LA MESURE DE L IMPACT ECONOMIQUE D UN EVENEMENT TOURISTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MESURE DE L IMPACT ECONOMIQUE D UN EVENEMENT TOURISTIQUE"

Transcription

1 E M C ERIC MAURENCE CONSULTANTS Etudes économiques LA MESURE DE L IMPACT ECONOMIQUE D UN EVENEMENT TOURISTIQUE GUIDE METHODOLOGIQUE Avril 2010

2 AVANT PROPOS Ce document de synthèse est issu d un rapport d étude portant sur les principes et les méthodes de mesure de l impact économique d un évènement touristique. Cette synthèse s adresse prioritairement aux acteurs du tourisme évènementiel et à leurs partenaires. Sa vocation : fixer des repères clairs pouvant servir de trame à tout travail d évaluation des conséquences économiques d un évènement touristique sur un territoire. Ndlr : l ensemble des éléments méthodologiques, techniques, graphiques sont protégés par les règles de la propriété intellectuelle. Ils ne peuvent être reproduits et réutilisés sans mention explicite des travaux dont ils sont issus : Eric Maurence Consultants pour le Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, DGCIS Réalisation Eric MAURENCE Eric Maurence Consultants. Etudes Economiques 6 bis, rue des Jotglars PERPIGNAN Tél : Fax : Avec la collaboration de Julien FARAMA Traces TPI. Ingénierie du tourisme et des loisirs 1, rue des Lambrois TOURNUS Tél : Fax : Etude réalisée sous l égide d un comité de pilotage animé par la DGCIS (SDP3E et sous-direction du Tourisme), d Atout France, de représentants des services ministériels concernés (et notamment le ministère de la Culture et de la Communication), de représentants des collectivités locales (et en particulier des observatoires régionaux du Tourisme), des représentants des professions (entreprises de l'hébergement et de la restauration), et d'experts qualifiés, consultants et universitaires.

3 MESURER L IMPACT ÉCONOMIQUE D UN ÉVÈNEMENT TOURISTIQUE : UNE NÉCESSAIRE CONVERGENCE DES PRATIQUES Provisoire Un nombre croissant d organisateurs souhaitent connaître et rendre compte de l impact réel de leur manifestation sur un territoire. Les pratiques en matière d évaluation sont cependant très diverses et rares sont les indicateurs stables et partagés susceptibles d alimenter efficacement le débat public. Les études d impact économique répondent souvent à un double objectif : un objectif interne des organisateurs qui souhaitent situer leur travail par rapport à d autres manifestations qui peuvent se tenir sur d autres territoires, un objectif externe des décideurs publics qui cherchent à établir la contribution de l évènement au dynamisme de l économique locale. L enjeu est donc de proposer quelques repères clairs tant sur le point théorique («Quelles formes prend l impact économique d une manifestation sur un territoire?») que sur le plan pratique («Quel flux économiques font partie de l impact économique?», «Comment mesurer les conséquences de la manifestation sur l évolution de l activité?»). Une manifestation touristique a différentes conséquences économique qui se manifestent à plus ou moins brève échéance : elle peut provoquer une croissance ponctuelle de l économie due aux visiteurs venus spécialement pour l occasion et avoir un impact sur l attractivité globale d une région en attirant de nouvelles activités qui n ont pas forcément un lien direct avec l évènement. Ce document se concentre sur l évaluation des effets les plus immédiats autrement dit l impact économique de court terme de la manifestation. Il en donne une définition précise qui peut être adaptée à la plupart des évènements touristiques.

4 DÉFINIR LE CHAMP DE L'ÉTUDE D'IMPACT Provisoire Avant de lancer un travail d'évaluation le commanditaire et le prestataire de l étude doivent préciser sur quel(s) territoire(s) ils veulent mesurer l impact de l évènement. Ce point qui peut paraître trivial, détermine en fait tout le champ de l'étude et en particulier il permet de déterminer quels flux économiques (dépenses, emplois...) doivent être comptabilisés pour calculer l'impact économique. La qualité du travail d'évaluation dépend fondamentalement de la capacité à identifier ce qui peut être ajouté à l'impact économique et ce qui doit lui être retranché. Trois principes simples sont proposés dans la partie 2 pour limiter les risques d'erreurs : Principe 1 : Ne doivent être pris en compte que les échanges (achats ou ventes) entre un agent local (collectivité du territoire, entreprise) et un agent en dehors du territoire (Etat, entreprise, visiteur...). Ainsi on retranchera de l'effet global les achats fait pour organiser l'évènement auprès d'entreprises en dehors du territoire (car elles correspondent à une fuite de valeur). Mais on n ajoutera pas les dépenses des habitants du territoire pendant l'évènement (car on peut difficilement les relier à la tenue de l'évènement). Principe 2 : Seuls sont pris en compte les flux attribuables à l'évènement. Outre l'exclusion des dépenses des locaux, il faut aussi mesurer quelle part de la dépense des visiteurs dépend réellement de l'existence de la manifestation. Principe 3 : Seuls sont pris en compte les flux de court terme. Les dépenses d'exploitation ou de consommation seront comptabilisées, mais les investissements dont la portée dépassent le cadre de la manifestation (construction d une salle de spectacle, d équipements sportifs ) seront exclus.

5 LES DEUX DIMENSIONS DE L IMPACT ÉCONOMIQUE DE COURT TERME Provisoire L évolution économique de court terme comprend deux niveaux. Le premier correspond à l injection initiale dans le tissu économique, conséquence directe de la tenue de l évènement sur le territoire. Ce premier effet est essentiellement dû au public et aux organisateurs (les entreprises et les collectivités publiques jouent aussi un rôle mais il reste souvent marginal) et son calcul est au cœur de la mesure de l impact économique de la manifestation. Parmi les différents points méthodologiques sur la mesure l injection initiale de la partie 3, insistons sur le conseil suivant : la mesure de l impact économique du public devrait être calculée à partir d une enquête auprès des visiteurs et non d une enquête auprès des professionnels (de l hôtellerie, de la restauration ). Cette technique, qui peut s'adapter aux différents types d'évènements et de publics, constitue souvent une source d'information de bonne qualité. Pour être réalisée dans des conditions optimales le dispositif d enquête ou de recueil de l information doit-être défini avant la tenue de l évènement. La théorie économique montre que l'injection initiale dans l'économie s accompagne d un effet induit. L'injection initiale procure de nouveaux revenus aux agents du territoire et cet apport initial va à son tour stimuler un peu plus l'économie locale : on parle d'effet induit ou de deuxième tour. La mesure de cet effet est nettement plus délicate que celle de l'injection initiale. La dernière partie du document décrit quelques techniques d'évaluation comme celle des coefficients multiplicateurs. La grande hétérogénéité des pratiques observées dans la littérature (voir le rapport général), incite à adopter un comportement prudent : l ajout d un impact induit ne peut être admis sans avoir calculé le niveau exact de l injection initiale et sans avoir précisé et justifié les choix en matière de coefficients multiplicateurs.»

6 SOMMAIRE 1/2 1 ère partie : QU EST CE QUE L IMPACT ÉCONOMIQUE DE COURT TERME? 8 1. Le champ d analyse des études d impact économique de court terme 9 2. La logique des impacts économiques à court terme La première stimulation économique : l impact primaire Les répercussions économiques consécutives : l impact secondaire 12 2 ème partie : DES PRINCIPES DE BASE À RESPECTER Quels flux financiers faut-il prendre en compte? 14 (1) Seuls sont pris en compte les échanges avec des acteurs extraterritoriaux 15 (2) Seuls sont pris en compte les flux attribuables à l évènement 17 (3) Seuls sont pris en compte les flux de court terme Proposition de méthode La nécessaire définition du territoire de référence Les indicateurs utilisés pour rendre compte des niveaux d impact 21 3 ème partie : LA MESURE DE L IMPACT PRIMAIRE Le mécanisme de l impact primaire Les sources de l impact primaire Les risques de doubles comptes Le calcul de l impact généré par les organisateurs L affectation territoriale des recettes et dépenses des organisateurs 27 6

7 SOMMAIRE 2/2 6. La logique d évaluation de l impact généré par les visiteurs Les catégories de visiteurs à prendre en compte Le calcul du nombre de visiteurs (1) Principes et étapes de l évaluation 30 Le calcul du nombre de visiteurs (2) Les méthodes de calcul Les types de dépenses à retenir Les sources d information sur les dépenses Logique de réalisation des enquêtes et incidences méthodologiques Trois points essentiels concernant l échantillon (stratification, taille, représentativité) Les techniques d enquête La construction du questionnaire Quand attribuer les dépenses des visiteurs à l événement? Les étapes du calcul de la dépense totale 40 4 ère partie : LA MESURE DE L IMPACT SECONDAIRE Les effets secondaires découlant des échanges inter-entreprises Les effets secondaires découlant de la consommation des ménages Les effets secondaires découlant de l action des collectivités Les indicateurs utilisés pour mesurer l effet secondaire Les coefficients multiplicateurs Les modes de calcul des multiplicateurs Valeurs de multiplicateurs extraites d études 48 7

8 1 ère Partie QU EST CE QUE L IMPACT ECONOMIQUE DE COURT TERME? Parmi les multiples impacts pouvant découler de l organisation d un événement sur un territoire [1], le présent guide se polarise sur les méthodes d évaluation de l impact économique le plus systématiquement étudié : l impact économique de court terme. Ce dernier est composé de deux phénomènes consécutifs qu il s agit d étudier tour à tour [2] : - Un accroissement du niveau d activité des entreprises du territoire et, in fine, du revenu des ménages du fait, principalement des dépenses occasionnées pour l organisation de la manifestation et de celles des visiteurs venus y assister ou y participer [3]. - La répercussion, par vagues successives, de ce premier niveau d impact dans l ensemble de l économie du fait des échanges entre les acteurs du territoire (relations clients-fournisseurs, consommation des ménages ) [4]. 8

9 1 LE CHAMP DES ETUDES D IMPACT ECONOMIQUE DE COURT TERME La présence d un événement touristique sur un territoire peut avoir des conséquences (positives ou négatives) à de nombreux niveaux : environnemental, social, économique... Générateur d impacts Types d impacts Types d impacts économiques Phases EVENEMENTIEL TOURISTIQUE IMPACT ECONOMIQUE IMPACT ECONOM. DE COURT TERME STIMULATION INITIALE REPERCUSSIONS IMPACT ENVIRONNEMENTAL IMPACT DIFFERE Champ de l étude IMPACT SOCIAL IMPACT ACTIVITE IMPACT «ATTRACTIVITE» IMPACT «STRUCTURATION» Hors champ de l étude / / (Eric Maurence) La présente étude fixe le cadre de réalisation des études d impact économique à court terme qui ont pour objet de mesurer l évolution du niveau d activité et de la création de valeur sur un territoire résultant de flux financiers consécutifs au déroulement d un événement. 9

10 2 LA LOGIQUE DES IMPACTS ECONOMIQUES A COURT TERME Les conséquences économiques d un évènement touristique peuvent être représentées par un modèle dit «injections-fuites». Ce modèle identifie deux phénomènes consécutifs : Impact PRIMAIRE 1 L apparition d une première stimulation économique liée à un accroissement de l activité des entreprises locales provenant principalement : - de l achat de biens et services nécessaires pour l organisation de l événement - de dépenses effectuées par les personnes dont la visite sur le territoire est liée à la présence de la manifestation : public, participants IMPACT PRIMAIRE IMPACT SECONDAIRE Activité économique initiale générée principalement du fait : Répercussions en vagues successives sur le territoire du fait : des dépenses liées à la présence de l événement (organisation ) de la dépense des visiteurs sur le territoire (restauration, achats ) des échanges entre les structures (clients-fournisseurs ) des dépenses du personnel des structures (à partir des revenus perçus) STRUCTURES INDIVIDUS STRUCTURES INDIVIDUS Impact SECONDAIRE 2 La création d une activité économique complémentaire liée à la propagation de cette «injection initiale» de ressources dans l économie locale du fait des relations économiques entre les agents du territoire (ménages, entreprises et collectivités locales) 10

11 3 LA PREMIERE STIMULATION ECONOMIQUE : L IMPACT PRIMAIRE La présence d un événement sur un territoire occasionne un certain nombre de dépenses effectuées auprès des entreprises locales. Dépenses qui n auraient pas été effectuées sans cette manifestation. L événement entraîne ainsi une augmentation du volume d activité et un apport de richesses dans le tissu économique local que l on qualifiera ici «d impact primaire». ORGANISATION ÉVÉNEMENT FRÉQUENTATION Achats de biens et services pour l organisation de l événement Achats et consommations des visiteurs durant leur visite TISSU ÉCONOMIQUE LOCAL Les principales sources de l impact primaire sont : Les achats de biens et services occasionnés pour l organisation de la manifestation Les achats et consommations effectuées par différentes catégories de visiteurs venus pour assister ou participer à l événement durant leur présence sur le territoire 11

12 4 LES RÉPERCUSSIONS ÉCONOMIQUES CONSÉCUTIVES : L IMPACT SECONDAIRE Les entreprises locales ayant bénéficié de l impact primaire (du fait des commandes des organisateurs ou des dépenses des visiteurs) vont réinjecter une partie de ces ressources dans l économie en passant des commandes à des fournisseurs locaux pour répondre à leurs propres besoins, en versant des salaires à leurs employés, etc. L économie locale connaît alors une deuxième vague d activité économique. Visiteurs Organisateurs Entreprises Collectivités PREMIER IMPACT Chiffre d affaires des entreprises «de première ligne» Achats à d autres entreprises Rétribution du personnel Autres dépenses 1 er TOUR Consommations Autres (épargne, impôts ) (épargne, impôts et taxes ) 2 eme TOUR CA autres entreprises. Tour 1 Achats Rétributions Autres Conso Aut res Ces fournisseurs et ces employés vont à leur tour effectuer des dépenses sur le territoire et générer de l activité auprès d autres entreprises. Et ainsi de suite POURSUITE DU PROCESSUS CA entreprises. Tour 2 A R Autres C A (Eric Maurence) Il existe plusieurs mécanismes de répercussions des impacts sur le territoire (activité des entreprises, consommation des ménages ). Ils seront détaillés en quatrième partie 12 /

13 2 ème Partie DES PRINCIPES DE BASE A RESPECTER Evaluer l impact économique d un événement consiste à mesurer le surplus d activité et de richesses [4] exclusivement généré par la présence de cette manifestation dans le tissu économique du territoire. De cette logique de base découle une série de principes permettant de déterminer les types de flux et d échanges devant ou ne devant pas être pris en compte lors de l évaluation [1]. Le respect de ces principes permettant d éviter de nombreuses erreurs pouvant conduire à une surestimation des niveaux d impact [2]. En outre, les études d impact étant par nature territoriales, la délimitation de l espace géographique au niveau duquel l impact sera mesuré est un élément essentiel devant être réalisé lors du lancement de toute démarche d évaluation [3]. 13

14 1 QUELS FLUX FINANCIERS FAUT-IL PRENDRE EN COMPTE? Dans le cadre de la réalisation des études d impact économique à court terme il est communément admis que SEULS SERONT PRIS EN COMPTE LES FLUX Principe 1 AVEC DES ACTEURS EXTERIEURS AU TERRITOIRE P15-16 Principe 2 ATTRIBUABLES A LA PRESENCE DE L EVENEMENT P17 Principe 3 PRODUISANT LEURS EFFETS A COURT TERME P18 14

15 1 Principe 1 : SEULS SONT PRIS EN COMPTE LES ECHANGES AVEC DES ACTEURS EXTERIEURS AU TERRITOIRE 1/ Les INJECTIONS Seront considérées comme impacts primaires positifs (injections) les seules dépenses effectuées par des agents économiques extérieurs au territoire, auprès d acteurs du territoire : subventions émanant d une échelle territoriale supérieure, dépenses d entreprises sponsors extérieures, dépenses effectuées par les visiteurs extra-territoriaux Subventions provenant d une échelle territoriale supérieure Dépenses des visiteurs non locaux Achats effectués par des entreprises extérieures au territoire Etc. Flux ENTRANTS E E TERRITOIRE DE REFERENCE Economie locale S Flux SORTANTS S IMPACT PRIMAIRE Recours à des fournisseurs extérieurs au territoire Impôts et taxes versés à une échelle territoriale supérieure Etc. L impact initial correspond à la différence entre les flux financiers qui entrent sur le territoire et ceux qui en sortent du fait de la présence de l événement. 2/ Les FUITES Seront considérées comme des fuites les dépenses effectuées par des acteurs locaux auprès d agents économiques extérieurs au territoire : salaires versés par les organisateurs à des personnes résidant hors du territoire recours à des fournisseurs extra-territoriaux de la part des organisateurs impôts, taxes et cotisations sociales 15

16 1 Principe 1 : SEULS SONT PRIS EN COMPTE LES ECHANGES AVEC DES ACTEURS EXTERIEURS AU TERRITOIRE 3/ Les FLUX FINANCIERS NON PRIS EN COMPTE Les échanges entre les acteurs locaux du territoire ne rentreront donc pas en compte dans l évaluation, notamment : Provenance des RESSOURCES Les subventions versées aux organisateurs par les collectivités du territoire. Par exemple, les subventions municipales lorsque l impact est mesuré à l échelle d un département Localisation des DEPENSES TERRITOIRE HORS TERRITOIRE TERRITOIRE Non pris en compte REDISTRIBUTION S FUITE HORS TERRITOIRE E INJECTION Non pris en compte PAS D INCIDENCE Les dépenses des visiteurs dès lors qu ils habitent sur le territoire de référence : dépenses auprès des commerces, des restaurants et des autres entreprises du tissu local, dépenses auprès des organisateurs (entrées). Ne seront prises en compte, dans l injection, que les recettes de billetterie générées par les visiteurs extérieurs au territoire. dépenses auprès des entreprises présentes sur les sites de la manifestation (points de restauration et buvettes, stands de vente de produits dérivés )... Les dépenses effectuées par les organisateurs auprès des entreprises locales. 16

17 1 Principe 2 : SEULS SONT PRIS EN COMPTE LES FLUX ATTRIBUABLES A L EVENEMENT La finalité des études d impact est de mesurer les incidences de la tenue d un événement sur un territoire. Doivent donc être retenus les seuls effets qui ne se seraient pas produits en l absence de l événement. Cela revient à répondre à une question clé : " Si on enlève l événement " En toute logique il conviendrait de se poser la question complémentaire " Si on enlève l événement " qu enlève-t-on? que rajoute-t-on? Les dépenses des visiteurs 1... Les dépenses des collectivités 1 etc. oui mais seulement de ceux qui ne seraient pas venus sans la manifestation ou qui ont rallongé leur visite pour y assister L évaluation ne prendra pas en compte les dépenses des visiteurs présents pour d autres raisons ou qui n ont fait que décaler un séjour prévu à un autre moment oui mais seulement des dépenses additionnelles qui n auraient pas été effectuées sans la manifestation... L évaluation ne prendra pas en compte les dépenses qui auraient été de toute façon été engagées : salaires des personnels mobilisés, investissements publics... 1 Extra-territoriaux cf. principe 1 la dépense des visiteurs qui ne sont pas venus sur le territoire du fait de la présence de l événement Pour éviter l effervescence, les problèmes de congestion (circulation ) Parce qu il ne peuvent pas trouver à se loger L événement peut donc substituer une activité touristique à une autre Apport réel de l événement = Activité économique avec l événement Activité sans la présence de l événement 17

18 1 Principe 3 : SEULS SONT PRIS EN COMPTE LES FLUX DE COURT TERME GENERES PAR L EVENEMENT La plupart des modèles d analyse d impact économique de court terme n intègre, dans l analyse des flux générés, que les opérations susceptibles de produire un effet à une échéance relativement courte. Sont généralement Retenus Exclus du fait de leur influence à plus long terme ou de leur sortie du tissu économique à court terme Les dépenses d EXPLOITATION Pour les entreprises, associations, collectivités L EPARGNE Les dépenses de CONSOMMATION Pour les ménages Les INVESTISSEMENTS Les éventuels investissements ont le plus souvent une portée qui dépasse leur seule utilisation le temps la manifestation (pour d autres éditions de l événement ou dans d autres cadres). Affecter l ensemble des montants investis au seul événement étudié conduit alors à en surestimer l impact. 18

19 2 PROPOSITIONS DE METHODE Trois recommandations pour produire des résultats lisibles par tous et comparables Les 3 principes précédents, largement admis, permettent assurément de limiter les risques de biais lors de la réalisation des études d impact. Néanmoins, pour de multiples raisons les pratiques demeurent variées et il arrive que certains de ces principes ne soient pas respectés (parfois volontairement). Aussi, les préconisations méthodologiques générales sont de trois natures : Recommandation 1 Recommandation 2 Dans tous les cas, expliquer clairement ce qui est mesuré et comment Respecter autant que possible les principes fondamentaux Si pour diverses raisons, tel n est pas le cas : TYPE DE STIMULATION ÉCONOMIQUE Recommandation 3 Injection Réinjection Etre en mesure d isoler les niveaux d impact relevant du «module de base» (A) Dépenses financées par des ressources extra-territoriales Dépenses financées par des ressources du territoire Seule prise en compte des dépenses courantes ou d exploitation impliquant des acteurs extraterritoriaux pour pouvoir relativiser les résultats, faire des rapprochements entre les études et capitaliser les connaissances Les autres types d impact (caractérisés dans le graphique par les modules B, C ou D) peuvent entre alors être calculés de manière complémentaire. TYPE DE DÉPENSES Dépenses courantes (ou d exploitation) Investissements Module A MODELE DE BASE Module B [Additionnel] INVESTISSEMENTS FINANCES PAR DES RESSOURCES EXTRA-TERRITORIALES Module C [Additionnel] DEPENSES DES ACTEURS DU TERRITOIRE Module D [Additionnel] INVESTISSEMENTS FINANCES PAR DES RESSOURCES TERRITORIALES 19

20 3 LA NECESSAIRE DEFINITION DU TERRITOIRE DE REFERENCE Pour pouvoir appliquer les principes précédents, il est nécessaire de déterminer le territoire au niveau duquel l impact économique sera calculé. Le choix de ce territoire est l une des premières décisions à prendre par les réalisateurs de l étude. Etc. Région Département Intercom. Commune La modification de la délimitation de ce territoire en cours de travail est possible pour certains volets de l étude (calcul de l impact des organisateurs) mais plus difficile pour d autres, à moins d avoir été anticipé (mesure de la dépense des visiteurs). Par principe, le territoire le plus pertinent est celui qui est susceptible de bénéficier de l essentiel des impacts. Il est par contre souvent déterminé par les commanditaires ou conditionné par les données disponibles. La détermination du territoire de calcul de l impact se définit par des critères de type Exemples d échelles territoriales Théoriques Pragmatiques La zone qui bénéficie de l essentiel des dépenses Le bassin de population ou bassin de vie concerné par l évènement Le couple distance/temps séparant la visite à la journée de la venue en séjour Le commanditaire ou le partenaire demandeur d une étude d impact L existence de données statistiques à l échelle retenue Le découpage administratif existant 20

21 4 LES INDICATEURS UTILISES POUR RENDRE COMPTE DES NIVEAUX D IMPACT Les indicateurs utilisés pour rendre compte des niveaux d impact sont multiples et de natures complémentaires Ils portent sur deux dimensions : la création d ACTIVITÉ et la création de RICHESSES et ce, à trois niveaux : le tissu économique local (les entreprises) la collectivité dans son ensemble la population locale (les collectivités locales, l Etat). Ils peuvent enfin être calculés EN VALEUR (flux financiers) ou EN VOLUME. Le plus souvent utilisé est le chiffre d affaires. Dimensions Indicateurs en VOLUME Indicateurs en VALEUR Disponible généralement à l issue des phases de collecte des données il reste un indicateur utile à produire. Activité économique Création de richesses Tissu économique général. Entreprises (biens et services) Volume des ventes [Nombre de nuitées] [Nombre de repas, de consommations ] Niveau d activité [Chiffres d affaires HT ou TTC] Création nette de richesse [Valeur ajoutée] La valeur ajoutée ou le revenu distribué traduisent par contre plus justement le niveau de la richesse créée. Leur estimation, bien que plus complexe, est préconisée. Activité et pouvoir d achat des individus Ménages, populations locales Emplois [Personnes employées, emplois en équivalent temps plein (ETP) ] Revenus [Masse salariale / rétributions] S il est tentant de chercher à mesurer l impact d un événement sur les niveaux d emploi, les résultats doivent être pris en compte avec précaution. Fiscalité, ressources pour la collectivité Ensemble de la collectivité du territoire Impôts et taxes [Aux différents niveaux ] (Eric Maurence) Les modalités de calcul de ces indicateurs sont rappelées dans la première partie du rapport général 21

22 3 ème Partie LA MESURE DE L IMPACT PRIMAIRE Première étape d une étude d impact : l estimation de l impact primaire [1]. Si les sources de ce surplus d activité sont multiples [2] deux s avèrent particulièrement importantes : - L impact découlant de l organisation de l événement. Il est évalué à partir des éléments comptables des structures organisatrices [4-5]. - L impact généré par les achats et consommations des différentes catégories de visiteurs [7] durant leur présence sur le territoire [9]. Seules les dépenses qui n auraient pas été réalisées sur le territoire sans la présence de l événement seront alors prises en compte [15]. Ce calcul de la dépense des visiteurs est plus délicat. Il nécessite de réelles compétences en matière de collecte [10-14] et d analyse des données. L évaluation de cet impact se fait généralement en trois temps [6] : le calcul du nombre de visiteurs générateurs d impact [8], l estimation (le plus souvent par sondage) de la dépense moyenne par visiteur puis le calcul de la dépense totale [16]. 22

23 1 LE MECANISME DE L IMPACT PRIMAIRE Du fait de la présence d un événement de nouveaux flux financiers sont injectés dans l économie locale du fait notamment : de frais occasionnés pour l organisation de la manifestation des dépenses de visiteurs venus y assister Ces flux financiers vont entraîner une augmentation de l activité des entreprises (chiffre d affaires ) Un événement est organisé sur un territoire. Il est financé par les organisateurs, les collectivités locales, des subventions extra-territoriales Financement extra-territorial Financement des opérateurs Réalisation de l événement Organisation, gestion, communication Cet événement attire des visiteurs qui effectuent des dépenses auprès des entreprises locales Attraction de visiteurs Son organisation occasionne également des dépenses dans le tissu économique local Dépenses des visiteurs sur le territoire Cette activité va profiter à la population locale du fait des rétributions versées par ces mêmes entreprises Elle va également entraîner des ressources fiscales pour la collectivité Avec ces ressources fiscales les collectivités locales financent des projets Financement de la collectivité Ressources de la collectivité Ces impôts et taxes alimentent les ressources de la collectivité Interventions périphériques Sécurité, accessibilitétransport aménagements, entretien et réparations Fiscalité locale (impôts et taxes) Les acteurs économiques et les ménages paient des taxes et impôts locaux Dépenses et investissements Ces entreprises rétribuent leurs personnels [prospérité économique] Revenus des ménages du territoire Cf. Induction Ces dépenses entraînent un accroissement du niveau d activité des entreprises locales [activité économique] Chiffre d affaires dans les entreprises locales (Eric Maurence, d après John Crompton repris par Yann Nicolas) L injection initiale générée par la présence d un événement a pour origine l ensemble de ces mécanismes producteurs d activité et de richesses additionnelles pour le territoire. 23

24 2 LES SOURCES DE L IMPACT PRIMAIRE Sont considérés comme des sources d impact primaire les agents économiques qui injectent directement des ressources dans le tissu économique local, notamment dans le cadre : des achats de biens et services auprès des entreprises des salaires et autres rétributions versées aux habitants Quatre catégories d agents sont générateurs d impact primaire et méritent donc d être prises en compte dans le cadre des études d impact. Les visiteurs Les organisateurs Les entreprises TISSU ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE Entreprises, ménages et collectivités Les collectivités Deux sont à l origine de la plus grande partie des impacts Deux ont une influence plus marginale Les VISITEURS venus à la journée ou en séjour du fait de la présence de l événement Types d injection : Dépenses effectuées sur le territoire (hébergement, restauration, commerces ) Les ORGANISATEURS de l événement (dont la nature peut être très différente d un événement à l autre) Types d injection : Ensemble des dépenses engagées pour le montage et la gestion de l événement : achats de biens et services, d équipements, salaires, assurances Les ENTREPRISES qui interviennent parfois dans la cadre de l événement : partenaires, prestataires, structures profitant de la manifestation pour organiser des opérations presse ou commerciales Types d injection : - Dépenses liées à la présence sur le site (location de matériels ou d espaces, achats ) - Frais liées à l organisation de manifestations périphériques (réceptions ) Les COLLECTIVITÉS PUBLIQUES qui interviennent directement notamment dans le cadre de l organisation de la manifestation ou d opérations de relations publiques Types d injection : - Investissements liés à l événement (aménagements d équipements sportifs ou culturels ), - Organisation de réceptions et autres manifestations localement 24

25 3 LES RISQUES DE DOUBLE COMPTE Un certain nombre de flux financiers ne sont pas versés par les acteurs directement aux entreprises du territoire mais aux organisateurs qui, eux, effectuent les achats en direction des entreprises. Ils ne doivent donc être pris en compte qu une seule fois dans l analyse des comptes des organisateurs. Entrées Achats Subventions, aides, mises à disposition Les visiteurs Les organisateurs Les entreprises Les collectivités Redevances, commissions TISSU ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE Entreprises, ménages et collectivités (Eric Maurence) Ces risques de double-compte concernent principalement : La billetterie (entrées payées par les visiteurs) parfois comptée deux fois : dans les recettes des organisateurs et dans le calcul de la dépense des visiteurs. Les autres achats effectuées par les visiteurs auprès des organisateurs : alimentation, boissons, produits dérivés (idem) Les redevances et commissions versées aux organisateurs par certaines entreprises (versement d une part des recettes générées par la vente de produits sur les sites de la manifestation ) pouvant être comptée dans les recettes des organisateurs et les dépenses des entreprises 25

26 4 LE CALCUL DE L IMPACT GENERE PAR LES ORGANISATEURS Les échanges résultant de l organisation de l événement sont une source d impact à prendre en compte, au même titre que les dépenses des visiteurs. Le calcul de cet impact est basé sur le principe 1 selon lequel seuls sont pris en compte les échanges avec les acteurs extra territoriaux. Seules les subventions et ressources émanant de structures extérieures au territoire seront prises en compte dans la mesure des impacts. Les subventions versées par les collectivités situées à l intérieur du territoire de référence ne seront pas comptabilisées dans les impacts. Provenance des RESSOURCES Les dépenses effectuées par les organisateurs auprès des acteurs économiques du territoire ne sont pas prises en compte. Celles engagées auprès d acteurs extraterritoriaux sont comptabilisées négativement (fuites). L identification des échanges doit être réalisée de la manière la plus complète possible quelque soit la configuration de l organisation : TERRITOIRE HORS TERRITOIRE Mono-organisation Localisation des DEPENSES TERRITOIRE HORS TERRITOIRE Non pris en compte REDISTRIBUTION S FUITE E INJECTION Non pris en compte PAS D INCIDENCE Dédiée à l évènement Non-dédiée à l évènement Multi-organisation Identifier l ensemble des postes comptables Isoler les seuls postes concernés par l évènement Identifier les postes comptables concernés au sein de chaque structure organisatrice 26

27 5 L AFFECTATION TERRITORIALE DES RECETTES ET DEPENSES DES ORGANISATEURS L évaluation de l impact généré par les organisateurs nécessite la localisation des différentes recettes et dépenses occasionnées par l événement. Cette localisation s effectue généralement à partir des codes postaux des agents économiques (visiteurs, partenaires, institutions, fournisseurs, personnel ) avec lesquels ces échanges ont été effectués. Affectation selon l'échelle territoriale Recettes Total Com. Départ. Région Pays Internat. 1. Recettes d exploitation 1.1. Vente de produits 1.2. Inscriptions 1.3. Partenariat public 1.4. Partenariat privé 1.5. Produits divers 2. Recettes financières 3. Recettes exceptionnelles Affectation selon l'échelle territoriale Dépenses Total Com. Départ. Région Pays Internat. 1. Charges d exploitation 1.1. Achat de fournitures 1.2. Logistique 1.3. Communication 1.4. Médical et secours 1.5. Animations 1.6. Ressources humaines 1.7. Transport et hébergement 1.8. Impôts et taxes 2. Charges financières 3. Charges exceptionnelles Des cas particuliers : Il arrive que certaines recettes ou dépenses ne puissent être affectables territorialement. Il est alors possible de ne pas les prendre en compte ou de les ventiler au prorata de la répartition (local/extra-local) observée pour les autres dépenses et recettes. Les recettes générées par la billetterie proviennent de visiteurs extra-territoriaux mais aussi de visiteurs habitant le territoire. Seule la part des recettes générée par les visiteurs extraterritoriaux doit être prise en compte, d où la nécessité de pouvoir en estimer la proportion dans la fréquentation totale (par enquête, lors de l achat du billet, etc.). 27

28 6 LA LOGIQUE D EVALUATION DE L IMPACT GENERE PAR LES VISITEURS L évaluation de la dépense des visiteurs s effectue globalement en trois étapes : Etape 1 LA DÉTERMINATION DU NOMBRE DE VISITEURS Définition des différentes catégories de visiteurs à prendre en compte Détermination du nombre de visiteurs par catégorie puis total Etape 2 LE RECUEIL DES DONNÉES SUR LA DÉPENSE MOYENNE DES VISITEURS Choix des types de dépenses à retenir Choix de la source d information à privilégier (enquête, voie documentaire ) Recueil effectif des données Etape 3 L ÉVALUATION DE LA DÉPENSE TOTALE Détermination des conditions d attribution : retrait des locaux, des occasionnels Formalisation du modèle d analyse Exploitation effective des données 28

29 7 LES CATEGORIES DE VISITEURS A PRENDRE EN COMPTE L identification des différentes catégories de visiteurs est un phase préalable essentielle : pour l estimation du nombre total de visiteurs (somme des effectifs de chaque catégorie de visiteurs) pour l organisation des phases d enquête (tous les publics ne seront pas interrogés de la même manière) pour l évaluation des dépenses moyennes (les écarts de dépenses sont très importants selon les publics) Se pose donc la question de savoir quelles catégories de visiteurs doivent être isolées. 4 principales catégories de visiteurs peuvent être présentes pour des raisons spécifiques à un événement. Il est d autant plus opportun de retenir une catégorie de visiteurs que le nombre d individus appartenant à cette catégorie est important ou que leurs dépenses sont élevées. Les visiteurs venus pour assister à l événement. Souvent désignés par le terme générique de «public» Les acteurs à la manifestation Ils interviennent ou sont impliqués dans les activités supports de l événement (artistes, sportifs ) Public Assistance, spectateurs Groupes Accompagnateurs Non spectateurs Participants des spectateurs des participants Les intervenants. Leur présence n est pas liée à l objet de la manifestation mais à son organisation. Ils travaillent pendant l événement. Les publics périphériques. Ils ne sont pas impliqués dans l organisation de la manifestation mais y assistent pour des raisons professionnelles ou de représentation. Visiteurs Acteurs Intervenants Périphériques Equipe participants Juges, arbitres Personnel organisateurs Personnel prestataires Médias, presse Partenaires, sponsors Officiels Rétribués Bénévoles (Eric Maurence) 29

30 8 LE CALCUL DU NOMBRE DE VISITEURS (1) Principes et étapes de l évaluation La facilité à estimer le nombre de visiteurs varie fortement d un événement à l autre. Plusieurs facteurs rendent la collecte d information sur les visiteurs plus ou moins compliquée : La présence ou non d informations fiables détenues par les organisateurs (billetterie, comptages ) Le nombre de sites sur lesquels se déroule la manifestation La durée de l événement Les lieux de déroulement de l événement (en milieu ouvert ou fermé ) DONNEES disponibles Recensement Billetterie visiteur, inscription Comptage global des entrées Billetterie entrées, comptages automatiques Comptage partiel des entrées ou des visiteurs Aucune donnée Fermé Unique Fermés Multiples Ouvert Unique Ouverts Multiples SITES : nombre et types Visite unique Entrées multiples Période unique Entrées multiples Courte période Entrées multiples Longue période MODALITES DE VISITE FACILITE COMPLEXITE L évaluation du nombre de visiteurs s effectue donc en 4 temps : Etape importante Un recensement des données disponibles Le choix des techniques de mesure complémentaires Recueil effectif Evaluation finale Notamment auprès de organisateurs Dispositifs pendant la manifestation Déploiement et supervision Analyse des données 30 Comptages Billetterie - Info. liées aux réservations, enregistrements, accréditations, etc. Systèmes de comptage (manuels, automatisés, photo ou vidéo ) Enquêtes croisées (point d ancrage) Centralisation des données, recoupements, modélisation

31 8 LE CALCUL DU NOMBRE DE VISITEURS (2) Les méthodes de calcul Trois principales méthodes de calcul du nombre de visiteurs peuvent être utilisées 1 A partir des nombres d entrées Méthode la plus souvent utilisée Elle nécessite 2 séries d informations : Nombre de visiteurs (N) = le nombre total d entrées [E] (résultant de comptages) le nombre moyen d entrées par visiteur [ē] (estimé par enquête) Nombre total d entrées (E) Nombre moyen d entrées par visiteur (eത) Pour un résultat plus exact, les différences de comportement entre les catégories de visiteurs (k) ܧ = N devront être prises en compte : 2 A partir de comptages du nombre de visiteurs Elle nécessite des dispositifs de comptages sur les sites de l événement : manuels, photographiques Dans le cas (très fréquent) de comptages partiels, l extrapolation à l ensemble de la manifestation devra être effectuée avec précaution (pondération, modélisation ) 3 La technique du point d ancrage Elle consiste à recouper des informations provenant de deux enquêtes Utilisable notamment en cas de carence totale d informations (comptages, billetterie ) L une auprès d une population de référence dont l effectif est connu (ex. les habitants de la ville) > Estimation du taux de visite à l événement L autre auprès des visiteurs. > Estimation de la proportion de visiteurs appartenant à la population de référence (ex. habitant la ville considérée ) Effectif connu (INSEE ) Enquête 1 auprès de la population de référence Estimé à la marge d erreur près Population de référence Ex. : % de la population ayant fréquenté l événement Ex. : 8,5 % Nombre d individus de la population de référence ayant assisté à l événement Ex. : (Eric Maurence) Ex. : POPULATION DE REFERENCE (effectif connu) NON VISITEURS INDIVIDUSDE LA POPULATION DE REFERENCE AYANT ASSISTE A L EVENEMENT POINT D ANCRAGE AUTRES VISITEURS NOMBRE DE VISITEURS DE L EVENEMENT (à estimer) Nombre de visiteurs Ex. : % de visiteurs appartenant à la population de référence Ex. : 25 % Nombre de visiteurs appartenant à la population de référence A ESTIMER Enquête 2 auprès des visiteurs de l événement Estimé à la marge d erreur près 31

Étude de l impact économique du 55 ème Festival des Arts et Traditions Populaires de Confolens

Étude de l impact économique du 55 ème Festival des Arts et Traditions Populaires de Confolens Étude de l impact économique du 55 ème Festival des Arts et Traditions Populaires de Confolens Festival 2012 ERIC MAURENCE CONSULTANTS Etudes économiques. Institut de sondages 6 bis, rue des Jotglars.

Plus en détail

Les Médiévales de Provins Edition 2012

Les Médiévales de Provins Edition 2012 Étude sur les retombées économiques d un évènement culturel Les Médiévales de Provins Edition 2012 Provins xx/xx/2013 1 1 - Introduction : objectifs de l étude Une méthodologie nationale pour le calcul

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010 Septembre 10 - N 87 L édition 10 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique Enquête réalisée du 18 au juin 10 Depuis 1987, le Game Fair a élu domicile dans le cadre prestigieux

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Office de Tourisme d Orléans

Office de Tourisme d Orléans Office de Tourisme d Orléans Recommandation stratégie web Analyse 2 cibles prioritaires ont été privilégiées : développement de la fréquentation touristique des profils : - public local + public parisien

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

COMPTE D'EXPLOITATION 2014

COMPTE D'EXPLOITATION 2014 Dans une volonté de transparence absolue, nous vous présentons les comptes d AHI, CHARTE ETHIQUE : Conformément à notre charte, tous les frais de fonctionnement engagés pouvant apparaitre dans ce document,

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS L hébergement chez l habitant existe depuis de nombreuses années sous différentes formes et son développement s est accentué

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 Note réalisée par le Comité Départemental du Tourisme à l attention des

Plus en détail

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme Réunion des Présidents d Offices de Tourisme Bourges - Lundi 4 juillet 2011 Nouveaux critères de classement I - Introduction - modalités d application Extrait du Flash Infotourisme N 53-28 juin 2011 FNOTSI

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER

EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER Syndicat mixte du Pays Horloger Comité Régional du Tourisme - Observatoire Régional du Tourisme CARTE DES COMMUNES DU PAYS HORLOGER Laval-le-

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 1 Sommaire 1. Objectif et méthode p. 3 2. Données de cadrage : les séjours en Bourgogne en 2007, Suivi de la Demande Touristique

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Etudes publics des stades Ligue 1 et Ligue 2. mars 2014

Etudes publics des stades Ligue 1 et Ligue 2. mars 2014 Etudes publics des stades Ligue 1 et Ligue 2 mars 2014 Objectifs Fournir aux 40 clubs des Outils personnalisés et sortir des études nationales inexploitables au niveau local Avoir une approche club à club

Plus en détail

Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse

Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse Réalisation d une enquête auprès des jeunes en demande d insertion Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse SOMMAIRE 1. OBJET DE LA CONSULTATION 2 2. PRESENTATION DU GIP CORSE COMPETENCES

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal Orlando G. Cerocchi LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal :: INTRODUCTION :: OBJECTIF DU PROGRAMME :: FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS TOURISTIQUES ADMISSIBLES :: CHAMPS

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts Analyse des coûts Les techniques de calcul et d analyse des coûts portent le nom de comptabilité analytique ou comptabilité de gestion. Ces deux termes seront utilisés indifféremment dans ce cours. Contrairement

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES DÉDUCTIBLES RAPPEL Pour être déductibles des recettes, les dépenses effectuées par les titulaires de revenus non commerciaux doivent répondre aux conditions suivantes : être nécessitées par l exercice

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

«Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement» Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement?... 2

«Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement» Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement?... 2 «Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement» Sommaire Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement?... 2 Statuts juridiques et fiscaux :... 3 Selon quelles conditions dois-je m inscrire

Plus en détail

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56)

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) Pack de conformité - Assurance 14 FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) LES TRAITEMENTS DE DONNÉES PERSONNELLES AU REGARD DE LA LOI I&L Finalités

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 I. Contexte : Pourquoi, quand et comment réaliser le suivi budgétaire? II. Les modalités générales de prise

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

Instructeur du dossier : Adresse : Téléphone : E-mail :

Instructeur du dossier : Adresse : Téléphone : E-mail : Commission Permanente d Action Sociale. DEMANDE d AIDE FINANCIERE 2015 Vacances Familiales ou Individuelles, Cures, Voyages pour Insuffisants Respiratoires, Maladies rares, Neurologiques, Asthme Séjours

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Direction des garanties publiques ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Sont garanties en assurance prospection les dépenses nouvelles, non récurrentes, par opposition aux dépenses engagées régulièrement

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

1. NON SALARIE AGRICOLE EXERÇANT PLUSIEURS ACTIVITES DE NATURE AGRICOLE

1. NON SALARIE AGRICOLE EXERÇANT PLUSIEURS ACTIVITES DE NATURE AGRICOLE Les chefs d exploitation ou d entreprise agricole peuvent exercer plusieurs activités simultanément, sous forme d entreprise individuelle ou sous forme sociétaire. Ces activités peuvent être : 1- de nature

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4 FM N 111528 Contact Ifop : Frédéric Micheau Département Opinion et Stratégies d'entreprise frederic.micheau@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

Comportement Web des touristes québécois

Comportement Web des touristes québécois Comportement Web des touristes québécois Faits saillants - Mai 2011 Sondage Ipsos Descarie Réseau de veille en tourisme En partenariat avec le ministère du Tourisme du Québec Le sondage concernant le comportement

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

Charte d utilisation du site bluefactory

Charte d utilisation du site bluefactory Charte d utilisation du site bluefactory Version 1.5 Date : 17.05.2013 1 Sommaire 1 Contexte... 3 2 Principes d utilisation du site... 3 2.1 Principes de Création, d Innovation et d Excellence... 3 2.2

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Pierre Marchand Consultant

Pierre Marchand Consultant Pierre Marchand Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent des paramètres de

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE Le 31 janvier 2013, le conseil d administration de l Ordre a adopté la norme 20.1 afin de refléter les travaux du ministère des Affaires

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE L évolution des effectifs intercommunaux NOTE TECHNIQUE Juillet 2012 1. Une augmentation des effectifs dans les collectivités locales La fonction publique territoriale

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de l ANR 1. INTRODUCTION...3 2. PRINCIPES GENERAUX...4 2.1. Assiette et taux de l aide... 4 2.2. TVA... 5 2.3. Règles spécifiques

Plus en détail