I. Une nouvelle loi anti-discrimination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Une nouvelle loi anti-discrimination"

Transcription

1 Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (par le Service discriminations non raciales de ce Centre) I. Une nouvelle loi anti-discrimination Au mois de février 2003, la loi anti-discrimination a été adoptée en Belgique 1. (Pour éviter de répéter des informations déjà données, nous renvoyons le lecteur au Défi No. 16 p ; 23) II. Le travail de l équipe discriminations non raciales au Centre pour l égalité des chances Ainsi, comme cela a été précisé précédemment, la loi du 25 février 2003 a élargi les compétences du Centre pour l égalité des chances et la lutte pour le racisme, créé en 1993, afin qu il traite toutes les discriminations prévues par la loi, excepté celles sur base du genre. Le Centre est donc chargé d accueillir les plaignants, de les accompagner, de proposer des conciliations, des médiations et en cas de situation discriminatoire avérée où la médiation a échoué, de porter l affaire en justice. Le Centre a également pour mission d informer, de sensibiliser le public, et tous les acteurs intéressés. Il fait aussi des recommandations aux autorités compétentes. Le nouveau service "discriminations non raciales" du Centre fonctionne depuis un an. Nous pouvons constater que le handicap et l état de santé représente 50% des dossiers ouverts dans le service. Il s agit surtout de problèmes d accessibilité, d emploi et d assurances. Le Centre privilégiant la conciliation ou la médiation n a porté jusqu à présent qu un seul cas en justice pour discrimination basée sur le handicap (cas d une personne malvoyante refusée dans un restaurant à cause de son chienguide). L équipe du service "discrimination non raciales" se compose de 8 personnes : un coordinateur, une coordinatrice adjointe et 6 collaborateurs (néerlandophones et francophones) pour traiter tous les motifs de discrimination inscrits dans la loi. III. Discriminations et assurances A. Application de la loi du 25 février 2003 au secteur des assurances La loi du 25 février 2003 définit la discrimination directe et indirecte. Parmi les motifs de discrimination directe et indirecte, la loi précitée a introduit notamment le sexe, l âge, l état de santé actuel ou futur et le handicap. 1 Loi du 25 février 2003 tendant à lutter contre la discrimination et modifiant la loi du 15 février 1993 créant un centre pour l égalité des chances et la lutte contre le racisme, M.B

2 Le système d assurance entre dans le champ d application de la loi du 25 février 2003 car il constitue une offre de service au public. Le système en lui-même repose sur la prise en charge par les organismes assureurs des risques divers encourus par leurs clients. Il s agit du principe du transfert des risques. En contrepartie, l assureur exige de la part de l assuré, le payement de primes. L évaluation du montant de ces primes dépend de la classification de l assuré dans un groupe de déterminé justement en fonction de la probabilité plus ou moins grande de la survenance du risque pour lequel ils se sont assurés. Pour d importants types d assurances tels l assurance-vie (dont le fondement est justement la durée de la vie humaine) ou encore, l assurance hospitalisation (dont le fondement est l état de santé des assurés), les assureurs utilisent spécifiquement les critères de l âge, de l état de santé ou de l existence ou non d un éventuel handicap ou même du sexe (grossesses possibles ou non pour l assurance hospitalisation) dans le chef de l assuré afin de déterminer si l assuré peut être admis à l assurance ainsi que la catégorie dans laquelle celui-ci va être classifié (groupes de personnes avec un niveau de risque semblable et montant plus ou moins élevé des primes à payer). Les questionnaires d admission à l assurance-vie sont en effet basés sur l âge, le sexe et l état de santé de la personne au moment de la souscription de l assurance. De plus, certains questionnaires portent également sur les antécédents familiaux de futurs assurés afin de déterminer la présence ou non de maladies héréditaires dans la famille et donc de bénéficier d informations sur l état de santé futur de la personne à assurer. Les statistiques utilisées par les assureurs permettent de déterminer globalement le taux de réalisation du risque (décès, maladie) pour le groupe mais pas pour chacun des individus. B. D autres dispositions légales s appliquent dans le domaine des assurances De nombreuses dispositions légales touchent la matière des assurances. Celles-ci doivent être appliquées en combinaison avec la loi du 25 février Parmi les principales dispositions légales, nous citerons la loi sur la protection de la vie privée qui vise à la protection du traitement des données à caractère personnel et à limiter l usage des données médicales, la loi sur les assurances terrestres qui interdit la réalisation de tests génétiques dans la domaine des assurances et encore la loi sur les droits du patient qui détermine notamment les modalités de communication des dossiers médicaux. A côté de ces dispositifs législatifs, les principes généraux de bonne foi et d équilibre des prestations en matière d assurances doivent être combinés avec la jurisprudence récente rendue en matière d assurance à l issue de procédures initiées par Test-Achat 2. 2 Trib. Commerce de Bxl, c/ Fortis AG: "l assureur peut exclure de la couverture hospitalisation une maladie préexistante à condition que cette exclusion soit limitée dans la durée, la garantie devant alors être accordée après l écoulement du délai fixé. (en général 2 à 3 ans)"; Trib. Comm. BXL, c / DKV : "le fait d exclure de la couverture des maladies dont l assuré est porteur sans le savoir porte atteinte à l équivalence des prestations entre les parties car l assuré paye des primes pendant des années et se croit couvert et au moment de son hospitalisation il se rend compte qu il est exclu car la maladie existait avant son contrat alors qu il ne pouvait pas le savoir".

3 C. Quelles sont les implications de la loi anti-discrimination dans le domaine des assurances, spécifiquement quant à la pratique de segmentation des risques en matière d assurance? 1. Quant à la détermination du risque à assurer : Caractère nécessaire, adéquat et proportionné des critères utilisés par l assureur pour segmenter les risques La loi anti-discrimination n a pas pour objectif d imposer aux compagnies d assurances de ne plus utiliser ces critères pour classifier les assurés potentiels. En revanche, elle leur impose de donner à ces critères une place adéquate compte tenu de la situation de l assuré et du type d assurance à pourvoir. Il est évident que pour la détermination du risque, les critères basés sur l état de santé actuel de l assuré ne vont pas jouer le même rôle et donc être justifiés de la même manière dans le cas d une assurance incendie, d une assurance hospitalisation ou d une assurance soins de santé. Les critères relatifs à l état de santé futur doivent être considérés avec plus de méfiance. C est le cas des questionnaires relatifs à l anamnèse familiale. Leur utilisation et le traitement des données qu ils contiennent peut être conforme à la loi sur la protection de la vie privée mais peuvent entrer en conflit avec la loi anti-discrimination. Ils visent en effet l obtention d informations sur la santé des parents et sur les causes de leur décès. Or, ces informations ne donnent aux assureurs, qu une idée sur la survenance de maladies potentielles (à pourcentage variable) chez le futur assuré. Il s agit en fait d un pari sur leur santé future dont l usage pour déterminer le risque à assurer semble disproportionné. 2. Quant à la détermination de la mesure prise par l assureur : Caractère nécessaire, adéquat et proportionné des mesures prises par l assureur à l égard de certains groupes de risques Lorsqu il a procédé à la segmentation des risques, l assureur est à même de prendre une mesure à l égard de certains groupes à risques : refus d assurance ; surprime ; exclusion de certains risques (ex : si une personne avec une hernie demande une assurance hospitalisation, l assureur refusera d assurer tous les risques liés au dos) ; mesures de prévention (ex : dans le cas de l assurance auto, obliger les plus de 70 ans à prendre des heures de cours de conduite ; enquête de risques Il s agira, pour lui, compte tenu également du fait que le système de l assurance volontaire est un système dans lequel l assureur vend un produit commercial et donc veut et doit faire des bénéfices et limiter ses pertes, d adopter à l égard du demandeur d assurance, la mesure qui ne lèse pas de manière disproportionnée, les intérêts de l assuré. La loi anti-discrimination implique donc les obligations suivantes dans le chef de l assureur : - L obligation de prendre la mesure la plus juste par rapport à la situation de l assuré - L obligation de prise en compte du risque réel encouru par l assuré - L obligation de prendre une mesure adéquate, nécessaire et proportionnée par rapport à ce risque réel

4 Un exemple concret permet d illustrer ces obligations : Un père de famille a une assurance collective hospitalisation avec son travail. Un transfert de l assurance à une autre compagnie par la société qui emploie est réalisé. La nouvelle compagnie d assurance assure toute la famille sauf un des enfants atteints du syndrome de Down. Ce refus constitue une mesure disproportionnée de la part de l assureur. En effet, les risques de voir cet enfant hospitalisé de manière plus fréquente que les autres membres de sa famille sont médicalement très minimes et ne peuvent justifier un refus d assurance. La loi anti-discrimination doit donc amener les assureurs à une segmentation plus précise des mauvais risques ainsi qu à plus d inventivité dans les mesures prises Ex : primes en deux temps (surprime dégressive ou annulée après une certaine période) 3. Quant à la motivation de la décision de l assureur Une des conséquences majeures de la loi anti-discrimination réside dans le fait que la vérification du caractère objectif et raisonnable de la décision impose aux assureurs la motivation de leurs mesures au cas par cas. A défaut de motivation en effet, ils ne pourront arguer du caractère objectif et raisonnable des différences de traitement pratiquées. Une telle motivation s impose au cas par cas, par exemple sur base de statistiques parlantes et sur base de leur propre portefeuille d assurance. Cela signifie notamment que l assureur utilise des statistiques parlantes à une échelle nationale et non mondiale comme c est trop souvent le cas. En effet, les circonstances du suivi médical peuvent différer fondamentalement d un pays à l autre. Ainsi, au Canada et en Europe, suite à l évolution des traitements en trithérapie, on tend aujourd hui à considérer les patients séropositifs comme des malades chroniques. Cette situation ne prévaut cependant pas au niveau mondial. En outre, il s impose que les statistiques utilisées quant à l évolution de telle ou telle maladie tiennent compte de l évolution de la médecine dans le temps et, partant, qu elles soient suffisamment récentes. D. Quelles pistes peuvent être proposées pour lutter contre les discriminations en matière d assurance? Au titre de piste de réflexion, on peut considérer que l impact de la loi Anti-discrimination en matière d assurance devrait idéalement conduire à la réalisation par les assureurs d une segmentation des risques plus précise lorsqu ils sont confrontés à des "risques accrus". Cette individualisation accrue pourrait être réalisée via une évaluation régulière de la maladie en question et, moyennant le cas échéant, en cas d évaluation négative, un recours à un collège de médecins institués par la loi. Une telle individualisation, réservée à certains risques s inscrit en effet dans l esprit de la loi antidiscrimination qui tend à éviter les généralisations discriminantes. Ainsi dans le cas de bon nombre de maladies, telle par exemple le diabète de type 2 (diabète non insulino-dépendant), le traitement administré au malade a une très grande importance, certains médicaments qui diminuent en effet fortement les risques d hypoglicémie ou ceux liés à un taux trop bas de sucre dans le sang en régulant le taux d insuline. En outre, on constate médicalement que le mode de vie des malades est très important (régime alimentaire, exercice physique...) dans l évolution de la maladie. On constate toutefois que de nombreux assureurs refusent totalement de couvrir ce type

5 de malades en terme d assurance hospitalisation par exemple. Au regard de la loi anti-discrimination, ce refus pur et simple pourrait être jugé disproportionné. A la solution de l exclusion des risques pourrait être substituée la piste de la réévaluation périodique de ceux-ci. Afin de respecter le principe de non-discrimination, la piste du renforcement de la segmentation pour les risques aggravés pourrait être accompagnée d une adaptation des mesures prises par les organismes assureurs permettant par exemple une évaluation des primes d assurances en deux temps. Enfin, en vue de garantir de manière structurelle un droit à l assurance pour tous, même dans le cas de risques très lourds, l élargissement des domaines d intervention du bureau de tarification instauré aujourd hui exclusivement en matière d assurances automobiles est souhaitable. E. Application des principes dégagés au cas de la maladie de Huntington : 1. Première hypothèse : Il s agit de la situation de la personne qui sait qu elle porte le gène Huntington et donc qu elle va être malade mais ne sait pas quand cela va survenir. Cette personne souhaite obtenir une assurance-vie, assurance auto, assurance hospitalisation. Dans ce cadre, elle est amenée à remplir un questionnaire médical relatif à son état de santé actuel (maladies préexistantes) et à son état de santé passé. Le critère est adéquat dans les trois types d assurance. Il a une importance prépondérante dans le cadre de l assurance vie (information sur les chances de survie) et de l assurance hospitalisation. Selon la règle de la bonne foi dans l exécution des conventions, la personne est tenue de donner à l assureur toutes les informations nécessaires à l évaluation du risque à couvrir. En vertu du principe de bonne foi, elle doit parler de sa maladie. Quelles mesures peuvent être prises par les assurances en conformité avec les exigences de la loi AD? La maladie est évolutive donc on peut imaginer que l assureur reste en conformité avec la loi antidiscrimination si : - Pour l assurance auto : Il procède à l évaluation du stade de la maladie et établit des primes adaptées en fonction de l évolution de celle-ci. Il peut également prévoir des contrôles médicaux plus réguliers en raison de l aggravation du risque. Néanmoins, un refus d assurance a priori constitue une discrimination à l égard du demandeur d assurance car la mesure prise est disproportionnée. - Pour l assurance hospitalisation : L évolution de la maladie est connue mais les risques réels d hospitalisations restent indéterminés. Il y a donc lieu d adopter le même raisonnement que pour l assurance auto et d admettre une évaluation régulière des risques moyennant éventuellement l exclusion de certains risques particuliers en fonction de l évolution du stade de la maladie ( ex : hospitalisations pour des accidents dus à la perte d équilibre ) - Pour l assurance vie : On sait que dans le cas de la maladie de Huntington, le pronostic de décès est généralement établi à 15 ou 20 ans.

6 Il y a lieu de procéder à l appréciation du caractère disproportionné de la mesure de refus d assurance en fonction de l âge du candidat et du stade de la maladie (ex : pour un candidat malade depuis 10 ans au moment ou il demande son assurance vie, une mesure de refus peut être justifiée). L assureur pourrait légitimement demander à l assuré de payer une surprime pendant les premières années d assurance et prévoir explicitement une diminution de celle-ci quant l assuré a atteint un certain âge (par ex : dans le cas où l assuré est malade depuis 2 ans au moment où il demande son assurance-vie). 2. Deuxième hypothèse : Il s agit d un candidat assuré qui ne sait pas s il a le gène de la maladie de Huntington ou non. On rappellera l interdiction pour l assureur de demander des tests génétiques. On rappellera également l interdiction pour l assureur d exiger de la part de l assuré la communication d un test antérieur On précisera en outre que les questionnaire relatifs à l anamnèse familiale sont en contradiction avec la loi AD car ils constituent un pari sur l état de santé futur de la personne et sont disproportionnés par rapport au but à atteindre : la majorité des maladies transmissibles par les parents ne le sont que dans des proportions incertaines. (Pour Huntington : 50%). 3. Troisième hypothèse : Il s agit d un candidat qui sait qu il n a pas le gène mais dont un des ascendants est mort de la maladie de Huntington Si il répond au questionnaire relatif aux antécédents familiaux, l assureur connaît alors le fait que l un de ses ascendants est mort de la maladie de Huntington. Seul un test génétique pourrait démontrer avec certitude que le candidat assuré ne sera pas malade. On rappellera que ni l assureur ne peut demander la production de ce test et, dans le souci de ne pas discriminer ceux qui ne peuvent produire les résultats d un test négatif, et que ni l assuré ne peut produire spontanément les résultats d un tel test. F. Conclusions Comme l expliquent les lignes qui précèdent, l application de la loi anti-discrimination permettra de réduire les situations de discriminations injustifiées dans le domaine des assurances, notamment en introduisant, dans l analyse des dossiers, une segmentation accrue des mauvais risques. Cependant, il y a lieu de rappeler que si la loi anti-discrimination pourra certes permettre d infléchir certaines pratiques discriminatoires dans le domaine des assurances privées, une des pistes qui permettrait à terme de couvrir davantage les personnes qui aujourd hui ne peuvent bénéficier de la possibilité de s assurer pourrait être l instauration d un système de solidarité découlant par exemple de l extension du domaine d intervention du bureau de tarification. Centre pour l égalité des chances et la lutte contre le racisme Service discriminations non raciales

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile Annexe B pour les règles de souscription de l assurance-automobile Émis avec le Bulletin No. A-09/03 I.A.R.D. - Auto ommission des services financiers de l Ontario 29 juillet 2003 pour les règles de souscription

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS LES DIX QUESTIONS DU MEDECIN LIBERAL SUR LES FORMULAIRES ET CERTIFICATS REQUIS PAR LES COMPAGNIES D ASSURANCE DES PATIENTS «L information médicale est nécessaire à l assureur que ce soit pour l évaluation

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics RÉGIME D ASSURANCE

Plus en détail

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Éléments de la rémunération 3 1.1 Commission de production sur contrats d assurance vie... 3 1.2 Revenu de service acquis sur contrats d assurance vie... 3 1.3 Commission de

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION A- DEFINITIONS 1) AUTORITE MEDICALE Toute personne titulaire, à la connaissance de l assuré, d un diplôme de médecin ou de chirurgien en état de validité dans le pays où

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE

L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE Droit de l UE relatif à l égalité entre les femmes et les hommes séminaire pour praticiens Christine Tomboy Justice Introduction Affaire pilote Implications

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 1/7 Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 Objet: demande d avis sur le projet d arrêté royal réglant certains contrats d assurance visant à garantir le remboursement du capital d un crédit hypothécaire (CO-A-2013-006)

Plus en détail

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales :

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales : Fiche Info Financière assurance-vie pour des assurances liées à des fonds d investissement Optilife 2 Luxembourg Type d assurance-vie Garanties Garanties principales : Optilife 2 Luxembourg est un contrat

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM CCA 34 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM Bruxelles, le 20 novembre 2013 2 Avis sur des clauses relatives à la charge de

Plus en détail

REGLEMENT DE SINISTRES I.COMMENTAIRES

REGLEMENT DE SINISTRES I.COMMENTAIRES REGLEMENT DE SINISTRES I.COMMENTAIRES L enquête d Assuralia (anciennement UPEA) sur l image de l assurance (Meta Qualitative Research/Significant, 2000) démontre que la confiance des preneurs d assurance

Plus en détail

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4936 Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

N 56 version française mai 2004. Vie

N 56 version française mai 2004. Vie Vie N 56 version française mai 2004 1. MODIFICATION DE LA CLAUSE BÉNÉFICIAIRE : UN COUP DE FIL SUFFIT-IL? Cour d appel de Bruxelles, 19 juin 2003, Bulletin des Assurances, 2004, p. 111 ; L Assurance au

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen Conférence sur la Directive 2004/113/CE ActuriaCnam, Paris 31 mai 2012 Christine Tomboy Introduction 1. Un arrêt qui fait date Des conséquences

Plus en détail

Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie

Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie Assurance-vie essentielle pour enfants Premiers Pas Dans la présente police, «nous» et «nos» renvoient à Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie. Nous nous engageons

Plus en détail

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 4 mai 2012 N de pourvoi: 11-12775 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Credo21 Safe Dynamic (Plan)

Credo21 Safe Dynamic (Plan) le placement, c'est notre métier Credo21 Safe Dynamic (Plan) Conditions générales Credo21 version 1.0 Contenue Article 1 Définitions 3 Article 2 Cadre juridique 3 Article 3 Prise d'effet 3 Article 4 Réalisation

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA Convention La durée du contrat est fixée aux conditions particulières. Elle ne peut excéder un an. A chaque échéance annuelle, le contrat est reconduit tacitement pour des périodes consécutives d un an.

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires MÉMOIRE DE L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DESTINÉ AU SURINTENDANT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES DE L ALBERTA, MINISTÈRE DES FINANCES DE

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION. 2) SINISTRE La réalisation de l événement susceptible de mettre en jeu la garantie de l assureur.

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION. 2) SINISTRE La réalisation de l événement susceptible de mettre en jeu la garantie de l assureur. CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION A- DEFINITIONS 1) AUTORITE MEDICALE Toute personne titulaire, à la connaissance de l assuré, d un diplôme de médecin ou de chirurgien en état de validité dans le pays où

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Temporaire Pure à 100 ans. Pour être en vigueur, la police doit être accompagnée d une Page de renseignements sur la police valide.

Temporaire Pure à 100 ans. Pour être en vigueur, la police doit être accompagnée d une Page de renseignements sur la police valide. Temporaire Pure à 100 ans Pour être en vigueur, la police doit être accompagnée d une Page de renseignements sur la police valide. 1. DÉFINITIONS Par vous et votre, nous entendons la personne qui est titulaire

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Conditions générales Claim it

Conditions générales Claim it * * * Conditions générales Claim it Dernière version du 30 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Article 1 Identité de l entreprise Article 2 Champ d application et conditions Article 3 Offre et ordre de service

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Question N 2 1. Quelles sont les catégories de véhicules à moteur pour lesquelles l assurance est obligatoire?

Question N 2 1. Quelles sont les catégories de véhicules à moteur pour lesquelles l assurance est obligatoire? Page 1 of 5 P : Portugal Question N 1 Quelle est la date de la loi ayant introduit l assurance responsabilité civile automobile obligatoire et celle de son entrée en vigueur? Décret-Loi n 408/79 du 25

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454 Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1258 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Déclaration du salarié Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION

COMMUNICATION DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.12.2011 C(2011) 9497 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION Lignes directrices sur l application de la directive 2004/113/CE du Conseil dans le secteur des assurances,

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 entreprise d assurance mutuelle agréée par l Office de Contrôle des Assurances sous le code 0126 (A.R. 04 et 13.07.1979 M.B. 14.07.1979)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Document 205103 OBJET : Élaboration des tables de mortalité de l industrie pour l assurance-vie individuelle grande branche

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow Égalité de rémunération pour un travail de même valeur Professor Noreen Burrows University of Glasgow L égalité de rémunération dans le droit de l UE - contexte Article 119 du traité de Rome Chaque État

Plus en détail

Assurance de groupe assurance complémentaire du risque d invalidité Conditions générales

Assurance de groupe assurance complémentaire du risque d invalidité Conditions générales Assurance de groupe assurance de groupe sommaire chapitre 1: étendue de l assurance art. 1. objet de l assurance art. 2. durée des prestations art. 3. base de calcul des prestations art. 4. fixation de

Plus en détail

Police d assurance vie Acceptation garantie CIBC

Police d assurance vie Acceptation garantie CIBC Police d assurance vie Acceptation garantie CIBC PÉRIODE D EXAMEN DE 30 JOURS En tant que Titulaire, vous pouvez annuler la présente Police en tout temps en nous appelant au numéro indiqué ci-dessous ou

Plus en détail

Introduction Son mécanisme

Introduction Son mécanisme La rente-assurance Introduction L une des préoccupations de nombreuses personnes âgées est de maximiser leurs sources de revenu de retraite régulier sans devoir réduire le montant qu ils destinent à leurs

Plus en détail

Les garanties facultatives ajoutez du zeste à votre programme d avantages sociaux!

Les garanties facultatives ajoutez du zeste à votre programme d avantages sociaux! Les garanties facultatives ajoutez du zeste à votre programme d avantages sociaux! A S S U R A N C E C O L L E C T I V E Les garanties personnelles Les garanties facultatives sont depuis toujours un excellent

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

Présenté à la : Commission de la culture

Présenté à la : Commission de la culture Mémoire relatif au projet de loi 122 Loi modifiant la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est :

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est : Spécimen de questionnaire d examen CET EXAMEN PORTE SUR LA MATIÈRE CONTENUE DANS LES DEUX COURS SUIVANTS : C12 : L assurance des biens et C12 : L assurance des biens, 1 re partie IMPORTANT : Vous disposez

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4991 Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 41 de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre, posée par le

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation ACCES AUX ASSURANCES Dominique Thirry, juriste spécialisée en droit de la santé, Juris Santé Séverine Levrat, juriste spécialisée en droit de la santé et droit des assurances, Juris Santé Jean-Luc Bonnay,

Plus en détail

Directive relative aux assurances perte de gain pour les partenaires de distribution

Directive relative aux assurances perte de gain pour les partenaires de distribution innova Versicherungen AG Case postale 3073 Gümligen Directive relative aux assurances perte de gain pour les partenaires de distribution externes. 1. Intervalle de temps pour l envoi de conventions d affiliation

Plus en détail

La valeur probante du rapport médical. Valeur probante du rapport médical

La valeur probante du rapport médical. Valeur probante du rapport médical Et après l expertise médicale? La valeur probante du rapport médical Journée annuelle de l Arpem 2013 Tania Di Ferro Demierre, Juge à la Cour des assurances sociales du Tribunal cantonal vaudois Valeur

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES Procédure 2600-040 TITRE : ADOPTION : Procédure concernant la sécurité lors de la mobilité étudiante internationale Comité de direction de l Université Résolution : CD-2012-07-10-23 ENTRÉE EN VIGUEUR :

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Les assurances directes- Rapport français

Les assurances directes- Rapport français Les assurances directes- Rapport français Agnès Pimbert Maître de conférences à l Université de Poitiers, Equipe de recherche en droit privé (EA 1230) L assurance directe désigne le mécanisme d indemnisation

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Août 2012 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail