Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou"

Transcription

1 Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Mars 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants SCOT (2009) : Nombre d habitants SCOT+ CCPP* (2009) : Nombre de communes SCOT : 132 Nombre de communes SCOT + CCPP: 149 Nombre d EPCI* : 13 puis 12 au 1 er janvier Chiffres clés Les variations des consommations énergétiques par ménage seront explicitées plus en détail dans la suite du diagnostic et sont liées à des critères tels que la performance du bâti, le type de bâti, l énergie de chauffage, le taux d occupation du logement, les conditions climatiques 2.1. La consommation énergétique du territoire Tous usages* confondus, la consommation énergétique du secteur résidentiel du SCOT est de GWh* soit 18% de la consommation énergétique du secteur résidentiel régional. La consommation énergétique du secteur résidentiel est 2,2 fois plus élevée que celle du secteur tertiaire ou industriel. Consommation énergétique GWh SCOT SCOT+CCPP Charente Deux-Sèvres Poitou- Charentes MWh/ménage 16,7 16,8 18,8 19,1 17,7 La consommation énergétique par ménage sur le SCOT (16,7 GWh) est plus faible que la moyenne régionale. Un comparatif avec les consommations énergétiques de la Charente et des Deux-Sèvres est présenté plus avant dans le document. 1

2 2.2. La répartition de la consommation énergétique par énergie (tous usages) Répartition de la consommation énergétique par type d'énergie Dans le secteur résidentiel, l énergie consommée sur le territoire du SCOT d origine fossile (fioul et gaz) représente GWh, soit 46% de l énergie totale consommée (41% sur l ensemble de la région). Fioul 454 GWh 19% Electricite 812 GWh 33% Gaz de ville 571GWh 24% Gaz en bouteilles ou citerne 65 GWh 3% Bois 456 GWh 19% Chauffage urbain 58 GWh 2% 2.3. Le chauffage : l usage principal de l énergie du secteur résidentiel L énergie est principalement utilisée pour l usage chauffage avec GWh (dont 294 GWh de chauffage d appoint) soit 69% de l énergie consommée dans le secteur résidentiel. Chauffage Electricité spécifique Eau Chaude Sanitaire Cuisson 69% 15% 10% 6% GWh 362 GWh 242 GWh 138 GWh L analyse tendancielle de la répartition des consommations énergétiques par usage révèle que la part chauffage tend à diminuer du fait de l amélioration de la performance énergétique des logements. Inversement, la part liée à l usage électricité spécifique* augmente du fait de la multiplication des appareils informatiques et électroménagers. Les consommations énergétiques liées à l eau chaude sanitaire et la cuisson sont globalement stables. 2

3 Consommation énergétique unitaire (kwh/m²/an) Consommation énergétique unitaire (kwh/m²/an) 3. Performance énergétique du bâti 3.1. La performance énergétique par période de construction Le graphique suivant porte sur les consommations énergétiques par unité de surface, afin de pouvoir comparer celles-ci par période de construction, sans tenir compte des variations des surfaces des logements Evolution Evolution de la consommation de la consommation unitaire (en unitaire kwh/m²/an) (en kwh/m²/an) des logements des par usage logements selon selon la période la période de construction de construction Jusqu'en De 1949 à 1974 De 1975 à 1981 De 1982 à 1989 De 1990 à Jusqu'en 2 - De 1949 Période à de 3 - construction De 1975 à 4 - De 1982 à 5 - De 1990 à Période de construction SCOT du Seuil du Poitou Région Poitou-Charentes SCOT du Seuil du Poitou Vienne Poitou-Charentes La consommation énergétique des logements du SCOT selon la période de construction révèle que les logements les plus consommateurs (217 kwh/m 2 /an) sont ceux construits entre 1949 et A l inverse, les plus économes (164 kwh/m 2 /an) sont ceux construits entre 1990 et Cet écart s explique par l évolution à la baisse de la consommation énergétique liée à l usage chauffage, conséquence de la mise en place des réglementations thermiques à partir de 1975 : 156 kwh/m 2 /an pour les logements construits avant 1975 contre 103 kwh/m 2 /an pour les logements construits après Les autres usages (eau chaude sanitaire, cuisson et électricité spécifique) n ont pas de différences marquées selon les périodes de construction. La rigueur climatique (exprimée en DJU*) est un des facteurs explicatifs de la consommation supérieure du SCOT par rapport à la région. La variation entre les DJU du SCOT est, en effet, inférieurs de 6 % aux DJU de la région hors SCOT, ce qui signifie que les conditions climatiques sont plus clémentes sur la région hors SCOT, induisant une consommation de chauffage moindre. 3

4 3.2. Un parc ancien Un logement construit avant 1975 présente une consommation énergétique supérieure à un logement construit après 1975 (212 kwh/m 2 /an contre 171 kwh/m 2 /an pour le territoire du SCOT). La répartition des logements selon les périodes de construction influe donc fortement sur la consommation énergétique du territoire : Le parc de logements du SCOT est plus jeune que celui de la région. Ainsi, même si la consommation énergétique par unité de surface et par période de construction est supérieure sur le SCOT, la consommation énergétique par ménage y est moins élevée Répartition des logements par période de construction et par EPCI La répartition des logements selon la période de construction varie selon les EPCI : Profils «période de construction» : Avant 1975 Mixte avant/après 1975 Après 1975 Les quatres EPCI situées sur la «couronne Est» de Poitiers ont un profil majoritairement «après 1975» (en marron foncé sur la cartographie). Les huit EPCI restantes (en marron clair sur la cartographie) telles que la CA du Pays Chatelleraudais ont un profil majoritairement «avant 1975». La CA du Grand Poitiers et la CC du Pays Vouglaisien ont un bâti réparti entre les deux profils. 4

5 La répartition des logements selon la période de construction apporte des facteurs explicatifs de la consommation énergétique par ménage dans les EPCI du SCOT, comme le montre le tableau ci-dessous : Consommation énergétique GWh Part de la consommation énergétique Part des logements Totale avant 1975 après 1975 avant 1975 après 1975 CA Grand Poitiers % 43% 51% 49% CA du Pays Châtelleraudais % 39% 60% 40% CC du Val Vert du Clain % 53% 41% 59% CC des Vals de Gartempe et Creuse 63 71% 29% 70% 30% CC du Pays Chauvinois % 38% 59% 41% CC Région de la Villedieu du Clain + CC Vonne et Clain % 54% 42% 58% CC du Neuvillois % 50% 44% 56% CC du Lencloîtrais 72 61% 39% 57% 43% CC du Pays Vouglaisien % 47% 48% 52% CC du Pays Mélusin 92 66% 34% 62% 38% CC du Mirebalais 66 70% 30% 65% 35% CC de Vienne et Moulière 95 45% 55% 42% 58% SCOT % 43% 53% 47% CC des Portes du Poitou % 38% 59% 41% SCOT+CCPP % 43% 53% 47% Zone Poitiers* % 44% 50% 50% Zone Châtellerault* % 38% 60% 40% Par exemple, pour la CC du Val Vert du Clain, 41% des logements ont été construits avant 1975 et consomment 47% de l énergie du parc bâti résidentiel. Proportionnellement, le parc bâti avant 1975 consomme donc plus d énergie que le parc bâti après Le nombre de logement construits par période de construction est donc un des facteurs de la variation de la consommation énergétique par ménage. 4. Typologie du bâti La typologie du bâti regroupe les caractéristiques du bâti telles que le type de logement et la surface Des maisons individuelles majoritaires Les maisons individuelles concentrent l essentiel de la consommation énergétique avec GWh soit 81% de la consommation énergétique. Consommation énergétique (GWh) Part de l énergie 81% 19% Part de logement 67% 33% Surface moyenne (m 2 ) kwh/m 2 /an Une maison individuelle a une consommation énergétique supérieure à un appartement, notamment lié à l usage chauffage, pour deux raisons principales : - La surface moyenne d une maison individuelle est presque deux fois supérieure à celle d un appartement. - L habitat collectif permet de diminuer la surface de façade exposée aux variations climatiques par rapport à une maison individuelle. Ainsi les échanges thermiques avec l extérieur du logement sont moins importants. 5

6 Sur le territoire du SCOT, 64% du bâti se situe sur les CA du Grand Poitiers et du Pays Châtelleraudais. En agglomération, le bâti est plus dense, ce qui explique une différence de consommation énergétique par unité de surface peu élevée entre les maisons individuelles et les appartements Typologie du bâti par EPCI La répartition des logements selon le type et selon la surface moyenne sont donc des facteurs de variation de la consommation énergétique par ménage dans les EPCI. Surface moyenne (m 2 ) Maisons individuelles Appartements Part de logements Maisons individuelles Appartements Part de logement SCOT Part de population SCOT CA Grand Poitiers % 55% 47% 43% CA du Pays Châtelleraudais % 13% 17% 17% CC du Val Vert du Clain % 25% 5% 5% CC des Vals de Gartempe et Creuse % 6% 2% 2% CC du Pays Chauvinois % 8% 4% 4% CC Villedieu + Vonne et Clain % 3% 6% 7% CC du Neuvillois % 6% 4% 5% CC du Lencloîtrais % 4% 3% 3% CC du Pays Vouglaisien % 3% 4% 4% CC du Pays Mélusin % 9% 3% 3% CC du Mirebalais % 6% 2% 2% CC de Vienne et Moulière % 7% 3% 4% SCOT % 33% 100% 100% CC des Portes du Poitou % 5% 4% 4% SCOT+CCPP % 31% / / Zone Poitiers % 36% 75% 74% Zone Châtellerault % 18% 25% 26% La CA du Pays Châtelleraudais et la CC des Vals de Gartempe et Creuse présentent les surfaces moyennes de maisons individuelles les plus faibles du SCOT avec 97 et 94m 2 alors que la CC de Vienne et Moulière présente la surface la plus élevée avec 110m 2. L ensemble des EPCI a un parc bâti composé à plus de 90% de maisons individuelles, exception faite de la : - CA du Pays Châtelleraudais, - CC du Val Vert du Clain, - CA du Grand Poitiers, qui en plus présente la surface la plus faible d appartement avec 51m 2. 6

7 5. Performance de la production de chaleur 5.1. Le fioul dans l ancien, l électricité dans les logements récents Deux profils se démarquent selon la période de construction : - Le profil «avant 1975» : le gaz de ville, le fioul et l électricité sont les énergies de chauffage les plus utilisées, respectivement 35, 29 et 20%. 70% des logements au fioul et 58% des logements au gaz de ville ont été construits avant Le chauffage urbain est utilisé comme énergie de chauffage à hauteur de 11% sur la période qui correspond à la mise en place du chauffage urbain sur les agglomérations de Poitiers et de Châtellerault. - Le profil «après 1975» : l électricité est l énergie de chauffage dominante avec près de 50% des logements construits, suivie par le gaz de ville (26%). 70% des logements utilisant l électricité comme énergie de chauffage ont été construits après Les données régionales de la répartition de l énergie de chauffage sur la période de construction récente ( ) montrent une très forte domination de l électricité, une remontée de la part bois au détriment du gaz et surtout du fioul qui a quasiment disparu des nouvelles constructions. La mise en œuvre de la Règlementation Thermique (RT) 2012 au 1 er janvier 2013 va à nouveau bouleverser le choix de l énergie de chauffage principal pour les logements neufs. La RT impose en effet un maximum de consommation à 50 kwh/m 2 /an exprimée en énergie primaire, ce qui élimine de fait le recours à l électricité. 7

8 5.2. Les profils «énergie de chauffage principal» des EPCI (répartition par logement) Nombre de % Chauffage % % % Gaz ville/ % Gaz bouteilles % Bois logements urbain Electricité Fioul réseau ou citerne CA Grand Poitiers % 7% 35% 12% 42% 1% CA du Pays Châtelleraudais % 2% 22% 17% 49% 2% CC du Val Vert du Clain % 0% 39% 28% 17% 3% CC des Vals de Gartempe et Creuse % 0% 27% 40% 0% 6% CC du Pays Chauvinois % 0% 33% 33% 16% 2% CC Villedieu + Vonne et Clain % 0% 35% 35% 7% 5% CC du Neuvillois % 0% 37% 32% 13% 4% CC du Lencloîtrais % 0% 31% 38% 0% 5% CC du Pays Vouglaisien % 0% 35% 37% 5% 4% CC du Pays Mélusin % 0% 28% 43% 0% 6% CC du Mirebalais % 0% 31% 44% 0% 3% CC de Vienne et Moulière % 0% 35% 38% 0% 6% SCOT % 4% 32% 22% 31% 2% CC des Portes du Poitou % 0% 30% 34% 11% 4% SCOT+CCPP % 3% 32% 22% 30% 2% Trois grands profils d EPCI se distinguent concernant l énergie principale de chauffage : - Profil «urbain» (en bleu), caractérisé par une forte part de logements au gaz de ville. - Profil «mixte urbain/rural desservi par le gaz de ville» (en vert) : plus de 65% des logements utilisant l électricité et le fioul, le reste des logements utilisant le bois et le gaz de ville. - Profil «mixte urbain/rural non desservi par le gaz de ville» (en violet) : Les énergies principales de chauffage sont le fioul, l électricité et le bois. A noter que le bois comme énergie de chauffage est majoritairement utilisé sous forme de bois bûche et présente un rendement énergétique inférieur aux autres énergies L énergie de chauffage principal selon le type de logement Nombre de logements selon l'énergie principale de chauffage et le type de logement Appartements Maisons Bois Chauffage urbain Electricité Fioul (mazout) Gaz de ville ou de réseau Gaz en bouteilles ou citerne Deux profils énergétiques se distinguent selon le type de logement : - Le profil «Maison individuelle» (1 953 GWh consommés pour logements), avec la dominance du fioul (conséquence des constructions avant 1975), du gaz de ville et de l électricité. - Le profil «Appartement» (464 GWh consommés pour logements), avec la dominance de l électricité et du gaz de ville.

9 5.4. Zoom par énergie de chauffage Le chauffage urbain On dénombre plusieurs réseaux de chauffage urbain sur le territoire du SCOT : - A Poitiers, quartier des Couronneries (54% ordures ménagères, 43% gaz naturel et GPL, 3% fioul). - A Chatellerault, quartier de la plaine d Ozon (chaufferie gaz). Desserte en gaz 31% des logements du SCOT utilisent le gaz de ville (en jaune/orange). Ils se situent majoritairement sur les CA du Grand Poitiers et du Pays Châtelleraudais. 60% des logements utilisant le gaz de ville comme énergie principale de chauffage ont été construits avant 1975 et sont des maisons individuelles. Jusqu à 12% de logements utilisent le gaz bouteille (en marron) sur certaines communes. Le gaz bouteille est l énergie la plus chère. L électricité (en bleu) est utilisée pour plus de 30% des logements sur le SCOT. Deux tiers de ces logements ont été construit après 1975 et 43% des logements sont des appartements. 9

10 Les logements au bois (en vert) et au fioul (en rouge) sont très majoritairement des maisons individuelles (92% pour le bois et 98% pour le fioul) d une surface moyenne de 102m 2 pour le bois et 109m 2 pour le fioul et ont été construits avant 1975 (à hauteur de 70% pour le fioul et 52% pour le bois). On observe une plus faible proportion de logements utilisant le fioul et le bois à proximité immédiate des agglomérations qu en périphérie du territoire : 10

11 6. Facteurs de variation de la consommation par ménage : Synthèse L ensemble des caractéristiques du bâti (période de construction, type de logement, surface, énergie de chauffage) détermine la consommation énergétique par ménage Comparaison du SCOT avec le département de la Charente et des Deux-Sèvres SCOT Charente Deux-Sèvres Consommation énergétique GWh MWh/ménage 17,1 18,8 19,1 Le SCOT présente une consommation énergétique par ménage moins élevée (17,1 MWh) que la Charente (18,8 MWh) et les Deux-Sèvres (19,1 MWh) car le bâti du SCOT présente les caractéristiques suivantes : - un parc bâti avec une part plus importante d appartements (33% contre 18% sur la Charente et 14% sur les Deux-Sèvres), - une surface moyenne de maison individuelle et d appartement inférieure (103 m 2 et 53 m 2 contre 105 m 2 et 62 m 2 pour la Charente et 106 m 2 et 58 m 2 pour les Deux-Sèvres), - une consommation énergétique par période de construction équivalente à la Charente et aux Deux-Sèvres mais un parc bâti plus récent : 24% des logements construits après 1990 pour le SCOT contre 16 % pour la Charente et 19% pour les Deux-Sèvres. 11

12 6.2. Comparaison des EPCI en fonction de la consommation énergétique par ménage Les consommations énergétiques par ménage varient entre 14,4 et 20,6 selon les EPCI Consommation énergétique en MWh par ménage L axe des ordonnées commence à 14 MWh par ménage, le trait rouge représente la moyenne de consommation énergétique par ménage sur le SCOT. La Communauté d Agglomération du Grand Poitiers présente la consommation énergétique par ménage la moins élevée (14,4 MWh) du SCOT car elle présente: - un parc bâti avec une part plus importante d appartements (55% contre 3 à 25% dans les autres EPCI), - une surface d appartement (51m 2 ) inférieure à celle des autres EPCI (60m 2 en moyenne), - un parc bâti réparti entre la période avant 1975 et après La Communauté de Communes de Vienne et Moulière présente la consommation énergétique par ménage la plus élevée (20,6 MWh) du SCOT car elle présente: - un parc bâti majoritairement après 1975 à hauteur de 58% (ce qui ne suffit pas à contrebalancer les autres critères de variation de la consommation énergétique), - un parc bâti avec une part importante de maisons individuelles (93%) avec la surface moyenne la plus élevée du SCOT (110m 2 ). 12

13 7. Emissions de GES 7.1. Répartition des émissions de GES par type d énergie Le secteur résidentiel du SCOT émet 322 kt eq CO 2 * soit 20% des émissions de GES du secteur résidentiel de la région. SCOT SCOT+CCPP Charente Deux- Sèvres Poitou- Charentes Emissions de GES kt eq CO t eq CO 2 /ménage 2,2 2,2 2,3 2,5 2,2 Sur les 322 kt eq CO 2 émis, 285 kt eq CO 2 correspondent aux consommations d énergie fossile (fioul et gaz), soit 90% des émissions de GES du secteur résidentiel du SCOT. Les énergies fossiles émettent plus de GES que les énergies non fossiles (le fioul émet 40% de plus de GES que l électricité pour l usage chauffage). L écart est encore plus important avec les émissions de GES du bois car les émissions liées à la combustion ne sont pas comptabilisées. En effet, on considère que lors de la combustion, le CO 2 émis est équivalents au CO 2 stocké pendant la croissance du bois. Seules les émissions liées à l amont (transport, coupe du bois ) sont prises en compte. 13

14 7.2. Emissions de GES des EPCI total t eq CO2 t eq CO2 par ménage CA Grand Poitiers ,0 CA du Pays Châtelleraudais ,4 CC du Val Vert du Clain ,2 CC des Vals de Gartempe et Creuse ,2 CC du Pays Chauvinois ,4 CC Villedieu + Vonne et Clain ,4 CC du Neuvillois ,5 CC du Lencloîtrais ,2 CC du Pays Vouglaisien ,4 CC du Pays Mélusin ,5 CC du Mirebalais ,6 CC de Vienne et Moulière ,5 SCOT ,2 CC des Portes du Poitou ,3 SCOT+CCPP ,2 Zone Poitiers ,2 Zone Châtellerault ,4 Les émissions de GES des secteurs varient entre 2,0 et 2,6 t eq CO 2 par ménage. Ces variations sont dues aux niveaux de consommations énergétiques combinées aux énergies utilisées. 8. Méthodologie L étude sectorielle du SCOT du Seuil du Poitou s appuie sur les données du Recensement de la Population (INSEE) 2007 qui collecte des informations sur tous les logements à l échelon communal. Les informations du bâti (période de construction, énergie, type d habitat, type de chauffage) permettent, par croisement avec les données de consommation unitaire du CEREN corrigées du climat (source ATMO), une reconstitution de la consommation énergétique de chaque logement. Le modèle considère une réhabilitation moyenne du parc mais ne prend pas en compte les projets locaux. Les consommations énergétiques sont présentées en énergie finale et en données réelles. Les données sont présentées tous usages confondus de l énergie, en données réelles et en méthode indirecte : les émissions de GES amont (production, distribution) et lors de la combustion sont prises en compte. Les résidences secondaires représentant 2% du parc bâti, seules les résidences principales sont prises en compte dans ce diagnostic. L analyse par EPCI s appuie sur la carte de l intercommunalité telle qu elle résulte du Schéma Départemental de Coopération Intercommunale qui sera totalement effectif au 1 er janvier Aussi, l intégration de Bellefonds à la CA du Pays Châtelleraudais, de Ligugé à la CA du Grand Poitiers, de Valdivienne à la CC du Pays Chauvinois et la fusion de la CC de Vienne et Creuse et de la CC de Mâble et Vienne sont prises en compte. Les données relatives aux CC de la Région de la Villedieu du Clain et de Vonne et Clain sont globalisées, dans la perspective de la fusion à intervenir au 1 er janvier

15 9. Lexique EPCI : Etablissement Public de Coopération Intercommunale SCOT+CCPP : la CC des Portes du Poitou est incluse (cette CC n appartient pas au territoire mais a une interaction forte avec le nord du SCOT). Les quatre usages de l énergie sont le chauffage, la cuisson, l eau chaude sanitaire et l électricité spécifique Un GWh (gigawattheure) est l énergie consommée pour faire fonctionner par exemple un appareil d une puissance de 1 GW pendant 1 heure. 1 GWh= 1000 MWh = kwh. La tep (tonne équivalent pétrole) est une autre unité de l énergie utilisée. Elle correspond à l énergie dégagée par la combustion d une tonne de pétrole. 1 tep = kwh. L électricité spécifique est l électricité consommée par des appareils qui utilisent uniquement l électricité comme source d énergie (micro-ondes, ordinateur ). Le DJU (Degré Jour Unifié) est un indice de rigueur climatique. Plus le DJU est élevé, plus l hiver est rigoureux. CA : Communauté d Agglomération, CC : Communauté de Communes La «zone Châtellerault» est composée des Communautés de Communes du Pays Châtelleraudais, des Vals de Gartempe et Creuse, du Lencloîtrais ainsi que des Portes du Poitou, qui ont des interrelations fortes avec le SCOT. La «zone Poitiers» regroupe les autres EPCI du SCOT. Une t eq CO2 (tonne équivalent dioxyde de carbone) correspond à une unité qui permet de considérer l ensemble des GES (Gaz à Effet de Serre; CO 2, CH 4, N 2 O, HFC, PFC, SF6..). 1 kt eq CO2 = t eq CO2 L énergie finale est l énergie délivrée au consommateur, c'est-à-dire sans les pertes liées à la transformation, au transport et au stockage. Pour en savoir plus : Agence Régionale d Evaluation environnement et Climat 60 rue Jean Jaurès CS POITIERS Cedex Tél : Fax :

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. CERA Février 2011 Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux

Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux masseurs kinésithérapeutes libéraux 1 sommaire p 3

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE 600 550 500 450 400 350 300 En euros constants indice base 100 en 1973 PRIX DES ÉNERGIES Prix du pétrole

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Mission d Observation de la Biomasse

Mission d Observation de la Biomasse Les synthèses de l AREC Mission d Observation de la Biomasse ENQUETE REGIONALE SUR LES CHAUFFERIES COLLECTIVES A BOIS DECHIQUETE (Saison de chauffe 2008-2009) 2009) Chiffres clés 114 chaufferies collectives

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013 ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 15 Février 2013 AMORCE/ADEME SOMMAIRE Prix de vente

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Grenoble ZAC de Bonne

Grenoble ZAC de Bonne Grenoble Evaluation énergétique 2010/2011/2012 Séminaire, directeurs de coopératives d HLM janvier 2014 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Association créée en 1998 En

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Depuis 2006, les CCI de Rhône-Alpes, en partenariat avec l ADEME et le Conseil Régional, s attachent à promouvoir la maîtrise

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 France Telecom SA Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : France Telecom SA Code NAF : 6110Z / Télécommunications filaires

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre

Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre B 2 Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre Le bâti peut-être une source importante d émissions de gaz à effet de serre (GES), que cela soit par le mode de chauffage utilisé, la qualité de l isolation

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014

Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014 Direction générale de l environnement (DGE) Direction de l énergie Chemin des Boveresses 155 1066 Epalinges Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014 Champ

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

ENQUÊTE. Performances et recettes des. Unités de valorisation énergétique. des ordures ménagères (UVE) Série Economique RCE 13. Série Technique DT 40

ENQUÊTE. Performances et recettes des. Unités de valorisation énergétique. des ordures ménagères (UVE) Série Economique RCE 13. Série Technique DT 40 ENQUÊTE Performances et recettes des Unités de valorisation énergétique des ordures ménagères (UVE) Série Economique RCE 13 et Série Technique DT 40 Réalisé avec le soutien technique et financier de Oct.

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments climat d innovation Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments Les aides financières à disposition des ménages Edition 2012 Essayons d y voir plus clair 2/3 Les décisions du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

J économise mon énergie CHAUFFAGE. HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - mise à jour septembre 2014 (nouvelle collection)

J économise mon énergie CHAUFFAGE. HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - mise à jour septembre 2014 (nouvelle collection) J économise mon énergie CHAUFFAGE HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - mise à jour septembre 2014 (nouvelle collection) Je m informe DÉFINITIONS Energie primaire, énergie fi nale L énergie primaire est l

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie Octobre 2006 Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats d économie d énergie 1) Origine et objectif : C est en Angleterre, puis en Italie que le dispositif des certificats d économie

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal et Etude de faisabilité d une chaufferie bois et d un réseau de chaleur Commune de St Etienne du Bois Page- 1 - Contenu 1 Audit

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES)

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) BEGES TABLE DES MATIÈRES 1- INTRODUCTION 2 1-1 - OBJET 2 1-2 - LE CADRE REGLEMENTAIRE 2 1-3 - CONTENU DU RAPPORT 3 1-4 - DEFINITIONS 3 2- BILAN DES EMISSIONS

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique.

Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. Final le 08/10/2007 Le contenu en CO2 du kwh électrique : Avantages comparés du contenu marginal et du contenu par usages sur la base de l historique. - NOTE DETAILLEE - 1- Le contexte Le calcul du contenu

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Cuarnens, le 25 novembre 2013 Municipalité de Cuarnens PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Monsieur le Président, Mesdames

Plus en détail

La mobilisation des statistiques énergie pour les schémas territoriaux en Rhône-Alpes

La mobilisation des statistiques énergie pour les schémas territoriaux en Rhône-Alpes La mobilisation des statistiques énergie pour les schémas territoriaux en Rhône-Alpes Yves Pothier DREAL Rhône-Alpes 21/11/2014 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE Direction régionale de l'environnement,

Plus en détail

Suivi des émissions de gaz à effet serre causées par l'achat d'électricité

Suivi des émissions de gaz à effet serre causées par l'achat d'électricité Suivi des émissions de gaz à effet serre causées par l'achat d'électricité Un résumé du Guide Scope 2 du Greenhouse Gas Protocol Rédigé par le Secrétariat EKOénergie, janvier 2015 Ce résumé existe en plusieurs

Plus en détail

Réseaux de chaleur & bâtiments basse consommation : l équation impossible? Enjeux pour les collectivités et les autres acteurs Série Economique

Réseaux de chaleur & bâtiments basse consommation : l équation impossible? Enjeux pour les collectivités et les autres acteurs Série Economique ÉTUDE Réseaux de chaleur & bâtiments basse consommation : Enjeux pour les collectivités et les autres acteurs Série Economique RCE 12 Cette étude a été menée avec le soutien financier de l'ademe Mai 2011

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la!

guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! Le mot du Président Madame, Monsieur Le Grenelle de l environnement a fixé des objectifs ambitieux

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Comment développer Ecoville : le cahier des charges

Comment développer Ecoville : le cahier des charges Comment développer Ecoville : le cahier des charges Les élus d Ecoville ont besoin de vous pour décider du futur de la commune. Ce document vous explique les objectifs principaux et les phases de développement

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche 1 1 1 Contexte et enjeux Un engagement territorial pour le climat Objectifs du plan climat d ici 2020 : les 3x20-20% des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois I - Le changement climatique A) L effet de serre 1 Un phénomène naturel. 2 Les différents gaz à effet de serre. 3 Les effets probables

Plus en détail

Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie. 29 novembre 2013

Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie. 29 novembre 2013 Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie 29 novembre 2013 Pour le Grand LYON, une ville Intelligente c est. Une ville dans laquelle les nouvelles technologies

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE RAPPORT N 448-2033LOC0707PE48 ETABLI EN UN EXEMPLAIRE ORIGINAL LE 26/10/2009 ET VALABLE DIX ANS DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Ce rapport comprend 5 pages et 3 pages en annexe, il ne peut être utilisé

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION

CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION Concept H 2 : L idée est de produire, de stocker et d assurer 100% des besoins énergétiques d un immeuble résidentiel sans aucun rejet de CO 2 et sans frais énergétiques.

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Guide de l usager du chauffage urbain

Guide de l usager du chauffage urbain Guide de l usager du chauffage urbain www.viaseva.org www.ademe.fr Pourquoi ce guide? Dans quel contexte s inscrit ce guide? Les effets du changement climatique nous poussent à réduire fortement les émissions

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

Etat des lieux énergétique du département de Seine-et-Marne

Etat des lieux énergétique du département de Seine-et-Marne Etat des lieux énergétique du département de Seine-et-Marne Mai 2009 EXPLICIT 127 rue du Fbg. Poissonnière F-75 009 PARIS Tel +33-(0)1 47 70 47 21 / Fax +33-(0)1 47 70 47 11 explicit@explicit.fr 2 Sommaire

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Résumé et comparaison des coûts

Résumé et comparaison des coûts Salon Greentech Fribourg Energies de chauffage Etat des lieux et perspectives Résumé et comparaison des coûts des différents systèmes de chauffage Jeudi 22 octobre 29 1 Comparaison des vecteurs énergétiques

Plus en détail

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP Sommaire 1/ DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNÉE 2 2/ ANNÉE DE REPORTING DE L EXERCICE ET L ANNÉE DE RÉFÉRENCE 3 Utilisation d énergie sur

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail