Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours 3. Développement d une application BD. DBA - Maîtrise ASR - Université Evry"

Transcription

1 Cours 3 Développement d une application BD 1

2 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Utilisation de vues Placement du code applicatif dans le SGBD via les prodécures stockées 2

3 Sécurisation d une base de données Question : qui fait quoi depuis où via quel moyen technique? 3

4 Sécurisation d une base de données à la périphérie de la base Sécurisation de la base Rôle du DBA : sauvegardes, sécurisation système, Sécurisation de l application donnant accès aux données présentes dans la base Dépend de la technologie : Application Serveurs d application Outils d analyse (BO, ) Sécurisation des données Niveau de criticité des données Sécurisation du stockage Sécurisation de la transmission des données 4

5 Sécurisation d une base de données Application sécurisée Création de rôles et d utilisateur Définition des différentes sortes d actions Définition des droits des différents types d utilisateurs de la base de données Utilisation de vues Restriction et vérification dynamique pour la consultation comme pour la modification des données Utilisation de procédures stockées Contrôle des opérations effectuées Sécurisation des requêtes effectuées sur la base 5

6 Sécurisation d une base de données Architecture utilisateur de l application Découpage des utilisateurs/schéma de données par domaines fonctionnels : UtilStockage sera propriétaire des données relatifs à la gestion du stock, UtilCommercial sera propriétaire des données relatifs aux opérations commerciales UtilTransverse sera propriétaire des données communes à la gestion du stock et aux opérations commerciales Utilisation de la base de donnée comme gestionnaire des utilisateurs finaux de l application (mot de passe, profil, ) 6

7 Utilisateurs Oracle Les objets Oracle (tables, ) sont regroupées dans un ou plusieurs schémas selon une répartition décidée par l analyse. Ce regroupement défini un utilisateur propriétaire de ces objets. Les différents types d interactions (privilèges, ressource, ) sur les Objets Oracle définissent des rôles. Pour interagir avec les Objets Oracle, un utilisateur/une application doit utiliser un utilisateur actif ayant un ou plusieurs rôles. Les utilisateurs actif et les utilisateurs propriétaires ne sont pas forcément identiques. 7

8 Notion de ressource Les utilisateurs ont des droits (quotas) sur des ressources qui leurs sont spécifiques : Tablespaces de données ou d index, TEMP, Il appartiennent à un groupe de ressource : Défini la répartition des ressources (mémoire, CPU) entre les utilisateurs Prévoit la possibilité de basculement automatique d un plan de ressource vers un autre après un temps donné. 8

9 Notion de privilège «Droit d effectuer une opération précise sur un objet précis» Oracle décline cette définition sur l ensemble des types d opérations et l ensemble des types d objets => grand nombre de privilège répartis en deux classes : Système : pouvant affecter l instance ou l ensemble des objets de tous les utilisateurs (100 privilèges) Schéma : limite les privilège à certains objets voir partie d objet, Consistent principalement dans l indication de pouvoir créer, accéder, modifier ou supprimer un objet Oracle. 9

10 La gestion des privilèges dans Oracle Oracle défini des «rôles» comme un ensemble de privilèges acquis. On utilisera/définira les rôles qui conviennent aux différents type de besoins. Oracle prédéfini des rôles, par exemple : Connect : peut se connecter à la base et créer des objets de base, Resource : peut créer plus d objets que connect, DBA : tous les privilèges système avec l option ADMIN Mais aussi : - IMP_FULL_DATABASE, EXP_FULL_DATABASE, 10

11 Vite, un exemple! Une application de gestion de stock défini trois tables CLIENTS, STOCK, PRODUITS et une vue PRODUITS_EN_STOCK. Un utilisateur «GSTOCK» est défini et est propriétaire des tables et de la vue : Il doit pouvoir créer des tables et des vues Les objets seront créées par lui. Un rôle de consultation des données est créé : CREATE ROLE CONSULT_DATA ; Les privilèges correspondant lui sont affectés : GRANT SELECT ON GSTOCK.CLIENT TO CONSULT_DATA; (un grant par objet, mais plusieurs privilèges possible par objet) Un rôle de mise à jours du stock est créé : CREATE ROLE UPDT_STOCK ; Les privilèges correspondant lui sont affectés : GRANT SELECT, UPDATE ON GSTOCK.STOCK TO UPDT_STOCK ; GRANT SELECT ON GSTOCK.CLIENT TO UPDT_STOCK ; GRANT SELECT ON GSTOCK.PRODUITS TO UPDT_STOCK ; GRANT UPDATE(NbIn, NbOut) ON GSTOCK.PRODUITS TO UPDT_STOCK ; Un utilisateur WEBSTOCK de l application Web de Mise à jours du stock est créé, le rôle UPDT_STOCK sera son rôle par défaut : GRANT UPDT_STOCK TO WEBSTOCK ; ALTER USER WEBSTOCK DEFAULT ROLE UPDT_STOCK ; 11

12 récapitulatif Lors de la création d une base de données, les étapes d analyse sont : Vérification du modèle conceptuel Génération des modèles logiques et physiques Définition des utilisateurs Répartition des tables dans les tablespaces et calcul des tailles de stockages nécessaires Ce qui permet : 1. De créer les espaces de stockages 2. De créer les utilisateurs 3. De créer les tables, vues, indexes, appartenant aux utilisateurs 12

13 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Utilisation de vues Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Placement du code applicatif dans le SGBD via les prodécures stockées 13

14 Optimisation et sécurisation du schéma : les vues Définition (1/2) Objectif Indépendance logique des applications par rapport à la base Moyen Les vues sont des relations virtuelles dont la définition est stockée dans la meta-base Elles sont interrogées et mises à jour comme des relations normales Problèmes Interrogation efficace Mise à jour au travers de vues 14

15 Les vues : définition (2/2) Vue (View) Base de données virtuelle dont le schéma et le contenu sont dérivés de la base réelle par un ensemble de questions. Une vue est donc un ensemble de relations déduites d'une bases de données, par composition des relations de la base. Par abus de langage, une vue relationnelle est une table virtuelle 15

16 Les vues : optimisation et restrictions Une condition sur une vue peut s avérer mois efficace qu un ensemble de conditions sur la table source de la vue (modification de question / query modification) Pour qu une vue puisse être mise à jour (Updatable View) il faut qu elle contienne suffisamment d informations pour un report des mises à jours sans ambiguïtés : Clés des tables participantes déductibles de la vue Vues mono-table avec clé de la table 16

17 Classification des vues Ensemble de toutes les vues Vues théoriquement mettable à jour Vues multi-tables Mettable à jour en SQL Vues mono-tables avec clés avec clés 17

18 Mises à jours à partir des vues Problème : Il peut manquer des données dans la vue pour reporter dans la BD Comment définir une stratégie de report cohérente? L équation u(v(b)) = V(u'(B)) doit donc être vérifiée, en notant B la base, V le calcul de vue, u la mise à jour sur la vue et u' les mises à jour correspondantes sur la base. 18

19 Mise à jours à partir des vues simples : conditions d Oracle Les critères qui interdisent l utilisation de vues pour la mises à jours des tables sont : 1. Si une vue est définie par une requête contenant les opérateurs SET ou DISTINCT, ou une fonction de groupement, les opérations d insertions, d effacement ou de mise à jours (update) sont interdites à partir de la vue. 2. Si une vue est définie avec l options WITH CHECK OPTION, seul des enregistrement que la vue peut sélectionner peuvent être insérés ou mis à jour. 3. Si une colonne de la table d origine spécifiée comme NOT NULL, n ayant pas de valeur par défaut qui n est pas incluse dans la vue alors cette dernière ne peut être utilisée pour insérer des nouvelles données. 4. Si la vue à été crée en utilisant une expression, comme DECODE(deptno, 10, "VENTE",... ), la mise à jours ou la modification de la table n est pas possible à partir de la vue. 19

20 Mise à jours des vues avec jointure : conditions d Oracle Ne contiens pas les opérateurs : DISTINCT Fonctions d Agregation : AVG, COUNT, GLB, MAX, MIN, STDDEV, SUM, or VARIANCE Opérations ensemblistes : UNION, UNION ALL, INTERSECT, MINUS Clauses : GROUP BY ou HAVING Clauses : START WITH or CONNECT BY ROWNUM pseudocolumn Préservation des clés : il faut que les clés des tables jointes soient également clés de la vue. 20

21 Un exemple de vues jointes et des modifications possibles CREATE TABLE Dept_tab ( Deptno NUMBER(4) PRIMARY KEY, Dname VARCHAR2(14), Loc VARCHAR2(13)); CREATE TABLE Emp_tab ( Empno NUMBER(4) PRIMARY KEY, Ename VARCHAR2(10), Job varchar2(9), Mgr NUMBER(4), Hiredate DATE, Sal NUMBER(7,2), Comm NUMBER(7,2), Deptno NUMBER(2), FOREIGN KEY (Deptno) REFERENCES Dept_tab(Deptno)); 21

22 Un exemple de vues jointes et des modifications possibles CREATE VIEW Emp_dept_view AS SELECT e.empno, e.ename, e.deptno, e.sal, /* Empno reste clé primaire de la vue */ d.dname, d.loc /* DeptNo n est plus clé primaire */ FROM Emp_tab e, Dept_tab d /* opération de jointure */ WHERE e.deptno = d.deptno AND d.loc IN ('DALLAS', 'NEW YORK', 'BOSTON'); Comme il n y a pas conservation de la clé primaire pour Dept_Tab, il n est pas possible de modifier un élément de cette table. On peut effacer car il n y a qu une et une seule table dont les clés sont préservées (même cond. pour l insertion) 22

23 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Utilisation de vues Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Placement du code applicatif dans le SGBD via les prodécures stockées 23

24 Schéma de base de données optimal? Optimisation par la dénormalisation? Non si Le système peut fonctionner correctement sans dénormalisation, ou Les performances du système ne sont pas plus acceptables après la dénormalisation, ou Le système sera moins fiable après dénormalisation. 24

25 Dénormalisation : précautions d usage et avantages Précautions nécessaires : Essayer d avoir une forme denormalisée mise à jours à partir d une forme normalisée (double l espace nécessaire), Utilisation de triggers ou de programmes pour le maintient automatique de la synchronisation des redondances, Utilisation de contraintes et de triggers pour le maintient de la cohérence relative à la redondance Avantages : Optimisation du temps de calcul 25

26 Dénormalisation : tables préjointes Condition : Ne contient pas de colonnes redondantes, Doit uniquement contenir les colonnes nécessaires au calcul, Doit être créées périodiquement via une requête SQL sur les tables normalisées (possible de l émuler via du code si le SGBD ne les proposent pas en natif). Avantage : pré-calcul des jointures Désavantage : maintient de la synchronisation Cette dénormalisation existe via les «vues matérialisées» (Oracle) ou «vues indexées» (SQL Server) dont l objet est de stocker le résultat de la requête définissant la vue dans une table interne. La définition de la vue matérialisée inclus alors les conditions de mise à jours de la table. 26

27 Dénormalisation : tables de Condition : reporting Une colonne par colonne du rapport Séquencement physique propre Ne pas recomposer des champs (1FN) Permet le pré-calcul (batch) des rapports Utilisé dans les outils/projets analytiques (par exemple, reportserver de la suite Microsoft) 27

28 Dénormalisation : tables miroirs / scindées / groupées Scission Horizontale : split de la table en tranches de données Mise en place du «partitionnement» des tables. Très avantageux pour des grandes tables puisque cela équivaut à construire N tables contenant chacune une partie des données gestion distinctes des indexes, réduction des collisions, Difficultés : trouver la clé de partitionnement la plus pertinente par sa séparation en partitions de taille aussi égales que possibles. Deviens très complexe à mettre en œuvre dans le cas de modèles composés d un grand nombre de tables. La plus part des SGBD offrent la fonctionnalité. Le partitionnement est alors soit Par rapport à une plage (range partitionning) : définition des bornes des différentes partitions (ensemble des données par années, ) Par liste : applicable à des attributs à faible cardinalité (répartition de la population par taille, ) Par clé de hash :» Soit via la définition d une fonction de calcul de clé» Soit via l utilisation d un calcul de clé de hash laissé au SGBD Scission Verticale : Des colonnes sont placées dans N tables qui partagent la clé primaire Des colonnes sont scindées en plusieurs colonnes afin d éviter les champs de grande taille (qui souvent mal gérés physiquement par les DBMS). Utilisation de vues pour redonner la vision externe d une seule table. Oracle propose le mécanisme de «cluster» de table permettant à des tables qui partagent une même clé primaire et sont souvent consultées en mêmes temps d être stockée dans les mêmes datablock ce qui en accélèrent les IO. 28

29 Dénormalisation : tables miroirs / scindées / groupées Tables Miroir : Demande, comme pour les tables pré-jointes, la mise en place d une synchronisation d une table «maitre» vers une table répliquée. Permet d avoir différents besoins (analytiques/transactionnels) sur une même base via la spécialisation des tables par usage Peut être géré via les vues matérialisées (ou équivalent) Regroupement des tables ayant des relations 1 1 voir 1 N dans une table unique mais doit dans ce dernier cas être analysé (cf formes normales). 29

30 Dénormalisation : données redondantes et groupes répétés La redondance des données si elle permet d éviter des jointures systématiques et si Peut de colonnes sont nécessaires, Les colonnes sont stables rarement modifiées, Utilisées par beaucoup d utilisateurs ou par peut d utilisateurs critiques. Les groupes répétés (supprime une table d association) si : Les données sont rarement voir jamais agrégées, Les données se présentent statistiquement selon un pattern correct Le nombre d occurrence est stable, Les données sont accédées collectivement, Le pattern d insertion ou d effacement est prédictible. 30

31 Dénormalisation : stockage des données calculées/dérivées Pré-calcul à condition que : Les données sources soient relativement stables, Le coût de calcul des dérivation est élevé, L utilisation des tables sources permet un recalcul rapide en cas de modification. 31

32 Dénormalisation : parcours de hiérarchie Construction d une table de pré-calcul des niveaux hiérarchiques Contient un enregistrement par relation hiérarchique, quel qu en soit le niveau. Peut intégrer des indications supplémentaires comme le statut de feuille Demande une génération par programme car impossible en SQL. ID IDPARENT DESCRIPTION ID ID_N1 ID_N2 ID_N3 DESCRIPTION 1 null Produits frais 1 null null null Produits Frais 2 1 Produits laitiers 2 1 null null Produits laitiers 3 1 Légumes 3 1 null null Légumes 4 1 Fuits 4 1 null null Fuits 5 2 Yaourts null Yaourts 6 2 Fromages null Fromages 7 6 Camembert Camembert 8 4 Orange null Orange 9 8 Orange sanguines Orange sanguines 10 4 Bananes null Bananes Bananes Planteur Bananes Planteur 32

33 Dénormalisation : résumé Dénormalisation Tables préjointes Reporting Miroir Scission Combinaison Redondance Répétition de groupes Dérivation Speed table A utiliser lorsque Le coût des jointures est prohibitif Des rapports spécifiques et critiques sont nécessaires Des données sont accédées simultanément par # env. Des groupes distincts accèdent à des éléments distincts Consolidation de relation 1-1 ou 1-N dans une table unique Réduction du nombre de jointure nécessaires Réduction du nombre d I/O et (potentiellement) de l espace de stockage nécessaire Transforme le calcul dynamique en calcul batch Gain en efficacité de parcours des hiérarchies 33

34 Plan du cours Gestion de la sécurité des données Utilisation de vues Optimisation des schémas de bases via la dénormalisation Placement du code applicatif dans le SGBD via les prodécures stockées 34

35 Où placer le code? Rôle du DBA en amont? Permet l écriture de code efficace et évite la réécriture complète Demande une bonne maîtrise des problématiques BD afin de conseiller pendant le design de l application voir d écrire les requêtes SQL Points essentiels pour arriver à un bon design : comprendre comment Les données sont stockées Coder le SQL d accès ou de modification Le SQL diffère des autres langages de programmation Mettre les requêtes SQL dans un langage hôte Optimiser les accès à la base en modifiant le SQL et les indexes Utiliser des méthodes de programmation permettant d éviter des pb de perf potentiels 35

36 Code dans la base 36

37 Code dans la base Avantage : Localisation du code SQL clairement identifiée, ce qui rend (par exemple) possible l évolution des schéma de données sans impacter les applicatifs clients, Inconvénient : La mise à jours d une fonctionnalité lié à un applicatif particulier peut également demander la mise à jours de la base de données : acteurs/technologies différentes Moyens possibles : Procédures stockées : fonctionnalités mises à disposition des applications externes. Trigger : ré-actions à des événements dans la base 37

38 Code dans la base : PL/SQL Langage déclaratif et procédural, proche dans sa structure du C, Pascal, (bloc déclaration des variables + bloc d instruction). Possède des éléments particuliers aux traitements de base de données (curseur), intègre des éléments «de type java» (collections) et permet l appel à des fonctionnalités externes. 38

39 Exemple (1/3) PROCEDURE pstatutcommande (lenocommande -- Déclaration de variables lenoclient Client.noClient%TYPE; ladatecommande Commande.dateCommande%TYPE ; lenoarticle Article.noArticle%TYPE ; laquantitécommandée LigneCommande.quantité%TYPE ; laquantitélivrée INTEGER; laquantitéenattente INTEGER; Commande.noCommande%TYPE ) IS -- Déclaration d'un curseur (CURSOR) PL/SQL pour itérer sur les lignes -- de la commande CURSOR lignescommande(unnocommande Commande.noCommande%TYPE) IS SELECT noarticle, quantité FROM LigneCommande WHERE LigneCommande.noCommande = unnocommande ; BEGIN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Commande #:' TO_CHAR(leNoCommande)); SELECT INTO FROM WHERE noclient, datecommande lenoclient, ladatecommande Commande nocommande = lenocommande; 39

40 Exemple (2/3) DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('noClient:' TO_CHAR(leNoClient)); DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('dateCommande:' TO_CHAR(laDateCommande)); -- Le OPEN ouvre le CURSOR en lui passant les paramètres OPEN lignescommande(lenocommande); -- LOOP indique une boucle infinie LOOP -- Le FETCH retourne la ligne suivante FETCH lignescommande INTO lenoarticle, laquantitécommandée; -- test de sortie de la boucle LOOP : -- %NOTFOUND est un attribut du CURSOR qui permet de déterminer -- si le FETCH a atteint la fin de la table EXIT WHEN lignescommande%notfound; -- code fait à chaque itération DBMS_OUTPUT.PUT('noArticle :'); DBMS_OUTPUT.PUT(leNoArticle); DBMS_OUTPUT.PUT(' quantité commandée:'); DBMS_OUTPUT.PUT(laQuantitéCommandée); -- Chercher la quantité déjà livrée SELECT SUM(quantitéLivrée) INTO laquantitélivrée FROM WHERE DétailLivraison noarticle = lenoarticle AND nocommande = lenocommande ; 40

41 Exemple (3/3) IF (laquantitélivrée IS NULL) THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(' livraison en attente'); ELSE laquantitéenattente:= laquantitécommandée -laquantitélivrée; IF (laquantitéenattente = 0) THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(' livraison complétée'); ELSE DBMS_OUTPUT.PUT (' quantité en attente :'); DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(laQuantitéEnAttente); END IF ; END IF ; END LOOP; -- Le CLOSE ferme le CURSOR CLOSE lignescommande; -- traitement des erreurs EXCEPTION WHEN NO_DATA_FOUND THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Numéro de commande inexistant'); WHEN OTHERS THEN RAISE_APPLICATION_ERROR(-20001,'Exception levée par la procédure'); -- fin de la procédure END pstatutcommande; 41

42 Gestion des transactions COMMIT/ROLLBACK d un travail entier, Positionnement de «points de sauvegarde» (SAVEPOINT x) permettant de revenir à un état donné (ROLLBACK TO x), Positionnement de lock explicites sur des objets 42

43 Procédures stockées Structure des pg PL/SQL : Package (groupe de proc.), Procédures (cf ex.) Fonction -> retour de valeurs Possibilité d appel en PL/SQL : Fonction utilisateur/système de l instance base (cf droits ), Fonction dans une autre base liée via dblink, Fonction dans un autre langage (classes Java, ) Code généré dynamiquement Gestion des retours : Codes erreurs normalisé Tous type de valeur 43

44 Développement d application Triggers CREATE OR REPLACE TRIGGER Print_salary_changes BEFORE DELETE OR INSERT OR UPDATE ON Emp_tab FOR EACH ROW WHEN (new.empno > 0) DECLARE sal_diff number; BEGIN sal_diff := :new.sal - :old.sal; dbms_output.put('old salary: ' :old.sal); dbms_output.put(' New salary: ' :new.sal); dbms_output.put_line(' Difference ' sal_diff); END; 44

45 Trigger Utilisé pour : Vérifier la validité d une action Génération d erreur stoppant le traitement en cours Répercuter une action sur d autres éléments Attention! Possibilité de dead-lock si triggers liés 45

46 Comparatif PL/SQL T-SQL Fonctionnalité PL/SQL T-SQL Indexes Tables Triggers Procédures B-Tree, Bitmap, Partitionné, Function-Based, Domain Relationnelles, Objets, Temporaires BEFORE, AFTER, INSTEAD OF PL/SQL, Méthodes Java, Routines 3GL B-Tree Relationnelles, Temporaires AFTER, INSTEAD OF T-SQL Tableaux Disponibles Pas disponibles 46

47 Concepts de base relatifs aux schéma de données Liens entre bases de données : Database links Éléments de stockage des données : Tables et index-organized tables Clusters de tables Indexes et index types Dimensions Views Materialized views et materialized view logs Object tables, object types, et object views DBA - Maitrise ASR - Université 47

48 Concepts de base relatifs aux schéma de données Opérateurs internes : Sequences Synonyms Operators DBA - Maitrise ASR - Université 48

49 Concepts de base relatifs aux schéma de données Calculs intégrés dans la base via : Du PLSQL : Stored functions, procedures, et packages Et triggers Du Java : Java classes, Java resources, et Java sources Des librairies externes : External procedure libraries DBA - Maitrise ASR - Université 49

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1 3 - Administration de BD SQL Chapitre III Administration des BD SQL 3.1 Création de BD 3.2 Gestion des utilisateurs 3.3 Administration des transactions 3.4 Accès à une BD distante 3.5 Conclusions Composants

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL Il permet : - l'utilisation d'un sous-ensemble du langage SQL, - la mise en œuvre de structures procédurales, - la gestion des erreurs. L'une des plus importantes

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr

Langage de Requêtes. talel@infres.enst.fr Langage de Requêtes talel@infres.enst.fr Supports de cours : (1) Database Management Systems, R. Ramakrishnan and J. Gehrke, ed. McGrawHill, 2000. (2) Bases de Données, G. Gardarin, ed. Eyrolles, 2001.

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Interface de programmation Application / BD. Hiver 2011 C. Desrosiers

Interface de programmation Application / BD. Hiver 2011 C. Desrosiers LOG660 - Bases de données de haute performance Interface de programmation Application / BD Hiver 2011 C. Desrosiers Département de génie logiciel et des TI Interface entre SQL et un programme SQL incomplet

Plus en détail

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc TD BD dynamique Un déclencheur est utilisé pour complémenter les contraintes d'intégrité de la base. Une partie des contraintes ne peut souvent pas être définie avec les fonctionnalités décrites jusqu'ici.

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web UE RSX053 Introduction aux bases de données Séance 9 1 Table des matières 1. PLSQL...3 1.1. Présentation...3 1.2. L utilité

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours Sommaire du cours Module 1 Introduction et Rappels Module 2 Eléments de langage PL/SQL Module 3 Accès à la Base de données Module 4 Traitements stockés Module 5 Gestion des exceptions Module 6 - Compléments

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique.

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique. GBD-030 Oracle Prise en main Saint-Denis à 9h30 5 jours Objectifs : Une formation Oracle complète pour découvrir tous les concepts du système et les différentes façons de les utiliser concrètement tout

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Table des matières PRÉAMBULE... MODULE 1 : PRÉSENTATION DE L ENVIRONNEMENT... 1-1 Qu'est-ce

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Indépendance données / applications

Indépendance données / applications Vues 1/27 Indépendance données / applications Les 3 niveaux d abstraction: Plusieurs vues, un seul schéma conceptuel (logique) et schéma physique. Les vues décrivent comment certains utilisateurs/groupes

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Bases de données Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Polytech Marseille Université d Aix-Marseille 2012-2013 Nicolas DURAND Bases de données

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Optimisation des bases de données

Optimisation des bases de données Optimisation des bases de données Mise en œuvre sous Oracle Laurent Navarro Avec la contribution technique d Emmanuel Lecoester Pearson Education France a apporté le plus grand soin à la réalisation de

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique Cours (Master 1) : Bases de Données Avancées, (Responsable : A. AIT BOUZIAD) SQL PROCEDURAL Dans les différentes parties

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

Le langage PL/SQL 2 - Compléments

Le langage PL/SQL 2 - Compléments 1. Rappels de PL/SQL 2. Les Exceptions Le langage PL/SQL 2 - Compléments Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Septembre 2015 3. Les

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 4 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 2ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Exceptions Rappels bloc PL/SQL Definition

Plus en détail

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire l objet d une exploitation

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Compte rendu d activité Fiche n 1

Compte rendu d activité Fiche n 1 Compte rendu d activité Fiche n 1 Alexandre K. (http://ploufix.free.fr) Nature de l activité Création d une base de connaissances avec PostgreSQL Contexte : Le responsable technique souhaite la mise en

Plus en détail

Tutoriel de création d une application APEX

Tutoriel de création d une application APEX Tutoriel de création d une application APEX 1 - Objectif On souhaite créer une application APEX destinée à gérer des dépenses et recettes. Ces dépenses et recettes seront classées par catégories. A partir

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

Administration des bases de données

Administration des bases de données Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données III Protection des données : contrôles d accès OBJECTIFS 3.1. NOTIONS 3.1.1.

Plus en détail

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1 Cours 6 Sécurisation d un SGBD DBA - M1ASR - Université Evry 1 Sécurisation? Recette d une application Vérification des fonctionnalités Vérification de l impact sur le SI existant Gestion du changement

Plus en détail

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW

A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW A.E.C. GESTION DES APPLICATIONS TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION LEA.BW Groupe : 322 Exploitation des Banques de données 420-PK6-SL (1-2-1) Étape : 3 Professeur Nom: Marcel Aubin Courriel : maubin@cegep-st-laurent.qc.ca

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

SQL. Oracle. pour. 4 e édition. Christian Soutou Avec la participation d Olivier Teste

SQL. Oracle. pour. 4 e édition. Christian Soutou Avec la participation d Olivier Teste Christian Soutou Avec la participation d Olivier Teste SQL pour Oracle 4 e édition Groupe eyrolles, 2004, 2005, 2008, 2010, is BN : 978-2-212-12794-2 Partie III SQL avancé La table suivante organisée en

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL Bases de données L2 sciences et technologies, mention informatique SQL ou : le côté obscure de la jolie théorie films titre réalisateur année starwars lucas 1977 nikita besson 1990 locataires ki-duk 2005

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Intégrité des données

Intégrité des données . Contraintes d intégrité : Définition et objectif Intégrité des données Définition des contraintes Vérification des contraintes Contrainte d'intégrité : propriété sémantique que doivent respecter les

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre,

Plus en détail

Optimisation SQL. Quelques règles de bases

Optimisation SQL. Quelques règles de bases Optimisation SQL Quelques règles de bases Optimisation des ordres SQL Page 2 1. QUELQUES RÈGLES DE BASE POUR DES ORDRES SQL OPTIMISÉS...3 1.1 INTRODUCTION...3 1.2 L OPTIMISEUR ORACLE...3 1.3 OPTIMISEUR

Plus en détail

Bases de données et Systèmes transactionnels

Bases de données et Systèmes transactionnels Bases de données et Systèmes transactionnels Dominique Laurent dominique.laurent@u-cergy.fr Tao-Yan Jen jen@u-cergy.fr Plan du cours Introduction Modèle Entité/Association Langage SQL - ORACLE Architectures

Plus en détail

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application).

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application). SQL Ch 10 DCL Utilisateurs, privilèges, rôles I. INTRODUCTION... 1 II. LES UTILISATEURS ( «USERS»)... 1 A. CREER UN UTILISATEUR : USER... 1 B. MODIFIER UN UTILISATEUR : ALTER USER... 2 C. SUPPRIMER UN

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2 Introduction Bloc PL/SQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL /SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Les exceptions Définition Exceptions prédéfinies

Plus en détail

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Quatrième partie Focus sur Oracle 165 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Chapitre 12 Programmation PL/SQL 2008-2009 -JACQUES THOORENS

Plus en détail

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties.

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties. Base de données Avancée (BDA) 2012/2013, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Thème : Implémentation d une BD Répartie : Liens, vue matérialisé, snapshot, intégrité révérencielle et déclencheur

Plus en détail

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL (SQL/PSM) 1 Extension de SQL ( PSM ) Langage de programmation procédural Clauses SQL intégrées dans le code procédural SQL/PSM est donc un langage de programmation, propre à mysql : Intégre directement

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données Le modèle relationnel 1. Introduction 9 2. Rappels sur le stockage des données 9 2.1 Les différentes catégories de données 10 2.1.1 Les données de base 10 2.1.2 Les données de mouvement 10 2.1.3 Les données

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 13 : Organisation d une base de données, ou comment soulever (un peu) le voile Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les clusters de table

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1 Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 Le langage SQL... 1-2 Le langage PL/SQL... 1-4 Qu'est-ce que SQL*Plus?... 1-5 Commandes SQL*Plus... 1-7 Variables de substitution... 1-15 La commande

Plus en détail

Théorie et pratique de Base de données Oracle M.Boubetra 1 Système d Information But : gérer un ensemble d informations Stockage Consultation Modification Suppression Edition 2 Conception d un système

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 2 : Contrôle des accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les privilèges Définitions 2 Rôles Définition de création d attribution de

Plus en détail

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper INSIA Bases de données ORACLE SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper http://st-curriculum.oracle.com/tutorial/dbxetutorial/index.htm http://st-curriculum.oracle.com/ http://www.oracle.com/ Bertrand LIAUDET

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007

Bases de Données Réparties Concepts et Techniques. Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 Bases de Données Réparties Concepts et Techniques Matthieu Exbrayat ULP Strasbourg - Décembre 2007 1 Définition Une base de données répartie (distribuée) est une base de données logique dont les données

Plus en détail

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr PL/SQL Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Introduction Environnements Bloc PL/SQL Variables Traitements conditionnels Traitements répétitifs Curseurs Gestion des erreurs Fonctions

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc.

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc. Introduction Utilisation de PL/SQL : Procedural Language : langage de développement pour Oracle PL/SQL est un langage hôte, ce qui signifie qu'il peut accueillir des ordres SQL, il est proche du Pascal

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail