Web Services : Beyond the peer-to-peer architecture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Web Services : Beyond the peer-to-peer architecture"

Transcription

1 Faculté des Sciences Département d Informatique Web Services : Beyond the peer-to-peer architecture Jérémy De Roey Mémoire présenté sous la direction du Professeur Esteban Zimányi et de Ir. François Deliège en vue de l obtention du grade de Licencié en Informatique Année académique MEMBRE DE L ACADÉMIE UNIVERSITAIRE WALLONIE-BRUXELLES ET DU PÔLE UNIVERSITAIRE EUROPÉEN BRUXELLES WALLONIE

2 Remerciements Je tiens à adresser mes remerciements à toutes les personnes qui ont contribué à la bonne réalisation de ce mémoire : le Professeur Esteban Zimányi, mon directeur de mémoire, pour ses encouragements, ses nombreux conseils ainsi que ses relectures qui ont permis de mener à bien ce mémoire, mon co-directeur de mémoire, Ir. François Deliège, pour ses nombreux conseils et orientations lors de mon Erasmus au Danemark, les membres du jury qui prendront le temps de lire mon travail et de l évaluer, toutes les personnes de l Université Libre de Bruxelles et de l Université d Aalborg qui ont permis la réalisation ainsi que l organisation de mon Erasmus au Danemark, ma famille, ma compagne Sylvie et mes amis pour leur soutien et leurs encouragements, ainsi que ma future belle-mère pour ses relectures et corrections. ii

3 Table des matières 1 Introduction Motivation Structure du document Services web Introduction Définition La composition de services web Avantages et inconvénients Les services web dans l industrie Aspects techniques Scénario général de fonctionnement XML SOAP WSDL UDDI WS-BPEL Sécurité Sécurisation de la connexion XML Signature XML Encryption XKMS SAML iii

4 TABLE DES MATIÈRES XACML WS-Security Autres spécifications basées sur WS-Security Réseaux peer-to-peer Introduction Historique Définition, caractéristiques et objectifs Les différentes topologies Architecture centralisée Architecture décentralisée hybride Architecture décentralisée P2P pure Couche de routage Protocoles de routage au sein de réseaux structurés Communication de groupe Introduction IP-Multicast Multicast applicatif sur une infrastructure P2P Scribe Architecture P2P sur une couche de transport service web Présentation générale Combinaison de services web et P2P Les avantages Les inconvénients Choix des protocoles Choix du protocole de routage P2P Choix du protocole Multicast Aspects techniques Couche services web Couche de routage P2P iv

5 TABLE DES MATIÈRES Couche de communication de groupe Expérience et résultats L interface L implémentation Exemple d exécution Conclusions 78 A Annexes 80 A.1 WSRemoteNodeI.java A.2 Mapping type Java - XML schéma A.3 Publication de services web Bibliographie 84 v

6 Table des figures 2.1 Composition de services web Exemple d utilisation du service web Google Maps Couches des services web Modèle d interaction des services web Format d un message SOAP sans pièce jointe Structure d un document WSDL Entrée d un annuaire UDDI SAML : Authentification unique Sécurité : Standards basés sur WS-Security Napster : fonctionnement Architecture centralisée Architecture décentralisée hybride Architecture centralisée P2P pure CAN Chord Pastry : Routage par préfixe Pastry : Table de routage Envoi multiple via unicast Scribe : inscription à un groupe Découpage en couches de la solution Parties d une peer de l application vi

7 TABLE DES FIGURES 5.3 WS : Instances et points d entrées Application : Fenêtre de connexion Application : Fenêtre principale vii

8 Chapitre 1 Introduction 1.1 Motivation Associés généralement à la piraterie, les réseaux peer-to-peer constituent un moyen aisé et performant pour le partage de ressources à grande échelle. Malheureusement, la plus grande utilisation faite de ce genre de réseaux est la distribution de logiciels, de fichiers musicaux... majoritairement illégaux menant ainsi les fournisseurs d accès à Internet à s armer contre cette utilisation frauduleuse en plaçant, notamment, des filtres sur leurs serveurs. Néanmoins, le thème des réseaux peer-to-peer ouvre ses portes à d autres types d usages comme l a bien fait remarquer la recherche dans ce domaine. En effet, de par ses diverses caractéristiques comme par exemple le fait d être décentralisé, auto-adaptatif et extensible, le concept de réseaux peer-to-peer semble être une base intéressante pour de futures applications, désireuses d éviter le modèle tant utilisé sur Internet mais limité en puissance, à savoir le modèle client/serveur. Dans un autre domaine, les services web forment une solution aux différentes interactions dynamiques entre des entités hétérogènes de par leur architecture, leur langage de programmation ou encore de par leur architecture. Cette technologie permet ainsi de construire des architectures orientées services dans lesquelles chaque entité peut, sans connaissance préalable d un service, consommer ce dernier après avoir effectué une recherche dans un annuaire et récupéré une description de celui-ci. De plus, les services web mettent en avant des atouts intéressants dont il serait utile de profiter dans un type d interaction autre que 1

9 1.2. STRUCTURE DU DOCUMENT celui du modèle client/serveur : le modèle décentralisé. C est la raison pour laquelle ce document se focalise, après une description de ces technologies, sur la combinaison de celles-ci dans un système ayant pour application la gestion de groupes et l envoi de messages en mode multicast/anycast à ces derniers. Ainsi, ce mémoire a pour objectifs de présenter ces diverses technologies et surtout de créer une application permettant la communication de groupes, reposant sur une architecture peer-to-peer, le tout utilisant les services web comme moyen de transport de messages. 1.2 Structure du document Pour ce faire, ce document se divise en quatre parties caractérisées chacune par un chapitre. Le chapitre 2 présente la technologie des services web en commençant par définir celle-ci de manière rigoureuse. Ensuite, ce chapitre décrit l utilisation des services web dans l industrie ainsi que les différents avantages et inconvénients pouvant mener au développement d une application l exploitant. Ceci étant fait, le chapitre présente les différents aspects techniques impliqués dans cette technologie. Finalement, différentes facettes concernant la sécurité des services web seront explicitées. Le chapitre 3 expose le sujet des réseaux peer-to-peer en commençant par un bref historique suivi d une définition ainsi que d un énoncé des différentes caractéristiques et objectifs de ceux-ci. Ensuite, après avoir présenté les différentes topologies possibles des réseaux peer-to-peer, le chapitre s attardera sur différents algorithmes de routage au sein de ces réseaux dans le cas structuré. Le chapitre 4 effectue quant à lui une présentation générale de la communication en comparant la communication de groupe au niveau applicatif avec celle effectuée par IPmulticast. Ensuite, ce chapitre décrira une technique de multicast applicatif reposant sur une architecture peer-to-peer. 2

10 1.2. STRUCTURE DU DOCUMENT Finalement, le chapitre 5, pierre angulaire de ce document, fournit une présentation globale de l application permettant la communication de groupe sur une architecture peerto-peer en utilisant les services web comme couche de transport. Ensuite, après évocation des différents avantages et inconvénients à combiner les technologies des services web avec une architecture peer-to-peer, une présentation sera faite des aspects techniques des différentes technologies utilisées lors de l implémentation de l application. Enfin, ce chapitre sera clôturé par l exposé de l application résultante ainsi qu un exemple d exécution ayant pour but d illustrer les différents concepts abordés. 3

11 Chapitre 2 Services web 2.1 Introduction Depuis la création d Internet, l utilisation de ce réseau s est diversifiée. En effet, tout commença durant les années 1950, lors de la guerre froide, lorsque le ministère américain de la Défense souhaitait disposer d un réseau capable de résister aux attaques de l ennemi ; tel n était guerre le cas car ce dernier utilisait le réseau téléphonique public considéré comme vulnérable 1. Viendra quelques années plus tard la création d une unité de recherche pour la Défense, l ARPA 2 qui donnera par la suite naissance au réseau ARPAnet. Initialement, ce réseau reliait seulement quelques universités qui l utilisaient à des fins de calculs distribués. Dû à son succès et à l apparition du protocole TCP/IP 3, bon nombre d unités de recherche, de réseaux et de machines vont s y rattacher, faisant ainsi augmenter de façon significative la taille de ce réseau. L utilisation d Internet jusqu aux années 90 aura donc concerné les chercheurs d université, le gouvernement et les industries. Par la suite, une nouvelle application va révolutionner l utilisation d Internet et dès lors attirer des millions de nouveaux utilisateurs : le WWW 4. Ce dernier ne se définit plus comme un énorme entrepôt de textes, de fichiers et d images car il a évolué vers une architecture orientée services (SOA 5 ) ; ce qui ajoute ainsi la notion de services à notre approche. Ainsi, en plus des interactions homme - machine, on va prendre en considération 1 En effet, il suffisait de détruire quelques-uns des points de commutation afin de fragmenter le réseau. 2 Advanced Research Projects Agency. 3 Il a été reconnu officiellement en 1983 comme étant le seul protocole. 4 World Wide Web. 5 Service Oriented Architecture. 4

12 2.2. DÉFINITION les interactions machine - machine. Depuis quelques années, un engouement particulier vers les SOA (et les services web par la même occasion) s est fait ressentir. En effet, une preuve de ceci a été apportée par l enquête menée par Evans Data Corporation [13] datant de 2006, dans laquelle le constat suivant a été fait : le pourcentage d architectures orientées services en état de fonctionnement aurait doublé par rapport à l année précédente. De plus, 24% de l échantillon interrogé se disent implémenter des SOA, ce qui correspond à une augmentation de 85% par rapport à l année précédente et 30% se disent prêts à utiliser plus de 20 services pour l année suivante, ce qui correspond à une augmentation de 58% par rapport à l année précédente. Néanmoins, 25% de cet échantillon pensent également que le frein principal de cet augmentation est le manque de standards. En effet, l un des problèmes posés par les services web concerne les standards, sujet sur lequel nous reviendrons ultérieurement dans ce chapitre. Après avoir défini de manière rigoureuse les services web, décrit leurs avantages et inconvénients et donné une vision globale sur le sujet, ce chapitre 6 s attardera sur les différentes technologies dont ils font usage. De plus, ce chapitre présentera diverses méthodes permettant de sécuriser ces derniers ainsi que les technologies qui y sont associées. 2.2 Définition Comme pour tout concept important, il est fondamental de définir de manière rigoureuse la notion de services web. En effet, nombreuses sont les personnes qui galvaudent ces termes ; la partie web est associée aux sites web et par conséquent le couple services web est associé aux services disponibles pour le public via un site web. De plus, la multitude de définitions variant avec le temps, l entité la définissant et le manque de standards encouragent cette mauvaise compréhension. Afin de remédier à ce problème, l analyse et l explication de plusieurs définitions semblent être un passage nécessaire. Tout d abord, examinons une définition comportant quelques lacunes provenant de [7] : A web service is any service that is available over the Internet, uses a standardized XML messaging system, and is not tied to any one operating system 6 Afin d élaborer ce chapitre, les références suivantes ont été utilisées : [2, 9, 10, 12, 29, 36, 43, 45, 53] 5

13 2.2. DÉFINITION or programming language. Cette dernière considère un service web comme étant un service disponible via Internet, utilisant XML 7 pour l encodage des messages et indépendant du système d exploitation, ainsi que du langage de programmation. Cette définition est incomplète dans le sens où celle-ci ne spécifie pas le fait que l interaction se produit entre programmes. De plus, les aspects de description du service ainsi que de découverte de ce dernier sont manquants, la notion de service étant laissée dans le vague. Une définition plus complète nous est fournie par le W3C 8 : A Web service is a software system identified by a URI, whose public interfaces and bindings are defined and described using XML. Its definition can be discovered by other software systems. These systems may then interact with the Web service in a manner prescribed by its definition, using XML based messages conveyed by Internet protocols. [54] Cette définition met en avant le fonctionnement même des services web. Ainsi, celle-ci précise qu un service web doit pouvoir être défini, décrit et découvert par d autres applications, mécanisme qui est à la base d une architecture orientée service. Aussi, un prestataire de services voulant mettre un service à disposition de clients doit, après avoir défini et décrit son service, rendre ce dernier disponible 9 en le publiant par exemple dans un annuaire. Les clients intéressés pourront ensuite consulter cet annuaire et faire appel aux services dont ils ont besoin. D autres aspects importants de cette définition résident dans l identification d un service web via un URI 10 ainsi que l utilisation de XML pour l échange de messages, sujets sur lesquels nous reviendront plus tard dans ce chapitre. En résumé, un service web est une application qui : 7 Extensible Markup Language. 8 World Wide Web Consortium abrégé W3C. 9 Découvrable. 10 Uniform Resource Identifier : Il s agit d un identifiant unique pour une ressource web respectant une syntaxe WWW. RFC3986[4] pour plus d informations. 6

14 2.3. LA COMPOSITION DE SERVICES WEB fonctionne indépendamment du système d exploitation ou du langage de programmation, est identifiée par un URI, est accessible via un réseau, communique avec d autres applications grâce à un langage commun de représentation de données, a une interface publique qui sera utilisée par les autres applications, est inscrite dans un annuaire. 2.3 La composition de services web Ce type d architecture consiste en la réalisation d un service qui, pour atteindre son objectif, va utiliser d autres services. Afin d éclaircir cela, il convient de regarder de plus près la figure 2.1 illustrant un service web fourni par une agence de voyage. Réservation de tickets d avion Compagnie A Réservation de tickets d avion Compagnie B Client Service d une agence de voyage Réservation de voiture Réservation d hôtel B Réservation d hôtel A Fig. 2.1 Composition de services web Dans ce cas-ci, une agence de voyage met à la disposition du client un service permettant la réservation d un voyage. Ce service aura pour tâche d effectuer les réservations nécessaires 7

15 2.4. AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS selon les critères donnés par le client. Il est important de remarquer le fait que l agence de voyage joue un double rôle : celui de prestataire de service envers le client et celui d utilisateur des services de réservations divers. Ce type d architecture est transparent pour le client qui n utilisera que le service mis à sa disposition par l agence de voyage. 2.4 Avantages et inconvénients Le succès des services web dans l industrie n est pas un hasard. En effet, les services web présentent bon nombre d avantages : Un déploiement facile et rapide : une entreprise utilisant des services web peut mettre à disposition des nouveaux services tout en limitant les coûts ainsi que le temps nécessaire à leur déploiement. Ainsi, une entreprise peut très aisément créer un nouveau service en combinant d autres services déjà existants. L interopérabilité : les services web peuvent être utilisés par d autres applications indépendamment du système d exploitation ou des langages de programmation dans lesquels ces derniers sont implémentés. Protocoles et standards ouverts : les services web utilisent des protocoles et des standards qui sont ouverts. Les données ainsi que les protocoles étant au format texte, ils sont plus facilement compréhensibles et lisibles par les développeurs. L utilisation du protocole HTTP : les services web utilisant le protocole HTTP 11 bénéficient d un avantage non négligeable, à savoir leur fonctionnement à travers de nombreux firewalls sans avoir à modifier les règles de filtrage. Les services web ne faisant pas partie d un monde parfait, ceux-ci présentent également quelques défauts : Faibles performances : comme nous pouvons le voir en référence [14], les services web ne constituent pas une grande avancée au niveau des performances quand ils sont comparés à CORBA 12 conséquences directes de l utilisation de XML. Problème de sécurité : et à Java-RMI 13. Ce défaut de performance est une des bien que l utilisation du protocole HTTP constitue un avantage, ce dernier peut également être considéré comme un inconvénient. En effet, 11 Hypertext Transfer Protocol. 12 Common Object Request Broker Architecture. 13 Remote Method Invocation. 8

16 2.5. LES SERVICES WEB DANS L INDUSTRIE puisque cette technologie permet de passer à travers les firewalls, elle permet par conséquent de passer au travers des règles de sécurité de ces derniers. Normes peu développées : certaines normes telles que la sécurité ou encore les transactions sont encore au stade de prémices. 2.5 Les services web dans l industrie L intégration et l interopérabilité étant les objectifs premiers des services web et recherchés par l industrie, il n est pas étonnant de les retrouver dans des applications de nombreuses grandes entreprises telles que Ebay, Amazon, Google, Yahoo Paypal, ViaMichelin, etc. Voici quelques exemples 14 de services web mis à la disposition des développeurs par des entreprises très présentes sur Internet : Google 15 : L entreprise Google, notamment réputée pour son moteur de recherches, met à disposition des développeurs des services web permettant d effectuer, à partir de programmes développés par ces derniers, des recherches parmi les pages référencées et de récupérer les résultats de manière structurée. Nous retrouvons également une API 16 mettant à disposition des fonctions du célèbre Google Earth 17, une API permettant la gestion d un calendrier, une autre permettant la vérification d orthographe, etc. Sur la figure 2.2, une agence immobilière a utilisé l API Google Maps afin de permettre une meilleure visualisation de la localisation des biens. Yahoo 18 : La société Yahoo met à disposition des services web permettant de consulter un compte mail à partir d une application. Tout comme Google, Yahoo offre des services de localisation ainsi que de recherche mais permet également la création de galeries de photos ainsi que la création d une boutique en ligne. 14 Liste non exhaustive Application Programming Interface

17 2.5. LES SERVICES WEB DANS L INDUSTRIE Fig. 2.2 Exemple d utilisation du service web Google Maps Ebay 19 : Ebay, la très célèbre société d enchères en ligne, permet aux utilisateurs d interagir avec sa base de données via ses services web. Par l intermédiaire de ceux-ci, on pourra notamment afficher les enchères, enchérir, laisser des évaluations, consulter les profils des vendeurs, etc. Amazon 20 : La société Amazon met à la disposition des développeurs des services web permettant à ces derniers d intégrer des données d Amazon directement dans leurs applications. PayPal 21 : PayPal, solution de paiement sur Internet, permet aux développeurs d effectuer dans leurs applications des transactions bancaires, d obtenir des détails sur une transaction, etc https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=p/pdn/devcentral landing-outside 10

18 2.6. ASPECTS TECHNIQUES Ces dernières années, nous avons assisté à une augmentation du nombre de services web disponibles. Ainsi, une foule de services gadget ont vu le jour dans le but d attirer le grand public à la recherche d originalités pour leurs sites web. 2.6 Aspects techniques Comme illustré à la figure 2.3, la technologie des services web se décompose en plusieurs couches, chacune ayant un rôle bien particulier et reposant sur les fonctionnalités fournies par la couche inférieure. Nous pouvons d ores et déjà remarquer que le langage XML est utilisé comme standard pour ces différentes couches, permettant ainsi l interopérabilité, but premier des services web. De plus, il apparaît également sur cette figure que la couche de communication n est pas restreinte à un seul protocole ouvrant ainsi ses portes aux protocoles HTTP, SMTP 22, FTP 23, etc. permettant de ce fait aux développeurs de déployer des services web également sur un intranet. La description de cette couche n étant pas le sujet principal de ce document, nous ne nous y attarderons pas. Basés sur XML Orchestration WS BPEL Publication et découverte des services web UDDI Description des services web WSDL Messages Extensions de SOAP Fiabilité, transactions, routage,... Sécurité SOAP Couche de communication HTTP, SMTP, FTP,... Fig. 2.3 Couches des services web 22 Simple Mail Transfer Protocol. 23 File Transfer protocol. 11

19 2.6. ASPECTS TECHNIQUES Cette section 24 a pour but de décrire les différentes couches ainsi que les interactions entre ces dernières en illustrant chacun des concepts grâces à des exemples concrets. Faisant suite à une présentation des différents acteurs intervenant dans le scénario général de fonctionnement des services web, les différentes technologies y sont détaillées Scénario général de fonctionnement Un fournisseur de services ayant implémenté ces derniers souhaite les rendre accessibles via le réseau. Pour ce faire, il va d abord devoir décrire ces services de façon à ce que l utilisateur potentiel de ces derniers ait toutes les informations dont il aura besoin pour une bonne utilisation de ceux-ci. Ceci sera accompli grâce à la technologie WSDL 25 ; sujet qui sera développé plus loin dans cette section. Une fois la description réalisée, il va devoir la publier dans un annuaire de services de façon à ce que les clients puissent découvrir le service associé. Ces derniers pourront donc effectuer des opérations de recherche sur cet annuaire pour trouver la description du service dont ils ont besoin. Ceci étant fait, le client du service va pouvoir se connecter au fournisseur de services et invoquer le service web souhaité. Ce scénario est illustré à la figure 2.4. Découverte de services Utilisateur de services web SOAP Annuaire UDDI SOAP Publication de services Fournisseur de services web SOAP Applications Utilisation des services web Document WSDL Services web Fig. 2.4 Modèle d interaction des services web Les différentes étapes nécessaires à l accès et à l utilisation d un service web sont donc 24 Afin d élaborer cette section, les références suivantes ont été utilisées : [17, 22, 23, 15] 25 Web Services Description Language. 12

20 2.6. ASPECTS TECHNIQUES les suivantes : 1. Découvrir le service : le client lance une recherche sur un annuaire UDDI en spécifiant les critères. 2. Récupérer la description du service : le client reçoit en réponse à sa requête un document WSDL décrivant le service dont il a besoin. 3. Utilisation du service web : la communication entre le client et le service web se fait via le protocole SOAP. Le client appelle le service web en précisant les paramètres divers de ce dernier. 4. Récupérer la réponse Toutefois, il est important de remarquer que ce scénario peut également s étendre de manière récursive. En effet, comme nous l avons vu dans la section 2.3, un service web peut être composé d autres services de fonctionnalités diverses pouvant être localisés à l autre bout de la terre XML XML [55] est un langage permettant la représentation de données ainsi que de documents structurés sans l utilisation de balises prédéfinies. Ainsi, ce langage peut être étendu de façon à y ajouter des balises spécialisées afin de décrire au mieux chaque type de données. Cette flexibilité confère à XML la popularité dont il jouit. Historiquement, XML a été développé par le W3C en 1996, a profité des meilleurs aspects de SGML 26 et est, depuis 1998, une recommandation du W3C. XML décrit un ensemble de règles syntaxiques, de façon à placer de manière cohérente et correcte les balises à l intérieur d un tel document. Un document XML qui respecte toutes ces règles imposées est dit bien formé. L avantage de toutes ces règles est de permettre la création de parsers 27 XML qui seront utilisés afin de lire et d extraire les données d un document XML. Un exemple de document XML est donné ci-dessous : Dans le code source 2.1, les balises en orange sont appelées des éléments. Chaque entité peut avoir un ou plusieurs attributs 28 (en rouge) permettant d ajouter de l information 26 Standard Generalized Markup Language. 27 Analyseur syntaxique en français. 28 La valeur de ceux-ci doit être encadrée par des quotes. 13

21 2.6. ASPECTS TECHNIQUES Code source 2.1 Exemple de document XML bien formé <collection nom= Ma collection > <livre id= 1 > <titre>marketing management</titre> <auteurs> <auteur>kotler</auteur> <auteur>dubois</auteur> </auteurs> <sujet>marketing</sujet> </livre> </collection> supplémentaire aux éléments. Les namespaces XML Les namespaces, ou espaces de noms XML, permettent de classer les éléments ainsi que les attributs en une collection, de façon à éviter les ambiguïtés de nommage telles que les collisions de noms d éléments ou d attributs. Chaque namespace est identifié par un URI et est déclaré en utilisant le mot réservé xmlns tout en respectant la syntaxe xmlns: prefix = URI dans le cas d une utilisation avec préfixe ou bien xmlns= URI. Les deux solutions sont équivalentes, si ce n est que la première définit en plus un préfixe qui devra être utilisé avant chaque élément ou attribut du namespace. Le code 2.2 utilise un namespace avec préfixe. Code source 2.2 Exemple de namespace XML (préfixé) <ns1 :livre xmlns :ns1 = http ://www.mylibrary.com > <ns1 :titre>marketing management</ns1 :titre> <ns1 :auteurs> <ns1 :auteur>kotler</ns1 :auteur> <ns1 :auteur>dubois</ns1 :auteur> </ns1 :auteurs> </ns1 :livre> 14

22 2.6. ASPECTS TECHNIQUES Les schémas XML Un schéma XML est un document XML permettant la définition d une structure possible d un document XML. Ce schéma permettra la validation dudit document en décrivant l ensemble des éléments ainsi que des attributs pouvant apparaître dans ce dernier, l ordre des éléments fils ainsi que leur contenu, les types de données des éléments et des attributs ainsi que leur valeur par défaut. Le schéma XML 2.3 correspond à celui du document XML SOAP SOAP 29, ou encore Simple Object Access Protocol 30, est un standard du Consortium W3C définissant un protocole RPC 31, tout comme RMI et CORBA, mais utilisant XML pour structurer les messages. Il permet donc l échange de messages entre entités SOAP d un émetteur à un récepteur pouvant passer par des intermédiaires. Un des grands avantages de ce protocole est qu il n est pas limité à un seul protocole de transport, contrairement à son ancêtre XML-RPC 32 qui, lui, est basé sur HTTP. En effet, alors que la grande tendance est à HTTP, on pourrait parfaitement utiliser SMTP, FTP ou tout autre technologie future pour l implémentation de cette couche. Le protocole SOAP précise les aspects suivants : la manière avec laquelle XML sera utilisé pour représenter le contenu des messages, comment une paire de messages peut être utilisée pour former un échange du type Request-Reply, des règles définissant par exemple comment le récepteur d un message doit traiter les différents éléments XML qu il contient. 29 Afin de réaliser cette section, les références suivantes ont été utilisées : [27, 44, 52] 30 Cet acronyme n est valable que jusqu à la version 1.1 car la version 1.2 ne le spécifie plus. SOAP devient alors un nom propre n ayant plus aucune relation avec l acronyme. 31 Remote Procedure Call : mécanisme permettant d appeler des procédures situées sur un ordinateur distant

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

Responsable du cours : Héla Hachicha. Année Universitaire : 2011-2012

Responsable du cours : Héla Hachicha. Année Universitaire : 2011-2012 Chapitre 4- WS-Security Responsable du cours : Héla Hachicha Année Universitaire : 2011-2012 1 WS-Security (Microsoft) WS-Security est le standard proposé par IBM, Microsoft, VeriSign et Forum Systems

Plus en détail

Sécurité. Objectifs Gestion de PKI Signature Cryptage Web Service Security

Sécurité. Objectifs Gestion de PKI Signature Cryptage Web Service Security Sécurité Objectifs Gestion de PKI Signature Cryptage Web Service Security 1 1. Objectifs Ensemble de protocoles pour sécuriser les échanges XML Les problèmes à résoudre : Authentification des utilisateurs

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Projet Magistère: SSL

Projet Magistère: SSL Université Joseph Fourier, IMA Janvier 2010 Table des matières 1 Introduction 2 Qu est ce que SSL? 3 Historique de SSL/TLS 4 Théorie à propos du fonctionnement de SSL 5 Structure d un certificat 6 SSL

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un Web Service?

Qu'est-ce qu'un Web Service? WEB SERVICES Qu'est-ce qu'un Web Service? Un Web Service est un composant implémenté dans n'importe quel langage, déployé sur n'importe quelle plate-forme et enveloppé dans une couche de standards dérivés

Plus en détail

Architectures et Web

Architectures et Web Architectures et Web Niveaux d'abstraction d'une application En règle générale, une application est découpée en 3 niveaux d'abstraction : La couche présentation ou IHM (Interface Homme/Machine) gère les

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Introduction aux «Services Web»

Introduction aux «Services Web» Introduction aux «Services Web» Sana Sellami sana.sellami@univ-amu.fr 2014-2015 Modalité de contrôle de connaissances Note de contrôle de continu Note projet Evaluation du projet la semaine du 17 novembre

Plus en détail

Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction

Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction Sécurité en ingénierie du Logiciel Le cadre des Web Services Partie 1 : Introduction Alexandre Dulaunoy adulau@foo.be Sécurité en ingénierie du Logiciel p.1/21 Agenda (partie 1) 1/2 Introduction Services

Plus en détail

PRotocole d'echange STandard Ouvert

PRotocole d'echange STandard Ouvert PRotocole d'echange STandard Ouvert 28 février 2007 Frédéric Law-Dune Direction Générale de la modernisation de l'etat 1 Contexte L administration électronique monte en puissance De nombreux services sont

Plus en détail

Architectures web pour la gestion de données

Architectures web pour la gestion de données Architectures web pour la gestion de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Plan Le Web Intégration de données Architectures distribuées Page 2 Le Web Internet = réseau physique d'ordinateurs

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Services Web. Fabrice Rossi. http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine. Services Web p.1/26

Services Web. Fabrice Rossi. http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine. Services Web p.1/26 Services Web Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine Services Web p.1/26 Plan du cours 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Site du cours : http://apiacoa.org/teaching/webservices/

Plus en détail

Services Web. Plan du cours

Services Web. Plan du cours Services Web Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine Services Web p.1/26 Plan du cours 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Site du cours : http://apiacoa.org/teaching/webservices/

Plus en détail

Plan du cours. Services Web. Un service web? Plan de l introduction. 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI

Plan du cours. Services Web. Un service web? Plan de l introduction. 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Plan du cours Services Web Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Site du cours : http://apiacoa.org/teaching/webservices/ Services

Plus en détail

Étude des solutions de connexion pour postes nomades dans le contexte d'un laboratoire de recherche. Sommaire. I. Problématique du nomadisme au CNRS

Étude des solutions de connexion pour postes nomades dans le contexte d'un laboratoire de recherche. Sommaire. I. Problématique du nomadisme au CNRS Université de Corse DESS ISI Étude des solutions de connexion pour postes nomades dans le contexte d'un laboratoire de recherche Manuel BERTRAND Septembre 2004 Sommaire I. Problématique du nomadisme au

Plus en détail

Programmation Web Avancée Introduction aux services Web

Programmation Web Avancée Introduction aux services Web 1/21 Programmation Web Avancée Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Service Web ATUM spécifications techniques

Service Web ATUM spécifications techniques Service Web ATUM spécifications techniques Table des matières Introduction...2 Service Web ATUM...3 Authentification...4 Envoi de fichier...5 En-têtes...6 En-tête Content-Type En-tête Content-Disposition

Plus en détail

ORIAS -Registre Unique

ORIAS -Registre Unique Guide utilisateur ORIAS -Registre Unique Service d interrogation des inscriptions Sommaire 1 PREAMBULE... 3 1.1 QU EST-CE QUE LE SERVICE D INTERROGATION DES INSCRIPTIONS?... 3 1.2 LES FONCTIONNALITES OFFERTES...

Plus en détail

Programmation Internet Cours 4

Programmation Internet Cours 4 Programmation Internet Cours 4 Kim Nguy ên http://www.lri.fr/~kn 17 octobre 2011 1 / 23 Plan 1. Système d exploitation 2. Réseau et Internet 3. Web 3.1 Internet et ses services 3.1 Fonctionnement du Web

Plus en détail

Kerberos, le SSO système

Kerberos, le SSO système Kerberos, le SSO système Benoit Métrot Université de Poitiers ANF Les systèmes dans la communauté ESR : étude, mise en œuvre et interfaçage dans un laboratoire de Mathématique Angers, 22-26 septembre 2014

Plus en détail

Les services web. Module 04 Les Services Web. Campus-Booster ID : 697. www.supinfo.com. Copyright SUPINFO. All rights reserved

Les services web. Module 04 Les Services Web. Campus-Booster ID : 697. www.supinfo.com. Copyright SUPINFO. All rights reserved Les services web Module 04 Les Services Web Campus-Booster ID : 697 www.supinfo.com Copyright SUPINFO. All rights reserved Les services web Objectifs de ce module En suivant ce module vous allez: Comprendre

Plus en détail

SOA Services Web Etendus SOAP : Communiquer

SOA Services Web Etendus SOAP : Communiquer SOA Services Web Etendus SOAP : Communiquer Mickaël BARON 2010 (Rév. Janvier 2011) mailto:baron.mickael@gmail.com ou mailto:baron@ensma.fr Licence Creative Commons Contrat Paternité Partage des Conditions

Plus en détail

Cible de sécurité CSPN

Cible de sécurité CSPN Cible de sécurité CSPN ClearBUS Application cliente pour la communication sécurisée Version 1.12 Le 25/11/2011 Identifiant : CBUS-CS-1.12-20111125 contact@clearbus.fr tel : +33(0)485.029.634 Version 1.12

Plus en détail

4. SERVICES WEB REST 46

4. SERVICES WEB REST 46 4. SERVICES WEB REST 46 REST REST acronyme de REpresentational State Transfert Concept introduit en 2000 dans la thèse de Roy FIELDING Est un style d architecture inspiré de l architecture WEB En 2010,

Plus en détail

Laboratoire SSL avec JSSE

Laboratoire SSL avec JSSE Applications et Services Internet Rapport de laboratoire IL2008 20 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES I Table des matières 1 Introduction 1 2 Utilisation du serveur web 1 3 Clé publique générée 1 4 Réponses

Plus en détail

18 TCP Les protocoles de domaines d applications

18 TCP Les protocoles de domaines d applications 18 TCP Les protocoles de domaines d applications Objectifs 18.1 Introduction Connaître les différentes catégories d applications et de protocoles de domaines d applications. Connaître les principaux protocoles

Plus en détail

Les Web Services. UE: Informatique Ambiante. Spécialité: Electronique et Optique Option: Vision Embarquée. Binôme: Ehouarn Perret & Thomas Angenault

Les Web Services. UE: Informatique Ambiante. Spécialité: Electronique et Optique Option: Vision Embarquée. Binôme: Ehouarn Perret & Thomas Angenault Spécialité: Electronique et Optique Option: Vision Embarquée UE: Informatique Ambiante Les Web Services Binôme: Ehouarn Perret & Thomas Angenault Enseignant: Christophe Léger mercredi 19 octobre 2011 Plan

Plus en détail

Types de réseaux permettant l accès au Registre national.

Types de réseaux permettant l accès au Registre national. Types de réseaux permettant l accès au Registre national. Dernière mise à jour : 21/05/2012 1) Introduction. Le Registre national permet aux utilisateurs autorisés l accès transactionnel à ses différentes

Plus en détail

1969 : Arpanet voit le jour en pleine guerre froide. Projet du Département de la

1969 : Arpanet voit le jour en pleine guerre froide. Projet du Département de la historique internet Arpanet Advanced Research Projects Agency Network 1969 : Arpanet voit le jour en pleine guerre froide. Projet du Département de la Défense des Etats-Unis pour assurer la transmission

Plus en détail

Plateforme d'évaluation professionnelle. Manuel d utilisation du service Web d EvaLog

Plateforme d'évaluation professionnelle. Manuel d utilisation du service Web d EvaLog Plateforme d'évaluation professionnelle Manuel d utilisation du service Web d EvaLog Un produit de la société AlgoWin http://www.algowin.fr Version 1.1.0 du 31/01/2015 Table des matières Présentation d

Plus en détail

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉ ET DE LA COHÉSION SOCIALE

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉ ET DE LA COHÉSION SOCIALE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE l EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉ ET DE LA COHÉSION SOCIALE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Standard d'interopérabilité entre

Plus en détail

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16 CONFIGURATION 1 Présentation 2 Topologie du projet 3 Installation 4 Configuration 4.1 Création de la DMZ publique 4.2 Accès vers l Internet 4.3 Publication d Exchange 4.4 Rapports d activité et alertes

Plus en détail

L architecture orientée services

L architecture orientée services 1 Introduction La première difficulté à laquelle on se heurte lorsqu on aborde le vaste sujet des technologies de services Web est d ordre terminologique. Un exemple, désormais bien connu, du désordre

Plus en détail

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «société d assurance»

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «société d assurance» Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «société d assurance» «professionnel indépendant» (Convention complète) 1 Notice explicative... 2 1.1 Préambule... 2 1.2 Référencement du concentrateur...

Plus en détail

Notice d installation des cartes 3360 et 3365

Notice d installation des cartes 3360 et 3365 Notice d installation des cartes 3360 et 3365 L architecture ci-dessous représente de manière simplifiée l utilisation des cartes IP 3360 et Wi-Fi 3365, associée à une centrale Harmonia La carte IP 3360

Plus en détail

Cours Master Recherche RI 7 Extraction et Intégration d'information du Web «Services Web»

Cours Master Recherche RI 7 Extraction et Intégration d'information du Web «Services Web» Cours Master Recherche RI 7 Extraction et Intégration d'information du Web «Services Web» Sana Sellami sana.sellami@lsis.org 2014-2015 Plan Partie 1: Introduction aux Services Web (SW) Partie 2: Vers une

Plus en détail

Le Web: les machines parlent aux machines

Le Web: les machines parlent aux machines Le Web: les machines parlent aux machines Historique Année 70 : ARPA (Advanced Research Project Agency). Relier les centres de recherche : ARPANET. 1972 : Premières spécifications TCP/IP (IP internet Protocol)

Plus en détail

Partie Réseaux TD 1 : Théorie des réseaux

Partie Réseaux TD 1 : Théorie des réseaux Partie Réseaux TD 1 : Théorie des réseaux 1 Les réseaux 1.1 Qu est-ce qu un réseau? Un réseau est un ensemble d ordinateurs pouvant communiquer entre eux. 1.1.1 Types de réseaux Il y a deux types de réseaux

Plus en détail

Rédacteur : Cadre Cours de recherche «Grille de données» Lionel BRUNIE et Jean Marc PIERSON Date de Création : Janvier 2005

Rédacteur : Cadre Cours de recherche «Grille de données» Lionel BRUNIE et Jean Marc PIERSON Date de Création : Janvier 2005 Anallyse de ll arttiiclle e :: Experiience wiitth tthe KeyNotte o Trustt u Managementt Systtem:: Applliicattiions and Futture Diirecttiions Matt Blaze *, John Ioannidis and Angelos * D. Keromytis ** *

Plus en détail

LES NOTES D PROCEDURE DE CONNEXION WIFI AU CAMPUS. Ce document décrit la procédure à suivre pour se connecter en WIFI au campus.

LES NOTES D PROCEDURE DE CONNEXION WIFI AU CAMPUS. Ce document décrit la procédure à suivre pour se connecter en WIFI au campus. LES NOTES D PROCEDURE DE CONNEXION WIFI AU CAMPUS Réf : NotesLSI-050319-clientWIFI-1 Production de LSI Publication : Mars 2005 Version : 1.0 Résumé Ce document décrit la procédure à suivre pour se connecter

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés Cryptographie Cours 6/8 - Gestion de clés Plan du cours Importance de la gestion des clés Clés secrètes, clés publiques Certificats Infrastructure à clé publique (Public Key Infrastructure, PKI) Dans le

Plus en détail

Introduction aux Composants Logiciels

Introduction aux Composants Logiciels Introduction aux Composants Logiciels Christian Pérez LIP/INRIA Année 2010-11 Plan Introduction aux composants logiciels Pourquoi des composants logiciels Notions de composants logiciels Conclusion Survol

Plus en détail

4 : Applications Client/Serveur et Web

4 : Applications Client/Serveur et Web 4 : Applications Client/Serveur et Web Cours 4 : Applications Client/Serveur et Web Le Cocq Michel lecocq@ipgp.fr Licence Pro SIL 11 Février 2016 Rappel plan général Introduction au système UNIX - mardi

Plus en détail

Architectures Java pour applications mobiles

Architectures Java pour applications mobiles Architectures Java pour applications mobiles L application mobile en phase de devenir incontournable. Début 2010, 200 000 applications mobiles. Fin 2011, le cap du million est franchi. Derrière cette croissance

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

IIS (Internet Information Services) est le serveur Web de Microsoft. Il assure les mêmes fonctions qu'un serveur Web tel qu Apache.

IIS (Internet Information Services) est le serveur Web de Microsoft. Il assure les mêmes fonctions qu'un serveur Web tel qu Apache. Projet Serveur Web I. Contexte II. Définitions On appelle serveur Web aussi bien le matériel informatique que le logiciel, qui joue le rôle de serveur informatique sur un réseau local ou sur le World Wide

Plus en détail

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13

FileMaker Pro 13. Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 FileMaker Pro 13 Utilisation d une Connexion Bureau à distance avec FileMaker Pro 13 2007-2013 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054

Plus en détail

GRUDIS BR3: interface vers l afficheur de cartes (MapViewer)

GRUDIS BR3: interface vers l afficheur de cartes (MapViewer) GRUDIS BR3: interface vers l afficheur de cartes (MapViewer) Date: 12.04.2005 Version: 1.0 Statut: approuvé Auteur: Markus Lauber Diffusion: Développeurs de systèmes SIG externes Table des matières 1 Introduction...

Plus en détail

Guide de transfert. Courriel Affaires

Guide de transfert. Courriel Affaires Guide de transfert Courriel Affaires Juin 2013 Table des matières Introduction 3 Transfert par un administrateur Voici ce que vous devez fournir avant de commencer 1. Importation de Fichiers PST 2. Exportation

Plus en détail

Composition de Services Web

Composition de Services Web Composition de Services Web Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A, Département TLSI Faculté des NTIC Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri 127

Plus en détail

PortWise Access Management Suite

PortWise Access Management Suite Créez un bureau virtuel pour vos employés, partenaires ou prestataires depuis n importe quel endroit et n importe quel appareil avec Portwise Access Manager et Authentication Server. Fournir des accès

Plus en détail

Exploration des technologies web pour créer une interaction entre Mahara et les plateformes professionnelles et sociales

Exploration des technologies web pour créer une interaction entre Mahara et les plateformes professionnelles et sociales Exploration des technologies web pour créer une interaction entre Mahara et les plateformes professionnelles et sociales D 1.3.2 Rapport d analyse Auteurs: Johann Luethi, Laurent Opprecht, Patrick Roth

Plus en détail

Internet. PC / Réseau

Internet. PC / Réseau Internet PC / Réseau Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Objectif, environnement de l Internet Connexion, fournisseurs d accès Services Web, consultation, protocoles Modèle en couches,

Plus en détail

Sémantique formelle et synthèse de client pour services Web

Sémantique formelle et synthèse de client pour services Web Sémantique formelle et synthèse de client pour services Web Séminaire «Services Web» 24 Janvier 2006 sylvain.rampacek@univ-reims.fr CReSTIC LAMSADE Plan Introduction Services Web Description de la plate-forme

Plus en détail

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Pascal Gachet EIVD pascal.gachet@eivd.ch mai 2003 Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K 2 Table des matières Introduction... 2 Terminologie...

Plus en détail

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet -

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Marc Tremsal Alexandre Languillat Table des matières INTRODUCTION... 3 DEFI-REPONSE... 4 CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE...

Plus en détail

Soutenance PFE ENSEIRB. Moez Ben M'Barka 25 Septembre 2007

Soutenance PFE ENSEIRB. Moez Ben M'Barka 25 Septembre 2007 Signatures numériques évoluées en XML Soutenance PFE ENSEIRB Moez Ben M'Barka 25 Septembre 2007 Plan 1 2 3 4 5 Introduction Contexte général. Préliminaires. Les signatures évoluées en XML. Tests d'intéropérabilité.

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Sommaire. Introduction La technologie ebxml EDI conventionnels versus ebxml Web Services et ebxml Acteurs de l ebxml Conclusion

Sommaire. Introduction La technologie ebxml EDI conventionnels versus ebxml Web Services et ebxml Acteurs de l ebxml Conclusion ebxml Sommaire Introduction La technologie ebxml EDI conventionnels versus ebxml Web Services et ebxml Acteurs de l ebxml Conclusion Introduction Pourquoi L EDI EDI : échange de données informatisé Remplacer

Plus en détail

Architecture client/serveur

Architecture client/serveur Architecture client/serveur Table des matières 1. Principe du client/serveur...2 2. Communication client/serveur...3 2.1. Avantages...3 2.2. Inconvénients...3 3. HTTP (HyperText Transfer Protocol)...3

Plus en détail

Internet et Programmation!

Internet et Programmation! Licence STS Informatique - Semestre 1! BUT de l enseignement:!! Comprendre une grande partie des termes utilisés dans l écriture des pages actuellement véhiculées sur le NET!! Et tendre vers une écriture

Plus en détail

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage Examens corrigés Kaouther Nouira 2011-2012 Ministère de l Enseignement Supérieur, de le

Plus en détail

Utilisation de la messagerie Easy-hebergement

Utilisation de la messagerie Easy-hebergement Utilisation de la messagerie Easy-hebergement VERSION : 1.1 DERNIERE MISE A JOUR : 01/10/2010 www.easy-hebergement.fr 1 Introduction...3 2 Activation de la messagerie...3 3 Elaboration de mon profil d

Plus en détail

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1 Chapitre II : Les Réseaux Informatiques Smii_adn@yahoo.fr 1 I- Introduction : Un réseau informatique est un ensemble d appareils(ordinateurs et périphériques)reliés entre eux dans le but de permettre à

Plus en détail

Par KENFACK Patrick MIF30 19 Mai 2009

Par KENFACK Patrick MIF30 19 Mai 2009 Par KENFACK Patrick MIF30 19 Mai 2009 1 Introduction II. Qu est ce qu un OpenId? III. Acteurs IV. Principe V. Implémentation VI. Sécurité VII. conclusion I. 2 Vue le nombre croissant de sites web nous

Plus en détail

Web Services. SLenoir@ugap.fr 17/01/2009

Web Services. SLenoir@ugap.fr 17/01/2009 Web Services SLenoir@ugap.fr 17/01/2009 1. Pourquoi les Web Services? 1.1. Historique des SI 1.2. Exigences actuelles 1.3. SOA 1.4. Mise en place de services 17/01/2008 Web Services 2 1.1. Historique des

Plus en détail

Personnaliser le serveur WHS 2011

Personnaliser le serveur WHS 2011 Chapitre 17 Personnaliser le serveur WHS 2011 Windows Home Server 2011 peut être personnalisé en ajoutant différentes fonctionnalités au logiciel. Comme pour Windows Server 2008 R2 dont Windows Home Server

Plus en détail

Sécurité Informatique

Sécurité Informatique Avertissements : Le contenu de ce document est sous licence GPL. Le document est librement diffusable dans le contexte de cette licence. Toute modification est encouragée et doit être signalée à olivier

Plus en détail

ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES. Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014

ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES. Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014 ARCHITECTURE REST & WEB SERVICES Exposé Informatique & Réseaux CHAMBON Florian 14 janvier 2014 1 Introduction Présentation de Rest Serveur Java JAX-RS Démonstration 2 Introduction Présentation de Rest

Plus en détail

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication Statut du Committee Working Draft document Titre XACML Language Proposal, version 0.8 (XACML : XML Access Control Markup Language) Langage de balisage du contrôle d'accès Mot clé Attestation et sécurité

Plus en détail

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement Juin 2013 Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement (page 1) De nouveaux outils pour offrir davantage d options afin de visualiser les résultats analytiques

Plus en détail

PRIMVER Population 2.0.2 Manuel d utilisation 2.0 22-04-2015

PRIMVER Population 2.0.2 Manuel d utilisation 2.0 22-04-2015 Produit : Service : Version du service : Type de document : Révision du document : Date du document : PRIMVER Population 2.0.2 2.0 22-04-2015 Historique Révision Description Ecrit par Date 1.0 Version

Plus en détail

TP RPV de niveau application EXTRANET

TP RPV de niveau application EXTRANET TP RPV de niveau application EXTRANET L entreprise MAROQ a décidé d ouvrir une partie de son SI (Système d information) à ses partenaires. Cette ouverture s effectue par la création d un site web privé

Plus en détail

INFO-F-101 Programmation Projet 4 Page Ranking(1/4): Création de la matrice du compte des liens

INFO-F-101 Programmation Projet 4 Page Ranking(1/4): Création de la matrice du compte des liens INFO-F-101 Programmation Projet 4 Page Ranking(1/4): Création de la matrice du compte des liens Année académique 2009 2010 1 Introduction Ce projet est le premier d une série de quatre projets qui ont

Plus en détail

Communiqué de Presse. Boulogne-Billancourt, Septembre 2003

Communiqué de Presse. Boulogne-Billancourt, Septembre 2003 Communiqué de Presse AudioSmartCard annonce son nouveau serveur d authentification Secured Sound Pro Server compatible LDAP et Radius et la disponibilité de son Software Developement Kit SDK Boulogne-Billancourt,

Plus en détail

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL VPN SSL : Présentation Master Informatique 1ère Année Année 2006-2007 2007 Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL Durée : 20 minutes Remarques Intervention : 15-20

Plus en détail

Les solutions de paiement CyberMUT (Crédit Mutuel) et P@iement CIC. Qui contacter pour commencer la mise en place d une configuration de test?

Les solutions de paiement CyberMUT (Crédit Mutuel) et P@iement CIC. Qui contacter pour commencer la mise en place d une configuration de test? Les solutions de paiement CyberMUT (Crédit Mutuel) et P@iement CIC Qui contacter pour commencer la mise en place d une configuration de test? CyberMUT Paiement - Paiement CIC Commerce Electronique mailto:centrecom@e-i.com

Plus en détail

Introduction aux systèmes répartis

Introduction aux systèmes répartis Introduction aux systèmes répartis Grappes de stations Applications réparties à grande échelle Systèmes multicalculateurs (1) Recherche de puissance par assemblage de calculateurs standard Liaison par

Plus en détail

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes Annexe 2 : sécurisation des échanges Page 2 / 7 1. OBJET DU DOCUMENT...3 2. PRINCIPES...3 3. SÉCURISATION DES DÉPÔTS DE FICHIERS SUR LES

Plus en détail

www.lafamily.ch en 16 différences

www.lafamily.ch en 16 différences Cas d étude no 3 www.lafamily.ch en 16 différences juin 2003 Le mandat réalisé avec QuickSite de transformation du site existant de Lafamily.ch, centre globale d information pour les familles, à été de

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau Sovanna Tan Septembre 2009 Révision septembre 2012 1/23 Sovanna Tan Configuration d une interface réseau Plan 1 Introduction aux réseaux 2

Plus en détail

J2EE : Services Web. Stéphane Croisier, Directeur Serge Huber, Directeur Technique. 13 Juin 2002. 2002 Jahia Ltd. All rights reserved.

J2EE : Services Web. Stéphane Croisier, Directeur Serge Huber, Directeur Technique. 13 Juin 2002. 2002 Jahia Ltd. All rights reserved. J2EE : Services Web Stéphane Croisier, Directeur Serge Huber, Directeur Technique 13 Juin 2002 Aperçu Interopérabilité en XML/HTTP SOAP ebxml Outils d EAI JXTA Normes d interopérabilité XML SOAP/UDDI Inventé

Plus en détail

PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR

PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR PROFIL PERSONNEL GUIDE DE L UTILISATEUR Mis à jour le 25 septembre 2008 TABLE DES MATIÈRES 1. UN NOUVEAU SERVICE... 1 Personnalisé... 1 Sécuritaire... 1 Complémentaire... 1 2. ENREGISTREMENT ET AUTHENTIFICATION...

Plus en détail

Manuel du logiciel PrestaTest.

Manuel du logiciel PrestaTest. Manuel du logiciel. Ce document décrit les différents tests que permet le logiciel, il liste également les informations nécessaires à chacun d entre eux. Table des matières Prérequis de PrestaConnect :...2

Plus en détail

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS Votre guide SMS SMS et logiciels Les éditeurs de logiciels intègrent de plus en plus le SMS dans leurs produits, notamment pour permettre l envoi d alertes, de rappels de rendez-vous ou encore de notifications.

Plus en détail

Plan du travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 86

Plan du travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 86 Plan du travail Chapitre 1: Internet et le Web Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

Convention d adhésion à la fédération d identités marocaine pour l éducation et la recherche (EduIDM)

Convention d adhésion à la fédération d identités marocaine pour l éducation et la recherche (EduIDM) Convention d adhésion à la fédération d identités marocaine pour l éducation et la recherche (EduIDM) Entre: Le Centre National pour la Recherche Scientifique et Technique (CNRST), établissement public

Plus en détail