I. Une nouvelle loi anti-discrimination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Une nouvelle loi anti-discrimination"

Transcription

1 Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (par le Service discriminations non raciales de ce Centre) I. Une nouvelle loi anti-discrimination Au mois de février 2003, la loi anti-discrimination a été adoptée en Belgique 1. (Pour éviter de répéter des informations déjà données, nous renvoyons le lecteur au Défi No. 16 p ; 23) II. Le travail de l équipe discriminations non raciales au Centre pour l égalité des chances Ainsi, comme cela a été précisé précédemment, la loi du 25 février 2003 a élargi les compétences du Centre pour l égalité des chances et la lutte pour le racisme, créé en 1993, afin qu il traite toutes les discriminations prévues par la loi, excepté celles sur base du genre. Le Centre est donc chargé d accueillir les plaignants, de les accompagner, de proposer des conciliations, des médiations et en cas de situation discriminatoire avérée où la médiation a échoué, de porter l affaire en justice. Le Centre a également pour mission d informer, de sensibiliser le public, et tous les acteurs intéressés. Il fait aussi des recommandations aux autorités compétentes. Le nouveau service "discriminations non raciales" du Centre fonctionne depuis un an. Nous pouvons constater que le handicap et l état de santé représente 50% des dossiers ouverts dans le service. Il s agit surtout de problèmes d accessibilité, d emploi et d assurances. Le Centre privilégiant la conciliation ou la médiation n a porté jusqu à présent qu un seul cas en justice pour discrimination basée sur le handicap (cas d une personne malvoyante refusée dans un restaurant à cause de son chienguide). L équipe du service "discrimination non raciales" se compose de 8 personnes : un coordinateur, une coordinatrice adjointe et 6 collaborateurs (néerlandophones et francophones) pour traiter tous les motifs de discrimination inscrits dans la loi. III. Discriminations et assurances A. Application de la loi du 25 février 2003 au secteur des assurances La loi du 25 février 2003 définit la discrimination directe et indirecte. Parmi les motifs de discrimination directe et indirecte, la loi précitée a introduit notamment le sexe, l âge, l état de santé actuel ou futur et le handicap. 1 Loi du 25 février 2003 tendant à lutter contre la discrimination et modifiant la loi du 15 février 1993 créant un centre pour l égalité des chances et la lutte contre le racisme, M.B

2 Le système d assurance entre dans le champ d application de la loi du 25 février 2003 car il constitue une offre de service au public. Le système en lui-même repose sur la prise en charge par les organismes assureurs des risques divers encourus par leurs clients. Il s agit du principe du transfert des risques. En contrepartie, l assureur exige de la part de l assuré, le payement de primes. L évaluation du montant de ces primes dépend de la classification de l assuré dans un groupe de déterminé justement en fonction de la probabilité plus ou moins grande de la survenance du risque pour lequel ils se sont assurés. Pour d importants types d assurances tels l assurance-vie (dont le fondement est justement la durée de la vie humaine) ou encore, l assurance hospitalisation (dont le fondement est l état de santé des assurés), les assureurs utilisent spécifiquement les critères de l âge, de l état de santé ou de l existence ou non d un éventuel handicap ou même du sexe (grossesses possibles ou non pour l assurance hospitalisation) dans le chef de l assuré afin de déterminer si l assuré peut être admis à l assurance ainsi que la catégorie dans laquelle celui-ci va être classifié (groupes de personnes avec un niveau de risque semblable et montant plus ou moins élevé des primes à payer). Les questionnaires d admission à l assurance-vie sont en effet basés sur l âge, le sexe et l état de santé de la personne au moment de la souscription de l assurance. De plus, certains questionnaires portent également sur les antécédents familiaux de futurs assurés afin de déterminer la présence ou non de maladies héréditaires dans la famille et donc de bénéficier d informations sur l état de santé futur de la personne à assurer. Les statistiques utilisées par les assureurs permettent de déterminer globalement le taux de réalisation du risque (décès, maladie) pour le groupe mais pas pour chacun des individus. B. D autres dispositions légales s appliquent dans le domaine des assurances De nombreuses dispositions légales touchent la matière des assurances. Celles-ci doivent être appliquées en combinaison avec la loi du 25 février Parmi les principales dispositions légales, nous citerons la loi sur la protection de la vie privée qui vise à la protection du traitement des données à caractère personnel et à limiter l usage des données médicales, la loi sur les assurances terrestres qui interdit la réalisation de tests génétiques dans la domaine des assurances et encore la loi sur les droits du patient qui détermine notamment les modalités de communication des dossiers médicaux. A côté de ces dispositifs législatifs, les principes généraux de bonne foi et d équilibre des prestations en matière d assurances doivent être combinés avec la jurisprudence récente rendue en matière d assurance à l issue de procédures initiées par Test-Achat 2. 2 Trib. Commerce de Bxl, c/ Fortis AG: "l assureur peut exclure de la couverture hospitalisation une maladie préexistante à condition que cette exclusion soit limitée dans la durée, la garantie devant alors être accordée après l écoulement du délai fixé. (en général 2 à 3 ans)"; Trib. Comm. BXL, c / DKV : "le fait d exclure de la couverture des maladies dont l assuré est porteur sans le savoir porte atteinte à l équivalence des prestations entre les parties car l assuré paye des primes pendant des années et se croit couvert et au moment de son hospitalisation il se rend compte qu il est exclu car la maladie existait avant son contrat alors qu il ne pouvait pas le savoir".

3 C. Quelles sont les implications de la loi anti-discrimination dans le domaine des assurances, spécifiquement quant à la pratique de segmentation des risques en matière d assurance? 1. Quant à la détermination du risque à assurer : Caractère nécessaire, adéquat et proportionné des critères utilisés par l assureur pour segmenter les risques La loi anti-discrimination n a pas pour objectif d imposer aux compagnies d assurances de ne plus utiliser ces critères pour classifier les assurés potentiels. En revanche, elle leur impose de donner à ces critères une place adéquate compte tenu de la situation de l assuré et du type d assurance à pourvoir. Il est évident que pour la détermination du risque, les critères basés sur l état de santé actuel de l assuré ne vont pas jouer le même rôle et donc être justifiés de la même manière dans le cas d une assurance incendie, d une assurance hospitalisation ou d une assurance soins de santé. Les critères relatifs à l état de santé futur doivent être considérés avec plus de méfiance. C est le cas des questionnaires relatifs à l anamnèse familiale. Leur utilisation et le traitement des données qu ils contiennent peut être conforme à la loi sur la protection de la vie privée mais peuvent entrer en conflit avec la loi anti-discrimination. Ils visent en effet l obtention d informations sur la santé des parents et sur les causes de leur décès. Or, ces informations ne donnent aux assureurs, qu une idée sur la survenance de maladies potentielles (à pourcentage variable) chez le futur assuré. Il s agit en fait d un pari sur leur santé future dont l usage pour déterminer le risque à assurer semble disproportionné. 2. Quant à la détermination de la mesure prise par l assureur : Caractère nécessaire, adéquat et proportionné des mesures prises par l assureur à l égard de certains groupes de risques Lorsqu il a procédé à la segmentation des risques, l assureur est à même de prendre une mesure à l égard de certains groupes à risques : refus d assurance ; surprime ; exclusion de certains risques (ex : si une personne avec une hernie demande une assurance hospitalisation, l assureur refusera d assurer tous les risques liés au dos) ; mesures de prévention (ex : dans le cas de l assurance auto, obliger les plus de 70 ans à prendre des heures de cours de conduite ; enquête de risques Il s agira, pour lui, compte tenu également du fait que le système de l assurance volontaire est un système dans lequel l assureur vend un produit commercial et donc veut et doit faire des bénéfices et limiter ses pertes, d adopter à l égard du demandeur d assurance, la mesure qui ne lèse pas de manière disproportionnée, les intérêts de l assuré. La loi anti-discrimination implique donc les obligations suivantes dans le chef de l assureur : - L obligation de prendre la mesure la plus juste par rapport à la situation de l assuré - L obligation de prise en compte du risque réel encouru par l assuré - L obligation de prendre une mesure adéquate, nécessaire et proportionnée par rapport à ce risque réel

4 Un exemple concret permet d illustrer ces obligations : Un père de famille a une assurance collective hospitalisation avec son travail. Un transfert de l assurance à une autre compagnie par la société qui emploie est réalisé. La nouvelle compagnie d assurance assure toute la famille sauf un des enfants atteints du syndrome de Down. Ce refus constitue une mesure disproportionnée de la part de l assureur. En effet, les risques de voir cet enfant hospitalisé de manière plus fréquente que les autres membres de sa famille sont médicalement très minimes et ne peuvent justifier un refus d assurance. La loi anti-discrimination doit donc amener les assureurs à une segmentation plus précise des mauvais risques ainsi qu à plus d inventivité dans les mesures prises Ex : primes en deux temps (surprime dégressive ou annulée après une certaine période) 3. Quant à la motivation de la décision de l assureur Une des conséquences majeures de la loi anti-discrimination réside dans le fait que la vérification du caractère objectif et raisonnable de la décision impose aux assureurs la motivation de leurs mesures au cas par cas. A défaut de motivation en effet, ils ne pourront arguer du caractère objectif et raisonnable des différences de traitement pratiquées. Une telle motivation s impose au cas par cas, par exemple sur base de statistiques parlantes et sur base de leur propre portefeuille d assurance. Cela signifie notamment que l assureur utilise des statistiques parlantes à une échelle nationale et non mondiale comme c est trop souvent le cas. En effet, les circonstances du suivi médical peuvent différer fondamentalement d un pays à l autre. Ainsi, au Canada et en Europe, suite à l évolution des traitements en trithérapie, on tend aujourd hui à considérer les patients séropositifs comme des malades chroniques. Cette situation ne prévaut cependant pas au niveau mondial. En outre, il s impose que les statistiques utilisées quant à l évolution de telle ou telle maladie tiennent compte de l évolution de la médecine dans le temps et, partant, qu elles soient suffisamment récentes. D. Quelles pistes peuvent être proposées pour lutter contre les discriminations en matière d assurance? Au titre de piste de réflexion, on peut considérer que l impact de la loi Anti-discrimination en matière d assurance devrait idéalement conduire à la réalisation par les assureurs d une segmentation des risques plus précise lorsqu ils sont confrontés à des "risques accrus". Cette individualisation accrue pourrait être réalisée via une évaluation régulière de la maladie en question et, moyennant le cas échéant, en cas d évaluation négative, un recours à un collège de médecins institués par la loi. Une telle individualisation, réservée à certains risques s inscrit en effet dans l esprit de la loi antidiscrimination qui tend à éviter les généralisations discriminantes. Ainsi dans le cas de bon nombre de maladies, telle par exemple le diabète de type 2 (diabète non insulino-dépendant), le traitement administré au malade a une très grande importance, certains médicaments qui diminuent en effet fortement les risques d hypoglicémie ou ceux liés à un taux trop bas de sucre dans le sang en régulant le taux d insuline. En outre, on constate médicalement que le mode de vie des malades est très important (régime alimentaire, exercice physique...) dans l évolution de la maladie. On constate toutefois que de nombreux assureurs refusent totalement de couvrir ce type

5 de malades en terme d assurance hospitalisation par exemple. Au regard de la loi anti-discrimination, ce refus pur et simple pourrait être jugé disproportionné. A la solution de l exclusion des risques pourrait être substituée la piste de la réévaluation périodique de ceux-ci. Afin de respecter le principe de non-discrimination, la piste du renforcement de la segmentation pour les risques aggravés pourrait être accompagnée d une adaptation des mesures prises par les organismes assureurs permettant par exemple une évaluation des primes d assurances en deux temps. Enfin, en vue de garantir de manière structurelle un droit à l assurance pour tous, même dans le cas de risques très lourds, l élargissement des domaines d intervention du bureau de tarification instauré aujourd hui exclusivement en matière d assurances automobiles est souhaitable. E. Application des principes dégagés au cas de la maladie de Huntington : 1. Première hypothèse : Il s agit de la situation de la personne qui sait qu elle porte le gène Huntington et donc qu elle va être malade mais ne sait pas quand cela va survenir. Cette personne souhaite obtenir une assurance-vie, assurance auto, assurance hospitalisation. Dans ce cadre, elle est amenée à remplir un questionnaire médical relatif à son état de santé actuel (maladies préexistantes) et à son état de santé passé. Le critère est adéquat dans les trois types d assurance. Il a une importance prépondérante dans le cadre de l assurance vie (information sur les chances de survie) et de l assurance hospitalisation. Selon la règle de la bonne foi dans l exécution des conventions, la personne est tenue de donner à l assureur toutes les informations nécessaires à l évaluation du risque à couvrir. En vertu du principe de bonne foi, elle doit parler de sa maladie. Quelles mesures peuvent être prises par les assurances en conformité avec les exigences de la loi AD? La maladie est évolutive donc on peut imaginer que l assureur reste en conformité avec la loi antidiscrimination si : - Pour l assurance auto : Il procède à l évaluation du stade de la maladie et établit des primes adaptées en fonction de l évolution de celle-ci. Il peut également prévoir des contrôles médicaux plus réguliers en raison de l aggravation du risque. Néanmoins, un refus d assurance a priori constitue une discrimination à l égard du demandeur d assurance car la mesure prise est disproportionnée. - Pour l assurance hospitalisation : L évolution de la maladie est connue mais les risques réels d hospitalisations restent indéterminés. Il y a donc lieu d adopter le même raisonnement que pour l assurance auto et d admettre une évaluation régulière des risques moyennant éventuellement l exclusion de certains risques particuliers en fonction de l évolution du stade de la maladie ( ex : hospitalisations pour des accidents dus à la perte d équilibre ) - Pour l assurance vie : On sait que dans le cas de la maladie de Huntington, le pronostic de décès est généralement établi à 15 ou 20 ans.

6 Il y a lieu de procéder à l appréciation du caractère disproportionné de la mesure de refus d assurance en fonction de l âge du candidat et du stade de la maladie (ex : pour un candidat malade depuis 10 ans au moment ou il demande son assurance vie, une mesure de refus peut être justifiée). L assureur pourrait légitimement demander à l assuré de payer une surprime pendant les premières années d assurance et prévoir explicitement une diminution de celle-ci quant l assuré a atteint un certain âge (par ex : dans le cas où l assuré est malade depuis 2 ans au moment où il demande son assurance-vie). 2. Deuxième hypothèse : Il s agit d un candidat assuré qui ne sait pas s il a le gène de la maladie de Huntington ou non. On rappellera l interdiction pour l assureur de demander des tests génétiques. On rappellera également l interdiction pour l assureur d exiger de la part de l assuré la communication d un test antérieur On précisera en outre que les questionnaire relatifs à l anamnèse familiale sont en contradiction avec la loi AD car ils constituent un pari sur l état de santé futur de la personne et sont disproportionnés par rapport au but à atteindre : la majorité des maladies transmissibles par les parents ne le sont que dans des proportions incertaines. (Pour Huntington : 50%). 3. Troisième hypothèse : Il s agit d un candidat qui sait qu il n a pas le gène mais dont un des ascendants est mort de la maladie de Huntington Si il répond au questionnaire relatif aux antécédents familiaux, l assureur connaît alors le fait que l un de ses ascendants est mort de la maladie de Huntington. Seul un test génétique pourrait démontrer avec certitude que le candidat assuré ne sera pas malade. On rappellera que ni l assureur ne peut demander la production de ce test et, dans le souci de ne pas discriminer ceux qui ne peuvent produire les résultats d un test négatif, et que ni l assuré ne peut produire spontanément les résultats d un tel test. F. Conclusions Comme l expliquent les lignes qui précèdent, l application de la loi anti-discrimination permettra de réduire les situations de discriminations injustifiées dans le domaine des assurances, notamment en introduisant, dans l analyse des dossiers, une segmentation accrue des mauvais risques. Cependant, il y a lieu de rappeler que si la loi anti-discrimination pourra certes permettre d infléchir certaines pratiques discriminatoires dans le domaine des assurances privées, une des pistes qui permettrait à terme de couvrir davantage les personnes qui aujourd hui ne peuvent bénéficier de la possibilité de s assurer pourrait être l instauration d un système de solidarité découlant par exemple de l extension du domaine d intervention du bureau de tarification. Centre pour l égalité des chances et la lutte contre le racisme Service discriminations non raciales

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile Annexe B pour les règles de souscription de l assurance-automobile Émis avec le Bulletin No. A-09/03 I.A.R.D. - Auto ommission des services financiers de l Ontario 29 juillet 2003 pour les règles de souscription

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2012 Les principes décrits valent pour tous, que vous soyez : un candidat-assuré qui souhaite conclure une assurance ; un assuré désirant

Plus en détail

Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées

Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées Question 1 : Veuillez fournir des informations sur la situation actuelle des droits des personnes âgées, incluant en particulier les problématiques

Plus en détail

Louer sans discriminer

Louer sans discriminer 1 Louer sans discriminer Guide pratique pour les propriétaires Novembre 2010 2 La présente publication est financée par le programme communautaire pour l emploi et la solidarité sociale (2007-2013). Ce

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons. Numéro du rôle : 4873 Arrêt n 16/2011 du 3 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1675/19 du Code judiciaire, posée par le Tribunal du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays.

Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays. Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays. La situation en matière de pratique assurantielle dans les 5 pays ciblés par l étude (Royaume-Uni, Italie, Allemagne, Danemark

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F13. FORMULAIRES ET CERTIFICATS LES DIX QUESTIONS DU MEDECIN LIBERAL SUR LES FORMULAIRES ET CERTIFICATS REQUIS PAR LES COMPAGNIES D ASSURANCE DES PATIENTS «L information médicale est nécessaire à l assureur que ce soit pour l évaluation

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/137 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007, MODIFIÉE LE 2 FÉVRIER 2010, LE 5 JUILLET 2011 ET LE 7 OCTOBRE 2014,

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Paris, le 17 décembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE

L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE Droit de l UE relatif à l égalité entre les femmes et les hommes séminaire pour praticiens Christine Tomboy Justice Introduction Affaire pilote Implications

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

Extrait du Bulletin de liaison Le Défi n 18, LHFB, Décembre 2004.

Extrait du Bulletin de liaison Le Défi n 18, LHFB, Décembre 2004. Extrait du Bulletin de liaison Le Défi n 18, LHFB, Décembre 2004. QUE PROPOSENT LES ASSURANCES PRIVEES ET QUE FAUT-IL EN PENSER POUR (MIEUX) ASSURER VOTRE AVENIR? Hubert CLAASSENS, Professeur émérite Univ.

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 1/7 Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 Objet: demande d avis sur le projet d arrêté royal réglant certains contrats d assurance visant à garantir le remboursement du capital d un crédit hypothécaire (CO-A-2013-006)

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental.

* Le terme «déficit fonctionnel» ici signifie toute situation de santé d ordre physique ou mental. Faculté de médecine et des sciences de la santé Programme des études médicales prédoctorales PROCÉDURE L admission au doctorat en médecine des candidates ou candidats avec un «déficit fonctionnel» La formation

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Numéros du rôle : 4680 et 4694. Arrêt n 203/2009 du 23 décembre 2009 A R R E T

Numéros du rôle : 4680 et 4694. Arrêt n 203/2009 du 23 décembre 2009 A R R E T Numéros du rôle : 4680 et 4694 Arrêt n 203/2009 du 23 décembre 2009 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 38, 5, des lois relatives à la police de la circulation routière,

Plus en détail

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007.

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007. 1. Définition et Législation HARCELEMENT MORAL Le Harcèlement Moral est un terme juridique, faisant l objet d un cadre et d une définition précis dans le paysage législatif français. Le Harcèlement Moral

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM CCA 34 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM Bruxelles, le 20 novembre 2013 2 Avis sur des clauses relatives à la charge de

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Vu loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, notamment son article 6 ;

Vu loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, notamment son article 6 ; Délibération n 2011-23 du 28 février 2011 Emploi public Indemnité attribuée aux agents affectés dans les départements d outre-mer Etat de santé Handicap- Recommandations La haute autorité a été saisie

Plus en détail

Le VIH/sida, la loi et vous

Le VIH/sida, la loi et vous Le VIH/sida, la loi et vous Protection contre la discrimination Le VIH et le sida sont considérés comme des invalidités comme n importe quel autre état pathologique. Le Code canadien des droits de la personne

Plus en détail

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION A- DEFINITIONS 1) AUTORITE MEDICALE Toute personne titulaire, à la connaissance de l assuré, d un diplôme de médecin ou de chirurgien en état de validité dans le pays où

Plus en détail

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés Emploi des travailleurs handicapés Une obligation, une diversité, des défis partagés Arcat 94-102, rue de Buzenval, 75020 Paris Tél. : 01 44 93 29 29 info@arcat-sante.org www.arcat-sante.org Avec le soutien

Plus en détail

Cas de discrimination dénoncés en 2012

Cas de discrimination dénoncés en 2012 Cas de discrimination dénoncés en 2012 total: 85 cas 4 5 9 36 Erwerbstätigkeit Privatversicherungen 9 Sozialversicherungen Datenschutzverletzungen 11 11 Ausländerrecht Strafbarkeit Diverses activité lucrative

Plus en détail

Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009. Bonne foi et assurance

Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009. Bonne foi et assurance Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009 Bonne foi et assurance Cour de Cassation Paris 19 juin 2008 Conséquences pour l'industrie de l'assurance des restrictions d'information concernant le

Plus en détail

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Extrait du Rapport 62e CDDH, 4-7 avril 2006 CDDH (2006)007, Annexe V RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Introduction 1. Le Groupe de spécialistes sur les droits de l

Plus en détail

REGLEMENT DE SINISTRES I.COMMENTAIRES

REGLEMENT DE SINISTRES I.COMMENTAIRES REGLEMENT DE SINISTRES I.COMMENTAIRES L enquête d Assuralia (anciennement UPEA) sur l image de l assurance (Meta Qualitative Research/Significant, 2000) démontre que la confiance des preneurs d assurance

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics RÉGIME D ASSURANCE

Plus en détail

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Master 2 professionnel Droit des Assurances Université Paris Assas Note obtenue 11,5/20 Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Le contrat tel que défini par l article 1101 du Code Civil est

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 319103 Mentionné dans les tables du recueil Lebon M. Vigouroux, président Mme Agnès Fontana, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement SCP BOULLOCHE ; SCP PEIGNOT, GARREAU,

Plus en détail

L égalité de traitement entre les hommes et les femmes en dehors de l emploi accès à des biens et services

L égalité de traitement entre les hommes et les femmes en dehors de l emploi accès à des biens et services L égalité de traitement entre les hommes et les femmes en dehors de l emploi accès à des biens et services Kristina Koldinská Faculté de droit, Charles Université de Prague L égalité de traitement entre

Plus en détail

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Éléments de la rémunération 3 1.1 Commission de production sur contrats d assurance vie... 3 1.2 Revenu de service acquis sur contrats d assurance vie... 3 1.3 Commission de

Plus en détail

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow Égalité de rémunération pour un travail de même valeur Professor Noreen Burrows University of Glasgow L égalité de rémunération dans le droit de l UE - contexte Article 119 du traité de Rome Chaque État

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4916 Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 42, 2, alinéa 1er, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posées

Plus en détail

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l identité Examinée en séance plénière le 25 octobre 2011 Depuis

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de projet pour les institutions publiques Informations pratiques Nom de l institution publique ayant introduit le projet: Centre pour l Egalité des Chances et la Lutte contre le Racisme Nom du projet

Plus en détail

Le travailleur étranger

Le travailleur étranger Le travailleur étranger Par Mongi TARCHOUNA, Professeur et Doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Sousse. Liberté et égalité, telles sont les valeurs universelles à la réalisation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4298 Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1er, alinéa 1er, a), de la loi du 6 février 1970 relative à la prescription des

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales :

Type d assurance-vie. Garanties Garanties principales : Fiche Info Financière assurance-vie pour des assurances liées à des fonds d investissement Optilife 2 Luxembourg Type d assurance-vie Garanties Garanties principales : Optilife 2 Luxembourg est un contrat

Plus en détail

Comité permanent du droit des brevets

Comité permanent du droit des brevets F SCP/20/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 9 OCTOBRE 2013 Comité permanent du droit des brevets Vingtième session Genève, 27 31 janvier 2014 EXCEPTIONS ET LIMITATIONS RELATIVES AUX DROITS DE BREVET : PRÉPARATION

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées.

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Les seuils de publicité européenne sont ceux à partir des quels les marchés

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4936. Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4936 Arrêt n 21/2011 du 3 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen Conférence sur la Directive 2004/113/CE ActuriaCnam, Paris 31 mai 2012 Christine Tomboy Introduction 1. Un arrêt qui fait date Des conséquences

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4525 Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 13, alinéa 2, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale

Plus en détail

Numéro du rôle : 5510. Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5510. Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5510 Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 6, alinéa 1er, 1, de la loi du 10 avril 1990 réglementant la sécurité privée et

Plus en détail

Politique du personnel de KBC - QFP

Politique du personnel de KBC - QFP - QFP N.-B. Pour obtenir la réponse à une question sélectionnée, cliquez sur le numéro à droite de celle-ci. Pour revenir à la liste de questions, cliquez sur "" à la fin du texte. 1. Comment la satisfaction

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Déclaration du salarié Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 4 mai 2012 N de pourvoi: 11-12775 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Le droit du travail et de l emploi au Canada

Le droit du travail et de l emploi au Canada Le droit du travail et de l emploi au Canada Les changements fréquents qui touchent le droit du travail et de l emploi au Canada posent un défi de taille aux employeurs qui font des affaires ici. À cela

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. Numéro du rôle : 2785 Arrêt n 163/2003 du 10 décembre 2003 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 601bis du Code judiciaire, posée par le Tribunal de police de Dinant. La Cour

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Numéro du rôle : 3045. Arrêt n 90/2005 du 11 mai 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3045. Arrêt n 90/2005 du 11 mai 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3045 Arrêt n 90/2005 du 11 mai 2005 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 20, 39, 1, et 40, 4, de la loi du 7 décembre 1988 portant réforme de l impôt sur

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Edition 2014 Conditions générales d assurance (CGA) Edition 2014, 15.04.2014 page 1/14 Sommaire 1.

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

Conditions générales Claim it

Conditions générales Claim it * * * Conditions générales Claim it Dernière version du 30 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Article 1 Identité de l entreprise Article 2 Champ d application et conditions Article 3 Offre et ordre de service

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE ANNEXE 1 CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LA COLLECTE ET L UTILISATION DE DONNEES RELATIVES A L ETAT DE SANTE EN VUE DE LA SOUSCRIPTION OU L EXECUTION D UN CONTRAT D ASSURANCE Les organismes d assurance

Plus en détail

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION. 2) SINISTRE La réalisation de l événement susceptible de mettre en jeu la garantie de l assureur.

CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION. 2) SINISTRE La réalisation de l événement susceptible de mettre en jeu la garantie de l assureur. CONVENTIONS SPECIALES ANNULATION A- DEFINITIONS 1) AUTORITE MEDICALE Toute personne titulaire, à la connaissance de l assuré, d un diplôme de médecin ou de chirurgien en état de validité dans le pays où

Plus en détail