Rapport technique : CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport technique : CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC"

Transcription

1 Rapport technique : CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC E. Belzile, 1 S. Sanche, 1 J. McCusker, 1,2 A. Vadeboncoeur, 3 A. Ciampi, 1,2 J.-F. Levesque. 4,5,6 1Centre de recherche de St. Mary, 2 Université McGill, 3 Institut de Cardiologie de Montréal, 4Institut national de santé publique du Québec, 5 Université de Montréal, 6 Centre de recherche du CHUM. Centre de Recherche de St. Mary Pavillion Hayes 3830 Avenue Lacombe Montreal, (Quebec) H3T 1M5, Canada Le 25 mai,

2 CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC Date du rapport: 25 mai 2011 Organisme subventionnaire: Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ) May 1, April 30, 2011 Chercheuse principale: Cochercheurs: Jane McCusker, MD DrPH Centre de recherche de St. Mary 3830 avenue Lacombe Montréal, QC, H3T 1M5 Tél.: (514) Ext 5060 Téléc.: (514) A. Vadeboncoeur, MD D. Roberge, PhD D. Larouche, MSc A. Ciampi, PhD P. Tousignant, MD Remerciements: Notre équipe aimerait reconnaître l aide du Dr. Bruce Brown et du Dr. Claude Rivard pour l information fournie quant aux procédures de facturation des médecins travaillant en département d urgence. 1

3 Rapport technique CRÉATION D UNE MESURE DE VISITE AU DÉPARTEMENT D URGENCE À PARTIR DE DONNÉES ADMINISTRATIVES DU QUÉBEC E. Belzile, 1 S. Sanche, 1 J. McCusker, 1,2 A. Vadeboncoeur, 3 A. Ciampi, 1,2 J.-F. Levesque. 4,5,6 1Centre de recherche de St. Mary, 2 Université McGill, 3 Institut de Cardiologie de Montréal, 4Institut national de santé publique du Québec, 5 Université de Montréal, 6 Centre de recherche du CHUM. SOMMAIRE Introduction: Afin d étudier l utilisation des départements d urgence (DU) au Québec, le Registre de la salle d urgence () a été créé dans les années Par contre, ce ne sont pas tous les DUs qui fournissent de l information au registre, et parmi ceux qui fournissent des données, certains ne fournissent pas de données pour les visites ambulatoires. Contrairement aux données administratives provinciales de la régie de l assurance maladie du Québec (RAMQ) sur la facturation des médecins, le ne peut être jumelé à aucunes autres bases de données administratives provinciales. Malheureusement, aucune définition validée de visite au DU n est explicitement disponible à partir des données de la RAMQ. Objectifs: Le principal objectif de ce travail consistait à proposer plusieurs définitions d une visite au DU à partir des données administratives de la RAMQ, pour la population québécoise adulte. On désirait identifier les visites au DU avec et sans hospitalisation et comparer ces mesures avec les données du. Méthodes: En tout, les données provenant de 57 DUs de milieux hospitaliers ont été analysées en fonction de deux types de visite au DU: 1) avec hospitalisation ou 2) sans hospitalisation. Plusieurs définitions de visites au DU ont été explorées, en fonction de séquences journalières de facturations provenant des données administratives de la RAMQ. L hospitalisation suite à la visite au DU a été déterminée à partir des données de congé d hospitalisation (Med-Écho). Afin de déterminer la meilleure définition de visite au DU, on a comparé le nombre annuel de visites tel qu estimé par ces définitions avec les estimations respectives provenant du registre. L accord entre les estimations du nombre de visites au DU a été mesuré avec le coefficient de corrélation de concordance (CCC). Les résultats ont été stratifiés par le type de DU (petite, moyenne ou grande taille). Résultats: En général, le nombre annuel de visites au DU estimé à partir de la définition limitant une visite à deux jours consécutifs de facturation au DU, a un accord substantiel avec le nombre de visites au DU estimé par le registre. Dans le cas de visites sans hospitalisation, cette définition donne le meilleur accord, mais plus particulièrement pour les DUs de grande taille. La définition limitant une visite à une seule journée de facturation au DU amène un meilleur accord pour les DUs de petites et moyennes tailles. Dans le cas des visites avec hospitalisation, toutes les définitions amènent un accord semblable avec le registre. Les distributions des caractéristiques des usagers et le contexte temporel de la visite au DU sont similaires. Conclusions: Les résultats de l analyse suggèrent une plus grande occurrence de séjours au DU s étalant sur deux dates consécutives, par rapport à l occurrence de retours rapides au même DU. Cette supposition semblerait mieux s appliquer aux DUs de grande taille qu aux DUs de petite et moyenne petite taille. La différence notée entre les nombres de visites au DU découlant des définitions de visites avec hospitalisation provenant des données RAMQ/Med-Écho et du est relativement faible. Nous recommandons l utilisation d un indicateur créé à partir des données RAMQ/Med-Écho par les chercheurs et preneurs de décision du Québec. Toutes les mesures sont imparfaites et il serait important dans le futur que les données du fournissent l identificateur des usagers, afin de fournir des données valides de visites à l urgence qui peuvent être jumelées à d autres bases de données administratives provinciales. Population âgée de 19 ans ou plus le 1 er avril

4 INTRODUCTION L utilisation des départements d urgence (DUs) pour les soins de santé au Québec est un sujet d étude important mais seules des sources de données peu ou non validées permettent de la mesurer. Durant les années 1980, afin de suivre l évolution de certaines données sur l occupation des DUs des régions de Québec et de Montréal, était créé le «Registre de la salle d urgence ()». Bien qu aucun règlement n oblige les établissements québécois à fournir ces informations, 89 d'entre eux contribuent à l alimenter (année : ). Parmi les faiblesses du, on compte l incapacité d identifier les usagers ou de relier les données des usagers aux données portant sur l utilisation des soins, ainsi que l absence fréquente de données portant sur les usagers ambulatoires. Par ailleurs, les données administratives de facturation à l acte des médecins (régie de l assurance maladie du Québec - RAMQ) contiennent beaucoup d information sur l utilisation des soins de santé des usagers. La RAMQ fournit l information sur le type de lieu où les soins ont été fournis, permettant d identifier la facturation provenant des DUs. Par contre, chaque visite ne peut être identifiée puisqu aucune mesure du temps d entrée ou de sortie du DU n est alors disponible. Plusieurs des recherches précédemment entreprises, portant sur l utilisation du service du DU, ont ignoré ce problème méthodologique. Une étude précédente a créé et validé une mesure de visite au DU à partir notamment des données de la RAMQ 1 pour les usagers âgés de 65 ans et plus. Les patients ont été recrutés dans 4 DUs de la région de Montréal. Trois sources de données ont été comparées au niveau individuel : un questionnaire auto-rapporté, une mesure basée sur les chartes hospitalières des patients et finalement deux mesures basée sur les données administratives RAMQ/Med-Écho. Les deux mesures furent définies en limitant la séquence de jours de facturations à un jour ou en la considérant sans limite. Cette dernière mesure s est révélée la plus valide. Pour distinguer les visites au DU avec ou sans hospitalisation et inspirés de la même étude, 2 nous avons utilisé les données de congé d hospitalisation (Med-Écho). Finalement, des limites quant à l échantillonnage de personnes âgées dans un petit nombre de DUs de la région métropolitaine nous amènent à la présente étude qui contient des données plus complètes à explorer. OBJECTIF Pour la population québécoise adulte, les objectifs de cette étude sont : 1. À partir des données de la RAMQ/Med-Écho, de proposer plusieurs définitions possibles d une visite au DU, et de définir le type de chacune des visites (avec ou sans hospitalisation), 2. De comparer ces mesures avec la mesure de visite qui provient du, a) pour l ensemble des hôpitaux, et b) en fonction de la taille du DU. Seuls les DUs localisés dans un hôpital ont été utilisés dans la création de variables et pour les comparaisons. MÉTHODES Cette étude a utilisé les données de l année financière La population ciblée est l ensemble des usagers québécois adultes, liés à une facturation médicale dans l une des deux bases de données (Med-Écho, RAMQ). 1) Bases de données et jumelage Population âgée de 19 ans ou plus le 1 er avril

5 Données administratives provinciales Deux bases de données administratives portant sur l utilisation des services médicaux de la population québécoise ont été jumelées à l aide du numéro d enregistrement à l assurance santé provinciale, identifiant chaque usager : les congés d hospitalisation dans les hôpitaux du Québec (Med-Écho) et la banque de facturations des médecins de la RAMQ. La RAMQ fournit l information sur l âge, le sexe et le lieu de résidence des usagers. Registre de la salle d urgence () [Pour une description du déroulement habituel lors d une visite au DU au Québec, veuillez consulter l annexe 3 ]. Le contient de l information sur les visites pour la majorité des DUs 4. Il contient de l information sur le patient : l âge à l arrivée, le sexe, la date, l heure, le lieu à l arrivée et au départ de la visite, la catégorie de la visite (civière ou ambulatoire), le mode d arrivée (ambulance ou autres) et la destination après la visite (libéré, hospitalisé, transféré, référé ou autre (mort ou départ pour toute autre raison)). Le ne contient cependant pas le numéro d enregistrement provincial à la régie de l individu en visite au DU, ce qui empêche le jumelage avec d autres bases de données. Par contre, il est possible de jumeler le avec les données RAMQ/Med-Écho au niveau des DUs particuliers. Les données ambulatoires n étant pas fournies par certains (33) hôpitaux au moment de l étude, seules les données provenant de 57 DUs contenant des données sur toutes visites ambulatoires et de civières, ont été utilisées dans cette étude. 2) Définition de visite au DU Données : Le nombre de visites au DU par jour a été estimé en utilisant la date d arrivée au DU. Toutes les visites contenant de l information manquante sur le sujet (âge, sexe) ou sur la visite ont été exclues de l analyse, ce qui représente moins de 1% de toutes les visites inscrites dans le registre. Le code de destination a permis de déterminer le type de visites : avec hospitalisation (hospitalisé ou transféré) ou sans hospitalisation [libéré, référé ou autre (décédé ou départ pour toute autre raison)]. Moins de 5% des visites ont la mention «autre» comme code de destination. Données RAMQ/Med-Écho: Un usager peut avoir plusieurs facturations auprès de plusieurs médecins au cours d une même visite au DU. De plus, certaines facturations ont lieu au cours d une hospitalisation (entre les dates d admission et de congé de l hôpital exclusivement, tel que déterminé dans la base Med- Écho). Ces facturations ont été exclues et représentent moins de 1.5% de l ensemble de toutes les facturations au DU. Une autre difficulté provient de l impossibilité de déterminer si deux facturations au même DU, d un même usager, sur deux journées consécutives, proviennent de la même visite; il est possible que le patient ait effectué des retours rapides au DU ou bien que le séjour se soit étalé sur une période de plus d une journée. Afin de définir une visite au DU, nous avons utilisé la séquence journalière de facturations provenant du même DU à l intérieur de dates subséquentes d un usager 1. Les séquences de dates utilisées ont été limitées à un maximum de X jours consécutifs, X à déterminer. Quatre définitions de mesure de visite au DU ont été explorées: 1) Limiter la séquence à un jour (X=1), 2) Limiter la séquence à deux jours (X=2), 3) Limiter la séquence à trois jours (X=3), et 4) Ne pas limiter la séquence de jours. Toutes les séquences s étendant sur une période plus grande que X ont été coupées en d autres séquences, allouant un maximum de jours à partir de la première journée de facturation. Une hospitalisation est associée à une séquence de facturation à l urgence selon l algorithme hiérarchique suivant : 1) L hospitalisation a eu lieu au dernier jour de la séquence de facturation en DU; 2) L hospitalisation a lieu le jour suivant le dernier jour de la séquence de facturation en DU; 4

6 3) L hospitalisation a lieu dans les trois jours suivant la fin de la séquence de facturation en DU et on retrouve des facturations en «section générale courte durée» entre le dernier jour de la séquence et le jour de l hospitalisation. Cet algorithme est une adaptation d un algorithme qui a été validé sur les individus âgés de 65 ans et plus 2. L admissibilité des changements qui ont été apportés aux définitions lors de cette étude sont fondés sur le jugement clinique exercé selon le contexte approprié de l utilisation des services d urgence au Québec. Caractéristiques de patients et de DU Les caractéristiques individuelles des patients au moment de leur visite sont: la catégorie d âge, le sexe et le jour de la visite (semaine/fin de semaine). On a comparé les caractéristiques des usagers qui visitent le DU selon le de celles reliées aux différentes définitions provenant des données RAMQ/Med-Écho et décrites précédemment. Chaque DU est classifié à partir d une méthode établie précédemment 5 : DU de petite, moyenne ou grande taille, selon 4 attributs corrélés (l emplacement géographique, l affiliation universitaire, le nombre de lits et le niveau des soins fournis). Les DUs de grande taille sont susceptibles d avoir au moins 20 lits, d être affiliés à une université et de fournir des soins de niveau tertiaire. Notons que les DUs de taille moyenne (n=21) et petite (n=10) ont été jumelés vu le nombre insuffisant de DUs de petite taille. Les définitions de visites au DU ont été comparées selon les 2 groupes de DU. Analyses statistiques Des statistiques descriptives ont été utilisées pour l ensemble des résultats. Afin de comparer la définition de visite au DU provenant du avec celles provenant des données administratives, on a comparé le nombre annuel moyen de visites au DU pour chacun des 57 DUs. Le coéfficient de corrélation de concordance 6 (CCC) a servi de mesure d accord. Les analyses ont été stratifiées en fonction du type de visite (avec ou sans hospitalisation) et du type de DU (grande taille versus petite et moyenne taille). Le test-t a été utilisé afin de comparer le nombre moyen journalier de visites au DU par hôpital selon les différentes définitions. Des graphiques de dispersion de points sont présentés afin de visualiser l accord. Les analyses statistiques ainsi que la création de graphiques ont été effectuées avec les logiciels SAS 9.2 et STATA RÉSULTATS La table 1 fait état des statistiques sommaires pour toutes les définitions de visites au DU pour les 57 DUs et indique le nombre total de visites au DU, le pourcentage de visites avec et sans hospitalisation, l âge et le sexe des usagers ainsi que le moment de la visite (semaine/fin de semaine). La définition 1) surestime le nombre de visites au DU. Les autres définitions (2 à 4), sous-estiment cette quantité. Le pourcentage de visites résultant en hospitalisation est similaire à celui rapporté par le pour les définitions 2, 3 ou 4. Les caractéristiques des usagers utilisant le DU sont similaires entre les définitions, tout comme le pourcentage de visite ayant lieu le week-end. La table 2 rapporte l accord entre les mesures de visites au DU provenant des données administratives provinciales et la mesure provenant du. Un parfait désaccord est représenté par une mesure du CCC égal à 0, alors qu un accord parfait se voit attribuer un CCC de 1. Les comparaisons rapportant les meilleurs accords sont surlignées en jaune. L accord sur l ensemble des DUs (n=57) pour les deux types de visites au DU (avec et sans hospitalisation) est modéré à substantiel 7, 8. L accord pour les DUs de grande taille quant au nombre de visites sans hospitalisation est meilleur avec une séquence maximale de 2 jours. Les DUs de taille Dans cette section, il est sous-entendu que les définitions de la RAMQ sont comparées avec la définition provenant du 5

7 petite et moyenne semblent mieux adhérer à une séquence maximale de 1 jour. L accord pour les visites avec hospitalisation est similaire d une définition à l autre mais l accord global semble légèrement supérieur dans les DUs de taille petite et moyenne. Les résultats des tests-t sont rapportés en table 3. Par rapport au, l ampleur et la direction des différences quotidiennes moyennes de visites au DU se situent autour de 6 à 8 visites par jour de moins, sans hospitalisation, pour les définitions avec séquences de 2 jours ou plus. La définition à une seule journée, quant à elle, surestime environ 6 visites sans hospitalisation en moyenne. En général, toutes les définitions de la base RAMQ/Med-Écho sous-estiment 0.5 visite à 1.5 visites avec hospitalisation par jour en moyenne. On note une différence significative pour la taille de DU respectivement pour les visites avec hospitalisation peu importe les définitions de la RAMQ/Med-Écho et pour les visites sans hospitalisation pour la définition 1) de la RAMQ/Med-Écho. Notons finalement qu en comparant le nombre quotidien de visites au DU pour chaque DU au lieu de la somme de celles-ci par année, on obtient des résultats similaires. Les figures 1 et 2 permettent de visualiser l accord selon le type de visite, avec ou sans hospitalisation. Afin d explorer l hypothèse que les différences entre les définitions de visites aux DUs qui s appliquent mieux aux DUs de grande taille et aux DUs de petite et moyenne taille puisse être expliquée par des séjours plus longs à l urgence et une plus grande complexité des cas dans les DUs de grande taille, nous avons examiné ces facteurs dans le (données non montrées). Le temps médian de visite en DU est de 5.2 heures pour les DUs de grande taille par rapport à 2.8 heures pour les DUs de taille petite etmoyenne. La proportion de patients sur civières est également plus grand dans les DUs de grande taille (44% versus 29%). DISCUSSION Les objectifs de cette étude étaient d explorer différentes définitions de visite au DU, ainsi que du type de visite, établies à partir données administratives RAMQ/Med-Écho, puis de comparer ces définitions avec celle du. La définition qui donne le meilleur accord global, entre les bases RAMQ/Med-Écho et le est celle qui limite la séquence de facturation à 2 jours. Par contre si on considère séparément les DUs de petite-moyenne taille, le meilleur accord est obtenu pour la définition de visite basée sur une seule journée de facturation. Les DUs de petite-moyenne taille, situés principalement à l extérieur des regions métropolitaines, ont plus de visites pour des problèmes mineurs et de retours au DU pour des suivis donc des séjours moyens plus courts 5, 9, 10. Les plus grands DUs, situés en milieux urbains, ils ont de plus longs séjours et des patients plus gravement malades (donc des séjours de durées réelles plus longues) 5, 9, 10. Les définitions de la RAMQ/Med-Écho sous-estiment le nombre d hospitalisations par rapport au. Par contre, la différence entre les deux bases de données est petite. Malgré les limites qu imposent la nature des données, l indicateur d une visite à l urgence que nous avons créé et qui utilise les données RAMQ/Med-Écho, peut être utilisé par les chercheurs et les preneurs de décision du Québec. Il serait important dans le futur que les données du puissent être jumelées à d autres bases de données provinciales (comme tel est le cas dans d autres provinces), afin de produire des mesures valides de visite à l urgence qui soient compatibles avec d autres bases de données. 6

8 References 1. Dendukuri N, McCusker J, Bellavance F, et al. Comparing the validity of different sources of information on emergency department visits: A latent class analysis. Med Care. 2005;43: McCusker J, Cardin S, Bellavance F, Belzile E. Return to the emergency department among elders: patterns and predictors. Acad Emerg Med. 2000;7: Québec Direction générale des services de santé et de la médecine universitaire, Québec Ministère de la santé et des services sociaux, Service de l'infocentre. Cadre normatif: système d'information de gestion des départements d'urgence (SIGDU): Santé et services sociaux, Direction générale des services de santé et de la médecine universitaire, Tousignant P, Arbour G. Les systèmes d'information dans les urgences potentiel d'utilisation pour des fins de recherche. phase I: exploration de la qualité des données du registre de la salle d'urgence. Rapport présenté au groupe interuniversitaire de recherche sur les urgences. eds. 2007, 5. McCusker J, Roberge D, Vadeboncoeur A, Verdon J. Safety of discharge of seniors from the emergency department to the community. Health Q. 2009; Carrasco JL, Jover L. Estimating the generalized concordance correlation coefficient through variance components. Biometrics. 2003;59: Ministry of Health of New Zealand. The Ministry of health procedure for approval of new test methods for bacteriological compliance testing of drinking-water samples using presence/absence methods. eds. 2010, 8. McBride G. Using statistical methods for water quality management: issues, problems and solutions: John Wiley & Sons Inc., Haggerty JL, Roberge D, Pineault R, Larouche D, Touati N. Features of primary healthcare clinics associated with patients' utilization of emergency rooms: urban-rural differences. Healthcare Policy. 2007;3: Roberge D, Larouche D, Pineault R, Levesque JF, Hamel M, Simard B. Hospital emergency departments: substitutes for primary care? Results of a survey among the population of Montréal and Montérégie. eds. Montreal: Direction de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal,

9 Table 1: Statistiques descriptives des visites au DU pour les bases de données et RAMQ/Med-Écho ( : patients adultes) Variables Données 1-Séquence limitée à 1 jour Données RAMQ 2-Séquence limitée à 2 jours 3-Séquence limitée à 3 jours 4-Séquence sans limite Nombre de visits au DU 1,716,256 1,817,894 1,554,540 1,524,016 1,515,498 Pourcentage de visite au DU avec hospitalisation* 15.1% 13.3% 15.5% 15.8% 15.8% Caractéristique des patients***: Age: % 30.1% 32.1% 32.5% 32.6% % 38.7% 39.4% 39.5% 39.6% % 18.7% 18.0% 17.8% 17.8% % 12.5% 10.5% 10.2% 10.0% Pourcentage de femmes 51.2% 52.2% 52.0% 52.0% 52.0% Pourcentage de visite durant la fin de semaine 26.0% 25.2% 25.1% 25.1% 25.1% : Registre du DU. RAMQ: Régie de l'assurance maladie du Québec. Med-Écho: Maintenance et exploitation des données pour l étude de la clientèle hospitalière. * Pour les données : destination=1(hospitalisation) or 3(transfert) ** Pour les données : destination=2(congé) ou 4(référé) ou 5(autres) *** Au moment de leur visite Limitation : Données RAMQ/Med-Écho: Patients âgés de 19+ au 1er avril 2004 / Données : Patients âgés de 19+ au moment de la visite(arrivée) 8

10 Table 2 Accord entre les données et RAMQ/Med-Écho par différent groupe de DUs ( : patients adultes) Type de Visite Total (n=57) Grand DU (n=26) Moyen ou Petit DU (n=31*) Définition RAMQ CCC 95%C.I. CCC 95%C.I. CCC 95%C.I. 1) Visite au DU avec hospitalisation: 1-Séquence limitée à 1 jour 0.98 [0.97; 0.99] 0.95 [0.89; 0.98] 0.99 [0.98; 0.99] 2-Séquence limitée à 2 jours 0.98 [0.96; 0.99] 0.94 [0.89; 0.97] 0.99 [0.98; 0.99] 3-Séquence limitée à 3 jours 0.98 [0.96; 0.99] 0.94 [0.88; 0.97] 0.99 [0.98; 0.99] 4-Séquence sans limite 0.98 [0.96; 0.99] 0.94 [0.88; 0.97] 0.99 [0.98; 0.99] 2) Visite au DU sans hospitalisation: 1-Séquence limitée à 1 jour 0.93 [0.89; 0.95] 0.87 [0.78; 0.92] 0.95 [0.90; 0.97] 2-Séquence limitée à 2 jours 0.95 [0.92; 0.97] 0.95 [0.89; 0.97] 0.84 [0.76; 0.90] 3-Séquence limitée à 3 jours 0.93 [0.90; 0.95] 0.92 [0.86; 0.95] 0.82 [0.73; 0.88] 4-Séquence sans limite 0.92 [0.89; 0.94] 0.91 [0.85; 0.95] 0.82 [0.73; 0.88] Les comparaisons se font au niveau hôpital: 57 hôpitaux CCC: coefficient de corrélation de concordance, DU: département d'urgence, : Registre de la salle d'urgence, RAMQ: Régie de l'assurance maladie du Québec. Med-Écho: Maintenance et exploitation des données pour l étude de la clientèle hospitalière. * Comprend 10 DUs de petite taille Les définitions correspondant a un meilleur accord sont soulignées en jaune 9

11 Table 3: Moyenne journalière de la différence du nombre de visite entre la base et RAMQ/Med-Écho par différent groupe de DUs ( : patients adultes) 1 2 Visites au DU Globalement (n=57) Grand DU (n=26) Moyen ou Petit DU (n=31*) Test-t Moyenne (et) Moyenne (et) Moyenne (et) valeur-p 1) Visite au DU avec hospitalisation :moyenne journalière Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence limitée à 1 jour 0.8(1.1) 1.4(1.4) 0.4(0.5) Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence limitée à 2 jours 0.9(1.2) 1.5(1.4) 0.4(0.6) Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence limitée à 3 jours 0.9(1.2) 1.5(1.4) 0.4(0.6) Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence sans limite 0.9(1.2) 1.5(1.4) 0.4(0.6) < ) Visite au DU sans hospitalisation :moyenne journalière Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence limitée à 1 jour Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence limitée à 2 jours Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence limitée à 3 jours Différence entre et RAMQ/Med-Écho avec séquence sans limite -5.7(9.5) -13.1(8.4) 0.5(4.7) < (4.5) 6.7(5.3) 7.0(3.7) (4.5) 9.1(5.3) 7.7(3.7) (4.6) 9.8(5.3) 7.8(3.7) : Registre de la salle d'urgence. RAMQ: Régie de l'assurance maladie du Québec. Med-Écho: Maintenance et exploitation des données pour l étude de la clientèle hospitalière. Valeur positive = RAMQ/Med-Écho sous estime le nombre de viste calculé avec la base et:écart-type, DU: département d'urgence * Comprend 10 DU de petite taille 10

12 Figure 1: Graphique de dispersion du nombre moyen de visites par jour au DU sans hospitalisation des données et RAMQ/Med-Écho selon différentes définitions RAMQ-séquence limitée à 1 jour RAMQ-séquence limitée à 2 jours RAMQ-séquence limitée à 3 jours RAMQ-séquence sans limite Ligne rouge=accord parfait : Registre du DU. RAMQ: Régie de l'assurance maladie du Québec. Med-Écho: Maintenance et exploitation des données pour l étude de la clientèle hospitalière. DU : Département d urgence 11

13 Figure 2: Graphique de dispersion du nombre moyen de visites par jour au DU avec hospitalisation des données et RAMQ/Med-Écho selon différentes définitions RAMQ-séquence limitée à 1 jour RAMQ-séquence limitée à 2 jours RAMQ-séquence limitée à 3 jours RAMQ-séquence sans limite Ligne rouge=accord parfait : Registre du DU. RAMQ: Régie de l'assurance maladie du Québec. Med-Écho: Maintenance et exploitation des données pour l étude de la clientèle hospitalière. DU : Département d urgence 12

14 APPENDICE: DÉROULEMENT D UNE VISITE EN DU Afin de situer le lecteur, cette section donnera en exemple le déroulement habituel d une visite au DU. Il est nécessaire de comprendre comment les usagers du DU ce sont gérés d un point de vue administratif. Un patient se présentant au DU suit généralement ce cheminement: 1) Un patient rencontre une infirmière au triage ; un code de triage lui est attribué permettant d établir le degré de priorité à partir de sa raison de consultation. 2) Il s inscrit ensuite à l accueil du DU, notamment grâce à son numéro d enregistrement de la RAMQ 3) Le patient peut-être réorienté à partir du triage à l extérieur du DU, que ce soit à l intérieur ou à l extérieur de l établissement. Aucun service médical ne sera facturé à la RAMQ. 4) Le patient est ensuite en attente d une évaluation médicale (à l exception des cas nécessitant des soins immédiats, qui sont généralement évalué sans attente); il peut être dirigé soit dans la salle d attente (secteur ambulatoire) ou sur une civière. 5) Le patient quittera parfois avant l évaluation médicale; aucun service ne sera alors facturé à la RAMQ, bien que le indique alors une visite. 6) Le patient sera évalué par un médecin du DU qui facture la RAMQ pour le service rendu 7) Si le patient poursuit son séjour au DU, il pourra être réévalué par un certain nombre de médecins du DU qui factureront chacun des services à la RAMQ 8) Dépendant de la complexité du cas, plusieurs médecins de différentes spécialités peuvent être demandés en consultation. Dans un tel cas, le patient sera évalué par un ou plusieurs autres médecins de diverses spécialités qui factureront la RAMQ pour les services rendus. 9) Si cela est jugé nécessaire, un des médecins peut effectuer une demande d admission. Dans un tel cas, le patient est en attente d admission; après l attribution d un lit d hospitalisation, le patient hospitalisé terminera son séjour au DU lorsqu il sera transféré dans ce lit; il débutera alors son séjour sur l unité de soins 10) A tout moment suite à l évaluation médicale initiale, le patient recevra son congé, ou bien on l admettra ou bien on le transférera à un autre établissement si les soins dont il a besoin ne sont pas disponibles sur place ou pour toute autre raison; le patient peut également décéder au DU ou quitter contre autorisation médicale. En 2004, certaines urgences inscrivaient le patient AVANT le triage. 13

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Le début de l aventure

Le début de l aventure CONTEXTE L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium : au cœur du roulement de patient Contexte L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium forment un nouveau groupe hospitalier qui

Plus en détail

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers Dieudonné Soubeiga, expert en sondages Marie-Suzanne Lavallée, directrice de la qualité Annie

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

La cybersanté: une offre de services empreinte de promesses pour la prévention et la gestion des maladies chroniques?

La cybersanté: une offre de services empreinte de promesses pour la prévention et la gestion des maladies chroniques? La cybersanté: une offre de services empreinte de promesses pour la prévention et la gestion des maladies chroniques? José Côté, inf., Ph. D. Titulaire de la Chaire de recherche sur les nouvelles pratiques

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais

D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais D une étape à l autre Parcours assurance santé MD prend le relais LA VIE VOUS MÈNE AILLEURS, MAIS PARCOURS ASSURANCE SANTÉ VOUS SUIT PARTOUT AUCUNE PREUVE D ASSURABILITÉ N EST EXIGÉE! 2 Parcours assurance

Plus en détail

VOS PRÉOCCUPATIONS? VOTRE ÉDUCATION LES NÔTRES? VOTRE SANTÉ ET VOTRE SÉCURITÉ

VOS PRÉOCCUPATIONS? VOTRE ÉDUCATION LES NÔTRES? VOTRE SANTÉ ET VOTRE SÉCURITÉ VOS PRÉOCCUPATIONS? VOTRE ÉDUCATION LES NÔTRES? VOTRE SANTÉ ET VOTRE SÉCURITÉ RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DU REMDUS CONTRAT NUMÉRO Q707 En vigueur depuis le 1er septembre 2007 Document mis à jour pour

Plus en détail

VOS PRÉOCCUPATIONS? VOTRE ÉDUCATION LES NÔTRES? VOTRE SANTÉ ET VOTRE SÉCURITÉ

VOS PRÉOCCUPATIONS? VOTRE ÉDUCATION LES NÔTRES? VOTRE SANTÉ ET VOTRE SÉCURITÉ VOS PRÉOCCUPATIONS? VOTRE ÉDUCATION LES NÔTRES? VOTRE SANTÉ ET VOTRE SÉCURITÉ RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DU REMDUS CONTRAT NUMÉRO Q707 En vigueur depuis le 1 er septembre 2007 Document mis à jour le

Plus en détail

Présentation 2007. pour. Observatoire Vieillissement et Société

Présentation 2007. pour. Observatoire Vieillissement et Société Présentation 2007 pour Observatoire Vieillissement et Société Stéphane Tremblay Directeur de Territoire Région de l Est Qu est-ce que Lifeline? Argus? Philips? Lifeline est un service de télésurveillance

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS DE FIN DE VIE AU QUÉBEC : DÉFINITION ET MESURE D INDICATEURS

SOINS PALLIATIFS DE FIN DE VIE AU QUÉBEC : DÉFINITION ET MESURE D INDICATEURS SOINS PALLIATIFS DE FIN DE VIE AU QUÉBEC : DÉFINITION ET MESURE D INDICATEURS PARTIE : POPULATION ADULTE (20 ANS ET PLUS) DIRECTION SYSTÈMES DE SOINS ET SERVICES MARS 2006 AUTEURS Caroline Bédard, M. Sc.

Plus en détail

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international N o 81-599-X au catalogue Issue n o 008 ISSN : 1709-8661 ISBN : 978-1-100-98615-9 Feuillet d information Indicateurs de l éducation au Niveau de scolarité et emploi : le dans un contexte international

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap)

Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap) Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap) Qu est ce que le Programme Santé Cap? Le Programme interuniversitaire de formation en recherche

Plus en détail

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Janiver 2014 Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Questions sur le projet 1. En

Plus en détail

Les soins de santé se sont les services de la part des médecins et des hôpitaux

Les soins de santé se sont les services de la part des médecins et des hôpitaux Les soins de santé se sont les services de la part des médecins et des hôpitaux Qui peut obtenir des soins de santé au Canada? Tous les résidents permanents Vous avez besoin d'une carte d'assurance-maladie.

Plus en détail

La recherche universitaire en sécurité routière

La recherche universitaire en sécurité routière La recherche universitaire en sécurité routière François Bellavance, PhD Professeur, HEC Montréal Directeur Laboratoire sur la sécurité des transports Centre de recherche sur les transports (CRT) Centre

Plus en détail

État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison canadienne et internationale

État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison canadienne et internationale Journée d étude - Contrôle du coût des médicaments : cible prioritaire pour les finances publiques Union des consommateurs, 21 octobre 2010. État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Assurance des traitements dans les hôpitaux et des soins de santé

Assurance des traitements dans les hôpitaux et des soins de santé Assurance des traitements dans les hôpitaux et des soins de santé Prestation Admissibilité Couverture à l extérieur de la province Table des matières Introduction...1 Qu est-ce que les P.E.I. Hospital

Plus en détail

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C Lien à la version électronique de le formulaire l Apprentissage à la Pratique : https://www.formrouter.net/forms@cfpc/mainpro_linking_learning_practice_fr.html Relier l apprentissage à la pratique Comment

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives ?Votre guide de référence Assurances collectives samsongroupeconseil.com Votre partenaire de parcours Introduction Au printemps 2006, neuf syndicats d enseignement débutaient un processus de désaffiliation

Plus en détail

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec RÉGIME d assurance collective CSQ À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec Contrat J9999 Janvier 2010 À tous les membres de la CSQ Cette «nouvelle» brochure

Plus en détail

INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911

INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911 INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911 Il y a d importantes différences entre le fonctionnement du service 911 à partir d un téléphone voix sur IP (VoIP) et celui d un service de téléphonie traditionnel.

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64

ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64 ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64 SSQ, Société d assurance-vie inc. 90 Dispositions générales Le présent document décrit les dispositions contractuelles en vigueur le 1 er janvier 2009. Catégorie

Plus en détail

Régime d assurance collective

Régime d assurance collective Régime d assurance collective Assurance vie de base (participation obligatoire) 3 mois de service actif Fin d emploi Montant assuré (arrondi au multiple supérieur de 500 $) Employé actif (cadres, professeurs,

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX Services internes 5.1 TARIFS DES SERVICES Les tarifs interprovinciaux des services internes sont déterminés par le Comité de coordination des ententes interprovinciales en assurance santé (CCEIAS). Le

Plus en détail

Le modèle conceptuel de gestion des connaissances (Ballay, 2000)

Le modèle conceptuel de gestion des connaissances (Ballay, 2000) Le modèle conceptuel de gestion des connaissances (Ballay, 2000) 1. Utilité d un modèle conceptuel en courtage de connaissances 2. Cycle de gestion et courtage des connaissances 1. Capitaliser 2. Apprécier

Plus en détail

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration

Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs. favorisant la collaboration Guichets d'accès clientèle orpheline (GACO) : Recension de pratiques sur les facteurs favorisant la collaboration Pascale Navert Courtière de connaissances Direction de la planification, de la performance

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

285, avenue Laurier Est, suite # 608 Montréal (QC) H2T 3E7 T 514-750-3567 louiseleonard@leonardcoaching.com www.leonardcoaching.

285, avenue Laurier Est, suite # 608 Montréal (QC) H2T 3E7 T 514-750-3567 louiseleonard@leonardcoaching.com www.leonardcoaching. 285, avenue Laurier Est, suite # 608 Montréal (QC) H2T 3E7 T 514-750-3567 louiseleonard@leonardcoaching.com www.leonardcoaching.com Formation de coach RCC * Développez votre plein potentiel et celui de

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers

Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Foire aux questions pour les étudiants étrangers Régime pour étudiants étrangers Qu est-ce que l assurance voyage? L assurance voyage est conçue pour couvrir les pertes subies de même que les dépenses

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse Notre offre pour les expatriés Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Vous pouvez compter sur notre longue expérience

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Les entreprises de 11 à 49 employés. Portrait de leur réalité linguistique. Rendez-vous des gens d affaires et des partenaires socioéconomiques

Les entreprises de 11 à 49 employés. Portrait de leur réalité linguistique. Rendez-vous des gens d affaires et des partenaires socioéconomiques Rendez-vous des gens d affaires et des partenaires socioéconomiques 2008 Les entreprises de 11 à 49 employés Portrait de leur réalité linguistique Pierre Bouchard Rendez-vous des gens d affaires et des

Plus en détail

LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE!

LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE! LE TRAVAIL EN DYADE: UN ART QUI S APPRIVOISE! Présentation au XVII e Colloque des CII-CIR Montréal, le 2 Mai 2012 Josée F. Breton, Inf., B. Sc., MBA, conseillère en organisation des soins et du travail

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

attitudes envers le dépistage

attitudes envers le dépistage attitudes envers le dépistage DU CANCER COLORECTAL Le point de vue de la population québécoise novembre 2008 Institut national de santé publique du Québec Direction des systèmes de soins et politiques

Plus en détail

TMS Enterprise Description des rapports

TMS Enterprise Description des rapports TMS Enterprise Description des rapports Dernière modification: 22/08/2011 Version 1.2 St. Michael Strategies #201 701 Salaberry Chambly Québec Canada J3L 1R2 (450) 658-5148 www.storetraffic.com Contents

Plus en détail

Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire

Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire Réunion d'experts sur Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire organisée par le Programme pour la construction et l'équipement de l'éducation et le Programme pour la

Plus en détail

PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015. Bilan régional des activités 2012 2013

PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015. Bilan régional des activités 2012 2013 PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015 Bilan régional des activités 2012 2013 PLAN D ACTION DE SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE 2005 2015 Bilan régional des activités 2012 2013 est une production

Plus en détail

CIGNA INTERNATIONAL EXPATRIATE BENEFITS. MBA : Medical Benefits Abroad. (Prestations médicales à l étranger) Documents de voyage importants

CIGNA INTERNATIONAL EXPATRIATE BENEFITS. MBA : Medical Benefits Abroad. (Prestations médicales à l étranger) Documents de voyage importants CIGNA INTERNATIONAL EXPATRIATE BENEFITS MBA : Medical Benefits Abroad (Prestations médicales à l étranger) Documents de voyage importants Carte de contact Téléphone gratuit : +1.800.243.1348 Fax gratuit

Plus en détail

Direction des ressources humaines 05-05-2014. Branché au travail Service de recharge pour véhicules électriques

Direction des ressources humaines 05-05-2014. Branché au travail Service de recharge pour véhicules électriques Direction des ressources humaines 05-05-2014 Branché au travail Service de recharge pour véhicules électriques Direction des infrastructures Avril 2015 TABLE DES MATIÈRES Branché au travail Service de

Plus en détail

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Cadre de référence Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Révisé en février 2015 1 TABLE DES MATIÈRES Abréviations utilisées. 3 Mise en contexte. 4 Buts et objectifs.

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2014 - Police n o 31943

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Mars 2014 - Police n o 31943 Prix compétitifs Couverture à valeur ajoutée Service personnalisé RÉSUMÉ DU PROGRAMME Mars 2014 - Police n o 31943 Programme d assurance de l Association québécoise des informaticiennes et informaticiens

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES

LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES Par Denys Légaré, directeur général Daniel Asselin, président Grand forum de la préven0on du suicide 14 octobre 2014 Plan de la présentation Les tendances en

Plus en détail

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés?

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Donna Cousineau Infirmière en pratique avancée Hôpital Carleton Queensway Le 12 décembre

Plus en détail

Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé

Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Bases de données clinico-administratives évaluation des incidences sur la vie privée, novembre 2012 Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

L'infirmière gériatrique Ses qualités, son rôle et ses fonctions. Claire Harrisson Courtière de connaissances Secteur gestion des connaissances

L'infirmière gériatrique Ses qualités, son rôle et ses fonctions. Claire Harrisson Courtière de connaissances Secteur gestion des connaissances L'infirmière gériatrique Ses qualités, son rôle et ses fonctions Claire Harrisson Courtière de connaissances Secteur gestion des connaissances Mars 2011 RÉDACTION, ASSS de la Montérégie Citation suggérée

Plus en détail

Assurance de remplacement

Assurance de remplacement Assurance de remplacement Police d'assurance automobile du Québec F.P.Q. No 5 Formule d'assurance complémentaire pour dommages éprouvés par le véhicule assuré C3228 (2010-07) Guide de distribution 731

Plus en détail

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières?

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Étude faite en collaboration entre l Institut national

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

LA FORFAITERIE INC. 107 1ÈRE AVENUE STONEHAM G3L 0L3 CONCOURS Gagnez une journée de rêve pour maman!

LA FORFAITERIE INC. 107 1ÈRE AVENUE STONEHAM G3L 0L3 CONCOURS Gagnez une journée de rêve pour maman! LA FORFAITERIE INC 107 1ÈRE AVENUE STONEHAM G3L 0L3 CONCOURS Gagnez une journée de rêve pour maman! Le concours «Gagnez une journée de rêve pour maman!» (ci-après le «concours») est organisé par La Forfaiterie

Plus en détail

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 Novembre 2011 . Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Demande de résumés! 71 e conférence clinique et scientifique annuelle Du 9 au 12 juin 2015 Québec (Québec) Centre des congrès de Québec

Demande de résumés! 71 e conférence clinique et scientifique annuelle Du 9 au 12 juin 2015 Québec (Québec) Centre des congrès de Québec Demande de résumés! 71 e conférence clinique et scientifique annuelle Du 9 au 12 juin 2015 Québec (Québec) Centre des congrès de Québec La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC), l

Plus en détail

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing)

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing) Jean-François Mary, Études géographiques Journée Santé - ESRI France - 28/01/10 La valeur ajoutée des SIG dans la santé : Retours d expériences de consultant et de formations (PMSI, Géomarketing) La valeur

Plus en détail

www.icis.ca Carte santé en main, direction une autre province ou un autre territoire! Introduction Mars 2010 Rendement du système de santé

www.icis.ca Carte santé en main, direction une autre province ou un autre territoire! Introduction Mars 2010 Rendement du système de santé Mars 2010 Rendement du système de santé Carte santé en main, direction une autre province ou un autre territoire! Introduction Selon les critères de transférabilité et d accessibilité de la Loi canadienne

Plus en détail

Inscriptions au trimestre d automne 2012 : quelques observations

Inscriptions au trimestre d automne 2012 : quelques observations Inscriptions au trimestre d automne 2012 : quelques observations Légère hausse des inscriptions Au trimestre d automne 2012, 294 911 étudiantes et étudiants se sont inscrits dans les universités québécoises,

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

«Bienvenue au Canada: on ne s inquiète pas de l assurance privée ici»

«Bienvenue au Canada: on ne s inquiète pas de l assurance privée ici» «Bienvenue au Canada: on ne s inquiète pas de l assurance privée ici» Amélie Quesnel-Vallée Professeur adjoint, Université McGill Département d épidémiologie, biostatistique et santé au travail, Département

Plus en détail

2013-2014 Dr. Prosper Bernard Tel: 514-987-4250 // portable 514-910-2085 Bernard.prosper@uqam.ca prosper@universityconsortium.com

2013-2014 Dr. Prosper Bernard Tel: 514-987-4250 // portable 514-910-2085 Bernard.prosper@uqam.ca prosper@universityconsortium.com Département de management et technologie École de Sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Dr Prosper M Bernard 514-987-4250 MBA 8400 + MBA 8401 STATISTIQUES et THÉORIE DE LA DÉCISION 2013-2014

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

Régime d assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins

Régime d assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins Régime d assurance collective des employés et retraités du Mouvement Desjardins Desjardins Sécurité financière Centre de contact avec la clientèle : 1 866 666-7049 Site Internet : www.rcd-dgp.com Vice-présidence

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Préparation du plan de réalisation d un projet

Préparation du plan de réalisation d un projet Préparation du plan de réalisation d un projet Guide méthodologique Décembre 2013 (Mise à jour prévue à l automne 2014) Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé

Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé ManuAssistance Assistance-voyage mondiale Votre couverture collective vous suit partout Lorsque vous voyagez au Canada ou dans un autre pays, vous

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Attestation d études collégiales Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Le programme d attestation d études collégiales (AEC) Courtage immobilier résidentiel est d une durée de 570 heures L'objectif

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

Groupe de travail sur les banques de données. Rapport final

Groupe de travail sur les banques de données. Rapport final Groupe de travail sur les banques de données Manon Choinière Barbara Mazer Lise Poissant Susan Stock Bonnie Swaine Avec la collaboration de Patrice Lazure Rapport final Une initiative stratégique du Réseau

Plus en détail

Gestion éthique des banques de recherche

Gestion éthique des banques de recherche Gestion éthique des banques de recherche Jean-Marie Therrien, Ph.D. Président du Comité d éthique de la recherche, CHU Sainte-Justine 30 octobre 2012 Plan Justification éthique et scientifique Principes

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Octobre 2014 - Police n o 53072. Programme d assurance de l Association des jeunes médecins du Québec, administré par

RÉSUMÉ DU PROGRAMME. Octobre 2014 - Police n o 53072. Programme d assurance de l Association des jeunes médecins du Québec, administré par Prix compétitifs Couverture à valeur ajoutée Service personnalisé RÉSUMÉ DU PROGRAMME Octobre 2014 - Police n o 53072 Programme d assurance de l Association des jeunes médecins du Québec, administré par

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Conférencier : Richard Boyer, Ph. D., chercheur au Centre de

Plus en détail