Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ordre des Experts Comptables de Tunisie"

Transcription

1 Ordre des Experts Comptables de Tunisie Projet de réforme de la loi n du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à la profession d'expert comptable Approuvé par le Conseil National réuni en date du 07/02/2013 et par l Assemblée Générale réunie en date du 23/02/2013

2 LOI N DU PORTANT REFONTE DE LA LEGISLATION RELATIVE A LA PROFESSION D'EXPERT COMPTABLE Article premier- La profession d'expert comptable est une profession libérale et indépendante. Art. 2- L Ordre des Experts Comptables de Tunisie, doté de la personnalité juridique, regroupant les professionnels habilités à exercer la profession d'expert comptable et les diplômés d expertise comptable non exerçants, dans les conditions fixées par la législation en vigueur et particulièrement par la présente loi. L Ordre est indépendant et veille au respect de l intérêt public. Il est administré par un Conseil National dont dépend des conseils régionaux. Le siège du Conseil National est sis à Tunis. Le Premier Ministère est représenté, auprès de l Ordre, par un délégué du gouvernement permanent afin de s assurer que les décisions du Conseil soient conformes à la réglementation et de veiller à faciliter les missions du Conseil National de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie. L'Ordre a pour mission de : 1) Assurer le fonctionnement normal de la profession d'expert comptable ; 2) Œuvrer à faire respecter les règles et obligations de la profession ; 3) Défendre l'honneur et l'indépendance de la profession ; 4) Représenter et défendre les intérêts de ses membres ; 5) Organiser toutes œuvres de retraite ou d'entraide pour ses membres. L Ordre peut présenter aux pouvoirs publics et aux autorités constituées toute demande relative à la profession. Il doit être saisi, pour accord, par ces pouvoirs et autorités de toute question concernant la profession et notamment de celle relative aux projets de textes réglementaires se rapportant aux prérogatives de la profession ou tendant à imposer des conditions ou des obligations particulières pour l'exercice de la profession d expert comptable. Les modalités d'organisation et de fonctionnement de l'ordre sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Page 2/17

3 TITRE I - De l'exercice de la profession d expert comptable Chapitre I : Dispositions générales Art. 3- Est expert comptable celui qui, en son propre nom et sous sa responsabilité personnelle, fait profession habituelle de : a) Conduire, conformément à un référentiel normatif d exercice professionnel adopté par le Conseil National de l Ordre, des missions d audit légal ou contractuel des états financiers ainsi que toute autre mission d assurance auprès de toute personne ou entité quel qu en soit la forme ou l objet ; b) Assurer l implémentation des normes comptables des secteurs public et privé conformément aux référentiels national et/ou international ; c) Assurer toute mission se rapportant à la fonction d audit interne dans toute entité ; d) Tenir et assister à la tenue des comptabilités de toute personne ou entité ; e) Assurer des missions se rapportant aux opérations de cession, acquisition, rapprochement et levée de fonds de toute entité ; f) Evaluer les entreprises ainsi que les apports en société ; g) Assister, conseiller, concevoir et accompagner à travers ses connaissances, son expertise et son expérience toute personne ou entité dans la mise en place des systèmes d information et des procédures administratives, financières, comptables et de gestion ; h) Accomplir, pour toute personne ou entité, les formalités à finalité fiscale, sociale et administrative, l'assister, la conseiller et la défendre auprès de l'administration ; i) Défendre toute personne ou entité devant les juridictions jugeant en matière fiscale ou sociale, chaque fois où le Ministère d'avocat n'est pas obligatoire, en vertu d'une disposition légale et dans les conditions prévues par l'article 1118 du Code des Obligations et des Contrats ; j) Assurer tout mandat d administrateur ou d arbitre ; k) Assurer toutes les missions d expertise judiciaire et accomplir tous les travaux sur réquisition des juridictions ; l) Donner des consultations juridiques et accomplir tous travaux occasionnés par la constitution, le fonctionnement, la transformation, la fusion, la scission, la dissolution, la liquidation et la modification du capital de toute entité ; m) Effectuer toutes études et tous travaux d ordre statistique, financier ou économique ; n) Accomplir tous les travaux de certification, d accréditation et de notation de toute entité ; o) Rédiger tout acte sociétaire, convention et contrat à l exception des actes se rapportant à la situation juridique des immeubles et des fonds de commerce ; p) Assurer tous cours, enseignements et formations ; q) Assurer toute mission se rapportant à la gestion des affaires et de patrimoine ; r) Généralement assurer toute mission dans tous les domaines et disciplines dans lesquels il a reçu une formation. Sous réserve des dispositions législatives en vigueur à la date de parution de la présente loi, seul l expert comptable est habilité à exercer les activités énumérées aux paragraphes (a), (b), (c) et (d) et à leurs externalisations en Tunisie. Page 3/17

4 Art. 4- Il est créé au sein de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie un tableau comprenant les trois sections suivantes : Section (A) : Experts comptables Section (B) : Diplômés d expertise comptable non exerçants Section (C) : Mémorialistes en expertise comptable Nul ne peut exercer la profession d expert comptable s il n est pas inscrit à la section (A) du tableau de l Ordre. Section (A) : Experts comptables Pour être inscrit à la section ( A) du tableau de l Ordre, il faut remplir les conditions suivantes : Etre tunisien depuis cinq ans au moins ; Jouir de tous ses droits civiques ; Ne pas avoir fait l objet d une condamnation pour crime ou délit, autre qu involontaire, de nature à entacher son honorabilité et notamment aucune de celles visées par la législation en vigueur relative à l interdiction du droit de gérer et d administrer les sociétés ; Présenter les garanties de moralité ; Etre titulaire du diplôme national d expert comptable ou d un diplôme jugé équivalent par le Ministère chargé de l enseignement supérieur. Seuls les membres inscrits à la section (A) du tableau de l Ordre ont le droit de vote et d éligibilité. Section (B) : Diplômés d expertise comptable non exerçants Peuvent être inscrits à la section (B) du tableau de l Ordre, les diplômés d expertise comptable qui remplissent les conditions énumérées à la section (A), non exerçants, directement ou indirectement, la profession d expert comptable telle que définie à l article 3 de la présente loi, ayant déposé une demande volontaire d inscription et présenté un engagement de non exercice. Les membres inscrits à la section (B) du tableau de l Ordre ne peuvent assumer aucun mandat dans des sociétés, ou pour toute personne dont les activités incluent un ou plusieurs services prévus par l article 3 de la présente loi. La qualité de membre non exerçant ne peut être admise pour les personnes morales. Section (C) : Mémorialistes en expertise comptable Pour être inscrit à la section (C) du tableau de l Ordre, il faut : Remplir les conditions requises des membres, énumérées à la section (A), à l exception de la condition relative au diplôme ; Etre titulaire du certificat d études supérieures de révision comptable, ou d un diplôme jugé équivalent par le Ministère chargé de l enseignement supérieur, ayant validé son stage et n ayant pas encore obtenu le diplôme national d expert comptable. La durée maximale d inscription à la présente section est fixée par le règlement intérieur. Page 4/17

5 Nonobstant les dispositions de l alinéa 2 du présent article, les experts comptables mémorialistes inscrits à la section (C) du tableau de l Ordre sont habilités à exercer la profession d expert comptable telle que définie par l article 3 de la présente loi. Toutefois, ils ne peuvent pas accepter toutes missions réservées, aux experts comptables membre de l Ordre, en vertu d une disposition réglementaire. Les modalités d'inscription au tableau de l'ordre en qualité de membre et de passage entre les différentes sections du tableau, sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Les décisions relatives à l inscription au tableau sont susceptibles de recours, par voie d'appel, devant la Cour d'appel de Tunis et devant le Tribunal Administratif en matière de cassation. Art. 5- L exercice illégal de la profession d expert comptable ainsi que l'usurpation du titre d expert comptable sont passibles des peines prévues par l'article 159 du Code Pénal. Art. 6- Exerce illégalement la profession d expert comptable : 1) Toute personne qui exerce cette profession en infraction aux dispositions des articles 3 et 4 de la présente loi ; 2) Toute personne qui exerce la profession pendant la durée de sa suspension ou après sa radiation du tableau de l'ordre. Art. 7- Les Infractions à l'exercice de la profession d expert comptable et à l usurpation du titre d expert comptable, prévues par la présente loi, sont, à l'exception de celles passibles de sanction disciplinaire, poursuivies devant la juridiction compétente. Le Conseil National de l'ordre est habilité à saisir les tribunaux, pour tout exercice illégal de la profession ou usurpation du titre d expert comptable, par voie de citation conformément aux dispositions de l'article 206 du Code des Procédures Pénales sans préjudice de la faculté de se porter, s'il y a lieu, partie civile dans toute poursuite intentée par le Procureur de la République. Art. 8- L'expert comptable exerce sa profession individuellement, ou dans le cadre d'une société professionnelle pouvant avoir la forme civile ou commerciale. L Ordre est garant du respect par ses membres des formes d exercice précitées. Art. 9- Les experts comptables peuvent constituer entre eux des sociétés civiles pour exercer leur profession, à la double condition : 1) Que tous les associés soient individuellement membres de l Ordre inscrits à la section (A) du tableau ; 2) Que les sociétés ainsi constituées soient reconnues comme pouvant exercer la profession d expert comptable par le Conseil National de l Ordre et inscrites à son tableau. Art. 10- Les experts comptables sont admis à constituer, pour exercer leur profession, des sociétés à responsabilité limitée, des sociétés unipersonnelles à responsabilité limitée ou des sociétés anonymes. Page 5/17

6 Elles doivent être inscrites au tableau de l Ordre et satisfaire aux conditions suivantes : 1) L'objet de la société doit être conforme aux dispositions de l'article 3 de la présente loi ; 2) Les associés membres de l'ordre, inscrits à la section (A) du tableau, doivent détenir au moins les trois quart (3/4) du capital social et des droits de vote ; 3) Les associés non membres de l'ordre doivent être des personnes physiques de nationalité tunisienne, justifiant, au moins, d une maîtrise, d un mastère ou d un diplôme jugé équivalent par le Ministère chargé de l enseignement supérieur dans les domaines de l audit, de la comptabilité, de la fiscalité, du droit, de l économie, des finances, de l ingénierie, de la gestion ou de l informatique et exerçant à titre principal l une de ces activités ; 4) La détention d une partie du capital ou des droits de vote, par un associé non membre de l Ordre, ne doit pas mettre en péril l exercice de la profession, l indépendance des associés experts comptables ou le respect par ces derniers des règles inhérentes à leur statut et à leur déontologie ; 5) Les Gérants, le Président Directeur Général, le Directeur Général, le Président du Conseil d Administration, le Président du Directoire, au moins les trois quart (3/4) des membres du Conseil d Administration ou des membres du Directoire de la société doivent être des associés membres de l Ordre inscrits à la section (A) du tableau. Après son inscription au tableau de l Ordre, le représentant légal de la société d expertise comptable, est tenu d informer par écrit le Conseil National de l Ordre de tout changement de l un des éléments cités au deuxième paragraphe du présent article, et ce, dans un délai ne dépassant pas trente jours à partir de sa survenance. A défaut d information, le représentant légal est renvoyé devant la chambre de discipline et est passible d au moins d une sanction de 2 ème degré. Lorsque l une des conditions du deuxième paragraphe du présent article n est plus respectée et à défaut de régularisation dans un délai de trois mois à partir de la constatation de cette situation, la société est renvoyée devant la chambre de discipline et est passible d au moins d une sanction de 4 ème degré. A l issue de la période de suspension, et à défaut de régularisation, la société est radiée du tableau de l Ordre de plein droit. Un membre de l'ordre ne peut assurer simultanément les fonctions de Gérant, de Président Directeur Général, de Directeur Général, de Président du Directoire, de membre du Conseil d Administration ou de membre du Directoire de plus de deux sociétés inscrites au tableau de l'ordre. Un membre de l'ordre ne peut être associé ou actionnaire simultanément dans plus de trois sociétés d expertise comptable inscrites au tableau de l Ordre. Les personnes inscrites au tableau de l Ordre assument la responsabilité de leurs travaux. Elles doivent observer les dispositions législatives et réglementaires en vigueur et notamment celles régissant la profession ainsi que le règlement intérieur de l Ordre. La responsabilité propre des sociétés inscrites au tableau de l Ordre laisse subsister la responsabilité de chaque membre à l égard de l Ordre à raison des travaux qu il est amené à exécuter lui-même pour le compte de ces sociétés et qui doivent être assortis de sa signature personnelle. Page 6/17

7 Tout rapport émis par une société inscrite au tableau de l Ordre doit être signé par le représentant légal de la société, tel que défini par le paragraphe 5 du présent article, ou par tout autre associé ou actionnaire de la société inscrit à la section (A) du tableau de l Ordre nommément désigné lors de la nomination de la personne morale. Les droits attribués et les obligations imposées aux membres de l'ordre s'étendent aux sociétés inscrites au tableau de l'ordre à l'exception, toutefois, des droits de vote et d'éligibilité. Art. 11- Les experts comptables et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre peuvent détenir des participations financières dans toute entreprise. Les participations des sociétés inscrites au tableau de l Ordre dans d autres entreprises doivent respecter les conditions fixées par le règlement intérieur. Art. 12- Il est institué une cotisation annuelle à la charge des membres de l Ordre et des personnes morales visées aux articles 9 et 10 de la présente loi. Les modalités de détermination et de recouvrement de cette cotisation sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Toute personne physique membre de l Ordre ou morale inscrite au tableau de l Ordre qui ne s acquitte pas de sa cotisation, à l issue d une période de six mois, à partir de la date de l Assemblée la fixant, est passible d une sanction d au moins de 2 ème degré. Au delà de cette période, et à défaut de régularisation dans un délai de trois mois, après une mise en demeure restée infructueuse, la personne physique ou morale défaillante est passible d une sanction de 4 ème degré. Le représentant légal de la personne morale défaillante est passible des mêmes sanctions. Chapitre II : Des interdictions et incompatibilités Art. 13- Les personnes physiques membres de l Ordre et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre ne peuvent assurer le contrôle des comptes des sociétés dans lesquelles elles détiennent, directement ou indirectement, des participations de quelque nature que ce soit. Art. 14- Les fonctions des membres de l'ordre, inscrit aux sections (A) et (C), sont incompatibles avec tout acte de nature à porter atteinte à son indépendance et notamment avec tout emploi salarié sauf possibilité pour l'intéressé de dispenser un enseignement ou d'occuper un emploi chez un autre membre ou une société inscrite au tableau de l'ordre. Les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C), ne peuvent accepter aucun mandat social, conférant la qualité de commerçant, à l exception de ceux prévus aux articles 3 et 10 précités. Ils peuvent, néanmoins occuper des fonctions dans des organismes à but non lucratif. Chapitre III : De la promotion professionnelle Art. 15- Il est interdit aux membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C), et aux sociétés inscrites à l Ordre de se livrer à tout démarchage en vue de proposer leurs services à des tiers. Au sens de la présente loi, le démarchage désigne toute approche directe, individualisée et non sollicitée d un client potentiel dans le but de lui offrir des services professionnels personnalisés. Page 7/17

8 La participation des personnes visées à l alinéa premier, à des colloques, séminaires ou autres manifestations universitaires ou scientifiques est autorisée dans la mesure où elles ne se livrent pas, à cette occasion, à des actes assimilables à du démarchage. Art. 16- Les actions de promotion effectuées par les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C), et aux sociétés inscrites à l Ordre et portant sur eux-mêmes ou sur leurs activités professionnelles ne sont permises que dans les conditions fixées par une charte de communication arrêtée par le Conseil National de l Ordre et approuvée par l Assemblée Générale. Chapitre IV : De la rémunération professionnelle Art. 17- Les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et les sociétés inscrites à l Ordre ont le droit de percevoir, pour toute prestation fournie, des honoraires convenus librement avec leurs clients sous réserve de respect des décisions du Conseil National de l Ordre. Ils peuvent, lorsque leurs honoraires ne sont pas réglés, exercer un droit de rétention sur les documents et livres comptables qu ils leurs ont été remis à l occasion de leur mission ou les rapports qui ont été établis par leurs soins. Aucune requête pour préjudice n est recevable dans le cadre du présent article. Tous différends pouvant naître de cette situation seront soumis, au Conseil National de l Ordre, pour arbitrage avant tout recours disciplinaire ou juridictionnel. Chapitre V : Du secret professionnel Art. 18- Les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre, leurs salariés et prédisposés, sont tenus au secret professionnel. Cette obligation s étend à toute information à caractère secret dont ils prennent connaissance par état ou par profession, soit en raison d'une fonction ou d'une mission quelconque. Les personnes visées à l alinéa premier sont déliées du secret professionnel dans les cas d instructions ou poursuites engagées à leur encontre ainsi que dans toutes les situations prévues par la législation en vigueur et par le règlement intérieur de l Ordre. Chapitre VI : De la formation professionnelle continue Art. 19- Les membres inscrits aux différentes sections du tableau de l Ordre ont l obligation d'entretenir et de perfectionner leurs connaissances. Ils doivent à ce titre justifier de l accomplissement de la formation requise, selon les modalités fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Chapitre VII : De l examen des activités professionnelles des membres de l Ordre Art. 20- Il est institué, au sein de l Ordre, une commission de contrôle et de promotion de la qualité chargée d organiser, dans les conditions fixées par le règlement intérieur de l Ordre, l examen de l activité professionnelle des membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et des sociétés inscrites au tableau de l Ordre. Page 8/17

9 L examen de l activité professionnelle comporte notamment l appréciation de l application des obligations d indépendance, l analyse des modalités de fonctionnement et d organisation de l exercice professionnel ainsi que le contrôle du respect de la réglementation en vigueur en matière d octroi, d acceptation et d exécution des diligences et recommandations professionnelles. La commission de contrôle et de promotion de la qualité est formée exclusivement d experts comptables membre de l Ordre des Experts Comptables inscrits à la section (A). La composition et les modalités de fonctionnement de la commission sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Chapitre VIII : De l exercice, par les étrangers, de la profession d expert comptable Art. 21- Les ressortissants des pays étrangers peuvent être inscrits au tableau de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie pour pouvoir exercer la profession d'expert comptable, en Tunisie, si une convention ou un accord, approuvé préalablement par l Assemblée Générale de l Ordre, a été passé à cet effet avec le pays duquel ils ressortissent. Pour pouvoir être inscrit, le professionnel étranger doit justifier : 1) D'un séjour préalable en Tunisie, fixé par la convention ou l'accord sus-visé, dans la limite de cinq années ; 2) De titres équivalents aux diplômes exigés des professionnels tunisiens. Ces titres sont fixés après l avis des autorités compétentes ; 3) D une autorisation accordée par décision du Premier Ministère, après avis favorable du Conseil National de l'ordre. Dans les mêmes conditions de réciprocité, les sociétés étrangères ainsi que les professionnels étrangers ne possédant pas de résidence habituelle en Tunisie peuvent bénéficier de l'autorisation temporaire d'exercer, sous réserve qu'ils fournissent en Tunisie des garanties jugées équivalentes à celles exigées des sociétés et professionnels tunisiens. Pour les sociétés, l'autorisation préalable est également nécessaire à leurs délégués accrédités nommément désignés. Ces autorisations temporaires sont accordées par décision du Premier Ministère, après avis favorable du Conseil National de l'ordre. Les droits attribués et les obligations imposées aux membres de l'ordre s'étendent aux sociétés et professionnels étrangers. Toutefois, les professionnels étrangers ne peuvent ni voter ni être élus dans les Conseils ou les Assemblées Générales de l'ordre. Page 9/17

10 Titre II- De l'exercice de la fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal par les membres de l'ordre Chapitre I : Dispositions générales Art. 22- Nonobstant toute disposition contraire, les dispositions du présent titre sont applicables aux commissaires aux comptes et aux réviseurs légaux nommés dans toute personne ou entité de quelque nature et forme que ce soit. Art. 23- Nul ne peut exercer la fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal s'il ne remplit pas les conditions prévues par les dispositions du présent titre. Seul l expert comptable est habilité à assurer et conduire les missions d assurance des entreprises, organismes ou établissements publics, des institutions financières, des sociétés faisant appel public à l épargne. Art. 24- Est qualifié de faute de 3 ème degré le fait, pour toute personne d exercer les fonctions de commissaire aux comptes ou de réviseur légal, nonobstant les dispositions légales, soit en son nom personnel, soit au titre d associé ou actionnaire dans une société professionnelle. La sanction peut être aggravée en cas de récidive. Chapitre II- De l'organisation et du contrôle de la fonction Art. 25- L Ordre des Experts Comptables de Tunisie, concourt au bon exercice de la fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal, à sa surveillance ainsi qu'à la défense de l'honneur et de l'indépendance des commissaires aux comptes ou des réviseurs légaux membres de l Ordre. Art. 26- Les commissaires aux comptes et les réviseurs légaux sont soumis à des contrôles périodiques et occasionnels décidés et organisés par la commission de contrôle et de promotion de la qualité visée à l article 20 de la présente loi. Art. 27- Les commissaires aux comptes ou les réviseurs légaux sont tenus de fournir tous les renseignements et documents qui leur sont demandés à l'occasion des contrôles, prévus par le présent chapitre, sans pouvoir opposer le secret professionnel. Les personnes participant aux contrôles prévus au paragraphe précédent sont soumises au secret professionnel. Art. 28- Les commissaires aux comptes ou les réviseurs légaux exercent leur mission conformément au référentiel normatif d exercice professionnel constitué par : Les normes internationales d'audit ou tout autre standard d'audit et d'assurance adoptés par le Conseil National de l Ordre ; Les normes professionnelles arrêtées et/ou adoptées par le Conseil National de l Ordre. Lorsqu'une norme internationale d'audit ou tout autre standard d'audit et d'assurance est adopté par le Conseil National de l Ordre, ce dernier peut d'office imposer des diligences ou des procédures complémentaires ou, à titre exceptionnel, écarter certains éléments de la norme ou du standard afin de tenir compte des spécificités de la règlementation tunisienne. Page 10/17

11 Chapitre III : Du statut du commissaire aux comptes ou du réviseur légal Art. 29- La fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal est exercée par des personnes physiques ou des sociétés professionnelles telles que définies par les articles 9 et 10 de la présente loi. Art. 30- Toute personne ayant été dirigeant, administrateur ou salarié d une entité, ne peut être nommée commissaire aux comptes ou réviseur légal de cette entité, ou de toute autre entité relevant du même groupe de sociétés, pendant au moins cinq années après la cessation de sa fonction. Les membres de l Ordre, commissaires aux comptes ou réviseurs légaux d une entité ainsi que tout associé ou actionnaire de la société inscrite au tableau de l Ordre et désignés commissaire aux comptes ou réviseur légal ne peuvent avant l expiration d un délai de cinq ans au moins, occuper la fonction de dirigeant, administrateur ou salarié dans cette même entité ou dans toute autre entité relevant du même groupe de sociétés. Ce délai est réduit à deux années pour tous les employés, d un membre de l Ordre ou d une société inscrite au tableau de l Ordre, ayant assumé des responsabilités dans les travaux de commissariat aux comptes ou de révision légale. Art. 31- Le commissaire aux comptes ou le réviseur légal, personne physique, ne peut cumuler en son nom et pour une même année une limite des missions de commissariat aux comptes et de révision légale des entités d intérêt public. Cette mesure est applicable aux signataires des rapports de commissariat aux comptes ou de révision légale émis par les sociétés inscrites au tableau de l Ordre. L'assemblée générale, sur proposition du Conseil National de l'ordre, fixe les modalités de détermination de cette limite. Les entités d intérêt public concernées par cette mesure sont les entreprises, organismes ou établissements publics, les sociétés faisant appel public à l épargne et les sociétés soumises obligatoirement à la désignation de deux ou plusieurs commissaires aux comptes selon la réglementation en vigueur. Art. 32- Sous réserve des dispositions législatives particulières, les commissaires aux comptes ou les réviseurs légaux, ainsi que toutes personnes ayant participées aux travaux, sont astreints au secret professionnel pour les faits, actes et renseignements dont ils ont pu avoir connaissance à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions. Les professionnels procédant à une revue indépendante ou contribuant au dispositif du contrôle de qualité sont également astreints au secret professionnel. Lorsqu'une société établit des comptes consolidés, les commissaires aux comptes de la société mère consolidante et les commissaires aux comptes des entités consolidées sont, les uns à l'égard des autres, déliés du secret professionnel. Lorsque la fonction de commissaire aux comptes est exercée par deux ou plusieurs commissaires aux comptes, ces derniers sont, les uns à l'égard des autres, déliés du secret professionnel. Art. 33- Lorsqu'une société professionnelle est absorbée par une autre société professionnelle, la société absorbante poursuit le mandat confié à la société absorbée jusqu'à la date de l'expiration de ce dernier. Page 11/17

12 Art. 34- Les honoraires des commissaires aux comptes ou des réviseurs légaux sont supportés par l'entité dont ils sont chargés de certifier les comptes. Ces honoraires sont fixés par application d un barème dont les critères et modalités sont déterminés par le Conseil National de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie, et homologués par un arrêté du Premier Ministère au moins une fois tous les trois ans et chaque fois qu il s avère nécessaire. Le barème sera actualisé au début de chaque année par le Conseil National de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie au taux minimum d inflation publié par la Banque Centrale de Tunisie. Le barème ainsi actualisé fait l objet d une publication au Journal Officiel de la République Tunisienne. Il est applicable à partir du premier janvier de l année de sa publication. Le Conseil National de l Ordre est chargé d établir les modalités de son application. Les frais de déplacement, de restauration et de séjour sont pris en charge par l'entité selon les modalités prévues par l arrêté précité et selon des taux fixés par le Conseil National de l Ordre. Art. 35- Le commissaire aux comptes ou le réviseur légal peut, lorsque ses honoraires ne sont pas réglés, exercer le droit de rétention prévu par l article 17 de la présente loi. Il peut également démissionner de ses fonctions. Aucune requête pour préjudice n est recevable dans le cadre du présent article. Tous différends pouvant naître de cette situation seront soumis, au Conseil National de l Ordre, pour arbitrage avant tout recours disciplinaire ou juridictionnel. Art. 36- En cas de cessation de ses fonctions, au cours de son mandat, le commissaire aux comptes ou le réviseur légal informe le juge du registre de commerce par tout moyen laissant trace écrite. Art. 37- Nonobstant toute disposition contraire prévue par d autres textes, la responsabilité pénale du commissaire aux comptes ou du réviseur légal, membre de l Ordre, ne peut être engagée à l occasion de l exercice de ses fonctions. Page 12/17

13 TITRE III- Des stagiaires en expertise comptable Art. 38- Le titre de stagiaire en expertise comptable est réservé aux candidats à la profession d'expert comptable, titulaires d'un diplôme donnant droit à l accès au diplôme d expert comptable. Le stage professionnel obligatoire est de trois ans. Il doit être effectué à plein temps chez un maître de stage, membre de l'ordre, dans les conditions fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Les stagiaires en expertise comptable sont inscrits sur une liste séparée du tableau de l Ordre. Si à l'expiration de leur stage, ils n'ont pas obtenu le diplôme d'expert comptable, ils ne sont radiés du tableau que : 1) A leur demande ; 2) Lorsqu ils n exercent plus chez un membre de l Ordre ; 3) Suite à une sanction disciplinaire. Art. 39- Les stagiaires en expertise comptable ne sont pas membres de l Ordre mais soumis à sa surveillance et à son contrôle disciplinaire. Ils sont également soumis au respect du secret professionnel sous les peines prévues par les dispositions de la présente loi et dans les mêmes conditions prévues par l article 18 de la présente loi. Ils ont le devoir d'entretenir et de perfectionner leurs connaissances et doivent, à ce titre, justifier de l accomplissement de la formation requise, selon les modalités fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 40- Il est institué une cotisation annuelle à la charge des stagiaires en expertise comptable. Les modalités de détermination et du recouvrement de cette cotisation sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Page 13/17

14 TITRE IV- De la responsabilité professionnelle des membres de l Ordre Chapitre I : La chambre de discipline Art. 41- L expert comptable répond de sa faute personnelle commise à l'occasion de l'exercice des travaux qui lui sont confiés, et ce, conformément aux dispositions du présent titre. Tout manquement aux obligations nées de l exercice professionnel ou de l application de la présente loi, entraîne l une des sanctions disciplinaires prévues par l article 42 de la présente loi. Art. 42- Il est institué auprès de l Ordre une chambre de discipline chargée notamment de statuer, sur toute demande relative aux infractions à la réglementation professionnelle, au règlement intérieur de l Ordre et, en général, à toutes infractions à la réglementation régissant l exercice de la profession commise par un membre de l Ordre. Les sanctions susceptibles d être prononcées à ce titre, suivant la gravité de la faute sont : 1 er degré : L avertissement ; 2 ème degré : Le blâme avec inscription au dossier ; 3 ème degré : La suspension pour une durée déterminée allant de un à cinq ans avec sursis ; 4 ème degré : La suspension pour une durée déterminée allant de un à cinq ans ; 5 ème degré : La radiation du tableau comportant interdiction définitive d exercer la profession. Les sanctions disciplinaires ne sont rendues qu après que le Président de la chambre de discipline ait déployé un effort dans la tentative de conciliation demeurée infructueuse. Les décisions disciplinaires sont susceptibles de recours, par voie d'appel, devant la cour d'appel de Tunis et devant le Tribunal Administratif en matière de cassation. La chambre de discipline est composée, pour une durée de deux ans, de : 1) Un juge ; Président ; 2) Un représentant de la Cour des Comptes ; 3) Un représentant du Premier Ministère ; 4) Un représentant du Ministère des Finances ; 5) Quatre membres de l'ordre élus au scrutin secret, par l'assemblée Générale de l'ordre pour une durée de deux ans, parmi les membres remplissant les conditions d'éligibilité au Conseil National de l'ordre et inscrits au tableau depuis plus de trois ans. La présence du Président est obligatoire pour la tenue de la réunion de la chambre de discipline. En cas de partage des voix, celle du président est prépondérante. Les décisions de la chambre de discipline sont prises, en présence de tous ses membres, à la majorité des voix. A défaut de quorum lors de la première réunion, la chambre de discipline statue en présence de la moitié de ses membres au moins. Les décisions de la chambre de discipline sont prises à la majorité des deux tiers des voix des membres présents. Page 14/17

15 Ne sont pas admis à faire partie de la chambre de discipline les membres des Conseils de l'ordre et les membres de la commission de contrôle. Les personnes concernées par les réunions de la chambre de discipline et celles qui l'ont saisie ne participent pas à ses délibérations. Les modalités d'élection des membres de l'ordre à la chambre de discipline sont déterminées par le règlement intérieur de l Ordre. Les modalités de fonctionnement de la chambre de discipline, les conditions de recevabilité et d instruction des demandes ainsi que celles relatives à l'application des sanctions disciplinaires sont déterminées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 43- Le Conseil National de l Ordre examine toute demande de réhabilitation et se prononce à leur titre. Les demandes de réhabilitation ne sont recevables qu après l expiration de : Trois ans, à compter de leur prononcée, pour les sanctions de premier degré ; Cinq ans, à compter de leur prononcée, pour les sanctions de deuxième degré ; Dix ans, à compter de leur prononcée, pour les sanctions de troisième et quatrième degré. Chapitre II : Le centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable Art. 44- Toute expertise judiciaire ou disciplinaire, qui naît d un différend survenu lors de l exercice de la profession comptable, doit être réalisée par le centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable. Le centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable est composé de : 1) Un juge, désigné par le Ministre de la Justice, Président ; 2) Trois membres de l'ordre élus au scrutin secret, par l'assemblée Générale de l'ordre pour une durée de deux ans, parmi les membres remplissant les conditions d'éligibilité au Conseil National de l'ordre et inscrits au tableau depuis plus de trois ans. Les modalités de fonctionnement du centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable ainsi que les modalités d'élection des membres de l'ordre audit centre sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 45- Les membres de l'ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre, doivent souscrire une assurance qui couvre leur responsabilité professionnelle liée à l exercice de leurs activités dont copie du contrat est déposée auprès de l Ordre. Ils doivent, aussi, présenter à l Ordre une attestation valable d'assurance qui sera jointe à leurs dossiers. Lorsque le membre de l'ordre, inscrit à la section (A), exerce sa profession, exclusivement, dans des sociétés professionnelles visées aux articles 9 et 10 de la présente loi, il est exempt de cette obligation. Le montant minimum du contrat d'assurance en responsabilité prévu au premier paragraphe est fixé par le Conseil National de l Ordre et révisé dans les mêmes formes. Art. 46- Nonobstant toute disposition contraire prévue par d autres textes, la responsabilité pénale des membres de l Ordre, ne peut être engagée à l occasion de l exercice de leurs fonctions. Page 15/17

16 TITRE V- De l éthique professionnelle et de la déontologie Art. 47- Les règles de déontologie applicables aux experts comptables et aux personnes visées au titre III de la présente loi sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 48- Les experts comptables et les personnes visés au titre III de la présente loi se doivent assistance et courtoisie réciproques, ils doivent s'abstenir de tous propos malveillants, de tous écrits publics ou privés et d'une façon générale, de toute manœuvre susceptible de nuire à leurs confrères et à la profession d une manière générale. Toute expression considérée comme outrageante est obligatoirement suivie d une sanction disciplinaire, qu il y ait action publique ou non. Page 16/17

17 TITRE VI- Dispositions transitoires Art. 49- Les experts comptables, membres de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie, à la date de publication de la présente loi, sont portés au niveau de la section (A) du tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 4 de la présente loi. Les experts comptables, membres de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie, dont l inscription est suspendue à la date de publication de la présente loi, sont portés au niveau de la section (B) du tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 4 de la présente loi. Les sociétés d expertise comptable inscrites au tableau de l Ordre, à la date de publication de la présente loi, demeurent inscrites au tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 10 de la présente loi. Les personnes physiques et morales étrangères inscrites au tableau de l Ordre, à la date de publication de la présente loi, demeurent inscrites au tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 21 de la présente loi. Les experts comptables stagiaires inscrits sur une liste dans une colonne distincte du tableau de l Ordre, à la date de publication de la présente loi, sont inscrits sur une liste séparée du tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, conformément aux dispositions de l article 38 de la présente loi. Le Tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie sera publié au Journal Officiel de la République Tunisienne conformément à la présente loi et à ses textes d'application. Art. 50- Les membres de l Ordre associés ou actionnaires dans plus de trois sociétés d expertise comptable inscrites au tableau de l Ordre doivent régulariser leur situation, conformément aux dispositions de l article 10 de la présente loi, dans un délai ne dépassant pas un an à partir de sa publication. Art. 51- Toute autre situation non conforme aux dispositions de la présente loi ou pouvant naître de son application doit être régularisée dans un délai ne dépassant pas six mois à partir de sa publication. Art. 52- Sont abrogés les textes suivants : La Loi n du 18 août 1988 portant refonte de la législation relative à la profession d'expert comptable ; Le Décret n du 25 mai 1989 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie ; L Arrêté du Ministre des finances du 26 juillet 1991 portant approbation du Code des devoirs professionnels des Experts Comptables ; L Arrêté du Ministre des finances du 26 juillet 1991 portant approbation du règlement intérieur de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Un règlement intérieur sera arrêté par le Conseil National de l Ordre, soumis à l approbation de l Assemblée Générale des membres de l Ordre et fixé par arrêté. Art. 53- La présente loi sera publiée au Journal Officiel de la République Tunisienne et exécutée comme loi de l Etat. Fait a Tunis, le.. Page 17/17

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

agréé dans le cadre d une personne morale (Moniteur belge, 16 mars 2005) Chapitre II Inscription d une personne morale au tableau tenu par l Institut

agréé dans le cadre d une personne morale (Moniteur belge, 16 mars 2005) Chapitre II Inscription d une personne morale au tableau tenu par l Institut Arrêté royal du 15 février 2005 relatif à l exercice de la profession de comptable agréé et de comptable-fiscaliste agréé dans le cadre d une personne morale Source : Arrêté royal du 15 février 2005 relatif

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS TITRE I : DENOMINATION, BUT ET SIEGE Article 1 Sous la dénomination

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA

ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA ASSOCIATION DES AMIS DU COMPA Association déclarée conformément à la loi du 1 er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, portant règlement d Administration publique pour exécution de la loi du 1 er

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE ASSOCIATION DE DEFENSE DES DROITS ET DE PROTECTION DES INTERETS DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 07/2008/CM/UEMOA RELATIVE A LA LIBRE CIRCULATION ET A L ETABLISSEMENT DES CHIRURGIENS-DENTISTES

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Décret n. relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité

Décret n. relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n du relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité NOR : [ ] Publics concernés

Plus en détail

REGLEMENT N 01/2009/CM/UEMOA INSTITUANT UN CONSEIL PERMANENT DE LA PROFESSION COMPTABLE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

REGLEMENT N 01/2009/CM/UEMOA INSTITUANT UN CONSEIL PERMANENT DE LA PROFESSION COMPTABLE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres --------------- REGLEMENT N 01/2009/CM/UEMOA INSTITUANT UN CONSEIL PERMANENT DE LA PROFESSION COMPTABLE DANS

Plus en détail

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS RI de 2012 Règlement intérieur applicable au conseil national de l action sociale du ministère de l économie, des finances et de l industrie et du ministère

Plus en détail

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes I - Cas de nomination dans les différentes formes de société 1) Les sociétés par actions a) Les Sociétés Anonymes (SA) La nomination d un ou plusieurs CAC est obligatoire dans les SA. L art. L. 225-16

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

rsge A 2 20: Loi sur les commissions officielles (LCOf)

rsge A 2 20: Loi sur les commissions officielles (LCOf) rsge A 0: Loi sur les commissions officielles (LCOf) file://\\ecu\app\sil\program\books\rsg\htm\rsg_a_0.htm Page sur 5 8.0.0 Loi sur les commissions officielles (LCOf) du 8 septembre 009 (Entrée en vigueur

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)»

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» 1 «Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» Statuts Article 1 Création Il est créé, une association dénommée «Maison des lycéens (MDL) du lycée (Nom du lycée)», conformément aux dispositions

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR Préambule Lors de sa réunion du 7 décembre 2010, le Conseil d administration de la société ABC arbitrage s est doté d un règlement intérieur

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Code des professions (chapitre C-26, a. 93, par. c.1 et a. 94,

Plus en détail

Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale,

Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale, REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE LA BEAC Le Conseil d Administration de la Banque des Etats de l Afrique Centrale (BEAC), Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire

Plus en détail

SECTIONS TIR DES ASSOCIATIONS OMNI-SPORT REGLEMENT INTERIEUR TYPE. Art. 1 - La Section "Tir" de l'association dite...

SECTIONS TIR DES ASSOCIATIONS OMNI-SPORT REGLEMENT INTERIEUR TYPE. Art. 1 - La Section Tir de l'association dite... SECTIONS TIR DES ASSOCIATIONS OMNI-SPORT REGLEMENT INTERIEUR TYPE Les "Sections Tir" des associations omnisports présentant leur demande d'affiliation à la Fédération Française de Tir doivent adopter un

Plus en détail

L Administration De L ESM

L Administration De L ESM L Administration De L ESM 1. L Organisation de l Ecole Sur le plan organisationnel, l'ecole est dirigée par un directeur général, assisté par un directeur de la formation de base, un directeur de la formation

Plus en détail

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 19 / 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 37 et 38 de la loi de

Plus en détail

STATUS ASSOCIATION FRANCO ESPAGNOLE D ARCHITECTURE - FRESA

STATUS ASSOCIATION FRANCO ESPAGNOLE D ARCHITECTURE - FRESA STATUS ASSOCIATION FRANCO ESPAGNOLE D ARCHITECTURE - FRESA ARTICLE 1- DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

TITRE I. De l'exercice de la profession d'expert comptable et financier

TITRE I. De l'exercice de la profession d'expert comptable et financier LOI N 2001-023 du 2 janvier 2002 modifiant et complétant les dispositions de l'ordonnance modifiée n 92-047 du 5 novembre 1992 relative à l'organisation de la profession d'expert comptable et financier

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)»

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» «Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» Statut-type Article 1 Création Il est créé, à compter du (Jour/Mois/Année), conformément aux dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 relative

Plus en détail

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS I. RAISON SOCIALE SIÈGE BUT DURÉE Article 1 Raison sociale Il est constitué sous le nom Association

Plus en détail

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Présentation synoptique des changements proposés Légende: Colonne de gauche: version

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1 ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS I. Nom et siège Art.1 Sous le nom de qualitépalliative, Association suisse pour la qualité dans les soins palliatifs existe une association

Plus en détail

I Buts, Composition et Ressources de l'association

I Buts, Composition et Ressources de l'association I Buts, Composition et Ressources de l'association Article 1. Il est fondé entre les différents adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I DÉNOMINATION - SIÈGE - DURÉE - BUT Article 1 er Sous le nom d «ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS», il a été constitué une association,

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

M O T S. Statuts de MOTS. Organisation. Médecin. Travail. Santé. Organisation du travail et santé du médecin

M O T S. Statuts de MOTS. Organisation. Médecin. Travail. Santé. Organisation du travail et santé du médecin Médecin Organisation Travail Santé M O T S Organisation du travail et santé du médecin Statuts de MOTS Association MOTS : 0608 282 589 http://www.association-mots.org/ Maison des professions de santé 9,

Plus en détail

SAINTES POKER CLUB - Statuts de l'association -

SAINTES POKER CLUB - Statuts de l'association - SAINTES POKER CLUB - Statuts de l'association - Titre I : OBJET DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES STATUTS ACTUALISES AU 18.12.2014 ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE TITRE I DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 : Il est créé, conformément à la loi du 1 er Juillet 1901 une association dénommée «COMITE INTERCOMMUNAL

Plus en détail

Projet de loi relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise. Article 1 er

Projet de loi relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise. Article 1 er RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social NOR : Projet de loi relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise Article

Plus en détail

ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES

ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES DE PICARDIE-ARDENNES Association déclarée Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS Article 1 : Forme Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Statuts Association Pro Senectute Genève

Statuts Association Pro Senectute Genève . Statuts Association Pro Senectute Genève Préambule Le présent document, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique ; ils ont à la fois valeur d un féminin et d un masculin.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

Vu la loi n 01-00 portant organisation de l'enseignement supérieur promulguée par le dahir n 1-00-199 du 15 safar 1421 (19 mai 2000) ;

Vu la loi n 01-00 portant organisation de l'enseignement supérieur promulguée par le dahir n 1-00-199 du 15 safar 1421 (19 mai 2000) ; Décret n 2-08-65 du 25 joumada I 1430 (21 mai 2009) pris pour l'application de la loi n 13-06 relative au Groupe Institut supérieur de commerce et d'administration des entreprises. Le premier ministre,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION RÉSEAU CITÉ DES MÉTIERS

STATUTS ASSOCIATION RÉSEAU CITÉ DES MÉTIERS STATUTS ASSOCIATION RÉSEAU CITÉ DES MÉTIERS ARTICLE 1 OBJETS ET BUTS Il est créé, entre les membres qui adhèrent aux présents statuts, une association dénommée : «Réseau des Cités des Métiers», en référence

Plus en détail

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 Le décret du 13 août 2013 précise les conditions d'inscription sur un tableau d'experts près une cour administrative

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

Chapitre I er Définitions. Article 1 er

Chapitre I er Définitions. Article 1 er Arrêté royal du 20 janvier 2003 fixant le programme, les conditions et le jury de l examen pratique d aptitude des «comptables agréés» et «comptables-fiscalistes agréés» Source : Arrêté royal du 20 janvier

Plus en détail

Statuts de l association médiation culturelle en Suisse

Statuts de l association médiation culturelle en Suisse Assemblée constitutive de l association Médiation culturelle en Suisse, le 31 août 2012 Proposition pour le point 2 de l ordre du jour Statuts de l association médiation culturelle en Suisse I. Nom, siège,

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

STATUTS ADOPTES LE 30 JANVIER 1997

STATUTS ADOPTES LE 30 JANVIER 1997 1 STATUTS ADOPTES LE 30 JANVIER 1997 I Conformément à l Article L 411-1 et suivants du Livre IV du Code du Travail, il est constitué, entre tous ceux qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts un

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ)

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) 22/01/2009 STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) TITRE PREMIER : DE LA CREATION, DE L OBJET, DU SIEGE SOCIAL ET DE LA DOTATION CHAPITRE 1 : De la création, de

Plus en détail

AMIDON 45 STATUTS. Mis à Jour le 27 juin 2005

AMIDON 45 STATUTS. Mis à Jour le 27 juin 2005 AMIDON 45 STATUTS Mis à Jour le 27 juin 2005 ARTICLE 1 CONSTITUTION ET DENOMINATION Lors de l Assemblée Générale Constitutive du 20 mars 1996, il a été fondé entre les adhérents aux présents statuts une

Plus en détail

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application REGLEMENT DE STAGE A.R. du 13 mai 1965 approuvant le règlement du stage établi par le Conseil national de l'ordre des Architectes tel que modifié par l A.R. du 18/08/2010 (M.B. 25/08/2010) Champ d'application

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION

STATUTS DE L ASSOCIATION STATUTS DE L ASSOCIATION ARTICLE PREMIER Constitution et nomination Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront ultérieurement, une association régie par la loi du

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les)

Plus en détail

DÉCLARATION DU CANDIDAT

DÉCLARATION DU CANDIDAT DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHÉS PUBLICS/ACCORDS-CADRES DÉCLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement.

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

APPROBATION DES MODIFICATIONS DES STATUTS DE LA MNRA Modification des articles 27, 30, 50 et 51

APPROBATION DES MODIFICATIONS DES STATUTS DE LA MNRA Modification des articles 27, 30, 50 et 51 Modalités d élection Modalités d élection Les déclarations de candidature aux fonctions d administrateurs effectuées dans le cadre des Sections de vote visées à l article 25 des présents statuts, doivent

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Projet de décret pris pour l'application de la loi n 62-12 relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole Le projet de ce présent décret s inscrit dans le cadre

Plus en détail

Statuts. Statuts Franche-Comté Interactive

Statuts. Statuts Franche-Comté Interactive Statuts Franche-Comté Interactive STATUTS DU SYNDICAT FRANC-COMTOIS DES PROFESSIONNELS TIC 1 ASSOCIATION FRANCHE-COMTE INTERACTIVE Adoptés par l assemblée Générale Extraordinaire du 11/06/09 Statuts Article

Plus en détail

Accès à la profession de transporteur public routier de personnes

Accès à la profession de transporteur public routier de personnes Accès à la profession de transporteur public routier de personnes 06/12/2005 Accès à la profession de transporteur public routier de personnes Présentation du décret n 85-891 du 16 août 1985 relatif aux

Plus en détail

FIVONDRONAN NY MPANDRAHARAHA MALAGASY FIV.MPA.MA STATUTS

FIVONDRONAN NY MPANDRAHARAHA MALAGASY FIV.MPA.MA STATUTS FIVONDRONAN NY MPANDRAHARAHA MALAGASY FIV.MPA.MA STATUTS TITRE I : Constitution Dénomination Devise - Objet Siège Durée Article 1 : Constitution Il est constitué, entre les entrepreneurs économiques privés

Plus en détail

Statuts de l'association GRAINE DE BIEN-ÊTRE

Statuts de l'association GRAINE DE BIEN-ÊTRE Statuts de l'association GRAINE DE BIEN-ÊTRE I) PRÉSENTATION DE L'ASSOCIATION Article 1 Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DECLAREE. Proposé par le CICOS

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DECLAREE. Proposé par le CICOS MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DECLAREE Proposé par le CICOS Les statuts sont rédigés librement par les fondateurs ou l assemblée constitutive, et doivent tenir compte de la spécificité et du fonctionnement

Plus en détail

- 55 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 55 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 55 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à interdire ou à réglementer le cumul des fonctions et des rémunérations de dirigeant d'une entreprise du secteur public et d'une entreprise du secteur

Plus en détail

Titre 1 : Constitution / Objet / Siège social / Durée

Titre 1 : Constitution / Objet / Siège social / Durée Statuts de l association PREAUT Titre 1 : Constitution / Objet / Siège social / Durée Article 1er Dénomination Il est fondé entre les membres adhérant aux présents statuts une Association régie par la

Plus en détail

S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE. (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013

S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE. (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013 1 S T A T U T S DE LA CONFERENCE DES PREPOSES AUX POURSUITES ET FAILLITTES DE LA SUISSE (fondée le 22 novembre 1925) Version du 24 mai 2013 2 I. Nom, siège et but Art. 1 Est constituée sous le nom de «Conférence

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 DECEMBRE 2014 PROJET DE RESOLUTIONS

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 DECEMBRE 2014 PROJET DE RESOLUTIONS Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 155 742 320 euros RCS PARIS n 493 455 042 Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 PARIS Cedex 13 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE

Plus en détail

CONVICTIONS. Association régie par la Loi du 1er Juillet 1901. Siège social : 21 Rue des Malmaisons - 75013 PARIS STATUTS

CONVICTIONS. Association régie par la Loi du 1er Juillet 1901. Siège social : 21 Rue des Malmaisons - 75013 PARIS STATUTS page 1/5 CONVICTIONS Association régie par la Loi du 1er Juillet 1901 Siège social : 21 Rue des Malmaisons - 75013 PARIS STATUTS ARTICLE 1 - TITRE Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». Et Monsieur, ci-après désigné par «Le Médiateur» D autre part,

L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». Et Monsieur, ci-après désigné par «Le Médiateur» D autre part, CONVENTION TYPE DE MEDIATION BANCAIRE (Service Commun de Médiation Bancaire) Entre les soussignés : L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». D une part, Et Monsieur,

Plus en détail

Décret N 1968 198 du 22 juin 1968, réglementant l entrée et le séjour des étrangers en Tunisie (JORT n 26 du 21 juin 1968)

Décret N 1968 198 du 22 juin 1968, réglementant l entrée et le séjour des étrangers en Tunisie (JORT n 26 du 21 juin 1968) Décret N 1968 198 du 22 juin 1968, réglementant l entrée et le séjour des étrangers en Tunisie (JORT n 26 du 21 juin 1968) Vu la loi n 1968 0007 du 8 mars 1968, relative à la condition des étrangers en

Plus en détail

Statuts CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES

Statuts CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Statuts CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Nom et siège 1.1. Bibliothèque Information Suisse (BIS), ci-après nommée «l Association», est une association au sens des articles 60 ss du Code civil

Plus en détail

Statuts du Yachting Club du CERN

Statuts du Yachting Club du CERN Statuts du Yachting Club du CERN Il est créé sous le nom Yachting-Club du CERN et dans le cadre de l'association du Personnel, une association conforme aux dispositions des articles 6O et suivants du Code

Plus en détail

Electriciens sans frontières et les associations régionales "Electriciens sans frontières" (ci-après désignées "les associations" ou "l association ")

Electriciens sans frontières et les associations régionales Electriciens sans frontières (ci-après désignées les associations ou l association ) Electriciens sans frontières 1/11 Electriciens sans frontières et les associations régionales "Electriciens sans frontières" (ci-après désignées "les associations" ou "l association ") Règlement intérieur

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DE LA MALADIE DE BLACKFAN-DIAMOND A.F.M.B.D.

ASSOCIATION FRANÇAISE DE LA MALADIE DE BLACKFAN-DIAMOND A.F.M.B.D. ASSOCIATION FRANÇAISE DE LA MALADIE DE BLACKFAN-DIAMOND A.F.M.B.D. 1. But et composition de l association ARTICLE 1 : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association

Plus en détail

CODE DE L ACTION SOCIALE

CODE DE L ACTION SOCIALE CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES PARTIE LEGISLATIVE Dernière modification parue au Journal Officiel le 28 juin 2005 Article L. 211-1 Ont le caractère d associations familiales au sens des dispositions

Plus en détail

STATUTS. I. Dispositions générales

STATUTS. I. Dispositions générales STATUTS I. Dispositions générales Art. 1 Dénomination Sous le nom de «Association Suisse des Conseillères en Planning Familial (ASCPF)», a été constituée en 1979 une association régie par les présents

Plus en détail

Statuts Swiss Young Pharmacists Group (swissypg)

Statuts Swiss Young Pharmacists Group (swissypg) Statuts Swiss Young Pharmacists Group (swissypg) Article 1 Dénomination, Siège Sous la dénomination de Swiss Young Pharmacists Group (swissypg), il existe une association régie par les présents statuts

Plus en détail

Association des étudiants et anciens étudiants du master Stratégies Territoriales et Urbaines de Sciences Po

Association des étudiants et anciens étudiants du master Stratégies Territoriales et Urbaines de Sciences Po Statuts de «in SiTU» Association des étudiants et anciens étudiants du master Stratégies Territoriales et Urbaines de Sciences Po Article 1 Titre de l association Il est fondé entre les étudiants et les

Plus en détail

Dans ces statuts, toute désignation de personne, de statut ou de fonction vise indifféremment l homme ou la femme.

Dans ces statuts, toute désignation de personne, de statut ou de fonction vise indifféremment l homme ou la femme. STATUTS DE LA CROIX-ROUGE VALAIS Dans ces statuts, toute désignation de personne, de statut ou de fonction vise indifféremment l homme ou la femme. Constitution Art.1 Sous le nom «Croix-Rouge Valais»,

Plus en détail

OBER Société anonyme au capital de 2 061 509.45 Siège social : 31, route de Bar 55000 Longeville-en-Barrois 382 745 404 R.C.S.

OBER Société anonyme au capital de 2 061 509.45 Siège social : 31, route de Bar 55000 Longeville-en-Barrois 382 745 404 R.C.S. OBER Société anonyme au capital de 2 061 509.45 Siège social : 31, route de Bar 55000 Longeville-en-Barrois 382 745 404 R.C.S. Bar-le-Duc Avis de réunion valant avis de convocation Mesdames et Messieurs

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail