Guide des services à la personne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide des services à la personne"

Transcription

1

2 Guide des services à la personne Guide pratique Edition 2014 Cet ouvrage est contenu dans le Kit Mission «Réaliser des missions auprès des particuliers» ISBN : Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle sans le consentement de l auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite selon l article L du Code de la propriété intellectuelle et constitue une contrefaçon réprimée par le Code pénal. Seules sont autorisées (art. L 122-5), les copies ou reproductions strictement réservées à l usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, ainsi que les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, pédagogique ou d information de l œuvre à laquelle elles sont incorporées, sous réserve, toutefois, du respect des dispositions des articles L à L du même code, relatives à la reproduction par reprographie.

3 Découvrez les Kits Missions, la première collection qui vous suit pas à pas dans toutes les étapes de votre mission. Résolument pratique, cette nouvelle collection est faite pour vous accompagner dans la réalisation et le développement de vos missions auprès de vos clients. Les outils commerciaux, méthodologiques et techniques contenus dans les Kits Missions vous assurent d une approche opérationnelle et sécuritaire, dans le respect des règles professionnelles en trois étapes : Etape 1 : préparer la mission Des éléments pour sensibiliser vos clients et communiquer vers eux Des éléments pour respecter vos obligations déontologiques et normatives : acceptation de la mission, lettre de mission, Etape 2 : réaliser la mission La liste des documents et/ou informations à obtenir Un ou plusieurs outils spécifiques à la mission et/ou un ouvrage expliquant les tenants et les aboutissants de la mission Etape 3 : finaliser la mission Un exemple de document final de mission (attestation, rapport, compte-rendu, selon la mission) Osez les Kits Missions pour agir auprès de vos clients et prospects! Rendez-vous sur la Boutique d'experts-comptables Services :

4 3 Remerciements La première édition de ce guide a été réalisée en 2012 par la commission des réformes de la profession, présidée par Joseph ZORGNIOTTI et le comité des personnes physiques, présidé par Serge ANOUCHIAN. La présente édition en est la mise à jour. Elle a été réalisée par les membres du comité des particuliers, présidé par Philippe JACQUEMET. Les travaux ont été coordonnés par Frédéric FELLER, consultant en droit fiscal, Infodoc-experts, détaché auprès du comité des particuliers, sous la direction d Eric FERDJALLAH-CHEREL, directeur des études du Conseil supérieur de l ordre des experts-comptables.

5

6 5 Sommaire Remerciements... 3 Introduction... 9 Partie 1 LES SERVICES A LA PERSONNE AU SEIN D UNE STRUCTURE DEDIEE NON INSCRITE A L ORDRE CHAPITRE 1 - Les textes applicables 1 Les textes règlementant les services à la personne L assistance administrative L assistance informatique et internet Les textes relatifs aux modalités d exercice de cette activité Une activité exclusive Au domicile du client L assurance civile de responsabilité professionnelle Les avantages liés au statut d entreprise de services à la personne Les textes sur le démarchage CHAPITRE 2 - Les missions ouvertes 1 L assistance administrative à domicile L assistance informatique... 24

7 6 Collection des études institutionnelles CHAPITRE 3 - Les clients concernés 1 Les clients actuels Les «nouveaux» clients CHAPITRE 4 - L activité en pratique 1 Avant la mission Le choix des collaborateurs La communication et le marketing Mobiliser le réseau Le plan de communication Obtenir l autorisation de l administration La signature d un contrat Logo à utiliser Les documents à produire Le rapport d activité L attestation fiscale annuelle La facturation Les modalités de paiement Partie 2 LES SERVICES A LA PERSONNE AU SEIN DU CABINET D EXPERTISE COMPTABLE CHAPITRE 1 - Les textes applicables 1 L article 2 de l ordonnance du 19 septembre Les textes encadrant l exercice de la profession... 45

8 7 CHAPITRE 2 - Le champ d intervention ouvert 1 L assistance administrative L assistance informatique et internet CHAPITRE 3 - Les clients concernés CHAPITRE 4 - Les interactions avec d autres missions 1 La mission de déclaration fiscale des personnes physiques Le statut de tiers de confiance Le mandat fiscal CHAPITRE 5 - L activité en pratique 1 Avant la mission Pendant la mission A la cessation de la mission Partie 3 OUTILS ET EXEMPLES CHAPITRE 1 - Les principaux textes 1 Ordonnance n du 19 septembre 1945 portant institution de l Ordre des experts-comptables et réglementant le titre et la profession d expert-comptable Textes fondateurs Activités de services à la personne La déclaration pour bénéficier des avantages (à partir du 22 novembre 2011) Les avantages liés à la déclaration... 67

9 8 Collection des études institutionnelles 2.4 CESU Les obligations CHAPITRE 2 - Outils et exemples pour la réalisation de ces missions 1 Exemple de lettre de sensibilisation à envoyer aux clients (structure dédiée ou cabinet d expertise comptable) Exemples d arguments pour alimenter un site internet (structure dédiée ou cabinet d expertise comptable) Exemple de contrat sans démarchage (structure dédiée) Exemple de contrat avec démarchage (structure dédiée) Exemple d attestation fiscale annuelle (structure dédiée) Exemple de facture de services d aide à la personne (structure dédiée) Exemple de statuts de SARL dédiée aux services à la personne Exemple de statuts de SAS dédiée aux services à la personne Exemple de lettre de mission pour le cabinet d expertise comptable ou l association de gestion et de comptabilité

10 9 Introduction Très présents dans les pays anglo-saxons, les services à la personne connaissent en France une croissance continue depuis 2005, date de la loi Borloo qui a organisé cette activité et mis en place un certain nombre d avantages pour les particuliers utilisateurs et les prestataires de services. Un nombre croissant de foyers fait appel à des intervenants extérieurs pour les accompagner dans de nombreux aspects de leur vie quotidienne. Le total des heures travaillées au sein d organismes prestataires est en augmentation régulière (+ 13 % par an en moyenne). Les services à la personne recouvrent des domaines très divers et de nombreuses activités. L'accompagnement administratif, comptable, fiscal, etc., pour lesquels nos compétences sont reconnues, constituent un secteur d'intervention possible pour les experts-comptables. La loi du 23 juillet 2010 a ouvert aux experts comptables le marché des particuliers. Complété par la loi du 28 mars 2011, l article 2 de l ordonnance de 1945 prévoit désormais que la profession comptable peut assister les personnes physiques dans leurs démarches déclaratives à finalité fiscale, sociale et administrative. Avec les services à la personne, les cabinets peuvent proposer de nouvelles missions en synergie avec leurs compétences. Les experts comptables sont habitués à gérer quotidiennement la complexité administrative, les déclarations fiscales et sociales, les relations avec les banques mais également les nouvelles technologies, internet. Toutes ces missions ne sont pas nouvelles. Seuls le public et les modalités changent. Les compétences et le savoir-faire du cabinet sont donc directement mobilisables pour apporter une réponse concrète et adaptée aux attentes de ce nouveau public sans investissements supplémentaires. Les experts comptables peuvent désormais proposer ces missions aux particuliers : soit directement au sein de leur cabinet ; soit par le biais de filiales dédiées pour bénéficier des nombreux avantages de la loi sur les services à la personne. Ce guide est un support de travail conçu par l Ordre des expertscomptables. Il ne couvre pas l intégralité des hypothèses pouvant être rencontrées en pratique. C est pourquoi, son utilisation ne dispense pas d une validation des données à la lumière d une documentation à jour et du jugement d un professionnel.

11

12 Les services à la personne au sein d une structure dédiée non inscrite à l ordre

13

14 CHAPITRE 1 Les textes applicables

15

16 Partie 1 : Les services à la personne au sein d'une structure dédiée non inscrite à l'ordre 15 1 Les textes règlementant les services à la personne La loi n du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne, dite loi Borloo, permet aux utilisateurs de services à la personne de bénéficier d aides fiscales. Ce mécanisme est principalement utilisé pour l emploi de garde d enfants, de femmes de ménage ; autres services, comme les tâches administratives, sont moins connus. L article D du Code du travail définit les différentes activités de services à la personne. Plusieurs peuvent concerner les professionnels de l expertise comptable : l assistance administrative, l assistance informatique et internet. Le décret n du 2 juillet 2014 porte dissolution de l'agence nationale des services à la personne et transfère son domaine d'intervention à l'etat. 1.1 L assistance administrative La circulaire du Ministère de l Emploi, de la cohésion sociale et du logement datée du 15 mai 2007, précise que cette mission couvre toutes «les tâches d appui et d aide à la rédaction des correspondances, à la compréhension et à la facilitation des contacts et des relations, notamment avec les administrations publiques. Cette activité ne se situe jamais dans le cadre d un mandat, d une substitution d action ou de responsabilité. L activité agréée doit apporter à cet égard toute garantie de clarté». Cette assistance ne devant pas se situer dans le cadre d un mandat, il ne s agit pas de faire la déclaration fiscale d un particulier mais de l aider à la réaliser. Cette activité peut englober de nombreuses autres tâches comme le calcul d une pension de retraite, l assistance à la gestion du patrimoine etc. 1.2 L assistance informatique et internet Une instruction ministérielle du 26 avril 2012, définit et énumère les prestations s y rapportant (Instruction ministérielle du 26 avril 2012, I ). Une liste des prestations réalisables dans le cadre du régime des services à la personne est dressée. Cette dernière est assez précise. De nombreuses

17 16 Collection des études institutionnelles prestations d assistance informatique et internet en demeurent exclues (voir infra, Partie 1, chapitre 2, paragraphe 2). 2 Les textes relatifs aux modalités d exercice de cette activité Pour faire bénéficier les clients de tous les avantages fiscaux attachés aux services à la personne, il est nécessaire de créer une structure dédiée, dont l activité unique sera les services aux particuliers. Cette société ad hoc peut être une filiale du cabinet d expertise comptable, ce qui permettra au cabinet et à sa filiale de communiquer sur les liens entre les deux structures. En outre, un professionnel de l expertise-comptable peut être le dirigeant de cette nouvelle société. Les articles 7 quater et 22 aliéna 6, de l Ordonnance de 1945 autorisent, en effet, les professionnels de l expertise comptable à prendre des participations et des mandats sociaux dans des sociétés extérieures non inscrites à l Ordre. Il est cependant nécessaire de vérifier dans ce cas, que ces prises de participations et mandats sociaux ne portent pas atteinte à l indépendance des professionnels et ne font pas obstacle à l accomplissement de leurs devoirs professionnels. Les professionnels doivent s abstenir d exercer tout mandat social de nature à déconsidérer la profession ou contraire à la probité, à l honneur ou à la dignité et susceptible d occasionner un conflit d intérêts ou une diminution de leur libre arbitre ou qui pourrait être interprétée comme constituant une entrave à leur intégrité ou à leur objectivité. A noter par ailleurs, que le statut d entreprise de services à la personne est assorti d un certain nombre de conditions de fond et de forme à respecter. 2.1 Une activité exclusive Les organismes déclarés doivent avoir pour activité exclusive les services à la personne. Les cabinets souhaitant développer de telles missions en bénéficiant de tous les avantages de la loi de 2005 doivent donc créer une filiale ad hoc dont l unique objet social concerne les services à la personne. En cas de recours à des sous-traitants, ceux-ci doivent également être déclarés.

18 Partie 1 : Les services à la personne au sein d'une structure dédiée non inscrite à l'ordre Au domicile du client Les prestataires de services aux particuliers doivent exercer leurs activités au domicile des clients. Pour réaliser ces missions, il est donc conseillé de se munir d un ordinateur portable. 2.3 L assurance civile de responsabilité professionnelle Il est important de penser à assurer la société. Rappelons que les filiales non inscrites au Tableau de l Ordre, constituées et détenues par des experts comptables, personnes physiques ou morales, adhérents au contrat Groupe du CSO sont assurées, sous réserve de respecter cumulativement les quatre conditions suivantes : ces filiales doivent être mentionnées au contrat d assurance ; les activités de ces filiales doivent être strictement limitées à l exercice des activités suivantes : depuis le 23 juillet 2010 il est admis que les activités garanties par le contrat Groupe du CSO s entendent de l ensemble des activités et travaux dont il est fait état à l article 17 de l ordonnance de 1945 et ceux exercés selon les usages en vigueur et dans les limites admises par l Ordre et notamment toutes opérations, missions et prestations de conseils, audits, études, expertises, analyses, diagnostics, enquêtes, constats, contrôles, vérifications, certifications, formation, enseignement, assistance, activités commerciales accessoires, dans tous secteurs (y compris les particuliers). elles doivent exercées au seul profit des clients des experts comptables sociétés mères assurées ; leur capital social doit être détenu majoritairement par lesdits experts comptables. Si ces conditions ne sont pas toutes remplies, la filiale doit souscrire un contrat séparé dont les garanties, et les conditions tarifaires seront spécifiques notamment en fonction de l activité exercée et de la clientèle cible.

19 18 Collection des études institutionnelles 2.4 Les avantages liés au statut d entreprise de services à la personne En contrepartie des obligations attachées au statut d entreprise de services à la personne, la société dédiée bénéficie, et fait bénéficier à ses clients 1, de nombreux avantages : l accès au chèque emploi service universel (CESU) ; les avantages fiscaux ; les avantages sociaux ; Le chèque emploi service universel Le CESU est un instrument de paiement des prestations de services à la personne proposé aux particuliers pour leur faciliter l accès à l ensemble des services à la personne. Il se présente sous deux formes : le CESU déclaratif : utilisable uniquement pour l emploi direct d un salarié à domicile ; le CESU préfinancé : moyen de paiement à montant prédéfini, comme un titre restaurant. Il est financé totalement ou en partie par un employeur et/ou un comité d entreprise, ou un financeur social (mutuelle, caisse de retraite, collectivité territoriale...). Les particuliers peuvent utiliser le CESU pour payer toutes les activités de services à la personne rendus à leur domicile et les activités de garde d enfants rendues à l extérieur du domicile. Les organismes répondant aux conditions de la loi sur les services à la personne peuvent être rémunérés en Cesu préfinancés. Pour ce faire, l affiliation au Centre de remboursement du Cesu est obligatoire 2. L organisme peut alors encaisser les CESU par voie électronique, ou les envoyer par courrier. Les clients peuvent également payer directement en ligne. 1 Sauf exceptions. 2 Le dossier d affiliation à compléter est disponible sur le site ou par téléphone au

20 Partie 1 : Les services à la personne au sein d'une structure dédiée non inscrite à l'ordre Les avantages fiscaux Les structures de services à la personne bénéficient d un taux de TVA réduit de 10 % ou 20 % Le taux de 10 % s applique notamment à l assistance administrative et le taux de 20 % à l assistance informatique. Bien entendu, cet allègement fiscal n a aucun impact pour l organisme qui reverse intégralement la TVA collectée. Cependant, cette TVA à taux réduit constitue un bon argument commercial pour les entreprises de services à la personne. En faisant appel à un organisme dédié aux services à la personne, les clients bénéficient de 50 % de réduction ou crédit d impôt sur le revenu sur les sommes versées au titre des services à la personne dans l année. Les personnes retraitées et les demandeurs d emploi non imposables ne peuvent cependant bénéficier du crédit d impôt sur les sommes versées. Le plafond annuel des dépenses déductibles pour l année 2011 est de , majoré de par enfant à charge ou membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans, dans la limite d un plafond de Pour les personnes invalides ou ayant la charge d une personne invalide, le plafond annuel de dépenses déductibles est porté à Les textes sur le démarchage Si l organisme dédié aux services à la personne (prestataire de services) prend l initiative de contacter un particulier afin de contracter un contrat de services d aide à la personne, le Code de la consommation et plus spécifiquement les règles du démarchage s appliquent. Afin de répondre aux exigences prévues à l article L dudit code, un devis doit être remis par écrit au client, lequel reprend toutes les mentions obligatoires, (ces dernières seront détaillées plus loin). Tous les exemplaires du devis doivent être signés et datés de la main du client. En outre, aux termes de l article L du Code de la consommation, le devis, ayant valeur de contrat, il comprend un formulaire détachable destiné à faciliter l exercice de la faculté de renonciation offerte au client.

21 20 Collection des études institutionnelles Enfin, le prestataire s interdit de percevoir un paiement ou une contrepartie quelconque à la signature de la présente et ce jusqu au terme du délai de rétractation de 7 jours. Dès lors, il ne peut accepter la remise d un chèque même si celui-ci n est encaissé qu après la fin de la période de rétractation, ni la signature d une autorisation de prélèvement bancaire. De même, avant l expiration du délai de rétractation, aucune prestation de quelque nature que ce soit ne peut être effectuée.

22 CHAPITRE 2 Les missions ouvertes

23

24 Partie 1 : Les services à la personne au sein d'une structure dédiée non inscrite à l'ordre 23 Cette structure dédiée n étant pas inscrite à l Ordre, elle n est limitée par aucune des contraintes prévues par les textes encadrant la profession d expertise comptable. 1 L assistance administrative à domicile Au quotidien, les particuliers disposent de moins en moins de temps libre. En parallèle, ils souscrivent des engagements juridiques et financiers de plus en plus complexes. La gestion et la souscription de déclarations administratives nécessitent un investissement de temps et des compétences de plus en plus précises. Le particulier ne détient pas forcément les connaissances nécessaires. L assistance administrative à domicile couvre toutes les tâches d appui et d aide à la rédaction des correspondances courantes, aux tâches administratives, au paiement et au suivi des factures du foyer, à la compréhension et à la facilitation des contacts et des relations, notamment avec les administrations publiques. Notons que sont exclus la rédaction de tous les actes juridiques relevant des professionnels du droit ainsi que les travaux littéraires ou biographiques. Il en est bien évidemment de même pour l accomplissement de toutes les prestations citées qui seraient effectuées hors du domicile. L assistance administrative à domicile permet au client de bénéficier d un gain de temps et d efficacité pour sa gestion administrative personnelle. De nombreuses tâches administratives peuvent être déléguées en toute confiance à un expert-comptable. Parmi les missions d assistance administrative, citons à titre d exemple : assistance en matière déclarative fiscale et sociale : déclaration de revenus ; déclaration d ISF ; déclarations sociales. assistance administrative et correspondance personnelle : relations avec les administrations ; relations avec les compagnies d assurance (dossiers d assurances, déclaration de sinistre ) ;

25 24 Collection des études institutionnelles résolution de petits litiges courants (avec un propriétaire, un locataire, un opérateur téléphone, lié à un achat à crédit ) ; gestion du courrier (ouverture, tri, préparation des réponses et des règlements de factures, ) ; rédaction et frappe de courrier ; préparation de demande de devis (travaux ), comparatif des propositions reçues démarches administratives (demande d une allocation ) ; gestion documentaire (classement, numérisation et archivage papier ou électronique des documents personnels). assistance à la gestion des finances personnelles : relations avec les banques (courrier, rapprochements bancaires, budget et suivi de trésorerie personnelle ) ; analyse et suivi des contrats en cours ; reconstitution de carrières avant le départ en retraite. 2 L assistance informatique De plus en plus de foyers s équipent en micro-informatique. Une fois l achat effectué, une proportion importante d utilisateurs a besoin d assistance : des conseils adaptés, des explications simples et efficaces, une aide technique individualisée pour l installation, l utilisation et la résolution des difficultés courantes. L assistance informatique à domicile apporte une valeur ajoutée irremplaçable, en termes de souplesse, de relations humaines et de satisfaction pour le client. S agissant d une activité d assistance aux personnes, l offre de service comprend obligatoirement l initiation ou la formation au fonctionnement du matériel informatique et aux logiciels non professionnels en vue de permettre leur utilisation courante. Sont exclus des prestations entrant dans les services à la personne : le dépannage ou l assistance informatique effectuée à distance (Internet, téléphone...) ; la réparation de matériels ;

26 Partie 1 : Les services à la personne au sein d'une structure dédiée non inscrite à l'ordre 25 la vente de matériels et de logiciels. A noter que le «matériel informatique» se définit comme le microordinateur personnel (PC, tablette PC, assistants personnels, téléphones ) ainsi que les équipements numériques et les périphériques faisant partie de son environnement immédiat dès lors qu ils sont connectés à internet ou permettent le partage de données et la connexion à internet. Sont donc exclus de ce périmètre : les installations d équipements hi-fi ou télévisuels (salons audio-numériques, décodeurs ), les matériels audio, photo et vidéo numériques, les GPS... Ainsi, à titre d illustration, une initiation peut concerner l importation dans le micro-ordinateur et le traitement de données en provenance d un appareil photo numérique mais ne pourra jamais traiter de l initiation au maniement de l appareil photo numérique lui-même (Instruction ministérielle du 26 avril 2012, p.88). L éventail des prestations qu une structure dédiée peut proposer aux particuliers en termes d assistance informatique est donc très large. En voici quelques exemples : installation et mise en service du matériel et des logiciels (le cas échéant, livraison) ; installation et utilisation d antivirus, de réseaux (ADSL, wifi ) ; initiation et formation au fonctionnement : matériels et logiciels non professionnels ; installation et utilisation d Internet (web et messagerie) ; bureautique et informatique familiale ; connexion et utilisation de périphériques : imprimante, scanner, Web Cam, appareil photo, etc. sauvegardes de données, etc. La prestation peut aussi intégrer les prestations complémentaires suivantes : livraison au domicile de matériels informatiques ; installation et mise en service au domicile de matériels et logiciels informatiques ; maintenance au domicile de matériels informatiques.

27 26 Collection des études institutionnelles Pour les prestations d assistance informatique, le montant maximum des dépenses ouvrant droit à exonération fiscale est limité à /an et par foyer fiscal, soit une réduction ou un crédit d impôt maximum de

28 CHAPITRE 3 Les clients concernés

29

30 Partie 1 : Les services à la personne au sein d'une structure dédiée non inscrite à l'ordre 29 Les prestations de services aux particuliers peuvent être proposées aux clients actuels du cabinet, mais aussi à tout tiers n ayant pas de lien antérieur avec le cabinet. 1 Les clients actuels Les clients actuels du cabinet constituent une première cible naturelle pour se lancer dans de nouvelles prestations de services à la personne. En effet, les missions réalisées dans le cadre de leur activité professionnelle permettent de créer au fil du temps une relation de confiance. La compétence et le professionnalisme des équipes du cabinet sont reconnus et véhiculent une image positive du cabinet pour l ensemble des prestations réalisées. La plupart des clients actuels n imaginent pas que le cabinet puisse se positionner sur le volet personnel de leur vie quotidienne : assistance informatique, assistance administrative. C est pourquoi, il est indispensable de communiquer sur ces nouvelles missions et de les informer personnellement. Grâce à leur expert-comptable, les clients actuels du cabinet vont ainsi pouvoir accéder à de nouvelles prestations, destinées à faciliter leur vie quotidienne, avec les mêmes exigences de qualité et le même professionnalisme que pour les prestations dont ils bénéficient déjà dans le cadre de leur activité professionnelle. De plus, les clients actuels peuvent constituer un relais particulièrement efficace pour faire connaitre les nouvelles prestations proposées par le cabinet, via sa filiale de services à la personne. 2 Les «nouveaux» clients Au-delà des clients qui connaissent déjà le cabinet, l éventail des clients potentiels pour les prestations de services à la personne envisagées (assistance informatique, assistance administrative) est vaste. Cependant, dans la mesure où ils n ont pas de liens privilégiés avec le cabinet, l expert-comptable va devoir les convaincre qu il peut les aider

31 30 Collection des études institutionnelles en leur apportant la qualité et la rigueur attachées à la marque expertcomptable. Ces «nouveaux» clients nécessitent une communication adaptée à la sphère de la vie privée, dans laquelle la qualité et le professionnalisme du cabinet sont des atouts qui permettent de créer une relation de proximité. Le cabinet devra également déterminer le cadre de son offre : accompagnement d'une clientèle endettée ou en difficulté, nombreuse mais pas forcément solvable ; accompagnement d'une clientèle plus fortunée, aux besoins variés, mais plus difficile à convaincre. Pour séduire de nouveaux clients en dehors de sa sphère habituelle, l expert-comptable doit mettre en œuvre une véritable démarche marketing et commerciale. Les outils proposés dans ce guide et lors du congrès «Paris 2012» devraient permettre aux experts comptables de s adapter aux différentes situations.

32 CHAPITRE 4 L activité en pratique

33

34 Partie 1 : Les services à la personne au sein d'une structure dédiée non inscrite à l'ordre 33 1 Avant la mission Le service à la personne a un modèle économique et un rythme différents de ceux des traditionnelles missions de l expertise-comptable (moins régulier, plus impliquant, rentabilité plus aléatoire). C est pourquoi, sans une stratégie claire de développement de ces missions et des moyens adaptés, il est difficile d exercer efficacement une telle activité. Le développement d une activité de services à la personne n est pas le fruit du hasard. Il est nécessaire de mettre en place une véritable gestion de projet. Celle-ci implique notamment les points de passage suivants : nommer un responsable et lui allouer du temps ; définir une offre et la marqueter ; créer des méthodes et des outils ; désigner les intervenants, les former, les documenter ; fixer des objectifs ; suivre le projet (indicateurs, tableau de bord ). La structure d exercice doit commencer par choisir les axes de développement de son activité de conseil. Le conseil est nécessairement le fruit d une (certaine) spécialisation. Pour choisir les domaines d intervention, un diagnostic préalable des motivations, capacités et potentiels de la structure apparaît incontournable. La première étape de la démarche consiste donc à définir globalement son offre de conseil. Une fois l offre définie, il faut se focaliser sur chaque mission identifiée afin de la concevoir et de l organiser. Pour que les missions soient efficaces et rentables, il faut qu elles soient organisées. Il faut absolument veiller à limiter les missions «à usage unique» pour être en mesure de créer des outils (production / promotion), les tester, les améliorer mais aussi de développer les compétences et de constituer des bases de données internes. Tout d abord, il faut définir très précisément ce que sera la mission future et la formaliser par écrit : quelle mission proposer (définition, caractéristiques, avantages clients)? A quels clients? Avec quels livrables?

35 34 Collection des études institutionnelles La mission une fois définie, il convient ensuite d en préciser le processus de réalisation. Pour cela il faut établir le mode opératoire c est-à-dire la succession des opérations dans l ordre chronologique. Pour formaliser le mode opératoire d une mission, le plus simple et le plus efficace consiste à créer un fichier dans lequel on décrit la succession des opérations. Enfin, le troisième volet de la conception d une mission consiste à créer les outils nécessaires en matière de production, de promotion et d organisation de la mission. La plupart de ces outils s inspirent des solutions disponibles au cabinet pour les missions traditionnelles. 1.1 Le choix des collaborateurs Si les collaborateurs du cabinet sont habitués à travailler avec des chefs d entreprise, la clientèle, dans les services à la personne, est différente. Elle exige plus d écoute, plus de proximité. Intervenir auprès d une clientèle de particuliers en micro-informatique ou en assistance administrative suppose de posséder certaines qualités personnelles et professionnelles. Parmi les qualités requises pour intervenir auprès des particuliers, citons notamment : ponctualité, rapidité d exécution et rigueur dans l organisation personnelle ; pédagogie, sens de l écoute, grande adaptabilité ; patience et discrétion absolue ; capacité à identifier et vendre de nouvelles missions. Les collaborateurs du cabinet qui le désirent pourront intervenir sur des missions de services à la personne après avoir été formés à ces besoins différents. Dans les services à la personne, le relationnel avec les clients prend une dimension particulière. Si le savoir-faire, c est-à-dire la compétence, reste la porte d entrée naturelle sur ce marché, il ne suffit pas. L expertcomptable doit également mettre en avant son «savoir-être». Le cabinet qui souhaite se lancer dans les services à la personne doit faire un effort pour : s organiser afin d être en mesure de répondre aux demandes ;

LES SERVICES A LA PERSONNE

LES SERVICES A LA PERSONNE LES SERVICES A LA PERSONNE CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES : Présidente : Agnès BRICARD COMMISSION DES REFORMES DE LA PROFESSION : Président : Joseph ZORGNIOTTI COMITE DES PERSONNES

Plus en détail

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 Décision d agrément du 31/12/1980 dûment renouvelé Siège social : Avenue Paul

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER Les particuliers qui ont recours à des services visés à l article L.129-1 du Code du travail, fournis par une association ou une entreprise, ou

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ;

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ; CHEQUES EMPLOI SERVICE UNIVERSELS (CESU) en tant que moyen de règlement de certains services offerts par les collectivités TEXTES DE REFERENCE - Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative

Plus en détail

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29 1 JORF n 0095 du 21 avril 2012 Texte n 29 DECRET Décret n 2012-528 du 19 avril 2012 relatif au fonds d assurance formation des chefs d entreprise exerçant une activité artisanale NOR: EFII1126169D Publics

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

SERVICES A LA PERSONNE : CRÉDIT ET RÉDUCTION D IMPÔT

SERVICES A LA PERSONNE : CRÉDIT ET RÉDUCTION D IMPÔT Fiche pratique SERVICES A LA PERSONNE : CRÉDIT ET RÉDUCTION D IMPÔT Boite à outils - Juridique Cette fiche a pour objet de vous présenter le crédit et la réduction d impôt prévus dans le cadre des services

Plus en détail

CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet 2014 - V1

CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet 2014 - V1 CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE 1 PREAMBULE Vous trouverez dans cette partie des outils d aide aux contrôleurs pour élaborer les conclusions de leurs rapports (tirés d un travail

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Code de déontologie de l auto-entrepreneur

Code de déontologie de l auto-entrepreneur Code de déontologie de l auto-entrepreneur Ce code a été rédigé par Monsieur HABI Hacène, créateur de Habi Consultant International (HCI), pour offrir aux entrepreneurs et aux organismes un support de

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe

Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe Depuis le 1 er Novembre 2011, les sommes et avantages alloués à des salariés par des Tiers Financeurs sont

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS

sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS Source d infos : ANSP ( Agence National de Services à la Personne )du 16 décembre 2008 TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS En tant que travailleur indépendant

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

1. Quelles prestations ouvrent droit à réduction ou crédit d impôts?

1. Quelles prestations ouvrent droit à réduction ou crédit d impôts? Pourquoi une réduction ou un crédit d impôts? Le Gouvernement français, dans le cadre de sa politique de développement des services à la personne, a mis en place des incitations fiscales pour les personnes

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Modèle de contrat de collaboration libérale

Modèle de contrat de collaboration libérale variante 1 Modèle de contrat de collaboration libérale ENTRE Inscrit(e) au tableau de l Ordre des architectes de Sous le numéro Adresse Architecte Téléphone Télécopie e-mail Ou Société d architecture Inscrite

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) QU EST-CE QU UN CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS (CIF)? QUELLES SONT LES ACTIVITÉS INTERDITES AUX CIF? QUELLES SONT LES OBLIGATIONS

Plus en détail

INFORMATION FISCALE Réduction et crédit d impôt au titre des services à la personne

INFORMATION FISCALE Réduction et crédit d impôt au titre des services à la personne PRÉAMBULE : pourquoi une réduction ou un crédit d impôts? Le Gouvernement français, dans le cadre de sa politique de développement des services à la personne, a mis en place des incitations fiscales pour

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 4 ème trimestre 2012 Numéro 5 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f Annexe 3 CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f La présente charte donne les principes généraux relatifs à l organisation des voyages et sorties scolaires. I PROGRAMMATION DES VOYAGES & SORTIES Cette programmation

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés X) Exco Rapport de transparence Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés I 751 t._iiiii[ X) Exco Table des matières Préambule 1 Présentation de Kreston International LTD 2 Structure

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

Conditions Générales de prestations de services

Conditions Générales de prestations de services Conditions Générales de prestations de services applicables au 01 janvier 2012 et modifiables sans préavis ARTICLE 1 - DEFINITIONS : On entend par «ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE», ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT PACK 15-30 PASS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

CONVENTION DE PARTENARIAT PACK 15-30 PASS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ CONVENTION DE PARTENARIAT PACK 15-30 PASS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ Le Président du Conseil régional des Pays de la Loire le code général des collectivités territoriales et notamment les articles L 4211-1 et

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS 1 SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS PREAMBULE Tous les organisateurs de séjours linguistiques adultes agréés par l sont impliqués de longue date dans une démarche qualité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association

REGLEMENT INTERIEUR. Article 3 : Complément à l objet de l association Titre 1 - Définitions ASSOCIATION AGREEE DE GESTION DES PROFESSIONS LIBERALES DES ALPES Association déclarée, régie par la Loi du 1er juillet 1901; Agréée par Monsieur le Directeur Régional le 30/03/1981

Plus en détail

NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA

NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA Décembre 2013 1. Le contrôle fiscal informatisé Pour les contrôles fiscaux dont l'avis de vérification sera adressé

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 DÉCEMBRE 2015 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE L activité principale de l expert-comptable doit être l expertise comptable telle que définie à l article 2, alinéas 1 et

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture.

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture. Propositions pour la création d un PC simplifié Le permis de construire simplifié (PCS) Cette autorisation d urbanisme ne concernera que le marché des particuliers (locaux à usage d habitation exclusivement)

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Procédures applicables lorsque les déclarations fiscales ne faisaient pas l objet d une télé-procédure... 4

SOMMAIRE. 1. Procédures applicables lorsque les déclarations fiscales ne faisaient pas l objet d une télé-procédure... 4 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 TITRE I - SITUATION JUSQU AU DECRET DU 30 MARS 2012... 4 1. Procédures applicables lorsque les déclarations fiscales ne faisaient pas l objet d une télé-procédure... 4 1.1.

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable

AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable Marc AUFORT Expert comptable Commissaire aux comptes Laure CAUCAT Expert comptable Commissaire aux comptes... Nos réf. : / / PROPOSITION DE MISSION

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail