1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Modélisation d une base de données pour une société de bourse"

Transcription

1 IN306 : Corrigé SID Christophe Garion 18 octobre 2010 Ce document est un corrigé succinct de l examen du module IN Modélisation d une base de données pour une société de bourse Une société de bourse vous confie la charge de la conception de sa base de données permettant de gérer un ensemble d informations pour ses analystes comme pour ses clients : gestion des portefeuilles, historique des cours, passation d un ordre etc. Un titre est caractérisé par un libellé, un code (appelé code sicovam et unique) et l historique de ses cours. Un cours est la valeur du titre à une date donnée. On suppose qu un titre ne peut avoir qu un cours par jour. La valeur courante (cours du marché) du titre est le dernier de l historique. Deux types de titres sont gérés par la société de bourse : l action : elle représente une part du capital d une société. Elle donne droit à son propriétaire en fin d année à un revenu appelé dividende (ce dividende est variable car son montant est déterminé chaque année par le conseil d administration de la société). l obligation : elle représente un emprunt effectué par un organisme à un taux d intérêt donné. Sa valeur nominale est la valeur du titre à l achat. C est la valeur qui sera remboursée par l organisme au souscripteur à l échéance de l emprunt, si le souscripteur n a pas vendu l obligation avant au cours du marché. Un titre ne peut être qu une action ou une obligation. Chaque client doit donner lors de l ouverture d un compte ses coordonnées postales et bancaires (RIB) et une adresse qui permettent de l identifier. Il peut être conseillé par un courtier qui lui est attaché lors de l ouverture du compte. Le courtier et les clients ont les mêmes caractéristiques : coordonnées postales, adresse mail. Le client a un RIB et des portefeuilles en plus. Chaque client possède un certain nombre de portefeuilles. Un portefeuille est caractérisé par un nom unique(donné par le client) et un ensemble d avoirs. Un avoir correspond a une certaine quantité de titres identiques (de même code) possédé par le client. Un avoir est caractérisé par un prix d achat global (somme des prix d achat de chaque titre) et la plus/moins value réalisée (delta avec la valeur courante des titres). 1. proposer un diagramme entité-association correspondant au cahier des charges précédent (avec cardinalités et rôles) ; Une proposition de corrigé est présenté sur la figure 1 Quelques remarques sur le modèle proposé : pas de problèmes particulier pour l entité Titre. en ce qui concerne l entité Cours, on trouve facilement ses attributs. Elle est liée à Titre par l association Historique. Pour la valeur courante du titre, il suffit de trouver le cours le plus récent. Par contre, on ne peut pas identifier un cours simplement par sa valeur et sa date : il se peut que plusieurs titres aient la même valeur au même moment. On ne pourra l identifier qu en utilisant le titre associé par Historique : on parle alors d entité faible (représentée par un double rectangle). On suppose par contre qu une date suffit pour «identifier» un cours. l entité Avoir est une entité faible : on est obligé de connaître le titre auquel il est associé. J ai choisi ici d introduire un attribut quantité dans Avoir, ce qui amène une multiplicité [1,1] du côté de Avoir. Sans cet attribut, la multiplicité aurait été [1,n]. 1

2 pour la modélisation des entités Action et Obligation, on se heurte au manque d expressivité du modèle entité-association : il s agit en effet d une relation d héritage... J ai donc choisi de reporter le problème en considérant qu on émettra des contraintes suffisamment fortes pour modéliser le problème. Ici, on voit qu un tuple de titre peut être associé à un tuple de Action et peut être lié à un tupe de Obligation. Il faut donc ajouter une contrainte spécifiant qu un titre est obligatoirement associé à une action ou une obligation, car rien n empêche avec ce diagramme d avoir un titre qui n est lié ni à une action, ni à une obligation. Obligation reste par contre une entité faible, car un même organisme peut émettre plusieurs obligations. pas de problèmes pour les entités Portefeuille, Client et Courtier, ainsi que pour les associations les liant. Tous les problèmes d entités faibles pouvaient être également résolus en introduisant des numéros d identifiants uniques pour Cours, Avoir etc. Cependant, l introduction de tels identifiants peut poser des problèmes pour l identification des dépendances fonctionnelles, en particulier pour les dépendances fonctionnelles transitives. 2. proposer un modèle relationnel correspondant au schéma entité/association de la question 1. Nous allons utiliser l algorithme vu en cours pour «transformer» le modèle E/A en modèle relationnel. Le problème des entités faibles sera rapidement réglé : on introduira les clés primaires des entités en relation avec les entités faibles permettant de les identifier. Le problème de la spécialisation de Titre se réglera via des contraintes. On obtient alors les relations suivantes : Courtier (adresse mail, adresse postale) Client (adresse mail, adresse postale, RIB, courtier) Portefeuille (nom, client) Titre (sicovam, libelle) Cours (sicovam, date, valeur) Action (societe, dividende, sicovam) Obligation (sicovam, organisme, valeur) Avoir (sicovam, portfeuille, quantite, prix global, delta) Les contraintes de clés étrangères sont les suivantes : Client(courtier) référence Courtier(adresse mail) Portefeuille(client) référence Client(adresse mail) Cours(sicovam) référence Titre(sicovam) Action(sicovam) référence Titre(sicovam) Obligation(sicovam) référence Titre(sicovam) Avoir(portefeuille) référence Portefeuille(nom) Avoir(sicovam) référence Titre(sicovam) 3. comment vérifier que les relations du schéma relationnel proposé en question 2 est 3NF? On suppose que les relations sont 1NF (i.e. que les domaines des attributs sont uniques, même pour l adresse postale par exemple). On voit qu elle est en 2NF : les clés primaires des relations sont en dépendance élémentaire avec les attributs. 2

3 Est-ce que les relations sont en 3NF? Pour cela, il faut examiner s il n existe pas d attribut d une relation dépendant fonctionnellement d un attribut non clé. On pourra vérifier qu il n en existe pas. 4. Jérôme K., un analyste futur utilisateur de votre système, soulève la question suivante : sachant que les courtiers ne peuvent engager qu un montant global maximum par jour (achat d avoirs), quelle solution simple proposez-vous pour que cette contrainte soit implantée dans la base? Une solution simple est d implanter un trigger qui vérifie que lorsqu un courtier passe un ordre d achat le montant global d achat d avoirs qu il a engagé pour la journée ne dépasse pas le montant maximum autorisé. 2 Une base de données de jolis navions 1 On considère une base de données relationnelle implantée dans une compagnie aérienne et permettant de gérer des vols, des pilotes et des avions. Son schéma est le suivant : Pilote (num pil, nom, adresse, salaire) Avion (num avion, nom, capacite, localisation) Vol (num vol, num avion, num pil, ville dep, ville arr, h dep, h arr) Les contraintes de clés étrangères sont les suivantes : Vol(num avion) référence Avion(num avion) Vol(num pil) référence Pilote(num pil) On considère les requêtes suivantes : 1. quels sont les pilotes ne pilotant que des avions de plus de 300 places? 2. quels sont les pilotes toulousains ne conduisant que des avions arrivant au moins une fois à Toulouse? 3. quel est le salaire maximum d un pilote parisien? 4. quel est le salaire maximum d un pilote et quels sont les pilotes qui le perçoivent? 5. quelle est la localisation des avions qui font un aller mais pas le retour (sur la ville de départ)? 6. quelle est la localisation des avions qui ne font que des trajets avec le retour sur la ville de départ de l aller? Questions : 1. exprimer les requêtes 1 et 2 en algèbre relationnelle ; On pourra remarquer que l on pouvait utiliser des jointures naturelles, car les attributs avaient les mêmes noms dans les différentes relations. Voici la requête 1 exprimée en algèbre relationnelle : π num pil (Vol) π num pil (σ capacite<300 (Vol Avion)) Rien de bien difficile. Il ne fallait pas oublier le «que des avions de plus de 300 places» : cela imposait de trouver d abord les pilotes qui pilotent des avions de moins de 300 places et de faire la 1. Ben oui, fallait bien que ça arrive un jour ou l autre à SUPAERO... 3

4 différence avec l ensemble des pilotes. J ai choisi d utiliser la relation Vol pour ne sélectionner que les pilotes qui volent effectivement. Voici la requête 2 exprimée en algèbre relationnelle : π num pil (σ adresse= Toulouse (P ilote)) π num pil (π num avion (Avion) (π num avion (σ ville arr= Toulouse (Vol) Avion))) Pilote Vol) Quelques explications : π num avion (σ ville arr= Toulouse (Vol) Avion) donne les numéros d avions qui atterrissent au moins une fois à Toulouse ; π num avion (Avion) (π num avion (σ ville arr= Toulouse (Vol) Avion)) donne les numéros d avions qui n atterrissent jamais à Toulouse ; π num pil (π num avion (Avion) (π num avion (σ ville arr= Toulouse (Vol) Avion))) Pilote Vol) donne les numéros de pilotes qui pilotent un avion qui n atterrit jamais à Toulouse ; il suffit ensuite d enlever les numéros de pilotes trouvés à l étape précédente aux numéros de pilotes toulousains pour trouver la réponse à la question. 2. exprimer les requêts 1 à 6 en SQL. Si l on veut réutiliser le résultat d une requête d une question à l autre, on pourra utiliser des alias (par exemple : le résultat de la requête 5 sera noté T dans cette question). Voici la requête 1 exprimée en SQL : 1 (SELECT num_pil 2 FROM Vol) 3 EXCEPT 4 (SELECT num_pil 5 FROM Vol NATURAL JOIN Avion 6 WHERE capacite < 300); Rien de bien compliqué, j ai utilisé la requête exprimée en algèbre relationnelle pour construire la requête SQL. Voici la requête 2 exprimée en SQL : 1 SELECT num_pil 2 FROM Pilote 3 WHERE (adresse = Toulouse ) AND 4 (num_pil NOT IN 5 (SELECT num_pil 6 FROM Vol 7 WHERE num_av NOT IN 8 (SELECT num_av FROM Vol WHERE ville_arr = Toulouse ))); J ai préféré utiliser ici l opérateur NOT IN de SQL qui permet de trouver les avions n atterrissant pas une fois à Toulouse, puis les pilotes ne pilotant un de ces avions. Voici la requête 3 exprimée en SQL : 1 SELECT MAX(salaire) 2 FROM Pilote 3 WHERE adresse = Paris ; 4

5 Rien de bien difficile ici. Voici la requête 4 exprimée en SQL : 1 SELECT num_pil, salaire 2 FROM Pilote 3 WHERE salaire = (SELECT MAX(salaire) FROM Pilote); Rien de bien difficile ici. Voici la requête 5 exprimée en SQL : 1 SELECT localisation 2 FROM (SELECT localisation, num_av, ville_dep, ville_arr 3 FROM Avion NATURAL JOIN Vol AS T 4 WHERE NOT EXISTS ( 5 SELECT num_av, ville_dep, ville_arr 6 FROM Avion NATURAL JOIN Vol 7 WHERE (num_av = T.num_av) AND 8 (ville_dep = T.ville_arr) AND 9 (ville_arr = T.ville_dep))); Il s agissait de la requête la plus difficile. Je vais la détailler. La ligne 1 est juste là pour n obtenir que la localisation. Les lignes 2 et 3 permettent de sélectionner les numéros d avion avec les villes de départ et d arrivée et je nomme cette relation T. On peut (cf. corrigé des exercises sur SQL faits en cours) utiliser ensuite la variable T dans la clause WHERE pour faire une comparaison avec les vols qui ont pour ville de départ celle d arrivée du tuple de T considéré et pour ville d arrivée la ville de départ de T (cf. lignes 5 à 9). Voici la requête 6 exprimée en SQL : 1 CREATE VIEW R AS 2 SELECT localisation 3 FROM (SELECT localisation, num_av, ville_dep, ville_arr 4 FROM Avion NATURAL JOIN Vol AS T 5 WHERE NOT EXISTS ( 6 SELECT num_av, ville_dep, ville_arr 7 FROM Avion NATURAL JOIN Vol 8 WHERE (num_av = T.num_av) AND 9 (ville_dep = T.ville_arr) AND 10 (ville_arr = T.ville_dep))); SELECT localisation 13 FROM Avion 14 WHERE localisation NOT IN (SELECT * FROM R); Rien de bien difficile en utilisant la requête précédente que j ai appelée R. 5

6 [1,1] [1,1] Action est une [1,1] est une Obligation société dividende [0,1] [0,1] organisme valeur [1,1] [1,n] Avoir est composé Titre [1,n] [1,1] historique Cours quantité prix global delta sicovam libellé valeur date est composé [1,n] [1,1] [1,n] Portefeuille possède Client [1,1] [1,n] conseille Courtier nom adresse mail adresse postale RIB adresse mail adresse postale Figure 1 : Proposition de diagramme E/A 6

1 Introduction et installation

1 Introduction et installation TP d introduction aux bases de données 1 TP d introduction aux bases de données Le but de ce TP est d apprendre à manipuler des bases de données. Dans le cadre du programme d informatique pour tous, on

Plus en détail

Modèle entité-association 6pts

Modèle entité-association 6pts Examen NFP 107 17 juin 2009 Sujet 1 3H documents autorisés Enseignant : Christine Plumejeaud Modèle entité-association 6pts Le service de gestion du personnel d une entreprise désire s équiper d un outil

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données 1/73 Introduction aux bases de données Formation continue Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr École Supérieure d Électricité Département Informatique Gif sur Yvette 2012/2013 2/73 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Modèle entité-association 4pts

Modèle entité-association 4pts Examen NFP 107 septembre 2009 Sujet 1 3H documents autorisés Enseignant : Christine Plumejeaud Modèle entité-association 4pts Une agence immobilière voudrait créer une base de données pour la gestion des

Plus en détail

1 Introduction aux bases de données

1 Introduction aux bases de données 1 Introduction aux bases de données Qu'est-ce qu'un SGBD? quelles sont ses fonctions? Peut-on mémoriser tous les types de données? Business Object est-il un SGBD? Access? Citez trois logiciels de SGBD

Plus en détail

Quelques exemples de requêtes SQL sur la base de données aviation

Quelques exemples de requêtes SQL sur la base de données aviation Quelques exemples de requêtes SQL sur la base de données aviation Note : divers exercices sont proposés. Leurs corrections se trouvent à la fin du document. Le mot-clé COUNT Combien de modèles d'avion

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES. 2. Les questions sont indépendantes les unes des autres.

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES. 2. Les questions sont indépendantes les unes des autres. INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE DES CONNAISSANCES Durée : 1h30 Date : 17/05/2006 Coordonnateurs : Amel Bouzeghoub et Bruno Defude Documents autorisés : ceux distribués en cours Avertissements

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

A. ANALYSE DU SCHEMA DES DONNEES EXISTANT (7 POINTS)

A. ANALYSE DU SCHEMA DES DONNEES EXISTANT (7 POINTS) B T S C G O 2 C O R R I G É D U D E V O I R DOSSIER 2 - ORGANISATION DU SYSTÈME D INFORMATION (P10) A. ANALYSE DU SCHEMA DES DONNEES EXISTANT (7 POINTS) a) Commandes non livrées (2 points) Dans le schéma

Plus en détail

Définition de contraintes. c Olivier Caron

Définition de contraintes. c Olivier Caron Définition de contraintes 1 Normalisation SQL-92 Les types de contraintes 1 Les types de contraintes Normalisation SQL-92 Les contraintes de domaine définissent les valeurs prises par un attribut. 1 Les

Plus en détail

Chapitre 3: Modèle relationnel et conception

Chapitre 3: Modèle relationnel et conception LOG660 - Base de données de haute performance Solutions: Chapitre 3: Modèle relationnel et conception QUESTION 1 Plusieurs schémas sont acceptables. Les points à considérer sont: 1. L'agrégation entre

Plus en détail

Bases de données 2I009 Examen du 15 Mai 2015 Durée : 2 heures CORRIGÉ Documents autorisés

Bases de données 2I009 Examen du 15 Mai 2015 Durée : 2 heures CORRIGÉ Documents autorisés Examen BD 2I009 15 Mai 2015 Votre numéro d anonymat : Université Pierre et Marie Curie Bases de données 2I009 Examen du 15 Mai 2015 Durée : 2 heures CORRIGÉ Documents autorisés Les téléphones mobiles doivent

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

SESSION 2006 INFORMATIQUE. Éléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS

SESSION 2006 INFORMATIQUE. Éléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS 620.107bis DECF SESSION 2006 INFORMATIQUE Éléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS Ce dossier présente des éléments de corrigé à l attention

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

Conception de la base de données

Conception de la base de données Rapport T.E.R HLIN405 Conception de la base de données des projets de licence deuxième et troisième année Réalisé par Achraf Tajani Cvete Maceski Mohamed Bareche Sous l encadrement de Christian Retoré

Plus en détail

BASES de DONNEES. 1 Introduction : l approche Bases de données. 1.1 Approche par application

BASES de DONNEES. 1 Introduction : l approche Bases de données. 1.1 Approche par application BASES de DONNEES 1 Introduction : l approche Bases de données 1.1 Approche par application 1.2 Approche Bases de Données 2 Le modèle relationnel 2.1 Rappels mathématiques 2.2 Concept de Relation 2.3 Concept

Plus en détail

16H Cours / 18H TD / 20H TP

16H Cours / 18H TD / 20H TP INTRODUCTION AUX BASES DE DONNEES 16H Cours / 18H TD / 20H TP 1. INTRODUCTION Des Fichiers aux Bases de Données 2. SYSTEME DE GESTION DE BASE DE DONNEES 2.1. INTRODUCTION AUX SYSTEMES DE GESTION DE BASES

Plus en détail

Opération DIVISION. Huit opérations de base de l algèbre relationnelle. SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table

Opération DIVISION. Huit opérations de base de l algèbre relationnelle. SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table Opération DIVISION Huit opérations de base de l algèbre relationnelle PROJECTION SELECTION JOINTURE SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table SELECT liste d'attributs FROM table WHERE condition

Plus en détail

clef primaire ; clef étrangère ; projection ; restriction ; jointure ; SQL ; SELECT ; FROM ; WHERE

clef primaire ; clef étrangère ; projection ; restriction ; jointure ; SQL ; SELECT ; FROM ; WHERE Cas Neptune hôtel Base de données et langage SQL Propriété Intitulé long Formation concernée Matière Notions Transversalité Présentation Description Neptune Hôtel. L interrogation d une base de données

Plus en détail

Mongi TRIKI Docteur en Informatique Université Paris Dauphine

Mongi TRIKI Docteur en Informatique Université Paris Dauphine Université Méditerranéenne Libre de Tunis Faculté Méditerranéenne Privée des Sciences Informatiques, Economiques et de Gestion de Tunis Département d Informatique LICENCE INFORMATIQUE Guide du Stagiaire

Plus en détail

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ;

ECR_DESCRIPTION CHAR(80), ECR_MONTANT NUMBER(10,2) NOT NULL, ECR_SENS CHAR(1) NOT NULL) ; RÈGLES A SUIVRE POUR OPTIMISER LES REQUÊTES SQL Le but de ce rapport est d énumérer quelques règles pratiques à appliquer dans l élaboration des requêtes. Il permettra de comprendre pourquoi certaines

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS

Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS 2003-07-01 1 Requêtes SQL avec la date et le groupement Chapitre 7 série 3 Base de données AcciRoute SOLUTIONS Voici MRD de la BD AcciRoute pour représenter les rapports d accidents de la route. Le MRD

Plus en détail

2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels

2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels 2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Avec l aide du cours de Y. Bourda Intérêt de la «normalisation»

Plus en détail

Le langage SQL Rappels

Le langage SQL Rappels Le langage SQL Rappels Description du thème : Présentation des principales notions nécessaires pour réaliser des requêtes SQL Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs,

Plus en détail

1 Partie A : administration d une base de donnée à travers PhpMyAdmin

1 Partie A : administration d une base de donnée à travers PhpMyAdmin Ce TP se compose en 2 sections : une section de prise en main (sur ordinateur) et une section d exercice (sur papier) concernant l algèbre relationnelle. 1 Partie A : administration d une base de donnée

Plus en détail

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Exercice 1 : requêtes simples Pour traiter de la vente par correspondance on considère la modélisation

Plus en détail

Informatique Pour Tous Interrogation n 5

Informatique Pour Tous Interrogation n 5 Nom : Prénom : Informatique Pour Tous Interrogation n 5 Soit la base de données relationnelle BANQUE constituée des trois relations (ou tables) suivantes : CLIENTS (idclient : int, nom, prenom, ville,)

Plus en détail

TP base de données SQLite. 1 Différents choix possibles et choix de SQLite : 2 Définir une base de donnée avec SQLite Manager

TP base de données SQLite. 1 Différents choix possibles et choix de SQLite : 2 Définir une base de donnée avec SQLite Manager TP base de données SQLite 1 Différents choix possibles et choix de SQLite : La plupart des logiciels de gestion de base de données fonctionnent à l aide d un serveur. Ils demandent donc une installation

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations SQL Requêtes simples BD4 AD, SB Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2013 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/19 Février 2013 1 / 19 Outline 1 2 Requêtes mono-relation

Plus en détail

EXONET Location de véhicules

EXONET Location de véhicules EXONET Location de véhicules Description du thème Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Notions Description Évaluation des connaissances sur le modèle relationnel, les bases

Plus en détail

Comment implémenter un modèle entité-association dans une machine?

Comment implémenter un modèle entité-association dans une machine? Chapitre 3 : Le modèle logique des données Introduction Comment implémenter un modèle entité-association dans une machine? Comment représenter une association? Comment représenter une entité? Il faut donc

Plus en détail

Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD

Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD Pourquoi une modélisation préalable? Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD Il est difficile de modéliser un domaine sous une forme directement utilisable par un SGBD. Stockage physique Cohérence/intégrité

Plus en détail

Examen Administration BD (Module FMIN363)

Examen Administration BD (Module FMIN363) Examen Administration BD (Module FMIN363) 1. Optimisation de requêtes (I. Mougenot) Un caviste veut gérer l ensemble des vins référencés au sein de sa cave. L information associée à la cave est volontairement

Plus en détail

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL Bases de données L2 sciences et technologies, mention informatique SQL ou : le côté obscure de la jolie théorie films titre réalisateur année starwars lucas 1977 nikita besson 1990 locataires ki-duk 2005

Plus en détail

LIF4 - TD5 : Schémas entités associations Correction

LIF4 - TD5 : Schémas entités associations Correction LIF4 - TD5 : Schémas entités associations Correction Exercice 1: On souhaite gérer des réservations dans une compagnie d hôtels. À cette fin, on considère le diagramme entité-association suivant (les attributs

Plus en détail

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS Activité 15 Requêtes S.Q.L. Objectif Interroger une base de données avec des requêtes SQL. Fiche de savoir associée Ressource à utiliser Csi1Projets.pdf (Dossier 4) B.1.1.b. 1 En cliquant sur l'objet "Requêtes"

Plus en détail

Bases de données et Systèmes transactionnels

Bases de données et Systèmes transactionnels Bases de données et Systèmes transactionnels Dominique Laurent dominique.laurent@u-cergy.fr Tao-Yan Jen jen@u-cergy.fr Plan du cours Introduction Modèle Entité/Association Langage SQL - ORACLE Architectures

Plus en détail

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL 1. Définitions Clause : mot-clé Requête : interrogation ou action structurée sur la BD Requête d interrogation composée de l ensemble des clauses :

Plus en détail

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association Conception des bases de données : Modèle Entité-Association La modélisation d un problème, c est-à-dire le passage du monde réel à sa représentation informatique, se définit en plusieurs étapes pour parvenir

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

RÉVISION/SYNTHÈSE BASES DE DONNÉES

RÉVISION/SYNTHÈSE BASES DE DONNÉES RÉVISION/SYNTHÈSE BASES DE DONNÉES CORRIGE - CONCEPTION D UNE BASE DE DONNÉES 1 Base de donnée Élève 1.1 Cahier des charges Dans un lycée proposant des formations cpge, les enseignants souhaitent pouvoir

Plus en détail

CONCEPTION ÉLÉMENTAIRE DE BASES DE DONNÉES

CONCEPTION ÉLÉMENTAIRE DE BASES DE DONNÉES CONCEPTION ÉLÉMENTAIRE DE BASES DE DONNÉES CONCEPTION ÉLÉMENTAIRE DE BASES DE DONNÉES Objectifs de l enseignement prototyper et créer une base de données simple, à l aide d un outil interactif ; utiliser

Plus en détail

Requêtes SQL. Exercices corrigés. Frédéric Gava (MCF) gava@univ-paris12.fr

Requêtes SQL. Exercices corrigés. Frédéric Gava (MCF) gava@univ-paris12.fr Requêtes SQL Exercices corrigés Frédéric Gava (MCF) gava@univ-paris12.fr LACL, bâtiment P2 du CMC, bureau 223 Université de Paris XII Val-de-Marne 61 avenue du Général de Gaulle 94010 Créteil cedex Exercice

Plus en détail

UML et les Bases de Données

UML et les Bases de Données CNAM UML et les Bases de Données UML et les Bases de Données. Diagramme de classes / diagramme d objets (UML)...2.. Premier niveau de modélisation des données d une application...2.2. Les éléments de modélisation...2.2..

Plus en détail

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues Manipulation CRUD INSERT INTO (Create) pour insérer des tuple SELECT FROM (Read) pour lire des tuples UPDATE (Update)

Plus en détail

Kit de survie sur les bases de données

Kit de survie sur les bases de données Kit de survie sur les bases de données Pour gérer un grand nombre de données un seul tableau peut s avérer insuffisant. On représente donc les informations sur différentes tables liées les unes aux autres

Plus en détail

Corrigé Contrôle de connaissance

Corrigé Contrôle de connaissance Ecole Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information المدرسة العلیا للا حصاء وتحلیل المعلومات بتونس Corrigé Contrôle de connaissance Bases de données (2011/2012) 2 ème année ESSAI Proposé

Plus en détail

Bases de données. Yamine Aït-Ameur IRIT Enseeiht yamine@n7.fr. Christophe Garion ISAE garion@isae.fr

Bases de données. Yamine Aït-Ameur IRIT Enseeiht yamine@n7.fr. Christophe Garion ISAE garion@isae.fr Bases de données Yamine Aït-Ameur IRIT Enseeiht yamine@n7.fr Christophe Garion ISAE garion@isae.fr 4 février 2013 Table des matières 1 Introduction 1 2 Modèle de Chen 3 2.1 Généralités sur l information

Plus en détail

Rappel sur les bases de données

Rappel sur les bases de données Rappel sur les bases de données 1) Généralités 1.1 Base de données et système de gestion de base de donnés: définitions Une base de données est un ensemble de données stockées de manière structurée permettant

Plus en détail

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel Bases de données Licence Pro QSSI patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel contexte nous avons vu comment exprimer des requêtes simples nous avons vu des requêtes que nous ne

Plus en détail

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique)

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique) 2,3 Algèbre (langage algébrique) BDD : Notations : R(X), S(Y) deux relations X et Y deux listes d'attributs t et s deux tuples de R et de S. RS relation résultat projection : -Syntaxe :

Plus en détail

Techniques d optimisation standard des requêtes

Techniques d optimisation standard des requêtes 6 Techniques d optimisation standard des requêtes L optimisation du SQL est un point très délicat car elle nécessite de pouvoir modifier l applicatif en veillant à ne pas introduire de bogues. 6.1 Réécriture

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

INFO 364 : Bases de Données Projet Professeur : Esteban Zimányi Assistants : Pierre Stadnik et Mohammed Minout Année Académique : 2004-2005

INFO 364 : Bases de Données Projet Professeur : Esteban Zimányi Assistants : Pierre Stadnik et Mohammed Minout Année Académique : 2004-2005 Université Libre de Bruxelles Faculté des Sciences Appliquées & Faculté des Sciences INFO 364 : Bases de Données Projet Professeur : Esteban Zimányi Assistants : Pierre Stadnik et Mohammed Minout Année

Plus en détail

Bases de Données Cours de SRC 1. Mathieu MANGEOT mathieu.mangeot@univ-savoie.fr

Bases de Données Cours de SRC 1. Mathieu MANGEOT mathieu.mangeot@univ-savoie.fr Bases de Données Cours de SRC 1 Mathieu MANGEOT mathieu.mangeot@univ-savoie.fr Objectifs du cours Analyser les besoins et modéliser les données d un système d information Mettre en œuvre des bases de données

Plus en détail

Introduction au bases de données Partie - Modélisation de données 2 / 44

Introduction au bases de données Partie - Modélisation de données 2 / 44 M1104 - Introduction au bases de données Partie - Modélisation de données Analyse et Conception des Systèmes d Information Le modèle relationnel de Codd J. Christian Attiogbé Septembre 2008, maj 11/2009,

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

Le modèle de données relationnel

Le modèle de données relationnel Le modèle de données relationnel 1. Le modèle relationnel 1.1. Présentation Le modèle relationnel représente la base de données comme un ensemble de tables, sans préjuger de la façon dont les informations

Plus en détail

Conception de Base de Données Explication sur la Conception de Base de Données

Conception de Base de Données Explication sur la Conception de Base de Données Conception de Base de Données Explication sur la Conception de Base de Données Introduction A la vue de plusieurs questions sur les bases de données, et surtout la conception du schéma de base. En effet,

Plus en détail

Correction de l'épreuve DPECF 2002 UV 3b Informatique Ce corrigé est fourni à titre indicatif et ne saurait engager la responsabilité de Comptalia.

Correction de l'épreuve DPECF 2002 UV 3b Informatique Ce corrigé est fourni à titre indicatif et ne saurait engager la responsabilité de Comptalia. Correction de l'épreuve DPECF 22 Sujet : SESSION 22 METHODES QUANTITATIVES SUJET D'INFORMATIQUE Durée : 2 heures Coefficient :,5 Documents autorisés : néant Matériel autorisé : Aucun matériel n'est autorisé.

Plus en détail

Correction de l'épreuve DECF 2002 UV 5b Informatique Ce corrigé est fourni à titre indicatif et ne saurait engager la responsabilité de Comptalia.

Correction de l'épreuve DECF 2002 UV 5b Informatique Ce corrigé est fourni à titre indicatif et ne saurait engager la responsabilité de Comptalia. Sujet : Documents autorisés : Néant Matériel autorisé : SESSION 2002 ÉPREUVE : MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES ET INFORMATIQUE SUJET D'INFORMATIQUE Durée : 2 heures Coefficient : 0,5 Une calculatrice de poche

Plus en détail

TP5 MySQL requêtes avancées

TP5 MySQL requêtes avancées Master 1 BBSG TP5 MySQL requêtes avancées Bases de Données Exercice 1 : Par l'intermédiaire de PHPMyAdmin ou du client mysql, connectez-vous sur votre base de données. mysql -h dbs-perso.luminy.univmed.fr

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Bases de données. Yamine Aït-Ameur ENSEEIHT yamine@enseeiht.fr. Christophe Garion ISAE-SUPAERO christophe.garion@isae-supaero.fr.

Bases de données. Yamine Aït-Ameur ENSEEIHT yamine@enseeiht.fr. Christophe Garion ISAE-SUPAERO christophe.garion@isae-supaero.fr. Bases de données Yamine Aït-Ameur ENSEEIHT yamine@enseeiht.fr Christophe Garion ISAE-SUPAERO christophe.garion@isae-supaero.fr 2 novembre 2015 Table des matières 1. Introduction 3 2. Modèle de Chen 5 2.1.

Plus en détail

Gestion de la facturation des repas dans un restaurant scolaire

Gestion de la facturation des repas dans un restaurant scolaire Vêtement N vêtement Date minimum de reprise Remis (O N) Est classé Type vêtement N type de vêtement Libellé type de vêtement Tarif Est nettoyé Prix vêtement Client N client Nom client Tél. client Adresse

Plus en détail

Séance de révision et manipulation de l utilitaire SQLLOADER

Séance de révision et manipulation de l utilitaire SQLLOADER Séance de révision et manipulation de l utilitaire SQLLOADER 1. Enoncé La base de données considérée représente les informations relatives à une bibliothèque qui gère le stockage, l indexation et l emprunt

Plus en détail

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Les opérateurs étudiés On regarde d abord les opérateurs pris un à un La sélection : σ La projection : π La jointure : ensuite, on s intéressera

Plus en détail

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION 1 Introduction Conception d une base de données Domaine d application complexe : description abstraite des concepts indépendamment de leur implémentation sous

Plus en détail

Professeur Serge Miranda Département Informatique Université de Nice Sophia Antipolis Directeur du Master MBDS (www.mbds-fr.org)

Professeur Serge Miranda Département Informatique Université de Nice Sophia Antipolis Directeur du Master MBDS (www.mbds-fr.org) Bases de données. Cours 1: Introduction au modèle relationnel de Codd (paradigme VALEUR) Professeur Serge Miranda Département Informatique Université de Nice Sophia Antipolis Directeur du Master MBDS (www.mbds-fr.org)

Plus en détail

... /5. Gestion de Bases de Données (J. Wijsen) 15 janvier 2009 NOM + PRENOM : Orientation + Année : Cet examen contient 10 questions.

... /5. Gestion de Bases de Données (J. Wijsen) 15 janvier 2009 NOM + PRENOM : Orientation + Année : Cet examen contient 10 questions. Gestion de Bases de Données (J. Wijsen) 15 janvier 2009 NOM + PRENOM : Orientation + Année : Cet examen contient 10 questions. Question 1 Donnez la traduction en modèle relationnel du schéma Entité-Association

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Module B210 Bases de données relationnelles Travaux pratiques TP avec Oracle XE TP avec MySQL Gérard-Michel Cochard Travaux Pratiques avec Oracle XE Contenu : 1 - Installation et prise en main 2 - Un exemple

Plus en détail

Modèle conceptuel : diagramme entité-association

Modèle conceptuel : diagramme entité-association Modèle conceptuel : diagramme entité-association Raison d'être de ce cours «La conception et l'utilisation de bases de données relationnelles sur micro-ordinateurs n'est pas un domaine réservé aux informaticiens.»

Plus en détail

Bases de données. Modèle décisionnel. Jérôme Rocheteau. Lecture 8. Institut Catholique d Arts et Métiers Site de Nantes

Bases de données. Modèle décisionnel. Jérôme Rocheteau. Lecture 8. Institut Catholique d Arts et Métiers Site de Nantes Bases de données Lecture 8 1 / 25 Bases de données Modèle décisionnel Jérôme Rocheteau Institut Catholique d Arts et Métiers Site de Nantes Lecture 8 Bases de données Lecture 8 2 / 25 1 Structure multidimensionnelle

Plus en détail

Université Bordeaux 1 Master d informatique UE Bases de Données Sujet et correction de l examen du 27 mai 2004 8h00 9h30 (sans documents)

Université Bordeaux 1 Master d informatique UE Bases de Données Sujet et correction de l examen du 27 mai 2004 8h00 9h30 (sans documents) Numéro d anonymat: 1 Université Bordeaux 1 Master d informatique UE Bases de Données Sujet et correction de l examen du 27 mai 2004 8h00 9h30 (sans documents) Sauf mention contraire en caractères gras,

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE SQL

INITIATION AU LANGAGE SQL ECOLE NATIONALE DES INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE BORDEAUX DEPARTEMENT ENTREPRISE ET SYSTEMES UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE ET GENIE DES EQUIPEMENTS ~o~o~o~ INITIATION AU LANGAGE SQL Notes de cours

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

Fonctionnement d un SGBD. L optimisation

Fonctionnement d un SGBD. L optimisation Fonctionnement d un SGBD TD 7 (2 séances) L optimisation I. Révisions sur le l algèbre relationnelle EXERCICE 1 : relationnel suivant: (inspiré par Richard Grin et Isabelle Mirbel) Soit le schéma Employé(Matricule,

Plus en détail

Mini projet Base de donnée

Mini projet Base de donnée Mini projet Base de donnée Professeur responsable : Etudiants I2 : Slimane Sébastien Yvonnick HAMMOUDI FRANÇOIS BRUNET 1 1. Introduction 3 2. Construction du schéma conceptuel entité-association 3 1) Liste

Plus en détail

BTS/CGO P10 SYSTEME INFORMATION Année 2012-2013

BTS/CGO P10 SYSTEME INFORMATION Année 2012-2013 BTS/CGO P10 SYSTEME INFORMATION Année 2012-2013 TS2 CGO 7 mars 2013 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Nota : Il vous est demandé d apporter un soin particulier à la présentation de

Plus en détail

Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps

Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps Année Universitaire 2009/2010 Session 2 de Printemps DISVE Licence PARCOURS : CSB4 & CSB6 UE : INF 159, Bases de données Épreuve : INF 159 EX Date : Mardi 22 juin 2010 Heure : 8 heures 30 Durée : 1 heure

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

Concevoir une base de données

Concevoir une base de données Concevoir une base de données http://vanconingsloo.be/les-cours/bureautique/access/concevoir-une-base-de-donnees En fonction de vos besoins, il existe deux façons de travailler. Si vous souhaitez créer

Plus en détail

BNF101 STRUCTURE D UNE BASE DE DONNEES LE MODELE RELATIONNEL

BNF101 STRUCTURE D UNE BASE DE DONNEES LE MODELE RELATIONNEL BNF101 STRUCTURE D UNE BASE DE DONNEES LE MODELE RELATIONNEL INTRODUCTION Une base de données (BD) est un ensemble structuré d'information qui peut être utilisé simultanément par plusieurs utilisateurs

Plus en détail

BASES DE DONNEES Formation initiale Première année Département INFORMATIQUE Année 2002/2003. Travail nécessaire après l interrogation numéro 3

BASES DE DONNEES Formation initiale Première année Département INFORMATIQUE Année 2002/2003. Travail nécessaire après l interrogation numéro 3 Travail nécessaire après l interrogation numéro 3 Durée 3h Le but de ce document est de vous montrer quel est le travail nécessaire à faire après une interrogation afin de tirer profit d un bonne ou d

Plus en détail

CORRIGE BAC BLANC 2012 6) Dans quel document de synthèse apparaîtra le solde de ce compte 421? Préciser à quel poste.

CORRIGE BAC BLANC 2012 6) Dans quel document de synthèse apparaîtra le solde de ce compte 421? Préciser à quel poste. Dossier 1 La rémunération du personnel (25 points) 1) Quelle est l utilité d un bulletin de paie? Le bulletin de paie constitue une preuve juridique du travail effectué par le salarié et précise la contrepartie

Plus en détail

Cours: Les Jointures 1

Cours: Les Jointures 1 Bases de Données Avancées Module A IUT Lumière, License CE-STAT 2006-2007 Pierre Parrend Cours: Les Jointures 1 Plan Table of Contents Principe...1 Example...1 Types de Jointures...2 Définitions et examples...2

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 3. Les Jointures. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 3. Les Jointures. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 3 Les Jointures par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il peut

Plus en détail