Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ordre des Experts Comptables de Tunisie"

Transcription

1 Ordre des Experts Comptables de Tunisie Projet de réforme de la loi n du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à la profession d'expert comptable Approuvé par le Conseil National réuni en date du 07/02/2013 et par l Assemblée Générale réunie en date du 23/02/2013

2 LOI N DU PORTANT REFONTE DE LA LEGISLATION RELATIVE A LA PROFESSION D'EXPERT COMPTABLE Article premier- La profession d'expert comptable est une profession libérale et indépendante. Art. 2- L Ordre des Experts Comptables de Tunisie, doté de la personnalité juridique, regroupant les professionnels habilités à exercer la profession d'expert comptable et les diplômés d expertise comptable non exerçants, dans les conditions fixées par la législation en vigueur et particulièrement par la présente loi. L Ordre est indépendant et veille au respect de l intérêt public. Il est administré par un Conseil National dont dépend des conseils régionaux. Le siège du Conseil National est sis à Tunis. Le Premier Ministère est représenté, auprès de l Ordre, par un délégué du gouvernement permanent afin de s assurer que les décisions du Conseil soient conformes à la réglementation et de veiller à faciliter les missions du Conseil National de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie. L'Ordre a pour mission de : 1) Assurer le fonctionnement normal de la profession d'expert comptable ; 2) Œuvrer à faire respecter les règles et obligations de la profession ; 3) Défendre l'honneur et l'indépendance de la profession ; 4) Représenter et défendre les intérêts de ses membres ; 5) Organiser toutes œuvres de retraite ou d'entraide pour ses membres. L Ordre peut présenter aux pouvoirs publics et aux autorités constituées toute demande relative à la profession. Il doit être saisi, pour accord, par ces pouvoirs et autorités de toute question concernant la profession et notamment de celle relative aux projets de textes réglementaires se rapportant aux prérogatives de la profession ou tendant à imposer des conditions ou des obligations particulières pour l'exercice de la profession d expert comptable. Les modalités d'organisation et de fonctionnement de l'ordre sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Page 2/17

3 TITRE I - De l'exercice de la profession d expert comptable Chapitre I : Dispositions générales Art. 3- Est expert comptable celui qui, en son propre nom et sous sa responsabilité personnelle, fait profession habituelle de : a) Conduire, conformément à un référentiel normatif d exercice professionnel adopté par le Conseil National de l Ordre, des missions d audit légal ou contractuel des états financiers ainsi que toute autre mission d assurance auprès de toute personne ou entité quel qu en soit la forme ou l objet ; b) Assurer l implémentation des normes comptables des secteurs public et privé conformément aux référentiels national et/ou international ; c) Assurer toute mission se rapportant à la fonction d audit interne dans toute entité ; d) Tenir et assister à la tenue des comptabilités de toute personne ou entité ; e) Assurer des missions se rapportant aux opérations de cession, acquisition, rapprochement et levée de fonds de toute entité ; f) Evaluer les entreprises ainsi que les apports en société ; g) Assister, conseiller, concevoir et accompagner à travers ses connaissances, son expertise et son expérience toute personne ou entité dans la mise en place des systèmes d information et des procédures administratives, financières, comptables et de gestion ; h) Accomplir, pour toute personne ou entité, les formalités à finalité fiscale, sociale et administrative, l'assister, la conseiller et la défendre auprès de l'administration ; i) Défendre toute personne ou entité devant les juridictions jugeant en matière fiscale ou sociale, chaque fois où le Ministère d'avocat n'est pas obligatoire, en vertu d'une disposition légale et dans les conditions prévues par l'article 1118 du Code des Obligations et des Contrats ; j) Assurer tout mandat d administrateur ou d arbitre ; k) Assurer toutes les missions d expertise judiciaire et accomplir tous les travaux sur réquisition des juridictions ; l) Donner des consultations juridiques et accomplir tous travaux occasionnés par la constitution, le fonctionnement, la transformation, la fusion, la scission, la dissolution, la liquidation et la modification du capital de toute entité ; m) Effectuer toutes études et tous travaux d ordre statistique, financier ou économique ; n) Accomplir tous les travaux de certification, d accréditation et de notation de toute entité ; o) Rédiger tout acte sociétaire, convention et contrat à l exception des actes se rapportant à la situation juridique des immeubles et des fonds de commerce ; p) Assurer tous cours, enseignements et formations ; q) Assurer toute mission se rapportant à la gestion des affaires et de patrimoine ; r) Généralement assurer toute mission dans tous les domaines et disciplines dans lesquels il a reçu une formation. Sous réserve des dispositions législatives en vigueur à la date de parution de la présente loi, seul l expert comptable est habilité à exercer les activités énumérées aux paragraphes (a), (b), (c) et (d) et à leurs externalisations en Tunisie. Page 3/17

4 Art. 4- Il est créé au sein de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie un tableau comprenant les trois sections suivantes : Section (A) : Experts comptables Section (B) : Diplômés d expertise comptable non exerçants Section (C) : Mémorialistes en expertise comptable Nul ne peut exercer la profession d expert comptable s il n est pas inscrit à la section (A) du tableau de l Ordre. Section (A) : Experts comptables Pour être inscrit à la section ( A) du tableau de l Ordre, il faut remplir les conditions suivantes : Etre tunisien depuis cinq ans au moins ; Jouir de tous ses droits civiques ; Ne pas avoir fait l objet d une condamnation pour crime ou délit, autre qu involontaire, de nature à entacher son honorabilité et notamment aucune de celles visées par la législation en vigueur relative à l interdiction du droit de gérer et d administrer les sociétés ; Présenter les garanties de moralité ; Etre titulaire du diplôme national d expert comptable ou d un diplôme jugé équivalent par le Ministère chargé de l enseignement supérieur. Seuls les membres inscrits à la section (A) du tableau de l Ordre ont le droit de vote et d éligibilité. Section (B) : Diplômés d expertise comptable non exerçants Peuvent être inscrits à la section (B) du tableau de l Ordre, les diplômés d expertise comptable qui remplissent les conditions énumérées à la section (A), non exerçants, directement ou indirectement, la profession d expert comptable telle que définie à l article 3 de la présente loi, ayant déposé une demande volontaire d inscription et présenté un engagement de non exercice. Les membres inscrits à la section (B) du tableau de l Ordre ne peuvent assumer aucun mandat dans des sociétés, ou pour toute personne dont les activités incluent un ou plusieurs services prévus par l article 3 de la présente loi. La qualité de membre non exerçant ne peut être admise pour les personnes morales. Section (C) : Mémorialistes en expertise comptable Pour être inscrit à la section (C) du tableau de l Ordre, il faut : Remplir les conditions requises des membres, énumérées à la section (A), à l exception de la condition relative au diplôme ; Etre titulaire du certificat d études supérieures de révision comptable, ou d un diplôme jugé équivalent par le Ministère chargé de l enseignement supérieur, ayant validé son stage et n ayant pas encore obtenu le diplôme national d expert comptable. La durée maximale d inscription à la présente section est fixée par le règlement intérieur. Page 4/17

5 Nonobstant les dispositions de l alinéa 2 du présent article, les experts comptables mémorialistes inscrits à la section (C) du tableau de l Ordre sont habilités à exercer la profession d expert comptable telle que définie par l article 3 de la présente loi. Toutefois, ils ne peuvent pas accepter toutes missions réservées, aux experts comptables membre de l Ordre, en vertu d une disposition réglementaire. Les modalités d'inscription au tableau de l'ordre en qualité de membre et de passage entre les différentes sections du tableau, sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Les décisions relatives à l inscription au tableau sont susceptibles de recours, par voie d'appel, devant la Cour d'appel de Tunis et devant le Tribunal Administratif en matière de cassation. Art. 5- L exercice illégal de la profession d expert comptable ainsi que l'usurpation du titre d expert comptable sont passibles des peines prévues par l'article 159 du Code Pénal. Art. 6- Exerce illégalement la profession d expert comptable : 1) Toute personne qui exerce cette profession en infraction aux dispositions des articles 3 et 4 de la présente loi ; 2) Toute personne qui exerce la profession pendant la durée de sa suspension ou après sa radiation du tableau de l'ordre. Art. 7- Les Infractions à l'exercice de la profession d expert comptable et à l usurpation du titre d expert comptable, prévues par la présente loi, sont, à l'exception de celles passibles de sanction disciplinaire, poursuivies devant la juridiction compétente. Le Conseil National de l'ordre est habilité à saisir les tribunaux, pour tout exercice illégal de la profession ou usurpation du titre d expert comptable, par voie de citation conformément aux dispositions de l'article 206 du Code des Procédures Pénales sans préjudice de la faculté de se porter, s'il y a lieu, partie civile dans toute poursuite intentée par le Procureur de la République. Art. 8- L'expert comptable exerce sa profession individuellement, ou dans le cadre d'une société professionnelle pouvant avoir la forme civile ou commerciale. L Ordre est garant du respect par ses membres des formes d exercice précitées. Art. 9- Les experts comptables peuvent constituer entre eux des sociétés civiles pour exercer leur profession, à la double condition : 1) Que tous les associés soient individuellement membres de l Ordre inscrits à la section (A) du tableau ; 2) Que les sociétés ainsi constituées soient reconnues comme pouvant exercer la profession d expert comptable par le Conseil National de l Ordre et inscrites à son tableau. Art. 10- Les experts comptables sont admis à constituer, pour exercer leur profession, des sociétés à responsabilité limitée, des sociétés unipersonnelles à responsabilité limitée ou des sociétés anonymes. Page 5/17

6 Elles doivent être inscrites au tableau de l Ordre et satisfaire aux conditions suivantes : 1) L'objet de la société doit être conforme aux dispositions de l'article 3 de la présente loi ; 2) Les associés membres de l'ordre, inscrits à la section (A) du tableau, doivent détenir au moins les trois quart (3/4) du capital social et des droits de vote ; 3) Les associés non membres de l'ordre doivent être des personnes physiques de nationalité tunisienne, justifiant, au moins, d une maîtrise, d un mastère ou d un diplôme jugé équivalent par le Ministère chargé de l enseignement supérieur dans les domaines de l audit, de la comptabilité, de la fiscalité, du droit, de l économie, des finances, de l ingénierie, de la gestion ou de l informatique et exerçant à titre principal l une de ces activités ; 4) La détention d une partie du capital ou des droits de vote, par un associé non membre de l Ordre, ne doit pas mettre en péril l exercice de la profession, l indépendance des associés experts comptables ou le respect par ces derniers des règles inhérentes à leur statut et à leur déontologie ; 5) Les Gérants, le Président Directeur Général, le Directeur Général, le Président du Conseil d Administration, le Président du Directoire, au moins les trois quart (3/4) des membres du Conseil d Administration ou des membres du Directoire de la société doivent être des associés membres de l Ordre inscrits à la section (A) du tableau. Après son inscription au tableau de l Ordre, le représentant légal de la société d expertise comptable, est tenu d informer par écrit le Conseil National de l Ordre de tout changement de l un des éléments cités au deuxième paragraphe du présent article, et ce, dans un délai ne dépassant pas trente jours à partir de sa survenance. A défaut d information, le représentant légal est renvoyé devant la chambre de discipline et est passible d au moins d une sanction de 2 ème degré. Lorsque l une des conditions du deuxième paragraphe du présent article n est plus respectée et à défaut de régularisation dans un délai de trois mois à partir de la constatation de cette situation, la société est renvoyée devant la chambre de discipline et est passible d au moins d une sanction de 4 ème degré. A l issue de la période de suspension, et à défaut de régularisation, la société est radiée du tableau de l Ordre de plein droit. Un membre de l'ordre ne peut assurer simultanément les fonctions de Gérant, de Président Directeur Général, de Directeur Général, de Président du Directoire, de membre du Conseil d Administration ou de membre du Directoire de plus de deux sociétés inscrites au tableau de l'ordre. Un membre de l'ordre ne peut être associé ou actionnaire simultanément dans plus de trois sociétés d expertise comptable inscrites au tableau de l Ordre. Les personnes inscrites au tableau de l Ordre assument la responsabilité de leurs travaux. Elles doivent observer les dispositions législatives et réglementaires en vigueur et notamment celles régissant la profession ainsi que le règlement intérieur de l Ordre. La responsabilité propre des sociétés inscrites au tableau de l Ordre laisse subsister la responsabilité de chaque membre à l égard de l Ordre à raison des travaux qu il est amené à exécuter lui-même pour le compte de ces sociétés et qui doivent être assortis de sa signature personnelle. Page 6/17

7 Tout rapport émis par une société inscrite au tableau de l Ordre doit être signé par le représentant légal de la société, tel que défini par le paragraphe 5 du présent article, ou par tout autre associé ou actionnaire de la société inscrit à la section (A) du tableau de l Ordre nommément désigné lors de la nomination de la personne morale. Les droits attribués et les obligations imposées aux membres de l'ordre s'étendent aux sociétés inscrites au tableau de l'ordre à l'exception, toutefois, des droits de vote et d'éligibilité. Art. 11- Les experts comptables et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre peuvent détenir des participations financières dans toute entreprise. Les participations des sociétés inscrites au tableau de l Ordre dans d autres entreprises doivent respecter les conditions fixées par le règlement intérieur. Art. 12- Il est institué une cotisation annuelle à la charge des membres de l Ordre et des personnes morales visées aux articles 9 et 10 de la présente loi. Les modalités de détermination et de recouvrement de cette cotisation sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Toute personne physique membre de l Ordre ou morale inscrite au tableau de l Ordre qui ne s acquitte pas de sa cotisation, à l issue d une période de six mois, à partir de la date de l Assemblée la fixant, est passible d une sanction d au moins de 2 ème degré. Au delà de cette période, et à défaut de régularisation dans un délai de trois mois, après une mise en demeure restée infructueuse, la personne physique ou morale défaillante est passible d une sanction de 4 ème degré. Le représentant légal de la personne morale défaillante est passible des mêmes sanctions. Chapitre II : Des interdictions et incompatibilités Art. 13- Les personnes physiques membres de l Ordre et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre ne peuvent assurer le contrôle des comptes des sociétés dans lesquelles elles détiennent, directement ou indirectement, des participations de quelque nature que ce soit. Art. 14- Les fonctions des membres de l'ordre, inscrit aux sections (A) et (C), sont incompatibles avec tout acte de nature à porter atteinte à son indépendance et notamment avec tout emploi salarié sauf possibilité pour l'intéressé de dispenser un enseignement ou d'occuper un emploi chez un autre membre ou une société inscrite au tableau de l'ordre. Les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C), ne peuvent accepter aucun mandat social, conférant la qualité de commerçant, à l exception de ceux prévus aux articles 3 et 10 précités. Ils peuvent, néanmoins occuper des fonctions dans des organismes à but non lucratif. Chapitre III : De la promotion professionnelle Art. 15- Il est interdit aux membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C), et aux sociétés inscrites à l Ordre de se livrer à tout démarchage en vue de proposer leurs services à des tiers. Au sens de la présente loi, le démarchage désigne toute approche directe, individualisée et non sollicitée d un client potentiel dans le but de lui offrir des services professionnels personnalisés. Page 7/17

8 La participation des personnes visées à l alinéa premier, à des colloques, séminaires ou autres manifestations universitaires ou scientifiques est autorisée dans la mesure où elles ne se livrent pas, à cette occasion, à des actes assimilables à du démarchage. Art. 16- Les actions de promotion effectuées par les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C), et aux sociétés inscrites à l Ordre et portant sur eux-mêmes ou sur leurs activités professionnelles ne sont permises que dans les conditions fixées par une charte de communication arrêtée par le Conseil National de l Ordre et approuvée par l Assemblée Générale. Chapitre IV : De la rémunération professionnelle Art. 17- Les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et les sociétés inscrites à l Ordre ont le droit de percevoir, pour toute prestation fournie, des honoraires convenus librement avec leurs clients sous réserve de respect des décisions du Conseil National de l Ordre. Ils peuvent, lorsque leurs honoraires ne sont pas réglés, exercer un droit de rétention sur les documents et livres comptables qu ils leurs ont été remis à l occasion de leur mission ou les rapports qui ont été établis par leurs soins. Aucune requête pour préjudice n est recevable dans le cadre du présent article. Tous différends pouvant naître de cette situation seront soumis, au Conseil National de l Ordre, pour arbitrage avant tout recours disciplinaire ou juridictionnel. Chapitre V : Du secret professionnel Art. 18- Les membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre, leurs salariés et prédisposés, sont tenus au secret professionnel. Cette obligation s étend à toute information à caractère secret dont ils prennent connaissance par état ou par profession, soit en raison d'une fonction ou d'une mission quelconque. Les personnes visées à l alinéa premier sont déliées du secret professionnel dans les cas d instructions ou poursuites engagées à leur encontre ainsi que dans toutes les situations prévues par la législation en vigueur et par le règlement intérieur de l Ordre. Chapitre VI : De la formation professionnelle continue Art. 19- Les membres inscrits aux différentes sections du tableau de l Ordre ont l obligation d'entretenir et de perfectionner leurs connaissances. Ils doivent à ce titre justifier de l accomplissement de la formation requise, selon les modalités fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Chapitre VII : De l examen des activités professionnelles des membres de l Ordre Art. 20- Il est institué, au sein de l Ordre, une commission de contrôle et de promotion de la qualité chargée d organiser, dans les conditions fixées par le règlement intérieur de l Ordre, l examen de l activité professionnelle des membres de l Ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et des sociétés inscrites au tableau de l Ordre. Page 8/17

9 L examen de l activité professionnelle comporte notamment l appréciation de l application des obligations d indépendance, l analyse des modalités de fonctionnement et d organisation de l exercice professionnel ainsi que le contrôle du respect de la réglementation en vigueur en matière d octroi, d acceptation et d exécution des diligences et recommandations professionnelles. La commission de contrôle et de promotion de la qualité est formée exclusivement d experts comptables membre de l Ordre des Experts Comptables inscrits à la section (A). La composition et les modalités de fonctionnement de la commission sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Chapitre VIII : De l exercice, par les étrangers, de la profession d expert comptable Art. 21- Les ressortissants des pays étrangers peuvent être inscrits au tableau de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie pour pouvoir exercer la profession d'expert comptable, en Tunisie, si une convention ou un accord, approuvé préalablement par l Assemblée Générale de l Ordre, a été passé à cet effet avec le pays duquel ils ressortissent. Pour pouvoir être inscrit, le professionnel étranger doit justifier : 1) D'un séjour préalable en Tunisie, fixé par la convention ou l'accord sus-visé, dans la limite de cinq années ; 2) De titres équivalents aux diplômes exigés des professionnels tunisiens. Ces titres sont fixés après l avis des autorités compétentes ; 3) D une autorisation accordée par décision du Premier Ministère, après avis favorable du Conseil National de l'ordre. Dans les mêmes conditions de réciprocité, les sociétés étrangères ainsi que les professionnels étrangers ne possédant pas de résidence habituelle en Tunisie peuvent bénéficier de l'autorisation temporaire d'exercer, sous réserve qu'ils fournissent en Tunisie des garanties jugées équivalentes à celles exigées des sociétés et professionnels tunisiens. Pour les sociétés, l'autorisation préalable est également nécessaire à leurs délégués accrédités nommément désignés. Ces autorisations temporaires sont accordées par décision du Premier Ministère, après avis favorable du Conseil National de l'ordre. Les droits attribués et les obligations imposées aux membres de l'ordre s'étendent aux sociétés et professionnels étrangers. Toutefois, les professionnels étrangers ne peuvent ni voter ni être élus dans les Conseils ou les Assemblées Générales de l'ordre. Page 9/17

10 Titre II- De l'exercice de la fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal par les membres de l'ordre Chapitre I : Dispositions générales Art. 22- Nonobstant toute disposition contraire, les dispositions du présent titre sont applicables aux commissaires aux comptes et aux réviseurs légaux nommés dans toute personne ou entité de quelque nature et forme que ce soit. Art. 23- Nul ne peut exercer la fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal s'il ne remplit pas les conditions prévues par les dispositions du présent titre. Seul l expert comptable est habilité à assurer et conduire les missions d assurance des entreprises, organismes ou établissements publics, des institutions financières, des sociétés faisant appel public à l épargne. Art. 24- Est qualifié de faute de 3 ème degré le fait, pour toute personne d exercer les fonctions de commissaire aux comptes ou de réviseur légal, nonobstant les dispositions légales, soit en son nom personnel, soit au titre d associé ou actionnaire dans une société professionnelle. La sanction peut être aggravée en cas de récidive. Chapitre II- De l'organisation et du contrôle de la fonction Art. 25- L Ordre des Experts Comptables de Tunisie, concourt au bon exercice de la fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal, à sa surveillance ainsi qu'à la défense de l'honneur et de l'indépendance des commissaires aux comptes ou des réviseurs légaux membres de l Ordre. Art. 26- Les commissaires aux comptes et les réviseurs légaux sont soumis à des contrôles périodiques et occasionnels décidés et organisés par la commission de contrôle et de promotion de la qualité visée à l article 20 de la présente loi. Art. 27- Les commissaires aux comptes ou les réviseurs légaux sont tenus de fournir tous les renseignements et documents qui leur sont demandés à l'occasion des contrôles, prévus par le présent chapitre, sans pouvoir opposer le secret professionnel. Les personnes participant aux contrôles prévus au paragraphe précédent sont soumises au secret professionnel. Art. 28- Les commissaires aux comptes ou les réviseurs légaux exercent leur mission conformément au référentiel normatif d exercice professionnel constitué par : Les normes internationales d'audit ou tout autre standard d'audit et d'assurance adoptés par le Conseil National de l Ordre ; Les normes professionnelles arrêtées et/ou adoptées par le Conseil National de l Ordre. Lorsqu'une norme internationale d'audit ou tout autre standard d'audit et d'assurance est adopté par le Conseil National de l Ordre, ce dernier peut d'office imposer des diligences ou des procédures complémentaires ou, à titre exceptionnel, écarter certains éléments de la norme ou du standard afin de tenir compte des spécificités de la règlementation tunisienne. Page 10/17

11 Chapitre III : Du statut du commissaire aux comptes ou du réviseur légal Art. 29- La fonction de commissaire aux comptes ou de réviseur légal est exercée par des personnes physiques ou des sociétés professionnelles telles que définies par les articles 9 et 10 de la présente loi. Art. 30- Toute personne ayant été dirigeant, administrateur ou salarié d une entité, ne peut être nommée commissaire aux comptes ou réviseur légal de cette entité, ou de toute autre entité relevant du même groupe de sociétés, pendant au moins cinq années après la cessation de sa fonction. Les membres de l Ordre, commissaires aux comptes ou réviseurs légaux d une entité ainsi que tout associé ou actionnaire de la société inscrite au tableau de l Ordre et désignés commissaire aux comptes ou réviseur légal ne peuvent avant l expiration d un délai de cinq ans au moins, occuper la fonction de dirigeant, administrateur ou salarié dans cette même entité ou dans toute autre entité relevant du même groupe de sociétés. Ce délai est réduit à deux années pour tous les employés, d un membre de l Ordre ou d une société inscrite au tableau de l Ordre, ayant assumé des responsabilités dans les travaux de commissariat aux comptes ou de révision légale. Art. 31- Le commissaire aux comptes ou le réviseur légal, personne physique, ne peut cumuler en son nom et pour une même année une limite des missions de commissariat aux comptes et de révision légale des entités d intérêt public. Cette mesure est applicable aux signataires des rapports de commissariat aux comptes ou de révision légale émis par les sociétés inscrites au tableau de l Ordre. L'assemblée générale, sur proposition du Conseil National de l'ordre, fixe les modalités de détermination de cette limite. Les entités d intérêt public concernées par cette mesure sont les entreprises, organismes ou établissements publics, les sociétés faisant appel public à l épargne et les sociétés soumises obligatoirement à la désignation de deux ou plusieurs commissaires aux comptes selon la réglementation en vigueur. Art. 32- Sous réserve des dispositions législatives particulières, les commissaires aux comptes ou les réviseurs légaux, ainsi que toutes personnes ayant participées aux travaux, sont astreints au secret professionnel pour les faits, actes et renseignements dont ils ont pu avoir connaissance à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions. Les professionnels procédant à une revue indépendante ou contribuant au dispositif du contrôle de qualité sont également astreints au secret professionnel. Lorsqu'une société établit des comptes consolidés, les commissaires aux comptes de la société mère consolidante et les commissaires aux comptes des entités consolidées sont, les uns à l'égard des autres, déliés du secret professionnel. Lorsque la fonction de commissaire aux comptes est exercée par deux ou plusieurs commissaires aux comptes, ces derniers sont, les uns à l'égard des autres, déliés du secret professionnel. Art. 33- Lorsqu'une société professionnelle est absorbée par une autre société professionnelle, la société absorbante poursuit le mandat confié à la société absorbée jusqu'à la date de l'expiration de ce dernier. Page 11/17

12 Art. 34- Les honoraires des commissaires aux comptes ou des réviseurs légaux sont supportés par l'entité dont ils sont chargés de certifier les comptes. Ces honoraires sont fixés par application d un barème dont les critères et modalités sont déterminés par le Conseil National de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie, et homologués par un arrêté du Premier Ministère au moins une fois tous les trois ans et chaque fois qu il s avère nécessaire. Le barème sera actualisé au début de chaque année par le Conseil National de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie au taux minimum d inflation publié par la Banque Centrale de Tunisie. Le barème ainsi actualisé fait l objet d une publication au Journal Officiel de la République Tunisienne. Il est applicable à partir du premier janvier de l année de sa publication. Le Conseil National de l Ordre est chargé d établir les modalités de son application. Les frais de déplacement, de restauration et de séjour sont pris en charge par l'entité selon les modalités prévues par l arrêté précité et selon des taux fixés par le Conseil National de l Ordre. Art. 35- Le commissaire aux comptes ou le réviseur légal peut, lorsque ses honoraires ne sont pas réglés, exercer le droit de rétention prévu par l article 17 de la présente loi. Il peut également démissionner de ses fonctions. Aucune requête pour préjudice n est recevable dans le cadre du présent article. Tous différends pouvant naître de cette situation seront soumis, au Conseil National de l Ordre, pour arbitrage avant tout recours disciplinaire ou juridictionnel. Art. 36- En cas de cessation de ses fonctions, au cours de son mandat, le commissaire aux comptes ou le réviseur légal informe le juge du registre de commerce par tout moyen laissant trace écrite. Art. 37- Nonobstant toute disposition contraire prévue par d autres textes, la responsabilité pénale du commissaire aux comptes ou du réviseur légal, membre de l Ordre, ne peut être engagée à l occasion de l exercice de ses fonctions. Page 12/17

13 TITRE III- Des stagiaires en expertise comptable Art. 38- Le titre de stagiaire en expertise comptable est réservé aux candidats à la profession d'expert comptable, titulaires d'un diplôme donnant droit à l accès au diplôme d expert comptable. Le stage professionnel obligatoire est de trois ans. Il doit être effectué à plein temps chez un maître de stage, membre de l'ordre, dans les conditions fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Les stagiaires en expertise comptable sont inscrits sur une liste séparée du tableau de l Ordre. Si à l'expiration de leur stage, ils n'ont pas obtenu le diplôme d'expert comptable, ils ne sont radiés du tableau que : 1) A leur demande ; 2) Lorsqu ils n exercent plus chez un membre de l Ordre ; 3) Suite à une sanction disciplinaire. Art. 39- Les stagiaires en expertise comptable ne sont pas membres de l Ordre mais soumis à sa surveillance et à son contrôle disciplinaire. Ils sont également soumis au respect du secret professionnel sous les peines prévues par les dispositions de la présente loi et dans les mêmes conditions prévues par l article 18 de la présente loi. Ils ont le devoir d'entretenir et de perfectionner leurs connaissances et doivent, à ce titre, justifier de l accomplissement de la formation requise, selon les modalités fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 40- Il est institué une cotisation annuelle à la charge des stagiaires en expertise comptable. Les modalités de détermination et du recouvrement de cette cotisation sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Page 13/17

14 TITRE IV- De la responsabilité professionnelle des membres de l Ordre Chapitre I : La chambre de discipline Art. 41- L expert comptable répond de sa faute personnelle commise à l'occasion de l'exercice des travaux qui lui sont confiés, et ce, conformément aux dispositions du présent titre. Tout manquement aux obligations nées de l exercice professionnel ou de l application de la présente loi, entraîne l une des sanctions disciplinaires prévues par l article 42 de la présente loi. Art. 42- Il est institué auprès de l Ordre une chambre de discipline chargée notamment de statuer, sur toute demande relative aux infractions à la réglementation professionnelle, au règlement intérieur de l Ordre et, en général, à toutes infractions à la réglementation régissant l exercice de la profession commise par un membre de l Ordre. Les sanctions susceptibles d être prononcées à ce titre, suivant la gravité de la faute sont : 1 er degré : L avertissement ; 2 ème degré : Le blâme avec inscription au dossier ; 3 ème degré : La suspension pour une durée déterminée allant de un à cinq ans avec sursis ; 4 ème degré : La suspension pour une durée déterminée allant de un à cinq ans ; 5 ème degré : La radiation du tableau comportant interdiction définitive d exercer la profession. Les sanctions disciplinaires ne sont rendues qu après que le Président de la chambre de discipline ait déployé un effort dans la tentative de conciliation demeurée infructueuse. Les décisions disciplinaires sont susceptibles de recours, par voie d'appel, devant la cour d'appel de Tunis et devant le Tribunal Administratif en matière de cassation. La chambre de discipline est composée, pour une durée de deux ans, de : 1) Un juge ; Président ; 2) Un représentant de la Cour des Comptes ; 3) Un représentant du Premier Ministère ; 4) Un représentant du Ministère des Finances ; 5) Quatre membres de l'ordre élus au scrutin secret, par l'assemblée Générale de l'ordre pour une durée de deux ans, parmi les membres remplissant les conditions d'éligibilité au Conseil National de l'ordre et inscrits au tableau depuis plus de trois ans. La présence du Président est obligatoire pour la tenue de la réunion de la chambre de discipline. En cas de partage des voix, celle du président est prépondérante. Les décisions de la chambre de discipline sont prises, en présence de tous ses membres, à la majorité des voix. A défaut de quorum lors de la première réunion, la chambre de discipline statue en présence de la moitié de ses membres au moins. Les décisions de la chambre de discipline sont prises à la majorité des deux tiers des voix des membres présents. Page 14/17

15 Ne sont pas admis à faire partie de la chambre de discipline les membres des Conseils de l'ordre et les membres de la commission de contrôle. Les personnes concernées par les réunions de la chambre de discipline et celles qui l'ont saisie ne participent pas à ses délibérations. Les modalités d'élection des membres de l'ordre à la chambre de discipline sont déterminées par le règlement intérieur de l Ordre. Les modalités de fonctionnement de la chambre de discipline, les conditions de recevabilité et d instruction des demandes ainsi que celles relatives à l'application des sanctions disciplinaires sont déterminées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 43- Le Conseil National de l Ordre examine toute demande de réhabilitation et se prononce à leur titre. Les demandes de réhabilitation ne sont recevables qu après l expiration de : Trois ans, à compter de leur prononcée, pour les sanctions de premier degré ; Cinq ans, à compter de leur prononcée, pour les sanctions de deuxième degré ; Dix ans, à compter de leur prononcée, pour les sanctions de troisième et quatrième degré. Chapitre II : Le centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable Art. 44- Toute expertise judiciaire ou disciplinaire, qui naît d un différend survenu lors de l exercice de la profession comptable, doit être réalisée par le centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable. Le centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable est composé de : 1) Un juge, désigné par le Ministre de la Justice, Président ; 2) Trois membres de l'ordre élus au scrutin secret, par l'assemblée Générale de l'ordre pour une durée de deux ans, parmi les membres remplissant les conditions d'éligibilité au Conseil National de l'ordre et inscrits au tableau depuis plus de trois ans. Les modalités de fonctionnement du centre d expertise judiciaire des affaires relatives à l exercice de la profession comptable ainsi que les modalités d'élection des membres de l'ordre audit centre sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 45- Les membres de l'ordre, inscrits aux sections (A) et (C) et les sociétés inscrites au tableau de l Ordre, doivent souscrire une assurance qui couvre leur responsabilité professionnelle liée à l exercice de leurs activités dont copie du contrat est déposée auprès de l Ordre. Ils doivent, aussi, présenter à l Ordre une attestation valable d'assurance qui sera jointe à leurs dossiers. Lorsque le membre de l'ordre, inscrit à la section (A), exerce sa profession, exclusivement, dans des sociétés professionnelles visées aux articles 9 et 10 de la présente loi, il est exempt de cette obligation. Le montant minimum du contrat d'assurance en responsabilité prévu au premier paragraphe est fixé par le Conseil National de l Ordre et révisé dans les mêmes formes. Art. 46- Nonobstant toute disposition contraire prévue par d autres textes, la responsabilité pénale des membres de l Ordre, ne peut être engagée à l occasion de l exercice de leurs fonctions. Page 15/17

16 TITRE V- De l éthique professionnelle et de la déontologie Art. 47- Les règles de déontologie applicables aux experts comptables et aux personnes visées au titre III de la présente loi sont fixées par le règlement intérieur de l Ordre. Art. 48- Les experts comptables et les personnes visés au titre III de la présente loi se doivent assistance et courtoisie réciproques, ils doivent s'abstenir de tous propos malveillants, de tous écrits publics ou privés et d'une façon générale, de toute manœuvre susceptible de nuire à leurs confrères et à la profession d une manière générale. Toute expression considérée comme outrageante est obligatoirement suivie d une sanction disciplinaire, qu il y ait action publique ou non. Page 16/17

17 TITRE VI- Dispositions transitoires Art. 49- Les experts comptables, membres de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie, à la date de publication de la présente loi, sont portés au niveau de la section (A) du tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 4 de la présente loi. Les experts comptables, membres de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie, dont l inscription est suspendue à la date de publication de la présente loi, sont portés au niveau de la section (B) du tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 4 de la présente loi. Les sociétés d expertise comptable inscrites au tableau de l Ordre, à la date de publication de la présente loi, demeurent inscrites au tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 10 de la présente loi. Les personnes physiques et morales étrangères inscrites au tableau de l Ordre, à la date de publication de la présente loi, demeurent inscrites au tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, nonobstant les dispositions de l article 21 de la présente loi. Les experts comptables stagiaires inscrits sur une liste dans une colonne distincte du tableau de l Ordre, à la date de publication de la présente loi, sont inscrits sur une liste séparée du tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie, conformément aux dispositions de l article 38 de la présente loi. Le Tableau de l'ordre des Experts Comptables de Tunisie sera publié au Journal Officiel de la République Tunisienne conformément à la présente loi et à ses textes d'application. Art. 50- Les membres de l Ordre associés ou actionnaires dans plus de trois sociétés d expertise comptable inscrites au tableau de l Ordre doivent régulariser leur situation, conformément aux dispositions de l article 10 de la présente loi, dans un délai ne dépassant pas un an à partir de sa publication. Art. 51- Toute autre situation non conforme aux dispositions de la présente loi ou pouvant naître de son application doit être régularisée dans un délai ne dépassant pas six mois à partir de sa publication. Art. 52- Sont abrogés les textes suivants : La Loi n du 18 août 1988 portant refonte de la législation relative à la profession d'expert comptable ; Le Décret n du 25 mai 1989 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie ; L Arrêté du Ministre des finances du 26 juillet 1991 portant approbation du Code des devoirs professionnels des Experts Comptables ; L Arrêté du Ministre des finances du 26 juillet 1991 portant approbation du règlement intérieur de l Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Un règlement intérieur sera arrêté par le Conseil National de l Ordre, soumis à l approbation de l Assemblée Générale des membres de l Ordre et fixé par arrêté. Art. 53- La présente loi sera publiée au Journal Officiel de la République Tunisienne et exécutée comme loi de l Etat. Fait a Tunis, le.. Page 17/17

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

SOMMAIRE GENERAL LES TEXTES FONDAMENTAUX... 5 LES TEXTES SPECIFIQUES... 221. Préambule... 3

SOMMAIRE GENERAL LES TEXTES FONDAMENTAUX... 5 LES TEXTES SPECIFIQUES... 221. Préambule... 3 1 SOMMAIRE GENERAL Préambule... 3 LES TEXTES FONDAMENTAUX... 5 Ordonnance n 45-2138 du 19 septembre 1945 portant institution de l ordre des experts-comptables et réglementant le titre et la profession

Plus en détail

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre PROJET DE LOI adopte le 25 avril 1968. N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE MODIFIÉ PAR LE SÉNAT LOI modifiant le statut de VOrdre des experts-comptables et des comptables agréés.

Plus en détail

Recueil des textes relatifs aux comptables aux experts comptables et aux commissaires aux comptes

Recueil des textes relatifs aux comptables aux experts comptables et aux commissaires aux comptes REPUBLIQUE TUNISIENNE Recueil des textes relatifs aux comptables aux experts comptables et aux commissaires aux comptes Publications de l 2008 Organisation de la profession des comptables Loi n 2002-16

Plus en détail

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.;

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; LOIN./PORTANTSTATUTDEL ORDREDESEXPERTSCOMPTABLES AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES PROFESSIONSD EXPERTCOMPTABLEETDECOMPTABLEAGREE L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; Le

Plus en détail

Le Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------- Le Conseil des Ministres UEMOA DIRECTIVE N 0 2 / 07 /CM/UEMOA PORTANT CREATION D'UN ORDRE NATIONA DES EXPERTS-COMPTABLE ET DES COMPTABLES AGREES

Plus en détail

Loi modifiant et complétant le Code des Assurances

Loi modifiant et complétant le Code des Assurances Loi modifiant et complétant le Code des Assurances Article premier : Il est inséré au code des assurances promulgué par la loi n 92-24 du 9 mars 1992, un sixième titre intitulé "Le Comité Général des Assurances

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Sénégal. Réglementation bancaire

Sénégal. Réglementation bancaire Réglementation bancaire Loi n 90-06 du 26 juin 1990 Titre 1 - Généralités Art.1.- La présente loi s applique aux banques et établissements financiers exerçant leur activité sur le territoire de la République

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE Mai 2013 TEXTES : Loi n 70-9 du 2 janvier 1970 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 Agent immobilier : conditions d'exercice de l'activité L'agent immobilier est

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 Retiré LA CROISSANCE ET L'ACTIVITÉ - (N 2447) AMENDEMENT N o SPE749 présenté par Mme Capdevielle, Mme Alaux, M. Philippe Baumel, M. Ciot, M. Clément, Mme Sandrine Doucet,

Plus en détail

I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE

I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Titre I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 - Constitution et Dénomination. Entre les soussignés, membres fondateurs et les personnes qui adhèrent aux présents statuts, une Association

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

M O T S. Statuts de MOTS. Organisation. Médecin. Travail. Santé. Organisation du travail et santé du médecin

M O T S. Statuts de MOTS. Organisation. Médecin. Travail. Santé. Organisation du travail et santé du médecin Médecin Organisation Travail Santé M O T S Organisation du travail et santé du médecin Statuts de MOTS Association MOTS : 0608 282 589 http://www.association-mots.org/ Maison des professions de santé 9,

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS

LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS Rapport de Monsieur le Bâtonnier François-Antoine CROS, Trésorier du Conseil National des Barreaux Session de formation Tours Les 4, 5 et

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

Décret - Loi- Nº 70/95 Sur les Sociétés Anonymes Offshore

Décret - Loi- Nº 70/95 Sur les Sociétés Anonymes Offshore Décret - Loi- Nº 70/95 Sur les Sociétés Anonymes Offshore Considérant les dispositions du Décret-loi N. 34/85 du 15 novembre 1985, relatif à la création de sociétés anonymes offshore, Considérant le rôle

Plus en détail

Diplôme d'expertise comptable

Diplôme d'expertise comptable Diplôme d'expertise comptable Dispositions relatives aux épreuves NOR : ESRS1400075A arrêté du 28-3-2014 ESR - DGESIP A3 Vu ordonnance n 45-2138 du 19-9-1945 ; décret n 2012-432 du 30-3-2012, notamment

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Titre deuxième du livre VIII du Code de commerce (version consolidée par la CNCC)

Titre deuxième du livre VIII du Code de commerce (version consolidée par la CNCC) Titre deuxième du livre VIII du Code de commerce (version consolidée par la CNCC) NDLR : Les titres indiquant les thèmes abordés sont fournis à titre indicatif Les services de la CNCC ont présenté en gras

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

I Buts, Composition et Ressources de l'association

I Buts, Composition et Ressources de l'association I Buts, Composition et Ressources de l'association Article 1. Il est fondé entre les différents adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

STATUTS DE L'UNION SUISSE DES FIDUCIAIRES SECTION VALAIS

STATUTS DE L'UNION SUISSE DES FIDUCIAIRES SECTION VALAIS STATUTS DE L'UNION SUISSE DES FIDUCIAIRES SECTION VALAIS CHAPITRE I DENOMINATION, SIEGE ET DUREE DE L'ASSOCIATION 1.1 L'Union Suisse des Fiduciaires Section Valais est une association régie par l'art.

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972

Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 Professions immobilières - décret du 20 juillet 1972 DECRET N 2005-1315 du 21.10.2005 (EXTRAIT) ENTREE EN VIGUEUR : 1ER JANVIER 2006 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Les conditions de candidature et de recrutement des sages-femmes sur la liste d'experts

Plus en détail

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration.

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration. STATUTS I. Individualisation de l'association Article 1 : constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association, régie par la loi du 1er juillet 1901 modifiée

Plus en détail

Framasoft c/o Locaux Motiv 10 bis rue Jangot 69007 Lyon

Framasoft c/o Locaux Motiv 10 bis rue Jangot 69007 Lyon Article 1er Dénomination Statuts de l association Framasoft TITRE 1 CONSTITUTION Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

RECUEIL DES TEXTES PROFESSIONNELS

RECUEIL DES TEXTES PROFESSIONNELS Suiv. >> Version dynamique dématérialisée FÉVRIER 2014 RECUEIL DES TEXTES PROFESSIONNELS www.geometre-expert.fr Suiv. >> SOMMAIRE POUR FAIRE UNE RECHERCHE PAR MOT-CLÉ, TAPEZ VOTRE MOT OU SÉRIE DE MOTS

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE»

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» TITRE I : FORMATION, OBJET ET COMPOSITION Article 1.1 : Dénomination Il est formé entre les soussignés adhérents aux présents statuts une Association régie par

Plus en détail

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 0BFonds de garantie des assurances de personnes STATUTS REGLEMENT INTERIEUR STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 1BFonds de garantie des assurances de personnes (Fonds de garantie des assurés contre la défaillance

Plus en détail

Statuts Association «Club des Parisiens de Bordeaux»

Statuts Association «Club des Parisiens de Bordeaux» Statuts Association «Club des Parisiens de Bordeaux» 1 + Présentation Article 1 - Titre Il est fondé par Annie Poussielgues et entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES Les modifications de ces statuts, établies par le Conseil d'administration de l'association, ont été votées et acceptées à l'assemblée Générale Ordinaire du

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation DANC/DNIC

ROYAUME DU MAROC. Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation DANC/DNIC ROYAUME DU MAROC Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation DANC/DNIC NOTE de présentation du projet de loi n 127.12 réglementant la profession de Comptable Agréé et instituant une Organisation

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE Article 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi

Plus en détail

Association suisse Des techniciens en radiologie médicale

Association suisse Des techniciens en radiologie médicale Association suisse Des techniciens en radiologie médicale Statuts Section romande Page 1 sur 8 I. NOM, SIEGE ET BUTS DE LA SECTION Art. 1 Nom et siège L Association suisse des techniciens en radiologie

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 STATUTS 1 SOMMAIRE Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3 CHAPITRE I : Formation et Objet de la Mutuelle page 3 CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 Administration

Plus en détail

STATUTS-TYPE DES SOCIETES MUTUALISTES Décret du 18 février 1954 (14 djoumada II 1373) Sur les sociétés mutualistes

STATUTS-TYPE DES SOCIETES MUTUALISTES Décret du 18 février 1954 (14 djoumada II 1373) Sur les sociétés mutualistes Arrêté des Secrétaires d Etat au plan et aux Finances et à la santé Publique et aux Affaires Sociales du 26 Mai 1961 (12 doulhaja 1380), portant établissement des statuts type des sociétés mutualistes

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES NOM & Prénom : Adresse professionnelle : Dénomination du Cabinet :... Adresse du Cabinet :... Adresse personnelle

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION STATUTS Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... Article 1 : constitution, dénomination, objet OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

L O I S. 28 Rajab 1431 11 juillet 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 42 3

L O I S. 28 Rajab 1431 11 juillet 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 42 3 3 L O I S Loi n 10-01 du 16 Rajab 1431 correspondant au 29 juin 2010 relative aux professions d'expert-comptable, de commissaire aux comptes et de comptable agréé. Le Président de la République, Vu la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES ARTICLE 1 : STATUTS CONSTITUTION Il est crée sous la dénomination sociale : SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS

Plus en détail

Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE

Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE Décret sur les sociétés mutualistes (JORT 18 février 1954). TITRE PREMIER DISPOSITION GENERALE CHAPITRE PREMIER Définition, composition, et constitution des sociétés Art 1 er : Les sociétés mutualistes

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY Article 1 : Constitution et siège social Il est fondé, le 12 mai 1998, entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Union Mutualiste FORCE ET SANTE

Union Mutualiste FORCE ET SANTE Union Mutualiste FORCE ET SANTE 79180 CHAURAY Union n 443 443 825 soumise aux dispositions du livre II du Code de la mutualité STATUTS Adoptés par l'assemblée générale du 8 juin 2007 TITRE I FORMATION

Plus en détail

I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION

I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Article 1 : Objectifs L'association dite "Comité français pour l'environnement et le développement durable" avec le sous titre de "Comité 21" a pour but de promouvoir

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION Compos Sui

STATUTS ASSOCIATION Compos Sui STATUTS ASSOCIATION Compos Sui Titre I : Buts et Composition de l association Article 1 : Dénomination, Buts et Siège social Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie

Plus en détail

BANQUE des SERUMS ANTIVENIMEUX B.S.A.

BANQUE des SERUMS ANTIVENIMEUX B.S.A. Association n 0491014059 du 14 mars 2003 - Préfecture d'angers Maine et Loire. STATUTS de la BANQUE des SERUMS ANTIVENIMEUX B.S.A. Article 1 : Constitution et dénomination. Il est fondé entre les adhérents

Plus en détail

STATUTS - Association loi 1901 -

STATUTS - Association loi 1901 - STATUTS - Association loi 1901 - ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland. Statuts du 12 avril 2013

Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland. Statuts du 12 avril 2013 Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland Statuts du 12 avril 2013 2 CHAPITRE I : NOM, SIÈGE, BUT ET MOYENS Article 1 er Nom/siège Le Touring Club Suisse, Section Biel/Bienne-Seeland Ci-après désigné

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION ARTICLE 1 : Création et dénomination L Association laïque dite «Association Régionale des Œuvres Educatives et de Vacances de l Education Nationale

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Statuts. Mutuelle de France

Statuts. Mutuelle de France Statuts Mutuelle de France Mutuelle soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité Inscrite au Registre National des Mutuelles sous le n 784 410 763 Sous convention de substitution au Groupe

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Statuts TITRE PREMIER ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

STATUTS. ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS. Régie par la loi du 1er juillet 1901

STATUTS. ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS. Régie par la loi du 1er juillet 1901 STATUTS ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS Régie par la loi du 1er juillet 1901 Siège Social : 3 rue de l Ancienne Mairie - 94120 Fontenay

Plus en détail

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI 614.05 du 21 novembre 2006 sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l article 166 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 vu le projet de loi présenté par le Conseil

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS 40 rue des Blancs Manteaux - 75004 Paris www.templedeparis.fr STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 Titre Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

TITRE PREMIER FORMATION ET BUTS DE LA SOCIETE COMPOSITION CONDITIONS D ADMISSION CHAPITRE PREMIER : FORMATION ET BUTS DE LA SOCIETE

TITRE PREMIER FORMATION ET BUTS DE LA SOCIETE COMPOSITION CONDITIONS D ADMISSION CHAPITRE PREMIER : FORMATION ET BUTS DE LA SOCIETE TITRE PREMIER FORMATION ET BUTS DE LA SOCIETE COMPOSITION CONDITIONS D ADMISSION CHAPITRE PREMIER : FORMATION ET BUTS DE LA SOCIETE Article 1: Il est institué, sous le régime du Dahir n 1.57.187 du 24

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

Chapitre Ier : Qualifications.

Chapitre Ier : Qualifications. G / Vte fds comm forma Décret n 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n 96-603 du 5 juillet 1996 relative

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG Titre I - Dénomination Objet Siège Durée Article 1 - Constitution, dénomination et inscription. L association «Société des Amis des Arts

Plus en détail

STATUTS IRCEM MUTUELLE

STATUTS IRCEM MUTUELLE STATUTS IRCEM MUTUELLE TITRE I - FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE Chapitre Ier Dénomination et objet de la mutuelle Article 1 Dénomination et siège social Il est constitué une mutuelle dite

Plus en détail

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article Premier : 1.1. Titre : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein Enseignants associés Référence : décret n 85-733 du 17 juillet 1985 modifié décret n 2007-772 du 10 mai 2007 et arrêté du 10 mai 2007 Le régime de l association régi par le décret n 85-733 du 17 juillet

Plus en détail