Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge"

Transcription

1 Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge B. Lejeune Le don d'ovocytes existe depuis une vingtaine d'années : la première grossesse obtenue par cette méthode date de 1984 et avait été obtenue par LUTGEN (1985) en Australie. Le problème majeur du don d'ovocytes ne réside pas dans sa réalisation technique, qui finalement revient à séparer stimulation et prélèvement des ovocytes d'une part, du replacement des embryons d'autre part, avec la nécessité bien évidemment de préparer l'endomètre de la receveuse et si possible de synchroniser les cycles des deux patientes si l'on veut éviter le passage par la congélation. La difficulté réside avant tout dans les questions éthiques, psychologiques et de responsabilité médico-légale que cette technique implique. Complexité du don d'ovocyte Le don d'ovocytes est loin d'être l'équivalent pratique du don de sperme, en effet, l'émission de l'échantillon de sperme ne demande aucun traitement et n'a aucune conséquence défavorable ou désagréable pour le donneur. De ce fait le nombre de donneurs est presque suffisant et l'on devrait idéalement avoir un choix d'échantillons de sperme de donneurs de phénotypes différents. De plus, comme il n'y a aucune difficulté à congeler le sperme et que cela se fait depuis des dizaines d'années, il existe de nombreuses banques de sperme. Le don d'ovocytes est beaucoup plus complexe par contre : Le prélèvement des ovocytes est une procédure fort lourde qui implique la stimulation de la donneuse et le prélèvement chirurgical de ses ovocytes ; les risques et les désagréments que la donneuse encourt sont loin d'être négligeables : la donneuse doit recevoir des injections, subir des prises de sang et des échographies ; il en résulte des perturbations de son emploi du temps professionnel ou familial, le prélèvement implique au moins une anesthésie locale, et souvent une anesthésie générale. Diverses complications peuvent se produire, heureusement très rares dans leur survenue : des infections au lieu d'injections des médicaments, un hématome à l'endroit de prélèvement de prises de sang, une hyperstimulation ovarienne avec douleurs, ascite, hémoconcentration voire thrombose cérébrale ; une hémorragie secondaire à la ponction ovocytaire avec nécessité de réintervenir pour contrôler l'hémorragie, transfuser avec ses risques potentiels de contaminations, une infection secondaire à la ponction avec pelvipéritonite, une torsion d'annexes et rien n'exclut un décès per-opératoire lié à des complications anesthésiques, thrombotiques ou hémorragiques. En outre, il n'est pas encore possible de congeler des ovocytes avec un rendement acceptable. Il n'existe dès lors pas encore de banque d'ovocytes.

2 Donneuses d'ovocytes Il existe quatre possibilités d'obtenir des ovocytes pour le don : soit le don volontaire anonyme et gratuit, tout à fait comparable au don de sperme. Malheureusement vu la lourdeur de la procédure, ce don volontaire, anonyme et gratuit est tout à fait exceptionnel. Nous n'avons reçu, en 10 ans de pratique du don d'ovocytes dans notre Centre, que 5 donneuses spontanées volontaires. On peut donc négliger ce mode de recrutement. La deuxième possibilité consiste à demander à la personne qui doit recourir à un don d'ovocytes, donc à la receveuse potentielle, de recruter elle-même une donneuse dans son entourage. Cette technique de recrutement avait d'ailleurs été utilisée au début de la constitution des banques de sperme. Deux options s'offrent alors : soit le don d'ovocytes direct où l'on transfère directement les ovocytes de la donneuse recrutée à la receveuse, les deux personnes se connaissent donc et il n'y a pas d'anonymat du don ; soit on réalise l'anonymat en permutant les donneuses. La receveuse recrute donc dans ce cas une donneuse qui alimente le pool d'ovocytes à donner. Cette méthode de recrutement est beaucoup plus efficace que le don d'ovocytes gratuit et volontaire mais il n'est pas sans difficultés ni inconvénients. Tout d'abord les inconvénients et les dangers liés à la ponction ne sont évidemment pas différents que ceux que l'on a évoqué dans le don anonyme gratuit et volontaire. Il existe en outre très souvent une pression psychologique intense, parfois inadmissible, de la receveuse sur la donneuse, ce qui nous a amené à refuser un certain nombre de demande. En particulier lorsque la mère amène sa fille pour lui prélever des ovocytes, que ce soit pour elle-même ou pour alimenter le pool des donneuses anonymes. Mais la législation interdisant de procéder à un paiement pour tout don d'organe, de sang, de gamètes, à l'exception d'un dédommagement minime, nous n'avons pas d'autre choix que de recommander à la receveuse de trouver une donneuse dans son entourage. Enfin, dans le cadre des dons d'ovocytes avec permutation des donneuses, la responsabilité du Centre de PMA est davantage engagée quant à la sécurité du don et cela justifie la congélation des embryons et le contrôle de la sérologie de la donneuse après 6 mois, même si le risque de contamination est infime. La troisième source d'ovocytes est celle qui est utilisée aux Etats-Unis, à savoir le recrutement, par des agences indépendantes, de donneuses rétribuées (STEINBOCK 2004).Et bien que cela choque profondément notre mentalité européenne et que cela soit légalement incompatible actuellement avec notre façon de procéder, il s'agit de la façon la plus efficace de résoudre le problème de l'accès aux ovocytes. D'ailleurs, cette approche est appliquée en Espagne depuis quelques années sous couvert d'un dédommagement à la donneuse, un peu comme nous dédommageons aussi les donneurs de sperme en Belgique mais le niveau de dédommagement est sans commune mesure comme l'est d'ailleurs la lourdeur du don.

3 Aux Etats-Unis, les donneuses d'ovocytes sont rétribuées entre et dollars en moyenne (SAUER 1999). Et ce prix ne paraît pas surfait : si l'on tient compte du temps consacré, des inconvénients et des risques encourus, cette indemnité est parfaitement adéquate. Cette façon de faire laisse à la donneuse une totale indépendance d'esprit, elle peut accepter ou refuser le contrat en connaissance de cause. On n'exerce sur elle aucune pression psychologique. Cette solution américaine peut donc paraître éthiquement tout autant sinon plus acceptable que la solution européenne qui consiste à obliger des proches à se soumettre à un traitement dangereux sans contrepartie. Elle permet de choisir l'anonymat ou l'absence d'anonymat sans difficulté. Elle permet aussi un plus grand choix de phénotype mais elle n'est pas légalement autorisée en Europe. La quatrième possibilité d'obtenir des ovocytes pour le don est le partage des ovocytes, dans lequel une patiente qui doit subir une PMA pour elle-même accepte de donner une partie de ses ovocytes moyennant un partage des coûts de la procédure de PMA, qui est alors partiellement supportée par la receveuse. Cette technique est assez largement utilisée en Angleterre ; son succès dépend de l'existence ou non d'un remboursement de la procédure de PMA. Cette modalité peut être vue favorablement comme une solidarité entre femmes infertiles mais aussi comme l'exploitation de la détresse de femmes défavorisées socialement ne pouvant se payer la FIV et acceptant une réduction de leur chances de succès pour avoir accès au traitement. Il ne semble pas cependant que cette réduction soit très importante (THUM 2003). L'avantage majeur est que cette modalité n'impose pas une prise de risque supplémentaire de la part de la donneuse (AHUJA 2003). Psychologie de la donneuse et de la receveuse Sur le plan psychologique, donneuse et receveuse conçoivent la procédure tout à fait différemment. La donneuse anonyme volontaire conçoit le don de façon tout à fait altruiste et anonyme. La donneuse rétribuée le fait le plus souvent en grande partie pour des raisons financières. En ce qui concerne la donneuse recrutée, dans notre expérience, elle n'accepte souvent d'entrer dans la procédure que pour autant que ses ovocytes soient implantés chez une receveuse qu'elle connaît, pour qui elle accepte de se soumettre aux inconvénients et aux dangers de la procédure, ce qu'elle ne ferait pas pour une inconnue ; elle souhaite souvent garder le contact avec l'enfant. La donneuse n'est donc pas majoritairement favorable à l'anonymat. Parfois, elle accepte de donner dans la mesure où, bien que la permutation rende le don anonyme, son intervention permette effectivement à celle qui l'a recrutée de recevoir des ovocytes du pool. Par contre, la receveuse souhaiterait le plus souvent mais pas toujours, l'anonymat du don, probablement par peur de perdre une partie de son ascendant psychologique sur l'enfant. Lorsque la donneuse est apparentée à la receveuse, le don direct est assez souvent demandé avec la justification selon laquelle, par ce mécanisme, une partie de l'héritage génétique est quand même sauvegardé et transmis. Lorsque la donneuse n'est

4 pas apparentée, cet argument en faveur du don direct ne joue évidemment pas. Par ailleurs, personne ne semble prendre en considération le besoin ou le souhait éventuel de l'enfant à connaître sa filiation biologique. Aux Etats-Unis, les futurs parents semblent rechercher pour leur enfant, le meilleur bagage génétique possible, du moins à leurs yeux. On recherche typiquement une donneuse blanche, jeune, sportive, avec de grandes capacités intellectuelles et de brillants résultats universitaires, et de préférence blonde aux yeux bleus. Ils ne recherchent absolument pas de communauté génétique entre donneuse et receveuse, au contraire, on voit des couples d'origine asiatique ou latino-américaine, choisir une donneuse du type germanique, avec l'idée que l'enfant s'intégrera mieux dans la société américaine. Révélation de la filiation biologique Le problème du secret ou de la révélation à l'enfant de son origine biologique est fort différemment vécu selon qu'il s'agit de don direct ou de don anonyme. Il est évident que le don anonyme permet beaucoup plus facilement de garder le secret sur la filiation que la donneuse ait été recrutée ou qu'elle ait été rétribuée. Mais faut-il garder le secret? C'est, sans doute, important lorsqu'il y a don anonyme car divers témoignages mettent en évidence l'angoisse des enfants nés par don anonyme ou adoptés après abandon à la naissance : ils se lancent parfois dans une quête obsessionnelle de leurs parents biologiques. Par contre si la donneuse est apparentée, pourquoi serait-il inacceptable pour un enfant, d'apprendre qu'il est issu d'un don d'ovocytes provenant de sa tante et qu'il a ensuite été porté pendant 9 mois par sa mère? Receveuses Trois catégories de patientes recourent au don d'ovocytes : Il y a tout d'abord les patientes en âge de procréer mais qui n'ont plus d'ovocytes, ce sont des ménopauses précoces idiopathiques et les castrations chirurgicales. Un deuxième groupe est constituée par les patientes qui ont des ovocytes de qualité médiocre. C'est un diagnostic d'exclusion basé sur l'absence d'embryons de qualité morphologique satisfaisante et sur l'absence de grossesse après plusieurs essais de fécondation in vitro. Ce groupe tend à augmenter progressivement car on y met tous les échecs répétés de fécondation in vitro même quand il est évident que l'échec est dû à une réceptivité endométriale détériorée (utérus DES, endomètre hypotrophique, polypes et myomes, etc.). Enfin le troisième groupe est constituée par des patientes en post-ménaupause véritable, au-delà de 45 ans. Ce sont des femmes qui ont retardé leur intérêt pour la reproduction et la parentalité au-delà de ce qui est raisonnable et qui souhaitent, à 50 ans et plus, constituer une famille. On y trouve également des femmes qui recomposent un nouveau couple avec un homme souvent plus jeune et sans enfant. Si les deux premiers cas, c'est-à-dire la ménopause précoce et la castration chirurgicale, ne posent guère de problèmes éthiques, on peut déjà avoir quelques réticences pour le

5 deuxième groupe. En effet, comment placer le seuil au-delà duquel on considérera que les ovocytes sont de qualité médiocre. Après 4 essais, 6 essais, 10 essais de fécondation in vitro et dans quelles conditions? Enfin pour les patientes qui sont en ménopause véritable, et donc au-delà de l'âge limite de la reproduction naturelle, on peut se demander s'il est alors légitime de procéder à une assistance médicale à la procréation, utilisant des ovocytes donnés. Cela dépend à la fois de l'espérance de vie et de la manière d'appréhender socialement la vieillesse. À ce propos, jusqu'au XIXe siècle, les rapports «démographiques», parlait de vieillard à partir de 45 ans. Puis on a reporté la limite à ans et peut être la reportera-t-on encore au-delà, parallèlement à l'augmentation de l'espérance de vie. La limite éthique que l'on fixe le plus souvent actuellement vers ans, pour le don d'ovocytes, ne sera peut-être pas toujours valable. Expérience belge du don d'ovocytes La situation en Belgique est caractérisée par l'illégalité de la rétribution du don d'ovocytes comme celle du don d'organe, il n'existe donc pas de donneuses rétribuées. Il n'existe pas davantage de partage des ovocytes car la procédure de PMA est, depuis 1 an et demi, totalement remboursée pour 6 essais et n 'était déjà pas hors de prix auparavant. Les seules possibilités sont donc le don direct et le don rendu anonyme par permutation sur base de donneuses recrutées par les receveuses. Le nombre de don d'ovocytes en Belgique est passé de 60 en 1990 à 450 en 2001 et notre Unité de PMA, intégrée dans un centre hospitalier privé, à Bruxelles, réalise 40 % du total des dons d'ovocytes pratiqués en Belgique (rapport du Collège national de Médecine de la Reproduction de 2002) ; cette activité a explosé entre 1997 et 1999 et s'est stabilisée depuis lors autour de 200 cycles par an. Nous avons reçus, au cours des 10 dernières années ( ), couples avec une demande de don d'ovocytes ; il s'agissait de don direct dans 87 % des cas, de don croisé dans 6 % et de don anonyme (le couple receveur n'ayant pas recruté de donneuse) dans 7 %. Les receveuses L'âge moyen des receveuses était de 38 ans et 10 mois (écart type 6.0 ans), les extrêmes allant de 21 à 51 ans. La majorité des demandes (79 %) étaient justifiées par une réponse ovarienne insuffisante à la stimulation (avec FSH augmentée et inhibine effondrée le plus souvent), 19 % par une aménorhée avec ménopause installée, 3 % par une anomalie génétique chez la receveuse ; 85 % des receveuses n'avaient pas d'enfant. Le bilan préalable au transfert devait idéalement comporter une HSG, une Hystéroscopie et une échographie, éventuellement une coelioscopie, à la recherche d'anomalies intracavitaires, d'hypotrophie endométriale, et d'hydrosalpinx, toutes circonstances défavorables à l'implantation mais 25% seulement des receveuses avaient eu une mise au point optimale et parmi celles-ci, un quart étaient anormales ; l'on peut donc considérer qu'un certain nombre d'échecs sont imputables à une mise au point insuffisante.

6 Le traitement de la receveuse comporte normalement une préparation oestrogénique de l'endomètre d'une durée de 2 à 3 semaines suivie d'une phase lutéale artificielle comportant des oestrogènes et de la progestérone, cette dernière débutant la veille du jour du recueil des ovocytes, de sorte que la receveuse soit synchronisée avec la donneuse et que la fenêtre d'implantation soit ouverte au moment adéquat. Ce traitement combiné est poursuivi pendant les 3 premiers mois de la grossesse. Tesarik (2003) propose d'ajouter une injection de LH ou HCG chez les receveuses sous agoniste ; Letur Konisch (2003) propose d'ajouter un traitement par pentoxiphylline et tocophérol. Les donneuses La donneuse est la sœur de la receveuse dans 16 % des cas, une parente plus éloignée dans 4 %, une amie proche dans 70 % des cas, et une vague connaissance recrutée pour la circonstance (et peut-être rétribuée à notre insu) dans 10 % environ. La motivation est une aide directe, spécifique ; il n'y aurait pas eu de don si la donneuse n'avait pas été une proche de la receveuse. L'âge moyen de la donneuse est de 31.8 ans (range ; écart type 5.5) ; les _ avaient moins de 36 ans, _ 36à 39 ans, 3% plus de 40 ans ; 8 % des donneuses étaient nullipares. Le bilan préalable de la donneuse comporte un entretien au cours duquel sont abordés les risques encourus et les éventuels problèmes psychologiques, une évaluation de la réserve ovarienne (FSH, inhibine, AMH), une sérologie HIV et Hépatites, et il se termine par la signature d'un consentement éclairé cycles ont été programmés chez les receveuses pour cycles de donneuses : quelques donneuses ont été couplées à 2 receveuses dans les dons avec permutation. Dans 83 % des cas, la donneuse est placée sous agoniste long et reçoit de la FSH ; dans 16 % des cas, un traitement par agoniste court a été utilisé. 193 cycles n'ont pas été entamés, 48 ont été abandonnés pour des raisons non médicale, 117 pour échecs de stimulation (7 % des cycles entamés), 3 pour risque d'hyperstimulation. Finalement, prélèvements ont été effectués, mais il y a eu 59 prélèvements blancs (absence d'ovocytes chez la donneuse : 5%) et 4 absences de sperme. Cycles de don d'ovocytes ovocytes ont été obtenus soit 9.1 par cycle (écart type 5.3 ; range 1-41), 70 % ont été fécondés. Des zygotes, embryons viables ont été obtenus, transférés in utero (2,7 par cycle ; écart type 1,3 ; range 1-8) et congelés (2,0 par cycle ; écart type 3,3 ; range 1-33). Nous avons observé 12 échecs de fécondation et 19 échecs de développement embryonnaire sur quelque procédures de laboratoire. Dans 75 cas, tous les

7 embryons ont dû être congelés car la receveuse n'était pas synchronisée ou présentait un endomètre déficient. Sur les transferts effectivement réalisés, 125 ont été perdus de vue et considérés comme échecs probables, 656 sont des échecs certains et 373 grossesses ont été observées (32,5 %) ; elles se répartissent en 34 grossesses biochimiques, 69 fausses couches, 10 grossesses extra-utérines, 2 avortements pour malformations, et 258 grossesses évolutives (22,5 % des transferts). Nous avons obtenus des informations complètes sur 304 grossesses dont 165 accouchements. L'âge de la receveuse ne paraît pas avoir une influence sur le taux de grossesse. Par contre l'âge de la donneuse importe bien davantage : on observe un taux de grossesses évolutives de 20 % si la donneuse est âgée de moins de 36 ans ; de 16 % si elle a entre 36 et 39 ans ; et de 0 % si elle a plus de 40 ans. On peut donc accepter sans trop de réserve les donneuses jusqu'à 40 ans mais pas au-delà. Le taux d'implantation est de 13,3 % (317 sacs ovulaires pour embryons replacés dans les grossesses complètement documentées) et correspond à quelque 75 % du taux observé pendant la même période de 10 ans chez les patientes de FIV et d'icsi classiques. On note en outre une importante perte de sacs et d'embryons (vanishing embryo) au cours des 3 premiers mois de la grossesse : 40 % des 317 sacs gestationnels sont éliminés et 22 % des embryons avec rythme cardiaque fœtal sont perdus avant 3 mois. Cette perte importante avait déjà été signalée par RODRIGUEZ-GONZALEZ (2002) et pourrait être liée : à une mise au point insuffisante de la receveuse : il est important d'éliminer avant le don d'ovocytes, toute anomalie intra-cavitaire (polype, myome sous muqueux certainement mais aussi intra mural, hydrosalpinx même discret), à une synchronisation inadéquate des cycles de la donneuse et de la receveuse, mais aussi à un développement inadéquat de l'endomètre sous préparation oestroprogestéronique ; certains traitements adjuvants ont été proposés notamment la pentoxyphylline et la vitamine E (LETUR KONISCH 2003), le sildenafil, l'aspirine, et à la déficience en LH des cycles des receveuses : beaucoup de receveuses sont en effet sous agoniste pour bloquer leur cycle endogène résiduel et présente un taux de LH bas au moment du transfert et ce défaut d'action directe de la LH sur l'endomètre pourrait expliquer une réduction du taux d'implantation (TESARIK 2003). A terme, 29 % des grossesses sont des grossesses multiples, la plupart gémellaire (25 %) mais 4 % sont triples. Le taux d'implantation relativement bas ne permet guère actuellement de diminuer le nombre d'embryons transférés et de réduire les grossesses multiples mais les pistes pour améliorer ce taux ont été évoquées plus haut, ce qui permettrait alors de diminuer le nombre d'embryons replacés chez les receveuses présentant une réceptivité correcte.

8 De rares complications ont été relevées chez les donneuses : 16 hyperstimulations avec ascite ont été observées (1,2 %) et 2 hémorragies (< 0,2 %) nécessitant coelioscopie et transfusion : aucune brèche vasculaire n'était présente cependant, il s'agissait de saignement diffus au niveau des follicules ponctionnés ; ce taux de complication n'est pas différent de celui observé en FIV. Sur les 75 transferts différés en raison de la mauvaise préparation de la receveuse, et sur les autres transferts d'embryons décongelés ultérieurement chez les receveuses n'ayant pas obtenus de grossesse viable lors du transfert frais, nous avons encore obtenus 80 grossesses supplémentaires dont 53 accouchements, ce qui porte à 218 le nombre d'accouchements officiellement rapportés et à 311 le nombre d'accouchements probables pour les 1101 cycles au cours desquels des embryons avaient été obtenus (28 %). Le taux de succès global pour un prélèvement chez une donneuse couplée à une receveuse est donc de 28 % si l'on ajoute aux résultats obtenus avec le transfert frais (22,5 %), les accouchements issus des replacements d'embryons congelés. Le don d'ovocytes est donc une technique qui a atteint un degré suffisant de maturité pour être appliquée largement ; elle peut encore être améliorée par un choix adéquat de la donneuse (jamais au-dessus de 40 ans!) mais surtout par une meilleure mise au point des receveuses et une meilleure préparation de leur endomètre. Un taux d'implantation plus élevé pourrait alors permettre de ramener à 2 voire 1,5 le nombre moyen d'embryons replacés (au lieu de 2,7 actuellement) et réduire, comme pour les cycles FIV, le taux de grossesses multiples. Bibliographie [1] AHUJA KK, SIMONS EG, NAIR S, RIMINGTON MR, ARMAR NA. Minimizing risk in anonymous egg donation. Reprod Biomed Online (5) 504-5). [2] LETUR KONISCH H, DELANIAN S. Successful pregnancies after combined pentoxyiphylline tocopherol treatment in women with premature ovarian failure who are resistant to hormone therapy. Fertil Steril (2) : [3] LUTGEN PJ, LEETON JF, FINDLAY JK. Oocyte and embryo donation in IVF program. Clinics in Obst and gynaecol 1985 ; 12(4) : ). [4] RODRIGUEZ-GONZALEZ M, SERRA V, GARCIA VELASCO JA, PELLICER A, REMOHI J. The vanishing embryo phenomenon in an oocyte donation program. Human Reprod (3) : ). [5] SAUER MV Indecent proposal : $5,000 is not reasonable compensation for oocyte donors. Fertil Steril (1) :7-8). [6] STEINBOCK B. Payment for Egg Donation and Surrogacy ; The mount Sinai. J. of Medicine 2004 ; 71 (4) : ).

9 [7] TESARIK J, HAZOUT A, MENDOZA C. Luteinizing hormone affects uterine receptivity independently of ovaries. Reprod Biomed Online (1) : 59-64). [8] THUM MY, GAFAR A, WREN M, FARIS R, OGUNYEMI B, KOREA L, SCOTT L, ABDALLA HI. Does egg-sharing compromise the chance of donors or recipients achieving birth? Hum Reprod (11) : Centre de PMA. Centre Hospitalier InterRégional Edith Cavell. Bruxelles Source:

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL LE DON D OVOCYTES EN FRANCE ML Couet praticien hospitalier, service de médecine et biologie de la reproduction, CHU Tours IL PEUT ETRE INDIQUE EN CAS D absence ou d épuisement du capital folliculaire D

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA)

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Historique 25 juillet 1978 : Naissance du premier bébé éprouvette en Angleterre 24 février 1982 : Naissance du premier bébé éprouvette

Plus en détail

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV)

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV) La technique de la fécondation in vitro* est apparue il y a près de 30 ans. Seuls des cas très précis et limités peuvent bénéficier de ce traitement lourd, qui nécessite en particulier une courte hospitalisation

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

23/05/2013. I- Définition de la PMA

23/05/2013. I- Définition de la PMA Plan Exposé présenté par Gynécologue Obstétricien, Introduction Définitions Historique Différentes techniques Techniques simples Techniques de PMA proprement dites Indications des techniques Rôle du technicien

Plus en détail

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de La fertilisation in vitro Une méthode de plus en plus utilisée Camille Sylvestre, MD L infertilité touche environ 10 % des couples, et cette incidence a tendance à augmenter, car les femmes retardent l

Plus en détail

Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction

Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction I] Régulation des naissances Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction 1) Méthodes de contraception et de contragestion Activité 1 : Décrire le mode d'action de différents moyens de contraception, comparer

Plus en détail

LA PLACE DU LABORATOIRE DANS LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE.

LA PLACE DU LABORATOIRE DANS LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE. LA PLACE DU LABORATOIRE DANS LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE. Prof. P. Bischof Vénus de Willendorf 24 000 22 000 av JC L infertilité ou infécondité est définie comme l inaptitude à obtenir une grossesse

Plus en détail

Fécondation in vitro avec don d ovocytes

Fécondation in vitro avec don d ovocytes Fécondation in vitro avec don d ovocytes Ref. 155 / abril 2009 Service de Médecine de la Reproduction Gran Vía Carlos III 71-75 08028 Barcelona Tel. (+34) 93 227 47 00 Fax. (+34) 93 491 24 94 international@dexeus.com

Plus en détail

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n D O S S I E R G U I D E a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de Les différentes phases de l insémination avec sperme

Plus en détail

Centre d Assistance Médicale à la Procréation

Centre d Assistance Médicale à la Procréation Centre d Assistance Médicale à la Procréation Hôpital Privé de Parly II Le Chesnay 21, Rue Moxouris 78150 Le Chesnay EQUIPE CLINIQUE Cliniciens agréés: Dr Marie Josée BOCQUET Dr Xavier GUETTIER Dr Guy

Plus en détail

En février 2011 est né le premier «bébé-médicament» Umut-Talha, a permis de guérir sa grande sœur d une maladie génétique grave du sang.

En février 2011 est né le premier «bébé-médicament» Umut-Talha, a permis de guérir sa grande sœur d une maladie génétique grave du sang. R20 = ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) R20 = ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) I) DEFINITION/ OBJECTIFS : Définition : AMP : Ensemble des pratiques biologiques et cliniques permettant

Plus en détail

Contraceptifs : Mode d action chimique

Contraceptifs : Mode d action chimique Pilule Modalité de mise en œuvre Un comprimé par jour à heure régulière Contraceptifs : Mode d action chimique > 99 % Voie orale, facile d utilisation Modification du mucus du Implant Inséré sous la peau

Plus en détail

vitrification des ovocytes taux fertilité baisse à partir ans devient quasi nul après ans

vitrification des ovocytes taux fertilité baisse à partir ans devient quasi nul après ans Octobre 2013 La loi de bioéthique autorisant la vitrification des ovocytes est entrée en vigueur en juillet 2011. La vitrification des ovocytes fait désormais partie des techniques de procréation médicalement

Plus en détail

NOTRE PROGRAMME FIV/ICSI

NOTRE PROGRAMME FIV/ICSI NOTRE PROGRAMME FIV/ICSI Dans le Centre de Fertilité Manzanera nous avons conçu un programme de FIV/ICSI pour les couples résidant à l'étranger, qui nous permet d'obtenir des taux de réussite élevés et

Plus en détail

D O S S I E R G U I D E. a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n. Les différentes phases de. la fécondation in vitro

D O S S I E R G U I D E. a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n. Les différentes phases de. la fécondation in vitro D O S S I E R G U I D E a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n Les différentes phases de la fécondation in vitro L e s d i f f é r e n t e s p h a s e s d e l a F I V Madame, Monsieur,

Plus en détail

NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE

NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE 650 000 enfants naissent chaque année en France, tandis que le pays déplore 530 000 décès. Le différentiel entre émergence et effacement est étroit.

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Adéquation du traitement de Don d Ovocytes

FOIRE AUX QUESTIONS. Adéquation du traitement de Don d Ovocytes FOIRE AUX QUESTIONS Adéquation du traitement de Don d Ovocytes 1. Le traitement de don d ovules est approprié pour moi? Le don d'ovules est le traitement recommandé pour les femmes ayant des problèmes

Plus en détail

Devenir parents, l aventure d une vie

Devenir parents, l aventure d une vie Liens utiles Les associations de groupes d entraide peuvent se révéler une aide précieuse pour partager les expériences des uns et des autres. Pour trouver des adresses et informations, vous pouvez vous

Plus en détail

Cette brochure a pu être réalisée grâce au soutien de la firme Ferring Pharmaceuticals. Capucienenlaan 93 C 9300 Aalst

Cette brochure a pu être réalisée grâce au soutien de la firme Ferring Pharmaceuticals. Capucienenlaan 93 C 9300 Aalst Cette brochure a pu être réalisée grâce au soutien de la firme Ferring Pharmaceuticals Capucienenlaan 93 C 9300 Aalst La Fécondation In Vitro au CHR de Namur Service de Procréation Médicalement Assistée

Plus en détail

Éducation à la sexualité et à la responsabilité. La contraception L avortement La stérilité L'aide à la procréation

Éducation à la sexualité et à la responsabilité. La contraception L avortement La stérilité L'aide à la procréation Éducation à la sexualité et à la responsabilité La contraception L avortement La stérilité L'aide à la procréation Définition contraception : Empêcher la conception d un embryon (la rencontre entre les

Plus en détail

Dr E. CHEVRET Maitrise Procréation UE2 PACES 2011-2012. Maitrise de la procréation

Dr E. CHEVRET Maitrise Procréation UE2 PACES 2011-2012. Maitrise de la procréation Maitrise de la procréation I. Notion de contraception 1. Les méthodes naturelles 2. Les contraceptifs locaux 3. Les préservatifs 4. Les pilules 5. Les dispositifs intra-utérins II. L assistance médicale

Plus en détail

Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale

Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2011, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk

Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk PMA au Royaume-Uni Le don et la GPA Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk 1 Techniques PMA au Royaume-Uni Don d ovules Donneuses connues Donneuses anonymes Dons de sperme Connu Anonyme Gestation

Plus en détail

Presenté par : Robert Terenzio et Souad Dreyfus

Presenté par : Robert Terenzio et Souad Dreyfus Gestation Pour Autrui aux USA : panorama général Presenté par : Robert Terenzio et Souad Dreyfus 1 Qu'est-ce que la Gestation Pour Autrui? Il y a deux types de Gestation Pour Autrui permis aux États- Unis.

Plus en détail

Fertilité et Infertilité. Thongdam,P5,IFMT 1

Fertilité et Infertilité. Thongdam,P5,IFMT 1 Fertilité et Infertilité Thongdam,P5,IFMT 1 Définition: La fertilité ou fécondité: capacité de procréer que possède normalement toute personne en santé et sexuellement mature. Ou classification québécoise

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

Don d ovocytes. Le cadre juridique du don en France et questions soulevées par le tourisme procréatif

Don d ovocytes. Le cadre juridique du don en France et questions soulevées par le tourisme procréatif Don d ovocytes Le cadre juridique du don en France et questions soulevées par le tourisme procréatif 1 Histoire du don d ovocytes en France Don d ovocytes pratiqué en France depuis 1987 1994 1 ères lois

Plus en détail

Fécondation "In Vitro"

Fécondation In Vitro Fécondation "In Vitro" Fécondation "In Vitro" Sommaire Qu'est ce que la Fécondation "in Vitro"?... 3 La Fécondation "in Vitro......... 3 La Stimulation Ovarienne...... 4 La Ponction Ovarienne........ 5

Plus en détail

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2012, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

clinique ovo ovo fertilité ovo fertilité

clinique ovo ovo fertilité ovo fertilité En plaçant depuis toujours l innovation et l excellence au cœur de sa stratégie, la clinique ovo s assure de pouvoir répondre à vos attentes et soutenir votre projet parental. Depuis 2003, ovo fertilité

Plus en détail

Techniques de l assistance médicale G. SANDJON

Techniques de l assistance médicale G. SANDJON Techniques de l assistance l médicale à la procréation G. SANDJON Introduction Le terme AMP regroupe un ensemble de techniques nouvelles mises au point dans les 20 ou 30 dernières années. Ceci a permis

Plus en détail

Centre d Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de LILLE.

Centre d Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de LILLE. Centre d Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de LILLE. Equipe de Gynécologie Professeur Didier DEWAILLY (Chef de service) Docteur Christine DECANTER Docteur Catherine

Plus en détail

Bilan cours Féminin, masculin

Bilan cours Féminin, masculin Bilan cours Féminin, masculin Objectifs de cette partie du programme : - (TD n 1) Exploiter diverses expériences afin de retrouver les caractéristiques du fonctionnement de l appareil reproducteur féminin

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation : éthique et législation, aspects biologiques et médicaux (30a) Docteur Pascale Hoffmann Octobre 2003

Assistance médicale à la procréation : éthique et législation, aspects biologiques et médicaux (30a) Docteur Pascale Hoffmann Octobre 2003 Assistance médicale à la procréation : éthique et législation, aspects biologiques et médicaux (30a) Docteur Pascale Hoffmann Octobre 2003 Pré-Requis : physiologie de l'ovulation physiologie de la gamétogénèse

Plus en détail

INTERÊT PRATIQUE DES MARQUEURS D INSUFFISANCE OVARIENNE. Dr ML TAILLAND

INTERÊT PRATIQUE DES MARQUEURS D INSUFFISANCE OVARIENNE. Dr ML TAILLAND INTERÊT PRATIQUE DES MARQUEURS D INSUFFISANCE OVARIENNE Dr ML TAILLAND Les marqueurs d insuffisance ovarienne Un couple /7 consulte pour désir d enfant, Première grossesse plus tardive bilan pour décider

Plus en détail

Immersion en communauté 2008. Lyat Perez Giulia Ranzanici Omar Torriani Betim Redzepi

Immersion en communauté 2008. Lyat Perez Giulia Ranzanici Omar Torriani Betim Redzepi Infertilité et procréation médicalement assistée Immersion en communauté 2008 Lyat Perez Giulia Ranzanici Omar Torriani Betim Redzepi Plan I. Infertilité: Un peu d épidémiologie Quelques définitions Etiologies

Plus en détail

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris I - Bilan de la GPA dans le monde II - La situation actuelle en France III - Les possibilités d évolution dans la perspective de la révision des lois de bioéthique

Plus en détail

Document d information. Les techniques de fécondation in vitro. WOMN-1086502-Broch FIV-150x210-28p.indd 1 27/09/2013 09:19:48

Document d information. Les techniques de fécondation in vitro. WOMN-1086502-Broch FIV-150x210-28p.indd 1 27/09/2013 09:19:48 Document d information Les techniques de fécondation in vitro WOMN-1086502-Broch FIV-150x210-28p.indd 1 27/09/2013 09:19:48 Parmi les couples qui se forment actuellement en France, 15 % ont des difficultés

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES AUX TRAITEMENTS PAR INSEMINATION ARTIFICIELLE OU FECONDATION IN VITRO AVEC SPERME DE DONNEUR (IAD ou FIV-D)

INFORMATIONS RELATIVES AUX TRAITEMENTS PAR INSEMINATION ARTIFICIELLE OU FECONDATION IN VITRO AVEC SPERME DE DONNEUR (IAD ou FIV-D) DEPARTEMENT DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE UNIVERSITE DE LIEGE Numéro : IAM.04.INF Page 1 de 5 CENTRE DE PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE CHR CITADELLE Boulevard du XII ème de Ligne, 1 B-4000 LIEGE Tel 04/225

Plus en détail

Les maladies mitochondriales et le projet parental

Les maladies mitochondriales et le projet parental Association contre les Maladies Mitochondriales Les maladies mitochondriales et le projet parental I Lorsque la mutation du gêne est connue a) La grossesse «naturelle» avec dépistage par amniocentèse...

Plus en détail

Guide d initiation aux techniques de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP) - 3 e édition -

Guide d initiation aux techniques de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP) - 3 e édition - Document destiné aux patients Guide d initiation aux techniques de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP) - 3 e édition - www.procreanet.com Sommaire INTRODUCTION 2 LA REPRODUCTION NATURELLE 4 Les

Plus en détail

Problèmes éthiques posés par l Assistance Médicale à la Procréation Dominique LE LANNOU Biologie Reproduction -CECOS avril 2013 Procréation impossible 15% des couples consultent pour stérilité 5% auront

Plus en détail

Insémination Artificielle

Insémination Artificielle Insémination Artificielle Insémination Artificielle Sommaire Qu est-ce que l Insémination Artificielle?.... 4 L Insémination Artificielle......... 4 La Stimulation Ovarienne...... 5 La Capacitation du

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITE : STERILITE ET PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE

TITRE DE L ACTIVITE : STERILITE ET PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE TITRE DE L ACTIVITE : STERILITE ET PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE Thème(s) concerné(s): La Terre dans l Univers, la vie et l évolution Enjeux planétaires contemporains Corps humain et santé Niveau(x)

Plus en détail

Indications reconnues : Anovulation (SOPK) Dysovulation (Phase lutéale courte, endomètre inadéquat )

Indications reconnues : Anovulation (SOPK) Dysovulation (Phase lutéale courte, endomètre inadéquat ) Dr Geoffroy ROBIN Ensemble des procédures médicales permettant: la conception in vitro, le transfert embryonnaire, l insémination artificielle, Réponse à la demande d un couple ainsi que toutes les techniques

Plus en détail

EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE

EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE Dr Juliette GUIBERT Gynécologue-obstétricienne CMC Baie de Morlaix CHEM/APSPM, 19 février 2015 Définition 1 à 2 ans d exposition au risque de grossesse En dehors d antécédents

Plus en détail

Devenir parents, l aventure d une vie. Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA)

Devenir parents, l aventure d une vie. Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA) Devenir parents, l aventure d une vie Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA) La vie contrarie parfois vos plus beaux projets La décision de fonder une famille est un projet primordial pour

Plus en détail

GUIDE DES PROGRAMMES DE TRAITEMENT ET DES METHODES DU TRAITEMENT DE L INFERTILITÉ

GUIDE DES PROGRAMMES DE TRAITEMENT ET DES METHODES DU TRAITEMENT DE L INFERTILITÉ GUIDE DES PROGRAMMES DE TRAITEMENT ET DES METHODES DU TRAITEMENT DE L INFERTILITÉ 02 SOYEZ LES BIENVENUS DANS NOTRE CLINIQUE DE MEDECINE REPRODUCTIVE ET GYNECOLOGIE REPROFIT INTERNATIONAL Chers clients,

Plus en détail

IV. Rencontre des gamètes et début de grossesse :

IV. Rencontre des gamètes et début de grossesse : TS- SVT - Chapitre 5 PROCREATION (suite) IV. Rencontre des gamètes et début de grossesse : TP procréation - 4 1 ) La fécondation : La fécondation a lieu dans la partie terminale des trompes (oviducte)

Plus en détail

La dernière solution? Le don d ovocytes en europe

La dernière solution? Le don d ovocytes en europe La dernière solution? Le don d ovocytes en europe Il était une fois... Pregnancy established in an infertile patient after transfer of a donated embryo fertilised in vitro. (Trounson A. et al, BMJ 1983)

Plus en détail

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation Chapitre 2 : La maitrise de la procréation 1 INTRODUCTION : La capacité de procréer implique de prendre en charge de façon responsable et conjointe sa vie sexuelle. Il existe des méthodes permettant de

Plus en détail

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2012, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATION DES SERVICES JURIDIQUES ET MÉDICAUX POUR LA RÉALISATION DU PROGRAMME DE GESTATION POUR AUTRUI

CONTRAT DE PRESTATION DES SERVICES JURIDIQUES ET MÉDICAUX POUR LA RÉALISATION DU PROGRAMME DE GESTATION POUR AUTRUI CONTRAT DE PRESTATION DES SERVICES JURIDIQUES ET MÉDICAUX POUR LA RÉALISATION DU PROGRAMME DE GESTATION POUR AUTRUI La société à responsabilité limitée «Renaissance» domiciliée au 2/6, rue Otto Schmidt,

Plus en détail

Brochure d information. unité de la médecine de la reproduction

Brochure d information. unité de la médecine de la reproduction Brochure d information unité de la médecine de la reproduction CARE Unité de la médecine de la reproduction 3 RENSEIGNEMENTS PRATIQUES Madame, Monsieur, HFR Fribourg Hôpital cantonal Clinique de gynécologie

Plus en détail

Réglementation de l insémination intra-utérine

Réglementation de l insémination intra-utérine IAC.des questions? DOSSIER GUIDE «INSEMINATIONS INTRA-UTERINES» Laboratoire Ingels Vignon Vous avez décidé en accord avec votre gynécologue de débuter une prise en charge en vue d une insémination (technique

Plus en détail

La fertilité du couple

La fertilité du couple 23/04/2015 KHELFAOUI Kamélia L3 HORMONOLOGIE CR : BAUMIER Vincent Pr Grillo 8 pages La fertilité du couple Plan A. Définitions et épidémiologie B. Les facteurs de fertilité I. les facteurs féminins II.

Plus en détail

La procréation médicalement assistée

La procréation médicalement assistée 1 La procréation médicalement assistée La bioéthique La bioéthique s intéresse aux problèmes que soulèvent, pour les êtres humains, les avancées de la biologie et de la médecine. Elle est, par essence,

Plus en détail

Document d information. Les inséminations intra-utérines. Pur_brochIIU_504956-0281-IS-JUIL-12.indd 1

Document d information. Les inséminations intra-utérines. Pur_brochIIU_504956-0281-IS-JUIL-12.indd 1 Document d information Les inséminations intra-utérines Pur_brochIIU_504956-0281-IS-JUIL-12.indd 1 24/07/12 16:59 Le désir d enfant est un motif de consultation qui va concerner 15 % des couples dans les

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL Etats des lieux en Aquitaine Dr S. Frantz-Blancpain- Pr C. Hocké- Dr L. Gomes Centre d AMP clinique CHU Bordeaux Séminaire de formation CNGOF 24 mai

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 07/02/2000 Origine : ENSM DGR Réf. : ENSM n 7/2000 DGR n 5/2000 n / n / MMES et MM les Directeurs - des Caisses

Plus en détail

Préservation de la fertilité. Pr. Catherine POIROT Service de Biologie de la Reproduction Université Paris VI Hôpital Tenon 75020 Paris

Préservation de la fertilité. Pr. Catherine POIROT Service de Biologie de la Reproduction Université Paris VI Hôpital Tenon 75020 Paris Préservation de la fertilité Pr. Catherine POIROT Service de Biologie de la Reproduction Université Paris VI Hôpital Tenon 75020 Paris Préservation de la fertilité n Nécessaire quand risque d infertilité

Plus en détail

SOMMAIRE. I Introduction : 2. II L insémination Artificielle avec sperme de Conjoint (IAC) : 4. A La Fécondation In Vitro classique.

SOMMAIRE. I Introduction : 2. II L insémination Artificielle avec sperme de Conjoint (IAC) : 4. A La Fécondation In Vitro classique. SOMMAIRE I Introduction : 2 II L insémination Artificielle avec sperme de Conjoint (IAC) : 4 III - La Fécondation In Vitro (FIV) : A La Fécondation In Vitro classique. 10 B L injection de spermatozoïde

Plus en détail

Le premier bureau d'avocats et des Coordonnateurs spécialisés dans la Maternité de Substitution en Europe

Le premier bureau d'avocats et des Coordonnateurs spécialisés dans la Maternité de Substitution en Europe Le premier bureau d'avocats et des Coordonnateurs spécialisés dans la Maternité de Substitution en Europe Programme 2015 À Propos De Nous Turismo de Salud, avec siège à Madrid, est une équipe multifonctionnelle

Plus en détail

La fertilité du couple

La fertilité du couple 24/04/2014 SALMON Emeline L3 Hormonologie Reproduction Pr GRILLO Relecteur 11 7 pages Plan A. Définitions, épidémiologie B. Les facteurs de fertilité I. Facteurs féminins II. Facteurs masculins III. Rapports

Plus en détail

DÉSI R D ENFANT ET TABAC. Institut Serono pour la Fertilité et la Reproduction

DÉSI R D ENFANT ET TABAC. Institut Serono pour la Fertilité et la Reproduction DÉSI R D ENFANT ET TABAC Institut Serono pour la Fertilité et la Reproduction SOMMAIRE 4Introduction 5Comment le tabac agit-il sur la fécondité? 6Et l homme? 7 Conclusion INTRODUCTION On connaît bien les

Plus en détail

Assistance Médicale à la

Assistance Médicale à la Assistance Médicale à la Procréation AMP Natecia Avec la collaboration de Béatrice Nadaud (interne de Gynécologie Médicale) Généralités Fertilité Humaine naturelle = en moyenne grossesse spontanée dans

Plus en détail

Diagnostic Génétique Pré-implantatoire

Diagnostic Génétique Pré-implantatoire Diagnostic Génétique Pré-implantatoire Diagnostic Génétique Pré-implantatoire Sommaire Le Diagnostic Génétique Pré-implantatoire...... 3 En quoi consiste le traitement... 4 Le Diagnostic Génétique Pré-implantatoire

Plus en détail

Sommaire. Fiche 1 : Don de gamètes : des parcours médicalement et juridiquement encadrés pour les donneurs et les couples receveurs > p.

Sommaire. Fiche 1 : Don de gamètes : des parcours médicalement et juridiquement encadrés pour les donneurs et les couples receveurs > p. ! Sommaire Communiqué de presse : Sensibilisation nationale au don de gamètes : Face à l insuffisance des dons, l Agence de la biomédecine fait campagne pour recruter plus de «donneurs de bonheur» Fiche

Plus en détail

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse I. LES PROCESSUS BIOLOGIQUES ABOUTISSANT A UNE GROSSESSE. A. Comportement reproducteur. 1) Chez les mammifères non hominidés. Chez les mammifères non

Plus en détail

ACTIVITES BIOLOGIQUES du centre d AMP

ACTIVITES BIOLOGIQUES du centre d AMP ACTIVITES BIOLOGIQUES du centre d AMP Dr Hervé LUCAS Centre Hospitalier Intercommunal d Annemasse- Bonneville (CHIAB) Laboratoire de Biologie Baltassat-Lucas Les différentes étapes de la FIVETE au laboratoire

Plus en détail

Consentement et reproduction humaine

Consentement et reproduction humaine Consentement et reproduction humaine 2012 Titia N DIAYE, Gynécologue-Obstétricien, responsable clinicien du centre de Procréation Médicale Assistée du CHU de Poitiers Muriel ROUSSEAU, Biologiste, responsable

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

Les activités d assistance médicale à la procréation

Les activités d assistance médicale à la procréation Publication du décret relatif au don de gamètes et à l assistance médicale à la procréation Dossier de presse Paris, le 26 décembre 2006 Les champs d intervention de l Agence de la biomédecine L offre

Plus en détail

FERTILITÉ. Le guide pratique de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP) et des autres traitements. Si la grossesse se fait attendre

FERTILITÉ. Le guide pratique de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP) et des autres traitements. Si la grossesse se fait attendre Sous la direction du Dr Laurence LÉVY-DUTEL Isabelle BERTHAUT Laurence BRUNET Charlotte DUDKIEWICZ-SIBONY Dr Carole MINKER Dr Jérôme PFEFFER LE GRAND LIVRE DE LA FERTILITÉ Si la grossesse se fait attendre

Plus en détail

Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation

Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation Chapitre 16 Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation Elle est enceinte, ils le voulaient. Quels sont les processus biologiques qui permettent d aboutir à une grossesse? Comment assurer

Plus en détail

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes 6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Les Chambres

Plus en détail

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes 6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes Publié : 17.07.2007 Source : SPF SECURITE SOCIALE Modifié : LDD 24.07.2008

Plus en détail

LES TECHNIQUES PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE

LES TECHNIQUES PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE LES TECHNIQUES De PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE Dr Jean-Louis CORDONNIER Lundi 3 décembre 2012 LES TECHNIQUES De PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE Présentation Avoir un enfant. LES TECHNIQUES De PROCREATION

Plus en détail

TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation

TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation Partie 4 - Chapitre 4 TaleS TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation Objectifs et compétences : - saisir des informations ( I ) - analyser des résultats expérimentaux

Plus en détail

La transplantation d embryon post-mortem

La transplantation d embryon post-mortem Paris, le 6 janvier 2010 SECRETARIAT GENERAL SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES BUREAU DU DROIT COMPARE La transplantation d embryon post-mortem (Allemagne, Belgique, Espagne, Pays-Bas,

Plus en détail

www.pma-fc.fr EURO-QUALITY SYSTEM

www.pma-fc.fr EURO-QUALITY SYSTEM DOSSIER GUIDE www.pma-fc.fr EURO-QUALITY SYSTEM ISO 9001 SOMMAIRE page Présentation du Centre de PMA de la Polyclinique de Franche-Comté...2 La procréation naturelle...3 Formalités à remplir lors de l'entretien

Plus en détail

La procréation médicalement assistée

La procréation médicalement assistée Fiche Participant 1 La procréation médicalement assistée La bioéthique La bioéthique s intéresse aux problèmes que soulèvent, pour les êtres humains, les avancées de la biologie et de la médecine. Elle

Plus en détail

3. Assistance médicale à la procréation

3. Assistance médicale à la procréation 3. Assistance médicale à la procréation Les premières techniques d assistance médicale à la procréation (AMP) sont issues de l expérience animale et ont consisté à pratiquer des inséminations de spermatozoïdes

Plus en détail

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE Définition de l infertilité L infertilité: absence de

Plus en détail

Insémination. le sperme d un donneur

Insémination. le sperme d un donneur Insémination artificielle avec le sperme d un donneur Démarche préalable à l insémination artificielle avec le sperme d un donneur 1- Diagnostic d infertilité par votre médecin traitant 2- Évaluation psychologique

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

1.2 Quels examens faut-il entreprendre? 4. 2.2 Qui sont les membres de l équipe de FIV? 7. 4. Schéma du traitement par fécondation in vitro 8

1.2 Quels examens faut-il entreprendre? 4. 2.2 Qui sont les membres de l équipe de FIV? 7. 4. Schéma du traitement par fécondation in vitro 8 Table des matières 3 Table des matières 1. Introduction 4 1.1 De plus en plus de couples éprouvent des difficultés à concevoir un enfant 4 1.2 Quels examens faut-il entreprendre? 4 2. En quoi consiste

Plus en détail

CORPS HUMAIN ET SANTE (3)

CORPS HUMAIN ET SANTE (3) CORPS HUMAIN ET SANTE (3) Sexualité et procréation (suite) Bases biologiques du plaisir Des études en laboratoire ont montré que la satisfaction procurée par différents comportements incite certains animaux

Plus en détail

PMA: CE QUE LE CLINICIEN ATTEND DU RADIOLOGUE

PMA: CE QUE LE CLINICIEN ATTEND DU RADIOLOGUE PMA: CE QUE LE CLINICIEN ATTEND DU RADIOLOGUE CAFCIM 14 décembre 2013 Laure NAZARRE BILAN INITIAL BILAN HORMONAL J3 FSH, LH, œstradiol, AMH J20 Progestérone ECHOGRAPHIE PELVIENNE J3 HYSTEROSALPINGOGRAPHIE

Plus en détail

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère PROCRÉATION 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère 1.1. Le sexe est génétiquement défini à la fécondation par la présence des chromosomes

Plus en détail

Grossesse gémellaire après PMA Bonne ou mauvaise nouvelle?

Grossesse gémellaire après PMA Bonne ou mauvaise nouvelle? Grossesse gémellaire après PMA Bonne ou mauvaise nouvelle? Loïc Sentilhes, Catherine Morinière, Sophie Lemerle, Pascale May-Panloup, Françoise Boussion, Florence Biquard, Philippe Gillard, Philippe Descamps

Plus en détail

1- Module : «Aspects épidémiologiques et économiques de l infertilité du couple»

1- Module : «Aspects épidémiologiques et économiques de l infertilité du couple» Le CEC de Médecine de la Reproduction a été lancé depuis l année scolaire 2007/2008. C est le seul diplôme tunisien qui traite de ce sujet. Le public cible : - Les Résidents en, urologie, endocrinologie

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

Lexique. Cellule endocrine : Cellule qui libère (sécrète) une hormone dans le sang.

Lexique. Cellule endocrine : Cellule qui libère (sécrète) une hormone dans le sang. Lexique Bioéthique : Morale concernant les questions posées par les innovations médicales qui impliquent une manipulation du vivant comme les expérimentations sur l Homme, les greffes d organes, la procréation

Plus en détail

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation.

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation. Thème 3 A: Féminin, masculin Sexualité et procréation. I- La double fonction des glandes génitales A- l activité testiculaire. Les testicules sont constitués de nombreux tubes séminifères et d un tissu

Plus en détail