Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 1

2 2

3 3

4 4

5 5

6 Faisons le point - Où en êtes-vous dans votre cursus? Quel est votre parcours? A quelle étape en êtes-vous? Vers où allez-vous? - Quels sont vos objectifs? Quel est le challenge? Quels sont vos projets? À court, moyen et long terme? - -Qu attendez-vous de cette formation? Quel résultat visez-vous à la fin de cette formation? - Et si on parlait Oracle DBA? - Quel environnement technique avez-vous? Dans quel secteur fonctionnel? De quel apprentissage avezvous besoin? Souhaitez-vous gagner la course? 6

7 . 7

8 La documentation est un point indispensable pour réussir un projet de mise en œuvre d une base de données Oracle. La richesse des commandes et des possibilités disponibles avec Oracle, rendent l utilisation de la documentation incontournable. Cette documentation est disponible sur le site «Technet» d Oracle à l adresse WEB La documentation des anciennes version (9i, 10g) y est également téléchargeable. Les manuels indispensables sont : Manuels génériques SQL Reference contient tous les ordres SQL que l on peut exécuter sur Oracle. Reference ce sont les information de paramétrage de l instance (PFILE et SPFILE), la liste des vues sur le dictionnaire (USER_xxx, DBA_xxx, ALL_xxx) et la liste des vues de l instance (V$xxx). SQL*Plus User s Guide and Reference manuel pour l utilisation de l outil SQL*Plus. Administrator Guide guide d administration des bases Oracle Manuels spécifiques pour les sauvegardes/restauration Backup and Recovery Basics manuel de base Recovery Manager Quick Start Guide guide pour la mise en œuvre rapide de «Recovery Manager» Recovery Manager Reference manuel de référence RMAN Backup and Recovery Advanced User's Guide techniques de sauvegardes et restaurations avancées Utilities documentation pour la mise en œuvre des outils Export/Import, Data Pump, SQL*Loader et DB Verify (vérification des corruptions physiques) Data Guard Concepts and Administration documentation complète de l option «Data Guard» (gestion des «stand by databases»). Data Guard Broker manuel pour la mise en place de l option «Data Guard» avec l outil «Broker» qui simplifie sont administration Les autres manuels couvrent l ensemble des autres fonctionnalités fournies avec les logiciels Oracle. Il existe d autres sites comme qui permettent une prise en main rapide de la technologie Oracle. 8

9 9

10 Technologie Oracle Quand on parle d Oracle, il est souvent difficile de savoir si l on est intéressé par les fonctions pures du noyau de gestion de base de données ou d un autre domaine dans les technologies de l information. Par exemple, Oracle commercialise le système d exploitation Linux ou encore des progiciels de gestion intégrés qui sont quand même assez éloignés du fonctionnement d un SGBD. En effet, la technologie Oracle recouvre à peu pré tout ce que l on rencontre en matière de logiciels professionnels. Cependant, Oracle garde une image de vendeur de système de gestion de base de données et cela a pour effet de brouiller les pistes en matière de choix technologiques ou d induire les utilisateurs en erreur. Cette technologie est vaste car Oracle a acheté beaucoup de sociétés afin d enrichir rapidement son offre, à tel point qu il est difficile de s y retrouver aujourd hui. L objet de ce chapitre est de mettre en évidence les fonctionnalités les plus significatives de la technologies Oracle et de permettre aux clients utilisateurs de prendre les meilleures orientations en fonction de leur profil et de leurs objectifs. Par exemple, les équipes des laboratoires de veille technologique d un organisme important, voudront pouvoir évaluer et connaître les nouvelles fonctionnalités du noyau 12c afin de conseiller plus efficacement les architectes des nouveaux projets. Par ailleurs, il est souvent difficile de tester des solutions ou de se former à des environnements complexes comme le RAC ou l option «Data Guard». Ce cours présente des solutions à base d environnements virtuels afin de permettre de monter rapidement des maquettes de formation, de tests ou d évaluation. 10

11 Types de compétences Oracle Quels sont les types de compétences que l on rencontre dans le monde d Oracle? Compte tenu du nombre de produits différents que commercialise Oracle, indiquer sur un «Curriculum Vitae» que l on connaît Oracle ne veut pas dire grand chose. En précisant, on se rend compte que la technologie Oracle regroupe de nombreux métiers différents. Il est possible de classer le savoir faire Oracle en deux catégories : technique et/ou fonctionnelle. D une manière générale, les personnes ayant des compétences fonctionnelles interviennent autour des progiciels intégrés. Ils demandent cependant assistance à des personnes plus techniques en ce qui concerne la configuration, l installation et l administration de ces produits très complexes. La population des personnes techniques est plus répandue autour du serveur Oracle de base de données et des outils de développement. Là encore, on peut distinguer plusieurs pôles d intérêt. Dans chacun d eux il est nécessaire d être plus ou moins spécialisé. Par exemple, la problématique des bases de données transactionnelles OLTP est complètement différente de celle qui adresse les bases d aide à la décision DSS. Les différents sujets qui sont abordés dans cette formation tentent de couvrir les notions basiques du SGBD (Système de Gestion de Base de Données) qui devraient permettre à chacun d entrer dans le monde d Oracle. 11

12 Rôle de l administrateur de base de données Les différentes tâches qui sont attribuées à un administrateur de base de données Oracle sont : Installer le logiciel Créer des bases de données Effectuer les mises à jours des bases et du logiciel avec les nouvelles versions Démarrer et arrêter les Bases de Données Gérer les structures de stockage des «databases» Gérer les droits d accès et la sécurité des utilisateurs Administrer les objets de la base, comme les tables, indexes et vues relationnelles Effectuer les opérations de sauvegarde et de restauration quand cela est nécessaire Surveiller l état des bases de données et effectuer des actions préventives et correctives en cas de nécessité Auditer et régler les performances d accès à la «database» Diagnostiquer et reporter les erreurs critiques vers les services de support technique d Oracle. Dans les organisations de petite ou de moyenne taille, le DBA est souvent seul pour effectuer ces différentes tâches. Dans les environnements des grandes entreprises, les tâches sont réparties entre plusieurs DBA, chacun ayant sa spécialité comme par exemple la sécurité de la base ou la gestion des sauvegardes et restaurations. 12

13 Types de DBA Le terme DBA, littéralement : «DataBase Administrator», peut être ambigu. En effet, il peut tout à fait désigner une personne qui participe au développement d un projet tout comme une personne qui est chargée d administrer une base de données en production. Chaque rôle doit être précisément défini afin de pouvoir s orienter avec la technologie d Oracle. Dans d autres contextes, l étiquette DBA est souvent associée à la personne qui a la connaissance globale sur la technologie d Oracle. L objectif de ce cours est également de donner un aperçu global des fonctionnalités les plus significatives d Oracle Database 11g et de permettre à chacun de se situer ainsi que de choisir quelles sont les orientations à prendre en fonction de l évolution des produits. 13

14 Offre Oracle Comme il a été expliqué plus haut, la technologie d Oracle est vaste. On peut répartir les produits en deux grandes catégories : Les progiciels C est l offre des applications vendues par Oracle comme par exemple: «E-Business Suite», «JD Edwards», «People Soft», etc Ces produits fonts en général appel à des compétences fonctionnelles plus que techniques. Les logiciels C est en premier lieu le moteur de gestion de base de données. Ces logiciels supportent en général les suites de progiciels intégrés. On peut considérer trois familles de logiciels : le SGBDR avec tous les utilitaires qui lui sont associés y compris les système d exploitation, les outils «middleware» comme Oracle Fusion, les serveurs d application ainsi que les outils d intégration, enfin les outils de développement d application comme Forms, APEX, JDeveloper, etc... Le matériel Avec l achat boursier de Sun Micro Systems, Oracle est entré dans le club fermé des grands constructeurs d Ordinateurs comme HP et IBM. En plus de la gamme Sun, Oracle commercialise l Exadata comme super serveur phare de l offre matérielle. Le cours aborde principalement le SGBDR ainsi que les outils qui sont fournis avec la version Oracle Database 11g Release 2. 14

15 Avec l acquisition de sociétés comme People Soft, Bea ou Siebel, Oracle est devenu le premier éditeur mondial de logiciels professionnels et reste toujours deuxième derrière Microsoft en parts de marché tous types de logiciels confondus. En ayant racheté un constructeur de machines comme Sun Micro Systems, Oracle est aujourd hui le concurrent direct de IBM. Dans le monde des progiciels intégrés ou SAP est le leader, là aussi Oracle est son concurrent direct. 15

16 Le modèle relationnel a été définit par E. F. Codd en juin 1970 dans une publication «A Relational Model of Data for Large Shared Data Bank». De très nombreux langages ont été alors proposés. Notamment, SQUARE puis SEQUEL (rebaptisé SQL en 1976) furent développés pour le prototype relationnel SYSTEM-R d IBM entre 1972 et

17 Pendant qu IBM évaluait sont prototype, ces travaux ont été mis à profit par des sociétés indépendantes pour proposer avant IBM des produits commerciaux : ainsi INGRES développa son langage QUEL dérivé d ALPHA ou encore la petite société Relational Software, Inc, commercialisa une implantation SQL dérivée du SYSTEM-R d IBM dans le cadre d un projet pour la CIA. Ce projet fut baptisé ORACLE et quelque temps après, le nom a été racheté par Relational Software. La technologie SQL, au départ développée par IBM ne fut implantée dans des produits commerciaux de la firme qu en 1981 avec SQL/DS et surtout en 1983 avec DB2. Des efforts de normalisation du SQL avait été produits dés 1982, en 1986 l ANSI proposait un compromis entre les différentes implantations des éditeurs de logiciel. Celui-ci apparaissait que comme un pauvre ensemble de primitives ne respectant qu imparfaitement le modèle relationnel de CODD. Les comités de normalisation, l ANSI et l ISO, continuèrent leur travail pour sortir une évolution de la norme en 1989 : SQL-89. Ce n est qu en 1992 qu une norme beaucoup plus élaborée apparaît : SQL-92 ou SQL-2. Cette norme est devenue une véritable référence pour le monde informatique. La norme a évolué depuis et intègre aujourd hui les fonctions d interface avec les langages Orientés Objets comme JAVA. On parle de norme SQL-99 ou SQL-3. 17

18 Les fondateurs d Oracle Corporation Larry Ellison Edward Oates Bob Miner 18 18

19 19

20 Évolution d Oracle Database 2001 : Oracle9i Gestion facilitée des gros volumes de données Tables externes Segments avec gestion automatique d espace «Tablespaces» avec différentes tailles de blocs «Undo segments» à la place de «Rollback segments» Haute disponibilité Real application cluster (serveur parallèle) Technologie «Flashback» «Data Guard» Redéfinition des objets en ligne Amélioration de la gestion des sites répliqués Streams Vues matérialisées («snapshots») 20

21 Évolution d Oracle Database 2004 : Oracle10g Sécurité Connexion avec SASL (Simple Authentication and Security Layer) Model SSO (Single Signe On) unifié Audit étendu Performance Nouvelles vue pour OEM ADDM Analyse automatique des performances Outils de conseil de réglage : Redo Logs, SGA, SQL Tuning, SQL Access, Undo Ouverture vers le logiciel libre Oracle Express Edition est la version libre d Oracle. Elle est destinée aux développeurs, aux DBAs pour les tests ainsi qu aux étudiants. C est une version limité par : Une seule CPU Une SGA de 1 Go maximum Une seule instance par serveur Une base de données de 4 Go 21

22 Évolution d Oracle Database 2007 : Oracle11g Catégorie concernées par les nouveautés Oracle11g Grid Computing Data Warehouse, partitioning, materialized views Sécurité et contrôle du respect des règles Cycle de vie des informations Performance et robustesse de RMAN, RAC, Data Guard et Data Pump Administration de la base de données Amélioration pour Java, XML, PL/SQL, PHP et APEX Surveillance et audit Installation et désinstallation Nouvelles options Real Application Testing : réduction des coûts de mise à jour Advanced Compression : x 2, x 3 Total Recall : gestion des historiques d information Active Data Guard : Real Time Query lecture des bases de secours pendant la synchronisation en temps réel 22

23 Évolution d Oracle Database 2013 : Oracle12c Oracle Database 12c, la dernière génération de base de données le plus populaire au monde, a été développée pour le Cloud et permettra aux clients de faire un usage plus efficace de leurs ressources informatiques tout en continuant à améliorer les niveaux de service de leurs utilisateurs. En plus d'une série d'améliorations et de nouvelles fonctionnalités, notamment une nouvelle architecture, Oracle Database 12c est l offre orientée Cloud par excellence. Catégorie concernées par les nouveautés Oracle12c Consolidation de plusieurs bases de données avec Oracle mutualisée Optimisation automatique du stockage et de la compression de données Fournir un accès continu avec l architecture de disponibilité maximale d'oracle MAA Sécurisation des données de l'entreprise avec une stratégie globale de défense en profondeur Simplifier l analyse des données selon le concept «Big Data» Gestion des bases de données plus efficace en utilisant «Enterprise Manager Cloud Control» 23

24 Objectifs d Oracle 11g On peut s attendre à voir une base atteignant le Péta byte (1000 Téras) avec un Téra byte (1000 Gigas) de mémoire et un millier de CPUs avant En 2006, Google utilisait 2 Péta bytes d espace disque En novembre 2006, ebay possédait 2 Péta bytes de données. Le premier «Péta byte Storage Array» disponible commercialement a été lancé par EMC Corporation en janvier Péta bytes de données sont générés chaque année par l accélérateur de particules (Large Hadron Collider) du CERN, projet lancé en

25 Les VLDB versus tailles moyennes rencontrées Le concept «VLDB - Very Large DataBase» est associé en général aux bases de données de type «Data Warehouse.» Ce type de base est utilisé par des applications d aide à la prise de décision (DSS Decision Support System). L évolution de la technologie des disques permet aujourd hui d avoir des espaces de stockage gigantesques. Ces baies de stockage hébergent en général des bases de données de grande taille plutôt que des fichiers plats. La technologie Oracle est adaptée pour la gestion de ces entrepôts d information. Cependant, ces bases de données de grande taille ne font pas la majorité, on rencontre beaucoup plus de bases de moyenne taille en fonction de la technologie disponible des disques sur 20 ans. L évolution des volumes a été très rapide depuis le début des années 1990 où les bases les plus grandes atteignaient quelques Gigas octets. Aujourd hui, il y a de plus en plus de bases dépassant les 1 Téra octets. Le rôle des DBA devient un véritable challenge. 25

26 Principes basiques des SGBD Relationnels Les Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles SGBDR sont les logiciels les plus utilisés aujourd hui pour le stockage et la consultation de données informatiques. Ils ont remplacé les systèmes de gestion de base de données hiérarchiques et réseau ainsi que la gestion des données dans des fichiers séquentiels indexés. La technologie voie évoluer les SGBD vers les bases de données Orientées Objet avec l arrivée de langages de programmation comme JAVA mais ce marché reste encore marginal. Le modèle des bases de données relationnelles s appuie sur le principe de manipuler les informations en considérant uniquement l aspect logique des choses tout en s affranchissant des considérations physiques et techniques d accès aux données. En pratique, ce principe est respecté dans une certaine mesure, la technologie ne permettant pas de l appliquer complètement. Les données sont représentées dans des tableaux ou tables et sont manipulées avec un langage d interrogation structuré : le SQL pour Structured Query Language. Tables ou Relation Quelques définitions Une table, ou une relation, est un ensemble de données relatives à un même sujet. Une table met en relation dans un tableau des valeurs d attribut sur une même ligne ou TUPLE. La clé primaire d une relation est un attribut ou un groupe d attributs de la table qui détermine de manière unique les autres attributs de la ligne. La clé étrangère dans une table, fait référence à la clé primaire d une autre table. Les contraintes d intégrité sont définies au niveau du schéma conceptuel. Parmi celles-ci on distingue : Les contraintes de domaine qui sont des contraintes liées aux colonnes des tables. Vous pouvez spécifier, par exemple, qu un attribut doit être toujours renseigné, c est à dire que la valeur de la colonne ne peut être nulle (NOT NULL). La contrainte d intégrité d entité précise qu une table doit toujours avoir une clé primaire. Les contraintes d intégrité référentielles sont liées aux clés étrangères. Sur l exemple de la diapositive, la valeur de la colonne de la table des CLIENTS : ETP_ID doit correspondre à celle de la clé primaire de la table des ENTREPRISES : ETP_ID. 26

27 Quelques définitions Les Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles SGBDR sont les logiciels les plus utilisés aujourd hui pour le stockage et la consultation de données informatiques. Il ont remplacé les systèmes de gestion de base de données hiérarchiques et réseau ainsi que la gestion des données dans des fichiers séquentiels indexés. La technologie voie évoluer les SGBD vers les bases de données Orientées Objet avec l arrivé de langages de programmation comme JAVA. Le modèle des bases de données relationnelles s appuie sur le principe de manipuler les informations en considérant l aspect logique des choses tout en s affranchissant des considérations physiques et techniques d accès aux données. En pratique, ce principe est respecté jusque dans une certaine mesure, la technologie ne permettant pas de l appliquer complètement. Les données sont représentées dans des tableaux ou tables et sont manipulées avec un langage d interrogation structuré : le SQL pour Structured Query Language. Quelques définitions Une table, ou une relation, est un ensemble de données relatives à un même sujet. Une table met en relation dans un tableau des valeurs d attribut sur une même ligne ou TUPLE. La clé primaire d une relation est un attribut ou un groupe d attributs de la table qui détermine de manière unique les autres attributs de la ligne. La clé étrangère dans une table, référence la clé primaire d une autre table. Les contraintes d intégrité sont définies au niveau du schéma conceptuel parmi celles-ci on distingue : Les contraintes de domaine qui sont des contraintes liées aux colonnes des tables. Vous pouvez spécifier, par exemple, qu un attribut doit être toujours renseigné, c est à dire que la valeur de la colonne ne peut être nulle (NOT NULL). La contrainte d intégrité d entité précise qu une table doit toujours avoir une clé primaire. Les contraintes d intégrité référentielles sont liées aux clés étrangères. 27

28 Le langage SQL Le SQL est composé de plusieurs sous langages : Le Langage de Définition de Données (LDD ou Data Definition Language DDL) est constitué des ordres qui permettent de définir et créer les structures de données. Ces commandes commencent par les mots-clés CREATE, ALTER, DROP. Le Langage de Manipulation de Données (LMD ou Data Manipulation Language DML) se compose des ordres : INSERT pour ajouter des informations. UPDATE pour la modification des données. DELETE supprime les enregistrements dans la base de données. SELECT permet d interroger la base de données. Le Langage de Contrôle des Données (LCD ou Data Control Language DCL) : GRANT pour donner des autorisations REVOKE pour supprimer des droits CONNECT pour ouvrir une session SQL COMMIT pour valider une transaction ROLLBACK pour annuler un traitement transactionnel. Langage transactionnel Le SQL est un langage transactionnel. Les commandes SQL sont regroupées par transaction, toutes les modifications produites dans une transaction doivent être validées à la fin de celle-ci par la commande COMMIT. Si l utilisateur désire annuler ces ordres SQL il peut le faire en envoyant ROLLBACK et la transaction sera annulée. Ce mécanisme permet de garantir l intégrité et la cohérence de la base de données. La base évolue et change d état en tout ou rien, Il n y a pas d état intermédiaire. 28

29 Couches du Kernel (noyau) Oracle RDBMS Le moteur logiciel de gestion de base de données Oracle est composé de différentes strates. Chaque couche a une fonction bien définie. La fonction COMMIT est gérée par la couche TRANSACTION. L écriture dans la base de données est gérée par la couche en dessous, celle qui gère le CACHE pour optimiser les entrées/sorties. Cela veut dire que l envoi de l ordre COMMIT par une application ne déclenche nécessairement une écriture dans la base de données. Lorsque l évènement COMMIT est produit, une écriture est seulement générée dans le fichier journal de reprise des opérations : le REDOLOG. La cohérence des informations est simplement garantie par cette action, en cas de panne d instance, le contenu du REDOLOG sera rejoué pour récupérer toutes les transactions qui auront été fermées par une action COMMIT. 29

30 Exemple de session SQL. Une session SQL est l ensemble des opérations exécutée séquentiellement par des ordres SQL. Les instructions peuvent être regroupée en une ou plusieurs transactions consécutives. La première transaction est ouverte au premier ordre DML (INSERT, UPDATE, DELETE, MERGE) qui apparaît au cours de la session. Cette transaction se termine à l arrivée d un ordre COMMIT ou ROLLBACK. Alors une deuxième transaction est ouverte et ainsi de suite. La dernière transaction prend fin à la fermeture de la session. La fermeture peut être COMMIT ou ROLLBACK en fonction du paramétrage par défaut du logiciel client qui a été utilisé pour la session. L outil SQL*Plus envoie COMMIT automatiquement à la fermeture de la session si l ordre n a pas été envoyé explicitement. Cette option peut être configurée différemment. La diapositive montre un exemple de session SQL avec l outil SQL*Plus. L ordre UPDATE ouvre une transaction car c est le premier ordre DML qui suit l ouverture de la session. Cette transaction se termine sur l envoi explicite de l ordre COMMIT juste avant la fermeture de la session. 30

31 Outils d administration La liste ci-dessous vous donne un aperçu des produits, outils et utilitaires que vous pouvez utiliser pour atteindre les objectifs de l administrateur de base de données : Oracle Universal Installer Oracle Universal Installer (OUI) est l outil qui vous permet d installer le logiciel et ses options. Il peut appeler automatiquement Database Configuration Assistant lors de l installation du logiciel. Database Configuration Assistant Database Configuration Assistant (DBCA) est un utilitaire qui simplifie la création des bases de données via une interface graphique. Il vous permet de créer une base à partir d un modèle pré configuré. Database Upgrade Assistant L outil Database Upgrade Assistant vous guide dans les opérations de mise à niveau d une base de données après l installation d une nouvelle version du logiciel. Net Configuration Assistant Net Configuration Assistant (NETCA) est un utilitaire qui permet de configurer les «listeners» et les méthodes de résolution de noms qui sont les composants majeurs d Oracle Database network. Oracle Enterprise Manager Database Control Oracle Enterprise Manager Database Control (Database Control) permet d administrer votre base de données via une interface WEB. Après avoir installé le logiciel, créé ou mis à niveau la database et configuré le réseau, vous pouvez utiliser Database Control pour gérer votre base de données. Database Control fournis également une interface pour le réglage des performances via un ensemble d outil de conseil. Il permet aussi d exécuter différents utilitaires comme par exemple SQL*Loader ou Recovery Manager (RMAN). SQL*Plus SQL*Plus est l outil consacré pour administrer la base de données Oracle lorsque l on a pas la possibilité d utiliser une interface graphique. Cet outil envoie directement les ordres SQL au noyau Oracle en connexion locale ou distante via SQL*Net. 31

32 Produits intégrés avec Oracle Database 11g Le logiciel «Oracle Database 11g» est maintenant livré sur un seul DVD. En supplément du moteur de gestion de base de données, le produit comprend des logiciels additionnels : Application Express Cet outil qui est déjà fournit avec Oracle Express Edition 11g, permet de créer facilement et rapidement des petites applications avec une interface HTML. Oracle Configuration Manager Ce module permet d établir une liaison avec les services de télémaintenance d Oracle. Moyennant un contrat de support, les clients peuvent permettre aux techniciens du support d Oracle d investir et de corriger dynamiquement les dysfonctionnements rencontrés avec le logiciel de gestion de base de données. SQL Developer Ce produit est maintenant fournit avec le logiciel et vise à remplacer l interface en mode ligne de commande SQL*Plus. SQL Developer permet d administrer ainsi que de parcourir le contenu des bases de données Oracle à travers une interface graphique conviviale. Un version plus récente de l outil est disponible en téléchargement sur Warehouse Builder Depuis le rachat du produit d intégration de «sunopsis» Oracle possède deux outils d intégration : ODI (sunopsis) et OWB. Bien que spécialisé pour l intégration spécifique des bases de type «Dataware House», «Warehouse Builder» est l outil idéal pour développer et manipuler graphiquement les structures de données de tous types d une base Oracle. Oracle Database Vault Ce produit permet de mettre en place une stratégie de sécurité des applications qui utilisent la base de données afin de mettre en conformité l accès aux informations par rapport à la législation et aussi pour réduire les risques de délit de viol de celles-ci. Par exemple, l accès des utilisateurs très privilégié (DBA) aux données d'applications est contrôlé par «Oracle Database Vault». 32

33 33

34 Aperçu de l architecture d Oracle Database La version actuelle du noyau Oracle Database est originaire de la version 6 qui est apparue en La version 5 qui lui précédait avait une architecture fondamentalement différente. La refonte totale du noyau Oracle en version 6 a vu apparaître des fonctionnalités majeures qui sont encore d actualité aujourd hui, notamment : Le verrouillage au niveau ligne précédemment les verrous intervenaient au niveau des blocs (pages chez IBM) entier d information. Plusieurs sessions ne pouvaient pas modifier simultanément les informations contenues dans un même bloc, cela induisait des lenteurs et des problèmes de temps de réponse. Oracle a été le premier éditeur de logiciel de base de données relationnelle à proposer cette fonctionnalité. Le mode Archivelog Les opérations qui modifient les informations de la base de données, produites par les ordres DML, sont journalisées séquentiellement dans des fichiers spéciaux, prévus à cet effet : les REDOLOGs. En cas de panne du moteur SGBDR (crash d instance), la reprise des opérations en cours se fait automatiquement lorsque l instance est redémarrée. Ainsi, toutes les transactions qui n ont pas été sauvegardées dans la base de données sont récupérées et l état cohérent des informations de la base est préservé. Ce mode de fonctionnement peut être étendu en configurant la base en mode Archivelog. Dans ce cas, les fichiers REDOLOGs sont automatiquement copiés ou en fichiers ARCHIVELOGs. Dans le cas de pannes plus importantes où les fichiers qui constituent la base de données (les DATAFILEs) sont corrompus ou endommagés, il est alors possible de restaurer la sauvegarde de ces fichiers et de rejouer le contenu des ARCHIVELOGs puis des REDOLOGs. Ce type d opération se nomme «media recovery» (commande RECOVER) et permet de récupérer l intégralité des transactions, y compris celles qui ont été exécutées après la sauvegarde. Le mode Archivelog permet également de sauvegarder les DATAFILEs à chaud. C est-à-dire que l application n a pas besoin d être arrêtée pour faire un «Backup.» Cela ne veut pas dire que le moteur Oracle s arrête d écrire dans les fichiers de la base, le mécanisme est plus sophistiqué, l algorithme utilise les REDOLOGs pour consigner plus d informations qui lui permettront de reconstituer correctement la base en cas de panne. Ce point sera abordé dans le chapitre consacré aux sauvegardes et restaurations. Ces fonctionnalités apportées en version 6 ne sont pas les seules mais ce sont les plus remarquables. La version 11gR2 actuelle en tire largement parti. On retrouve également dans l architecture du noyau actuel les éléments basiques illustrés sur la diapositive : La mémoire partagée SGA (System Global Area) qui contient les Caches et l espace d exécution des ordres SQL et les processus détachés (background) les plus connu : DBWR (DataBase WRiter) charger d écrire les blocs du Cache dans la base, LGWR (LoG WRiter) habilité à écrire dans le REDOLOG actif, PMON (Process MONitor) et SMON (System MONitor) 34

35 Architecture d Oracle Database Oracle Database est un système de gestion de base de données relationnelle avec une couche de gestion orientée objet et des fonctionnalités «Extensible Markup Language» (XML). Dans une base relationnelle, les informations sont stockées dans des tableaux à deux dimensions appelés TABLES qui sont structurés en lignes et colonnes. Oracle Database permet de stocker, modifier et d interroger les informations avec un niveau important de performances, de fiabilité, et d'évolutivité. Oracle Database est constitué des éléments suivants : Le logiciel Oracle qui est installé sur la machine La Base de Données (Database) qui est un ensemble de fichiers physiques répartis sur un ou plusieurs disques. La Database contient des données utilisateur, des informations de référence (données méta) et des structures de contrôle. Les données métas sont regroupées dans le dictionnaire de la base de données. Les structures de contrôle (telles que le «control file» et les «redo logs») assurent l intégrité, la disponibilité et la fiabilité (recovery ou récupération) des informations utilisateur. L instance Oracle qui est composée des éléments suivants : o Les processus d arrière plan ou «background processes» sont des programmes ou «threads» du système d exploitation qui effectuent les traitements d accès, de stockage, de surveillance et de restitution des informations utilisateurs, des données métas et des fichiers de contrôle de la base de données. o L espace de mémoire partagée utilisé par les «background processes» Les processus serveurs qui effectuent le travail au nom des utilisateurs et des applications qui sont connectés. Ils gèrent également la mémoire et l espace temporaire alloué aux sessions utilisateurs ouvertes. Les processus serveur analysent et exécutent les commandes SQL, recherchent et retournent les résultats vers les utilisateurs ou les applications. Oracle Net qui est la couche logicielle qui permet aux applications clientes et à Oracle Database de communiquer sur le réseau. «Oracle Net listener» est le processus qui est en attente des connections à la base de données depuis le réseau. 35

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES

CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES SGBD / Aide à la décision CYCLE CERTIFIANT ADMINISTRATEUR BASES DE DONNÉES Réf: KAO Durée : 15 jours (7 heures) OBJECTIFS DE LA FORMATION Ce cycle complet vous apportera les connaissances nécessaires pour

Plus en détail

Architecture d Oracled. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

Architecture d Oracled. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Architecture d Oracled Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Architecture Structure Physique Composants Processus Traitement de requêtes Structure Logique Architecture Un serveur Oracle

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

Oracle Database 11g: Administration Workshop I Release 2

Oracle Database 11g: Administration Workshop I Release 2 Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g: Administration Workshop I Release 2 Durée: 5 Jours Description Ce cours constitue la première étape de votre formation en tant

Plus en détail

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1

COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD. Chapitre 1 1 COMPOSANTS DE L ARCHITECTURE D UN SGBD Chapitre 1 Généralité 2 Les composants principaux de l architecture d un SGBD Sont: Les processus Les structures mémoires Les fichiers P1 P2 Pn SGA Fichiers Oracle

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

Oracle 12c Administration

Oracle 12c Administration Introduction 1. Objectifs de l'ouvrage 19 2. Présentation d'oracle Database 12c 20 2.1 Introduction 20 2.2 Principales nouveautés de la version 12 22 3. Conventions d'écriture 24 Les bases de l'architecture

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 2 : Architecture Oracle Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Processus serveur 1 Mémoire PGA Architecture SGBD Oracle Processus serveur 2

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures]

Objectif. Participant. Prérequis. Pédagogie. Oracle Database 10g - Administration Workshop II. 5 Jours [35 Heures] Plan de cours disponible à l adresse http://www.adhara.fr/.aspx Objectif Utiliser RMAN pour créer et gérer des jeux de sauvegarde et des copies d'image Récupérer la base de données jusqu'à un point dans

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio

SQL Server 2014 Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 15 2.2 Mode de fonctionnement client/serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 18 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1 Table des matières Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1 La base de données... 1-2 Le stockage des données... 1-4 L instance... 1-6 La zone «Shared Pool»... 1-7 La zone «Buffer Cache»... 1-8 L exécution

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique.

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique. GBD-030 Oracle Prise en main Saint-Denis à 9h30 5 jours Objectifs : Une formation Oracle complète pour découvrir tous les concepts du système et les différentes façons de les utiliser concrètement tout

Plus en détail

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours

Oracle DBA 1. Business Management and Global Internet Center. B.M.G.I. Center. Intitulé de la formation : Programme de 05 jours Business Management and Global Internet Center Intitulé de la formation : Programme de 05 jours B.M.G.I. Center Centre Agréé Microsoft Office Adresse : 88 Ter, Bd. KRIM Belkacem - Télemly, 16004 Alger

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

La plate forme VMware vsphere 4 utilise la puissance de la virtualisation pour transformer les infrastructures de Datacenters en Cloud Computing.

La plate forme VMware vsphere 4 utilise la puissance de la virtualisation pour transformer les infrastructures de Datacenters en Cloud Computing. vsphere 4 1. Présentation de vsphere 4 C est le nouveau nom de la plate forme de virtualisation de VMware. La plate forme VMware vsphere 4 utilise la puissance de la virtualisation pour transformer les

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques

Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g. Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques Plan de formation : Certification OCA Oracle 11g Description Les administrateurs de base de données (DBA) Oracle gèrent les systèmes informatiques industriels les plus avancés. Cette formation permettra

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives

Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives Installation d une architecture VMware Infrastructure 3 : Bilan et perspectives Alexandre MIREK CRI Université Lumière Lyon 2 INTRODUCTION La virtualisation serveur : Pourquoi? Augmentation du nombre de

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

NIMBUS TRAINING. Oracle 12C Administration. Description : Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis

NIMBUS TRAINING. Oracle 12C Administration. Description : Objectifs. Publics. Durée. Pré-requis Oracle 12C Administration Description : La consolidation de bases de données est une étape clé de l'accès au cloud. Oracle Database 12C en accélère et en simplifie le processus, permettant la haute densité

Plus en détail

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos)

SQL Server 2012 - Administration d'une base de données transactionnelle avec SQL Server Management Studio (édition enrichie de vidéos) Présentation 1. Introduction 13 2. Présentation de SQL Server 14 2.1 Qu'est-ce qu'un SGBDR? 14 2.2 Mode de fonctionnement Client/Serveur 16 2.3 Les plates-formes possibles 17 2.4 Les composants de SQL

Plus en détail

Présentation de Citrix XenServer

Présentation de Citrix XenServer Présentation de Citrix XenServer Indexes Introduction... 2 Les prérequis et support de Xenserver 6 :... 2 Les exigences du système XenCenter... 3 Avantages de l'utilisation XenServer... 4 Administration

Plus en détail

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes)

Oracle 11g Optimisez vos bases de données en production (ressources matérielles, stockage, mémoire, requêtes) Avant-propos 1. Lectorat 11 2. Pré-requis 12 3. Objectifs 12 4. Environnement technique 13 Choisir la bonne architecture matérielle 1. Introduction 15 2. Architecture disque 16 2.1 La problématique de

Plus en détail

MySQL. (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation. France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada

MySQL. (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation. France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada MySQL (Administrateur) (Dernière édition) Programme de formation Microsoft Partner France, Belgique, Suisse, Roumanie - Canada WWW.SASGROUPE.COM Formez vos salariés pour optimiser la productivité de votre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP Version 6 Etabli par DCSI Vérifié par Validé par Destinataires Pour information Création

Plus en détail

Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop

Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop Oracle University Contact Us: 0800 945 109 Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop Duration: 5 Days What you will learn Le cours "Oracle Database 12c: Backup and Recovery Workshop", dispensé

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

CA ARCserve Backup ß QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES : CA ARCSERVE BACKUP R12.5

CA ARCserve Backup ß QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES : CA ARCSERVE BACKUP R12.5 ß QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES : CA ARCSERVE BACKUP R12.5 CA ARCserve Backup Ce document répond aux questions les plus fréquentes sur CA ARCserve Backup r12.5. Pour en savoir plus sur les nouveautés de

Plus en détail

VMWare Infrastructure 3

VMWare Infrastructure 3 Ingénieurs 2000 Filière Informatique et réseaux Université de Marne-la-Vallée VMWare Infrastructure 3 Exposé système et nouvelles technologies réseau. Christophe KELLER Sommaire Sommaire... 2 Introduction...

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail

Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail Les enjeux de la virtualisation Les acteurs du segment La virtualisation de serveurs Les concepts Les technologies d architectures L offre La virtualisation

Plus en détail

Nicolas Dewaele nico@adminrezo.fr http://adminrezo.fr. Virtualisation. Virtualisation

Nicolas Dewaele nico@adminrezo.fr http://adminrezo.fr. Virtualisation. Virtualisation Virtualisation Table des matières Virtualisation1 I- Principes de la virtualisation.2 1- Introduction..2 2- Virtualisation totale (hyperviseur type 1)..3 3- Virtualisation assistée par matériel (Hyperviseur

Plus en détail

Oracle Maximum Availability Architecture

Oracle Maximum Availability Architecture Oracle Maximum Availability Architecture Disponibilité des systèmes d informations Technologies et recommandations 1 Qu est-ce que Oracle Maximum Availability Architecture (MAA)? 1. Objectif : Disponibilité

Plus en détail

Windows serveur 2008 installer hyperv

Windows serveur 2008 installer hyperv Windows serveur 2008 installer hyperv 1 Description Voici la description fournit par le site Microsoft. «Windows Server 2008 Hyper-V est le moteur de virtualisation (hyperviseur) fourni dans Windows Server

Plus en détail

Notion de base de données

Notion de base de données Notion de base de données Collection de données opérationnelles enregistrées sur un support adressable et utilisées par les systèmes et les applications Les données doivent être structurées indépendamment

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Installation de Virtual Box & VM ware

Installation de Virtual Box & VM ware SCHMITT Année 2012/2014 Cédric BTS SIO Installation de Virtual Box & VM ware Description : Ce projet a pour but de définir la virtualisation, de comparer deux solution (Virtual Box & VMware), de les installer

Plus en détail

Oracle Learning Library Tutoriel Database 12c Installer le logiciel Oracle Database et créer une Database

Oracle Learning Library Tutoriel Database 12c Installer le logiciel Oracle Database et créer une Database Installer le logiciel Oracle Database et créer une Database Présentation Objectif Ce tutoriel montre comment utiliser Oracle Universal Installer (OUI) pour installer le logiciel Oracle Database 12c et

Plus en détail

TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS

TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS TP 1 : DECOUVRIR ORACLE ET SQL*PLUS OBJECTIFS : Familiarisation avec SGBD et son environnement de travail SQL*Plus d Oracle) Ecriture des requêtes SQL simples sur une BD préétablie HR d Oracle) Partie

Plus en détail

Le Pôle ORACLE d ITS-Overlap. Platinum Partner

Le Pôle ORACLE d ITS-Overlap. Platinum Partner Le Pôle ORACLE d ITS-Overlap Platinum Partner Positionnement technologique Un positionnement sur toute l offre Oracle. Conseil et architecture Intégration et déploiement Support et maintenance Infogérance

Plus en détail

Compte rendu d activité Fiche n 1

Compte rendu d activité Fiche n 1 Compte rendu d activité Fiche n 1 Alexandre K. (http://ploufix.free.fr) Nature de l activité Création d une base de connaissances avec PostgreSQL Contexte : Le responsable technique souhaite la mise en

Plus en détail

Spécialisation. Les métiers Les titulaires de cette formation peuvent prétendre à tenir les postes de :

Spécialisation. Les métiers Les titulaires de cette formation peuvent prétendre à tenir les postes de : Programme détaillé Objectifs de la formation Spécialisation Administrateur Réseaux et L échange d informations est devenu une nécessité absolue pour toutes les entreprises, quel que soit le secteur d activité.

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

VIRTUALISATION ET CLOUD COMPUTING. Année Universitaire : 2015-2016

VIRTUALISATION ET CLOUD COMPUTING. Année Universitaire : 2015-2016 VIRTUALISATION ET CLOUD COMPUTING Enseignant : Mohamed MANAA Année Universitaire : 2015-2016 Plan La virtualisation Qu'est-ce que la virtualisation? Pourquoi virtualiser? Terminologies Techniques de virtualisation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP V3 Version 42 Etabli par Département Accompagnement des Logiciels Vérifié

Plus en détail

La Continuité d Activité

La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere au service de La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere La virtualisation et la Continuité d Activité La virtualisation et le Plan de Secours Informatique

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 SAS Cost and Profitability Management, également appelé CPM (ou C&P), est le nouveau nom de la solution SAS Activity-Based Management. Cette version

Plus en détail

4D v11 SQL Release 5 (11.5) ADDENDUM

4D v11 SQL Release 5 (11.5) ADDENDUM ADDENDUM Bienvenue dans la release 5 de 4D v11 SQL. Ce document présente les nouveautés et modifications apportées à cette nouvelle version du programme. Prise en charge de nouvelles plates-formes La release

Plus en détail

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere 15/11/2013 Par Aymeric BLERREAU Dans le cadre de l obtention du BTS SIO SISR Services Informatiques aux Organisation option Solution d Infrastructure,

Plus en détail

Oracle Database 12c: New Features for Administrators - Français

Oracle Database 12c: New Features for Administrators - Français Oracle University Appelez-nous: 1.866.825.9790 Oracle Database 12c: New Features for Administrators - Français Durée: 5 Jours Description Le cours Oracle Database 12c: New Features for Administrators présente

Plus en détail

MACHINE VIRTUELLE VSPHERE. Projet Personnalisé Encadré 1

MACHINE VIRTUELLE VSPHERE. Projet Personnalisé Encadré 1 MACHINE VIRTUELLE VSPHERE Projet Personnalisé Encadré 1 Aymeric Blerreau 15/11/2013 1 TABLE DES MATIÈRES 2 Description... 2 3 Contexte... 3 3.1 Contexte... 3 3.2 Objectifs... 3 3.3 Solution envisageable...

Plus en détail

Introduction aux Bases de Données

Introduction aux Bases de Données Introduction aux Bases de Données I. Bases de données I. Bases de données Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Exemples classiques d'applications BD

Plus en détail

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre

Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre Réplication de données de classe entreprise pour environnements distribués et reprise sur sinistre La tendance actuelle vers une conception distribuée de l entreprise, avec des agences, des centres de

Plus en détail

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE ORACLE 10g Découvrez les nouveautés Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE Le Grid Computing d Entreprise Pourquoi aujourd hui? Principes et définitions appliqués au système d information Guy Ernoul,

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Il est possible, pour des objets, de visualiser ou modifier le contenu. La présentation des objets dans le navigateur peut être paramétrée ; vous trouverez

Plus en détail

Windows 2008 server -Introduction-

Windows 2008 server -Introduction- Windows 2008 server -Introduction- Rappel sur les systèmes d exploitation Un système d exploitation (Operating System) est un ensemble de programmes responsables de la liaison entre les ressources matérielles

Plus en détail

Module : Virtualisation à l aide du rôle Hyper-V

Module : Virtualisation à l aide du rôle Hyper-V Windows Server 2008 pour l'enseignement Module : Virtualisation à l aide du rôle Hyper-V Agenda du module Présentation d Hyper-V Installation d Hyper-V Configuration d Hyper-V Administration des machines

Plus en détail

Nouveautés Ignition v7.7

Nouveautés Ignition v7.7 ... Nouveautés Ignition v7.7 Nouveautés Ignition v7.7 Découvrez le Nouveau Scada avec plus de 40 nouveautés Principales nouveautés :... Cloud Templates Template Repeater Client Multilingue + Sequential

Plus en détail

Bases de données relationnelles : Introduction

Bases de données relationnelles : Introduction Bases de données relationnelles : Introduction historique et principes V. Benzaken Département d informatique LRI UMR 8623 CNRS Université Paris Sud veronique.benzaken@u-psud.fr https://www.lri.fr/ benzaken/

Plus en détail

Présentation d HyperV

Présentation d HyperV Virtualisation sous Windows 2008 Présentation d HyperV Agenda du module Présentation d Hyper-V Installation d Hyper-V Configuration d Hyper-V Administration des machines virtuelles Offre de virtualisation

Plus en détail

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility)

Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Nœud Suisse du Projet International GBIF (Global Biodiversity Information Facility) Présentation de la solution de backup Oracle de la base de données test GBIF et déploiement de la solution en production

Plus en détail

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager Alcatel-Lucent Appliance Manager Solution complète de gestion des adresses IP et de bout en bout basée sur des appliances Rationalisez vos processus de gestion et réduisez vos coûts d administration avec

Plus en détail

CESI Bases de données

CESI Bases de données CESI Bases de données Introduction septembre 2006 Bertrand LIAUDET EPF - BASE DE DONNÉES - septembre 2005 - page 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE 1. Objectifs généraux L objectif de ce document est de faire comprendre

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition)

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition) Avant-propos 1. Les objectifs de ce livre 13 2. Les principaux sujets qu'aborde ce livre 13 3. À qui s adresse ce livre? 14 4. Les pré-requis 14 Introduction à MySQL 1. Introduction aux bases de données

Plus en détail

Fiche technique WS2012

Fiche technique WS2012 Le 18/03/013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Fiche technique Objectif 18/03/2013 26/03/2013 WS2012

Plus en détail

Architecture des SGBD parallèles NSY 104

Architecture des SGBD parallèles NSY 104 Architecture des SGBD parallèles NSY 104 Introduction Présentation des options d architecture des serveurs et des systèmes de gestion de bases de données. Ces derniers ont des relations privilégiées avec

Plus en détail

WHITE PAPER. Protéger les serveurs virtuels avec Acronis True Image

WHITE PAPER. Protéger les serveurs virtuels avec Acronis True Image Protéger les serveurs virtuels avec Acronis True Image Copyright Acronis, Inc., 2000 2008 Les organisations liées aux technologies de l information ont découvert que la technologie de virtualisation peut

Plus en détail

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl Dynamic Computing Services solution de backup White Paper Stefan Ruckstuhl Résumé pour les décideurs Contenu de ce White Paper Description de solutions de backup faciles à réaliser pour des serveurs virtuels

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 UTILISATION DES OUTILS DE REQUÊTES... 2 1.1 Bases de données SQL Server... 2 1.2 Éditions de SQL Server... 3 1.3 Les outils de SQL Server... 4 2011 Hakim Benameurlaine 1 1 UTILISATION

Plus en détail

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011

OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 OVESYS EXADATA PARTNER OF THE YEAR 2011 Interview «OVESYS groupe OVERLAP» du 12 Janvier 2012, postée sur : http://www.itplace.tv Stéphane IAICH, OVESYS, Business Development Manager (BDM) Marc NDIAYE,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

Présentation du déploiement des serveurs

Présentation du déploiement des serveurs Présentation du déploiement des serveurs OpenText Exceed ondemand Solutions de gestion de l accès aux applications pour l entreprise OpenText Connectivity Solutions Group Février 2011 Sommaire Aucun environnement

Plus en détail

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES 1 DECOUVERTE DE LA VIRTUALISATION... 2 1.1 1.2 CONCEPTS, PRINCIPES...2 UTILISATION...2 1.2.1 Formation...2

Plus en détail

Tivoli Storage Manager version 7.1.1. TSM Server

Tivoli Storage Manager version 7.1.1. TSM Server Tivoli Storage Manager version 7.1.1 Une version majeure! La nouvelle version majeure de TSM (Tivoli Storage Manager) est disponible depuis le 13 décembre 2013, avec une première mise à jour le 12 septembre

Plus en détail

Point sur la virtualisation

Point sur la virtualisation Le 04/03/2013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Point sur la Objectif 04/03/2013 26/03/2013 virtualisation

Plus en détail

FAMILLE EMC RECOVERPOINT

FAMILLE EMC RECOVERPOINT FAMILLE EMC RECOVERPOINT Solution économique de protection des données et de reprise après sinistre en local et à distance Avantages clés Optimiser la protection des données et la reprise après sinistre

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

au Centre Inter-établissement pour les Services Réseaux Cédric GALLO

au Centre Inter-établissement pour les Services Réseaux Cédric GALLO au Centre Inter-établissement pour les Services Réseaux Cédric GALLO En théorie Introduction Présentation de l ESXi VMFS Virtual Center Vsphere Client Converter Vmotion High Availability/DRS/DPM Gestion

Plus en détail

Fiche Technique. Cisco Security Agent

Fiche Technique. Cisco Security Agent Fiche Technique Cisco Security Agent Avec le logiciel de sécurité de point d extrémité Cisco Security Agent (CSA), Cisco offre à ses clients la gamme de solutions de protection la plus complète qui soit

Plus en détail

Bases de données cours 1

Bases de données cours 1 Bases de données cours 1 Introduction Catalin Dima Objectifs du cours Modèle relationnel et logique des bases de données. Langage SQL. Conception de bases de données. SQL et PHP. Cours essentiel pour votre

Plus en détail

INTRODUCTION AUX BASES de DONNEES

INTRODUCTION AUX BASES de DONNEES INTRODUCTION AUX BASES de DONNEES Équipe Bases de Données LRI-Université Paris XI, Orsay Université Paris Sud Année 2003 2004 1 SGBD : Fonctionnalités et Principes Qu est qu une base de données? Un Système

Plus en détail

Unique centre Oracle university en Algérie. Catalogue de formation Oracle 2016. Catalogue des formations Oracle

Unique centre Oracle university en Algérie. Catalogue de formation Oracle 2016. Catalogue des formations Oracle Unique centre Oracle university en Algérie Catalogue de formation Oracle 2016 Catalogue des formations Oracle 2016 ITCOMP, PARTENAIRE PRIVILEGIE D ORACLE Forte de ses certifications accumulées au cours

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

votre partenaire informatique pour un développement durable Les réalités de la virtualisation des postes de travail

votre partenaire informatique pour un développement durable Les réalités de la virtualisation des postes de travail votre partenaire informatique pour un développement durable Les réalités de la virtualisation des postes de travail Les réalités de la virtualisation des postes de travail votre partenaire informatique

Plus en détail

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4.

VMware ESX/ESXi. 1. Les composants d ESX. VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. VMware ESX/ESXi 1. Les composants d ESX VMware ESX4 est le cœur de l infrastructure vsphere 4. C est un hyperviseur, c est à dire une couche de virtualisation qui permet de faire tourner plusieurs systèmes

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail