INSIA SIGL Bases de données ARCHITECTURE ORACLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSIA SIGL Bases de données ARCHITECTURE ORACLE"

Transcription

1 INSIA SIGL Bases de données ARCHITECTURE ORACLE Bertrand LIAUDET ARCHITECTURE ORACLE 3 Méthodes de connexion 3 La connexion 3 Les fichiers oracle 4 Structure des fichiers de la BD 4 Problème conceptuel : la notion de base de données, BD 5 Architecture de l instance 5 Les processus d arrière-plan et le processus serveur 6 La mémoire : SGA et PGA 6 Le shared pool (pool partagé) 7 Le buffer cache 7 Principe 7 Notion de bloc oracle 7 Bloc oracle et buffer cache 8 L exécution d un requête 8 Principe 8 Le buffer redo log : tampon des journaux de reprise 0 Le java pool 0 Les processus d arrière plan 0 DBWn : DataBase Write 0 LGWR 0 ARCn 0 CKPT SMON PMON Gestion des processus : vue v$session v$process Les fichiers d alerte (alert.log) et de trace (.trc) 2 Principe 2 Localisation 2 Ménage des fichiers de trace! 2 Remarque sur les erreurs 2 Le LISTENER 3 Le contrôleur du Listener : LSNRCTL 3 INSTANCE ET BD 4 INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page /34 - Bertrand LIAUDET

2 Gestion d une instance 4 Notion d instance 4 Utilisateur SYS et SYSTEM 4 Le fichier de paramètres : PFILE 6 Le fichier de paramètres serveur : SPFILE 7 Création d une instance : utilitaire ORADIM 8 Démarrage et arrêt d une instance et d une BD 9 Les vues dynamiques 20 Gestion d une BD 22 Notion de BD 22 Les fichiers de la BD 22 Création manuelle d une BD : CREATE DATABASE 22 Création du dictionnaire 23 Changer d instance pour une BD 23 Sauvegarder : lister tous les fichiers de la BD 24 DICTIONNAIRE 25 Dictionnaire et dictionnaire des données 25 Présentation 25 La vue «dictionnary» ou le synonyme «dict» 25 Dictionnaire des données 26 Premiers usages du dictionnaire des données 26 Les vues du dictionnaires des données 27 Les 3 catalogues 27 Les différents objets 27 Accès aux statistiques 27 Les utilisateurs et leurs privilèges 27 CONTROLE, JOURNAUX ET UNDO 29 Les fichiers de contrôle 29 Les fichiers de journaux 29 Présentation 29 Gestion de base 29 Le segment UNDO 3 TABLESPACE 32 LES ASSISTANTS ORACLE 32 Oracle Net 32 OEM : Oracle Entreprise Manager 32 L assistant DBCA 32 TP 33 Installation d une instance 33 INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 2/34 - Bertrand LIAUDET

3 ARCHITECTURE ORACLE Méthodes de connexion ) client-serveur mono-machine. 2) client-serveur multi-machines. Le lien entre le client et le serveur est assuré par le middleware comprenant Oracle Net et le protocole de communication, généralement TCP/IP. 3) Architecture double serveurs : client serveur d application serveur de BD. Le protocole de communication client-serveur d application est indépendant du protocole serveur d application-serveur de BD. 4) Architecture triple serveurs : client serveur web serveur d application serveur de BD. Le client exécute un navigateur qui communique avec le serveur web via le protocole HTTP. Ce dernier demande l exécution des commandes du client au serveur d applications. Ce dernier est client de la BD et formate les résultats en HTML avant de les retourner au client. 5) Architecture multi serveurs de BD : client serveur de BD serveur de BD. Les BD se situent sur des serveurs séparés et se partagent les données. La connexion Le client est un processus utilisateur (SQL*Plus, une application, etc.) Pour se connecter, il faut un nom et un mot de passe. C :> sqlplus nomutilisateur / password SQL > show user User est : NomUtilisateur INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 3/34 - Bertrand LIAUDET

4 C :> sqlplus / nolog SQL > show user User est : Il existe deux sortes de processus serveurs (oracle.exe) : les serveurs dédiés les serveurs partagés Le principe du serveur dédié est que chaque utilisateur est pris en charge par un serveur dédié. Le principe du serveur partagé est que plusieurs utilisateurs partagent le même serveur. Un processus DISPATCHER gère l ordonnancement des requêtes des utilisateurs. Par défaut, les serveurs sont partagés. Les fichiers oracle Les fichiers oracle sont les suivants : Les fichiers de la BD :. Les fichier de données : les plus volumineux. Fichiers binaires. 2. Les fichiers de contrôle : fichier binaires qui décrivent tous les fichiers oracle. 3. Les fichier journaux (redo-log) : ces fichiers conservent les modifications successives de la BD. Ce sont des journaux de transactions de la base. Ils servent pour une restauration de la BD. Le fichier de paramètres : paramètres de démarrage qui déterminent l environnement. Le fichier de mot de passe : pour établir l authenticité des utilisateurs privilégiés.. Les fichiers journaux archivés : les fichier journaux fonctionnent de façon circulaire. Les fichiers journaux archivés sont des copies des fichiers journaux avant leur réutilisation par circularité. Structure des fichiers de la BD STRUCTURE LOGIQUE STRUCTURE PHYSIQUE BASES DE DONNEES SCHEMAS * * * * TABLESPACES * FICHIERS * * TABLES, INDEX, CLUSTERS, INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 4/34 - Bertrand LIAUDET

5 Niveau logique : Les objets de la BD (tables, indexs, etc.) appartiennent à un schéma et à un tablespace. Schéma et tablespace appartiennent à une BD. Le schéma peut être réparti dans plusieurs tablespace. Un tablespace peut contenir plusieurs schémas. Niveau physique : Un fichier correspond à un tablespace, mais un tablespace peut être réparti sur plusieurs fichiers. Rappel sur les objets logiques de la BD : Tables, vues, procédures, fonctions, déclencheurs (triggers), packages (regroupements de procédures et de fonctions) Tables temporaires : créée le temps d une session ou d une transaction. Clusters : Un cluster est constitué par plusieurs tables stockées physiquement ensemble. L objectif est d optimiser les temps de traitement en lecture-écriture. Index : table triée pour accéder aux données. Il existe des index de table, de clusters et bitmap (pour les attributs avec peu de valeurs distinctes). Tables organisées en index : toute la table est indexée à partir de sa clé primaire. Séquences : pour gérer les auto-incréments Vues matérialisées : pour synthétiser, répliquer ou distribuer des données. Synonymes : pointeur vers n importe quel objet Liens de BD : pointeur vers n importe quelle BD. Problème conceptuel : la notion de base de données, BD Le terme BD est polysémique : il peut se rapporter à :. L instance (mémoire vive) et les fichiers physiques de la base (au SGBD et à la BD), c est-àdire la totalité de la mémoire (vive et fichiers) utilisée par la BD. 2. La structure logique des données. 3. Les fichiers de données de la BD. L usage le plus courant est le premier. Architecture de l instance Une instance est l ensemble des : processus d arrière-plan zones mémoires allouées qui permettent l exploitation d une base de données. Show parameter INSTANCE_NAME INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 5/34 - Bertrand LIAUDET

6 Généralement, le nom de l instance (SGBD) et de la BD (de la structure logiques) sont identiques. Les processus d arrière-plan et le processus serveur Ce sont les processus qu Oracle utilise, en plus du serveur, pour gérer la BD. Le processus serveur prend en charge les requêtes des processus utilisateurs (SQL-Plus, applications, etc.) Les processus d arrière-plan ont chacun une tâche déterminée pour la gestion des données : écriture sur disques, calcul, gestion mémoire, etc. La mémoire : SGA et PGA le SGA Quand on interroge une BD, les données des fichiers sont chargées en mémoire. Oracle gère la mémoire pour améliorer les performances. Le SGA (System Global Area) est la principale zone mémoire employée. Le SGA contient particulièrement : Un shared pool (pool partagé) Un buffer cache Un buffer redo-log Un java pool La taille maximum du SGA peuvent être paramétrée dans le fichier de paramètres. Elle n est pas modifiable dynamiquement. Show parameter SGA_MAX_SIZE La taille de chaque composant mémoire peuvent être paramétrée dynamiquement. Show parameter SHARED_POOL_SIZE Show parameter DB_CACHE_SIZE Show parameter LOG_BUFFER Alter system set SHARED_POOL_SIZE = 0M le PGA L augmentation de la taille des composants mémoire permet une amélioration des performances. Le PGA (Program Global Area) est la zone mémoire allouée pour le fonctionnement de chaque processus utilisateur. Le PGA contient : Un buffer pour la gestion des tris Un buffer pour les informations de la session Un buffer pour les curseurs Un buffer pour les variables utilisées par la session INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 6/34 - Bertrand LIAUDET

7 A noter que les buffers de tri et de session sont dans le PGA si le serveur est dédié et dans le shared pool si le serveur est partagé. Le shared pool (pool partagé) Le shared pool est une zone mémoire du SGA est constitué de : Le cache du dictionnaire des données Le cache de bibliothèque Le cache de tri et de session (UGA : user global area). Le cache du dictionnaire des données permet de stocker les données du dictionnaire des données (comptes utilisateur, fichiers de données, tables, privilèges). Ce cache se remplit au fur et à mesure de l utilisation de la BD. Quand il est plein, l algorithme de gestion retire les données dont l utilisation est la plus ancienne : algorithme LRU (Least Recently Used) de gestion de file (on cherche dans la file l élément cherché. S il n y ait pas, on le récupère dans les fichiers. Dans tous les cas, on le sort de la file pour le ré-enfiler. Si la file est pleine, on défile un élément). Le cache de bibliothèque permet de stocker les plans d exécution des requêtes les plus courantes. Il est géré par un algorithme LRU. Le cache de tri est de session permet de gérer les ordres de tri et les informations de session dans le cas d un serveur partagé. Si le serveur est dédié, le shared pool ne contient plus cette mémoire qui se retrouve dans la PGA. Le buffer cache Principe Le buffer cache est une zone mémoire du SGA qui permet de stocker les données des requêtes de consultation et de modification ( Select et DML ). Le buffer cache permet donc de limiter les accès disque. Notion de bloc oracle Présentation Un bloc oracle est une structure logique de données qui contient des enregistrements d une table. La taille d un bloc oracle est un multiple du bloc physique manipulé par l OS. Le bloc oracle permet de faciliter les échanges entre les fichiers, la mémoire et les processus. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 7/34 - Bertrand LIAUDET

8 STRUCTURE LOGIQUE STRUCTURE PHYSIQUE BASES DE DONNEES SCHEMAS * * * * TABLESPACES * FICHIERS * * TABLES, INDEX, CLUSTERS, * * BLOCS ORACLE * BLOCS OS Taille du bloc oracle Une fois la BD créée, la valeur du DB_BLOCK_SIZE ne peut plus être modifiée (en KO). Pour visualiser le DB_BLOCK_SIZE : Show parameter DB_BLOCK_SIZE L augmentation de la valeur du BD_BLOCK_SIZE limite les accès disques. Bloc oracle et buffer cache Le buffer cache contient les blocs oracle où sont stockés les données des requêtes SQL (Select et DML). Il est géré par un algorithme LRU (Least Recently Used, gestion de file). La taille du buffer cache est un paramètre important de l optimisation. Généralement, ce cache représente à 2% de la taille de la BD. L exécution d un requête Principe L exécution d une requête se fait en trois temps L analyse («parse») L exécution La récupération des résultats («fetch») L analyse : «parse» INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 8/34 - Bertrand LIAUDET

9 L analyse consiste d abord à vérifier la syntaxe et les contrôles de sécurité (droits d accès aux données). L analyse consiste ensuite à chercher si l instruction, son arbre d exécution et son plan d exécution sont déjà dans le cache de librairie. Si ce n est pas le cas, l analyse va produire l arbre et le plan d exécution et les mettre dans le cache de librairie. Ensuite le processus serveur valide l existence des objets et de la requête (tables, vues, etc.) et de leurs composants (attributs, etc.), les droits de l utilisateur à partir des informations du cache du dictionnaire des données si possible ou à partir des fichiers de données sinon. L exécution L exécution consiste à appliquer le plan d exécution. Le processus détermine les blocs qui doivent être chargés à partir des fichiers, en accès direct par indexation ou en accès séquentiel. Les blocs qui ne sont pas déjà dans le cache sont chargés et mis dans le buffer cache. Le calcul (filtre des lignes et des colonnes) est effectués à partir des données des blocs du buffer cache. La récupération des résultats : «fetch» Le processus serveur renvoie les lignes sélectionnées et mise en forme. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 9/34 - Bertrand LIAUDET

10 Le buffer redo log : tampon des journaux de reprise Le tampon des journaux de reprise permet d assurer la cohérence du système même en cas d échec. En cas de modifications des structures ou des données (DDL ou DML), le processus de traitement écrit dans le tampon des journaux de reprise l image des lignes avant la modifications. Ce tampon est de petite taille et utilisé de manière circulaire. Le java pool L initialisation du moteur Java dans la base de données Oracle est facultative. Si le moteur Java est installé, le Java pool est obligatoire et stocke les commandes java préanalysées. Les processus d arrière plan Les processus d arrière plan gère les relations entre les buffers et les fichiers ainsi que les processus eux-mêmes. DBWn : DataBase Write Processus d écriture par lots des blocs de données modifiées du buffer cache dans les fichiers de la BD. Buffer Cache -----> DBWn -----> Fichier de données > LGWR L écriture se fait par lots : donc certains événements déclenche cette écriture : toutes les 3 secondes, au delà d un certain nombre de blocs modifiés, à chaque checkpoint (processus CKPT), etc. Le processus DBWn lance d abord un processus LGWR LGWR Processus d écriture séquentielle par lots des entrées du buffer redo log dans les fichiers journaux. Buffer Redo Log -----> LGWR -----> Fichier journaux C est le processus LGWR qui maintient l état le plus à jour de la BD (et pas le processus DBWn). L écriture du buffer redo log doit donc être terminée pour valider une transaction. L écriture se fait par lots : toutes les 3 secondes, à chaque COMMIT, au delà d un certain taux de remplissage du buffer redo log,, à chaque chedkpoint, par le processus DBWn. ARCn INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 0/34 - Bertrand LIAUDET

11 Le processus ARCn s occupe de copier un fichier journal plein dans un fichier journal archivé. Ce n est pas un processus obligatoire. CKPT Le processus checkpoint gère les points de synchronisation dans la BD qui faciliteront sa récupération en cas de défaillance. Il signale l échéance de déclenchement au processus DBWn (toutes les 3 secondes) et commence par mettre à jours l en-tête des fichiers de données. CKPT -----> Fichier de données > DBWn SMON Le processus SMON assure le monitoring (la surveillance) du système. Il se charge particulièrement des redémarrage après un arrêt brutal. Il se charge aussi de faire le ménage dans la mémoire : mémoire des tris, regroupement des espaces libres des fichiers de données. PMON Le processus PMON assure le monitoring des processus utilisateur défaillant. Gestion des processus : vue v$session v$process consultation SQL> column sid format 9999 SQL> column username format a2 SQL> column machine format a8 SQL> column program format a20 SQL> select sid, serial#, username, machine, program from v$session; SID SERIAL# USERNAME MACHINE PROGRAM LIAUDET ORACLE.EXE (q000) 29 5 BERTRAND MSHOME\LIAUDET sqlplus.exe 3 23 SYS MSHOME\LIAUDET sqlplus.exe LIAUDET LIAUDET ORACLE.EXE (QMNC) ORACLE.EXE (MMON) 37 5 LIAUDET ORACLE.EXE (q00) 39 LIAUDET ORACLE.EXE (MMNL) 4 LIAUDET ORACLE.EXE (CJQ0) LIAUDET LIAUDET ORACLE.EXE (RECO) ORACLE.EXE (SMON) 44 LIAUDET ORACLE.EXE (CKPT) LIAUDET LIAUDET ORACLE.EXE (LGWR) ORACLE.EXE (DBW0) LIAUDET LIAUDET ORACLE.EXE (MMAN) ORACLE.EXE (PSP0) 49 LIAUDET ORACLE.EXE (PMON) 6 ligne(s) sélectionnée(s). Ici, on voit que deux clients sqlplus sont connectés. On voit aussi les processus d arrière plan du serveur oracle.exe : DBW0, LGWR, etc. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page /34 - Bertrand LIAUDET

12 La liste des processus d arrière plan peut être obtenue par la commande : SQL> select username, program, background from v$process 2 order by background, program ; ou, sous unix, par ps ef grep ora_ Suppression Les champs SID et SERIAL# identifient une session. On peut supprimer les sessions utilisateurs (les clients). La commande : SQL> alter system kill session '29,5'; va déconnecter l utilisateur «Bertrand». Les fichiers d alerte (alert.log) et de trace (.trc) Principe Le fichier d alerte (alert_<sys>.log) est un tableau de bord historique de tous les événements de la BD. C est un outil vital pour la gestion quotidienne d une BD. Les fichiers de trace (.trc) sont générés pas chaque processus d arrière plan. Ils donnent des détails supplémentaires par rapport au fichier d alerte Localisation Dans le paramètre : background_dump_test...\app\oracle\admin\<sys>\bdump A noter que le paramètre : user_dump_test permet d accéder aux alertes du serveur. Ménage des fichiers de trace! A noter que le processus MMON génère des fichiers <SID>_mmon_XXXX.trc de taille importante (plusieurs mégas) régulièrement (toutes les x minutes) dans le répertoire C:\oraclexe\app\oracle\admin\XE\bdump! Ces fichiers *.trc peuvent être supprimées sans risques d erreur. Le paramètre MAX_DUMP_FILE_SIZE permet de limiter la taille de ces fichiers. Remarque sur les erreurs Les erreurs Oracle sont numérotées : ORA-XXXX A partir de ce n, on peut trouver des explications sur l erreur en cherchant sur internet. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 2/34 - Bertrand LIAUDET

13 Le LISTENER La connexion au serveur est établie via un processus d écoute : le LISTENER. Le protocole est le suivant :. L application demande la connexion au LISTENER 2. Le LISTENER transmet la demande au serveur 3. Le serveur demande confirmation au client 4. Le client confirme 5. Le serveur notifie la connexion Ce mécanisme permet, entre autre, de protéger le serveur de demandes de connexion intempestives Connection : Connect nomuser / // nomduserveur:nomduport / service Un processus application sur la machine serveur peut contourner le LISTENER. Une fois connecté, le LISTENER n intervient plus dans la vie des processus applications. Le contrôleur du Listener : LSNRCTL LSNRCTL.exe permet d entrer dans le contrôleur du LISTENER. Help : liste les commandes disponibles. Status : pour connaître l état du LISTENER. Stop : pour arrêter le LISTENER. Start : pour démarrer le LISTENER (ou start LISTENER). INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 3/34 - Bertrand LIAUDET

14 INSTANCE ET BD Gestion d une instance Notion d instance Les concepts d instance et de base de données sont les concepts centraux de l architecture Oracle. La base de données (BD) correspond essentiellement aux fichiers de données. Une instance est l ensemble des processus d arrière plan et des zones mémoires qui permettent l exploitation d une BD. Une instance peut être vue comme une instanciation du serveur pour une BD donnée. Les caractéristiques de l instance (nom du ficher de contrôle, nombre de processus pouvant se connecter simultanément, taille d un bloc de données, etc.) sont contenues dans le fichier de paramètres associé à l instance. Une instance correspond à une BD et une seule. Une BD peut être utilisées par plusieurs instances. Pour accéder à la BD, il faut que l instance soit disponible. Le démarrage et l arrêt de l instance sont des tâches d administration. L utilisateur se connecte à la base de données, avec des droits, à travers une instance. Utilisateur SYS et SYSTEM SYS et SYSTEM sont deux utilisateurs administrateurs créés automatiquement à l installation d Oracle. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 4/34 - Bertrand LIAUDET

15 «SYS» désigne en général l instance. L utilisateur SYS a tous les privilèges, dont celui d administrer l instance. SYSTEM peut créer tous les objets de la base mais ne peut pas administrer l instance. Rappels sur les utilisateurs et la connexion SYSDBA est un rôle qui donne tous les privilèges (c est le rôle de l administrateur : «DBA» de l instance «SYS») : privilèges sur l instance et sur la BD. Connect sys / password as sysdba L utilisateur est SYS. SYSOPER est un rôle équivalent à SYSDBA sans la possibilité de créer une BD. Connect sys / password as sysoper L utilisateur est PUBLIC. Pour se connecter en tant que SYSTEM : Connect system / password L utilisateur est SYSTEM Consultation de l utilisateur connecté : Show user Rappels sur les privilèges Vue SESSION_PRIVS : privilèges de l utilisateur Select * from session_privs order by privilege ; Vue DBA_SYS_PRIV : privilèges système de tous les utilisateurs de la base Select privilege, admin_option from dba_sys_privs ; Les vues DBA_TAB_PRIVS et DBA_COL_PRIVS listent les privilèges accordés aux tables et aux colonnes ; L authentification des administrateurs Pour se connecter à la base en tant qu administrateur, on peut être authentifier par l OS ou par un fichier de mots de passe d Oracle. L authentification par l OS L utilisateur qui a installé le serveur est membre du groupe ORA_DBA. Le groupe ORA_DBA est un groupe d utilisateurs qui reçoit les privilèges SYSDBA. Connect / as sysdba L utilisateur est SYS. Le «/» veut dire «pas de nom d utilisateur / pas de mot de passe» L authentification par fichier de mot de passe Un fichier de mots de passe permet d authentifier les utilisateurs. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 5/34 - Bertrand LIAUDET

16 Ce fichier peut se créer avec l utilitaire ORAPWD. Nom et localisation du fichier : ORACLE_HOME / database / pwd<sid>.ora ORACLE_HOME est le nom du répertoire dans lequel on trouve les programmes Oracle. <SID> est le nom de l instance Création du fichier : ORAPWD L outil ORAPWD permet de créer un fichier de mots de passe Modification du fichier : Alter La commande SQL > alter user system identified by newpassword Permet de donner un nouveau mot de passe à l administrateur SYSTEM. Le fichier de paramètres : PFILE Le fichier de paramètres décrit les caractéristiques du serveurs tel que la taille du SGA, le nombre de processus utilisateurs maximum, etc. Il existe un fichier de paramètres par instance. C est un fichier texte. Nom et localisation du fichier ORACLE_HOME / database / init<sid>.ora ORACLE_HOME est le nom du répertoire dans lequel on trouve les programmes Oracle. <SID> est le nom de l instance Typologie des paramètres Il existe plus de 250 paramètres dont 250 documentés. Les paramètres non documenté ont un nom commençant par «_» Les paramètres documentés se divisent en paramètres de base (environ 30) et paramètres avancés. Quelques paramètres de base DB_BLOCK_SIZE : taille du bloc Oracle DB_CREATE_FILE_DEST : répertoire des fichiers de données, de contrôle et journaux. DB_NAME : nom de la BD. Non modifiable. INSTACE_NAME : nom de l instance. NLS_LANGUAGE : langue par défaut PROCESSES : nombre maximal de processus utilisateurs connectés simultanément. REMOTE_LOGIN_PASSWORDFILE : authentification des administrateur par OS ou fichier. SESSIONS : nombre max. de sessions (toujours supérieur à PROCESSES : sessions récursives). SGA_TARGET : taille max. du SGA. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 6/34 - Bertrand LIAUDET

17 Consultation des paramètres utilisés : la vue V$PARAMETER SQL> select name, type, value from v$parameter where name like 'nls_language'; est équivalent à : SQL> show parameter nls_language Résultats : NAME TYPE VALUE nls_language string AMERICAN Modification dynamique des paramètres Modification au niveau de la session (du processus utilisateur connecté) : SQL> Alter session set nomparamètre=valeur ; Modification au niveau de l instance (pour tous les processus utilisateurs connectés) : SQL> Alter system set nomparamètre=valeur ; Pour savoir à quel niveau on peut modifier un paramètre : Attributs ISSES_MODIFIABLE et ISSYSMODIFIABLE de la vue V$PARAMETER SQL> Select name, isses_modifiable, issys_modifiable from v$parameter where name='nls_language'; NAME ISSES ISSYS_MOD nls_language TRUE FALSE Exemple : SQL> alter session set nls_language='italian'; Modificata sessione. SQL> select to_char(sysdate,'dd month yyyy') from dual; TO_CHAR(SYSDATE,'DDMONTHYYYY') febbraio 200 SQL> show parameter nls_language NAME TYPE VALUE nls_language string AMERICAN A noter que la valeur ITALIEN a bien été prise en compte dans le traitement, mais on ne la retrouve pas dans les paramètres. On verra à la fin du paragraphe où on peut la retrouver! Ce qui n est pas évident!!! Le fichier de paramètres serveur : SPFILE Le fichier de paramètres serveur est un fichier binaire et dynamique géré par le serveur oracle. Nom et localisation du fichier ORACLE_HOME / database / spfile<sid>.ora INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 7/34 - Bertrand LIAUDET

18 ORACLE_HOME est le nom du répertoire dans lequel on trouve les programmes Oracle. <SID> est le nom de l instance Dans le fichier, les paramètres «spfile» et «ifile» déterminent l emplacement du SPFILE et d un éventuel fichier complémentaire. Priorité entre les fichiers de paramètres Le SPFILE, s il existe, est prioritaire sur le PFILE. Le serveur choisit prioritairement dans l ordre : spfile<sid>.ora spfile.ora init<sid>.ora Toutefois, au démarrage d une instance, on peut forcer le choix d un fichier plutôt que d un autre. Création d un SPFILE par copie du PFILE SQL >Create spfile from pfile Création d un PFILE par copie du SPFILE SQL >Create pfile from spfile Création d une instance : utilitaire ORADIM L étape OS : utilitaire ORADIM Les répertoires de travail Il existe trois répertoires de travail à noter: un pour les fichiers d administration : C:\oraclexe\app\oracle\admin\maBase un pour les fichiers de données : C:\oraclexe\oradata\maBase Pour créer le service Windows : C:\>set oracle_sid=mabase C:\>ORADIM new sid mabase intpwd monpwd startmod a Pour supprimer le service Windows : C:\>ORADIM delete sid mabase Pour que le service démarre automatiquement C:\>ORADIM edit sid mabase srvcstart system ORADIM permet aussi de lancer et d arrêter une instance. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 8/34 - Bertrand LIAUDET

19 Pour plus de détails : C:\>ORADIM \? Pour créer le fichier de paramètres SPFILE : C:\>set oracle_sid=mabase C:\ sqlplus /as sysdba Connecté à une instance inactive SQL>create spfile from pfile= C:\...\initMaBase.ora ; Fichier créé PFILE = C:\oraclexe\app\oracle\product\0.2.0\server\database/initMABASE.ora SPFILE = 'C:\oraclexe\app\oracle\product\0.2.0\server\dbs/spfileMABASE.ora' Pour lancer l instance SQL>startup nomount Instance oracle lancée Démarrage et arrêt d une instance et d une BD Les 3 étapes du démarrage : nomount, mount et open L étape «nomount» : démarrage de l instance Lire le fichier de paramètres Allouer la mémoire du SGA Démarrer les processus d arrière plan Ouvrir les fichiers de trace et d alerte L étape «mount» : montage de la BD Associer la BD à l instance démarrée Ouvrir les fichiers de contrôle. A cette étape, seul les administrateurs SYSDBA ou SYSOPER peuvent accéder à la BD. L étape open : ouverture de la BD Vérifier que les fichiers de données et les fichiers journaux sont accessibles. Permettre la connexion de tous les utilisateurs. Lancer un processus d arrière plan SMON pour restaurer la BD si nécessaire. La commande startup Startup permet de démarrer l instance et la BD. SQL > startup On peut limiter le startup au «nomount» ou au «mount». SQL > startup mount On peut préciser le fichier de paramètres. INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 9/34 - Bertrand LIAUDET

20 SQL > help startup La commande alter database La commande alter database permet de passer d un état («mount») à un autre («open»). SQL > startup nomount SQL > alter database open; Les 4 types d arrêt Shutdown abort Arrêt le plus brutal et le plus rapide. Pas de rollback avant pendant l arrêt. Ce shutdown nécessite une récupération d instance au redémarrage. Shutdown immediate Ce shutdown évite de perdre des données mais les transactions en cours sont arrêtées avec un rollback. C est le mode qui, associé au redémarrage est le plus rapide, car le redémarrage ne nécessite pas de récupération. Shutdown transactionnal Ce shutdown évite de perdre des données et attend que toutes les transactions en cours soient validées par un commit. Aucune nouvelle transaction n est autorisée. Shutdown normal Ce shutdown évite de perdre des données et attend que toutes les connexions en cours soient arrêtées. Aucune nouvelle connexion n est autorisée. Les vues dynamiques Les vues associées aux étapes de démarrage Vues dynamiques Etapes Eléments montés V$PARAMETER NOMOUNT Fichier de paramètres V$SPPARAMETER Instance (SGA, V$SGA processus d arrière plan) V$SGA_DYNAMIC_COMPONENTS V$OPTION V$SESSION V$INSTANCE V$CONTROLFILE MOUNT Fichier de contrôle V$DATABASE V$DATAFILE V$LOGFILE Vues du dictionnaire OPEN Fichiers de données INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 20/34 - Bertrand LIAUDET

21 des données Fichiers journaux La vue de toutes les vues dynamique : V$FIXED_TABLE Dans cette vue on peut trouver : SQL> select * from v$fixed_table where name like 'V$%PARAM%'; NAME OBJECT_ID TYPE TABLE_NUM V$PARAMETER VIEW V$SYSTEM_PARAMETER V$PARAMETER VIEW VIEW V$SYSTEM_PARAMETER VIEW V$OBSOLETE_PARAMETER VIEW V$SPPARAMETER VIEW V$PARAMETER_VALID_VALUES VIEW V$NLS_PARAMETERS VIEW V$LOGMNR_PARAMETERS VIEW V$HS_PARAMETER VIEW ligne(s) sélectionnée(s). Dans la vue V$NLS_PARAMETERS, on trouve : SQL> select * from v$nls_parameters where parameter='nls_language'; PARAMETER VALUE NLS_LANGUAGE FRENCH SQL> alter session set nls_language='italian'; Modificata sessione. SQL> select * from v$nls_parameters where parameter='nls_language'; PARAMETER VALUE NLS_LANGUAGE ITALIAN A noter qu il y a 383 vues dans la vue V$FIXED_TABLE!!! INSIA - BASES DE DONNÉES SIGL ARCHITECTURE ORACLE - page 2/34 - Bertrand LIAUDET

INSIA Bases de données ORACLE Installation SQL*Plus SQL-Developer

INSIA Bases de données ORACLE Installation SQL*Plus SQL-Developer INSIA Bases de données ORACLE Installation SQL*Plus SQL-Developer http://st-curriculum.oracle.com/tutorial/dbxetutorial/index.htm http://st-curriculum.oracle.com/ http://www.oracle.com/ Bertrand LIAUDET

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données.

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données. TP ABD Vues dynamiques adéquates, permettant de vérifier l'état (open) de la base, s assurez que les fichiers de la base ont été crées et vérifier la taille de l instance (Total System Global Area) select

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 2 : Architecture Oracle Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Processus serveur 1 Mémoire PGA Architecture SGBD Oracle Processus serveur 2

Plus en détail

3. La SGA ou System global Area

3. La SGA ou System global Area 1/11 L'instance Oracle Oracle est une base de données composée de 3 parties différentes : L'instance Les fichiers de données Les fichiers de données facultatifs (fichier d'initialisation, fichier de mots

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

Oracle 11g Administration I Installation et configuration

Oracle 11g Administration I Installation et configuration Oracle 11g Administration I Installation et configuration Auteur Razvan BIZOI GUIDE DE FORMATION La marque TSOFT est une marque déposée. La collection des guides de formation TSOFT est éditée par la société

Plus en détail

TD 2 ------------------------------------------------------------------------------------------

TD 2 ------------------------------------------------------------------------------------------ TD 2 ------------------------------------------------------------------------------------------ Prenez le fichier init.ora dans $ORACLE_HOME/dbs faites une copie en inittest.ora ouvrir le fichier inittest.ora

Plus en détail

Oracle : Administration

Oracle : Administration Oracle : Administration 2crit & présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn Contenu Introduction Installation du logiciel Oracle Database Création de bases de données Configuration

Plus en détail

Création d'une base de données Oracle

Création d'une base de données Oracle TP1 Création d'une base de données Oracle MASTER INFORMATIQUE I2A Année universitaire 2006-2007 RAPPORT DE PROJET (Document de 15 pages) Encadrant : Rosaire Amore Participants : Erik Allais Abdel Rafrafi

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

Oracle 12c Administration

Oracle 12c Administration Introduction 1. Objectifs de l'ouvrage 19 2. Présentation d'oracle Database 12c 20 2.1 Introduction 20 2.2 Principales nouveautés de la version 12 22 3. Conventions d'écriture 24 Les bases de l'architecture

Plus en détail

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Tables système Les informations du dictionnaire de données (tables système) sont accessibles en consultation seule, au moyen de vues Quatre classes

Plus en détail

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications.

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications. Création d'une nouvelle base de données A. Vue d'ensemble 1. Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus complet de création d'une nouvelle base de données pour

Plus en détail

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1 Table des matières Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1 La base de données... 1-2 Le stockage des données... 1-4 L instance... 1-6 La zone «Shared Pool»... 1-7 La zone «Buffer Cache»... 1-8 L exécution

Plus en détail

Data Base Buffer Cache :

Data Base Buffer Cache : Suite cours SG chapitre 2 Data Base Buffer Cache : Il stocke les bloques de données les plus recement utilisées lorsque Oracle doit executer une requete SQL, il verifie tout d'abort si la requete existe

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

Oracle9i. sous Windows. Gilles Briard. la société Digora. avec la collaboration de. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11220-3

Oracle9i. sous Windows. Gilles Briard. la société Digora. avec la collaboration de. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11220-3 Oracle9i sous Windows Gilles Briard avec la collaboration de la société Digora Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11220-3 5 Oracle9i sous Windows Dans ce chapitre : une présentation rapide du fonctionnement

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 3 : Administrer la sécurité utilisateur Gestion des utilisateurs et de leurs droits (Partie 2) Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Privilèges

Plus en détail

Administration des bases de données relationnelles Part I

Administration des bases de données relationnelles Part I Administration des bases de données relationnelles Part I L administration des bases de données requiert une bonne connaissance - de l organisation et du fonctionnement interne du SGBDR : structures logiques

Plus en détail

White Papers TAFORA pour ORACLE 9i, 10g, 11g

White Papers TAFORA pour ORACLE 9i, 10g, 11g White Papers TAFORA www.tafora.fr Radu Caulea, TAFORA TAFORA ORACLE au quotidien White Papers TAFORA pour ORACLE 9i, 10g, 11g Stratégies d'utilisation RMAN DRAFT 2.10.585-15/10/2012 10:00 Préservez vos

Plus en détail

Chapitre III Architecture de Base de Données Oracle

Chapitre III Architecture de Base de Données Oracle LP Informatique(DA2I UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre III Architecture

Plus en détail

Resume. Sommaire. Introduction

Resume. Sommaire. Introduction Resume L objectif de cet article est de vous montrer une méthode de mise à jour d une base de données Oracle 9i par exemple vers une base donnée Oracle 10G. Il est présenté l ensemble des méthodes permettant

Plus en détail

Administration des bases de données

Administration des bases de données Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données III Protection des données : contrôles d accès OBJECTIFS 3.1. NOTIONS 3.1.1.

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Préambule Création d'une base de données

Préambule Création d'une base de données <SID> TP1 Préambule Contrôlez les paramètres (Port, Hôte : LOCALHOST, SID) des outils de communication réseau d'oracle. Le tnsnames.ora pour les services disponibles sur la machine client ; C:\Users\ISIMA>lsnrctl

Plus en détail

Administration de Base de Données Notes de cours

Administration de Base de Données Notes de cours Administration de Base de Données Notes de cours 1 Élément de connexion Oracle Thomas Année universitaire 2005-2006 La connexion à une base Oracle fait intervenir quatres éléments :

Plus en détail

1 Avant Propos. 2 Eléments d information pour les connexions et les déconnexions

1 Avant Propos. 2 Eléments d information pour les connexions et les déconnexions Université de Lorraine Département Informatique, Master 1 TD UE SGBD Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance. TRES IMPORTANT : La plus extrême rigueur et le plus grand professionalisme

Plus en détail

Création d'une nouvelle base de données

Création d'une nouvelle base de données 199 Chapitre 7 Création d'une nouvelle base de données 1. Vue d'ensemble Création d'une nouvelle base de données 1.1 Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus

Plus en détail

Oracle Maximum Availability Architecture

Oracle Maximum Availability Architecture Oracle Maximum Availability Architecture Disponibilité des systèmes d informations Technologies et recommandations 1 Qu est-ce que Oracle Maximum Availability Architecture (MAA)? 1. Objectif : Disponibilité

Plus en détail

Administration des bases de données sous Oracle. 10g. Fabien De Marchi, Jean-Marc Petit. Université de Lyon. November 22, 2007 1/96

Administration des bases de données sous Oracle. 10g. Fabien De Marchi, Jean-Marc Petit. Université de Lyon. November 22, 2007 1/96 1/96 Administration des bases de données sous Oracle 10g Fabien De Marchi, Jean-Marc Petit Université de Lyon November 22, 2007 2/96 Sur le cours Prérequis et objectifs Prérequis Modèle relationnel (structure,

Plus en détail

TP Architecture et Administration des SGBDR Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance.

TP Architecture et Administration des SGBDR Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance. Université de Lorraine Telecom Nancy 3ème année, Spécialités IL, SIE, IAMD TP Architecture et Administration des SGBDR Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance. TRES IMPORTANT : La plus

Plus en détail

Module 30 : Correction QCM Oracle 11 g Administration

Module 30 : Correction QCM Oracle 11 g Administration Module 30 : Correction QCM Oracle 11 g Administration Tsoft/Eyrolles Oracle 11g Administration 1 Atelier 1 1-1 Quelle est l unité d'échange entre les fichiers, la mémoire et les processus? A. DB_BLOCK_BUFFERS

Plus en détail

TP5. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 : " Systèmes d'information et Aide à la décision " Présenté par : Samia ARIBA & Mathieu BRUNOT

TP5. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 :  Systèmes d'information et Aide à la décision  Présenté par : Samia ARIBA & Mathieu BRUNOT Institut Supérieur d'informatique de Modélisation et de leurs Applications 24, Avenue des Landais BP 10 125 63 173 AUBIERE cedex. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 : " Systèmes d'information

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

Version Description Date

Version Description Date - 1 - Telephone : +243970808519, +243897779961 Site internet : Numéro du document : 0.4 Auteur : Danny Nkutua Kalombo Date de publication : Septembre 2010 Dernière mise à jour : Avril 2012 Résumé des modifications

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility)

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Présentation de la solution de backup Oracle de la base de données test GBIF et déploiement de la solution en production

Plus en détail

Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1

Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1 Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.Les différents types de pannes 3 a. Panne d'un processus utilisateur... 3 b. Panne d'une instance... 3 c. Panne

Plus en détail

Organisation et administration d une base de données

Organisation et administration d une base de données Organisation et administration d une base de données Diapositive de résumé Objectif du cours Introduction et utilisation d une base de données Comparatif des SGBD Structure Physique et Logique d une BD

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 13 : Organisation d une base de données, ou comment soulever (un peu) le voile Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les clusters de table

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

Administration des Bases de Données Oracle

Administration des Bases de Données Oracle Administration des Bases de Données Oracle Plan Introduction à l administration de données Structure d une base de données Architecture interne d Oracle Sécurité des données Utilitaires Administration

Plus en détail

Oracle 10g Administration +

Oracle 10g Administration + Oracle 10g Administration + FAC-SIMILE Ce fac-simile contient : - la table des matières, - le préambule, - un extrait du chapitre 10 Auteur Razvan Bizoi GUIDE DE FORMATION La marque TSOFT est une marque

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Il est possible, pour des objets, de visualiser ou modifier le contenu. La présentation des objets dans le navigateur peut être paramétrée ; vous trouverez

Plus en détail

Oracle 11g - Dataguard

Oracle 11g - Dataguard Oracle 11g - Dataguard Ecole INSTA Paris http://www.insta.fr/site/ Document et projet réalisé Candy Scordia le 29/07/2011 par Dataguard Oracle 11g R2 Kubuntu 11.04 64 bits Téléchargement de Oracle 11g

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Oracle 11g. Administration. Document de cours Tellora Page 1/281. Auteur : Clotilde Attouche. Société TELLORA. Version 1.2.

Oracle 11g. Administration. Document de cours Tellora Page 1/281. Auteur : Clotilde Attouche. Société TELLORA. Version 1.2. Oracle 11g Administration Auteur : Clotilde Attouche Société TELLORA Version 1.2 Du 6 Mai 2010 Document de cours Tellora Page 1/281 Sommaire 1 Presentation... 9 2 La documentation... 13 2.1 Le support

Plus en détail

PREPARATION AU PTI SGBD

PREPARATION AU PTI SGBD PREPARATION AU PTI SGBD On complètera ce cours avec les informations du site developpez.com 1.1 Introduction 1.1.1 Qu est ce qu un SGBD? Définition : logiciel qui stocke des données de façon organisée

Plus en détail

Oracle 12c. Administration. Razvan Bizoï. Équivalent à 4 8 jours de formation en salle! 30 heures de travaux pratiques

Oracle 12c. Administration. Razvan Bizoï. Équivalent à 4 8 jours de formation en salle! 30 heures de travaux pratiques Les racle Guides de formation Oracle 12c Administration Razvan Bizoï Équivalent à 4 8 jours de formation en salle! 30 heures de travaux pratiques 6 heures de travaux dirigés 30 QCM corrigés Tsoft et Groupe

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11707-8

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11707-8 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11707-8 5 Fonctionnement d Oracle 10g sous Windows Dans ce chapitre : une présentation rapide du fonctionnement d Oracle : les fichiers, les programmes, la mémoire ;

Plus en détail

Oracle 11g. Exploitation. Document Tellora Page 1/205. Auteur : Clotilde Attouche. Société TELLORA. Version 1.2. Du 6 Mai 2010

Oracle 11g. Exploitation. Document Tellora Page 1/205. Auteur : Clotilde Attouche. Société TELLORA. Version 1.2. Du 6 Mai 2010 Oracle 11g Exploitation Auteur : Clotilde Attouche Société TELLORA Version 1.2 Du 6 Mai 2010 Page 1/205 Sommaire 1 Présentation... 7 1.1 Les produit Database proposes par Oracle... 8 1.2 Notion de Grid

Plus en détail

REAL APPLICATION CLUSTERS

REAL APPLICATION CLUSTERS Oracle upg adm 9i Claude DA COSTA Chap 11 Scalable Real Appli Clusters Page 1/10 REAL APPLICATION CLUSTERS Cash Fusion Shared server_side initialization parameter Oracle upg adm 9i Claude DA COSTA Chap

Plus en détail

Administration d'une base de données

Administration d'une base de données Administration d'une base de données Soors Aurore 1 Table des matières 1. Architecture d'une base de données...4 1.1. La structure logique...4 1.1.1. Les tablespaces...4 1.1.2. Les segments, extensions

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

Module n 2 CREER UNE BASE DE DONNEES 1Z0-001

Module n 2 CREER UNE BASE DE DONNEES 1Z0-001 Module n 2 CREER UNE BASE DE DONNEES 1Z0-001 Auteur : Aurélie Vuaroqueaux Version 1.3 7 août 2003 Nombre de pages : 53 Ecole Supérieure d Informatique de Paris 23. rue Château Landon 75010 PARIS www.supinfo.com

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des» Sauvegarde et restauration Oracle 11g Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code barre

Plus en détail

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données Dans le cadre de SECURIDAY 2010 Et sous le thème de Computer Forensics Investigation SECURINETS Vous Présente l atelier : Analyse des bases de données Chef Atelier : Dhikra DABBOUSSI (Réseau Télécom 5)

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD)

Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD) T-GSI STAGE RENOVATION - SQL.Chapitre 5 - Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD) Sources du document : Livre bible Oracle 9i, J. Gabillaud, Editions Eni ; Support Oracle ; Documentation

Plus en détail

2.4 Le dictionnaire de données d'oracle a) donner la liste des vues du dictionnaire de données d'oracle(dict) triée par nom

2.4 Le dictionnaire de données d'oracle a) donner la liste des vues du dictionnaire de données d'oracle(dict) triée par nom Exercices A : chap.2 & 3 2.1 Quel est le nom des instances actives sur votre machine host? 2.2 Découverte de l'arborescence d'oracle et de quelques fichiers sensibles a) localiser les fichiers suivants

Plus en détail

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application).

Les utilisateurs correspondent aux comptes (login et mot de passe) permettant de demander une connexion au SGBD (une personne ou une application). SQL Ch 10 DCL Utilisateurs, privilèges, rôles I. INTRODUCTION... 1 II. LES UTILISATEURS ( «USERS»)... 1 A. CREER UN UTILISATEUR : USER... 1 B. MODIFIER UN UTILISATEUR : ALTER USER... 2 C. SUPPRIMER UN

Plus en détail

COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA

COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA COMPRENDRE LES DIFFERENTS TYPES DE CONNEXION LORS DE LA DEFINITION D UNE BIBLIOTHEQUE D ACCES A UNE BASE DE DONNEES Cet article s adresse aux administrateurs SAS en charge de la mise à disposition des

Plus en détail

Gestion des espaces disque logiques. SQL> alter database datafile 'C:\APP\CLAIRE\ORADATA\ORA11G\TSCLAIRE1' resize 110M ;

Gestion des espaces disque logiques. SQL> alter database datafile 'C:\APP\CLAIRE\ORADATA\ORA11G\TSCLAIRE1' resize 110M ; Pré-requis 1. Les seules unités valides sont K, M, G et même T si vous disposez d un espace disque atteint de gigantisme! 2. Vous pouvez agrandir un espace disque logique par l instruction alter database

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

ORACLE 11G Administration

ORACLE 11G Administration XEROX formation Page 1 Table des Matières I. GENERALITES... 7 I.1 DEFINITION... 7 I.1.1 LES DISTRIBUTIONS D'ORACLE 11G... 7 I.2 NUMEROTATION DE VERSION (DEPUIS ORACLE9I RELEASE 2)... 8 I.3 L'ORGANISATION

Plus en détail

Table des matières. Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1. Module 2 L ARCHITECTURE RMAN... 2-1

Table des matières. Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1. Module 2 L ARCHITECTURE RMAN... 2-1 Table des matières Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1 L emplacement des fichiers... 1-2 Le nom des fichiers... 1-2 La sauvegarde à froid... 1-3 La création du script... 1-4 L exécution du script...

Plus en détail

TP n 3 REPONSES TP N 3 1Z0-032

TP n 3 REPONSES TP N 3 1Z0-032 TP n 3 REPONSES TP N 3 1Z0-032 Auteur : Benkirane Reda Version 2.0 31 octobre 2005 Nombre de pages : 5 Ecole Supérieure d Informatique de Paris 23. rue Château Landon 75010 PARIS www.supinfo.com Réponses

Plus en détail

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes)

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes) Avant-propos 1. Lectorat 11 2. Pré-requis 12 3. Objectifs 12 4. Environnement technique 13 Choisir la bonne architecture matérielle 1. Introduction 15 2. Architecture disque 16 2.1 La problématique de

Plus en détail

Théorie et pratique de Base de données Oracle M.Boubetra 1 Système d Information But : gérer un ensemble d informations Stockage Consultation Modification Suppression Edition 2 Conception d un système

Plus en détail

Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours)

Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours) Département Informatique de l Institut Universitaire de Technologie de l Université Bordeaux 1 Bases de Données Oracle : administration (cours) Olivier Guibert Rappelons que l administrateur d une base

Plus en détail

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K.

CHAPITRE 4 POLITIQUES DE CONTRÔLES DES ACCÈS SOUS ORACLE ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES 10/05/2015 RESPONSABLE DR K. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique CHAPITRE 4 ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA POLITIQUES DE CONTRÔLES

Plus en détail

Oracle 12c. Sauvegarde et restauration. Razvan Bizoï. Équivalent à 4 5 jours de formation en salle! 20 heures de travaux pratiques

Oracle 12c. Sauvegarde et restauration. Razvan Bizoï. Équivalent à 4 5 jours de formation en salle! 20 heures de travaux pratiques Les racle Guides de formation Oracle 12c Sauvegarde et restauration Razvan Bizoï Équivalent à 4 5 jours de formation en salle! 20 heures de travaux pratiques 6 heures de travaux dirigés 30 QCM corrigés

Plus en détail

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES SGBD / Aide à la décision CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES Réf: KAO Durée : 15 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Ce cycle complet vous apportera les connaissances nécessaires pour

Plus en détail

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1 3 - Administration de BD SQL Chapitre III Administration des BD SQL 3.1 Création de BD 3.2 Gestion des utilisateurs 3.3 Administration des transactions 3.4 Accès à une BD distante 3.5 Conclusions Composants

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Table des matières PRÉAMBULE... MODULE 1 : PRÉSENTATION DE L ENVIRONNEMENT... 1-1 Qu'est-ce

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

1 Création et manipulation d une base de données

1 Création et manipulation d une base de données Université Paris 13 TP Base de données Année 2013-2014 Institut Galilée SQL et ORACLE LI3 1 Création et manipulation d une base de données ans ce TP, nous allons créer la base de données de l exercice

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations ADMIN SGBD TP 1 Préliminaires L'objectif de ce TP est de: installer l environnement (PostgreSQL, base, tables), créer des utilisateurs, des vues, et de gérer les privilèges, créer des triggers, utiliser

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Administration pour développeurs. Oracle 10g

Administration pour développeurs. Oracle 10g Administration pour développeurs Oracle 10g Page 2 1 1 Pré requis à l administration: Langage SQL et PL/SQL Avoir «pratiqué» Oracle Page 3 Produits et gamme 1 Produits Oracle Database Oracle Application

Plus en détail

Structure fonctionnelle d un SGBD

Structure fonctionnelle d un SGBD Fichiers et Disques Structure fonctionnelle d un SGBD Requetes Optimiseur de requetes Operateurs relationnels Methodes d acces Gestion de tampon Gestion de disque BD 1 Fichiers et Disques Lecture : Transfert

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

TD_TP4. Sauvegarde et restauration : Utilisation du gestionnaire RMAN 1/9

TD_TP4. Sauvegarde et restauration : Utilisation du gestionnaire RMAN 1/9 TD_TP4 Sauvegarde et restauration : Utilisation du gestionnaire RMAN 1/9 Pré-requis 1) Dans le contexte RMAN, que représente la base de donnée cible (target)? Dans le contexte RMAN, la base de donnée cible

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/40 2/40 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Chapitre IV La Structure physique de la Base de données

Chapitre IV La Structure physique de la Base de données LP Informatique(DA2I) UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 17/1/2008, Enseignant : M. Nakechbnadi mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre IV La Structure

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1)

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) Multitenant : Créer et Configurer une Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) L'option multitenant introduite avec Oracle Database 12c permet à un seul conteneur database (CDB)

Plus en détail