BUFFER CACHE SHARED POOL LRU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BUFFER CACHE SHARED POOL LRU"

Transcription

1 1

2 2

3 3

4 Taille des CACHEs de l instance La taille de la SGA est principalement dépendante de la taille du «BUFFER CACHE» et de l espace «SHARED POOL». L algorithme de gestion de ces espaces de mémoire est de type LRU (Least Recently Used), c est-à-dire que les informations les plus fréquemment sollicitées sont maintenues dans le CACHE. Pour obtenir de bonnes performances au niveau de l instance, il convient d agrandir ces espaces virtuels afin de limiter le plus possible les échanges entre la mémoire vive et les disques du système. Cependant, il faut éviter de définir des CACHES trop grands pour ne pas pénaliser le système de gestion de mémoire virtuelle du système d exploitation. Définir une SGA trop grande a pour effet de générer une pagination et/ou du «swap» trop intensif. A partir de la version 10g la taille des CACHE est automatiquement optimisée lorsque le paramètre d instance SGA_TARGET est défini. Le moteur Oracle Database calcule dynamiquement les tailles des CACHE en fonction de l activité. Il est possible de faire varier la valeur de SGA_TARGET sans avoir à redémarrer l instance. La limite est définie au démarrage par le paramètre SGA_MAX_SIZE En version 11g le même principe est utilisé et est étendu à la quantité de mémoire virtuelle que l instance Oracle utilise : SGA + PGA. C est le paramètre d instance MEMORY_TARGET qui permet de définir l espace de mémoire qui sera utilisé par Oracle. La limite est définie au démarrage par le paramètre MEMORY_MAX_TARGET. 4

5 «Buffer Cache Hit Ratio» La taille optimale du BUFFER CACHE se calcule en établissant le nombre de lectures de blocs dans la base de données («Physical read») par rapport au nombre de blocs demandés (consistent gets). Ce ratio doit être supérieur à 90%. La requête suivante permet de calculer le «Buffer Cache Hit Ratio» : Connect / as sysdba SELECT round((1 - (phys.value / (db.value + cons.value))) * 100, 2) "Cache Hit Ratio" / FROM v$sysstat phys, v$sysstat db, v$sysstat cons WHERE phys.name = 'physical reads' AND db.name = 'db block gets' AND cons.name = 'consistent gets' 5

6 Synchronisation du CACHE Les BUFFERs qui ont été modifiés dans le CACHE («dirty buffer») par les opérations DML (INSERT, UPDATE, DELETE) sont écrits dans la base de données par le processus DBWR. Ce type d opération est appelé CHECKPOINT. Les CHECKPOINT se produisent dans les cas suivants : Lorsqu il n y a plus de BUFFER disponibles dans le cache En fonction de la valeur des paramètres fast_start_mttr_target ou log_checkpoint_interval A la demande d un processus serveur pour libérer de l espace dans le CACHE Lors d une commutation de REDOLOG («log switch») Sur la commande «alter system checkpoint» Les paramètres d instance fast_start_mttr_target et log_checkpoint_interval permettent de régler la fréquence des CHECKPOINT. Le paramètre fast_start_mttr_target est exprimé en secondes. Il indique quel est le temps de RECOVER d instance désiré en cas de crash de cette dernière. Si sa valeur est faible, le moteur Oracle effectue des CHECKPOINT plus souvent pour optimiser le temps de RECOVER et par conséquent effectue plus d entrées/sorties. Inversement, si la valeur du paramètre est élevée (3600 secondes maximum) les performances seront meilleures mais le temps de RECOVER peut être plus long. Le paramètre log_checkpoint_interval est exprimé en nombre de bloc de 512 octets écrits dans le REDOLOG avant de déclencher un point de synchronisation. Ce paramètre est remplacé par fast_start_mttr_target à partir de la version 10g. Dans tous les cas, un CHECKPOINT est déclenché sur un «switch» de REDOLOG. Par conséquent, il est recommandé de créer des REDOLOG de grande taille afin de pouvoir optimiser la fréquence des CHECKPOINT en utilisant les paramètres d instance pour obtenir des temps de réponse optimums. 6

7 BUFFER REDOLOG Le BUFFER REDOLOG contient les enregistrements des images avant et après des données en cours de modification (seulement les octets modifiés). Ces informations sont écrites dans le fichier REDOLOG sur les évènements suivants : Quand un COMMIT survient Lorsque le BUFFER est rempli de plus d un tier Au bout d une période définie (quelques secondes) L utilisateur est averti lorsque le BUFFER a été vidé complètement. Pendant que le processus LGWR travaille, la SGA est verrouillée pour tous les processus serveurs qui tentent d y écrire. Par conséquent, si le temps d écriture dans le fichier REDOLOG est lent, les performances de toute l instance sont impactées. 7

8 Surveillance proactive des performances Oracle Database vous permet de surveiller et contrôler facilement le comportement et les performances. Les fonctions vitales (ou metrics) et les performances de votre database sont surveillées en permanence, la charge de travail est analysée afin d identifier les points sensibles qui méritent plus d attention. Les problèmes identifiés sont présentés comme des alertes et des résultats de performance sur la page d'accueil. Vous pouvez également configurer Oracle Enterprise Manager Database Control (contrôle de la base de données) pour vous informer par e- mail. 8

9 Surveillance Générale de l état de la base et de la charge de travail La figure ci-dessus montre la page d accueil de la console d Oracle Enterprise Manager. Elle vous permet de surveiller l état de la base ainsi que la charge de travail. La page est mise à jour régulièrement. Pour surveiller l état et la charge de travail de la base de données : 1. Aller sur la page d accueil. (Facultatif) cliquer sur le bouton «refresh» pour rafraîchir les informations. 2. Par défaut, la page d accueil est automatiquement rafraîchie toutes les 60 secondes. 3. Vous pouvez consulter un aperçu rapide de la database dans la section «General» 4. Cliquer sur View All Properties pour consulter le «Oracle home path» et savoir si la database est ouverte en lecture seule ou pas. 5. Consulter l utilisation CPU dans la section Host CPU 6. Étudier la section «Active Sessions», où vous pourrez explorer plus avant la cause des problèmes de performance, tels que votre base de données prenant la plus grande partie du temps processeur sur le serveur. 7. Consulter la section Diagnostic Summary 9

10 Collecte automatique des informations Le moteur Oracle collecte automatiquement des informations statistiques destinées à l optimisation des requêtes SQL et aux mesures de performance. Il y a deux types de statistiques : Les statistiques associées aux segments de la base (Tables et Index) qui permettent au moteur de base de données de déterminer le meilleur Plan d Exécution pour optimiser les temps de réponse des ordres SQL. Par exemple, le nombre de lignes (num_rows), le nombre de blocs (blocks) et la longueur moyenne d un enregistrement (avg_row_len) d une table de la base de données font partie des statistiques que le moteur d optimisation SQL peut exploiter pour améliorer les performances. Les informations statistiques de comportement de l instance de base de données sont collectées régulièrement (toutes les heures par défaut) et ces clichés sont stockés dans le référentiel de charge de travail AWR (Automatic Workload Repository). Ces clichés sont exploités par le moteur d analyse ADDM (Automatic Diagnostic Database Monitor) pour établir des diagnostics et des mesures de performance par comparaison. 10

11 Concernant les alertes Les alertes vont vous permettre de surveiller votre base de données. La plupart des alertes vous informent lorsque des métriques de seuils sont atteints. Pour chaque alerte critique, vous pouvez définir des seuils. Lorsque ces valeurs limites sont dépassées, cela indique que le système est dans un état indésirable. Par exemple, quand un Tablespace est à 97 plein, ce qui peut être considérée comme indésirable, la base de données Oracle va générer une alerte critique. D autres alertes correspondent à des événements tels que «Snapshot too old» ou «Resumable session suspend». Ces types d'alertes indiquent que l'événement a eu lieu. En plus des notifications standard, vous pouvez définir des alertes pour effectuer certaines actions telles que l'exécution d'un script. Par exemple, les scripts qui gèrent l espace utilisé au sein d un Tablespace peuvent être utiles pour contrôler ce type de problème. Par défaut, plusieurs alertes sont disponibles, notamment les suivantes : Espace de Tablespace utilisé (un avertissement à 85 %, critique à 97 %) Current Open Curseurs Count (un avertissement au-dessus de 1200) Session limite d'utilisation (un avertissement à 90 %, critique à 97 %) Broken Job Count and Failed Job Count (avertissement au-dessus de 0) Espace dump utilisé (un avertissement à 95 % de remplissage) Espace d archivage utilisé (un avertissement à 80 % de remplissage) Vous pouvez modifier ces alertes, et en définir d'autres en modifiant leurs paramètres. 11

12 Auto diagnostic de performances : Automatic Database Diagnostic Monitor Oracle Database comprend un moteur d auto diagnostic appelé «Automatic Database Diagnostic Monitor» (ADDM). ADDM permet d établir pour Oracle Database une analyse de ses propres performances et de déterminer comment résoudre les problèmes qui ont été identifiés. Afin de faciliter le diagnostic automatique de performances, ADDM collecte régulièrement des clichés de l état de la database et de la charge de travail. Ces clichés sont des regroupement d information sur l historique des temps de réponse et sont utilisés pour établir des comparaisons de performances par ADDM. L intervalle de collecte par défaut est d une heure. Ces clichés (snapshots) sont stockés dans le référentiel «Automatic Workload Repository (AWR)», qui réside dans le Tablespace SYSAUX avec une rétention de 8 jours. ADDM analyse les informations capturées dans AWR et détermine les principaux problèmes du système dans la plupart des cas, émet des recommandations, des solutions et quantifie les bénéfices escomptés. 12

13 Clichés AWR Le moteur Oracle Database prend des clichés de statistiques de performance à intervalles réguliers. La fréquence par défaut est d une heure, il est possible de la modifier en cliquant sur le lien «Référentiel de charge globale» de la section «Gestion des Statistiques» de l onglet «Serveur.» Il est également possible de créer des clichés en utilisant la procédure CREATE_SNAPSHOT du package DBMS_WORKLOAD_REPOSITORY afin de pouvoir mesurer les performances de l instance sur une durée spécifique. 13

14 Jeux de clichés AWR En utilisant des jeux de clichés, vous pouvez baliser des ensembles de données de cliché pour des périodes importantes. Un jeu de clichés est défini sur une paire de clichés. Ces derniers sont identifiés par leur numéro de séquence (snap_id). Chaque jeu de clichés correspond à une seule paire de clichés. Un jeu de clichés peut être identifié par un nom fourni par l'utilisateur ou par un identificateur généré par le système. Pour créer un jeu de clichés, il vous suffit d'exécuter la procédure DBMS_WORKLOAD_REPOSITORY.CREATE_BASELINE, et d'indiquer un nom et une paire d'identificateurs de cliché. Un identificateur est affecté au nouveau jeu de clichés. Les identificateurs de jeu de clichés sont uniques pour toute la durée de vie d'une base de données. Les jeux de clichés sont utilisés pour conserver les données de clichés. Par conséquent, les clichés appartenant à des jeux sont conservés jusqu'à la suppression de ces derniers. Vous pouvez configurer des jeux de clichés, généralement à partir de périodes représentatives dans le passé, afin de les utiliser pour une comparaison avec le comportement actuel du système. Vous pouvez également configurer des alertes basées sur des seuils à l'aide de jeux de clichés à partir de Database Control. Vous pouvez obtenir les numéros de séquence (snap_id) directement à partir de DBA_HIST_SNAPSHOT ou d'enterprise Manager Database Control. 14

15 Créer un jeu de clichés AWR Pour créer un ensemble de clichés AWR : 1. Cliquez sur l onglet «Serveur» en haut de la page d accueil. 2. Dans la section «Gestion des Statistiques», cliquez sur «Référentiel de charge globale automatique» («Automatic Workload Repository.») 3. Cliquez sur le lien «Clichés» 4. Cliquer sur le bouton «Exécuter un rapport AWR). 5. Cocher le radio bouton «Par clichés». 6. Sélectionner le cliché de début (utiliser le bouton liste de valeurs). 6. Sélectionner le cliché de fin et cliquer sur le bouton «Générer le rapport». Le rapport AWR peut être généré avec SQL*Plus en tant que SYSDBA en exécutant le script $ORACLE_HOME/rdbms/admin/awrrpt.sql. 15

16 Analyse d un jeu de clichés Le détail d un ensemble de clichés AWR résume les statistiques de comportement de l instance de base de données pour une période spécifique. Pour tracer un éventuel problème de performances, vous pouvez générer plusieurs ensembles de clichés sur des périodes différentes en procédant par comparaison. Pour chaque période vous pouvez également créer un rapport de performances AWR en cliquant sur le lien «Rapport» comme sur la figure ci-dessus ou manuellement en exécutant la commande SQL suivante : SQL> connect / as sysdba Le «?» remplace $ORACLE_HOME sous Unix/Linux 16

17 Rapport de performances AWR Une technique efficace pour pister un problème de performances est de générer un rapport AWR pour consulter les paragraphes «Wait events Statistics» et «SQL Statistics.» «Wait events Statistics» vous informe sur les évènements d attentes les plus longs. C est une indication précieuse qui vous met rapidement sur la piste du problème. «SQL Statistics» montre tous les ordres SQL par ordre de consommation et de temps de réponse. 17

18 Onglet Performances L onglet performance affiche une vue d ensemble et un accès rapide au comportement général de l instance. En cliquant sur le lien «Taux d activité les plus élevés» de la section «liens de surveillance supplémentaires» vous pouvez accéder en temps réel à la page de surveillance des requêtes SQL actives. Ainsi l on peut analyser et intercepter les ordres SQL les plus consommateurs. 18

19 Concernant les conseillés Les conseillers sont de puissants outils de gestion de bases de données. Ils fournissent des conseils précis sur la manière d'aborder les principaux défis en matière de gestion de base de données, couvrant un large éventail de domaines, y compris l'espace, les performances et la gestion des transactions («rollback»). En général, les conseillers produisent plus de recommandations que les alertes. La génération d'alerte est destinée à être peu coûteuse et a un impact minimal sur les performances, tandis que les conseillers consomment d avantage de ressources et effectuent une analyse plus détaillée. Les conseillers sont fournis pour aider à améliorer les performances de la base de données. Ces conseillers comprennent également «Automatic Database Diagnostic Monitor» (ADDM), «SQL advisor» ainsi que les conseillers de la mémoire. Par exemple, l'un des conseillers de la mémoire, le «Shared Pool Advisor», affiche graphiquement l'impact sur la performance en fonction de l'évolution de la taille de ce composant du Système Global Area (SGA). Les conseillés de performance ainsi que les autres sont détaillés ci-dessous : Automatic Database Diagnostic Monitor (ADDM) - ADDM permet à Oracle Database de diagnostiquer sa propre performance et de déterminer comment résoudre la plupart des problèmes identifiés. SQL Advisors - Le conseillé «SQL Tuning Advisor» analyses un ou plusieurs ordres SQL et emet des recommendations pour améliorer les performances. Il est exécuté automatiquement pendant les périodes de maintenance et peut être également lancé manuellement. Le conseillé «SQL Access Advisor» effectue automatiquement les réglages de schéma pour une charge de travail donnée. Par exemple, SQL Access Advisor peut produire des recommendations pour la création d index, de vue matérialisées ou de tables partitionnées. Memory Advisors - Les Memory Advisors produisent des analyses graphiques concernant les tailles de la SGA, la PGA ou des composants de la SGA. En fonction du mode de gestion de la mémoire les différents conseillés sont disponibles. Si l «Automatic Memory Management» est actif, seul le Memory Advisor est disponible. Ce conseillé fournit des recommandations globales pour l ensemble total de l instance. Si l «Automatic Shared Memory Management» est actif, les conseillés pour la SGA et la PGA sont disponibles. Si la gestion manuelle de la Shared Memory est activée, le Shared Pool Advisor, Buffer Cache Advisor et le PGA Advisor» sont disponibles. Autres conseillés - Le «Segment Advisor» produit des recommandations sur la réorganisation des segments candidats à des opérations de réduction d espace lorsqu ils sont fragmentés. Le conceillé rend compte également de l historique d agrandissement des segments. Le «Undo Advisor» offre une assistance au dimensionnement du «undo tablespace». Le «Undo Advisor» peut également fournir des recommandations pour définir la valeur du seuil d une période de rétention «undo» nécessaire à «Oracle Flashback.» 19

20 20

21 21

22 22

23 Présentation d Oracle Data Pump Oracle «Data Pump» est une amélioration des outils classiques Export/Import. Il offre les fonctionnalités suivantes : Un mode d exécution en parallèle. Cela permet d accroître considérablement les performances. Une API afin de pouvoir intégrer l outil avec d autres applications. Un mode de contrôle d exécution des travaux et d exécution en mode «batch». 23

24 Mise en œuvre d Oracle Data Pump La diapositive ci-dessus montre un exemple d utilisation de Data Pump. L extraction est effectuée par le USER RADI. Les commandes Data Pump sont associées à un directory qui doit être créé préalablement. Le rechargement des données est effectué dans le schéma RADI2. La directive REMAP_SCHEMA indique cette conversion. La directive TRANSFORM indique que les attributs de stockage des tables sont conservés. 24

25 Migration avec Export/Import Bien que cette technique soit simple et robuste, il est tout de même nécessaire de contrôler la cohérence des jeux de caractères entre la base source et la cible. Des conversions implicites peuvent se produire en fonction des jeux de caractère utilisés. La diapositive ci-dessus illustre les mécanismes de conversion qui peuvent éventuellement se produire. Les informations sont automatiquement converties si les jeux de caractères sont différents entre la source et la cible. La variable d environnement NLS_LANG a une influence sur les conversions des jeux de caractères, il ne faut pas oublier que sa valeur par défaut est «American_America.US7ASCII». Le jeu de caractères US7ASCII est encodé sur 7 bits et cela peut générer des erreurs de conversion. Data Pump et les versions récentes d Export et Import gèrent correctement ces problèmes de conversion de jeux de caractères. 25

26 Migration avec Oracle Data Pump La méthode de migration la plus efficace avec cet outil est sûrement d importer directement les informations dans la base cible via un lien inter bases : Exemple : select * from dba_db_links; select * from dba_directories; base source grant exp_full_database, resource, connect to schema_source; base cible connect system/syspwd create database link migrate_dblink connect to schema_source identified by secret using 'ALIAS_NET'; impdp system/syspwd schemas=schema_source \ transform=segment_attributes:n:table \ remap_schema=schema_source:schema_cible directory=data_pump_dir \ network_link=migrate_dblink 26

27 27

28 28

29 Une bonne stratégie de sauvegarde/restauration dépend souvent des choix et de l analyse des problèmes qui peuvent se poser sur un système d information. Dans bien des cas, la politique de sauvegarde peut s avérer inopérante car elle est bâtie sur des postulats qui sont faux. Une panne survient souvent là où on ne l attend pas et ne se manifeste pas dans les mêmes circonstances et sous la même forme que pendant les scénarios de simulation qui ont servis à élaborer la stratégie de sauvegarde/restauration. Les techniques de sauvegarde divergent en fonction des types de système d information à sauvegarder, par exemple : «Operating system» copie de fichiers (cp, copy) duplication de disques (ufsdump, dd) copie de système de fichiers (tar, cpio, xcopy) Logiciels de sauvegarde : Netbackup, Networker, Tivoli, etc Bases de données : extractions logiques (export, sqlplus) duplication physique avec arrêt du SGBD (problèmes de disponibilité) copie physique des fichiers sans arrêt de l exploitation sauvegarde des blocs de la base contenant des informations Les bases de données ont d autres contraintes d exploitation : les problèmes de réorganisation engendrent des risques d indisponibilité les besoins de garantir la cohérence des données Le modèle transactionnel part d un état consistant vers un autre état consistant, il n y pas d état intermédiaire. Il faut donc un système de sauvegarde de base de données différent des systèmes classiques et capable de répondre aux exigences d exploitation des SGBD. 29

30 Une base Oracle fonctionne par défaut en mode NOARCHIVELOG sauf si à sa création le mode ARCHIVELOG a été définis explicitement. En mode NOARCHIVELOG il n est pas recommandé et supporté par Oracle de prendre une sauvegarde des fichiers de la base si l instance est ouverte et ce même s il n y a aucune session active pendant la copie des fichiers. Oracle ne garanti pas le redémarrage d une base restaurée qui avait été sauvegardée à chaud en mode NOARCHIVELOG. En d autres termes, on peut dire qu Oracle ne propose pas de solution particulière en matière de sauvegarde/restauration si la base fonctionne en NOARCHIVELOG. La stratégie de sauvegarde de la base est laissée au niveau du système d exploitation. Dans ce mode, seules les dernières transactions actives en mémoire au moment d un crash de l instance seront récupérées automatiquement (instance recovery) au redémarrage de celle-ci. En cas de perte d un composant de la base (DATAFILE, REDOLOG, Controlfile), une sauvegarde complète doit être restaurée et toutes les transactions qui ont été passées au-delà de cette sauvegarde seront perdues. V1.0 30

31 Le mode ARCHIVELOG est la réelle solution d Oracle en matière de stratégie de sauvegarde/ restauration lorsque les enjeux du système d information sont importants. Pour commuter le mode de fonctionnement en ARCHIVELOG procéder comme suit : stopper l instance proprement : "shutdown" normal ou "immediate " (surtout pas ABORT) monter l instance : SQL> STARTUP MOUNT entrer la commande DDL : SQL> ALTER DATABASE ARCHIVELOG arrêter à nouveau l instance prendre une sauvegarde complète de tous les fichiers de la base : DATAFILES, REDOLOGS, CONTROLFILE modifier les paramètres d instance : log_archive_dest_1 répertoire de destination des fichiers Archivelogs log_archive_format format du nom de fichier des fichiers Archivelogs L intégralité des données et des transactions actives seront récupérées dans la majorité des cas de figures de panne sur une base Oracle qui fonctionne en mode ARCHIVELOG. Ce mode de fonctionnement fourni d autre avantages : Sauvegarde de la base sans arrêter l exploitation Sauvegardes entrelacées avec l exploitation Restauration en ligne de la plupart des Tablespaces (sauf les Tablespaces SYSTEM, SYSAUX) Une stratégie de sauvegarde/restauration bien élaborée peut permettre des temps de restauration très courts gestion des cas limites (DISASTER RECOVERY) 31

32 Le mode ARCHIVELOG assure la sauvegarde permanente des fichiers REDOLOGS qui tracent les transactions actives. Lorsque le système commute sur le fichier REDOLOG suivant, le fichier REDOLOG précédent est automatiquement copié dans le répertoire destiné aux fichiers ARCHIVELOGS. Oracle conserve ainsi la continuité des fichiers journaux des transactions et par conséquent est capable de refaire ou rejouer les opérations qui ont modifié les données de la base. Le mode ARCHIVELOG garanti qu un fichier REDOLOG ne sera pas écrasé tant qu il n aura pas été archivé par Oracle. Si l on oublie de purger le répertoire qui contient les fichiers des REDOLOGS archivés, le disque risque d être saturé et le mécanisme ARCHIVELOG sera bloqué. Pour débloquer cette situation il suffit de sauvegarder quelques fichiers «Archivelogs» et de les supprimer du répertoire. Cette fonction est automatiquement prise en charge avec l outil «Recovery Manager». 32

33 Lorsqu une corruption se produit sur un fichier de la base de données il est nécessaire de le restaurer. Le fichier de sauvegarde restauré est en retard avec l état consistant de la base. Si l on tente de remettre l élément restauré en ligne, Oracle indique par un message d erreur (ORA 1113) qu il faut exécuter un RECOVER du fichier («media recovery») pour le remettre en phase avec les autres. Cette opération consiste à appliquer les fichiers ARCHIVELOGS qui contiennent les données des transactions qui ont été produites après la sauvegarde du fichier restauré. Pour exécuter cette opération il faut entrer la commande DDL : «RECOVER», Oracle proposera automatiquement l emplacement et le nom des fichiers ARCHIVELOGS nécessaires pour effectuer le RECOVERY. Lorsque tous les fichiers d archives ont été appliqués, Oracle affiche le message : «media recovery complete». Il suffit alors de remettre l élément restauré en ligne. 33

34 Principe basique de sauvegarde d un Tablespace en ligne Le mode ARCHIVELOG permet d effectuer des sauvegarde de la base sans pour autant arrêter l exploitation de la base de données. Le principe basique de sauvegarde en ligne existe bien avant l arrivée de l outil Recovery Manager. Ce principe est encore supporté si l on ne désire pas utiliser RMAN. Il permet de comprendre comment fonctionne le mode ARCHIVELOG. La figure ci-dessus illustre l opération. La commande «ALTER TABLESPACE BEGIN BACKUP» permet d indiquer au serveur Oracle qu une sauvegarde va être prise avec un outil tiers du système d exploitation. Quand la copie de sauvegarde a été prise, il faut indiquer au moteur Oracle que la procédure de sauvegarde est terminée pour ce Tablespace. Exemple : $ sqlplus / as sysdba SQL> alter tablespace system begin backup ; SQL>! cp /data/oradata1/db10g/syst01.dbf /data/oradata2/db10g/syst01.dbf SQL> alter tablespace system end backup ; 34

35 Sauvegarde en ligne du CONTROLFILE La commande de sauvegarde ci-dessus prend une copie binaire du fichier de contrôle. Si l on utilise ce fichier pour restaurer le CONTROLFILE, il faudra ensuite exécuter une procédure de récupération avec la clause USING BACKUP CONTROLFILE. Il est également possible de recréer le fichier de contrôle à partir de l ordre : «CREATE CONTROLFILE» Pour générer le script SQL de recréation du fichier de contrôle qui utilise cette instruction entrer la commande : ALTER DATABASE BACKUP CONTROLFILE TO TRACE Le script généré est un fichier trace (suffixe.trc) et se trouve dans le répertoire pointé par le paramètre user_dump_dest. 35 6

36 Restauration et RECOVER d un TABLESPACE en ligne Ce type de restauration peut s appliquer sur tous les TABLESPACES sauf pour les TABLESPACE SYSTEM. Le temps de récupération (RECOVERY) sera d autant plus court que la sauvegarde du fichier est récente. Il peut être intéressant d effectuer des sauvegardes à chaud des TABLESPACES le plus fréquemment possible afin d optimiser les temps de reconstruction (RECOVERY) sur les systèmes à haute disponibilité. 36

37 Restauration et RECOVER d un DATAFILE en ligne Ce type de restauration est similaire au mode précédent mais avec un niveau plus fin de dépannage. Si le TABLESPACE concerné par le dysfonctionnement est constitué par plusieurs fichiers DATAFILE, il n est pas nécessaire de mettre hors circuit l intégralité du TABLESPACE. Seul le DATAFILE corrompu sera déconnecté et restauré. Les autres fichiers restent en ligne pendant l opération de dépannage. Le temps de récupération sera proportionnel au nombre de fichier ARCHIVELOG à appliquer. Ce nombre est en fonction de la date de la dernière sauvegarde du DATAFILE restauré. Si elle est récente le temps de récupération sera court. Il peut être très intéressant de sauvegarder très fréquemment à chaud les fichiers des TABLESPACES sur d autres disques de la machine. Cela va permettre d optimiser considérablement les temps de restauration et de RECOVER des DATAFILES. En effet, il suffira de commuter les noms de fichier des DATAFILES avec la commande DDL: ALTER TABLESPACE RENAME DATAFILE pour restaurer instantanément la sauvegarde. Le temps de dépannage sera proportionnel à la durée d exécution de la récupération. 37

38 Restauration à froid La restauration base fermée est équivalente aux cas précédents. Elle devrait normalement être effectuée que s il y a une panne sur le TABLESPACE SYSTEM. Il est inutile et dangereux de restaurer tous les fichiers DATAFILE si seulement quelques un sont endommagés. Si les sauvegardes sont bien faites, la récupération remettra en phase tous les fichiers même s ils n ont pas été sauvegardés au même moment. Il y a un risque de tout restaurer systématiquement. Certains fichiers peuvent être défectueux sur les bandes de sauvegarde par exemple. En les restaurant, les DATAFILES qui n étaient pas endommagés seront écrasés par des fichiers corrompus. La probabilité de rencontrer ce genre de cas de figure est d autant plus importante que la base est volumineuse. Restauration et restitution incomplète Les cas qui justifient une restauration incomplète sont rares. Ils se présentent dans des circonstances particulières où plusieurs facteurs d anomalie se sont manifestés conjointement. Par exemple, la perte de tous les membres du CURRENT REDOLOG causée par une erreur de manipulation (cela ne devrait jamais se produire si les fichiers sont installés dans des répertoires différents inaccessibles à des utilisateurs non avertis). La restauration incomplète utilise la clause UNTIL de la commande RECOVER qui indique que la récupération ne sera pas exécutée jusqu au bout. Il est donc important de restaurer l intégralité des DATAFILES de la base pour que ceux-ci soient en phase au point d arrêt de l opération RECOVER. 38

39 La restauration intégrale de tous les fichiers de la base peut être très coûteuse en temps si la base est très volumineuse. A partir de la version 10g il est possible de remplacer dans certaines circonstances la restauration de tous les fichiers DATAFILES par une opération «Flash Back». Cette fonctionnalité doit être configurée au préalable. Pour plus d information à ce sujet consulter la documentation «Oracle Database Backup and Recovery Advanced User's Guide 10g Release 1 (10.1)» chapitre 9. Cette documentation est disponible sur Il y a trois possibilités pour la clause UNTIL de la commande RECOVER : RECOVER UNTIL CANCEL : les ARCHIVELOGS et/ou les REDOLOGS seront appliqués jusqu au moment ou l opérateur DBA décide l arrêt de la récupération en entrant CANCEL sur le prompt de SVRMGRL, RMAN ou SQL*Plus (selon la version). RECOVER UNTIL TIME... : Le RECOVER s arrêtera lorsqu il aura atteint la date et l heure indiquée par l opérateur sur cette commande. RECOVER UNTIL CHANGE : L opération de récupération s arrêtera lorsqu on aura atteint le SCN spécifié sur cette commande. Quand l opération de récupération est terminée il faut ouvrir la base avec l option RESETLOGS pour vider le contenu des REDOLOGS que l on ne va pas rejouer. Si les REDOLOGS ont été perdus lors de la panne, ils seront automatiquement recréés par la commande RESETLOGS. La LOG SEQUENCE est repassée à 0 à l ouverture de la base et il est impératif de lancer une sauvegarde complète de celle-ci avant de relancer l exploitation. En 10g de nouvelles fonctionnalités ont été aménagées pour ne pas avoir à exécuter immédiatement une sauvegarde derrière une ouverture en mode RESETLOGS. 39

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures]

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures] Plan de cours disponible à l adresse http://www.adhara.fr/.aspx Objectif Utiliser RMAN pour créer et gérer des jeux de sauvegarde et des copies d'image Récupérer la base de données jusqu'à un point dans

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES SGBD / Aide à la décision CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES Réf: KAO Durée : 15 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Ce cycle complet vous apportera les connaissances nécessaires pour

Plus en détail

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility)

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Présentation de la solution de backup Oracle de la base de données test GBIF et déploiement de la solution en production

Plus en détail

Bases de données Oracle. Améliorer la disponibilité. Anticiper les problèmes en production. Guillaume HARRY 18/12/07

Bases de données Oracle. Améliorer la disponibilité. Anticiper les problèmes en production. Guillaume HARRY 18/12/07 Bases de données Oracle Améliorer la disponibilité Anticiper les problèmes en production 1 Étape 1 : Suivre les règles de bonnes pratiques Redo logs a. Multiplexer les membres de chaque groupe b. Tailler

Plus en détail

Oracle 12c Administration

Oracle 12c Administration Introduction 1. Objectifs de l'ouvrage 19 2. Présentation d'oracle Database 12c 20 2.1 Introduction 20 2.2 Principales nouveautés de la version 12 22 3. Conventions d'écriture 24 Les bases de l'architecture

Plus en détail

RECOVERY MANAGER G. Mopolo-Moké prof. MBDS UNSA 2005/ 2006

RECOVERY MANAGER G. Mopolo-Moké prof. MBDS UNSA 2005/ 2006 RECOVERY MANAGER G. Mopolo-Moké prof. MBDS UNSA 2005/ 2006 1 Plan Général Plan 1. A propos de RMAN 2. Pourquoi utiliser RMAN? 3. Vue d ensemble de l environnement RMAN 4. Se connecter aux bases de données

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1

Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1 Stratégie de back up LU Pascal ITI02M Semestre5 Version 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.Les différents types de pannes 3 a. Panne d'un processus utilisateur... 3 b. Panne d'une instance... 3 c. Panne

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 2 : Architecture Oracle Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Processus serveur 1 Mémoire PGA Architecture SGBD Oracle Processus serveur 2

Plus en détail

Table des matières. Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1. Module 2 L ARCHITECTURE RMAN... 2-1

Table des matières. Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1. Module 2 L ARCHITECTURE RMAN... 2-1 Table des matières Module 1 LES NOTIONS DE SAUVEGARDE... 1-1 L emplacement des fichiers... 1-2 Le nom des fichiers... 1-2 La sauvegarde à froid... 1-3 La création du script... 1-4 L exécution du script...

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

White Papers TAFORA pour ORACLE 9i, 10g, 11g

White Papers TAFORA pour ORACLE 9i, 10g, 11g White Papers TAFORA www.tafora.fr Radu Caulea, TAFORA TAFORA ORACLE au quotidien White Papers TAFORA pour ORACLE 9i, 10g, 11g Stratégies d'utilisation RMAN DRAFT 2.10.585-15/10/2012 10:00 Préservez vos

Plus en détail

Oracle Database 11g : Tuning Release 2

Oracle Database 11g : Tuning Release 2 Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Tuning Release 2 Durée: 5 Jours Description Le cours démarre avec une base de données inconnue nécessitant un réglage. Les différents

Plus en détail

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes)

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes) Avant-propos 1. Lectorat 11 2. Pré-requis 12 3. Objectifs 12 4. Environnement technique 13 Choisir la bonne architecture matérielle 1. Introduction 15 2. Architecture disque 16 2.1 La problématique de

Plus en détail

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications.

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications. Création d'une nouvelle base de données A. Vue d'ensemble 1. Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus complet de création d'une nouvelle base de données pour

Plus en détail

TD_TP4. Sauvegarde et restauration : Utilisation du gestionnaire RMAN 1/9

TD_TP4. Sauvegarde et restauration : Utilisation du gestionnaire RMAN 1/9 TD_TP4 Sauvegarde et restauration : Utilisation du gestionnaire RMAN 1/9 Pré-requis 1) Dans le contexte RMAN, que représente la base de donnée cible (target)? Dans le contexte RMAN, la base de donnée cible

Plus en détail

Présentation de l'outil RMAN d'oracle

Présentation de l'outil RMAN d'oracle Présentation de l'outil RMAN d'oracle Ce document constitue une première présentation de l'outil RMAN d'oracle permettant de sauvegarder et restaurer des bases de données. L'article abordera également

Plus en détail

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g Description Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques industriels les plus avancés. Cette formation permettra

Plus en détail

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation.

Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement. Accueil. Apprentissage. Période en entreprise. Evaluation. Secteur Tertiaire Informatique Filière étude - développement Activité «Développer la persistance des» Sauvegarde et restauration Oracle 11g Accueil Apprentissage Période en entreprise Evaluation Code barre

Plus en détail

Oracle Maximum Availability Architecture

Oracle Maximum Availability Architecture Oracle Maximum Availability Architecture Disponibilité des systèmes d informations Technologies et recommandations 1 Qu est-ce que Oracle Maximum Availability Architecture (MAA)? 1. Objectif : Disponibilité

Plus en détail

VERITAS Education. VERITAS NetBackup 5.0 en 3 jours : Administration. VERITAS NetBackup 5.0 : Administration Avancée

VERITAS Education. VERITAS NetBackup 5.0 en 3 jours : Administration. VERITAS NetBackup 5.0 : Administration Avancée DESCRIPTIF DU COURS Mode d'administration Cours dispensé par un formateur Durée 3 jours Objectifs du cours Ce cours composé de 1 module vous prépare à l implémenation de la solution de data protection

Plus en détail

Oracle 12c. Sauvegarde et restauration. Razvan Bizoï. Équivalent à 4 5 jours de formation en salle! 20 heures de travaux pratiques

Oracle 12c. Sauvegarde et restauration. Razvan Bizoï. Équivalent à 4 5 jours de formation en salle! 20 heures de travaux pratiques Les racle Guides de formation Oracle 12c Sauvegarde et restauration Razvan Bizoï Équivalent à 4 5 jours de formation en salle! 20 heures de travaux pratiques 6 heures de travaux dirigés 30 QCM corrigés

Plus en détail

3. La SGA ou System global Area

3. La SGA ou System global Area 1/11 L'instance Oracle Oracle est une base de données composée de 3 parties différentes : L'instance Les fichiers de données Les fichiers de données facultatifs (fichier d'initialisation, fichier de mots

Plus en détail

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours Business Management and Global Internet Center Intitulé de la formation : Programme de 05 jours B.M.G.I. Center Centre Agréé Microsoft Office Adresse : 88 Ter, Bd. KRIM Belkacem - Télemly, 16004 Alger

Plus en détail

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données

Plan de cette partie. Implantation des SGBD relationnels. Définition et fonctionnalités. Index. Coûts pour retrouver des données Implantation des SGBD relationnels Université de Nice Sophia-Antipolis Version 3.4 25//06 Richard Grin Plan de cette partie Nous allons étudier (très rapidement!) quelques éléments de solutions utilisés

Plus en détail

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1 Table des matières Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1 La base de données... 1-2 Le stockage des données... 1-4 L instance... 1-6 La zone «Shared Pool»... 1-7 La zone «Buffer Cache»... 1-8 L exécution

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

ORACLE TUNING PACK 11G

ORACLE TUNING PACK 11G ORACLE TUNING PACK 11G PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES : Conseiller d'optimisation SQL (SQL Tuning Advisor) Mode automatique du conseiller d'optimisation SQL Profils SQL Conseiller d'accès SQL (SQL Access

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Il est possible, pour des objets, de visualiser ou modifier le contenu. La présentation des objets dans le navigateur peut être paramétrée ; vous trouverez

Plus en détail

TP5. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 : " Systèmes d'information et Aide à la décision " Présenté par : Samia ARIBA & Mathieu BRUNOT

TP5. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 :  Systèmes d'information et Aide à la décision  Présenté par : Samia ARIBA & Mathieu BRUNOT Institut Supérieur d'informatique de Modélisation et de leurs Applications 24, Avenue des Landais BP 10 125 63 173 AUBIERE cedex. Compte-rendu de TP Administration BD Filière 3 : " Systèmes d'information

Plus en détail

VERITAS NetBackup 6.x en 5 jours : Administration Avancée

VERITAS NetBackup 6.x en 5 jours : Administration Avancée DESCRIPTIF DU COURS Mode d'administration Cours dispensé par un formateur Durée 5 jours Objectifs du cours Ce cours composé de 2 modules vous prépare à l implémenation de la solution de data protection

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Oracle Database 11g: Administration Workshop I Release 2

Oracle Database 11g: Administration Workshop I Release 2 Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g: Administration Workshop I Release 2 Durée: 5 Jours Description Ce cours constitue la première étape de votre formation en tant

Plus en détail

Mise en oeuvre TSM 6.1

Mise en oeuvre TSM 6.1 Mise en oeuvre TSM 6.1 «Bonnes pratiques» pour la base de données TSM DB2 Powered by Qui sommes nous? Des spécialistes dans le domaine de la sauvegarde et de la protection des données 10 ans d expertise

Plus en détail

NIMBUS TRAINING. Oracle 12C Administration. Description : Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis

NIMBUS TRAINING. Oracle 12C Administration. Description : Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis Oracle 12C Administration Description : La consolidation de bases de données est une étape clé de l'accès au cloud. Oracle Database 12C en accélère et en simplifie le processus, permettant la haute densité

Plus en détail

Resume. Sommaire. Introduction

Resume. Sommaire. Introduction Resume L objectif de cet article est de vous montrer une méthode de mise à jour d une base de données Oracle 9i par exemple vers une base donnée Oracle 10G. Il est présenté l ensemble des méthodes permettant

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

Sauvegarde et Restauration d un environnement SAS

Sauvegarde et Restauration d un environnement SAS Sauvegarde et Restauration d un environnement SAS 1 INTRODUCTION 3 1.1 OBJECTIFS 3 1.2 PERIMETRE 3 2 LA SAUVEGARDE 4 2.1 QUELQUES REGLES D ORGANISATION 4 2.2 DEFINIR LES BESOINS 5 2.3 LA SAUVEGARDE, ETAPE

Plus en détail

VERITAS NetBackup 5.0 en 5 jours : Administration Avancée

VERITAS NetBackup 5.0 en 5 jours : Administration Avancée DESCRIPTIF DU COURS Mode d'administration Cours dispensé par un formateur Durée 5 jours Objectifs du cours Ce cours composé de 2 modules vous prépare à l implémenation de la solution de data protection

Plus en détail

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ARCHITECTURE ET ADMINISTRATION DES BASES DE DONNÉES 2013-2014 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII)

Plus en détail

Administration d'une base de données

Administration d'une base de données Administration d'une base de données Soors Aurore 1 Table des matières 1. Architecture d'une base de données...4 1.1. La structure logique...4 1.1.1. Les tablespaces...4 1.1.2. Les segments, extensions

Plus en détail

Data Base Buffer Cache :

Data Base Buffer Cache : Suite cours SG chapitre 2 Data Base Buffer Cache : Il stocke les bloques de données les plus recement utilisées lorsque Oracle doit executer une requete SQL, il verifie tout d'abort si la requete existe

Plus en détail

LA GESTION DE FICHIERS

LA GESTION DE FICHIERS CHAPITRE 6 : LA GESTION DE FICHIERS Objectifs spécifiques Connaître la notion de fichier, ses caractéristiques Connaître la notion de répertoires et partitions Connaître les différentes stratégies d allocation

Plus en détail

UltraBackup NetStation 4. Guide de démarrage rapide

UltraBackup NetStation 4. Guide de démarrage rapide UltraBackup NetStation 4 Guide de démarrage rapide Table des matières 1 Fonctionnalités... 3 1.1 Ce qu UltraBackup NetStation permet de faire... 3 1.2 Ce qu UltraBackup NetStation ne permet pas de faire...

Plus en détail

4.1 Principe. Techniques SQL avancées. 1. Rappel des notions de base de données 2. Intégrité des données 3. Transactions

4.1 Principe. Techniques SQL avancées. 1. Rappel des notions de base de données 2. Intégrité des données 3. Transactions Techniques SQL avancées 4.1 Principe 1. Rappel des notions de base de données 2. Intégrité des données 3. Transactions 4.1 Principes 4.3 Sauvegarde (backup) 4.4 Journal (log) 4.5 Reprise suite à un incident

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

Gestion des sauvegardes

Gestion des sauvegardes Gestion des sauvegardes Penser qu un système nouvellement mis en place ou qui tourne depuis longtemps ne nécessite aucune attention est illusoire. En effet, nul ne peut se prémunir d événements inattendus

Plus en détail

UltraBackup NetStation 4. Guide de démarrage rapide

UltraBackup NetStation 4. Guide de démarrage rapide UltraBackup NetStation 4 Guide de démarrage rapide Table des matières 1 Fonctionnalités... 3 1.1 Ce qu UltraBackup NetStation permet de faire... 3 1.2 Ce qu UltraBackup NetStation ne permet pas de faire...

Plus en détail

TP Administration Oracle

TP Administration Oracle Ingénieurs 2000 Informatique et Réseaux TP Administration Oracle DIOP Ngoné ESSAIDI Abderrahim Février 2008 1 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 3 1. Déploiement d application... 4 1.1 Résumé du besoin...

Plus en détail

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données

SECURIDAY 2010. Dans le cadre de SECURINETS. Et sous le thème de Computer Forensics Investigation. Analyse des bases de données Dans le cadre de SECURIDAY 2010 Et sous le thème de Computer Forensics Investigation SECURINETS Vous Présente l atelier : Analyse des bases de données Chef Atelier : Dhikra DABBOUSSI (Réseau Télécom 5)

Plus en détail

Récupérer la base de données jusqu'à un point dans le temps (Récupération incomplète)

Récupérer la base de données jusqu'à un point dans le temps (Récupération incomplète) Récupérer la base de données jusqu'à un point dans le temps (Récupération incomplète) Wissem EL KHLIFI Aperçu 1. Introduction 2. Besoins 3. Mettre la base de données en mode de sauvegarde à chaud. 4. Copie

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

Création d'une nouvelle base de données

Création d'une nouvelle base de données 199 Chapitre 7 Création d'une nouvelle base de données 1. Vue d'ensemble Création d'une nouvelle base de données 1.1 Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus

Plus en détail

Bases de données et sites WEB

Bases de données et sites WEB Bases de données et sites WEB Cours2 : Sécurité et contrôles d accès Anne Doucet 1 Authentification Autorisation Privilèges Rôles Profils Limitations de ressources Plan Audit Contrôle d accès via les vues

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1)

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) Multitenant : Créer et Configurer une Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) L'option multitenant introduite avec Oracle Database 12c permet à un seul conteneur database (CDB)

Plus en détail

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition)

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition) Avant-propos 1. Les objectifs de ce livre 13 2. Les principaux sujets qu'aborde ce livre 13 3. À qui s adresse ce livre? 14 4. Les pré-requis 14 Introduction à MySQL 1. Introduction aux bases de données

Plus en détail

Documentation Cobian

Documentation Cobian SOFT-AND-COM Documentation Cobian Installation et Utilisation Jérémy Cadot 04/06/2010 PRESENTATION : Cobian Backup est un programme multi-threads que vous pouvez utiliser pour planifier et sauvegarder

Plus en détail

Gestion des espaces disque logiques. SQL> alter database datafile 'C:\APP\CLAIRE\ORADATA\ORA11G\TSCLAIRE1' resize 110M ;

Gestion des espaces disque logiques. SQL> alter database datafile 'C:\APP\CLAIRE\ORADATA\ORA11G\TSCLAIRE1' resize 110M ; Pré-requis 1. Les seules unités valides sont K, M, G et même T si vous disposez d un espace disque atteint de gigantisme! 2. Vous pouvez agrandir un espace disque logique par l instruction alter database

Plus en détail

Création d'une base de données Oracle

Création d'une base de données Oracle TP1 Création d'une base de données Oracle MASTER INFORMATIQUE I2A Année universitaire 2006-2007 RAPPORT DE PROJET (Document de 15 pages) Encadrant : Rosaire Amore Participants : Erik Allais Abdel Rafrafi

Plus en détail

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014 Interconnexion des Sites - Design et Implémentation des Réseaux informatiques - Sécurité et Audit des systèmes - IT CATALOGUE DE FORMATION SIS 2014 1 FORMATION ORACLE 10G 11G 10 FEV 2014 DOUALA CAMEROUN

Plus en détail

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/40 2/40 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Oracle 11g Administration I Installation et configuration

Oracle 11g Administration I Installation et configuration Oracle 11g Administration I Installation et configuration Auteur Razvan BIZOI GUIDE DE FORMATION La marque TSOFT est une marque déposée. La collection des guides de formation TSOFT est éditée par la société

Plus en détail

Systèmes de Fichiers

Systèmes de Fichiers Systèmes de Fichiers Hachage et Arbres B Serge Abiteboul INRIA February 28, 2008 Serge Abiteboul (INRIA) Systèmes de Fichiers February 28, 2008 1 / 26 Systèmes de fichiers et SGBD Introduction Hiérarchie

Plus en détail

2.4 Le dictionnaire de données d'oracle a) donner la liste des vues du dictionnaire de données d'oracle(dict) triée par nom

2.4 Le dictionnaire de données d'oracle a) donner la liste des vues du dictionnaire de données d'oracle(dict) triée par nom Exercices A : chap.2 & 3 2.1 Quel est le nom des instances actives sur votre machine host? 2.2 Découverte de l'arborescence d'oracle et de quelques fichiers sensibles a) localiser les fichiers suivants

Plus en détail

Base de données HyperFile Client/Serveur

Base de données HyperFile Client/Serveur Base de données HyperFile Client/Serveur Présentation Depuis leur origine, les logiciels LD SYSTEME s appuient, en environnement Windows, sur la base de données HyperFile. Cette base de données, conçue

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL Prise en main de NVU et Notepad++ (conception d application web avec PHP et MySql) Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Description Conception de pages web dynamiques à l aide

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données.

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données. TP ABD Vues dynamiques adéquates, permettant de vérifier l'état (open) de la base, s assurez que les fichiers de la base ont été crées et vérifier la taille de l instance (Total System Global Area) select

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 15 2.2 Mode de fonctionnement client/serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 18 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

Gestion des utilisateurs et de leurs droits

Gestion des utilisateurs et de leurs droits Gestion des utilisateurs et de leurs droits Chap. 12, page 323 à 360 Lors de la création d'un utilisateur vous devez indiquer son nom, ses attributs, son profil, la méthode d'authentification (par le SE

Plus en détail

Les journées SQL Server 2013

Les journées SQL Server 2013 Les journées SQL Server 2013 Un événement organisé par GUSS Les journées SQL Server 2013 Les Verrous Arian Papillon, MVP SQL Server Frédéric Brouard, MVP SQL Server Un événement organisé par GUSS Arian

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Démarrer et quitter... 13

Démarrer et quitter... 13 Démarrer et quitter... 13 Astuce 1 - Ouvrir, modifier, ajouter un élément dans le Registre... 14 Astuce 2 - Créer un point de restauration... 18 Astuce 3 - Rétablir un point de restauration... 21 Astuce

Plus en détail

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos)

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos) Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 14 2.2 Mode de fonctionnement Client/Serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 17 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

2012 - Copyright Arsys Internet E.U.R.L. Arsys Backup Online. Guide de l utilisateur

2012 - Copyright Arsys Internet E.U.R.L. Arsys Backup Online. Guide de l utilisateur Arsys Backup Online Guide de l utilisateur 1 Index 1. Instalation du Logiciel Client...3 Prérequis...3 Installation...3 Configuration de l accès...6 Emplacement du serveur de sécurité...6 Données utilisateur...6

Plus en détail

Extended Communication server

Extended Communication server Extended Communication server P-5288 : Backup / Restore Juin, 2007 Alcatel-Lucent Office Offer - All Rights Reserved Alcatel-Lucent 2007 INTRODUCTION...3 NOUVEAUTES DU BACKUP/RESTORE...3 SAUVEGARDE...3

Plus en détail

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1

Cours 6. Sécurisation d un SGBD. DBA - M1ASR - Université Evry 1 Cours 6 Sécurisation d un SGBD DBA - M1ASR - Université Evry 1 Sécurisation? Recette d une application Vérification des fonctionnalités Vérification de l impact sur le SI existant Gestion du changement

Plus en détail

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4.

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. VMware ESX/ESXi 1. Les composants d ESX VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. C est un hyperviseur, c est à dire une couche de virtualisation qui permet de faire tourner plusieurs systèmes

Plus en détail

ORACLE DIAGNOSTIC PACK 11G

ORACLE DIAGNOSTIC PACK 11G ORACLE DIAGNOSTIC PACK 11G PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES : Surveillance automatique des diagnostics (ADDM Automatic Database Diagnostic Monitor) Référentiel automatique de la charge (AWR Automatic Workload

Plus en détail

1 Avant Propos. 2 Eléments d information pour les connexions et les déconnexions

1 Avant Propos. 2 Eléments d information pour les connexions et les déconnexions Université de Lorraine Département Informatique, Master 1 TD UE SGBD Un compte-rendu pourra être demandé à chaque fin de séance. TRES IMPORTANT : La plus extrême rigueur et le plus grand professionalisme

Plus en détail

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist Cluster High Availability Holger Hennig, HA-Cluster Specialist TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ...3 2. INTRODUCTION...4 2.1 GÉNÉRALITÉS...4 2.2 LE CONCEPT DES CLUSTERS HA...4 2.3 AVANTAGES D UNE SOLUTION DE

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Administration Windows

Administration Windows Université Pierre et Marie Curie Sciences et Technologies UFR 919 d Ingénierie Département de Licence (3) mention : Informatique 1 Unité d Enseignement : LI350-2015fev Initiation à l Administration de

Plus en détail

4D Util. Manuel de référence Windows /Mac OS. 4 e Dimension 1999 ACI SA. Tous droits réservés.

4D Util. Manuel de référence Windows /Mac OS. 4 e Dimension 1999 ACI SA. Tous droits réservés. 4D Util Manuel de référence Windows /Mac OS 4 e Dimension 1999 ACI SA. Tous droits réservés. 4D Util Version 6.5 Manuel de référence Copyright 1999 ACI SA/ACI US, Inc. Tous droits réservés. Les informations

Plus en détail

Oracle Developer Suite 10g. Guide de l installation. Vista & Seven

Oracle Developer Suite 10g. Guide de l installation. Vista & Seven TRAVAIL RÉALISÉ PAR ABED ABDERRAHMANE Oracle Developer Suite 10g Guide de l installation 10g Release 2 (10.1.2) pour Windows Vista & Seven www.oraweb.ca Page 1 TABLE DES MATIÈRES : PARTIE 1 : CONCEPTS

Plus en détail

Symphony. I. Base de données Oracle XE 11g : défaire le dimensionnement de la bdd... 40

Symphony. I. Base de données Oracle XE 11g : défaire le dimensionnement de la bdd... 40 Symphony Procédures d installation de Symphony avec la BDD Oracle en local et configuration de la BDD avec l application SQL Developer (BDD installée manuellement) 1. Avant installation... 2 2. Les manuels

Plus en détail

Veeam Backup and Replication

Veeam Backup and Replication Veeam Backup and Replication mardi 5 août 2014 09:33 Procédure d installation de Veeam Backup Montez l ISO de Veeam Backup and Replication sur le serveur. Sélectionnez le setup.exe pour démarrer l installation.

Plus en détail

Guide d installation. Le Portail Sage v2.0. Pour les professionnels de l Habitat Social

Guide d installation. Le Portail Sage v2.0. Pour les professionnels de l Habitat Social Guide d installation Le Portail Sage v2.0 Pour les professionnels de l Habitat Social Le Portail Sage 2.0 juin 2011 Sommaire 1 Prérequis d installation :... 3 2 Architecture technique... 4 2.1 Ordre d

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail