L ACTIVITE DU SENAT SESSION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ACTIVITE DU SENAT SESSION 2007-2008"

Transcription

1 L ACTIVITE DU SENAT SESSION De mars 2008 à juillet 2008

2 EDITORIAL Pendant la dernière session de mars à août 2008, le Parlement a adopté 29 lois (en dehors de celles portant ratification d un engagement international). Texte-phare de ces derniers mois, la réforme constitutionnelle a permis de montrer que notre Groupe était au rendez-vous de cette chance historique pour la Vème République. Nous avons notamment pu faire valoir notre point de vue sur l adhésion de nouveaux Etats à l Union européenne, sur le lien privilégié qui doit exister entre les élus locaux et le corps électoral du Sénat, sur le statut de l élu local, sur la reconnaissance de la francophonie. Autre texte très important de cette session, la loi relative aux organismes génétiquement modifiés que nous avons abordé dans un esprit constructif et prospectif ce texte donnant à notre pays un cadre législatif rigoureux qui lui manquait, dans le respect du droit européen et des décisions du Grenelle de l environnement. En matière environnementale, nous avons transposé une très importante directive européenne sur la responsabilité environnementale : elle reconnaît, pour la première fois, le principe de la réparation du dommage écologique «pur», c est-à-dire en dehors de toute atteinte à des biens ou des personnes, soit les dommages infligés à la nature en tant que telle. Afin de dynamiser le marché du travail, nous avons voté une loi qui permet de sortir du carcan des 35 heures par un accord d entreprise ; nous avons étendu le recours au chèque emploi associatif ; nous avons veillé à un équilibre entre les droits et devoirs des chômeurs et, par le biais de la loi sur la modernisation du marché du travail, nous avons fait un premier pas vers la «flexi-sécurité» à la française. Quant à la loi de modernisation de l économie, elle vise à encourager les entrepreneurs, à stimuler la croissance des petites et moyennes entreprises (PME), à faciliter la reprise et la transmission des entreprises, à relancer la concurrence en définissant un nouvel équilibre des relations commerciales, à développer l'attractivité économique du pays et à améliorer le financement de l'économie. Au total, le Groupe UMP du Sénat aura, encore une fois au cours de cette dernière session, largement assumé son rôle de législateur, suivant une méthode éprouvée basée sur la concertation et le dialogue, remplissant sa mission constitutionnelle de représentant des collectivités locales et contribuant concrètement aux réformes initiées par le Président de la République et le gouvernement. Henri de RAINCOURT Président du Groupe UMP - Sénat

3 SOMMAIRE Editorial p.1 Réforme des Institutions - Loi constitutionnelle de modernisation des Institutions de la Vème République p.3 Environnement - Loi relative aux organismes génétiquement modifiés p.13 - Loi relative à la responsabilité environnementale et à diverses dispositions d adaptation au droit communautaire dans le domaine de l environnement p.19 Economie - Loi de modernisation de l économie p.23 - Loi relative aux contrats de partenariat p.27 Finances - Loi de règlement des comptes et rapport de gestion pour 2007 p.37 Coopération décentralisée - Loi visant à renforcer la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale par la mise en conformité du code général des collectivités territoriales avec le règlement communautaire relatif à un groupement européen de coopération territoriale p.43 Enseignement - Loi instituant un droit d accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire p.47 Travail - Loi portant sur la démocratie sociale et le temps de travail p.51 - Loi portant modernisation du marché du travail p.59 - Loi relative aux droits et devoirs des demandeurs d emploi p.65 - Loi relative à l extension du chèque-emploi associatif p.69 Solidarité - Loi relative à la journée de solidarité p.71 Justice - Loi portant réforme de la prescription en matière civile p.73 - Loi créant de nouveaux droits pour les victimes et améliorant l exécution des peines p.77 Discrimination - Loi portant diverses dispositions d adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations p.85

4 Sécurité - Loi renforçant les mesures de prévention et de protection des personnes contre les chiens dangereux p.89 - Loi relative aux conditions de commercialisation et d utilisation de certains engins motorisés p.95 Sport - Loi relative à la lutte contre le trafic de produits dopants p.99 Transports - Loi portant réforme portuaire p Loi relative à la nationalité des équipages de navires p Loi relative à l organisation des transports scolaires en Ile-de-France p.109 Santé - Loi portant diverses dispositions d adaptation au droit communautaire dans le domaine du médicament p.111 Outre-mer - Loi relative aux marchés d instruments financiers et portant actualisation et adaptation du droit économique et financier applicable à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les Iles Wallis et Futuna p.113 Espace - Loi relative aux opérations spatiales p.115 Défense - Loi ratifiant l ordonnance relative à la mise en place au sein des institutions de la défense d un dispositif d accompagnement à l insertion sociale et professionnelle des jeunes en difficulté et l ordonnance relative au personnel militaire modifiant et complétant la partie législative du code de la défense et le code civil, et portant diverses dispositions relatives à la défense p Loi relative aux emplois réservés et portant dispositions diverses relatives à la défense p.119 Divers - Loi portant diverses dispositions d adaptation du droit des sociétés au droit communautaire p Loi relative aux archives p.123

5 R E F O R M E D E S I N S T I T U T I O N S Loi constitutionnelle n du 23 juillet 2008 (JO n 171 du ) de modernisation des Institutions de la Vème République Moderniser notre démocratie Une modernisation nécessaire de nos institutions sans remettre en cause les fondements de la V e République Depuis 50 ans, la Constitution de la Vème République a fait la preuve de sa solidité, de sa souplesse et de son efficacité. C'est pourquoi, l'architecture de nos institutions doit être préservée. Notre démocratie a, toutefois, besoin de voir ses institutions modernisées et équilibrées afin de les adapter aux exigences nouvelles de la société. La France d aujourd hui n est plus celle de 1958 : les Français souhaitent être davantage associés à la vie démocratique : ils souhaitent plus de transparence, plus de débat, plus de simplicité, de lisibilité et d efficacité. La décentralisation s est imposée, l Europe a pris une place importante dans notre vie. Notre société a ainsi connu de profondes mutations. Parallèlement, la mise en place du quinquennat et l inversion du calendrier électoral ont bouleversé l équilibre institutionnel de la Vème République. L accélération du rythme de la vie politique, le renforcement du rôle du Chef de l Etat et la réalité de notre société imposent, aujourd hui, de traduire ces évolutions dans le fonctionnement même de nos institutions. C est tout l enjeu de cette réforme constitutionnelle engagée par le Président de la République, entreprise par le Gouvernement et adoptée par le Parlement, réuni en Congrès, le 21 juillet dernier. Cette réforme est un engagement majeur du Président Conformément à l engagement du Président de la République, lors de la campagne présidentielle, de faire de la démocratie française «une démocratie irréprochable et exemplaire», la présente loi constitutionnelle repose sur trois piliers essentiels : Rénover l'exercice du pouvoir exécutif et, en particulier, celui du Président de la République ; Renforcer le rôle du Parlement et des parlementaires ; Reconnaître à nos concitoyens de nouveaux droits.

6 Encadrer l'exercice du pouvoir exécutif Une série de dispositions vise à rénover les modalités d exercice du pouvoir exécutif. Pas plus de deux mandats consécutifs pour le Président de la République (art. 3 de la loi/ art. 6 de la Constitution) afin de garantir une respiration démocratique dans l exercice des fonctions suprêmes. Encadrement du pouvoir de nomination du Président de la République (art. 5 de la loi/ art. 13 C). Une loi organique devra déterminer les emplois ou fonctions pour lesquels, en raison de leur importance pour la garantie des droits et libertés ou la vie économique et sociale de la Nation, le pouvoir de nomination du Président de la République s exerce après avis public de la commission permanente compétente de chaque assemblée. Le Chef de l Etat ne peut procéder à une nomination lorsque l addition des votes négatifs dans chaque commission représente au moins trois cinquièmes des suffrages exprimés au sein des deux commissions. La loi détermine les commissions permanentes compétentes selon les emplois ou fonctions concernés. Cette procédure s'appliquera également pour les nominations au Conseil constitutionnel, au CSM et celle du Défenseur des droits. Renforcement des garanties en cas d'application des pouvoirs exceptionnels de l'article 16 (art. 6 / art. 16 C) pour concilier la nécessaire préservation de l'etat en cas de danger et le respect des droits. L article 16 de la Constitution donne au Président de la République des pouvoirs exceptionnels en cas de crise d une extrême gravité. Sans remettre en cause le principe même de cette disposition, l article 6 renforce les garanties qui entourent son application. Il prévoit non plus seulement la consultation préalable du Conseil constitutionnel, mais aussi la saisine possible de ce dernier par les parlementaires à l issue d un délai de trente jours. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Le Conseil constitutionnel procède de plein droit à cet examen au terme de soixante jours d exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée. Modernisation du droit de grâce (art. 7 / art. 17 C). L article 7 modernise le régime du droit de grâce reconnu au Président de la République par l article 17 de la Constitution, dans un sens plus respectueux des décisions de justice. Le droit de grâce n aura désormais vocation à ne s exercer qu à titre individuel. Prise de parole du Président de la République devant le Parlement réuni en Congrès (art. 8 / art. 18 C). Issu de circonstances historiques très spécifiques, le droit du message du Président de la République au Parlement, tel que défini à l article 18 de la Constitution, apparaît aujourd hui inadapté. Aussi, l article 8 propose que le Président de la République puisse non plus seulement adresser un message écrit, mais aussi prendre la parole devant le Parlement réuni en Congrès. Sa déclaration pourra être suivie d un débat hors sa présence, mais non d un vote qui remettrait en cause la nature même du régime. Cette procédure nouvelle aura vocation à n être mise en œuvre que dans des moments particulièrement solennels de la vie de la Nation.

7 Renforcer le rôle du Parlement et des parlementaires La présente loi comporte un ensemble cohérent, structuré et audacieux de mesures destinées à renforcer le rôle du Parlement. Le constat d un déséquilibre de nos institutions au détriment du pouvoir législatif est largement partagé et l addition des instruments du parlementarisme rationalisé ne correspond plus, dans le contexte actuel, aux exigences d une démocratie irréprochable. Un pouvoir de contrôle renforcé Affirmation de la fonction de contrôle du Parlement (art. 9 / art. 24 C).La revalorisation du Parlement passe d abord par l énonciation solennelle de ses missions : vote de la loi, contrôle de l action du Gouvernement et évaluation des politiques publiques ; tel est l un des objets de l article 9 qui comble une lacune significative de l actuel article 24 de la Constitution. A noter que ce même article fixe à 577 le nombre maximal de députés, soit l effectif actuel et à 348 celui des sénateurs. Renforcer les liens entre le Parlement et la Cour des comptes (art. 22 / art C). La Cour des comptes assiste le Parlement dans sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement. En outre, l article 22 prévoit que la Cour des comptes assiste le Parlement et le Gouvernement dans le contrôle de l exécution des lois de finances et de l application des lois de financement de la sécurité sociale ainsi que dans l évaluation des politiques publiques. Par ses rapports publics, elle contribue à l information des citoyens. Rendre possible la tenue de questions d'actualité pendant les sessions extraordinaires (art. 23 / art. 48 C) afin d'assurer la continuité du contrôle de l'action du Gouvernement par les assemblées. Contrôle du Parlement sur l'intervention des forces armées à l'étranger (art. 13 / art. 35 C). Les pouvoirs du Parlement en matière de politique étrangère et de défense sont considérablement renforcés dans la mesure où le Gouvernement devra l informer systématiquement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l étranger, au plus tard trois jours après le début de l intervention. Cette information peut donner lieu à un débat qui n est suivi d aucun vote. Lorsque la durée de l intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l autorisation du Parlement et peut demander à l Assemblée nationale de décider en dernier ressort. Si le Parlement n est pas en session à l expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l ouverture de la session suivante. Accentuer le contrôle du Parlement en matière européenne (art. 43 / art C). L article 88-4 dans sa rédaction issue de l article 43 de la présente loi prévoit l obligation de transmission au Parlement de tous les projets et propositions d actes des Communautés européennes et de l Union européenne, et non plus seulement des actes législatifs. Le texte consacre également la création, dans chaque assemblée, d une commission chargée des affaires européennes. Comme dans tous les autres domaines, et notamment, en politique

8 internationale, le droit de résolution s appliquera en matière européenne, avec la particularité de pouvoir s exercer en dehors même des sessions, de sorte que le Parlement puisse réagir en temps utile au projet de texte en discussion devant le Conseil de l Union européenne. Faculté ouverte aux assemblées de donner au Président de la République la possibilité d opter pour une ratification d un traité relatif à l adhésion d un Etat à l Union européenne, par le Parlement réuni en Congrès (art. 44 / art C). Tout projet de loi autorisant la ratification d un traité relatif à l adhésion d un Etat à l Union européenne et aux Communautés européennes est soumis au référendum par le Président de la République. Toutefois, par le vote d une motion adoptée en termes identiques par chaque assemblée à la majorité des trois cinquièmes, le Parlement peut autoriser l adoption du projet de loi selon la procédure prévue au troisième alinéa de l article 89, applicable aux projets de révision constitutionnelle. Le Président de la République pourra alors décider de soumettre le projet de loi au Parlement réuni en Congrès, où le texte devrait réunir la majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés pour être approuvé. L adoption de la motion ne contraindra aucunement le Président de la République à soumettre le projet de loi au Congrès, mais constituera une incitation forte, puisque la représentation nationale aura exprimé à une très nette majorité le souhait de ne pas appliquer la procédure référendaire systématique. Ce dispositif évitera, comme l avait appelé de ses vœux le Sénat en première lecture, qu un pays ami soit stigmatisé dans notre Constitution et permettra que les nouvelles adhésions à l Union européenne ne soient pas systématiquement soumises à référendum, notamment lorsqu elles ne remettent pas en cause les équilibres institutionnels de l Union. L exercice par le Parlement de nouveaux droits prévus par le traité de Lisbonne (art. 47 / art C). Chaque Assemblée peut former un recours devant la Cour de justice de l Union européenne contre un acte législatif européen pour violation du principe de subsidiarité. Ce recours est transmis à la Cour de justice de l Union européenne par le Gouvernement. Le dispositif adopté précise que les recours pourront être formés par l adoption de résolutions, le cas échéant en dehors des sessions, selon des modalités d initiative et de discussion qui seront fixées par le règlement de chaque assemblée. Par ailleurs, le recours devant la Cour de justice sera formé de droit s il est demandé par soixante députés ou soixante sénateurs. Ce dispositif renforce les droits de l opposition. Faculté accordée au Parlement de voter de résolutions (art. 12 / art C). L article 34-1 nouveau de la Constitution dans sa rédaction issue de l article 12 de la présente loi offre aux assemblées, à l instar de la grande majorité des Parlements étrangers, d adopter, en tout domaine, des résolutions n ayant pas de valeur contraignante, mais marquant l expression d un souhait ou d une préoccupation. Il appartiendra à une loi organique d encadrer l exercice de ce pouvoir nouveau. Cet article précise, toutefois, que sont irrecevables et ne peuvent être inscrites à l ordre du jour les propositions de résolution dont le Gouvernement estime que leur adoption ou leur

9 rejet serait de nature à mettre en cause sa responsabilité ou qu elles contiennent des injonctions à son égard. Déclaration à caractère thématique du Gouvernement devant les assemblées (art. 25 / art C). Devant l une ou l autre des assemblées, le Gouvernement peut, de sa propre initiative ou à la demande d un groupe parlementaire, faire, sur un sujet déterminé, une déclaration qui donne lieu à débat et peut, s il le décide, faire l objet d un vote sans engager sa responsabilité. Consécration dans la Constitution des commissions d enquête (art. 26 / art C). Pour l exercice des missions de contrôle et d évaluation, des commissions d enquête peuvent être créées au sein de chaque assemblée pour recueillir, dans les conditions prévues par la loi, des éléments d information. La loi détermine leurs règles d organisation et de fonctionnement. Leurs conditions de création sont fixées par le règlement de chaque assemblée. Une place plus grande du Parlement dans l élaboration de la loi et dans la maîtrise de la procédure législative Amélioration de la qualité de la loi (art. 15 / art. 39 de la Constitution). La présentation des projets de loi déposés devant l Assemblée nationale ou le Sénat répond aux conditions fixées par une loi organique. Cette disposition permettra d imposer au Gouvernement de joindre à ses projets de loi une étude d impact susceptible de présenter les effets, notamment financiers, des mesures proposées, de justifier leur «valeur ajoutée», d expliciter les consultations réalisées, donnant ainsi aux assemblées parlementaires une base d étude plus solide que le seul exposé politique des motifs. La Conférence des présidents de la première assemblée saisie aura désormais la faculté de s opposer à l inscription à l ordre du jour d un texte dont elle constaterait qu il ne satisferait pas aux exigences mentionnées par la loi organique. En cas de désaccord entre la Conférence des Présidents et le Gouvernement, le président de l assemblée intéressée ou le Premier ministre peut saisir le Conseil constitutionnel qui statue dans un délai de huit jours. La possibilité de soumettre des propositions de lois à l avis du Conseil d'etat (art. 15 / art. 39 C) sur demande du Président de l'assemblée concernée, sauf si son auteur s y oppose. Cet examen interviendra avant le passage en commission et dans des conditions qui seront précisées par une loi. Assurer le respect de la répartition entre domaine législatif et réglementaire (art. 16 / art. 41 C) en donnant au président de l'assemblée concernée la possibilité de déclarer irrecevable un amendement parlementaire ou gouvernemental qui méconnaîtrait la répartition entre l art. 34 et l art. 37 de la Constitution. Améliorer les conditions de travail législatif : un délai de six semaines est aménagé entre le dépôt d un texte et son examen devant la première assemblée saisie et de quatre semaines entre la transmission et l examen devant la seconde assemblée saisie (art. 17 / art. 42 C).

10 Débattre en séance du texte issu des travaux de la Commission et non plus de projet du Gouvernement (art. 17 / art. 42 C) afin de renforcer le rôle des commissions et de mettre en valeur leur travail. Seuls les projets constitutionnels, les projets de loi de finances et de financement de la sécurité sociale resteront soumis à la procédure actuelle. Cette revalorisation essentielle du rôle des commissions bouleversera les méthodes de travail et les équilibres actuels dans l élaboration de la loi. Accroître jusqu'à 8 le nombre de commissions permanentes (art. 18 / art. 43 C) pour rendre leur travail plus efficace grâce à des effectifs resserrés et des compétences plus cohérentes. Rendre possible des procédures d'adoption simplifiée et une meilleure programmation de la durée des débats (art. 19 / art. 44 C). La modification apportée par l article 19 de la présente loi présente un double objet. En précisant que le droit d amendement s exerce en séance ou en commission selon les conditions fixées par les règlements des assemblées, dans le cadre déterminé par une loi organique, elle permet tout d abord l institution de procédures réellement simplifiées pour l examen de textes à caractère technique : le travail en commission sera, dans cette hypothèse, soumis à une simple ratification par l assemblée plénière. Elle ouvre ensuite la voie, conformément à une recommandation du rapport du comité présidé par M. BALLADUR, à la fixation par la conférence des présidents d une durée programmée d examen des textes, à l issue de laquelle la discussion serait close. Cette procédure apportera une réponse aux phénomènes d obstruction et apparaît ainsi comme une mesure d accompagnement du resserrement de l article 49, alinéa 3. Elle renforcera, plus généralement, l intérêt des débats. Faculté ouverte aux présidents des deux assemblées de provoquer une commission mixte paritaire pour une proposition de loi (art. 20 / art. 45 C). Cette disposition donne aux présidents des deux assemblées, agissant conjointement, l initiative de convoquer une CMP pour une proposition de loi dans les mêmes conditions que celles actuellement fixées par l article 45 de la Constitution au Premier ministre : soit en cas de désaccord persistant entre les deux assemblées après deux lectures par chaque assemblée, soit en cas de déclaration d urgence par le Gouvernement, après la première lecture. Permettre à la Conférence des présidents des deux assemblées de s opposer conjointement à la procédure accélérée (art. 20 / art. 45 C). Le dispositif adopté a pour effet de consacrer le rôle de la Conférence des présidents qui, jusqu à présent, n avait pas d existence constitutionnelle. A noter également que la procédure d urgence est désormais dénommée procédure accélérée. L exercice du droit d amendement précisé (art. 20 / art. 45 C) : tout amendement est recevable en première lecture dès lors qu il présente un lien, même indirect, avec le texte déposé ou transmis. Partager l'ordre du jour (art. 23 / art. 48 C) pour rendre les assemblées responsables de leurs travaux tout en préservant la possibilité pour le Gouvernement de faire adopter ses réformes.

11 Il s agit d une innovation particulièrement importante car, selon l article 23 de la présente loi, l ordre du jour sera désormais arrêté par la Conférence des Présidents de chaque assemblée et non plus par le Gouvernement. Le texte adopté repose donc sur une logique de concertation et de consensus. Sont cependant institués des mécanismes garantissant le bon fonctionnement des pouvoirs publics : indépendamment des projets de loi de finances ou de financement de la sécurité sociale, qui obéissent à une régime spécial, deux semaines de séance sur quatre sont réservées par priorité, et dans l ordre que le Gouvernement a fixé à l examen et aux débats dont il demande l inscription à l ordre du jour. Une semaine de séance sur quatre est réservée par priorité et dans l ordre fixé par chaque assemblée au contrôle de l action du Gouvernement et à l évaluation des politiques publiques. Limiter l'utilisation du 49.3 aux lois de finances, de financement de la sécurité sociale et à un autre projet ou proposition de loi par session (art. 24 / art C). Rendre possible l'adoption de lois de programmation en dehors des domaines économiques et sociaux. Ces lois de programmation déterminent les objectifs de l action de l Etat. (art. 11 / art. 34 C). Faculté ouverte au législateur d adopter, par l entremise d une loi de programmation, des orientations pluriannuelles des finances publiques et ce, dans l objectif d équilibre des comptes des administrations publiques (art. 11 / art. 34 C). De nouvelles délimitations du domaine de la loi (art. 11 / art. 34 C). Plusieurs modifications ont été apportées à l article 11 de la loi afin d intégrer au sein du domaine de la loi : - la définition des règles concernant la liberté, le pluralisme et l indépendance des médias ; - la fixation des règles concernant le régime électoral des assemblées locales et des instances représentatives des Français établis hors de France ainsi que les conditions d exercice des mandats électoraux et des fonctions électives des membres des assemblées délibérantes des collectivités territoriales. Un Parlement plus représentatif Représenter les Français établis hors de France à l'assemblée nationale (art. 9 / art. 24 C) pour mettre fin à une singularité qui voulait que les Français établis hors de France ne soient représentés qu au Sénat. Par coordination avec la création de députés élus par les Français établis hors de France, la priorité d examen instaurée au bénéfice du Sénat par la révision constitutionnelle de 2003,

12 sur les projets de loi relatifs aux instances représentatives des Français établis hors de France est supprimée (art. 15 / art. 39 C). Le mode de représentation des collectivités territoriales au Sénat : maintien du droit constitutionnel existant. Le Sénat a préféré conserver la rédaction actuelle de l article 24 de la Constitution selon laquelle il «assure la représentation des collectivités territoriales de la République», ce qui n interdit pas la modification éventuelle de son mode de scrutin. Est ainsi réaffirmé le lien privilégié qui doit exister entre les élus locaux et le corps électoral sénatorial. Soumettre le redécoupage des circonscriptions électorales à une commission indépendante (art. 10 / art. 25 C). Afin de mieux garantir l égalité du suffrage, l article 10 modifie l article 25 de la Constitution pour imposer que les projets de texte et propositions de loi délimitant les circonscriptions pour l élection des députés ou modifiant la répartition des sièges de députés ou de sénateurs soient soumis à l avis public d une commission indépendante dont la loi fixera la composition et les règles d organisation et de fonctionnement. Permettre aux ministres de retrouver leur siège de parlementaire à la fin de leurs fonctions (art. 10 / art. 25 C). L article 25 dans sa nouvelle rédaction permettra aux membres du Gouvernement cessant d exercer leurs fonctions ministérielles de retrouver, le cas échéant, le siège dont ils étaient auparavant titulaires au Parlement sans avoir, comme aujourd hui, à provoquer une élection partielle. Reconnaître des droits particuliers et nouveaux aux groupes d opposition ainsi qu aux groupes minoritaires (art. 26 / art C) afin de leur permettre d'avoir un rôle plus conforme à une démocratie moderne dans le domaine du contrôle. Il appartiendra au règlement de chaque assemblée de déterminer les droits des groupes parlementaires constitués en son sein et de reconnaître des droits spécifiques aux groupes d opposition de l assemblée intéressée ainsi qu aux groupes minoritaires. Prévoir un jour par mois de séance pour les groupes d opposition et les groupes minoritaires (art. 23 / art. 48 C). Reconnaître de nouveaux droits à nos concitoyens La modernisation de nos institutions serait inachevée si elle ne favorisait pas une démocratie plus vivante, une démocratie plus ouverte aux citoyens. Notre loi fondamentale n a pas, en effet, seulement pour vocation d organiser le fonctionnement des institutions. Elle reconnaît également des droits aux citoyens, qui doivent évoluer au rythme des sociétés. La présente loi constitutionnelle répond à cette attente en conférant aux citoyens de nombreux droits nouveaux.

13 De nouvelles garanties pour le citoyen La création d un référendum d initiative parlementaire (art.4 / art.11c). Un référendum relatif à l une des matières visées au premier alinéa de l article 11 de la Constitution peut être organisé à l initiative d un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l abrogation d une disposition législative promulguée depuis moins d un an. Dans l hypothèse où les deux assemblées n auraient pas examiné la proposition de loi dans un délai fixé par la loi organique, le Président de la République devrait la soumettre à référendum. Lorsque la proposition de loi n est pas adoptée par le peuple français, aucune nouvelle proposition de référendum portant sur le même sujet ne peut être présentée avant l expiration d un délai de deux ans suivant la date du scrutin. Renforcer le lien entre le Conseil économique, social et environnemental et les citoyens (art. 33 / art. 69 C) en ouvrant la possibilité de le saisir par voie de pétition citoyenne. Etendre les compétences du CES au domaine environnemental (art. 34 / art. 70 C). Le Conseil économique, social et environnemental peut être consulté par le Gouvernement et le Parlement sur tout problème de caractère économique, social ou environnemental. Le Gouvernement peut également le consulter sur les projets de loi de programmation définissant les orientations pluriannuelles des finances publiques. Tout plan ou tout projet de loi de programmation à caractère économique, social ou environnemental lui est soumis pour avis. De nouvelles garanties de protection des droits Créer une procédure d'exception d'inconstitutionnalité (art. 29 et 30 / art et 62 C) en ouvrant aux justiciables la faculté de contester la constitutionnalité de dispositions législatives déjà promulguées. La réforme de 1974 élargissant la saisine du Conseil constitutionnel à soixante députés ou soixante sénateurs a marqué, en son temps, un progrès majeur de l Etat de droit. La loi constitutionnelle, propose en ses articles 29 et 30 de franchir une étape supplémentaire en ouvrant aux justiciables la faculté de contester, par voie d exception, la constitutionnalité des dispositions législatives portant atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit. Le Conseil constitutionnel pourra être saisi de cette question sur renvoi du Conseil d Etat ou de la Cour de cassation. Créer un Défenseur des droits (art. 41 / art C) pour que toute personne s'estimant lésée par le fonctionnement d'un service public puisse voir ses droits respectés. L article 41 de la présente loi institue, en un article 71-1 nouveau de la Constitution, un Défenseur des droits, qui pourra être saisi par toute personne s estimant lésée par le fonctionnement d un service public. Il peut également se saisir d office. Une loi organique définira les attributions et les modalités d intervention du Défenseur des droits. Il est nommé par le Président de la République pour un mandat de six ans non renouvelable, après application de la procédure prévue au dernier alinéa de l article 13. Ses fonctions sont incompatibles avec celles de membre du Gouvernement et de membre du Parlement. Il rend compte de son activité au Président de la République et au Parlement.

14 Moderniser le Conseil supérieur de la magistrature (art. 31 / art. 65 C) pour assurer une meilleure justice et son indépendance par la fin de la présidence du CSM par le Président de la République et de la vice-présidence par le Garde des Sceaux, en ouvrant davantage sa composition sur la société, en élargissant ses attributions. L affirmation de valeurs communes Députés et sénateurs ont souhaité inscrire dans le corps de notre loi fondamentale un certain nombre de valeurs reconnues par notre société et protégées par la loi. L égalité entre les sexes : L article 1 er de la Constitution est complété par un alinéa ainsi rédigé : la loi favorise l égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu aux responsabilités professionnelles et sociales. Le respect de la diversité : La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation (art. 2 / art. 4 C). La diversité linguistique : la reconnaissance de la Francophonie et des langues régionales - Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France (art. 40 / art C). A noter que ce nouvel article se situe à la fin du titre XII de la Constitution, consacré aux collectivités territoriales. Il apporte une reconnaissance à l exceptionnelle richesse du patrimoine linguistique de la France, sans remettre en cause la place du français, langue de la République (art. 2 C). - La République participe au développement de la solidarité et de la coopération entre les Etats et les peuples ayant le français en partage (art.42 / art. 87 de la Constitution). *** A l'énoncé de l'ensemble de ces dispositions, on mesure l'ampleur de cette révision constitutionnelle : - C'est une réforme profonde du fonctionnement de nos institutions, dans le respect des grands équilibres et principes de la V e République. - C est une réforme ambitieuse et novatrice qui inscrit le fonctionnement de nos institutions dans une démarche moderne d efficacité et de transparence.

15 E N V I R O N N E M E N T Loi n du 25 juin 2008 (JO n 148 du ) relative aux organismes génétiquement modifiés Le Conseil constitutionnel a invalidé une disposition de l article 11 au motif qu elle n était pas d ordre réglementaire mais législatif. Le législateur a pris en compte cette remarque et la correction a été faite dans le cadre de la loi sur la responsabilité environnementale. Cette loi est une nécessité pour 2 raisons au moins: - premièrement, il s agit de la transposition d une directive européenne pour laquelle nous avons déjà pris beaucoup de retard et qui est susceptible de nous coûter une sanction financière de plusieurs dizaines de millions d euros - cette directive a été négociée par le gouvernement Jospin - il en va donc du respect de notre engagement européen, à un moment où la France va assumer la présidence de l Union européenne - deuxièmement, ce texte se situe dans le droit fil des conclusions du Grenelle de l environnement qui appelaient un cadre rigoureux et transparent pour les OGM grâce à une loi et à la création d une Haute autorité Cette loi respecte pleinement les principes fondamentaux auxquels nous sommes attachés et que nous avons inscrits dans la Constitution avec la Charte de l environnement : - ce texte respecte des principes fondamentaux auxquels nous sommes tous attachés, en particulier : - le principe de responsabilité - le principe de précaution - le principe de transparence - le principe du libre choix de produire et consommer avec ou sans OGM - le principe d information - certains de ces principes, dont le principe de précaution, ont été inscrits par nos soins dans la Constitution au titre de la Charte de l environnement. Cette loi donne à notre pays un cadre législatif complet et strict encadrant les OGM et qui nous manquait. Les dispositions de la loi sont les suivantes : - six mois après la publication de la loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport relatif aux possibilités de développement d'un plan de relance de la production de protéines végétales alternatif aux cultures d'ogm afin de garantir l'indépendance alimentaire de la France (art. 1 er )

16 - les OGM ne peuvent être cultivés, commercialisés ou utilisés que dans le respect de l'environnement et de la santé publique, des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production et commerciales qualifiées «sans OGM», et en toute transparence (art. 2) - la définition du «sans OGM» se comprend nécessairement par référence à la définition communautaire. Dans cette attente, le seuil correspondant est fixé par voie réglementaire, sur avis du Haut conseil des biotechnologies, espèce par espèce (art. 2) - les décisions d'autorisation d OGM ne peuvent intervenir qu'après une évaluation préalable indépendante et transparente des risques pour l'environnement et la santé publique (art. 2) - cette évaluation est assurée par une expertise collective menée selon des principes de compétence, pluralité, transparence et impartialité (art. 2) - les études et les tests sur lesquels se fonde cette évaluation sont réalisés dans des laboratoires agréés par les pouvoirs publics (art. 2) - les conclusions des études et tests réalisés dans ces laboratoires sont mises à la disposition du public sans nuire à la protection des intérêts d autrui (art. 2) - la liberté de consommer et de produire avec ou sans OGM, sans que cela nuise à l'intégrité de l'environnement et à la spécificité des cultures traditionnelles et de qualité, est garantie dans le respect des principes de précaution, de prévention, d'information, de participation et de responsabilité (art. 2) - est créé un Haut conseil des biotechnologies (art. 3) - il a pour mission d'éclairer le gouvernement sur toutes questions intéressant les OGM ou toute autre biotechnologie et de formuler des avis en matière d'évaluation des risques pour l'environnement et la santé publique que peuvent présenter l'utilisation confinée ou la dissémination volontaire des OGM, ainsi qu'en matière de surveillance biologique du territoire (art. 3) - son rôle (art. 3) : o il peut se saisir d'office, à la demande de l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques ou à la demande d'un député ou d'un sénateur, des associations de défense des consommateurs agréées, des associations de protection de l'environnement, des associations ayant une activité dans le domaine de la santé et de la prise en charge des malades, des groupements de salariés et des groupements professionnels concernés, de toute question concernant son domaine de compétence o il peut proposer, en cas de risque, toutes mesures de nature à préserver l'environnement et la santé publique o il rend un avis sur chaque demande d'agrément ou demande d'autorisation en vue de l'utilisation confinée ou de la dissémination volontaire d'ogm o il est informé de chaque déclaration d'utilisation confinée

17 o il procède ou fait procéder à toutes expertises, analyses ou études qu'il juge nécessaires o il met en oeuvre des méthodes d'évaluation des risques pour l'environnement et la santé publique conformes aux dispositions communautaires et aux recommandations internationales en la matière o il est consulté sur les protocoles et méthodologies d'observation nécessaires à la mise en oeuvre de la surveillance biologique du territoire o il peut mener des actions d'information se rapportant à ses missions o il établit un rapport annuel d'activité adressé au Gouvernement et au Parlement. Ce rapport est rendu public - sa composition (art. 3) : o le Haut conseil des biotechnologies est composé de 2 comités : - un comité scientifique et - un comité économique, éthique et social o le président du Haut conseil et les présidents des comités, ainsi que les membres des comités, sont nommés par décret o la nomination du président intervient après avis des commissions du Parlement compétentes en matière d'agriculture et d'environnement o le président est un scientifique choisi en fonction de ses compétences et de la qualité de ses publications o il est membre de droit des deux comités o le comité scientifique est composé de personnalités désignées, après appel à candidatures, notamment auprès des organismes publics de recherche, en raison de leur compétence scientifique et technique reconnue par leurs pairs, dans les domaines se rapportant notamment au génie génétique, à la protection de la santé publique, aux sciences agronomiques, aux sciences appliquées à l'environnement, au droit, à l'économie et à la sociologie o le comité économique, éthique et social est composé notamment de représentants d associations, de représentants d'organisations professionnelles, d'un membre du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé, d'un député et d'un sénateur membres de l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, et de représentants des associations de collectivités territoriales - son rôle (art. 3) : o en cas d'utilisation confinée d'ogm, le président du Haut conseil transmet l'avis du comité scientifique à l'autorité administrative o en cas de dissémination volontaire d'ogm, le président du Haut conseil transmet l'avis du comité scientifique au comité économique, éthique et social. Après examen de l'avis du comité scientifique, le comité économique, éthique et social élabore des recommandations et peut, à cet effet, convoquer le président du comité scientifique et un membre de ce comité. L'avis du Haut conseil, qui est composé de l'avis du comité scientifique et des recommandations du comité économique, éthique et social, est remis à l'autorité administrative par son président. Cet avis comporte, outre une évaluation des risques, une évaluation des bénéfices. Il fait état des positions divergentes exprimées.

18 - son fonctionnement (art. 3) : o le Haut conseil se réunit en séance plénière à la demande de son président ou de la moitié de ses membres afin d'aborder toute question de portée générale intéressant son domaine de compétence dont il est saisi ou dont il se saisit - les parcs nationaux et les parcs naturels régionaux peuvent, avec l'accord unanime des exploitants agricoles concernés, exclure la culture d'ogm sur tout ou partie de leur territoire, sous réserve que cette possibilité soit prévue par leur charte - lorsque cela est nécessaire à la protection d'un signe d'identification de la qualité et de l'origine, l'organisme de défense et de gestion concerné ou l'institut national de l'origine et de la qualité propose à l'autorité administrative toute mesure particulière de renforcement de cette protection concernant les OGM - la mise en culture, la récolte, le stockage et le transport des OGM sont soumis au respect de conditions techniques notamment relatives aux distances entre cultures ou à leur isolement, visant à éviter la présence accidentelle d'ogm dans d'autres productions (art. 6) - ces conditions techniques sont fixées par arrêté du ministre chargé de l'agriculture, pris après avis du comité scientifique du Haut conseil ; elles sont fixées par nature de culture ; elles définissent les périmètres au sein desquels ne sont pas pratiquées de cultures d'ogm (art. 6) - les destructions illégales de cultures seront sévèrement sanctionnées : o par un délit de destruction de champs (maximum : 2 ans de prison et euros d amende) o par un délit aggravé lorsque la destruction porte sur un essai de recherche (maximum : 3 ans de prison et euros d amende) - tout exploitant agricole mettant en culture un OGM dont la mise sur le marché est autorisée est responsable, de plein droit, du préjudice économique résultant de la présence accidentelle de cet OGM dans la production d'un autre exploitant agricole, à plusieurs conditions (art. 8) : o le produit de la récolte dans laquelle la présence de l'ogm est constatée est issu d'une parcelle ou d'une ruche située à proximité d'une parcelle sur laquelle est cultivé cet OGM et a été obtenu au cours de la même campagne de production o il était initialement destiné soit à être vendu en tant que produit non soumis à l'obligation d'étiquetage «OGM», soit à être utilisé pour l'élaboration d'un tel produit o son étiquetage est rendu obligatoire en application des dispositions communautaires relatives à l'étiquetage des produits contenant des OGM - le préjudice est constitué par la dépréciation du produit résultant de la différence entre le prix de vente du produit de la récolte soumis à l'obligation d'étiquetage «OGM» et celui d'un même produit, présentant des caractéristiques identiques, non OGM (art. 8) - sa réparation peut donner lieu à un échange de produits ou, le cas échéant, au versement d'une indemnisation financière (art. 8)

19 - tout exploitant agricole mettant en culture un OGM dont la mise sur le marché est autorisée doit souscrire une garantie financière couvrant sa responsabilité (art. 8) - la surveillance biologique du territoire a pour objet de s'assurer de l'état sanitaire et phytosanitaire des végétaux et de suivre l'apparition éventuelle d'effets non intentionnels des pratiques agricoles sur l'environnement. Elle relève de la compétence des agents chargés de la protection des végétaux ou s'effectue sous leur contrôle. Les résultats de cette surveillance font l'objet d'un rapport annuel du Gouvernement à l'assemblée nationale et au Sénat (art. 9) - il est créé un Comité de surveillance biologique du territoire. Il est consulté sur les protocoles et méthodologies d'observation nécessaires à la mise en oeuvre de la surveillance biologique du territoire et sur les résultats de cette surveillance ; il formule des recommandations sur les orientations à donner à la surveillance biologique du territoire et alerte l'autorité administrative lorsqu'il considère que certains effets non intentionnels nécessitent des mesures de gestion particulières. Il est composé de personnalités désignées en raison de leurs compétences dans les domaines se rapportant notamment à l'écotoxicologie, aux sciences agronomiques et à la protection de l'environnement et des végétaux (art. 9) - le responsable de la dissémination volontaire d'ogm, le distributeur et l'utilisateur de ces organismes doivent participer au dispositif de surveillance biologique du territoire, notamment en communiquant aux agents chargés de la protection des végétaux toutes les informations nécessaires à cette surveillance (art. 9) - le détenteur de l'autorisation de dissémination d OGM ou l'exploitant mettant en culture des OGM ayant fait l'objet d'une autorisation de mise sur le marché doit déclarer auprès de l'autorité administrative les lieux où sont pratiquées ces cultures ; il doit également informer, préalablement aux semis, les exploitants des parcelles entourant les cultures OGM (art. 10) - l'autorité administrative établit un registre national indiquant la nature et la localisation des parcelles culturales d'ogm. Les préfectures assurent la publicité de ce registre par tous moyens appropriés, notamment sur internet (art. 10) - lorsque l'agrément pour l'utilisation confinée d'ogm porte sur la première utilisation de tels organismes dans une installation, l'exploitant met à la disposition du public un dossier d'information (art. 11) - la définition du champ d application de la législation sur les OGM est mise en conformité avec les dispositions communautaires (art. 12) - l utilisation confinée des OGM est précisée ; elle implique des règles strictes de confinement et est soumise à agrément (art. 13) - il en est de même de la dissémination volontaire définie comme l introduction intentionnelle dans l environnement d un OGM et soumise à autorisation (art. 14)

20 - la législation sur les OGM s applique aux médicaments à usage humain ou vétérinaire qui contiennent des OGM (art. 15) - les fonctions d expertise sont valorisées dans la carrière des chercheurs (art. 16) - sont précisés les champs de recherche prioritaires dans le cadre des programmes de l Agence nationale de la recherche (art. 17) - les lots de semences contenant des semences génétiquement modifiées porteront une étiquette le mentionnant (art. 21).

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

La Conférence régionale de la santé et de l autonomie CRSA

La Conférence régionale de la santé et de l autonomie CRSA La Conférence régionale de la santé et de l autonomie CRSA Rôle Fonctionnement - Installation Présentation : F. BAUDIER - 26/04/10 ARS et CRSA : articulation Rôle et missions de la CRSA (1) - La Conférence

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 40 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 21 novembre 2012 PROJET DE LOI relatif à la mise en œuvre du principe

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE République française Polynésie française www.cgf.pf LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE (Mode d emploi de la FPC) SOMMAIRE I La mise en place du comité technique paritaire p. 2 A Une instance paritaire pour

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement adopté lors de la réunion du CHSCT du 16 février 2015,

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE TEXTE ADOPTE n o 181 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2002-2003 24 juillet 2003 PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif au référendum

Plus en détail

Association Régie de Quartier de Blois. Association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Statuts

Association Régie de Quartier de Blois. Association régie par la loi du 1 er juillet 1901. Statuts Association Régie de Quartier de Blois Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Statuts Statuts arrêtés par le Conseil d Administration du 8 Juillet 2004 Adoptés par l Assemblée Générale Extraordinaire

Plus en détail

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et

Plus en détail

LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi)

LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi) République française Polynésie française www.cgf.pf LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi) (Applicable depuis le 15 novembre 2011) I L autorisation du cumul SOMMAIRE p. 2 A

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

N 2562 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2562 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2562 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 31 mai 2010. PROPOSITION DE LOI portant simplification de dispositions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SAFPT INFO SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Définition des organismes compétents : Les organismes compétents en matière d hygiène, de sécurité et

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Organisation administrative des services de santé au travail

Organisation administrative des services de santé au travail Plan Organisation administrative des services de santé au JDV Nancy juillet 2006 Complément de cours Contexte réglementaire évolutif Les différents types de services de santé au conditionnés par leurs

Plus en détail

Droit constitutionnel de la Vème République

Droit constitutionnel de la Vème République Droit constitutionnel de la Vème République Auteur(s) : Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux Présentation(s) : Professeurs à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne Leçon 1 : La mise en place de la 5ème

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants :

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants : Règlements de la section locale du Bureau de la traduction (Adoptés le 15 août 2012) 1 RÔLE ET COMPOSITION DE LA SECTION LOCALE 1.1 La section locale Bureau de la traduction réunit tous les employés du

Plus en détail

Elections professionnelles

Elections professionnelles Fiche n 6 Loi portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail Elections professionnelles Entrée en vigueur : Ces dispositions entrent en vigueur lors des premières élections

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Santé publique MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales

Plus en détail

Projet Annexe ENTRE :

Projet Annexe ENTRE : Projet Annexe CONVENTION D ADHESION AUX SECRETARIATS DU COMITE MEDICAL ET DE LA COMMISSION DE REFORME PLACES AUPRES DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES DEUX-SEVRES ENTRE : Monsieur

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES AS/HO BURKINA FASO --------- Unité - Progrès - Justice DECRET N 2010- /PRES/PM/MAHRH/ 400 MRA/MECV/MEF/MATD portant modalités d élaboration et de validation des chartes foncières locales. LE PRESIDENT

Plus en détail

- 93 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 93 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 93 - Loi n 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi complétant la loi n 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU,

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, ANNEXE 1 SÉNAT ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, - Vu l article 4 quater de l ordonnance n 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, - Vu la lettre du Président du

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS A. Objet et composition de l association Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 332 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2008-2009 15 septembre 2009 PROJET DE LOI relatif à la protection

Plus en détail

Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex.

Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex. Toute saisine de ces deux instances doit être adressée à l adresse suivante: Secrétariat Comité médical/commission de réforme CDG 58 24 rue du champ de foire BP 3 58028 Nevers cedex. - D envoyer un dossier

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011

adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 STATUTS de l'institut UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE LE MANS adoptés en Conseil d'institut de l'iut le 26 septembre 2011 en Conseil d'administration de l'université du Maine le 6 octobre 2011 1 Table des

Plus en détail

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel)

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Commissariat général au développement durable Secrétariat général (DD) Circulaire du 3 août 2011 relative

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique NOR : [ ] DECRET n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail Publics concernés : fonctionnaires,

Plus en détail

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS)

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) Dernière révision du document : juillet 2012 QUAND ET COMMENT DÉPOSER LE DOSSIER AUPRÈS DE L'ADMINISTRATION? Le projet d assainissement est à envoyer

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME

RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE VAL-MORIN MRC DES LAURENTIDES RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME ATTENDU QUE la Loi sur l Aménagement et l urbanisme prévoit

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

U-THIL AVANT TOUT LES STATUTS

U-THIL AVANT TOUT LES STATUTS U-THIL AVANT TOUT LES STATUTS ARTICLE PREMIER - NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour

Plus en détail

-21- TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

-21- TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi -21- TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à créer une possibilité de recours à l'égard des décisions des architectes des Proposition de loi relative à l'instruction des autorisations de travaux

Plus en détail

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 juin 2012. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer les pouvoirs du

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF (PROJET DE LOI ORGANIQUE)

TABLEAU COMPARATIF (PROJET DE LOI ORGANIQUE) - 67 - TABLEAU COMPARATIF (PROJET DE LOI ORGANIQUE) Texte en vigueur Texte du projet de loi organique Texte adopté par l Assemblée nationale Texte élaboré par la commission en vue de l examen en Projet

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 456 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 9 juin 2009 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, pour faciliter le maintien et la création d emplois,

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 640 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 6 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au versement des allocations familiales et de l allocation de rentrée scolaire

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P 1 ARTICLE 1 er Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte

Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte Le travail de l expert L expert assiste le comité d entreprise ou la commission économique dans le cadre de la loi sur la prévention des difficultés,

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail