Administration des bases de données relationnelles Part I

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Administration des bases de données relationnelles Part I"

Transcription

1 Administration des bases de données relationnelles Part I L administration des bases de données requiert une bonne connaissance - de l organisation et du fonctionnement interne du SGBDR : structures logiques et physiques, architecture fonctionnelle - des outils de surveillance et d administration disponibles 1 - Structures logiques et organisationnelles Le Dictionnaire de données Une fonction essentielle du SGBDR est de permettre la description des 3 niveaux préconisés par l architecture ANSI/SPARC : logique, interne, externe. La description de ces différents niveaux et la correspondance entre eux se fait via le Dictionnaire de Données. Le Dictionnaire de Données recense tous les objets ainsi que toutes les informations relatives à la définition et à l exploitation de la base de données; il fournit des informations telles que : - le nom des utilisateurs - les privilèges et rôles attribués à chaque utilisateur - le nom des différents objets logiques de la base (tables, vues, index, clusters,...) - des informations relatives aux contraintes d intégrité - les valeurs par défaut à utiliser dans les colonnes - espaces alloués aux différents objets, espace couramment utilisé par les objets - informations d audit telles que qui a accédé ou modifié un objet. Les tables et vues du dictionnaire des données ne sont accessibles qu en lecture. Exemple de Oracle Principaux types de vue du dictionnaire de données Préfixe de la vue Description Exemples all Informations sur tous les objets accessibles à l utilisateur all_users : liste de tous les utilisateurs de la base user Informations sur tous les objets appartenant à un utilisateur user_tables : informations sur les tables de l utilisateur dba Similaire à «user» mais pour tous les utilisateurs dba_tables : toutes les tables de la base v$ Vues dynamiques générées par le SGBDR au cours de son fonctionnement : informations sur les performances, l état des fichiers, la mémoire utilisée v$sga : description de la SGA Les structures logiques d une base de données Objets logiques d une base de données relationnelle Table : structure relationnelle qui décrit une entité ou une relation entre entités d un univers réel. C est la représentation d une relation au sens du modèle relationnel. D un point de vue logique la table est l unité de stockage de base. Elle contient les données accessibles à l utilisateur. Vue : table virtuelle générée à partir des tables de la base de données par une requête. Elément du schéma externe, la vue n a pas d existence physique, ce qui ne l empêche pas d être accédée de la même façon qu une table. Utilisations les plus fréquentes des vues : - fournir un niveau supplémentaire de sécurité en restreignant l accès d une table à certaines colonnes - masquer la complexité de la base, en regroupant des données provenant de plusieurs tables - présenter les données de façon personnalisée par rapport à l usage - stocker des requêtes complexes P.1

2 Séquences : objet de la base de données générant des numéros uniques pour des colonnes numériques de tables de la base. Chaque rangée de table possède un numéro unique pour la colonne concernée. L'ordre de création d'une séquence (CREATE SEQUENCE) permet de définir optionnellement: une valeur de départ, une valeur d'incrément ou de décrément, une valeur maximum (pour une séquence incrémenté) ou minimum (pour une séquence décrémenté), la taille du cache contenant plusieurs valeurs d'avance, la possibilité de revenir à la valeur de départ (CYCLE) après avoir atteint la valeur max ou min. Quand ces options ne sont pas utilisées, le SGBDR utilise ses valeurs par défaut. On utilise une séquence en la référençant via les ordres SQL de mise à jour INSERT, UPDATE.. Exemple: Création sous PostgreSql CREATE SEQUENCE serial START 101 ; crée la séquence "serial" commençant à 101 Utilisation sous PostgreSql SELECT CURRVAL(serial); la fonction CURRVAL fournit la valeur courante de la séquence INSERT INTO VALUES(... NEXTVAL(serial)); la fonction NEXTVAL permet d obtenir une nouvelle valeur dans la séquence Création sous Oracle : CREATE SEQUENCE serial START WITH 101 ; crée la séquence "serial" commençant à 101 Utilisation sous Oracle : select serial.currval from dual; la pseudo-colonne "currval" fournit la valeur courante de la séquence (la table "dual" est l'emplacement dans lequel Oracle stocke les différentes séquences) INSERT INTO VALUES(... serial.nextval); la pseudo-colonne "nextval" permet d obtenir une nouvelle valeur dans la séquence Procédure : ensemble nommé de commandes stockées dans la base Fonction : ensemble nommé de commandes stockées dans la base et retournant une valeur Triggers : programme associé à une table. C est une procédure stockée dans la base de données qui est exécutée soit à l occurrence d un événement donné, soit à l occurrence d une condition donnée sur la table. L'ordre CREATE TRIGGER permet de spécifier : - la table à laquelle est attaché le trigger - l'instruction sur laquelle se déclenche le trigger (INSERT, UPDATE, DELETE) - le moment, par rapport à l'instruction, d'éxécuter le code associé : avant l'instruction (BEFORE), après l'instruction (AFTER), à la place de l'instruction (INSTEAD OF, utilisable uniquement sur des vues) - la condition d'exécution du trigger (WHEN expression_logique) - le code à exécuter, soit en le spécifiant directement dans l'ordre, soit en référençant une procédure existante Le code à exécuter est écrit en PL/SQL, le langage procédural du SGBDR. Index : structure contenant pour chaque ligne d une table l adresse physique à laquelle se trouvent les valeurs de cette ligne. L index permet un accès direct à l information, donc un accès plus rapide. Le SGBDR crée automatiquement un index associé à la clé primaire d'une table. L'ordre CREATE INDEX permet à l'administrateur de créer explicitement de nouveau index. Le type d index généralement utilisé dans les SGBDR est le BTREE et ses variantes. Principe du BTREE (Balance Tree = arbre équilibré) : il s'agit d'un arbre dont toutes les feuilles sont au même niveau; chaque nœud contient des clés triées par ordre croissant et des pointeurs; un pointeur interne désigne un fils dans l arbre; un pointeur externe désigne les données (adresse physique). La recherche se fait en partant de la racine, et en comparant la valeur recherchée aux valeurs de clé du noeud. Si la valeur recherchée est inférieur à la première valeur du noeud on poursuit via le premier pointeur interne, sinon, si elle est comprise entre la première valeur et la suivante, on poursuit en utilisant le pointeur correspondant; et ainsi de suite. Cette technique permet de retrouver beaucoup plus rapidement une clé qu'en accès séquentiel. P.2

3 Exemple d arbre B d ordre 2: L'arbre B+ est une variante de l'arbre B qui limite les pointeurs externes au seuls noeuds terminaux (feuille de l'arbre); les noeuds intermédiaires n'ayant que des pointeurs internes. Par ailleurs des pointeurs internes sont définis entre noeud de même niveau. Les principes de recherche et d'insertion sont les même que pour l'arbre B. Exemple d arbre B+ d ordre 4 : «Ordre» d un arbre B Dans un arbre B d ordre N, à l exception de la racine, le nombre de clés par nœud est compris entre N et 2N ; et le nombre de fils d un nœud est compris entre N+1 et 2N+1. Pour la racine le nombre de fils est compris entre zéro et 2N+1. P.3

4 «Ordre» d un arbre B+ Dans un arbre B+ d ordre N, tout nœud interne possède un nombre de fils compris entre N/2 et N ; le nombre de clés est toujours égal au nombre de fils -1. Mise à jour du BTREE En contre-partie, l'insertion d'une nouvelle valeur peut être relativement complexe et lourde. On cherche à insérer la nouvelle clé dans le noeud terminal adéquate; si après cette insertion le nombre de clés du noeud devient supérieur au maximum déterminé par l'ordre de l'arbre, il faut migrer la clé intermédiaire au niveau supérieur de l'arbre et reprendre le processus d'insertion. La suppression d'une clé est d'une complexité équivalente. Autres types d index dans les SGBDR Le «hachage» (ou hashing en anglais) est une autre technique utilisée pour l indexation. Elle consiste à appliquer à la clé une fonction de calcul qui détermine une adresse relative pour stocker l enregistrement correspondant. Une méthode de chaînage vient compléter la technique en cas de collision (même résultat de hachage pour des valeurs de clé différentes). Ce type d index n est pas adapté aux clés triées, et n est pas adapté à la recherche multicritère. La technique du bitmap est destinée à indexer sur des attributs ayant peu de valeurs distinctes. On associe un indice à chaque valeur possible. Le bitmap est constitué d une matrice dans laquelle la position (i,j), valorisée à 1, indique que l enregistrement i possède la valeur d indice j. L index bitmap est plus particulièrement utilisé pour indexer des attributs multivalués, pour indexer sur plusieurs attributs, ou sur plusieurs valeurs d un même attribut. PostgreSql implémente 3 méthodes d accès: BTREE par défaut, RTREE, et HASH Oracle utilise l arbre-b +, ainsi que le bitmap dans la mise en œuvre du datawarehouse (=entrepôt de données à visée décisionnelle dans lequel les données ne sont plus modifiées). Cluster : regroupement physique de lignes de plusieurs tables ayant un lien entre elles. L objectif est de rendre plus rapide l accès à des données fréquemment accédées ensemble (jointure). Le cluster apporte également un gain en stockage. Exemple de regroupement de deux tables Pilote(numpil, nompil, prenpil, villpil, salairpil) et Vol(numvol, numpil, numavion, villdep, villarr, heurdep, heurarr) sur l attribut numpil 100 DUPONT PAUL NICE NICE PARIS BORDEAUX PARIS PARIS NICE PARIS TOULOUSE de cluster 200 DUPONT PAUL NICE LYON PARIS RENNES PARIS PARIS LYON PARIS MARSEILLE Depuis la version10, un «hash cluster» relatif à une table unique peut être créé pour stocker ensemble les lignes correspondant à une même valeur de la fonction de hashing associé. L objectif demeure toujours le même : accélérer l accès aux données. Schéma : c est l ensemble des objets logiques d un utilisateur ou groupe d utilisateurs P.4

5 Structures logiques du SGBDR Oracle Ces différentes structures logiques sont : - les tablespaces - les segments - les extensions - les blocs Ces éléments permettent de définir la façon dont sont organisées les objets de la base de données. Ils sont le lien entre le niveau physique et le niveau purement logique de la base de données. Les Tablespaces Une base de données Oracle est composée d un certain nombre de partitions logiques appelées Tablespace. Un tablespace regroupe un ensemble d objets logiques (table, index,...).chaque objet logique de la base doit être associé à un seul tablespace. Une base de données doit avoir au moins un tablespace appelé SYSTEM qui contient le dictionnaire de données. Il est fortement conseillé de créer au moins un deuxième tablespace pour stocker les objets de la base. BASE DE DONNEES SYSTEM Tablespace APPLI_1 TableSpace APPLI_2 TableSpace Depuis la version 9, les tablespaces suivants sont fortement recommandés : TEMP, TOOLS, UNDO Le tablespace est constitué d au moins un fichier de données (Data File). Depuis la version 8, la gestion des tablespaces peut être soit local (informations de stockage en en-tête du tablespace), soit par le dictionnaire (informations de stockage dans le dictionnaire). Exemples : Créer un tablespace Create tablespace data01 Datafile `g:\oracle\oradata\orafrance\data01.dbf` size 100M ; Associer une table à un tablespace Create table T-ex1 ( ) tablespace data01; Les s Oracle permet un contrôle fin de l espace disque selon 3 niveaux de granularité : le bloc de données, l extension, et le segment. SEGMENT EXTENSION_1 EXTENSION_2 P.5

6 Le niveau le plus fin de granularité est le bloc de données; c est donc la plus petite unité logique de stockage allouée par Oracle; c est également la plus petite unité logique d E/S de la base de données. Bien que Oracle n utilise pas les blocs système, la taille du bloc de données Oracle (paramètre DB_BLOCK_SIZE dans init.ora) doit être un multiple de la taille du bloc système (OS block size). Cette taille varie généralement de 2 à 4Kbytes. Le format d un bloc de donnée est le même quelque soit ce qu il contient (table, index, clusters,...). En_tête Répertoire des tables Répertoire des lignes Espace Libre Données - en-tête : informations générales : adresse du bloc, type de segment - Répertoire des tables : informations sur les tables ayant des lignes dans ce bloc - Répertoire des lignes : informations (incluant adresses des fractions de rangées dans la zone de données) sur les lignes présentes dans le bloc - Espace libre : espace libre pour insérer de nouvelles lignes ou mettre à jour des lignes quand de l espace supplémentaire est requis - Données : données des tables ou des index Gestion de l espace libre : PCTFREE, PCTUSED PCTFREE et PCTUSED sont deux paramètres utilisables dans les commandes de création et modification de tables et d index. PCTFREE : pourcentage d espace devant rester libre pour la mise à jour des lignes déjà présente dans le bloc. Quand l espace libre devient inférieur à PCTFREE, le bloc est sorti de la freelist. PCTUSED : pourcentage au dessous duquel doit redescendre le taux d occupation du bloc, après que PCTFREE ait été atteint, pour que l insertion de nouvelles données soit à nouveau autorisée (retour dans la freelist). FREELIST : liste des blocs dans lesquels Oracle peut écrire des données. Un bloc sort de la freelist dès que son espace libre devient inférieur à PCTFREE%. Il y retourne dès que le niveau d'occupation redescend en dessous de PCTUSED% : en cas de DELETE de lignes ou d'update avec des valeurs plus petites. P.6

7 Espace Libre 100% PCTUSED 40% PCTFREE 15% Temps Insertion autorisée Insertion interdite Insertion autorisée Les Extensions Oracle L extension est un ensemble de blocs alloués simultanément à un segment. Le segment est créé avec une extension initiale. Quand l espace initial est totalement utilisé, Oracle alloue une nouvelle extension (extension supplémentaire). La clause STORAGE (commande création de table/index/tablespace) permet de spécifier : - la taille en octet de l extension initiale (INITIAL=) - la taille en octet de la seconde extension (NEXT) - le nombre d extensions alloués à la création - le nombre maximum d extension pouvant être allouées - le pourcentage d accroissement de l extension(i+1) par rapport à l extension (i). Exemple : STORAGE (INITIAL 100k NEXT 100k MINEXTENT 1 MAXEXTENT 5 PCTINCREASE 50) 1ère extension (initiale) : 100k 2ème extension : 100k 3ème extension : (100*1.5)=150k 4ème extension : (150*1.5)=225k 5ème extension : (225*1.5)=337k Ces paramètres pouvant être définis à plusieurs niveaux, la priorité est la suivante : prise en compte au niveau de l objet si définis à ce niveau sinon prise en compte au niveau tablespace si définis sinon prise en compte valeur par défaut d Oracle P.7

8 Les Segments Oracle Un segment est un ensemble d extensions qui contient un objet logique (table, index) 4 types de segments : segments de données : pour stocker les données des tables utilisateur, des tables système, et des clusters Oracle attribut automatiquement un segment à une table au moment de sa création (CREATE TABLE). C est également un segment de données qui est attribué à un cluster au moment de sa création. segments d index : pour stocker les index séparément des données. Oracle attribut automatiquement un segment à un index au moment de sa création (CREATE INDEX). NOTE : il est recommandé de créer l index dans un tablespace distinct de celui de la table associée. segments d annulation ou Rollback Segments : pour enregistrer les actions effectuées dans les transactions, et ce dans le but de défaire éventuellement la transaction. Oracle utilise les Rollback segments pour - assurer la cohérence de lecture (Read Consistency) - réaliser l annulation de transaction (Rollback) - restaurer la base de données Les rollback segments ne sont pas accessibles aux utilisateurs et administrateurs de la base. Seul Oracle peut y accéder en lecture/écriture. Dans une entrée de rollback segment, Oracle enregistre entre autre des informations sur le bloc de données correspondant aux données modifiées, et les données elles-même avant une action de la transaction. Toutes les entrées créées sont liées de telle sorte qu Oracle retrouve facilement l enchaînement d actions d une transaction. segments temporaires : espace de travail d Oracle pour le traitement des requêtes SQL le requérant : - CREATE INDEX - SELECT... ORDER BY - SELECT DISTINCT - SELECT... GROUP BY - SELECT... UNION - SELECT... INTERSECT - SELECT... MINUS Si un tablespace spécifique n a pas été défini pour les segments temporaires d un utilisateur, c est le tablespace SYSTEM qui est utilisé pour ces derniers (ce qui est fortement déconseillé). Un segment temporaire est désalloué dès la fin de la requête qui l utilisait Structures physiques d une base de données Ce sont des fichiers, supports physiques de stockage des données Structures physiques du SGBDR Oracle Oracle gère des fichiers au format propriétaire : - data file : pour les données - redolog file : pour l historique des modifications - control file : pour des informations de contrôle telles que nom de la base, date de création de la base, emplacement fichiers log,. P.8

9 Structures physiques du SGBDR PostgreSql Dans PostgreSql : ces fichiers sont dans le répertoire /var/lib/pgsql/data (pg_database, pg_group, pg_hba_conf, ) Correspondance entre les structures logiques et physiques d une base de données Oracle P.9

10 2 - Architecture fonctionnelle 2.1 Architecture générique d un SGBDR Les fonctions principales d un SGBDR sont - d une part de stocker les données dans la base de données (structures logiques et physiques) - d autre part de restituer ces données à la demande. Concernant la restitution des données, on peut décomposer le fonctionnement du SGBDR en plusieurs étapes. Voici le modèle d architecture fonctionnelle qui en découle : ANALYSEUR - analyse syntaxique - analyse sémantique Dictionnaire des données TRADUCTEUR - modification requête - contrôle d intégrité - contrôle d autorisation OPTIMISEUR - Ordonnancement - Optimisation - Elaboration plan optimisé EXECUTEUR - Exécution plan - Contrôle conccurrence - Atomicité des transactions BD Déroulement des étapes de fonctionnement : Etape1- Etape de vérification syntaxique de la requête, en adéquation avec le langage SQL, pour comprendre ce que l utilisateur demande. La phase essentielle est la normalisation des prédicats qui consiste à mettre les expressions logiques de la requête sous forme normale disjonctive (= disjonction de conjonctions) ou conjonctive (= conjonction de disjonction), i.e. (p 1 p 2 p 3. p n )... (q 1 q 2 q 3. q m ) ou (p 1 p 2 p 3. p n )... (q 1 q 2 q 3. q m ) Exemple : SELECT libelle FROM produit P, stock S WHERE P.prod = S.prod AND adr = Paris AND (qte = 1000 OR qte = 2000); Forme disjonctive de l expression logique : (p.prod = s.prod adr = Paris qte = 1000) (p.prod = s.prod adr = Paris qte = 2000) Forme conjonctive de l expression logique : p.prod = s.prod adr = Paris (qte = 1000 qte = 2000) Etape2- pour s assurer que les données demandée soient disponibles pour l utilisateur, une étape de vérification sémantique qui s appuie sur le dictionnaire des données. Cette étape vérifie également que les expressions utilisées sont correctement typées. La requête est alors traduite en format interne, i.e les noms sont remplacés par des références internes. Etape3- la requête en format interne est ensuite traduite en une ou plusieurs requêtes référençant directement des objets de la base : remplacement des références aux objets de la vue utilisateur par leur définitions en terme d objet du schéma logique; c est l étape de modification de requêtes. Exemple : La requête : SELECT * FROM V WHERE pu < 200.0; Où V est défini par : CREATE VIEW AS SELECT * FROM produit WHERE pu > and pu < 200.0; devient : SELECT * FROM produit WHERE pu > AND pu < AND pu < 200.0; de façon simplifié : SELECT * FROM produit WHERE pu > AND pu < ; P.10

11 Etape4- à ce stade, le SGBDR effectue le contrôle des droits d accès (autorisation de lire ou d écrire un objet), et le contrôle d intégrité (s assurer que les règles de cohérence des données restent vérifiées après mise à jour) Etape5- la requête fait ensuite l objet d une optimisation logique visant à réduire le plus tôt possible la quantité de données manipulées et qui aboutit à une ou plusieurs séquences optimisées d opérations de l algèbre relationnelle ; la traduction de cette (ces) séquence(s) en successions d opérations d accès élémentaire (sélection d index, lecture d article,...) permettra, par l application de fonction de coût de déterminer un plan d accès optimisé aux objets. Etape6- le plan d accès optimisé est alors exécuté en exploitant les méthodes d accès aux fichiers. A ce stade, sont également pris en compte les problèmes de concurrence d accès et d atomicité des transactions. 2.2 Architecture générique du SGBDR Oracle C est une instance d Oracle (ensemble de processus + espace mémoire partagé) qui permet d exploiter une base de données, et une seule. Une instance Oracle Sytem Global Area (SGA) Data Base Buffer Cache Shared Pool Large Pool Java Pool Redo Log Buffer CKPT PMON SMON DBWR LGWR ARCH Control File Data File RedoLog File RedoLog File (arch) Une instance ne peut ouvrir qu une bases de données à la fois Une base de données peut être ouverte par plusieurs instances dans une configuration de serveurs en cluster System Global Area La SGA est une zone contenant les structures de données accessibles à tous les processus Database Buffer cache servant à stocker toutes les données provenant de ou destinées à la base de données dans le but d accélérer l accès aux données (bloc de données, bloc d index, ) Paramètres associés : DB_BLOCK_SIZE : défini lors de la création de la base de données, représente la taille par défaut d'un bloc de données Oracle. DB_CACHE_SIZE : définit le nombre par défaut de blocs Oracle qui pourront être contenus dans le Database Buffer Cache. Shared Pool servant à mémoriser, traiter, et analyser les requêtes SQL des différents utilisateurs (requêtes SQL, programme PL/SQL, dictionnaire des données, ) RedoLog Buffer servant à mémoriser les données en cours de modification (données avant, données après) avant leur enregistrement dans le (les) RedoLog File(s) P.11

12 Large Pool servant à délester le Buffer Cache et la Shared Pool. Java Pool servant à exécuter le code Java intégré à Oracle Les processus système (back-end) DBWn (Database Writer) est un processus dédié à l'écriture des blocs du Database Buffer Cache (SGA) dans les fichiers de données. Il peut y avoir jusqu à 10 processus DBW (n [0..9]). Le nombre de blocs écrits par DBWR est défini avec le paramètre FAST_START_IO_TARGET si celui-ci a été défini. Par ailleurs, il s'assure qu'il reste assez de place de disponible pour l'écriture des données dans le buffer, en vérifiant en permanence le nombre de blocs libres dans le Database Buffer Cache. DBWR se déclenche lors de certains événements: nombre de bloc dirty (modifié, validé, en attente d écriture sur disque) dépassant une certaine limite, processus serveur à la recherche de blocs libres dans le Buffer Cache, timeouts, checkpoint (signal de LGWR ou CKPT) LGWR ( Log Writer) est le processus qui transfère dans les fichiers REDOLOG FILE les informations contenues dans le REDO LOG Buffer. Cette écriture dans les fichiers est déclenchée par les évènements suivants : transaction terminée avec un COMMIT, REDO LOG Buffer au 1/3 plein, plus de 1Mo d'informations de log contenues dans le buffer, timeout, avant que DBWn n'écrive le contenu du Database Buffer Cache dans les fichiers du disque dur Le processus CKPT sert à mettre à jour les en-têtes des fichiers de données, et à mettre à jour les fichiers CONTROL FILE afin de spécifier que l'action de CHECKPOINT s'est bien déroulée. Le checkpoint indique un état cohérent de la base où tous les fichiers de la base de données sont synchronisés. Le CHECKPOINT est un évènement qui se déclenche lors : d'un changement de groupe de REDO LOG FILE, d'un arrêt normal de la base de données (c'est à dire sans l'option ABORT), d'une demande explicite de l'administrateur, d'une limite définie par les paramètres d'initialisation LOG_CHECKPOINT_INTERVAL, LOG_CHECKPOINT_TIMEOUT, et FAST_START_IO_TARGET C'est l'évènement CHECKPOINT qui déclenche l'activation de DBWR pour l'écriture d'un certain nombre de blocs du Database Buffer Cache dans les fichiers de données par DBWR, ainsi que l'activation préalable de LGWR pour vider le REDO LOG Buffer. ARCn (ARChive) crée une copie archivée des fichiers de journalisation en ligne en mode ARCHIVELOG (en mode NOARCHIVELOG le processus n'existe pas). Il se déclenche quand le fichier REDO LOG est plein. SMON (System Monitor) est un processus servant à : recouvrir l instance, à corriger les plantages de l'instance et à vérifier la synchronisation des données. Si l'instance plante, c'est SMON qui va se charger de rejouer le contenu des REDO LOG FILE afin de pouvoir rejouer les transactions et de re-synchroniser les données dans les fichiers de données. PMON (Process Monitor) est un processus lié aux processus utilisateurs. Il sert à annuler les transactions d'une session (lors d'un plantage de la session par exemple), mais également à relâcher tous les verrous posés par la session, ainsi qu à relâcher toutes les ressources détenues par la session. Les processus utilisateur et les architectures client-serveur Processus Client créé lors de la connexion d un utilisateur pour prendre en charge les échanges entre l utilisateur et le Processus Serveur Processus Serveur : en charge de la communication avec les processus client, de l analyse et de l exécution des requêtes. Dans une architecture de serveur dédié, un processus serveur dessert un processus client. P.12

13 (Source : Guide administration Oracle 10g) Dans une architecture de serveur partagé, un processus serveur dessert plusieurs processus client. (Source : Guide administration Oracle 10g) Le processus dispose d une zone mémoire dédiée, la Programme Global Area (PGA) contenant les données propres à la session utilisateur. P.13

14 2.3 Architecture générique du SGBDR PostgreSql Architecture client-serveur. Cela se traduit par le fait que toute requête soumise est traitée par 2 types de processus - un processus utilisateur ou processus Client - un processus SGBD ou processus Serveur En fait 3 processus coopèrent : Processus Utilisateur (frontend) Un processus utilisateur est créé chaque fois qu un outil tel que psql, ou pgaccess est exécuté par un utilisateur en mode interactif ou via un programme d application. Un processus utilisateur communique avec le SGBDR via un processus serveur. Processus Serveur (backend) Le rôle du processus serveur est d effectuer les opérations suivantes : - analyser et exécuter les requêtes SQL soumises par les utilisateurs et les applications - transférer les blocs de données nécessaires du disque vers la mémoire - communiquer les résultats des requêtes aux applications et utilisateurs Processus deamon Superviseur (postmaster) en charge de la création des processus serveur P.14

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

Architecture d Oracled. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

Architecture d Oracled. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Architecture d Oracled Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Architecture Structure Physique Composants Processus Traitement de requêtes Structure Logique Architecture Un serveur Oracle

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 13 : Organisation d une base de données, ou comment soulever (un peu) le voile Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les clusters de table

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 2 : Architecture Oracle Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Processus serveur 1 Mémoire PGA Architecture SGBD Oracle Processus serveur 2

Plus en détail

3. La SGA ou System global Area

3. La SGA ou System global Area 1/11 L'instance Oracle Oracle est une base de données composée de 3 parties différentes : L'instance Les fichiers de données Les fichiers de données facultatifs (fichier d'initialisation, fichier de mots

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Oracle 12c Administration

Oracle 12c Administration Introduction 1. Objectifs de l'ouvrage 19 2. Présentation d'oracle Database 12c 20 2.1 Introduction 20 2.2 Principales nouveautés de la version 12 22 3. Conventions d'écriture 24 Les bases de l'architecture

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1 Table des matières Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1 La base de données... 1-2 Le stockage des données... 1-4 L instance... 1-6 La zone «Shared Pool»... 1-7 La zone «Buffer Cache»... 1-8 L exécution

Plus en détail

Data Base Buffer Cache :

Data Base Buffer Cache : Suite cours SG chapitre 2 Data Base Buffer Cache : Il stocke les bloques de données les plus recement utilisées lorsque Oracle doit executer une requete SQL, il verifie tout d'abort si la requete existe

Plus en détail

Version Description Date

Version Description Date -- 1 Guide atelier pratique Oracle DBA Associate Module 1 Version Internet Tél: +243970808519, +243897779961 URL personnel : Numéro du document : 0.4 Auteur : Danny Nkutua Kalombo Date de publication :

Plus en détail

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique.

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique. GBD-030 Oracle Prise en main Saint-Denis à 9h30 5 jours Objectifs : Une formation Oracle complète pour découvrir tous les concepts du système et les différentes façons de les utiliser concrètement tout

Plus en détail

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données Implantation des SGBD relationnels Université de Nice Sophia-Antipolis Version 3.4 25//06 Richard Grin Plan de cette partie Nous allons étudier (très rapidement!) quelques éléments de solutions utilisés

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

Compte rendu d activité Fiche n 1

Compte rendu d activité Fiche n 1 Compte rendu d activité Fiche n 1 Alexandre K. (http://ploufix.free.fr) Nature de l activité Création d une base de connaissances avec PostgreSQL Contexte : Le responsable technique souhaite la mise en

Plus en détail

Structure fonctionnelle d un SGBD

Structure fonctionnelle d un SGBD Fichiers et Disques Structure fonctionnelle d un SGBD Requetes Optimiseur de requetes Operateurs relationnels Methodes d acces Gestion de tampon Gestion de disque BD 1 Fichiers et Disques Lecture : Transfert

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations ADMIN SGBD TP 1 Préliminaires L'objectif de ce TP est de: installer l environnement (PostgreSQL, base, tables), créer des utilisateurs, des vues, et de gérer les privilèges, créer des triggers, utiliser

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

Systèmes de gestion de bases de données

Systèmes de gestion de bases de données Systèmes de gestion de bases de données Fichiers P. Rigaux Cnam, dépt. informatique April 1, 2015 PR (Cnam, dépt. info) Systèmes de gestion de bases de données April 1, 2015 1 / 1 Fichiers Une base de

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes)

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes) Avant-propos 1. Lectorat 11 2. Pré-requis 12 3. Objectifs 12 4. Environnement technique 13 Choisir la bonne architecture matérielle 1. Introduction 15 2. Architecture disque 16 2.1 La problématique de

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES SGBD / Aide à la décision CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES Réf: KAO Durée : 15 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Ce cycle complet vous apportera les connaissances nécessaires pour

Plus en détail

Architecture des SGBD parallèles NSY 104

Architecture des SGBD parallèles NSY 104 Architecture des SGBD parallèles NSY 104 Introduction Présentation des options d architecture des serveurs et des systèmes de gestion de bases de données. Ces derniers ont des relations privilégiées avec

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Table des matières PRÉAMBULE... MODULE 1 : PRÉSENTATION DE L ENVIRONNEMENT... 1-1 Qu'est-ce

Plus en détail

Encryptions, compression et partitionnement des données

Encryptions, compression et partitionnement des données Encryptions, compression et partitionnement des données Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Compression, encryption et partitionnement des données Sommaire 1 Introduction... 3 2 Encryption transparente des

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1 3 - Administration de BD SQL Chapitre III Administration des BD SQL 3.1 Création de BD 3.2 Gestion des utilisateurs 3.3 Administration des transactions 3.4 Accès à une BD distante 3.5 Conclusions Composants

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g Description Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques industriels les plus avancés. Cette formation permettra

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ARCHITECTURE ET ADMINISTRATION DES BASES DE DONNÉES 2013-2014 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII)

Plus en détail

4D v11 SQL Release 5 (11.5) ADDENDUM

4D v11 SQL Release 5 (11.5) ADDENDUM ADDENDUM Bienvenue dans la release 5 de 4D v11 SQL. Ce document présente les nouveautés et modifications apportées à cette nouvelle version du programme. Prise en charge de nouvelles plates-formes La release

Plus en détail

Bases de données avancées Introduction

Bases de données avancées Introduction Bases de données avancées Introduction Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M1 Cours BDA Plan Objectifs et contenu du cours Rappels BD relationnelles Bibliographie Cours BDA (UCP/M1)

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Plan. Cours 4 : Méthodes d accès aux données. Architecture système. Objectifs des SGBD (rappel)

Plan. Cours 4 : Méthodes d accès aux données. Architecture système. Objectifs des SGBD (rappel) UPMC - UFR 99 Licence d informatique 205/206 Module 3I009 Cours 4 : Méthodes d accès aux données Plan Fonctions et structure des SGBD Structures physiques Stockage des données Organisation de fichiers

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Systèmes de Fichiers

Systèmes de Fichiers Systèmes de Fichiers Hachage et Arbres B Serge Abiteboul INRIA February 28, 2008 Serge Abiteboul (INRIA) Systèmes de Fichiers February 28, 2008 1 / 26 Systèmes de fichiers et SGBD Introduction Hiérarchie

Plus en détail

Une base de données Oracle comporte des structures logiques et des structures physiques.

Une base de données Oracle comporte des structures logiques et des structures physiques. STRUCTURE LOGIQUE PHYSIQUE ORACLE. Une base de données Oracle comporte des structures logiques et des structures physiques. Elle est constituée physiquement de plusieurs fichiers de données regroupés logiquement

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/40 2/40 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Tables système Les informations du dictionnaire de données (tables système) sont accessibles en consultation seule, au moyen de vues Quatre classes

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

Oracle Maximum Availability Architecture

Oracle Maximum Availability Architecture Oracle Maximum Availability Architecture Disponibilité des systèmes d informations Technologies et recommandations 1 Qu est-ce que Oracle Maximum Availability Architecture (MAA)? 1. Objectif : Disponibilité

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 3 : Administrer la sécurité utilisateur Gestion des utilisateurs et de leurs droits (Partie 2) Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Privilèges

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application).

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application). SQL Ch 10 DCL Utilisateurs, privilèges, rôles I. INTRODUCTION... 1 II. LES UTILISATEURS ( «USERS»)... 1 A. CREER UN UTILISATEUR : USER... 1 B. MODIFIER UN UTILISATEUR : ALTER USER... 2 C. SUPPRIMER UN

Plus en détail

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications.

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications. Création d'une nouvelle base de données A. Vue d'ensemble 1. Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus complet de création d'une nouvelle base de données pour

Plus en détail

Optimisation de requêtes

Optimisation de requêtes Optimisation de requêtes Illustration avec Oracle J. Akoka - I. Wattiau Introduction BUT : Fournir l'algorithme d'accès à la base de données pour répondre à une requête exprimée en langage assertionnel

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

BTS INFORMATIQUE DE GESTION ISE4D SESSION 2010 E4R : ÉTUDE DE CAS. Durée : 5 heures Coefficient : 5 CAS NOIXCOOP ÉLÉMENTS DE CORRECTION

BTS INFORMATIQUE DE GESTION ISE4D SESSION 2010 E4R : ÉTUDE DE CAS. Durée : 5 heures Coefficient : 5 CAS NOIXCOOP ÉLÉMENTS DE CORRECTION E4R : ÉTUDE DE CAS Durée : 5 heures Coefficient : 5 CAS NOIXCOOP ÉLÉMENTS DE CORRECTION Barème Dossier 1 : Distribution de noix 32 points Dossier 2 : Commercialisation de plants de noyers 16 points Dossier

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i

Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i Les bases de l optimisation SQL avec DB2 for i Christian GRIERE cgriere@fr.ibm.com Common Romandie 3 mai 2011 Les fleurs et les requêtes Lorsque l on veut planter de nouvelles fleurs dans un jardin il

Plus en détail

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours Business Management and Global Internet Center Intitulé de la formation : Programme de 05 jours B.M.G.I. Center Centre Agréé Microsoft Office Adresse : 88 Ter, Bd. KRIM Belkacem - Télemly, 16004 Alger

Plus en détail

Cours 2 : SQL Structured Query Language

Cours 2 : SQL Structured Query Language Cours 2 : SQL Structured Query Language SQL Langage permettant de définir, manipuler et contrôler les données d une BD relationnelle Objet d une norme de l Institut National Américain de Normalisation

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

1 introduction : SQL server

1 introduction : SQL server Lycée lissan eddine ibn_elkhatib laayoune SGBDR 1 Pr H.LAARAJ 2015/2016 2 1 introduction : SQL server 1 3 SQL server SQL-Server est un SGBDR Client-Serveur qui utilise TRANSACT-SQL dans ses transactions.

Plus en détail

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 15 2.2 Mode de fonctionnement client/serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 18 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

Systèmes de fichiers. Didier Verna

Systèmes de fichiers. Didier Verna 1/23 de fichiers didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier 2/23 Table des matières 1 2 Structure des fichiers 3 Structure des répertoires 4 Protection et sécurité 4/23 Répondre aux problèmes

Plus en détail

Optimisation des Requêtes D après J. Akoka - I. Wattiau

Optimisation des Requêtes D après J. Akoka - I. Wattiau NFE113 Administration et configuration des bases de données 2011 Optimisation des Requêtes D après J. Akoka - I. Wattiau 1 Eric Boniface Introduction Fournir l'algorithme d'accès à la B.D. pour répondre

Plus en détail

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures]

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures] Plan de cours disponible à l adresse http://www.adhara.fr/.aspx Objectif Utiliser RMAN pour créer et gérer des jeux de sauvegarde et des copies d'image Récupérer la base de données jusqu'à un point dans

Plus en détail

Introduction à l Administration d Oracle

Introduction à l Administration d Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Introduction à l Administration d Oracle Document version 1.5 Dr. Mohamed Anis BACH TOBJI

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

Systèmes d exploitation Gestion des fichiers. Catalin Dima

Systèmes d exploitation Gestion des fichiers. Catalin Dima Systèmes d exploitation Gestion des fichiers Catalin Dima 1 Problématique Certains processus doivent stocker/avoir accès à une très grande quantité de mémoire Parfois plusieurs ordres de grandeur par rapport

Plus en détail

Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118

Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118 Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118 Question 2.1: Identification des problèmes 1- problème de sécurité physique des données: = > il faut établir une stratégie de sauvegarde avec

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

Thème : Gestion commerciale

Thème : Gestion commerciale Département Génie Informatique BD40 Ingénierie des systèmes d information TP 4 : Ms/Access : Listes déroulantes, Formulaires avancés Thème : Gestion commerciale Christian FISCHER Copyright Novembre 2005

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Gestion des espaces disque logiques. SQL> alter database datafile 'C:\APP\CLAIRE\ORADATA\ORA11G\TSCLAIRE1' resize 110M ;

Gestion des espaces disque logiques. SQL> alter database datafile 'C:\APP\CLAIRE\ORADATA\ORA11G\TSCLAIRE1' resize 110M ; Pré-requis 1. Les seules unités valides sont K, M, G et même T si vous disposez d un espace disque atteint de gigantisme! 2. Vous pouvez agrandir un espace disque logique par l instruction alter database

Plus en détail

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos)

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos) Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 14 2.2 Mode de fonctionnement Client/Serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 17 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

NIMBUS TRAINING. Mise en œuvre d une SGBD dans toutes les étapes du projet. Déscription. Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis

NIMBUS TRAINING. Mise en œuvre d une SGBD dans toutes les étapes du projet. Déscription. Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis Mise en œuvre d une SGBD dans toutes les étapes du projet. Déscription A partir des retours d expérience, et des préconisations des éditeurs, présenter les facteurs clés de succès et les bonnes pratiques

Plus en détail

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés- -Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées et Les Clichés- Les vues : 1. Définition et intérêts : Une Vue est une table logique pointant sur une ou plusieurs tables ou vues et ne contient physiquement

Plus en détail

NIMBUS TRAINING. Oracle 12C Administration. Description : Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis

NIMBUS TRAINING. Oracle 12C Administration. Description : Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis Oracle 12C Administration Description : La consolidation de bases de données est une étape clé de l'accès au cloud. Oracle Database 12C en accélère et en simplifie le processus, permettant la haute densité

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours Sommaire du cours Module 1 Introduction et Rappels Module 2 Eléments de langage PL/SQL Module 3 Accès à la Base de données Module 4 Traitements stockés Module 5 Gestion des exceptions Module 6 - Compléments

Plus en détail

Création d'une nouvelle base de données

Création d'une nouvelle base de données 199 Chapitre 7 Création d'une nouvelle base de données 1. Vue d'ensemble Création d'une nouvelle base de données 1.1 Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus

Plus en détail

Chapitre IV La Structure physique de la Base de données

Chapitre IV La Structure physique de la Base de données LP Informatique(DA2I) UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 17/1/2008, Enseignant : M. Nakechbnadi mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre IV La Structure

Plus en détail

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Systèmes de gestion de bases de données Introduction Université d Evry Val d Essonne, IBISC utiles email : cinzia.digiusto@gmail.com webpage : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Google+ : https://plus.google.com/u/0/b/103572780965897723237/

Plus en détail

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données.

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données. TP ABD Vues dynamiques adéquates, permettant de vérifier l'état (open) de la base, s assurez que les fichiers de la base ont été crées et vérifier la taille de l instance (Total System Global Area) select

Plus en détail

Oracle 11g Administration I Installation et configuration

Oracle 11g Administration I Installation et configuration Oracle 11g Administration I Installation et configuration Auteur Razvan BIZOI GUIDE DE FORMATION La marque TSOFT est une marque déposée. La collection des guides de formation TSOFT est éditée par la société

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet

Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet La saisie et l'impression des données Les formulaires de saisie Les formulaires de saisie jouent deux rôles importants : - la mise en forme des

Plus en détail

Oracle Database 11g : Atelier SQL Tuning Version 2

Oracle Database 11g : Atelier SQL Tuning Version 2 Oracle University Appelez-nous: +33 15 7602 081 Oracle Database 11g : Atelier SQL Tuning Version 2 Durée: 3 Jours Description Ce cours aide les développeurs de base de données, les administrateurs de base

Plus en détail