INT. Reconnaissance internationale des diplômes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INT. Reconnaissance internationale des diplômes"

Transcription

1 Bundesamt für Bildung und Wissenschaft Office fédéral de l éducation et de la science Ufficio federale dell educazione e della scienza Uffizi federal da scolaziun e scienza INT Reconnaissance internationale des diplômes Rapport sur la reconnaissance des diplômes étrangers en Suisse et la reconnaissance des diplômes suisses à l étranger: réglementations, pratiques existantes et mesures à prendre

2 Impressum Editeur: Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Effingerstrasse 27, 3003 Berne, Office fédéral de l'éducation et de la science OFES Hallwylstrasse 4, 3003 Berne, Ont contribué à la rédaction du présent rapport: Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP), Conférence des directeurs cantonaux des affaires sanitaires (CDS), Croix-Rouge suisse (CRS), Office central universitaire suisse (OCUS), Office fédéral de la santé publique (OFSP), Office fédéral de la justice (OFJ), Bureau de l'intégration DFAE/DFE (BI), Peter Meyner, ancien chef du service juridique de l'ofiamt (Me), Emil Wettstein, projets en matière de formation professionnelle (We) Rédaction et mise en page: Carmen Steimann Sager, Sylvie Zoëll, OFFT Commande: Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT, Presse et Communication, Effingerstrasse 27, 3003 Berne, Tél , Fax , (D) 700 (F)

3 Plan Liste des abréviations... 2 Introduction Reconnaissance des diplômes étrangers en Suisse Formation professionnelle (DFE et cantons) Professions de la compétence de l OFFT Apprentissage Maturité professionnelle (We) Examens professionnels et examens professionnels supérieurs Ecoles supérieures Hautes écoles spécialisées (HES) Mesures à prendre dans les professions OFFT Professions de la santé (CDS, CRS) Principes juridiques Procédure de reconnaissance Mesures à prendre dans les professions de la santé Professions du domaine social (CDIP) Bases juridiques Professions du domaine des arts appliqués et des arts visuels (CDIP) Bases juridiques Professions du domaine de la musique (CDIP) Bases juridiques Professions pédagogiques (CDIP) Bases juridiques Enseignement de la gymnastique et des sports Formation universitaire (DFI) Universités et EPF en général (OCUS) Exemples Professions médicales (médecins, dentistes, vétérinaires, pharmaciens) (OFSP) Avocats (OFJ) Reconnaissance des diplômes suisses à l étranger Formation professionnelle (DFE et cantons) Professions de la compétence de l OFFT Les Accords bilatéraux avec l Union européenne (Me/BI/OFFT) Le cas particulier des architectes (Me) Le cas particulier de la maturité professionnelle (We) Les conventions bilatérales (Hautes écoles spécialisées; reconnaissance académique) Professions de la santé (CDS, CRS) Informations disponibles Principales difficultés Remarque particulière Professions du domaine social, des arts appliqués, des arts visuels et de la musique, et professions pédagogiques (CDIP) Formation universitaire (DFI) Universités et EPF en général (OCUS) Exemples Professions médicales (médecins, dentistes, vétérinaires, pharmaciens) Avocats (OFJ)...36 Annexes Professions de la santé: Annexe I...37 Professions de la santé: Annexe II...38 Adresses des services concernés par la reconnaissance des diplômes... 41

4 Liste des abréviations AELE BI CDCS CDIP CDS CFS CRS CSESS Cst DFAE DFE DFI EEE EPF ESAA ESCEA ESGC ESTS ET ETS EURO-BAC HEAA HEM HES ISPFP KK 93 LFPr LHES LLCA OCUS OFFT OFJ OFPA OFSP OHES REG UE Association européenne de libre-échange Bureau de l Intégration Conférence des directrices et directeurs de conservatoires et des hautes écoles suisses de musique Conférence suisse des directeurs cantonaux de l instruction publique Conférence des directeurs cantonaux des affaires sanitaires Commission fédérale du sport Croix-Rouge suisse Conférence suisse des hautes écoles spécialisées et des écoles supérieures de travail social Constitution fédérale Département des affaires étrangères Département fédéral de l économie Département fédéral de l intérieur Espace économique européen Ecoles polytechniques fédérales Ecoles supérieures d arts appliqués Ecoles supérieures de cadres pour l économie et l administration Ecoles supérieures de gestion commerciale Ecole supérieure de travail social Ecoles techniques Ecoles techniques supérieures European Baccalaureat Haute école d'arts visuels et d'arts appliqués Haute école suisse de musique Hautes écoles spécialisées Institut suisse de pédagogie pour la formation professionnelle Accord intercantonal sur la reconnaissance des diplômes de fin d études Loi fédérale sur la formation professionnelle Loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées Loi fédérale sur la libre circulation des avocats Office central universitaire suisse Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie Office fédéral de la justice Ordonnance sur la formation professionnelle agricole Office fédéral de la santé publique Ordonnance relative à la création et à la gestion des hautes écoles spécialisées Fondation des registres suisses des ingénieurs, des architectes et des techniciens Union européenne 2

5 Introduction L'acceptation, en votation populaire du 21 mai 2000, des Accords bilatéraux avec l'union européenne (UE) a rendu d'actualité le thème de la reconnaissance internationale des diplômes. La reconnaissance réciproque des diplômes entre la Suisse et les pays membres de l'ue donne lieu à de nombreuses attentes. Mais qu'entend-on par «reconnaissance» et quelle est sa portée? Quelle différence existe-t-il entre reconnaissance académique et reconnaissance professionnelle? Qu'est-ce qu'une activité professionnelle réglementée? Le but du présent rapport est d'essayer d'apporter une réponse à ces questions et de présenter un aperçu des réglementations, des pratiques existantes et des mesures à prendre en Suisse. La première partie du rapport sera consacrée essentiellement à la reconnaissance des diplômes étrangers en Suisse. Dans la seconde partie, l'accent sera mis sur la reconnaissance des diplômes suisses à l'étranger, nommément dans les pays membres de l'ue. «Reconnaissance internationale des diplômes» Les titres délivrés à l'issue d'une formation réussie produisent, envers celles et ceux qui les reçoivent, un certain nombre d'effets non négligeables. Sur le marché du travail, ils augmentent les chances des préte n- dants d'obtenir un emploi et permettent d'espérer un meilleur classement dans l'échelle des salaires. En cas de chômage, ils servent à déterminer le montant des prestations de l'assurance-chômage. Dans un grand nombre de filières et d'examens de formation continue, les candidats doivent posséder un diplôme avant de pouvoir être admis. Enfin, pour les professions dont l'exercice est soumis à autorisation, le diplôme constitue la condition indispensable à l'octroi de l'autorisation. Les diplômes 1 ont donc une portée considérable. Il est par conséquent dans l'intérêt de leurs détenteurs de pouvoir bénéficier des avantages rattachés à leur statut non seulement dans le pays où ils ont obtenu leur diplôme, mais également dans les autres. L'enjeu est de taille: du fait de la mobilité transfrontière, la reconnaissance internationale des diplômes revêt une importance de plus en plus grande. La «reconnaissance» d'un diplôme signifie que l'autorité ou l'etat considère que la formation diplômante suivie à l'étranger est équivalente à une filière de formation existant dans le pays. Fondamentalement, il faut que la formation suivie à l'étranger ait une durée, un contenu et une forme c'est-à-dire des parties théoriques et pratiques à peu près comparables avec les exigences en vigueur dans le pays d'accueil. Il faut également que le titre bénéficie, dans le pays où il a été délivré, d'une reconnaissance officielle. Jusqu'à présent, le service compétent vérifiait généralement au cas par cas si ces conditions étaient réunies. Avec l'entrée en vigueur des Accords bilatéraux, cette pratique va, comme nous le verrons par la suite, se modifier en partie. Reconnaissance «professionnelle» et reconnaissance «académique» Toutes les études consacrées au problème de la reconnaissance des diplômes établissent une distinction entre reconnaissance professionnelle et reconnaissance académique. Par reconnaissance professionnelle, il faut comprendre la reconnaissance nécessaire à l'exercice d'une profession ou à son accès 2. La reconnaissance académique est la reconnaissance requise en vue d'être admis à une filière de formation continue ou à des études postgrades. Activités professionnelles «réglementées» Au chapitre de la reconnaissance professionnelle, on distingue entre activité professionnelle réglementée et activité professionnelle non réglementée. 1 Dans le texte qui suit, le terme de «diplôme» regroupe également le certificat fédéral de capacité (titre sanctionnant des examens réussis de fin d'apprentissage), le certificat de maturité professionnelle, le brevet fédéral, etc. 2 Office central universitaire suisse, Marianne Tremp, Christine Gehrig, Rudolf Nägeli, Réglementations concernant les questions de reconnaissance dans le domaine de l enseignement supérieur en Suisse et en Europe, Berne 1999, p. 13 3

6 INTRODUCTION Par activité professionnelle réglementée, on désigne une activité professionnelle dont l'exercice dans le pays d'accueil est subordonné à la possession de certains titres attestant des capacités professionnelles et pour l'exercice duquel une autorisation est nécessaire. En vertu de l'art. 27 de la Constitution fédérale garantissant la liberté économique, il est possible en Suisse d'exercer la plupart des professions sans avoir besoin d'un diplôme formel reconnu par l'etat. Pour toutes ces professions, la possession d'un diplôme accroît certes les chances sur le marché du travail, mais elle n'est pas une condition nécessaire à leur exercice. Cette liberté est restreinte pour certaines activités professionnelles (activités professionnelles réglementées). C'est le cas notamment des professions médicales et, dans une certaine mesure, des professions d'avocat et d'architecte, d'installateur, de guide de montagne et de spécialiste en explosifs par exemple, soit des professions dont l'exercice représente un danger accru pour ceux qui les exercent et pour les tiers 3. D'une manière générale, il prévaut dans les pays de l'ue une liberté comparable à la liberté économique suisse. Lorsque des activités professionnelles sont réglementées, seules les personnes ayant suivi une certaine formation peuvent en bénéficier. Il s'agit, comme en Suisse, des professions mentionnées plus haut dans le texte. Accords bilatéraux avec l Union européenne Les Accords bilatéraux signés entre la Suisse et l'ue se composent de sept accords partiels thématiques (circulation des personnes, transport aérien, transport terrestre, agriculture, obstacles techniques au commerce, marchés publics, recherche). Seul l'accord sur la libre circulation des personnes (ci-après: l accord bilatéral sur la libre circulation des personnes) fait référence à la reconnaissance des diplômes. Son article 9 («Diplômes, certificats et autres titres») a la teneur suivante: «Afin de faciliter aux ressortissants des Etats membres de la Communauté européenne et de la Suisse l accès aux activités salariées et indépendantes et leur exercice, ainsi que la prestation de services, les parties contractantes prennent les mesures nécessaires, conformément à l annexe III, concernant la reconnaissance mutuelle des diplômes, certificats et autres titres et la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives des parties contractantes concernant l accèsaux activités salariées et non salariées et l exercice de cellesci ainsi que la prestation de services». Dans son annexe III, l accord bilatéral sur la libre circulation des personnes décrit les actes juridiques déterminants en matière de reconnaissance des diplômes. Le principe général dispose que «les parties contractantes conviennent d appliquer entre elles, dans le domaine de la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles, les actes communautaires auxquels il est fait référence, tels qu en vigueur à la date de la signature de l accord et tels que modifiés par la section A de la présente annexe ou des règles équivalentes à ceux-ci». Autrement dit, la Suisse et l'ue appliquent dans ce domaine toute une série d'actes juridiques (directives européennes) qui sont déjà en vigueur dans l'ue («acquis communautaire»). S'agissant de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes, on relèvera également qu'il règle uniquement l'admission au marché du travail (reconnaissance professionnelle), mais non l'admission à des filières de formation et à des études postgrades (reconnaissance académique). Les universités en Suisse et dans l'union européenne continuent de fixer leurs propres conditions d'admission. La Suisse a conclu avec l'allemagne, l'autriche, la France et l'italie des conventions bilatérales sur la reconnaissance académique des diplômes. 3 Il n'est guère possible de recenser le nombre des activités professionnelles réglementées en Suisse, car celles-ci peuvent varier d'un canton à l'autre. Les professions médicales et la profession d'avocat font exception à la règle (le port du titre d'«architecte» est par exemple réglementée dans quelques cantons, mais pas dans d'autres). D'ici à l'entrée en vigueur des Accords bilatéraux, il est prévu d'établir, sous l'égide du Bureau de l'intégration et en collaboration avec l'offt, une liste complète des activités professionnelles réglementées en Suisse. 4

7 INTRODUCTION En ce qui concerne la reconnaissance des qualifications professionnelles, l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes ne s'applique qu'aux activités professionnelles réglementées dans le pays d'accueil. En revanche, toutes les activités professionnelles non réglementées peuvent être exercées librement. La reconnaissance prévue dans l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes n'a aucun effet sur elles. La reconnaissance de ces titres est laissée à l'appréciation de l'employeur. Pour certaines professions (domaine médical et paramédical, avocats et architectes), la Suisse appliquera les directives dites spéciales dans ses relations avec les pays membres de l'ue. Ces directives récapitulent les diplômes reconnus pour chaque pays. La reconnaissance s'effectue ici quasi «automatiquement». Pour les autres diplômes, deux directives prévoyant un système général de reconnaissance sont applicables. Ce système est basé sur le principe de la confiance réciproque dans la formation des autres Etats membres. L'entrée en vigueur des Accords bilatéraux, que chaque pays membre de l'ue doit encore ratifier, est prévue pour l'été Les règles sur la reconnaissance réciproque des diplômes professionnels auront immédiatement force de droit. Aucun délai transitoire n'est prévu. En vue de mettre en œuvre les mesures nécessaires en Suisse avant l'entrée en vigueur de ces règles, le Bureau de l'intégration (BI) et l'office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie ont décidé d'un commun accord d'instituer un groupe de travail baptisé «Mise en œuvre de l'accord sur la libre circulation des personnes Suisse-UE, domaine de la reconnaissance réciproque des diplômes professionnels» 4. Le présent rapport, et plus particulièrement sa seconde partie sur la reconnaissance des diplômes suisses à l'étranger, accordera une large place à l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes. La Suisse compte en effet beaucoup moins d'activités professionnelles réglementées que les autres pays de l'ue. Groupe de travail «Reconnaissance internationale des diplômes» Sur l'initiative de l'offt, une multitude d'organisations représentant presque tous les horizons professionnels et chargées de questions en relation avec la reconnaissance des diplômes ont adopté en 2000 une stratégie commune. Elles se sont fixées comme objectif d'améliorer la coordination et l'échange d'information entre tous les milieux concernés en Suisse. La rédaction du présent rapport en constitue la première étape. Comme il en a été fait mention plus haut, un sous-groupe sur les Accords bilatéraux a été institué dans le même temps. L'étape suivante consistera à envisager des mesures pour améliorer la coordination au niveau suisse dans ce domaine. 4 Le nouveau groupe est placé sous la direction du Bureau de l'intégration. Il est notamment chargé de rassembler toutes les informations nécessaires, de définir les mesures à prendre et de coordonner les activités en vue de garantir une application correcte des règles de reconnaissance réciproque des diplômes professionnels en Suisse dès l'entrée en vigueur de l'accord sur la libre circulation des personnes. 5

8 1 Reconnaissance des diplômes étrangers en Suisse 11 Formation professionnelle (DFE et cantons) 111 Professions de la compétence de l OFFT Les professions actuellement de la compétence de l OFFT sont réglées par la loi fédérale sur la formation professionnelle 5 (art. 1), qui englobent les branches suivantes: - industrie - artisanat - commerce - banque - assurances - transports - hôtellerie - restauration - autres prestations de services - économie familiale L OFFT est également compétent pour les professions de l agriculture en vertu de l ordonnance sur la formation professionnelle agricole (art. 2). 6 Sur la question de la reconnaissance des diplômes, l'offt peut déclarer, de cas en cas, des titres étrangers équivalents au certificat fédéral de capacité sanctionnant un examen de fin d'apprentissage, au brevet fédéral (examens professionnels), au diplôme fédéral (examens professionnels supérieurs), au titre d'une école supérieure ou au nouveau diplôme d'une haute école spécialisée. Les requêtes examinées par l OFFT jusqu à aujourd hui doivent satisfaire aux conditions suivantes: - la durée de la formation scolaire et professionnelle scolarité obligatoire comprise doit être à peu près équivalente à celle exigée pour la même formation en Suisse, - la formation doit comprendre une partie théorique et une partie pratique, - la formation doit être terminée par un examen reconnu par l Etat, - la formation doit exister dans notre pays et être assujettie à la LFPr. Le requérant est informé par écrit de la décision de reconnaissance ou de l établissement de l équivalence. Dans le cas d une décision négative, les raisons du refus sont précisées. Par ailleurs, la profession de maître relève également de la compétence de l'offt, plus précisément de l'institut suisse de pédagogie pour la formation professionnelle (ISPFP) rattaché à l'offt 7. Les demandes de reconnaissance d'équivalence avec le diplôme fédéral de maître sont adressées par les autorités cantonales directement à l'ispfp 8. En règle générale, les demandes doivent satisfaire aux critères suivants: 6 5 Loi fédérale du 19 avril 1978 sur la formation professionnelle (LFPr; RS ) 6 Ordonnance du 13 décembre 1993 sur la formation professionnelle agricole (OFPA; RS 915.1) 7 L'ISPFP est soumis à l'ordonnance du 7 juillet 1983 concernant l'institut suisse de pédagogie pour la formation professionnelle (RS ). 8 Au sujet de la reconnaissance des diplômes étrangers, voir l'art. 30 de l'ordonnance du 7 novembre 1979 sur la formation professionnelle (OFPr; RS )

9 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE - Le diplôme faisant l'objet d'une demande d'équivalence doit être reconnu par l'etat dont il est originaire. - Le demandeur doit pouvoir prouver qu'il a suivi une formation technique ou pédagogique. - Il doit disposer d'une certaine expérience. - La demande est complétée par une prise de position du canton. En ce qui concerne les activités professionnelles réglementées en Suisse, les principes contenus dans les directives de l'ue seront applicables en lieu et place des critères énumérés plus haut, et ceci dès l'entrée en vigueur de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes (voir chiffre 211.1). Cependant, la reconnaissance au cas par cas continuera de subsister après l'entrée en vigueur de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes: d'une part, parce que l'admission à des filières de formation continue ne tombe pas dans le champ d'application de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes et, d'autre part, parce que la reconnaissance réciproque des diplômes entre la Suisse et les pays non membres de l'ue devient de plus en plus importante. L'actuelle pratique de l'offt restera valable pour les demandes de reconnaissance d'équivalence d'activités professionnelles non réglementées en Suisse. En effet, ces cas peuvent aussi faire l'objet d'une demande d'équivalence (une personne de l'étranger souhaite par exemple obtenir une reconnaissance d'équivalence dans le but de présenter cette attestation à un futur employeur ou à de futurs clients) Apprentissage Reconnaissance professionnelle Le certificat de capacité constitue avant tout une base pour la suite de la carrière professionnelle. Lorsqu'une personne porteuse d'un titre étranger veut travailler en Suisse, elle peut demander une confirmation de l'équivalence de son niveau de formation. Admission aux examens professionnels et aux examens professionnels supérieurs Pour être admis aux examens professionnels ou aux examens professionnels supérieurs (de même qu'à une école supérieure, voir chiffre 111.4), une reconnaissance d'équivalence avec le certificat fédéral de capacité est nécessaire. Pour les professions régies par la LFPr, la question est réglementée par l art. 45 LFPr: «Le département peut prononcer l équivalence générale de titres étrangers avec le certificat de capacité délivré après l examen de fin d apprentissage, l office fédéral pouvant prononcer cette équivalence dans des cas particuliers». Les critères énumérés plus haut sont applicables. Entre la Suisse et l Allemagne, il existe une Convention de 1937 qui prévoit la reconnaissance réciproque des certificats pour la formation de base (professions artisanales et extension en pratique aux autres professions régies par la LFPr) pour l'accès à la profession et l'admission à l examen professionnel supérieur (maîtrise). 9 On notera que cette convention internationale s applique aussi bien à la reconnaissance des certificats allemands en Suisse qu'à la reconnaissance des certificats suisses en Allemagne. Pour les professions de l agriculture, la question est réglée à l art. 16 OFPA (disposition générale): 9 Cette convention internationale n est pas officielle d un point de vue formel car elle n a jamais été ratifiée par les deux parties contractantes. Les deux pays ayant toutefois des systèmes de formation comparables, ses principes sont respectés. 7

10 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE «Les certificats équivalents obtenus à l étranger et dans une profession non agricole peuvent être déclarés équivalents aux certif i- cats selon la présente ordonnance, d une manière générale par le département ou dans des cas particuliers par l office». L autorité compétente pour les cas particuliers est l'offt (art. 2 OFPA). Les critères appliqués sont les mêmes que ceux cités ci-dessus Maturité professionnelle (We) La maturité professionnelle offre aux jeunes ayant choisi la voie de la formation professionnelle la possibilité d'être admis sans examens dans certaines hautes écoles quand ils en ont les capacités. Dans plusieurs pays européens, les jeunes accomplissant une formation professionnelle peuvent passer un examen comparable à notre maturité professionnelle. En Autriche et dans la Principauté du Liechtenstein, la «Berufsreifeprüfung» a le vent en poupe; contrairement à la maturité professionnelle suisse, elle permet d'entrer dans toutes les hautes écoles. 10 En Allemagne, les jeunes peuvent passer la «Fachhochschulreife», laquelle ressemble à notre maturité professionnelle. Les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège connaissent également des institutions similaires à la nôtre. En d'autres termes, un pendant de notre maturité professionnelle existe dans tous les pays dotés d'un système de formation professionnelle accordant une large place à la pratique. Des écoles professionnelles à plein temps transmettent généralement, outre des connaissances pratiques, un savoir théorique qui ouvre la voie à toutes les hautes écoles ou à une partie d'entre elles. C'est le cas par exemple des écoles professionnelles supérieures (Berufsbildenden höheren Schulen) 11 en Autriche. Malgré les similitudes avec les voies allemande et autrichienne de formation professionnelle (système dual et écoles ou classes de maturité professionnelle) menant aux examens, la reconnaissance des diplômes étrangers n'est pas assurée en Suisse. Reconnaissance par les hautes écoles spécialisées La reconnaissance des titres étrangers dans les hautes écoles spécialisées de Suisse est laissée à l'appréciation de chaque HES. Il arrive qu'elle fasse l'objet d'une réglementation cantonale et, très souvent, est accordée sur une base individuelle, par exemple après la réussite d'examens d'aptitude. Les cantons frontaliers sont particulièrement souples dans la reconnaissance des diplômes de maturité professionnelle. C'est le cas en partic u- lier des cantons bordant la frontière avec l'allemagne et l'autriche ainsi que du Tessin, mais cette souplesse ne profite avant tout qu'aux jeunes des régions frontalières. Le système de formation professionnelle français ayant peu de points communs avec le système suisse, les diplômés de l'hexagone sont admis dans les hautes écoles spécialisées de Suisse romande uniquement sur dossier. Reconnaissance professionnelle L'accord sur la libre circulation des personnes, conclu entre la Suisse et l'ue dans le cadre des Accords bilatéraux, contient une annexe consacrée à la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles. S'agissant des activités professionnelles réglementées en Suisse, les principes contenus dans les directives de l'ue seront applicables dès l'entrée en vigueur de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes (voir chiffre 211.1). Reconnaissance académique Pour l'heure, l'accès à l'enseignement supérieur fait l'objet de négociations entre la Suisse et trois pays voisins, l'allemagne, l'autriche et l'italie. Une Commission de reconnaissance a été créée à cet effet. L'OFFT et la CDIP y représentent la Suisse. Les négociations se sont jusqu'à présent bien déroulées. Elles ont déjà dé- 10 Cf. La maturité professionnelle en Autriche, Panorama 5/98, p. 49 (www.panorama.ch). 11 Cf. L'Ecole supérieure professionnelle en Autriche, Panorama 6/1998, p. 45 ss (www.panorama.ch). 8

11 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE bouché sur des accords de principe qui seront communiqués prochainement. Des pourparlers seront entrepris avec la France sitôt après l'aboutissement des négociations avec l'allemagne, l'autriche et l'italie. En plus de son engagement dans des négociations avec ses pays voisins, la Suisse participe, au niveau européen, au projet EURO-BAC (European Baccalaureat), qui fait partie du programme communautaire Leonardo da Vinci. 12 Le but de ce projet, dirigé par l'autriche, est d'instituer une maturité professionnelle européenne, reconnue dans tous les Etats de l'ue et donnant accès à toutes les hautes écoles, y compris les universités, de l'ue. Des normes uniformes permettront de comparer les prestations. Outre la Suisse, 27 partenaires, issus de 13 pays européens, 13 participent ou ont participé au projet. Durant la première phase, qui s'est déroulée de décembre 1996 à décembre 1999, les participants ont mis au point 16 normes et les ont pour la plupart soumis à évaluation. Les examens selon EURO-BAC porteront sur des branches de culture générale, soit la langue maternelle, une langue étrangère et les mathématiques, et sur une branche spécialisée. A ce jour, les participants ont élaboré des normes pour les branches spécialisées suivantes: aéronautique, automation et précision, construction, droit et économie d'entreprise, chimie, informatique, électronique, santé et soins généraux, construction de moteurs, comptabilité, qualifications clés et tourisme. Le Liechtenstein, l'italie et l'autriche appliquent déjà dans la pratique une partie de ces normes. Le projet entre actuellement dans sa deuxième phase. D'ici à juin 2001, la mise en œuvre des normes existantes devra se poursuivre dans les pays membres et des normes spécifiques à chaque pays devront être développées pour la langue maternelle et les langues étrangères. La Suisse participe également à cette phase du projet Examens professionnels et examens professionnels supérieurs L'équivalence avec les brevets et les diplômes est nécessaire pour l'exercice d'une activité dans un domaine professionnel réglementé (par ex. installations électriques, finance, comptabilité; reconnaissance professionnelle). Pour les professions de la LFPr, la question de l équivalence est réglée à l art. 56 al. 5 LFPr: «Le département peut prononcer l équivalence générale de titres étrangers avec le brevet ou le diplôme, l office fédéral pouvant prononcer cette équivalence dans des cas particuliers». L autorité compétente pour les cas particuliers est l'offt, qui applique jusqu à aujourd hui les critères décrits sous 111. S'agissant des activités professionnelles réglementées en Suisse, les principes contenus dans les directives de l'ue seront applicables en lieu et place des directives mentionnées plus haut, et ceci dès l'entrée en vigueur de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes (voir chiffre 211.1). La Convention de 1937 entre la Suisse et l Allemagne (voir ci-dessus) prévoit aussi la reconnaissance réciproque des diplômes de maîtrise. La Suisse a également conclu avec la France une convention relative à l exercice des professions d expertcomptable et de comptable agréé. La décision d'accorder une équivalence dans la branche est prise par l'offt, en application de la convention. Les cas sont toutefois rares. Pour les professions de l agriculture (examens de maîtrise), l art. 16 OFPA s'applique à nouveau, selon les mêmes critères. 12 S. Friedrichs: EURO-BAC Accès à toutes les universités avec la maturité professionnelle, Panorama 1/2000, p. 35 (www.panorama.ch). 13 Allemagne, France, Finlande, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Norvège, Liechtenstein, Autriche, Suisse, République slovaque, Tchéquie, Hongrie. 9

12 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE Ecoles supérieures L'équivalence avec les titres des écoles supérieures est nécessaire pour l'exercice d'une activité professionnelle réglementée (reconnaissance professionnelle). Dans les domaines tombant dans le champ d'application de la LFPr, la Confédération reconnaît les écoles supérieures suivantes: - Ecoles techniques, ET, - Ecoles supérieures de tourisme, - Ecoles supérieures de la restauration, - Ecoles supérieures de gestion commerciale, ESGC, - Ecoles supérieures d informatique de gestion, - Ecoles supérieures d économie familiale, - Ecoles supérieures forestières, - Ecoles supérieures de droguerie. La LFPr ne contient aucune disposition réglant l équivalence des diplômes étrangers avec les titres des écoles supérieures. Mais, en pratique, l OFFT est compétent et applique les critères mentionnés ci-dessus. S'agissant des activités professionnelles réglementées en Suisses, les principes contenus dans les directives de l'ue seront applicables en lieu et place des critères mentionnés plus haut, et ceci dès l'entrée en vigueur de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes (voir chiffre 211.1). Pour les professions de l agriculture (art. 43 OFPA), la formation supérieure est dispensée dans les «écoles techniques, ET» citées ci-dessus Hautes écoles spécialisées (HES) La reconnaissance des diplômes est une étape indispensable pour pouvoir accéder à des activités professionnelles réglementées (reconnaissance professionnelles) et poursuivre des études (reconnaissance académique). Les HES sont régies par la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées 14 et l'ordonnance y afférente 15. Les domaines d études sont pour l'heure les suivants: - sciences de l'ingénieur - architecture et aménagement du territoire - chimie - agriculture et sylviculture - économie et servic es - arts appliqués - sport La plupart des hautes écoles spécialisées sont d'anciennes écoles supérieures reconnues au niveau fédéral qui se sont adaptées aux nouvelles exigences 16. Il s'agit notamment des écoles techniques supérieures ETS, des écoles supérieures de cadres pour l'économie et l'administration ESCEA, des écoles supérieures d'arts appliqués ESAA, de quelques écoles supérieures d'économie familiale et de l'ecole hôtelière de Lausanne. Les personnes qui sont titulaires d'un diplôme ETS, ESCEA ou ESAA peuvent demander, dès que les premiers diplômes HES auront été décernés et à certaines conditions, que le titre HES correspondant leur soit décerné (cf. art. 26 OHES). Les conditions régissant la transformation des diplômes des écoles supérieures d'économie familiale et de l'ecole hôtelière sont en train d'être définies. 14 Loi fédérale du 6 octobre 1995 sur les hautes écoles spécialisées (LHES; RS ) 15 Ordonnance du 11 septembre 1996 relative à la création et à la gestion des hautes écoles spécialisées (Ordonnance sur les hautes écoles spécialisées, OHES; RS ) 16 Cf. chiffre 2 des objectifs fixés par la Confédération pour la phase de création ( ), en annexe à l'ohes. 10

13 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE Les bases légales applicables sont actuellement les suivantes: Art. 7, al. 5 LHES: «Le département compétent peut reconnaître l équivalence de diplômes étrangers», Art. 5 de l ordonnance concernant l admission aux études des hautes écoles spécialisées et la reconnaissance des diplômes étrangers 17 : «L Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie peut établir cas par cas l équivalence des diplômes étrangers aux diplômes des hautes écoles spécialisées si les diplômes étrangers ne sont pas reconnus de manière globale par le département». L autorité compétente est ainsi l'offt. La question de l'équivalence des titres étrangers avec les diplômes HES suisses deviendra d'actualité lorsque les premiers diplômes HES seront délivrés pour la première fois. Les critères sont en cours d'élaboration. Ils devraient pour l'essentiel s'aligner sur les critères recommandés par les universités (activités professionnelles non réglementées; pays non membres de l UE; reconnaissance académique): 18 Critères formels: - Institution d enseignement supérieur: reconnaissance étatique, - Institution universitaire: niveau, insertion équivalente dans la hiérarchie du système d éducation du pays d origine, - Bases légales: lois nationales, accords bilatéraux ou multilatéraux (l équivalence est obligatoire), - Conditions d admission, sélectivité de l institution, - Structure du cycle d études: plan d études, règlement des études, système d examens, - Etendu du cycle d études: nombre d heures hebdomadaires par semestre, durée du cycle d études en semestres, - Travaux écrits, en particulier, mémoire de fin d études, - Travaux pratiques, Critères matériels: - Contenu de la formation: - plutôt axée sur les connaissances dans un domaine particulier ou axée sur les connaissances générales, - Orientation du contenu: plutôt académique ou plus axée sur la pratique, - Mémoire de fin d études: éléments de recherche ou recherches bibliographiques pures, Critères fonctionnels: - Objectifs du programme d études, - Droits académiques et professionnels, S'agissant des activités professionnelles réglementées en Suisse, les principes contenus dans les directives de l'ue seront applicables en lieu et place des critères mentionnés plus haut, et ceci dès l'entrée en vigueur de l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes (voir chiffre 211.1). 17 Ordonnance du DFE du 11 septembre 1996 concernant l admission aux études des hautes écoles spécialisées et la reconnaissance des diplômes étrangers (RS ) 18 Office central universitaire suisse, Marianne Tremp, Christine Gehrig, Rudolf Nägeli, Réglementations concernant les questions de reconnaissance dans le domaine de l enseignement supérieur en Suisse et en Europe, Berne 1999, p

14 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE Mesures à prendre dans les professions OFFT - On ne sait pas encore avec certitude ce qu'il adviendra de la pratique expliquée ci-dessus, qui s'appliquait jusqu'à présent à tous les degrés de formation. Si les activités professionnelles concernées sont réglementées en Suisse, il y a lieu d'appliquer les directives conformément à l Accord bilatéral sur la libre circulation des personnes. Il est impératif de vérifier si et, le cas échéant, comment la pratique actuelle doit être modifiée. Il faut examiner quelles mesures seraient à prendre en Suisse pour la reconnaissance des diplômes étrangers quand les activités professionnelles sont réglementées en Suisse (Il faut par exemple désigner les autorités chargées d'appliquer la présente directive en Suisse et nommer un coordinateur; pour les Suisses désirant s'expatrier, il faut aussi définir qui établit, dans un délai raisonnable, les attestations requises par le pays d'accueil [preuve de l'honorabilité, d'absence de faillite, etc.]). 19 Cette pratique pourra continuer à s'appliquer pour les activités professionnelles non réglementées, éventuellement de manière modifiée, car il arrivera toujours de traiter des demandes d'équivalence, par exemple dans le cas d'une recherche d'emploi ou pour les demandes de prestations de l'assurance chômage. - La même question se pose pour la reconnaissance en vue de l'admission à l'examen professionnel, à l'examen professionnel supérieur ou à l'école supérieure. - Au nom de l'égalité juridique, les critères retenus pour la nouvelle pratique devront s'appliquer également à l'évaluation des titres décernés par les pays hors de l'ue. - Il convient également de vérifier la pratique poursuivie dans les cantons (accords régionaux). 112 Professions de la santé (CDS, CRS) Principes juridiques Droit constitutionnel Depuis le , la Confédération peut, selon l'art. 63 de la Constitution, réglementer l'ensemble de la formation dans les professions dites OFFT, donc également les formations non-universitaires dans le domaine de la santé publique. Droit fédéral Jusqu'à l'entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle, cette tâche continue toutefois à être dévolue aux cantons Ces questions sont traitées dans le cadre du groupe de travail «Mise en œuvre de l'accord Suisse-UE sur la libre circulation des personnes, domaine reconnaissance réciproque des diplômes professionnels». 20 Selon le projet mis en consultation, la nouvelle loi fédérale doit entrer en vigueur le 1 er janvier

15 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE Droit cantonal a) Accord intercantonal sur la reconnaissance des diplômes de fin d'études du 18 février 1993 (KK 93). Les cantons regroupés au sein de la Conférence suisse des directeurs des affaires sanitaires (CDS) se fondent, pour la réglementation et la surveillance des formations dans les professions de la santé, sur l'accord intercantonal sur la reconnaissance des diplômes de fin d'études du 18 février 1993 (ci-après KK 93). Le KK 93 réglemente d'une part la reconnaissance des diplômes de fins d'études cantonaux obtenus en Suisse et, d'autre part, et compte tenu du droit international, la reconnaissance des diplômes de fins d'études étrangers. L'autorité de reconnaissance des diplômes de fin d'études dans le domaine de la santé est la CDS (art. 4 al. 2 et art. 5 KK 93). Dans la mesure où celle-ci réglemente elle-même les formations (ce n'est le cas actuellement que de la profession de chiropraticien, à quoi pourrait toutefois venir s'ajouter p. ex. celle de musicothérapeute), elle est également compétente pour la reconnaissance des diplômes de fin d'études correspondants. 21 b) Ordonnance de la CDS concernant la reconnaissance des diplômes étrangers du 20 novembre 1997 Pour les formations mentionnées à l'annexe I du présent rapport (ci-après «Professions de la santé»), la CDS a, sur la base de l'art. 5 al. 3 KK 93, délégué l'application de l'accord à la Croix-Rouge suisse (CRS), qui assumait depuis longtemps la réglementation et la surveillance des formations dans le domaine de la santé, en vertu d'une convention conclue avec les cantons en c) Règlement de la CRS concernant la reconnaissance des diplômes étrangers du 12 novembre 1997 La CRS a édicté le règlement susmentionné sur la base de l'ordonnance de la CDS. Ce dernier, qui est l'application de l'ordonnance de la CDS, règle les questions techniques et les particularités de la reconnaissance. d) Effets de la reconnaissance Selon l art. 8 al. 2 du KK 93, les cantons parties à l accord garantissent aux titulaires d un diplôme reconnu le même droit d accès aux professions réglementées sur le plan cantonal que celui accordé à leurs propres ressortissants au bénéfice d un diplôme de fin d études correspondant. Etant donné que le KK3 règle non seulement la reconnaissances des diplômes cantonaux de fin d études mais également, selon l art. 1 al. 2, celle des diplômes étrangers compte tenu du droit international, les titulaires d un titre de fin d études étranger profitent eux aussi des effets de la reconnaissance tels qu ils sont décrits à l art. 8 al. 2. Dans les cas où cela est prévu par les divers règlements de reconnaissance concernés, la reconnaissance peut aussi inclure le titre académique ou professionnel lié au diplôme 22. L Ordonnance de la CDS concernant la reconnaissance des diplômes étrangers ne règle pas la protection des titres professionnels Procédure de reconnaissance a) Conditions Les porteurs 23 d'un diplôme étranger doivent remplir des conditions générales et des conditions particulières pour la reconnaissance de leur titre professionnel. Les diplômes en soins infirmiers généraux et de sagefemme obtenus dans l'ue font quant à eux l'objet d'une réglementation spéciale. 21 Les diplômes du domaine de la santé obtenus à l'étranger dans des hautes écoles pourront être reconnus dès que sera entrée en vigueur l'ordonnance de la CDS y relative, ordonnance actuellement en cours d'élaboration. La Confédération (OFFT) et les cantons (CDS, CDIP) ont décidé de mettre sur pied une commission de reconnaissance pour la période transitoire, la compétence des cantons en matière de reconnaissance n'étant pas touchée. 22 Voir chiffre 3 du «Rapport concernant le projet d accord intercantonal sur la reconnaissance des diplômes cantonaux», adopté le 18 février 1993 par la séance plénière de la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sanitaires. 23 Les dénominations de professions sont valables pour les deux sexes. 13

16 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE aa) Conditions générales Les conditions générales de reconnaissance stipulent notamment qu'une demande de reconnaissance ne peut être soumise que par la personne dont le domicile civil est en Suisse ou qui y travaille en qualité de frontalier. Le diplôme étranger doit avoir été délivré par l'état dont le requérant est originaire ou par un organe reconnu par lui. Le requérant doit en outre justifier, dans une des langues officielles, des connaissances orales et écrites nécessaires à l'exercice de sa profession. ab) Conditions particulières Parmi les conditions particulières, on mentionnera notamment que le diplôme étranger doit satisfaire aux directives de formation qui s'appliquent en Suisse pour les professions similaires. Il est tenu compte en particulier des connaissances théoriques, des aptitudes pratiques et de la durée de la formation. En outre, il est exigé de la personne concernée qu'elle ait exercé sa profession pendant au moins un an à plein temps (plus longtemps pour le temps partiel) en Suisse ou à l'étranger. Si la dernière activité professionnelle exercée remonte à plus de deux ans, le requérant a la possibilité soit de prouver qu'il a exercé pendant un an à plein temps, soit de passer un examen de reconnaissance. b) Diplômes en soins infirmiers généraux et de sage-femme selon les directives de l'ue Les diplômes qui ont été obtenus sur la base des directives spéciales de l'ue sont reconnus si la requérante remplit les conditions générales de reconnaissance et qu'elle peut attester de l'activité professionnelle requise. c) Autres diplômes Pour les diplômes qui n'ont pas été obtenus en vertu d'une directive UE spéciale, pour toutes les formations suivies dans des pays qui ne font pas partie de l'ue respectivement, il est prévu d'appliquer une procédure de reconnaissance différenciée qui tient compte du degré de dérogation par rapport à la formation suisse: ac) Différence peu importante La requérante doit prouver qu'elle a obtenu une qualification satisfaisante au terme d'une activité professionnelle effectuée en Suisse dans le domaine correspondant pendant six mois au moins à plein temps (davantage s'il s'agit d'un temps partiel). L'activité professionnelle est en général évaluée par l'employeur au moyen d'une formule de qualification prévue à cet effet; l'évaluation est discutée avec l'employée. Le résultat de la qualification doit être au moins satisfaisant. bc) Différence majeure Il y a une différence importante si le contenu ainsi que la durée de la formation théorique et pratique dérogent de plus du tiers dans une évaluation globale. Dans ce cas, la personne concernée peut passer un examen de reconnaissance dans l'une des trois langues nationales. Cet examen porte sur la théorie et la pratique, les connaissances y relatives étant une condition essentielle pour l'exercice de la profession en Suisse. cc) Exceptions On peut renoncer à exiger un examen de la reconnaissance si: (a) les contenus de formation et le niveau de cette dernière le justifient; dans ce cas, la requérante doit également attester d'une qualification professionnelle satisfaisante; (b) la requérante a exercé sa profession à plein temps en Suisse pendant trois ans durant les cinq dernières années; dans ce cas, la personne concernée doit également attester d'une qualification professionnelle suffisante, ainsi que d'une formation continue et complémentaire de dix jours; (c) certains domaines particuliers couverts durant la formation peuvent faire l'objet d'une reconnaissance partielle pour autant qu'un exercice professionnel soit possible dans ce contexte (c'est le 14

17 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE cas actuellement des formations de technicienne en radiologie médicale, de technicienne en salle d'opération et de laborantine médical) Mesures à prendre dans les professions de la santé Par le passé, lors de révisions des prescriptions de formation relatives aux professions de la santé (annexe I) ou de nouvelles réglementations, il a déjà été tenu compte de la compatibilité avec l UE. Toutefois, la procédure de reconnaissance décrite ci-dessus doit, pour autant qu'il s'agisse de la reconnaissance de diplômes obtenus par des citoyens européens, être révisée et adaptée aux prescriptions de l'ue. En effet, les conditions générales de reconnaissance susmentionnées ne sont plus valables pour les requérants ayant suivi une formation dans l UE. Ceci signifie entre autres que les personnes dont le domicile civil n est pas en Suisse ou qui n ont pas le statut de frontalier peuvent également déposer une demande. De même, elles ne doivent plus justifier, dans l une des langues officielles, des connaissances nécessaires à l exercice de leur profession, ni attester une expérience professio n- nelle antérieure. Un autre point à prendre en considération concerne la reconnaissance d une formation suivie dans l UE lorsque ladite formation diffère de la formation suisse correspondante. Selon le droit de l UE, deux possibilités s ouvrent au requérant dans un tel cas: il peut généralement choisir ou bien d effectuer un stage d adaptation ou alors de se soumettre à un examen. Etant donné que, dans le cadre de la nouvelle procédure de reconnaissance, les connaissances linguistiques et les expériences professionnelles récentes ne font plus l objet d une vérification, il importe d attirer l attention des employeurs sur le fait que le contrôle des aptitudes linguistiques leur incombe désormais directement. 113 Professions du domaine social (CDIP) Bases juridiques Droit constitutionnel Art. 63 cst Droit fédéral Jusqu'à l'entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle, la tâche définie dans l'art. 63 cst continue à être assumée par les cantons. Droit intercantonal a. Accord intercantonal du 18 février 1993 sur la reconnaissance des diplômes de fin d'études Le règlement de reconnaissance des diplômes régit les conditions préalables à la reconnaissance en Suisse des diplômes de fin d'études cantonaux, reconnus par un canton et étrangers. Pour les diplômes de fin d'études dans le domaine social, la CDIP est l'autorité de reconnaissance et d'exécution, cette dernière en collaboration avec la CDAS (art. 4, al. 1 et 5, al. 2a). 15

18 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE b. Règlement du 6 juin 1997 concernant la reconnaissance des diplômes des écoles supérieures de travail social Professions: Voici les professions du domaine social sur lesquelles porte la reconnaissance: - assistant social diplômé ESTS ou assistante sociale diplômée ESTS - éducateur social diplômé ESTS ou éducatrice sociale diplômée ESTS - maître socioprofessionnel diplômé ESTS ou maîtresse socioprofessionnelle diplômée ESTS - éducateur de la petite enfance diplômé ESTS ou éducatrice de la petite enfance diplômée ESTS - animateur socioculturel diplômé ESTS ou animatrice socioculturelle diplômée ESTS Conditions requises: La CDIP, après entente avec la Conférence des directeurs des affaires sociales (CDAS), vu les art. 2, 4, 5 et 6 de l'accord sur la reconnaissance des diplômes, définit les exigences minimales nécessaires à la reconnaissance des diplômes de travail social. L'art. 19 du règlement régit les conditions préalables à la reconnaissance de diplômes étrangers. En conséquence, la CDIP peut reconnaître des diplômes étrangers en tenant compte du droit international, pour autant que les formations concernées remplissent les conditions mentionnées dans le règlement. La CDIP peut prescrire des stages d'adaptation, des examens d'aptitude ou une expérience professionnelle supplémentaire. La consultation des associations scolaires et professionnelles concernées est impérative. Pour l'examen des diplômes étrangers, la CDIP a défini les critères suivants: a. But et objectif de la formation (à quelle aptitude professionnelle la formation prépare-t-elle? Quels droits professionnels ou académiques sont liés au diplôme?) b. Sorte de diplôme (reconnu par le gouvernement dans le pays d'origine? Diplôme de degré te rtiaire?) c. Niveau de la filière d'études (durée et sorte de la formation préalable, conditions d'accès ou de sélection) d. Description de la filière (plan d'études, catalogue des branches, durée des études, durée et forme de la formation pratique, système d'examen, travail de fin d'études, travail de diplôme) Autorité compétente: L'autorité compétente en matière de reconnaissance est, selon l'art. 16 du règlement concernant la reconnaissance des diplômes des écoles supérieures de travail social, le Comité de la CDIP. Les demandes de reconnaissance appropriées peuvent être déposées à titre individuel ou collectif (par ex. par un ministère de l'éducation étranger) et concerner la reconnaissance de plusieurs diplômes ou d'une catégorie de dip lômes. Le Comité de la CDIP, vu l'art. 19, al. 4 du règlement, a délégué la compétence de décision en ce qui concerne la reconnaissance d'un diplôme étranger en cas de demande individuelle à la Commission de reconnaissance. Toutes les demandes doivent être adressées au Secrétariat général de la CDIP. Recommandations d'équivalence: Aucune procédure de nature générale et abstraite n'a eu lieu à ce jour en ce qui concerne les diplômes étrangers. Sur demande, la CDIP procède à des examens d'équivalence en cas isolé en collaboration avec la Conférence suisse des écoles supérieures et des hautes écoles spécialisées de service social (CSESS); les recommandations qui en découlent sont prononcées par le Secrétariat général de la CDIP. 16

19 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE c. Règlement du 10 juin 1999 concernant la reconnaissance des diplômes cantonaux des hautes écoles spécialisées (règlement de reconnaissance des diplômes des hautes écoles spécialisées) Professions: Le règlement mentionné ci-dessus régit la reconnaissance des diplômes HES cantonaux ou reconnus par un canton ainsi que des diplômes étrangers correspondants. Selon l'art. 6 du règlement de reconnaissance des diplômes des hautes écoles spécialisées, le ou la titulaire d'un diplôme reconnu est autorisé à porter le titre professionnel correspondant à chaque filière d'études achevée en y ajoutant la mention «HES. Conditions requises: Les bases de la reconnaissance des diplômes étrangers par la CDIP sont établies par l'art. 11 du règlement. Les exigences correspondent à celles auxquelles sont soumis les diplômes des écoles supérieures, avec la condition supplémentaire que la formation soit conforme au Profil de la formation pour le travail social dans le cadre des hautes écoles spécialisées (HES-TS) des 4/5 novembre Autorité compétente: L'autorité de reconnaissance est, selon l'art. 19 du règlement, le Comité de la CDIP. Les demandes sont à adresser au Secrétariat général de la CDIP. Mesures à prendre à propos des professions du domaine social: a. Définition des modalités d'application des examens d'aptitude, des stages d'adaptation, etc. b. Procédure de recours c. Documentation et information d. Livraison d'un rapport d'exécution 14 Professions du domaine des arts appliqués et des arts visuels (CDIP) Bases juridiques Droit constitutionnel Art. 63 cst Droit fédéral Jusqu'à l'entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle, la tâche définie à l'art. 63 cst continue à être assumée par les cantons. Droit intercantonal a) Accord intercantonal du 18 février 1993 sur la reconnaissance des diplômes de fin d'études Voir les dispositions au chiffre 113.1, Droit intercantonal (lettre a). b) Règlement du 30 mai 1996 concernant la reconnaissance des diplômes en art visuel Professions: La reconnaissance porte sur les professions en arts visuels, à l'exception des diplômes pour l'enseignement de ces matières. 17

20 1 RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES ÉTRANGERS EN SUISSE Conditions requises et autorités compétentes: Pour ce qui concerne les indications portant sur les conditions requises (critères d'examen) et sur les autorités compétentes, voir par analogie les dispositions au chiffre 113.1, Droit intercantonal (lettre b). Recommandations d'équivalence: Aucune procédure de nature générale et abstraite n'a eu lieu à ce jour en ce qui concerne les diplômes étrangers. Aucun examen d'équivalence en cas isolé n'a été non plus été réalisé. La compétence de délivrer des recommandations d'équivalence est du ressort du Secrétariat général de la CDIP. c) Règlement du 10 juin 1999 concernant la reconnaissance des diplômes cantonaux des hautes écoles spécialisées Professions: La reconnaissance porte sur les professions du domaine des arts appliqués et des arts visuels aussi bien que sur les professions de l'enseignement des arts appliqués et des arts visuels (maître ou maîtresse de dessin au degré secondaire II; maître ou maîtresse d'activités créatrices et d'éducation artistique). Conditions requises et autorités compétentes Voir les dispositions au chiffre 113.1, Droit intercantonal (lettre c). Les exigences pour la reconnaissance des diplômes HES étrangers correspondent à celles auxquelles sont soumis les diplômes des écoles supérieures (art. 11), avec la condition supplémentaire que la formation doit être conforme au Profil des hautes écoles d'arts visuels et d'arts appliqués (HEAA) du 10 juin Mesures à prendre à propos des professions du domaine des arts appliqués et des arts visuels: a. Définition des modalités d'application des examens d'aptitude, des stages d'adaptation, etc. b. Procédure de recours c. Documentation et information d. Livraison d'un rapport d'exécution 115 Professions du domaine de la musique (CDIP) Bases juridiques Droit constitutionnel Art. 63 cst Droit fédéral Jusqu'à l'entrée en vigueur de la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle, la tâche définie à l'art. 63 cst continue à être assumée par les cantons. Droit intercantonal a) Accord intercantonal du 18 février 1993 sur la reconnaissance des diplômes de fin d'études Voir les dispositions au chiffre 113.1, Droit intercantonal (lettre a). b) Règlement du 28 août 1997 concernant la reconnaissance des diplômes de formation supérieure dans le domaine musical 18

Titres des hautes écoles spécialisées notice explicative

Titres des hautes écoles spécialisées notice explicative Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Hautes écoles Questions de fond et politique HES Titres

Plus en détail

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO 15 mars 2007 Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

Objet et champ d application

Objet et champ d application Ordonnance du DEFR concernant les conditions minimales de reconnaissance des filières de formation et des études postdiplômes des écoles supérieures (OCM ES 1 ) du 11 mars 2005 (Etat le 1 er janvier 2015)

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration 78704 Spécialiste en restauration Restaurationsfachfrau / Restaurationsfachmann Impiegata di ristorazione / Impiegato di ristorazione Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste

Plus en détail

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études 1.4. Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études du 18 juin 2009 I. Objectifs et principes Art. 1 But de l'accord Le présent accord vise à encourager dans l'ensemble de la

Plus en détail

diplômes de l ue en suisse

diplômes de l ue en suisse diplômes de l ue en suisse table des matières Chapitre 1 Chapitre 2 Avant-propos 1 Généralités 2 3 Quels sont les diplômes valables?......................................2 Depuis quand les nouvelles règles

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 14 décembre 2006 70610 Assistante en pharmacie CFC/Assistant en pharmacie CFC Pharma-Assistentin EFZ/Pharma-Assistent

Plus en détail

Chapitre Ier : Qualifications.

Chapitre Ier : Qualifications. G / Vte fds comm forma Décret n 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n 96-603 du 5 juillet 1996 relative

Plus en détail

Statuts de l association swissuniversities

Statuts de l association swissuniversities Berne, le 20 janvier 2015 Statuts de l association swissuniversities swissuniversities Effingerstrasse 15, Case postale 3000 Berne 1 www.swissuniversities.ch Statuts de l association swissuniversities

Plus en détail

Conditions d'engagement des maîtres et maîtresses généralistes dans l'enseignement primaire genevois. Année scolaire 2015-2016

Conditions d'engagement des maîtres et maîtresses généralistes dans l'enseignement primaire genevois. Année scolaire 2015-2016 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport Direction générale de l'enseignement obligatoire - DGEO Service des ressrces humaines EP Modifiée : 05.01.2015

Plus en détail

dépasser quatre heures par jour. l'appréciation d'un expert au moins. conformément aux directives cantonales.

dépasser quatre heures par jour. l'appréciation d'un expert au moins. conformément aux directives cantonales. CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE Règlements des examens de diplôme et de maturité professionnelle commerciale La Direction du ceff Centre de formation professionnelle Berne francophone,

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

Révision partielle de l ordonnance du 14 février 2007 sur l analyse génétique humaine (OAGH ; RS 810.122.1) Rapport explicatif

Révision partielle de l ordonnance du 14 février 2007 sur l analyse génétique humaine (OAGH ; RS 810.122.1) Rapport explicatif Révision partielle de l ordonnance du 14 février 2007 sur l analyse génétique humaine (OAGH ; RS 810.122.1) Rapport explicatif Projet pour l audition, novembre 2009 1 Introduction La loi sur l analyse

Plus en détail

Département de l'éducation, de la culture et des sports

Département de l'éducation, de la culture et des sports Département de l'éducation, de la culture et des sports Règlement concernant la formation de Designer dipl. ES, orientation Design de produit, spécialisation Objets horlogers Le conseiller d Etat, chef

Plus en détail

Exigences spécifiques en matière de maîtrise des langues étrangères

Exigences spécifiques en matière de maîtrise des langues étrangères Règlement des études menant au Bachelor of Arts en enseignement pour les degrés préscolaire et primaire et au Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire (RBP) du 8 juin 00, état au

Plus en détail

Règlement UPSA/AGVS. LA VOITURE, NOTRE PASSION. 7801.F. 11/2005. régissant l'octroi du brevet fédéral de conseilleur de vente automobiles

Règlement UPSA/AGVS. LA VOITURE, NOTRE PASSION. 7801.F. 11/2005. régissant l'octroi du brevet fédéral de conseilleur de vente automobiles Règlement UPSA/AGVS. LA VOITURE, NOTRE PASSION. 7801.F. 11/2005 régissant l'octroi du brevet fédéral de conseilleur de vente automobiles Règlement régissant l octroi du brevet fédéral de conseilleur /

Plus en détail

Explications sur les classes de salaire

Explications sur les classes de salaire Explications sur les classes de salaire en vertu de l'art. 42 de la Convention nationale du secteur principal de la construction en Suisse 2012-2015 du 1 er avril 2012 Classes de salaire Conditions Ouvriers

Plus en détail

413.12. Ordonnance sur l examen suisse de maturité. Dispositions générales. du 7 décembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2013)

413.12. Ordonnance sur l examen suisse de maturité. Dispositions générales. du 7 décembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2013) Ordonnance sur l examen suisse de maturité 413.12 du 7 décembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 39, al. 2, de la loi fédérale du 4 octobre 1991 sur les écoles polytechniques

Plus en détail

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 6 décembre 2006 95004 Agente/Agent d exploitation CFC Fachfrau/Fachmann Betriebsunterhalt EFZ

Plus en détail

413.323.1. du 23 février 2004. Le Département de l'economie,

413.323.1. du 23 février 2004. Le Département de l'economie, Règlement concernant l organisation et la formation à l'ecole supérieure jurassienne d'informatique de gestion (ESIG) (Version en vigueur jusqu'au 31 août 2012) du 23 février 2004 Le Département de l'economie,

Plus en détail

Accueil familial de jour

Accueil familial de jour Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Service de protection de la jeunesse Directives pour l accueil de jour des enfants Accueil familial de jour Cadre de référence et référentiels

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE à orientation Technique, architecture et sciences de la vie (MP TASV) La maturité professionnelle est une formation approfondie en culture générale qui complète une formation professionnelle

Plus en détail

la désignation du titre de «technicien diplômé ES»

la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Etat des lieux de la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Résumé (Management Summary) Avril 2006 Impressum Herausgeber: Bundesamt für Berufsbildung und Technologie BBT Sprachen: Deutsch, Management

Plus en détail

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre PROJET DE LOI adopte le 25 avril 1968. N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE MODIFIÉ PAR LE SÉNAT LOI modifiant le statut de VOrdre des experts-comptables et des comptables agréés.

Plus en détail

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques 9 mai 01 Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques Le Conseil de faculté de la faculté des sciences économiques, vu les articles 6, al., lettre c et 70, al., de la

Plus en détail

Loi sur l enseignement privé (version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2014)

Loi sur l enseignement privé (version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2014) Loi sur l enseignement privé (version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2014) du 10 mai 1984 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 8, lettres d et h, 38 et 39 de la Constitution

Plus en détail

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées Haute école pédagogique Comité de Direction Avenue de Cour CH 04 Lausanne www.hepl.ch Directives du Comité de direction Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_04 Prise en compte des études déjà

Plus en détail

BUT. Sauf indications contraires sous remarques, l admission concerne le premier semestre d études

BUT. Sauf indications contraires sous remarques, l admission concerne le premier semestre d études DISPOSITIONS D APPLICATION DU REGLEMENT D ADMISSION EN FORMATION BACHELOR DES FILIERES ECONOMIE D ENTREPRISE, TOURISME, INFORMATIQUE DE GESTION, INFORMATION DOCUMENTAIRE, DROIT ECONOMIQUE ET INTERNATIONAL

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENEVE. langue et littérature italiennes italien 3 langue et littérature latines philosophie philosophie 3

UNIVERSITÉ DE GENEVE. langue et littérature italiennes italien 3 langue et littérature latines philosophie philosophie 3 Enseignement secondaire II postobligatoire REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport Enseignement obligatoire CO et enseignement secondaire II Services

Plus en détail

Cours de préparation au brevet en assurances sociales

Cours de préparation au brevet en assurances sociales Cours de préparation au brevet en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II.

Plus en détail

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S Direction des ressources humaines Centre de formation Formations spécialisées en soins R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S P O U

Plus en détail

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES Dans les articles 1 à 24 du présent règlement général, il faut entendre «section ou département directement rattaché à la Faculté» partout où il est

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

Financement ECTS Manuel de comptabilité et d administration

Financement ECTS Manuel de comptabilité et d administration Best Practice KFH Financement ECTS Manuel de comptabilité et d administration à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 9 décembre 2010 Sommaire Introduction... 3 1. Terminologie... 3 2.

Plus en détail

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012)

(Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX (Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012) Missions Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d'emplois

Plus en détail

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 9 mars 00 concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 novembre 999 sur la santé ; Sur la proposition de la Direction de la santé et des

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, du 26 mai 2011, vu le règlement relatif à la formation

Plus en détail

Maîtrise universitaire ès Sciences en finance Mas ter of Science (MSc) in Finance Règlement d'études

Maîtrise universitaire ès Sciences en finance Mas ter of Science (MSc) in Finance Règlement d'études Maîtrise universitaire ès Sciences en finance Mas ter of Science (MSc) in Finance Règlement d'études CHAPITRE Dispositions générales Article : Objet L'Université de Lausanne, par la Faculté des hautes

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 11 septembre 2007 80606 Nettoyeuse de textiles CFC/Nettoyeur de textiles CFC Textilpflegerin EFZ/Textilpfleger

Plus en détail

Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu l'ordonnance fédérale du 30 novembre 1998 sur la maturité professionnelle 1),

Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu l'ordonnance fédérale du 30 novembre 1998 sur la maturité professionnelle 1), Ordonnance concernant les de maturité et de maturité professionnelle dans les écoles supérieures de commerce de la République et Canton du Jura (Version en vigueur jusqu'au 31 juillet 2011) du 8 mars 2005

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions de la santé. Avant-projet. (LPSan) Dispositions générales. Compétences au niveau bachelor. du...

Loi fédérale sur les professions de la santé. Avant-projet. (LPSan) Dispositions générales. Compétences au niveau bachelor. du... Loi fédérale sur les professions de la santé (LPSan) du... Avant-projet L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 95, al. 1 et l art. 97, al. 1, de la Constitution 1, vu le message du

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe Mise à jour : 16 janvier 2015 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS ET PRINCIPALES FONCTIONS

Plus en détail

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées Best Practice KFH La formation continue dans les hautes écoles spécialisées à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 27 janvier 2006. Best Practice KFH: La formation continue dans les hautes

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Décision du Conseil

Plus en détail

Union Suisse des Fiduciaires USF

Union Suisse des Fiduciaires USF Union Suisse des Fiduciaires USF Règlement sur l approbation des statuts des sections et la qualité de membre d une section de l USF (Règlement des membres) du 26 novembre 2005 Préambule Conformément à

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 1 er mai 2009) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 DECRET N 2005-1315 du 21.10.2005 (EXTRAIT) ENTREE EN VIGUEUR : 1ER JANVIER 2006 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 02-06-26-12 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, (L.R.Q., c.1-13.3); Régime pédagogique (L.R.Q. c.1-13.3,

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 4 octobre 2005) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE

DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE AUTORISATIONS MINISTERIELLES D'EXERCICE 1 - DIPLOMES OUVRANT DROIT A L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE I - Les titres de formation exigés

Plus en détail

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. Master of Science HES-SO in Engineering (ci-après HES-SO//MSE).

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. Master of Science HES-SO in Engineering (ci-après HES-SO//MSE). Directives du Master of Science HES-SO in Engineering Version du février 01 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu le protocole d accord entre la CUSO et la HES-SO relatif

Plus en détail

Généraliste en assurances sociales

Généraliste en assurances sociales Généraliste en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II. Programme... 4 1.

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 1 er février 2011) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION, L INSCRIPTION ET LA RÉUSSITE SCOLAIRE DES ÉTUDIANTS (R 11) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION,

Plus en détail

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce La partie informative du présent concept comprend une vue d ensemble des exigences de qualité

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité et de l'économie Service du commerce DEMANDE D'AUTORISATION POUR PRATIQUER LE METIER DE PRETEUR PROFESSIONNEL OU DE COURTIER EN CREDIT A LA CONSOMMATION

Plus en détail

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er DECISION REGLEMENTAIRE N 12 DU 2 MARS 1948 DU CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE RELATIVE AUX AUTORISATIONS D'EXERCICE DE LA PROFESSION modifiée par décisions n 12 bis du 18 mai 1949, 12 ter du 3 août

Plus en détail

Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé

Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé Accord franco algérien du 27 décembre 1968 consolidé Entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire relatif à la circulation,

Plus en détail

Maturité spécialisée arts visuels. Plan d études et critères de réussite

Maturité spécialisée arts visuels. Plan d études et critères de réussite Maturité spécialisée arts visuels Plan d études et critères de réussite Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction générale de l enseignement postobligatoire Maturité spécialisée

Plus en détail

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des poursuites Direction générale 01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

DIRECTIVE 2005/36/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 7 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles

DIRECTIVE 2005/36/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 7 septembre 2005 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles 2005L0036 FR 01.01.2007 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DIRECTIVE 2005/36/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 7 septembre

Plus en détail

Droits et obligations

Droits et obligations Association Suisse des Actuaires Schweizerische Aktuarvereinigung Swiss Association of Actuaries et expert en assurances de pension avec diplôme fédéral (EAP) Droits et obligations SOMMAIRE : protection

Plus en détail

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Règle du CIF C'est un droit d'absence de l'entreprise, financé par le Fongecif, accordé sous certaines conditions, vous permettant de suivre la formation

Plus en détail

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.)

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100 Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100.01 Titre I : Dispositions générales Art. 1 - Le Diplôme Européen de Compétences Professionnelles

Plus en détail

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:98331-2014:text:fr:html Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331 Appel de manifestations d'intérêt

Plus en détail

Physiothérapeutes. La situation en Suisse

Physiothérapeutes. La situation en Suisse Physiothérapeutes La situation en Suisse Survol et tendances évolutives La durée de la formation en physiothérapie est de 4 ans. En Suisse romande, elle est offerte uniquement au niveau des HES-S2, en

Plus en détail

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé Page 1 of 5 Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er novembre 2009 c. D-9.2, r.1.1.1 Règlement sur les critères d'obtention des titres

Plus en détail

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI),

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI), Accord de reconnaissance mutuelle d études et diplômes en vue de la poursuite d études supérieures dans les établissements d enseignement supérieur français et taiwanais Les associations : Association

Plus en détail

L admission aux études des hautes écoles spécialisées et la reconnaissance des diplômes étrangers

L admission aux études des hautes écoles spécialisées et la reconnaissance des diplômes étrangers Best Practice KFH L admission aux études des hautes écoles spécialisées et la reconnaissance des diplômes étrangers à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 3 juillet 2006 Sommaire 1. Recommandations

Plus en détail

Sentence arbitrale sur la formation professionnelle dans les Caisses d'epargne et de Prévoyance du 28.04.97

Sentence arbitrale sur la formation professionnelle dans les Caisses d'epargne et de Prévoyance du 28.04.97 Sentence arbitrale sur la formation professionnelle dans les Caisses d'epargne et de Prévoyance du 28.04.97 Les dispositions du statut du personnel des Caisses d'epargne et de Prévoyance relatives à la

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE OUÉBEC : L'ORDRE DES ÉV ALUATEURS AGRÉÉS DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE OUÉBEC : L'ORDRE DES ÉV ALUATEURS AGRÉÉS DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE OUÉBEC : L'ORDRE DES ÉV ALUATEURS AGRÉÉS DU QUÉBEC ET POUR LA FRANCE : LE CONSEIL NATIONAL DE L'EXPERTISE

Plus en détail

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM FONCTION D EXECUTION POSITION 1..1 et 1.. L exercice de la fonction consiste, à partir d instructions définissant les séquences successives des travaux à accomplir,

Plus en détail

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B.

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. Lois 30746 p.1 Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. 06-07-2006 modifications : D. 25-05-07 (M.B. 01-06-07) D. 09-05-08

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

FILIERE ADMINISTRATIVE

FILIERE ADMINISTRATIVE FILIERE ADMINISTRATIVE Au 9 avril 2015 1 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale de Vaucluse 80 rue Marcel Demonque AGROPARC CS 60508, 84908 AVIGNON CEDEX 9 - Tel : 04.32.44.89.30 / Fax

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Le concours d ATSEM est ouvert dans trois voies de concours pour lesquelles les conditions d accès sont différentes :

Le concours d ATSEM est ouvert dans trois voies de concours pour lesquelles les conditions d accès sont différentes : RAPPEL DES CONDITIONS D ACCES AU CONCOURS D ATSEM Le concours d ATSEM est ouvert dans trois voies de concours pour lesquelles les conditions d accès sont différentes : CONDITIONS PARTICULIERES D ACCES

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires.

I 2 14.0. l'application du concordat et de la présente loi, ainsi que des relations avec les cantons concordataires. Loi modifiant la loi concernant le concordat sur les entreprises de sécurité (L-CES) (11145) I 2 14.0 du 7 juin 2013 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Modifications

Plus en détail

LOI 416.11 sur l'aide aux études et à la formation professionnelle (LAEF)

LOI 416.11 sur l'aide aux études et à la formation professionnelle (LAEF) Adopté le 11.09.1973, entrée en vigueur le 01.11.1973 - Etat au 01.01.2010 (en vigueur) LOI 416.11 sur l'aide aux études et à la formation professionnelle (LAEF) du 11 septembre 1973 LE GRAND CONSEIL DU

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES DES ARCHITECTES ENTRE L'ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ET L'ORDRE DES ARCHITECTES DE FRANCE ARRANGEMENT EN VUE DE LA

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Vous pouvez télécharger le formulaire de demande de carte sur ce lien LISTE DES PIECES JUSTIFICATIVES

Vous pouvez télécharger le formulaire de demande de carte sur ce lien LISTE DES PIECES JUSTIFICATIVES Vs pvez télécharger le formulaire de demande de carte sur ce lien LISTE DES PIECES JUSTIFICATIVES CARTE PROFESSIONNELLE TRANSACTION SUR IMMEUBLES ET FONDS DE COMMERCE GESTION IMMOBILIERE - SYNDIC - MARCHAND

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Ecole de commerce EC. La voie scolaire vers une formation commerciale. Direction de l instruction publique du canton de Berne

Ecole de commerce EC. La voie scolaire vers une formation commerciale. Direction de l instruction publique du canton de Berne Ecole de commerce EC La voie scolaire vers une formation commerciale Direction de l instruction publique du canton de Berne Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle

Plus en détail

510.211.2 Ordonnance concernant l'informatique au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports 1

510.211.2 Ordonnance concernant l'informatique au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports 1 50.. Ordonnance concernant l'informatique au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (Ordonnance INF DDPS) du 5 septembre 997 (Etat le 8 octobre 997) Le Département

Plus en détail

Tarif commun 7 2012 2016

Tarif commun 7 2012 2016 ProLitteris Société suisse de gestion de droits d auteur pour la littérature et les arts plastiques, coopérative SSA Société suisse des auteurs, coopérative SUISA Coopérative des auteurs et éditeurs de

Plus en détail

Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO Version du 9 mai 008 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement d'études

Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement d'études UNIVERSITÉ JÀMÂJL^^ miie n P n P K I P X / P. Université L^c \j c m c V t UNIL I Université d e Lausanne d e Neuchâtei Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement

Plus en détail

Accord-cadre pour la collaboration intercantonale assortie d'une compensation des charges

Accord-cadre pour la collaboration intercantonale assortie d'une compensation des charges Accord-cadre pour la collaboration intercantonale assortie d'une compensation des charges (Accord-cadre, ACI) du 24 juin 2005 I. Dispositions générales 1. Principes Art. 1 But et champ d'application 1L'Accord-cadre

Plus en détail

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Ordonnance sur la formation continue à l EPF de Zurich) 414.134.1 du 26 mars 2013 (Etat le 1 er octobre

Plus en détail

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ *Cette formation continue s adresse également aux candidats masculins. Groupe cible

Plus en détail

ACCORD-CADRE FRANCO-QUÉBÉCOIS. entre

ACCORD-CADRE FRANCO-QUÉBÉCOIS. entre ACCORD-CADRE FRANCO-QUÉBÉCOIS entre la Conférence des Présidents d'université (CPU), la Conférence des Directeurs d'écoles et de Formations d'ingénieurs (CDEFI) et la Conférence des recteurs et des principaux

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail