Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration"

Transcription

1 Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4 Rapport Load Balancing et migration Printemps 2001

2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SYNTHESE CONCERNANT LE LOAD BALANCING ET LA MIGRATION... 4 POURQUOI FAIRE DU LOAD BALANCING?... 4 PROBLEMATIQUES DU LOAD BALANCING... 4 Nécessité d une entité de supervision... 4 Comment mesurer la charge?... 5 Répartition de charge statique ou dynamique?... 5 Comment choisir un serveur cible?... 6 L'IMPLANTATION CORBA... 7 CE QUE NOUS AVONS CHOISI D IMPLANTER... 7 Choix retenus... 7 COMMENT NOUS L AVONS IMPLANTE... 7 Au niveau CORBA... 7 Au niveau Java... 8 CONCLUSION

3 INTRODUCTION L'évolution des débits et des services qui leur sont associés nécessite un besoin croissant en terme de ressources matérielles et de fiabilité. Les architectures distribuées apportent dans le cadre de telles applications une solution performante grâce aux mécanismes de load balancing et de migration. Le load balancing ou répartition de charge, dans le cas des architectures client/serveur, permet de répartir la charge induite par les requêtes du client sur un groupe de serveur et ce, de manière transparente pour l utilisateur. La migration quant à elle est plutôt orientée vers la tolérance aux pannes. Nous allons présenter les questions soulevées par le load balancing et la migration ainsi que les différents types d architectures possibles. Nous présenterons ensuite l implantation de la migration que nous avons effectué en CORBA. 3

4 Synthèse concernant le load balancing et la migration Pourquoi faire du load balancing? Pour accroître facilement la puissance de traitement : le load balancing induit la notion de scalabilité c est à dire de dimensionnement. Ainsi, il suffit d affecter de nouvelles machines au groupe de l application répartie pour en augmenter la capacité de traitement en maintenant une compatibilité maximale. Les notions de flexibilité et de compatibilité découlent de la possibilité de rajouter des machines hétérogènes sans avoir à apporter de modifications au système existant ni à interrompre le service. Pour accroître la fiabilité : L un des principaux avantages des architectures distribuées est qu elles restent fonctionnelles même lorsque l un ou plusieurs de leurs nœuds sont défaillants. Ceux-ci sont alors simplement éliminés de la liste des serveurs disponibles et le système se reconfigure pour faire face au surcroît de charge. Pour s affranchir de certaines limites : Dans le cas d applications réseaux où les accès concurrents sont nombreux, le recours à une application répartie permet de repousser certaines limites induites par le système d exploitation (nombre de connections TCP simultanées, nombre de thread concurrents, ). Problématiques du load balancing Nécessité d une entité de supervision La répartition de charge fait appel a un groupe d entités capables de traiter une requête de manière identique, reste à savoir qui gère cette répartition. Pour cela, le client passe généralement par un intermédiaire appelé trader qui peut soit : Disposer d une interface similaire à celle d un serveur. Dans ce cas, le client à l impression de dialoguer avec un serveur alors que sa requête sera transmise à une autre machine ; le load balancing est alors effectué de manière transparente pour le client. Vérifier de la disponibilité du service demandé et transmettre la référence du serveur susceptible de répondre dans les meilleurs délais. Dans ce cas, le client doit être spécifiquement programmé pour exploiter le load balancing. Il peut y avoir un unique trader mais la logique du load balancing voudrait que l on en ait plusieurs. En effet, dans le premier cas, la notion de tolérance aux fautes devient illusoire puisque la chute du trader entraîne une inaccessibilité du système. 4

5 Comment mesurer la charge? Lorsque l on cherche à répartir une charge sur un groupe de serveurs capables d effectuer un même traitement, la question est : comment mesurer la charge? Quels sont les critères pertinents? En effet, on pourrait penser que la charge est reflétée par un taux d utilisation processeur, le nombre de processus en file d attente ou encore par le nombre de connexions TCP mais, ne faut-il pas aussi prendre en compte l état du segment de réseau sur lequel se trouve le serveur (par le biais d un ping par exemple)? Une fois que l on a sélectionné les critères pertinents, reste à savoir comment on récupère l information. Il existe plusieurs possibilités : Le serveur informe de son niveau de charge à intervalles de temps réguliers. Le serveur est interrogé à intervalles de temps réguliers. Le serveur informe qu un seuil de charge préalablement fixé a été dépassé. La dernière solution a pour avantage de ne pas trop surcharger le réseau néanmoins elle n'assure pas le même niveau de réactivité que celui obtenu dans le cas d'interrogations régulières. En effet, un ordinateur n'envoyant pas de message peut tout simplement être en panne. Il faut donc coupler cette solution à une autre technique (interrogation cyclique mais de période importante). De toute manière, quels que soient les critères retenus et les traitements qui leur sont associés, on remarque que le simple fait de vouloir mesurer et répartir la charge crée une charge supplémentaire. Il faut quantifier ce surcoût pour choisir la stratégie de load balancing la mieux adaptée. Répartition de charge statique ou dynamique? La répartition de charge peut intervenir à deux niveaux. Soit de manière statique en se limitant à la sélection d un serveur cible pour traiter la demande. Dans ce cas il faut déterminer à quel niveau la répartition s effectue sachant que plus on décompose le traitement et plus la répartition est efficace mais plus le trader est chargé. Ainsi, on peut affecter un serveur différent pour chaque opération, chaque transaction ou encore pour toute la durée d une connexion client. Soit de manière dynamique. L équilibrage de charge est assuré par la possibilité de faire migrer des processus en cours de d exécution d un serveur à l autre. Un autre problème survient alors : comment sauvegarder et restaurer le contexte d exécution d une tache partiellement traitée? 5

6 Comment choisir un serveur cible? Une fois la charge de chaque serveur déterminée, il faut savoir comment sélectionner un serveur cible parmi le groupe. Si l on cherche à minimiser la surcharge induite par le load balancing, on se tournera vers des algorithmes de sélection aléatoire. Le serveur devant traiter la demande sera choisi de manière au hasard dans la liste des serveurs disponibles avec un éventuel test de charge pour confirmer la décision. On peut aussi utiliser la technique du round robin. Chaque serveur se voit confier une requête à tour de rôle de manière cyclique avec un éventuel test de charge pour confirmer la décision. Ces deux stratégies sont simples à mettre en œuvre et économes en terme de ressources réseaux mais elles ne permettent pas une réelle équité dans la répartition. En effet, on peut rapidement montrer leurs limites si l on suppose que les serveurs du groupe ne sont pas de puissance équivalente ou encore que les demandes des clients n induisent pas la même charge. On peut corriger partiellement cela en augmentant la granulosité de la sélection c est à dire en appliquant l algorithme aux taches les plus élémentaires possibles (pour chaque requête plutôt que pour chaque connexion d un client). Au prix d une légère surcharge, on peut mettre en place des stratégies de load balancing plus efficaces. Elles exploiteront au mieux les indicateurs de charge et pourront aussi bien agir de manière prédictive ou de manière curative (migration). On obtient alors une répartition optimale de la charge au prix d une réflexion plus approfondie. Voici une liste non exhaustive des problèmes pouvant survenir : La surcharge subite des serveurs peu chargés Un serveur peu chargé peut soudain se retrouver noyer sous un flot de requêtes. Pour éviter cela, il faudra mettre en place des calculs permettant de vérifier que la charge du serveur destinataire ne dépassera pas celle du serveur migrateur ou plus simplement qu elle n atteindra pas un niveau de charge trop élevé. La migration perpétuelle Un serveur connaissant des variations de charges importantes pourrait se retrouver entre deux instants rapprochés soit receveur soit migrateur potentiel. Cela entraînerait le déclenchement à répétition de migrations avec un risque de paralysie du système. Pour résoudre ce problème, il faudrait être en mesure de différentier une surcharge transitoire d une panne imminente. En raison des variations des paramètres réseaux (latence, congestion, ) ou de cycle d interrogation trop espacé, il se peut que les indicateurs de charge détenus par le superviseur ne soient pas à jour. L algorithme décisionnel du superviseur peut également être trop lent et donc inefficace. Comment sauvegarder et restaurer les variables d un processus en cours d exécution que l on veut migrer? 6

7 l'implantation CORBA Ce que nous avons choisi d implanter L implantation des mécanismes reposera sur l exemple des Forums abordé en TP. Nous noterons cependant que celui-ci ne constitue pas le meilleur exemple d application répartie car dans notre cas, si un forum est rattaché à un serveur, la notion de répartition de charge disparaît si tous les clients postent sur le même forum. Nous avons choisi de nous concentrer sur la migration dans une optique de tolérance aux pannes. Il s agit de simuler l envoi de messages sur plusieurs forums sachant qu un forum ne dépend que d un serveur. Au début tout se déroule normalement puis nous simulerons une défaillance sur l un des serveurs pour mettre en évidence le mécanisme de migration. Choix retenus Nous avons choisi de créer un trader pour la gestion des requêtes clients et un superviseur dont le rôle est de gérer la migration. Ces deux entités sont indépendantes des serveurs et peuvent éventuellement être délocalisés sur une machine quelconque du réseau. Les clients passent par le trader pour poster chaque message. Le trader regarde alors la liste des forums enregistrés et renvoie une autorisation au client. Le client contacte ensuite directement l objet forum concerné par le biais du serveur de noms. L information de charge est transmise par les serveurs au superviseur à intervalles de temps réguliers. Le superviseur effectue régulièrement un bilan de charge et détermine s il existe des serveurs trop chargés. Si oui, il contacte d abord le trader pour lui dire de refuser les nouvelles requêtes à destination des serveurs malades puis il recherche un receveur potentiel. S il le trouve, il le contacte et lui ordonne d initier la migration. Comment nous l avons implanté Au niveau CORBA Voici un récapitulatif des fonctionnalités de CORBA que nous avons utilisées : Adaptateur d objet : POA Service de nommage : Serveur de nom standard Approche par héritage Les deux premiers points répondent aux exigences de portabilité de notre application sachant que nous n avons pas profité des spécificités offertes par le POA. Le choix de l approche par héritage repose sur le critère temps. 7

8 Au niveau Java La mesure de la charge a été simulée par l intermédiaire d un thread qui appelle sur le superviseur, une méthode incrémentant un compteur. Un autre thread (appelé moniteur) s exécutant sur le superviseur contrôle le niveau de charge des différents serveurs et détermine en fonctions des seuils prédéfinis si des migrations doivent avoir lieu. Le moniteur est déclenché toutes les dix secondes. Ce chiffre résulte d un compromis entre le problème de la réactivité (détection des pannes au plus tôt) et le problème des fausses alertes (migration déclenché sur un serveur momentanément surchargé). Le moniteur choisi une cible pour la migration parmi les serveurs les moins chargés (ceux disposant de la valeur de compteur la plus élevée) ; un serveur cible ne peut être sélectionner qu une fois par bilan de charge. La migration se déroule suivant cet algorithme : 1. Le moniteur transmet séquentiellement au superviseur les couples (migrateur/receveur). 2. Le superviseur contacte le trader et lui indique que la migration de tous les forums rattachés au migrateur est en cours. Les requêtes client sont alors rejetées jusqu à la fin de l opération. 3. Le superviseur contacte le migrateur en lui demandant de stocker les propriétés de chaque forum (titre, thème, modérateur et liste des messages) au niveau de la forum factory. 4. Chaque Forum est enregistré au niveau du serveur de nom si bien que l on ne peut avoir qu une référence par forum. La forum factory commence par délier le forum du serveur de nom et déclenche la création d un nouveau forum sur le receveur en lui passant en paramètres les propriétés sauvegardées précédemment. Une fois la création effectuée, le forum situé sur le migrateur est supprimé et le nouveau forum est enregistré auprès du serveur de nom sous la même référence que le forum détruit. 5. Enfin, le receveur indique au trader que la migration a réussi et que le forum est à nouveau disponible. 8

9 CONCLUSION Après l analyse détaillée des différentes stratégies existantes concernant le load balancing, ce projet nous a permis de mettre en œuvre de manière simple la migration de processus pour établir une tolérance aux pannes. Nous avons pu réaliser l utilité de tels mécanismes et plus généralement les avantages apportés par les architectures distribuées. La spécification CORBA n intègre pas de base les mécanismes de répartition de charge et de migration mais elle offre tous les outils nécessaires à sa mise en place. Notre simulation est fonctionnelle néanmoins les contraintes temporelles initialement fixées, nous ont obliger à restreindre notre cahier des charges. Ainsi nous aurions souhaiter : Effectuer une mesure de charge moyennée pour lisser les variations rapides de charge de chaque serveur et différencier les pics de charges des prémices d une défaillance. On pourrait en effet imaginer conserver un historique des indices de charges. Agir de manière préventive plutôt que curative en fixant deux seuils de charge sur les serveurs, le premier déclenchera une migration partielle des services, l autre déclenchera la migration totale. Appliquer les stratégies de décision plus évoluées pour la sélection des serveurs cibles (prévision de la charge induite). Implanter un mécanisme multi-threadé pour effectuer les migrations. Dans l état actuel de notre programme, le superviseur effectue les migrations de manière séquentielle ; si l une d elle vient à échouer, le superviseur reste bloqué et n effectue pas les migrations suivantes. La solution consiste à créer un thread par couple migrateur/receveur et d utiliser un mécanisme de callback pour s assurer du bon déroulement de la migration. 9

Cahier de charges Projet 24

Cahier de charges Projet 24 Cahier de charges Projet 24 Répartition automatique de surcharge sur serveur web virtualisé Etudiants : KAOUACHI Youssef ELFELLAH Amine Encadré par : M. HAYEL Yezekael Année universitaire : 2008/2009 I-

Plus en détail

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA MEAD : un intergiciel temps-réel et tolérant aux pannes pour CORBA Master 2 Informatique Recherche Université de Marne-la-Vallée Vendredi 3 mars 2006 Plan 1 Introduction 2 Solutions existantes 3 Concilier

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Microsoft France Division DPE Table des matières Présentation... 2 Objectifs... 2 Pré requis... 2 Quelles sont les principales

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites TP N 57 Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites L objet de ce TP est d optimiser la stratégie de déploiement et de renouvellement d une constellation de satellites ainsi que les

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications.

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. La supervision est la «surveillance du bon fonctionnement d un système ou d une activité». Elle permet de surveiller,

Plus en détail

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2.

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2. ACTUALITÉS LANDPARK Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril 2015 Nouvelle version Landpark Helpdesk Landpark vous associe aux meilleurs logiciels de Gestion de Parc

Plus en détail

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis Conception des systèmes répartis Principes et concepts Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT Octobre 2012 Gérard Padiou Conception des systèmes répartis 1 / 37 plan

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE En tant qu outils d aide à la décision, les tableaux de bord doivent répondre rapidement. Pour participer à cet effort de réactivité en termes

Plus en détail

Projet OpNet. Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET

Projet OpNet. Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET Projet OpNet Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET 1Présentation...3 1.1Le besoin de mobilité...3 1.2Le protocole IP Mobile...4 1.3Opnet...5 1.4Le projet...6 2La réalisation du

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

UT Installation et paramétrage logiciel de sauvegarde INSTALLATION ET PARAMETRAGE LOGICIEL DE SAUVEGARDE. Groupe PROGMAG

UT Installation et paramétrage logiciel de sauvegarde INSTALLATION ET PARAMETRAGE LOGICIEL DE SAUVEGARDE. Groupe PROGMAG GUIDE UTILISATION POINT DE VENTE INSTALLATION ET PARAMETRAGE LOGICIEL DE SAUVEGARDE SOMMAIRE 1 Créer une tâche de sauvegarde... 4 1.1 Paramètres de la tâche... 4 1.1.1 Nommer la tâche... 4 1.1.2 Emplacement

Plus en détail

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire BENEFICES POUR LES DSI Réussir les projets de gouvernance dans les délais et les budgets Démarrer de manière tactique tout en

Plus en détail

Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes

Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes Philippe Quéinnec Télécommunication et Réseaux 2e année ENSEEIHT 24 février 2014 Inspiré de cours de G. Padiou, Ph. Mauran

Plus en détail

Résolution des problèmes liés aux imprimantes www.ofppt.info

Résolution des problèmes liés aux imprimantes www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail aux imprimantes DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Diagnostiquer un problème Sommaire 1. Introduction...

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

PLATEFORME DE SUPERVISION

PLATEFORME DE SUPERVISION PLATEFORME DE SUPERVISION ACCOR SOLUTIONS - Page 1/10 - PRESENTATION GENERALE SMART VE est une plateforme de supervision développée par Accor, spécifiquement dédiée aux infrastructures de recharge pour

Plus en détail

Besoin de concevoir des systèmes massivement répartis. Comment tester le système? Solution. Évaluation de systèmes répartis à large échelle

Besoin de concevoir des systèmes massivement répartis. Comment tester le système? Solution. Évaluation de systèmes répartis à large échelle Besoin de concevoir des systèmes massivement répartis. Évaluation de systèmes répartis à large échelle Sergey Legtchenko Motivation : LIP6-INRIA Tolérance aux pannes Stockage de données critiques Coût

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 SAS Cost and Profitability Management, également appelé CPM (ou C&P), est le nouveau nom de la solution SAS Activity-Based Management. Cette version

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Architecture des calculateurs

Architecture des calculateurs Chapitre 1 Architecture des calculateurs 1.1 Introduction Ce paragraphe n a pas la prétention de présenter un cours d informatique. D une manière générale, seuls les caractéristiques architecturales qui

Plus en détail

Document d évaluation système

Document d évaluation système CODAZZI Rama DAMOTTE Alan GUI Kai HAMMERER Jérémy TORCK Quentin RICM5 Document d évaluation système Groupe 2 Site de vente de stickers personnalisés My Stick It ETAT DE CHAQUE COMPOSANT : NON REALISE,

Plus en détail

Manuel d utilisation DeveryLoc

Manuel d utilisation DeveryLoc Manuel d utilisation DeveryLoc Page 1/37 Version Numéro de la version Date de modification Modification apporté Version v.1 Le 1 juillet 2004 Version v.2 Le 1 Juin 2006 Page 2/37 SOMMAIRE 1. SE CONNECTER

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Success story client : développement d applications Web avec mode déconnecté Depuis quatre ans, les applications de guichet pour

Plus en détail

Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS

Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS Sauvegarde collaborative entre pairs 1 Sauvegarde collaborative entre pairs Ludovic Courtès LAAS-CNRS Sauvegarde collaborative entre pairs 2 Introduction Pourquoi pair à pair? Utilisation de ressources

Plus en détail

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO «Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 1 Python : généralités 1989 : Guido Van Rossum, le «Python Benevolent Dictator for Life» Orienté objet, interprété, écrit en C Mêle

Plus en détail

«Scale-to-fit» Storage

«Scale-to-fit» Storage LIVRE BLANC «Scale-to-fit» Storage Faites évoluer votre stockage de façon totalement transparente grâce au «Scale-to-Fit» de Nimble Storage. Ce livre blanc explique comment les solutions Nimble Storage

Plus en détail

Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL

Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL Métrologie réseaux GABI LYDIA GORGO GAEL Métrologie Définition : La métrologie est la science de la mesure au sens le plus large. La mesure est l'opération qui consiste à donner une valeur à une observation.

Plus en détail

http://manageengine.adventnet.com/products/opmanager/download.html?free

http://manageengine.adventnet.com/products/opmanager/download.html?free Introduction Opmanager est un outil de supervision des équipements réseau. Il supporte SNMP, WMI et des scripts ssh ou Telnet pour récupérer des informations sur les machines. Toutefois les machines doivent

Plus en détail

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process AVANTAGE PRODUCTION Siège social : 15 rue ampère - 60800 Crépy en Valois Tel: + 33 (0)1 76 77 26 00 - info@avantageproduction.com SARL au

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Vers une IT as a service

Vers une IT as a service Vers une IT as a service 1 L évolution du datacenter vers un centre de services P.2 2 La création d une offre de services P.3 3 La transformation en centre de services avec System Center 2012 P.4 L évolution

Plus en détail

Administration et sécurité des réseaux M&K ELHDHILI

Administration et sécurité des réseaux M&K ELHDHILI Administration et sécurité des réseaux 1 Plan du cours Chapitre 1: Introduction à l administration des réseaux Domaines d activités Organisation logique (criètères, types de décisions ) Architectures et

Plus en détail

Guide ELD. Mail.net : l adresse publique du conseiller

Guide ELD. Mail.net : l adresse publique du conseiller Direction de la Sécurisation des Parcours Professionnels Guide ELD Mail.net : l adresse publique du conseiller CCE du 4 décembre 04 Novembre 04 Mail.net : Le guide de l ELD Préambule : Ce guide est à destination

Plus en détail

Modèle Client-Serveur Partage du serveur entre clients

Modèle Client-Serveur Partage du serveur entre clients Modèle Client-Serveur Partage du serveur entre clients Un serveur peut servir plusieurs clients Vu d un client particulier client requête réponse serveur Vu du serveur Gestion des requêtes (priorité) Exécution

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

«Commande» se rapporte à un bon de commande ou à une commande créée sur un site Internet Interoute.

«Commande» se rapporte à un bon de commande ou à une commande créée sur un site Internet Interoute. 1 DESCRIPTION Le Centre de données virtuel d Interoute permet aux Clients de bénéficier d un ensemble flexible de ressources informatiques dans le «cloud», sans la complexité et les coûts associés à un

Plus en détail

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed 6, bd maréchal Juin F-14050 Caen cedex 4 Spécialité Informatique 2 e année Rapport de projet Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed Suivi ENSICAEN

Plus en détail

L approche processus. Muriel Pinel Laurent Tabourot

L approche processus. Muriel Pinel Laurent Tabourot L approche processus Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Des exigences venues de l ISO La Norme ISO 9001 v 2000 «encourage l'adoption d'une approche processus lors du développement, de la mise en

Plus en détail

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle

VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle 212 VMware vsphere 5 Maîtrisez l exploitation de votre infrastructure virtuelle Quoi qu'il en soit, gardez à l esprit que nous n avons pas voulu favoriser une technologie en particulier. Cependant, nous

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

Programmation parallèle et distribuée

Programmation parallèle et distribuée Programmation parallèle et distribuée (GIF-4104/7104) 5a - (hiver 2015) Marc Parizeau, Département de génie électrique et de génie informatique Plan Données massives («big data») Architecture Hadoop distribution

Plus en détail

NFP 121. Java et les Threads. Présentation : Thierry Escalarasse Mai 2007

NFP 121. Java et les Threads. Présentation : Thierry Escalarasse Mai 2007 NFP 121 Java et les Threads Présentation : Thierry Escalarasse Mai 2007 Plan du cour Présentation de la notion de Threads La classe Thread L interface Runnable Les états d un thread La Synchronisation

Plus en détail

SOLUTION POUR CENTRE D'APPEL

SOLUTION POUR CENTRE D'APPEL SOLUTION ON DEMAND 14 rue Henri Pescarolo 93370 Montfermeil FRANCE 00 33 9 70 19 63 40 contact@saascall.com SOLUTION POUR CENTRE D'APPEL SOLUTIONS SAASCALL Moteur de Distribution SaaScall SaaScall Contact

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

PLAN CONDUITE DE PROJET

PLAN CONDUITE DE PROJET PLAN CONDUITE DE PROJET Ce guide complète le cours, il donne une marche à suivre qui peut être adaptée si vous choisissez une méthode particulière ETUDE PREALABLE ANALYSE FONCTIONNELLE ANALYSE DETAILLEE

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Information Presse. Paris, le 19 octobre 2005

Information Presse. Paris, le 19 octobre 2005 Information Presse Paris, le 19 octobre 2005 Tokheim se concentre sur la gestion des interventions afin d optimiser son Service Après-Vente au niveau européen : pour atteindre son objectif, il choisit

Plus en détail

WWW - Intérêts du Web

WWW - Intérêts du Web WWW - Intérêts du Web client universel facilité d'emploi standards ouverts intégration des autres services Internet extensibilité du système faibles coûts logiciel et réseau utilisation au sein d'une entreprise

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Point sur la virtualisation

Point sur la virtualisation Le 04/03/2013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Point sur la Objectif 04/03/2013 26/03/2013 virtualisation

Plus en détail

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R Architecture des ordinateurs Licence Informatique - Université de Provence Jean-Marc Talbot Optimisation : pipeline jtalbot@cmi.univ-mrs.fr L3 Informatique - Université de Provence () Architecture des

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel Les VLAN Sommaire 1.Concept des VLAN 1.1.Introduction au VLAN virtuel 1.2.Domaines de broadcast avec VLAN et routeurs 1.3.Fonctionnement d un VLAN 1.4.Avantages des LAN virtuels (VLAN) 1.5.Types de VLAN

Plus en détail

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 FileMaker Pro 13 Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 2007-2013 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

La taille du journal application de l observateur des événements de Windows doit être suffisante pour contenir tous les messages.

La taille du journal application de l observateur des événements de Windows doit être suffisante pour contenir tous les messages. Les alertes Les alertes vont être définies afin de déclencher un traitement automatique pour corriger le problème et/ou avertir un opérateur qui sera en mesure d agir rapidement afin de résoudre le problème.

Plus en détail

Minte Bafodé Ghoraf Mouhsin. Compte rendu TP de sauvegardes

Minte Bafodé Ghoraf Mouhsin. Compte rendu TP de sauvegardes Minte Bafodé Ghoraf Mouhsin Compte rendu TP de sauvegardes 1 SOMMAIRE : Contexte. 3 Introduction...3 Objectif.. 3 I. La sauvegarde et la restauration des données et informations personnelles. 4 A. La sauvegarde

Plus en détail

TP4 : Installer configurer un contrôleur de domaine

TP4 : Installer configurer un contrôleur de domaine TP4 : Installer configurer un contrôleur de domaine Savoir faire : Installer et configurer un solution d administration sécurisée à distance du système d un serveur et d une solution technique d accès

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

Retour d expérience RATP. Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats.

Retour d expérience RATP. Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats. Retour d expérience RATP Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats. Les intervenants Alexis Bourgeois Chef de projet MOE (front web)

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

4D v11 SQL Release 6 (11.6) ADDENDUM

4D v11 SQL Release 6 (11.6) ADDENDUM ADDENDUM Bienvenue dans la release 6 de 4D v11 SQL. Ce document présente les nouveautés et modifications apportées à cette nouvelle version du programme. Augmentation des capacités de chiffrement La release

Plus en détail

Guide utilisateur Application Gestion de club. Accès à l application GESTION DE CLUB. Les étapes :

Guide utilisateur Application Gestion de club. Accès à l application GESTION DE CLUB. Les étapes : Accès à l application GESTION DE CLUB Les étapes : 1/ Ouverture d un accès club : En la sollicitant auprès du Comité. Qui fera envoyer par mail les paramètres de connexion au super administrateur. 2/A

Plus en détail

Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source JShaft

Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source JShaft Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source Jérôme Petit, Serge Petit & Serli Informatique, ITMatic Jérôme Petit, Serge Petit & SERLI & ITMatic Serli : SSII

Plus en détail

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES FAMILLE EMC VPLEX Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters DISPONIBLITÉ CONTINUE ET MOBILITÉ DES DONNÉES DES APPLICATIONS CRITIQUES L infrastructure de stockage évolue

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Equilibre de charge. Equilibre de charge statique Equilibre de charge dynamique

Equilibre de charge. Equilibre de charge statique Equilibre de charge dynamique Equilibre de charge Equilibre de charge statique Equilibre de charge dynamique Approches centralisées Approches distribuées Approches semi-distribuées Jaillet Info53 - L3 Informatique - 2006 1 Equilibre

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Il existe actuellement plusieurs méthodes pour accéder à un serveur de contenu proche du client.

Il existe actuellement plusieurs méthodes pour accéder à un serveur de contenu proche du client. Yan Chen, Randy H. Katz, John D. Kubiatowicz. Dynamic Replica Placement for Scalable Content Delivery. In Peer-to-Peer Systems: First International Workshop, IPTPS 2002. Le domaine abordé par l article

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Windows serveur 2008 installer hyperv

Windows serveur 2008 installer hyperv Windows serveur 2008 installer hyperv 1 Description Voici la description fournit par le site Microsoft. «Windows Server 2008 Hyper-V est le moteur de virtualisation (hyperviseur) fourni dans Windows Server

Plus en détail

DEVELOPPEMENT ET MAINTENANCE DE LOGICIEL: OUTIL DE PILOTAGE

DEVELOPPEMENT ET MAINTENANCE DE LOGICIEL: OUTIL DE PILOTAGE DEVELOPPEMENT ET MAINTENANCE DE LOGICIEL: OUTIL DE PILOTAGE Développement et maintenance de logiciel Automne 2006 François-Xavier RIU Thomas POUPART Seng LAO Zhe WU SOMMAIRE Introduction Introduction INTRODUCTION

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce

Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce Année 2007-2008 Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution approchée par algorithme génétique du problème du voyageur de commerce B. Monsuez Projet informatique «Voyageur de commerce» Résolution

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

LIVRE BLANC. La garantie de la meilleure performance réseau pour les applications Cloud

LIVRE BLANC. La garantie de la meilleure performance réseau pour les applications Cloud LIVRE BLANC La garantie de la meilleure performance réseau pour les applications Cloud TABLE DES MATIERES I. Présentation... 3 II. Les besoins : inspection approfondie des paquets (DPI), Qualité de Service

Plus en détail

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE

Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012. Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mission Val de Loire 81 rue Colbert BP 4322 37043 TOURS CEDEX 1 Siret 254 503 048 00012 Cahier des charges MAINTENANCE INFORMATIQUE Mai 2013 Table des matières Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Objectifs...

Plus en détail

Manuel d utilisation. Version 4.0

Manuel d utilisation. Version 4.0 Manuel d utilisation Version 4.0 Table des matières Les principaux boutons de l interface Mazeberry... 3 Connexion... 4 Mot de passe perdu... 5 Mon compte utilisateur... 6 Gestion Multi-utilisateurs...

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Introduction à l Informatique

Introduction à l Informatique Introduction à l Informatique. Généralités : Etymologiquement, le mot informatique veut dire «traitement d information». Ceci signifie que l ordinateur n est capable de fonctionner que s il y a apport

Plus en détail

Filtres dans Alert. Micromedia International Document technique. Auteur: Pierre Chevrier. Pages : 12. Société : Micromedia International

Filtres dans Alert. Micromedia International Document technique. Auteur: Pierre Chevrier. Pages : 12. Société : Micromedia International Micromedia International Document technique Auteur: Pierre Chevrier Pages : 12 Société : Micromedia International Date : 06/10/20144 Réf. : ETT_20141006_000001_fr.docx Filtres dans Alert Ce document décrit

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Installation de serveurs DNS, WINS et DHCP sous Windows Server 2003

Installation de serveurs DNS, WINS et DHCP sous Windows Server 2003 Installation de serveurs DNS, WINS et DHCP sous Windows Server 2003 Contexte : Dans le cadre de l optimisation de l administration du réseau, il est demandé de simplifier et d optimiser celle-ci. Objectifs

Plus en détail

Antoine Morel Ingénieur Commercial DVI

Antoine Morel Ingénieur Commercial DVI Hébergement «Solutions flexibles et évolutives» Antoine Morel Ingénieur Commercial DVI 1 Expert Internet depuis 1996 O.T. propose aux entreprises des prestationsd'hébergementet d'infogéranceenrichies de

Plus en détail