L INSTALLATION. 1. INSTALLATION : quelles 5. «CONTRAT TYPE» GDS : 6. COMPTABILITÉ 7. ASSURANCE. 1bis. Schéma des démarches 2 DÉMARCHES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INSTALLATION. 1. INSTALLATION : quelles 5. «CONTRAT TYPE» GDS : 6. COMPTABILITÉ 7. ASSURANCE. 1bis. Schéma des démarches 2 DÉMARCHES"

Transcription

1 L INSTALLATION 1. INSTALLATION : quelles démarches administratives lors d une première installation? 1bis. Schéma des démarches obligatoires lors d une 1 RE INSTALLATION 2 DÉMARCHES ADMINISTRATIVES obligatoires en cas de CHANGEMENT DE LIEU D EXERCICE 3. DÉMARCHES ADMINISTRATIVES à remplir pour les MÉDECINS ÉTRANGERS 4. Quel mode d INSTALLATION? 5. «CONTRAT TYPE» GDS : un engagement réciproque 6. COMPTABILITÉ 7. ASSURANCE PROFESSIONNELLE : quelles obligations légales pour quelles garanties? 8. COMPRENDRE la prévoyance 9. Tableau des couvertures et GARANTIES PROPOSÉES EN PRÉVOYANCE par la CARMF 10. PRÉVOYANCE complémentaire

2 1 INSTALLATION : quelles démarches administratives lors d une première installation? Vous préparez votre installation. Avant de faire le choix d un mode d installation pour exercer en groupe ou en individuel, tout professionnel de santé doit effectuer un certain nombre de démarches d ordre administratif qui relèvent d obligations légales. ÉTAPE 1 L assurance responsabilité civile professionnelle (RCP) L assurance responsabilité civile professionnelle est obligatoire et doit être contractée avant même d exercer (cf. fiche n 7). ÉTAPE 2 L inscription au tableau de l Ordre Depuis quelques années, l ordre des médecins est dit «Guichet Unique» pour l ensemble des médecins qui s installent, quelque soit le mode d exercice. Il est le point de départ de toutes les démarches qui jalonnent le parcours administratif de l installation. L inscription à l Ordre est obligatoire et le médecin doit satisfaire aux conditions cumulatives prévues à l article L du code de la santé publique. Elle a lieu au Conseil Départemental correspondant à l adresse de votre Site Principal. Vous devez remettre votre demande d inscription ou l adresser par lettre recommandée avec AR au président du conseil départemental de l Ordre. En retour, vous aurez à remplir un questionnaire et fournir un ensemble de documents nécessaires à la constitution de votre dossier (voir tableau cicontre). Suite à l instruction de votre dossier vous serez inscrit au tableau de l ordre. Il vous sera remis une attestation d inscription à l ordre sur laquelle figurera votre numéro de RPPS (Répertoire Partagé des Professionnels de Santé) ; en effet, c est l ordre qui aura fait les démarches en vue de votre inscription au répertoire. Il en est de même pour la Carte de Professionnel de Santé (du type carte à puce pour l utilisation des lecteurs de carte vitale) en ayant au préalable signé le protocole d usage. Vous recevrez à terme votre Carte Professionnelle (que vous pourriez présenter en pharmacie si besoin). QUELS DOCUMENTS FOURNIR POUR L INSCRIPTION? II Photographies d identité II Photocopie de la carte nationale d identité (recto-verso) ou du passeport II Extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois II Original du Diplôme d Etat de Docteur en Médecine et du D.E.S. accompagné de leurs photocopies (prévoir 2 exemplaires) certifiées conformes par vous-même II Originaux et photocopies (prévoir 2 exemplaires) des diplômes complémentaires (DU, DIU, Capacités, ) II Copie des titres hospitaliers éventuels (CCA, Attaché, ) II Attestation d assurance Responsabilité Civile Professionnelle II Contrats, avenants, promesses d embauche en rapport avec votre future activité II Déclaration sur l honneur certifiant qu aucune instance pouvant donner lieu à condamnation ou sanction susceptible d avoir des conséquences sur l inscription au tableau n est en cours à votre encontre (manuscrite, le jour de l inscription) II Déclaration sur l honneur certifiant que vous n avez jamais été inscrit ou enregistré II Frais d inscription à l ordre (demi-cotisation de l année pleine) ÉTAPE 3 L affiliation à la CPAM C est à ce moment que vous déclarerez votre secteur d activité. Vous pouvez prendre rendez-vous pour rencontrer le directeur et/ou le médecin conseil. Vous devez surtout prendre contact avec un conseiller qui vous détaillera l ensemble des documents à fournir et qui conviendra d une date de rencontre. Cette démarche ne peut survenir qu après que vous vous soyez muni de votre attestation d inscription à l Ordre et la caisse d affiliation est celle de votre département d exercice. Les pièces à fournir sont les suivantes (voir tableau au verso).

3 1. Suite L INSTALLATION : quelles démarches administratives lors d une première installation? QUELS DOCUMENTS FOURNIR POUR L AFFILIATION À LA CPAM? II Attestation d inscription au tableau de l Ordre II Pièce d identité II Carte Vitale ou votre attestation Vitale II RIB II et, selon les cas : le(s) titre(s) justificatif(s) permettant l accès au secteur 2* le(s) contrat(s) de collaboration libérale l agrément de votre équipement radiologique * CCA, PH avec 5 ans d ancienneté, Au jour dit, vous rencontrerez le conseiller de l assurance maladie qui vérifiera les pièces et vous pourrez alors : II Adhérer à la convention nationale et, le cas échéant, aux options conventionnelles. C est à ce moment que vous choisirez votre Secteur. II Etre informé sur : l utilisation de votre carte CPS, les services de l Assurance Maladie, notamment la ligne téléphonique dédiée, le portail Espace pro qui offre une vision globale de la situation administrative de vos patients et vous permet de consulter les informations relatives à votre activité les dispositifs de formation professionnelle continue. II Etre aidé pour les formalités concernant votre protection sociale personnelle. Il s agit de l inscription à l URSSAF (cf. étape 4). II L Assurance Maladie vous propose des services pour vous accompagner dans votre exercice au quotidien : mise à disposition d informations (référentiels, mémos...), service téléphonique dédié pour tout renseignement, conseiller informatique, service pour la mise en route des offres dématérialisées de l Assurance Maladie ÉTAPE 4 L immatriculation à l URSSAF Il s agit des Unions de Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d Allocations Familiales qui constituent un réseau d organismes chargés de collecter les cotisations finançant le régime général de la Sécurité Sociale et d autres organismes et institutions. Un guide est disponible en ligne et permet d appréhender cet aspect de la protection sociale. Retenez que l inscription est facile et parfois initiée dès la CPAM (cf. colonne de gauche). Les informations importantes à fournir sont : votre secteur d activité et le statut juridique (entreprise individuelle, société libérale d exercice, ). En effet, les taux de cotisation ne seront pas identiques. C est auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) que vous enregistrerez votre activité via l URSSAF (pour les libéraux indépendants) ou via le greffe du tribunal de commerce ou de grande instance (pour les statuts juridiques autres), dans les 8 jours suivant le début de l activité. Etant une «entreprise» vous obtiendrez un numéro d identification unique : le Siret. ÉTAPE 5 L affiliation à la CARMF Il s agit de la Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France. L affiliation est obligatoire dès lors que l on exerce une activité médicale libérale (installation, remplacements, expertises, secteur privé à l hôpital, exercice au sein d une société d exercice libéral ou toutes autres activités rémunérées sous forme d honoraires). Elle permet de cotiser aux régimes de retraite obligatoires (de base, complémentaire de vieillesse, des allocations complémentaires de vieillesse), au régime de prévoyance (invalidité-décès) et au régime facultatif (CAPIMED, retraite par capitalisation). Le médecin doit se déclarer dans le mois qui suit le début de l activité libérale. La déclaration en vue de l affiliation est téléchargeable et doit être retournée à la CARMF, complétée et visée par le Conseil départemental de l Ordre. La date d affiliation est prononcée au premier jour du trimestre civil suivant le début de l exercice médical non salarié. Les taux de cotisations varient également en fonction de votre secteur d activité. ÉTAPE 6 L adhésion à une Association de Gestion Agréée (AGA) Adhérer à une association de gestion agréée par l administration fiscale est facultatif mais apporte un certain nombre d avantages, notamment fiscaux (cf. fiche 6).

4 1bis Schéma des démarches obligatoires lors d une 1 RE INSTALLATION 1 RE INSTALLATION EN LIBÉRAL SOUSCRIPTION D UNE ASSURANCE PROFESSIONNELLE (RCP) INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE (CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU LIEU D EXERCICE) NON OBLIGATOIRE ADHÉSION À UNE AGA AFFILIATION À LA CPAM avant la période de déclaration fiscale AFFILIATION À LA CARMF dans le mois suivant l installation IMMATRICULATION À URSSAF dans les 8 jours suivant l installation

5 2D EXERCICE DÉMARCHES ADMINISTRATIVES obligatoires en cas de CHANGEMENT DE LIEU Vous allez changer de lieu d exercice. Vous devez signaler à tous les organismes de recouvrement, de couverture sociale, d assurance ou de retraite dont vous dépendez (à titre professionnel et personnel) vos nouvelles coordonnées. LE CONSEIL DE L ORDRE II Adressez au conseil départemental de l Ordre des médecins, par lettre recommandée avec accusé de réception, votre demande de radiation du tableau de l Ordre du département dans lequel vous êtes inscrit et de transfert au tableau de l Ordre du département de votre nouveau lieu d exercice. II Parallèlement, adressez au nouveau conseil départemental une demande d inscription par lettre recommandée avec accusé de réception. II Votre nouveau conseil départemental vous délivrera une attestation d inscription au tableau de l Ordre, sur laquelle figurent notamment votre n RPPS et votre (ou vos) lieu(x) d exercice, éditera le formulaire de demande de carte CPS, vous le fera signer et le transmettra directement à l organisme chargé de la fabrication et de la délivrance des cartes CPS, procèdera à l enregistrement de votre diplôme. L ASSURANCE MALADIE II Les démarches sont les mêmes que celles décrites lors de la 1 re installation. Puis restera à informer, par courrier, l URSSAF, la CARMF, l AGA et l Assurance professionnelle.

6 3 DÉMARCHES ADMINISTRATIVES à remplir pour les MÉDECINS ÉTRANGERS CONDITIONS D EXERCICE DE LA MÉDECINE EN FRANCE Pour exercer la profession de médecin en France, le médecin doit satisfaire aux trois conditions cumulatives prévues à l article L du code de la santé publique : 1. avoir la nationalité prévue par ce texte, 2. être titulaire des diplômes prévus à l article L du code de la santé publique, 3. être inscrit au tableau d un conseil départemental de l Ordre des médecins. Par dérogation, des médecins, qui ne satisfont pas à l une ou l autre, voire aux deux premières conditions posées à l article L du code de la santé publique peuvent être autorisés à exercer la profession de médecin, par arrêté individuel du ministre de la santé. CONDITION N 1 Être de nationalité française, de citoyenneté andorrane ou ressortissant d un Etat membre de l Union Européenne ou partie à l accord sur l Espace Economique Européen, du Maroc ou de la Tunisie, sous réserve de l application, le cas échéant, soit des règles fixées au présent chapitre, soit de celles qui découlent d engagements internationaux (cf. infra) Depuis 1976 (loi n du 31 décembre 1976 transposant la directive /CEE du 16 juin 1975), les ressortissants des Etats membres de l Union européenne peuvent librement circuler et s installer en France. La liste des états ainsi que les documents reconnus et à fournir sont disponible (lien n 1) sur le pays correspondant. Un accord conclu entre l Union européenne et l Islande, le Liechtenstein et la Norvège comporte des dispositions permettant l exercice effectif du droit d établissement et la reconnaissance des qualifications professionnelles exigées pour l exercice de la profession de médecin. Il y a de plus des accords bilatéraux entre la France et certains pays qui se déclinent sous forme de : conventions d établissement, accords de réciprocité et conventions médicales frontalières (lien n 2). CONDITION N 2 Les diplômes ouvrant droit à l exercice de la médecine en France sont détaillés dans l article L du code de la santé publique. Il détaille les situations diverses concernant les diplômes et leur liste. Par ailleurs, il existe des situations particulières concernent la Suisse, les facultés d Abidjan et de Dakar et l université Saint-Joseph de Beyrouth. CONDITION N 3 Remplir les démarches afin de s inscrire au tableau de l ordre du département d installation. L ensemble de la procédure est décrite sur le lien n 3. LISTE DES LIENS : Lien n 1 : en cliquant Lien n 2 : en_france_-_nationalite.pdf Lien n 3 : au_tableau_et_derogations.pdf

7 4 Quel mode d INSTALLATION? Il s agit d un document d information globale qui se limite à des messages clés mais non exhaustifs. Cette fiche est destinée à vous apporter quelques éclairages sur les grands principes des différents modes d installation possibles. VOUS POUVEZ EXERCER : II soit à titre individuel, II soit en groupe : en regroupant simplement les moyens nécessaires à votre exercice, ou en vous regroupant en sein d une société pour l exercice de votre spécialité dans le cadre d un groupement de moyens ou d un groupement exercice. LES GROUPEMENTS DE MOYENS Ces groupements ont pour objet la mise en commun des moyens nécessaires à votre exercice avec comme conséquence le partage des dépenses communes (par exemple: le loyer, les frais de personnels, l eau, l électricité ). On distingue généralement 2 types de groupements de moyens : II l exercice à frais communs, II la Société Civile de Moyens (SCM). Le contrat d exercice à frais communs L exercice à frais communs est organisé dans un contrat dont l objet consiste en la mise en commun de moyens sans constitution de société. Le partage est limité aux dépenses et ne concerne pas les recettes. À NOTER II Montage juridique simple, II Adapté à des mises en commun de moyens peu onéreux. La Société Civile de Moyens (SCM) L objet de la SCM est de fournir à ses membres des moyens et/ou des prestations de services sans affecter l exercice de l activité de ses membres. Les associés peuvent être soit des praticiens libéraux exerçant titre individuel soit des praticiens exerçant dans le cadre de société d exercice (SCP ou SEL). La SCM constitue une personnalité morale distincte de celle des associés. Elle peut réaliser des investissements (matériel, biens immobiliers ) et contracter en son nom (baux, contrats de travail). Les associés doivent être au moins deux. Ils peuvent indifféremment être des personnes physiques ou morales (associations professionnelles, SCP, SEL) et sont responsables indéfiniment et conjointement à l égard des tiers. Il n est pas exigé de capital social minimal. Chaque associé verse une redevance à la société, l ensemble des redevances servant à payer les charges. Des parts sociales sont attribuées à chacun des associés en contrepartie de ses apports. Chaque associé est responsable au prorata des parts qu il détient. Une SCM est une société civile et non une société commerciale. A ce titre elle n est pas soumise à l impôt sur les sociétés. Quels praticiens peuvent être associés au sein d une SCM? Il est possible, dans le cadre d une SCM, de s associer entre médecins généralistes et spécialistes ; ou entre professionnels paramédicaux et médicaux. Les démarches Avant toute démarche, les statuts doivent être soumis à l avis du Conseil départemental de l Ordre des médecins. C est une condition, sine qua non, de l existence de la société. Cependant elle n est donc pas inscrite au conseil de l ordre des médecins. Chacun des praticiens associés exerce en son nom propre. La SCM est une société et doit être constituée et immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS) et au Greffe du Tribunal de Commerce dont elle dépend. Ses statuts doivent être enregistrés à la recette des impôts.

8 4. Suite Quel mode d INSTALLATION? LES GROUPEMENTS D EXERCICE Les groupements d exercice permettent non seulement de mettre en commun les moyens pour exercer la médecine mais également les honoraires. Il existe 3 types de groupements d exercice : II le contrat d exercice en commun, II la Société Civile Professionnelle (SCP), II la Société d Exercice Libéral (SEL). Le contrat d exercice en commun Le contrat d exercice en commun a pour objet d organiser l exercice en commun de praticiens d une même spécialité dans l établissement. Il n y a pas de création de société. Il n y a donc pas de personnalité morale. Sa caractéristique essentielle réside dans la mise en commun des honoraires. Ces derniers rentrent dans une masse commune et l excédant - après paiement des charges - est reparti entre les praticiens selon des règles fixées d un commun accord dans le contrat. La Société Civile Professionnelle (SCP) La SCP a pour objet l exercice de la profession par l intermédiaire de ses membres. Il s agit d une société de personnes dotée d une personnalité morale autonome. En conséquence : II le praticien n est pas propriétaire en propre de sa clientèle. Le patrimoine professionnelle du praticien est constitué des parts qu il détient dans la société, II les actes sont facturés par la SCP et les honoraires encaissés par celle-ci, II les associés d une SCP sont solidairement responsables des dettes de la société sur leur patrimoine personnel, II les associés d une SCP sont également responsables des autres associés en cas d indemnités dues envers un patient, II les membres d une SCP ne peuvent pas travailler en dehors de la structure, sauf pour un exercice salarié ou de bénévolat. Le cumul avec une autre activité libérale est interdit. La SCP doit avoir au moins deux associés. Le nombre maximum d associés est de 10 en cas de disciplines différentes ou de 8 pour la même discipline. Fiscalement et socialement les associés conservent le statut de travailleur indépendant. Le montant du capital est librement fixé par les statuts. Sauf exception acceptée par l ordre des médecins, la SCP exerce dans un lieu unique. Les démarches juridiques de constitution Avant toute démarche, les statuts doivent être soumis à l avis du Conseil départemental de l Ordre des médecins. C est une condition, sine qua non, de l existence de la société. La SCP est une société. Elle doit être constituée et immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS) et au Greffe du Tribunal de Commerce dont elle dépend. Ses statuts doivent être enregistrés à la recette des impôts. La Société d Exercice Libérale (SEL) La SEL a pour objet l exercice de la profession par l intermédiaire de ses membres. Il s agit d une société commerciale. En conséquence : II elle est soumise à l impôt sur les sociétés, II une comptabilité de type commerciale est nécessaire, II elle répartie les bénéfices sous forme de dividendes, II elle est propriétaire de tous les actifs du cabinet, notamment la clientèle, II elle encaisse les honoraires et paye les frais et les charges, II elle facture et encaisse les honoraires (comme la SCP). La SEL est responsable solidairement. Une SEL peut regrouper des médecins généralistes et/ou des médecins de toutes spécialités. Ils peuvent exercer dans différents secteurs (secteur 1 ou 2). Un praticien ne peut exercer qu au sein d une seule SEL. Cet exercice ne peut être cumulé avec un exercice individuel (sauf exception en cas d exercice de la profession lié à des équipements ou des techniques le justifiant). L activité doit s effectuer dans un lieu unique. Il existe cependant une exception à cette règle: si la société utilise des équipements implantés dans des lieux différents et que l intérêt des malades justifie un éclatement des lieux d exercice, elle peut alors exercer dans 5 lieux différents sur 3 départements limitrophes, ou, le cas échéant, sur l ensemble de l Île-de-France. Cet exercice dans plusieurs sites est conditionné à l accord du Conseil de l Ordre des médecins. Les différentes formes juridiques des SEL II Société d exercice libéral unipersonnelle (SELU) II Société d exercice libéral à responsabilité limitée (SE-LARL) II Société d exercice libéral à forme anonyme (SELAFA) II Société d exercice libéral en commandite par actions (SELCA) II Société en participation d exercice libéral (SELPEL) II Société d exercice libéral par actions simplifiées (SE-LAS) Les démarches juridiques Avant toute démarche, les statuts doivent être soumis à l avis du Conseil départemental de l Ordre des médecins. C est une condition, sine qua non, de l existence de la société. La SEL est une société. Elle doit être constituée et immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS) et au Greffe du Tribunal de Commerce dont elle dépend. Ses statuts doivent être enregistrés à la recette des impôts. À NOTER II Les contrats types sont disponibles sur le site du conseil national de l ordre des médecins :

9 5POURQUOI UN CONTRAT? Conformément aux dispositions déontologiques (article 83 du Code de déontologie*) les relations entre un établissement de santé et un praticien libéral doivent faire l objet d un contrat d exercice écrit. Pour ce faire, Générale de Santé a élaboré un contrat qui est commun à tous les praticiens et adapté aux différents modes d exercice de ces derniers. Il assure une égalité de traitement entre les praticiens. LE CONTRAT GÉNÉRALE DE SANTÉ Le contrat Générale de Santé s appuie sur un principe fondamental de partenariat entre le corps médical, et le praticien en particulier, et l établissement Générale de Santé. Tout le contrat est construit sur cette logique et cette concertation. Ses dispositions en sont une déclinaison. Le contrat Générale de Santé est articulé en deux parties : une consacrée aux conditions générales et une autre aux conditions particulières. Les conditions générales constituent le corpus de règles s appliquant à chacune des parties. Il est prévu notamment que : II le recrutement d un praticien requière l avis du (ou des) confrère(s) de la même spécialité, II seule des situations graves et justifiées portant atteinte à la sécurité des patients peuvent conduire à une résiliation brutale du contrat, II la conciliation est une étape préalable obligatoire à tout contentieux, II la collaboration s inscrit dans la durée, le contrat est un CDI, II le praticien participe aux travaux de la CME qui élabore, de façon concertée avec la direction, de le projet médical de l établissement. Les conditions particulières sont consacrées aux particularités attachées aux praticiens et/ou à sa spécialité. Le contrat Générale de Santé prend en compte le choix du mode d exercice du praticien. Il existe donc deux contrats types : un contrat pour les praticiens exerçant à titre individuel, et un contrat pour les praticiens exerçant au travers d une société d exercice (SCP ou SEL). QUI REMET LE CONTRAT AU MÉDECIN? C est le directeur de l établissement dans lequel exercera le praticien qui lui remet et signe son contrat. «CONTRAT TYPE» GDS : un engagement réciproque LES OBLIGATIONS DU PRATICIEN VIS-À-VIS DU CONSEIL DE L ORDRE Le code de déontologie (article 83*) impose la communication par le praticien de son contrat d exercice à son Conseil de l ordre département. Cette déclaration doit intervenir dans le mois suivant la conclusion du contrat. Le rôle du Conseil de l ordre est la vérification de la conformité des clauses du contrat avec les prescriptions du code de déontologie. Elles concernent, par exemple, l indépendance professionnelle, la liberté de prescription, la responsabilité, le libre choix du patient, le dossier médical, le secret médical... *ARTICLE 83 (ARTICLE R DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE) Conformément à l article L.462 du code de la santé publique, l exercice habituel de la médecine, sous quelque forme que ce soit, au sein d une entreprise, d une collectivité ou d une institution ressortissant au droit privé doit, dans tous les cas, faire l objet d un contrat écrit. Ce contrat définit les obligations respectives des parties et doit préciser les moyens permettant aux médecins de respecter les dispositions du présent code. Tout projet de contrat peut être communiqué au Conseil départemental de l Ordre, qui doit faire connaître ses observations dans le délai d un mois. Toute convention ou renouvellement de convention avec un des organismes prévus au premier alinéa, en vue de l exercice de la médecine, doit être communiqué au conseil départemental intéressé, de même que les avenants et règlements intérieurs lorsque le contrat y fait référence. Celui-ci vérifie sa conformité avec les prescriptions du présent code ainsi que, s il en existe, avec les clauses essentielles des contrats-types établis soit par un accord entre le conseil national et les collectivités ou institutions intéressées, soit conformément aux dispositions législatives ou réglementaires. Le médecin doit signer et remettre au conseil départemental une déclaration aux termes de laquelle il affirmera sur l honneur qu il n a passé aucune contre-lettre ou avenant relatifs au contrat soumis à l examen du conseil.

10 6 COMPTABILITÉ À chacun son métier Contrairement aux entreprises industrielles, commerciales, artisanales ou agricoles, les membres de professions libérales, donc les médecins libéraux, qu ils adhèrent ou non à une association de gestion agréée (AGA) ne sont pas tenus de faire viser leurs déclarations de résultats par un expert-comptable. Cependant, la relative complexité et le temps passé que nécessite la tenue d une comptabilité en rendent souvent nécessaire, dans la pratique, la sous-traitance. En conclusion, avoir un comptable n est pas obligatoire mais cela facilite grandement la gestion de son cabinet. POURQUOI ADHÉRER À UNE AGA (ASSOCIATION DE GESTION AGRÉÉE)? Même en disposant d un comptable, adhérer à une Association de Gestion Agréée apporte un certain nombre de garanties supplémentaires sur le plan fiscal et comptable, mais aussi de bonne gestion. Enfin, les adhérents à une AGA bénéficient d avantages fiscaux non négligeables. Exercer en toute tranquillité Les AGA ont pour rôle et pour mission d assister le médecin, au quotidien, dans l accomplissement des obligations administratives et fiscales et dans la gestion de son activité. La vérification et la validation des bilans ainsi que l évaluation statistique délivrée par l association permettent, grâce à des contrôles formels, de prévenir les erreurs. Les AGA offre également des formations qui permettent d être informé des évolutions fiscales, comptables ou administratives relevant du statut de libéral. Bénéficier d avantages fiscaux Le simple fait d adhérer à une AGA donne droit à un crédit d impôt pour frais d adhésion et de tenue de comptabilité dont le montant maximum est de 915 par an. Pour cela, il faut que les recettes du médecin soient inférieures à HT (en 2012). L adhésion permet également d éviter une majoration de 25 % sur le bénéfice professionnel et de bénéficier d une déduction intégrale de la rémunération du conjoint salarié, quel que soit votre régime matrimonial. LES NOUVEAUTÉS DEPUIS LE 1 ER JANVIER 2010 La loi de Finances 2009 a instauré à compter du 1er janvier 2010 une obligation de visa pour les travailleurs indépendants notamment les médecins libéraux - de la déclaration de résultats par un professionnel de l expertise comptable, c est-à-dire soit un expert comptable, soit les sociétés membres de l Ordre des experts comptables, soit les AGA à condition qu elles se transforment en association de gestion et de comptabilité (AGC). Ainsi la majoration de 25 % des bénéfices ne sera plus appliquée. LE PRATICIEN A-T-IL LE CHOIX DE SON COMPTABLE? Oui! Le praticien demeure entièrement libre de choisir son comptable. LES HONORAIRES D UN COMPTABLE Les honoraires versés à un comptable relèvent du registre des frais professionnels. Leurs montants varient en fonction des travaux comptables, juridiques et fiscaux effectués.

11 6. Suite COMPTABILITÉ LES DEVOIRS DE CHAQUE PRATICIEN EN MATIÈRE COMPTABLE Quelques règles simples doivent être respectées en matière comptable : Ouvrir un compte bancaire professionnel Ce n est pas strictement obligatoire mais très fortement conseillé. Ceci permet de séparer les dépenses et les recettes personnelles de celles d origine professionnelles. Conserver l ensemble des relevés bancaires du compte professionnel Il s agit de pièces comptables indispensables à fournir au comptable. Obligations comptables concernant les recettes : Pour chaque patient vu en consultation externe (patient non hospitalisé) il faut noter : II la date de réalisation, II le type d acte ou de consultation, II le montant perçu, II le mode de règlement (espèce, chèque, carte bancaire, tiers payant (par exemple pour les CMU). Le plus souvent, c est votre secrétaire qui se chargera de cette mission et l inscrira dans le livre des recettes journalières ; actuellement de nombreux logiciels permettent de gérer cela de façon optimale et en lien avec l AGA lors des déclarations fiscales. URSAAF, fournitures de bureau, téléphone LES MISSIONS DE L EXPERT COMPTABLE L expert-comptable tient, centralise ou surveille la comptabilité. Avant de viser les documents fiscaux, il s assure de leur régularité et doit demander tous les renseignements utiles pour établir la concordance entre les résultats fiscaux et la comptabilité. L expert comptable peut également avoir une mission de conseil en matière fiscale, juridique ou sociale (choix des régimes fiscaux et sociaux, du statut juridique, formalités administratives, déclarations, bulletins de paie, mise en place de systèmes de prévoyance, de retraite ). Quels sont les prestations du comptable? La mission type contenue dans la proposition de services englobe la tenue d une comptabilité afin notamment d établir les travaux comptables et fiscaux suivants : II Préparation des documents comptables et du dossier de gestion qui doivent être remis à l association de gestion agréée, II établissement de la déclaration fiscale n 2035, document spécifique qui sert à déterminer le résultat de l entreprise individuelle qui doit être déposée auprès du service des impôts du lieu d exercice, II établissement de la déclaration n 2042, déclaration personnelle de revenus qui reprend les résultats de la déclaration n 2035, intègre les autres revenus ou déductions fiscales et doit être déposée au centre des impôts du domicile personnel. Obligations comptables concernant les dépenses : Chaque facture de chaque dépense engagée au niveau professionnelle doit être conservée méthodiquement et classée de façon mensuelle. Ces différentes dépenses sont des charges professionnelles. Ces éléments sont à fournir au comptable en temps voulu qui aura pour mission de les répartir dans les différents postes de dépenses de la déclaration fiscale (dite 2035) : loyer, secrétariat, POUR VOUS AIDER À TROUVER VOTRE EXPERT-COMPTABLE :

12 ASSURANCE PROFESSIONNELLE : quelles obligations légales pour 7quelles garanties? Couvrir ses responsabilités de praticien en médecine libérale est indispensable. Si la loi impose la seule garantie Responsabilité Civile Professionnelle (RCP), d autres garanties existent également et sont fortement recommandées. Il s agit, notamment, de l assurance Responsabilité Civile d Exploitation (RCE) et de la garantie Protection Juridique (PJ). L ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE Tout médecin libéral en exercice est dans l obligation, sous peine de sanction ( au pénal et interdiction d exercer), d être couvert par une assurance RCP. Cette obligation légale, inscrite dans la loi n du 04/03/2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé (dite loi Kouchner), s étend aux remplaçants qui, selon les cas, souscriront une RCP propre ou seront assurés sur le contrat du médecin remplacé. Les praticiens exerçant dans un établissement doivent fournir chaque année au directeur d établissement une copie de leur attestation d assurance RCP. POUR UN PROFESSIONNEL QUI S INSTALLE À TITRE LIBÉRAL, LA SOUSCRIPTION D UNE ASSURANCE RCP EST UNE PRIORITÉ ET DOIT INTERVENIR PRÉALABLEMENT À TOUT ACTE MÉDICAL À quoi sert une assurance Responsabilité Civile Professionnelle? Le contrat RCP garantit les conséquences pécuniaires des dommages corporels, matériels et immatériels (voir encadré : cicontre) que le médecin peut causer à des tiers dans le cadre de ses activités de prévention, de diagnostic ou de soins. Les agissements de ses salariés, préposés ou aides, entrent également dans le champ de couverture. LES DIFFÉRENTS TYPES DE DOMMAGES EN RCP II Le dommage corporel : il correspond à toute atteinte physique ou morale subie par une personne physique. II Le dommage matériel : il s applique à la détérioration, la perte, la destruction ou l atteinte matérielle d un bien subies par une personne physique ou morale. II Le dommage immatériel : il s agit des pertes financières subies par une victime ou un tiers quelconque, personne physique ou morale, résultant de la privation de jouissance d un droit, d un service ou de la perte d un bénéfice. L aide à la souscription de l assurance Responsabilité Civile Professionnelle Les décrets n du 21/07/06 et n du 7/12/06 définissent le cadre de l accréditation des médecins. Il s agit d un dispositif volontaire de gestion des risques médicaux en établissement de santé visant à améliorer la qualité et la sécurité des soins ainsi que les pratiques professionnelles. Elle concerne des activités ou des spécialités dites «à risque» en établissement de santé. Ces textes entérinent le principe de l aide à la souscription de l assurance RCP par l assurance maladie, pour les médecins participant à une démarche d accréditation. Le montant de cette aide est variable en fonction de la spécialité, du montant de la prime payée par le médecin demandeur et de son mode d exercice (secteur I ou secteur II). Pour plus de renseignements, référez-vous au site de la Haute Autorité de Santé ( mieux-connaitre-laccreditation).

13 7. Suite L ASSURANCE PROFESSIONNELLE : quelles obligations légales pour quelles garanties? LES GARANTIES COMPLÉMENTAIRES À LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE L assurance Responsabilité Civile d Exploitation Vous pouvez en tant que médecin libéral, quel que soit le mode d exercice choisi (tout particulièrement en cas d exercice en groupe avec constitution de société), employer des salariés ou utiliser un local d activité professionnelle. L assurance Responsabilité Civile d Exploitation garantit les conséquences pécuniaires des dommages corporels, matériels et immatériels dont pourrait être victime un tiers, patient ou visiteur, sur le lieu d exercice. Les agissements de l assuré, mais aussi de ses salariés, préposés ou aides sont couverts par le contrat. Les dommages, causés aux tiers, résultant des immeubles, des installations de toute nature, des équipements, du matériel et des produits dont l assuré a l usage ou la garde pour l exercice de son activité professionnelle sont également couverts. A la différence de l assurance RCP, l assurance RCE ne couvre pas les dommages résultant des actes professionnels. LES PRINCIPAUX ACTEURS DU MARCHÉ DE L ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONELLE MÉDICALE Le marché de l assurance RCP Médicale compte de nombreux acteurs dont certains sont listés par ordre alphabétique ci-dessous : II AVIVA, II le Cabinet BRANCHET (Groupe Verspieren), II Groupe Pasteur Mutualité, II la MACSF, II le Courtier MARSH (Groupe Marsh & McLennan), II la MEDICALE, II la Mutuelle du Médecin (groupe PANACEA), II la Compagnie SHAM. Cette liste est non exhaustive et ne vous exonère pas de la recherche d autres sociétés La garantie protection juridique L assurance RCP peut être complétée par une garantie non obligatoire appelée Protection Juridique (PJ) dont l objectif est la prise en charge de la défense du praticien sur le plan juridique, dans les conditions du contrat. La garantie PJ couvre les frais de défense du médecin assuré devant toutes les juridictions (civile, administrative, ordinale ou pénale). Les honoraires des avocats, des experts ainsi que l ensemble des frais engagés dans la défense de l assuré sont pris en charge selon des barèmes définis contractuellement.

14 1.8 L INCAPACITÉ TEMPORAIRE D EXERCICE La prestation de la CARMF couvre une cessation d activité (arrêt de travail) causé par une maladie ou un accident et qui met temporairement le médecin dans l incapacité d exercer. Une indemnité dont le taux journalier est fixé, chaque année, par le Conseil d Administration de la caisse est alors versée au médecin. Quand doit-on déclarer l arrêt de travail? Il convient le plus rapidement possible d informer la CARMF. L arrêt de travail doit être déclaré à la CARMF avant la fin du 2 e mois qui suit la date de cessation d activité. Le délai est de 15 jours s il s agit une rechute se déclarant moins d un an après le premier arrêt. Quel est le montant des indemnités? Le taux (ou montant de l indemnité) normal a été fixé, pour 2013, de à par jour. Quand sont versées les indemnités? Les indemnités journalières sont versées mensuellement, par virement à un compte bancaire ou postal, à partir du 91 e jour d arrêt de travail. En cas de rechute intervenant moins d un an après le premier arrêt, l indemnité est versée au 15 e jour, à condition que la déclaration ait bien été faite dans les 15 jours de sa survenance. Dans le cas contraire, et sauf avis contraire de la Commission de Contrôle de l Incapacité d Exercice, l indemnité est versée au 15 e jour de la déclaration. À NOTER Pour percevoir des indemnités, le médecin doit être à jour de ses cotisations. Dans le cas contraire, les droits ne seront ouverts qu au 31 e jour qui suit la date de mise à jour du compte. Jusqu à quand? La durée de versement dépend de l âge. Les médecins âgés de moins de 60 ans bénéficient de l indemnité, au taux plein, jusqu à 36 mois consécutifs ou discontinus. Puis une pension d invalidité leur est versée sur décision de la Commission de Contrôle de l Incapacité d Exercice. COMPRENDRE la prévoyance Parmi les assurances obligatoires figure la prévoyance. En s affiliant à la Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France (CARMF) le médecin et sa famille sont couverts (sous réserve du paiement des cotisations et des déclarations requises) en cas d incapacité de travail temporaire, d invalidité ou de décès. Soulignons que le médecin qui débute son activité en janvier ne sera affilié qu au 1 er avril Il ne pourra pas être couvert avant cette date pour le régime Invalidité-Décès. IMPORTANT La CARMF n est pas une caisse d assurance maladie. Afin de bénéficier d une assurance sur la totalité de la période d arrêt de travail non indemnisée par la caisse, une couverture complémentaire est indispensable. Elle peut être souscrite auprès d une mutuelle. COMMENT DÉCLARER UNE MALADIE OU UN ACCIDENT? La déclaration de maladie ou d accident doit être adressée à : M. le Médecin Contrôleur CARMF : 44 bis rue Saint-Ferdinand Paris L enveloppe doit être cachetée et revêtue de la mention Confidentiel. Un certificat médical doit être joint mentionnant la nature de la pathologie à l origine de l arrêt de travail, la date de l arrêt de travail, ainsi que la durée probable de l incapacité temporaire totale. Paiement : les formalités à suivre Pour être payé en temps et en heure, sans subir de retard, le médecin doit faire parvenir à la CARMF, par courrier, dès le 27 de chaque mois : II une déclaration sur l honneur attestant qu il n a pas travaillé au cours du mois écoulé, II un certificat médical établi par le médecin traitant, au nom du Service médical de la CARMF, sous pli cacheté, revêtu de la mention «confidentiel» et constatant la continuité de l incapacité temporaire totale. Assurance maladie Afin de continuer de bénéficier d une couverture sociale, il ne faut pas omettre de signaler la cessation d activité, en cas de maladie, à la Caisse Primaire d Assurance Maladie (CPAM) qui régularisera la situation. La CPAM doit aussi être avertie de la reprise d activité du médecin.

15 8. Suite COMPRENDRE la prévoyance 2. L INVALIDITÉ En cas d invalidité, ayant pour conséquence un arrêt de travail définitif avant 60 ans, une pension d invalidité est versée au médecin. Son montant dépend de deux facteurs : le nombre d années de cotisation au régime Invalidité-Décès et le nombre d années écoulées entre la date de son invalidité et son 60 e anniversaire. À partir du 60 e anniversaire, le médecin perçoit une retraite pour inaptitude, sans condition de durée d exercice ou de nombre d années de cotisation. Quand doit-on déclarer la cessation totale d activité? Il convient d informer la CARMF de la cessation totale de ses activités le plus rapidement possible. COMMENT DÉCLARER LA CESSATION TOTALE D ACTIVITÉ? Un certificat médical comportant la date de l arrêt total de travail, la nature de la maladie (ou de l accident) et la cause de la demande de pension d invalidité doit être adressée au : Service médical CARMF 44 bis rue Saint-Ferdinand Paris L enveloppe doit être cachetée et revêtue de la mention «Confidentiel». Assurance maladie Afin de continuer de bénéficier d une couverture sociale, il ne faut pas omettre de signaler la cessation d activité, en cas de maladie, à la Caisse Primaire d Assurance Maladie (CPAM) qui régularisera la situation. Cas de majoration : II 35 % si le médecin est marié depuis au moins deux ans, II 10 % si le médecin a eu au moins 3 enfants, II 35 % si le médecin a besoin de l assistance d une tierce personne. Chaque enfant à charge bénéficie d une rente forfaitaire au taux annuel moyen (pour 2013) de 6 468,80 jusqu à 21 ans, ou 25 ans en cas de poursuite d études supérieures. À NOTER Pour percevoir un pension d invalidité, le médecin doit, au moment de l arrêt de travail, être à jour de toutes ses cotisations. En cas de reprise de toute profession de santé, le médecin perd ses droits à la pension. Quand est versée la pension? La pension d invalidité est payée chaque trimestre, à terme échu (début janvier, avril, juillet et octobre) par virement à un compte bancaire ou postal. Jusqu à quand est versée la pension? Le paiement de la pension est effectué à condition (et après contrôle) que l état d invalidité demeure. Le médecin en bénéficie jusqu à l âge de 60 ans, si son état de santé ne lui permet pas d exercer. Passé 60 ans, il est mis en retraite par anticipation, et il perçoit une pension de vieillesse, sans abattement. À NOTER Le médecin titulaire de la pension d invalidité n est redevable d aucune cotisation envers la CARMF. Quel est le montant de la pension d invalidité? La pension se compose d une part forfaitaire de 60 points à laquelle s ajoute une part proportionnelle qui correspond à 70 % du nombre de points attribués au médecin. Sachant que le nombre total de points ne peut pas être supérieur à 140. Pour 2013, le montant annuel (taux moyen) de la pension va de ,20 à ,40. Si la maladie ou l accident s est produit avant la demande d affiliation à la CARMF, et si le médecin n est pas crédité, sur justificatif, de 8 trimestres d affiliation, la pension d invalidité n est pas accordée. S il peut justifier de 8 à 15 trimestres d affiliation, il perçoit une pension dont le montant est réduit du tiers. Les périodes antérieures d affiliation du médecin à des régimes obligatoires (salariés et non salariés), comportant la couverture obligatoire risque-invalidité, sont prises en compte dans le calcul de la durée d affiliation.

16 8. Suite COMPRENDRE la prévoyance 3. LE DÉCÈS En cas de décès, le conjoint survivant, marié depuis au moins 2 ans avec le médecin au moment du décès, ou à défaut de conjoint survivant, les enfants âgées de moins de 21 ans et/ou les majeurs infirmes à la charge du défunt, ou le père et/ou la mère du médecin à la charge du défunt reçoivent une indemnité. Le conjoint survivant, âgé de moins de 60 ans, perçoit une rente temporaire. Ce dernier, ainsi que les conjoints divorcés non remariés, ont droit à une pension de réversion. Elle est partagée entre eux au prorata de la durée de chaque mariage. En cas de décès d un ayant droit, sa part augmente la part de ou des autres bénéficiaires. L indemnité-décès Quel est le montant de l indemnité-décès? L indemnité s élève, pour 2013, à Le paiement est réalisé en un versement unique. Quelles sont les conditions de versement de l indemnité-décès? Pour avoir droit à l indemnité-décès, il faut que le médecin ait été cotisant, à jour du paiement de ses cotisations, ou bénéficiaire de la pension d invalidité ou de l allocation de remplacement de revenu. L âge de 75 ans ne doit pas avoir été atteint. À NOTER Le conjoint remarié perd son droit aux prestations du régime invalidité-décès et à la réversion. La condition de non remariage a été supprimée pour le régime de Base. La rente au conjoint survivant Cette rente, temporaire, versée par la CARMF, ne peut être attribuée qu au conjoint survivant, âgé de moins de 60 ans et marié depuis plus de deux ans avec le médecin décédé. Quel est le montant de la rente temporaire? Pour 2013, son montant varie de 6 187,50 à ,00 par an. Le taux de la rente est calculé en fonction des années de cotisations au régime invalidité-décès, d invalidité (s il y a lieu) et du nombre d années comprises entre le décès du médecin et la date anniversaire de sa 60e année. Un nombre de points, auxquels correspond la rente, est ainsi déterminé. Son montant ne peut être inférieur à un minimum fixé. Enfin, cette rente varie en fonction de l âge du conjoint survivant. La rente peut se cumuler avec un revenu d activité ou avec une retraite personnelle ou de réversion, mais, dans ce dernier cas, seulement dans la limite du montant maximum pouvant être attribué pour la rente temporaire, soit ,00. Cas de majoration 10 % si le conjoint a eu 3 enfants issus de l union avec le médecin. Quand est versée la rente? La rente au conjoint survivant est payée chaque trimestre, à terme échu (début janvier, avril, juillet et octobre) par virement à un compte bancaire ou postal. Jusqu à quand est versée la rente au conjoint survivant? Le conjoint survivant perçoit la rente jusqu à 60 ans. Au-delà de cet âge, il entre dans le cadre de la retraite de réversion. Les démarches auprès de l assurance maladie Afin de pouvoir bénéficier des prestations en nature de l assurance maladie, le conjoint survivant salarié ou non salarié qui ne bénéficie pas des prestations maladie ou qui est titulaire d une pension de vieillesse ou de réversion, doit contacter la Caisse dont dépendait le médecin. À NOTER Le Pacte Civile de Solidarité (PACS) n ouvre aucun droit au titre des prestations du régime Invalidité-Décès. Idem pour le concubinage. Si il se remarie, le conjoint survivant perd tout droit à la rente et doit en informer la CARMF. La CARMF fournit au conjoint survivant les renseignements nécessaires pour l accomplissement de cette démarche au moment de l établissement des droits à la rente temporaire. La rente aux enfants à charge Chaque enfant totalement pris en charge par le médecin est, au moment du décès de ce dernier, bénéficiaire d une rente. Quel est le montant de la rente aux enfants à charge? Son montant est de 7 287,50 par an et par enfant et de 9 075,00 par an et par enfant si le(s) enfant(s) est(sont) orphelin(s) de père et de mère. Jusqu à quand est versée la rente aux enfants à charge? La rente temporaire est payée jusqu au 21 e anniversaire de l enfant, sans aucune restriction. Le versement peut aller jusqu à 25 ans si l enfant poursuit des études supérieures. Quand est versée la rente? La rente aux enfants à charge est payée chaque trimestre, à terme échu (début janvier, avril, juillet et octobre) par virement à un compte bancaire ou postal.

17 9 Tableau des couvertures et GARANTIES PROPOSÉES EN PRÉVOYANCE par la CARMF PRESTATIONS COUVERTURE OBLIGATOIRE CARMF (au 1 er janvier 2008) Incapacité temporaire Médecins de moins de 60 ans Médecins de plus de 60 ans après un an de perception INDEMNITÉS PÉRIODE COUVERTE MONTANT/JOUR D'ARRÊT du 91 e au e jour d'arrêt de 63,27 à 126,54 du 91 e au e jour d'arrêt de 32,27 à 64,54 Médecins de plus de 65 ans du 91 e au e jour d'arrêt de 32,27 à 64,54 INVALIDITÉ RENTE MONTANT/AN MAJORATION Totale et définitive totale de ,20 à ,40 (*) base Le médecin a eu au moins 3 enfants totale de 1 161,02 à 2 322,04 (*) 10 % Le médecin est marié depuis au moins 2 ans totale de 4 063,57 à 8 127,14 (*) 35 % Si le médecin a besoin de l assistance d'une tierce personne totale de 4 063,57 à 8 127,14 (*) 35 % Pour chaque enfant jusqu'à 21 ans ou 25 ans si poursuite d'études forfaitaire 6 468,80 VERSEMENT DÉCÈS EN CAPITAL RENTE/AN (**) MAJORATION Conjoint survivant ou à défaut autre(s) bénéficiaire(s) Conjoint survivant âgé de moins de 60 ans et marié depuis plus de 2 ans de 6 187,50 à ,00 base si 3 enfants issus de l'union avec le médecin de 618,75 à 1 237,50 10 % Rente éducation pour chaque enfant jusqu à 21 ans ou 25 ans si poursuite d études : par enfant 7 287,50 si orphelin de père et de mère (*) Le montant de la rente dépend du nombre d années de cotisation au régime d assurance invalidité-décès et du nombre d années compris entre la date de l événement et l âge minimum pour la retraite du régime de base (**) Taux moyens

18 9. Suite Tableau des couvertures et GARANTIES PROPOSÉES EN PRÉVOYANCE par la CARMF PÉRIODE D INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL COUVERTE PAR LE RÉGIME OBLIGATOIRE CARMF 1 ER JOUR D ARRÊT 91 E JOUR D ARRÊT E JOUR D ARRÊT COUVERTURE PAR LA CARMF E JOUR D ARRÊT ET SUIVANTS Les 3 premiers mois d arrêt de travail ne sont pas indemnisés 3 années d indemnisation par la CARMF Arrêt de travail non indemnisé TAUX DE COUVERTURE ET DURÉE EN CAS D INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL 91 E JOUR D ARRÊT E JOUR D ARRÊT Médecins âgés de moins de 60 ans Médecins âgés de 60 à 65 ans Couverture à taux plein jusqu à 36 mois consécutifs ou discontinus Couverture à taux plein 12 mois maximum Pension d invalidité Retraite pour OU... Couverture à taux réduits (*) mois Médecins âgés de plus de 65 ans Couverture à taux réduits (*) Retraite pour inaptitude OU... de 12 à 24 mois OU... Date d effet des droits antérieurs au 65 e anniversaire Couverture à taux réduits (*) jusqu à 36 mois (*) Sur décision de la Comission de Contrôle de l incapacité

19 10 PRÉVOYANCE complémentaire LA COUVERTURE AVANT LE 91E JOUR Comment se garantir immédiatement en cas d arrêt de travail? Le régime général de prévoyance obligatoire ne couvre le médecin et sa famille qu à partir du 91 e jour d arrêt de travail. Afin, notamment, de pallier la perte de revenu des trois premiers mois d arrêt de travail pour cause de maladie ou d accident, les compagnies d assurance proposent des formules de prévoyance professionnelle qui procurent des couvertures complémentaires. Le coût des offres varie en fonction du niveau de garanties et du montant des indemnités choisies. Cette dépense de tranquillité est fortement recommandée d autant qu elle bénéficie d avantages fiscaux dans le cadre de la loi Madelin. Différents contrats sont commercialisés par les compagnies d assurance. Dans le cas d un arrêt de travail, et donc d une incapacité temporaire ou définitive d exercer qui se traduit par une perte de revenu, le principe générique est, en premier lieu, de compenser la période des 90 jours non couverte par la CARMF qui ne donne donc pas lieu à versement d indemnités journalières. Les offres actuellement sur le marché peuvent assurer, aux souscripteurs, en cas de maladie, le versement d indemnité à compter du 3 e ou du 5 e jour d arrêt. En cas d hospitalisation, une indemnité journalière peut être versée dès le 1 er jour. Le délai de prise en charge et le montant de l indemnité dépendent du choix du médecin. En outre, le médecin peut opter pour le paiement d indemnités qui viennent en complément à celles versées par la CARMF. Enfin, en cas de reprise partielle d activité, le praticien peut bénéficier d une indemnité proportionnelle au temps de travail réalisé. À titre d exemple, en cas de travail à 30% du temps normal, il sera versé 70% du montant de l indemnité choisie. La loi Madelin permet de déduire des revenus imposables les cotisations versées au titre des garanties arrêt de travail et invalidité. DES REVENUS SUPPLÉMENTAIRES EN CAS D INVALIDITÉ En cas d invalidité, des formules permettent aux souscripteurs de recevoir une rente, en général annuelle, jusqu à 65 ans, qui peut être automatiquement revalorisée. Elle constitue ainsi un relais aux indemnités journalières. Parmi les autres garanties possibles, citons également le versement d un capital reconversion qui intervient lorsque l invalidité est supérieure à un certain taux (par exemples 66%) qui ne permet plus au médecin d exercer. Enfin, des prestations spécifiques peuvent être souscrites, notamment le versement d un forfait maternité ou encore le paiement d indemnités journalières en compensation de dépenses liées à l absence du conjoint collaborateur.

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales.

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales. L affiliation à la MSA Les contacts nécessaires avant toute création d entreprise Il est nécessaire de prendre contact avec la MSA, au moins trois mois avant toute installation pour y récupérer, la demande

Plus en détail

Votre guide retraite et prévoyance

Votre guide retraite et prévoyance Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse Votre guide retraite et prévoyance 2015 Cotisations Retraite de base Retraite complémentaire Prévoyance Votre compte en ligne SOMMAIRE

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Professions indépendantes

Professions indépendantes Professions indépendantes 6 e ÉDITION mars 2007 Vous envisagez d exercer une activité médicale ou paramédicale à titre libéral en optant pour un régime conventionné auprès de votre CPAM (Caisse primaire

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

QUALIOPÉE PRÉVOYANCE ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE ASSURÉ

QUALIOPÉE PRÉVOYANCE ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE ASSURÉ QUALIOPÉE PRÉVOYANCE ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE ASSURÉ QUALIOPÉE PRÉVOYANCE ENTREPRISE VOTRE CONTRAT PRÉVOYANCE EN PRATIQUE Votre entreprise a mis en place un contrat de prévoyance complet : garanties +

Plus en détail

Notice d information. prévoyance. Convention collective nationale des Entreprises de propreté et services associés Personnel non cadre

Notice d information. prévoyance. Convention collective nationale des Entreprises de propreté et services associés Personnel non cadre prévoyance Incapacité et invalidité Décès Notice d information Convention collective nationale des Entreprises de propreté et services associés Personnel non cadre SOMMAIRE Présentation 5 Tableau récapitulatif

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

avocat architecte expert médecin chirurgien dentiste vétérinaire pharmacien infirmier kinésithérapeute étudiant avocat AMPLI-FAMILLE

avocat architecte expert médecin chirurgien dentiste vétérinaire pharmacien infirmier kinésithérapeute étudiant avocat AMPLI-FAMILLE 2015 INDEMNITES JOURNALIERES INVALIDITE PTIA OU DECES HOSPITALISATION RENTE EDUCATION RENTE DE CONJOINT La mutuelle des professions libérales et indépendantes Professions Libérales & Indépendantes AMPLI-FAMILLE

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant 1 Harmonie Mutuelle, 1 ère mutuelle santé de France. 520 000 personnes protégées au titre du 4.5 millions de personnes protégées en complémentaire santé

Plus en détail

Que couvre la protection sociale obligatoire?

Que couvre la protection sociale obligatoire? Que désigne le terme «Prévoyance»? Que couvre la protection sociale obligatoire? A savoir Les assurances de personnes couvrant les risques : De maladie et d accidents corporels ; De maternité ; D incapacité

Plus en détail

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 Cahier du patrimoine Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 LE CONTRAT TNS COMPRENDRE LA LOI «MADELIN» 3 Introduction Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

infirmier kinésithérapeute AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS avocat La protection de votre revenu, à la carte

infirmier kinésithérapeute AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS avocat La protection de votre revenu, à la carte 2015 INDEMNITÉS JOURNALIÈRES Professions Libérales Artisans & Commerçants La mutuelle des professions libérales et indépendantes AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS médecin La protection de votre revenu,

Plus en détail

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Votre guide de. l invalidité-décès

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Votre guide de. l invalidité-décès Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse Professionnels libéraux Votre guide de l invalidité-décès 2013 Afin de vous permettre de comprendre le SOMMAIRE La cotisation du régime

Plus en détail

Offre MMJ - Ouverture

Offre MMJ - Ouverture M U T U E L L E D U M I N I S T E R E D E L A J U S T I C E Bulletin d adhésion Offre MMJ - Ouverture MES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Merci de renseigner les informations demandées EN LETTRES CAPITALES N

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

OCTOBRE 2014 REGLEMENT MUTUALISTE

OCTOBRE 2014 REGLEMENT MUTUALISTE OCTOBRE 2014 REGLEMENT MUTUALISTE 1 REGLEMENT MUTUALISTE SOMMAIRE Pages : Chapitre I : protections proposées 3 groupes et catégories de bénéficiaires Article 1 : protections 3 Article 2 : groupes et catégories

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE TITRE I GENERALITES TITRE II OBLIGATIONS DES ADHERENTS ENVERS LA MUTUELLE

REGLEMENT MUTUALISTE TITRE I GENERALITES TITRE II OBLIGATIONS DES ADHERENTS ENVERS LA MUTUELLE REGLEMENT MUTUALISTE SOMMAIRE TITRE I GENERALITES Article 1 - Objet Article 2 - Entrée en vigueur Article 3 - Révisions TITRE II OBLIGATIONS DES ADHERENTS ENVERS LA MUTUELLE Article 4 - Membres participants

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM Le point sur SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte»

Plus en détail

PREVOYANCE -----------------------

PREVOYANCE ----------------------- NOTICE D INFORMATION PREVOYANCE ----------------------- CONNAISSEZ VOS DROITS... Juillet 2011 Caissedeprévoyancedesagentsdelasécuritésocialeetassimilés régieparlecodedelasécuritésociale 2ter,boulevardSaintMartin75010PARIS

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte», par un

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations Veufs MARS 2015 Veuvage, vos droits B Retraite de réversion B Allocation de veuvage B Autres prestations Veuvage, vos droits À la perte de votre conjoint, de nombreuses démarches sont à accomplir. L Assurance

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2014 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL Approuvés par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Objet Le présent règlement définit le contenu des engagements contractuels

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires

Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires Salarié (cet imprimé ne concerne pas les gérants et actionnaires majoritaires qui doivent compléter un formulaire «Travailleur indépendant») Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom...

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015 Le point sur ( ) SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2015 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

Retraité d un régime français d assurance vieillesse

Retraité d un régime français d assurance vieillesse Retraité d un régime français d assurance vieillesse Bulletin d adhésion Identification N de Sécurité sociale Nom... Nom de jeune fille... Prénoms... Date de naissance... Lieu... Nationalité... Je suis

Plus en détail

GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS

GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2014 IRCEC - Caisse nationale de retraite complémentaire des artistes auteurs GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2014 L IRCEC Votre cotisation RAAP Votre

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales

REGLEMENT MUTUALISTE. Règles Générales REGLEMENT MUTUALISTE Le présent règlement mutualiste est régi par le nouveau Code de la mutualité tel qu institué par l ordonnance N 2001-350 du 19/04/2001, complétée par les directives communautaires

Plus en détail

BULLETIN D ADHÉSION INDIVIDUEL SANTÉ ET PRÉVOYANCE

BULLETIN D ADHÉSION INDIVIDUEL SANTÉ ET PRÉVOYANCE BULLETIN D ADHÉSION INDIVIDUEL SANTÉ ET PRÉVOYANCE ORIGINE ADHÉSION AGENCE CONSEILLER INFORMATION ADHÉSION INTERNET ZONE TARIFAIRE Nouvelle adhésion Modification adhésion GARANTIES RETENUES EN SANTE ADHÉRENT

Plus en détail

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise?

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? Quelles conséquences sur le choix de votre statut social : Salarié ou Travailleurs Non salariés? Intervenants René-jacques MALAFOSSE,

Plus en détail

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE www.verspieren.com ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE DES SPÉCIALISTES DU PLATEAU TECHNIQUE LOURD POUR BIEN COMPRENDRE CE QUE COUVRE LA PRÉVOYANCE En partenariat avec le Cabinet Branchet et Asspro ZOOM SUR

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET Cécile MOREIRA, Avocat Frédéric GIOVANNINI, Gan Assurances Denis BARBAROSSA, Expert Comptable Le statut juridique conditionne

Plus en détail

Vivre l Aventure d entreprendre en toute sérénité. l assurance chômage de l entrepreneur GSC et du mandataire social

Vivre l Aventure d entreprendre en toute sérénité. l assurance chômage de l entrepreneur GSC et du mandataire social l assurance chômage de l entrepreneur GSC et du mandataire social Vivre l Aventure d entreprendre en toute sérénité. Garantie Sociale des Chefs et dirigeants d entreprise Valeurs 2013 Le Régime GSC propose

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information Relative au contrat collectif de prévoyance complémentaire à adhésion obligatoire souscrit par votre employeur RéUNICA Prévoyance

Plus en détail

PROJET CONTRAT COLLECTIF A ADHESION FACULTATIVE «LOI MADELIN» «CONTRAT RETRAITE PROFESSIONS INDEPENDANTES»

PROJET CONTRAT COLLECTIF A ADHESION FACULTATIVE «LOI MADELIN» «CONTRAT RETRAITE PROFESSIONS INDEPENDANTES» PROJET CONTRAT COLLECTIF A ADHESION FACULTATIVE «LOI MADELIN» «CONTRAT RETRAITE PROFESSIONS INDEPENDANTES» CONTRAT COLLECTIF A ADHESION FACULTATIVE «LOI MADELIN» «CONTRAT RETRAITE PROFESSIONS INDEPENDANTES»

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite et demande de retraite additionnelle Article

Plus en détail

Bulletin d adhésion MMJ-RÉFÉRENCE

Bulletin d adhésion MMJ-RÉFÉRENCE Réservé à la MMJ P Bulletin d adhésion MMJ-RÉFÉRENCE Cette offre est destinée aux agents du ministère de la Justice et des autres organismes visés par la convention de référencement conclue avec le ministère

Plus en détail

Votre. complémentaire SANTÉ. Livret du salarié

Votre. complémentaire SANTÉ. Livret du salarié Votre complémentaire SANTÉ Livret du salarié Juin 2015 La Complémentaire santé CREPA, une offre adaptée pour le personnel des cabinets d avocats. Le 1 er janvier 2016, l ensemble des salariés devra bénéficier

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille TRAVAILLEURS NON SALARIÉS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I «A R A P L de HAUTE NORMANDIE» ASSOCIATION REGIONALE AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES de HAUTE NORMANDIE Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE

Plus en détail

inscriptions le guide du titulaire d officine

inscriptions le guide du titulaire d officine DOC CNOP - Conseil Central des pharmaciens titulaires d officine - Septembre 2010 - Guide pratique tand M guide pratique inscriptions le guide du titulaire d officine Conseil Central des pharmaciens titulaires

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé P Des outils à votre disposition Vous cherchez des tarifs de consultation, des adresses de médecins,. www.ameli-direct.ameli.fr Vous cherchez des informations sur les centres mutualistes. www.mutualite.fr

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé Vos contacts Pour tous renseignements ou questions relatives : aux cotisations : contacter votre caisse de MSA, pour toute autre question : contacter l ANIPS au 09 69 32 34 27 (numéro non surtaxé). de

Plus en détail

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT 1. Préambule Préalablement à toute intervention pour l une des sociétés SIGMA Conseil, SIGMA Opérations ou CONCEPT RISK, le consultant doit disposer d un cadre

Plus en détail

Guide pratique de l employeur

Guide pratique de l employeur ENTREPRISE Régime complémentaire de prévoyance et frais de santé Guide pratique de l employeur AGRI PRÉVOYANCE 81968 GUIDE EMPLOYEUR- PREVOYANCE SANTE.indd 1 04/11/13 10:15 02 AGRI PRÉVOYANCE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE

Plus en détail

Guide. Frontalier. Suisse

Guide. Frontalier. Suisse Guide Frontalier du Suisse Sommaire A. Généralités 3 1. L accord sur la libre circulation des personnes 3 2. Le droit d option 5 B. Je pars travailler en Suisse et j habite en France 7 1. Quel est mon

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime autoentrepreneur. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2015

Le régime. L activité déclarée sous le régime autoentrepreneur. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2015 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2015 L activité déclarée sous le régime autoentrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale

CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale Entre la société PRESTAFORMA 98 bis Boulevard de LA TOUR-MAUBOURG 75007 PARIS SAS AU CAPITAL DE 40 000,00 immatriculé au Greffe du Tribunal de Commerce

Plus en détail

Consultation pour le choix d une mutuelle de complémentaire santé et/ ou d un contrat de prévoyance au bénéfice des salariés d Yvelines Aménagement

Consultation pour le choix d une mutuelle de complémentaire santé et/ ou d un contrat de prévoyance au bénéfice des salariés d Yvelines Aménagement Le Chesnay, le mardi 25 septembre 2012 Consultation pour le choix d une mutuelle de complémentaire santé et/ ou d un contrat de prévoyance au bénéfice des salariés d Yvelines Aménagement CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches

Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches PROFESSIONNELS Atoll Prévoyance Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches Atoll Prévoyance professions libérales Votre solution en cas d arrêt de travail, d invalidité, de décès Atoll

Plus en détail

Protection sociale et responsabilité civile en France

Protection sociale et responsabilité civile en France Protection sociale et responsabilité civile en France Comment est assuré l étudiant stagiaire? Tous les stagiaires, sous couvert d une convention de stage, bénéficient d une protection contre le risque

Plus en détail

Une offre globale pour préserver votre niveau de vie

Une offre globale pour préserver votre niveau de vie PROFESSIONNELS Plan Gérant Majoritaire Une offre globale pour préserver votre niveau de vie Nom de l entreprise : Activité de l entreprise : Nombre de salariés : jusqu à 5 de 6 à 20 plus de 20 Nom et prénom

Plus en détail

Les demarches administratives

Les demarches administratives Les demarches administratives Après la disparition d un être cher, s ajoute à la douleur de l événement une série de démarches administratives. Celles-ci sont nombreuses et répondent à un calendrier précis.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2

GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2 GUIDE PRATIQUE ÉTOILE pei 2 ÉTOILE percoi 2 SOMMAIRE Composez votre dispositif sur mesure 4 Étoile PEI 2 - Étoile PERCOI 2 Principales caractéristiques 5 Conseils d optimisation pour le dirigeant et les

Plus en détail

CONTRAT DE PREVOYANCE MAINTIEN DE SALAIRE GUIDE DEMANDES DE PRESTATIONS

CONTRAT DE PREVOYANCE MAINTIEN DE SALAIRE GUIDE DEMANDES DE PRESTATIONS CONTRAT DE PREVOYANCE MAINTIEN DE SALAIRE GUIDE DEMANDES DE PRESTATIONS 1. L ouverture de droits : le départ de demi traitement... 1 2. Le complément de dossier : la prolongation de l arrêt... 4 3. La

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT Optimisation et conséquences sociales Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques des différents statuts juridiques II - Optimisation

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Notice d information Prévoyance

Notice d information Prévoyance Personnel des cabinets médicaux Notice d information Prévoyance Edition février 2015 Notice d information au régime de prévoyance du personnel des cabinets médicaux sommaire sommaire 1. Participants 3

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille SPÉCIAL AUTO ENTREPRENEURS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2013

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2013 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2013 Sommaire 04 Les principes Qui peut devenir auto-entrepreneur? p 4 Avec quelles limites de chiffre d affaires? p

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

ATELIERS DÉONTOLOGIQUES DU CROM ÎLE-DE-FRANCE JOURNÉE DU 27 JUIN 2015 CONTRATS ET ASSURANCES

ATELIERS DÉONTOLOGIQUES DU CROM ÎLE-DE-FRANCE JOURNÉE DU 27 JUIN 2015 CONTRATS ET ASSURANCES ATELIERS DÉONTOLOGIQUES DU CROM ÎLE-DE-FRANCE JOURNÉE DU 27 JUIN 2015 CONTRATS ET ASSURANCES LES CONTRATS LIÉS À L EXERCICE PROFESSIONNEL 2 La loi L article L.4127-83 du CSP fait obligation aux médecins

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Auto-entrepreneur. Pensez à votre protection sociale. (présenté par Alain Rousselet RSI Centre)

Auto-entrepreneur. Pensez à votre protection sociale. (présenté par Alain Rousselet RSI Centre) Auto-entrepreneur Pensez à votre protection sociale (présenté par Alain Rousselet RSI Centre) 1 1. La protection sociale en France 2. Le Régime Social des Indépendants (RSI) 3. L Auto-Entrepreneur 2 La

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

Conception RCAR - Communication - 2003 Impression Editions les Belles Couleurs Dépot Légal : 2003/0826 ISBN : 9981-9931-7-4 Document téléchargeable

Conception RCAR - Communication - 2003 Impression Editions les Belles Couleurs Dépot Légal : 2003/0826 ISBN : 9981-9931-7-4 Document téléchargeable GUIDE DU CLIENT Conception RCAR - Communication - 2003 Impression Editions les Belles Couleurs Dépot Légal : 2003/0826 ISBN : 9981-9931-7-4 Document téléchargeable sur internet : www.rcar.ma SOMMAIRE Message

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle Le PACK Expat CFE Retraite Prévoyance Santé Épargne Santé et Prévoyance Votre statut d expatrié rend votre protection en santé et prévoyance facultative. Pour conserver les mêmes avantages qu en France,

Plus en détail