Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge"

Transcription

1 Stratégie de don d'ovocytes : expérience Belge B. Lejeune Le don d'ovocytes existe depuis une vingtaine d'années : la première grossesse obtenue par cette méthode date de 1984 et avait été obtenue par LUTGEN (1985) en Australie. Le problème majeur du don d'ovocytes ne réside pas dans sa réalisation technique, qui finalement revient à séparer stimulation et prélèvement des ovocytes d'une part, du replacement des embryons d'autre part, avec la nécessité bien évidemment de préparer l'endomètre de la receveuse et si possible de synchroniser les cycles des deux patientes si l'on veut éviter le passage par la congélation. La difficulté réside avant tout dans les questions éthiques, psychologiques et de responsabilité médico-légale que cette technique implique. Complexité du don d'ovocyte Le don d'ovocytes est loin d'être l'équivalent pratique du don de sperme, en effet, l'émission de l'échantillon de sperme ne demande aucun traitement et n'a aucune conséquence défavorable ou désagréable pour le donneur. De ce fait le nombre de donneurs est presque suffisant et l'on devrait idéalement avoir un choix d'échantillons de sperme de donneurs de phénotypes différents. De plus, comme il n'y a aucune difficulté à congeler le sperme et que cela se fait depuis des dizaines d'années, il existe de nombreuses banques de sperme. Le don d'ovocytes est beaucoup plus complexe par contre : Le prélèvement des ovocytes est une procédure fort lourde qui implique la stimulation de la donneuse et le prélèvement chirurgical de ses ovocytes ; les risques et les désagréments que la donneuse encourt sont loin d'être négligeables : la donneuse doit recevoir des injections, subir des prises de sang et des échographies ; il en résulte des perturbations de son emploi du temps professionnel ou familial, le prélèvement implique au moins une anesthésie locale, et souvent une anesthésie générale. Diverses complications peuvent se produire, heureusement très rares dans leur survenue : des infections au lieu d'injections des médicaments, un hématome à l'endroit de prélèvement de prises de sang, une hyperstimulation ovarienne avec douleurs, ascite, hémoconcentration voire thrombose cérébrale ; une hémorragie secondaire à la ponction ovocytaire avec nécessité de réintervenir pour contrôler l'hémorragie, transfuser avec ses risques potentiels de contaminations, une infection secondaire à la ponction avec pelvipéritonite, une torsion d'annexes et rien n'exclut un décès per-opératoire lié à des complications anesthésiques, thrombotiques ou hémorragiques. En outre, il n'est pas encore possible de congeler des ovocytes avec un rendement acceptable. Il n'existe dès lors pas encore de banque d'ovocytes.

2 Donneuses d'ovocytes Il existe quatre possibilités d'obtenir des ovocytes pour le don : soit le don volontaire anonyme et gratuit, tout à fait comparable au don de sperme. Malheureusement vu la lourdeur de la procédure, ce don volontaire, anonyme et gratuit est tout à fait exceptionnel. Nous n'avons reçu, en 10 ans de pratique du don d'ovocytes dans notre Centre, que 5 donneuses spontanées volontaires. On peut donc négliger ce mode de recrutement. La deuxième possibilité consiste à demander à la personne qui doit recourir à un don d'ovocytes, donc à la receveuse potentielle, de recruter elle-même une donneuse dans son entourage. Cette technique de recrutement avait d'ailleurs été utilisée au début de la constitution des banques de sperme. Deux options s'offrent alors : soit le don d'ovocytes direct où l'on transfère directement les ovocytes de la donneuse recrutée à la receveuse, les deux personnes se connaissent donc et il n'y a pas d'anonymat du don ; soit on réalise l'anonymat en permutant les donneuses. La receveuse recrute donc dans ce cas une donneuse qui alimente le pool d'ovocytes à donner. Cette méthode de recrutement est beaucoup plus efficace que le don d'ovocytes gratuit et volontaire mais il n'est pas sans difficultés ni inconvénients. Tout d'abord les inconvénients et les dangers liés à la ponction ne sont évidemment pas différents que ceux que l'on a évoqué dans le don anonyme gratuit et volontaire. Il existe en outre très souvent une pression psychologique intense, parfois inadmissible, de la receveuse sur la donneuse, ce qui nous a amené à refuser un certain nombre de demande. En particulier lorsque la mère amène sa fille pour lui prélever des ovocytes, que ce soit pour elle-même ou pour alimenter le pool des donneuses anonymes. Mais la législation interdisant de procéder à un paiement pour tout don d'organe, de sang, de gamètes, à l'exception d'un dédommagement minime, nous n'avons pas d'autre choix que de recommander à la receveuse de trouver une donneuse dans son entourage. Enfin, dans le cadre des dons d'ovocytes avec permutation des donneuses, la responsabilité du Centre de PMA est davantage engagée quant à la sécurité du don et cela justifie la congélation des embryons et le contrôle de la sérologie de la donneuse après 6 mois, même si le risque de contamination est infime. La troisième source d'ovocytes est celle qui est utilisée aux Etats-Unis, à savoir le recrutement, par des agences indépendantes, de donneuses rétribuées (STEINBOCK 2004).Et bien que cela choque profondément notre mentalité européenne et que cela soit légalement incompatible actuellement avec notre façon de procéder, il s'agit de la façon la plus efficace de résoudre le problème de l'accès aux ovocytes. D'ailleurs, cette approche est appliquée en Espagne depuis quelques années sous couvert d'un dédommagement à la donneuse, un peu comme nous dédommageons aussi les donneurs de sperme en Belgique mais le niveau de dédommagement est sans commune mesure comme l'est d'ailleurs la lourdeur du don.

3 Aux Etats-Unis, les donneuses d'ovocytes sont rétribuées entre et dollars en moyenne (SAUER 1999). Et ce prix ne paraît pas surfait : si l'on tient compte du temps consacré, des inconvénients et des risques encourus, cette indemnité est parfaitement adéquate. Cette façon de faire laisse à la donneuse une totale indépendance d'esprit, elle peut accepter ou refuser le contrat en connaissance de cause. On n'exerce sur elle aucune pression psychologique. Cette solution américaine peut donc paraître éthiquement tout autant sinon plus acceptable que la solution européenne qui consiste à obliger des proches à se soumettre à un traitement dangereux sans contrepartie. Elle permet de choisir l'anonymat ou l'absence d'anonymat sans difficulté. Elle permet aussi un plus grand choix de phénotype mais elle n'est pas légalement autorisée en Europe. La quatrième possibilité d'obtenir des ovocytes pour le don est le partage des ovocytes, dans lequel une patiente qui doit subir une PMA pour elle-même accepte de donner une partie de ses ovocytes moyennant un partage des coûts de la procédure de PMA, qui est alors partiellement supportée par la receveuse. Cette technique est assez largement utilisée en Angleterre ; son succès dépend de l'existence ou non d'un remboursement de la procédure de PMA. Cette modalité peut être vue favorablement comme une solidarité entre femmes infertiles mais aussi comme l'exploitation de la détresse de femmes défavorisées socialement ne pouvant se payer la FIV et acceptant une réduction de leur chances de succès pour avoir accès au traitement. Il ne semble pas cependant que cette réduction soit très importante (THUM 2003). L'avantage majeur est que cette modalité n'impose pas une prise de risque supplémentaire de la part de la donneuse (AHUJA 2003). Psychologie de la donneuse et de la receveuse Sur le plan psychologique, donneuse et receveuse conçoivent la procédure tout à fait différemment. La donneuse anonyme volontaire conçoit le don de façon tout à fait altruiste et anonyme. La donneuse rétribuée le fait le plus souvent en grande partie pour des raisons financières. En ce qui concerne la donneuse recrutée, dans notre expérience, elle n'accepte souvent d'entrer dans la procédure que pour autant que ses ovocytes soient implantés chez une receveuse qu'elle connaît, pour qui elle accepte de se soumettre aux inconvénients et aux dangers de la procédure, ce qu'elle ne ferait pas pour une inconnue ; elle souhaite souvent garder le contact avec l'enfant. La donneuse n'est donc pas majoritairement favorable à l'anonymat. Parfois, elle accepte de donner dans la mesure où, bien que la permutation rende le don anonyme, son intervention permette effectivement à celle qui l'a recrutée de recevoir des ovocytes du pool. Par contre, la receveuse souhaiterait le plus souvent mais pas toujours, l'anonymat du don, probablement par peur de perdre une partie de son ascendant psychologique sur l'enfant. Lorsque la donneuse est apparentée à la receveuse, le don direct est assez souvent demandé avec la justification selon laquelle, par ce mécanisme, une partie de l'héritage génétique est quand même sauvegardé et transmis. Lorsque la donneuse n'est

4 pas apparentée, cet argument en faveur du don direct ne joue évidemment pas. Par ailleurs, personne ne semble prendre en considération le besoin ou le souhait éventuel de l'enfant à connaître sa filiation biologique. Aux Etats-Unis, les futurs parents semblent rechercher pour leur enfant, le meilleur bagage génétique possible, du moins à leurs yeux. On recherche typiquement une donneuse blanche, jeune, sportive, avec de grandes capacités intellectuelles et de brillants résultats universitaires, et de préférence blonde aux yeux bleus. Ils ne recherchent absolument pas de communauté génétique entre donneuse et receveuse, au contraire, on voit des couples d'origine asiatique ou latino-américaine, choisir une donneuse du type germanique, avec l'idée que l'enfant s'intégrera mieux dans la société américaine. Révélation de la filiation biologique Le problème du secret ou de la révélation à l'enfant de son origine biologique est fort différemment vécu selon qu'il s'agit de don direct ou de don anonyme. Il est évident que le don anonyme permet beaucoup plus facilement de garder le secret sur la filiation que la donneuse ait été recrutée ou qu'elle ait été rétribuée. Mais faut-il garder le secret? C'est, sans doute, important lorsqu'il y a don anonyme car divers témoignages mettent en évidence l'angoisse des enfants nés par don anonyme ou adoptés après abandon à la naissance : ils se lancent parfois dans une quête obsessionnelle de leurs parents biologiques. Par contre si la donneuse est apparentée, pourquoi serait-il inacceptable pour un enfant, d'apprendre qu'il est issu d'un don d'ovocytes provenant de sa tante et qu'il a ensuite été porté pendant 9 mois par sa mère? Receveuses Trois catégories de patientes recourent au don d'ovocytes : Il y a tout d'abord les patientes en âge de procréer mais qui n'ont plus d'ovocytes, ce sont des ménopauses précoces idiopathiques et les castrations chirurgicales. Un deuxième groupe est constituée par les patientes qui ont des ovocytes de qualité médiocre. C'est un diagnostic d'exclusion basé sur l'absence d'embryons de qualité morphologique satisfaisante et sur l'absence de grossesse après plusieurs essais de fécondation in vitro. Ce groupe tend à augmenter progressivement car on y met tous les échecs répétés de fécondation in vitro même quand il est évident que l'échec est dû à une réceptivité endométriale détériorée (utérus DES, endomètre hypotrophique, polypes et myomes, etc.). Enfin le troisième groupe est constituée par des patientes en post-ménaupause véritable, au-delà de 45 ans. Ce sont des femmes qui ont retardé leur intérêt pour la reproduction et la parentalité au-delà de ce qui est raisonnable et qui souhaitent, à 50 ans et plus, constituer une famille. On y trouve également des femmes qui recomposent un nouveau couple avec un homme souvent plus jeune et sans enfant. Si les deux premiers cas, c'est-à-dire la ménopause précoce et la castration chirurgicale, ne posent guère de problèmes éthiques, on peut déjà avoir quelques réticences pour le

5 deuxième groupe. En effet, comment placer le seuil au-delà duquel on considérera que les ovocytes sont de qualité médiocre. Après 4 essais, 6 essais, 10 essais de fécondation in vitro et dans quelles conditions? Enfin pour les patientes qui sont en ménopause véritable, et donc au-delà de l'âge limite de la reproduction naturelle, on peut se demander s'il est alors légitime de procéder à une assistance médicale à la procréation, utilisant des ovocytes donnés. Cela dépend à la fois de l'espérance de vie et de la manière d'appréhender socialement la vieillesse. À ce propos, jusqu'au XIXe siècle, les rapports «démographiques», parlait de vieillard à partir de 45 ans. Puis on a reporté la limite à ans et peut être la reportera-t-on encore au-delà, parallèlement à l'augmentation de l'espérance de vie. La limite éthique que l'on fixe le plus souvent actuellement vers ans, pour le don d'ovocytes, ne sera peut-être pas toujours valable. Expérience belge du don d'ovocytes La situation en Belgique est caractérisée par l'illégalité de la rétribution du don d'ovocytes comme celle du don d'organe, il n'existe donc pas de donneuses rétribuées. Il n'existe pas davantage de partage des ovocytes car la procédure de PMA est, depuis 1 an et demi, totalement remboursée pour 6 essais et n 'était déjà pas hors de prix auparavant. Les seules possibilités sont donc le don direct et le don rendu anonyme par permutation sur base de donneuses recrutées par les receveuses. Le nombre de don d'ovocytes en Belgique est passé de 60 en 1990 à 450 en 2001 et notre Unité de PMA, intégrée dans un centre hospitalier privé, à Bruxelles, réalise 40 % du total des dons d'ovocytes pratiqués en Belgique (rapport du Collège national de Médecine de la Reproduction de 2002) ; cette activité a explosé entre 1997 et 1999 et s'est stabilisée depuis lors autour de 200 cycles par an. Nous avons reçus, au cours des 10 dernières années ( ), couples avec une demande de don d'ovocytes ; il s'agissait de don direct dans 87 % des cas, de don croisé dans 6 % et de don anonyme (le couple receveur n'ayant pas recruté de donneuse) dans 7 %. Les receveuses L'âge moyen des receveuses était de 38 ans et 10 mois (écart type 6.0 ans), les extrêmes allant de 21 à 51 ans. La majorité des demandes (79 %) étaient justifiées par une réponse ovarienne insuffisante à la stimulation (avec FSH augmentée et inhibine effondrée le plus souvent), 19 % par une aménorhée avec ménopause installée, 3 % par une anomalie génétique chez la receveuse ; 85 % des receveuses n'avaient pas d'enfant. Le bilan préalable au transfert devait idéalement comporter une HSG, une Hystéroscopie et une échographie, éventuellement une coelioscopie, à la recherche d'anomalies intracavitaires, d'hypotrophie endométriale, et d'hydrosalpinx, toutes circonstances défavorables à l'implantation mais 25% seulement des receveuses avaient eu une mise au point optimale et parmi celles-ci, un quart étaient anormales ; l'on peut donc considérer qu'un certain nombre d'échecs sont imputables à une mise au point insuffisante.

6 Le traitement de la receveuse comporte normalement une préparation oestrogénique de l'endomètre d'une durée de 2 à 3 semaines suivie d'une phase lutéale artificielle comportant des oestrogènes et de la progestérone, cette dernière débutant la veille du jour du recueil des ovocytes, de sorte que la receveuse soit synchronisée avec la donneuse et que la fenêtre d'implantation soit ouverte au moment adéquat. Ce traitement combiné est poursuivi pendant les 3 premiers mois de la grossesse. Tesarik (2003) propose d'ajouter une injection de LH ou HCG chez les receveuses sous agoniste ; Letur Konisch (2003) propose d'ajouter un traitement par pentoxiphylline et tocophérol. Les donneuses La donneuse est la sœur de la receveuse dans 16 % des cas, une parente plus éloignée dans 4 %, une amie proche dans 70 % des cas, et une vague connaissance recrutée pour la circonstance (et peut-être rétribuée à notre insu) dans 10 % environ. La motivation est une aide directe, spécifique ; il n'y aurait pas eu de don si la donneuse n'avait pas été une proche de la receveuse. L'âge moyen de la donneuse est de 31.8 ans (range ; écart type 5.5) ; les _ avaient moins de 36 ans, _ 36à 39 ans, 3% plus de 40 ans ; 8 % des donneuses étaient nullipares. Le bilan préalable de la donneuse comporte un entretien au cours duquel sont abordés les risques encourus et les éventuels problèmes psychologiques, une évaluation de la réserve ovarienne (FSH, inhibine, AMH), une sérologie HIV et Hépatites, et il se termine par la signature d'un consentement éclairé cycles ont été programmés chez les receveuses pour cycles de donneuses : quelques donneuses ont été couplées à 2 receveuses dans les dons avec permutation. Dans 83 % des cas, la donneuse est placée sous agoniste long et reçoit de la FSH ; dans 16 % des cas, un traitement par agoniste court a été utilisé. 193 cycles n'ont pas été entamés, 48 ont été abandonnés pour des raisons non médicale, 117 pour échecs de stimulation (7 % des cycles entamés), 3 pour risque d'hyperstimulation. Finalement, prélèvements ont été effectués, mais il y a eu 59 prélèvements blancs (absence d'ovocytes chez la donneuse : 5%) et 4 absences de sperme. Cycles de don d'ovocytes ovocytes ont été obtenus soit 9.1 par cycle (écart type 5.3 ; range 1-41), 70 % ont été fécondés. Des zygotes, embryons viables ont été obtenus, transférés in utero (2,7 par cycle ; écart type 1,3 ; range 1-8) et congelés (2,0 par cycle ; écart type 3,3 ; range 1-33). Nous avons observé 12 échecs de fécondation et 19 échecs de développement embryonnaire sur quelque procédures de laboratoire. Dans 75 cas, tous les

7 embryons ont dû être congelés car la receveuse n'était pas synchronisée ou présentait un endomètre déficient. Sur les transferts effectivement réalisés, 125 ont été perdus de vue et considérés comme échecs probables, 656 sont des échecs certains et 373 grossesses ont été observées (32,5 %) ; elles se répartissent en 34 grossesses biochimiques, 69 fausses couches, 10 grossesses extra-utérines, 2 avortements pour malformations, et 258 grossesses évolutives (22,5 % des transferts). Nous avons obtenus des informations complètes sur 304 grossesses dont 165 accouchements. L'âge de la receveuse ne paraît pas avoir une influence sur le taux de grossesse. Par contre l'âge de la donneuse importe bien davantage : on observe un taux de grossesses évolutives de 20 % si la donneuse est âgée de moins de 36 ans ; de 16 % si elle a entre 36 et 39 ans ; et de 0 % si elle a plus de 40 ans. On peut donc accepter sans trop de réserve les donneuses jusqu'à 40 ans mais pas au-delà. Le taux d'implantation est de 13,3 % (317 sacs ovulaires pour embryons replacés dans les grossesses complètement documentées) et correspond à quelque 75 % du taux observé pendant la même période de 10 ans chez les patientes de FIV et d'icsi classiques. On note en outre une importante perte de sacs et d'embryons (vanishing embryo) au cours des 3 premiers mois de la grossesse : 40 % des 317 sacs gestationnels sont éliminés et 22 % des embryons avec rythme cardiaque fœtal sont perdus avant 3 mois. Cette perte importante avait déjà été signalée par RODRIGUEZ-GONZALEZ (2002) et pourrait être liée : à une mise au point insuffisante de la receveuse : il est important d'éliminer avant le don d'ovocytes, toute anomalie intra-cavitaire (polype, myome sous muqueux certainement mais aussi intra mural, hydrosalpinx même discret), à une synchronisation inadéquate des cycles de la donneuse et de la receveuse, mais aussi à un développement inadéquat de l'endomètre sous préparation oestroprogestéronique ; certains traitements adjuvants ont été proposés notamment la pentoxyphylline et la vitamine E (LETUR KONISCH 2003), le sildenafil, l'aspirine, et à la déficience en LH des cycles des receveuses : beaucoup de receveuses sont en effet sous agoniste pour bloquer leur cycle endogène résiduel et présente un taux de LH bas au moment du transfert et ce défaut d'action directe de la LH sur l'endomètre pourrait expliquer une réduction du taux d'implantation (TESARIK 2003). A terme, 29 % des grossesses sont des grossesses multiples, la plupart gémellaire (25 %) mais 4 % sont triples. Le taux d'implantation relativement bas ne permet guère actuellement de diminuer le nombre d'embryons transférés et de réduire les grossesses multiples mais les pistes pour améliorer ce taux ont été évoquées plus haut, ce qui permettrait alors de diminuer le nombre d'embryons replacés chez les receveuses présentant une réceptivité correcte.

8 De rares complications ont été relevées chez les donneuses : 16 hyperstimulations avec ascite ont été observées (1,2 %) et 2 hémorragies (< 0,2 %) nécessitant coelioscopie et transfusion : aucune brèche vasculaire n'était présente cependant, il s'agissait de saignement diffus au niveau des follicules ponctionnés ; ce taux de complication n'est pas différent de celui observé en FIV. Sur les 75 transferts différés en raison de la mauvaise préparation de la receveuse, et sur les autres transferts d'embryons décongelés ultérieurement chez les receveuses n'ayant pas obtenus de grossesse viable lors du transfert frais, nous avons encore obtenus 80 grossesses supplémentaires dont 53 accouchements, ce qui porte à 218 le nombre d'accouchements officiellement rapportés et à 311 le nombre d'accouchements probables pour les 1101 cycles au cours desquels des embryons avaient été obtenus (28 %). Le taux de succès global pour un prélèvement chez une donneuse couplée à une receveuse est donc de 28 % si l'on ajoute aux résultats obtenus avec le transfert frais (22,5 %), les accouchements issus des replacements d'embryons congelés. Le don d'ovocytes est donc une technique qui a atteint un degré suffisant de maturité pour être appliquée largement ; elle peut encore être améliorée par un choix adéquat de la donneuse (jamais au-dessus de 40 ans!) mais surtout par une meilleure mise au point des receveuses et une meilleure préparation de leur endomètre. Un taux d'implantation plus élevé pourrait alors permettre de ramener à 2 voire 1,5 le nombre moyen d'embryons replacés (au lieu de 2,7 actuellement) et réduire, comme pour les cycles FIV, le taux de grossesses multiples. Bibliographie [1] AHUJA KK, SIMONS EG, NAIR S, RIMINGTON MR, ARMAR NA. Minimizing risk in anonymous egg donation. Reprod Biomed Online (5) 504-5). [2] LETUR KONISCH H, DELANIAN S. Successful pregnancies after combined pentoxyiphylline tocopherol treatment in women with premature ovarian failure who are resistant to hormone therapy. Fertil Steril (2) : [3] LUTGEN PJ, LEETON JF, FINDLAY JK. Oocyte and embryo donation in IVF program. Clinics in Obst and gynaecol 1985 ; 12(4) : ). [4] RODRIGUEZ-GONZALEZ M, SERRA V, GARCIA VELASCO JA, PELLICER A, REMOHI J. The vanishing embryo phenomenon in an oocyte donation program. Human Reprod (3) : ). [5] SAUER MV Indecent proposal : $5,000 is not reasonable compensation for oocyte donors. Fertil Steril (1) :7-8). [6] STEINBOCK B. Payment for Egg Donation and Surrogacy ; The mount Sinai. J. of Medicine 2004 ; 71 (4) : ).

9 [7] TESARIK J, HAZOUT A, MENDOZA C. Luteinizing hormone affects uterine receptivity independently of ovaries. Reprod Biomed Online (1) : 59-64). [8] THUM MY, GAFAR A, WREN M, FARIS R, OGUNYEMI B, KOREA L, SCOTT L, ABDALLA HI. Does egg-sharing compromise the chance of donors or recipients achieving birth? Hum Reprod (11) : Centre de PMA. Centre Hospitalier InterRégional Edith Cavell. Bruxelles Source:

Fécondation in vitro avec don d ovocytes

Fécondation in vitro avec don d ovocytes Fécondation in vitro avec don d ovocytes Ref. 155 / abril 2009 Service de Médecine de la Reproduction Gran Vía Carlos III 71-75 08028 Barcelona Tel. (+34) 93 227 47 00 Fax. (+34) 93 491 24 94 international@dexeus.com

Plus en détail

Contraceptifs : Mode d action chimique

Contraceptifs : Mode d action chimique Pilule Modalité de mise en œuvre Un comprimé par jour à heure régulière Contraceptifs : Mode d action chimique > 99 % Voie orale, facile d utilisation Modification du mucus du Implant Inséré sous la peau

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur M. Tournaire Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXII publié le 2.12.1998 VINGT-DEUXIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE 1 TABLE DES MATIERES 1. Un petit mot d introduction 2. En quoi consiste le don d ovocyte? 3. A qui s adresse le don d'ovocyte? 4. Les différents types de don d ovocyte A. Le don anonyme B. Le don dirigé

Plus en détail

Etat des lieux et perspectives du don d'ovocytes en France

Etat des lieux et perspectives du don d'ovocytes en France Inspection générale des affaires sociales RM2011-024P Etat des lieux et perspectives du don d'ovocytes en France RAPPORT TOME I Établi par Dr Pierre ABALLEA Anne BURSTIN Jérôme GUEDJ Membres de l Inspection

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DES RÉCIPIENDAIRES DE DON D OVULES DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DES RÉCIPIENDAIRES DE DON D OVULES DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS GUIDE D INFORMATION À L INTENTION DES RÉCIPIENDAIRES DE DON D OVULES DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS Cette brochure a été conçue dans le but de répondre à vos questions et vous aider à prendre une décision

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Exploration et Prise en charge d un couple infertile

Exploration et Prise en charge d un couple infertile Exploration et Prise en charge d un couple infertile Florence LESOURD Pôle d Obstétrique, Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Paule de Viguier - Toulouse DIU de Médecine de la Reproduction-Gynécologie

Plus en détail

Sujets ES / L des épreuves Enseignement Scientifique Session 2012 - Nouvelle Calédonie NOURRIR L'HUMANITÉ

Sujets ES / L des épreuves Enseignement Scientifique Session 2012 - Nouvelle Calédonie NOURRIR L'HUMANITÉ Sujets ES / L des épreuves Enseignement Scientifique Session 2012 - Nouvelle Calédonie Durée de l'épreuve : 1 h 30 - Coefficient : 2 L'usage de la calculatrice est strictement interdit. Le candidat doit

Plus en détail

IlliS. Pratique du don d'ovocytes : l'expérience de l'hôpital Antoine-Bée/ère

IlliS. Pratique du don d'ovocytes : l'expérience de l'hôpital Antoine-Bée/ère IlliS NOTE ORIGINALE médecine/sciences 1 995 ; 1 1 : 5 91-600 Pratique du don d'ovocytes : l'expérience de l'hôpital Antoine-Bée/ère Summar y Ovocyte donation : the Antoine Béclère Hospital experience

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou Fausses couches spontanées J Lansac CHU Tours Définition Avortement : expulsion produit de conception avant 22SA ou enfant

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Thromboses artérielles et veineuses dans le cadre de l assistance médicale à la procréation (AMP) : prévention et prise en charge

Thromboses artérielles et veineuses dans le cadre de l assistance médicale à la procréation (AMP) : prévention et prise en charge Recommandation de bonne pratique Thromboses artérielles et veineuses dans le cadre de l assistance médicale à la procréation (AMP) : prévention et prise en charge Méthode «Recommandations par consensus

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 2003 à 2006

Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 2003 à 2006 1 Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 3 à 6 JC Picaud, JB Mariette, P Thevenot Services de Néonatologie de niveau III de Montpellier, Nîmes et Perpignan. * Comme chaque

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme

Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme Partie 2 : reproduction Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme I l aspect de certains organes varie avec le temps 1- Observations directes 2- Observations microscopiques 3- Interactions

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Faut-il rémunérer le don d ovocytes? Quelques éléments de réflexion

Faut-il rémunérer le don d ovocytes? Quelques éléments de réflexion Faut-il rémunérer le don d ovocytes? Quelques éléments de réflexion Journées Jean Cohen Paris, le 21 novembre 2014 francoise.merlet@biomedecine.fr Le don d éléments du corps humain Une situation particulière

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Conférence : La reproduction humaine

Conférence : La reproduction humaine Conférence : La reproduction humaine Aide à la préparation : les connaissances dans les programmes ; quelques épreuves orales d admission relatives au thème Les contenus des programmes Programme de quatrième

Plus en détail

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES AMÉNORRHÉES SECONDAIRES On appelle aménorrhée secondaire une absence de menstruation depuis plus de trois mois chez une patiente antérieurement bien réglée. L'aménorrhée secondaire est beaucoup plus fréquente

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Centre de stérilité masculine et Centre d Études et de Conservation des Œufs et du Sperme humain CECOS Midi-Pyrénées Hôpital Paule de Viguier 330 avenue de Grande-Bretagne CHU de Toulouse 2005 Brochure

Plus en détail

Annexe P.1 : Bulletins de vote

Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.2 : Grille de correction du travail écrit Critères d évaluation Note Introduction du sujet : /6 Définition du clonage Types de clonage Brève explication d une technique

Plus en détail

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE Les premières versions de la loi Bioéthique ne plaçaient pas l'échographie obstétricale et fœtale parmi les examens de diagnostic prénatal. De ce fait, la réalisation de ces examens n'était pas soumise

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances Pilplan-d est efficace à 99% pour la prévention des grossesses, quand il est pris quotidiennement. Chaque plaquette contient un cycle de 28 comprimés

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

Préservation de la fertilité féminine

Préservation de la fertilité féminine Préservation de la fertilité féminine Pr Catherine Poirot, Dr Marie Prades. Service de Biologie de la Reproduction, Hôpital Tenon 75020 Paris. INTRODUCTION Années 1960, 1970 : Majorité des patientes mouraient

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors?

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? elle va pour cela créer des éléments chargées de transmettre un message à son corps (les hormones) : la «relaxine»

Plus en détail

L assistance médicale à la procréation en France en 2010. Dossier de presse

L assistance médicale à la procréation en France en 2010. Dossier de presse L assistance médicale à la procréation en France en 2010 Dossier de presse Mars 2010 1 SOMMAIRE Communiqué de synthèse page 3 PARTIE I AMP : ce qu il faut retenir page 5 Fiche 1 - L AMP : une réponse possible

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

Bienvenue à la Clinique de Fertilité de Mons

Bienvenue à la Clinique de Fertilité de Mons Bienvenue à la Clinique de Fertilité de Mons Le centre hospitalier Ambroise Paré collabore depuis de nombreuses années avec les Cliniques Universitaires de Bruxelles Hôpital Erasme pour vous permettre

Plus en détail

CONFERENCE-DEBAT ORGANISEE PAR L'ASSOCIATION MAIA LES ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DU DON DE GAMETES LE 8 DECEMBRE 2012 A PARIS

CONFERENCE-DEBAT ORGANISEE PAR L'ASSOCIATION MAIA LES ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DU DON DE GAMETES LE 8 DECEMBRE 2012 A PARIS CONFERENCE-DEBAT ORGANISEE PAR L'ASSOCIATION MAIA LES ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DU DON DE GAMETES LE 8 DECEMBRE 2012 A PARIS Animée par Laurence Foucher psychologue bénévole auprès de Maia depuis 2005. Ecoute

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Avis relatif aux recherches et utilisation des embryons humains in vitro à des fins médicales et scientifiques. Rapport.

Avis relatif aux recherches et utilisation des embryons humains in vitro à des fins médicales et scientifiques. Rapport. Avis relatif aux recherches et utilisation des embryons humains in vitro à des fins médicales et scientifiques. Rapport. N 8-15 décembre 1986 Sommaire Avis Recommandations générales Recommandations relatives

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA GESTATION POUR AUTRUI n LC 182 Janvier 2008 - 3 - LA GESTATION POUR AUTRUI Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Foire aux questions Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose à faire?

Foire aux questions Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose à faire? Foire aux questions DSDEN = Direction des services départementaux de l'éducation nationale (ex I.A.) Je n'ai pas de CM2 (mon école est dans un RPI, les CM sont dans un autre village). J'ai quelques chose

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Contraception, espacement des naissances. IFMT-H.Barennes.Sémin Mère- Enfant 2004

Contraception, espacement des naissances. IFMT-H.Barennes.Sémin Mère- Enfant 2004 Contraception, espacement des naissances 1 Définition Eviter la conception d`un embryon Espacement des naissances =programmation des naissances = régulation des naissances Eviter une grossesse (G) non

Plus en détail

Le Transfert sélectif d un seul embryon à la suite de la fécondation

Le Transfert sélectif d un seul embryon à la suite de la fécondation DIRECTIVE CLINIQUE COMMUNE SOGC SCFA N o 241, avril 2010 Le Transfert sélectif d un seul embryon à la suite de la fécondation La présente directive clinique a été rédigée par le comité commun Société des

Plus en détail

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs.

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs. Castration 1- Généralités 2- Stérilisation des chiennes 3- Castration des chiens 4- Castration des chats 5- Castration des lapins et des cobayes 1- Généralité s La castration consiste à enlever les glandes

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral intramusculaire

GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral intramusculaire ésumé des Caractéristiques du Produit 1 sur 5 21/09/2010 14:31 Mis à jour : 16/02/2010 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

AVIS N 75. Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi

AVIS N 75. Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 75 Questions éthiques soulevées par le développement de l'icsi Le CCNE a été saisi par Claire Brisset, Défenseure

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

Techniques de préservation de la fertilité chez la femme en âge de procréer

Techniques de préservation de la fertilité chez la femme en âge de procréer le point sur Techniques de préservation de la fertilité chez la femme en âge de procréer Les progrès des traitements oncologiques permettent à un nombre croissant de femmes chez qui un cancer a été diagnostiqué

Plus en détail

Dépistage drépanocytose. Édition 2009

Dépistage drépanocytose. Édition 2009 Dépistage drépanocytose Édition 2009 ÊTre hétérozygote et alors Madame, Monsieur, Comme tous les nouveau-nés, votre bébé a eu un prélèvement de sang au talon. Ce prélèvement a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2010 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L Durée de l épreuve : 1h 30 Coefficient : 2 Ce sujet comporte 9 pages numérotées de 1/9 à 9/9 Ce sujet comporte page 5/9 une ANNEXE à

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Item 30 : Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Item 30 : Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Item 30 : Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 Table des matières Pré-Requis... 4 OBJECTIFS...

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

Les INSÉMINATIONS INTRA-UTÉRINES

Les INSÉMINATIONS INTRA-UTÉRINES 1 Équipe AMP La Sagesse Rennes DOSSIER GUIDE Les INSÉMINATIONS INTRA-UTÉRINES COMPOSITION DE L'EQUIPE DE FECONDATION IN VITRO 2 L'équipe de Fécondation in vitro est multidisciplinaire et son bon fonctionnement

Plus en détail

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 112 Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Directeurs de laboratoires d analyses médicales Décisions UNCAM du 9 juin et du 6 juillet 2009 Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Référence :

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Le programme complémentaire santé le plus complet: Meuhedet See

Le programme complémentaire santé le plus complet: Meuhedet See Le programme complémentaire santé le plus complet: Meuhedet See Chers adhérents, Le programme de la complémentaire santé Meuhedet See est à la fois complet et révolutionnaire, il a pour but de procurer

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une mucoviscidose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a révélé que votre bébé pouvait être atteint de mucoviscidose. Le test de la sueur vient de confirmer

Plus en détail

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites Le pôle ORG Bordeaux! Pr Claude HOCKE Pôle d Obstétrique-Reproduction-Gynécologie Centre Aliénor d Aquitaine CHU Bordeaux OBJECTIFS

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

Les avantages du programme complémentaire santé Meuhedet Adif

Les avantages du programme complémentaire santé Meuhedet Adif Les avantages du programme complémentaire santé Meuhedet Adif Chers adhérents, C est avec le souci de procurer un mieux-être à ses adhérents que Meuhedet a mis au point son programme complémentaire santé

Plus en détail

Gestion éthique des banques de recherche

Gestion éthique des banques de recherche Gestion éthique des banques de recherche Jean-Marie Therrien, Ph.D. Président du Comité d éthique de la recherche, CHU Sainte-Justine 30 octobre 2012 Plan Justification éthique et scientifique Principes

Plus en détail