Efficacité énergétique - Section 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Efficacité énergétique - Section 7"

Transcription

1 Efficacité énergétique - Section 7 Hôtels Niki Hendrikx Laborelec Novembre 2008 GUIDE POWER QUALITY

2 Efficacité énergétique Table des matières 1. Introduction : description générale du secteur hôtelier L hôtellerie dans le secteur tertiaire Utilisation de l énergie selon les différents types d hôtel Données énergétiques d un hôtel Bilan énergétique des hôtels Les principaux consommateurs d énergie dans un hôtel Consommation d énergie des hôtels Relation entre jours de grand froid et consommation d énergie Etudes de cas Conclusion 26 2

3 Hôtels 1. Introduction : description générale du secteur hôtelier Ce guide a pour but de décrire l utilisation de l énergie et les économies d énergie potentielles dans le secteur hôtelier en s appuyant sur des bases théoriques et sur des études de cas pratiques. Les hôtels et les restaurants représentent 9 % de la consommation d énergie totale dans le secteur des bâtiments du secteur tertiaire. Les bâtiments du secteur tertiaire comprennent les bureaux, les magasins, les hôtels, les restaurants, les établissements d enseignement et de santé. Avant d entrer dans les détails de la consommation d énergie d un hôtel, il est souhaitable d avoir une vision claire du secteur tertiaire, de la part de l hôtellerie dans ce secteur, du nombre d hôtels en Europe et des différents types d hôtels. 1.1 L hôtellerie dans le secteur tertiaire Le secteur hôtelier a connu une importante évolution et une grande expansion au cours des dernières décades. Le tourisme est l industrie la plus importante dans l économie mondiale, tant du point de vue des emplois qu en termes de clients. Environ 35 % de la capacité hôtelière mondiale est concentrée en Europe (Union Européenne et Europe du Nord et de l Est). Le tableau 1 ci-après fait apparaître le nombre total d hôtels dans les pays européens en 2006 : 3

4 Efficacité énergétique Hôtels et établissements similaires 2006 Belgique Bulgarie République Tchèque Danemark 473 Allemagne Estonie 341 Irlande Grèce Espagne France Italie Chypre 753 Lettonie 321 Lituanie 338 Luxembourg 277 Hongrie Malte 173 Pays-Bas Autriche Pologne Portugal Roumanie Slovénie 358 Slovaquie 922 Finlande 923 Suède Royaume-Uni Croatie 762 Macédoine 150 Islande 308 Liechtenstein 46 Norvège Suisse Tableau 1 : nombre d hôtels en Europe (2006) (source : Eurostat) Le total général pour l Union Européenne (des 27 pays) atteint hôtels et établissements similaires (tels que motels, auberges, pensions, etc.). De façon à donner une idée de l énergie consommée par l hôtellerie dans le secteur tertiaire, un exemple est pris en Flandre. La répartition pour ce secteur est montrée figure 1 ci-après. Bien sûr, la Flandre n est qu une partie de la Belgique et une petite partie de l Europe, mais les chiffres sont indicatifs pour l ensemble du secteur hôtelier. 4

5 Hôtels Commerce 25% Répartition de l'énergie totale consommée Hôtels et restaurants 9% Santé 13% Enseignement 10% Bureau et administration 31% Services sociaux et services privés 12% Figure 1 : utilisation de l énergie dans le secteur tertiaire (source : VITO) 1.2 Utilisation de l énergie selon les différents types d hôtels Ce guide décrit l utilisation de l énergie dans les hôtels qui ne forment qu une partie du secteur "hôtels et restaurants" du secteur tertiaire. L analyse de la consommation d énergie dans un hôtel doit prendre en compte le type d hôtel. Il existe plusieurs façons de classer les hôtels. Par exemple, il y a les hôtels, les hôtelsappartements, les motels, les auberges, les clubs résidentiels, les pensions, les résidences touristiques, mais une autre façon d observer les hôtels est d en déterminer la taille par leur nombre de chambres (petits hôtels, hôtels moyens, grands hôtels, hôtels faisant partie d une chaîne, par ex. Accor, ou leur confort (climatisation existante ou non, surface des chambres - dépendant du type de chambre ou de suite, existence éventuelle d une piscine intérieure ou extérieure, ), le nombre d étoiles que l hôtel possède (en relation avec son confort), etc. La situation de l hôtel, son environnement et l architecture du bâtiment jouent un grand rôle dans sa consommation d énergie. Ces paramètres déterminent le dimensionnement de l hôtel et la plupart de ses caractéristiques en termes de consommation d énergie. La situation géographique de l'hôtel est importante : distance à la mer, s agit-il d un hôtel rural, urbain, de montagne, situé dans une zone industrielle? La consommation d énergie spécifique d un hôtel est fortement corrélée au type d hôtel. En fait, il existe une multitude de façon de classer les hôtels, mais on utilise généralement leur nombre de chambres et leur catégorie. La répartition est la suivante : 5

6 Efficacité énergétique petites hôtels (moins de 50 chambres) hôtels moyens (de 50 à 150 chambres) grands hôtels (plus de 150 chambres) La répartition par catégorie donne également une idée de la taille des chambres : hôtels 1 et 2 étoiles avec une moyenne de 22m² par chambre hôtels 3 étoiles avec une moyenne de 32m² par chambre hôtels 4 étoiles et hôtels de luxe (5 étoiles) avec une moyenne de 42m² par chambre L espace dans un hôtel peut être divisé en 3 zones à usages différents. D abord, la zoneclient (chambres, toilettes, salles de bains, etc.). Ensuite, la zone publique (réception, bar, restaurant, salles de réunion, piscine, etc.). Et enfin, la zone des services (cuisine, bureaux, réserves, lingerie, etc.). Pour ce qui relève des économies d énergie, ces trois zones doivent être observées séparément, avec des exigences différentes. Le confort est plus important dans la zone-client que dans la zone des services, par exemple. 2. Données énergétiques d un hôtel 2.1 Bilan énergétique des hôtels Environ 40 % de l énergie consommée dans un hôtel est de l électricité, dont 60 % est produite à partir de gaz naturel et de fioul. Plusieurs systèmes de conversion permettent de transformer l énergie primaire achetée en l un des principaux flux d énergie suivants : la chaleur, le froid et l électricité. Ces flux d énergie sont ensuite utilisés pour les applications suivantes : La chaleur est utilisée sous la forme d eau chaude ou sous la forme de vapeur. La vapeur est rarement utilisée dans les hôtels. L eau chaude est utilisée pour le chauffage central et pour l eau chaude sanitaire. Le chauffage central peut être assuré soit par des radiateurs situés dans les différentes pièces, soit par un système de chauffage de l air ensuite distribué par un réseau de climatisation. La chaleur est produite par des chaudières à gaz ou des dispositifs à cogénération. L électricité est utilisée pour un grand nombre d applications. Dans un hôtel, les plus grands consommateurs d électricité sont les dispositifs d éclairage, les ventilateurs des climatisations, les climatiseurs eux-mêmes, les pompes de circulation de fluides, certains chauffe-eau, les équipements de cuisine et les équipements de bureau. 6

7 Hôtels Le froid est principalement utilisé sous forme d eau glacée dans les climatiseurs et dans les dispositifs de refroidissement et de déshydratation de l air. Le froid est le plus souvent produit dans des centrales réfrigérantes à compresseur. Des réfrigérateurs à absorption, associés à des équipements de cogénération, sont utilisés pour compléter les réfrigérateurs à compression. La répartition typique des flux énergétiques est donnée figure 2 ci-dessous (source : National Action Plan for energy efficiency US EPA) Equipement de bureau 4% Répartition de l'énergie totale consommée Ventilation 4% Réfrigération 3% Cuisine 5% Autres 9% Chauffage de l'air 31% Eclairage 12% Refroidissement 15% Eau chaude sanitaire 17% Figure 2 : répartition de l énergie totale consommée dans un hôtel selon son utilisation La figure 2 montre que le chauffage (de l air et de l eau), le refroidissement et l éclairage contribuent pour une grande part à la consommation d énergie. La consommation d énergie calorifique est principalement due au chauffage de l air et au chauffage de l eau. La répartition typique de l énergie électrique consommée est donnée figure 3 (source : National Action Plan for energy efficiency US EPA) 7

8 Efficacité énergétique Répartition de l'énergie électrique consommée dans un hôtel selon son utilisation Préparation de la nourriture 5% Chauffage de l'eau 6% Eclairage 45% Autres 18% Climatisation - ventilation 26% Figure 3 : répartition de l énergie électrique consommée dans un hôtel selon son utilisation 2.2 Les principaux consommateurs d énergie dans un hôtel Dans les paragraphes qui suivent vont être analysés les différents postes consommateurs d énergie. Ce sont : le chauffage la climatisation et la ventilation la production d eau chaude l éclairage les autres applications Pour chacun de ces postes, nous donnerons une explication générale suivie d une liste des possibilités d économies d énergie. Des exemples réels tirés de diverses études provenant des Pays-Bas, de Belgique et d Allemagne seront ensuite présentés (Chapitre 3 : études de cas). La concurrence, la nécessité de réduire les coûts et la sensibilité croissante aux contraintes environnementales dans la conception des hôtels constituent un défi pour les gérants d hôtels. Ceci conduit à utiliser de plus en plus de dispositifs à faible impact environnemental ainsi qu à mettre en place des mesures d économies d énergie. L importance des économies d énergie est soulignée par le fait qu après les salaires, ce poste est le plus important dans les dépenses de fonctionnement d un hôtel. 8

9 Hôtels Chauffage La figure 2 montre que le chauffage représente 1/3 de la consommation d énergie de nombreux hôtels. L accroissement du coût des énergies a obligé à prendre en compte l efficacité énergétique dès la conception d un hôtel, sans toutefois toucher à son confort ou à son esthétique, éléments vitaux dans le secteur hôtelier. Le chauffage sera avantageusement assuré par une chaudière à gaz. On trouve aussi des chaudières à fioul, mais le rendement des chaudières à gaz est aujourd hui bien meilleur que celui des chaudières à fioul. Les règles empiriques suivantes doivent être prises pour réduire le poste budgétaire chauffage : Assurer une bonne isolation des circuits. Les pertes d un circuit non isolé sont importantes. Les accessoires tels que vannes et brides doivent aussi être isolés. Les déperditions thermiques dues aux gaz de combustion doivent être minimisées. On y parvient en abaissant la température de ces gaz par la mise en place d échangeurs sur les circuits d évacuation. Les chaudières à gaz actuelles utilisent toutes ces techniques (chaudières à condensation). Des thermostats d ambiance peuvent être utilisés pour permettre d abaisser la température d une pièce non occupée, tout en la maintenant à un niveau suffisant pour pouvoir faire remonter rapidement cette température. Comme les différentes zones d un hôtel (chambres, salles de réunions, etc.) ont des périodes d occupation variables et non simultanées, leur durée d occupation est la donnée la plus importante au regard de leur consommation d énergie. Lorsqu elle est utilisée, une chambre peut être chauffée à 20 C (+/- 2 C) ; mais lorsqu elle est vide, la température peut-être plus basse. Par conséquent, des températures de 16 à 18 C sont largement suffisantes pour permettre une remontée rapide. En hiver, lorsque les chambres sont inutilisées pendant longtemps, il est recommandé de maintenir leur température entre 12 et 14 C. Des thermostats d ambiance peuvent permettre d économiser 20 à 30 % d énergie. Climatisation et ventilation La climatisation et la ventilation d un hôtel sont habituellement assurées par différents dispositifs. Comme la fréquentation des diverses zones d un hôtel est différente, le niveau de confort requis est différent et la charge est variable (éclairages d illumination, pertes de chaleur, chaleur solaire gratuite, etc.). Par conséquent, le dispositif de climatisation et de ventilation doit être intelligemment géré pour s adapter aux différents besoins. 9

10 Efficacité énergétique Selon les situations, l air doit être réchauffé, refroidi, humidifié et/ou filtré. La réfrigération, le chauffage et l humidification sont habituellement assurés par une centrale de chaud et froid. Voici les caractéristiques de quelques applications spécifiques aux hôtels : chambres des clients : leur usage dépend du type d hôtel et de son environnement. Généralement, elles ne sont utilisées que pour s y reposer et y dormir. Le niveau de confort requis étant plus faible la nuit qu en journée, on peut ajuster les réglages de la ventilation et de la climatisation en conséquence. salles de réunions : elles ne sont utilisées qu aux "heures de bureau". Le confort des utilisateurs doit être assuré à ces périodes. restaurant : il est utilisé pratiquement en permanence, sauf pendant la nuit. La climatisation doit être réglée en conséquence. piscine intérieure, sauna et salle de sport : la climatisation doit y contrôler un taux d'humidité accru. La température doit y être plus élevée que dans les chambres, mais les horaires d'utilisation sont différents. En dehors des heures d'ouverture, il est important d'abaisser les paramètres de la climatisation pour réduire la consommation d'énergie. En l'absence de climatisation, la consommation d'énergie est surtout due aux applications suivantes : chauffage, pour chauffer l'air réfrigération, pour refroidir et assécher l'air électricité, pour entrainer les ventilateurs vapeur, pour humidifier l'air La vapeur est une forme d'énergie très onéreuse. Par conséquent il est très important, dans les climatiseurs, de vérifier la nécessité d'humidifier l'air avant de produire de la vapeur. Le plus souvent, la vapeur est produite par une centrale électrique. Quelques mesures susceptibles de réduire les dépenses énergétiques dans les climatiseurs des hôtels sont les suivantes (en dehors de toute considération relative à la conception des bâtiments) : installer des variateurs de vitesse électroniques sur les ventilateurs récupérer la chaleur de l'air d'extraction optimiser les horaires de fonctionnement optimiser la température et le taux d'humidité 10

11 Hôtels Eau chaude sanitaire L'énergie nécessaire pour produire l'eau chaude sanitaire représente 17 % de la consommation totale d'énergie d'un hôtel (voir figure 2). Les besoins en eau chaude sanitaire dans un hôtel dépendent grandement de sa catégorie. Par exemple, un hôtel 5 étoiles nécessite environ 150 litres d'eau chaude par client et par jour alors qu'un hôtel 3 étoiles n'en utilisera que 90 litres. L'eau chaude est surtout utilisée dans les chambres des clients pour les bains et les douches, par les services généraux (par exemple pour le nettoyage) et dans les cuisines. Les principaux systèmes de production d'eau chaude sont les suivants : systèmes à accumulation, dans lesquels l'eau est stockée à la température souhaitée dans des réservoirs isolés. L'eau est chauffée dans une chaudière à gaz ou au fioul, puis stockée dans un réservoir isolé. Une limite de ce dispositif est son temps de réponse lorsque la demande est trop forte et que le réservoir est vidé trop rapidement. chauffe-eau à chauffage direct, dans lesquels l'eau chaude n'est pas stockée mais produite quand elle est consommée. Ces systèmes doivent avoir la puissance nécessaire pour assurer les pics de demande. Une limite de ce dispositif est que son dimensionnement est déterminé par la consommation de pointe d'eau chaude. Le plus souvent, le chauffe-eau n'est pas surdimensionné pour des raisons de coût si bien qu'il fonctionne à ses limites lors des pointes de consommation. les systèmes mixtes dans lesquels il existe un petit réservoir de stockage afin de limiter les appels de puissance lors des périodes de pointe de consommation. L'eau chaude est normalement stockée à une température de 60 C. Avec ce dispositif, les limitations des systèmes à accumulation et des systèmes à chauffage direct sont relativement atténuées. La production d'eau chaude à partir d'énergie solaire peut générer d'importantes économies d'énergie. Le rendement des panneaux solaires dépend de l'intensité du rayonnement et des heures annuelles d'ensoleillement. Dans l'europe du sud, où l'ensoleillement annuel est important, les chauffe-eau solaires sont une solution viable. Quelques mesures susceptibles de réduire les dépenses énergétiques dans la production d'eau chaude sans affecter le confort sont les suivantes : isoler les circuits et les réservoirs de stockage installer des équipements à basse consommation dans les douches et les baignoires sans affecter la qualité de la fourniture d'eau chaude installer des compteurs d'eau chaude de façon à surveiller la performance des installations installer des robinets automatiques dans les toilettes et dans les services du secteur général minimiser les fuites d'eau chaude grâce à une maintenance convenable des circuits et des robinets dans les douches, baignoires et lave-mains 11

12 Efficacité énergétique ECLAIRAGE L'éclairage est l'un des postes qui consomment le plus d'énergie électrique dans les hôtels, comme dans de nombreux autres bâtiments publics. La figure 2 montre qu'environ 12 % de l'énergie totale consommée dans un hôtel sert à l'éclairage. Les installations d'éclairage doivent fournir des niveaux d'éclairement adaptés à chaque activité. L'esthétique et le confort visuel sont importants dans un hôtel et dépendent de la zone éclairée. Les niveaux d'éclairement adaptés à chaque zone sont définis par les normes particulières de chaque pays. Ces niveaux doivent être atteints par des sources lumineuses les mieux adaptées à chaque application. Pour ce qui relève des économies d'énergie possibles dans l'éclairage, deux pistes sont à envisager. Eclairage à haut rendement L'éclairage souhaité est fourni par des sources lumineuses, chacune d'elles étant constituée par une lampe et son luminaire. Le choix des sources dépend de plusieurs critères tels que l'efficacité lumineuse, la température de couleur, le rendu des couleurs souhaité, la durée de vie de la lampe, le mode d'émission de la lumière, etc. L'éclairage des différentes zones d'un hôtel répond à différentes contraintes, mais il est très important de choisir pour chaque application les luminaires de meilleur rendement. Les couloirs des grands hôtels par exemple, utilisés par de nombreux clients en même temps, restent éclairés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 toute l'année. Par conséquent, l'utilisation de tubes fluorescents est la meilleure solution pour économiser l'énergie. Par contre, l'éclairage des couloirs des petits hôtels ayant moins de clients sera avantageusement assuré par des lampes incandescentes associées à un détecteur de présence. Pour plus d'informations sur l'éclairage, veuillez vous reporter au Guide Efficacité Energétique et Eclairage. Les tubes fluorescents (TF) sont très intéressants du point de vue de leur efficacité lumineuse, mais ne sont pas toujours adaptés aux contraintes esthétiques. Dans les zones d'un hôtel dans lesquelles l'atmosphère doit être chaude et confortable, les tubes fluorescents ne constituent pas la bonne solution. La mise en valeur par l'éclairage est très difficile avec des tubes fluorescents. Cependant, lorsque c'est possible, il est souhaitable d'utiliser des tubes fluorescents à la place de lampes incandescentes (remarque : remplacer une lampe à incandescence par un tube fluorescent augmente considérablement le rendement de la conversion d'énergie, voir AG Lighting). Les luminaires dirigent le flux lumineux vers les zones à éclairer et pas ailleurs, permettant ainsi une distribution judicieuse de la lumière. L'utilisation d'éclairages localisés au lieu d'un éclairage général peut aussi contribuer aux économies d'énergie 12

13 Hôtels (moins de Watts gâchés pour rien et éclairage de la seule zone souhaitée). Allumage-Extinction automatiques Une autre façon d'économiser l'énergie est d'utiliser une "commande intelligente". La lumière est souvent allumée de façon inutile, par exemple lorsqu'il y a suffisamment d'éclairage naturel ou alors s'il n'y a personne dans la pièce. Avec des commandes manuelles en particulier, la lumière tend à rester allumée inutilement. Nous conseillons donc d'utiliser autant que possible les interrupteurs automatiques, par exemple : capteurs d'éclairement détecteurs de présence raccordement à la gestion technique du bâtiment (GTB) minuteries Par exemple, dans certains hôtels, l'éclairage des chambres ne peut être allumé que lorsque les clients sont présents (par lecture de leur clé électronique) et est automatiquement éteint lorsque les clients sortent en emportant leur clé. AUTRES APPLICATIONS La figure 3 montre également que la cuisine (préparation de la nourriture) et les autres utilisations consomment beaucoup d'énergie dans un hôtel. Selon les équipements utilisés dans un hôtel, il est important d'utiliser les technologies les mieux adaptées à chaque application. Par exemple, les cuisines de certains hôtels ne sont prévues que pour préparer le petit-déjeuner. Elles ne sont donc pas équipées comme celles qui permettent de préparer un grand nombre de plats par jour. Les autres équipements sont les ascenseurs et les monte-charge, les équipements de bureau, l'équipement de la buanderie (lorsqu'elle n'est pas externalisée), etc. 2.3 Consommation d'énergie des hôtels La consommation d'énergie dans les hôtels représente près de 6 % des coûts de fonctionnement. De grandes disparités existent quant aux types d'établissements, aux nombres de chambres, aux catégories, aux localisations géographiques, etc. Il est par conséquent difficile de parvenir à une classification standardisée des consommations d'énergie dans les hôtels. Néanmoins, il est possible de définir statistiquement les consommations d'un hôtel, comme le montre la figure 4 ci-après. 13

14 Efficacité énergétique Données énergétiques Statistiques des consommations d énergie dans le secteur hotelier Statistiques générales Type d hôtel Fioul Electricité Petits et moyens Moyenne : 238 kwh/m².année Moyenne : 77 kwh/m².année Sans air conditionné Max. : 286 kwh/m².année Max. : 80 kwh/m².année Min. : 196 kwh/m².année Min. : 71 kwh/m².année Grands Moyenne : 266 kwh/m².année Moyenne : 143 kwh/m².année Avec air conditionné et autres Max. : 350 kwh/m².année Max. : 182 kwh/m².année équipements Min. : 220 kwh/m².année Min. : 100 kwh/m².année Figure 4 : répartition statistique des consommations d énergie dans le secteur hôtelier Sources statistiques : Belgique : Les Flandres : par Vito Environs de Bruxelles : par ICEDD La Wallonie : par ICEED Les pays européens : Les Pays-Bas :par Novem Le Royaume-Uni :par l Université de Sheffeld Hallam Le Royaume-Uni :par Carbon Trust La chaîne d hôtels Accor Il existe de multiples façons d établir des comparaisons statistiques dans le secteur hôtelier mais les difficultés sont nombreuses. Certains hôtels ont leur propre buanderie, ce qui augmente mécaniquement la consommation d'énergie. D'autres hôtels externalisent ce service. Certains hôtels sont équipés d'une piscine intérieure, d'autres non. Selon le climat, le niveau d'occupation des chambres peut varier tout au long de l'année. C'est la raison pour laquelle on fait apparaître une plage des consommations d'énergie et pas uniquement une valeur moyenne. Réfrigération Ventilation Consommation électrique (kw) Autres Eclairage Figure 5 : consommation électrique d'un hôtel (+/ m²) un jour typique d'été, avant mise en place de mesures d'économie 14

15 Hôtels Figure 6 : consommation électrique du même hôtel, après mise en place de mesures d'économie Les figures 5 et 6 montrent le profil de charge typique d'un hôtel avant et après mise en place de mesures d'économie d'énergie. Les mesures d'économie prises ici incluent l'optimisation des températures dans les pièces communes, l'optimisation des points de fonctionnement des climatiseurs (programmation et flux de ventilation) dans les pièces communes, l'optimisation des points de fonctionnement des compresseurs, la gestion de l'énergie dans les bureaux et l'optimisation des programmes en buanderie. L'investissement nécessaire est minime et l'économie d'énergie peut atteindre 4 à 8 %. D'autres mesures d'économie d'énergie sont possibles (lampes à basse consommation, détecteurs de présence, programmateurs performants, etc.) mais nécessitent un investissement dont l'acceptabilité dépend du temps de retour sur investissement souhaité. Les économies d'énergie réalisées alors peuvent être très importantes (parfois jusqu'à plus de %). 2.4 Relation entre jours de grand froid et consommation d'énergie Lorsqu'on regarde les paramètres qui déterminent la consommation d'énergie, on observe que la consommation d'énergie électrique est plus ou moins constante. La consommation d'énergie calorifique dépend du taux d'occupation (si l'affectation des chambres est correctement réalisée) et de la température extérieure. L'influence de la température extérieure peut être mise en évidence en recherchant une relation entre jours de grand froid et consommation d'énergie calorifique. Pour plus d'information sur les jours de grand froid, veuillez vous reporter au site suivant La figure 7 présente cette étude pour un hôtel représentatif d'amsterdam. Cette figure montre qu'il y a une forte corrélation entre consommation d'énergie calorifique et jours de grand froid. 15

16 Efficacité énergétique Figure 7 : corrélation entre consommation mensuelle de gaz naturel dans un hôtel et jours de grand froid pour un hôtel d'amsterdam 16

17 Hôtels 3. Etudes de cas Le chapitre 2.2 a permis d'analyser les principaux postes consommateurs d'énergie dans un hôtel. Dans les paragraphes suivants, nous présentons un certain nombre d'études de cas relatives aux économies d'énergie. Le secteur de l'hôtellerie dans tous ses aspects utilise nombre de solutions pour réaliser des économies d'énergie, dont le temps de retour sur investissement varie entre 0 et 4 à 5 ans. Les cas suivants illustrent quelques unes de ces solutions. Ces études de cas proviennent des Pays-Bas, de Belgique et d'allemagne. Les prix suivants du gaz et de l'électricité ont été retenus pour les calculs : prix du gaz : 50 /MWh prix de l'électricité : 120 /MWh Les études de rentabilité sont faites sur la base d'économies d'énergie effectives. Ne sont pas prises en compte les subventions gouvernementales ni les économies de maintenance qui peuvent réduire le temps de retour sur investissement, dans la mesure où ces subventions gouvernementales sont très variables d'un pays à l'autre. Les formules et calculs utilisés ne sont pas présentés dans ce guide, mais seulement les résultats. Des développements peuvent être trouvés dans les guides spécialisés de cette série. 17

18 Efficacité énergétique Cas 1 : chauffage modification du point de consigne du chauffage et modification de l'affectation des chambres Introduction L'hôtel est ici de taille moyenne, situé en bord de mer et totalement climatisé. Le chauffage des chambres inoccupées est à l'arrêt. Il semble ne pas y avoir de relation entre le taux d'occupation des chambres et la consommation de gaz naturel. La cause probable en est qu'en période de faible fréquentation, la distribution des chambres est aléatoire. Situation actuelle En période de faible fréquentation, la distribution des chambres est aléatoire. Par conséquent, il est possible que plusieurs couloirs soient chauffés inutilement, avec seulement quelques chambres occupées par couloir. De plus, lorsqu'une chambre est occupée, sa consigne de chauffage est de 20 C pendant toute l'année. Proposition Une meilleure répartition des chambres pendant les périodes de faible fréquentation peut faire économiser l'énergie. Lorsque des couloirs sont vides (comme dans de nombreux hôtels), de l'énergie est économisée et une corrélation apparaît entre consommation de gaz naturel et taux d'occupation. Par ailleurs, lorsque le point de consigne du chauffage est fixé à 18 C en hiver au lieu de 20 C, une importante économie d'énergie peut être réalisée. Les clients peuvent évidemment changer cette consigne selon leurs besoins, mais 18 C est la température la plus utilisée dans les hôtels en hiver. Économies estimées & investissements Les économies découlant d'une meilleure répartition des chambres peuvent atteindre 4 % de la consommation de gaz naturel d'un hôtel. Cela représente une économie annuelle de kwh calorifiques ou Dans cette hypothèse, une corrélation entre la consommation de gaz naturel et le taux d'occupation est mise en évidence. Économies consécutives à l'abaissement du point de consigne du chauffage en hiver de 20 C à 18 C : dans de nombreux hôtels, le point de consigne du chauffage en hiver se situe entre 16 C et 20 C. Un degré d'abaissement de ce point entraîne une baisse sur 18

19 Hôtels la facture de gaz naturel de 3 à 5 %. Comme cette mesure ne peut concerner qu'une partie de l'hôtel et que la climatisation dispose d'un dispositif de réchauffage, les économies réelles par abaissement de la consigne en hiver sont estimées à environ 3 % de la consommation de gaz naturel. Pour cet hôtel cela signifie une économie annuelle de 3 000, sans investissement. Cependant, les normes de certaines chaînes hôtelières peuvent interdire de telles mesures. Si ces normes indiquent que les chambres doivent être chauffées à 20 C toute l'année, il sera plus difficile d'utiliser cette mesure d'économie d'énergie. 19

20 Efficacité énergétique Cas 2 : climatisation arrêt de la climatisation du restaurant et des salles de réunion pendant la nuit Introduction L'hôtel est ici un grand hôtel. Plusieurs dispositifs de climatisation y sont installés. La climatisation du restaurant et des salles de réunion est équipée d'un dispositif de recyclage de la chaleur. Situation actuelle Actuellement, la climatisation du restaurant et des salles de réunion est réglée pour un débit d'air réduit de 50 % pendant la nuit. Proposition Nous proposons d'arrêter pendant la nuit la climatisation du restaurant et des salles de réunion. Économies estimées & investissements Les économies sont estimées en termes de consommation d'énergie électrique (les ventilateurs peuvent être arrêtés) et de consommation de gaz (plus de chauffage de l'air). Le gain est moindre que pour une climatisation sans dispositif de réchauffage, mais est encore significatif. Les paramètres de la climatisation en mode nocturne sont les suivants : Débit d'air (la moitié du débit diurne) : m³/heure Température : 20 C Durée de la ventilation : 8 h/nuit 20

21 Hôtels Sur la base des paramètres précédents, les économies peuvent être calculées comme suit : Consommation actuelle de gaz (chauffage) en mode nocturne : Consommation actuelle d'électricité (ventilateurs) : Degré-heures sur la base de 20 C (+1 C par rapport aux ventilateurs) : Economies : 60 MWh calorifiques/an 3 MWh/an hk/an /an Les économies d'énergie atteignent 3 MWh e [électriques]/an et 60 MWh th [calorifiques]/ an, soit une économie financière de /an. L'investissement est très faible : un nouveau paramétrage de la Gestion Technique du Bâtiment, une configuration du débit d'air nocturne à 0 au lieu de 50 % du débit diurne. Le retour sur investissement s'effectue en moins d un mois. 21

22 Efficacité énergétique Cas 3 : climatisation installation d'une pompe à vitesse variable pour la circulation de l'eau chaude de la climatisation Introduction L'hôtel est ici un grand hôtel, dont l'eau chaude est produite dans la centrale de climatisation. Situation actuelle L'eau chaude est produite par la centrale. La circulation de cette eau chaude de chauffage produite dans le dispositif de climatisation est assurée par une pompe ordinaire, sans variateur de vitesse. Cette pompe tourne en permanence, indépendamment du taux d'occupation de l'hôtel. La puissance de la pompe peut être réglée manuellement entre 100 W et W. Au moment de l'analyse, la pompe était réglée sur W. Proposition Nous proposons d'installer un variateur de vitesse (VSD) pour commander la pompe. Selon le besoin, le débit est régulé par la pompe à vitesse variable, ce qui conduit à des économies d'énergie. Économies estimées & investissements Heures par an Débit (%) Heures par an Pompe conventionnelle Pompe avec variateur de vitesse Figure 8 : consommations d'une pompe conventionnelle (rose) et d'une pompe à vitesse variable (rouge) en fonction du besoin en chauffage 22

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07)

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) Comment régler son installation pour réduire de manière optimale sa consommation d énergie? 1. LE REGLAGE D UNE INSTALLATION DE CHAUFFAGE

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne.

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Formation à la promotion des énergies renouvelables à CEFIDEC Vatra Dornei Dănuţ

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE 36% DE CRÉDIT D'IMPÔTS Loi de finance 2011 T.Flow Un système révolutionnaire 2 en 1 Seul

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Conseil en Orientation Energétique

Conseil en Orientation Energétique Conseil en Orientation Energétique B A I L L A R G U E S Salle Claude PLAN + CCAS novembre 2008 Diagnostiqueur : Michaël GERBER Salle Bagouet Esplanade Charles de Gaulle 34 000 Montpellier T : 04 67 91

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE CONFERENCE DERBI 1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE 1er SYSTEME SOLAIRE COMBINE La climatisation Le chauffage L eau chaude sanitaire HISTORIQUE Fin 2003 : Lancement du projet Début 2005 : 1er prototype opérationnel

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR POUR DOUCHE RECOH -VERT RECOH -DRAIN RECOH -TRAY RECOH -MULTIVERT Récupération de chaleur grâce à l eau de douche Qu est ce que c est? Suite aux différentes réglementations, les

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

Economiser sur les groupes de froid

Economiser sur les groupes de froid Economiser sur les groupes de froid Mise à jour le 24/07/2009 La conservation de denrées alimentaires requiert une production de froid importante et constante, ce qui demande une grande quantité d énergie.

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique.

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. ROTEX Sanicube : combinaison de l accumulateur et du chauffe-eau instantané. ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. Le Chauffage! Autant d eau chaude sanitaire que vous voulez.

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables.

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Nos moyens humains et techniques Nos moyens humains : EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Notre équipe multi-technique et

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires La combinaison naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Informations préliminaires 2 Le futur c'est maintenant 3 et le futur est plus respectueux de l'environnement,

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Cahier technique n 206

Cahier technique n 206 Collection Technique... Cahier technique n 206 Les économies d énergie dans le bâtiment N. Chaumier Les Cahiers Techniques constituent une collection d une centaine de titres édités à l intention des ingénieurs

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

ErP 2009/125/CE. Directives Eco-conception Etiquetage énergétique

ErP 2009/125/CE. Directives Eco-conception Etiquetage énergétique ErP 2009/125/CE Directives Eco-conception Etiquetage énergétique La politique ErP Les objectifs La politique européenne ErP (Energy related Products), déclinée en 2 Directives : Eco-conception et Etiquetage

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

FLUXUS Energie. Gérer efficacement l'énergie en utilisant la technologie de mesure non-intrusive. Mesure de débit énergétique et d'air comprimé

FLUXUS Energie. Gérer efficacement l'énergie en utilisant la technologie de mesure non-intrusive. Mesure de débit énergétique et d'air comprimé Gérer efficacement l'énergie en utilisant la technologie de mesure non-intrusive FLUXUS Energie débit énergétique et d'air comprimé Chauffage et climatisation des consommations thermiques : Chauffage Réfrigération

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie Pompes à chaleur Air / Eau DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif Inverter 1 ère MONDIALE Daikin» Economies d énergie» Faibles émissions de CO2» Flexible» Technologie

Plus en détail

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible.

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. lavage clim Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité économie confort Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. froid veille éclairage +3 10 En 10 ans

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr.

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr. AUER 1892-2012 1892-2012 - 120 ans d innovations www.auer.fr 70 HRC modulante haute température 70 C é néficiez 15% de Le chauffage garanti même par grands froids! ou que t d e tr a énéficiez va u x 23%

Plus en détail

Chaudière gaz à basse température & à condensation

Chaudière gaz à basse température & à condensation Primes & Démarches Administratives Il est important de préciser que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la SPRL Kreusch Frères (Bernard Kreusch) même que nous sommes là pour

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Agricole Pré-refroidisseur de lait AGRI-TH-108 Agricole

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES COSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MIISTRES RECOMMADATIO R (83) 6 DU COMITÉ DES MIISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LES MESURES D'ÉCOOMIE D'ÉERGIE DAS LES ÉQUIPEMETS SPORTIFS (adoptée par le Comité des Ministres

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

À DRAINAGE GRAVITAIRE

À DRAINAGE GRAVITAIRE LE CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL À DRAINAGE GRAVITAIRE ET CIRCUIT HERMÉTIQUE LE DOMOSOL : AIDE AU CHAUFFAGE SE SOLAR HEAT Naturelle, renouvelable, inépuisable ~ L'énergie solaire n'est pas sujette aux

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

Programme d'efficacité électrique Jura

Programme d'efficacité électrique Jura 1/5 Conditions générales de soutien 1. L'objet d'encouragement doit se trouver dans un bâtiment situé dans le canton du Jura. 2. Les contributions de soutien sont octroyées jusqu'à épuisement du budget.

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 RCS : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la!

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! Console Hyper Heating Super chauffage 1 MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! 1 Performance énergétique La pompe à chaleur Air/Air MFZ-KJ est constituée d un groupe extérieur et

Plus en détail

Caractéristiques techniques INVERTER 9 SF INVERTER 9 HP INVERTER 12 SF INVERTER 12 HP

Caractéristiques techniques INVERTER 9 SF INVERTER 9 HP INVERTER 12 SF INVERTER 12 HP - CARACTERISTIQUES TECHNIQUES - UNICO INVERTER - Caractéristiques techniques INVERTER 9 SF INVERTER 9 HP INVERTER 12 SF INVERTER 12 HP Capacité de refroidissement (1) (min/moyen/max) kw 1.4/2.3/2.7 1.4/2.3/2.7

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie L'air comprimé est un porteur d'énergie indispensable. A titre d exemple, environ 60.000 installations sont présentes en Allemagne.

Plus en détail

Theta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe

Theta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe heta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe Un module pour la production de l ECS et du chauffage central Echangeur à plaques avec circulateur ECS primaire, une vanne trois voies,

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie Smatrix Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie 02 l Uponor Smatrix Uponor Smatrix : optimise la climatisation intérieure, la gestion

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail