L importance du secteur bancaire suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L importance du secteur bancaire suisse"

Transcription

1 Août 2012 L importance du secteur bancaire suisse Une étude économique L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

2 L importance du secteur bancaire suisse Executive summary 5 1 Le secteur bancaire en tant que composante de l économie 7 2 L importance économique directe du secteur bancaire Création de valeur Emploi Impôts 13 3 L importance du secteur bancaire pour les autres secteurs Création de valeur Emploi 16 4 Conclusion 18

3 Executive summary Depuis plusieurs années, le secteur bancaire suisse connaît une évolution particulièrement dynamique de son contexte économique et réglementaire. Tant les banques que les autorités affrontent au quotidien les défis qui en découlent. Or, les grandes incertitudes économiques et politiques rendent leur tâche particulièrement difficile. Le secteur bancaire est ainsi au centre de l attention publique. En effet, il joue non seulement un rôle très important pour l économie suisse, mais occupe également une position de leader international dans divers domaines. La présente étude propose une vue d ensemble de l importance économique du secteur bancaire suisse et de son impact sur les autres secteurs de l économie. Nos analyses se fondent sur les calculs de BAKBASEL, mandaté par l Association suisse des banquiers (ASB). Selon ces évaluations, le secteur bancaire est la branche qui a apporté la plus importante contribution à la croissance suisse ces vingt dernières années. Avec 6,1% de la création de valeur brute en 2011, la création de valeur brute des banques est certes en léger recul comparativement aux années précédentes, mais l utilité d un secteur bancaire prospère en tant qu importante source de demande en biens et services dans les autres branches économiques reste inchangée. De cette dépendance intersectorielle, il résulte que pour 100 postes bancaires, 115 emplois supplémentaires sont créés dans d autres branches par effets indirects. Outre les CHF 32,4 milliards qu il réalise, le secteur bancaire produit par effets indirects une création de valeur se montant à CHF 17 milliards. Au total, sa contribution à la création de valeur suisse s élève ainsi à 9,3%. Jusqu en 2020, la création de valeur du secteur bancaire devrait atteindre 1,9%, progressant ainsi à un rythme analogue à celui de l économie nationale. En 2012 et 2013 toutefois, la croissance devrait être moins robuste en raison des adaptations aux nouvelles conditionscadres, avant d augmenter régulièrement jusqu en En conséquence, la contribution du secteur bancaire à la création de valeur devrait s établir à presque 6%. La contribution du secteur financier dans son ensemble (banques, assurances et autres services financiers) devrait représenter 11,5% de la création de valeur en Grâce à une amélioration de l efficacité dans la fourniture de services, ce niveau devrait être atteint malgré un léger repli du nombre des actifs. L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

4 Le graphique 0-1 montre que l emploi devrait d abord légèrement reculer à partir de l année en cours avant de se stabiliser, alors que la création de valeur brute devrait progresser de façon modérée. 0-1 Création de valeur brute et emploi au sein du secteur bancaire CHF milliards employés Création de valeur brute Emploi Remarque: Les courbes pointillées correspondent à des prévisions. Différentes analyses ont récemment pointé vers une poursuite de la baisse des marges dans le secteur bancaire. Afin de compenser ce repli, il faudrait une amélioration des conditionscadres telle qu elle permettrait de proposer des prestations supplémentaires depuis la Suisse. Dans le cas contraire, une adaptation encore plus radicale des effectifs paraît inévitable. Les données disponibles montrent qu un tassement des activités des banques aurait également des répercussions douloureuses sur les autres secteurs économiques. Les banques et les autorités sont par conséquent appelées à élaborer, dans un esprit de dialogue, des stratégies porteuses et des conditions-cadres optimales dans l intérêt de l ensemble de l économie. 6 L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

5 1 Le secteur bancaire en tant que composante de l économie Les services bancaires jouent un rôle clé pour le développement économique Des conditions de financement avantageuses pour la place industrielle Les PME, premiers emprunteurs Les multinationales profitent aussi des services bancaires en Suisse Les banques en tant que moteur de croissance Un système bancaire qui fonctionne bien constitue le fondement de toute économie florissante. Il joue le rôle essentiel de fournisseur de services financiers à la population et à l économie. Ces prestations incluent non seulement l approvisionnement monétaire mais également la gestion de fortune, les activités de conseil des banques et l exécution d opérations pour les grandes entreprises. Outre l octroi généreux de crédits, qui n a jamais faibli même durant la récente crise financière, la place industrielle suisse bénéficie de conditions de financement avantageuses en comparaison internationale, grâce à la fois au niveau généralement bas des taux et aux faibles marges des banques. Or, des études empiriques ont conclu qu un approvisionnement suffisant en crédits influence durablement l évolution économique. En Suisse, le crédit bancaire représente pour de nombreuses entreprises la principale forme de financement. En particulier, les petites et moyennes entreprises (PME) sont dépendantes de ce type de financement, leur taille ne leur permettant pas d avoir accès au marché des capitaux. En Suisse, les crédits aux PME représentent près de 85% de l ensemble des prêts aux entreprises (en termes de volume). A fin 2011, ces financements se montaient à CHF 260 milliards (sur environ CHF 307 milliards d encours de crédits), dont CHF 187 milliards, soit environ 70%, étaient alloués à des entités comptant au maximum neuf employés. Or, selon une enquête du SECO, seul environ un tiers des PME dispose d un crédit bancaire. Outre ce rôle important assumé à l égard des PME, le secteur bancaire suisse fournit des prestations adaptées aux besoins de financement spécifiques des multinationales. Ces dernières utilisent des services dans les domaines du trafic des paiements, des devises, des titres et de la gestion de fortune institutionnelle. Elles sont aussi des clients importants en matière de crédit, de financement des exportations, ou encore de restructurations et de rachats. Par ailleurs, de nombreux groupes multinationaux confient leur treasury management à des banques suisses. Les crédits consortiaux constituent une source de financement importante pour les grandes entreprises. Ces dernières décennies, le secteur bancaire a connu une croissance supérieure à la moyenne, devenant le moteur de croissance de l économie suisse grâce à une création de valeur solide. Sur les vingt dernières années, il a crû à un rythme annuel de 2,4%, soit nettement plus rapidement que l économie suisse dans son ensemble. Durant la crise financière mondiale des années 2008 et 2009, la création de valeur brute réelle du secteur bancaire helvétique a néanmoins baissé de 10%. En raison des évolutions négatives enregistrées durant les années de crise, la création de valeur a chuté en moyenne de 0,3% par an dans la période de 2000 à L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

6 1-1 Contribution des branches du secteur financier à la croissance du PIB réel de la Suisse Croissance moyenne % 0,4% 10% 8% 6% Autres services financiers 4% Branches de libéralisation Banques Commerce 2% Assurances Industrie 0% Services d affaires Secteur financier Secteur politique -2% Banques % 0% 5% 10% 15% 20% 25% Part de l'économie globale 2011 Immobilier et construction 0,2% Ø Contribution à la croissance Une amélioration des conditions-cadres est nécessaire Pour parer efficacement à une poursuite de la baisse des marges du secteur bancaire à l avenir, il faudrait une amélioration des conditions-cadres telle qu elle permettrait de proposer des prestations supplémentaires depuis la Suisse, avec à la clé une potentielle hausse des volumes d affaires. A ce titre, la qualité de la main-d œuvre disponible et la capacité d innovation seront décisives à plus long terme, tant pour la place industrielle que pour le secteur bancaire. Il s agit donc d unir les forces de ces deux branches plutôt que de les opposer. Ce n est pas seulement la place industrielle ou le secteur bancaire qu il faut promouvoir, mais la place économique et «intellectuelle» suisse dans son ensemble. Ainsi, l économie suisse pourra conserver durablement la position de pointe qui est la sienne sur la scène internationale. 8 L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

7 2 L importance économique directe du secteur bancaire 2.1 Création de valeur La création de valeur en tant que mesure de la valeur ajoutée Par leurs services, notamment l approvisionnement monétaire, la gestion de fortune, les activités de conseil ou l exécution d opérations pour les grandes entreprises, les banques génèrent au sein du processus de production une plus-value clé pour l économie. Cette plus-value naît de la différence entre la valeur de production et les prestations préalables utilisées pour la fourniture de services. Cette création de valeur brute mesure tout montant disponible pour les salaires, le capital financier, les gains et les taux d intérêt sur les fonds empruntés hors marge brute des banques après amortissement du capital physique. En comparaison intersectorielle, le secteur bancaire suisse a connu sur une longue période une évolution nettement supérieure à la moyenne. De 1990 à 2011, la création de valeur réelle a ainsi progressé en moyenne de 2,4% par an, alors que l économie du pays affichait une croissance d environ 1,6% par an. Correction en raison de la crise financière Durant la crise financière mondiale en 2008 et en 2009, la création de valeur brute réelle du secteur bancaire a baissé de 10%. De surcroît, dans une période de changements économiques fulgurants, d exigences réglementaires plus strictes et de tendance à un protectionnisme accru, les défis posés aux banques se sont multipliés sur tous les fronts. La hausse des primes de risque et la baisse des marges ont pesé sur les revenus du secteur. En raison de ces développements défavorables intervenus depuis la crise de 2007, la création de valeur des banques a globalement chuté de 0,3% par an en moyenne entre 2000 et Fait remarquable, les autres services financiers ont connu une croissance robuste sur cette période. Ces derniers représentent aujourd hui 10% environ du secteur financier. Il s agit par exemple des gérants de fortune indépendants ou des bourses et des négociants en valeurs mobilières. L installation en Suisse de hedge funds, l externalisation d activités d assurances et la hausse des cours constituent des facteurs expliquant cette forte croissance. L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

8 2-1 Création de valeur brute réelle dans les branches du secteur financier Croissance moyenne % 9,7% 8% 6% 4% 2% 1,7% 0% -0,3% -0,3% 0,3% -2% Banques Assurances Autres services financiers Secteur financier Economie globale Evolution plus dynamique du secteur bancaire à l étranger Avec cette stagnation de la création de valeur, les banques suisses ont eu un développement plus nuancé que leurs places concurrentes en Europe et outre-atlantique cette dernière décennie (voir le graphique 2-2). Cependant, notons que sur la majorité des autres places financières, l Etat a dû intervenir massivement pour soutenir le secteur financier. Cela relativise ainsi l évolution assez modeste des banques en Suisse au cours d une décennie marquée par des conditions conjoncturelles difficiles. 2-2 Création de valeur réelle dans le secteur financier en comparaison internationale Base monétaire unifiée (par parité du pouvoir d achat) % 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% -1% Irlande Belgique Luxembourg Royaume-Uni Londres Etats-Unis New York Pays-Bas Suède Suisse Zurich Espagne Italie Milan France Paris Allemagne Francfort En Suisse, les banques se sont employées très activement à réduire les coûts et la pression sur les marges dans leurs divers domaines d activité. En 2011, ces mesures leur ont permis de réaliser un gain d environ CHF 13,5 milliards, dans un contexte de marché difficile au plan international. Elles ont ainsi presque rejoint le résultat de l année précédente et le secteur bancaire a dégagé une création de valeur brute de CHF 32,4 milliards. En termes d importance pour l économie suisse, ce chiffre représente 6,1% de la création de valeur. Le graphique 2-3 montre que cette proportion avait progressivement baissé depuis les 8,9% atteints en L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

9 2-3 Part de la création de valeur brute nominale Le secteur bancaire contribue à 6,1% de la création de valeur 15% 12% 9% 13,1% 0,4% 3,8% 11,3% 0,6% 3,2% 11,4% 0,7% 3,7% 12,2% 0,8% 4,1% 12,1% 0,8% 4,1% 11,9% 0,9% 3,4% 12,7% 1,0% 3,9% 13,6% 1,2% 4,4% 12,6% 1,2% 4,4% 12,1% 1,2% 4,4% 11,6% 1,2% 4,0% 11,5% 1,2% 4,2% 6% 3% 8,9% 7,5% 7,1% 7,3% 7,2% 7,6% 7,8% 8,0% 6,9% 6,4% 6,4% 6,1% 0% Secteur financier Banques Assurances Autres services financiers Assurances comprises, le secteur financier global a apporté une contribution de 11,5% à la création de valeur en 2011, soit une création de valeur comparable à celle d il y a dix ans. Le graphique 2-3 montre clairement les deux années fastes du secteur financier, juste avant l éclatement de la bulle Internet de 2001 et la crise financière de A l avenir, le secteur bancaire devrait croître au même rythme que l économie globale suisse A l avenir, la création de valeur du secteur bancaire devrait croître de 1,9% par an, soit un rythme similaire à celui de l ensemble de l économie. A court terme, l environnement devrait se dégrader mais les adaptations aux conditions-cadres attendues devraient ouvrir la voie à un retour de la croissance. Grâce à cette dernière, la part de la création de valeur du secteur bancaire au sein de l économie globale devrait se stabiliser autour des 6% durant la prochaine décennie. 2-4 Prévisions concernant la création de valeur brute réelle Croissance moyenne ,0% 1,9% 1,9% 1,8% 1,8% 1,6% 1,5% 1,0% 0,5% 0,0% Banques Assurances Autres services financiers Secteur financier Economie globale Selon les prévisions stagnation et restructurations du secteur ces prochaines années, avec à la clé un rebond de la croissance la contribution du secteur bancaire à la création de valeur devrait s inscrire à 5,7% de 2013 à 2015 avant de renouer avec le niveau actuel. L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

10 2.2 Emploi En 2011, près de personnes (ce qui correspond à équivalents temps plein) travaillaient dans le secteur bancaire et environ personnes (ce qui correspond à équivalents temps plein) dans l ensemble du secteur financier, ce qui représente respectivement 3,1% et 5,1% de l économie globale suisse. Deux facteurs expliquent ces divergences de contribution à l économie globale entre emploi et création de valeur. D une part, le secteur bancaire comprend nettement moins de postes à temps partiel que les autres branches, ce dont les statistiques d emploi ne permettent pas de tenir compte. D autre part, la productivité de ce secteur est supérieure à celle d autres branches de l économie. Sur la base d une occupation équivalente à des postes à temps plein, la contribution à l économie globale suisse est donc respectivement de 3,1% et 5,7%. 2-5 Part de l emploi dans l économie globale 6% 4,9% 5,1% 5,3% 5,2% 5,2% 5,2% 5,1% 5,2% 5,2% 5,3% 5,1% 5,1% 5% 0,4% 0,5% 0,6% 0,6% 0,6% 0,7% 0,7% 0,7% 0,7% 0,8% 0,8% 0,8% 4% 1,5% 1,5% 1,4% 1,4% 1,4% 1,4% 1,3% 1,3% 1,3% 1,3% 1,2% 1,2% 3% 2% 3,0% 3,1% 3,3% 3,2% 3,1% 3,1% 3,1% 3,2% 3,2% 3,2% 3,1% 3,1% 1% 0% Secteur financier Banques Assurances Autres services financiers Evolution stable de l emploi Les efforts pour réduire les charges de personnel vont se poursuivre Durant la dernière décennie, l effectif du secteur a progressé en ligne avec l emploi global (cf. le graphique 2-5). Dans ce domaine, le secteur bancaire a donc connu une évolution plus stable que dans celui de la création de valeur. Toutefois, si l on observe l évolution des heures de travail effectuées, on constate que le secteur financier a connu une croissance nettement plus marquée (18%) que la moyenne sectorielle globale (13%). Les efforts consentis par les banques en Suisse afin de réduire les coûts et la pression sur les marges livrent déjà des résultats positifs en termes d économie d entreprise. Ainsi, malgré des exigences réglementaires plus strictes, la part des charges de personnel et d exploitation au résultat global (ou cost income ratio) a pu être réduite de 82,4% en 2008 encore à 68,3% à fin Selon les statistiques, ces réductions de coûts n ont eu aucun impact sur le nombre d actifs employés, ce dernier restant inchangé par rapport à l année précédente. Les économies au niveau des charges du personnel ont donc été opérées en amont, sur les rémunérations. Les efforts se focalisant toujours plus sur les gains d efficacité et les prévisions tablant sur une croissance modeste des banques, le nombre d actifs employés par la branche devrait baisser de 0,3% par an jusqu en Il sera sans doute fait recours à des économies d échelle, par exemple via la centralisation et l automatisation de processus ou l externalisation vers des sites offrant des conditions meilleur marché. Toutefois, même sans ce type d externalisation, des suppressions d emplois sont à prévoir. Cela résulte notamment de la charge de travail importante liée aux exigences réglementaires accrues que les banques doivent satisfaire. 12 L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

11 Dans les assurances et le reste du secteur financier également, le nombre d emplois créés devrait être modeste, si bien que pris dans son ensemble, le secteur financier ne sera sans doute pas créateur d emplois (-0,1% par an jusqu en 2020). 2-6 Prévisions concernant l emploi dans les branches du secteur financier Croissance moyenne ,6% 0,4% 0,2% 0,2% 0,3% 0,0% 0,5% -0,2% -0,1% -0,4% -0,3% Banques Assurances Autres services financiers Secteur financier Economie globale 2.3 Impôts Les recettes fiscales du secteur bancaire se sont élevées à CHF 11,2 milliards en 2011 Pour l Etat, les services fournis par les banques sont synonymes de recettes fiscales importantes. En 2011, il a ainsi perçu CHF 11,2 milliards, dont 5,2 (soit 46%) ont été générés par des impôts directs. Dans ce montant sont inclus les impôts sur le revenu perçu sur les dividendes, le capital et les bénéfices des entreprises ainsi que l impôt sur le revenu versé par les employés (CHF 3,4 milliards), qui constitue la principale recette fiscale directe de l Etat. Avec CHF 5,9 milliards, soit 53%, les impôts indirects représentent un revenu encore plus important pour l Etat. Ils englobent la taxe sur la valeur ajoutée, l impôt anticipé et le droit de timbre. Au total et en tenant compte de la retenue fiscale de l UE, les recettes publiques s élèvent à environ CHF 11,2 milliards, soit presque 10% des recettes fiscales totales perçues en moyenne par la Confédération, les cantons et les communes. 2-7 Recettes fiscales générées par les activités du secteur bancaire, en CHF milliards, 2011 Retenue fiscale UE 0,1 Taxe sur la valeur ajoutée 1,4 Impôts sur les bénéfices et le capital 1,3 Impôts directs L impôt anticipé suisse 2,7 Impôts indirects Impôt sur le revenu pour les collaborateurs 3,4 Droit de timbre 1,8 Impôts sur les bénéfices sur les dividendes 0,5 Source: ASB, DFF, AFC Comparativement à la taille du secteur bancaire, le volume d impôts qu il génère et qui est utilisé par l Etat pour s acquitter de ses tâches publiques est extrêmement élevé. L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

12 3 L importance du secteur bancaire pour les autres secteurs Effets économiques plus importants que ne le laisse supposer la création de valeur La banque, un secteur en réseau Le secteur bancaire assure en Suisse une part importante de la performance économique globale et contribue ainsi à la prospérité du pays de manière significative. Son importance ne se traduit toutefois pas uniquement par la création de valeur ou d emplois pour les banques. En effet, son importance économique réelle va bien au-delà: d autres branches économiques profitent des effets de l offre et de la demande qu il crée en termes de création de valeur et d emploi. Toutefois, ces effets ne sont pas visibles dans les statistiques officielles. Côté offre, un secteur bancaire domestique qui fonctionne bien profite à toutes les branches d une économie. En la matière, la banque affiche les caractéristiques d un «secteur en réseau». L importance économique des secteurs en réseau réside notamment dans le fait qu ils créent un avantage supplémentaire pour les autres acteurs économiques par l infrastructure qu ils fournissent. La compétitivité de l utilisateur de l infrastructure en question est d autant plus élevée que cette dernière est bien développée. En ce sens, un secteur bancaire qui fonctionne bien fait tout autant partie de l infrastructure d un pays qu un réseau électrique ou de transport en bon état. 3-1 Coûts du capital en comparaison internationale Marge d intérêt nette modifiée 6,8% 7% 6% 5% 4% 3,8% 3% 2,8% 2,8% 2% 2,3% 1,8% 1,6% 1,7% 1,7% 1,5% 2,0% 1,5% 1% 0% Pays-Bas Allemagne Suède Royaume-Uni Remarque: marge d intérêt nette modifiée = produits d intérêts nets/volume de crédit Source: Banques centrales nationales, OCDE Autriche Suisse L offre de services, un avantage pour les autres branches Comme l indique le graphique 3-1, en 2010, la marge d intérêts modifiée des banques en Suisse a été inférieure à celle de l étranger. Comparativement à la moyenne des dix dernières années, ladite marge a en outre davantage baissé que dans les autres pays observés. Ce bas niveau est dû à l efficacité de l offre de services et à la forte compétitivité du secteur bancaire suisse. En outre, grâce à ces faibles marges, les entreprises, qui bénéficient déjà en Suisse de taux faibles, peuvent se financer à des conditions avantageuses. Cet atout compétitif de la Suisse au plan international, qui a joué un rôle capital pour l économie du pays durant des décennies, s est même renforcé ces dernières années. 14 L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

13 Les entreprises profitent d effets sur la demande, par exemple par la demande en prestations préalables et par les dépenses de consommation des employés de banque S agissant de la demande également, l activité économique du secteur bancaire a une incidence positive sur les autres branches, tant en termes de création de valeur, d emplois que de revenus. Ces entreprises assument le rôle de fournisseur et satisfont la demande du secteur bancaire, voire des sociétés situées en amont dans la chaîne de création de valeur. Naturellement, les secteurs fournisseurs utilisent eux-mêmes les biens et services d autres entreprises, avec à la clé une nouvelle création de valeur. D après le compte de production de l Office fédéral de la statistique, les banques ont eu recours à des biens et services pour un montant de CHF 26,5 milliards en Plus de la moitié de ces prestations préalables concerne des flux de paiement au sein du secteur: autrement dit, elles ont été fournies entre entreprises du secteur financier. Le reste est le fait d autres branches de l économie. Il peut notamment s agir de cabinets de conseil ou de prestataires de services spécialisés dans l informatique. Une partie de la création de valeur brute engrangée dans cette branche trouve son origine dans la demande de services du secteur financier. Mais d autres prestations préalables, notamment des prestations de construction, génèrent ailleurs (dans le secteur corrélatif ) par ricochet une nouvelle création de valeur. Outre cette demande en prestations préalables, les dépenses de consommation des employés de banque ont également un impact positif (certes à un moindre degré) sur les autres branches de l économie suisse. En raison du niveau supérieur à la moyenne des rémunérations en vigueur dans le secteur bancaire, cette fourniture de biens et services a un impact important en termes de création de valeur, d emplois et de revenus au sein des autres branches. 3.1 Création de valeur Les effets de création de valeur générée côté demande s élèvent à CHF 17 milliards L analyse d impact menée par BAKBASEL révèle qu outre les CHF 32,4 milliards de contribution fiscale directe du secteur bancaire, ce dernier fournit une création de valeur brute de CHF 17 milliards aux autres branches. Ainsi l effet de création de valeur effective du secteur bancaire s est monté à environ CHF 49,4 milliards en ,3% de la création de valeur brute totale de l économie du pays ont donc été réalisés par les activités du secteur bancaire, dont 6,1% de manière directe et 3,2% de manière indirecte. 3-2 Effets de création de valeur brute des activités de production du secteur bancaire, 2011 Création de valeur brute Part de la création de valeur Effets directs CHF 32,4 mia. 6,1% Effets indirects CHF 6,1 mia. 1,2% Effets induits CHF 10,8 mia. 2,0% Les autres branches ont réalisé CHF 6,1 milliards de création de valeur grâce à la fourniture de prestations préalables Effets indirects Dans un contexte d interdépendance économique des processus de production au sein de l économie globale, la demande en prestations préalables issues d autres branches s est traduite par des effets indirects de création de valeur. Le secteur bancaire affiche ainsi un taux de prestations préalables de 42,5%: autrement dit, chaque million de francs suisses généré par les banques entraîne une demande de CHF dans d autres entreprises. Compte tenu du degré élevé d interdépendance au sein du secteur bancaire, seule une part marginale de ce chiffre profite à des entreprises des autres branches économiques. Néanmoins, les banques y génèrent une création de valeur se montant à CHF 6,1 milliards via la demande en prestations préalables, ce qui correspond à un bon pour cent de la création de valeur suisse. L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

14 La demande en consommation des employés de banque génère CHF 10,8 milliards Effets induits Les autres branches de l économie ne profitent pas uniquement de la demande en prestations préalables des banques, mais également d effets induits. Ces derniers proviennent de la demande en consommation soit des collaborateurs bancaires employés de manière permanente, soit des expatriés. Pour ces derniers, outre les habituelles dépenses de consommation, on compte également divers services notamment dans les domaines suivants: déménagement, aide à la recherche d un logement, vente/location de biens immobiliers, conseil fiscal, obtention d un permis de travail ou aide à l intégration (par ex. cours de langues). Par ailleurs, la main-d œuvre internationale constitue une importante source de demande d écoles internationales, de professeurs particuliers ou de jeunes filles/hommes au pair. Compte tenu de la dépendance intersectorielle, il en résulte une création de valeur brute de CHF 10,8 milliards dans les branches hors secteur bancaire. Ce chiffre relativement élevé s explique par le pouvoir d achat particulièrement important des employés du secteur bancaire et par la spécificité de leurs désirs de consommation. Un examen portant sur chaque branche distincte du secteur financier montre que c est au niveau des effets directs et des effets induits directs que le secteur bancaire apporte une contribution supérieure à la moyenne à l effet global. 3.2 Emploi De substantiels effets indirects sur l emploi Fin 2011, le secteur bancaire employait environ personnes, auxquelles il faut ajouter les postes créés dans les autres branches par effets indirects et induits. Ainsi, l effet total du secteur bancaire suisse en matière d emploi se monte à bien personnes, soit environ 6,6% de la totalité des actifs du pays. 3-3 Effets sur l emploi des activités de production du secteur bancaire, 2011 Emploi Part de l emploi total Effets directs ,1% Effets indirects ,3% Effets induits ,2% Des places de travail supplémentaires dans les autres secteurs, grâce à un effet de demande Par rapport aux personnes employées à fin 2009, les chiffres de 2011 font état d un léger repli. Néanmoins, la progression de la demande en biens et services a été telle que, dans les autres branches, l emploi corrélatif a grimpé de 15% en deux ans. Ces données prouvent qu une économie suisse robuste dépend autant d un secteur bancaire solide et moteur de la demande que d un secteur industriel performant et fournisseur de l offre. 1 1 Sur l interdépendance mutuelle, voir BAKBASEL (2011). 16 L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

15 Des suppressions de postes dans les banques ont un impact plus que propor tionnel sur les autres branches Les effets de transfert (spill-over) accentuent encore l influence du secteur bancaire De cette interdépendance, il résulte que pour 100 postes bancaires, 115 emplois supplémentaires sont créés dans d autres branches par effets indirects. Or, le secteur bancaire aura le même impact significatif sur le reste de l économie si des postes sont supprimés dans un avenir proche. Ainsi, pour 100 emplois supprimés dans ce secteur, 115 postes le sont aussi dans les autres branches. Les conditions-cadres en vigueur dans le secteur bancaire, notamment les inconvénients de coûts dus à certaines ponctions fiscales ou à la mise en conformité avec des exigences plus strictes à l égard des banques en Suisse, ont sur les autres secteurs économiques des répercussions qui dépassent même celles subies par le secteur bancaire. Les chiffres des tableaux 3-2 et 3-3 sous-estiment la création de valeur et les effets en matière d emploi du secteur bancaire sur les autres branches de l économie. En effet, ni l incidence du secteur sur la demande dans les autres branches, ni les externalités (spill-over) positives ne sont prises en compte dans ces statistiques. Grâce à une formation de grande qualité, le secteur bancaire suisse contribue à la notoriété du pays en tant que pôle de compétences. Les coopérations dans le domaine de la recherche renforcent l attrait international des hautes écoles du pays. Les effets de réseau et la création de pôles d excellence stimulent les autres secteurs de l économie: le tourisme de même que les commerces de montres et de bijoux tirent par exemple parti de la visite en Suisse d une clientèle privée fortunée pour qui le rendez-vous avec le banquier est souvent l occasion de faire un séjour prolongé ou divers achats. L importance du secteur bancaire suisse ASB Août

16 4 Conclusion Le secteur bancaire reste une branche clé de l économie «Made in Switzerland», un label de qualité Malgré les revers subis lors des années de crise, le secteur bancaire reste une des branches clés de l économie suisse. Il continue d apporter une contribution majeure à la création de valeur et est étroitement lié aux autres secteurs économiques. Ces derniers profitent à plus d un titre des banques: lorsqu ils ne sont pas les fournisseurs du secteur bancaire, c est à ses employés qu ils offrent biens et services. En outre, la place industrielle bénéficie aussi de la qualité du secteur bancaire qui, en tant que secteur en réseau, contribue à un accès facilité au crédit en Suisse et à un niveau de taux bas en comparaison internationale. Enfin, les multinationales profitent elles aussi d une palette très large de services adaptés à leurs besoins. L inverse est vrai aussi: les banques profitent de la bonne réputation de l industrie suisse. Sans le label et gage de qualité «Made in Switzerland» de l industrie des machines et de l horlogerie, le secteur bancaire n aurait peut-être pas atteint sa taille actuelle. Tant la place industrielle que le secteur bancaire sont dépendants de conditions-cadres favorables. Le durcissement réglementaire dans le sillage de la crise financière soumet toutefois le secteur bancaire suisse à une pression supplémentaire, en sus du rétrécissement des marges. Une place financière compétitive doit se doter de règles judicieuses et appropriées que les établissements bancaires et les autorités peuvent uniquement élaborer ensemble dans le dialogue. Il est donc essentiel d unir ces forces dans la compétition qui oppose les places internationales. Une union que les nouvelles réalités politiques rendent indispensable. 18 L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

17 Association suisse des banquiers Aeschenplatz 7 Case postale 4182 CH-4002 Bâle T F L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Dans la théorie de l intermédiation financière, un système bancaire fonctionne correctement s il favorise

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Cordiale bienvenue au

Cordiale bienvenue au Cordiale bienvenue au Pascal Broulis, Chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) Président de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) Page 1 CGN, Le Lausanne, 2 septembre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

9. Place financière et marché des capitaux.

9. Place financière et marché des capitaux. 9. Place financière et marché des capitaux. Le secteur financier, qui contribue à hauteur de 11 % au produit intérieur brut et représente quelque 210 000 emplois (6 % du total de la main-d œuvre suisse),

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2013 Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2013 Executive summary 3 1 Evolution économique globale 1.1 Economie internationale 1.2 Suisse

Plus en détail

UBS SA. Media Relations Tél. +41-44-234 85 00. www.ubs.com. 30 mars 2007. Communiqué de presse

UBS SA. Media Relations Tél. +41-44-234 85 00. www.ubs.com. 30 mars 2007. Communiqué de presse Communiqué de presse UBS SA Tél. +41-44-234 85 00 www.ubs.com UBS communique le dividende ainsi que la valeur d inventaire de trois UBS Real Estate Funds et annonce une augmentation de capital avec droit

Plus en détail

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00)

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) dans la limite de l'enveloppe disponible Batik Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance*

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires 2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires Préambule Les présentes directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

3L indépendance de la Banque Nationale. 3economiesuisse rejette l idée d un programme. 3economiesuisse réclame un moratoire sur

3L indépendance de la Banque Nationale. 3economiesuisse rejette l idée d un programme. 3economiesuisse réclame un moratoire sur Franc fort : renforcer la place économique suisse dossierpolitique 2 février 2015 Numéro 1 Franc suisse. Le 15 janvier 2015, la Banque Nationale Suisse (BNS) a annoncé qu elle ne défendait plus le taux

Plus en détail

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007

LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 LA FINANCE EST-ELLE DEVENUE TROP CHERE? ESTIMATION DU COUT UNITAIRE D INTERMEDIATION FINANCIERE EN EUROPE 1951-2007 Les notes de l IPP n 10 Juin 2014 Guillaume Bazot www.ipp.eu Résumé La finance a pris

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique,

Plus en détail

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus PDC suisse Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus Document de position de la Présidence du PDC suisse du 23 octobre 2008 1 Introduction La Présidence du PDC suisse

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2011 Baromètre bancaire 2011 L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2011 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Sommaire Executive Summary 3 1 Evolution

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

Gérer votre patrimoine.

Gérer votre patrimoine. Gérer votre patrimoine. Planifier votre avenir. Nous vivons dans un monde en constante évolution. 2 Introduction Introduction 3 Gérer votre patrimoine dans un monde en constante évolution. Nous vivons

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger Dpt fédéral de l environnement, transports, énergie et communication (DETEC) Palais fédéral Nord 3003 Berne Lausanne, le 10 juin 2008 Consultation : révision

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence pour les datacenter dossierpolitique

Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence pour les datacenter dossierpolitique Schweizerischer Verband der Telekommunikation Association Suisse des Télécommunications Swiss Telecommunications Association Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

La balance des paiements et la position

La balance des paiements et la position La balance des paiements et la position extérieure globale selon le BPM6 1. Introduction La balance des paiements de la Belgique est l état statistique qui récapitule de façon systématique les transactions

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail