien compris le TP précédent. 1 Sujet Lors de ce TP, il sera question d améliorer la base de données du TP précédent.

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

SGBD orientés objet. Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet 03/03/2015. Définitions. Concepts Généraux

SGBD orientés objet. Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet 03/03/2015. Définitions. Concepts Généraux SGBD orientés objet Définitions Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet MDOO : Un modèle de données qui capture la sémantique des objets supportée en programmation objet. Concepts Généraux

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL Qu est ce qu une base de données? Introduction Une base de données est un ensemble d au moins un tableau contenant des données. Exemple : une base

Plus en détail

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java

Introduction à JDBC. Accès aux bases de données en Java Introduction à JDBC Accès aux bases de données en Java Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Introduction JDBC : Java Data Base Connectivity

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Tutoriel de création d une application APEX

Tutoriel de création d une application APEX Tutoriel de création d une application APEX 5-Création de deux pages, de vue d ensemble et de saisie des écritures 5.1 Visualisation et modification d une page Cliquons sur l icône «Page 1» pour accéder

Plus en détail

Site Web du DMI : explication de code

Site Web du DMI : explication de code Site Web du DMI : explication de code I. Présentation de l arborescence du site /Site_DMI_08/ Répertoire racine du site web. /Site_DMI_08/images/ Ce dossier comporte toutes les images utilisées dans le

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Chapitre 3 : Pointeurs et références

Chapitre 3 : Pointeurs et références p. 1/18 Chapitre 3 : Pointeurs et références Notion de pointeur L adresse d une variable est une valeur. On peut donc la stocker dans une variable. Un pointeur est une variable qui contient l adresse d

Plus en détail

David Prud homme Lacroix Radouan Faïd Van Khue Nguyen Sata Nambinina Randrianomenjanaharimanana. Compte rendu : AlloPlomberie

David Prud homme Lacroix Radouan Faïd Van Khue Nguyen Sata Nambinina Randrianomenjanaharimanana. Compte rendu : AlloPlomberie Aurélien Orts David Prud homme Lacroix Radouan Faïd Van Khue Nguyen Sata Nambinina Randrianomenjanaharimanana Licence NTI Compte rendu : AlloPlomberie SOMMAIRE I. Introduction II. Présentation du projet

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise

OpenPaaS Le réseau social d'entreprise OpenPaaS Le réseau social d'entreprise Spécification des API datastore SP L2.3.1 Diffusion : Institut MinesTélécom, Télécom SudParis 1 / 12 1OpenPaaS DataBase API : ODBAPI...3 1.1Comparaison des concepts...3

Plus en détail

Pré-conditions : Evénement déclencheur : le client souhaite un virement. Description du déroulement du cas : Description des Use cases

Pré-conditions : Evénement déclencheur : le client souhaite un virement. Description du déroulement du cas : Description des Use cases Description des Use cases. Demander un virement bancaire 2. Constituer les listes reflets S'identifier et s'authentifier «include» Demander un v irement bancaire Abonné Smartphone «include» Consulter le

Plus en détail

Installation et administration d une base de données MySQL

Installation et administration d une base de données MySQL Compte rendu d'activité Fiche n 2 Nom et prénom : SAÏD Jérôme Nature de l'activité Installation et administration d une base de données MySQL Contexte : Dans le but de mettre en place un outils permettant

Plus en détail

O. Auzende Ingénierie Web. PHP et MySQL

O. Auzende Ingénierie Web. PHP et MySQL O. Auzende Ingénierie Web Création d une base PHP et MySQL Lancez easyphp et créez une base baseqcm, pour l instant vide. Nous allons la remplir avec des questions de C2i (certificat Informatique et Internet).

Plus en détail

Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle

Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle Initiation aux bases de données et à la programmation événementielle Cours N 3 : Langage de Manipulation de Données. Souheib BAARIR. Page web : http://pagesperso-systeme.lip6.fr/souheib.baarir/bdvba/support.htm

Plus en détail

1 Partie A : administration d une base de donnée à travers PhpMyAdmin

1 Partie A : administration d une base de donnée à travers PhpMyAdmin Ce TP se compose en 2 sections : une section de prise en main (sur ordinateur) et une section d exercice (sur papier) concernant l algèbre relationnelle. 1 Partie A : administration d une base de donnée

Plus en détail

BTS/CGO P10 SYSTEME INFORMATION Année 2012-2013

BTS/CGO P10 SYSTEME INFORMATION Année 2012-2013 BTS/CGO P10 SYSTEME INFORMATION Année 2012-2013 TS2 CGO 7 mars 2013 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Nota : Il vous est demandé d apporter un soin particulier à la présentation de

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

Salvia Liaison Financière. Manuel d installation version 15.00 Pour les professionnels des collectivités locales et de l habitat social

Salvia Liaison Financière. Manuel d installation version 15.00 Pour les professionnels des collectivités locales et de l habitat social Salvia Liaison Financière Manuel d installation version 15.00 Pour les professionnels des collectivités locales et de l habitat social Sommaire 1. Préambule... 3 2. Introduction... 3 3. Création de la

Plus en détail

TP SQL Server2005 Procédures stockées et déclencheurs

TP SQL Server2005 Procédures stockées et déclencheurs 1 TP SQL Server2005 Procédures stockées et déclencheurs Objectifs: - création et test de procédures stockées, - création et test de déclencheurs sur votre base de données Gescom. Condition de réalisation

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle

Partie I : Créer la base de données. Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Année universitaire 2008/2009 Master 1 SIIO Projet Introduction au Décisionnel, Oracle Ce projet comporte trois parties sur les thèmes suivants : création de base de donnée, requêtes SQL, mise en œuvre

Plus en détail

Le modèle relationnel L algèbre relationnelle

Le modèle relationnel L algèbre relationnelle François Jacquenet Professeur d'informatique Faculté des Sciences Laboratoire Hubert Curien UMR CNRS 5516 18 rue Benoit Lauras 42000 Saint-Etienne Tél : 04 77 91 58 07 e-mail : Francois.Jacquenet@univ-st-etienne.fr

Plus en détail