Études. Coût de la chirurgie d une hernie discale

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Études. Coût de la chirurgie d une hernie discale"

Transcription

1 Études Coût de la chirurgie d une hernie discale 1

2 Table des matières 03 Objectif 04 Introduction 05 Données et méthodologie 06 Caractéristiques des hospitalisations 09 Profil de la population hospitalisée 11 Coût d une intervention chirurgicale 17 Conclusion 18 Annexes 2 Editeur responsable Xavier Brenez Rédaction PhD Güngör Karakaya Coordination Pascale Janssens Lay-out Marinella Cecaloni

3 Études Coût de la chirurgie d une hernie discale Le but de cette étude est d évaluer et d analyser le coût hospitalier d une intervention chirurgicale d une hernie discale 1. Elle s inscrit dans le prolongement des travaux effectués pour évaluer et analyser le coût hospitalier des prestations chirurgicales les plus courantes réalisées sur les affiliés des Mutualités Libres au cours de l année La première partie du travail porte sur les données et la méthodologie employée pour sélectionner les admissions en hôpital pour une intervention chirurgicale pour hernie discale. La deuxième section traite l hospitalisation selon son type (classique ou de jour 2 ) et selon la durée du séjour. La troisième partie analyse la population hospitalisée d une hernie discale en fonction de son âge et de son sexe. La quatrième section évalue l ampleur et la structure du coût moyen d une opération chirurgicale d une hernie discale. Ce coût est également ventilé selon le statut BIM 3 ou non du patient, le statut universitaire ou non de l hôpital, le type d hospitalisation et le type de chambre. 1 Sur les affiliés des Mutualités Libres au cours de l année PhD Güngör Karakaya Service Etudes & Stratégie des Mutualités Libres 2 La loi définit l hospitalisation classique comme suit: «toute première journée d hospitalisation qui comporte au moins une nuit, à savoir une admission qui commence avant minuit et qui se termine après 8 heures le lendemain». Dans le cas où le patient peut rentrer chez lui le jour de l intervention, nous parlons d hospitalisation de jour ou de one day. 3 Le statut BIM (bénéficiaire de l intervention majorée) donne droit à un meilleur remboursement de l assurance maladie-invalidité (AMI) et, en corollaire, à des tickets modérateurs (qui sont à charge du patient) moindres. 3

4 Introduction Pathologie Par définition, une hernie discale est la saillie d une portion d un disque intervertébral pouvant provoquer une pression sur les racines nerveuses (voir figure 1). Elle peut être asymptomatique (généralement le cas lorsqu elle ne comprime pas de racine nerveuse), provoquer une lombalgie ou encore causer une sciatique par compression de l une des racines accompagnée de douleurs le long d une jambe. Figure 1 Source : La hernie discale se localise dans les régions lombaire, thoracique et cervicale de la colonne vertébrale. Toutefois, les hernies discales thoraciques sont très rares, alors que les hernies lombaires sont les plus fréquentes en raison de leur position au bas de la colonne vertébrale. Traitement Il existe de nombreuses possibilités de traitement d une hernie discale. La plupart du temps, les traitements non chirurgicaux ou médicaux permettent de faire cesser les douleurs. L intervention chirurgicale n est donc pas toujours indispensable. Mais elle s avère nécessaire lorsque le patient souffre de déficits neurologiques (en présence de troubles moteurs ou sphinctériens, il s agit même d une urgence) ou lorsque des douleurs invalidantes persistent malgré un traitement médical adéquat. Intervention chirurgicale La technique chirurgicale de référence est la discectomie partielle ou totale réalisée sous anesthésie générale. Dans un premier temps, la racine nerveuse est libérée. Ensuite, la hernie discale et une partie (ou l entièreté) du disque endommagé sont enlevées afin de minimiser le risque de récidive postopératoire. D autres techniques chirurgicales sont également employées comme la nucléotomie percutanée sous contrôle d amplificateur de brillance et l arthrodèse avec ou sans prélèvement du greffon. Actuellement, les interventions chirurgicales se font presque exclusivement en hospitalisation classique. Les interventions en hospitalisation de jour sont très rares et réservées à la nucléotomie percutanée. Les prestations chirurgicales, telles que définies par la nomenclature des prestations de santé faisant l objet de remboursement (partiel ou total) de l assurance soins de santé, se distinguent selon le type de hernie discale (thoracique, lombaire ou cervicale) et la technique utilisée pour la traiter. 4

5 01 Données et méthodologie Les données traitées dans le cadre de ce travail sont les données de facturation de 2010 des affiliés des Mutualités Libres (MLOZ). Les patients hospitalisés pour traitement d une hernie discale sont sélectionnés sur base des codes de la nomenclature des prestations de santé faisant l objet de remboursement de l assurance soins de santé suivants : : Cure chirurgicale d'une hernie discale cervicale (N 625 ; 753,07 en 2010) ; : Cure chirurgicale d'une hernie discale autre que cervicale (N 450 ; 433,77 en 2010) ; : Cure chirurgicale de hernie discale et arthrodèse, y compris le prélèvement éventuel du greffon (N 625 ; 753,07 en 2010) ; : Nucléotomie percutanée pour hernie discale sous contrôle d'amplificateur de brillance (N 350 ; 337,38 en 2010). Les deux premières combinaisons de codes, à savoir et , se rapportent à l ablation de la hernie discale selon sa localisation. La troisième prestation ( ) a la particularité d inclure également l arthrodèse qui consiste à fixer plusieurs vertèbres entre elles au moyen de matériel d ostéosynthèse (cage, vis et tiges métalliques, ) avec un prélèvement éventuel du greffon. La nucléotomie percutanée ( ), qui est une technique moins traumatisante, consiste quant à elle à introduire un nucléotome dans le disque intervertébral de manière à aspirer (en partie ou entièrement) le nucleus pulposus. L objectif est la décompression de la racine nerveuse en diminuant le volume du nucleus pulposus. Cette technique est généralement employée en one day mais uniquement dans des cas bien précis (hernie discale molle). 4 Pour rappel, en présence d interventions chirurgicales multiples, l article 15 3 (1/1/2002) de la Nomenclature stipule : «en cas d interventions chirurgicales multiples exécutées dans un même champ au cours d une même séance opératoire, seule l intervention principale est honorée» et l article 15 4 (1/1/2002) : «lorsque, au cours d une même séance opératoire, plusieurs interventions sont exécutées dans des champs nettement distincts, l intervention principale est honorée à cent pour cent et la ou les autres interventions à cinquante pour cent des valeurs indiquées pour ces prestations, à moins que le libellé de la prestation ou les règles de la nomenclature ne le déterminent autrement». La loi définit l hospitalisation classique comme suit: " toute première journée d hospitalisation qui comporte au moins une nuit, à savoir une admission qui commence avant minuit et qui se termine après 8 heures le lendemain ". Dans le cas où le patient peut rentrer chez lui le jour de l intervention, nous parlons d hospitalisation de jour ou de one day. Celle-ci est réalisée en one day pour autant que la prestation fasse partie soit de la liste des forfaits d hôpital de jour repris à l annexe 1 de la convention nationale entre les établissements hospitaliers et les organismes assureurs du 24 juin 2011, soit de la liste A de l Arrêté royal du 25 avril 2002 relatif à la fixation et à la liquidation du budget des moyens financiers des hôpitaux. Dans un premier temps, nous sélectionnons les patients hospitalisés pour une hernie discale à partir des codes de nomenclature tels que définis ci-dessus. Dans un second temps, nous identifions l ensemble de leurs prestations réalisées lors du séjour hospitalier (frais de séjour, honoraires, médicaments, implants, ). Durant l analyse de la composition des ressources utilisées dans le cadre d une hospitalisation, nous supposerons que la prestation chirurgicale se rapportant à la hernie discale est la raison principale de l admission à l hôpital 4. Par conséquent, toute autre prestation chirurgicale associée à celle de la hernie discale ou toute autre pathologie susceptible de prolonger la durée du séjour n est pas prise en compte dans nos calculs de coûts. 5

6 02 Caractéristiques des hospitalisations Cette section porte sur la répartition des interventions chirurgicales de la hernie discale selon le type d hospitalisation et la durée du séjour. 2.1 Type d hospitalisation A partir des codes de nomenclature retenus, nous recensons interventions chirurgicales de hernie discale au cours de l année 2010 dont en hospitalisation classique (HC) et seulement 30 en hospitalisation de jour (one day/od). Dans 99% des cas, ces interventions nécessitent donc des séjours de plus d une journée à l hôpital. A la lecture de la figure 2, nous pouvons dire que seule la nucléotomie percutanée autrement dit la technique la moins traumatisante est concernée par la chirurgie de jour. Près de trois interventions sur quatre se font en one day avec cette pratique. Celle-ci n est néanmoins que très rarement employée étant donné qu elle a des indications spécifiques (notamment lorsque la hernie discale est molle). Trois interventions sur quatre portent sur une hernie discale autre que cervicale (figure 2). Autrement dit, les hernies discales lombaires et thoraciques font plus fréquemment l objet d une chirurgie que les cervicales qui ne représentent que 15 % de l ensemble des interventions. Les hernies discales lombaires et thoraciques font plus fréquemment l objet d une chirurgie que les cervicales qui ne représentent que 15 % de l ensemble des interventions. Figure 2 Nombre et proportion d interventions chirurgicales par type d hospitalisation (2010) 6

7 2.2 Durée du séjour L analyse de la durée du séjour selon le type d intervention n a été réalisée que pour l hospitalisation classique puisque, par définition, le patient peut rentrer chez lui le jour de l intervention dans le cas d une hospitalisation de jour. Le tableau 1 présente une durée de séjour hospitalier différenciée selon le type d intervention. La durée moyenne du séjour est d environ 5 jours pour la hernie discale cervicale et autre que cervicale, alors qu elle est beaucoup plus longue dans le cas d une hospitalisation de hernie discale avec arthrodèse (8 jours). La nucléotomie percutanée, qui se fait essentiellement en one day, est quant à elle beaucoup plus courte (2 jours). Une correction au niveau de nos données s impose puisqu elles sont fortement influencées par certains patients présentant une durée de séjour anormalement longue pour une même hospitalisation. Ces cas exceptionnels peuvent s expliquer soit par des complications ultérieures et donc un suivi plus long en hôpital, soit par des patients souffrant de pathologies annexes (pas forcément liées à la chirurgie de la hernie) qui nécessitent un plus long séjour. Par conséquent, l inclusion de ces outliers dans notre étude aura pour effet de surévaluer le coût hospitalier de la hernie discale. Pour remédier à ce problème, nous n avons pas retenu les hospitalisations dont la durée est supérieure au 97e percentile de sa distribution. Durée du séjour selon le type d intervention chirurgicale d une hernie discale (2010) Type d intervention Nombre Moyenne Ecarttype Min. Max. Quartile inférieur Médiane Quartile supérieur 95e centile 97e centile 99e centile tableau 1 Hernie discale autre que cervicale Hernie discale cervicale Hernie discale et arthrodèse, y compris le prélèvement éventuel du greffon Nucléotomie percutanée pour hernie discale sous contrôle d amplificateur de brillance

8 Après exclusion des outliers, nous nous retrouvons avec hospitalisations classiques, soit 60 hospitalisations de moins (tableau 2). La nouvelle durée d hospitalisation se réduit d environ une journée, sauf dans le cas de la médiane et de la nucléotomie où aucun changement n apparaît. Durée du séjour selon le type d intervention chirurgicale d une hernie discale, après correction (2010) Type d intervention Nombre Moyenne Ecarttype Min. Max. Quartile inférieur Médiane Quartile supérieur Hernie discale autre que cervicale Hernie discale cervicale tableau 2 Hernie discale et arthrodèse, y compris le prélèvement éventuel du greffon Nucléotomie percutanée pour hernie discale sous contrôle d amplificateur de brillance Le nombre d interventions chirurgicales augmente avec l âge jusqu à 50 ans. Ensuite, pour les tranches d âge supérieures, il se réduit. 8

9 03 Profil de la population hospitalisée Dans cette section, nos investigations portent sur la répartition de la population hospitalisée pour le traitement chirurgical d une hernie discale selon l âge et le sexe. 3.1 Age du patient hospitalisé Le nombre d interventions chirurgicales augmente avec l âge jusqu à l âge de 50 ans. Ensuite, pour les tranches d âge supérieures, il se réduit (figure 3). Cette diminution en valeur absolue n est pas liée à la composition démographique des affiliés des Mutualités Libres (voir Annexe figure A.1). Une analyse en terme relatif ne perturbe donc pas cette tendance. Répartition du nombre d interventions chirurgicales selon l âge (2010) figure 3 L âge moyen ou médian des affiliés MLOZ hospitalisés pour le traitement chirurgical d une hernie discale ne varie pas significativement d un type d intervention à l autre en HC (figure 4) 5. En d autres termes, une technique d intervention chirurgicale de la hernie discale (ou sa localisation) n est pas plus présente chez les personnes âgées ou jeunes. Aussi bien pour la moyenne que pour la médiane, l âge se situe aux alentours des 50 ans. 5 Pour les données chiffrées, voir Annexe tableau A.1. L écart entre l âge moyen ou médian des patients hospitalisés en hospitalisation classique et celui des patients opérés en hospitalisation de jour est également faible pour la nucléotomie percutanée. 9

10 Distribution de l âge de la population opérée d une hernie discale (2010) figure 5 figure Sexe du patient hospitalisé Au total, hommes et femmes se sont fait opérer d une hernie discale en HC (figure 5). Pour le OD, ces chiffres sont de respectivement 13 et 17. Peu importe le type d hospitalisation (HC ou OD), le nombre de femmes opérées d une hernie discale n est pas significativement différent de celui des hommes. Une comparaison par type de hernie ou d intervention aboutit à la même conclusion. En effet, quel que soit le type de hernie ou d intervention, les écarts entre les hommes et les femmes n excèdent pas 10 points de pourcentage. L intervention chirurgicale pour hernie discale lombaire (et thoracique) concerne 54 % d hommes et 46 % de femmes et la hernie discale cervicale et celle avec arthrodèse portent sur 40 % d hommes et 60 % de femmes. Répartition du nombre d interventions chirurgicales selon le sexe (2010) 10

11 04 Coût d une intervention chirurgicale Le coût moyen de l intervention chirurgicale est de 711 en one day et de en cas d hospitalisation classique. 6 Le coût à charge du patient est celui avant toute intervention d une assurance hospitalisation privée et facultative. 7 Supérieure au 97ème percentile de sa distribution. D une part, nous chiffrons et analysons le coût hospitalier moyen d une intervention chirurgicale de la hernie discale à charge de l assurance maladie-invalidité (AMI) et à charge du patient (ticket modérateur et supplément 6 ) en fonction du type d hospitalisation, ainsi que la structure de ce coût par groupe de prestation. D autre part, nous ventilons le coût moyen et le nombre d interventions selon le statut BIM ou non du patient, le statut universitaire ou non de l hôpital et le type de chambre. Les coûts hospitaliers d une intervention à charge de l assurance obligatoire et à charge du patient (ticket modérateur et supplément) sont calculés à partir de la population analysée dans le chapitre précédent (soit au total interventions en hospitalisation classique et 30 interventions en hospitalisation de jour en 2010). Nous ne retenons pas les outliers susceptibles d influencer significativement nos résultats (voir plus haut). Pour rappel, cette population englobe l ensemble des patients hospitalisés d une hernie discale sélectionnés à partir des codes de nomenclature tels que définis plus haut (partie 1 : données et méthodologie). Cette sélection nous permet de connaître l ensemble des prestations (frais de séjour, honoraires, médicaments, implants, ) réalisées lors du séjour hospitalier du patient en supposant que la prestation chirurgicale de la hernie est la raison principale de l admission à l hôpital. Afin d éviter que nos résultats soient influencés par les outliers, les patients présentant une durée de séjour anormalement longue 7 ont été exclus de nos calculs au même titre que les prestations relatives à une autre pathologie (cholécystectomie, hystérectomie, opération sur le cœur, prostatectomie, ). 4.1 Ampleur et structure du coût moyen hospitalier La figure 6 (voir page suivante) présente le coût moyen d une intervention chirurgicale de la hernie discale par type d hospitalisation ainsi que sa répartition entre l AMI (assurance maladie-invalidité) et le patient (ticket modérateur et supplément). L hospitalisation classique coûte beaucoup plus cher à la société et au patient que l hospitalisation de jour. En effet, plus la durée du séjour du patient à l hôpital est longue, plus les frais augmentent (voir plus haut tableau 2). Toutefois, ce résultat est à interpréter avec prudence puisque l hospitalisation de jour n est concernée que par la nucléotomie percutanée (qui ne porte que sur très peu de personnes). Le coût moyen de l intervention chirurgicale est de 711 en one day et de en cas d hospitalisation classique. L intervention avec arthrodèse, à savoir celle entraînant l hospitalisation la plus longue, coûte le plus cher à l AMI et au patient avec un coût moyen de Elle ne représente toutefois qu environ 8 % de l ensemble des interventions chirurgicales de hernie discale. 11

12 Bien que la durée moyenne du séjour soit (d une journée) plus courte, l hospitalisation pour hernie discale cervicale coûte 50% plus cher que celle pour hernie discale autre que cervicale (c est-à-dire lombaire et thoracique). Cela s explique par des coûts d implants et des honoraires médicaux plus élevés (voir plus bas). Coût moyen d une intervention chirurgicale de la hernie discale par type d hospitalisation (en euro, 2010) figure 6 L intervention de l AMI représente entre 63% et 76 % du coût moyen en cas d hospitalisation classique et près de 90 % pour l hospitalisation de jour. La partie à charge du patient (ticket modérateur + supplément) varie quant à elle entre 24 % et 37 % pour l hospitalisation classique et correspond à environ 14 % pour le one day. Décomposons à présent le coût moyen des trois principales interventions chirurgicales (cervicale, autre que cervicale et celle avec arthrodèse) par groupe de prestation (tableau 3) 8. Deux remarques s imposent avant toute interprétation des données : certaines prestations peuvent avoir été réalisées avant ou après l hospitalisation (imagerie médicale, biologie clinique, ) ; l arthrodèse concerne des cas de hernie plus compliqués (récidives, instabilité, ). 8 Etant donné la non représentativité des interventions en one day, nous ne présentons et analysons que les chiffres liés à l hospitalisation classique. Pour plus de détails pour le one day, voir Annexe tableau A.2. 12

13 Structure du coût moyen d une intervention chirurgicale pour une discale par groupe de prestation, en hospitalisation classique (2010) Groupes de coûts AMI* TM* SUPPL* Euro % Euro % Euro % Hernie discale autre que cervicale Frais de séjour et de soins Honoraires médicaux Biologie clinique Imagerie médicale Médicaments Implant et matériel Autres Total Hernie discale cervicale Frais de séjour et de soins Honoraires médicaux Biologie clinique Imagerie médicale Médicaments Implant et matériel Autres Total Hernie discale et arthrodèse Frais de séjour et de soins Honoraires médicaux Biologie clinique Imagerie médicale Médicaments Implant et matériel Autres tableau3 Total Le tableau 3 présente une structure du coût moyen à charge de l AMI différente de celle du coût moyen supporté par le patient, et ceci quel que soit la prestation analysée. *AMI : *TM : *SUPPL : Assurance maladie-invalidité Tickets modérateurs Suppléments facturés 13

14 9 Pour plus de détails pour les implants, voir Annexe tableau A Le même exercice a été réalisé pour chaque type d intervention chirurgicale d une hernie discale. En gros, nous retrouvons les mêmes conclusions que celles formulées à partir de l ensemble des hernies discales traitées. 11 Les hôpitaux universitaires sont les suivants : Cliniques universitaires de Mont Godinne ( ), Akademisch ziekenhuis VUB ( ), Universitair ziekenhuis Antwerpen-UZA ( ), Academische ziekenhuizen KUL ( ), Cliniques universitaires Saint-Luc ( ), Cliniques universitaires de Bruxelles Hôpital Erasme ( ), Universitair ziekenhuis Gent Rijksuniv. Gent ( ), CHU Sart-Tilman ( ). 12 Voir Annexe figure A.2. En cas d interventions pour hernie discale autre que cervicale et pour celle avec arthrodèse, les frais de séjour et de soins représentent le plus gros poste des dépenses de l AMI (respectivement 57 % ou et 36 % ou ). Pour la hernie discale cervicale, ce sont les honoraires médicaux qui constituent la plus importante dépense de l AMI (35 % ou ). Viennent ensuite les frais de séjour et de soins pour 33 % ou Une caractéristique singulière de la structure du coût de la hernie discale cervicale et de celle avec arthrodèse à charge de l AMI est le poids non négligeable des implants (respectivement 19 % ou 799 et 31% ou ). Alors qu ils ne représentent que 1 % du coût moyen d une intervention chirurgicale de hernie discale autre que cervicale. L explication provient de la non représentativité de ce groupe de coûts (implant) puisqu il concerne très peu d interventions chirurgicales de hernie discale autre que cervicale (moins de 10 interventions chirurgicales de hernie discale autre que cervicale sur un total de 1.642, soit moins de 1% de cas) 9. La partie des prestations remboursables à charge du patient, c est-à-dire le ticket modérateur, a quant à elle une composition fort similaire entre la hernie discale cervicale et celle avec arthrodèse. Pour ces deux prestations, les implants représentent près de la moitié des tickets modérateurs et les frais de séjour et de soins près du tiers. Ces deux types de dépenses cumulées constituent ainsi près de 80 % du ticket modérateur moyen payé par le patient. Dans le cas de la hernie discale autre que cervicale, la part des implants dans le ticket modérateur ne vaut que 1,6 % (même explication que celle avec l AMI). Pour les autres groupes de coûts, les montants sont comparables entre les trois prestations/ interventions chirurgicales. Les suppléments sont également à charge du patient et non remboursés par l AMI (implants non remboursables, médicaments non remboursables, suppléments de chambre, suppléments d honoraires, ). Les mêmes constats que ceux énoncés pour le ticket modérateur peuvent être formulés pour la composition des suppléments (à savoir un poids important des implants uniquement pour la hernie discale cervicale et celle avec arthrodèse). Peu importe la prestation, plus de la moitié des suppléments sont des suppléments d honoraires demandés par certains prestataires de soins. 4.2 Coût moyen selon le statut BIM ou non du patient, le statut universitaire ou non de l hôpital, le type d hospitalisation et le type de chambre 10 Les figures 7 et 8 nous renseignent, d une part, sur le coût moyen d une opération chirurgicale de hernie discale (représenté par des barres) et, d autre part, sur le nombre d interventions chirurgicales (représenté par des droites) selon certaines caractéristiques pertinentes de l hôpital et du patient. La majorité des interventions chirurgicales de hernie discale se pratique en hôpital non universitaire 11, peu importe le statut du patient (BIM ou non) et le type d hospitalisation (88% et 100% respectivement dans le cas de l hospitalisation classique et de l hospitalisation de jour). Les interventions avec nucléotome, celles avec arthrodèse et celles portant sur une hernie cervicale se font plus régulièrement en hôpital non universitaire (plus de 90% des cas) que les interventions sur hernie discale autre que cervicale 12. La plupart des interventions porte sur des bénéficiaires ordinaires ou non BIM. Leur proportion est évaluée à 90 %, tout type d hospitalisation confondu. Ce taux est légèrement plus élevé dans le cas de l hospitalisation de jour (93 % contre 90 % pour l hospitalisation classique). Il n existe également pas de différence significative dans la répartition BIM et non BIM entre les hôpitaux universitaires et les hôpitaux non universitaires d un même type d hospitalisation. Nous l avons déjà vu plus haut dans le texte, une intervention chirurgicale sur une hernie discale en milieu hospitalier classique coûte beaucoup plus cher que celle réalisée en one day (uniquement valable pour la technique concernée par le one day, à savoir celle avec nucléotome). 14

15 Ce constat est également valable lorsque les dépenses d une opération sur la hernie discale sont ventilées selon le statut BIM ou non du patient, le statut universitaire ou non de l hôpital et le type de chambre (figures 7 et 8). Les interventions en HC réalisées en hôpital universitaire coûtent en moyenne environ 15 % (ou 730 ) plus cher lorsqu il s agit de patients ordinaires ou non BIM que celles pratiquées en hôpital non universitaire. Cette différence s explique par le coût plus élevé de la journée d hospitalisation à charge de l AMI. Par contre, lorsqu il s agit d un patient BIM l écart n est pas significatif (inférieur à 5 %) puisque sa durée de séjour moyenne est plus importante (de 1 jour) dans les hôpitaux non universitaires comparée à celle des hôpitaux universitaires. Puisque les bénéficiaires de l intervention majorée sont mieux remboursés que les bénéficiaires ordinaires (non BIM), leur coût à leur charge (aussi bien le ticket modérateur que les suppléments) est plus faible que celui du bénéficiaire ordinaire. La différence du remboursement de l AMI entre les BIM et les non BIM apparait de manière plus marquée dans le cas des hôpitaux non universitaires. Cela s explique par un écart de durée de séjour plus important (de 1 jour) des BIM dans les hôpitaux non universitaires comparé à celui des hôpitaux universitaires. Bien que les hôpitaux universitaires soient en moyenne plus chers que les hôpitaux non universitaires pour les patients non BIM, nous ne remarquons pas de différences significatives au niveau des tickets modérateurs et suppléments à charge du patient. Par contre, pour les patients BIM, les écarts entre les hôpitaux universitaires et non universitaires en termes de tickets modérateurs et de suppléments deviennent non négligeables (20 %) alors que les montants remboursés par l AMI ne diffèrent pas significativement. Coût moyen et nombre d interventions chirurgicales de la hernie discale selon le statut BIM ou non du patient, le type d hôpital et le type d hospitalisation (2010) La majorité des interventions chirurgicales de hernie discale se pratique en hôpital non universitaire, peu importe le statut du patient (BIM ou non) et le type d hospitalisation. figure 7 15

16 La figure 8 intègre le type de chambre dans notre analyse. Nous distinguerons deux types de chambres : les chambres à deux lits ou communes et les chambres à un lit (aussi appelées chambres particulières). Quel que soit le type d hospitalisation ou le statut du patient (BIM ou non), la majorité des hospitalisations d une hernie discale se fait en chambre à deux lits ou commune (60% des hospitalisations sont concernées). Le coût moyen d une intervention chirurgicale sur hernie discale à charge de l AMI n est pas significativement influencé par le choix du type de chambre (écarts inférieurs à 10 %). Par contre, les suppléments en chambre particulière sont considérablement plus élevés (4 à 9 fois) que les suppléments en chambre à deux lits ou commune, et ceci quel que soit le statut du patient (BIM ou non). Notons toutefois que les écarts de suppléments entre les chambres à un lit et les autres chambres sont plus marqués chez les bénéficiaires de l intervention majorée comparés aux bénéficiaires ordinaires (non BIM). L autre partie du coût à charge du patient, à savoir le ticket modérateur, n est pas significativement influencée par le type de chambre. Coût moyen et nombre d interventions chirurgicales de la hernie discale selon le type de chambre, le statut BIM ou non du patient et le type d hospitalisation (2010) Les suppléments en chambre particulière sont considérablement plus élevés (4 à 9 fois) que les suppléments en chambre à deux lits ou commune. figure 8 16

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Choix de chambre et conditions financières pour une admission classique ou en hôpital de jour. Introduction Le présent document vise à vous informer des

Plus en détail

INSTRUCTIONS AUX ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS RELATIVES A LA FACTURATION ELECTRONIQUE DES SOINS DE SANTE RELATIFS À MEDIPRIMA phase 1

INSTRUCTIONS AUX ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS RELATIVES A LA FACTURATION ELECTRONIQUE DES SOINS DE SANTE RELATIFS À MEDIPRIMA phase 1 INSTRUCTIONS AUX ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS RELATIVES A LA FACTURATION ELECTRONIQUE DES SOINS DE SANTE RELATIFS À MEDIPRIMA phase 1 1. Procédure générale. Le tiers payant (dispensateur de soins/établissement)

Plus en détail

En outre, les forfaits de douleur chronique doivent être enregistrés comme hospitalisation de jour à partir du 1 er juillet 2007 (article 4, 8).

En outre, les forfaits de douleur chronique doivent être enregistrés comme hospitalisation de jour à partir du 1 er juillet 2007 (article 4, 8). .DG1 Organisation des Etablissements de Soins Service Datamanagement VOTRE LETTRE DU VOS RÉF. NOS RÉF. DM/RCM-MKG/n.48_07 DATE 09/11/2007 A l'attention du Directeur général, du Directeur Médical ANNEXE(S)

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

Explications concernant la déclaration d admission

Explications concernant la déclaration d admission Explications concernant la déclaration d admission En tant que patient, vous pouvez faire certains choix qui ont une influence considérable sur le prix final de votre séjour à l hôpital. Ces choix, c est

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

Les communes ont été réparties en fonction de leur nombre d habitants selon la population légale au 31.12.2009.

Les communes ont été réparties en fonction de leur nombre d habitants selon la population légale au 31.12.2009. Enquête concernant les rétributions des élus communaux Taux de réponse : 129 réponses, soit plus du 75%. Le dépouillement de cette enquête a été effectué afin de permettre à chaque commune de se situer

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Du nouveau avec Santéclair

Du nouveau avec Santéclair ITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNIT Société Mutualiste du Personnel du Groupe MMA et ses Filiales ERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDA

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas

Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Conséquences de l assurance publique et complémentaire sur la distribution et la concentration des restes à charge : une étude de cas Carine Franc, Aurélie Pierre Colloque Santé et Société. Toulouse, le

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

ELABORE PAR LA CNAM A L ATTENTION DES MEDECINS CONVENTIONNES

ELABORE PAR LA CNAM A L ATTENTION DES MEDECINS CONVENTIONNES GUIDE DES PROCÉDURES DE PRISE EN CHARGE DES ASSURES SOCIAUX PROJET ELABORE PAR LA CNAM A L ATTENTION DES MEDECINS CONVENTIONNES Juin 2008 DRC PREAMBULE Dans le cadre de la mise en œuvre progressive de

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008

Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008 Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008 Loïc Le Minor, CIRDD Poitou-Charentes Chargé de Mission - Observation 2009 Rapport

Plus en détail

ZOAST (ZONE ORGANISÉE D ACCÈS AUX SOINS TRANSFRONTALIERS)

ZOAST (ZONE ORGANISÉE D ACCÈS AUX SOINS TRANSFRONTALIERS) ZOAST La convention «ZOAST Ardennes» met en œuvre des dispositifs de simplifications administrative et financière en matière d accès aux soins à l étranger. Celle-ci garantit aux patients, dans le cadre

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment est calculée la taxe foncière sur les propriétés bâties? Prenons l exemple d un avis d imposition pour un bien

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE Etablissement public institué par la loi du 9 août 1963 AVENUE DE TERVUREN 211 1150 BRUXELLES

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE Etablissement public institué par la loi du 9 août 1963 AVENUE DE TERVUREN 211 1150 BRUXELLES INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE Etablissement public institué par la loi du 9 août 1963 AVENUE DE TERVUREN 211 1150 BRUXELLES Service des Soins de Santé COMMISSION INFORMATIQUE Note I

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

C est quoi le RREGOP?

C est quoi le RREGOP? C est quoi le RREGOP? C est un acronyme signifiant : Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics. Créé le 1 er juillet 1973, le RREGOP vise les employés réguliers et occasionnels

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Influence de la notoriété des marques sur les visites des sites Web

Influence de la notoriété des marques sur les visites des sites Web Influence de la notoriété des marques sur les visites des sites Web Etude réalisée du 1 er au 31 janvier 2008 sur un périmètre de 553 sites web audités par XiTi. La notoriété d une société, de ses marques

Plus en détail

Expatriation : régime social et cotisations

Expatriation : régime social et cotisations Pégase 3 Expatriation : régime social et cotisations Dernière révision le 16/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Assurance volontaire...4 Maladie Maternité Invalidité...4 Accident

Plus en détail

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après.

Les modalités de calculs de bornes ainsi que des tarifs auxquels vont être valorisés ces séjours sont explicités dans les paragraphes ci après. SIRET n 180 092 298 00033 code APE : 8411 Z 117, boulevard Marius Vivier Merle 69329 LYON CEDE 03 Téléphone : 04 37 91 33 10 Télécopie : 04 37 91 33 67 Service Valorisation et Synthèse Service Classifications

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Choix de Chambre. Conditions financières

Choix de Chambre. Conditions financières Déclaration d'admission AR du 15 décembre 2008 Modifiant AR du 17juin 2004 Hospitalisation de jour Hôpital de jour chirurgical, forfaits A-B-C-D et maxi forfaits de chimiothérapie Conditions au 01/01/2014

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Les avantages d être assuré chez MMA

Les avantages d être assuré chez MMA Les avantages d être assuré chez MMA Avec votre Assurance Santé MMA, vous bénéficiez de services qui vous rendent la vie plus simple tout en préservant votre budget. GPS Santé (1) : informations, conseils,

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

ATELIER - TARIFICATION

ATELIER - TARIFICATION ATELIER - TARIFICATION ALGER 23 et 24 septembre 2006 MICHEL VIGNEUL Actuariat INAMI - BELGIQUE MODULE 3 REVISION DES TARIFS HYPOTHESES & SOLUTIONS STRUCTURE des prix/honoraires FOCUS sur -Implants -Médicaments

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

La biologie clinique : un cas particulier de la nomenclature. Dr J. Legrand INAMI Service des soins de santé 14 octobre 2015

La biologie clinique : un cas particulier de la nomenclature. Dr J. Legrand INAMI Service des soins de santé 14 octobre 2015 La biologie clinique : un cas particulier de la nomenclature. Dr J. Legrand INAMI Service des soins de santé 14 octobre 2015 1 Résumé Remboursement des prestations de biologie clinique : 25 % «à l acte»

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Explications concernant la déclaration d admission

Explications concernant la déclaration d admission WERKEN GLORIEUX a.s.b.l. ch Glorieux Agr.n:71055072000 Av. Glorieux 55-9600 Renaix Tél. (055)23 30 11 Fax (055)23 30 22 Introduction Explications concernant la déclaration d admission En tant que patient,

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes :

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes : @ AMELI-DIRECT VERSION 3.3 2006-2011 : INFOSOINS DEVIENT AMELI-DIRECT Dès la COG 2006-2009, l Assurance Maladie s engage à développer à l intention de ses assurés un système d information tant sur le fonctionnement

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Surveillance des infections du site chirurgical

Surveillance des infections du site chirurgical Surveillance des infections du site chirurgical Programme national réalisé par Swissnoso sur mandat de l ANQ Version abrégée Rapport comparatif national 2012-2013 Périodes de relevé : 1 er octobre 2012

Plus en détail

Damien Girardin dgi.girardin@gmail.com 079 358 43 94. Rapport. Analyse d audience www.closdudoubs.ch

Damien Girardin dgi.girardin@gmail.com 079 358 43 94. Rapport. Analyse d audience www.closdudoubs.ch Damien Girardin dgi.girardin@gmail.com 079 358 43 94 Rapport Analyse d audience www.closdudoubs.ch Rapport Table des matières Version 1.0 Table des matières 1 Explications... 3 2 Analyse... 3 2.1 Sessions...

Plus en détail

santé le parcours de soins Mémento

santé le parcours de soins Mémento santé le parcours de soins Mémento Informations pratiques Qu est-ce que le parcours de soins? Le parcours de soins est un circuit que vous devez respecter pour bénéficier d un suivi médical coordonné,

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up»

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Catherine MERLET Responsable Incubateur Catherine.merlet@carinna.fr

Plus en détail

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Cette analyse porte sur une étude statistique permettant

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire La partie classique est la base du jeu de dames pour les débutants. La stratégie est la suivante : jouer de telle manière qu en fin de partie, l

Plus en détail

Système d information Exploitation des bases de données Rapport d audit permanent

Système d information Exploitation des bases de données Rapport d audit permanent www.coopami.org Système d information Exploitation des bases de données Rapport d audit permanent BRUXELLES 24 octobre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PARTIE 1 Système d information Qu est-ce qu

Plus en détail

COMMISSION DE SUIVI DE L ACCORD DE PREVOYANCE GROUPE

COMMISSION DE SUIVI DE L ACCORD DE PREVOYANCE GROUPE COMMISSION DE SUIVI DE L ACCORD DE PREVOYANCE GROUPE Réunion du 2 février 2015 SOMMAIRE Panorama des textes légaux et réglementaires Comparatif des décrets du 8/09 et du 18/11/2014 Comparatif du décret

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

Les avantages d être assuré chez MMA

Les avantages d être assuré chez MMA Les avantages d être assuré chez MMA Avec votre Assurance Santé MMA, vous bénéficiez de services qui vous rendent la vie plus simple tout en préservant votre budget. GPS Santé (1) : informations, conseils,

Plus en détail

Etat des travaux en cours

Etat des travaux en cours Structure Multipartite Séance plénière du 21 avril GROUPE DE TRAVAIL «ADMISSIONS JUSTIFIEES» Etat des travaux en cours Le groupe de travail s est réuni 6 fois jusqu à ce jour, depuis le début de ses travaux

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/043 DÉLIBÉRATION N 12/003 DU 10 JANVIER 2012, MODIFIÉE LE 7 AVRIL 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour achats

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour achats 1/ But :... 3 2/ Procédure d achat :... 3 3/ Pré-requis :... 3 4/ Génération des prévisionnels de commandes fournisseurs :... 3 4.1/ Comment y aller?... 3 4.2/ Les filtres :... 3 4.3/ Calculs et conditions

Plus en détail

Assurance ACCIDENT Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires

Assurance ACCIDENT Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Assurance ACCIDENT Assurance complémentaire pour les traitements stationnaires Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2007 (version 2013) Table des matières But

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique ETuDEs Le coût hospitalier des accouchements en Belgique Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 commu@mloz.be RÉDACTION Chantal Neirynck COORDINATION Pascale

Plus en détail

STATISTIQUES DES SITES CENTRE INFFO FEVRIER 2015

STATISTIQUES DES SITES CENTRE INFFO FEVRIER 2015 STATISTIQUES DES SITES CENTRE INFFO FEVRIER 2015 Tous les sites de Centre Inffo cumulent 56 160 visites et 175 352 pages vues pour le mois de Février 2015. Les chiffres sont en baisse. Cette diminution

Plus en détail

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas Contrôle Contrôle des visas Pages 3/2006 Pages romandes Contrôler et viser des factures électroniquement De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

HD 5.5 + 1.40 : Comment et où lire les droits des patients

HD 5.5 + 1.40 : Comment et où lire les droits des patients le 14 décembre 2005 HD 5.5 + 1.40 : Comment et où lire les droits des patients Avant d effectuer une FSE, il est important de connaître les droits des patients, pour qu ils soient remboursés à hauteur

Plus en détail

Statuts de l association DixiemeFamille.com

Statuts de l association DixiemeFamille.com I. CONSTITUTION OBJET - COMPOSITION ARTICLE 1. Constitution - Objet Il est formé, entre les soussignés, ainsi que les personnes, physiques ou morales, qui adhèreront par la suite aux présents statuts,

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

19/05/2006 10:46. Manuel flux L. Manuel flux 'L' - P 1 -

19/05/2006 10:46. Manuel flux L. Manuel flux 'L' - P 1 - Manuel flux L Manuel flux 'L' - P 1 - Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 2 PRINCIPES DE BASE ET CONTRÔLES... 4 2.1 CONSULTATIONS EN LIGNE... 4 2.2 CONSULTATIONS EN MODE BATCH... 4 2.2.1 L émetteur

Plus en détail

Mise en place des frais collaborateurs

Mise en place des frais collaborateurs Mise en place des frais collaborateurs Introduction Paramétrages Paramétrage fiche collaborateur Paramétrage fiche cabinet Paramétrage prestation classique de frais Paramétrage prestation spécifique indemnités

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 OBJET : Régime social des contributions patronales finançant des prestations de prévoyance

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004 La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise 17 janvier 2004 1. Distinction stocks et flux 2. Une situation financière 3. Le bilan 4. Le compte

Plus en détail