Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données"

Transcription

1 Chapitre 10 Architectures des systèmes de gestion de bases de données

2 Introduction Les technologies des dernières années ont amené la notion d environnement distribué (dispersions des données). Pour reliér plusieurs ordinateurs entre eux, nous utilisons : Réseaux téléphoniques Réseaux grand débit Liaisons satellite Ce changement a favorisé une nouvelle approche, basée sur la technologie client/serveur qui a fait aussi augmenter le rôle du dans les entreprises. Le partage d informations a modifié nos entreprises et permis d appliquer des principes modernes de réduction du processus de fabrication (ex: Just-In-Time). Les bases de données deviennent actives les informations stockées dans les BD doivent maintenant favoriser les opérations et indiquer les besoins de qualité. 2

3 Plan du chapitre Les points abordés dans ce chapitre sont les suivants : L architecture centralisée L architecture client-serveur Structure des bases de données réparties Bases de données actives 3

4 L architecture centralisée L architecture centralisée est la plus ancienne. Elle se composait : d ordinateurs centraux; de terminaux. Tous le travail (les processus) s exécute sur les systèmes centraux, donc le temps de réponse aux requêtes dépend de la charge du système. Ce sont des systèmes simples, mais peu flexibles. 4

5 L architecture client/serveur L architecture client/serveur découle: Des améliorations des interfaces graphiques; Les ordinateurs personnels à moindre coûts; Des réseaux locaux; Des bases de données relationnelles; Des langages de traitement de données; Outils de conception assistée par ordinateur. Pour correspondre au modèle d architecture client/serveur, il faut: une communication entre des programmes tournant sur des ordinateurs différents. 5

6 L architecture client/serveur Le client un ordinateur qui contient un module informatique intelligent qui est utilisé par un seul usager. fournit une interface entre l'usager et l'application informatique. possède son propre système d'opération, celui-ci: 1. Accepte les demandes de l'utilisateur; 2. Ensuite effectuer une requête au serveur d'application; 3. Finalement, affiche le résultat à l'écran. Peut calculer, afficher des données, modifier les données, fournir de l'aide Mais il ne peut pas avoir accès directement aux données. 6

7 L architecture client/serveur Le serveur Est un ordinateur connecté à un réseau qui fournit des services à d'autres ordinateurs (clients). Est un module informatique intelligent qui n'est pas accédé directement par l'usager. 1. reçoit des requêtes des ordinateurs clients, 2. exécute les requêtes à l'aide du, 3. retourne le résultat aux clients. Note: L'application client/serveur peut utiliser plusieurs serveurs pour fournir différents services aux clients. Ex: Serveur de fichier, d'imprimante, de Fax, de communication et de base de données. 7

8 La division du travail par l approche client/serveur Le module serveur exécute les requêtes SQL provenant des clients et retourne le résultat. Le module client consiste en un ordinateur client qui possède: l'interface personne-machine qui est une application de la base de données son système d'opération propre, un programme de communication hardware/software 8

9 La division du travail par l approche client/serveur La figure ci-contre illustre comment un client peut fournir de l'information à partir d'un serveur de base de données via un lien LAN (Local Area Network) à d'autres clients. 9

10 La division du travail par l approche client/serveur Une mauvaise intégration des ressources informatiques peut engendrer une complexité pour la gestion de l information. Cette situation se produit souvent lors de l'acquisition ou la consolidation d'entreprises. Les clients de SQL Server ou d'oracle ne peuvent accéder aux données d'informix et vice-versa. Un interface client pour chaque système!!! 10

11 La division du travail par l approche client/serveur Voici la possibilité d une interface universelle qui permet à chaque client d'avoir accès à l'ensemble des données. 11

12 La division du travail par l approche client/serveur Exemple d application client/serveur pour gérer un atelier de réparation: 1. Le préposé au service entre les détails des réparations dans la BD; 2. L'analyste des opérations lit les données de la BD; 3. Il envoie un rapport via le courrier électronique au management; 4. le groupe dédié aux réparations reçoit la liste des réparations. 12

13 Structure des bases de données réparties Une BD répartie se compose d'un ensemble de sites dont chacun héberge un système local de gestion de base de données. Chaque site est donc capable de traiter des transactions locales, qui ne concernent que les données de ce site particulier. d'exécuter des transactions globales sur les données de plusieurs sites. Ce qui nécessite une liaison entre les sites. Les BD réparties communiquent au moyen de: de réseaux téléphoniques, de réseau à grand débit, de liaisons par satellite. 13

14 Structure des bases de données réparties Voici les configurations les plus communément adoptées pour ce genre de réseau. 14

15 Structure des bases de données réparties Ces configurations se différencient par les paramètres suivants: coût d'installation : frais d'établissement d'une liaison physique entre les sites; coût d'exploitation : frais de transmission et durée de transmission entre les sites; fiabilité : fréquence de pannes de liaison ou de site des liaisons établies; disponibilité : niveau d'accessibilité du système en dépit des pannes de quelques liaisons ou de quelques sites. L'avantage essentiel de la répartition des données réside dans l'efficacité et la fiabilité d'accès à des données partagées. 15

16 Inconvénients de la répartition des données L'inconvénient majeur de la répartition des données d'une BD entre plusieurs sites est la complexité résultant de leur coordination. Cette complexité se répartit de la façon suivante : Le coût de mise au point du logiciel; Le nombre d'erreurs logicielles plus important; Les servitudes du système accrues. Note: la répartition des données peut s'effectuer à des degrés divers entre un système fortement centralisé et un système à dispersion quasi totale. 16

17 Architecture des bases réparties Une BD relationnelle peut avoir ses relations stockées dans la base de plusieurs façons : avec réplication: les divers sites stockent chacun une copie de la relation; avec fragmentation: la relation est découpée en plusieurs fragments hébergés par un site donné; avec réplication et fragmentation: combinaison des deux processus précédent. 17

18 Réplication des données La réplication des données implique qu une relation est répliquée et stockée intégralement dans deux ou plusieurs sites. Avantages et inconvénients: disponibilité des données: une relation peut être atteinte sur n'importe quel site en cas d'avarie affectant un site donné; parallélisme des traitements: pour des transactions de lectures, plusieurs sites peuvent travailler en parallèle sur une même relation; servitudes de mise à jour: toutes mises à jour (écritures) sur une relation doivent être appliquées à l'ensemble des sites, ce qui alourdit la procédure de gestion de la BD. 18

19 Fragmentation des données La fragmentation des données implique le découpage d une relation en plusieurs sous-relations pour chaque site donné. Il existe deux façons de fragmenter: horizontalement ou verticalement. Agence Compte Client Position Hillside 305 Lowman 500 Ex: relation Dépôt Hillside 226 Camp 336 Valleyview 117 Camp 205 Valleyview 402 Kahn Hillside 155 Kahn 2 Valleyview 408 Kahn 1123 Valleyview 639 Camp

20 Fragmentation horizontale Par exemple, on peut subdiviser la relation Dépôt par agence: Dépôt 1 = σ agence = Hillside (Dépôt) Agence Compte Client Position Hillside 305 Lowman 500 Hillside 226 Camp 336 Hillside 155 Kahn 62 La relation Dépot 1 est stockée à l agence Hillside Dépôt 2 = σ agence = Valleyview (Dépôt) : Agence Compte Client Position Valleyview 117 Camp 205 Valleyview 402 Kahn Valleyview 408 Kahn 1123 Valleyview 639 Camp 750 La relation Dépot 2 est stockée à l agence Valleyview 20

21 Fragmentation horizontale Voici un autre exemple de fragmentation horizontale sur deux sites différents. Département de recherche Département d administration 21

22 Fragmentation verticale La fragmentation verticale permet de séparer une relation au niveau des colonnes (attributs). Cette séparation s'obtient en ajoutant un attribut spécial à la relation, tuple-id. Ce tuple-id représente l'adresse physique du tuple et représente une clé primaire. Agence Compte Client Position tuple-id Hillside 305 Lowman Hillside 226 Camp Valleyview 117 Camp Valleyview 402 Kahn Hillside 155 Kahn 62 5 Valleyview 408 Kahn Valleyview 639 Camp

23 Fragmentation verticale Voici la fragmentation verticale de la relation Dépôt: Dépôt 3 = s agence,client,tuple-id (Dépôt) Agence Client tuple-id Hillside Lowman 1 Hillside Camp 2 Valleyview Camp 3 Valleyview Kahn 4 Hillside Kahn 5 Valleyview Kahn 6 Valleyview Camp 7 Les colonnes agence et client sont conservées. Dépôt 4 = s compte,position,tuple-id (Dépôt) Les colonnes compte et position sont conservées. Compte Position tuple-id L'attribut tuple-id est en général invisible à l'utilisateur et il sert essentiellement à recombiner les relations verticales. 23

24 Fragmentation mixte La fragmentation mixte est une combinaison des fragmentations horizontales et verticales. Par exemple, on peut fragmenter horizontalement la relation Dépôt 3 : Dépôt 3a = σ agence = Hillside (Dépôt 3 ), Agence Client tuple-id Hillside Lowman 1 Hillside Camp 2 Hillside Kahn 5 Dépôt 3b = σ agence = Valleyview (Dépôt 3 ). Agence Client tuple-id Valleyview Camp 3 Valleyview Kahn 4 Valleyview Kahn 6 Valleyview Camp 7 24

25 Réplication et fragmentation des données Les techniques qui précèdent peuvent être appliquées séquentiellement à une même relation : Imaginons un système réparti sur 10 sites, S 1, S 2,..., S 10 ; avec la fragmentation mixte de Dépôt en : Dépôt 3a, Dépôt 3b et Dépôt 4, puis stockée de cette façon: une copie de Dépôt 3a sur les sites S 1, S 3 et S 7, une copie de Dépôt 3b sur les sites S 7 et S 10 et une copie de Dépôt 4 sur les sites S 2, S 8 et S 9. 25

26 Transparence et Autonomie La dispersion d une relation sur plusieurs sites devrait être transparente à l utilisateur. Pour obtenir l'autonomie locale, le système utilise une désignation particulière pour identifier les sous-relations réparties sur la BD. Par exemple : site10.dépôt.f 3.r 2 désigne, sur le site 10, la réplique 2 du fragment 3 de la relation Dépôt. Inconvénient: Restreint la transparence des données puisqu'elles sont marquées par leur origine. Solution: Création pour chaque sous-relations des alias à l'usage de l'utilisateur. Ce dernier peut alors manipuler ces sous-relations au moyen d'étiquettes de substitution plus simples que le système transcrit en désignations complètes. 26

27 Traitement des requêtes sur BD répartie Au chapitre 9, nous avons vu diverses techniques de calcul de la réponse à une requête. Dans le cas d'un système réparti, il faut prendre en compte d autres paramètres : le coût de transmission des données sur le réseau; le gain potentiel de performance résultant d'un traitement parallèle par plusieurs sites d'une requête donnée. 27

28 Traitement des requêtes sur BD répartie Traitement par jonction naturelle Considérons l'expression algébrique relationnelle : Clientèle X Dépôt X Banque Ex:Supposons que les 3 relations ne sont pas répliquées ni fragmentées et que Clientèle est stockée sur le site S 3, Dépôt sur le site S 4 et Banque sur le site S 2. Le système doit fournir le résultat au site S 10. Le système peut utiliser l'une des trois stratégies suivantes : 1. expédier des copies des trois relations au site S10 et calculer la jonction; 28

29 Traitement des requêtes sur BD répartie 2. expédier une copie de Clientèle au site S 4 et calculer : r i = Clientèle X Dépôt sur ce site; expédier le résultat intermédiaire r i sur le site S 2 et calculer : r f = r i X Banque sur ce site; expédier le résultat final r f sur le site S 10, 3. une stratégie semblable à la stratégie 2 avec permutation des sites de façon à optimiser la jonction naturelle. L optimiseur choisira la stratégie la moins coûteuse pour la requête. 29

30 Traitement des requêtes sur BD répartie Traitement par jonction naturelle en exploitant le parallélisme Considérons l'expression algébrique relationnelle suivante : r 1 X r 2 X r 3 X r 4 Une façon de résoudre le problème consiste à calculer en parallèle deux jonctions. Par exemple, r 1 peut être expédiée sur S 2 : r 1,2 = r 1 X r 2 est calculée sur S 2. Simultanément, r 3 peut être expédiée sur S 4 : r 3,4 = r 3 X r 4 est calculée sur S 4. Il reste à expédier r 1,2 sur le site S 4 et calculer : r 1,2,3,4 = r 1,2 X r 3,4 Et ce résultat final est expédié au site où la requête s'est effectuée. 30

31 Bases de données actives La base de données active est flexible aux variations externes: Ce sont les forces du marché qui déterminent ce qui doit être produit, comment le fabriquer et ou le distribuer. Pour une entreprise en compétition sur le marché mondial le savoir correspond au pouvoir. Pour être compétitive, elle doit pouvoir utiliser ses données d'opération en information tactique servant à maximiser ses chances de succès. La source principale qui alimente cette force est la base de données de l'entreprise. 31

32 Bases de données actives Cycle de fabrication assisté d une base de données active 32

33 Le pouvoir de l information Exemple de schéma hiérarchique d une entreprise qui tente d imposerle résultat de sa production Pour réussir à implanter les concepts modernes de fabrication (Just-In-Time, Atelier Flexible, etc..., ), il faut changer notre vision des systèmes d'information. Ce modèle illustre l'interaction entre les différents départements. Basé sur les demandes des clients. 33

34 Serveur passif VS serveur actif Un serveur passif est contrôlé par ses clients, il fait des opérations sur les données qui sont dictées par les clients. il ne peut pas exécuter de programme de base de données. Un serveur actif incorpore sa propre logique de contrôle. opère à partir de ses clients, d'autres serveurs gère ses événements internes. il peut exécuter des fonctions SQL. 34

35 Exemple de base de données active La figure illustre le processus de coopération entre deux serveurs de base de données. Par exemple, un contracteur qui magasine chez Rona demande 4 caisses de peinture. Le préposé au comptoir fait une requête pour vérifier la disponibilité du produit. Le serveur local du centre de distribution détecte qu'il n'y a que 2 caisses en stock. Il réserve donc ces deux caisses et en commande 2 autres d'un autre centre de distribution. 35

36 Concepts de BD actives Voici un serveur actif qui est commandé indirectement par des événements (alarme) et par des commandes directes (usager) pour rétablir le système. Évènement Application de l action Serveur actif à l écoute des évènements Déclenchement de la procédure Action à prendre 36

37 Concepts de BD actives Règles actives : ex : Déclencheurs (triggers), comporte 3 composantes: 1. Un évènement déclencheur 2. Une condition (optionnel) 3. Une action à prendre Oracle, Sybase, DB2 Ex: END; CREATE TRIGGER SalaireTotale AFTER UPDATE OF DNO ON EMPLOYE FOR EACH ROW BEGIN UPDATE DEPARTEMENT SET TOTAL_SAL = TOTAL_SAL + NEW.SALARY WHERE DNO= NEW.DNO UPDATE DEPARTEMENT SET TOTAL_SAL = TOTAL_SAL - OLD.SALARY WHERE DNO= OLD.DNO 37

38 En résumé Les bases de données actives permettent de créer des systèmes d'information: plus performants, plus rapides, à meilleur coût que dans le passé. 38

Module BDR Master d Informatique (SAR)

Module BDR Master d Informatique (SAR) Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 6- Bases de données réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Bases de Données Réparties Définition Conception Décomposition Fragmentation horizontale et

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer Bases de Données Réparties Définition Architectures Outils d interface SGBD Réplication SGBD répartis hétérogènes BD réparties Principe : BD locales, accès locaux rapides accès aux autres SGBD du réseau

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

Implémentation des SGBD

Implémentation des SGBD Implémentation des SGBD Structure générale des applications Application utilisateur accédant à des données d'une base Les programmes sous-jacents contiennent du code SQL Exécution : pendant l'exécution

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données Relationnelles Conclusion - 1

Introduction aux Bases de Données Relationnelles Conclusion - 1 Pratique d un : MySQL Objectifs des bases de données Où en sommes nous? Finalement, qu est-ce qu un? Modèle relationnel Algèbre relationnelle Conclusion SQL Conception et rétro-conception Protection de

Plus en détail

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale

Introduction aux Systèmes Distribués. Introduction générale Introduction aux Systèmes Distribués Licence Informatique 3 ème année Introduction générale Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Plan

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Le Raid c est quoi? Comment ca marche? Les différents modes RAID :

Le Raid c est quoi? Comment ca marche? Les différents modes RAID : Le Raid c est quoi? Redundant Array of Inexpensive Disks: ensemble redondant de disques peu chers. Le RAID est une technologie qui a été dévellopée en 1988 pour améliorer les performances des unités de

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES

Faculté des sciences de gestion et sciences économiques BASE DE DONNEES BASE DE DONNEES La plupart des entreprises possèdent des bases de données informatiques contenant des informations essentielles à leur fonctionnement. Ces informations concernent ses clients, ses produits,

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés.

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. portnox Livre blanc réseau Janvier 2008 Access Layers portnox pour un contrôle amélioré des accès access layers Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. Table des matières Introduction 2 Contrôle

Plus en détail

Bases de données avancées Introduction

Bases de données avancées Introduction Bases de données avancées Introduction Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan Objectifs et contenu du cours Rappels BD relationnelles Bibliographie Cours BDA (UCP/M1)

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Partie 1 : Notion de bases de données (Conception

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - meilleures pratiques

DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - meilleures pratiques livre blanc DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE MEILLEURES PRATIQUES ET APPLICATIONS DE SOUTIEN DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - MEILLEURES PRATIQUES 1 Les solutions infonuagiques sont de plus en plus présentes sur

Plus en détail

Veritas Storage Foundation par Symantec

Veritas Storage Foundation par Symantec Veritas Storage Foundation par Symantec Gestion en ligne de ressources de stockage hétérogènes Veritas Storage Foundation offre une solution complète pour la gestion en ligne de ressources de stockage

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

1/ Présentation de SQL Server :

1/ Présentation de SQL Server : Chapitre II I Vue d ensemble de Microsoft SQL Server Chapitre I : Vue d ensemble de Microsoft SQL Server Module: SQL server Semestre 3 Année: 2010/2011 Sommaire 1/ Présentation de SQL Server 2/ Architerture

Plus en détail

Bases de Données. Plan

Bases de Données. Plan Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Plan Généralités: Définition de Bases de Données Le modèle relationnel Algèbre relationnelle

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

Base de données II Module 3b

Base de données II Module 3b Base de données II Module 3b Bases de données répliquées Environnement Oracle et SQL Server Eddy.Meylan@hegne.ch E. Meylan/ 17/12/2003 Informaticien de Gestion HES / Bases de données II module 3b 1 Plan

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION»

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» CONCOURS INTERNE SESSION 2002 ÉPREUVE SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion informatique Durée de préparation

Plus en détail

ORACLE TUNING PACK 11G

ORACLE TUNING PACK 11G ORACLE TUNING PACK 11G PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES : Conseiller d'optimisation SQL (SQL Tuning Advisor) Mode automatique du conseiller d'optimisation SQL Profils SQL Conseiller d'accès SQL (SQL Access

Plus en détail

Check-list de maintenance du système Instructions impératives pour l'utilisateur du système Dernière mise à jour 09 juin 2011

Check-list de maintenance du système Instructions impératives pour l'utilisateur du système Dernière mise à jour 09 juin 2011 ANNEXE 3 Check-list de maintenance du système Instructions impératives pour l'utilisateur du système Dernière mise à jour 09 juin 2011 Généralités Afin de pouvoir garantir un support sûr et efficace du

Plus en détail

BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS. UFR Sciences et Techniques. IUP Blois Master SIR 1 année

BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS. UFR Sciences et Techniques. IUP Blois Master SIR 1 année UFR Sciences et Techniques IUP Blois Master SIR 1 année BD Avancées TRAVAUX DIRIGÉS Enseignant Jean-Yves ANTOINE (Jean-Yves.Antoine AT univ-tours.fr) Sécurité des données CONTRÔLE DES ACCES CONCURRENTS

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

MySQL. (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation. France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada

MySQL. (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation. France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada MySQL (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation Microsoft Partner France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada WWW.SASGROUPE.COM Formez vos salariés pour optimiser la productivité de votre

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Cargo3000.com SYSTÈME DE GESTION INTERNATIONALE, NATIONALE ET TRANSFONTALIÈRE D'OPÉRATIONS DE TRANSIT (AÉRIEN, MARITIME, ROUTIER) TÉL: (514) 457-0266

Cargo3000.com SYSTÈME DE GESTION INTERNATIONALE, NATIONALE ET TRANSFONTALIÈRE D'OPÉRATIONS DE TRANSIT (AÉRIEN, MARITIME, ROUTIER) TÉL: (514) 457-0266 Cargo3000.com SYSTÈME DE GESTION INTERNATIONALE, NATIONALE ET TRANSFONTALIÈRE D'OPÉRATIONS DE TRANSIT (AÉRIEN, MARITIME, ROUTIER) TÉL: (514) 457-0266 TÉLÉCOPIE: (514) 457-4678 COURRIEL: cliffordking@centillion.net

Plus en détail

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Création et utilisation d'un index de jointure LAMBERT VELLER Sylvain M1 STIC Université de Bourgogne 2010-2011 Reponsable : Mr Thierry Grison

Plus en détail

En savoir plus pour bâtir le Système d'information de votre Entreprise

En savoir plus pour bâtir le Système d'information de votre Entreprise En savoir plus pour bâtir le Système d'information de votre Entreprise En savoir plus sur : Services en ligne, SaaS, IaaS, Cloud - 201305-2/5 SaaS, IaaS, Cloud, définitions Préambule Services en ligne,

Plus en détail

Architecture des systèmes d information

Architecture des systèmes d information Architecture des systèmes d information Table des matières 1 La décennie 70 1 2 Le modèle relationnel (les années 80) 1 3 Enrichissement du relationnel (les années 80/90) 2 4 Système d informations (les

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning

Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning BusinessObjects Planning XI Release 2 Copyright 2007 Business Objects. Tous droits réservés. Business Objects est propriétaire des brevets

Plus en détail

Figure 1. Structure répartie

Figure 1. Structure répartie Chapitre I: Applications Réparties et Middleware 1. Définition d une application répartie Une application répartie est constituée d un ensemble de processus (d objets, d agents, d acteurs) s exécutant

Plus en détail

Les bases de données Page 1 / 8

Les bases de données Page 1 / 8 Les bases de données Page 1 / 8 Sommaire 1 Définitions... 1 2 Historique... 2 2.1 L'organisation en fichier... 2 2.2 L'apparition des SGBD... 2 2.3 Les SGBD relationnels... 3 2.4 Les bases de données objet...

Plus en détail

CESI Bases de données

CESI Bases de données CESI Bases de données Introduction septembre 2006 Bertrand LIAUDET EPF - BASE DE DONNÉES - septembre 2005 - page 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE 1. Objectifs généraux L objectif de ce document est de faire comprendre

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

Projet : PcAnywhere et Le contrôle à distance.

Projet : PcAnywhere et Le contrôle à distance. Projet : PcAnywhere et Le contrôle à distance. PAGE : 1 SOMMAIRE I)Introduction 3 II) Qu'est ce que le contrôle distant? 4 A.Définition... 4 B. Caractéristiques.4 III) A quoi sert le contrôle distant?.5

Plus en détail

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES GENERALITES Définition d'un réseau Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux afin de partager des données, des ressources et d'échanger des

Plus en détail

Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN

Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Moi Je suis étranger J'ai un accent Je me trompe beaucoup en français (et en info, et en math, et...)

Plus en détail

CA ARCserve Backup. Avantages. Vue d'ensemble. Pourquoi choisir CA

CA ARCserve Backup. Avantages. Vue d'ensemble. Pourquoi choisir CA DOSSIER SOLUTION : CA ARCSERVE BACKUP R12.5 CA ARCserve Backup CA ARCSERVE BACKUP, LOGICIEL DE PROTECTION DE DONNÉES LEADER DU MARCHÉ, INTÈGRE UNE TECHNOLOGIE DE DÉDUPLICATION DE DONNÉES INNOVANTE, UN

Plus en détail

Les requêtes Oracle XML DB. Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique

Les requêtes Oracle XML DB. Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique Les requêtes Oracle XML DB Du modèle relationnelle au modèle Hiérarchique Sommaire Rappel des modèles Le modèle relationnel Le modèle hiérarchique Leurs différences Oracle XML DB Les types de XMLType Les

Plus en détail

La haute disponibilité de la CHAINE DE

La haute disponibilité de la CHAINE DE Pare-feu, proxy, antivirus, authentification LDAP & Radius, contrôle d'accès des portails applicatifs La haute disponibilité de la CHAINE DE SECURITE APPLICATIVE 1.1 La chaîne de sécurité applicative est

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Introduction... 3. 8.1. Définition...3

Introduction... 3. 8.1. Définition...3 Mise en situation... 2 Introduction... 3 8.1. Définition...3 8.2. Services de la GMAO...3 8.2.1. Les formes de GMAO... 3 8.2.2. Augmentation du service rendu... 4 8.2.3. La conception des logiciels de

Plus en détail

1 JBoss Entreprise Middleware

1 JBoss Entreprise Middleware 1 JBoss Entreprise Middleware Les produits de la gamme JBoss Entreprise Middleware forment une suite de logiciels open source permettant de construire, déployer, intégrer, gérer et présenter des applications

Plus en détail

Architecture des SGBD Architecture centralisée

Architecture des SGBD Architecture centralisée Chapitre 1 Université du Havre MASTER MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE-Option SIRES 2013/20134 COURS BASES DE DONNEES REPARTIES Nakechbandi M., LITIS, Email : nakech@free.fr 1. Introduction : Notion de Bases

Plus en détail

Hibernate vs. le Cloud Computing

Hibernate vs. le Cloud Computing Hibernate vs. le Cloud Computing Qui suis-je? Julien Dubois Co-auteur de «Spring par la pratique» Ancien de SpringSource Directeur du consulting chez Ippon Technologies Suivez-moi sur Twitter : @juliendubois

Plus en détail

Bases de données réparties: Fragmentation et allocation

Bases de données réparties: Fragmentation et allocation Pourquoi une base de données distribuée? Bibliographie Patrick Valduriez, S. Ceri, Guiseppe Delagatti Bases de données réparties: Fragmentation et allocation 1 - Introduction inventés à la fin des années

Plus en détail

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 PROFIL DE L'ENTREPRISE CaseWare International Inc. 145 rue King Est, 2e étage Toronto, Ontario, Canada M5C 2Y8 Téléphone: 416-867-9504 Télécopieur: 416-867-1906 Courriel: info@caseware.com

Plus en détail

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB Oracle XML DB Oracle XML DB Depuis la version 9i et de façon enrichie dans la version 10g, Oracle propose des outils pour gérer des documents XML Depuis la 10g il n'y a plus d'extraction car auparavant

Plus en détail

Systèmes d informations nouvelles générations. Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD. Exemple d application d un futur proche

Systèmes d informations nouvelles générations. Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD. Exemple d application d un futur proche Répartition, Parallèlisation, hétérogénéité dans les SGBD AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen Systèmes d informations nouvelles générations! Constat :! Utilisation de nouveaux support

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN 1. DÉVELOPPEMENT D'APPLICATION (CONCEPTEUR ANALYSTE) 1.1 ARCHITECTURE MATÉRIELLE DU SYSTÈME INFORMATIQUE 1.1.1 Architecture d'un ordinateur Processeur,

Plus en détail

Serveur(s) / Serveur d'applications : Linux Debian

Serveur(s) / Serveur d'applications : Linux Debian (s) / d'applications : Linux Debian On appelle généralement un serveur la machine qui permet l'organisation et la gestion du parc informatique de l'entreprise. Le choix du serveur est important, c'est

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET INTRANET/EXTRANET LES RESEAUX / 2 DEFINITION DE L INTRANET C est l internet interne à un réseau local (LAN) c'est-à-dire accessibles uniquement à partir

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

HelpAndManual_unregistered_evaluation_copy GESTIONNAIRE D'ALARMES CENTRALISE OPTIM'ALARM. Manuel d'utilisation

HelpAndManual_unregistered_evaluation_copy GESTIONNAIRE D'ALARMES CENTRALISE OPTIM'ALARM. Manuel d'utilisation HelpAndManual_unregistered_evaluation_copy GESTIONNAIRE D'ALARMES CENTRALISE OPTIM'ALARM Manuel d'utilisation OPTIMALOG 2008 Table des matières I Table des matières Part I Gestionnaire d'alarmes Optim'Alarm

Plus en détail

Technologie SDS (Software-Defined Storage) de DataCore

Technologie SDS (Software-Defined Storage) de DataCore Technologie SDS (Software-Defined Storage) de DataCore SANsymphony -V est notre solution phare de virtualisation du stockage, dans sa 10e génération. Déployée sur plus de 10000 sites clients, elle optimise

Plus en détail

Les Utilisateurs dans SharePoint

Les Utilisateurs dans SharePoint Les Utilisateurs dans SharePoint La gestion des utilisateurs dans SharePoint SharePoint dont le cœur est l'outil collaboratif, Windows SharePoint Services. Chaque utilisateur (ou collaborateur) peut créer

Plus en détail

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS Bases de Données Stella MARC-ZWECKER Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS stella@unistra.u-strasbg.fr 1 Plan du cours 1. Introduction aux BD et aux SGBD Objectifs, fonctionnalités et évolutions

Plus en détail

Infrastructure RDS 2012

Infrastructure RDS 2012 105 Chapitre 3 Infrastructure RDS 2012 1. Introduction Infrastructure RDS 2012 Une infrastructure RDS 2012 R2 est composée de plusieurs serveurs ayant chacun un rôle bien défini pour répondre aux demandes

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

IFT630 Processus concurrents et parallélisme. Projet final Rapport. Présenté à Gabriel Girard

IFT630 Processus concurrents et parallélisme. Projet final Rapport. Présenté à Gabriel Girard IFT630 Processus concurrents et parallélisme Projet final Rapport Présenté à Gabriel Girard par Alexandre Tremblay (06 805 200) Pierre-François Laquerre (05 729 544) 15 avril 2008 Introduction Après plusieurs

Plus en détail

Département Génie Informatique

Département Génie Informatique Département Génie Informatique BD51 : Business Intelligence & Data Warehouse Projet Rédacteur : Christian FISCHER Automne 2011 Sujet : Développer un système décisionnel pour la gestion des ventes par magasin

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

Structure logique. Active Directory. Forêts Arborescences Domaines Unités d'organisation

Structure logique. Active Directory. Forêts Arborescences Domaines Unités d'organisation Active Directory Structure logique Service d'annuaire Base d'annuaire distribuée des ressources réseau : comptes utilisateurs, groupes, ordinateurs, imprimantes, dossiers partagés,... Administration centralisée

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

WD et le logo WD sont des marques déposées de Western Digital Technologies, Inc, aux États-Unis et dans d'autres pays ; absolutely WD Re, WD Se, WD

WD et le logo WD sont des marques déposées de Western Digital Technologies, Inc, aux États-Unis et dans d'autres pays ; absolutely WD Re, WD Se, WD WD et le logo WD sont des marques déposées de Western Digital Technologies, Inc, aux États-Unis et dans d'autres pays ; absolutely WD Re, WD Se, WD Xe, RAFF et StableTrac sont des marques de Western Digital

Plus en détail

Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f

Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f PGDay Réplication E-maj Foreign Data Wrapper PostGIS PostgreSQL-f Réplication Réplications, disponibilités, durabilités Evolution dans la base de données : Postgres 8.2 : warm standby Postgres 9.0 : hot

Plus en détail

Nouveau Web Client marquant, Cumulus Video Cloud, optimisations de la base de données, et plus..

Nouveau Web Client marquant, Cumulus Video Cloud, optimisations de la base de données, et plus.. INFORMATION PRODUIT : Quoi de Neuf dans Cumulus 9.0? Nouveau Web Client marquant, Cumulus Video Cloud, optimisations de la base de données, et plus.. Les nouveautés marquantes et les améliorations disponibles

Plus en détail

eps Network Services Alarmes IHM

eps Network Services Alarmes IHM 09/2005 Alarmes IHM eps Network Services Alarmes IHM Instructions de diagnostic Valable pour : Logiciel Version de logiciel eps Network Services 4.1 eps Network Services, Instructions de diagnostic (DA)

Plus en détail

PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES

PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES PROJET 1 : BASE DE DONNÉES REPARTIES GESTION D UNE BANQUE Elèves : David Bréchet Frédéric Jacot Charles Secrétan DONNÉES DU PROJET SSC - Bases de Données II Laboratoire de Bases de Données BD réparties

Plus en détail

Chapitre 1. 1. Introduction : Notion de Bases de données. 2. Définition : BD Répartie. 3. Architecture des SGBD. 4. Conception des bases réparties

Chapitre 1. 1. Introduction : Notion de Bases de données. 2. Définition : BD Répartie. 3. Architecture des SGBD. 4. Conception des bases réparties Université du Havre MASTER MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE-Option SIRES 2010/2011 COURS BASES DE DONNEES REPARTIES Nakechbandi M., LITIS, Email : nakech@free.fr Chapitre 1 1. Introduction : Notion de Bases

Plus en détail

Bases de données cours 1

Bases de données cours 1 Bases de données cours 1 Introduction Catalin Dima Objectifs du cours Modèle relationnel et logique des bases de données. Langage SQL. Conception de bases de données. SQL et PHP. Cours essentiel pour votre

Plus en détail

Annexe 5. Kaspersky Security For SharePoint Servers. Consulting Team

Annexe 5. Kaspersky Security For SharePoint Servers. Consulting Team Annexe 5 Kaspersky Security For SharePoint Servers Consulting Team 2015 K A S P E R S K Y L A B Immeuble l Européen 2, rue 1 Joseph Monier 92859 Rueil Malmaison Cedex Table des matières Table des matières...

Plus en détail

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 Table des matières CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 CLIENT/SERVEUR :... 2 Les principes de base...2 MIDDLEWARE... 3 VUE EN NIVEAUX... 3 1 Tier...3 2 Tier...3 3 Tier...3 n Tier...4 L'ÉVOLUTION

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 2 Architecture d une base de données

IFT3030 Base de données. Chapitre 2 Architecture d une base de données IFT3030 Base de données Chapitre 2 Architecture d une base de données Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées

Plus en détail

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12 Table des matières Les Triggers... 2 Syntaxe... 2 Explications... 2 Les évènements déclencheurs des triggers... 3 Les modes de comportements des triggers... 4 Les pseudo tables... 5 Exemple... 6 Les procédures

Plus en détail

Chapitre 4 Les Servlets. 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation. 1.2 Requêtes HTTP

Chapitre 4 Les Servlets. 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation. 1.2 Requêtes HTTP 210 Les Servlets 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation Les Servlets sont la base de la programmation Java EE. La conception d'un site Web dynamique en Java repose sur ces éléments. Une Servlet

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail