I N T E R N AT I O N A L INTERNATIONALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I N T E R N AT I O N A L INTERNATIONALES"

Transcription

1

2 I N T E R N AT I O N A L ASSOCIATIONS INTERNATIONALES 17E ANNÉE TH YEAR M A I 5 M A Y SOMMAIRE CONTENTS La Primauté du Droit, idée-force du progrès, par Sean MacBri The rule of law, unrlaying ia of progress, by Sean MacBri (Summary) L'UIT a cent ans Official information compiled by the principal intergovernmental organizations for the benefit of NGOs Informations officielles sélectionnées à l'intention s ONG par les principales organisations intergouvernementales OCDE UNHCR AIEA Nouvelles organisations internationales New international organizations Second supplement to the Yearbook of International Organizations edition; changes of address and title Deuxième supplement à l'annuaire s Organisations internationales édition : changements d'adresse et titre Bibliography Bibliographie Fifth Supplement to the Annual International Congress Calendar edition Cinquième supplément au Calendrier annuel s réunions internationales, édition MENSUEL publié por Union s Associations Internationales 1, rue aux Laines, Bruxelles 1 Abonnement 1 on : 350 FB, 35 NF, 30 FS Published MONTHLY by Union of International Associations 1, rue aux Laines, Bruxelles 1 Annual subscription : $ 8 or 50/-

3 LA PRIMAUTÉ DU DROIT IDÉE-FORCE DU PROGRÈS par Sean MACBRIDE Secrétaire général la Commission internationale Juristes. L'utilité s congrès, c'est peut-être en premier lieu servir jalons, points repère, dans la vie s organisations internationales. Notre rnier congrès, celui que nous venons d'organiser à Bangkok, du 15 au 19 février rnier, pour les juristes s pays du Sud-Est Asiatique et du Pacifique, s'inscrit ainsi à la suite plusieurs autres congrès internationaux qui, tous, ont marqué une étape importante notre histoire. Cette notion la Primauté du Droit en anglais Rule of Law évoque instinctivement, non seulement pour les juristes mais on peut dire pour tout le mon, une certaine conception l'existence où la suprématie d'un principe s'oppose à l'arbitraire et régit à la fois les rapports entre le pouvoir et les individus et les rapports s nations entre elles. C'est ce concept que la Commission internationale juristes s'est donné pour mission défendre et propager dans le mon entier. En soi, et surtout pour un juriste, ce concept a cependant le défaut planer dans les limbes l'idéalisme émotionnel et, par conséquent, risquer n'être pas une pierre touche suffisamment sûre et incontestable pour servir critère à l'action pratique. Bien qu'idéaliste par vocation, le juriste a professionnellement besoin connaître sans ambiguïté les termes la loi qu'il est chargé défendre ou d'interpréter. Pour les juristes la Commission internationale, notre texte essentiel référence, nous le trouvons dans la Déclaration universelle s Droits l'homme, proclamée le 10 décembre 1948 par les Nations Unies, et qui stipule «qu'il est essentiel que les droits Summary in English page 280 l'homme soient protégés par un régime droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression». Ce «régime droit» en anglais «rule of law» voilà précisément notre domaine, et l'une s premières tâches la Commission internationale a été définir en termes concrets et en termes métier quel pouvait et vait être ce régime droit propre à garantir les droits l'homme, quelles étaient les institutions, les procédures et les techniques juridiques nécessaires à son fonctionnement, en M. Sean MacBri, à gauche, avec M. V.M. Kages, Secrétaire exécutif la Commission internationale juristes. 262 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS, 1965, No. 5

4 Sean MacBri, en tant que Ministre s Affaires Etrangères la République d'irlan a participé à l'élaboration la Convention Européenne s Droits l'homme et a signé celle-ci au nom son gouvernement. On reconnaît la signature Sean MacBri sur la page droite (2 e nom) du. document officiel ci-ssus. Sean MacBri a été également négociateur et signataire s traités internationaux, suivants : Convention européenne coopération économique (Paris, 1948), Statut du Conseil l'europe (Londres, 1949), Convention Genève pour la protection s victimes la guerre (Genève, 1949). un mot, ce qu'il fallait entendre par Primauté du Droit et quelles étaient les implications pratiques ce concept abstrait. C'est donc une doctrine juridique très complète, et assortie la méthodologie appropriée, qui s'est ainsi élaborée au cours ces rnières années et qui est aujourd'hui très largement reconnue et acceptée. Ce vocable la Primauté du Droit meure ainsi comme un terme commo et évocateur, mais qui peut effectivement être défini comme exprimant cet ensemble principes, institutions et procédures, non pas toujours intiques, mais en nombreux points similaires, que l'expérience et les traditions s juristes s divers pays du mon, ayant souvent euxmêmes s structures politiques et s conditions économiques différentes, se sont révélés essentiels pour protéger l'individu contre un gouvernement arbitraire et pour lui permettre jouir sa dignité d'homme. Les divers congrès internationaux tenus sous l'égi la Commission ont marqué le cheminement cette élaboration doctrinale tant sur le plan théorique que pratique. ASSOCIATIONS INTERNATIONALES, 1965, N 5 263

5 C'est à l'issue d'un congrès juridique international tenu à Berlin-Ouest en 1952 que la Commission a été créée, sous une forme encore embryonnaire, et avec pour première mission poursuivre une enquête sur les déficiences la justice en Allemagne orientale et dans d'autres pays l'europe l'est. Mais, dès le départ, il apparut qu'un organe international né d'une initiative spontanée et exprimant l'inquiétu que provoquaient parmi les juristes du mon entier s violations s droits l'homme, ne pouvait ni ne vait limiter son attention et son action à une zone géographique ou à un système juridique donné. Etant donné que les libertés fondamentales sont également précieuses dans tous les pays, et que nulle part elles ne sont invulnérables, l'action la Commission doit nécessairement s'étendre à toutes les parties du mon, et elle impose la mobilisation s juristes du mon entier. Le congrès d'athènes, en 1955, affirmait hautement cette idée, rappelait aux juges et aux avocats leur voir préserver leur indépendance et d'assurer en tout état cause le respect et la défense s droits la personne humaine, et formulait en même temps les conditions minimum nécessaires pour sauvegarr la Primauté du Droit et protéger l'individu contre l'arbitraire l'etat. La conférence européenne Vienne, en 1957, vait définir, pour notre époque, le juste équilibre qu'il importe maintenir entre la liberté individuelle et la sécurité l'etat, et énonçait les règles conduite à appliquer dans ce domaine. Le congrès New-Delhi, en 1959, vint apporter une définition très complète du principe la Primauté du Droit et ses implications pratiques dans le domaine légal. Il vait également en élargir la portée traditionnelle en spécifiant que la Primauté du Droit était un principe dynamique qui doit être mis en œuvre, non seulement pour préserver et promouvoir, les droits civils et politiques l'individu dans une société libre, mais aussi pour établir les conditions économiques, sociales et culturelles pouvant permettre à l'individu réaliser ses aspirations légitimes et préserver sa dignité d'homme. Le congrès africain Lagos, en 1961, confirmait l'adhésion s juristes africains à ces principes, en soulignant quails, vaient prévaloir dans toute société, quel que soit le gré liberté qui y règne. Le congrès Rio Janeiro, en 1962, proclamait à son tour qu'il incombait aux juristes non seulement d'assurer l'application ces principes dans l'exercice quotidien leur profession, mais aussi d'air leurs concitoyens toute leur autorité dans la création techniques, d'institutions et conceptions juridiques nouvelles, adaptées à un mon en évolution et faites pour inspirer et promouvoir le progrès économique et la justice sociale. Enfin, la conférence asiatique Bangkok, réunie en vue d'examiner l'application cette idée-force qu'est la Primauté du Droit dans les pays d'asie et dans la région du Pacifique, ainsi que ses rapports droit avec le développement économique et le progrès social. Ainsi peut-on suivre, congrès en congrès, l'évolution d'une pensée juridique toujours plus précise et complète, en même temps que l'expansion prise par la Commission internationale, tant en ce qui concerne l'étendue sa zone d'action que l'ampleur ses activités. On peut dire aujourd'hui que les quelque juristes tous les continents qui, soit individuellement, soit groupés dans s sections nationales, soutiennent l'action la Commission internationale, sont dans une très large mesure réellement représentatifs la profession et la pensée juridique mondiales. Cependant, notre rnier congrès, qui a réuni à Bangkok plus cent juristes éminents venus seize pays du Sud-Est Asiatique, sans compter les nombreux observateurs qui ont suivi ses. travaux soit à titre privé soit au titre diverses organisations internationales, mérite sans doute une attention particulière. Les conclusions auxquelles il a abouti à l'issue débats conduits en toute franchise et en toute liberté, vraient en effet avoir profons répercussions tant sur l'évolution s pays cette région que sur l'orientation s futurs travaux notre Commission. Sans entrer dans les détails ni aborr les questions technique juridique, on peut souligner quelques-unes ses plus importantes prises position. Tout d'abord, le principe la Primauté du Droit a été reconnu comme la véritable idéeforce 'du progrès, et comme offrant la métho la plus efficace et la plus sûre pour atteindre les objectifs développement économique qui 264 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS, 1965, No. 5

6 sont ceux s pays du Sud-Est Asiatique comme tous les pays en voie mornisation. La nécessité reconnaître et faire respecter les droits économiques, sociaux et culturels l'individu, au même titre que ses droits civils et politiques, a été hautement affirmée comme un s impératifs du mon morne. La justice sociale apparaît désormais comme faisant partie intégrante la justice tout court. Les droits fondamentaux la personne humaine dans le domaine économique comme dans le domaine politique, sont indissolublement liés, et il serait inadmissible, et d'ailleur finalement inefficace, qu'un progrès dans un domaine soit atteint au prix d'un recul dans un autre. Le principe la Primauté du Droit, et les procédures élaborées conformément à ce principe, constituent la sauvegar cet équilibre, et la promesse sa réalisation. Devant les nouvelles exigences d'un mon en évolution, nouvelles tâches et nouvelles responsabilités attennt le juriste. S'il veut pleinement remplir sa vocation, en accord avec le principe la Primauté du Droit, le juriste doit s'engager résolument dans l'action pour participer, au sein sa collectivité, à la lutte contre la faim, la pauvreté et l'ignorance et utiliser son talent et sa compétence pour inspirer et promouvoir la législation stinée à créer le cadre grâce auquel le progrès pourra s'épanouir et ses concitoyens accér à leur pleine dignité d'hommes, Le congrès Bangkok a ainsi ouvert nouveaux horizons en élargissant les objectifs traditionnels la Primauté du Droit et la conception classique la fonction juridique et du rôle assigné au juriste, particulièrement dans les sociétés en voie développement, et en montrant comment cette idée-force pouvait et vait être utilisée au service la justice et du progrès. Une autre question, qui présente en fait une importance toute particulière dans la conjoncture internationale actuelle, a été spécialement étudiée au congrès Bangkok; c'est celle la protection s droits l'homme au niveau international. A l'origine, en effet, il s'agissait essentiellement d'assurer la protection l'individu contre l'arbitraire l'etat. Mais ce besoin se fait sentir aujourd'hui avec une ampleur et un caractère d'urgence inquiétants. A l'heure actuelle, c'est bien la reconnaissance ou la nonreconnaissance s Droits l'homme, qu'il s'agisse par exemple s problèmes s minorités raciales, religieuses ou autres, ou même du droit s gens à vivre librement sous le régime politique leur choix, qui est véritablement à l'origine s tensions internationales et même s conflits armés que l'on constate un peu partout, avec les risques d'une guerre généralisée. L'enjeu n'est plus seulement le respect la personne humaine prise individuellement, mais le sort l'humanité. C'est venu une affaire portée mondiale. Or, si la Déclaration universelle représente toujours «l'idéal commun à atteindre par tous les peuples», les instruments et les mécanismes juridiques nécessaires pour en assurer la mise en œuvre et l'application font encore cruellement défaut. Dans ce sens, le congrès Bangkok a formulé entre autres ux recommandations pratiques dont la réalisation constituerait, sinon la formule idéale, du moins s mesures d'une efficacité pratique indiscutable pour renforcer, à l'échelon international, la protection s Droits l'homme et qui, à ce titre, méritent sans aucun doute d'être retenues. La première vise à l'établissement d'une convention régionale s Droits l'homme, ouverte à tous les pays du Sud-Est Asiatique et du Pacifique et assortie, à l'exemple la convention européenne s Droits l'homme, s mécanismes et s voies recours appropriés pour en assurer l'application. La secon vise à la création, dans le cadre l'onu, d'un Haut Commissariat pour les Droits l'homme, dont le statut serait voisin celui du Haut Commissariat l'onu pour les Réfugiés, et qui serait premièrement chargé, avec toutes les garanties d'indépendance et d'impartialité nécessaires, contrôler l'exécution s dispositions contenues dans la Déclaration universelle s Droits l'homme. Certainement, une telle institution pourrait-elle jouer un rôle très positif pour air à la solution s problèmes brûlants et s différends aigus qui se posent, non seulement dans une région troublée comme le Sud-Est Asiatique, mais dans le mon troublé où nous vivons, et pour air ainsi au maintien la paix mondiale. ASSO CIATI ONS INTE RNA TION ALES, 1965, No 5 265

7 Le 17 mai 1865, les délégués vingt pays se réunirent à Paris. Au nombre s Etats représentés, on relève le Grand-Duché Ba, le Duché Saxe, le Royaume Wurtenberg et le Royaume Uni Norvège et Suè. La délégation turque avait fait à cheval une partie du trajet. En 16 séances, les délégués se sont mis d'accord sur tous les points notamment sur l'adoption du co Morse et d'un tarif télégraphique européen. La 2 e conférence réunie à Vienne en 1868 décida doter l'union d'un siège et d'un secrétariat. Ce «bureau» fui installé à Berne et meura sous le contrôle du gouvernement suisse jusqu'en Ce premier secrétariat ne comptait que trois fonctionnaires, tous nationalité suisse. Ci-ssus, les chefs délégation à la première conférence l'union à Paris. L'UIT A 100 ANS Quelques jalons l'histoire l'uit 1837 Premier télégraphe électrique Le télégraphe est utilisé pour la première fois sur le plan international Paris, 17 mai Fondation l'union télégraphique internationale par vingt Etats qui signent la première Convention. Premier Règlement télégraphique Conférence Vienne. Le Bureau l'union est établi à Berne Conférence Rome Conférence Saint-Pétersbourg. Nouvelle Convention qui reste inchangée jusqu'en Invention du téléphone par Alexanr Graham Bell La Conférence administrative Berlin arrête les premières dispositions l'uit concernant le service téléphonique international Premières transmissions sans fil, 1903 Berlin, Conférence préliminaire concernant la télégraphie sans fil réunissant neuf Etats. 266 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS, 1965, No. 5

8 Quelques jalons l'histoire FUIT " 1906 Berlin, Première Conférence radiotélégraphique internationale avec. la participation vingt-sept Etats. Elaboration d'une Convention radiotélégraphique et d'un «Règlement service». Adoption du signal SOS. * 1912 Catastrophe du «Titanic». Conférence radiotélégraphique Londres. Amélioration du Règlement Berlin.» 1924 Paris. Création du CCIF (Comité consultatif international téléphonique). «1925 Paris. Création du CCIT (Comité consultatif international télégraphique). * 1927 Conférence radiotélégraphique Washington, avec la participation quatre-vingts Etats. Création du CCIR (Comité consultatif international s radiocommunications). Réunis à Genève en octobre 1963, 400 délégués 70 pays participant Première attribution, s fréquences à la Conférence spatiale convoquée par l'ult ont attribué s bans radioélectriques aux divers services fréquences aux fins leur utilisation dans l'espace extra-atmosphérique et ont révisé en partie les dispositions pertinentes du Règlement radiocommunications. s radiocommunications, document fondamental régissant l'exploitation * 1932 Conférences Madrid, L'organisation prend le nom d'union s fréquences radioélectriques dans le mon. internationale s télécommunications. Première Nouvelle liste internationale s fréquences. Création Convention internationale unique s télécommunications. Nouveaux Règlements s radiocommunicacord avec l'organisation s Nations Unies. du Conseil d'administration. Approbation d'un actions., télégraphique et téléphonique. * 1938 Conférences administratives télégraphiques et téléphonique et s radiocommunications du Caire. * 1947 Conférences dé plénipotentiaires et s radiocommunications d'atlantic City. Création du Comité international d'enregistrement s fréquences (IFRB) Le siège l'union est transféré à Genève 1952 Conférence plénipotentiaires Buenos Aires Genève. Fusion du CCIF et du CCIT en un seul organisme : le CCITT (Comité consultatif international télégraphique et téléphonique) 1958 Conférence télégraphique et téléphonique Genève Conférences plénipotentiaires et dès radiocommunications, à Genève Le nouveau bâtiment du siège est ouvert à Genève Conférence s radiocommunications spatiales. Genève. Le siège l'uit, place d e s Nations, Genève (Suisse), a été inauguré en mai A droite, le Palaix s Nations. ASSOCIATIONS INTERNATIONALES, 1965, N O 5 267

9 Organisation Coopération et Développement Economiques (l er juillet au 31 décembre 1964) Réunion ministérielle l'ocde Sous la présince M. J. Luns, Ministre s Affaires Etrangères s Pays-Bas, le Conseil l'ocde a tenu sa quatrième réunion à l'échelon ministériel, les 2 et 3 décembre La situation économique s pays Membres l'organisation leurs relations économiques entre eux, ainsi qu'avec le reste du mon ont fait l'objet s discussions s Ministres. Le Secrétaire Général l'ocde, M. Kristensen, a dressé le bilan s activités l'organisation au cours l'année écoulée et les Ministres ont précisé les orientations à donner à ces travaux pour l'année à venir..«nous avions décidé, il y a bientôt einq ans», a déclaré M. Luns, «constituer une organisation pays à économie libre, ayant entre eux s intérêts communs évints et, au hors, une tâche commune non moins évinte. D'année en année, les pays Membres se rennt mieux compte l'utilité s possibilités consultation et coordination à l'égard s problèmes économiques communs qui sont discutés à l'ocde.» Faisant allusion à l'objectif croissance du Produit National Brut 50 pour cent en 10 ans, que se sont fixés les 21 pays Membres, le Secrétaire Général a déclaré que puis trois ans, le rythme. croissance est conforme à cet objectif et que les perspectives l'année 1965 sont, elles aussi, assez bonnes. L'analyse s rapports économiques entre les pays Membres l'organisation a, en effet, porté essentiellement sur les récentes mesures prises par le Royaume-Uni pour remédier au déficit sa Balance s Paiements. Finalement, les Ministres ont pris note du caractère temporaire et la forme non discriminatoire s surtaxes à l'importation décidées par le Royaume-Uni et du fait que le Gouvernement britannique est fermement résolu à les réduire M, J.M.A.H. Liais, Présint du Conseil s Ministres, Ministre s Affaires Etrangères (Pays-Bas). manière non discriminatoire et à les abolir dès que possible. Ils ont en outre chargé l'organisation suivre près révolution la situation britannique. Cette tâche reviendra plus particulièrement au Grou- 268 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS, 1965, No. 5

10 pe Travail n 3 chargé s questions Balance Paiements, ainsi qu'au Comité Politique Economique. En ce qui concerne l'ai aux pays sous-développés, les ministres ont procédé à un examen la situation telle qu'elle se présente à la suite la Conférence s Nations Unies sur le commerce et le développement. Ils ont chargé l'organisation poursuivre l'analyse s problèmes développement commerciaux, financiers et autres soulevés au cours cette Conférence, et continuer à coordonner les efforts s pays Membres pour formuler s politiques constructives visant à favoriser l'expansion économique s pays en voie développement. On sait que dès avant l'ouverture la Conférence Genève, il y a un an, l'ocde avait déjà tenté cette coordination au sein d'un groupe spécial dit «Groupe Forthomme». Ces efforts ont été poursuivis pendant la Conférence Genève avec la coopération certains pays non Membres tels que l'australie et la Nouvelle- Zélan. Personalia M. Hans Schaffner, Conseiller Fédéral, Chef du Département fédéral l'economie Publique à Berne, a été élu Présint du Conseil l'ocde, à l'échelon ministériel pour Les ux vice-présinces ont été dévolues aux Etats-Unis et au Portugal. L'Ambassaur Roger Ockrent, Chef dc la Délégation Permanente la Belgique auprès l'ocde et M. François Valéry, Ministre Plénipotentiaire, Chef dc la Délégation Permanente la France auprès l'ocde, ont été réélus respectivement Présint et Vice-Présint du Comité Exécutif. Le Conseil l'ocde a nommé le Dr. Wilhelm Hanemann au poste Secrétaire Général Suppléant. Il succè au Dr. Keiser, appelé à occuper un haut poste dans l'administration Economique alleman. Le Dr. Hanemann sera plus particulièrement chargé s questions ayant trait aux échanges et aux paiements. Echange d'information sur les taux fret Les difficiles négociations entamées il y a plus d'un an au sein l'ocde entre quinze puissances maritimes et les Etats-Unis au sujet s échanges d'information recherchées par la Feral Maritime Commission s Etats-Unis ont abouti le 15 décembre à la conclusion d'un arrangement. Cet arrangement a pour objet permettre aux Etats-Unis d'obtenir les renseignements qu'ils désirent par un processus coopération internationale plutôt que faire appel à s mesures unilatérales pour les exiger s Conférences lignes ou s transporteurs. L'arrangement survenu le 15 décembre ne modifie en rien l'opinion que les pays maritimes européens et le Japon peuvent avoir sur la législation américaine et la politique suivie par les Etats-Unis en matière transports maritimes. Prorogation l'accord Monétaire Européen Le Conseil l'ocde a cidé le 15 décembre proroger l'accord Monétaire Européen (AME) jusqu'à la fin l'année 1965 et il a nommé les huit membres du Comité Directeur l'ame pour l'année à venir, M, A. Hay (Suisse) continue d'assurer la Présince du Comité Directeur dont les viceprésints sont MM. J.P. Koszul (France) et H. Parsons (Royaume-Uni), Rédigé dès 1955 en prévision du retour à la convertibilité extérieure s monnaies, entré en vigueur à la fin l'année 1958, l'accord a pour objet général hâter l'établissement et le maintien d'un multilatéralisme intégral s échanges et la convertibilité en fournissant un cadre pour assurer en Europe la coopération monétaire entre les gouvernements et entre les banques centrales. Participation la Finlan Sur l'invitation du Conseil, la Finlan participe puis la fin l'année 1964, à titre d'observateur, aux réunions s Comités la Recherche Scientifique et du Personnel Scientifique et Technique. Bien qu'elle ne soit pas Membre l'ocde, la Finlan participait déjà, en tant qu'observateur, à plusieurs activités l'organisation qui ont trait aux transports maritimes, au bois, aux pâtes et papiers, à l'industrie et à l'équipement. Conférence l'ocde à Washington sur l'automation L'OCDE a organisé à Washington du 8 au 10 décembre 1964 une conférence sur les tâches automatisées et ce qu'elles impliquent en matière politique. Cette conférence était placée sous la présince d'honneur M. Thorkil Kristensen, Secrétaire Général l'ocde, M. Willard Wirtz, Secrétaire d'etat au Travail s Etats-Unis et M. Allan J. MacEachen, Ministre Canadien du Travail. (suite page 271) ASSOCIATIONS INTERNATIONALES, 1965, N O 5 269

11 U N H C R An integration counsellor's work involves not only helping refugees while they are in need but also following up once they have become settled. Here a counsellor in Germany visits a family, who recently moved into a flat provid unr UNHCR programmes, to find out whether the refugees are experiencing any particular difficulties. The advice of a trusted counsellor who has known them through long years of misery in camps, is invaluable in making the transition to normal life. Rwanse refugees settled in the Muyenzi area of Western Tanzania work the earth. The League of Red Cross Societies was UNHCR's partner in setting up this settlement and a local counterpart of one of the major international voluntary agencies is now supervising the project together with Tanzanian authorities. The problem of Rwanse refugees is the largest of the several African refugee situations in which UNHCR is active. 270 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS,.1965, No. 5

12 (suite la page 269) En réunissant en Amérique du Nord près cent cinquante dirigeants ou experts d'organisations patronales et ouvrières, d'universités et d'organismes gouvernementaux, l'ocde entendait recueillir l'avis et l'expérience ces personnalités afin promouvoir les adaptations main-d'œuvre qui vont pair avec l'expansion économique. La question s crédits à l'exportation plus cinq ans Le Groupe l'ocde sur les crédits et garanties crédit à l'exportation s'est réuni pour la troisième fois à Paris les 12 et 13 novembre 1964, sous la présince M. S. Boomstra, Directeur s Finances Extérieures au Ministère s Finances s Pays-Bas. Différentes suggestions ont été faites pour trouver un terrain pratique d'application à la volonté commune à tous les membres du Groupe limiter la tendance à l'allongement s crédits commerciaux et leurs garanties. Le - Groupe vise, en effet, à trouver s solutions qui limitent les effets nocifs sur la concurrence commerciale crédits longue durée tout en soutenant les efforts s pays l'ocde en faveur du développement économique s pays en voie développement. Comment améliorer la commercialisation s produits agricoles Quarante représentants s organisations agricoles, s coopératives et autres organismes, qui ont une responsabilité en matière vulgarisation agricole dans 18 pays Membres l'ocde, se sont réunis au siège l'organisation du 2 au G novembre afin d'étudier le rôle la commercialisation s produits agricoles dans l'économie et rechercher plus précisément comment et dans quelle mesure les services vulgarisation agricole s pays Membres peuvent exercer une action efficace dans ce domaine. M. Edgard Pisani, Présint d'honneur cette session a souligné dans son discours d'ouverture les difficultés auxquelles risquent se heurter les services vulgarisation pour convaincre l'agriculteur que l'acte produire n'est guère plus important et même peut-être moins important que l'acte vendre. Tenter faire sortir l'agriculteur son mon traditionnel pour le tourner vers un mon qui lui est extérieur, celui la transformation et la commercialisation, pour en faire un citoyen comme les autres, est, selon le Ministre français l'agriculture, une s tâches les plus importantes en ce domaine. «Il va falloir créer un lien entre l'agriculteur et son client. Il faudra donner à l'agriculteur la possibilité d'accér au pouvoir économique.» Nouvelles taches pour l'agence Européenne pour l'energie Nucléaire Le 6 e rapport annuel l'agence Européenne pour l'energie Nucléaire (ENEA) a été présenté à l'assemblée Consultative du Conseil l'europe par M. Léo Block, Secrétaire d'etat aux Affaires Etrangères s Pays-Bas. Le Parlementaire britannique Nicholas Ridley a exposé à l'assemblée les conclusions auxquelles était arrivé le Comité Economique du Conseil l'europe concernant les activités l'enea. Il a notamment souligné l'intérêt s progrès réalisés en Europe grâce à l'enea dans l'harmonisation s méthos prélèvement et mesures la radioactivité ambiante. Sur proposition du Rapporteur, l'assemblée a, d'autre part, estimé qu'une attention plus gran vrait être portée par l'enea à la divulgation s progrès réalisés par la compétitivité s centrales nucléaires en matière production d'électricité. Le Comité d'ai au Développement et l'amérique Latine Le Comité d'ai au Développement a consacré sa session s 24 et 25 septembre rnier à l'amérique Latine. Y participèrent, outre les observateurs la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, M. Felipe Herrera, Présint la Banque Interaméricaine Développement (BID) et M. Carlos Sanz Santamaria, Présint du Comité Interaméricain pour l'alliance pour le Progrès (CIAP). Les représentants du CIAP et la BID ont insisté sur la nécessité pour l'europe participer davantage au développement l'amérique Latine. Libération s mouvements capitaux Le Conseil l'ocde a adopté plusieurs mesures qui marquent une nouvelle étape vers une plus gran libération s mouvements capitaux; il a, en effet, décidé d'apporter d'importantes modifications au Co la Libération s Mouvements Capitaux. Des dispositions portant sur nouvelles opérations ont été ajoutées au Co et, d'une manière (suite page 273) ASSOCIATIONS INTERNATIONALES, 1965, N O 5 271

13 Au cours leur séjour en Autriche, Leurs Majestés le roi Phumipol Aduljat et la reine Sirikit Thaïlan ont, visité, le 30 septembre 1964, le siège l'agence internationale l'énergie atomique (AIEA). Celait la première visite officielle du Chef d'etat d'un pays membre l'agence. M. Eklund, Directeur général l'aiea (à droite) montre au roi Phumipol le laboratoire physique médicale au siège l'asence à Vienne. (Photo AIEA) A I E Le Go uv er ne me nt s Pa ys- Ba s a fai t do n en se pte mb re 19 64, à l'a IE A po ur so n lab or ato ire Vie nn e, d'u n ins tru me nt me

14 sur e du trit iu m (u ne for me ra dio act ive l'h ydr og èn e) qui doi t êtr e uti lis é da ns le ca dre s tra va ux po rté e mo ndi ale l'a ge nc e int er nat ion ale l'é ner gie ato mi qu e (AI EA ), vis ant à mo bil ise r les res so urc es en ea u. L'é val uat ion s res so urc es en ea ux so ute rra ine s à l'ai l'in str um ent me sur e du trit iu m ne ser a

15 pa s se ule me nt pr ofi tab le au x pa ys s zo ne s ari s, ma is au ssi au x ré gio ns du mo nd e où ht ma nd e tou jou rs cro iss ant e en ea u, tan t la pa rt du sec teu r ind ust rie l qu e d'a utr es sec - teu rs, ne ma nq ue ra pa s d'e ntr aîn er gr av es pé nu rie s da ns un pr oc he, av eni r. L'A mb ass ad eur s Pa ys- Ba s et Pr ési nt

16 la co nfé ren ce gé nér ale l'a IE A 19 64, M. H. F. Es ch auz ier re me tta nt le co mp teu r au Dir ect eur gé nér al l'a IE A, M. Sig var d. Ekl un d. De ga uc he à dro ite : M. Es ch auzie r et M. Ekl un d. (P hot o AI EA ) 272 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS No. 5

17 (suite la page 271) générale, le gré libération pour les rubriques qui figuraient déjà dans le Co se trouve être à présent sensiblement plus élevé. En outre, une procédure plus souple a été établic, qui donne la possibilité aux pays l'ocde libérer un plus grand nombre rubriques, étant donné leur droit dans certains cas formuler éventuellement par la suite s réserves. On sait que le Co la Libération s Mouvements Capitaux est appliqué puis C'est le premier instrument juridique qui ait été institué et mis en œuvre par une organisation internationale dans le domaine s mouvements capitaux. Les nouvelles mesures que le Conseil vient d'adopter visent à mettre à jour le Co en consolidant les résultats acquis et en faisant en sorte par conséquence gue les mouvements internationaux capitaux puissent répondre façon plus complète aux besoins l'évolution économique actuelle. politique développement s pays en voie développement s'est tenu à Abidjan (Côte d'ivoire) du 3 au 26 août La particularité s séminaires organisés par le Centre Développement tient au fait que ce sont brèves sessions travail qui ont lieu chaque jour directement sur place. Elles permettent ainsi aux fonctionnaires continuer à assumer les tâches importantes dont ils ont la responsabilité. Les experts du Centre, en hors s sessions, poursuivent, chacun selon, sa spécialité, avec leurs partenaires africains un dialogue qui a pour but faciliter le transfert s connaissances et expériences s pays Membres l'ocde en matière développement. Le uxième s séminaires organisés par le Centre Développement l'ocde à l'intention s responsables la à Paris les 2 et 3 décembre 1964 pour discuter les problèmes politique économique, commerce et développement. De gauche à droite : M. Anthony Grosland, Ministre d'etat pour les Affaires Economiques, (Secrétaire Economique, Trésor) (UK), Rt. Hon. James Callaghan, Chancelier l'echiquier (UK), Rt. Hon. Douglas Jay, Présint la Chambre Commerce (UK). ASSOCIATIONS INTERNATIONALES, 1965, N O 5 273

18 A toutes les Organisations Internationales To all International Organizations. Bous avons besoin recevoir We are in need of Vos périodiques, comptes rendus réunions internationales, rapports d'activité, annonces congrès et conférences, nouveaux statuts, etc.. Your periodicals, proceedings of international meetings, reports of activities, announcements of congresses and conferences, new regulations, etc.. a notre nouvelle adresse: To our new address: Pour réaliser ses travaux documentation et d'étus, l'u.a.i. dépend votre ai. In carrying out its documentation and studies, the U.I.A. pends on your help. Veuillez nous mettre sur votre liste d'envoi. Kindly place us on your complimentary mailing list. UNION DES ASSOCIATIONS INTERNATIONALES UNION OF INTERNATIONAL ASSOCIATIONS 1, rue aux Laines, Bruxelles 1, Belgique. Belgium. 274 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS N O. 5

19 La mention d'une organisation dans la présente rubrique n'implique en aucune façon une prise position l'uai à l'égard celle-ci, pas plus qu'elle ne préjuge l'insertion cette organisation dans la prochaine édition /' «Annuaire s Organisations Internationales». Since the tenth edition of the Yearbook of International Organizations closed for press last autumn there has been no cessation in the birth of new bodies, inter-governmental or non-governmental. A first list of newcomers was published in our February 1965 issue. Here is a second list. Boat Shows : During the 3rd International Boat Show, held in Barcelona in February 1905, representatives from five countries found the International Feration of Boat Shows (Feración Internacional Organizadores Salones Nàuticos). The original ia of such a feration had been conceived by Juan A. Samaranch, presint of the Barcelona show, who was elected vice-presint of the new feration. (Une Fédération, internationale s organisateurs salons nautiques a été établie à Barcelone. ) o La jeunesse et l'horticulture ; Les organisations jeunes l'horticulture s différents pays d'europe ont décidé la création d'une Communauté européenne s jeunes l'horticulture (CEJH). D'après les statuts, rédigés le 23 janvier 1965, les services permanents sont fixés successivement dans un s pays membres la Communauté pour une durée dix ans. Le CEJH a pour objet promouvoir ou favoriser le perfectionnement professionnel et la promotion sociale et culturelle s membres s organisations adhérentes. Le Directeur est M. R. Chabot, Union nationale rurale d'éducation et promotion, 7, rue du Louvre, Paris 1 er. (A European Community of Young Horticulturists has been set up with headquarters in Paris.) Peace Research : At a meeting convened in London in December 1964 by the Continuing Committee of the Conferences on Research on International Peace and Security, it was cid to establish a new body, unr the title International Peace Research Association, in orr to increase the quantity of research focused on world peace and to ensure its scien- Mention of an organization, in these columns does not imply, in any way, a judgment of it by the VIA; nor does it necessarily mean that an entry on the organization will appear in the next edition of the Yearbook of International Organizations. tific quality. The Association will also attempt to serve the needs of institutions and individuals engaged in peace research by suggesting important areas of study and by arranging comparative and cooperative programmes of research. The Secretary-General is Prof Dr B V A Roling, Polemological Institute, University of Groningen, Ubbo Emmiussingel 19, Groningen, Netherlands. (Vans le but d'augmenter la quantité s recherches consacrées à la paix, l'international Peace Research Association a été fondée à Londres, en décembre 1964.) o Les média audio-visuels : Une Fondation scientifique, technique et culturelle recherches et promotion, le Centre technique audio-visuel international (CTAVI) a pour objet pro- La rédaction la 10 e édition l'annuaire s Organisations Internationales a été clôturée au cours l'automne Depuis, s organisations internationales nouvelles gouvernementales et non gouvernementales continuent se créer. Dans notre numéro février, nous avons donné une première liste ces nouvelles venues. En voici une secon. ASSOCIATIONS INTERNATIONALES, 1965, N O 5 275

20 mouvoir l'étu, la diffusion et la coordination s média audio-visuels au service l'industrie, s professions et du travail et favoriser à cet effet la coopération internationale. Les services permanents se trouvent 128 A, Frankrijklei, Anvers 1, Belgique. (An International Audio-Visual Technical Centre has been established in Antwerp.) Entertainment Workers : Efforts to organize entertainment workers were reported in the October 1964 issue of International Associations. They finally bore fruit on 11 March 1965 at a conference held in Brussels attend by 70 legates from 17 countries, representing more than 700,000 members, when a permanent International Tra Secretariat for Entertainment Tra Unions was set up. Its main purpose will be to unrtake joint international action to secure the observance of satisfactory terms and conditions of employment of entertainment workers throughout the world. Leslie Littlewood (UK) was elected Presint, and the Director is Alan J Forrest, ICFTU, rue Montagne-aux-Herbes- Potagères, Brussels 1. (Le Secrétariat professionnel international s syndicats du spectacle a été constitué le. 11 mars 1965 à Bruxelles.) o Industries consommation : Les 18 et 19 février rniers les industries biens consommation et marque du Marché commun ont tenu à Zurich un congrès au cours duquel il a été décidé constituer un Groupement s industries consommation du Marché commun. Le groupement a pour objet traiter toutes les questions économiques, commerciales et juridiques concerna n t la fabrication, la distribution et la con sommation s produits marque. Un comité coordination a été créé, dont le siège est fixé 71 av Victor Hugo, Paris XVI. (Meeting in Zurich in February 1965, 5 national institutes for the protection of tra marks in the consumer goods industries established the Common Market Group for Consumer Goods Industries. ) UN Training and Research : With the appointment of Gabriel-Marie d'arboussier (Senegal) as Executive Director and Kenneth Younger (UK) as Chairman of the Board of Trustees the new United Nations Institute for Training and Research (UNITAR) is coming to life. The Institute is signed to meet two principal research needs of the UN : the preparation of research papers for the secretariat on any subject; and a comprehensive review of the files of the secretariat and the specialized agencies. UNI- TAR will also coordinate projects for training diplomatists and administrators from veloping countries, either for national service or for UN service. The Institute will have its headquarters opposite the UN building in New York, and more than $ 3,000,000 have been contributed so far towards initial expenses. (L'Institut formation et recherche s Nations Unies va entrer en fonction.) o Pflegekennzeichnung von Textilien : Ein guter Jahresabschluss war r Arbeit s Internationalen Symposium fur Pflegekennzeichnung beschien. Auf r letzten Zusammenkunft dieses Gremiums in Paris (Dezember 1964) wur beschlossen, eine europäische Gesellsehaft zu grünn, r das Eigentum r Pflegesymbole und die daraus abzuleitenn Rechte übertragen wern soll. Die neue Gesellschaft soll (n Namen «Groupement international s comités na tionaux d 'étiquetage d'entretien s te xtile s» fuhren. Uber die beirseitigen Beziehungen zwischen m Symposium und r neuen Organisation besteht Ubereinstimzmung. Die Aufgaben r jetzt gegrünten Gesellschaft beschranken sich auf Ubernahme, Verwaltung und Schutz r eingetragenen Symbole. (An International Group of National Committees on Textile Tra Marks has been established.) World Wage Research : To provi tra unions with accurate data for effective bargaining and to remove misunrstandings in world tra an International Wage Research Centre was set up in Tokyo at the end of January 1965 by representatives of the International Conferation of Free Tra Unions, the International Metalworkers' Feration and American, German, Japanese and Scandinavian unions. The Centre will have an annual budget of $ 75,000. (Un centre international recherches sur les salaires a été fondé à Tokio, en janvier 1965, à l'initiative la Confédération internationale s syndicats libres et la Fédération internationale s ouvriers sur métaux.) OCAM.- Le 12 février 1965 à Nouakchott, Mauritanie, treize Etats ont paraphé la Charte l'organisation commune africaine et malgache (OCAM). Les responsables l'afrique l'ouest ont décidé créer l'ocam dans le cadre l'organisation l'unité africaine; il s'agit «renforcer la coopération et la solidarité entre les Etats africains et mal- 276 INTERNATIONAL ASSOCIATIONS, No. 5

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE CONVENTION SUR LA PROTECTION DES ENFANTS ET LA COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE (La Haye, le 29 mai 1993) Notification

Plus en détail

Legal Database - Film and Audiovisual law Base de données juridique - Droit du cinéma et de l'audiovisuel

Legal Database - Film and Audiovisual law Base de données juridique - Droit du cinéma et de l'audiovisuel 2. Public funding for the industry 2. Les aides publiques à l industrie 2.5. International cooperation 2.5. Coopération internationale 2.5.1. Co-production agreements 2.5.1. Accords de coproduction 2.5.1.7.

Plus en détail

Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014

Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014 Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014 I. Nom, siège, but et activités Art. 1 Nom et siège 1 Le Nouveau Mouvement Européen Suisse (Nomes) est une association au sens des articles 60

Plus en détail

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français Resolution proposed by the website working group Available in: English - Français EN Proposers: 31 st International Conference of Data Protection and Privacy Commissioners Madrid, Spain 4 6 November 2009

Plus en détail

STATUS VIS-Av -VIS THE HOST STATE OF A DIPLOMATIC ENVOY TO THE UNITED NATIONS (COMMONWEALTH OF DOMINICA v. SWITZERLAND)

STATUS VIS-Av -VIS THE HOST STATE OF A DIPLOMATIC ENVOY TO THE UNITED NATIONS (COMMONWEALTH OF DOMINICA v. SWITZERLAND) 9 JUNE 2006 ORDER STATUS VIS-Av -VIS THE HOST STATE OF A DIPLOMATIC ENVOY TO THE UNITED NATIONS (COMMONWEALTH OF DOMINICA v. SWITZERLAND) STATUT VIS-Av-VIS DE L ÉTAT HÔTE D UN ENVOYÉ DIPLOMA- TIQUE AUPRÈS

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Bill of Rights Examination Regulations Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits C.R.C., c. 394 C.R.C., ch. 394 Current

Plus en détail

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION

Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits. Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appropriation Act No. 1, 1977, Leasing Regulations Règlement sur les baux visés à la Loi no 1 de 1977 portant affectation de crédits C.R.C., c. 320 C.R.C., ch. 320 Current

Plus en détail

Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order. Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec

Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order. Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec SI/2004-55 TR/2004-55

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

General Import Permit No. 13 Beef and Veal for Personal Use. Licence générale d importation n O 13 bœuf et veau pour usage personnel CONSOLIDATION

General Import Permit No. 13 Beef and Veal for Personal Use. Licence générale d importation n O 13 bœuf et veau pour usage personnel CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Import Permit No. 13 Beef and Veal for Personal Use Licence générale d importation n O 13 bœuf et veau pour usage personnel SOR/95-43 DORS/95-43 Current to June

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION

Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations. Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Most-Favoured-Nation Tariff Rules of Origin Regulations Règlement sur les règles d origine (tarif de la nation la plus favorisée) SOR/98-33 DORS/98-33 Current to September

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Calculation of Interest Regulations Règlement sur le calcul des intérêts SOR/87-631 DORS/87-631 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published by the Minister

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE First Session, Forty-first Parliament, 60 Elizabeth II, 2011 Première session, quarante et unième législature, 60 Elizabeth II, 2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 28 CHAPITRE 28

Plus en détail

For the attention of all Delegations/ A l attention de toutes les Délégations

For the attention of all Delegations/ A l attention de toutes les Délégations Postal address Adresse postale F-67075 Strasbourg Cedex France With the compliments of the Human Resources Directorate 17 September 2013 Avec les compliments de la Direction des Ressources Humaines DRH(2013)529

Plus en détail

No. 48900 * Argentina and Uruguay

No. 48900 * Argentina and Uruguay No. 48900 * Argentina and Uruguay Agreement signed by the Presidents of the Argentine Republic and of the Eastern Republic of Uruguay for the joint monitoring of the BOTNIA UPM PULL plant and all the industrial

Plus en détail

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act Loi visant le soutien aux aînés vulnérables et le renforcement de l économie canadienne S.C. 2011,

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION

Appointment or Deployment of Alternates Regulations. Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Appointment or Deployment of Alternates Regulations Règlement sur la nomination ou la mutation de remplaçants SOR/2012-83 DORS/2012-83 Current to August 30, 2015 À jour

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada S.C. 1985, c. 9 S.C. 1985, ch. 9 Current to September 10,

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Resident Canadian (Insurance Companies) Regulations Règlement sur les résidents canadiens (sociétés d assurances) SOR/92-284 DORS/92-284 Current to August 4, 2015 À jour

Plus en détail

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Postal Imports Remission Order Décret de remise visant les importations par la poste SI/85-181 TR/85-181 Current to September 27, 2015 À jour au 27 septembre 2015 Published

Plus en détail

Loi sur la remise de certaines dettes liées à l aide publique au développement. Forgiveness of Certain Official Development Assistance Debts Act

Loi sur la remise de certaines dettes liées à l aide publique au développement. Forgiveness of Certain Official Development Assistance Debts Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Forgiveness of Certain Official Development Assistance Debts Act Loi sur la remise de certaines dettes liées à l aide publique au développement S.C. 1987, c. 27 L.C. 1987,

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Short-term Pooled Investment Fund Regulations. Règlement sur le fonds commun de placement à court terme CONSOLIDATION CODIFICATION

Short-term Pooled Investment Fund Regulations. Règlement sur le fonds commun de placement à court terme CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Short-term Pooled Investment Fund Regulations Règlement sur le fonds commun de placement à court terme SOR/2006-245 DORS/2006-245 Current to September 27, 2015 À jour

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by.

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by. AUDIT REPORT ON THE CORTE QUALITY SYSTEM: CONFIRMATION OF THE CERTIFICATION (OCTOBER 2011) Name of document Prepared by Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Accord économique de consultation mutuelle (Paris, 20 mars 1945)

Accord économique de consultation mutuelle (Paris, 20 mars 1945) Accord économique de consultation mutuelle (Paris, 20 mars 1945) Légende: Le 20 mars 1945, la Belgique, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas signent à Paris l'accord économique de consultation mutuelle.

Plus en détail

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la dispense d agrément pour certains

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

Dan Bar-On. Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits

Dan Bar-On. Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits Dan Bar-On Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits Imbuto asbl - Memos AEPCSM International Peace Camp Rwanda 12-27.12.2005 Apprendre des expériences

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

Ordonnance sur le paiement à un enfant ou à une personne qui n est pas saine d esprit. Infant or Person of Unsound Mind Payment Order CODIFICATION

Ordonnance sur le paiement à un enfant ou à une personne qui n est pas saine d esprit. Infant or Person of Unsound Mind Payment Order CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Infant or Person of Unsound Mind Payment Order Ordonnance sur le paiement à un enfant ou à une personne qui n est pas saine d esprit C.R.C., c. 1600 C.R.C., ch. 1600 Current

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

de stabilisation financière

de stabilisation financière CHAPTER 108 CHAPITRE 108 Fiscal Stabilization Fund Act Loi sur le Fonds de stabilisation financière Table of Contents 1 Definitions eligible securities valeurs admissibles Fund Fonds Minister ministre

Plus en détail

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to August 30, 2015. À jour au 30 août 2015. Last amended on December 12, 2013

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to August 30, 2015. À jour au 30 août 2015. Last amended on December 12, 2013 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Transferring to Shared Services Canada the Control and Supervision of Certain Portions of the Federal Public Administration in each Department and Portion of the

Plus en détail

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch.

Loi sur la Semaine nationale du don de sang. National Blood Donor Week Act CODIFICATION CONSOLIDATION. S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION National Blood Donor Week Act Loi sur la Semaine nationale du don de sang S.C. 2008, c. 4 L.C. 2008, ch. 4 Current to June 9, 2015 À jour au 9 juin 2015 Published by the

Plus en détail

Bill 69 Projet de loi 69

Bill 69 Projet de loi 69 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 69 Projet de loi 69 An Act to amend the Business Corporations Act and the

Plus en détail

AFFAIRE DE LA FRONTIÈRE TERRESTRE ET MARITIME ENTRE LE CAMEROUN ET LE NIGÉRIA

AFFAIRE DE LA FRONTIÈRE TERRESTRE ET MARITIME ENTRE LE CAMEROUN ET LE NIGÉRIA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE RECUEIL DES ARRÊTS, AVIS CONSULTATIFS ET ORDONNANCES AFFAIRE DE LA FRONTIÈRE TERRESTRE ET MARITIME ENTRE LE CAMEROUN ET LE NIGÉRIA (CAMEROUN C. NIGÉRIA) ORDONNANCE DU 30

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut SECOND SESSION THIRD LEGISLATIVE ASSEMBLY OF NUNAVUT DEUXIÈME SESSION TROISIÈME ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU NUNAVUT GOVERNMENT BILL PROJET DE LOI DU GOUVERNEMENT BILL 52 PROJET DE LOI N o 52 SUPPLEMENTARY

Plus en détail

Société de Banque et d Expansion

Société de Banque et d Expansion Société de Banque et d Expansion INTERNET BANKING DEMO AND USER GUIDE FOR YOUR ACCOUNTS AT NETSBE.FR FINDING YOUR WAY AROUND WWW.NETSBE.FR www.netsbe.fr INTERNET BANKING DEMO AND USER GUIDE FOR YOUR ACCOUNTS

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT SPECIAL WARRANT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL Pursuant to subsections 19(2) and (3) of the Financial Administration Act, the Commissioner in Executive Council hereby issues this

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations Règlement sur la forme des actes relatifs à certaines successions de bénéficiaires

Plus en détail

Order Binding Certain Agents of Her Majesty for the Purposes of Part 1 of the Personal Information Protection and Electronic Documents Act

Order Binding Certain Agents of Her Majesty for the Purposes of Part 1 of the Personal Information Protection and Electronic Documents Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Binding Certain Agents of Her Majesty for the Purposes of Part 1 of the Personal Information Protection and Electronic Documents Act Décret liant certains mandataires

Plus en détail

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives*

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* Titre : Un résumé de la pratique archivistique internationale adaptée au niveau local : manuel pratique

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE. L'intégration économique: un processus menant au développement durable?

DÉVELOPPEMENT DURABLE. L'intégration économique: un processus menant au développement durable? Président: DÉVELOPPEMENT DURABLE L'intégration économique: un processus menant au développement durable? Synthèses des conférences et discussions du vendredi 19 septembre 1997 Monsieur Tito Nilton Mendoza

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006 RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS Juillet 2006 Préambule Considérant qu en juin 2004, à l occasion de la Onzième session de la

Plus en détail

Avis certifiant que des pays accordent les avantages du droit d auteur. Certification of Countries Granting Equal Copyright Protection Notice

Avis certifiant que des pays accordent les avantages du droit d auteur. Certification of Countries Granting Equal Copyright Protection Notice CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Certification of Countries Granting Equal Copyright Protection Notice Avis certifiant que des pays accordent les avantages du droit d auteur C.R.C., c. 41 C.R.C., ch.

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954)

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Source: Archives Nationales du Luxembourg, Luxembourg. Affaires étrangères. Communauté européenne de

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

BILL 203 PROJET DE LOI 203

BILL 203 PROJET DE LOI 203 Bill 203 Private Member's Bill Projet de loi 203 Projet de loi d'un député 4 th Session, 40 th Legislature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014 4 e session, 40 e législature, Manitoba, 63 Elizabeth II, 2014

Plus en détail

Material Banking Group Percentage Regulations. Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) CONSOLIDATION CODIFICATION

Material Banking Group Percentage Regulations. Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Material Banking Group Percentage Regulations Règlement fixant le pourcentage (groupe bancaire important) SOR/2008-163 DORS/2008-163 Current to August 30, 2015 À jour

Plus en détail

Ships Elevator Regulations. Règlement sur les ascenseurs de navires CODIFICATION CONSOLIDATION. C.R.C., c. 1482 C.R.C., ch. 1482

Ships Elevator Regulations. Règlement sur les ascenseurs de navires CODIFICATION CONSOLIDATION. C.R.C., c. 1482 C.R.C., ch. 1482 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Ships Elevator Regulations Règlement sur les ascenseurs de navires C.R.C., c. 1482 C.R.C., ch. 1482 Current to September 10, 2015 À jour au 10 septembre 2015 Last amended

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD. Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets. Semiconductor devices Discrete devices

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD. Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets. Semiconductor devices Discrete devices NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD CEI IEC 747-6-3 QC 750113 Première édition First edition 1993-11 Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets Partie 6: Thyristors Section trois Spécification

Plus en détail

ENGLISH WEDNESDAY SCHOOL ENTRY TEST ENROLMENT FORM 2015-2016

ENGLISH WEDNESDAY SCHOOL ENTRY TEST ENROLMENT FORM 2015-2016 CHECKLIST FOR APPLICATIONS Please read the following instructions carefully as we will not be able to deal with incomplete applications. Please check that you have included all items. You need to send

Plus en détail

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software Licence générale d exportation n o Ex. 18 Ordinateurs personnels portatifs et logiciels

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (CITMC-4) 4 ème SESSION ORDINAIRE KHARTOUM,

Plus en détail

D R A F T (a work in progress destined to always be incomplete, the way all dictionaries are, because people and languages constantly evolve )

D R A F T (a work in progress destined to always be incomplete, the way all dictionaries are, because people and languages constantly evolve ) D R A F T (a work in progress destined to always be incomplete, the way all dictionaries are, because people and languages constantly evolve ) Glossary/Glossaire The enclosed list includes many of the

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-02-05 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT

LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE Application of this Act 1(1) This Act applies to the following (a) persons employed by the

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 30, 2015 À jour au 30 août 2015

CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 30, 2015 À jour au 30 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Transferring to the Department of Supply and Services the Control and Supervision of the Government Telecommunications Agency and the Translation Bureau and Transferring

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32

AMENDMENT TO BILL 32 AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 32 THAT the proposed clause 6(1), as set out in Clause 6(1) of the Bill, be replaced with the following: Trustee to respond promptly 6(1) A trustee shall respond to a request as promptly as required in the

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2012-08-23 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

Stakeholder Feedback Form January 2013 Recirculation

Stakeholder Feedback Form January 2013 Recirculation 071 Stakeholder Feedback Fm January 2013 Recirculation A. How to Submit Your Comments 1. 2. 3. EMAIL: submissions@collegeofpsychotherapists.on.ca OR FAX: (416) 874-4079 OR MAIL: Consultations Transitional

Plus en détail

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE Union pour la Méditerranée Union for the Mediterranean Lors de la conférence ministérielle des 9 et 10 novembre 2011 à Strasbourg sur le développement urbain durable,

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail