CHARTE DE COOPERATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHARTE DE COOPERATION"

Transcription

1

2 PROJET MEMENTO DOSSIER DE PRESSE Transposer des savoir faire militaires pour le développement des PME Françaises CHARTE DE COOPERATION CYCLE DU RENSEIGNEMENT A L USAGE DES PME À POTENTIEL DE CROISSANCE HÔTEL NATIONAL DES INVALIDES JEUDI 16 JUIN 2005

3 SOMMAIRE Liste des Partenaires Communiqué de presse Ordonnance de 59 rappel des missions de la défense : Défense militaire, Défense civile, Défense économique. Présentation de la Réserve citoyenne Discours Gouverneur Militaire de Paris (Général d armée Marcel VALENTIN) Discours Président de la Sté ITB, Commandant réserve citoyenne (Brice DE GLIAME) Copie de la charte de coopération Courrier Haut Fonctionnaire en Intelligence Economique, Monsieur Alain JUILLET Interview projet MEMENTO avec Monsieur Alain JUILLET Interview Général Adjoint Territorial (Général de division Emmanuel de RICHOUFFTZ) MEMENTO Provisoire

4 Les Signataires actuels du Projet LOGO SIGNATAIRE NOM CONTACT MAIL Cdt Ventura Gouverneur Militaire de Paris Général d Armée Officier de Marcel VALENTIN communication : Haut Fonctionnaire en charge de l Intelligence Economique au (SGDN) M. Alain JUILLET Secrétariat : Réserve Citoyenne de la Région Terre Ile de France Informations Technologies et Compétitivité (ITB) Général de Division DE RICHOUFFTZ DE MANIN Emmanuel M. Brice DE GLIAME Président et Commandant de la Réserve Citoyenne Secrétariat : Secrétariat : assistante : Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME) M. Jean François ROUBAUD Président Standard : assistante : Agence de Diffusion d Informations Technologiques (ADIT) Assemblée des Chambres Françaises de Commerces et d Industries (ACFCI) M. Rémy PAUTRAT Président et Préfet (H) M. Jean François BERNARDIN Président Standard : Standard : assistante : Union des Associations de l Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (UNION-IHEDN) M. René OCCHIMINUTI Président Standard : assistante : Fédération Française du Bâtiment (FFB) M. Christian BAFFY Président Secrétariat Std : Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Paris Ile de France (CRCI) M. Pierre SIMON Président Standard : assistante : Mouvement des Entreprises et des Entrepreneurs de France (MEDEF PARIS) Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises (CIGREF) Groupement Interprofessionnel des Techniques de Sécurité traitants des Informations Sensibles (GITSIS) FRANCE TELECOM M. Rémy ROBINET-DUFFO Président M. Jean Pierre CORNIOU Président M. Jean Louis SZUBA Président M. Philippe DULUC Directeur Sécurité et Information Secrétariat : Std : Standard : LD DIRECT : Standard : Standard : assistant :

5

6 Défense Economique, une des trois composantes des missions de la défense. Ordonnance du 7 janvier 1959 La politique de défense vise à protéger les intérêts fondamentaux de la nation, qui se répartissent entre intérêts vitaux, intérêts stratégiques, intérêts de puissance : - les intérêts vitaux concernent l intégrité du territoire national et de ses approches aériennes et maritimes, le libre exercice de notre souveraineté et la protection de notre population ; - les intérêts stratégiques résident prioritairement dans le maintien de la paix sur le continent européen et dans les zones qui le bordent (notamment la Méditerranée), ainsi que dans la préservation des espaces essentiels à l activité économiques du pays et à la liberté de ses échanges. - Les intérêts de puissance découlent des responsabilités que la France assume sur la scène internationale en tant que nation membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. Pour protéger ses intérêts, la France met en œuvre un concept global qui comprend plusieurs composantes : - La défense militaire, élément principal du dispositif - La défense civile, essentiellement chargée de la protection de la population, du maintien de l ordre public et de la continuité d action du gouvernement. - La défense économique, destinée à assurer dès le temps de la paix la réduction des vulnérabilités du pays et, en temps de crise, la bonne répartition des ressources. La constitution du 4 octobre 1958 pose les bases d une organisation structurée et délimite la responsabilité des organes concernés. Et l ordonnance du 7 janvier 1959 précise les attributions de l exécutif dans tous les domaines de la défense. Dans le domaine de la défense économique, suite au rapport Martre suivi du rapport Carayon, un Haut Fonctionnaire, M. Alain JUILLET, est en charge depuis décembre 2003 de déployer une politique public en matière d intelligence économique La création de la réserve citoyenne, autre innovation, loi du 22 octobre 1999, a pour mission de renforcer le lien Nation Défense. Depuis la réserve citoyenne développe des projets s inscrivant dans le cadre de ces missions, parmi ceux-ci le projet mémento. Cdt (RC) Jacques BAUDOUIN Membre de l équipe projet MEMENTO Lien : Lien :

7 LA RESERVE CITOYENNE Entretenir l esprit de défense" "Renforcer le lien entre la Nation et ses forces" article 19 de la loi du 22 octobre La défense est l affaire de tous. Les armées ne seront en mesure d accomplir pleinement leur rôle que si les enjeux sont bien perçus par l ensemble des citoyens. Face aux menaces, notamment celles de type terroriste, qui, au-delà de l agression elle-même, cherchent à annihiler la volonté, l action militaire n est efficace que si la société dans son ensemble est animée par l esprit de défense. Réserve de rayonnement, la réserve citoyenne répond au besoin d enracinement de l armée de terre professionnelle dans la société civile, en complément de la réserve opérationnelle, qui y contribue naturellement du fait de sa double appartenance au monde militaire et civil. Outre son objet, fixé par la loi, la réserve citoyenne se caractérise par la nature "relationnelle" de son action et le régime de bénévolat sous lequel elle s exerce. La réserve citoyenne regroupe des volontaires issus directement de la société civile ou bien des réservistes ayant quitté la réserve opérationnelle, voire d anciens militaires d active, qui sont agréés par l autorité militaire pour leur capacité à prolonger les actions de communications, notamment au profit de l armée de terre en ce qui nous concerne. Cette action de relais s exerce dans plusieurs directions, et particulièrement : Vers les collectivités locales, en particulier les correspondants défense des municipalités, Vers le monde de l éducation, pour soutenir notamment l enseignement de défense, première étape du parcours citoyens prévu par la loi, Vers le monde du travail et de l entreprise, Vers la jeunesse par le biais des réservistes locaux à la jeunesse et à la citoyenneté. L appartenance à la réserve citoyenne est concrétisée par un agrément auprès d une autorité militaire qui définit notamment la nature et la charge des actions à mener La réserve citoyenne a pour mission de : Contribuer au recrutement et à la reconversion ; Sensibiliser les décideurs aux questions de défense ; Participer à des opérations d information et de communication ; Développer les relations avec la société civile, élus locaux ou territoriaux, monde de l entreprise, éducation nationale... ; Apporter une aide lors des catastrophes naturelles ; Contribuer au devoir de mémoire.

8 Discours du Gouverneur Militaire de Paris pour la signature de la Convention de coopération «Mémento» du 16 juin 2005 (Introdution protocolaire en fonction du rang des présents), Mesdames, Messieurs, Soyez les bienvenus en l Hôtel national des Invalides pour la signature de la Convention de coopération relative au Mémento de renseignement à l usage des PME/PMI. Certains pourraient s étonner - mais ce n est évidemment pas votre cas! - que cette Convention, qui concerne au premier chef l activité économique de notre pays, soit paraphée dans les murs d une Institution militaire. Ce serait oublier que les Armées reconnaissent depuis longtemps l importance du facteur économique dans la vie de notre pays. Ce serait surtout oublier que la défense de la France repose, non seulement sur ses armées mais, également, sur l ensemble des forces vives qui la composent. L ordonnance du 7 janvier 1959 portant organisation générale de la Défense le rappelle de façon explicite : «La Défense est globale, elle doit s exercer dans tous les domaines de l activité du pays, à l intérieur comme à l extérieur, contre toutes les formes de menaces susceptibles de mettre en péril la survie de la Nation en tant qu entité maîtresse de son destin.» Aujourd hui plus encore qu hier, le caractère global de notre Défense est une réalité que nous expérimentons tous les jours. La Convention que vous vous apprêtez à signer en est une nouvelle preuve. Qui trouve-t-on, en effet, au premier rang des forces vives du pays? Les entreprises et leurs dirigeants. Par leurs succès, leur dynamisme, leurs salariés, leur technologie, ils contribuent de plein droit à notre défense. La France leur doit, pour une bonne part, la position qu elle occupe sur la scène internationale. Sans ce pilier essentiel, elle ne serait pas totalement maîtresse de son destin. Au sein des entreprises, les PME/PMI méritent une attention particulière. Premières créatrices d emploi, souvent à la pointe de la recherche technologique - les militaires le savent bien, eux qui bénéficient de leurs meilleures innovations -, elles sont à la fois le moteur et la pointe de diamant de notre économie. Mais leur nature même, leur taille, leur fragilité les exposent à des menaces qui peuvent se révéler fatales dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Elles ont donc besoin d aide pour soutenir leur développement et protéger leur savoir-faire, parfois unique au monde. Telle est l idée qui a guidé les concepteurs du Mémento. Ils appartiennent à la Réserve citoyenne et lorsque le Cdt (RC) Brice DE GLIAME et son équipe m ont soumis leur projet, je l ai soutenu car il répond parfaitement à la tâche qui leur a été confiée. Je rappelle, en effet, que la Réserve citoyenne a pour mission de renforcer le lien entre le Défense et la Nation, y compris, on l a vu, dans sa dimension économique. Elle est donc ici pleinement dans son rôle. L objectif du Mémento est de mettre à la disposition des chefs des PME/PMI à fort potentiel de croissance un outil de management stratégique faisant appel à des techniques et à des méthodologies directement issues des savoir-faire militaire. En d autres termes, les chefs de petites et moyennes entreprises pourront, grâce à lui, appréhender plus concrètement le caractère souvent vital de l information compétitive, domaine pour lequel ils sont souvent peu préparés. Je tiens à remercier tous ceux qui ont accepté d apporter leur contribution à ce projet, en particulier les organismes et sociétés représentés ici. Grâce à eux, le contenu du Mémento sera adapté au plus près des besoins des entreprises et sa diffusion largement assurée. Au-delà, ils nous auront aidé à lancer ce pont très utile entre le monde de la défense et celui de l entreprise. En qualité de responsable de la Réserve citoyenne, je suis convaincu que l action innovante et originale qu elle a engagée servira la croissance de notre pays et la cause de l emploi qui est au cœur, comme vous le savez, des préoccupations gouvernementales. Je vous remercie.

9 Discours du Cdt (RC) Brice DE GLIAME pour la signature de la Convention de coopération «Mémento» du 16 juin 2005 Mon général, Monsieur le Haut Responsable pour l Intelligence économique, Messieurs les Généraux, Messieurs les Préfets, Messieurs les Présidents et Directeurs généraux, Messieurs les officiers, Mesdames et Messieurs, Le Gouverneur militaire de Paris vous a dit l essentiel des raisons pour lesquelles nous sommes réunis ici ce matin, militaires et civils, tous profondément attachés à l esprit de défense et au lien entre l Armée et la Nation. Je voudrais apporter quelques précisions sur le Mémento dont il vous a parlé mais avant tout vous dire combien nous sommes heureux et fiers de la reconnaissance par les Autorités militaires et le Haut Responsable de l Intelligence économique d une action que la Réserve citoyenne a voulu mener en direction des PME/PMI française. J y vois, comme vous sans doute, la vitalité du lien entre les militaires et les civils, tous citoyens désireux de s impliquer plus étroitement dans la vie de la Nation. J y vois aussi la nécessité de réunir toutes les bonnes volontés pour travailler au même but : la croissance économique de notre pays et l emploi. Je voudrais également remercier, outre le Gouverneur militaire de Paris qui a bien voulu nous faire confiance et soutenir notre projet, le général de Richoufftz, général adjoint territorial et toute son équipe, au premier rang de laquelle le Commandant VENTURA, le Colonel SCHMITT, le Colonel LIBESSART pour leur disponibilité, l intérêt qu ils nous ont témoigné d emblée et l aide qu ils nous ont accordée sans compter. Merci également aux organismes, institutions et entreprises qui ont accepté de nous suivre dans cette aventure et qui vont signer cette Convention, la CGPME, l ADIT, l UNION de l IHEDN, la Fédération Française du Batiment, l ACFCI, le MEDEF Paris, la CRCI, le CIGREF, ITB, le GITSIS, France Télécom. Merci enfin aux camarades de la Réserve citoyenne qui m ont aidé à réaliser cette opération le Cdt (RC) Sylvaine CORCAUD, le Cdt (RC) Christine VALENTIN, le Cdt (RC) Muriel ORTOLI, le Cdt (RC) Nicolas le SAUX, et plus particulièrement le Cdt (RC) Jacques BAUDOUIN et le Cdt (RC) Michel le PIMPEC. Vous pouvez à juste titre vous demander pourquoi nous avons voulu réaliser ce mémento du renseignement à l'usage des PME / PMI dans le cadre de la Réserve citoyenne. La réponse est simple. Nous avions tous conscience, mes camarades et moi, que les gisements d emploi de demain se trouvaient dans les PME, mais que leurs dirigeants étaient souvent démunis face à un environnement de plus en concurrentiel et qu il n avaient pas toujours les moyens de l intelligence économique indispensable à leur compétitivité. D un autre côté, nous savions que d autres Français, les militaires, possédaient, eux, les outils nécessaires pour affronter des adversaires multiples, pas toujours identifiés, gérer un environnement hostile et qu ils avaient développé, sur la base de leurs propres expériences, des méthodologies dans de nombreux domaines dont le renseignement. Notre idée coulait donc de source : schématiquement, il s agissait de proposer aux uns le savoir-faire des autres en l adaptant au monde de l entreprise. Vous pouvez vous demander également pourquoi le gouverneur militaire de Paris et la réserve citoyenne d'ile-de-france se sont lancés dans un projet de portée nationale. Là encore, la réponse est simple. Le projet avait quelque chose d'original, d'efficace, de concret qui correspondait bien aux actions que le Général Valentin souhaitait voir mener par la Réserve citoyenne, comme par exemple l opération 105 permis. Je dois, toutefois, lui rendre hommage

10 pour avoir si rapidement «embrayé» avec le Général de RICHOUFFTZ sur le projet Mémento Concrètement, à présent, les choses vont se dérouler de la façon suivante. A la fin de cette matinée, chaque signataires va repartir avec un exemplaire provisoire du mémento, dans les quinze jours à venir nous allons recueillir les avis et suggestions sur le contenu du mémento, ensuite nous allons imprimer et distribuer gratuitement un millier de mémentos, avec l aide de nos partenaires ici présents. Par ailleurs, le mémento sera mis en ligne sur un site internet dédié afin de proposer aux PME et PMI un auto diagnostic et des méthodes adaptés en fonction de leurs besoins spécifiques. Nous allons ensuite mettre en oeuvre toute une série de services afin d aider les entreprises à se développer, à sécuriser et à augmenter leur non vulnérabilité ainsi qu à pérenniser voir développer leurs emplois. Je voudrais dire qu en nous apportant leur aide, nos différents partenaires n ont pas cédé à la «mode de l intelligence économique» qui est en plein essor en France, ce dont personne ne se plaindra. Non, ils ont souhaité offrir à ce projet, chacun pour leur part, une spécificité et une plus-value indispensable à sa réussite, soit par la connaissance qu'ils ont dans ce domaine, soit par la place qu'ils occupent auprès des PME/PMI et du territoire français. Ce jour sera grâce à vous tous, je l espère, à marquer d une pierre blanche. Il signera le début d une coopération fructueuse et concrète entre les acteurs civilo militaire présents aujourd hui et d autres qui ont déjà le désir de s impliquer à nos cotés. Si nous réussissons dans cette action, ce sera une grande fierté pour la Réserve citoyenne placée sous les ordres du Général d armée Marcel Valentin, d avoir contribué à renforcer ce lien défense nation dans un projet visant à développer nos entreprises, pérenniser nos emplois et augmenter la compétitivité de notre pays. Nous allons maintenant passer à la signature de charte de coopération et si vous avez des questions à poser, je propose que nous y répondions après, autour d une tasse de café. Je vous remercie

11

12

13

14

15

16 Réserve Citoyenne d Ile de France - Renforcement du lien Nation Défense Projet MEMENTO Transposer des savoir-faire militaires pour favoriser le développement des PME françaises Interview d Alain JUILLET Haut Fonctionnaire en charge de l Intelligence Economique au Secrétariat Général de la Défense Nationale, réalisé par Brice DE GLIAME président de la Sté ITB et Commandant de la réserve citoyenne de la RTIDF. BDG : les PME/PMI peuvent-elles contribuer au rayonnement, au développement et à la compétitivité de notre pays? Alain JUILLET : Chacun sait que l avenir de la France et sa place dans le monde reposent, en grande partie, sur la prospérité et le dynamisme de ses TPE, PME et PMI. Parmi les identifiées, ont un fort potentiel de croissance. Très innovantes et actives, elles se situent dans des domaines essentiels pour le développement de notre pays. A l exemple des Microsoft, Dell ou Cisco qui furent de minuscules PME à l origine, on peut être certain que les plus dynamiques d entre elles donneront naissance aux futurs grands groupes français de demain. Concentrées sur leurs activités, ces entreprises ont du mal à se rendre compte que leur environnement est de plus en plus agressif et peut menacer à tout moment leur compétitivité, voire leur existence. Elles n ont pas toujours conscience de la nécessité de maîtriser leur environnement concurrentiel et, de toute manière, estiment à tort qu elles n en ont pas les moyens. BDG : Quelles actions concrètes sont envisageables? AJ : Il faut d abord les sensibiliser à cette démarche en leur montrant qu elle est utile et possible à leur niveau. Il faut, également, leur apprendre à se poser les bonnes questions pour améliorer l efficacité de leur gestion et leur donner les outils permettant d acquérir les informations compétitives dont elles ont besoin pour atteindre un niveau d excellence ou s y maintenir. Il faut, enfin, leur faire comprendre que cette démarche va leur permettre de protéger leurs innovations tout en contribuant à leur développement. Il est vrai que beaucoup pensent que c est de la théorie inapplicable dans la pratique pour leur taille d entreprise. C est pourquoi il est essentiel de leur montrer qu il existe des méthodes opérationnelles simples pour acquérir, traiter et exploiter les informations utiles. Sous une forme adaptée, ces méthodes sont pratiquées quotidiennement par les militaires et font régulièrement la preuve de leur efficacité dans la conduite des opérations.

17 BDG : Existe-t-il une «arme simple et efficace» permettant de formaliser le besoin en informations compétitives accompagnée d une méthode adaptée aux PME? AJ : Estimant que l appui aux PME s inscrit dans la mission de renforcement du lien entre la nation et la défense, la Réserve citoyenne d Île de France a pris l initiative de réaliser un mémento qui mêle principes de base et méthodes permettant une bonne gouvernance et une meilleure compréhension de l environnement concurrentiel. A partir d une expression des besoins, il propose une méthode simple de recherche, de traitement et de diffusion de l information nécessaire. Ciblées sur les besoins particuliers des PME à fort potentiel de croissance, ces méthodes d acquisition sont présentées dans un Mémento facile à utiliser par le dirigeant. Synthétique et pratique, il va à l essentiel. Avec l appui du Gouverneur militaire de Paris et de la mission du Haut responsable chargé de l intelligence économique au S.G.D.N, l équipe en charge de ce projet a pu bénéficier de la contribution de nombreux acteurs publics et privés possédant une expertise reconnue dans les domaines de la veille, de l intelligence économique, de l analyse concurrentielle, et de la recherche des éléments de compétitivité. BDG : Quand et comment les PME françaises pourront se procurer ce Mémento? AJ : À compter du deuxième semestre 2005, ce MEMENTO sera très largement diffusé par l intermédiaire d institutions civiles et militaires, d entreprises, d associations, ainsi que par des fédérations et des organismes consulaires. A travers cette action en direction des PME/PMI, la Réserve citoyenne d Île de France, qui va prendre en charge sa diffusion, entend participer au développement et au renforcement du tissu industriel et technologique français, source de compétitivité pour notre pays tout en construisant une passerelle supplémentaire entre le civil et le militaire. Elle souhaite, également, que cet engagement renforce les liens entre le militaire et les entreprises afin de faire bénéficier celles-ci de leur expérience dans l utilisation des méthodes facilitant l approche et la résolution des problèmes d environnement concurrentiel. A l instar des entreprises américaines qui ont su depuis 1945 tirer un profit considérable de l intégration dans leur encadrement des officiers et sous officiers de l US Army, il faut utiliser toutes nos ressources techniques et humaines pour réussir dans la compétition mondiale.

18 Rencontre avec le Général de division E. de Richoufftz et Brice De Gliame, Président d ITB «En matière de Défense économique, créer une culture française en renforçant le lien armée-nation» Un bureau calme aux Invalides, au coeur d un Paris ensoleillé. Deux hommes. Uniforme militaire pour le premier et blazer cravate pour le second. Ils veulent la même chose. Tenaces tous les Deux, ils peuvent l obtenir. Ils seront le 16 juin 2005 placés au coeur de l actualité en matière d intelligence économique en France. Brice De Gliame Président d ITB est aussi Commandant de la réserve citoyenne qui a pour mission de contribuer au renforcement du lien Armée-Nation. Des réservistes-citoyens placent leur savoir-faire dans des actions communes avec des cadres de l Armée. Mais que faire en intelligence économique? «Beaucoup, car notre pays n occupe pas la meilleure place en Europe» explique le Général E. de Richoufftz. Le ton est donné : direct, efficace à la limite de la provocation. L homme peut se le permettre après une carrière exceptionnelle de «battant». Nous sommes avec des hommes de terrain. «le 16 juin poursuit le Général, le gouverneur militaire de Paris et une quinzaine d organismes et sociétés françaises signeront une convention de partenariat civilo-militaire. Cette convention se concrétise par la diffusion d un Memento, sorte de pense-bête sur l IE destiné aux dirigeants des PME et PMI françaises à fort potentiel de croissance. L idée c est de fournir aux entreprises une méthode de raisonnement simple inspirée de «process», maîtrisés par les militaires». Si la protection du tissu industriel apparaît désormais comme une priorité, les mécanismes liés à l essor de l IE en France émergent depuis la nomination de Alain Juillet comme haut responsable à l IE auprès du Premier Ministre et le relais médiatique entrepris par le député Bernard Carayon. Ce Memento ne constitue pas la seule initiative. La plus importante reste l idée générale qui consiste à adapter le «raisonnement» militaire au monde civil dans une perspective stratégique visant à développer et à protéger notre tissu industriel et technologique. Idée intéressante si l on considère que les armées s impliquent dans les trois domaines que sont la défense militaire, la défense civile et la défense économique. «Aujourd hui et dans un contexte de mondialisation, la Défense économique s avère être un élément stratégique complémentaire de nos chars et de nos avions» soutient le Général E. de Richoufftz. «Nous sommes en guerre économique dans une stratégie de «coopétitivité» ou nos amis d aujourd hui peuvent se montrer des adversaires économiques de demain et vice versa» ajoute le Président d ITB. Le Général reprend : «L application de méthodes militaires offensives ou défensives à des entreprises désormais dotées de task force et autres War Room m apparaît naturelle. Dans ce domaine nous disposons de quelques avantages. Encore faut il que les esprits s ouvrent, et deviennent conscients des nouveaux enjeux conséquence de la mondialisation. C est pour cette raison que je formule l espoir de voir un jour un groupe de travail au plus haut niveau de l Etat qui puisse sensibiliser les décideurs de notre pays de ces enjeux.» Reste l évolution des mentalités. «La création de passerelles pour diffuser les techniques de renseignements économique aux PME-PMI françaises est indispensable» affirme Brice De Gliame : «Il s agit de redonner un sens à la notion de patriotisme économique en développant des relations de confiance véritables et durables, d autant que les militaire ont développé de nombreuses expertises en matière de renseignement économiques et concurrentiel». Le Général de division E. de Richoufftz également présent sur le terrain social dans les banlieues est confiant : «Dans les armées, on marche au pas du plus faible. L IE n est pas réservée aux grandes entreprises mais à toutes celles qui sont en guerre économique pour protéger leur patrimoine qu il soit informationnel, social ou financier. Cette collaboration civilo-militaire est ouverte à tous. Il s agit de donner tout son sens à l action collective en renforçant le lien Armée-Nation via de nombreux acteurs, dont la réserve citoyenne». En filigrane de ce projet, la sauvegarde voire la création d emplois dont ont parle de plus en plus en 2005 apparaissent clairement «Protéger le patrimoine des entreprises françaises c est aussi protéger l emploi» soulignent mes deux interlocuteurs. La Grande-Bretagne, le Japon, les Etats-Unis l ont déjà compris. Jean Philippe Bichard

19

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

FAIRE FACE A UN SINISTRE INFORMATIQUE

FAIRE FACE A UN SINISTRE INFORMATIQUE FAIRE FACE A UN SINISTRE INFORMATIQUE Lorraine Protéger son système d information 1 avec des solutions techniques ne suffit pas toujours pour faire face à un sinistre. En cas de perte, de vol ou de dégradation

Plus en détail

Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM

Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM Inauguration du Centre d archivage de la société ARCHIV SYSTEM Luigny, 22 Mars 2013 Inauguration du Centre d ARCHIV SYSTEM à Luigny 22 Mars 2013 Page 2 Discours d Alain TAIEB, Président du Groupe Mobilitas

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE La cyberdéfense sommaire LE PACTE DéFENSE CYBER...3 La cyberdéfense au ministère de la Défense...4 L organisation opérationnelle de la Cyberdéfense...5 l expertise technique en cyberdéfense dga maîtrise

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Orléans, le 5 octobre 2012 Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Introduction L intelligence économique, c est le dispositif par lequel tout acteur économique assure

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES REFORMES PAR PRIORITE

TABLEAU DE BORD DES REFORMES PAR PRIORITE PILIER: PI- SECURITE NATIONALE REFORMES ETAT NIVEAU DE REALISATION R1-DÉFINIR UNE POLITIQUE NATIONALE DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ ADAPTÉE AU CONTEXTE ACTUEL DE LA COTE D IVOIRE ET A SON ENVIRONNEMENT RÉGIONAL

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Développement durable et PME. Introduction à la démarche

Développement durable et PME. Introduction à la démarche Développement durable et PME Introduction à la démarche 1. INTRODUCTION Les TPE, PME et PMI le savent aujourd hui : elles doivent s employer à limiter leur impact sur l environnement, mais également intégrer

Plus en détail

N 2737 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2737 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2737 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 juillet 2010. PROPOSITION DE LOI visant à mieux garantir le droit

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours d ouverture du colloque sur la cyberdéfense

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours d ouverture du colloque sur la cyberdéfense MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours d ouverture du colloque sur la cyberdéfense A Rennes, lundi 3 juin 2013 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur 17 I) Introduction

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs.

Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs. Etre citoyen, c'est avoir des droits, mais aussi des devoirs. Le sens actuel du mot citoyen est hérité de la révolution française qui a initié le droit de vote. La citoyenneté confère des droits, mais

Plus en détail

Le Gala de l Intelligence Economique fête sa 10. édition. ème. Ecole Militaire 17 juin 2015. Dossier de partenariat. http://gala.aege.

Le Gala de l Intelligence Economique fête sa 10. édition. ème. Ecole Militaire 17 juin 2015. Dossier de partenariat. http://gala.aege. Le Gala de l Intelligence Economique fête sa 10 ème édition Ecole Militaire 17 juin 2015 Dossier de partenariat http://gala.aege.fr Le Gala de l Intelligence Economique est une soirée unique organisée

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Sommaire Préface Manager : une priorité du secteur

Plus en détail

LE BULLETIN d information sur l intelligence économique stratégique pour les PME-PMI

LE BULLETIN d information sur l intelligence économique stratégique pour les PME-PMI N 7/JUIN-JUILLET 2009 LE BULLETIN d information sur l intelligence économique stratégique pour les PME-PMI ÉDITO Avec l intelligence économique, préparons le rebond Si la crise économique appelle à la

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

AIDES EN MATIERE D AGRICULTURE. Investissements de création ou de modernisation pour les fermes auberges

AIDES EN MATIERE D AGRICULTURE. Investissements de création ou de modernisation pour les fermes auberges Ce dossier est à adresser à : Monsieur Nicolas ROULY Président du Département de Seine-Maritime Hôtel du Département DEE/SAP Quai Jean Moulin CS 56101 76101 ROUEN CEDEX 1 AIDES EN MATIERE D AGRICULTURE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007 Mai 2007 Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local Suite à l étude menée en 2005 sur les attentes en matière de gestion des risques des collectivités locales dans l Union Européenne,

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

INTERNATIONAL Assurance Santé & Prévoyance

INTERNATIONAL Assurance Santé & Prévoyance INTERNATIONAL Assurance Santé & Prévoyance Agenda» Compétences Internationales de Rutherfoord Santé et Prévoyance Entreprises sous-traitantes pour le Gouvernement Responsabilité Civile, Dommages» Notre

Plus en détail

«LA SÉCURITE ÉCONOMIQUE TERRITORIALE»

«LA SÉCURITE ÉCONOMIQUE TERRITORIALE» DOSSIER DE PRESSE «LA SÉCURITE ÉCONOMIQUE TERRITORIALE» Signature d une convention de partenariat entre le Groupement de Gendarmerie de l Ardèche et le MEDEF DrômeArdèche Vendredi 29 novembre 2013 Préfecture

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.synaphe.fr

DOSSIER DE PRESSE. www.synaphe.fr DOSSIER DE PRESSE www.synaphe.fr Contacts presse Agence Yucatan Céline BERNARD Nicolas MOUTIER cbernard@yucatan.fr nmoutier@yucatan.fr Tél. 01 53 63 27 27 SYNAPHE Bruno REBILLE Responsable Communication

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque 1 Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque Autorité de règlement de faillite : le nouveau rôle de la SADC CD Howe Institute 9 juin 2014 INTRODUCTION Bonjour,

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise»

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise» Plan d actions «Gérer la crise C est anticiper la reprise» 1 Préambule La décélération de l activité économique observée en 2008 s est approfondie en 2009, les principaux indicateurs sont au rouge. Chômage

Plus en détail

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE A DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA charte QUALITÉ LABEL SOCIAL Label Sokial an Trañsportoù e Breizh SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE DISPOSITIFS PARTICULIERS TRANSPORTS

Plus en détail

COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN

COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN Procès verbal n 47 Comité des experts 07 et 08 décembre 2009 Djibouti Palace Kempinski

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées Division Espace et Programmes Interarméeses LE MINDEF en quelques mots 295 000 personnes, militaires et civils. 7000 personnes engagées en opérations extérieures, 80% au sein d une coalition internationale

Plus en détail

Transition Numérique Organisation du programme et proposition de valeur aux partenaires privés. DGCIS le 23/3/2012

Transition Numérique Organisation du programme et proposition de valeur aux partenaires privés. DGCIS le 23/3/2012 Transition Numérique Organisation du programme et proposition de valeur aux partenaires privés DGCIS le 23/3/2012 Compte-rendu des échanges de la réunion des partenaires du 5 mars 2012 à la DGCIS. Liste

Plus en détail

Exclusive Restaurant se lance en franchise

Exclusive Restaurant se lance en franchise Dossier de Presse / Décembre 2012 Exclusive Restaurant se lance en franchise Parce qu un bon moment peut faire toute la différence. Ex c l usi ve R esta u ran ts - SAS au capital de 44 560 - RCS Par i

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

La notation en matière de sécurité

La notation en matière de sécurité La notation en matière de sécurité Août 2008 Le CDSE Le Club des Directeurs Sécurité d Entreprise est l association des directeurs de sécurité d entreprise et de leurs collaborateurs. Il fédère des entreprises

Plus en détail

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel 24 heures dans la vie d Orrick Rambaud Martel Fusions & acquisitions Droit boursier Financements Droit bancaire Marchés de capitaux Titrisation Capital investissement LBO Capital risque Contentieux Arbitrage

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

L Agence nationale de la sécurité des systèmes d information

L Agence nationale de la sécurité des systèmes d information L Agence nationale de la sécurité des systèmes d information http://www.ssi.gouv.fr http://www.certa.ssi.gouv.fr http://www.securite-informatique.gouv.fr Vendredi 5 juin 2015 OZSSI sud C'est le relais

Plus en détail

Dossier d intelligence économique. La veille. Enjeux et méthodes

Dossier d intelligence économique. La veille. Enjeux et méthodes Dossier d intelligence économique La veille Enjeux et méthodes Qui sommes nous? Cellie est la Cellule Intelligence Economique du Pôle Information Communication de l IAE de Poitiers. Composée de 14 étudiants,

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Protecn@ Protection des biens et des personnes

Protecn@ Protection des biens et des personnes Protection des biens et des personnes Ensemble construisons votre solution de Sécurité Protecn@ est un Bureau d Etudes Sécurité / Sûreté spécialisé dans la lutte contre la Malveillance et l Insécurité.

Plus en détail

exigences des standards ISO 9001: 2008 OHSAS 18001:2007 et sa mise en place dans une entreprise de la catégorie des petites et moyennes entreprises.

exigences des standards ISO 9001: 2008 OHSAS 18001:2007 et sa mise en place dans une entreprise de la catégorie des petites et moyennes entreprises. R E S U M E de la Thése de doctorat Perfectionnement du systemé de management intégré qualité-responsabilité sociale-santé et sécurité occupationnelle élaborée par Monsieur le thésard Denuntzio C. Romeo,

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale

Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte : vers la relocalisation des activités et des biens Ministère de l'écologie, du développement

Plus en détail

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4)

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Votre Contact presse Marie Charlotte MAUGAIN 02 96 75 11 54 // marie charlotte.maugain@cotesdarmor.cci.fr

Votre Contact presse Marie Charlotte MAUGAIN 02 96 75 11 54 // marie charlotte.maugain@cotesdarmor.cci.fr L événement web de l année! Attirer, séduire, fidéliser Ce vieux concept marketing, s il reste toujours d actualité, est bouleversé par les nouveaux usages web de vos clients. Pendant longtemps, le e commerce

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france ATTRIBUTIONS DE SUBVENTIONS DANS LE CADRE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères m ti s é er Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères Introduction Les agents diplomatiques et consulaires

Plus en détail

hier aujourd hui Mot du Directeur De Rivaud à Aboville

hier aujourd hui Mot du Directeur De Rivaud à Aboville B U R E A U D U S E R V I C E N A T I O N A L D E P O I T I E R S Mot du Directeur La loi n 97-1019 du 28 octobre 1997 portant réforme du service national a suspendu la conscription et instauré un service

Plus en détail

Charte des Business Angels (BA) de l Orne, affiliés à Norm Angels

Charte des Business Angels (BA) de l Orne, affiliés à Norm Angels Charte des Business Angels (BA) de l Orne, affiliés à Norm Angels MOTIFS : Soucieux de soutenir sur le territoire ornais et bas-normand la création et le développement d entreprises à potentiel, Orne développement

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

AFTES 15, rue de la Fontaine au Roi 75011 PARIS France. http://www.aftes.asso.fr

AFTES 15, rue de la Fontaine au Roi 75011 PARIS France. http://www.aftes.asso.fr AFTES 15, rue de la Fontaine au Roi 75011 PARIS France http://www.aftes.asso.fr 1 1. Présentation générale de l association AFTES : Association Française des Tunnels et de l Espace Souterrain 2 UNE IMPLICATION

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère.

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ------------- DECRET N 2014-288 fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. LE PREMIER MINISTRE, CHEF

Plus en détail

United Nations (8) Nations Unies

United Nations (8) Nations Unies United Nations (8) Nations Unies HEADQUARTERS SIEGE NEW YORK, NY 10017 TEL.: 1 (212) 963.1234' FAX: 1 (212) 963.4879 Distr. SECOND INTERNA1l0NAL DECADE FOR THE ERADICATION OF COLONIALISM RESTRICTED PRS/2010/CRP.9

Plus en détail

Content & Document Management IDC Conference 2007

Content & Document Management IDC Conference 2007 Content & Document Management IDC Conference 2007 L enjeu de l information non structurée pour l entreprise Cas SCOR : L Intelligence Economique, levier de compétitivité Régis Delayat SCOR, DSI Groupe

Plus en détail

Déplacement en corse de. Olivier buquen. délégué interministériel à l intelligence économique

Déplacement en corse de. Olivier buquen. délégué interministériel à l intelligence économique Déplacement en corse de Olivier buquen délégué interministériel à l intelligence économique Mardi 28 mai 2013 12 h 00 Salle Claude Erignac Dossier de Presse 1/9 Depuis 2008, les entreprises ainsi que les

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

6 ème Orientation INFORMATION ET SENSIBILISATION THEMATIQUE 1: KIT DE COMMUNICATION ENVIRONNEMENT EN ENTREPRISE

6 ème Orientation INFORMATION ET SENSIBILISATION THEMATIQUE 1: KIT DE COMMUNICATION ENVIRONNEMENT EN ENTREPRISE Fiche action n 6.1.1 Réalisation d'un CD Rom 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES En s inspirant des outils mis en place au sein de la Poste (région Champagne Ardenne), l objectif est de fournir un Kit (guide méthodologique)

Plus en détail

Les TPE françaises et les nouvelles technologies. Conférence du 30 octobre 2012

Les TPE françaises et les nouvelles technologies. Conférence du 30 octobre 2012 Les TPE françaises et les nouvelles technologies Conférence du 30 octobre 2012 SYNTHESE Une forte conscience des enjeux des nouvelles technologies Aujourd hui, la quasi-totalité des dirigeants de TPE est

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014. Notre équipe pour l Europe

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014. Notre équipe pour l Europe ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014 Notre équipe pour l Europe Dans 80 jours, les Français voteront pour l avenir de l Europe. Cette élection engagera notre destin. C est rassemblés que nous porterons le

Plus en détail

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS - Sondage de l'institut CSA - N 0501353 Novembre 22, rue du 4 Septembre BP 6571 75065 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44

Plus en détail

VIGIPIRATE DE VIGILANCE, DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION FACE AUX MENACES D ACTIONS TERRORISTES. Partie publique du Plan gouvernemental

VIGIPIRATE DE VIGILANCE, DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION FACE AUX MENACES D ACTIONS TERRORISTES. Partie publique du Plan gouvernemental Partie publique du Plan gouvernemental DE VIGILANCE, DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION FACE AUX MENACES D ACTIONS TERRORISTES VIGIPIRATE n 650/SGDSN/PSN/PSE du 17 janvier 2014 SOMMAIRE 2 Introduction Le nouveau

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CONSEILS ORGANISATION GARDIENNAGE TELE SURVEILLANCE SURVEILLANCE

CONSEILS ORGANISATION GARDIENNAGE TELE SURVEILLANCE SURVEILLANCE CONSEILS ORGANISATION GARDIENNAGE TELE SURVEILLANCE SURVEILLANCE Web : http://www.brassesecurite.com LE PARTENAIRE DE VOTRE SECURITE PRESENTATION La société BRASSE PROTECTION ET SECURITE PRIVEE met à votre

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail