Efficacité énergétique - Section 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Efficacité énergétique - Section 7"

Transcription

1 Efficacité énergétique - Section 7 Hôtels Niki Hendrikx Laborelec Novembre 2008 GUIDE POWER QUALITY

2 Efficacité énergétique Table des matières 1. Introduction : description générale du secteur hôtelier L hôtellerie dans le secteur tertiaire Utilisation de l énergie selon les différents types d hôtel Données énergétiques d un hôtel Bilan énergétique des hôtels Les principaux consommateurs d énergie dans un hôtel Consommation d énergie des hôtels Relation entre jours de grand froid et consommation d énergie Etudes de cas Conclusion 26 2

3 Hôtels 1. Introduction : description générale du secteur hôtelier Ce guide a pour but de décrire l utilisation de l énergie et les économies d énergie potentielles dans le secteur hôtelier en s appuyant sur des bases théoriques et sur des études de cas pratiques. Les hôtels et les restaurants représentent 9 % de la consommation d énergie totale dans le secteur des bâtiments du secteur tertiaire. Les bâtiments du secteur tertiaire comprennent les bureaux, les magasins, les hôtels, les restaurants, les établissements d enseignement et de santé. Avant d entrer dans les détails de la consommation d énergie d un hôtel, il est souhaitable d avoir une vision claire du secteur tertiaire, de la part de l hôtellerie dans ce secteur, du nombre d hôtels en Europe et des différents types d hôtels. 1.1 L hôtellerie dans le secteur tertiaire Le secteur hôtelier a connu une importante évolution et une grande expansion au cours des dernières décades. Le tourisme est l industrie la plus importante dans l économie mondiale, tant du point de vue des emplois qu en termes de clients. Environ 35 % de la capacité hôtelière mondiale est concentrée en Europe (Union Européenne et Europe du Nord et de l Est). Le tableau 1 ci-après fait apparaître le nombre total d hôtels dans les pays européens en 2006 : 3

4 Efficacité énergétique Hôtels et établissements similaires 2006 Belgique Bulgarie République Tchèque Danemark 473 Allemagne Estonie 341 Irlande Grèce Espagne France Italie Chypre 753 Lettonie 321 Lituanie 338 Luxembourg 277 Hongrie Malte 173 Pays-Bas Autriche Pologne Portugal Roumanie Slovénie 358 Slovaquie 922 Finlande 923 Suède Royaume-Uni Croatie 762 Macédoine 150 Islande 308 Liechtenstein 46 Norvège Suisse Tableau 1 : nombre d hôtels en Europe (2006) (source : Eurostat) Le total général pour l Union Européenne (des 27 pays) atteint hôtels et établissements similaires (tels que motels, auberges, pensions, etc.). De façon à donner une idée de l énergie consommée par l hôtellerie dans le secteur tertiaire, un exemple est pris en Flandre. La répartition pour ce secteur est montrée figure 1 ci-après. Bien sûr, la Flandre n est qu une partie de la Belgique et une petite partie de l Europe, mais les chiffres sont indicatifs pour l ensemble du secteur hôtelier. 4

5 Hôtels Commerce 25% Répartition de l'énergie totale consommée Hôtels et restaurants 9% Santé 13% Enseignement 10% Bureau et administration 31% Services sociaux et services privés 12% Figure 1 : utilisation de l énergie dans le secteur tertiaire (source : VITO) 1.2 Utilisation de l énergie selon les différents types d hôtels Ce guide décrit l utilisation de l énergie dans les hôtels qui ne forment qu une partie du secteur "hôtels et restaurants" du secteur tertiaire. L analyse de la consommation d énergie dans un hôtel doit prendre en compte le type d hôtel. Il existe plusieurs façons de classer les hôtels. Par exemple, il y a les hôtels, les hôtelsappartements, les motels, les auberges, les clubs résidentiels, les pensions, les résidences touristiques, mais une autre façon d observer les hôtels est d en déterminer la taille par leur nombre de chambres (petits hôtels, hôtels moyens, grands hôtels, hôtels faisant partie d une chaîne, par ex. Accor, ou leur confort (climatisation existante ou non, surface des chambres - dépendant du type de chambre ou de suite, existence éventuelle d une piscine intérieure ou extérieure, ), le nombre d étoiles que l hôtel possède (en relation avec son confort), etc. La situation de l hôtel, son environnement et l architecture du bâtiment jouent un grand rôle dans sa consommation d énergie. Ces paramètres déterminent le dimensionnement de l hôtel et la plupart de ses caractéristiques en termes de consommation d énergie. La situation géographique de l'hôtel est importante : distance à la mer, s agit-il d un hôtel rural, urbain, de montagne, situé dans une zone industrielle? La consommation d énergie spécifique d un hôtel est fortement corrélée au type d hôtel. En fait, il existe une multitude de façon de classer les hôtels, mais on utilise généralement leur nombre de chambres et leur catégorie. La répartition est la suivante : 5

6 Efficacité énergétique petites hôtels (moins de 50 chambres) hôtels moyens (de 50 à 150 chambres) grands hôtels (plus de 150 chambres) La répartition par catégorie donne également une idée de la taille des chambres : hôtels 1 et 2 étoiles avec une moyenne de 22m² par chambre hôtels 3 étoiles avec une moyenne de 32m² par chambre hôtels 4 étoiles et hôtels de luxe (5 étoiles) avec une moyenne de 42m² par chambre L espace dans un hôtel peut être divisé en 3 zones à usages différents. D abord, la zoneclient (chambres, toilettes, salles de bains, etc.). Ensuite, la zone publique (réception, bar, restaurant, salles de réunion, piscine, etc.). Et enfin, la zone des services (cuisine, bureaux, réserves, lingerie, etc.). Pour ce qui relève des économies d énergie, ces trois zones doivent être observées séparément, avec des exigences différentes. Le confort est plus important dans la zone-client que dans la zone des services, par exemple. 2. Données énergétiques d un hôtel 2.1 Bilan énergétique des hôtels Environ 40 % de l énergie consommée dans un hôtel est de l électricité, dont 60 % est produite à partir de gaz naturel et de fioul. Plusieurs systèmes de conversion permettent de transformer l énergie primaire achetée en l un des principaux flux d énergie suivants : la chaleur, le froid et l électricité. Ces flux d énergie sont ensuite utilisés pour les applications suivantes : La chaleur est utilisée sous la forme d eau chaude ou sous la forme de vapeur. La vapeur est rarement utilisée dans les hôtels. L eau chaude est utilisée pour le chauffage central et pour l eau chaude sanitaire. Le chauffage central peut être assuré soit par des radiateurs situés dans les différentes pièces, soit par un système de chauffage de l air ensuite distribué par un réseau de climatisation. La chaleur est produite par des chaudières à gaz ou des dispositifs à cogénération. L électricité est utilisée pour un grand nombre d applications. Dans un hôtel, les plus grands consommateurs d électricité sont les dispositifs d éclairage, les ventilateurs des climatisations, les climatiseurs eux-mêmes, les pompes de circulation de fluides, certains chauffe-eau, les équipements de cuisine et les équipements de bureau. 6

7 Hôtels Le froid est principalement utilisé sous forme d eau glacée dans les climatiseurs et dans les dispositifs de refroidissement et de déshydratation de l air. Le froid est le plus souvent produit dans des centrales réfrigérantes à compresseur. Des réfrigérateurs à absorption, associés à des équipements de cogénération, sont utilisés pour compléter les réfrigérateurs à compression. La répartition typique des flux énergétiques est donnée figure 2 ci-dessous (source : National Action Plan for energy efficiency US EPA) Equipement de bureau 4% Répartition de l'énergie totale consommée Ventilation 4% Réfrigération 3% Cuisine 5% Autres 9% Chauffage de l'air 31% Eclairage 12% Refroidissement 15% Eau chaude sanitaire 17% Figure 2 : répartition de l énergie totale consommée dans un hôtel selon son utilisation La figure 2 montre que le chauffage (de l air et de l eau), le refroidissement et l éclairage contribuent pour une grande part à la consommation d énergie. La consommation d énergie calorifique est principalement due au chauffage de l air et au chauffage de l eau. La répartition typique de l énergie électrique consommée est donnée figure 3 (source : National Action Plan for energy efficiency US EPA) 7

8 Efficacité énergétique Répartition de l'énergie électrique consommée dans un hôtel selon son utilisation Préparation de la nourriture 5% Chauffage de l'eau 6% Eclairage 45% Autres 18% Climatisation - ventilation 26% Figure 3 : répartition de l énergie électrique consommée dans un hôtel selon son utilisation 2.2 Les principaux consommateurs d énergie dans un hôtel Dans les paragraphes qui suivent vont être analysés les différents postes consommateurs d énergie. Ce sont : le chauffage la climatisation et la ventilation la production d eau chaude l éclairage les autres applications Pour chacun de ces postes, nous donnerons une explication générale suivie d une liste des possibilités d économies d énergie. Des exemples réels tirés de diverses études provenant des Pays-Bas, de Belgique et d Allemagne seront ensuite présentés (Chapitre 3 : études de cas). La concurrence, la nécessité de réduire les coûts et la sensibilité croissante aux contraintes environnementales dans la conception des hôtels constituent un défi pour les gérants d hôtels. Ceci conduit à utiliser de plus en plus de dispositifs à faible impact environnemental ainsi qu à mettre en place des mesures d économies d énergie. L importance des économies d énergie est soulignée par le fait qu après les salaires, ce poste est le plus important dans les dépenses de fonctionnement d un hôtel. 8

9 Hôtels Chauffage La figure 2 montre que le chauffage représente 1/3 de la consommation d énergie de nombreux hôtels. L accroissement du coût des énergies a obligé à prendre en compte l efficacité énergétique dès la conception d un hôtel, sans toutefois toucher à son confort ou à son esthétique, éléments vitaux dans le secteur hôtelier. Le chauffage sera avantageusement assuré par une chaudière à gaz. On trouve aussi des chaudières à fioul, mais le rendement des chaudières à gaz est aujourd hui bien meilleur que celui des chaudières à fioul. Les règles empiriques suivantes doivent être prises pour réduire le poste budgétaire chauffage : Assurer une bonne isolation des circuits. Les pertes d un circuit non isolé sont importantes. Les accessoires tels que vannes et brides doivent aussi être isolés. Les déperditions thermiques dues aux gaz de combustion doivent être minimisées. On y parvient en abaissant la température de ces gaz par la mise en place d échangeurs sur les circuits d évacuation. Les chaudières à gaz actuelles utilisent toutes ces techniques (chaudières à condensation). Des thermostats d ambiance peuvent être utilisés pour permettre d abaisser la température d une pièce non occupée, tout en la maintenant à un niveau suffisant pour pouvoir faire remonter rapidement cette température. Comme les différentes zones d un hôtel (chambres, salles de réunions, etc.) ont des périodes d occupation variables et non simultanées, leur durée d occupation est la donnée la plus importante au regard de leur consommation d énergie. Lorsqu elle est utilisée, une chambre peut être chauffée à 20 C (+/- 2 C) ; mais lorsqu elle est vide, la température peut-être plus basse. Par conséquent, des températures de 16 à 18 C sont largement suffisantes pour permettre une remontée rapide. En hiver, lorsque les chambres sont inutilisées pendant longtemps, il est recommandé de maintenir leur température entre 12 et 14 C. Des thermostats d ambiance peuvent permettre d économiser 20 à 30 % d énergie. Climatisation et ventilation La climatisation et la ventilation d un hôtel sont habituellement assurées par différents dispositifs. Comme la fréquentation des diverses zones d un hôtel est différente, le niveau de confort requis est différent et la charge est variable (éclairages d illumination, pertes de chaleur, chaleur solaire gratuite, etc.). Par conséquent, le dispositif de climatisation et de ventilation doit être intelligemment géré pour s adapter aux différents besoins. 9

10 Efficacité énergétique Selon les situations, l air doit être réchauffé, refroidi, humidifié et/ou filtré. La réfrigération, le chauffage et l humidification sont habituellement assurés par une centrale de chaud et froid. Voici les caractéristiques de quelques applications spécifiques aux hôtels : chambres des clients : leur usage dépend du type d hôtel et de son environnement. Généralement, elles ne sont utilisées que pour s y reposer et y dormir. Le niveau de confort requis étant plus faible la nuit qu en journée, on peut ajuster les réglages de la ventilation et de la climatisation en conséquence. salles de réunions : elles ne sont utilisées qu aux "heures de bureau". Le confort des utilisateurs doit être assuré à ces périodes. restaurant : il est utilisé pratiquement en permanence, sauf pendant la nuit. La climatisation doit être réglée en conséquence. piscine intérieure, sauna et salle de sport : la climatisation doit y contrôler un taux d'humidité accru. La température doit y être plus élevée que dans les chambres, mais les horaires d'utilisation sont différents. En dehors des heures d'ouverture, il est important d'abaisser les paramètres de la climatisation pour réduire la consommation d'énergie. En l'absence de climatisation, la consommation d'énergie est surtout due aux applications suivantes : chauffage, pour chauffer l'air réfrigération, pour refroidir et assécher l'air électricité, pour entrainer les ventilateurs vapeur, pour humidifier l'air La vapeur est une forme d'énergie très onéreuse. Par conséquent il est très important, dans les climatiseurs, de vérifier la nécessité d'humidifier l'air avant de produire de la vapeur. Le plus souvent, la vapeur est produite par une centrale électrique. Quelques mesures susceptibles de réduire les dépenses énergétiques dans les climatiseurs des hôtels sont les suivantes (en dehors de toute considération relative à la conception des bâtiments) : installer des variateurs de vitesse électroniques sur les ventilateurs récupérer la chaleur de l'air d'extraction optimiser les horaires de fonctionnement optimiser la température et le taux d'humidité 10

11 Hôtels Eau chaude sanitaire L'énergie nécessaire pour produire l'eau chaude sanitaire représente 17 % de la consommation totale d'énergie d'un hôtel (voir figure 2). Les besoins en eau chaude sanitaire dans un hôtel dépendent grandement de sa catégorie. Par exemple, un hôtel 5 étoiles nécessite environ 150 litres d'eau chaude par client et par jour alors qu'un hôtel 3 étoiles n'en utilisera que 90 litres. L'eau chaude est surtout utilisée dans les chambres des clients pour les bains et les douches, par les services généraux (par exemple pour le nettoyage) et dans les cuisines. Les principaux systèmes de production d'eau chaude sont les suivants : systèmes à accumulation, dans lesquels l'eau est stockée à la température souhaitée dans des réservoirs isolés. L'eau est chauffée dans une chaudière à gaz ou au fioul, puis stockée dans un réservoir isolé. Une limite de ce dispositif est son temps de réponse lorsque la demande est trop forte et que le réservoir est vidé trop rapidement. chauffe-eau à chauffage direct, dans lesquels l'eau chaude n'est pas stockée mais produite quand elle est consommée. Ces systèmes doivent avoir la puissance nécessaire pour assurer les pics de demande. Une limite de ce dispositif est que son dimensionnement est déterminé par la consommation de pointe d'eau chaude. Le plus souvent, le chauffe-eau n'est pas surdimensionné pour des raisons de coût si bien qu'il fonctionne à ses limites lors des pointes de consommation. les systèmes mixtes dans lesquels il existe un petit réservoir de stockage afin de limiter les appels de puissance lors des périodes de pointe de consommation. L'eau chaude est normalement stockée à une température de 60 C. Avec ce dispositif, les limitations des systèmes à accumulation et des systèmes à chauffage direct sont relativement atténuées. La production d'eau chaude à partir d'énergie solaire peut générer d'importantes économies d'énergie. Le rendement des panneaux solaires dépend de l'intensité du rayonnement et des heures annuelles d'ensoleillement. Dans l'europe du sud, où l'ensoleillement annuel est important, les chauffe-eau solaires sont une solution viable. Quelques mesures susceptibles de réduire les dépenses énergétiques dans la production d'eau chaude sans affecter le confort sont les suivantes : isoler les circuits et les réservoirs de stockage installer des équipements à basse consommation dans les douches et les baignoires sans affecter la qualité de la fourniture d'eau chaude installer des compteurs d'eau chaude de façon à surveiller la performance des installations installer des robinets automatiques dans les toilettes et dans les services du secteur général minimiser les fuites d'eau chaude grâce à une maintenance convenable des circuits et des robinets dans les douches, baignoires et lave-mains 11

12 Efficacité énergétique ECLAIRAGE L'éclairage est l'un des postes qui consomment le plus d'énergie électrique dans les hôtels, comme dans de nombreux autres bâtiments publics. La figure 2 montre qu'environ 12 % de l'énergie totale consommée dans un hôtel sert à l'éclairage. Les installations d'éclairage doivent fournir des niveaux d'éclairement adaptés à chaque activité. L'esthétique et le confort visuel sont importants dans un hôtel et dépendent de la zone éclairée. Les niveaux d'éclairement adaptés à chaque zone sont définis par les normes particulières de chaque pays. Ces niveaux doivent être atteints par des sources lumineuses les mieux adaptées à chaque application. Pour ce qui relève des économies d'énergie possibles dans l'éclairage, deux pistes sont à envisager. Eclairage à haut rendement L'éclairage souhaité est fourni par des sources lumineuses, chacune d'elles étant constituée par une lampe et son luminaire. Le choix des sources dépend de plusieurs critères tels que l'efficacité lumineuse, la température de couleur, le rendu des couleurs souhaité, la durée de vie de la lampe, le mode d'émission de la lumière, etc. L'éclairage des différentes zones d'un hôtel répond à différentes contraintes, mais il est très important de choisir pour chaque application les luminaires de meilleur rendement. Les couloirs des grands hôtels par exemple, utilisés par de nombreux clients en même temps, restent éclairés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 toute l'année. Par conséquent, l'utilisation de tubes fluorescents est la meilleure solution pour économiser l'énergie. Par contre, l'éclairage des couloirs des petits hôtels ayant moins de clients sera avantageusement assuré par des lampes incandescentes associées à un détecteur de présence. Pour plus d'informations sur l'éclairage, veuillez vous reporter au Guide Efficacité Energétique et Eclairage. Les tubes fluorescents (TF) sont très intéressants du point de vue de leur efficacité lumineuse, mais ne sont pas toujours adaptés aux contraintes esthétiques. Dans les zones d'un hôtel dans lesquelles l'atmosphère doit être chaude et confortable, les tubes fluorescents ne constituent pas la bonne solution. La mise en valeur par l'éclairage est très difficile avec des tubes fluorescents. Cependant, lorsque c'est possible, il est souhaitable d'utiliser des tubes fluorescents à la place de lampes incandescentes (remarque : remplacer une lampe à incandescence par un tube fluorescent augmente considérablement le rendement de la conversion d'énergie, voir AG Lighting). Les luminaires dirigent le flux lumineux vers les zones à éclairer et pas ailleurs, permettant ainsi une distribution judicieuse de la lumière. L'utilisation d'éclairages localisés au lieu d'un éclairage général peut aussi contribuer aux économies d'énergie 12

13 Hôtels (moins de Watts gâchés pour rien et éclairage de la seule zone souhaitée). Allumage-Extinction automatiques Une autre façon d'économiser l'énergie est d'utiliser une "commande intelligente". La lumière est souvent allumée de façon inutile, par exemple lorsqu'il y a suffisamment d'éclairage naturel ou alors s'il n'y a personne dans la pièce. Avec des commandes manuelles en particulier, la lumière tend à rester allumée inutilement. Nous conseillons donc d'utiliser autant que possible les interrupteurs automatiques, par exemple : capteurs d'éclairement détecteurs de présence raccordement à la gestion technique du bâtiment (GTB) minuteries Par exemple, dans certains hôtels, l'éclairage des chambres ne peut être allumé que lorsque les clients sont présents (par lecture de leur clé électronique) et est automatiquement éteint lorsque les clients sortent en emportant leur clé. AUTRES APPLICATIONS La figure 3 montre également que la cuisine (préparation de la nourriture) et les autres utilisations consomment beaucoup d'énergie dans un hôtel. Selon les équipements utilisés dans un hôtel, il est important d'utiliser les technologies les mieux adaptées à chaque application. Par exemple, les cuisines de certains hôtels ne sont prévues que pour préparer le petit-déjeuner. Elles ne sont donc pas équipées comme celles qui permettent de préparer un grand nombre de plats par jour. Les autres équipements sont les ascenseurs et les monte-charge, les équipements de bureau, l'équipement de la buanderie (lorsqu'elle n'est pas externalisée), etc. 2.3 Consommation d'énergie des hôtels La consommation d'énergie dans les hôtels représente près de 6 % des coûts de fonctionnement. De grandes disparités existent quant aux types d'établissements, aux nombres de chambres, aux catégories, aux localisations géographiques, etc. Il est par conséquent difficile de parvenir à une classification standardisée des consommations d'énergie dans les hôtels. Néanmoins, il est possible de définir statistiquement les consommations d'un hôtel, comme le montre la figure 4 ci-après. 13

14 Efficacité énergétique Données énergétiques Statistiques des consommations d énergie dans le secteur hotelier Statistiques générales Type d hôtel Fioul Electricité Petits et moyens Moyenne : 238 kwh/m².année Moyenne : 77 kwh/m².année Sans air conditionné Max. : 286 kwh/m².année Max. : 80 kwh/m².année Min. : 196 kwh/m².année Min. : 71 kwh/m².année Grands Moyenne : 266 kwh/m².année Moyenne : 143 kwh/m².année Avec air conditionné et autres Max. : 350 kwh/m².année Max. : 182 kwh/m².année équipements Min. : 220 kwh/m².année Min. : 100 kwh/m².année Figure 4 : répartition statistique des consommations d énergie dans le secteur hôtelier Sources statistiques : Belgique : Les Flandres : par Vito Environs de Bruxelles : par ICEDD La Wallonie : par ICEED Les pays européens : Les Pays-Bas :par Novem Le Royaume-Uni :par l Université de Sheffeld Hallam Le Royaume-Uni :par Carbon Trust La chaîne d hôtels Accor Il existe de multiples façons d établir des comparaisons statistiques dans le secteur hôtelier mais les difficultés sont nombreuses. Certains hôtels ont leur propre buanderie, ce qui augmente mécaniquement la consommation d'énergie. D'autres hôtels externalisent ce service. Certains hôtels sont équipés d'une piscine intérieure, d'autres non. Selon le climat, le niveau d'occupation des chambres peut varier tout au long de l'année. C'est la raison pour laquelle on fait apparaître une plage des consommations d'énergie et pas uniquement une valeur moyenne. Réfrigération Ventilation Consommation électrique (kw) Autres Eclairage Figure 5 : consommation électrique d'un hôtel (+/ m²) un jour typique d'été, avant mise en place de mesures d'économie 14

15 Hôtels Figure 6 : consommation électrique du même hôtel, après mise en place de mesures d'économie Les figures 5 et 6 montrent le profil de charge typique d'un hôtel avant et après mise en place de mesures d'économie d'énergie. Les mesures d'économie prises ici incluent l'optimisation des températures dans les pièces communes, l'optimisation des points de fonctionnement des climatiseurs (programmation et flux de ventilation) dans les pièces communes, l'optimisation des points de fonctionnement des compresseurs, la gestion de l'énergie dans les bureaux et l'optimisation des programmes en buanderie. L'investissement nécessaire est minime et l'économie d'énergie peut atteindre 4 à 8 %. D'autres mesures d'économie d'énergie sont possibles (lampes à basse consommation, détecteurs de présence, programmateurs performants, etc.) mais nécessitent un investissement dont l'acceptabilité dépend du temps de retour sur investissement souhaité. Les économies d'énergie réalisées alors peuvent être très importantes (parfois jusqu'à plus de %). 2.4 Relation entre jours de grand froid et consommation d'énergie Lorsqu'on regarde les paramètres qui déterminent la consommation d'énergie, on observe que la consommation d'énergie électrique est plus ou moins constante. La consommation d'énergie calorifique dépend du taux d'occupation (si l'affectation des chambres est correctement réalisée) et de la température extérieure. L'influence de la température extérieure peut être mise en évidence en recherchant une relation entre jours de grand froid et consommation d'énergie calorifique. Pour plus d'information sur les jours de grand froid, veuillez vous reporter au site suivant La figure 7 présente cette étude pour un hôtel représentatif d'amsterdam. Cette figure montre qu'il y a une forte corrélation entre consommation d'énergie calorifique et jours de grand froid. 15

16 Efficacité énergétique Figure 7 : corrélation entre consommation mensuelle de gaz naturel dans un hôtel et jours de grand froid pour un hôtel d'amsterdam 16

17 Hôtels 3. Etudes de cas Le chapitre 2.2 a permis d'analyser les principaux postes consommateurs d'énergie dans un hôtel. Dans les paragraphes suivants, nous présentons un certain nombre d'études de cas relatives aux économies d'énergie. Le secteur de l'hôtellerie dans tous ses aspects utilise nombre de solutions pour réaliser des économies d'énergie, dont le temps de retour sur investissement varie entre 0 et 4 à 5 ans. Les cas suivants illustrent quelques unes de ces solutions. Ces études de cas proviennent des Pays-Bas, de Belgique et d'allemagne. Les prix suivants du gaz et de l'électricité ont été retenus pour les calculs : prix du gaz : 50 /MWh prix de l'électricité : 120 /MWh Les études de rentabilité sont faites sur la base d'économies d'énergie effectives. Ne sont pas prises en compte les subventions gouvernementales ni les économies de maintenance qui peuvent réduire le temps de retour sur investissement, dans la mesure où ces subventions gouvernementales sont très variables d'un pays à l'autre. Les formules et calculs utilisés ne sont pas présentés dans ce guide, mais seulement les résultats. Des développements peuvent être trouvés dans les guides spécialisés de cette série. 17

18 Efficacité énergétique Cas 1 : chauffage modification du point de consigne du chauffage et modification de l'affectation des chambres Introduction L'hôtel est ici de taille moyenne, situé en bord de mer et totalement climatisé. Le chauffage des chambres inoccupées est à l'arrêt. Il semble ne pas y avoir de relation entre le taux d'occupation des chambres et la consommation de gaz naturel. La cause probable en est qu'en période de faible fréquentation, la distribution des chambres est aléatoire. Situation actuelle En période de faible fréquentation, la distribution des chambres est aléatoire. Par conséquent, il est possible que plusieurs couloirs soient chauffés inutilement, avec seulement quelques chambres occupées par couloir. De plus, lorsqu'une chambre est occupée, sa consigne de chauffage est de 20 C pendant toute l'année. Proposition Une meilleure répartition des chambres pendant les périodes de faible fréquentation peut faire économiser l'énergie. Lorsque des couloirs sont vides (comme dans de nombreux hôtels), de l'énergie est économisée et une corrélation apparaît entre consommation de gaz naturel et taux d'occupation. Par ailleurs, lorsque le point de consigne du chauffage est fixé à 18 C en hiver au lieu de 20 C, une importante économie d'énergie peut être réalisée. Les clients peuvent évidemment changer cette consigne selon leurs besoins, mais 18 C est la température la plus utilisée dans les hôtels en hiver. Économies estimées & investissements Les économies découlant d'une meilleure répartition des chambres peuvent atteindre 4 % de la consommation de gaz naturel d'un hôtel. Cela représente une économie annuelle de kwh calorifiques ou Dans cette hypothèse, une corrélation entre la consommation de gaz naturel et le taux d'occupation est mise en évidence. Économies consécutives à l'abaissement du point de consigne du chauffage en hiver de 20 C à 18 C : dans de nombreux hôtels, le point de consigne du chauffage en hiver se situe entre 16 C et 20 C. Un degré d'abaissement de ce point entraîne une baisse sur 18

19 Hôtels la facture de gaz naturel de 3 à 5 %. Comme cette mesure ne peut concerner qu'une partie de l'hôtel et que la climatisation dispose d'un dispositif de réchauffage, les économies réelles par abaissement de la consigne en hiver sont estimées à environ 3 % de la consommation de gaz naturel. Pour cet hôtel cela signifie une économie annuelle de 3 000, sans investissement. Cependant, les normes de certaines chaînes hôtelières peuvent interdire de telles mesures. Si ces normes indiquent que les chambres doivent être chauffées à 20 C toute l'année, il sera plus difficile d'utiliser cette mesure d'économie d'énergie. 19

20 Efficacité énergétique Cas 2 : climatisation arrêt de la climatisation du restaurant et des salles de réunion pendant la nuit Introduction L'hôtel est ici un grand hôtel. Plusieurs dispositifs de climatisation y sont installés. La climatisation du restaurant et des salles de réunion est équipée d'un dispositif de recyclage de la chaleur. Situation actuelle Actuellement, la climatisation du restaurant et des salles de réunion est réglée pour un débit d'air réduit de 50 % pendant la nuit. Proposition Nous proposons d'arrêter pendant la nuit la climatisation du restaurant et des salles de réunion. Économies estimées & investissements Les économies sont estimées en termes de consommation d'énergie électrique (les ventilateurs peuvent être arrêtés) et de consommation de gaz (plus de chauffage de l'air). Le gain est moindre que pour une climatisation sans dispositif de réchauffage, mais est encore significatif. Les paramètres de la climatisation en mode nocturne sont les suivants : Débit d'air (la moitié du débit diurne) : m³/heure Température : 20 C Durée de la ventilation : 8 h/nuit 20

21 Hôtels Sur la base des paramètres précédents, les économies peuvent être calculées comme suit : Consommation actuelle de gaz (chauffage) en mode nocturne : Consommation actuelle d'électricité (ventilateurs) : Degré-heures sur la base de 20 C (+1 C par rapport aux ventilateurs) : Economies : 60 MWh calorifiques/an 3 MWh/an hk/an /an Les économies d'énergie atteignent 3 MWh e [électriques]/an et 60 MWh th [calorifiques]/ an, soit une économie financière de /an. L'investissement est très faible : un nouveau paramétrage de la Gestion Technique du Bâtiment, une configuration du débit d'air nocturne à 0 au lieu de 50 % du débit diurne. Le retour sur investissement s'effectue en moins d un mois. 21

22 Efficacité énergétique Cas 3 : climatisation installation d'une pompe à vitesse variable pour la circulation de l'eau chaude de la climatisation Introduction L'hôtel est ici un grand hôtel, dont l'eau chaude est produite dans la centrale de climatisation. Situation actuelle L'eau chaude est produite par la centrale. La circulation de cette eau chaude de chauffage produite dans le dispositif de climatisation est assurée par une pompe ordinaire, sans variateur de vitesse. Cette pompe tourne en permanence, indépendamment du taux d'occupation de l'hôtel. La puissance de la pompe peut être réglée manuellement entre 100 W et W. Au moment de l'analyse, la pompe était réglée sur W. Proposition Nous proposons d'installer un variateur de vitesse (VSD) pour commander la pompe. Selon le besoin, le débit est régulé par la pompe à vitesse variable, ce qui conduit à des économies d'énergie. Économies estimées & investissements Heures par an Débit (%) Heures par an Pompe conventionnelle Pompe avec variateur de vitesse Figure 8 : consommations d'une pompe conventionnelle (rose) et d'une pompe à vitesse variable (rouge) en fonction du besoin en chauffage 22

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie.

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. Introduction Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. La géothermie par captage horizontal DÉFINITION La géothermie, du grec géo (la terre)

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne.

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Formation à la promotion des énergies renouvelables à CEFIDEC Vatra Dornei Dănuţ

Plus en détail

L énergie naturelle de la géothermie.

L énergie naturelle de la géothermie. Pompe à chaleur géothermique ROTEX L énergie naturelle de la géothermie. Le système HPU ground ROTEX la pompe à chaleur géothermique qui fournit le chauffage avec une énergie naturelle gratuite. Un système

Plus en détail

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Éclairage L'éclairage représente en moyenne 15% d'une facture d'électricité. Pour en diminuer sa charge profitez au maximum

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE Dernière révision du document : août 215 Via les tableaux suivants, consacrés aux différents postes énergivores (excepté le transport), vous trouverez

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Les systèmes de climatisation Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Les systèmes de climatisation Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude?

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude? Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur? Une pompe à chaleur est un frigo qui fonctionne à l'envers. Une pompe à chaleur est capable de capter l'énergie à l'extérieur et de la restituer à l'intérieur. Par exemple,

Plus en détail

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE 36% DE CRÉDIT D'IMPÔTS Loi de finance 2011 T.Flow Un système révolutionnaire 2 en 1 Seul

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Gamme L É N E R G I E E S T N O T R E A V E N I R, É C O N O M I S O N S - L A. * La culture du Meilleur Pour le chauffage et l eau chaude sanitaire des maisons

Plus en détail

La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité

La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité La pompe à chaleur : une technique de chauffage d'actualité La récente augmentation de prix du fuel domestique et les primes octroyées par les compagnies d'électricité et, dans certains cas, par les régions,

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Vestiaire stade des Gripôts

AUDIT ENERGETIQUE. Vestiaire stade des Gripôts DELTAWATT AUDIT ENERGETIQUE Vestiaire stade des Gripôts DELTAWATT Audit Energétique Saint Sebastien sur Loire - Janvier 2007 Vestiaires stade des Gripôts - 1/11 503 - VESTIAIRES DES GRIPOTS copyright IGN

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

Solutions Techniques pour le Froid et la Climatisation

Solutions Techniques pour le Froid et la Climatisation Solutions Techniques pour le Froid et la Climatisation Introduction Depuis 1993 Tornado Ltd vous apporte des solutions adéquates dans le domaine du conditionnement d`air et le froid En 1997 Tornado, une

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Production d'eau chaude Méthode et page de calcul établie par l'équipe Architecture

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. - DESCRIPTION DU SITE. - BILAN DES MESURES DEPUIS

Plus en détail

Pompes à chaleur Haute Performance. Air / Eau. Aquarea Haute Performance pour les nouvelles installations et les maisons basse consommation

Pompes à chaleur Haute Performance. Air / Eau. Aquarea Haute Performance pour les nouvelles installations et les maisons basse consommation Pompes à chaleur Haute Performance Air / Eau Aquarea Haute Performance pour les nouvelles installations et les maisons basse consommation Pompes à chaleur Haute Performance Nouvelle pompe à chaleur Aquarea

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie MAZOUTMASSUIR.BE Utilisation rationnelle de l'énergie Légende: Chacun devrait considérer qu'il est de son devoir d'utiliser l'énergie de la façon la plus rationnelle possible. Ceci favorise non seulement

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

Passeport énergétique

Passeport énergétique pas de numéro pas de numéro 0/0/0 0 07 //00 Classe de performance énergétique Classe d'isolation thermique Besoins économes Bâtiment à basse consommation d'énergie Classe de performance énergétique La

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

Radiateur Stelrad Novello ECO

Radiateur Stelrad Novello ECO ECO brochure Radiateur Stelrad Novello ECO RÉDUISEZ VOTRE FACTURE D ÉNERGIE jusqu à 10,5 % POURQUOI UNE CHALEUR VERTE? Nous ne pouvons plus l éviter : le climat gémit sous notre consommation d énergie.

Plus en détail

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions 1 L AUDIT ÉNERGÉTIQUE: UNE ÉTAPE PRÉALABLE À LA MISE EN ŒUVRE DE TOUTE DÉMARCHE

Plus en détail

De la difficulté de récupérer la chaleur industrielle pour du chauffage urbain

De la difficulté de récupérer la chaleur industrielle pour du chauffage urbain De la difficulté de récupérer la chaleur industrielle pour du chauffage urbain Table des matières Introduction...2 Le réseau d'échange de chaleur basse température...3 Concept...3 Fourniture de chaud et

Plus en détail

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement.

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement. Streamline Chaudière gaz à condensation murale 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash MHG Mieux, tout simplement. Streamline Streamline : technique et rendement au meilleur prix Avec la série Streamline,

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

Theta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe

Theta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe heta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe Un module pour la production de l ECS et du chauffage central Echangeur à plaques avec circulateur ECS primaire, une vanne trois voies,

Plus en détail

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7 Le solaire : un acte citoyen http://www.climamaison.com/ Le solaire, bien que distant de quelques 150 millions de kilomètres de la terre, est une énergie disponible, gratuite, économique et non polluante.

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut

SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut AGENDA 1 CONTEXTE 2 OBJET DE L'ÈTUDE 3 MÈTHODE DE

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Séminaire organisé par les étudiants du master Expertise et Traitement en Environnement GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES SYLVAIN DELENCLOS 29 JANVIER 2015 Présentation téléchargeable

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe

Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe Réalisez des économies grâce aux solutions d'alimentation chaudière directe Alimentation chaudière Grundfos : 0 vanne de régulation Les installations d'alimentation chaudière traditionnelles sont équipées

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

Une forme durable de chauffage domestique

Une forme durable de chauffage domestique Une forme durable de chauffage domestique Ingénieur Geert Matthys VCB (Confédération flamande de la Construction) 1. Réduire la demande (économie d énergie) 2. Utiliser des sources d énergie durables 3.

Plus en détail

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie www.ifth.org www.ademe.fr ETES-VOUS SÛR DE MAÎTRISER VOS DEPENSES EN ELECTRICITE? Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie Les études menées par l ADEME et l IFTH ont démontré

Plus en détail

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One (Prix Energia 2013) (Méritas Technologique ASHRAE 2015) ASHRAE Stan Katz, LEED PA Directeur Général - Énergie, Tuyauterie

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles

Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Mardi 26 novembre 2013 Thierry Palisson Ludovic Soleansky - Copyright Bureau Veritas Principe de fonctionnement

Plus en détail

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie 1/10 Le R22 a été interdit d utilisation pour la maintenance des installations de froid depuis

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Contenu et but Cette aide à l application traite de la procédure à suivre et des exigences à respecter pour la conception,

Plus en détail

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers E X P E R T D U D. P. E L O C A T I F Diagnostic de Performance Energétique Pour la location Appartement N 1 T2 DOCUMENT LOCATAIRE Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers Rapport N 5215022008 réalisée

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Comprendre votre consommation d énergie

Comprendre votre consommation d énergie Comprendre votre consommation d énergie La consommation d'énergie annuelle d une maison (pour une famille de 3 ou 4 personnes) Chaleur 60% Eau chaude 20% Appareils ménagers et éclairage 20% Chauffage Le

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS?

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? Rémy KERVADEC, ETHIS Ingénierie PEUT-ON PARLER RAISONNABLEMENT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE S'AGISSANT DE PISCINES? La piscine est un bâtiment très énergivore

Plus en détail

Océane : Fruit et Légume nantais

Océane : Fruit et Légume nantais Page1 Océane : Fruit et Légume nantais Date de création : 16/01/2010 Date de mise à jour : 02/03/2010 Rédacteur : Inès Dassonville Alice Lemasson Contact :Chantemerle 44118LA CHEVROLIERE : 02 51 72 93

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Les pertes à vide dàns l industrie

Les pertes à vide dàns l industrie Les pertes à vide dàns l industrie Que ce soit au sein d'une PME comme dans les grandes industries, les pertes à vide représentent souvent une fraction très significative de la consommation globale d'une

Plus en détail

Itho Daalderop Chaudières à condensation. pratiques. et économiques

Itho Daalderop Chaudières à condensation. pratiques. et économiques Itho Daalderop Chaudières à condensation pratiques et économiques Cube One - Jusqu à 16 litres d eau chaude par en flux continu - Le rendement le plus élevé pour l eau du robinet - Réglages intelligents

Plus en détail

S.N.T.B.I. Le chauffage. Electrique. Instantané

S.N.T.B.I. Le chauffage. Electrique. Instantané S.N.T.B.I. Le chauffage Electrique Instantané chaleur instantanée Quand on veut, où on veut En adoptant les radiants SNTBI de la série IRC, vous disposez d'un système de chauffage rayonnant instantané

Plus en détail

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Dans cette partie, nous analyserons la pertinence de l'installation de panneaux solaires thermiques dans le but de soutenir la production d'eau chaude sanitaire.

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase ENERGIE SOLAIRE SA, Bernard Thissen www.energie- solaire.com JPPAC 15, Lausanne 10.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Conception et regulation d installations techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION DE CHALEUR: CARACTERISTIQUES DE SYSTEMES INNOVANTS Jonathan FRONHOFFS Cenergie scrl Objectif(s)

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

STBRCSS. Quoi? Un récupérateur de chaleur pour salles serveur

STBRCSS. Quoi? Un récupérateur de chaleur pour salles serveur Quoi? Un récupérateur de chaleur pour salles serveur OUI MAIS : Complexifier un système c est augmenter sa probabilité de panne. Le système ne doit pas interférer avec les systèmes existants => totale

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR POUR DOUCHE RECOH -VERT RECOH -DRAIN RECOH -TRAY RECOH -MULTIVERT Récupération de chaleur grâce à l eau de douche Qu est ce que c est? Suite aux différentes réglementations, les

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel

Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel Énergie et productivité pour un monde meilleur RT 2012 Principes et objectifs La Réglementation Thermique 2012, connue sous le nom de RT 2012,

Plus en détail

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Récupération de chaleur Les technologies et leurs applications CONGRÈS DE L AGPI 2009 Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Plan de match! Introduction Les 3R de l énergie d un bâtiment Où l énergie s enfuit-elle?

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Le Contrat de Performance Energétique

Le Contrat de Performance Energétique Le Contrat de Performance Energétique 1. Proposition de valeur de Schneider Le contrat de Performance Energétique Le modèle économique Le processus Le financement 2. Les Engagements de Schneider Electric

Plus en détail

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie Smatrix Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie 02 l Uponor Smatrix Uponor Smatrix : optimise la climatisation intérieure, la gestion

Plus en détail

PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014.

PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014. PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014. 1. Présentation du Projet. Objectif du projet: Réduire

Plus en détail

Efficacité énergétique dans les hôtels. Building Technologies Building Automation

Efficacité énergétique dans les hôtels. Building Technologies Building Automation Efficacité énergétique dans les hôtels Building Technologies Building Automation Copyright Siemens Switzerland Protection Ltd 2011. notice All / rights Copyright reserved notice L automatisation de bâtiments

Plus en détail

Annexe 1. Classes de propreté

Annexe 1. Classes de propreté Annexes Sommaire Annexe 1. Classes de propreté... 3 Annexe 2. Propositions du parking... 4 Annexe 3. Maintenance... 6 Annexe 4. Résumé de l ancien guide maintenance... 9 Annexe 5. Préparation des documents

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail